Vous êtes sur la page 1sur 4

1

COUR D’APPEL D’AIX EN PROVENCE


6e Chambre C

ARRÊT AU FOND
DU 29 MAI 2012

N° 2012/359

Décision déférée à la Cour :


Jugement du Juge aux affaires familiales de MARSEILLE en date du
Rôle N° 11/13464 05 Juillet 2011 enregistré au répertoire général sous le n° 11-03125.

APPELANT
Frédéric Lucien
Angelo SIBOLDI
Monsieur Frédéric Lucien Angelo SIBOLDI

C/ né le 31 Mai 1971 à BOLLENE (84500)

Carole Fabienne de nationalité Française,


SIOUFFI CAROLE
demeurant Résidence La Roseraie - Batiment H - 53 avenue de
Hambourg - 13008 MARSEILLE

représenté par la SCP TOLLINCHI PERRET VIGNERON, avocats


au barreau d’AIX-EN-PROVENCE,

assisté de Maître Isabelle BOUSQUET-BELLET, avocat au barreau


de MARSEILLE

INTIMEE

Madame Carole Fabienne SIOUFFI

née le 06 Avril 1975 à MARSEILLE (13000)


Grosse délivrée de nationalité Française,
le :
à :la SCP TOLLINCHI - demeurant 371 Boulevard Michelet - 13009 MARSEILLE
PERRET-VIGNERON -
BARADAT-BUJOLI-
TOLLINCHI
représentée par la SCP BADIE, SIMON-THIBAUT et JUSTON,
avocats au barreau d’AIX-EN-PROVENCE, aux lieu et place de la SCP
DE SAINT FERREOL - TOUBOUL, avoués à la Cour

ayant Maître Isabelle ANSALDI, avocat plaidant au barreau de


MARSEILLE et Maître Frédérique BAYARD, avocat plaidant au
barreau d’AIX-EN-PROVENCE

*-*-*-*-*

11/13464
2

COMPOSITION DE LA COUR

L’affaire a été débattue le 17 Avril 2012 en Chambre du Conseil. Conformément à


l’article 785 du Code de Procédure Civile, Cécile THIBAUT, Conseiller a fait un rapport
oral de l’affaire à l’audience avant les plaidoiries.

La Cour était composée de :

Madame Marguerite LECA, Président


Madame Chantal HUILLEMOT-FERRANDO, Conseiller
Madame Monique DELTEIL, Conseiller

qui en ont délibéré

Greffier lors des débats : Madame Marie-Sol ROBINET.

Les parties ont été avisées que le prononcé de la décision aura lieu par mise à disposition
au greffe le 29 Mai 2012.

ARRÊT

Contradictoire,
Prononcé par mise à disposition au greffe le 29 Mai 2012.

Signé par Madame Marguerite LECA, Président et Madame Marie-Christine RAGGINI,


greffier auquel la minute de la décision a été remise par le magistrat signataire.

11/13464
3

Vu le jugement rendu le 5 juillet 2011 par le Juge aux affaires familiales du


tribunal de grande instance de Marseille,

Vu l’appel formé par Frédéric SIBOLDI le 27 juillet 2011 ,

Vu l’ordonnance rendue le 26 janvier 2012 par le conseiller de la mise en état de


la 6éme chambre C de la Cour d’Appel d’Aix en Provence qui a
>> ordonné la diminution de la pension alimentaire mise à la charge de Frédéric SIBOLDI
pour l’entretien et l’éducation de ses deux enfants
>> fixé à compter de la décision le montant de cette contribution à la somme mensuelle
de 150 € par enfant soit au total 300 €, et au besoin condamné Frédéric SIBOLDI au
paiement de cette somme,

Vu les conclusions des parties en homologation de l’accord passé entre elles sur
les modalités d’exercice de l’autorité parentale, conclusions signifiées par Carole
SIOUFFI le 11 avril 2012 et par Frédéric SIBOLDI le 16 avril 2012,

SUR QUOI

Le litige est relatif à la modification des modalités d’exercicede l’autorité parentale sur
les enfants communs du couple Frédéric SIBOLDI / Carole SIOUFFI
- Carla née le 23 octobre 1998
- Florian né le 12 mai 2002.

La décision frappée d’appel rendue par le Juge aux affaires familiales du tribunal de
grande instance de Marseille en date du 5 juillet 2011
- a fixée la résidence des enfants au domicile de la mère,
- a dit que le père exercera librement son droit de visite et d’hébergement , qui en cas de
litige sera réglementé de façon habituelle,
- a fixé à la somme de 500€ la contribution de Frédéric SIBOLDI à l’entretien et à
l’éducation des enfants, somme indexée.

