Vous êtes sur la page 1sur 16

1

Au sens général du terme le contentieux désigne en matière fiscale, l’ensemble


des litiges qui naissent de l’action de l’administration fiscale.

Les prérogatives de l’administration fiscale sont considérables : un juste


équilibre exige que les garanties des contribuables soient efficacement
assurées. D’où l’importance des recours qui sont à leur disposition.

La grande majorité des litiges sont réglés directement par l’administration


elle-même, dans le cadre des recours hiérarchiques, des recours gracieux et des
dégrèvements d’office :

- Les recours hiérarchiques sont portés devant les supérieurs hiérarchiques


du fonctionnaire des impôts qui a traité le dossier du contribuable (Chef de
centre régional, Le Directeur Général des Impôts, le Ministre en charge des
finances) dont l’une des missions est d’examiner les difficultés soulevées lors
des vérifications fiscales ;
- Les recours gracieux permettent au contribuable de demander une mesure
de bienveillance, telle qu’une remise totale ou partielle des pénalités fiscales qui
lui ont été infligées, voire une remise de certains impôts (les impôts directs
uniquement) qu’il n’est pas en état de payer : un chef d’entreprise qui connaît des
difficultés financières peut de cette façon solliciter des délais de paiement et
des remises gracieuses ; l’administration reste libre de les accorder ou de les
refuser ;
- Les dégrèvements d’office sont accordés, en dehors même de tout
recours, lorsque l’administration découvre des erreurs commises à l’encontre des
contribuables. Ils ne sont soumis à aucun formalisme.

Il est évident que ces recours portés devant l’administration, même s’ils
permettent de régler un nombre considérable de litiges ou de frictions, ne
constituent pas une garantie suffisante, puisque l’administration y est à la fois
juge et partie. Il convient donc que le contribuable qui n’a pu obtenir satisfaction
puisse faire valoir ses droits devant un organisme juridictionnel.

Pour résumer, on peut emprunter à Paul Marie Grandener et Joël Molinier, la


définition suivante du contentieux fiscal. Pour ces deux auteurs, « Le
contentieux fiscal est l’ensemble des voies de droit aux moyens desquels sont
réglés les litiges nés de l’application par l’administration fiscale de la loi d’impôt
aux contribuables. Ce contentieux très particuliers de subdivise en deux
branches : le contentieux d’assiette et le contentieux de recouvrement.

Le litige portant sur les opérations d’assette et de liquidation d’impôt se


rapporte surtout la contestation du bien fondé des impositions ou de la
régularité de la procédure employée au moment de l’établissement de l’impôt est
qualifié de contentieux d’assiette ou de l’établissement de l’impôt.
2

Comme toute créance publique l’impôt fait l’objet d’une tentative de


recouvrement à l’amiable, suivi en cas d’échec de recouvrement forcé. Hors par
définition le couvrement à l’amiable est insusceptible de générer un contentieux
propre.

1- Distinction entre contentieux d’assiette et contentieux de


recouvrement

Le processus par lequel l’Etat opère les divers prélèvements fiscaux décidé
par la législation comprend principalement deux phases :

- La 1ère consiste à l’établissement de m’impôt et comprend à la fois la


détermination de la matière imposable encore appelée assiette, le calcul
de l’impôt ou liquidation et l’identification du redevable.
- La seconde phase est faite de recouvrement qui consiste en l’encaissement
effectif de la créance fiscale précédé des tâches administratives
variables selon la nature de l’instruction concernée et le degré de
coopération du redevable.

2- Distinction juridiction gracieuse et juridiction contentieuse

La juridiction gracieuse est l’ensemble des procédures administratives qui


permettent de résoudre les litiges opposant l’administration fiscale au
contribuable en dehors de toute intervention du juge. Elle concerne les litiges
tendant aux remises, modérations, décharge de responsabilité et transaction.

