Vous êtes sur la page 1sur 45

N° d’ordre : 01/DSTU/2016

MEMOIRE

Présenté

L’UNIVERSITE ABOU BEKR BELKAID-TLEMCEN


FACULTE DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA
TERRE ET DE L’UNIVERS
DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’UNIVERS

Pour obtenir

LE DIPLÔME DE MASTER PROFESSIONNEL

Spécialité

Géo-Ressources

par

Adama Issa BALDE

ETUDE AEROMAGNETIQUE DES MONTS DE TLEMCEN


(ALGERIE NORD OCCIDENTALE)

Soutenu le 12 juin 2016 devant les membres du jury :

Mustapha Kamel TALEB, MA (A), Univ. Tlemcen Président


Boualem BOUYAHIAOUI, Maître de Recherche (B), CRAAG Encadreur
Abbas MAROK, Professeur, Univ. Tlemcen Co-Encadreur
Kamar Eddine BENSEFIA, MA (A), Univ. Tlemcen Examinateur
Fatiha HADJI, MA (A), Univ. Tlemcen Examinateur
DEDICACES

Je dédie se présent travail


A
Mon papa et ma chère mère,

A
Aboubacar Traoré
TABLE DES MATIERES

AVANT-PROPOS……………………………………………………………….. 3
RESUME................................................................................................................. 4
ABSTRACT……………………………………………………………………… 5

Premier chapitre : CADRE GENERAL

I. OBJECTIFS……………………………………………………………............ 6
II. METHODOLOGIE………………………………………………………….. 6
A. Acquisition des données……………………………………………… 6
B. Traitement des données………………………………………………. 6

III. RAPPEL SUR LA MAGNETOMETRIE…………………………………. 7


A. Définitions…………………………………………………………....... 7
1. Magnétométrie………………………………………………….. 7
2. Champ Magnétique Terrestre (CMT)………………………….. 7
3. Anomalie magnétique…………………………………………... 7
4. Levé aéromagnétique………………………………………........ 8
B. Principe……………………………………………………………....... 8

IV. GENERALITES GEOGRAPHIQUES ET GEOLOGIQUES………........ 10


A. Contexte géographique……………………………………………….. 10
1. Situation générale des Monts de Tlemcen (s.l.)………………. 10
2. Limites de la région d’étude (Monts de Tlemcen ) (s.s.)…... 11
B. Contexte géologique…………………………………………………... 11
1. Au plan structural…………………………………………....... 11

1
2. Au plan stratigraphique……………………………………….. 13

Deuxième chapitre : TRAITEMENTS ET INTERPRETATION DES


DONNEES

I. DESCRIPTION DU LEVE…………………………………………………… 16
A. Levé 1971-1974………………………………………………………... 16
B. Paramètres techniques……………………………………………….. 16
C. Prétraitement des données…………………………………………… 17

II. TRAITEMENT ET INTERPRETATION DES DONNEES………………. 17


A. CARTOGRAPHIE MAGNETIQUE…………………………........... 17
1. Carte de l’anomalie magnétique de la région d’étude.................. 17
2. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle……………….. 18
3. Dérivées horizontales et verticales …………………………… 19
4. Carte des prolongées.……………………….…………………... 22
5. Détermination de la profondeur des sources à partir de la
méthode d’Euler 3D……………………………………………… 28
6. Axes et linéaments magnétiques………………………………... 29

III. CONCLUSION……………………………………………………………… 30

CONCLUSION GENERALE…………………………………………………... 31

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES………………………………………. 32
LISTE DES FIGURES…………………………………………………............... 34

2
AVANT-PROPOS
AVANT-PROPOS

Je tiens à remercier, tout d'abord Monsieur Abbas MAROK, Professeur à


l’Université Abou Bekr Belkaïd- Tlemcen et Monsieur Boualem BOUYAHIAOUI, Maître
de Recherche (B) au CRAAG pour avoir bien voulu accepter de m'assurer la direction de
ce travail, pour leur soutien pédagogique et moral, pour leurs encouragements, leurs sens
d'orientation, leurs directives; corrections et remarques qui m'ont été d'une utilité
inestimable.

Merci à Madame Fatiha HADJI, Monsieur Kamar Eddine BENSEFIA et


Monsieur Mustapha Kamel TALEB de vouloir accepter de lire et de critiquer ce modeste
travail.

Je ne peux oublier Monsieur Choukri SOULEMANE et Mademoiselle Ismahane


CHAOUCHE pour leurs précieux conseils et soutiens de tous genres et surtout pour leur
accompagnement durant tout ce temps.

Je remercie ma famille, particulièrement mon papa et ma maman, qui n'ont cessé de


m'apporter leur soutien familial et moral, de m'encourager à persévérer dans mes études et
à résister face aux difficultés de la vie à l’étranger pour avancer dans mes projets.

Mes remerciements vont également à l'endroit de Monsieur DIALLO née


SAIKOU YAYA, de mes amis d'Algérie lesquels, chacun de son coté m'ont également
apporté leurs soutiens.

J'exprime ma profonde gratitude à tous mes enseignants de l’Université Abou Bekr


Belkaïd-Tlemcen qui ont participé à ma formation universitaire.

Qu’il me soit permis d’exprimer ma profonde reconnaissance aux camarades de


géologie d’avoir contribués directement ou indirectement à la réussite de ce travail de
recherche.

