Vous êtes sur la page 1sur 20

Planche no 21. Equations différentielles linéaires.

Corrigé

no 1 : Dans tout l’exercice, on note (E) l’équation différentielle considérée et (EH ) l’équation homogène associée.
1) Les solutions de (E) sur R forment un R-espace affine de direction l’espace des solutions de (EH ) sur R qui est de
dimension 1. La fonction x 7→ 1 est une solution de (E) sur R et la fonction x 7→ e−x est une solution non nulle de (EH )
sur R. Donc

SR = {x 7→ 1 + λe−x , λ ∈ R}.

2) Les solutions de (EH ) sur R sont les fonctions de la forme x 7→ λex/2 . Déterminons maintenant une solution particulière
de (E) sur R.
1ère solution. Il existe une solution particulière de (E) sur R de la forme x 7→ a cos x + b sin x, (a, b) ∈ R2 . Soit f une
telle fonction. Alors, pour tout réel x,

2f ′ (x) − f(x) = 2(−a sin x + b cos x) − (a cos x + b sin x) = (−a + 2b) cos x + (−2a − b) sin x.

Par suite,


′ −a + 2b = 1
f solution de (E) sur R ⇐ ∀x ∈ R, 2f (x) − f(x) = cos x ⇐
−2a − b = 0
1 2
⇐a=− et b = .
5 5

1
SR = x 7→ (− cos x + 2 sin x) + λex/2 , λ ∈ R .
5

2ème solution. Par la méthode de variation de la constante, il existe une solution particulière de (E) sur R de la forme
x 7→ λ(x)ex/2 où λ est une fonction dérivable sur R. Soit f une telle fonction.

 
1
f solution de (E) surR ⇐ ∀x ∈ R, 2 λ ′ (x)ex/2 + λ(x)ex/2 − 2λ(x)ex/2 = cos(x)
2
1
⇐ ∀x ∈ R, λ ′ (x) = e−x/2 cos x.
2
Or,

 
Z (− 1
2 +i)x
Z 
1 −x/2 1 1 1 e 1
e cos x dx = Re e(− 2 +i)x dx = Re  + C = e−x/2 Re ((cos x + i sin x)(−1 − 2i)) + C

2 2 2 1 
5
− +i
2
1 −x/2
= e (− cos x + 2 sin x) + C.
5
1 −x/2 1
Par suite, on peut prendre λ(x) = e (− cos x+2 sin x) ce qui fournit la solution particulière f0 (x) = (− cos x+2 sin x).
5 5
3) Puisque les fonctions x 7→ −2 et x 7→ xe2x sont continues sur R, l’ensemble des solutions de (E) sur R est un R-espace
affine de dimension 1. Soit f une fonction dérivable sur R.

f solution de (E) sur R ⇔ ∀x ∈ R, f ′ (x) − 2f(x) = xe2x ⇔ ∀x ∈ R, e−2x f ′ (x) − 2e−2x f(x) = x ⇔ ∀x ∈ R, (e−2x f) ′ (x) = x
x2
 2 
x
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ R, e−2x f(x) = + λ ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ R, f(x) = + λ e2x .
2 2
 2 
x 2x
SR = x 7→ +λ e , λ∈R .
2

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


1 http ://www.maths-france.fr
4) L’équation caractéristique (Ec ) associée à l’équation homogène y ′′ − 4y ′ + 4y = 0 est z2 − 4z + 4 = 0 et admet z0 = 2
pour racine double. On sait que les solutions de (EH ) sur R sont les fonctions de la forme x 7→ (λx + µ)e2x , (λ, µ) ∈ R2 .
Puisque 2 est racine double de l’équation caractéristique, l’équation y ′′ − 4y ′ + 4y = e2x admet une solution particulière
f0 de la forme : ∀x ∈ R, f0 (x) = ax2 e2x , a ∈ R. La formule de Leibniz fournit pour tout réel x,

f0′′ (x) − 4f0′ (x) + 4f0 (x) = a(4x2 + 8x + 2)e2x − 4a(2x2 + 2x)e2x + 4ax2 e2x = 2ae2x ,

1
et f0 est solution de (E) sur R si et seulement si a = .
2
 2 
x 2x 2
SR = x 7→ + λx + µ e , (λ, µ) ∈ R .
2

5) L’équation caractéristique (Ec ) associée à l’équation homogène y ′′ + 4y = 0 est z2 + 4 = 0 et admet deux racines
non réelles conjuguées z1 = 2i et z2 = z1 = −2i. On sait que les solutions de (EH ) sur R sont les fonctions de la forme
x 7→ λ cos(2x) + µ sin(2x), (λ, µ) ∈ R2 .
Une solution réelle de l’équation y ′′ + 4y = cos(2x) est la partie réelle d’une solution de l’équation y ′′ + 4y = e2ix . Puisque
le nombre 2i est racine simple de (Ec ), cette dernière équation admet une solution de la forme f1 : x 7→ axe2ix , a ∈ C.
La formule de Leibniz fournit pour tout réel x,

f1′′ (x) + 4f1 (x) = a((−4x + 4i)e2ix + 4xe2ix ) = 4iae2ix .

1 1 1
et f1 est solution de y ′′ + 4y = e2ix si et seulement si a = . On obtient f1 (x) = xe2ix = x(−i cos(2x) + sin(2x)) ce
4i 4i 4
1
qui fournit une solution particulière de (E) sur R : ∀x ∈ R, f0 (x) = x sin(2x).
4

1
SR = x 7→ x sin(2x) + λ cos(2x) + µ sin(2x), (λ, µ) ∈ R2 .
4

6) L’équation caractéristique (Ec ) associée à l’équation (EH ) est z2 + 2z + 2 = 0 et admet deux racines non réelles
conjuguées z1 = −1 + i et z2 = z1 = −1 − i. On sait que les solutions de (EH ) sur R sont les fonctions de la forme
x 7→ (λ cos(x) + µ sin(x))e−x , (λ, µ) ∈ R2 .
 1
Pour tout réel x, cos(x) ch(x) = Re eix ch(x) = Re e(1+i)x + e(−1+i)x . Notons (E1 ) l’équation y ′′ + 2y ′ + 2y = e(1+i)x

2
et (E2 ) l’équation y ′′ + 2y ′ + 2y = e(−1+i)x . Si f1 est une solution de (E1 ) et f2 est une solution de (E2 ) alors f0 =
1
Re(f1 + f2 ) est une solution de (E) sur R d’après le principe de superposition des solutions.
2
• (E1 ) admet une solution particulière de la forme f1 : x 7→ ae(1+i)x , a ∈ C. Pour tout réel x,

f1′′ (x) + 2f1′ (x) + 2f1 (x) = a((1 + i)2 + 2(1 + i) + 2)e(1+i)x = a(4 + 4i)e(1+i)x

1 1−i 1 − i (1+i)x
et f1 est solution de (E1 ) sur R si et seulement si a = = . On obtient f1 (x) = e .
4 + 4i 8 8
• (E2 ) admet une solution particulière de la forme f2 : x 7→ axe(−1+i)x , a ∈ C. La formule de Leibniz fournit pour tout
réel x,

f2′′ (x) + 2f2′ (x) + 2f2 (x) = a(((−1 + i)2 x + 2(−1 + i)) + 2((−1 + i)x + 1) + 2x)e(−1+i)x = 2iae(−1+i)x

1 i i
et f2 est solution de (E2 ) sur R si et seulement si a = = − . On obtient f2 (x) = − e(−1+i)x .
2i 2 2
• Une solution particulière f0 de (E) sur R est donc définie pour tout réel x par

   
1 1 − i (1+i)x i (−1+i)x 1 1 i
f0 (x) = Re e − e = Re (1 − i)(cos(x) + i sin(x))ex − (cos(x) + i sin(x))e−x
2 8 2 2 8 2
 
1 1 1
= (cos(x) + sin(x))ex + sin(x)e−x
2 8 2

1 x 1 −x −x 2
SR = x 7→ (cos(x) + sin(x))e + sin(x)e + (λ cos(x) + µ sin(x))e , (λ, µ) ∈ R .
16 4

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


2 http ://www.maths-france.fr
no 2 : 1) Posons g = f ′ +αf. La fonction g est continue sur R et la fonction f est solution sur R de l’équation différentielle
y ′ + αy = g. De plus, lim g(x) = ℓ. Ensuite,
x→ +∞

f ′ + αf = g ⇒ ∀x ∈ R, eαx f ′ (x) + αeαx f(x) = eαx g(x) ⇒ ∀x ∈ R, (eαx f) ′ (x) = eαx g(x)
Zx Zx
⇒ ∀x ∈ R, eαx f(x) = f(0) + eαt g(t) dt ⇒ ∀x ∈ R, f(x) = f(0)e−αx + e−αx eαt g(t) dt.
0 0
Zx
−αx −αx ℓ
Puisque Re(α) > 0 et que |e −αx
| = e−Re(α)x
, lim f(0)e = 0. Vérifions alors que lim e eαt g(t) dt =
x→ +∞ x→ +∞ 0 α
sachant que lim g(x) = ℓ.
x→ +∞
ε
On suppose tout d’abord ℓ = 0. Soit ε > 0. Il existe A1 > 0 tel que ∀t > A1 , |g(t)| 6 . Pour x > A1 ,
2

Z Z Zx
−αx x αt A1

−Re(α)x αt −Re(α)x
eRe(α)t |g(t)| dt

e e g(t) dt 6e e g(t) dt + e


0 0 A1
Z Zx
A1 ε
6 e−Re(α)x eαt g(t) dt + e−Re(α)x eRe(α)t × dt

0 A1 2
Z
A1 ε 
= e−Re(α)x eαt g(t) dt + 1 − e−Re(α)(x−A1 )

0 2
Z
A1 ε
6 e−Re(α)x eαt g(t) dt + .

0 2
Z Z
A1 A1 ε
−Re(α)x αt −Re(α)x αt
Maintenant lim e e g(t) dt = 0 et donc il existe A > A1 tel que ∀x > A, e e g(t) dt < .

2

x→ +∞ 0 0
Z
−αx x αt

ε ε ℓ
Pour x > A, on a e e g(t) dt < + = ε. On a ainsi montré que lim f(x) = 0 = .
0 2 2 x→ +∞ α
On revient maintenant au cas général ℓ quelconque.