La remise est l’abandon pur et simple de la totalité des impositions. La


modération est l’abandon pur et simple d’une partie des impositions. La
transaction est le contrat passé entre l’administration et le contribuable visant à
réduire les pénalités en contre partie du paiement des sommes restantes dues,
et de la renonciation à toutes procédures contentieuse. La décharge de
responsabilité est une procédure visant à dispenser du paiement d’imposition des
impôts mis en cause en qualité de responsable solidaire.

La juridiction contentieuse concerne tous les litiges susceptibles d’être porté


devant le juge de l’impôt. La demande du contribuable visera soit une réparation
d’erreurs commises dans l’assiette pour le calcul des impositions, soit le bénéfice
d’un droit résultant d’une disposition législative ou réglementaire.

3- Distinction des compétences du juge administratif et du juge judiciaire

Conformément à l’article L 126 du LPF, le juge administratif est compétent en


matière d’impôt direct, TVA, ou de taxes assimilées.
3

De son côté, le juge judiciaire est compétent en matière des droits


d’enregistrements, du timbre et autres droits et taxes indirects en vertu de
l’article 419 du CGI. Le juge judiciaire est également compétent en matière de
de recouvrement lorsque les contestations portent sur les irrégularités des
actes des poursuites de droit communs.

A ce propos, l’article L55 du LPF dispose que la mise demeure valant


commandement de payer, la saisie et la vente constituent des poursuites
judiciaires c’est-à- dire que seuls les tribunaux judiciaires sont compétents pour
statuer sur la validation de ces actions.

Justification de la distinction

Plusieurs arguments sont avancés pour justifier la répartition des


compétences entre les deux ordres de juridictions. Pour certains, la compétence
administrative s’impose au contentieux des impôts directs dans la mesure où le
rôle nominatif ou l’avis de mise en recouvrement (AMR), sont des actes
administratifs et seul le juge administratif est compétent pour connaître des
actes administratifs dans les droits d’enregistrements sont perçus à l’occasion
des faits matériels ou d’opérations juridiques civiles ou l’attribution de la
compétence du juge judiciaire(le titre de perception qui matérialise la créance à
ce niveau est conjointement signé par le chef de centre régional et le président
du tribunal de grande instance).

Pour d’autres, l’explication avancée est d’ordre historique, la base de la


répartition des compétences ayant été jetées par une loi de Septembre 1790
conformément aux dispositions de cette loi sur l’organisation judiciaire.

4- Distinction du contentieux fiscal avec le recours pour excès de pouvoir

Le recours pour excès de pouvoir est un recours de droit commun par lequel
toute personne justifiant d’un intérêt ou d’une qualité peut demander l’annulation
par le juge administratif d’une décision exécutoire manant soit d’une autorité
administrative, soit d’un organisme privé agissant dans le cadre d’une mission de
service public. Hors le recours contentieux en matière fiscale est fondé sur un
droit subjectif :il tend au rétablissement d’une situation personnelle méconnue
4

CHAPITRE I : LE RECOURS
CONTENTIEUX ADMINISTRATIF

C’est le recours préalable devant l’administration fiscale. Les réclamations


relatives aux impôts, taxes et pénalités établis par la DGI, ressortissent à la
juridiction contentieuse lorsqu’elles tendent à obtenir soit la réparation
d’erreurs commises dans l’assiette ou le calcul des impositions, soit le bénéfice
d’un droit résultant d’une disposition législative ou réglementaire.

I. LES CONDITIONS ET TRAITEMENT D’UNE REQUETE


CONTENTIEUSE

I.1. -PREMIER NIVEAU DU CONTENTIEUX.

La réclamation du contribuable qui estime qu’il est surtaxé ou imposé à tort


doit être déposée au premier niveau auprès du Chef de Centre Régional des
impôts de son ressort ou auprès du Directeur des Grandes Entreprises si son
dossier fiscal y est géré dans un délai de quatre-vingt-dix(90) jours à partir
de la date d’émission de l’AMR ou de la connaissance certaine de sa dette
fiscale. Cette réclamation à peine d’irrecevabilité doit remplir les conditions
suivantes :

- Etre signée du réclamant ou de son mandataire ;