3
RESUME
RESUME

Dans le but d’actualiser les schématiser les différents axes et


données géologiques des Monts de linéaments qui coïncident fort bien avec
Tlemcen, une nouvelle approche le système d’accidents de direction
géophysique a été utilisée ici. Elle est tellienne et qui est parfois découpé par
basée sur l’interprétation d’un levé des accidents généralement subméridiens.
aéromagnétique réalisé par la société Enfin, l’application de la déconvolution
Nord-américaine Aero Service d’Euler 3D pour déterminer les
Corporation (1971-1974). Les résultats profondeurs des sources génératrices des
obtenus sous forme de cartes d’anomalies anomalies magnétiques montre
magnétiques (réduite au pôle, dérivées l’existence des structures identifiées dans
horizontales et verticales, prolongées), une gamme de profondeurs allant de 470
nous ont permis pour la première fois de à 2750 m.

Mots-clés: Monts de Tlemcen, Levé aéromagnétique, Anomalie magnétique,


Déconvolution , Axe et linéament.

4
ABSTRACT
ABSTRACT

Here we present the results of the for the first time to sketch the different
geophysical approach in order to update axes and lineaments which coincide with
the geological data of Tlemcen Mountains. the Tellian direction of the fault system,
Analyses are based on the interpretation of sometimes cut by accidents generally
an aeromagnetic survey realized by the submeridian.Finally, the application of 3D
North American Company -Aero Service Euler deconvolution to determine the
Corporation- (1971-1974). Data presented depths of the generating sources for
in this work by Magnetic Anomaly Maps magnetic anomalies shows the existence of
form (reduced to pole, horizontal and the structures identified in a range of
vertical derivatives, prolonged) allowed us depths ranging from 470 to 2750 m.

Keywords: Tlemcen Mountains, aeromagnetic, magnetic anomaly, deconvolution, axis


and lineament.

5
Premier chapitre : CADRE GENERAL
Premier chapitre : CADRE GENERAL

I. OBJECTIFS

Ce travail a pour objectif d’analyser, de traiter et d’interpréter des données


aéromagnétiques afin de mettre en évidence les structures géologiques caractérisant les
Monts de Tlemcen. De ce fait, le présent travail s’articule sur :

-La description du levé aeromagnetique des Monts de Tlemcen ;


-Le traitement des données par les logiciels (Surfer 8, Oasis Montaj &
Global Mapper) ;
-L’établissement de plusieurs cartes magnétiques qui seront par la suite
interprétées avec prudence ;
-La corrélation et le rapport entre les résultats magnétiques avec les données
de terrain, en particulier, les données structurales.

II. METHODOLOGIE

La méthodologie du travail consiste à recueillir des données obtenus a partir des


levés réalisés sur le terrain à fin de les introduire dans les différents logiciels pour procéder
à l’établissement des cartes d’anomalies magnétiques. Ainsi, les différents logiciels utilisés
sont :

-Le Surfer 8 : utilisé pour l’établissement des cartes de positionnement et


l’élimination des valeurs aberrantes ;
-Le Global Mapper : son utilisation consiste à établir le modèle numérique
de terrain (M.N.T),
-L’Oasis Montaj : c’est le logiciel de base pour l’application des différents
filtres (réduction au pôle, gradients, prolongée, Euler,…).

A. Acquisition des données

Dans le présent travail, les données aéromagnétiques proviennent de l’acquisition


réalisée entre 1971-1974, avec la compagnie américaine Aero Service Corporation. Cette
acquisition a été effectuée par deux types d’avions équipés d’un magnétomètre et un
système de navigation électronique (Doppler).

B. Traitement des données

Le traitement de données se fait à partir des différents logiciels énumérés plus haut,
permettant ainsi l’établissement des cartes d’anomalies magnétiques.

6
III. RAPPEL SUR LA MAGNETOMETRIE

A. Définitions

1. Magnétométrie

L’une des méthodes de la géophysique, la magnétométrie consiste à mesurer le


champ magnétique ambiant. Ce dernier est l’addition du magnétisme terrestre et du champ
magnétique généré par la présence des masses ferreuses se trouvant dans le champ de
détection (Fleury, 2011). Les méthodes magnétiques sont physiquement plus complexes vu
que le champ magnétique terrestre varie au cours du temps. C'est un champ dipolaire qui
peut varier en intensité et en direction, contrairement au champ gravitationnel qui ne varie
que verticalement (Fleury, 2011).

2. Champ Magnétique Terrestre (CMT)

L’induction magnétique mesurée à la surface de la terre, notée B est une grandeur


vectorielle dont l’intensité se mesure en Tesla (T). Ceci correspond au Weber-2 ou bien
encore au kg-2.A-1 dans le système international (SI) (Fleury, 2011). Elle est la résultante
de toutes les sources magnétiques environnantes, à savoir : noyau, croûte, objets
géologiques ou anthropiques, ionosphère, magnétosphère, etc. (fig. 1).

Figure 1. Exemple du champ magnétique terrestre mesuré en juin 2014 par la sonde
Swarm (ESA/DTU Space).

Les différentes sources se distinguent par un magnétisme de type rémanent ou de


type induit, c'est-à-dire engendré par un flux de courant respectivement interne ou externe
à la source magnétique. Il est à noter que le champ magnétique créé par le noyau
représente à lui seul plus de 80 % du champ magnétique total mesuré à la surface de la
terre (Campbell, 1997 ; Roy, 2008).

3. Anomalie magnétique

Par définition, une anomalie est le reflet d’une perturbation dans le champ
magnétique qui provient d’un changement local dans l’aimantation ou dans les constantes
d’aimantation. On peut étudier les anomalies observées dans deux domaines et à des
échelles différentes :

7
-En géophysique du globe pour étudier les problèmes soulevés par l’origine du
champ géomagnétique, les inversions du champ principal et le mécanisme de dynamo dans
le noyau (Du Bois et al., 2011).