 ′  
ℓ ℓ
f ′ + αf → ℓ ⇒ f ′ + αf − ℓ f−
→ 0⇒+α f− → 0
x→ +∞ x→ +∞ α α x→ +∞
ℓ ℓ
⇒f− → 0⇒f → .
α x→ +∞ x→ +∞ α


∀f ∈ C1 (R, R), ∀α ∈ C tel que Re(α) > 0, lim (f ′ (x) + αf(x)) = ℓ ⇒ lim f(x) = .
x→ +∞ x→ +∞ α

′ 1
2) f ′′ + f ′ + f = (f ′ − jf) − j2 (f ′ − jf). D’après 1), comme Re(−j2 ) = Re(−j) = > 0,
2

f ′′ + f ′ + f → 0 ⇒ (f ′ − jf) − j2 (f ′ − jf) → 0 ⇒ f ′ − jf → 0⇒f → 0.
x→ +∞ x→ +∞ x→ +∞ x→ +∞

∀f ∈ C2 (R, R), lim (f ′′ (x) + f ′ (x) + f(x)) = 0 ⇒ lim f(x) = 0.


x→ +∞ x→ +∞

3) Montrons le résultat par récurrence sur n.


• Pour n = 1, c’est le 1) dans le cas particulier ℓ = 0 (si P = X − α, P(D)(f) = f ′ − αf avec Re(−α) > 0).
• Soit n ∈ N∗ . Supposons le résultat acquis pour n. Soit P un polynôme de degré n + 1 dont les racines ont des parties
réelles strictement négatives et tel que lim (P(D))(f)(x) = 0. Soit α une racine de P. P s’écrit P = (X − α)Q où Q est
x→ +∞
un polynôme dont les racines ont toutes une partie réelle strictement négative. Puisque

P(D)(f) = ((D − αId) ◦ (Q(D))(f) = (Q(D)(f)) ′ − α(Q(D)(f)) → 0,


+∞

on en déduit que Q(D)(f) → 0 d’après le cas n = 1 puis que f → 0 par hypothèse de récurrence.
+∞ +∞

Le résultat est démontré par récurrence.

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


3 http ://www.maths-france.fr
no 3 : On pose g = f + f ′′ . Par hypothèse, la fonction g est une application continue et positive sur R et de plus, la
fonction f est solution sur R de l’équation différentielle y ′′ + y = g sur R. Résolvons cette équation différentielle, notée
(E), sur R.
Les solutions de l’équation homogène associée sont les fonctions de la forme x 7→ λ cos x + µ sin x, (λ, µ) ∈ R2 . D’après la
méthode de variation des constantes, il existe une solution particulière de (E) sur R de la forme f0 : x 7→ λ(x) cos(x) +
µ(x) sin(x) où de plus les fonctions λ et µ sont solutions du système

λ cos(x) + µ ′ sin(x) = 0
.
−λ ′ sin(x) + µ ′ cos(x) = g
′ ′
Les formules
Z x de Cramer fournissentZ x∀x ∈ R, λ (x) = −g(x) sin(x) et µ (x) = g(x) cos(x). On peut alors prendre ∀x ∈ R,
λ(x) = − g(t) sin(t) dt et µ(x) = g(t) cos(t) dt puis
0 0
Zx Zx Zx
∀x ∈ R, f0 (x) = − cos(x) g(t) sin(t) dt + sin(x) g(t) cos(t) dt = g(t) sin(x − t) dt.
0 0 0
Zx
Ainsi, les solutions de (E) sur R sont les fonctions de la forme x 7→ λ cos(x) + µ sin(x) + g(t) sin(x − t) dt, (λ, µ) ∈ R2 .
0
ZLa fonction f est l’une de ces solutions. Par suite, il existe (λ0 , µ0 ) ∈ R2 tel que ∀x ∈ R, f(x) = λ0 cos(x) + µ0 sin(x) +
x
g(t) sin(x − t) dt et donc pour tout réel x,
0

Z x+π Zx Z x+π Zx
f(x) + f(x + π) = g(t) sin(x + π − t) dt + g(t) sin(x − t) dt = − g(t) sin(x − t) dt + g(t) sin(x − t) dt
0 0 0 0
Z x+π Zπ
= g(t) sin(t − x) dt = g(u + x) sin(u) du > 0.
x 0

′′
On a montré que si ∀x ∈ R, f(x) + f (x) > 0, alors ∀x ∈ R, f(x) + f(x + π) > 0.

no 4 : Dans tout l’exercice, on note (E) l’équation proposée et (EH ) l’équation homogène associée.
2
1) On note J l’un des deux intervalles ] − ∞, 0[ ou ]0, +∞[. Sur J, l’équation (E) s’écrit encore y ′ − y = 0. Comme la
x
2
fonction x 7→ − est continue sur J, les solutions de (E) sur J constituent un R-espace vectoriel de dimension 1. Enfin, la
x 
fonction x 7→ x2 est une solution non nulle de (E) sur J et donc SJ = x 7→ λx2 , λ ∈ R .

 λ1 x2 si x > 0
2 λ1 x2 si x > 0
Soit f une solution de (E) sur R. Nécessairement, ∃(λ1 , λ2 ) ∈ R / ∀x ∈ R, f(x) = 0 si x = 0 = .
 λ2 x2 si x < 0
λ2 x2 si x < 0
Réciproquement, une telle fonction f est définie sur R, dérivable sur R∗ , solution de (E) sur R∗ et vérifie encore l’équation
(E) en 0 si de plus elle est dérivable en 0. Donc, une telle fonction est solution de (E) sur R si et seulement si elle est
dérivable en 0.
Il est géométriquement clair que f est dérivable en 0 pour tout choix de λ1 et λ2 et donc f est solution de (E) sur R pour
tout choix de λ1 et λ2 .

λ1 x2 si x > 0 2
SR = x 7→ , (λ1 , λ2 ) ∈ R .
λ2 x2 si x < 0

On note que SR est un R-espace vectoriel de dimension 2. En effet, pour toute solution f de (E) sur R, f(x) =
x2 si x > 0 0 si x > 0
λ1 + λ2 = λ1 f1 (x) + λ2 f2 (x). Donc SR = Vect(f1 , f2 ) avec (f1 , f2 ) clairement libre.
0 si x < 0 x2 si x < 0
Un exemple de graphe de solution est donné à la page suivante.

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


4 http ://www.maths-france.fr
5

−5 −4 −3 −2 −1 1 2 3 4
−1

−2

−3

−4

2) L’ensemble des solutions sur ] − ∞, 0[ ou ]0, +∞[ est {x 7→ λx, λ ∈ R}.



λ1 x si x > 0
Soit f une solution de (E) sur R. Nécessairement, ∃(λ1 , λ2 ) ∈ R2 / ∀x ∈ R, f(x) = .
λ2 x si x < 0
Réciproquement, une telle fonction f est solution de l’équation (E) sur R si et seulement si elle est dérivable en 0.
Il est géométriquement clair que f est dérivable en 0 si et seulement si λ1 = λ2 et donc

SR = {x 7→ λx, λ ∈ R}.

Dans ce cas, SR est un R-espace vectoriel de dimension 1.


λ
3) L’ensemble des solutions sur ] − ∞, 0[ ou ]0, +∞[ est {x 7→ , λ ∈ R}.
x

 λ1 x si x > 0
Soit f une solution de (E) sur R. Nécessairement, ∃(λ1 , λ2 ) ∈ R2 / ∀x ∈ R, f(x) = 0 si x = 0 .

λ2 x si x < 0
Réciproquement, une telle fonction f est solution de l’équation (E) sur R si et seulement si elle est dérivable en 0.
Il est géométriquement clair que f est dérivable en 0 si et seulement si λ1 = λ2 = 0 et donc

SR = {0}.

Dans ce cas, SR est un R-espace vectoriel de dimension 0.


4) Soit f une fonction dérivable sur ]0, +∞[.

1 2
f solution de (E) sur J ⇔ ∀x ∈ J, xf ′ (x) − 2f(x) = x3 ⇔ ∀x ∈ J, 2 f ′ (x) − 3 f(x) = 1
x x
 ′
1 f(x) f(x)
⇔ ∀x ∈ J, 2
f (x) = 1 ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ J, 2 = x + λ ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ J, 2 = x + λ
x x x
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ J, f(x) = x3 + λx2 .

S]0,+∞ [ = {x 7→ x3 + λx2 , λ ∈ R}.

5) Si f est une solution sur R de l’équation x2 y ′ + 2xy = 1 alors 02 × f ′ (0) + 0 × f(0) = 1 ce qui est impossible. Donc

SR = ∅.

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


5 http ://www.maths-france.fr
6) • Résolution sur ] − ∞, 0[, ]0, 1[ et ]1, +∞[. Soit I l’un des trois intervalles ] − ∞, 0[, ]0, 1[ ou ]1, +∞[. Sur I, l’équation
1 1 1 1
(E) s’écrit encore y ′ + y = . Puisque les fonctions x 7→ et x 7→ sont continues sur I, les solutions
2x 2x(1 − x) 2x 2x(1 − x)
de (E) sur I constituent un R-espace affine de dimension 1. Soit f une fonction dérivable sur I. Pour x ∈ I, on note ε le
signe de x sur I.