- Etre timbrée ;
- Mentionner la nature de l’impôt, l’exercice d’émission, le numéro de l’AMR
et le lieu d’imposition
- Contenir l’exposé sommaire des moyens et les conclusions de la partie ;
- Etre appuyée de justificatifs de paiement de la partie non contestée de
l’impôt.
- En plus de cette réclamation, le contribuable peut demander
expressément le sursis de paiement conformément aux dispositions de
l’article L121 du LPF. Ceci permet à l’administration de sursoir le
5

recouvrement. L’absence de réponse de l’administration dans un délai de


15 jours équivaut à l’acceptation tacite du sursis de paiement.

a- Procédures du traitement et délais

Le destinataire de cette réclamation doit se prononcer dans un délai de 30


jours. Si le requérant a formulé expressément la saisine de la commission
provinciale des impôts territorialement compétent, le chef de Centre Régional ou
le Directeur des Grandes Entreprises le fait. Cette commission a 30 jours
àcompter de la date de sa saisine pour donner son avis. Ledit avis est notifié
au contribuable par le CCRI ou le DGE. Toutefois, en cas de non-respect par la
commission du délai ci-dessus imparti, l’Administration notifie sa décision au
requérant. Mention y est faite de l’absence d’avis de la Commission. La saisine de
la Commission provinciale des Impôts est suspensive des délais de recours
ultérieurs.

b- Décision et seuil de compétence

La décision peut être :

- Le rejet total ;
- Le rejet partiel ;
- L’acceptation.

Lorsque les arguments du contribuable sont reconnus, les compétences des


autorités fiscales sont établies en fonction d montant de la réclamation ainsi qu’il
suit :

Chef de centre régional des impôts territorialement compétent pour les


montants inférieurs à 50 0000000

En ce temps là le deuxième niveau de compétence est le Ministre des finances


comme le précise les schémas en annexe.

Pour les montants supérieurs à 50 000 000 pour les Entreprise rattachés au
CDI au CIME ou les Centre spécialisés CESPLI, le premier niveau de compétence
est la DGI qui doit être saisie dans le condition prévu par l’article L116 nouveau
et suivant.

Le ministre des finances reste le deuxième niveau de compétence.

Pour ce qui est des Entreprise de La Direction des Grandes Entreprises


les Compétences sont les suivantes
6

Pour les réclamations inferieuresà 100 000 000 le premier niveau de


compétences est la DGE elle-même. Et Le MINFI reste toujours le deuxième
niveau de compétence.

Lorsque la réclamation est supérieure à 100 000 000 le DGI doit être saisie
en premier ressort, et même à ce niveau le MINFI reste le deuxième niveau de
compétence.

Toues fois ces saisines e premiers niveaux doivent s’accompagner d’une


demande expresse du sursis de paiement comme le stipule les dispositions de
l’article L121 nouveau(en premier niveau de compétence on ne paie que la partie
non contesté, si on conteste la totalité es impositions on ne paye rien).

I.2.DEUXIEME NIVEAU DU CONTENTIEUX

A l’analyse nous remarquons la consécration du MINFI comme deuxiémé


niveau de compétence dans tous les cas de figures

S’il sollicite également le sursis de paiement, cette demande doit être


accompagnéedes justificatifs de l’acquittement de la partie non contesté des
impositions en cause et de 15% de la partie contestée..

a- Procédures du traitement et délais

L’autorité saisie ou Le Directeur Général des Impôts peut, lorsque le


requérant en a formulé expressément la demande, consulter au préalable la
Commission Centrale des impôts sur la réclamation contentieuse dont il est saisi.
La commission dispose de 30 jours à compter de la date de saisine pour donner
son avis au DGI.

Toutefois, en cas de non-respect par la Commission du délai ci-dessus imparti,


le DGI notifie sa décision au requérant. Mention y est faite de l’absence d’avis
de la Commission. La saisine de la Commission Centrale des impôts est suspensive
des délais de recours ultérieurs.

b- Décision et seuil de compétence

La décision peut être :

- Le rejet total ;
- Le rejet partiel ;
- L’acceptation.
7

Le seuil de compétence des différentes autorités est celui que nous venons
d’examiner.