Figure 2. Exemple d’anomalies magnétiques enregistrées lors du mouvement de la dorsale.


(http://www.maxicours.com)

-En géophysique appliquée (dans le domaine de la prospection) pour en déduire la


géométrie des sources situées dans la croûte qui produise ces anomalies (Du Bois et al.,
2011).
4. Levé aéromagnétique

Un levé aéromagnétique consiste à mesurer le champ magnétique terrestre afin de


détecter les variations locales dues au magnétisme et au ferro-magnétisme des structures
géologiques locales. Un tel levé est utilisé pour la cartographie géologique ainsi que pour
l'exploration minière et pétrolière.

B. Principe

Le champ magnétique est mesuré par un magnétomètre installé au bout de l’aile de


l’avion, formant ainsi un gradiomètre magnétique (fig. 3). Notons que le principal défi est
de soustraire l’influence du champ magnétique causé par l’avion, sur les données mesurées
par les magnétomètres.

Dans le présent travail, les magnétomètres utilisés lors de la campagne


d’acquisition des données sont: le magnétomètre a pompage optique au Sécium de type
Varian, ayant une résolution inférieure à 0.02nT, et celui appelé Flux gate (vanne de flux )
ayant une résolution de 0.5nT.

8
a

Figure 3. Principe de la méthode


aéromagnétique.
a : l’avion utilisé dans l’acquisition des
données ; b : carte d’anomalie magnétique
obtenue.

9
IV. GENERALITES GEOGRAPHIQUES ET GEOLOGIQUES

A. Contexte géographique

1. Situation générale des Monts de Tlemcen (s.l.)

Situés à l’extrême ouest de l’oranie, les Monts de Tlemcen au sens large (s.l.) sont
limités au Nord par le bassin miocène représenté par la plaine de Maghnia, la plaine de
Hennaya et la continuité occidentale de la plaine de Sidi Bel Abbès, au Sud par les Hautes
Plaines oranaises, à l’Est par les Monts de Daïa et enfin et à l’Ouest par les terrains
paléozoïques marocains (Fig. 4 et 5).

Figure 4. Situation géographique des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.).

Figure 5. Situation géographique des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.).


(Modèle numérique de terrain)

10
2. Limites de la région d’étude (Monts de Tlemcen) (s.s.)

A la différence des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.), la continuité orientale du


Horst de Rhar Roubane correspond aux Monts de Tlemcen au sens strict (s.s.). Cette
chaîne de montagne orientée grossièrement E-W est limitée au Nord par le bassin miocène
(Plaine de Maghnia, Plaine de Hennaya et la plaine de Sidi Bel Abbès), au Sud par les
Hautes Plaines oranaises, à l’Est par les Monts de Daïa et enfin et à l’Ouest par le Horst de
Rhar Roubane (Fig. 6).

Figure 6. Limites des Monts de Tlemcen au sens strict (s.s.).


(Modèle numérique de terrain)

B. Contexte géologique

1. Au plan structural

Les grands traits structuraux des Monts de Tlemcen (s.l.) et les reliefs qui les
relaient vers l’Est (Monts de Daïa) correspondent à plusieurs phases tectoniques. D’après
le schéma structural présenté par Benest (1982)(fig. 7), les Monts de Tlemcen (s.s.) se
développent entre les transversales de Tafna-Magoura (FTM) et d’Aïn Tellout (FAT) et
sont découpés en trois segments principaux articulés au niveau de zones de torsion
maximale. Les trois segments individualisés seront d’écrits d’Ouest en Est (in Lasgaa,
2012).

1.1. La zone sigmoïde de Sidi Yahia-Sebdou

Cette zone se caractérise par des structures montrant un net débordement vers le
NNE. Les structures ainsi déterminées, souvent sub-méridiennes paraissent intercepter des
éléments plus anciens de l’architecture NE-SW (Benest, 1982, p. 352).

11
1.2. Le panneau central arqué de Terni (PT)

Ce panneau PT est nettement décroché vers le NW le long de la faille bordière


orientale du fossé de la Tafna (Benest, 1982, p. 352).

1.3. Le bloc sigmoïde de Lamoricière (BL)

Ce bloc (BL) est coincé entre la transversale N 20 à rejeu sénestre d’Oued Chouly
(FOC) et de la faille d’Aïn Tellout (FTA) (Benest, 1982, p. 352).

En somme, Les principaux événements tectoniques envisageables pour les Monts


de Tlemcen sont résumés ici d’après les travaux de Benest (1982) et Benest & al. (1999). Il
s’agit de :

-la phase éocrétacé ;


-la phase atlasique (liée à des mouvements compressifs et distensifs) ;
-la phase de compression N-S à NW-SE avec un paroxysme miocène
probable ;
-la phase à dominante distensive (elle contribue à la surrection de la plupart
des reliefs actuels) ;
-la phase récente (plio-quaternaire) qui se traduit par des mouvements soit
compressifs, soit distensifs.

HAUTES PLAINES
ORANAISES

Figure 7. Schéma structural des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.)


(d’après Benest, 1982).