1
1 1 1 1 1 e 2 ln(εx)

f solution de (E) sur I ⇔ ∀x ∈ I, f (x) + f(x) = ⇔ ∀x ∈ I, e 2 ln(εx) f ′ (x) + e 2 ln(εx) f(x) =
2x 2x(1 − x) 2x 2x(1 − x)

√ εx √ ε
⇔ ∀x ∈ I, ( εx f) ′ (x) = ⇔ ∀x ∈ I, ( εx f) ′ (x) = √ .
2x(1 − x) 2 εx(1 − x)
ε √
Déterminons alors les primitives de la fonction x 7→ √ sur I. En posant u = εx et donc x = εu2 puis
2 εx(1 − x)
du = 2εudu.
Z Z Z
ε ε 1
√ dx = 2εu du = du.
2 εx(1 − x) 2u(1 − εu2 ) 1 − εu2

-Résolution sur ] − ∞, 0[. Z Z


ε 1 √
Dans ce cas, ε = −1 puis √ dx = 2
du = Arctan(u) + λ = Arctan( −x) + λ. Par suite,
2 εx(1 − x) 1+u
√ √
f solution de (E) sur ] − ∞, 0[ ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈] − ∞, 0[, −xf(x) = Arctan( −x) + λ

Arctan( −x) + λ
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈] − ∞, 0[, f(x) = √ .
−x

Arctan( −x) + λ
S]−∞ ,0[ = x 7→ √ , λ∈R .
−x

-Résolution sur ]0, 1[ et ]1, +∞[.  √ 


Z Z 
 1 x+1
ε 1 ln √ si x > 1
Dans ce cas, ε = 1 puis √ dx = du = 2 x−1 + λ. Par suite,
2 εx(1 − x) 1 − u2 
 √
argth( x) si x ∈]0, 1[
-Résolution sur ]0, 1[ et ]1, +∞[.
 √  
   1 x+1 
√  
 ln √ + λ 

argth x + λ 2 x−1
S]0,1[ = x 7→ √ , λ ∈ R et S]1,+∞ [ = x 7→ √ , λ∈R .
x 
 x 

 

-Résolution sur ]0, +∞[ et sur R. Si f est une solution de (E) sur ]0, +∞[ ou sur R, alors 0 × f ′ (1) + 0 × f(1) = 1 ce qui
est impossible. Donc

S]0,+∞ [ = ∅ et SR = ∅.

-Résolution sur ] − ∞,1[. Si f est√une solution de (E) sur ] − ∞, 1[, alors il existe nécessairement (λ1 , λ2 ) ∈ R2 tel que
 Arctan(
 √
−x) + λ

 si x < 0
 −x
∀x ∈] − ∞, 1[, f(x) = 1 si x =√0  . Réciproquement une telle fonction est solution si et seulement



 argth x + λ
 √ si 0 < x < 1
x
si elle est dérivable en 0.
Quand x tend vers 0 par valeurs inférieures,
√ 3 !
1 √ −x √ λ1 x λ1 x
+ o ( −x)3

f(x) = √ λ1 + −x − =√ + 1 + + o(x) = √ + f(0) + + o(x).
−x 3 −x 3 −x 3

et quand x tend vers 0 par valeurs supérieures,

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


6 http ://www.maths-france.fr
√ 3 !
1 √ x √ 3 λ2 x λ2 x
f(x) = √ λ2 + x + + o ( x) = √ + 1 + + o(x) = √ + f(0) + + o(x).
x 3 x 3 x 3

Par suite, f est dérivable à droite et à gauche en 0 si et seulement si λ1 = λ2 = 0 et dans ce cas, quand x tend vers 0,
x
f(x) = f(0) + + o(x) ce qui montre que f est dérivable en 0. En résumé, f est solution de (E) sur ] − ∞, 1[ si et
3
seulement si λ1 = λ2 = 0.
  √  
  Arctan −x 





 √ si x < 0 


  −x 
S]−∞ ,1[ = x 7→ 1 si x = 0 .

 
 √  


  argth x
 

  √ si 0 < x < 1 
x

7) Résolution de (E) sur ] − ∞, 0[ et sur ]0,+∞[. Soit  I l’un des deux intervalles ] − ∞, 0[ ou ]0,
 +∞[. On note ε le
1 1
signe de x sur I. Sur I, (E) s’écrit encore y ′ + ε 1 − y = εx2 . Puisque les deux fonctions x 7→ ε 1 − et x 7→ εx2
x x
sont continues sur I, les solutions de (E) sur I constituent un R-espace affine de dimension 1. Soit f une fonction dérivable
sur I.

 
1

f solution de (E) sur I ⇔ ∀x ∈ I, f (x) + ε 1 − f(x) = εx2
x
 
εx−ε ln(εx) ′ 1
⇔ ∀x ∈ I, e f (x) + ε 1 − eεx−ε ln(εx) f(x) = εx2 eεx−ε ln(εx)
x
′
⇔ ∀x ∈ I, (εx)−ε eεx f (x) = x−ε x2 eεx

• Si I =]0, +∞[, ε = 1 et

′
ex ex

f solution de (E) sur ]0, +∞[ ⇔ ∀x ∈]0, +∞[, f (x) = xex ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈]0, +∞[, f(x) = (x − 1)ex + λ
x x
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈]0, +∞[, f(x) = x2 − x + λxe−x .

S]0,+∞ [ = x 7→ x2 − x + λxe−x , λ ∈ R .

• Si I =] − ∞, 0[, ε = −1 et

′ ′
f solution de (E) sur ]0, +∞[ ⇔ ∀x ∈]0, +∞[, −xe−x f (x) = x3 e−x ⇔ ∀x ∈]0, +∞[, xe−x f (x) = −x3 e−x .
Z Z Z
Or, −x e dx = x e − 3 x e dx = (x + 3x )e − 6 xe−x dx = (x3 + 3x2 + 6x + 6)e−x + λ et donc
3 −x 3 −x 2 −x 3 2 −x

f solution de (E) sur ] − ∞, 0[ ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈] − ∞, 0[, xe−x f(x) = (x3 + 3x2 + 6x + 6)e−x + λ


6 + λex
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈] − ∞, 0[, f(x) = x2 + 3x + 6 + .
x

6 + λex
S]0,+∞ [ = x 7→ x2 + 3x + 6 + , λ∈R .
x

2
Résolution
 2 de (E) sur−xR. Si f est une solution de (E) sur R, nécessairement il existe (λ1 , λ2 ) ∈ R tel que ∀x ∈ R,
 x − x + λ1 xe si x > 0
  2
x − x + λ1 xe−x si x > 0
f(x) = 0 si x = 0 = 6 + λ2 ex . Réciproquement, une telle fonction est
x
 x2 + 3x + 6 + 6 + λ2 e si x < 0
 x2 + 3x + 6 + si x < 0
x
x
solution sur R si et seulement si elle est dérivable en 0.
Quand x tend vers 0 par valeurs supérieures, f(x) = −x + o(x) + λ1 x(1 + o(1)) = (λ1 − 1)x + o(x). Par suite, f est dérivable
à droite en 0 pour tout choix de λ1 et fd′ (0) = λ1 − 1.
Quand x tend vers 0 par valeurs inférieures,

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


7 http ://www.maths-france.fr
x2
 
2
6 + λ2 1 + x + + o(x )  
2 6 + λ2 λ2
f(x) = 6 + 3x + o(x) + = + 6 + λ2 + 3 + x + o(x)
x x 2

Par suite, f est dérivable à gauche en 0 si et seulement si λ2 = −6. Dans ce cas, quand x tend vers 0 par valeurs inférieures,
f(x) = o(x) et fg′ (0) = 0. Maintenant, f est dérivable en 0 si et seulement si f est dérivable à droite et à gauche en 0 et
fd′ (0) = fg′ (0). Ceci équivaut à λ2 = −6 et λ1 = 1.

  
x2 − x + xe−x si x > 0
SR = x 7→ 6(1 − ex ) .
x2 + 3x + 6 + si x < 0
x

Cn
2n
no 5 : • Pour n ∈ N, posons an = (−1)n−1 . La suite (an )n∈N ne s’annule pas et pour n ∈ N,
2n − 1

an+1 (2n + 2)! n!2 2n − 1 (2n + 2)(2n + 1) 2n − 1 2(2n − 1)


=− × 2
× =− 2
× =− .
an (2n)! (n + 1)! 2n + 1 (n + 1) 2n + 1 n+1

an+1
Par suite,
→ 4 et d’après la règle de d’Alembert, Ra = 1 . Pour x tel que la série converge, on pose
an n→ +∞ 4
+∞
X Cn
f(x) = (−1)n−1 2n
xn .
2n − 1
n=0
 
1 1
• Soit x ∈ − , . Pour n ∈ N, on a (n + 1)an+1 + 4nan = 2an . Pour chaque n ∈ N, on multiplie les deux membres
4 4
+∞
X +∞
X +∞
X
de cette égalité par xn puis on somme sur n. On obtient (n + 1)an+1 xn + 4x nan xn−1 = 2 an xn ou encore
n=0 n=1 n=0
(1 + 4x)f ′ (x) = 2f(x). De plus f(0) = a0 = 1. Mais alors

   
1 1 1 1 1 2 1
∀x ∈ − , ′
, (1 + 4x)f (x) = 2f(x) ⇒ ∀x ∈ − , , e− 2 ln(1+4x) f ′ (x) − e− 2 ln(1+4x) f(x) = 0
4 4 4 4 1 + 4x
   ′  
1 1 f 1 1 f(x) f(0)
⇒ ∀x ∈ − , , √ (x) = 0 ⇒ ∀x ∈ − , , √ = √
4 4 1 + 4x 4 4 1 + 4x 1+0

 
1 1
⇒ ∀x ∈ − , , f(x) = 1 + 4x.
4 4

 +∞
1 1 X Cn √

∀x ∈ − , , (−1)n 2n xn = 1 + 4x.
4 4 2n − 1
n=0

Cn2n
• Pour n ∈ N, posons un = . La suite u est strictement positive à partir du rang 1 et pour n > 1,
(2n − 1)4n

un+1 2(2n − 1) 2n − 1
= = < 1.
un 4(n + 1) 2n + 2

Ainsi, la suite u est décroissante à partir du rang 1. De plus, d’après la formule de Stirling,
2n


2n
4πn
(2n)! e 1
un = 2 ∼  n 2n = √ 3/2 .
n! (2n − 1)4n n→ +∞ 2 πn
(2πn)(2n)4n
e
Par suite, un → 0. En résumé, la suite u est positive et décroissante à partir du rang 1 et lim un = 0. On en déduit
n→ +∞ n→ +∞
n−1 Cn2n
que la série numérique de terme général (−1) = (−1)n−1 un converge en vertu du critère spécial aux séries
(2n − 1)4n
alternées (théorème de Leibniz).
1 1
• La fonction f est donc définie en . Vérifions que f est continue en .
4 4

