Vous êtes sur la page 1sur 117

MODULE D’EXPERIMENTATION

mod. C20-T/EV

Tome 1/8

ELECTRICITÉ DE BASE

manuel PROFESSEUR/ETUDIANT

© COPYRIGHT BY ELETTRONICA VENETA SPA


NORMES DE SECURITE

Garder cette notice pour toute consultation ultérieure.

Après avoir enlevé l'emballage, mettre de côté tous les accessoires afin
de ne pas les perdre. Contrôler si l’appareil est bien en bon état et ne
présente pas de dommages visibles.

Avant de brancher l’alimentation de +12V au module, s’assurer que les


cordons d’alimentation sont reliés correctement à l’unité d’alimentation.

Ce module ne doit être destiné qu’à l’usage pour lequel il a été


expressément conçu, à savoir comme appareil didactique, et doit être
utilisé sous la directe surveillance d’un personnel expert.

Tout autre usage devra être considéré impropre et donc dangereux.


Le fabricant décline toute responsabilité quant aux dommages dérivant
de tout emploi impropre, erroné et irresponsable.

Ce symbole indique que cet appareil, ne doit pas être mis à la poubelle
avec vos ordures mènagères. Il existe un systéme de collecte séparé
pour les appareils usagés, qui doivent être récuperés, traités et recyclés
conformément à la legislation.
Vous garantirez ainsi que les appareils dont vous débarrassez sont
correctement récupéres, traités et recyclés et previendrez de cette façon
les impacts néfastes possibles sur l’environnement et la santé humaine.

C20T$$$001F0.DOC
TABLE DES MATIERES
1. L’ELECTRICITE ........................................................................................................... page 1
1.1 Les conducteurs et le courant électrique…………………………………........... 1
1.2 Force électromotrice et différence de potentiel…………………………. ........... 1
1.3 Courant continu (cc.) et courant alternatif (c.a.)…………………………........... 2
2. NORMES DE SECURITE.............................................................................................. 3
2.1 Effets du courant électrique sur le corps humain ................................................. 3
2.2 Résistance du corps humain ................................................................................. 3
2.3 Exercices .............................................................................................................. 3
2.4 Mesures de securité .............................................................................................. 4
2.5 Questionnaire ....................................................................................................... 4
3. UNITES DE MESURES ET SYMBOLES .................................................................... 5
3.1 Grandeurs électriques ......................................................................................... 5
3.2 Symboles de quelques composants électriques .................................................... 6
3.3 Questionnaire ....................................................................................................... 7
4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE ......... 8
4.1.1 Description des alimentations .............................................................................. 8
4.1.2 Description des instruments de mesure ................................................................ 8
4.1.3 Emploi des instruments à lecture analogique ....................................................... 9
4.1.4 Détermination de la valeur efficace d’un signal alternatif ................................... 10
4.1.5 Règles d’utilisation .............................................................................................. 10
4.2 Questionnaire ....................................................................................................... 11
5. INSTRUMENTS DE MESURE: VOLTMETRE, AMPEREMETRE,
OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL ............................................................. 12
5.1 Notions théoriques ............................................................................................... 12
5.1.1 Utilisation correcte des instruments de mesure .................................................... 14
5.2 Exercices .............................................................................................................. 15
5.3 Questionnaire ....................................................................................................... 23
6. SOURCES D’ELECTRICITE EN COURANT CONTINU ....................................... 25
6.1 Notions théoriques ............................................................................................... 25
6.2 Exercices .............................................................................................................. 25
6.3 Questionnaire ....................................................................................................... 27
7. ALIMENTATIONS EN COURANT CONTINU ......................................................... 28
7.1 Notions théoriques ............................................................................................... 28
7.2 Exercices .............................................................................................................. 28
7.3 Questionnaire ....................................................................................................... 30
8. INTERRUPTEURS ET RELAIS ................................................................................... 31
8.1 Notions théoriques ............................................................................................... 31
8.2 Exercices .............................................................................................................. 32
8.3 Questionnaire ....................................................................................................... 37
9. LOI D’OHM .................................................................................................................... 38
9.1 Notions théoriques ............................................................................................... 38
9.2 Exercices .............................................................................................................. 40
9.3 Questionnaire ....................................................................................................... 41
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU ..................................................................... 42
10.1 Notions théoriques ............................................................................................... 42
10.2 Exercices .............................................................................................................. 42
10.3 Questionnaire ....................................................................................................... 45
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE ............................................................................... . 46
11.1 Notions théoriques ............................................................................................... 46
11.2 Exercices .............................................................................................................. 46
11.3 Questionnaire ....................................................................................................... 49
12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE ..................................... 51
12.1 Notions théoriques ............................................................................................... 51
12.2 Exercices .............................................................................................................. 52
12.3 Questionnaire ....................................................................................................... 54
13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE .................................................................. 55
13.1 Notions théoriques ............................................................................................... 55
13.2 Exercices .............................................................................................................. 55
13.3 Questionnaire ....................................................................................................... 58
14. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN PARALLELE........................... 59
14.1 Notions théoriques ............................................................................................... 59
14.2 Exercices .............................................................................................................. 59
14.3 Questionnaire ....................................................................................................... 62
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE........................................................................... 63
15.1 Notions théoriques ............................................................................................... 63
15.2 Exercices .............................................................................................................. 63
15.3 Questionnaire ....................................................................................................... 66
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS ................................................ 69
16.1 Notions théoriques ............................................................................................... 69
16.2 Exercices .............................................................................................................. 69
16.3 Questionnaire ....................................................................................................... 73
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON .................................................... 74
17.1 Notions théoriques ............................................................................................... 74
17.2 Exercices .............................................................................................................. 75
17.3 Questionnaire ....................................................................................................... 78
18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES...................................................................... 79
18.1 Notions théoriques ............................................................................................... 79
18.2 Exercices .............................................................................................................. 79
18.3 Questionnaire ....................................................................................................... 82
19. DIVISEURS DE TENSION-ATTENUATEURS RESISTIFS .................................... 83
19.1 Notions théoriques ............................................................................................... 83
19.2 Exercices .............................................................................................................. 83
19.3 Questionnaire ....................................................................................................... 86
20. TRANSFERT DE PUISSANCE ..................................................................................... 87
20.1 Notions théoriques ............................................................................................... 87
20.2 Exercices .............................................................................................................. 88
20.3 Questionnaire ....................................................................................................... 91
21. CAPACITES ET CONDENSATEURS ......................................................................... 92
21.1 Notions théoriques ............................................................................................... 92
21.2 Exercices .............................................................................................................. 93
21.3 Questionnaire ....................................................................................................... 95
22. INDUCTANCE ET BOBINES ....................................................................................... 96
22.1 Notions théoriques ............................................................................................... 96
22.2 Exercices .............................................................................................................. 97
22.3 Questionnaire ....................................................................................................... 98
23. CONSTANTE DE TEMPS ............................................................................................. 99
23.1 Notions théoriques ............................................................................................... 99
23.2 Exercices .............................................................................................................. 100
23.3 Questionnaire ....................................................................................................... 102
24. SIGNAUX ALTERNATIFS : FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE,
PERIODE ET FREOUENCE. ....................................................................................... 103
24.1 Signaux alternatifs................................................................................................ 103
24.2 Formes d’onde...................................................................................................... 104
24.3 Valeur efficace de l’onde alternative ................................................................... . 105
24.4 Questionnaire ....................................................................................................... 108
25. TRANSFORMATEUR ................................................................................................... 109
25.1 Notions théoriques ............................................................................................... 109
25.2 Exercices .............................................................................................................. 110
25.3 Questionnaire ....................................................................................................... 113
1 L'ELETTRICITE

1 L'ELETTRICITE

1.1 LES CONDUCTEURS ET LE COURANT ELECTRIQUE

Il existe des éléments (les métaux) qui ont une constitution physique
telle que les liens des électrons tournant sur la dernière orbite (c’est-à-
dire l’orbite située le plus à l’extérieur) sont très instables. Il s’en ensuit
ainsi que les atomes s’échangent continuellement des électrons. En
général, cet échange ne produit aucun effet, car sur le plan statistique
l’action qui en résulte est nulle. Si l’on applique au métal une force
électrique, les électrons ne se déplaceront plus librement, mais
circuleront, à cause de cette force, dans un sens bien déterminé, donnant
lieu à un flux de charges appelé “courant électrique”. Cependant, il n’y
a pas que les électrons qui peuvent constituer un courant électrique.
En effet, le courant électrique peut être produit aussi bien par des
charges positives que par des charges négatives circulant dans les deux
sens.
Le symbole du courant est “I”, tandis que celui qui représente les
charges est “Q”. La valeur du courant dépend de la quantité de charges
traversant le conducteur pendant une certaine unité de temps.
On a ainsi la formule : I Q/T, où Q s’exprime en coulombs (unité de
charge électrique).
L’unité de mesure du courant est l’Ampère (qui dérive du nom du
physicien français André Marie Ampère, 1775-1836); son symbole est
“A”. En électronique, on emploie d’habitude les sous multiples “mA”
(A·103) et “μA” (A·106)
L’instrument mesurant cette grandeur est l’ampèremètre.

1.2 FORCE ELECTROMOTRICE ET DIFFERENCE DE POTENTIEL

Comme on a pu le voir, pour produire un courant électrique on doit


introduire dans un conducteur une force électrique. Cette force, que l’on
applique à l’aide d’un générateur, est appelée force électromotrice
(f.e.m.). Les deux bornes terminales d’un générateur peuvent être
considérées comme deux sources de charges (l’une positive et l’autre
négative). Si l’on connecte ces deux sources à un conducteur, on aura un
flux de charges. Entre les deux points du conducteur, il y aura un
déséquilibre électrique que l’on appelle différence de potentiel (ou
tension). Celle-ci est indiquée par “d.d.p.” ou “V”; son unité de mesure
est le “Volt” (qui dérive du nom du physicien italien Alexandre Volta,
1745-1827) et son symbole est “V”. L’instrument mesurant cette
grandeur est le voltmètre.

1
1 L'ELETTRICITE
1.3 COURANT CONTINU (C.C.) ET COURANT ALTERNATIF (C.A.)

Lorsqu’un générateur fournit un courant (ou une tension) ne dépendant


pas du temps, on l’appelle source d’alimentation stabilisée; en revanche,
si le courant (ou la tension) fourni dépend du temps de façon alternative,
on l’appellera générateur de courant (ou de tension) alternatif.
En général, le courant alternatif est une onde sinusoïdale. La durée d’un
cycle alternatif s’appelle “période”; son symbole est “T”; de cette
grandeur on obtient la fréquence “f”, qui correspond à 1/T.
Dans certains cas, les origines de deux ondes peuvent ne pas coïncider;
cette différence est ce que l’on appelle la “phase” (ou “différence de
phase”) ayant pour symbole “φ”.

fig. 1.1

2
2. NORMES DE SECURITE

2. NORMES DE SECURITE

Objectifs:
• Dangers de l’électricité
• Mesure de la résistance du corps humain
• Mesures de sécurité

Matériel disponible:
• multimètre

2.1 EFFETS DU COURANT ELECTRIQUE SUR LE CORPS HUMAIN

Si l’on ne respecte pas certaines normes de sécurité l’énergie électrique


peut être dangereuse. Le risque est dû au courant pouvant traverser
accidentellement le corps humain.
Un courant de plus de 0,1 A traversant le thorax est toujours mortel.
Ceci peut avoir lieu quand
• on touche deux conducteurs électriques;
• on touche un seul conducteur et que l’on est en contact avec la
terre.
Le risque d’électrocution varie selon l’intensité du courant (fig. 2.1).

fig. 2.1

2.2 RESISTANCE DU CORPS HUMAIN

Vu que le courant dépend de la formule I = V/R (où R est la résistance


soumise à une tension V), pour évaluer les risques causés par une
tension sur le corps humain il faudra connaitre la résistance de ce
dernier.

2.3 EXERCICES

• Avec l’aide de l’instructeur, se familiariser avec l’emploi du


multimètre électronique utilisé comme ohmmètre.
• Mesurer la résistance du corps humain
a) entre les deux mains
b) entre les deux coudes.
• Répéter cette expérience en augmentant l’humidité des points de

3
2. NORMES DE SECURITE

contact sur la peau.


• Sachant que l’intensité du courant pouvant causer la mort est
d’environ 0,1 A, calculer, pour les différentes valeurs de résistance
mesurées auparavant, la tension servant à obtenir cette intensité.
Note : La résistance du corps diminue en fonction de l’humidité. En
moyenne, la valeur minimale de celle-ci est de 600 Ω.
Le courant commence à devenir dangereux vers 30 mA; la
tension maximale de sécurité ne doit donc pas dépasser 24 V.

2.4 MESURES DE SECURITE

• Bien réfléchir avant de toucher un circuit électrique.


• Ne pas se distraire pendant le travail.
• Lorsque l’on a affaire à des tensions supérieures à la tension de
sécurité (24 V), ne jamais toucher le circuit avec les deux mains et
éviter tout contact avec des meubles métalliques ou avec le sol.
• Les composants capacitifs ou inductifs, du genre condensateurs,
peuvent conserver de l’énergie électrique pendant plusieurs heures.
• Avant de les toucher, s’assurer qu’ils soient bien déchargés en les
reliant en court-circuit à une résistance.
• Se rappeler que la température de fonctionnement de certains
circuits électriques est très élevée. Les laisser se refroidir avant de
les toucher.
• Ne manipuler un circuit sous tension qu’en cas d’extrême nécessité.
• En cas de doute quant à l’emploi de certains appareils, demander
conseil à l’instructeur avant de les toucher.

2.5 QUESTIONNAIRE

1) Quelle est la valeur maximale de la tension de sécurité? Pourquoi?

2) Quelles sont les conditions pouvant entrainer la mort en cas


d’électrocution ?

3) La résistance du corps humain est plus basse quand celui-ci est humide.
a) Vrai
b) Faux

4
3. UNITES DE MESURE ET SYMBOLES

3. UNITES DE MESURE ET SYMBOLES

Objectifs:
• Liste des unités et des symboles des grandeurs électriques
• Liste des symboles des composants électriques.

3.1 GRANDEURS ELECTRIQUES

Grandeur Symbole Unité Symbole de


de mesure l’unité de
mesure
Intensité de courant I Ampère A
Tension ou f.é.m. V Volt V
Puissance P Watt W
Fréquence f Hertz Hz
Pulsation ω Radian/s rad/s
Période T seconde s
Phase Φ degré ou radian ° - rad
Impédance Z Ohm Ω
Admittance Y Ohm-1 ou Mho Ω-1
Résistance R Ohm Ω
Capacité C Farad F
Inductance L Henry H

5
3. UNITES DE MESURE ET SYMBOLES

3.2 Symboles de quelques composants électriques

6
3. UNITES DE MESURE ET SYMBOLES

3.3 QUESTIONNAIRE

1) Identifier dans le circuit suivant les composants employés

fig.3.1

condensateur = diode = transformateur =


triac = diode Zener = résistance =
lampe = UJT =

2) Dessiner les symboles des composants suivants


a) ampèremètre
b) amplificateur opérationnel
c) transistor PNP
d) générateur de courant

3) A quelles grandeurs correspondent les symboles suivants ?


I= C=
Y= f=

4) A quelles grandeurs correspondent les unités de mesure suivantes


H= F=
Ω= W=

7
4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE

4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE

Objectifs:
• Description des alimentations
• Description des instruments de mesure
• Emploi des instruments à lecture analogique
• Valeur efficace d’un signal alternatif
• Mesure des valeurs moyennes des signaux périodiques
• Règles d’utilisation.

4.1.1 DESCRIPTION DES ALIXENTATIONS

La plupart des sources d’alimentation comprennent


• un commutateur Tout ou Rien (“ON-OFF”)
• une lampe indiquant le fonctionnement
• des prises et des bornes
• un système pour varier la tension
• des fusibles ou un interrupteur automatique de protection contre les
surtensions
• une commande de régulation du courant maximal pouvant être
fourni
• un instrument indicateur de f.é.m. et/ou de courant de sortie.

4.1.2 DESCRIPTION DES INSTRUMENTS DE MESURE

Un instrument de mesure se présente comme un composant résistif


traversé par un courant fournissant, après avoir converti ce courant,
l’information désirée (intensité, tension, résistance, etc...).

Polarité
Selon leur utilisation, les instruments peuvent être classés en trois
catégories
• appareils servant à mesurer des grandeurs alternatives; leur symbole
est le suivant : ∼
• appareils servant à mesurer des grandeurs continues; leur symbole
est le suivant : −
• appareils servant à mesurer des grandeurs alternatives et continues;
dans ce cas le symbole est : ∼
Les deux derniers types possèdent une polarité qu’il convient de
respecter lorsqu’on les branche dans un circuit de mesure.

Echelles ou calibres
Presque tous les instruments de mesure possèdent des échelles imposant
une limite maximale à la mesure.
Si la valeur de la grandeur à mesurer est supérieure à l’échelle (ou

8
4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE

calibre) choisie, on risque d’endommager l’appareil ou même de le


détruire irrémédiablement et dans le cas d’un instrument à déviation
mécanique. Avant d’effectuer une mesure, on devra donc prévoir la
valeur de la grandeur et sélectionner l’échelle (ou le calibre) approprié.

4.1.3 EMPLOI DES INSTRUMENTS A LECTURE ANALOGIQUE

Dans un instrument de mesure à lecture analogique, le courant se traduit


en une déviation mécanique d’une aiguille sur un cadran gradué (fig.
4.1).

fig. 4.1

Lecture analogique
a) Les instruments à plusieurs calibres possèdent différentes échelles
de mesure. La lecture n’est plus directe, et on doit calculer la valeur
de la mesure à l’aide de la formule suivante

Valeur lue ⋅ échelle


valeur de la mesure =
Valeur max . d ' échelle

Exemple
Soit un voltmètre calibré à 5 V : la tension mesurée donne une
déviation de 138 divisions sur une échelle de 150 divisions. La
valeur de la tension est donc égale à :
138 ⋅ 5
V= = 4,6V
150
b) La précision de ces instruments est proportionnelle à la déviation.
Dans le cas des appareils à plusieurs calibres on devra choisir celui
qui offre la plus grande déviation.

Exemple
Soit un ampèremètre possédant les calibres (ou échelles) suivants :
0,2 mA / 2 mA / 20 mA. Dans la cas d’une mesurer d’un courant de
1,8 mA, le maximum de précision de la mesure sera obtenu avec
l’échelle de 2 mA.

9
4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE

4.1.4 DETERMINATION DE LA VALEUR EFFICACE D’UN SIGNAL ALTERNATIF

La valeur obtenue avec un instrument de mesure de grandeurs


alternatives représente la valeur efficace de la grandeur électrique
mesurée. Cette valeur dépend de la forme d’onde. Dans le cas d’une
sinusoïde, la valeur efficace est égale à la valeur de crête divisée par
√2 (Veff = Vm/√2).
Ces instruments sont étudiés pour mesurer uniquement des grandeurs
sinusoïdales et on ne peut pas les employer pour mesurer directement
d’autres types de grandeurs alternatives. Dans ce cas, il faudra recourir
aux tableaux de conversion fournis avec chaque instrument.