I.2. TROISIEME NIVEAU DU CONTENTIEUX (A ETE SUPRIME AVEC


LE RACCOURCISSEMENT DES DELAIS.)(Suppression du L117, avec un
L118 nouveau depuis 2014)

a- Procédure de traitement et délais

Les délais de trairtementa été ramené 30 jours.

Sur proposition du DGI, le Ministre en charge des finances, peut autoriser,


dans le cadre d’une transaction, une modération totale ou partielle des pénalités
dans les deux cas suivants :

- Avant la mise en recouvrement suivant une procédure de contrôle ;


- Durant toute la procédure contentieuse.
- En cas d’acceptation de cette proposition par le contribuable, celui-ci
s’engage expressément :
- A ne pas introduire une réclamation ultérieure ;
- A se désister des réclamations ou des requêtes par lui introduites ;
- A acquitter immédiatement les droits et pénalités restant à sa charge
(Art L124 du LPF).

La décision du Ministre est prononcée dans un délai maximum de un mois à


compter de la date de réception de la réclamation.

b- Décision et seuil de compétence.

Le contribuable peut obtenir :

- Le rejet total ;
- Le rejet partiel ;
- La décharge totale de la dette.

En cas de silence de l’administration au terme du délai, le contribuable peut


saisir d’office la chambre administrative de la Cour Suprême. Même avec une
réponse non satisfaisante parvenue dans les délais, le contribuable peut saisir la
même chambre Administrative dans les mêmes délais.

II. REMARQUES ET COMMENTAIRES


8

II.1. LES SEUILS DE COMPETENCE ET LE RACCOURCISSEMENT


DES DELAIS.

Les compétences des autorités fiscales sont établies en fonction


dumontant de la réclamation.
Le raccourcissement les délais (30 jours après la date de la
saisine) a consacré le ministre des finances comme deuxième niveau
de saisine (article L118 nouveau et L119)

Il est même précisé dans la circulaire N°0004/MINFI/DGI/LC/C du 08 mai


2008 relative au contentieux fiscal que : « lorsque dans le cadre du traitement
d’un recours contentieux, le montant susceptible d’être dégrevé dépasse les
seuils des autorités, les dossiers doivent être instruits et transmis à l’autorité
supérieure pour compétence ». La loi n’a pas précisé si les montants indiqués sont
y compris les pénalités.

Dès lors l’appréciation des limites devient difficile dans la mesure où les
pénalités découlent du principal des impôts. Lorsque les impôts en principal ne
sont pas juridiquement fondés, les pénalités qui sont leurs accessoires logiques
sont elles aussi dépourvues de fondement juridique. Or la circulaire parle du
cumul du principal et des pénalités pour l’appréciation des seuils de compétence,
ce qui semble contraire à l’esprit de la loi, qui pour nous ne vise que le principal.

Lorsqu’un contribuable veut aller au contentieux et connaissant le montant de


sa dette fiscale et les limites des décideurs à tous les niveaux, il a tendance à
saisir directement l’autorité qui est à même de dégrever le montant sollicité.
Cependant la loi l’oblige à commencer par le CCRI ou le DGE, ce qui constitue un
alourdissement de la procédure.
Dans les faits, les Commission Régionales des Impôts et la Commission
centrale des impôts sont créées par des textes réglementaires. Elles n’existent
pas à ce jour et par conséquents ne sont pas consultées par ceux qui ont
l’autorité pour le faire.
Les services régionaux du Contentieux et la Cellule du Contentieux de la
Direction Générale des Impôts sont des structures qui instruisent les dossiers
du contentieux à l’attention de leur hiérarchie.