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


8 http ://www.maths-france.fr
Cn
   
1 1
Pour x ∈ 0, et n ∈ N, posons fn (x) = an xn = (−1)n−1 2n xn . Pour chaque x de 0, , la suite (fn (x))n∈N ne
4 2n − 1 4  
1
s’annule pas et la suite ((−1)n−1 fn (x))n∈N est positive à partir du rang 1. Ensuite, pour n > 1 et x ∈ 0, ,
4

fn+1 (x) an+1 2(2n − 1) 2(2n − 1) 1 4n − 2
fn (x) an x = n + 1 x 6 n + 1 × 4 = 4n + 4 < 1
=

 
1
On en déduit que pour chaque x de 0, , la suite numérique (|fn (x)|)n∈N décroît à partir du rang 1. D’après une
4  
1
majoration classique du reste à l’ordre n d’une série alternée, pour n > 1 et x ∈ 0,
4
+∞
X |an+1 |
fk (x) 6 |fn+1 (x)| = |an+1 |xn+1 6 n+1 = un+1 ,

4


k=n+1
 +∞ 
X 
1
et donc ∀n ∈ N, Sup fk (x) , x ∈ 0, 6 un+1 . Puisque la suite (un ) tend vers 0 quand n tend vers +∞, on

4
k=n+1  
1
a montré que la série de fonction de terme général fn , n ∈ N, converge uniformément vers f sur 0, . Puisque chaque
    4
1 1 1
fonction fn est continue sur 0, , f est continue sur 0, et en particulier en .
4 4 4
Mais alors
+∞
1 √
r
X (−1)n−1 Cn √
 
2n 1
n
=f = lim f(x) = lim 1 + 4x = 1+4× = 2.
(2n − 1)4 4 1
x→ 4 1
x→ 4 4
n=0 1
x< 4 x< 1
4

+∞
X √
(−1)n−1 Cn2n
= 2.
(2n − 1)4n
n=0

 
4 −2
no 6 : 1) Posons A = .
1 1  
1 2
χA = λ2 − 5λ + 6 = (λ − 2)(λ − 3) puis A = PDP−1 où D = diag(2, 3) et P = .
1 1
   
x −1 x1
Posons X = puis X1 = P X= .
y y1

x ′ = 4x − 2y
⇔ X ′ = AX ⇔ X ′ = PDP−1 X ⇔ P−1 X ′ = DP−1 X ⇔ (P−1 X) ′ = D(P−1 X) ⇔ X1′ = DX1
y′ = x + y

x1 = 2x1 x1 (t) = ae2t
⇔ ⇔ ∃(a, b) ∈ R/ ∀t ∈ R,

y1 = 3y1 y1 (t) = be3t
ae2t
    
x(t) 1 2
⇔ ∃(a, b) ∈ R/ ∀t ∈ R, =
y(t) 1 1 be3t
ae2t + 2be3t
   
x(t)
⇔ ∃(a, b) ∈ R/ ∀t ∈ R, =
y(t) ae2t + be3t


ae2t + 2be3t
 
2
S = t 7→ , (a, b) ∈ R .
ae2t + be3t

1
 
i π πh i π πh
2) Puisque la fonction t 7→  cos t  est continue sur − , , les solutions réelles sur − , du système proposé
2 2 2 2
0
constituent un R-espace affine de dimension 2.  
1 −1
Résolution du système homogène associé. Posons A = . χA = λ2 + 1 = (λ − i)(λ + i) et en particulier A
2 −1
 
1
est diagonalisable dans C. Un vecteur propre de A associé à la valeur propre i est et un vecteur propre de A
1−i

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


9 http ://www.maths-france.fr

1
associé à la valeur propre −i est . On sait alors que les solutions complexes sur R du système homogène associé
 1+i   
1 1
sont les fonctions de la forme X : t 7→ aeit + be−it , (a, b) ∈ C2 .
1−i 1+i
Déterminons alors les solutions réelles du système homogène.

       
it 1 −it 1 −it 1 it 1
X réelle ⇔ ∀t ∈ R, ae + be = ae + be
1−i 1+i 1+i 1−i
⇔ b = a (car la famille de fonctions (eit , e−it ) est libre.)
   
1 1
Les solutions réelles sur R du système homogène sont les fonctions de la forme X : t 7→ aeit +ae−it =
1−i 1+i
  
1
2Re aeit , a ∈ C. En posant a = λ + iµ, (λ, µ) ∈ R2 ,
1−i
      
1 (λ + iµ)(cos t + i sin t) λ cos t − µ sin t
2Re aeit = 2Re =2 .
1−i (λ + iµ)(1 − i)(cos t + i sin t) λ(cos t + sin t) + µ(cos t − sin t)

Maintenant, le couple (λ, µ) décrit R2 si et seulement si le couple


 (2λ, 2µ) décrit
2
 R et
 en renommant  les constantes λ et
cos t − sin t
µ, on obtient les solutions réelles du système homogène : t 7→ λ +µ , (λ, µ) ∈ R2 .
cos t + sin t cos t − sin t
Résolution du système.  D’après la  méthode  de variation dela constante, il existe une solution particulière du système
cos t − sin t i π πh
de la forme t 7→ λ(t) + µ(t) où λ et µ sont deux fonctions dérivables sur − ,
cos t + sin t cos t − sin t 2 2
1
 
i π πh    
cos t − sin t
telles que pour tout réel t de − , , λ ′ (t) + µ ′ (t) =  cos t . Les formules de
2 2 cos t + sin t cos t − sin t
0
1 sin t 1 sin t
Cramer fournissent λ ′ (t) = (cos t − sin t) = 1 − et µ ′ (t) = − (cos t + sin t) = −1 − . On peut prendre
cos t cos t cos t cos t
λ(t) = t + ln(cos t) et µ(t) = −t + ln(cos t) et on obtient la solution particulière
     
cos t − sin t t(cos t + sin t) + ln(cos t)(cos t − sin t)
X(t) = (t + ln(cos t)) + (−t + ln(cos t)) = . .
cos t + sin t cos t − sin t 2t sin t + 2 cos t ln(cos t)
 
t(cos t + sin t) + ln(cos t)(cos t − sin t) + λ cos t − µ sin t 2
S# π π =
" t 7→ , (λ, µ) ∈ R .
− , 2t sin t + 2 cos t ln(cos t) + λ(cos t + sin t) + µ(cos t − sin t)
2 2

et
 
3) Puisque la fonction t 7→ est continue sur R, les solutions sur R du système proposé constituent un R-espace
t
affine de dimension 2.  
5 −2
Résolution du système homogène associé. Posons A = . χA = λ2 − 11λ + 28 = (λ − 4)(λ − 7). Un
  −1 6
t 1
vecteur propre de A associé à la valeur propre 4 est et un vecteur propre de t A associé à la valeur propre 7 est
1
 
1
. Ces vecteurs fournissent des combinaisons linéaires intéressantes des équations :
−2

x ′ = 5x − 2y + et (x + y) ′ = 4(x + y) + et + t

y ′ = −x + 6y + t (x − 2y) ′ = 7(x − 2y) + et − 2t
 t
 x(t) + y(t) = − e − t − 1 + λe4t

⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀t ∈ R, 3 t 4 16
 x(t) − 2y(t) = − e + 2t + 2 + µe7t

 6 7 49
t
 5e 3t 33
 x(t) = − − − + +2λe4t + µe4t
2
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R / ∀t ∈ R, 6t
14 392
 y(t) = − e 15t − 81 + λe4t − µe7t

6 28 784
 
5 1 −1
4) Posons A =  2 4 −2 .
1 −1 1

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


10 http ://www.maths-france.fr

5−λ 1 −1
= (5 − λ)(λ2 − 5λ + 2) − 2(−λ) + (−λ + 2) = −λ3 + 10λ2 − 26λ + 12

χA = 2 4−λ −2
1 −1 1−λ
√ √
= −(λ − 6)(λ2 − 4λ + 2) = −(λ − 6)(λ − 2 + 2)(λ − 2 − 2),

et en particulier A est diagonalisable dans R.



 −x + y − z = 0
(x, y, z) ∈ Ker(A − 6I) ⇔ 2x − 2y − 2z = 0 ⇔ z = 0 et x = y.

x − y − 5z = 0

Ker(A − 6I) est la droite vectorielle engendrée par le vecteur (1, 1, 0).

 √  √
√  (3 − 2)x√ +y−z =0  z = (3 − √2)x + y √
(x, y, z) ∈ Ker(A − (2 + 2)I) ⇔ 2x + (2 − 2)y√ − 2z = 0 ⇔ 2x + (2 − 2)y
√ − 2((3 √
− 2)x + y) = 0
 
x − y − (1 + 2)z = 0 x − y − (1 + 2)((3 − 2)x + y) = 0
 √
 z = (3 −√ 2)x +√y √
z = (3 −√ 2)x + y
⇔ (−4√+ 2 2)x −√ 2y = 0 ⇔
 y = (−2 2 + 2)x
−2 2x − (2 + 2)y = 0

y = (−2 √ 2 + 2)x
⇔ .
z = (5 − 3 2)x
√ √ √
Ker(A − (2 + 2)I) est√la droite vectorielle engendrée par le vecteur (1, 2 − 2 2, 5 − √ 3 2). Un√calcul conjugué montre
alors que Ker(A − (2 − 2)I) est la droite vectorielle engendrée par le vecteur (1, 2 + 2 2, 5 + 3 2).
     
1 √ 1√ √ 1√
On sait alors que les solutions du système homogène t 7→ ae6t  1 +be(2+ 2)t  2 − 2√ 2 +ce(2− 2)t  2 + 2√ 2 ,
0 5 − 3 2) 5 + 3 2)
(a, b, c) ∈ R3 .
 
2 1 0 2−λ 1 0

5) Posons A =  −1 0 0 . χA = −1 −λ 0 = (1 − λ)(λ2 − 2λ + 1) = (1 − λ)3 . Le théorème de Cayley-
1 1 1 1 1 1−λ
3
Hamilton permet alors d’affirmer que (A − I) = 0.
On sait que les solutions du système X ′ = AX sont les fonctions de la forme t 7→ etA X0 où X0 ∈ M3,1 (R). Or, pour t ∈ R,

etA = et(A−I) × etI (car les matrices t(A − I) et tI commutent)


+∞ n
! 2
!
X t X tn
n t t n
= (A − I) ×e I=e (A − I)
n! n!
n=0 n=0
      
1 0 0 1 1 0 2 1 1 0 1 1 0
t
= et  0 1 0  + t  −1 −1 0  +  −1 −1 0   −1 −1 0 
2
0 0 1 1 1 0 1 1 0 1 1 0
 
1+t t 0
= et  −t 1 − t 0  .
t t 1

(a + (a + b)t)et
    
1+t t 0 a
Les solutions du système sont les fonctions de la forme t 7→ etA X0 = et  −t 1 − t 0   b  =  (b − (a + b)t)et ,
t t 1 c ((a + b)t + c)et
3
(a, b, c) ∈ R . Maintenant,
    
x(0) 0  a=0
 y(0)  =  1  ⇔ b=1 .

z(0) −1 c = −1

tet
 

La solution cherchée est t 7→  (1 − t)et .