4.1.5 REGLES D’UTILISATION


• Avant d’alimenter un circuit
- contrôler la polarité de l’alimentation;
- régler la tension d’alimentation au minimum;
- régler les instruments de mesure sur l’échelle maximale.
• Après avoir alimenté le circuit
- augmenter peu à peu la tension en contrôlant si la déviation des
instruments est correcte (polarité correcte);
- au cas où il n’y aurait pas de déviation, réduire la tension et
vérifier le circuit;
- quand la tension correspond à celle de fonctionnement, régler
les calibres de façon à avoir le maximum de précision.
• Avant d’interrompre l’alimentation :
- réduire au minimum la f.é.m. d’alimentation.

10
4. EMPLOI DES ALIMENTATIONS ET DES INSTRUMENTS DE MESURE

4.2 QUESTIONNAIRE

1) Un instrument de mesure est un composant résistif traversé par un


courant ?
a) Oui
b) Non

2) Que mesure un instrument ayant ce symbole ~?


a) des valeurs alternatives
b) des valeurs continues
c) ces deux types de valeurs

3) Quelle est la valeur du courant mesuré par un ampèremètre réglé sur


l’échelle de 200 mA, si avec un calibre de 300 mA on a une déviation de
147 divisions ?
a) 98 mA
b) 6,6 mA
c) 29,4 mA
d) 9,8 μA

4) Soit un voltmètre de 5 calibres: 3V/5V/15V/30V/150V. Quel calibre


doit-on utiliser pour mesurer une f.é.m. de 4,9 V ?
Calibre à utiliser: ……V

5) Quelle est la valeur efficace de la tension sinusoïdale ayant une


maximale de 311 V mesurée avec un voltmètre prévu pour des
grandeurs alternatives ?
a) 311 V
b) 155,5 V
c) 220 V
d) 439,75 V

6) Que doit-on faire avant d’ouvrir un circuit ?


a) Rien
b) Régler au minimum la f.é.m. d’alimentation
c) Augmenter les calibres des instruments de mesure
d) Contrôler les fusibles de la source d’alimentation.

11
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET


MULTIMETRE DIGITAL

Objectifs:
• Utilisation correcte de ces instruments de mesure
• Etude de l’ampèremètre; application des shunts
• Etude du voltmètre; emploi d’un ampèremètre pour mesurer des
tensions
• Etude de l’ohmmètre; emploi d’un ampèremètre pour mesurer des
résistances.

Matériel disponible:
• 1 source de tensions continues de ± 15 V et + 5 V;
• 2 multimètres
• 1 interrupteur SWl
• 3 trimmers RV1 = 1 kΩ
RV2 = 100 kΩ
RV3 = 10 kΩ
• 7 résistances R1 = 10 kΩ
R2 = 560 Ω
R3 = 100 Ω
R4 = 1 kΩ
R5 = 5,6 kΩ
R6 = 33 kΩ
R7 = 15 kΩ

5.1 NOTIONS THEORIQUES

Le voltmètre
Le voltmètre mesure la f.é.m. présente à ses extrémités; il utilise pour
cela le courant qui le parcourt en faisant faire à une aiguille une
déviation sur un cadran. La résistance de cet instrument s’appelle
résistance interne (Ri) et le courant qui produit la déviation maximale de
l’aiguille s’appelle courant de déviation maximale (Imd). La résistance
et le courant ont des valeurs très basses, et la f.é.m. nécessaire pour
produire une déviatjon maximale est très basse si on la compare à la
f.é.m. à mesurer. Donc, pour pouvoir mesurer de plus grandes tensions
on doit ajouter des résistances en série (fig. 5.1).

fig.5.1
12
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

Ces résistances définissent les calibres d’un voltmètre. La somme de ces


résistances, plus la résistance intérieure de l’instrument s’appelle
résistance d’échelle (Rci).
La sensibilité d’un voltmètre, exprimée en Ω/V, est égale à l’inverse du
courant de déviation maximale S = 1/Imd.
Le voltmètre possède une résistance d’échelle très grande (en moyenne,
Rci vaut une centaine de kΩ). La f.é.m. maximale (Vm) que l’on peut
mesurer avec la résistance d’échelle Rci est égale au produit du courant
de déviation maximale par la résistance Rci.
Rci
V ≤ Vci = Rci ⋅ Im d =
S

L’ ampèremètre
L’ampèremètre mesure le courant qui le traverse et fonctionne selon le
même principe que le voltmètre. Il a donc un courant de déviation
maximale très faible en comparaison des courants que l’on mesure
d’habitude. Pour mesurer de plus grands courants on ajoute des
résistances en parallèle (fig. 5.2).

fig. 5.2

De la même façon que le voltmètre, ces résistances définissent les


échelles de l’ampèremètre. La résistance de l’échelle Rci est égale à

1/Rci=1/Ri+Σ1/Rn

La courant maximal Ici que l’on peut mesurer sur l’échelle Rci est égale
à
RI
I ≤= Ici = ⋅ Im d
Rci

Vu que Imd est très faible, l’ampèremètre possède en moyenne une


résistance d’échelle très petite (Rci = quelques ohms).

13
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

L’ ohmmètre
Cet instrument mesure la résistance entre ses extrémités. Sa structure est
semblable à celle du voltmètre. La différence est qu’il est pourvu d’une
source d’alimentation intérieure (fig. 5.3).

V V
R= − Rci > − Rci Rci = Rn + ΣRi
I Im d

fig.5.3

La résistance est inversement proportionnelle au courant; ceci implique


la nécessité d’avoir une échelle de conversion “courant-résistance” non
linéaire.

Le multimètre électronique
Il s’agit d’un appareil regroupant en un seul dispositif tous les
instruments vus auparavant. Son indication peut être digitale et,
contrairement au contrôleur qui est un multimètre à lecture analogique,
il ne requiert pas d’échelle particulière pour chaque calibre ou type de
mesure.

5.1.1 UTILISATION CORRECTE DES INSTRUMENTS DE MESURE

VOLTMETRE
Vu qu’un voltmètre mesure la f.é.m. entre ses extrémités, on devra le
brancher en parallèle au composant dont on veut mesurer la tension
(figure 5.4).

fig.5.4

14
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

AMPEREMETRE
Vu qu’un ampèremètre mesure le courant qui le parcourt, on devra
toujours le brancher en série au composant dont on veut mesurer le
courant (figure 5.5).

fig.5.5

OHMMETRE
Il ne requiert aucune alimentation extérieure, car il est déjà pourvu
d’une source d’alimentation; il mesure la résistance du circuit ou du
composant relié à ses bornes (fig. 5.6).

fig.5.6

5.2 EXERCICES
Mesure des courants
• Réaliser le circuit de la fig. 5.7.

fig.5.7

• Contrôler la polarité du circuit et le calibre de l’ampèremètre.


• Régler le trimmer RV1 au minimum.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• En réglant le trimmer RV1 augmenter la f.é.m. Vab jusqu’à 5 V.
• Combien de divisions couvre l’aiguille de l’ampèremètre ?
• Calculer la valeur du courant.
Note : On doit avoir : I = 0,5 mA
• Ouvrir l’interrupteur SW1.
• Combien de divisions couvrirait l’aiguille si l’ampèremètre était
réglé sur le calibre de 3 mA ?

15
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

Emploi d’un shunt dans un ampèremètre


• Réaliser le circuit de la fig. 5.8.

fig. 5.8 A1 = Analogique Echelle: 0,3 mA


A2 = Digital Echelle: 1 mA

• Vérifier si les polarités des ampèremètres sont correctes et si le


trimmer RV1 est réglé de façon à fournir au circuit une tension de
0V.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• En réglant RV1, augmenter la tension du circuit jusqu’à ce que la
déviation de l’aiguille de l’ampèremètre analogique Al soit au
maximum.
• A l’aide de l’ampèremètre Al mesurer le courant I qui traverse la
résistance Ri.
Note : Vu que la déviation est maximale, I doit valoir 0,3 mA. Si
l’on veut augmenter la f.é.m. d’alimentation, on devra
changer le calibre d’A1 ou bien relier un shunt à ses
extrémités.
• Reduire la f.é.m. du circuit au minimum.
• Ouvrir l’interrupteur SW1.
• Connecter en parallèle à A1 la résistance R2 (fig. 5.9).

fig. 5.9

• Fermer l’interrupteur SW1.


• Augmenter la f.é.m. d’alimentation jusqu’à 10 V.
• Mesurer le courant I à l’aide de l’ampèremètre A2.
• Sans changer de calibre, mesurer le courant I qui traverse
l’ampèremètre A1.
• Calculer la valeur du courant I2 qui circule dans la résistance R2 en
sachant que ce courant est égal à I – I1.
• Calculer la tension V présente entre les bornes de la résistance R2
et entre celles de l’ampèremètre A1 en sachant que cette tension est
égale à R2·I2.
• Calculer la résistance de l’échelle Rc(0,3) de l’ampèremètre A1

16
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

réglé sur l’échelle de 0,3 mA, en sachant que cette résistance


Rc(0,3) est égale à V/I1.
Note : Avec ce shunt le courant I1 qui traverse l’ampèremètre ne
suffit pas à faire dévier totalement l’aiguille. La valeur du
courant I présent dans le circuit peut être calculée en
fonction du courant mesuré Il à l’aide de la formule
suivante

I = I1·(Rci+Rsh)/Rsh avec R2 = Rsh (1)

• Vérifier cette formule en utilisant les valeurs précédentes de I et de I1.


• En sachant que le courant I1 maximal vaut 0,3 mA (Ici), calculer le
courant I maximal que l’on peut mesurer avec l’ampèremètre A1.
• Augmenter la f.é.m. d’alimentation jusqu’à ce que la déviation de
l’aiguille de l’ampèremètre A1 soit au maximum.
Note : La f.é.m. d’alimentation doit être d’environ 11 V.
• En utilisant les différentes valeurs de la f.é.m. d’alimentation
indiquées dans le tableau de la fig. 5.10, mesurer le courant I1 avec
l’ampèremètre A1 et le courant I avec l’ampèremètre A2; ensuite,
calculer les valeurs de I en fonction de I1 en employant la formule
précédente.
Note : Pour régler les tensions du circuit on utilisera le
multimètre A2 sur la fonction voltmètre.

V
0 1 2 4 6 8 10
I1, mesuré avec A2
I, calculé avec I1
I, mesuré avec A1

fig. 5.10

Vérifier que les valeurs de I mesurés avec Al correspondent aux valeurs


de I calculés à partir d’I1.
La formule précédente montre que la valeur maximale du courant
circulant dans le circuit (Im) dépend de la valeur de la résistance de
shunt (Rsh). On pourra donc calculer la résistance de shunt nécessaire
pour mesurer un courant maximal quelconque (Im) à l’aide d’un
ampèremètre ayant une résistance d’échelle Rci et un courant de
déviation maximale (Ici) en recourant à la formule suivante

Ici
Rsh = Rci ⋅ (2)
Im− Ici

Note : Ici ≠ Imd; cette dernière étant définie seulement par sa résistance
interne.

• A l’aide de la formule précédente calculer la résistance de shunt

17
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

nécessaire pour mesurer un courant maximal (Im) de 3 mA avec


l’ampèremètre A1.
Note : R doit valoir 180 Ω.
• Réduire la f.é.m. du circuit à O V; ensuite, ouvrir l’interrupteur
SW1.
• Remplacer la résistance R2 par le trimmer RV1 (fig. 5.11).

fig.5.11

• Régler le trimmer de façon à avoir le minimum de la résistance


branchée.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• Augmenter lentement la tension d’alimentation de façon à ce que le
courant mesuré par l’ampèremètre A2 soit de 3 mA.
• Régler le trimmer RV1 de façon à ce que la déviation de l’aiguille
de l’ampèremètre A1 soit au maximum (Ici = 0,3 mA).
• Réduire la f.é.m. du circuit à 0 V; ensuite, ouvrir l’interrupteur
SW1.
• Débrancher le multimètre et le trimmer RV1 du circuit sans changer
la résistance branchée.
• Programmer le multimètre sur la fonction ohmmètre.
• Mesurer la résistance du trimmer RV1.
• Comparer cette dernière valeur avec celle qui a été calculée
auparavant.
Note : Entre ces deux valeurs, il peut y avoir une légère
différence due à des erreurs de mesure et à la précision de
la résistance R2 et par conséquent de Rci.

Mesure de tensions
• Programmer le multimètre sur la fonction voltmètre.
• Réaliser le circuit de la fig. 5.12.

fig. 5.12

18
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

• Vérifier les polarités du circuit et le calibre du voltmètre.


• Régler el trimmer jusqu’à ce que la valeur de la résistance branchée
soit minimale; ensuite, fermer l’interrupteur SW1.
• Augmenter la f.é.m. du circuit au maximum.
• Combien de divisions couvre l’aiguille du voltmètre ?
• Calculer la valeur de la tension mesurée en fonction du calibre de
30 V.
Note : On doit avoir V = 24 V.
• Réduire la f.é.m. du circuit à 0 V; ensuite, ouvrir l’interrupteur
SW1.
• Combien de divisions couvrirait l’aiguille du multimètre-voltmètre
si son calibre était de 100 V.
• Vérifier les calculs en refaisant la mesure précédente avec le calibre
de 100 V.

Emploi d’un ampèremètre pour mesurer des tensions


• Réaliser le circuit de la fig. 5.13.

fig. 5.13

• Vérifier si les polarités des instruments de mesure sont correctes et


si la f.é.m. du circuit est de 0 V.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• Augmenter la tension d’alimentation jusqu’à ce que la déviation de
l’aiguille de l’ampèremètre soit maximale.
Note : La f.é.m. doit être de 3 V. Si l’on connaît la f.é.m (V) et le
courant (I) du système constitué par la résistance R1 et par
l’ampèremètre, on pourra calculer la résistance de l’échelle
de ce dernier à l’aide de la formule suivante

V
Rci = − R1 (3)
I

• Calculer la résistance de l’échelle utilisée.


• Comparer le résultat avec celui que l’on a obtenu au paragraphe
“Emploi d’un shunt sur un ampèremètre”.
• Le courant I mesuré par l’ampèremètre est proportionnel à la f.é.m.
d’alimentation d’après la formule
V = (Rci + R1) · I (4)
19
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

Par conséquent, si l’on mesure le courant I on pourra calculer la


f.é.m. La f.é.m. maximale pouvant être mesurée est égale à

Vm = (Rci + R1) · Ici (5)

Pour pouvoir mesurer des tensions supérieures il faudra augmenter


la résistance R1 en reliant en série una nouvelle résistance R
calculée avec la formule

R = (Vm/Ici) - Rci - R1 (6)

• A l’aide de cette formule, calculer la résistance R nécessaire pour


mesurer avec l’ampèremètre une tension maximale de 10 V.
Note : On doit trouver R 22 kΩ environ.
• Réduire la f.é.m. d’alimentation à 0 V; ensuite, ouvrir l’interrupteur
SW1.
• Relier le trimmer RV2 en série à l’ampèremètre et à la résistance
Rl.
• Régler la résistance du trimmer RV2 au maximum.
• Fermer SW1.
• Augmenter lentement la tension d’alimentation jusqu’à ce que la
f.é.m soit de 10 V (valeur mesurée à l’aide du multimètre-
voltmètre).
• Régler le trimmer RV2 de façon à obtenir une déviation maximale
de l’aiguille d’A1 (Ici = 0,3 mA).
• Pour les différentes valeurs de f.é.m. d’alimentation indiquées dans
le tableau de la fig. 14, mesurer le courant I avec l’ampèremètre et
calculer la f.é.m. fournie par l’alimentation en recourant à la
formule (4).

V
10 8 6 4 2 1 0
I mesuré avec
ampèremètre
V calculée avec I

fig. 5.14

• Vérifier si les valeurs de la f.é.m. V mesurées par le multimètre-


voltmètre correspondent à celles qui ont été calculées à partir des
valeurs du courant I mesurées par l’ampèremètre.
• Ouvrir le circuit en manoeuvrant l’interrupteur SW1.
• Débrancher du circuit le multimètre et le trimmer RV2 en faisant
bien attention de ne pas dérégler ce circuit.
• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre.
• Mesurer la résistance branchée par le trimmer RV2.
• Comparer cette valeur avec celle qui a été calculée auparavant à
l’aide de la formule (6).

20
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

Note : Il peut y avoir entre ces deux valeurs une légère différence due
aux erreurs de mesure et à l’erreur de précision de la résistance
R1.

Mesure de résistances
• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre.
• Sélectionner le calibre du multimètre le plus petit.
• Relier avec un conducteur les deux extrémités de l’ohmmètre.
Note : La résistance entre les deux extrémités de l’ohmmètre est
presque nulle. Dans le cas d’un contrôleur, l’aiguille dévie
complètement et indique probablement “0”. Dans le cas
d’un multimètre électronique, elle indique le chiffre “0”. Si
le multimètre ne devait pas indiquer “0”, le régler en
tournant la vis d’étalonnage.

Emploi d’un ampèremètre pour mesurer des résistances


• Réaliser le circuit de la fig. 5.15.

fig. 5.15

• Contrôler les connexions du circuit et vérifier si la résistance du


trimmer RV3 est au maximum.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• Régler le trimmer RV3 de façon à obtenir la plus grande déviation
de l’aiguille de l’ampèremètre (Ici = 0,3 mA).
• Ouvrir le circuit en manoeuvrant l’interrupteur SW1 et mesurer aux
bornes C-D la résistance totale (Rs = R1 + RV3).
• A l’aide de la formule (3) (et R1 étant égale à Rs), calculer la
résistance d’échelle Rc (0,3) de l’échelle 0,3 mA.
• Comparer ce résultat avec ceux que l’on a obtenus auparavant.
Note : Si l’on referme l’interrupteur SW1 et que l’on relie aux
bornes A-B des résistances, l’ampèremètre indiquera un
courant proportionnel à la nouvelle résistance du circuit.
On pourra donc mesurer les résistances avec la formule (6).
• Pour les différentes valeurs de résistance indiquées au tableau de la
fig. 5.16, mesurer le courant I avec l’ampèremètre et calculer la
valeur de la résistance mesurée en recourant à la formule (6).

21
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

R3 R2 R4 R5 R7 R6 RV2
100Ω 560Ω 1kΩ 5,6kΩ 15kΩ 33kΩ 100kΩ
I mesuré (μA)
R calculée (Ω)

fig. 5.16

• Vérifier si l’échelle “courant-résistance” n’est pas linéaire comme


on l’a vu auparavant.
Note : Dans le cas des petites résistances ayant une valeur
comparable à la résistance interne totale de l’ohmmètre, la
précision n’est pas très élevée.

Formules

AMPEREMETRE
• Résistance d’échelle

−1
⎛ 1 Σ1 ⎞
Rci = ⎜ + i ⎟ - en Ω -
⎝ RI Ri ⎠

(RI = résistance interne; Ri = résistance multiplicatrice)


• Courant maximal mesuré sur l’échelle

RI
Ici = ⋅ Im d - en A -
Rci

(Imd = courant de déviation maximale)


• Résistance de shunt pour l’échelle “i”

Ici
R SHUNT = Rci ⋅ - en Ω -
Im− Ici

(Im = courant maximal à mesurer)


• Conversion de courant avec un shunt

Rci + R shunt
I CIRCUIT = ⋅ I amp - en A -
R shunt

(ICIRCUIT = courant dans le circuit; Iamp = courant mesuré par


l’ampèremètre)

22
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

VOLTMETRE
• Résistance de l’échelle “i”

Rci = RI + ΣRi; - en Ω -

• Sensibilité de l’ampèremètre

S = 1/Imd; - en Ω/V-

• Tension maximale mesurée sur l’échelle “i”

Uci = Rci · Imd = Rci/S; - en V -

• Résistance multiplicatrice RM de l’échelle “i”:

RM = Vm/Ici - Rci = VmS - Rci;

(Vm = tension maximale à mesurer)

• Conversion de tension avec une résistance multiplicatrice

Rci + RM
VCIRCUIT = ⋅ Vvolt
Rci

(VCIRCUIT = f.é.m. présente aux extrémités du circuit en série


constitué par la résistance multiplicatrice et par le voltmètre;
Vvolt = tension mesurée par le voltmètre).