Suite à l’ordonnance du conseiller de la mise en état en date du 26 janvier 2012 qui a fixé
la contribution du père à la somme mensuelle de 300€, soit 150€ par enfant, les parents
se sont rapprochés et sont parvenus à un accord dans les mêmes termes dont ils
demandent l’homologation; il sera fait droit à leur demande selon les modalités détaillées
dans le dispositif, la décision frappée d’appel étant confirmée seulement
- en ce qu’elle a dit que l’autorité parentale était exercée conjointement par les deux
parents,
- en ce qu’elle a fixé les modalités d’exercice de l’autorité parentale sur l’enfant Carla,
la contribution du père étant fixée à 150€ en application de la décision du 26 janvier
2012.

Les deux parties renoncent à leurs demandes en application des dispositions de l’article
700 du code de procédure civile et demandent que chacune d’entre elles conserve à sa
charge les frais et dépens par elle exposés.

PAR CES MOTIFS

La Cour,

Statuant en audience non publique, contradictoirement, après débats non publics.

Homologue les dispositions de l’accord conclu entre les deux parties, développé de façon
identique dans leurs conclusions comme suit :

CONFIRME la décision frappée d’appel

11/13464
4

>> en ce qu’elle a dit que l’autorité parentale sur les deux enfants communs, Carla et
Florian, est exercée en commun par les deux parents

>> en ce qu’elle a fixé la résidence de Carla au domicile de sa mère, Carole SIOUFFI


et le droit de visite et d’hébergement du père, Frédéric SIBOLDI , librement , et à défaut
en cas de difficultés
° les première, troisième et cinquième fins de semaine de chaque mois du vendredi sortie
des classes au lundi matin, rentrée des classes,
° durant la moitié des vacances scolaires de plus de 5 jours, le choix des périodes
appartenant à la mère les années impaires et au père les années paires, avec délai de
prévenance d’un mois pour les vacances d’été et de 15 jours pour les autres vacances,
avec fractionnement par périodes de 15 jours pendant les vacances d’été,
étant rappelé que l’enfant sera avec son père le week end de la fête des pères, et avec sa
mère le week end de la fête des mère, que tout jour férié qui suit ou précède une période
d’exercice du droit de visite et d’hébergement ( fin de semaine, vacances ) sera
automatiquement intégré dans cette période, que si le bénéficiaire n’est pas venu chercher
l’ enfant au plus tard une heure après l’heure fixée pour les fins de semaine, au plus tard
dans la première journée pour les périodes de vacances, il sera sauf accord des parties,
considéré comme ayant renoncé à son droit de visite et d’hébergement pour la période
concernée, et que les dates des congés scolaires à prendre en considération sont celles de
l’académie dans le ressort de laquelle les enfants en âge scolaire sont inscrits,

Y ajoutant dit que la contribution de Frédéric SIBOLDI à l’entretien de Carla sera fixée
à la somme mensuelle indexée de 150€ - cent cinquante euros , et dit que Carla sera
scolarisée à Plan de Cuques,

REFORME pour le surplus et statuant à nouveau concernant la situation de l’enfant


Florian
>> DIT que la résidence de l’enfant Florian est fixée en alternance au domicile de chacun
des parents, du lundi sortie des classes au lundi suivant, avec la précision suivante que
lorsque Florian résidera chez sa mère, Frédéric SIBOLDI récupérera l’enfant le dimanche
soir pour le déposer à l’école le lundi matin ainsi que le mercredi soir pour le ramener à
l’école le jeudi matin,

>> DIT que les vacances scolaires d’été seront partagées par moitié, le choix des périodes
appartenant à la mère les années impaires et au père les années paires avec délai de
prévenance d’un mois pour les vacances d’été et de 15 jours pour les autres vacances avec
fractionnement par périodes de 15 jours pendant les vacances d’été,

>> DIT qu’il n’y a pas lieu à contribution de Frédéric SIBOLDI à l’entretien et à
l’éducation de l’enfant Florian,

>> DONNE acte aux parents de ce que Florian demeurera scolarisé à l’école de
Bonneveine jusqu’à la rentrée scolaire de septembre 2013, date à laquelle il sera scolarisé
à Plan de Cuques

DIT n’y avoir lieu au versement d’indemnité en application des dispositions de l’article
700 du Code de procédure civile ,

DIT que chacune des parties conservera à sa charge les frais et dépens par elle exposés
pour la présente procédure.

LE GREFFIER POUR LE PRESIDENT EMPECHE,

11/13464