(t − 1)et

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


11 http ://www.maths-france.fr
no 7 : Soit A ∈ Sn+ (R). Pour t ∈ R, posons g(t) = kX(t)k22 = (X(t)|X(t)). La fonction g est dérivable sur R et pour tout
réel t
g ′ (t) = 2 (X(t)|X ′ (t)) = 2 (X(t)|AX(t)) = 2t X(t)AX(t) > 0.

Ainsi, la fonction g est croissante sur R et il en est de même de la fonction g : t 7→ kX(t)k2 .

1 1
 

2 

2t

no 8 : 1) Puisque les fonctions t 7→  2t 2t  et t 7→ sont continues sur ]0, +∞[, l’ensemble des solutions

1 1 t2
2 2t
sur ]0, +∞[ du système proposé est un R-espace affine de dimension 2.
Résolution du système homogène associé. Le couple de fonctions (x, y) = t) estsolution
 (1,   du système homogène
1 0
associé sur ]0, +∞[. Pour chaque réel strictement positif t, les deux vecteurs et constituent une base de
t 1  
1 0
M2 (R) car = 1 6= 0. Cherchons alors les solutions du système homogène sous la forme t 7→ α(t) 1 +
 t 1 t

 
0 α(t)
β(t) = .
1 tα(t) + β(t)
  
1 1
 x′ = − 1 x + 1 y
 
 α ′ = − α + 2 (tα + β)  α′ = β

2t 2t2 ⇔ 2t 2t ⇔ 2t2
 1 1  1 1  β
 y = x+ y
′  tα ′ + α + β ′ = α + (tα + β)  tα + β ′ =

2 2t 2 2t 2t

 β  ′
 α =′ β =0
⇔ 2t2 ⇔ β
 β β α′ = 2
 + β′ = 2t
2t 2t

β(t) = λ
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀t ∈]0, +∞[, λ
α ′ (t) = 2
2t

β(t) = λ
2
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R / ∀t ∈]0, +∞[, λ
α(t) = − + µ
2t

 x(t) = − λ + µ

2
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R / ∀t ∈]0, +∞[, 2t

 y(t) = + µt λ
2
1 1
 
− 1 −

Maintenant, pour tout réel strictement positif t, w(t) = 2t = −1 6= 0 et donc les deux fonctions t 7→  2t 
 
1 1
t


  2 2
1
et t 7→ sont deux solutions indépendantes du système homogène sur ]0, +∞[. Les solutions sur ]0, +∞[ du système
t
1
 
−  
1
 2t 
homogène sont les fonctions de la forme t 7→ λ  +µ t .
1
2
Recherche d’une solution particulière du système par la méthode de variations des constantes.
1

− 
1

Il existe une solution particulière du système de la forme t 7→ λ(t)  2t  + µ(t) où λ et µ sont deux fonctions
 
1 t
2
1

−   
1 2t

dérivables sur ]0, +∞[ telles que pour tout réel strictement positif t, λ ′ (t)  2t  +µ ′ (t) = . Les formules
 
1 t t2
2
1

− 2t

t3

1 2t 1
= −t2 et µ ′ (t) = 1 2t 3t
de Cramer fournissent λ ′ (t) = = . On peut prendre λ(t) = − et
2
−1 t t −1 1 2 3

t2


 2
1

3t2 t3  −
 3t2 11t2 /12
   
1
µ(t) = et on obtient la solution particulière X(t) = −  2t  + =
4 3 1 4 t 7t3 /12
2

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


12 http ://www.maths-france.fr
 
11t2
 

 λ 

  12 − 2t + µ  
S]0,+∞ [ = t 7→   , (λ, µ) ∈ R2 .
  7t3 λ  

 

+ + µt
12 2

t −1
!  2 
1 1 2t − 1
2) Puisque les fonctions t 7→ 2 et t 7→ 2 sont continues sur R, l’ensemble des solutions
t +1 1 t t +1 3t
sur R du système proposé est un R-espace affine de dimension 2.
Résolution du système homogène associé. Les couples de fonctions X1 = (x, y) = (t, −1)
et (x, y) = (1, t) sont
t 1
solutions du système homogène associé sur R. De plus, pour chaque réel t, w(t) = = t2 + 1 6= 0. Le couple
−1 t

de fonctions (X1 , X2 ) est donc un système fondamental de solutions sur R du système
 homogène
  X = AX. Les fonctions
t 1
solutions du système homogène X ′ = AX sont les fonctions de la forme t 7→ λ +µ , (λ, µ) ∈ R2 .
−1 t
Recherche d’une solution particulière du système par la méthode  de variation
  de la constante.
t 1
Il existe une solution particulière du système de la forme t 7→ λ(t) + µ(t) où λ et µ sont deux fonctions
−1 t
     2 
′ t ′ 1 1 2t − 1
dérivables sur R telles que pour tout réel t, λ (t) + µ (t) = 2 . Les formules de Cramer
−1 t t +1 3t
3
2 2

′ 1 (2t − 1)/(t + 1) 1 2t + 2t 2t ′ 1 t (2t2 − 1)/(t2 + 1)
fournissent λ (t) = 2 = = 2 et µ (t) = 2 =
t +1 3t/(t2 + 1) t (t2 + 1)2 t +1 t + 1 −1 3t/(t2 + 1)
Z Z Z
5t2 − 1 1 5t2 − 1 1 1
2 2
. On peut déjà prendre λ(t) = ln(t2 + 1). Ensuite, dt = 5 2 dt − 6 dt puis
(t + 1) 2 (t2 + 1)2 t +1 (t2 + 1)2
Z Z Z 2 Z Z
1 t −2t t t +1−1 t 1 1
dt = − t × dt = + 2 dt = + 2 dt − 2 dt,
t2 + 1 t2 + 1 (t2 + 1)2 t2 + 1 (t2 + 1)2 t2 + 1 t2 + 1 (t2 + 1)2
Z  
1 1 t 2t
et donc 2 2
dt = 2
+ Arctan t + C. On peut prendre µ(t) = 2 − 3 Arctan t.
(t + 1) 2 t +1 t +1
 
t 2t
 

 ln(1 + t2 ) + 2 − 3 Arctan t + λt + µ 

 2
SR = t 7→  t + 1  2
, (λ, µ) ∈ R .
2
 t 2t 

 − ln(1 + t2 ) + 2 − 3t Arctan t − λ + µt 
2 t +1

 sh(2t)x ′ = ch(2t)x − 1
 
1
1 x sh(2t)x ′ = ch(2t)x −
3) Si de plus y = , le système s’écrit ′ ou encore x . On obtient
x  − sh(2t) x = −x + ch(2t) 1
 sh(2t)x ′ = x3 − ch(2t)x
x2 x
3 1 4 2
x − ch(2t)x = ch(2t)x − ou encore x − 2 ch(2t)x + 1 = 0. Ensuite,
x

x4 − 2 ch(2t)x2 + 1 = (x2 − ch(2t))2 − sh2 (2t) = (x2 − e2t )(x2 − e−2t ) = (x − et )(x + et )(x − e−t )(x + e−t ).

Ainsi, nécessairement (x, y) ∈ {(et , e−t ), (e−t , et ), (−et , −e−t ), (−e−t , et )}. Réciproquement, si (x, y) = (et , e−t ),

1 3t 1 1
ch(2t)x − y = (e + e−t ) − e−t = (e3t − e−t ) = (e2t − e−2t )et = sh(2t)et = sh(2t)x ′
2 2 2
et
1 1 1
−x + ch(2t)y = −et + (et + e−3t ) = (−et + e−3t ) = − (e2t − e−2t )e−t = − sh(2t)e−t = sh(2t)y ′ .
2 2 2
Donc le couple X1 = (x, y) = (et , e−t ) est une solution non nulle du système. De même, si (x, y) = (e−t , et ),

1 t 1 1
ch(2t)x − y = (e + e−3t ) − et = (−et − e−3t ) = − (e2t − e−2t )e−t = − sh(2t)e−t = sh(2t)x ′
2 2 2
et
1 1 1
−x + ch(2t)y = −e−t + (e3t + e−t ) = (e3t − e−t ) = (e2t − e−2t )et = sh(2t)et = sh(2t)y ′ .
2 2 2

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


13 http ://www.maths-france.fr
t
e e−t
Donc le couple X2 = (x, y) = (e−t , et ) est une solution non nulle du système. Enfin, w(t) = −t = e2t − e−2t =
e et
2 sh(2t) 6= 0 et le couple (X1 , X2 ) est un système fondamental de solutions sur ]0, +∞[.

λet + µe−t
 
2
S]0,+∞ [ = t 7→ , (λ, µ) ∈ R .
λe−t + µet

 
1 4x − 2 ′ 8 4x − 2
n 10 : 1) Sur I = − , +∞ , (E) s’écrit y ′′ +
o
y − y = 0. Puisque les deux fonctions x 7→ et
2 2x + 1 2x + 1 2x + 1
8
x 7→ − sont continues sur I, les solutions de (E) sur I forment unR-espace vectoriel de dimension 2.
2x + 1
Recherche d’une solution polynomiale non nulle de (E). Soit P un éventuel polynôme non nul solution de (E). On
note n son degré. Le polynôme Q = (2X + 1)P ′′ + (4X − 2)P ′ − 8P est de degré au plus n. De plus, le coefficient de Xn
dans Q est (4n − 8)dom(P). Si P est solution de (E), on a nécessairement (4n − 8)dom(P) = 0 et donc n = 2.
Posons alors P = aX2 + bX + c.