5.3 QUESTIONNAIRE

1) Brancher sur le circuit de la fig. 5.17 un voltmètre pour mesurer la


f.é.m. aux extrémités de R2 et un ampèremètre pour mesurer le courant
traversant Ri.

fig. 5.17

2) Quelle est la différence entre Imd et Ici ?


à) Imd dépend de l’échelle; Ici non.
b) Ici dépend de l’échelle; Imd non.
c) Ici et Imd ne dépendent pas de l’échelle.
d) Ici et Imd dépendent tous les deux de l’échelle.

23
5. INSTRUMENTS DE MESURE : VOLTMETRE, AMPEREMETRE, OHMMETRE ET MULTIMETRE DIGITAL

3) La résistance d’échelle dépend


à) de l’échelle.
b) de la résistance interne.
c) de la résistance multiplicatrice.
d) des trois paramètres précédents.

4) Dans un voltmètre parcouru par un courant de déviation maximale de


10 mA et ayant les résistances d’échelle suivantes
a) Ri = 10 Ω
b) R2 = 200 Ω
c) R3 = 1 kΩ
d) R4 = 1,5 kΩ,

sélectionner le calibre nécessaire pour mesurer una f.é.m. de 7,5 V.

5) Quelle est la principale différence entre un voltmètre et un ohmmètre ?

6) Quelle est la valeur du shunt nécessaire pour mesurer un courant


maximal de 3,5 mA avec un ampèremètre ayant un courant de déviation
maximale de 0,1 mA et una résistance interne de 510 Ω ?
à) 15 Ω
b) 178,5 Ω
c) l50 Ω
d) 17,85 kΩ

7) Quelle est la valeur de la résistance multiplicatrice nécessaire pour


mesurer une tension maximale de 110 V avec un voltmètre possédant un
courant de déviation maximale de 10 μA et una résistance interne de
4,2 MΩ ?
a) 6Ω
b) 2,62 MΩ
c) 6,8 MΩ
d) 4,62 MΩ

8) Quelle est la sensibilité de ce voltmètre ?


a) 110 V/Ω
b) 10 μA
c) 1 Ω/V
d) 0,1 MΩ/V.

24
6. SOURCES D’ELECTRICITE EN COURANT CONTINU

6. SOURCES D’ELECTRICITE EN COURANT CONTINU

Objectifs:
• Mesure de la tension de piles reliées en série et en parallèle
• Mesure de la tension à vide et du courant de court-circuit de
cellules solaires.

Matériel disponible
• 2 cellules solaires
• 2 piles de 1,5 V
• 1 multimètre digital.

6.1 NOTIONS THEORIQUES


Il existe plusieurs dispositifs capables d’engendrer un courant continu.
Pour obtenir de hautes puissances, on emploie des machines tournantes,
du type dynamo. En électronique, les puissances demandées sont
généralement basses et les dispositifs les plus usitées sont
1. les piles celles-ci possèdent une énergie intérieure ne pouvant pas
être rechargée. Les tensions fournies vont de 1,2 à 15 V; on les
emploie en général dans les petits appareils électro-ménagers
portatifs (radios, télécommandes, montres, etc...);
2. les batteries: il s’agit là de piles rechargeables. Elles ont les mêmes
plages de tension; leur autonomie est bien inférieure à celle des
piles et leur poids beaucoup plus grand. On les utilise, par exemple,
sur les véhicules à moteur ou dans les systèmes de secours en
remplacement de la tension de réseau;
3. les cellules solaires : elles transforment l’énergie lumineuse en
énergie électrique; vu qu’elles fournissent peu de puissance, on les
utilise dans les petits systèmes électroniques (elles ont une tension à
vide d’environ 0,5 V). On fait remarquer qu’on a construit les
cellules solaires de façon à ce qu’elles soient sensibles à la lumière
du soleil. Pour cette raison, leur rendement est très bas avec une
lumière artificielle.

6.2 EXERCICES
a) Piles
• Utiliser le multimètre sur le mode voltmètre (calibre 3 Vcc).
• Mesurer la tension des circuits suivants

fig. 6.1

25
6. SOURCES D’ELECTRICITE EN COURANT CONTINU

Note : La tension de deux batteries en série est égale à la somme


des tensions de chacune d’elles.
• La tension de deux batteries égales reliées en parallèle est égale à la
tension d’une seule batterie, mais le courant utilisable correspond à
la somme des courants pouvant être débités par les batteries.
• La tension de deux batteries égales en opposition vaut 0 V.

b) Cellules solaires
Pour réaliser les exercices suivants, on conseille d’utiliser la lumière
solaire.
• Réaliser le circuit de la fig. 6.2 en respectant les polarités de la
cellule.

fig.6.2

• Mesurer la tension V1 et le courant I1 sans lumière.


• Mesurer la tension V2 et le courant I2 en présence de lumière
artificielle.
• Mesurer la tension V3 et le courant I3 en présence de lumière
naturelle.
Note : On devra trouver à peu près les valeurs suivantes : V1=0 et
I1 = 0 A;
V2 < V3, devant être comprise entre 0,2 et 0,4 V;
I2 < I3, devant être comprise entre 5 et 20 mA.
• Refaire les mesures précédentes sur les circuits de la fig. 6.3 et
reporter les données obtenues dans le tableau de la fig. 6.4.

connexion en parallèle connexion en série connexion en opposition


fig. 6.3

connexion I1 V1 I2 V2 I3 V3
en parallèle
en série
en opposition
fig. 6.4
26
6. SOURCES D’ELECTRICITE EN COURANT CONTINU

Note : Les caractéristiques d’un circuit constitué par plusieurs cellules


photovoltaïques sont, selon le mode dont elles sont connectées,
proportionnelles à celles d’une seule cellule. Si les cellules sont
reliées en parallèle, la tension restera inchangée, tandis que le
courant de court-circuit augmentera. En revanche, si elles sont
en opposition, la tension et le courant s’annullent.

6.3 QUESTIONNAIRE

1) Deux batteries de 3 V reliées en série fournissent une tension totale de


a) 3V
b) 5V
c) 6V
d) 0V

2) Les cellules solaires fournissent de la puissance quand:


a) elles ne sont pas éclairées.
b) elles sont partiellement éclairées.
c) elles sont partiellement ou totalement éclairées.

3) Trois batteries de 3 V reliées en parallèle fournissent une tension totale


de:
a) 5V
b) 9V
c) 3V
d) 1V

27
7. ALIMENTATIONS EN COURANT CONTINU

7. ALIMENTATIONS EN COURANT CONTINU

Objectifs:
• Mesure avec un voltmètre et un ampèremètre de la stabilité de la
f.é.m. fournie par une alimentation en fonction de la charge.
• Analyse du rapport entre la puissance fournie et la charge d’une
alimentation.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V, 1 A avec l’alimentation
variable ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation
PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 3 résistances: R1 = R2 = R3 = 220 Ω, 1W
• 1 interrupteur SW1.

7.1 NOTIONS THEORIQUES

La plupart des circuits électroniques requièrent une alimentation en


courant continu très stable et réglable. Par conséquent, une source
électronique doit garder sa tension constante avec n’importe quelle
charge. Sur certains types d’alimentation, il est possible de fixer la
limite maximale du courant pouvant être débité; ceci peut constituer un
système de protection contre les court-circuits. Ce type de
fonctionnement est dit à “courant constant”.

7.2 EXERCICES
Stabilité de la tension d’une source électronique
• Réaliser le circuit de la fig. 7.1.

fig. 7.1

• Ouvrir l’interrupteur et mesurer la tension et le courant; refaire la


mesure avec l’interrupteur fermé; reporter ensuite tous les résultats
dans le tableau suivant.

28
7. ALIMENTATIONS EN COURANT CONTINU

charge tension (V) courant (mA) puissance (W)


infinie
R1
R1//R2
R1//R2//R3
Fig. 7.2

• Refaire les mesures précédentes en reliant en parallèle les


résistances R2 et R3, obtenant ainsi le circuit montré à la fig. 7.2;
ensuite, reporter les données sur les différentes lignes du tableau
précédent.

fig. 7.2

Note : Malgré l’augmentation du courant, on remarque que la


tension est suffisamment stable.

Calcul du pourcentage de régulation de la tension


Note : Ce calcul doit être effectué dans les conditions suivantes
• Si l’alimentation est à tension variable, la f.é.m. doit être réglée au
maximum;
• charger la source pour obtenir une valeur de courant maximale;
• verifier sur le tableau précédent si le courant maximal est obtenu
avec les trois résistances en parallèle.
Note : I max. = 0,16 mA;
• calculer le pourcentage de régulation à l’aide de la formule suivante

Vvide − Vch arg e


% de régulation = ⋅100
Vch arg e

Augmentation de la puissance avec des résistances reliées en


parallèle

Sachant que la puissance est le produit de la tension par le courant


(P=V·I), calculer la puissance pour chaque paire de valeurs de
tension/courant indiquées au tableau précédent.
Note : Bien que la tension soit constante, la puissance augmente
proportionnellement au courant.

29
7. ALIMENTATIONS EN COURANT CONTINU

7.3 QUESTIONNAIRE

1) Quel est la principale caractéristique d’une source électronique


d’alimentation c.c. ?

2) Que se passe-t-il si le courant nécessaire à la charge est supérieur au


courant maximal débité par l’alimentation ?

3) Qu’arrive-t-il à la tension, au courant et à la puissance si l’on


augmente la charge de l’alimentation ?

4) Une alimentation possède un pourcentage de régulation de 1,5%. Dans


le cas d’une tension à vide de 50 V, quelle valeur a la tension quand la
charge est maximale ?
a) 33,3 V
b) 49,26 V
c) 0,75 V
d) 50V

5) Sachant que la tension maximale à vide est de 80 V et que la tension


maximale sous charge est de 78,3 V, quel sera le pourcentage de
régulation de cette alimentation ?
a) 1,02 %
b) 97,9 %
c) 1,7 %
d) 2,17 %

30
8. INTERRUTTORI E RELE'

8. INTERRUPTEURS ET RELAIS

Objectifs:
• Réalisation de divers circuits comportant des interrupteurs.
• Emploi de relais
• Réalisation de divers circuits avec un relais.

Matériel disponible:
• 1 alimentation de tension continue de +12 V avec l’alimentation
variable ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation
PSU-U/EV
• 1 multimètre
• 2 diodes LED
• 2 résistances R1=R2 = 560 Ω
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ
• 1 relais de 12 Vc.c.
• 1 bouton-poussoir normalement ouvert PS1
• 1 bouton-poussoir normalement fermé PS2
• 2 commutateurs
• 2 lampes de 12 V

8.1 NOTIONS THEORIQUES

Les interrupteurs et les relais sont des dispositifs servant à “ouvrir”,


“fermer” ou “changer” les connexions d’un circuit électrique.
La structure de base d’un interrupteur est le contact, que l’on peut
considérer comme un système logique à deux états “ouvert” ou “fermé”.
Un interrupteur peut être monostable ou bistable. Dans le second cas,
son état de repos peut être “ouvert” ou “fermé”.
Les relais, de leur côté, sont des interrupteurs électromagnétiques
permettant la commande à distance. Leur structure consiste en un
électro-aimant qui ouvre ou ferme un contact lorsqu’on l’excite.
• Interrupteurs monostables ou boutons-poussoirs: ils possèdent une
seule position de repos, “normalement ouvert” ou “normalement
fermé” fig. 8a.
• Interrupteurs bistables: ils possèdent deux positions de repos et
peuvent être de deux types fig. 8b.
• Interrupteurs multicontact: ils possèdent plusieurs contacts et
peuvent être monostables ou bistables fig. 8c.
• Interrupteurs à relais: ce sont des interrupteurs électromagnétiques
monostables et multicontact fig. 8d.

31
8. INTERRUTTORI E RELE'

fig. 8

8.2 EXERCICES

Mesure de la résistance d’un interrupteur


• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre calibré à 1 kΩ;
mesurer ensuite la résistance de l’interrupteur SW1 dans les
positions “ouverte” et “fermée” (fig. 8.1)

fig. 8.1

Analyse des différents interrupteurs


• Réaliser les circuits montrés aux figures 8.2, 8.3 et 8.4 et observer
le fonctionnement de différents interrupteurs.
Note : Chaque fois que l’on actionne SW1 le LED s’allume ou
s’éteint. Dans le cas de PS1, le LED ne s’allume que
32
8. INTERRUTTORI E RELE'

lorsqu’on presse ce bouton. Par contre avec PS2 le LED ne


reste éteint que lorsqu’on le presse.

fig. 8.2

fig. 8.3

fig. 8.4

• Réaliser le circuit de la fig. 8.5.

fig. 8.5

• Actionner l’interrupteur et observer si les Leds L1 et L2 s’allument


en même temps.
Note : L’interrupteur SW1 permet de changer la direction du
courant dans le circuit.

33
8. INTERRUTTORI E RELE'

• Réaliser le circuit de la fig. 8.6.


• Actionner SW1 et dire quelle est la différence par rapport au circuit
de la fig. 8.2.

fig. 8.6

Note : L’interrupteur SW1 permet d’isoler complètement un de ces


composants de l’alimentation.
• Réaliser le circuit de la fig. 8.7.

fig. 8.7

• Actionner SW1. Vérifier si les lampes restent allumées quelle que


soit la position de l’interrupteur et observer l’intensité lumineuse en
fonction de la position de ce dernier.
Note : L’interrupteur SW1 permet de réaliser un circuit de
conversion “parallèle-série”.
• Réaliser le circuit de la fig. 8.8.

fig. 8.8

• Actionner SW1a, puis SW1b, et observer ce qui se passe.


• Actionner SW1b, puis SW1a, et observer les variations.
Note : ce système permet de “doubler” la fonction d’un
interrupteur. Si l’on place SW1a et SW1b aux deux
extrémités d’un couloir, on pourra allumer la lumière en
34
8. INTERRUTTORI E RELE'

entrant (avec SW1a) et l’éteindre au fond (avec SW1b), ou


vice-versa. Ce circuit est appelé “va-et-vient”.

Relais
• Réaliser le circuit de la fig. 8.9. Observer comment fonctionne le
relais en appuyant sur PS1. Remplacer PS1 par SW1 et refaire la
même opération.

fig. 8.9

Note : Les relais sont des interrupteurs monostables actionnés par


un courant électrique. Ces caractéristiques leur permettent
un grand nombre d’ applications.

Détermination des tensions de commutation


• Réaliser le circuit de la fig. 8.10.

fig. 8.10

• Régler RV1 de façon à obtenir une tension de 12 V aux bornes du


relais et fermer SW1.
Note : Le relais commute sur la position “fermée”.
• Reduire lentement la tension d’alimentation à l’aide du trimmer
RV1 jusqu’à ce que le relais commute une autre fois sur la position
“ouverte”.
• Mesurer la tension de commutation “fermé-ouvert” (Vc-a).
Note : Cette valeur de tension doit être lue avant la commutation.
Après celle-ci, la tension indiquée par le voltmètre ne
correspond plus à Vc-a.
35
8. INTERRUTTORI E RELE'

• Augmenter lentement la tension d’alimentation jusqu’à ce que l’on


obtienne la commutation du relais sur la position “fermée”.
• Mesurer la tension de commutation “ouvert-fermé” (Va-c).
Note : Tout comme dans la mesure de Vc-a, on devra lire Va-c
avant la commutation.

• Comparer les tensions Vc-a et Va-c.


Note : Les deux tensions sont différentes. La f.é.m. nécessaire pour
ouvrir le relais est supérieure à celle qui est requise pour le
fermer. Pour pouvoir utiliser correctement un relais on doit
disposer d’une tension d’alimentation supérieure à Vc-a.

• Réaliser le circuit de la fig. 8.11.

fig. 8.11

• Appuyer sur PS1, puis sur PS2, et observer si le LED s’allume.


• Maintenir PS2 pressé et appuyer sur PS1.
Note : Avec C3, ce système permet de réaliser un relais bistable
avec priorité de l’Arrêt.

36
8. INTERRUTTORI E RELE'

8.3 QUESTIONNAIRE

1) Que se passe-t-il si l’on appuie sur le bouton-poussoir PS2 en fonction


de la position de l’interrupteur SW1 (fig. 8.12) ?

fig. 8.12

2) Définir les symboles des interrupteurs suivants:


1) relais;
2) bouton-poussoir;
3) commutateur;
4) interrupteur bipolaire.

fig. 8.13

3) Quel avantage a le circuit suivant sur celui de la fig. 8.5 ?

fig. 8.14

4) Définir les polarités de la tension de la lampe L en fonction de la


position de l’interrupteur du circuit suivant

fig. 8.15
37
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

9. LOI D’OHM

Objectifs:
• Code des couleurs des résistances
• Mesure de la résistance à l’aide d’un ohmmètre
• Vérification de la loi d’Ohm
• Calcul de la valeur d’une résistance selon la le méthode volt-
ampèremétrique.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 2 résistances R1 = 10 kΩ
R2 = 33 kΩ
• 1 interrupteur SW1
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ

9.1 NOTIONS THEORIQUES

Tous les matériaux présentent une certaine opposition au mouvement


des électrons d’un courant électrique. L’opposition à ce mouvement de
charges s’appelle résistance (symbole R) ayant pour unité de mesure
l’Ohm (Ω) et s’exprimant à l’aide de la formule suivante

1
R =ρ
S

1 étant la longueur du matériau, S sa section, et ρ une constante qui


dépend du type de matériau et que l’on appelle résistivité. Dans un
conducteur, il existe une relation très simple entre le courant, la tension
et la résistance, dite Loi d’Ohm (en l’honneur de son découvreur)

V
R=
I

Si l’on applique aux extrémités d’un conducteur ayant une résistance R


une certaine tension V, le courant I circulant à travers ce conducteur est
directement proportionnel à V et inversement proportionnel à R; c’est-à-
dire
V
I = ; ou V = R ⋅ I
R

38
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

CODE DES COULEURS DES RESISTANCES

La valeur des résistances que l’on utilise dans les différentes


applications électroniques est codifiée au moyen de bandes de couleur
imprimées sur le corps des composants eux-mêmes selon le critère
suivant:

1e bande: le premier chiffre(dans le cas d’une


lecture de gauche à droite)
2e bande: le deuxième chiffre le nombre de zéros
3e bande: ajoutés aux deux chiffres précédents

4e bande: elle donne la précision ± en


pourcentage de la valeur nominale.

fig. 9.1

Couleur Chiffre Multiplicateur Précision %%


1° et 2° bande 3° bande 4° bande
noir 0 1; or 100 --
brun 1 10; or 101 1%
rouge 2 100; or 102 2%
orange 3 1000; or 103 --
jaune 4 104 --
vert 5 105 --
bleu 6 106 --
violet 7 107 --
gris 8 10 --
blanc 9 10 --
or - 0.1 10-1 5%
argent - 0.01 10-2 10%
aucune - --- 20%

Tableau de correspondance couleur-chiffre

39
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

9.2 EXERCICES
Mesure de résistances avec un ohmmètre
• Avec le multimètre programmé sur le mode ohmmètre, mesurer la
résistance R1 de la figure 9.2.

fig. 9.2

• Vérifier si cette valeur correspond au code écrit sur la résistance (ne


pas oublier la précision de cette dernière).