12
2. Au plan stratigraphique

En se basant sur les travaux de Benest (1985) et Benest et al. (1999), la série
géologique de la région d’étude comprend dans l’ordre chronologique la succession
suivante (fig. 8) :

Hormis les quelques pointements triasiques qui affleurent au Sud (Djebel Arbi) et à
l’Est (Aïn Tellout), la série mésozoïque est constituée de bas en haut par :

2.1. Le Mésozoïque

a. Le Jurassique

Dans les Monts de Tlemcen (s.s), les premiers dépôts du Jurassique sont datés du
Jurassique supérieur. Ainsi, Nous relevons la succession des principales formations
géologiques suivantes :

-Les Argiles de Saïda (Callovien-Oxfordien) (Ep. moyenne = 200 m)

Formée généralement d’une alternance d’argiles et de grés, la formation des


« Argiles de Saïda » se distingue par son caractère flyschoïde (Elmi & Benest, 1978). Il
s’agit des dépôts très riches en structures sédimentaires et en contenu faunistique.

-Les Grès de Bou Medine (Oxfordien supérieur-Kimméridgien supérieur


p.p.) (Ep. moyenne = 300 m)

A prédominance gréseuse, cette formation est caractérisée par des bancs parfois
métriques, de grès à litages obliques ou entrecoupés. On distingue ça et là quelques
niveaux très riches en fossiles.

-Les Calcaires de Zarifet (Kimméridgien supérieur)(Ep. moyenne = 100 m)

Il s’agit des bancs de calcaires parfois dolomitiques séparés par des minces
intercalations de calcaires marneux fossilisés.

-Les Dolomies de Tlemcen (Kimméridgien terminal)(Ep. moyenne = 200 m)

Cette formation correspond au premier grand ensemble dolomitique du Jurassique


supérieur de Lucas (1942)(in Benest, 1985). Il s’agit essentiellement de bancs dolomitiques
admettant localement des intercalations lenticulaires de calcaires.

-Les Marno-calcaires de Raourai (Tithonien basal)(Ep. moyenne = 60 m)

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une formation très marneuse avec des
intercalations de calcaires. Latéralement, et dans certains endroits, le faciès comprend des
intercalations gréseuses.

13
-Les Calcaires de Lato (Tithonien inférieur)(Ep. moyenne = 60 m)

Il s’agit essentiellement de calcaires micritiques souvent fossilifères. Certains faciès


correspondent à des calcaires dolomitiques et oolithiques.

-Les Dolomies de Terni (Tithonien inférieur)(Ep. moyenne = 50 m)

Peu fossilifère, cette formation correspond à des calcaires dolomitiques (Dolomies


selon le vocabulaire de Benest, 1985, p. 129).

-Les Marno-calcaires de Hariga (Tithonien supérieur)(Ep. moyenne = 165 m)

C’est une alternance de calcaires et de marnes. Cette formation présente quelques


variations de faciès représentées par les calcaires dolomitiques.

-Les Marno-calcaires d’Ouled Mimoun (Tithonien supérieur à Berriasien


basal) (Ep. moyenne = 250 à 300 m)

Développée au sommet des dépôts jurassiques des Monts de Tlemcen, Cette


formation dont l’épaisseur peut atteindre 700 m est constituée principalement par une
alternance d’argiles, de grès et de calcaires à la base. Vers le sommet, le faciès devint
essentiellement carbonaté (calcaires oolithiques et dolomitiques).

b. Le Crétacé

Dans les Monts de Tlemcen, les dépôts attribués au Crétacé sont représentés
seulement par trois formations géologiques qui indiquent le Crétacé inférieur. Ainsi, nous
distinguons :
-Les Argiles de Lamoricière (Berriasien moyen à Valanginien)(Epaisseur
maximale = 250 m El Rhoraf)

Reposant sur les « Marno-calcaires d’Ouled Mimoun », cette formation est à


dominante argilo-gréseuse. Vers le sommet, elle admet des nivaux carbonatés.

-Les Grès de Berthelot (Hauterivien)(Ep. moyenne = 150 m)

C’est une alternance de grés et d’argiles, surmontée par des bancs carbonatés.

-Les Calcaires de Zygine (Barrémien supérieur-Aptien) (Ep. moyenne= 150 m)


Ce sont généralement des calcaires récifaux.

2.2. Le Cénozoïque

La série cénozoïque est représentée par :

a. L’Eocène continental

Dans la partie méridionale des Monts de Tlemcen, les premiers dépôts datés de
l’Eocène moyen-supérieur sont des faciès détritiques à gastéropodes continentaux qui
peuvent atteindre 150 m d’épaisseur (Benest & al., 1999).

14
b. Le Miocène marin

Alors que l’Oligocène est absent, les dépôts du Miocène marin (Serravallien-
Tortonien) sont constitués essentiellement de marnes bleues ou vertes à intercalations
gréseuses.

2.3. Le Quaternaire

Il est représenté que par des formations continentales qu’il est difficile de dater
avec précision (Collingnon, 1986).

Figure 8. Carte géologique de la région de Tlemcen


(Extrait de la carte géologique de l’Algérie-Oran Nord au 1/ 500 000)

15
Deuxième chapitre : TRAITEMENT ET INTERPRETATION DES DONNEES
Deuxième chapitre : TRAITEMENT
ET INTERPRETATION
DES DONNEES

I. DESCRIPTION DU LEVE

En Algérie, les levés aéromagnétiques ont été réalisés principalement dans le but de
l’exploration minière et pétrolière.

A cet effet, deux campagnes d’acquisition ont été effectuées dans les années 1960
et 1970. La première de 1969 et la deuxième entre 1971-1974 sont réalisées par la
compagnie Nord-américaine Aero Service Corporation.

Le premier levé effectué en 1969 a ciblé les bassins sédimentaires de la plate-forme


saharienne (à l’exemple des bassins de : Reggane, Hassi homeur, l'Ahnet et l'Ougarta, soit
une superficie de 350000 km²).