(2X + 1)P ′′ + (4X − 2)P ′ − 8P = (2X + 1)(2a) + (4X − 2)(2aX + b) − 8(aX2 + bX + c) = −4bX + 2a − 2b − 8c

Par suite, P est solution de (E) sur I si et seulement si −4b = 2a − 2b − 8c = 0 ce qui équivaut à b = 0 et a = 4c. La
fonction f1 : x 7→ 4x2 + 1 est donc une solution non nulle de (E) sur I.
Recherche d’une solution particulière de la forme fα : x 7→ eαx , α ∈ C.

(2x + 1)(eαx ) ′′ + (4x − 2)(eαx ) ′ − 8eαx = α2 (2x + 1) + α(4x − 2) − 8 eαx = 2α(α + 2)x + α2 − 2α − 8 eαx
 

Par suite, fα est solution de (E) sur I si et seulement si 2α(α + 2) = α2 − 2α − 8 = 0 ce qui équivaut à α = −2. Ainsi, la
fonction f2 : x 7→ e−2x est solution de (E) sur I.
 
1
Résolution de (E) sur − , +∞ . Vérifions que le couple (f1 , f2 ) est un système fondamental de solution de (E) sur
  2
1 1
− , +∞ . Pour x > − ,
2 2

4x2 + 1 e−2x
w(x) = = (−8x2 − 8x − 2)e−2x = −2(2x + 1)2 e−2x 6= 0.
8x −2e−2x
 
1
Donc le couple (f1 , f2 ) est un système fondamental de solution de (E) sur − , +∞ et
2

S]− 1 ,+∞ [ = x 7→ λ(4x2 + 1) + µe−2x , (λ, µ) ∈ R2 .
2


Résolution de (E) sur R. On a aussi S]−∞ ,− 1 [ = x 7→ λ(4x2 + 1) + µe−2x , (λ, µ) ∈ R2 . Soit f une solution de (E)
2

 1
 λ1 (4x2 + 1) + µ1 e−2x si x 6 −
4
sur R. Nécessairement, il existe (λ1 , λ2 , µ1 , µ2 ) ∈ R tel que ∀x ∈ R, f(x) = 2 (par
 λ2 (4x2 + 1) + µ2 e−2x si x > − 1

2
1
continuité à gauche en − ).
2    
1 1
f ainsi définie est deux fois dérivables sur −∞, − et sur − , +∞ , solution de (E) sur chacun de ces deux intervalles
2 2
1 1
et vérifie encore (E) en x = − si de plus f est deux fois dérivable en − .
2 2
1
En résumé, f est solution de (E) sur R si et seulement si f est deux fois dérivables en − .
2
1 1 1
f est déjà deux fois dérivable à droite et à gauche en − . De plus, en posant h = x + ou encore x = − + h, on obtient
2 2 2
1
quand x tend vers − par valeurs inférieures
2
f(x) = λ1 (2 − 4h + 4h2 ) + µ1 ee−2h = (2λ1 + eµ1 ) + (−4λ1 − 2eµ1 )h + (4λ1 + 2eµ1 )h2 + o(h2 ),

1
et de même quand x tend vers − par valeurs supérieures, f(x) = (2λ2 + eµ2 ) + (−4λ2 − 2eµ2 )h + (4λ2 + 2eµ2 )h2 + o(h2 ).
2
1 2
Par suite, f est deux fois dérivable en − si et seulement si 2λ1 + eµ1 = 2λ2 + eµ2 ou encore µ2 = (λ1 + λ2 ) + µ1 .
2 e

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


14 http ://www.maths-france.fr

 1
 a(4x2 + 1) + be−2x si x 6 −

Ainsi, les solutions de (E) sur R sont les fonctions de la forme x 7→ 2
1 ,

 2
2
 c(4x + 1) +
 (a + c) − b e−2x si x > −
e 2
(a, b, c) ∈ R3 .Ainsi, l’espace des solutions sur R
 est de dimension 3 et une base de
 cet espace est par exemple (f 1 , f 2 , f3 )
 2 1  1  1
 4x + 1 si x 6 −  e−2x si x 6 −  0 si x 6 −
où f1 : x 7→ 2 , f : x 7→ 2 et 7 2
2 1 f 3 : x → 2 1 .
 2 e−2x si x > − 1
 
 −e−2x si x > − 
 4x2 + 1 + e−2x si x > −
e 2 2 e 2
2 2 2
2) Sur I =]0, +∞[, l’équation (E) s’écrit y ′′ − y′ + y = 0. Puisque les deux fonctions x 7→ − et
x+1 x(x + 1) x+1
2
x 7→ sont continues sur I, les solutions de (E) sur I forment un R-espace vectoriel de dimension 2.
x(x + 1)
La fonction f1 : x 7→ x est solution de (E) sur I. Posons alors y = f1 z. Puisque la fonction f1 ne s’annule pas sur I, la
fonction y est deux fois dérivables sur I si et seulement si la fonction z est deux fois dérivables sur I. De plus, d’après la
formule de Leibniz,

(x2 + x)y ′′ − 2y ′ + 2y = (x2 + x)(f1′′ z + 2f1′ z ′ + f1 z ′′ ) − 2x(f1′ z + f1 z ′ ) + 2f1 z


= (x2 + x)f1 z ′′ + (2(x2 + x)f1′ − 2xf1 )z ′ + ((x2 + x)f1′′ − 2f1′ + 2f1 )z
= (x3 + x2 )z ′′ + 2xz ′ .
Par suite,

y solution de (E) sur I ⇔ ∀x ∈ I, (x3 + x2 )z ′′ (x) + 2xz ′ (x) = 0


2  ′
⇔ ∀x ∈ I, z ′′ (x) + z ′ (x) = 0 ⇔ ∀x ∈ I, e2 ln |x|−2 ln |x+1| z ′ (x) = 0
x(x + 1)
 2  
′ x+1 2 1
⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x ∈ I, z (x) = λ ⇔ ∃(λ, µ) ∈ R / ∀x ∈ I, z(x) = λ x + 2 ln |x| − +µ
x x
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀x ∈ I, y(x) = λ(x2 + 2x ln |x| − 1) + µx.
+∞
X
3) Cherchons les solutions développables en série entière. Soit f(x) = an xn une série entière dont le rayon R est
n=0
supposé à priori strictement positif. Pour x ∈] − R, R[,

+∞
X +∞
X +∞
X
4xf ′′ (x) − 2f ′ (x) + 9x2 f(x) = 4x n(n − 1)an xn−2 − 2 nan xn−1 + 9x2 a n xn
n=2 n=1 n=0
+∞
X +∞
X +∞
X
=4 n(n − 1)an xn−1 − 2 nan xn−1 + 9 an xn+2
n=1 n=1 n=0
+∞
X +∞
X +∞
X +∞
X
= 2n(2n − 3)an xn−1 + 9 an xn+2 = 2n(2n − 3)an xn−1 + 9 an−3 xn−1
n=1 n=0 n=1 n=3
+∞
X
= −a1 + 4a2 x + (2n(2n − 3)an + 9an−3 )xn−1
n=3

Par suite, f est solution de (E) sur ] − R, R[ si et seulement si a1 = a2 = 0 et ∀n > 3, 2n(2n − 3)an + 9an−3 = 0 ce qui
s’écrit encore
9
a1 = a2 = 0 et ∀n > 3, an = − an−3 .
2n(2n − 3)
9
Les conditions a1 = 0 et ∀n > 3, an = − an−3 sont équivalentes à ∀p ∈ N, a3p+1 = 0 et les conditions a2 = 0
2n(2n − 3)
9
et ∀n > 3, an = − an−3 sont équivalentes à ∀p ∈ N, a3p+2 = 0.
2n(2n − 3)
9 1
Enfin les conditions ∀p ∈ N∗ , a3p = − a3p−3 = − a3(p−1) sont équivalentes pour p > 1 à
6p(6p − 3) 2p(2p − 1)
1 1 1 (−1)p
a3p = − ×− × ... × − a0 = a0 .
2p(2p − 1) (2p − 2)(2p − 3) 2×1 (2p)!

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


15 http ://www.maths-france.fr
+∞
X (−1)p 3p
En résumé, sous l’hypothèse R > 0, f est solution de (E) sur ] − R, R[ si et seulement si ∀x ∈] − R, R[, f(x) = x .
(2p)!
p=0
p
(−1) 3p
Réciproquement, puisque pour tout réel x, lim x = 0 d’après un théorème de croissances comparées, R = +∞
(2p)!
x→ +∞
pour tout choix de a0 ce qui valide les calculs précédents sur R.
+∞
X (−1)n 3n
Les solutions de (E) développables en série entière sont les fonctions de la forme x 7→ λ x , x ∈ R. Ensuite,
(2n)!
n=0
pour x > 0,
+∞
X +∞
(−1)n 3n X (−1)n 3/2 2n  
x = (x ) = cos x3/2 .
(2n)! (2n)!
n=0 n=0

Donc la fonction x 7→ cos x3/2 est une solution de (E) sur ]0, +∞[. La forme de cette solution nous invite à changer


de variable en posant t = x3/2 . Plus précisément, pour x > 0, posons y(x) = z(x3/2 ) = z(t). Puisque l’application
ϕ : x 7→ x3/2 est un C2 -difféomorphisme de ]0, +∞[ sur lui-même, la fonction y est deux fois dérivables sur ]0, +∞[ si et
seulement si la fonction est deux fois dérivable sur ]0, +∞[.
3 1/2 ′ 3/2 3 9
Pour x > 0, on a y(x) = z(x3/2 ) puis y ′ (x) = x z (x ) puis y ′′ (x) = x−1/2 z ′ (x3/2 ) + xz ′′ (x3/2 ) et donc
2 4 4
   
2 3 −1/2 ′ 3/2 9 ′′ 3/2 3 1/2 ′ 3/2
′′ ′
4xy (x) − 2y (x) + 9x y(x) = 4x x z (x ) + xz (x ) − 2 x z (x ) + 9x2 z(x3/2 )
4 4 2
= 9x2 (z ′′ (x3/2 ) + z(x3/2 )).