Loi d’Ohm
• Réaliser le circuit de la fig. 9.3.

fig. 9.3

• Régler les instruments de façon à obtenir une très bonne lecture.


• Régler le trimmer RV1 à mi-course; ensuite, fermer l’interrupteur
SW1.
• Mesurer la tension appliquée à la résistance R1, ainsi que le courant
qui la parcourt, ceci pour les différentes valeurs de tension
indiquées au tableau de la fig. 9.4.
• Ensuite, reporter les résultats sur ce tableau et calculer la résistance
en recourant à la loi d’Ohm.

V (volt) 0 2 4 6 8 10 11
I (mA)
R (kΩ)

fig. 9.4

Note : Avec une valeur de résistance constante le courant varie de façon


linéaire en fonction de la tension. La loi d’Ohm est vérifiée,
même si pour chaque paire de valeurs V-I celle de R peut varier

40
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

par suite à des erreurs de mesure.


• Remplacer la résistance R1 du circuit de la fig. 9.3 par la résistance
R2.
• Régler la tension du circuit à 10 V.
• Mesurer le courant et la tension de R2 et comparer les résultats avec
les données du tableau de la fig. 9.4.
Note : Avec une f.é.m. constante, le courant diminue au fur et à
mesure que la résistance augmente, et vice-versa. La
nouvelle valeur du courant devient I2 = I1·R1/R2.
Avec un courant constant, la tension diminue en même
temps que la résistance, et vice-versa. La nouvelle valeur de
la tension devient donc V2 = R2·V1/R1.

9.3 QUESTIONNAIRE

1) Une résistance présente dans l’ordre des bandes ayant les couleurs
suivantes : jaune, violet, rouge, argent. Quelle est la valeur de cette
résistance ?
a) 4,7 kΩ
b) 47 Ω
c) 470 Ω
d) 47 kΩ

2) Quelles sont les valeurs minimale et maximale de la résistance


précédente ?
a) 4,23 kΩ et 5,17 kΩ
b) 4,465 kΩ et 4,935 kΩ
c) 0,47 kΩ et 0,94 kΩ
d) 0,423 Ω et 0,57 Ω.

3) Quelle est la valeur du courant parcourant une résistance de 5,6 kΩ


soumise à une tension de 220 V ?
a) 5,6A
b) 220 A
c) 25,4 A
d) 39,3 mA

4) La résistance d’un circuit alimenté par une tension stable passe de 30


kΩ à 270 kΩ. Ceci veut dire que le courant
a) diminue.
b) augmente.

5) Quelle est la nouvelle valeur du courant, sachant que celui-ci était


auparavant de 180 mA ?
a) 1,62 A
b) 20 mA.

41
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET


EN LUMIERE

Objectifs
• Calcul de la puissance électrique
• Transformation de la puissance électrique en énergie thermique et
en énergie lumineuse
• Variation de la résistance en fonction de la température.

Matériel disponible

• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable


ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 1 trimmer RV1 = 1 KΩ
• 1 résistance R1 = 560 Ω
• 1 lampe Ll 12V
• 1 interrupteur SW1

10.1 NOTIONS THEORIQUES

L’unité de puissance électrique se définit comme le travail produit en


une unité de temps par une charge de 1 coulomb soumise à un potentiel
de 1 Volt. Si l’on se rappelle que 1 coulomb par seconde est égal à 1
ampère, la puissance d’un système électrique sera rendu par le produit
du courant par la tension

P = V·I

L’unité de mesure de la puissance est le Watt (symbole W) du nom du


physicien anglais James Watt (1736-1819).
En appliquant la loi d’Ohm, on obtient les formules suivantes

V2
P= P = R ⋅ I2
R

La deuxième formule représente la loi de Joule selon laquelle un


courant électrique passant dans un conducteur donne lieu à la formation
de chaleur.

10.2 EXERCICES
Calcul de la puissance
• Réaliser le circuit de la fig. 10.1.
• Après avoir contrôlé le circuit, fermer SW1.
• Mesurer le courant traversant R1 pour chaque valeurs de tension

42
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

indiquée au tableau de la fig. 10.2 et y transcrire les résultats.


• Calculer la puissance à l’aide de la formule
P = V·I.
Note : La puissance théorique et la puissance mesurée sont
pratiquement égales. La différence éventuelle est due à la
tollérance de la résistance et aux erreurs de mesure.

fig. 10.1

Tension Courant Puissance puissance


mesure (W) theorique P = V2/R
0
2
4
6
8
10
12
fig. 10.2

Variation de la résistance en fonction de la température


• Mesurer la résistance de la lampe L1 à l’aide du multimètre
programmé sur le mode ohmmètre et en reporter la valeur sur le
tableau de la figure 10.3.
Tension Courante R P
(V) (mA) (Ω) (W)
Ohmmètre ---- ----
0
2
4
6
8
10
12
fig. 10.3

• Remplacer la résistance R1 du circuit de la fig. 10.1 par la lampe


L1.
• Régler le trimmer RV1 au minimum; ensuite, fermer l’interrupteur
43
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

SW1.
• Mesurer le courant pour chaque valeur de tension indiquée au
tableau de la fig. 10.3.
• Observer la variation de la luminosité de la lampe au fur et à
mesure que la tension augmente.
• Calculer la résistance et la puissance pour chaque valeur de tension.
• A quelle valeur de puissance a-t-on le plus grand écart de résistance
par rapport à la mesure réalisée à froid ?
• Construire le graphique de la résistance en fonction de la puissance
(fig. 10.4).
Note : Une résistance augmente lorsque le courant, la tension, la
puissance, et par conséquent sa température, augmentent
eux aussi. La résistance dépend de la température et obéït à
la loi suivante
R = Ro ⋅ [1 + α( t − to)]

L’intensité lumineuse d’une lampe varie en fonction du


courant qui la parcourt.

fig. 10.4

44
10. PUISSANCE EN COURANT CONTINU TRANSFORMATION EN CHALEUR ET EN LUMIERE

10.3 QUESTIONNAIRE

1) Quelle est la valeur de la puissance dissipée dans une résistance soumise


à une tension de 7,5 V et parcourue par un courant de 300 mA ?
a) 25W
b) 40mW
c) 2,25 W
d) 7,5 W

2) Quelle est la valeur de la résistance dissipant une puissance de 38,4W


avec un courant de 80 mA ?
a) 6 kΩ
b) 480 Ω
c) 3,1 Ω
d) 38,4 kΩ

3) Une résistance de 30 kΩ est dimensionnée pour dissiper une puissance


maximale de 900 W. Quelle est la valeur du courant qui la parcourt si la
puissance dissipée est trois fois plus basse que la puissance maximale ?
a) 3mA
b) 0,9A
c) 30A
d) 100 mA

4) Quelle est la valeur de la tension appliquée aux bornes d’une résistance


de 2,2 kΩ dissipant une puissance de 88 W ?
a) 440 V
b) 40V
c) 193,6 V
d) 44mV

45
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

Objectifs
• Mesure du courant parcourant un circuit en série
• Définition de la résistance équivalente d’un circuit
• Mesure de la variation de la f.é.m présente aux extrémités d’une
résistance reliée en série.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 3 lampes L1, L2 et L3 12 V
• 1 résistance R1 = 1 kΩ
• 1 résistance R2 = 1,5 kΩ
• 1 résistance R3 = 3,9 kΩ
• 2 interrupteurs SW1

11.1 NOTIONS THEORIQUES

Un circuit en série est constitué de façon à ce qu’à chacune des


extrémités d’un composant on ne puisse connecter qu’un composant.
Les résistances forment ainsi une chaine d’éléments, tous parcourus par
un même courant. Ce type de connexion se reconnait par le fait qu’il n’y
a aucun “noeud” électrique dans le circuit.

11.2 EXERCICES

Identification d’un circuit en série


• Parmi les circuits suivants, identifier ceux qui sont connectés en
série

fig. 11.1

46
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

Mesure du courant parcourant un circuit en série


• Trouver la valeur des résistances R1, R2 et R3 sur la base du code
des couleurs.
• Vérifier ces valeurs à l’aide du multimètre programmé sur le mode
ohmmètre.
• Trouver avec le multimètre la valeur totale des trois résistances
reliées en série.
• Calculer la somme des résistances R1, R2 et R3, ceci pour les
valeurs mesurées et les valeurs théoriques (ΣR1 = R1 + R2 + R3).
Note : Les valeurs théoriques et les valeurs mesurées peuvent
différer les unes des autres à cause de l’imprécision de la
mesure et de la tolérance des résistances. A part ces
différences (qui sont négligeables), on peut dire que la
résistance totale d’un circuit en série est égale à la somme
de toutes les résistances.

Courant et tension d’un circuit


• Réaliser le circuit de la fig. 11.2.

fig. 11.2

• Mesurer la tension et le courant de ce circuit.


• Brancher l’ampèremètre de la façon indiquée à la fig. 11.3 et
mesurer les courants que traversant les résistances R1, R2 et R3
(IR1, IR2 et IR3).

fig. 11.3

• Quelle particularité ont les courants IR1, IR2 et IR3 ?


• Vérifier si les courants parcourant les résistances sont égales au
courant I fourni par l’alimentation : I = IR1 = IR2 = 1R3.
• Calculer la résistance équivalente théorique Réq parcourue par le

47
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

courant I et soumise à la tension d’alimentation V.


• Comparer la résistance Réq à la ΣRi obtenue précédemment.
Note : Dans un circuit en série le courant fourni par l’alimentation
passe à travers chaque composant. Par conséquent, la valeur
de l’intensité de courant est la même pour toutes les
résistances. Si l’on tient compte de cette caractéristique, on
pourra calculer la résistance équivalente (V = Réq·I = ΣRi·I)
qui est égale à la somme des résistances reliées en série
(Réq = ΣRi).

Mesure de la tension présente aux bornes d’une résistance dans un


circuit en série
• Réaliser le circuit de la fig. 11.4.

fig. 11.4

• Pendant le relevé des valeurs du courant et de la tension du circuit,


observer l’intensité lumineuse de la lampe L1.
• Relier en série au circuit la lampe L2, puis la lampe L3; refaire la
mesure précédente dans les deux cas; après quoi, reporter les
données obtenues sur le tableau de la fig. 11.5.

L1 L1, L2 L1, L2, L3


I (mA)
V (V)
fig. 11.5

• Observer la luminosité des lampes dans les différents cas.


• Relier en court-circuit une lampe avec un interrupteur et observer
ce qui arrive aux autres lampes.
• Que se passerait-ii si une lampe s’abîmait ?
• Simuler la panne en déconnectant une borne de L2.

L1 L1, L2 L1, L2, L3


I (mA)
V (V)
fig. 11.5

Note : La f.é.m. de chaque résistance diminue lorsqu’augmente la


valeur des résistances reliées en série. En ce qui concerne le
courant présent dans le circuit, il diminue au fur et à mesure que

48
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

la charge augmente; ceci est dû au fait que la résistance


équivalente du circuit est proportionnelle à cette charge
(Réq·I=V; Réq étant égal à ΣRi). Ainsi, quand la tension
diminue, l’intensité lumineuse des lampes elle aussi diminue.
Ceci dérive du fait que la puissance fournie à la lampe (P = V I)
varie proportionnellement à la diminution de la tension qui lui
est appliquée et du courant traversant le circuit.
Au cas où un des composants d’un circuit en série ne
fonctionnerait pas, les autres composants cesseraient eux aussi
de fonctionner.
Lorsque l’on court-circuite les extrémités d’un composant d’un
circuit en série, la tension des autres composants augmente, ceci
pouvant entraîner des dommages irréversibles à ces mêmes
composants.

11.3 QUESTIONNAIRE

1) Reconnaître les circuits en série

fig. 11.6

2) Quelle est la résistance équivalente d’un circuit en série qui possèdant


6 résistances ayant les valeurs suivantes : R1 = 3,9 kΩ; R2 = 220 Ω; R3
= 82 kΩ;RP4 = 180 Ω; R5=5,6 kΩ et R6 = 100 Ω?
a) 82 kΩ
b) 92 kΩ
c) 180 kΩ.

49
11. CIRCUITS RESISTIFS EN SERIE

3) Quelle est la valeur du courant parcourant la résistance R4 du circuit


précédent, sachant que le courant fourni par la source est de 478 mA ?
a) 20 mA
b) 9 mA
c) 478 mA
d) 79,7 mA

4) Quelle est la valeur du courant circulant dans le circuit suivant, sachant


que la tension V est de 62 V et que les résistances R1, R2, R3 et R4
valent : R1 = 330 Ω; R2 = 1,8 kΩ; R3 = 680 Ω et R4 = 290 Ω?

fig. 11.7
a) 1,8 mA
b) 30 mA
c) 68 mA
d) 20 mA

5) Quelle est la valeur de la tension d’alimentation d’un circuit résistif en


série ayant une résistance Réq de 600 Ω et parcouru par un courant de
25 mA ?
a) 24 V
b) 41,67 V
c) 6V
d) 15V

6) Si l’on court-circuite une des 6 résistances constituant un circuit en


série, comment varie la puissance fournie à chaque résistance?
a) Elle augmente.
b) Elle diminue.
c) Elle ne varie pas.

50
12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE

12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE

Objectifs:
• Vérification expérimentale des lois de Kirchhoff
• Calcul des tensions et des résistances à l’aide des lois de Kirchhoff
et d’Ohm.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de 12 V
• 2 multimètres
• 3 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 3,9 kΩ
• 1 trimmer RV1 = 10 kΩ
• 1 interrupteur SW1

12.1 NOTIONS THEORIQUES

Au chapitre précédent, on a pu voir que chaque composant d’un circuit


en série était parcouru par un même courant fourni par la tension
d’alimentation. Par conséquent, chaque composant possède une f.é.m.
que ne dépend que de la valeur de sa résistance (VRi = Ri·I). Vu que la
somme des résistances Ri est égale à Réq (ΣRi = Réq), la somme des
f.é.m. de chaque résistance est égale à la tension fournie par
l’alimentation

V = Re q ⋅ I = (ΣVi) ⋅ I = (ΣVRi)

Cette relation, connue sous le nom de loi de Kirchhoff (du nom du


physicien Gustav Kirchhoff, 1824-1887) peut être rendue de deux
façons différentes
• la somme des f.é.m. présentes aux bornes des résistances est égale à
la f.é.m. appliquée V = ΣVi;
• la somme algébrique de toutes les tensions présentes dans un circuit
est égaie à 0

V + ΣVi = 0

51
12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE

12.2 EXERCICES

Vérification expérimentale de la loi de Kirchhoff


• Mesurer les résistances R1, R2 et R3 avec le multimètre
programmé sur le mode ohmmètre.
• Vérifier ces mesures en recourant au code des couleurs.
• Programmer ensuite le multimètre sur le mode voltmètre.
• Réaliser le circuit de la fig. 12.1.

fig. 12.1

• Mesurer le courant et la tension fournis par l’alimentation.


• Ensuite, brancher le voltmètre comme indiqué aux figures 12.2
a/b/c et mesurer les chutes de tension sur chaque résistance.

fig.12.2

• Transcrire les résultats dans le tableau de la fig. 12.3.

V mA
VR1 VR2 VR3 ΣVi V I
Valeur mesurée
Valeur calculée

fig. 12.3

• En utilisant la valeur mesurée du courant I, mesurer d’I, calculer la


f.é.m. présente aux extrémités des résistances (Vi = Ri·I).
• Additionner les valeurs de Vi obtenues.
• En tenant compte des erreurs de mesure, vérifier si ces sommes sont
52
12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE

égales à la f.é.m. d’alimentation.


Calcul. de la tension et de la résistance d’un circuit à l’aide des lois
de Kirchboff et d’Ohm

• Remplacer la résistance R1 par le trimmer RV1 comme indiqué à la


fig. 12.4.

fig. 12.4

• Régler le trimmer RV1 à mi-course.


• Mesurer le courant I parcourant le circuit.
• Calculer la f.é.m. entre les extrémités des résistances R2 et R3 (VRi
= Ri·I)
• En appliquant la loi de Kirchhoff, trouver la tension présente aux
bornes de RV1: V+VRV1 +VR2 +VR3 = 0
|VRV1| =|V| - |VR2| -|VR3|
• Appliquer la loi d’Ohm pour trouver la valeur de la résistance
variable RV1 (R = V/I)
• Vérifier la valeur de RV1 avec l’ohmmètre.
Note : Les lois d’Ohm et de Kirchhoff permettent de définir
complètement un circuit résistif en série. On peut aussi les
appliquer à des circuits non en série, pourvu, cependant,
qu’on les réduise à une configuration en série. Dans le cas
de circuits en série, on peut employer la formule suivante,
qui dérive de ces bis : VRi = Ri V/Réq
A l’aide de cette formule, on pourra calculer directement la
tension d’un composant à partir de sa résistance, de la
tension d’alimentation et de la résistance équivalente du
circuit.

53
12. LOI DE KIRCHHOFF POUR LES CIRCUITS EN SERIE

12.3 QUESTIONNAIRE

1) Vérifier la ley de Kirchhoff dans les circuits suivants

fig. 12.5

2) Un circuit en série, constitué par les résistances R1, R2, R3, R4 et R5,
est parcouru par un courant de 13,4 mA et alimenté par une f.é.m. de
220 V. Sachant que R1 = 4,7 kΩ; R2 = 8,2 kΩ; R3 = 220 Ω et R4 = 390
Ω, quelle est la valeur de R5 ?
a) 4,7 kΩ
b) 2,9 kΩ
c) 6,7 kΩ
d) 326 Ω

3) Quelle est la valeur de tension de la résistance R4 vue à la question n°


2?
a) 5,23 V
b) 3,9 V
c) 220 V
d) 13,4 V

4) Un circuit résistif en série ayant une résistance équivalente de 398 kΩ


est alimenté par une f.é.m. de 110 V. Quelle est la valeur d’une des
résistances appartenant à ce circuit si aux extrémités de cette dernière
la tension mesurée est de 13 V ?
a) 110 Ω
b) 13 kΩ
c) 389 kΩ
d) 47 kΩ

54
13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE

13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE

Objectifs:
• Identification d’un circuit résistif en parallèle
• Mesure de la tension présente aux extrémités des résistances d’un
circuit en parallèle
• Définition de la résistance équivalente d’un circuit en parallèle.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de 12 V
• 2 multimètres
• 3 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 3,9 kΩ
• 3 lampes L1 = L2 = L3 de 12 V
• 1 interrupteur SW1

13.1 NOTIONS THEORIQUES

Un circuit en parallèle est construit de façon à ce qu’aux extrémités de


chaque composant soit appliquée la même tension d’alimentation.