Par contre, le levé effectué entre 1971– 1974 a ciblé tout le reste du territoire
national non survolé en 1969, sur une superficie de plus de 2031741 km². C’est à partir des
données issues de ce deuxième levé que plusieurs travaux scientifiques ont été réalisés (par
Ladjadj, 2009 ; Boukerbout & Abtout, 2010).

A. Levé 1971-1974

Ce levé a été effectué avec l’enregistrement simultané du canal magnétique et du


canal spectrométrique réalisé à 150 m au dessus du sol (altitude de vol). Les objectifs fixés
par cette couverture aéroportée étaient essentiellement la recherche minière systématique et
la cartographie géologique régionale. L’acquisition s’est effectuée en suivant des lignes de
vol distantes en moyenne de 2 km, mais qui pouvait atteindre les 10 km, avec un pas de
mesure de l’ordre de 50 m. Pour les régions les plus intéressantes, un maillage plus séré a
été appliqué : l’espacement des lignes est de 0.5 à 1 km, et de 5 à 10 km pour les traverses.

Toutes les mesures effectuées sont enregistrées sous format numérique dans des
bandes magnétiques, et représentées sous forme de cartes de champ total (Boubekri, 2006).
Il s’agit du fichier DATA qui sera utilisé pour ce projet de fin d’études.

B. Paramètres techniques

Pour effectuer les mesures du champ magnétique total deux types différents de
magnétomètres à haute résolution ont été utilisés :

-Le premier est à pompage optique au Sécium de type Varian, ayant une résolution
inférieure à 0.02nT ;

-Le second est de type Flux gate (Vanne de flux) ayant une résolution de 0.5nT.

16
Il est à noter que la navigation a été effectuée à l’aide du système de navigation
Doppler type A DRA-12 Bendix Doppler. Afin de réduire l’influence des instruments et de
l’avion sur le magnétomètre, un système de compensation magnétique a été prévu. Pour
garder la position horizontale de l’avion une boussole de type Sperry CL2 a été utilisée
ayant une résolution de ±1°, raccordée au système de navigation. Pour l’enregistrement de
toutes les données numériques sur des bandes magnétiques un système d’acquisition de
type lancé a été utilisé (Boubekri, 2006).

C. Prétraitement des données

Après l'acquisition des données brutes collectées. Plusieurs étapes suivront :

-L'étape du prétraitement qui a pour but de donner lieu à l'exploitation des données
brutes (à l'origine); et inclut l'interpolation des données et quelques filtrages.
-L’étape d’élaboration d’un fichier issu de prétraitement est mets à notre
disposition. Ce fichier comprend longitude, latitude et l’anomalie magnétique de chaque
point de mesure.

II. TRAITEMENT ET INTERPRETATION DES DONNEES

Un certain nombre de traitements sont représenté sous forme de cartes : carte de


l’anomalie magnétique, la réduite au pôle, les dérivées : gradients horizontales et verticale,
les prolongées, etc. Les outils de traitement (filtres) sont utilisés pour déterminer
l’information présente dans les données.

Il est important de souligner que le but de ce genre de traitements est souvent


l’identification de la nature et les structures géologiques tels que les failles et les types de
contacts. Donc, nous devons identifier et localisé en surface et en profondeur les structures
responsables de ces anomalies à fin de les décrire et les interpréter.

A. Cartographie magnétique

1. Carte de l’anomalie magnétique de la région d’étude (fig. 9)

La carte de l’anomalie magnétique a été établie par le logiciel Oasis Montaj. Elle
est tracée en utilisant la méthode interpolation (Minimum de Curvature) et présente des
valeurs d’anomalie allant de -56.28 et 138.66 nT. Nous observons sur cette carte
d’importantes anomalies, de forme, d’organisation, d’orientation différentes et de très forte
intensité.

Cette carte montre une importante anomalie positive au Nord (rouge sur la figure),
allongée NE-SW, située à l’Ouest de la ville de Tlemcen.

Par ailleurs, De part et d’autre de Sebdou, nous enregistrons une anomalie négative
(couleur bleue), allongée NE-SW. Cette anomalie négative semble être séparée, par un axe
positif (couleur rouge) en deux petites anomalies (A3 et A4). Cette variation d’anomalie
est due à un changement de formation géologique et à l’aspect structural de la région
d’étude.

17
A1

A2

A4

A3

Figure 9. Carte de l’anomalie magnétique de la région d’étude.

2. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle (fig. 10)

Le traitement et l’interprétation des données aéromagnétiques ont été effectués à


l’aide du logiciel oasis montaj (www.geosoft.com). Les résultats et l’interprétation sont
présentés sous forme de cartes.

La carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle est obtenue par l’application du


filtre RTP (Reduce To the Pole) qui a pour but de replacer les anomalies magnétiques aux
positions correspondant a l’aplomb de leur sources. Ce filtre est calculé en choisissant un
point se situant au centre de la carte d’anomalie magnétique (1.50° Ouest et 34.75° Nord)
ayant des valeurs d’inclinaison et de déclinaison tirées du modèle du champ normal de
l’IGRF (International Geomagnetic Reference Field) à une époque, correspondant à la
période de l’acquisition (nous avons choisis la date du 01 Janvier 1973). Ce type de carte
facilite l’interprétation qualitative et l’analyse structurale.

Ainsi, la carte d’anomalie magnétique réduite au pôle obtenue montre un léger


décalage des anomalies vers le Nord avec l’apparition d’anomalies positives au Sud que
nous notons (A5 et A6 et la A7).