Par suite,

y solution de (E) sur ]0, +∞[ ⇔ ∀x > 0, 9x2 (z ′′ (x3/2 ) + z(x3/2 )) = 0 ⇔ ∀t > 0, z ′′ (t) + z(t) = 0
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀t > 0, z(t) = λ cos t + µ sin t
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀x > 0, y(x) = λ cos(x3/2 ) + µ sin(x3/2 ).

S]0,+∞ [ = x 7→ λ cos(x3/2 ) + µ sin(x3/2 ), (λ, µ) ∈ R2 .

2 1−x xe−x
4) Puisque les fonctions x 7→ − ,x →7 et x 7→ sont continues sur ] − 1, +∞[, les solutions de (E) sur
1+x 1+x 1+x
] − 1, +∞[ constituent un R-espace affine de dimension 2.
Résolution de l’équation homogène.
La fonction f1 : x 7→ ex est solution sur ] − 1, +∞[ de l’équation (1 + x)y ′′ − 2y ′ + (1 − x)y = 0. Posons alors y = f1 z.
Puisque la fonction f1 ne s’annule pas sur ] − 1, +∞[, la fonction y est deux fois dérivable sur ] − 1, +∞[ si et seulement
si la fonction z est deux fois dérivable sur ] − 1, +∞[. De plus, la formule de Leibniz permet d’écrire pour x > −1

(1 + x)y ′′ (x) − 2y ′ (x) + (1 − x)y(x) = (1 + x)(f1′′ z(x) + 2f1′ (x)z ′ (x) + f1 (x)z ′′ (x)) − 2(f1′ (x)z(x) + f1 (x)z ′ (x))
+ (1 − x)f1 (x)z(x)
= (1 + x)f1 (x)z ′′ (x) + (2(1 + x)f1′ (x) − 2f1 (x))z ′ (x) = ((1 + x)z ′′ (x) + 2xz ′ (x))ex .

Par suite,

 
′′ ′ ′′ 2
y solution de (EH ) sur ] − 1, +∞[ ⇔ ∀x > −1, (1 + x)z (x) + 2xz (x) = 0 ⇔ ∀x > −1, z (x) + 2 − z ′ (x) = 0
1+x
 
2x−2 ln(1+x) ′′ 2
⇔ ∀x > −1, e z (x) + 2 − e2x−2 ln(1+x) z ′ (x) = 0
1+x
′
e2x

⇔ ∀x > −1, z ′
(x) = 0 ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x > −1, z ′ (x) = λ(x + 1)2 e−2x .
(x + 1)2

Maintenant

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


16 http ://www.maths-france.fr
Z Z Z
1 1 1 1
(x + 1)2 e−2x dx = − (x + 1)2 e−2x + (x + 1)e−2x dx = − (x + 1)2 e−2x − (x + 1)e−2x + e−2x dx
2 2 2 2
   2 
1 1 1 x 3x 5 1
= − (x + 1)2 − (x + 1) − e−2x + C = − − − e−2x + C = − (2x2 + 6x + 5)e−2x + C
2 2 4 4 2 4 4

On en déduit que

y solution de (EH ) sur ] − 1, +∞[ ⇔ ∃λ ∈ R/ ∀x > −1, z ′ (x) = λ(x + 1)2 e−2x
λ
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R2 / ∀x > −1, z(x) = − (2x2 + 6x + 5)e−2x + µ
4
λ
⇔ ∃(λ, µ) ∈ R / ∀x > −1, y(x) = − (2x2 + 6x + 5)e−x + µex .
2
4
λ
Maintenant, λ décrit R si et seulement si − décrit R et en renommant la constante λ, les solutions de (EH ) sur ] − 1, +∞[
4
sont les fonctions de la forme x 7→ λ(2x + 6x + 5)e−x + µex , (λ, µ) ∈ R2 .
2

Recherche d’une solution particulière de (E). Au vu du second membre, on peut chercher une solution particulière
de la forme f0 : x 7→ (ax + b)e−x , (a, b) ∈ R2 .

(1 + x)((ax + b)e−x ) ′′ − 2((ax + b)e−x ) ′ + (1 − x)(ax + b)e−x = ((1 + x)((ax + b) − 2a) − 2(−(ax + b) + a)
+ (1 − x)(ax + b))e−x
= (2bx + (4b − 4a))e−x .

1
Par suite, f0 est solution de (E) sur ] − 1, +∞[ si et seulement si 2b = 1 et 4b − 4a = 0 ce qui équivaut à a = b = . Une
2
x + 1 −x
solution de (E) sur ] − 1, +∞[ est x 7→ e .
2

2 −x x x + 1 −x 2
S]−1,+∞ [ = x 7→ λ(2x + 6x + 5)e + µe + e , (λ, µ) ∈ R .
2

e−2x
5) Puisque la fonction x 7→ √ est continue sur R, les solutions de (E) sur R constituent un R-espace affine de
x2 + 1
dimension 2.
L’équation caractéristique de l’équation homogène est z2 + 4z + 4 = 0. Puisque cette équation admet −2 pour racine
double, les solutions de l’équation homogène associée sont les fonctions de la forme x 7→ λe−2x + µxe−2x , (λ, µ) ∈ R2 .
D’après la méthode de variation de la constante, il existe une solution particulière de (E) sur R de la forme x 7→ λ(x)e−2x +
µ(x)xe−2x où λ et µ sont deux fonctions dérivables sur R telles que
 ′
 λ (x)e−2x + µ ′ (x)xe−2x = 0
e−2x .
 −2λ ′ (x)e−2x + µ ′ (x)(−2x + 1)e−2x = √
2
x +1

xe−2x

0
1 −2x
x
−2x = − √ 2

Les formules de Cramer fournissent λ (x) = −4x e et
e √ (−2x + 1)e x +1

x 2+1
e−2x

0
√ √
1 −2x = √ 1

2 + 1 et µ(x) = argsh(x) = ln x + 2+1

µ ′ (x) = −4x −2x e . On peut prendre λ(x) = − x x
e −2e √ x2 + 1
x2 +1 √

 √ 
puis f0 (x) = − x2 + 1 + x ln x + x2 + 1 e−2x .


  √  √ 
SR = x 7→ λ + µx + − x2 + 1 + x ln x + x2 + 1 e−2x , (λ, µ) ∈ R2 .

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


17 http ://www.maths-france.fr
no 10 : Soit f une éventuelle solution. f est dérivable sur R et pour tout réel x, f ′ (x) = −f(−x) + ex . On en déduit que f ′
est dérivable sur R ou encore que f est deux fois dérivable sur R. En dérivant l’égalité initiale, on obtient pour tout réel x

f ′′ (x) = f ′ (−x) + ex = −f(x) + e−x + ex ,

et donc f est solution sur R de l’équation différentielle y ′′ + y = 2 ch(x). Par suite, il existe (λ, µ) ∈ R2 tel que ∀x ∈ R,
f(x) = ch(x) + λ cos(x) + µ sin(x).
Réciproquement, soit f une telle fonction. f est dérivable sur R et pour tout réel x,

f ′ (x) + f(−x) = (sh(x) − λ sin(x) + µ cos(x)) + (ch(x) + λ cos(x) − µ sin(x)) = ex + (λ + µ)(cos(x) − sin(x)),

et f est solution si et seulement si λ + µ = 0.


Les fonctions solutions sont les fonctions de la forme x 7→ ch(x) + λ(cos(x) − sin(x)), λ ∈ R.
 
′ 3
n 11 : Soit f une éventuelle solution. f est dérivable sur ]0, +∞[ et pour tout réel x > 0, f (x) = f
o
. On en déduit
16x

que f est dérivable sur ]0, +∞[ ou encore que f est deux fois dérivable sur ]0, +∞[. En dérivant l’égalité initiale, on obtient
pour tout réel x
   
3 ′ 3 3 3/16 3
f ′′ (x) = − 2
f = − 2
f =− f(x),
16x 16x 16x (3/16)/x 16x2

3
et donc f est solution sur R de l’équation différentielle x2 y ′′ +
y = 0 (E). Les solutions de (E) sur ]0, +∞[ constituent
16
un R-espace vectoriel de dimension 2. Cherchons une solution particulière de (E) sur ]0, +∞[ de la forme gα : x 7→ xα ,
α ∈ R.

3 α 3
fα solution de (E) sur ]0, +∞[ ⇔ ∀x > 0, x2 α(α − 1)xα−2 + x = 0 ⇔ α2 − α + =0
16 16
1 3
⇔α= ou α = .
4 4
1/4
Les deux fonctions f1 : x 7→ x et f2 : x 7→ x3/4 sont solutions de (E) sur ]0, +∞[. Le wronskien de ces solutions est
x 1/4 3/4
x 1
w(x) = 1 −3/4 3 −1/4 = 6= 0 et donc (f1 , f2 ) est un système fondamental de solutions de (E) sur ]0, +∞[. Ainsi,

x x 2
4 4
si f est solution du problème, nécessairement ∃(λ1 , λ2 ) ∈ R2 tel que ∀x > 0, f(x) = λ1 x1/4 + λ2 x3/4 .
Réciproquement, soit f une telle fonction.
31/4 λ1 −1/4 33/4 λ2 −3/4
 
′ λ1 −3/4 3λ2 −1/4 3
Pour tout réel x > 0, f (x) = x + x et f = x + x . Donc
4 4 16x 2 8

λ1 −3/4 3λ2 −1/4 31/4 λ1 −1/4 33/4 λ2 −3/4


f solution ⇔ ∀x > 0, x + x = x + x
4 4 2 8
λ1 −3/4 3λ2 −1/4 31/4 λ1 −1/4 33/4 λ2 −3/4
⇔ ∀x > 0, x + x = x + x
4 4 2 8
λ1 1/4 3λ2 3/4 31/4 λ1 3/4 33/4 λ2 1/4
⇔ ∀x > 0, x + x = x + x (après multiplication par x)
4 4 2 8
λ1 33/4 λ2 3λ2 31/4 λ1 2
⇔ = et = ⇔ λ2 = 3/4 λ1 .
4 8 4 2 3
  x 3/4 
Les fonctions solutions sont les fonctions de la forme x 7→ λ x1/4 + 2 .
3

no 12 : La fonction nulle est solution. Dorénavant, f est une éventuelle solution non nulle. Il existe donc x0 ∈ R tel que
f(x0 ) 6= 0.
Z x0 +0
• L’égalité f(x0 )f(0) = f(t) dt = 0 fournit f(0) = 0.
x0 −0
Zy
• Pour tout réel y, f(t) dt = f(0)f(y) = 0. Maintenant, la fonction f est continue sur R et donc la fonction y 7→
Zy −y

f(t) dt est de classe C1 sur R. En dérivant, on obtient pour tout réel y, f(y) + f(−y) = 0 et donc f est impaire.
−y

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


18 http ://www.maths-france.fr
Z x0 +y Z x0 +y
1 1
• Pour tout réel y, on a alors f(y) = f(t) dt. Puisque f est continue sur R, la fonction x 7→ f(t) dt
f(x0 )
x0 −y f(x0 ) x0 −y
Z x0 +y
1
est de classe C1 sur R et il en est de même de f. Mais alors la fonction x 7→ f(t) dt est de classe C2 sur R et
f(x0 ) x0 −y
il en est de même de f.

f est de classe C2 sur R.