13.2 EXERCICES
Identification d’un circuit en parallèle
• Identifier parmi les circuits suivants ceux qui sont reliés en parallèle.

fig. 13.1

Mesure de la f.é.m présente aux extrémités des résistances d’un


circuit en parallèle
• Réaliser le circuit de la fig. 13.2.
• Trouver la valeur des résistances R1, R2 et R3 à partir du code des
couleurs.
• Vérifier ces valeurs avec le multimètre programmé sur le mode
ohmmètre
55
13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE

fig.13.2

• A l’aide du multimètre, mesurer la valeur totale des trois résistances


reliées en parallèle.
• Calculer l’admittance correspondant à cette valeur (Yt = 1/R totale).
• Sommer les admittances des résistances R1, R2 et R3 (ΣYi =
Σ1/R1).
• Vérifier si. les résultats obtenus sont les mêmes qu’avant.
Note : Malgré les différences existant entre les valeurs théoriques
et les valeurs mesurées, on peut conclure que l’admittance
totale d’un circuit résistif en parallèle est égale à la somme
des admittances de chaque résistance.
Y totale en parallèle = ΣYi
1/R totale en parallèle = Σ 1/Ri

Courant et tension d’un circuit


• Réaliser le circuit de la fig. 13.3 et programmer les multimètres sur
le mode voltmètre et ampèremètre.

fig. 13.3

• Mesurer la tension et le courant de ce circuit.


• Changer la position du voltmètre en le branchant comme indiqué
aux figures 13.4 a/b/c et mesurer la tension présente aux extrémités
de chaque résistance (R1, R2 et R3).

fig. 13.4

56
13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE

• Vérifier si la tension de chaque résistance est égale à la tension


fournie par l’alimentation.
• Calculer la résistance théorique équivalente (Réq) parcourue par un
courant I, la tension V présente à ses extrémités étant connue.
• Calculer son admittance et faire la comparaison avec la somme des
admittances calculées auparavant.
Note : Dans un circuit en parallèle, la tension présente aux bornes
de chaque résistance est égale à la tension d’alimentation.
Cette caractéristique nous permet de calculer une admittance
équivalente (I = Yéq·V = = ΣYi·V) égale à la somme des
admittances des résistances reliées en parallèle.

Mesure de la variation du courant fourni par une source après


connexion d’autres résistances en parallèle
• Réaliser le circuit de la fig. 13.5.

fig. 13.5

• Mesurer l’intensité du courant et la tension dans le circuit.


• Calculer la résistance de L1 (RL1 = V/I) et reporter les résultats
dans le tableau de la fig. 13.6.

R4 = Ω L1 L1, L2 L1, L2, L3


V (V)
I (mA)
IL1 (mA)
fig. 13.6

• Relier en parallèle à L1, d’abord la lampe L2, puis la lampe L3.


• Après chaque connexion, mesurer la tension et le courant; reporter
ensuite les résultats dans le tableau de la fig. 13.6.
• Observer la luminosité des lampes à chaque variation du circuit.
• Calculer le courant traversant la lampe L1 sur tous les circuits
réalisés.
Note: La tension et le courant d’un composant reste inchangé quel
que soit le nombre des composants reliés en parallèle. Le
courant fourni par l’alimentation augmente en fonction du
nombre des composants reliés en parallèle, lesquels
constituent la charge du circuit (Réq).
La résistance équivalente d’un circuit résistif en parallèle
diminue lorsque l’on ajoute d’autres résistances en parallèle.

57
13. CIRCUITS RESISTIFS EN PARALLELE

13.3 QUESTIONNAIRE

1) Identifier, parmi les circuits suivants, les circuits résistifs en parallèle

fig. 13.7

2) Calculer la résistance équivalente d’un circuit en parallèle constitué


par 5 résistances ayant les valeurs suivantes : R1 = 3,9 kΩ; R2=220 Ω;
R3 = 82 kΩ; R4 = 100 Ω; R5 = 5,6 kΩ.
a) 82,15 kΩ
b) 26,5 Ω
c) 66,7 Ω
d) 91,82 kΩ

3) Quelle est la valeur de tension de la résistance R2 du circuit précédent


si l’on sait que la f.é.m fournie par la source d’alimentation au circuit
est de 52 V?
a) 52 V
b) 26,5 V
c) 220 V
d) 0,28 mV

4) Quelle est l’intensité du courant fourni par la source d’alimentation du


circuit précédent ?
a) 26,5 mA
b) 56 A
c) 78 A
d) 0,78 A

5) Si l’on branche une résistance au circuit précédent, comment varie la


puissance de R2 ?
a) Elle augmente
b) Elle diminue
c) Elle ne varie pas

58
14. LOI DE KIRCHHOFF POUR CIRCUITS EN PARALLELE

14. LOI DE KIRCHHOFF POUR CIRCUITS EN PARALLELE

Objectifs:
• Vérification expérimentale de la loi de Kirchhoff
• Calcul des valeurs de courant et de résistance à l’aide des lois de
Kirchhoff et d’Ohm

Matériel disponible
• 1 source d’alimentation de +12 Vcc avec l’alimentation variable ou
en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 3 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 3,9 kΩ
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ
• 1 interrupteur SW1

14.1 NOTIONS THEORIQUES

Au chapitre précédent, on a vu que dans un circuit en parallèle chaque


composant était soumis à une tension égale à la tension d’alimentation.
Chaque composant est donc parcouru par un courant qui ne dépend que
de la valeur de sa résistance (IRi = V/Ri = V·Yi). Vu que la somme des
admittances Yi vaut Yéq (Yéq = ΣYi), la somme des courants qui
traversent les résistances est égaie au courant fourni par l’alimentation

I = V ⋅ Yeq = (V ⋅ ΣYi) = Σ(V ⋅ Yi) = Σ(IRi)

Ce résultat peut être résumé dans les lois suivantes:


• dans un noeud, la somme des courants d’entrée est égale à la
somme des courants de sortie:
Σ Iin = ·Σ Iout;
• la somme algébrique des courants présents dans un noeud d’un
circuit est égale à 0
Σ·In = 0

14.2 EXERCICES
Vérification expérimentale de la loi de Kirchhoff
• Réaliser le circuit de la fig. 14.1.
• Mesurer les résistances R1, R2 et R3 avec le multimètre
programmé sur le mode ohmmètre et vérifier si ces mesures
coïncident avec les valeurs obtenues sur la base du code des
couleurs.

59
14. LOI DE KIRCHHOFF POUR CIRCUITS EN PARALLELE

fig. 14.1

• Mesurer la tension et le courant fourni par la source d’alimentation.


• Réaliser ensuite le circuit montré à la figure 14.2 et programmer les
deux multimètres sur le mode ampèremètre.

fig. 14.2

• Mesurer les courants traversant les ampèremètres A1 et A2.


• En tenant compte des polarités des ampèremètres, des tensions
présentes aux extrémités des résistances R1 et R2, ainsi que de la
tension d’alimentation, déterminer le sens des courants I, IA1 et
IA2 pour le noeud A.
• Vérifier la loi de Kirchhoff dans le noeud A IA1 + IA2 + I = 0;
• Vérifier la valeur d’IA2 en calculant le courant qui doit circuler
dans la résistance R1 (IA2 = IR1 = V/Ri)
• Brancher les ampèremètres A1 et A2 comme indiqué à la fig 14.3.

fig. 14.3

• Mesurer les courants traversant les ampèremètres A3 et A4.


• En tenant compte des polarités des ampèremètres et des tensiones
présentes aux extrémités des résistances R2 et R3, déterminer le
sens des courants IA3 et IA4 dans le noeud B.

60
14. LOI DE KIRCHHOFF POUR CIRCUITS EN PARALLELE

• Vérifier la loi de Kirchhoff dans le noeud B.


• Vérifier IA3 et IA4 en calculant les courants parcourant les
résistances R2 et R4.
(IA3 = IR2 = V/R2; IA4 = IR3 = V/R3).
• Effectuer la somme des courants traversant chaque résistance (IR1,
IR2 et IR3) et vérifier si cette somme est bien égale à la valeur du
courant fourni par la source d’alimentation.

Calcul du courant et de la résistance à l’aide des bis de Kirchhoff et


d’Ohm

• Relier le trimmer RV1 en série à la résistance R1, en suivant pour


cela le schéma montré à la fig. 14.4.

fig. 14.4

• Régler le trimmer RV1 à mi-course environ.


• Mesurer le courant fourni par la source d’alimentation.
• Calculer à l’aide de la loi de Kirchhoff (et en utilisant les valeurs
d’IR2 et d’IR3 trouvées auparavant) le courant sortant du noeud A
et parcourant les résistances R1 et RV1.
• En appliquant la loi d’Ohm, calculer la valeur de la résistance
équivalente de R1 reliée en série à RV1.
• Sachant que R1 vaut 1 kΩ, calculer la résistance RV1.
• Vérifier la valeur de RV1 avec le multimètre.
Note : La loi d’Ohm et les deux bis de Kirchhoff nous permettent
d’étudier à fond n’importe quel circuit tant en série qu’en
parallèle.
Dans le cas des circuits en parallèle, on peut utiliser la
formule IRi = YRi·I/Yéq (qui provient des lois d’Ohm et de
celles de Kirchhoff); avec cette formule, on pourra calculer
directement le courant traversant un composant à partir de
sa résistance, de la résistance équivalente du circuit et du
courant fourni par la source d’alimentation.

61
14. LOI DE KIRCHHOFF POUR CIRCUITS EN PARALLELE

14.3 QUESTIONNAIRE

1) Vérifier la loi de Kirchhoff dans les noeuds suivants

fig. 14.5

2) Un circuit en parallèle constitué par 4 résistances (R1, R2, R3 et R4) est


parcouru par un courant de 200 mA et alimenté par une tension de 50
V. Si l’on connait la valeur des trois premières résistances (R1=220Ω;
R2 = 8,2 kΩ et R3 = 1 kΩ), quelle sera la valeur de la résistance R4 ?
a) 500 k Ω
b) 250 Ω
c) 1kΩ
d) 200 k Ω

3) Quelle est la valeur du courant circulant dans la résistance R2 vue à la


question n 2 ?
a) 6,1 mA
b) 200 mA
c) 8,2 mA
d) 56 mA

4) Un circuit résistif en parallèle ayant une résistance équivalente de 8,2


kΩ est alimentée par un courant de 750 mA. Une des résistances est
parcourue par un courant de 110 mA: quelle est la valeur de cette
résistance ?
a) 8,2 kΩ
b) 220 Ω
c) 5,6 kΩ
d) 56 kΩ.

62
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

Objectifs:
• Identification de circuits en série et en parallèle dans un circuit
complexe.
• Calcul de la résistance équivalente d’un circuit en série/parallèle
• Calcul des courants et des tensions présents en différents points
d’un circuit en parallèle.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 4 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 2,2 kΩ
R4 = 3,9 kΩ
• 1 interrupteur SW1

15.1 NOTIONS THEORIQUES

D’habitude, les circuits électriques sont très complexes et peuvent se


décomposer en circuits en série et circuit en parallèle élémentaires. Les
lois d’Ohm et de Kirchhoff nous permettent d’en déterminer les
caractéristiques de courant et de tension. On calcule la résistance
équivalente d’un circuit complexe par simplifications successives
jusqu’à arriver à un circuit pouvant être facilement résolu.

15.2 EXERCICES
Identification de circuits en série et en parallèle dans un circuit
complexe (fig. 15.1)

63
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

fig. 15.1
A) Entre les points A et B on a un circuit en série constitué par R1 et
R2.
B) Il s’agit d’un circuit en parallèle constitué par R1, R2, R3 et R4.
C) Entre B et C on a un circuit en parallèle (constitué par R2 et R3), et
entre A et D un circuit en série (constitué par R1 et par le circuit en
parallèle R2//R3).
D) Entre B et C on a un circuit en série (R1 et R2), entre A et D un
circuit en parallèle (R3, plus le circuit en série R1-R2), et entre A et
E un circuit en série formé par R4, plus le circuit en parallèle
R3//(R1+R2).

Calcul de la résistance équivalente d’un circuit en série/parallèle


(fig. 15.2)

fig. 15.2

• Calculer la valeur de la résistance équivalente du circuit C-D


constitué par (R1//R2).
• Additionner RCD à R3 pour connaître la résistance équivalente du
circuit B-D.
• Calculer la résistance équivalente du circuit A-E constitué par
(R4//RBD).
• Mesurer cette valeur avec le multimètre programmé sur le mode
ohmmètre.
Note : On doit trouver une valeur de résistance équivalente de 1,63
kΩ. La valeur de cette mesure ne doit pas être très différente
de la valeur calculée. Exprimer cette différence en
pourcentage et en découvrir la cause.

Calcul, à l’aide des loi d’Ohm et de Kirchhoff, des courants et des


tensions présents en différents points d’un circuit en série/parallèle
• Le circuit de la fig. 15.2 est alimenté par une f.é.m. de 12 V;
calculer le courant fourni par l’alimentation en utilisant la valeur
calculée de Réq (le courant I doit être d’environ 7,36 mA ).
• Mesurer le courant parcourant la résistance R4 (le courant IR4 doit
être de 3,08 mA environ).
• Calculer la valeur du courant IRBD de deux façons différentes : en
appliquant d’abord la loi de Kirchhoff, puis la loi d’Ohm et en
utilisant la résistance RBD calculée auparavant.
• Vérifier si ces valeurs de courant sont égales (la valeur d’IRBD doit

64
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

être de 4,28 mA environ)


• Calculer la tension présente aux extrémités B-C de la résistance R3
(VR3 doit valoir environ 9,43 V).
• Calculer la tension présente aux extrémités C-D (VCD doit valoir
environ 2,57 V).
• Calculer à l’aide de la loi d’Ohm les courants parcourant les
résistances R1 et R2 (IR2 = 1,71 mA; IR1 = 2,57 mA environ)
• Vérifier la loi de Kirchhoff au niveau le noeud traversé par les
courants IRBD, IR1 et IR2.

Vérification expérimentale de ces valeurs


• Réaliser le circuit de la fig. 15.3.

fig. 15.3

• Mesurer le courant I circulant dans le circuit.


• En utilisant les valeurs de V et de I que l’on vient de mesurer,
calculer la résistance équivalente du circuit.
• Brancher les instruments de mesure (ampèremètre et voltmètre) de
façon à mesurer les courants IR4, IRBD, IR1, IR2 et les tensions
VR3 et VCD.
• Avec ces valeurs, calculer les résistances équivalentes RCD et
RBD.
• Reporter les résultats des mesures dans le tableau de la fig. 15.4.

en kΩ en mA en V
RCD RDB Req I IR4 IRDB IR1 IR2 VR3 VCD
Valeur
calculée
Valeur
mesurée
Valeur
mesurée
avec
ohmmètre

fig. 15.4

65
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

• Vérifier si les valeurs mesurées coïncident avec les valeurs


calculées et justifier les différences possibles.
Note : La méthode pour calculer les différentes caractéristiques
d’un circuit en série/parallèle consiste à définir la résistance
équivalente de ce circuit, afin de pouvoir connaître les
différentes valeurs de courant ou de tension.
L’exactitude de ces valeurs dépend de la précision de la
résistance. Dans le cas d’un circuit en série, la précision de
la résistance équivalente est égale à la somme des tolérances
des différentes résistances : % = Σ % i.
Dans le cas d’un circuit en parallèle la précision de la
résistance équivalente est égale à l’inverse de la somme des
inverses des tolérances des différentes résistances 1/% = Σ
1%i. Par exemple, dans le cas du circuit examiné dans ce
chapitre, la précision de la résistance Réq est égale à

⎡ (%R1) ⋅ (%R 2) ⎤
⎢ (%R1) + (%R 2) + (%R 3)⎥ ⋅ (%R 4)
3
% Re q = ⎣ ⎦ = (%Ri) = 6%
⎡ (%R1) ⋅ (%R 2) ⎤ 5
⎢ (%R1) + (%R 2) + (%R 3)⎥ + (%R 4)
⎣ ⎦

sachant que:

(%R1) = (%R2) = (%R3) = (%R5) = (%Ri) = 10%

15.3 QUESTIONNAIRE

Les questions de ce paragraphe se réfèrent au circuit montré à la fig.


15.5.

fig. 15.5
R1 = 4,7 kΩ R2 = 12 kΩ R3 = 68 kΩ R4 = 29 kΩ
R5 = 10 kΩ R6 = 39 kΩ R7 = 82 kΩ %Ri = 5%

66
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

1) Quelle est la valeur de la résistance équivalente Réq ?


a) 85 kΩ
b) 126 kΩ
c) 62kΩ
d) 116 kΩ

2) Quelle est la valeur du courant I1 ?


a) 2,16 A
b) 21,6 A
c) 216 mA
d) 2,16 mA

3) Quelle est la valeur de la tension VR1 ?


a) 9,5V
b) 10,2 V
c) 15,8 V
d) 36 V

4) Quelle est la valeur de la tension VR7 ?


a) 220V
b) 177,1 V
c) 56,5 V
d) 10,2 V

5) Quelle est la valeur de la tension VDB ?


a) 4,6 V
b) 46 mV
c) 460 V
d) 46 V

6) Quelle est la valeur de la tension VFE ?


a) 17,3 V
b) 1,73 V
c) 26,6 V
d) 2,66 V

7) Quelle est la valeur du courant I23 ?


a) 2,5 mA
b) 5,75 mA
c) 250 μA
d) 575 μA

67
15. CIRCUITS EN SERIE/PARALLELE

8) Quelle est la valeur du courant I4 ?


a) 1,59 mA
b) 3,56 mA
c) 5,27 mA
d) 49,6 A

9) Quelle est la valeur du courant I5 ?


a) 1,75 mA
b) 2,8 mA
c) 56,2 A
d) 11,8 A

10) Quelle est la valeur du courant I6 ?


a) 444 μA
b) 4,44 mA
c) 8,8 mA
d) 4,9 μA

11) Quelle est la valeur de la tension VR2 ?


a) 69V
b) 2,6V
c) 6,9V
d) 52V

12) Quelle est la valeur de la tension VR3 ?


a) 40,9 mv
b) 56V
c) 3,9V
d) 39,1 V

13) Vérifier si ces résultats satisfont les bis de Kirchhoff.

14) Quel est le pourcentage de précision de la résistance Réq ?


a) 15,8 %
b) 10%
c) 20 %
d) 63,3 %

68
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

Objectifs:
• Application du principe de superposition.
• Vérification expérimentale de ce principe.
• Détermination des caractéristiques d’un circuit lorsque l’on connait
ses caractéristiques avec une autre tension d’alimentation.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 piles de 1,5 V
• 2 multimètres
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ
• 3 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 2,2 kΩ
• 1 interrupteur SW1

16.1 NOTIONS THEORIQUES


Le principe de la superposition des effets affirme que “les effets de la
tension et du courant dans un circuit alimenté par plusieurs sources
d’alimentation sont égaux à la superposition des effets produits
séparément par chaque source d’alimentation sur ce circuit”.
Ce principe peut s’appliquer à tous les circuits ayant la propriété d’être
linéaires. On pourra donc prévoir directement les caractéristiques d’un
circuit alimenté par une nouvelle tension si l’on connaît les effets
produits sur ce circuit par une tension appliquée avant. Dans le cas par
exemple de deux tensions A et B agissant séparément et produisant dans
un circuit respectivement un courant I1 et un courant I2, on peut voir
que la tension constituée par la somme algébrique de ces tensions
produira un courant d’intensité égale à (I1 + I2).

16.2 EXERCICES
Application du principe de superposition
• Réaliser le circuit de la fig. 16.1, qui est alimenté par une tension de
6,5 V.

fig.16.1

69
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

• Calculer la résistance Réq de ce circuit.