18
D’autre part, nous remarquons la disparition de l’anomalie négative A1. Cette carte
de l’anomalie magnétique réduite au pôle sera utilisée comme document de base pour les
différents traitements qui vont suivre (prolongées, dérivées).

A2 A6
A4

A3

A7
A5

Figure 10. Carte de la réduite au pôle de la région d’étude.

3. Dérivées horizontales et verticales

Le filtre de dérivée est souvent utilisé pour des interprétations qualitatives, car il
s’avère être un moyen très efficace pour faire ressortir les anomalies de petites longueurs
d’ondes (Boubekri, 2006). Les dérivées horizontales font ressortir les linéaments
perpendiculaires au sens de la dérivation. Alors que, les dérivées verticales focalisent les
sources superficielles (Boubekri , 2006). Notons que le filtre de dérivé (gradient) a été
appliqué à la carte d’anomalie magnétique réduite au pôle.

3.1. Carte de la dérivée horizontale selon X (fig. 11)

La carte de la dérivée horizontale suivant X de l’anomalie magnétique réduite au


pôle, nous permis de mettre en évidence des linéaments et des axes orientés dans la
direction perpendiculaire (suivant Y). Dès lors, nous observons une série d’axes et de
linéaments qui peuvent être synthétisés sur cette carte :

19
-4 axes NE-SW à l’Est de Sebdou ;
-4 axes NNW-SSE à l’Ouest de Sebdou,
-3 axes NE-SW à NNE-SSW à l’Ouest de Tlemcen.

En somme, les différentes structures énumérées sur cette carte correspondent fort
bien à un système de failles de direction tellienne qui sont parfois découpées par des failles
obliques dont les principales sont subméridiennes.

Figure 11. Carte de dérivée horizontale (suivant X) de l’anomalie


magnétique réduite au pôle.

3.2. Carte de la dérivée horizontale selon Y (fig. 12)


La carte de la dérivée horizontale suivant Y de l’anomalie magnétique réduite au
pôle a permis de distinguer des linéaments et des axes orientés dans la direction
perpendiculaire (suivant X). Ainsi, nous avons pu tracer une série d’axes et des linéaments
d’orientation, principalement, NE-SW.
3.3. Carte de la dérivée verticale (fig. 13)
La carte de la dérivée verticale de l’anomalie magnétique montre les zones de
différentes intensités magnétiques. Dans cette optique, nous observons la distribution de
l’anomalie magnétique sur l’ensemble de la zone, a noté (A1 à A7).

20
A1

A2
A6

A4
A5

A3

Figure 12. Carte de dérivée horizontale (suivant Y) de l’anomalie


magnétique réduite au pôle.

21
A1
A2
A6

A3
A7

A5

Figure 13. Carte de la dérivée verticale de l’anomalie magnétique réduite au pôle.

4. Cartes des prolongées (fig. 14, 15, 16, 17 et 18)

La carte d’anomalie magnétique résulte de la superposition d’anomalies de courtes


longueurs d’ondes, souvent dues aux corps superficiels de petites tailles et d’anomalies de
grandes longueurs d’ondes, dues généralement aux structures plus profondes ayant des
dimensions importantes (Boubekri, 2006).

A cet effet, si on s’intéresse aux sources profondes (grandes longueurs d’ondes) et


on veut bien les suivre en profondeur, les sources superficielles constituent alors un bruit
qui peut être éliminé.

Dans le présent travail, nous avons prolongé la carte de l’anomalie magnétique


réduite au pôle à 1000 m, 2000 m, 5000 m, 10000 m, 20000 m. Les différentes cartes ainsi
obtenues montrent clairement l’atténuation des courtes longueurs d’ondes, dues à des
sources superficielles et aux différents bruits, pour obtenir une variation régulière à partir
de 10000 m de prolongée.

22
A2
A6

A4

A3

A7

A5

Figure 14. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 1000 m.

23
A2
A6

A4

A3

A5 A7

Figure 15. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 2000 m.

24
A2
A6

A4

A3

A5 A7

Figure 16. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 5000 m.

25
A2

A4

A5

Figure 17. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 10000 m.

26
A2

A4
A5

A3

Figure 18. Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 20000 m.

27
5. Détermination de la profondeur des sources à partir de la méthode d’Euler
3D (fig. 19)

Afin de mieux caractériser les anomalies et les accidents tectoniques de la région,


nous avons appliqué la déconvolution d’Euler (Thompson, 1982 ; Reid et al., 1990) aux
données des champs d’anomalies magnétique réduite au pôle.

La méthode dite d’Euler permet l’estimation de la profondeur des sources


automatiquement, à partir des données de champs de potentiel. Cette méthode est basée sur
l’équation d’homogénéité d’Euler. Elle utilise les gradients horizontaux et verticaux
mesurés ou calculés à partir des données. En plus de la profondeur, la déconvolution
d’Euler fournit une indication sur le type de source en la caractérisant par un indice
structural. Dans le présent travail, nous avons effectué plusieurs testes (plus de 30 tests) en
faisant varier différents paramètres pour l’indice structural, de la taille de la fenêtre et de la
tolérance. Ceci, nous a permis de remarquer que les meilleurs résultats ou regroupement
des solutions sont obtenus pour une taille de fenêtre égale à 8, un critère de sélection des
solutions qui est la tolérance de 12 % et un indice structural de 0. Notons qu’un indice
structural de 0 correspond à la localisation des faille et contact géologique (Reid et al.,
1990).
Sur la figure ci-après, sont représentés les résultats obtenus pour les données
correspondantes. Les structures sont identifiées dans une gamme de profondeurs allant de
470 à 2750 m.