Z x+y
• En dérivant à y fixé ou x fixé l’égalité f(x)f(y) = f(t) dt, on obtient pour tout (x, y) ∈ R2 , f ′ (x)f(y) = f(x + y) −
x−y
f(x − y) et f(x)f ′ (y) = f(x + y) + f(x − y). En dérivant la première égalité à y fixé et la deuxième à x fixé, on obtient pour
tout (x, y) ∈ R2 , f ′′ (x)f(y) = f ′ (x + y) − f ′ (x − y) = f(x)f ′′ (y). En particulier, pour tout réel x, f ′′ (x)f(x0 ) − f(x)f ′′ (x0 ) = 0
f ′′ (x0 )
ou encore f ′′ (x) − kf(x) = 0 où f = .
f(x0

f est solution d’une équation différentielle du type y ′′ − ky = 0.

• f est donc de l’un des types suivants : x 7→ λ cos(ωx) + µ sin(ωx), (λ, µ) ∈ R2 et ω > 0 ou x 7→ ax + b, (a, b) ∈ R2
ou x 7→ λ ch(ωx) + µ sh(ωx), (λ, µ) ∈ R2 et ω > 0 (suivant que k > 0, k = 0 ou k < 0). De plus, f étant impaire, f est
nécessairement de l’un des types suivants :

x 7→ λ sin(ωx), λ ∈ R∗ et ω > 0 ou x 7→ ax, a ∈ R∗ ou x 7→ λ sh(ωx), λ ∈ R et ω > 0.

Réciproquement, Z x+y
a

- si ∀x ∈ R, f(x) = ax, a ∈ R alors f(x)f(y) = a xy et 2
f(t) dt = ((x + y)2 − (x − y)2 ) = 2axy. Donc f est
x−y 2
solution si
et seulement si a = 2. On obtient la fonction solution x 7→ 2x.
- si ∀x ∈ R, f(x) = λ sin(ωx), λ ∈ R∗ et ω > 0, alors f(x)f(y) = λ2 sin(ωx) sin(ωy) et
Z x+y
λ 2λ 2
f(t) dt = (cos(ω(x − y)) − cos(ω(x + y))) = sin(ωx) sin(ωy). Donc f est solution si et seulement si λ = .
x−y ω ω ω
2
On obtient les fonctions solutions x 7→ sin(ωx), ω > 0.
ω
- si ∀x ∈ R, f(x) = λ sh(ωx), λ ∈ R∗ et ω > 0, alors f(x)f(y) = λ2 sh(ωx) sh(ωy) et
Z x+y
λ 2λ 2
f(t) dt = (ch(ω(x + y)) − ch(ω(x − y))) = sh(ωx) sh(ωy). Donc f est solution si et seulement si λ = .
x−y ω ω ω
2
On obtient les fonctions solutions x 7→ sh(ωx), ω > 0.
ω
Z +∞
e−tx e−tx
no 13 : Existence de F(x) = dt. Soit x > 0. La fonction t 7
→ dt est continue sur [0, +∞[ et est
0 1 + t2 1 + t2
1 e−tx
dominée par 2 quand t tend vers +∞. Donc la fonction t 7→ dt est intégrable sur [0, +∞[. On en déduit que
t 1 + t2
F est définie sur ]0, +∞[.

Dérivées de F. Soient a > 0 puis Φ : [a, +∞[×[0, +∞[ → R .


e−tx
(x, t) 7→
1 + t2
• Pour tout réel x ∈ [a, +∞[, la fonction t 7→ Φ(x, t) est continue et intégrable sur [0, +∞[.
• La fonction Φ admet sur [a, +∞[×[0, +∞[ des dérivées partielles d’ordre 1 et 2 par rapport à sa première variable x et
pour tout (x, t) ∈ [a, +∞[×[0, +∞[

∂Φ te−tx ∂2 Φ t2 e−tx
(x, t) = − et (x, t) = .
∂x 1 + t2 ∂x2 1 + t2
De plus
∂Φ ∂2 Φ
- pour tout x ∈ [a, +∞[, les fonctions t 7→ (x, t) et t 7→ (x, t) sont continues par morceaux sur [0, +∞[.
∂x ∂x2
2
∂Φ ∂ Φ
- pour tout t ∈ [0, +∞[, les fonctions x 7→ (x, t) et x 7→ sont continues sur [0, +∞[.
(x, t)
∂x ∂x2
−ta t2 e−ta
2
∂Φ te ∂ Φ
- pour tout (x, t) ∈ [a, +∞[×[0, +∞[, (x, t) 6 = ϕ1 (t) et
(x, t) 6 = ϕ2 (t) où les fonctions
∂x 1 + t2 ∂x2 1 + t2
1
ϕ1 et ϕ2 sont continues par morceaux et intégrables sur [0, +∞[ car sont dominées en +∞ par 2 .
t

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


19 http ://www.maths-france.fr
D’après le théorème de dérivation des intégrales à paramètres (théorème de Leibniz), F est deux fois dérivable sur [a, +∞[
et les dérivées de F s’obtiennent par dérivation sous le signe somme.
Z +∞ Ceci étant vrai pour tout réel a > 0, F est deux fois
Z +∞
−tx
∂ 2
F e t2 e−tx
dérivable sur ]0, +∞[ et pour x > 0, F ′′ (x) = dt = dt.
0 ∂x2 1 + t2 0 1 + t2
Z +∞ 2 −tx
′′ t e
∀x > 0, F (x) = dt.
0 1 + t2
Z +∞  +∞
1 1
Equation différentielle vérifiée par F. Pour x > 0, F ′′ (x) + F(x) = e−tx dt = − e−tx = .
0 x 0 x
1
∀x > 0, F ′′ (x) + F(x) = .
x
Z +∞ Z +∞ Z +∞
sin t sin u cos u
Existence de G(x) = dt. Soit a > 0. Montrons l’existence de du et du.
0 t+x a u a u
ZA ZA
sin u cos a cos A cos u cos A 1
Soit A > a. Une intégration par parties fournit du = − + − 2
du. Puisque A 6 A , on

a u a A a u
cos A cos u 1 cos u
a lim = 0. D’autre part, puisque ∀u > a, 2 6 2 , la fonction u 7→ est intégrable sur [a, +∞[ et en

A→ +∞ AZ u u Z u2
A A
cos u sin u
particulier, 2
du a une limite quand A tend vers +∞. On en déduit que du a une limite quand A tend
a u Z +∞ Z +∞ a u
sin u cos u
vers +∞ ou encore que l’intégrale du converge en +∞. De même, du converge en +∞.
a u a u
Mais alors, pour x > 0,
Z +∞ Z +∞ Z +∞ Z +∞
sin u cos u sin(u − x) sin t
cos x du − sin x du = du = dt = G(x) existe.
x u x u x u 0 t+x
G est définie sur ]0, +∞[.
sin u
Equation différentielle vérifiée par G. Puisque la fonction u 7→ est continue sur ]0, +∞[, la fonction x 7→
Z +∞ Z +∞ Zx u Z +∞
sin u sin u sin u cos u
du = du − du est de classe C1 sur ]0, +∞[. De même, la fonction x 7→ du est de
x u 1 u 1 u x u
classe C1 sur ]0, +∞[ puis G est de classe C1 sur ]0, +∞[. De plus, pour tout réel x > 0,
Z +∞ Z +∞ Z +∞ Z +∞
sin u cos x sin x cos u cos x sin x sin u cos u
G ′ (x) = − sin x du − − cos x du + = − sin x du − cos x du,
x u x x u x x u x u
puis en redérivant
Z +∞ Z +∞
′′ sin u sin2 x cos u cos2 x 1
G (x) = − cos x du + + sin x du + = −G(x) + .
x u x x u x x
1
∀x > 0, G ′′ (x) + G(x) = .
x
Z +∞ Z +∞ Z +∞
sin u cos u sin u
Limites de F et G en +∞. Puisque du et du sont deux intégrales convergentes, lim du =
Z +∞ 1 u 1 u x→ +∞ x u
cos u
lim du = 0. Puisque les fonctions sinus et cosinus sont bornées sur R. On en déduit que lim G(x) = 0.
x→ +∞ x u x→ +∞
Z +∞ −tx Z +∞
e 1
Pour tout réel x > 0, |F(x)| = dt 6 e−tx dt = et donc lim F(x) = 0.
0 1 + t2 0 x x→ +∞

lim F(x) = lim G(x) = 0.


x→ +∞ x→ +∞

2
Egalité de F et G. D’après ce qui précède, (F − G) ′′ + (F − G) = 0 et donc p il existe (λ, µ) ∈ R tel que pour tout x > 0,
2 2
F(x) − G(x) = λ cos x + µ sin x. Si (λ, µ) 6= (0, 0), alors λ cos x + µ sin x = λ + µ cos(x − x0 ) ne tend pas vers 0 quand x
tend vers +∞. Puisque lim F(x) − G(x) = 0, on a nécessairement λ = µ = 0 et donc F − G = 0. On a montré que
x→ +∞

Z +∞ Z +∞
e−tx sin t
∀x > 0, dt = dt.
0 1 + t2 0 t+x
Z +∞
sin t π
Remarque. On peut montrer que l’égalité persiste quand x = 0 (par continuité) et on obtient dt = .
0 t 2

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits réservés.


20 http ://www.maths-france.fr

Vous aimerez peut-être aussi