• En appliquant la loi d’Ohm calculer
• le courant I fourni par l’alimentation;
• la tension VR12 présente aux extrémités de la résistance
équivalente constituée par R1 et R2 reliées en parallèle;
• la tension VR3;
• le courant I1 parcourant la résistance R1;
• le courant I2 parcourant la résistance R2.
• Refaire les calculs précédents afin d’obtenir une tension
d’alimentation de 3,5 V et reporter toutes les données dans le
tableau suivant (fig. 16.2).

en kΩ en mA en V
Req I IR1 IR2 VR12 VR3
V=6,5V
V=3,5V
Somme des ------
effets
V=10V

fig. 16.2

• Additionner les différentes valeurs calculées pour les valeurs de


tension de 6,5 V et de 3,5 V
• Vérifier le principe de la superposition des effets en calculant I,
VR12, V3, IR1 et IR2 pour une valeur de tension de 10 V.

Vérification expérimentale du principe de la superposition des effets


• Vérifier avec le multimètre si la tension de les deux piles est bien
de 1,5 V.
• Réaliser le circuit de la fig. 16.3 et l’alimenter avec une pile de 1,5V.

fig.16.3
70
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

• Fermer l’interrupteur SW1 et mesurer le courant IR1 et la tension


VR3.
• Ensuite, ouvrir l’interrupteur SW1 et brancher l’ampèremètre au
point P1 afin de pouvoir mesurer le courant I, et le voltmètre aux
bornes de R2 afin de pouvoir mesurer VR12.
• Refermer l’interrupteur SW1 et mesurer le courant I et la tension
VR12.
• Calculer la valeur de IR2 en utilisant la loi de Kirchhoff.
• En recourant au principe de la superposition des effets, calculer les
effets produits par une tension d’alimentation de 3 V fournie par
deux piles de 1,5 V.
• Reporter les données obtenues dans le tableau suivant (fig. 16.4).
• Relier une pile de 1,5 V en série à la source de tension du circuit de
la fig. 16.2.
• Mesurer à nouveau I, IR1, IR2, VR12 et VR3.
• Comparer les résultats obtenus selon le principe de la superposition
avec ceux que l’on a obtenus avec une tension de 3 V.
• Calculer les différences possibles entre ces valeurs et expliquer à
quoi elles sont dues.

en mA en V
I IR1 IR2 VR12 VR3
V=1,5V
Somme des
effets
V=3V

fig.16.4

Détermination des caractéristiques d’un circuit sur la base de ses


caractéristiques avec une autre tension d’ alimentation

Note : Dans l’exercice précédent, on a pu vérifier la superposition des


effets pour deux sources d’alimentation de même valeur et reliées
en série, en multipliant par deux les effets produits par une seule
tension. Ainsi, si l’on connait les effets produits par une certaine
tension d’alimentation, on pourra calculer les caractéristiques d’un
circuit pour n’importe quelle valeur caractérisant la tension
d’alimentation. Les nouvelles valeurs se calculent en multipliant
les vieilles valeurs par le rapport suivant
G = Nouvelle tension / Vieille tension.
On rappelle que tout ceci ne vaut que pour des circuits linéaires.

71
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

• Réaliser le circuit de la fig. 16.5.

fig.16.5

• Régler la tension du circuit à 5 V.


• Fermer l’interrupteur SW1.
• Mesurer le courant IR3’ et la tension VR1’.
• Ouvrir l’interrupteur SW1.
• En recourant au principe de la superposition des effets, calculer le
courant IR3” et la tension VR1” pour une tension d’alimentation de
3,85 V:
3,85V
IR3" = IR3'⋅
5V

• Vérifier ces valeurs en réglant la tension d’alimentation à 3,85 V.


• Refermer l’interrupteur SW1 et mesurer IR3” et VR1”.
• Calculer les effets produits par une tension d’alimentation de 8,85V
des deux manières suivantes
a) en recourant à la somme des effets produits par l’alimentation
de 5 V et par celle de 3,85 V;
b) en multipliant les résultats obtenus avec une tension de 5 V par
le rapport 8,85/5.
• Vérifier l’exactitude de ces résultats en réglant l’alimentation sur
8,85 V.
Note: L’exactitude de ce principe dépend non seulement de la
précision des valeurs des composants utilisés, mais aussi de
la linéarité du circuit.
en mA en V
IR3 VR1
V = 5V
Valeurs calculées
pour V=3,85
Somme des effets
pour V=8,85V
Valeurs calculées
pour V=8,85
avec V = 5V

fig.16.6

72
16. PRINCIPE DE LA SUPERPOSITION DES EFFETS

16.3 QUESTIONNAIRE

1) Pour une tension d’alimentation de 15 V, un circuit est parcouru par un


courant I de 67,5 mA. Quelle est la valeur du courant I si la f.é.m.
d’alimentation est de 20 V ?
a) 877,5 mA
b) 135 mA
c) 270 mA
d) 2,70 A

2) Déterminer la résistance équivalente d’un circuit linéaire alimenté par


une f.é.m. de 141 V, avec un courant de 3 A.
a) 141 Ω
b) 3Ω
c) 21,3 Ω
d) 47 Ω

3) Le circuit précédent est maintenant alimenté par une f.é.m. de 58,3 V


avec un courant de 1,24 A. Quelle est sa résistance équivalente ?
a) 21
b) 47 Ω
c) 2,1 Ω
d) 47 k Ω

4) Calculer les valeurs que l’on obtiendrait avec une tension


d’alimentation de 300 V, ceci si l’on connait celles que l’on a obtenues
avec une f.é.m. de 75 V.
en mA en V
I1 I2 VR1 VR2 VR3
V=75V 28 57 5,3 4,8 17,8
V=300

73
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

Objectifs:
• Mesure des résistances et de la f.é.m. présente aux extrémités d’un
circuit en série/parallèle.
• Calcul de la f.é.m. équivalente VTh et de la résistance en série RTh
d’un circuit, en recourant au théorème de Thévenin.
• Vérification expérimentale du théorème de Thévenin grâce à la
mesure de la f.é.m. d’une résistance de charge Rc.
• Calcul du courant équivalent IN et de la résistance en parallèle RN
d’un circuit en série/parallèle à l’aide du théorème de Norton.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 4 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
R3 = 2,2 kΩ
R4 = 3,9 kΩ
• 1 interrupteur SW1

17.1 NOTIONS THEORIQUES

Les principes de Thévenin et de Norton permettent de prévoir le


comportement d’un circuit sans pour cela qu’il soit nécessaire de
connaître sa structure intérieure.

Le théorème de Thévenin
Le théorème de Thévenin affirme qu’un eircuit en série-parallèle (vu
entre ses bornes terminales A et B) peut être assimilé à un circuit
équivalent en série ayant une f.é.m. d’alimentation équivalente VTh
reliée en série à une résistance équivalente RTh.
• la f.é.m. d’alimentation équivalente est la tension à vide présente
aux extrémités de ce circuit;
• RTh est la résistance équivalente du circuit que l’on obtient après
avoir remplacé les générateurs de tension par des courts-circuits et
les générateurs de courant par des circuits ouverts.

Le théorème de Norton
Le théorème de Norton affirme qu’un circuit (vu entre deux points A et
B) peut être assimilé à un circuit équivalent en parallèle constitué par un
générateur de courant équivalent IN relié en parallèle à une résistance
équivalente PN.

74
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

• Le générateur de courant équivalent est vu comme le courant de


court-circuit IN mesuré entre les points A et B;
• On considère la résistance équivalente PN de la même manière que
la RTh vue dans le théorème de Thévenin.

17.2 EXERCICES
Mesure de la résistance et de la f.é.m. présentes aux extrémités d’un
circuit en série/parallèle
• Réaliser le circuit de la fig. 17.1.

fig.17.1

• Mesurer la tension présente entre les bornes A et B.


• Couper la tension d’alimentation et la remplacer par un court-
circuit.
• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre et mesurer la
résistance présente entre les bornes A et B.
Note : On doit trouver les valeurs approximatives VAB = 7,2 V et
RAB = 2,8 kΩ avec le circuit alimentè à +12V

Calcul de la f.é.m. équivalente VTh et de la résistance en série RTh


du circuit précédent en recourant au théorème de Thévenin
Cet exercice consiste & rendre le circuit précédent conforme au principe
de Thévenin (fig. 17.2).

fig.17.2

• Calculer la f.é.m. Vth (cette tension est égale à la f.é.m. présente


aux extrémités de R2).

75
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

R2
VTh = ⋅V
R1 + R 2
• Calculer la résistance RTh. R2 .R1

R 2 ⋅ R1
RTh = R 3 +
R1 + R 2

• Comparar ces résultats avec les valeurs mesurées de VAB et de


RAB.
• Dans le circuit de la fig. 17.1 connecter la résistance de charge Rc =
R4 comme indiqué dans le schéma de la fig. 17.3.
• En utilisant le circuit équivalent de Thévenin (fig. 17.2), calculer la
f.é.m. VR4 et le courant IR4.
Note : On doit trouver à peu près les valeurs suivantes : VR4 =
4,19 V et IR4 = 1,08 mA.

Fig. 17.3

Vérification expérimentale du théorème de Thévenin faite en


mesurant le courant et la f.é.m. d’une résistance de charge RC

• Réaliser le circuit de la fig. 17.4.

fig.17.4

• Mesurer la tension VR4 et le courant IR4.


• Ouvrir l’interrupteur SW1.
• Vérifier si les valeurs mesurées de VR4 et de IR4 correspondent
bien aux valeurs calculées au paragraphe précédent.

76
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

Calcul du courant équivalent IN et de la résistance en parallèle RN


d’un circuit en série/parallèle en recourant au théorème de Norton

Si l’on schématise le circuit de la fig. 17.1 d’après le principe de


Norton, celui-ci devient un circuit en parallèle semblable à celui de la
figure 17.5.

fig.17.5

La résistance RN est égale à la RTh et se calcule de la même façon.


Vu que le courant IN est calculé sans charge, le courant parcourant la
résistance RN est égal à IN. La f.é.m. présente entre les bornes A et B
vaut: VAB = RN·IN.
Ainsi, à partir du circuit équivalent de Thévenin, on pourra passer au
modèle de Norton en adoptant les formules suivantes

RN = RTh
VTh
IN =
RTh

• Calculer la résistance équivalente RN du circuit de la fig. 17.1


(RN = RTh).
• Calculer le courant IN (IN = VTh/RTh).
Note : On doit trouver IN = 2,27 mA et RN = 2,8 kΩ environ (avec
le circuit alimenté à +12V)
• Sur le circuit de la fig 17.3, calculer en recourant au circuit de
Norton le courant IR4 à l’aide de la formule suivante

RN
IR 4 = ⋅ IN
R 4 + RN

• Calculer la f.é.m. VR4 en appliquant la loi d’Ohm.


• Comparer les valeurs calculées avec celles que l’on a mesurées
auparavant.

77
17. THEOREMES DE THEVENIN ET DE NORTON

17.3 QUESTIONNAIRE

1) Trouver le circuit équivalent de Thévenin correspondant au schéma


suivant

fig.17.6

R1 = 5 , 6 kΩ R2 = 1 kΩ R3 = 1,5 kΩ
R4 = 820 kΩ V1 = 38 V V2 = 60V

2) Une résistance de charge Rc est reliée aux extrémités A et B du circuit


précédent. Quelle est la valeur de la f.é.m. présente à ses extrémités et
celle du courant qui le parcourt (R = 6,8 kΩ) ?
a) 6V et 40mA
b) 60V et 8,8mA
c) 24,4V et 3,6 mA

3) Transformer le circuit de Thévenin en un circuit de Norton.


a) RN = 6,2 kΩ IN = 7,6mA
b) RN = 6,8 kΩ IN = 6mA
c) RN = 26 kΩ IN = 63mA
d) RN = 3,36 kΩ IN = 25,9mA

78
18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES

18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES

Objectifs:
• Mesure de la résistance d’un potentiomètre à l’aide d’un multimètre
• Emploi d’un potentiomètre comme résistance variable
• Emploi d’un potentiomètre comme diviseur de tension.

Matériel disponible
• 1 alimentation de +12 Vcc avec l’alimentation variable ou en
utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ
• 1 résistance R1 = 1 kΩ
• 1 interrupteur SW1.

18.1 NOTIONS THEORIQUES

Il y a deux types de résistances variables


• le rhéostat, qui est un composant à deux bornes terminales entre
lesquelles on peut varier la résistance;
• le potentiomètre, qui possède trois bornes terminales et que l’on
peut employer comme diviseur de tension ou comme rhéostat pour
régler des courants (fig. 18.lb).
Ils exploitent la variation de résistance que l’on obtient en
dép1açant un contact mobile sur un élément résistif (charbon,
enroulement électrique, ou fine strate résistive).

fig.18.1

18.2 EXERCICES
Mesure de la résistance d’un potentiomètre avec un multimètre
• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre.
• Mesurer la résistance entre les bornes 1 et 3.

fig.18.2

79
18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES

• Tourner à fond le potentiomètre dans le sens des aiguilles d’une


montre.
• S’assurer que la résistance R13 ne change pas.
• Mesurer la résistance entre les bornes 1 et 2 (en kΩ).
Note : La valeur mesurée ne doit pas s’écarter de plus de 5% de la
valeur théorique maximale de résistance (50 Ω dans ce cas).
• Tourner maintenant le curseur du potentiomètre dans le sens
contraire à celui des aiguilles d’une montre.
• Vérifier si la résistance augmente jusqu’à sa valeur maximale.
• Mesurer la valeur maximale de la résistance entre les bornes 1 et 2.
• Refaire la mesure précédente en observant maintenant la valeur de
la résistance entre les bornes 2 et 3.
Note : Contrairement aux résistances R12 et R23, la résistance R13
ne varie pas, ceci même si le curseur change de position. La
variation de R12 est simétrique à celle de R23. Si une de ces
variations est minimale, l’autre est maximale, et vice-versa.

Emploi d’un potentiomètre comme résistance variable


• Réaliser le circuit de la fig. 18.3.

fig.18.3

• Dans quel sens doit-on tourner le curseur du potentiomètre pour


avoir le minimum de la résistance équivalente du circuit ?
A) Dans le sens des aiguilles d’une montre.
B) Dans le sens contraire.
• Calculer les valeurs minimale et maximale de la résistance
équivalente constituée par R1 reliée en série au potentiomètre RV1.
• Avec ces valeurs, calculer les courants minimal et maximal
circulant dans le circuit.
• Mesurer les courants minimal (Imin) et maximal (Imax) et
comparer les résultats obtenus avec ceux des calculs précédents.
Note : On doit trouver environ Imin = 6 mA et Imax = 12 mA.
• La connexion en série d’un rhéostat dans un circuit permet de régler
la résistance équivalente et donc de contrôler le courant qui le
parcourt.

80
18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES

Emploi d’un potentiomètre comme diviseur de tension


• Réaliser le circuit de la fig. 18.4.

fig.18.4

• Tourner à fond le curseur de RV1 dans le sens des aiguilles d’une


montre.
• Fermer l’interrupteur SW1 et mesurer la tension présente aux
extrémités 1 et 2.
• Mesurer le courant I.
• Ensuite, en tournant le curseur dans le sens contraire à celui des
aiguilles d’une montre, vérifier si la f.é.m. V21 augmente et si le
courant I est constant.
• Trouver la valeur maximale de la tension V2l.
Note : On a : V21 mm. = 0 V; V21 max. = 12 V. Ce circuit permet
d’obtenir une tension réglable entre les bornes 1 et 2 du
circuit et un courant constant.
En effet, le courant fourni par l’alimentation ne dépend que
de la valeur de la résistance entre les points 1 et 3. Vu que
cette valeur est indépendante de la position du curseur,
l’intensité de courant est constante. La tension présente aux
bornes de R12 est égale à (R12·I) et est donc proportionnelle
à la valeur donnée par la position du curseur.

81
18. RHEOSTATS ET POTENTIOMETRES

18.3 QUESTIONNAIRE

1) Que peut-on régler avec un rhéostat ?


a) La résistance équivalente d’un circuit.
b) Le courant qui le parcourt.
c) Les deux réponses précédentes sont valables.

2) Quelles sont les applications d’un potentiomètre ?


a) Celles d’un rhéostat.
b) Celles d’un diviseur de tension.
c) Solutions a) et b).

3) Un potentiomètre de 15 kΩ est utilisé comme diviseur de tension sur une


alimentation de 90 V; supposons qu’il soit réglé à une valeur de
résistance R12 égale à 2/3 de R13.

fig.18.5

a) Quelle est la f.é.m. entre les points 1 et 2 ?


a) 90V
b) 60V
c) 4V
d) 2V

b) Quelle est la valeur du courant qui le parcourt ?


a) 6mA
b) 9mA
c) l5mA
d) 25mA

c) Quelle sera la valeur du courant si V12 vaut 5,7 V sans charge ?


a) 6mA
b) 9mA
c) l5mA
d) 25mA

82
19. DIVISEURS DE TENSION - ATTENUATEURS RESISTIFS

19. DIVISEURS DE TENSION - ATTENUATEURS RESISTIFS

Objectifs:
• Calcul de la puissance dissipée dans un atténuateur résistif, en
l’absence de charge.
• Relevé des variations de f.é.m. et de courant avec une charge.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de +12 V avec l’alimentation variable
ou en utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 5 résistances R1 = R2 = R3 = 1 kΩ
R4 = 1,5 kΩ
R5 = 2,2 kΩ
• 1 interrupteur SW1

19.1 NOTIONS THEORIQUES

On réalise normalement les diviseurs de tension avec des circuits


résistifs en série que l’on appelle “atténuateurs resistifs”: Aux
extrémités des différents éléments en série on trouve des tensions
proportionnelles à leur résistance, selon la loi d’Ohm.
Ainsi, si on utilise une de ces tensions pour alimenter une charge, on
pourra modifier les valeurs du courant et de la tension existant aux
extrémités de cette “charge”. Cette tension est donc une fonction de la
valeur de résistance de la charge.

19.2 EXERCICES
Calcul de la puissance dissipée dans un atténuateur résistif en
l’absence de charge.
• Réaliser le circuit de la fig. 19.1.

Fig. 19.1

83
19. DIVISEURS DE TENSION - ATTENUATEURS RESISTIFS

• Calculer
• la résistance équivalente Réq du circuit;
• le courant I traversant les résistances R1, R4 et R5;
• la tension présente aux extrémités des résistances R1, R4 et R5;
• les tensions VBD et VCA.
Note : on devra trouver
Réq = 4,7 kΩ; I = 2,55 mA;
VDC = 2,55 V; VCB = 3,83 V;
VBA = 5,62 V; VDB = 6,37 V;
VCA = 9,45 V.
• Fermer l’interrupteur SW1 et mesurer le courant I.
• Mesurer avec le multimètre les tensions calculées auparavant et en
reporter les résultats dans le tableau de la fig. 19.2.
V mA kohm
VDC VCB VBA VDB VCA V I Req
Valeurs calculées 12
Valeurs mesurées 12
fig.19.2

• Ouvrir l’interrupteur SW1.