Figure 19. Carte des solutions d’Euler de l’anomalie magnétique réduite au pôle de la
région d’étude.
(fenêtre 8, tolérance de 12% et indice structural de 0)

28
6. Axes et linéaments magnétiques (fig. 20)

Afin de mieux schématiser les résultats obtenus par différents traitements, nous
résumons toutes ces observations par une carte interprétative des corps et linéaments
magnétiques. Cette carte montre différentes zones du point de vue signature magnétique.

Ainsi, les axes magnétiques en traits pleins sont les axes confirmés par plusieurs
traitements (prolongées, gradients, ..), alors que les traits discontinus représentent les axes
et linéaments observés localement après l’application d’un seul filtre. Les différents
linéaments délimitant les grandes structures géologiques des Monts de Tlemcen sont
synthétisés sur la carte ci-après. Ils confirment fort bien les résultats des travaux publiés
par Benest et Elmi.

FTM

Figure 20. Carte schématique des axes et linéaments magnétiques.


(FTM : Faille Tafna-Magoura)

29
III. CONCLUSION

L’interprétation des données magnétiques dans les Monts de Tlemcen, nous ont
permis de mettre en évidence et d’identifier plusieurs axes et linéaments magnétique, que
nous avons représentés dans carte schématique (fig. 20). La carte structurale obtenue nous
montre nettement des failles et contacts affectant la région (FTM située au Nord de la
carte et à l’Ouest de la ville de Tlemcen). Ces contacts géologiques sont situés à des
profondeurs allant de 470 à 2750 m.

30
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

Dans ce présent travail nous avons été amenés à décrire, analyser, traiter et
interpréter les levés aoeromagnetique du nord ouest de l’Algérie, plus précisément les
Monts de Tlemcen. Les données que nous avons utilisées ont été acquises entre 1971-1974
par la société Aeroservice. Les résultats obtenus étaient représentés sous forme des cartes
magnétiques.

La carte de l’anomalie magnétique des Monts de Tlemcen obtenue présente des


valeurs d’anomalie allant de -56.28 et 138.66 nT. L’ouest de la ville de Tlemcen est
caractérisé par une importante anomalie positive, allongée NE-SW. Par ailleurs, le sud de
Sebdou est Schématisé par un ensemble composé par deux anomalies négatives. Ces deux
anomalies négatives sont séparées par un grand axe NE-SW passant la ville de Sebdou.

L’interprétation qualitative par l’application de filtres dans le domaine de Fourrier


(réduction au pôle, gradients horizontales et vertical, prolongées) a permet de mettre en
relief les grands traits structuraux, constituant la région d’étude et de les suivre en
profondeurs (accidents majeurs, système de failles, corps magnétiques). L’application de
ces filtres a permet d’établir les différentes cartes magnétiques conduisant à la carte
schématique des axes et linéaments magnétique. Afin de mieux schématiser les résultats
obtenus par différents traitements, nous avons représenté nos observations sur une carte
interprétative des corps et linéaments magnétiques. Plusieurs linéaments délimitent les
grandes structures géologiques des monts de Tlemcen sont synthétisés sur cette carte que
nous proposons.

Afin de quantifier les résultats obtenus et déterminer les profondeurs de ces axes et
linéaments magnétiques nous avons appliqué la deconvolution d’Euler 3D. Plusieurs tests
ont été effectués afin d’obtenir un modèle fiable et représentatif. Le meilleur résultat ou
regroupement des solutions est obtenu pour une taille de fenêtre égale à 8, un critère de
sélection des solutions qui est la tolérance de 12 % et un indice structural de 0 (correspond
à la localisation des faille et contact géologique). Avec ces paramètres, nous identifions des
structures dans une gamme de profondeurs allant de 470 à 2750 mètres.

Ce travail pourrait être complété par une modélisation et une inversion 3D, ainsi
qu’une analyse par ondelettes complexe qui pourrait donner des informations sur le
pendage des différentes structures identifiées. Par ailleurs, les nouveaux éléments
structuraux trouvés suite à cette analyse peuvent contribuer à différentes études ultérieures
au niveau des Monts de Tlemcen au sens large et sens strict.

31
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BENEST M. (1982) - Importance des décrochements sénestres (N-S) et dextres (E-W)


dans les Monts de Tlemcen et de Daïa (Algérie occidentale). Rev. Géol.
Dayn. Géogr. Phy. Vol. 23, pp. 345-362.

BENEST M. (1985) - Evolution de la plate-forme de l’Ouest Algérien et du Nord-Est


marocain au cours du Jurassique supérieur et au début du Crétacé :
stratigraphie, milieux de dépôt et dynamique sédimentaire. Docum. Lab.
Géol. Lyon, n° 95, 581 p., 145 fig., 23 pl.

BENEST M., BENSALAH M., BOUABDELLAH H & OUARDAS T. (1999)- La


couverture mésozoïque et cénozoïque du domaine Tlemcénien (Avant-Pays
Tellien d’Algérie Occidentale) : stratigraphie, paléoenvironnements,
dynamique sédimentaires et tectogenèse alpine. Bull. Serv. Géol. Algérie,
Vol. 10, n° 2, pp. 127-157, 7 fig.

BOUBEKRI H. (2006)-Inversion traditionnelle automatisée des données magnétique,


application aux données du Hoggar. Mém.. Magister, Univ. Houari
Boumediene, Algerie, 159 p.