• Vérifier si les valeurs calculées sont égales aux valeurs mesurées.
• Calculer la puissance totale dissipée par le circuit.
• Calculer la puissance dissipée par chaque résistance.
Note : Un atténuateur résistif dissipe de la puissance même sans
charge. On peut donc employer ce dispositif dans de petits
systèmes où le rendement est peu important. Les avantages
de l’atténuateurs résistif sont la simplicité et le coût peu
élevé de ses composants.

Relevé de la variation de la tension et du courant dans un diviseur


avec une charge
• Réaliser le circuit de la fig. 19.3.

Fig. 19.3

a) RL1 = R2
b) RL2 = R2+R3

84
19. DIVISEURS DE TENSION - ATTENUATEURS RESISTIFS

• Dans les cas a) et b) calculer les valeurs


• de la résistance équivalente Réq du circuit;
• du courant I;
• de la tension existant aux extrémités des résistances (R4 + R5) et
(R1//RL);
• du courant IL traversant la charge RL.

Reg I IL VDC VCA


(kΩ) (mA) (V)
a) RL=R2
Valeurs calculées
Valeurs mesurées
b) RL=R2+R3
Valeurs calculées
Valeurs mesurées
Note: On devra trouver approximatives suivantes
a) Req = 4,2 kΩ; I = 2,88 mA; IL = 1,43 mA;
VDC = 1,43 V; VCA = 10,57 V;
b) Req = 4,03 kΩ; I = 2,98 mA; IL = 1,98 mA;
VDC = 0,99 V; VCA = 11,01 V.
• Refermer l’interrupteur SW1.
• Relever avec le voltmètre et l’ampèremètre les valeurs calculées
auparavant.
• Vérifier si tous les résultats correspondent à ce que l’on a trouvé
auparavant.
• Ouvrir l’interrupteur SW1.
• Analyser la variation de la tension présente aux extrémités de RL
en fonction des valeurs suivantes : RL = ∞; RL = 1 kΩ; RL = 0,5
kΩ.
Note : La tension fournie par un atténuateur résistif varie en
fonction de la charge. Dans le cas d’un atténuateur à deux
résistances la tension est égale à:
R1 ⋅ RL
VL = ⋅V
R1 ⋅ RL + R 2(R1 + RL)

Si l’on veut que la tension ne soit pas trop dépendante de la


charge, RL devra être beaucoup plus élevée que R1, à savoir
: (R1 + RL) = RL; on devra avoir donc
R1
VL = ⋅V
R 2 + R1
L’inconvénient de cette solution est que la puissance
dissipée dans la résistance R1 peut être élevée, car P1 =
V2/R1.
Ceci signifie qu’un compromis devra être trouvé entre la
puissance dissipée et la stabilité en fonction des variations
de la charge.
85
19. DIVISEURS DE TENSION - ATTENUATEURS RESISTIFS

19.3 QUESTIONNAIRE

1) Comment se comporte la tension d’un atténuateur quand la résistance


de charge diminue sensiblemente ?
a) Elle augmente.
b) Elle diminue.
c) Elle ne change pas.

2) Quelle est la valeur de la puissance dissipée par un atténuateur résistif


sans charge ?
a) Elle est supérieure à 0 W.
b) Elle est égaie à 0 W.

3) Quelle est la valeur de la tension VL présente aux extrémités de


l’atténuateur montré à la fig. 19.4 ?

fig.19.4
a) 136 V
b) 137,36 V
c) 61,21 V
d) 266 V

4) Trouver la nouvelle valeur de tension du circuit précédent après avoir


connecté une charge RL de 1,5 kΩ.
a) 0V
b) 54,81 V
c) 136V
d) 61,21 V

86
20. TRANSFERT DE PUISSANCE

20. TRANSFERT DE PUISSANCE

Objectifs:
• Résistance interne d’une pile
• Recherche des conditions nécessaires pour obtenir un transfert de
puissance maximal.

Matériel disponible
• 1 alimentation de +12 Vcc. avec l’alimentation variable ou en
utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 1 pile de 1,5V
• 2 multimètres
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ
• 3 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1 kΩ
R3 = 1,5 kΩ
• 1 interrupteur SW1.

20.1 NOTIONS THEORIQUES

Une source d’alimentation ne peut être considérée comme un générateur


de tension parfait parce qu’elle possède une résistance, dite “résistance
interne du générateur” (Rs). Ceci peut être représenté comme indiqué à
la fig. 20.1.

fig. 20.1

Une source d’alimentation est caractérisée par trois grandeurs (E, Rs et


VRL). “E” et “Rs” sont des grandeurs non variables sur lesquelles on ne
peut pas intervenir; au contraire, la tension VRL dépend de la résistance
de charge RL et des grandeurs non variables E et Rs selon les relations
suivantes
1) VRL = E − Rs ⋅ I
RL
2) VRL = ⋅E
RL + Rs
87
20. TRANSFERT DE PUISSANCE

La tension V diminue au fur et à mesure que le courant augmente et est


égal à “E” quand il n’y a pas de charge (RL -∞).
Au chapitre 10, on a pu voir que la puissance d’une résistance était
égale au produit du courant par la tension. La puissance dissipée dans la
résistance de charge RL est donc égaie à
RL
3) PRL = ⋅ E2
2
(RL + Rs)
Si la résistance de charge est égale à la résistance interne, la valeur de
PRL est maximale
E2
4) PRL max = (RL = Rs)
4Rs
qui est la condition pour avoir un transfert de puissance maximal.

20.2 EXERCICES
Résistance interne d’une pile
• Mesurer avec le multimètre la valeur de la résistance R3.
• Réaliser le circuit de la fig. 20.2.

fig.20.2

• Programmer les multimètres l’un sur le mode voltmètre et l’autre


sur le mode ampèremètre (calibre de 1 A).
• Mesurer la tension présente aux extrémités de la pile avec
l’interrupteur SW1 ouvert.
• Fermer SW1 et mesurer la nouvelle tension et le courant traversant
R1.
• Court-circuiter la résistance R3.
• Mesurer les nouvelles valeurs de I et de V, puis transcrire les
données dans le tableau de la fig. 20.3.

Valeurs de R1 (Ω)
∞ 1,5 0
V (V)
I (A)

fig.20.3
• Tracer la courbe “courant-tension” sur le graphique de la fig. 20.4

88
20. TRANSFERT DE PUISSANCE

et calculer la résistance interne quand R1 = 0 Ω..

fig.20.4

Vérification expérimentale des conditions inhérentes au transfert de


puissance maximal
• Réaliser le circuit de la fig. 20.5.

fig. 20.5

• SW1 étant ouvert, mesurer la tension entre les bornes A et B de la


“source”.
• Programmer le multimètre sur le mode ohmmètre et régler le
potentiomètre à 100 Ω.
• Fermer SW1, puis mesurer le courant et la tension de la résistance
de charge (potentiomètre RV1).
• Refaire les mesures pour toutes les valeurs de résistance de charge
indiquées dans le tableau de la page suivante.

R1 (Ω)
100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000
IL (mA)
VRL (V)
VRS (V)
PRL (mW)
PRS (mW)

• Vu que la résistance interne de l’alimentation est bien inférieure à


la résistance équivalente du circuit en parallèle (Rl//R2), calculer la
résistance interne (Rs) de la source entre les bornes A et B.
89
20. TRANSFERT DE PUISSANCE

• Calculer pour chaque valeur de charge


• la tension entre les bornes de la résistance interne Rs;
• les puissances dissipées dans la résistance de charge RL et dans
la résistance interne Rs.
• Tracer sur les graphiques de la fig. 20.6
• la courbe “courant/charge” (IL,RL) (graphique a)
• les courbes “tension RL/charge” (VRL, RL) et “tension
Rs/charge” (VRs, RL) (graphique b);
• les courbes “puissance RL/charge” (PRL, RL) et “puissance
Rs/charge” (PRs, RL) (graphique c)

Fig. 20.5

• Trouver la valeur théorique du transfert de puissance maximal


(PRL max. = E2/4Rs).
• Analyser les courbes précédentes, surtout quand les valeurs de R1
sont supérieures et inférieures à celles de Rs.

90
20. TRANSFERT DE PUISSANCE

RESUME

• Le courant est maximal quand la charge est minimale.


• La tension présente aux extrémités de la charge est maximale et la
chute de tension sur la résistance interne est minimale, quand la
valeur de la charge est maximale.
• La puissance dissipée dans la charge est maximale quand on a RL =
Rs et est égale à la puissance dissipée dans la résistance interne
(PRL = PRs = E2 /Rs)
• La puissance dissipée dans la résistance interne est maximale quand
la valeur de RL est minimale (PRsmax. = E2/Rs).

20.3 QUESTIONNAIRE

1) Le courant fourni par une source d’alimentation est maximale quand la


charge est
a) minimale
b) maximale
c) égale à la résistance interne Rs du générateur.

2) La tension présente aux extrémités de la charge est minimale quand


cette dernière est
a) minimale
b) maximale
c) égale à quatre fois Rs.

3) La puissance dissipée dans la résistance interne d’un générateur est


minimale quand la charge est
a) minimale
b) maximale
c) égale à la résistance interne Rs du générateur.

4) La puissance maximale dissipée dans la résistance de charge vaut


a) E2/4 Rs
b) E2/RL
c) E2/4 RL
d) E2/4 Rs = E2/4 RL, car Rs = RL.

91
21. CAPACITES ET CONDENSATEURS

21. CAPACITES ET CONDENSATEURS

Objectifs:
• Vérification expérimentale d’un condensateur fonctionnant comme
dispositif de blocage du courant continu
• Utilisation d’un condensateur comme source de tension
• Etude des signaux de tension et de courant dans un condensateur

Matériel disponible
• 1 alimentation de 15 Vcc
• 1 source de tension alternative de 24 V - 50 Hz
• 1 multimètre analogique
• 1 multimètre
• 2 condensateurs C1 = 0,1 μF
C2 = 1000 μF - 35 V
• 2 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 1,5 kΩ
• 1 Led
• 1 commutateur SW1
• 1 trimmer RV1 = 1 kΩ

21.1 NOTIONS THEORIQUES

Un condensateur est constitué par deux conducteurs se trouvant l’un en


face de l’autre et séparés par un isolant. à l’intérieur desquels on a des
charges égales, mais de signe opposé.
Les deux conducteurs sont appelés “armatures” et le matériau intercalé
entre les deux est dit “diélectrique”. La grandeur s’appliquant aux
condensateurs est la “capacité”.
Dans un condensateur, la quantité de charge emmagasinée est
directement proportionnelle à la différence de potentiel (d.d.p.)
appliquée aux armatures. Entre cette dernière grandeur (V) et la quantité
de charge (Q), on a la relation suivante Q = C·V
La constante de proportionnalité e prend le nom de “capacité”; celle-ci
est le rapport entre la quantité de charge emmagasinée et la d.d.p.
appliquée.
L’unité de capacité est le Farad (F) qui est définie comme la charge
emmagasinée de 1 coulomb pour une f.é.m. appliquée de 1 V.
Vu que le Farad constitue une unité de mesure élevée, on utilise dans la
pratique les sous-multiples suivants:
μF = microFarad = 1/ 1.000.000 F = 10-6 F
nF = nanoFarad = 1/1000 μF = 10-9 F
pF = picoFarad = 1/1000 nF = 10-12 F

92
21. CAPACITES ET CONDENSATEURS

Si l’on applique à un condensateur déchargé une f.é.m. continue, ce


condensateur se chargera jusqu’à atteindre une tension égale à celle de
la source. Pendant ce temps de charge on assiste à la circulation du
courant nécessaire à la charge du condensateur; ce courant s’annulle dès
que le processus de charge termine. Ainsi, un condensateur chargé peut
être vu comme un interrupteur ouvert. L’existance d’un courant ou non
ne dépend donc que de la variation de la tension appliquée à ses
extrémités.
Il existe deux types de condensateurs, les condensateurs électrolytiques
ayant une valeur supérieure à un μF et les condensateurs non polarisés
de plus faible capacité.

21.2 EXERCICES
Vérification expérimentale du fonctionnement d’un condensateur
• Réaliser le circuit de la fig. 21.1.

fig.21.1

• Programmer les multimètres l’un sur le mode voltmètre et l’autre


sur le mode ampèremètre en courant alternatif.
• Fermer l’interrupteur SW1 et mesurer le courant et la tension
présente aux extrémités du condensateur.
Note : On doit trouver environ IC = 0,75 mA et VC = 24 V.
• Ouvrir SW1; remplacer la source d’alimentation alternative par une
source continue de 25 V; régler les instruments afin qu’ils mesurent
des valeurs continues (mettre l’ampèremètre sur le calibre le plus
petit).
• Après avoir refermé SW1, observer l’ampèremètre pendant la
charge du condensateur.
• Mesurer le courant et la tension du condensateur.
Note : Lorsque l’on ferme SW1, l’ampèremètre présente une petite
déviation qui s’annulle par la suite. Cette déviation est
provoquée par la charge du condensateur. Il y aura un
courant jusqu’à ce que le condensateur atteigne la valeur de
la f.é.m. d’alimentation, qui est de 25 Vcc.
Dans le cas de tensions alternatives, le condensateur se
charge et se décharge en suivant le cours de la tension
présente à ses extrémités; ceci donne lieu à un courant
alternatif ayant une valeur efficace différente de 0.

93
21. CAPACITES ET CONDENSATEURS

Le condensateur comme source d’énergie


• Réaliser le circuit de la fig. 21.2

fig. 21.2

• Vérifier les polarités du condensateur électrolytique


• Mettre le commutateur à la position A afin de pouvoir connecter le
condensateur à la source d’alimentation.
• Vérifier si la tension présente aux extrémités du condensateur est
bien de 15 V.
• Observer le Led et mettre SW1 à la position B, ceci afin de pouvoir
connecter le condensateur au Led.
Note : Le Led s’allume brièvement.
Pendant ce laps de temps, le condensateur fournit au Led
l’énergie emmagasinée pendant la charge.

Etude des signaux de tension et de courant dans un condensateur

• Programmer le multimètre analogique sur le mode ampèremètre et


situer le point “zéro” au centre de l’échelle.
• Réaliser le circuit de la fig. 21.3.

fig. 21.3

• Vérifier si SW1 est bien ouvert, que le condensateur soit


correctement polarisé et que la tension du circuit soit de 0 V.
• Fermer l’interrupteur SW1.
• En observant l’ampèremètre, augmenter rapidement à l’aide du
trimmer RV1 la f.é.m. du circuit jusqu’à atteindre 15 V.
Note : Le courant est proportionnel à la vitesse de variation de la
f.é.m. d’alimentation. Une fois que la tension est stable, le
courant diminue jusqu’à devenir nul.

94
21. CAPACITES ET CONDENSATEURS

• En observant toujours l’ampèremètre, réduire la f.é.m.


d’alimentation à 0 V.
Note : Cette fois-ci, le courant est négatif; en effet, on observe une
déviation négative par rapport au point “zéro” fixé
auparavant. Quand la f.é.m. d’alimentation diminue, le
condensateur se décharge en produisant un courant circulant
dans le sens opposé. Ici aussi, dès que la tension se sera
stabilisée, le courant diminuera jusqu’à devenir nul. Le
condensateur est ici une source de courant.

21.3 QUESTIONNAIRE

1) Il existe deux types de condensateurs, les condensateurs électrolytiques


et les condensateurs non polarisés.
a) Vrai.
b) Faux.

2) Un condensateur non polarisé peut avoir une valeur de 1000 μF.


a) Vrai.
b) Faux.

3) Quelle est la valeur de la tension aux extrémités d’un condensateur de


0,15 μF chargé à 33·10-6 coulombs ?
a) 4,5 V
b) 4,95 V
c) 220 V

4) Comment se comporte un condensateur alimenté avec une tension


continue ?
a) Il laisse passer le courant.
b) Il bloque le passage du courant.
c) Il se comporte comme une résistance.

5) Comment se comporte un condensateur alimenté par une tension


alternative ?
a) Il laisse passer le courant.
b) Il bloque le passage du courant.

95
22. INDUCTANCE ET BOBINES

22. INDUCTANCE ET BOBINES

Objectifs:
• Définition de l’inductance d’une bobine
• Mesure de la résistance d’une bobine en courant continu.

Matériel disponible
• 1 source de tension continue de + 5 V
• 2 multimètres
• 1 interrupteur SW1
• 1 bobine L1 de 2 mH.

22.1 NOTIONS THEORIQUES

Tout conducteur parcouru par un courant électrique produit un champ


magnétique. Selon la loi de Lenz, un conducteur placé dans un champ
magnétique variable est le siège d’une f.é.m. induite.
Si l’on enroule un conducteur de façon à avoir des spires circulaires
situées les unes à côté des autres, on obtient un solénoïde. Ce solénoïde
parcouru par un courant variable crée autour de lui un champ
magnétique variable.
Il devient donc le siège d’une f.é.m. induite qui produira un courant
induit; ce dernier circulera dans un certain sens de façon à s’opposer à la
variation qui l’a créé. Dans une bobine, le flux induit Φ dépend de la
variation du courant qui la parcourt et des paramètres physiques du
solénoïde selon cette loi

Φ = L⋅I

Le facteur L est ce que l’on appelle l’inductance. L’unité de mesure de


l’inductance est le Henry; elle représente l’inductance d’un circuit
parcouru par un courant de 1 A qui produit un flux magnétique de 1
Weber.
Les sous-multiples sont:
mH = milliHenry = 1/1000 H = 10-3 H
μH = microHenry = 1/1000 mH = 10-6 H
L’inductance L représente l’effet dérivant du phénomène de
l’autoinduction.
Un inducteur oppose une certaine résistance aux variations de courant;
cette réaction se manifeste dès que l’on a une tension momentanée à ses
extrémités. Dans le cas d’une alimentation en courant continu, le
solénoïde ne produit aucune f.é.m. d’autoinduction et a donc une
tension nulle à ses extrémités.

96
22. INDUCTANCE ET BOBINES

22.2 EXERCICES

Mesure de la résistance interne d’une bobine en courant continu


Note : La f.é.m. aux extrémités d’un so1énoïde parcourue par un
courant continu est nulle. En réalité, il ne possède pas seulement
une inductance pure, mais aussi une résistance donnée par son
enroulement.
Il sera nécessaire de connaître la valeur de cette résistance pour
déterminer le comportement d’une bobine en diverses
conditions.
• Réaliser le circuit de la fig. 22.1.

Fig.22.1

• Fermer l’interrupteur SW1 et mesurer le courant traversant


l’inducteur.
• Calculer la résistance du solénoïde (RL = V/I).
Note : La résistance RL doit être de 20 Ω environ. Cette valeur est
très petite et correspond donc à la valeur théorique.

97
22. INDUCTANCE ET BOBINES

22.3 QUESTIONNAIRE

1) Une bobine parcourue par un courant continu produit un champ


magnétique.
a) Vrai.
b) Faux.

2) Le phénomène de l’autoinduction dérive de la variation d’un champ


magnétique.
a) Vrai.
b) Faux.

3) Une f.é.m induite ne s’oppose pas à la variation de la f.é.m. qui la crée.


a) Vrai.
b) Faux.

4) Une bobine réelle équivaut à un circuit en série constitué par une


inductance et une résistance.
a) Vrai.
b) Faux.

5) La valeur de la résistance d’une bobine est très élevée.


a) Vrai.
b) Faux.

98
23. CONSTANTE DE TEMPS

23. CONSTANTE DE TEMPS

Objectifs:
• Calcul de la constante de temps d’un circuit en série RC.
• Charge et décharge d’un condensateur sur une résistance.
• Mesure de la constante de temps d’un circuit RC.