BOUKERBOUT H. & ABTOUT A. (2010)- Le levé aéromagnétique algérien : champ


magnétique total ou champ d’anomalie magnétique. Bull. Serv. Géol. Nat.,
Vol. 21, n°2, pp. 183-200, 24 fig., 1 tabl.

CAMPBELL W. C. (1997)- Introduction to geomagnetic fields, Cambridge University


Press, NewYork.

COLLIGNON B. (1986)- Hydrogéologie appliquée des aquifères karstiques des Monts


de Tlemcen (Algérie). Thèse. Doct., Univ. Avignon, France, 282 p.

DU BOIS J., DIAMENT M. & COGNE J.P. (2011)-Géophysique. 4eme éd., Press de
Snel. 256 p.

ELMI S. & BENEST M. (1978)- « Les Argiles de Saïda » Faciès flaschoïdes du


Callovien-Oxfordien du sillon tlemcecénien (Ouest algérien). 1er Coll.
Centr. Inter. Etud. Lias., n° 14, pp. 43-57, 2 pl.

FLEURY S. (2011)- Méthode magnétique appliquée à l’exploration multi-échelle du


bassin de Franceville. Thèse. Doct., Univ. Strasbourg, France, 330 p.

LADJADJ Y. (2009)- Etude structurale du bassin du bas Chellif à partir des données
gravimétriques, magnétiques et sismiques. Dipl. Magister, Univ. Sétif,
Algérie, 67 p.

32
LASGAA I. (2012)- Le Berriasien de la région d’Ouled Mimoun: Micropaléontologie,
sédimentologie et paléoenvironnements (Tlemcen, Algérie Nord
occidentale). Dipl. Magister, Univ. Tlemcen, Algérie, 64 p.

REID A.B., ALLSOP J. M., GRANSER H., MILLETT A. J. & SOMERTON I. W.


(1990)- Magnetic interpretation in three dimensions using Euler
deconvolution. Geophysics, vol. 55, n°1, pp. 80-91.

ROY K.K. (2008)- Potential theory in applied geophysics, Springer, Berlin.

THOMPSON D.T. (1982)- EULDPH: A new technique for making computer-assisted


depth estimates from magnetic data. Geophysics, Vol. 47, pp. 31-37.

33
LISTE DES FIGURES
LISTE DES FIGURES

Figure 1 Exemple du champ magnétique terrestre mesuré en juin 2014 par la sonde
Swarm(ESA/DTU Space)…………………………………………………… 07

Figure 2 Exemple d’anomalie magnétique enregistrée lors du mouvement de la


dorsale…………………………………………………………………………. 08

Figure 3 Principe de la méthode aéromagnetique (a : l’avion utilisé dans l’acquisition


des données ; b : carte d’anomalie magnétique obtenue)……………………... 09

Figure 4 Situation géographique des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.)…………… 10

Figure 5 Situation géographique des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.). (Modèle
numérique de terrain)………………………………………………………….. 10
Figure 6 Limites des Monts de Tlemcen au sens strict (s.s.)…………………………… 11

Figure 7 Schéma structural des Monts de Tlemcen au sens large (s.l.)………………… 12

Figure 8 Carte géologique de la région de Tlemcen…………………………………….. 15

Figure 9 Carte de l’anomalie magnétique de la région d’étude………………………… 18

Figure 10 Carte de la réduite au pôle de la région d’étude……………………………… 19

Figure 11 Carte de dérivée horizontale (suivant X) de l’anomalie magnétique réduite au


pôle……………………………………………………………………….... 20
Figure 12 Carte de dérivée horizontale (suivant Y) de l’anomalie magnétique réduite au
pôle………………………………………………….……………………… 21
Figure 13 Carte de la dérivée verticale de l’anomalie magnétique réduite au pôle……… 22

Figure 14 Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 1000 m……….. 23

Figure 15 Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 2000 m……….. 24

Figure 16 Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 5000 m……….. 25

Figure 17 Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 10000 m…….... 26

Figure 18 Carte de l’anomalie magnétique réduite au pôle prolongée à 20000 m…….... 27

Figure 19 Carte des solutions d’Euler de l’anomalie magnétique réduite au pôle de la


région d’étude………………………………………………………………….. 28

Figure 20 Carte schématique des axes et linéaments magnétiques……………………… 29

34
MEMOIRE DE MASTER

Type de Master : Professionnel


Domaine : Sciences de la Terre et de l’Univers
Filière : Géologie
Spécialité : Géo-Ressources

Titre du mémoire : Etude aéromagnétique des Monts de Tlemcen


(Algérie Nord occidentale)

Auteur : Adama Issa BALDE

Résumé

Dans le but d’actualiser les schématiser les différents axes et


données géologiques des Monts de linéaments qui coïncident fort bien avec
Tlemcen, une nouvelle approche le système d’accidents de direction
géophysique a été utilisée ici. Elle est tellienne et qui est parfois découpé par
basée sur l’interprétation d’un levé des accidents généralement subméridiens.
aéromagnétique réalisé par la société Enfin, l’application de la déconvolution
Nord-américaine Aero Service d’Euler 3D pour déterminer les
Corporation (1971-1974). Les résultats profondeurs des sources génératrices des
obtenus sous forme de cartes d’anomalies anomalies magnétiques montre
magnétiques (réduite au pôle, dérivées l’existence des structures identifiées dans
horizontales et verticales, prolongées), une gamme de profondeurs allant de 470
nous ont permis pour la première fois de à 2750 m.

Mots-clés: Monts de Tlemcen, Levé aéromagnétique, Anomalie magnétique,


Déconvolution , Axe et linéament.