Matériel disponible:
• 1 alimentation de +12 Vcc avec l’alimentation variable ou en
utilisant la tension fixe +15 V de l’alimentation PSU-U/EV
• 2 multimètres
• 1 interrupteur SW1
• 1 condensateur C1 = 1000 μF - 16 V
• 2 résistances R1 = 1 kΩ
R2 = 10 kΩ

23.1 NOTIONS THEORIQUES

On a pu voir aux chapitres précédents qu’un condensateur “s’oppose” à


toute variation de la tension présente à ses extrémités et qu’une bobine
“s’oppose” à toute variation du courant qui la traverse. Ces oppositions
donnent lieu à un retard entre le moment où l’on applique la tension
d’alimentation et l’instant où la tension (pour les condensateurs) et le
courant (pour les bobines) atteignent les valeurs finales.
La constante de temps est le temps nécessaire (au courant, ou à la
tension, selon les cas) pour atteindre 63 % de la valeur finale (fig. 23.1).

Fig.23.1

Dans un circuit en série RC la constante de temps Trc est égale à

Trc = R⋅C
99
23. CONSTANTE DE TEMPS

Dans un circuit en série RL la constante de temps Trl est égale à

Trl = R/L

où T s’exprime en secondes, R en Ohms, C en Farads et L en Henrys.


La constante de temps peut être définie de façon plus précise on peut la
considérer comme le temps correspondant, sur l’axe des abscisses, au
segment compris entre la tangente géométrique à la courbe du courant
(ou de la tension) tracée à partir de l’origine des axes (fig. 23.1).

23.2 EXERCICES
Calcul de la constante de temps d’un circuit en série RC
Le circuit RC de la fig. 23.2 est alimenté par une f.é.m. E; on supposera
au départ que C1 est déchargé.

Fig.23.2

Si l’on alimente le circuit, le courant et la tension suivront les lois de


charge du condensateur suivantes

−t
E R 2 ⋅ C1
1) I( t ) = e
R2

⎛ −t ⎞
⎜ ⎟
2) VC1( t ) = E ⋅ ⎜1 − e ⋅ C1 ⎟
R 2
⎜ ⎟
⎝ ⎠

Une fois le condensateur chargé (VC = E), si l’on ouvre le circuit le


courant et la tension suivront les bis de décharge suivantes

−t
− E R 2 ⋅ C1
3) I( t ) = e
R2

-t
4) VC(t) = E ⋅ e ⋅ C1
R2

100
23. CONSTANTE DE TEMPS

• Calculer la constante de temps du circuit de la fig. 23.1.


• Sachant que ln (0,37) vaut environ (-1), calculer à l’aide de la
formule 2) le temps nécessaire pour que la f.é.m. présente aux
extrémités du condensateur atteigne 63% de la valeur de la tension
d’alimentation.
• Vérifier si t(63 %) est égal à la constante de temps calculée
auparavant.

Charge et décharge d’un condensateur sur une résistance


• Réaliser le circuit de la fig. 23.3.

Fig.23.3

• Calculer la constante de temps T1 = R1·C1.


• Vérifier les polarités de C1.
• Observer le courant et la tension après avoir mis SW1 à la position
A.
• Une fois que le courant et la tension se sont stabilisés, ouvrir le
circuit (en mettant le commutateur à la position B) et observer la
décharge du condensateur.
• En recourant aux formules 1), 2), 3) et 4), expliquer la variation du
courant et de la tension pendant la charge et pendant la décharge du
condensateur.
Note : Le courant maximal dépend de la valeur de la tension
d’alimentation et de la résistance R1 (formules 1 et 3).
Le courant est maximal au moment de la commutation et a
une valeur égale à E/R1.

Mesure de la constante de temps d’un circuit RC


• Remplacer Rl par R2.
• Calculer quelle est la valeur de la tension à 63% de la f.é.m.
d’alimentation.
• Sachant que la constante de temps T1 = R2·C1 est de 10 s., vérifier
expérimentalement si le condensateur emploie 10 s. pour se charger
à 63% de la f.é.m. d’alimentation.
• Sachant qu’un condensateur emploie un temps correspondant à 4,5
fois la constante de temps pour se charger à 99% de sa valeur
maximale, calculer cette constante de temps pendant la change
101
23. CONSTANTE DE TEMPS

23.3 QUESTIONNAIRE

1) Quelle est la constante de temps d’un circuit RL où R = 1 kΩ et L= 2


mH ?
a) 2s
b) 2 ms
c) 2 μs
d) 0,5 s

2) Quelle est la constante de temps d’un circuit RC où R = 57 kΩ et


C = 220 pF ?
a) 12,54 s
b) 3,86 ms
c) 259 ms
d) 12,54 μs

3) Combien de temps emploie le condensateur précédent pour se changer


à 99% de la f.é.m. d’alimentation ?
a) 11,58 μs
b) 56,4 ms
c) 86,3 ms
d) 8,75 s

4) La courbe “courant/temps” d’un circuit LC présente une pente à


l’origine de 700·103 A/s. Sachant que le courant est nul quand t = 0, et
que sa valeur maximale est de 350 mA, quelle est la constante de temps ?
a) 2s
b) 350 ms
c) 700 ms
d) 0,5 μs

102
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE,


PERIODE ET FREQUENCE

Objectifs:
• Notions théoriques

24.1 Signaux alternatifs

Un signal est alternatif quand il est une fonction périodique du temps,


c’est-à-dire quand il varie de façon à retrouver la même valeur par
intervalles de temps T réguliers.
Un courant alternatif est un flux d’électrons circulant dans un circuit
avec une intensité variant de zéro à une certaine valeur maximale, et de
cette dernière valeur à zéro, avant de commencer un nouveau cycle,
cette fois-ci de polarité opposée, de zéro à une certaine valeur négative
maximale et de cette valeur à nouveau à zéro.
Un signal alternatif est défini d’après les grandeurs suivantes
a) la période: la durée du cycle est dite période; son symbole est T et
son unité de mesure est la seconde;
b) la fréquence: c’est le nombre de périodes, ou cycles, dans une
unité de temps. On la mesure en périodes par seconde ou, mieux, en
Hertz (Hz);
c) la pulsation: il s’agit d’une représentation trigonométrique de la
vitesse du cycle. Elle est liée à la fréquence et à la période de la
manière suivante:


ω = 2π ⋅ f =
T

Son unité de mesure est le radian par seconde (symbole : rad/s);

d) l’amplitude: c’est la valeur maximale de crête d’un signal


alternatif;
e) la phase: la phase d’une grandeur alternative est définie par
rapport à un certain instant pris pour origine (c’est-à-dire. l’instant
où l’on commence à examiner le phénomène). La phase d’un signal
alternatif est donc la fraction de période s’écoulant à partir de
l’instant t = 0. En général, les mesures de phase sont réalisées en
comparant deux grandeurs sinusoïdales. La mesure qui intéresse le
plus ici, c’est la différence de phase entre ces deux grandeurs
(pourvu, naturellement, que les deux signaux ne soient pas
superposés l’un à l’autre);
f) quadrature: quand la différence de phase entre deux signaux est
de 90°, on dit qu’ils sont en quadrature;
g) opposition: on dit que deux signaux sont en opposition quand il y
a entre eux un déphasage de 180° (différence d’une demi-période).

103
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

24.2 Formes d’onde


Les signaux alternatifs peuvent avoir plusieurs formes, mais celles que
l’on utilise le plus en électronique sont celles que l’on énumère ici.

Onde sinusoïdale
Elle a un cours qui est une fonction continue que l’on peut dériver:
S(t) = Sm⋅sin ωt
où ω = pulsation du signal; Sm = amplitude).
On les représente sous la forme d’une courbe semblable à celle de la fig.
24.1.

Fig.24.1

Onde triangulaire
Contrairement aux ondes sinusoïdales, il est difficile de rendre une onde
triangulaire sous une forme analytique et on ne peut pas la représenter
par une seule fonction. En effet, ce type de signal n’a un cours linéaire
qu’en certains endroits; il présente une pente positive de 0 à T/4, une
pente négative de T/4 à 3T/4 et une autre pente positive de 3T/4 à T (fig.
24.2).

Fig.24.2

La courbe est représentée par les fonctions suivantes

pour 0 < t < T/4 ⇒ S(t) = a⋅t


pour T/4 < t < 3T/4 ⇒ S(t) = a⋅(T/2-t)
pour 3T/4 < t < T ⇒ S(t) = a⋅(t - T)

104
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

Onde carrée

Elle prend deux valeurs constantes, à savoir Sm de 0 à T/2, et -Sm de


T/2 à T (fig. 24.3).

Fig.24.3

24.3 Valeur efficace de l’onde alternative

La valeur efficace d’une onde alternative ayant la fonction S(t) est


rendue pan la formule suivante

T
1
S efficace = ∫ S 2 ( t ) dt
2
T O

Dans le cas d’une résistance alimentée pan une tension alternative, la


valeur efficace peut être vue comme équivalente à une tension continue
donnant une puissance dissipée dans la résistance égale à la puissance
produite pendant une période par la tension alternative effectivement
appliquée (fig. 24.4).

Fig.24.4

105
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

24.3.1 Valeurs efficaces de différents signaux

a) Onde sinusoïdale

A partir du signal sinusoïdal on obtient le signal alternatif à une seule


demi-onde et le signal redressé à onde complète.
La forme de ces signaux et leur valeur efficace sont montrées au tableau
de la fig. 24.5.

FORME VALEUR EFFICACE

SIGNAL ALTERNATIF Sm/√2

SIGNAL A UNE SEULE Sm/2


DEMI-ONDE

SIGNAL REDDRESSE A Sm/√2


ONDE COMPLETE

Fig.24.5

b) Onde triangulaire

Le signal efficace d’une onde triangulaire S(t) ayant une pente “a” et
une amplitude Sm vaut

1 aT Sm
S eff. = ⋅
=
3 4 3

c) Onde carrée

Le signal efficace d’une onde carrée S(t) ayant une amplitude Sm vaut:

S eff. = Sm

24.3.2 Mesure de la valeur efficace

Une fois qu’ils ont été réglés pour réaliser des “mesures en courant
alternatif”, les instruments de mesures sont des systèmes sensibles à la
valeur moyenne d’une grandeur redressée. La valeur moyenne d’une
grandeur correspond à l’amplitude du signal continu ayant, pour une
période, une surface égale à la somme algébrique des surface positives
et négatives du signal S(t) (fig. 24.6 a/b).

106
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

Fig.24.6

Vu que la grandeur est redressée, dans le cas des instruments de mesure


on a : S = |S1| + |S2|.
Les valeurs moyennes et les valeurs efficaces des signaux alternatifs les
plus employés sont montrés au tableau de la fig. 24.7.

SIGNAL FORME VALEUR VALEUR


MOYENNE EFFICACE
SIGNAL ALTERNATIF 0 Sm/√2
SINUSOÏDAL
SIGNAL A UNE SEULE Sm/π Sm/2
DEMI-ONDE
SIGNAL REDRESSE A 2Sm/π Sm/√2
ONDE COMPLETE
SIGNAL ALTERNATIF 0 Sm
CARRE
SIGNAL A UNE SEULE Sm/2 Sm/2
DEMI-ONDE
SIGNAL REDRESSE A Sm Sm
ONDE COMPLETE
SIGNAL ALTERNATIF 0 Sm/√3
TRIANGULAIRE
SIGNAL A UNE SEULE Sm/4 Sm/√6
DEMI-ONDE
SIGNAL REDRESSE A Sm/2 Sm/√3
ONDE COMPLETE

Fig.24.7

Etant donné que ces deux types de valeurs sont proportionnels à


l’amplitude, on pourra, si l’on connaît une de ces valeurs, trouver l’autre
valeur. La déviation de l’aiguille d’un instrument analogique se fait en
fonction de la valeur moyenne du signal redressé.
Dans le cas du signal sinusoïdal, pour en obtenir la mesure efficace, on
gradue les échelles de mesure des instruments de façon à obtenir
directement la valeur convertie.
Vu que le rapport entre la valeur efficace et la valeur moyenne varie
selon le type de signal, on ne pourra mesurer que les valeurs efficaces
des signaux sinusoïdaux.

107
24. SIGNAUX ALTERNATIFS: FORMES D’ONDE, VALEUR EFFICACE, PERIODE ET FREQUENCE

24.3 QUESTIONNAIRE

1) La fréquence d’un signal est le nombre de périodes dans une unité de


temps.
a) Vrai.
b) Faux.

2) Quelle est la fréquence d’un signal ayant une période de 1,25 ms ?


a) 800 Hz
b) 7853 Hz
c) 7,85 Hz
d) 0,8 Hz

3) Quelle est la pulsation d’un signai ayant une période de 4 ms 7


a) 8π rad/s
b) 8,53 rad
c) π/2·1000 rad/s.

4) Quelle est l’amplitude d’un signal ayant une valeur maximale de 82 V et


une pulsation de π/48 rad/s, quand t = 8 s ?
a) 25
b) 42,9
c) 41
d) 10,25

5) Quelle est la valeur moyenne d’une onde alternative, quand Sm = 42 ?


a) 0
b) 42
c) 21

6) Quelle est la valeur efficace d’un signal redressé à une seule demi-onde
ayant une amplitude de 18,4 ?
a) 13
b) 9,2
c) 18,4

108
25. TRANSFORMATEUR

25. TRANSFORMATEUR

Objectifs:
• Mesure du rapport de transformation
• Essais à vide
• Essais en change
• Emploi d’un transformateur comme auto-transformateur.

Matériel disponible
• 1 transformateur TR1 48V-24V - rapport spires: 2-1+1
• 2 multimètres
• 3 résistances R1 = R2 = R3 = 220 Ω- 1 W
• 1 source de courant alternatif de 24 V
• 1 interrupteur SW1.

25.1 NOTIONS THEORIQUES

Rapport de transformation

Un transformateur fonctionne selon le principe de l’induction mutuelle.


Si un inducteur (appelé “primaire”) est parcouru par un courant
alternatif et que l’on place à proximité de cet inducteur un deuxième
inducteur (dit “secondaire”), ce dernier devient le siège d’une f.é.m
induite. Si l’on applique au secondaire une charge résistive, celle-ci
sera parcouru par un courant alternatif, qui à chaque instant s’opposera à
celui du premier inducteur (il sera donc en opposition de phase).
L’intensité du courant parcourant le circuit primaire dépend de la
change appliquée au secondaire.
Un transformateur est un dispositif qui sent à transférer de la puissance
entre le primaire et le secondaire, à part, bien entendu, les pertes qui
sont inévitables.
Ainsi, la puissance du primaire sera égale à la puissance du secondaire
V1·I1 = V2·I2.
Dans le cas d’un transformateur idéal (résistance des enroulements nulle
et aucune pente de flux magnétique entre le primaire et le secondaire), il
y a entre la tension primaire et le tension secondaire le même rapport
que celui qui existe entre le nombre de spires de chaque enroulement.
Ce rapport est dit “rapport de transformation”; ce rapport s’applique
aussi aux courants, naturellement de façon inverse.

Np Vp Is
n= ⋅ =
Ns Vs Ip

109
25. TRANSFORMATEUR

Adaptateur d’impédance
Vu qu’un transformateur permet de varier des rapports tension-courant,
il sera possible de l’utiliser comme adaptateur d’impédance.
En fait, si le secondaire est relié à une change Zs, l’impédance “vue” par
le primaire sera liée à Zs selon la formule suivante

Zp = n2 . Zs

25.2 EXERCICES
Essais à vide
• Réaliser le circuit de la fig. 25.1.

fig. 25.1

• Mesurer les tensions du secondaire Vcd, Vec et Ved, et reporter les


résultats dans le tableau de la page suivante.

V Vba Vec Vcd Ved


24
n

• Pour chaque f.é.in. du secondaire, calculer le rapport de


transformation correspondant à une tension de primaire de 24 V.
• Comparer les différents rapports de transformation indiqués dans le
tableau.
Nota : On doit trouver les valeurs suivantes

V Vba Vec Vcd Ved


24
n

• Quel est le rapport entre le nombre total de spires du secondaire et


celui du primaire ?
Note : Vu que Np/Ns = Vp/Vs = n, ce rapport sera égal à 1.

110
25. TRANSFORMATEUR

• Réaliser le circuit de la fig. 25.2.

fig. 25.2

• Mesurer la tension Vba.


Note : Dans le cas d’un rapport de transformation inférieur à 1, on
pourra, ceci en alimentant le secondaire, avoir dans le
primaire une tension supérieure (selon “n”) à la tension
d’alimentation. Par conséquent, on a dû trouvé dans
l’exercice précédent : Vba = 48 V.

Essais en charge
• Réaliser le circuit de la fig. 25.3.

fig.25.3
• Avant d’intervenir sur le circuit, il est conseillé d’ouvrir
l’interrupteur SW1.
• Mesurer le courant efficace I et la tension efficace Vcd pour les
valeurs de change indiquées au tableau suivante.

charge R1+R2+R3 R1+R3 R1


(Ω) 660 440 220
Veff (V)
Ieff (mA)

• Observer le cours de la tension quand la charge diminue.


• Expliquer pourquoi la tension Vcd diminue quand le courant I
augmente.
Note : Un transformateur n’est pas un composant idéal. Les
enroulements, tant du primaire que du secondaire,
présentent des résistances internes qui provoquent une chute
de tension proportionnelle au courant de la charge.

111
25. TRANSFORMATEUR

Autotransformateur
• Réaliser le circuit de la fig. 25.4.

Fig.25.4

• Appliquer entre les deux points C et D un signal sinusoïdal de 24 V


efficaces.
• Mesurer la tension présente entre les points E et D.
• Calculer le rapport n’entre les tensions Ved et Vcd.
• Vérifier si n’ est bien égal au rapport entre le nombre de spires que
l’on a entre les points E et D, et entre les points C et D.
Note : Tout comme dans un système à deux enroulements séparés,
le flux magnétique créé par les spires se trouvant entre les
points C et D traverse les spires se trouvant entre les points
C et E, créant ainsi une f.é.m. induite Vce proportionnelle au
rapport des spires Ncd/Nec. Vu que dans ce cas, ce rapport
est égal à 1, la tension présente aux bornes D et E sera deux
fois plus élevée que la tension d’alimentation (Vde = Vcd +
Vec). Ce système est dit autotransformateur parce qu’il n’a
pas deux enroulements séparés.

112
25. TRANSFORMATEUR

25.3 QUESTIONNAIRE

Note : Toutes les questions se réfèrent à un transformateur idéal.

1) Quel est le rapport de transformation d’un transformateur ayant un


enroulement primaire de 250 spires et un enroulement secondaire de
500 spires ?
a) 2
b) 0,5
c) 12,5

2) Si le secondaire du transformateur est alimenté par une tension de 83 V,


quelle sera la valeur de la tension du primaire ?
a) 41,50 V
b) 166V
c) 83V

3) Quelle est la valeur de l’impédance du secondaire si Zp = 15,8 Ω ?


a) 31,6 Ω
b) 3,95 Ω
c) 7,9 Ω
d) 63,2 Ω

4) Quelles sont les caractéristiques d’un transformateur idéal ?


a) Résistance des enroulements nulle.
b) Aucune pente de flux magnétique entre le primaire et le
secondaire.
c) Les deux réponses précédentes sont valables.

113