II.2. LE CONTENU DE LA DECISION

En cas d’admission totale de la réclamation, la décision n’est pas


nécessairement motivée. Par contre la motivation est obligatoire en cas
d’admission partielle ou de rejet total conformément à l’article L123 du LPF. Les
motifs doivent être rédigés de façon claire et précise. A défaut, la décision
prise par l’administration sera difficile à soutenir devant le juge de l’impôt. C’est
9

la décision du ministre des Finances qui est la décision de l’administration valable


devant la Chambre Administrative de la Cour Suprême.
10

CHAPITRE II : LE RECOURS
JURIDICTIONNEL

I. DELAI DE PRESENTATION DE LA REQUETE ET LA


COMPETENCE DES JUGES.
L’article L126 du LPF dispose qu’en matière d’impôts directs et de taxe sur la
valeur ajoutée ou des taxes assimilées, les décisions rendues par l’administration
sur les réclamations contentieuses et qui ne donnent pas entièrement
satisfaction aux intéressés, peuvent être attaquées devant au tribunal
Administrative de la Cour Suprême(l126), dans un délai de soixante (60) jours à
partir du jour de la réception de l’avis portant notification de la décision.(LF
2013)

Conformément à l’article sus évoqué, le juge administratif est compétent en


matière d’impôts directs et des taxes sur la valeur ajoutée ou taxes assimilées.

Le problème de la compétence territoriale ne se pose pas encore ici pour la


juridiction administrative, sa compétence s’étend sur tout le territoire national.

De son côté, le juge judiciaire est compétent en matière des droits


d’enregistrement et du timbre et autres taxes indirectes qui ne sont pas des
taxes sur la chiffre d’affaires (art 419 du CGI).

II. FORME DE LA REQUÊTE ET CONDITIONS DE LA


RECEVABILITE

La demande à peine d’irrecevabilité, doit être déposée au greffe de la tribunal


Administrative et doit satisfaire aux conditions de forme et de fond ci-après :

- Etre présentée par écrit, signée par le requérant ou son représentant


dûment habilité et être accompagnée de deux copies de la requête sur
papier libre ;
- Contenir l’exposé sommaire des faits et moyens et des conclusions de la
partie ;
11

- Préciser le montant des dégrèvements en droits et pénalités sollicités ;


- Etre accompagnée d’une copie de la décision contestée.

Si le contribuable entend bénéficier du sursis de paiement, il devra le préciser


expressément dans sa requête au niveau du tribunal Administratif.

A l’exception du défaut de signature de la réclamation initiale, les conditions


de forme non respectées, prévues à l’article L 116 du LPF peuvent, lorsqu’elles
ont motivé le rejet d’une réclamation par l’Administration, être utilement
couvertes dans la demande adressée à la Cour Suprême.

Le requérant ne peut contester devant le tribunal administratif des


impositions différentes de celles qu’il a visées dans sa réclamation à
l’Administration des Finances. Mais dans la limite du dégrèvement primitive
sollicité, il peut faire valoir toutes conclusions nouvelles à condition de les
formuler explicitement dans sa demande introductive d’instance.

III. PROCEDURE ET DECISION DE LA CHAMBRE


ADMINISTRATIVE

Dès réception de la requête, le greffe enregistre et transmet une copie au


Ministre des Finances qui dispose de trois (2) deux pour produire son mémoire
de défense dont un (1) sont accordés au DGI pour son instruction. Ce délai peut
être prolongé de deux (2) mois, en raison des circonstances exceptionnelles.

Les conclusions du MINFI sont déposées au greffe de la Chambre


Administrative en trois (3) exemplaires. Une copie est transmise au Contribuable
pour qu’il puisse présenter ses observations dans un délai de un (1) mois ou faire
connaître s’il désire recourir à la vérification par voie d’expertise.

Si le MINFI ne produit pas sa réponse dans les délais (3 mois), il est réputé
avoir acquiescé aux faits exposés dans la requête du contribuable et la Chambre
Administrative rend son arrêt.
Si c’est le contribuable qui ne produit pas ses observations dans les délais (un
mois), il est réputé s’être désisté de son action.
12

III.1. RECOURS A L’EXPERTISE

L’expertise sollicitée par le contribuable ou ordonnée par la Cour Suprême est


menée par Trois (3) Experts à moins que les parties ne consentent qu’elle soit
faite par un seul.

Dans le cas où il n’y a qu’un seul expert, celui-ci est nommé par le Président de
la Chambre Administrative de la CS, à moins que les parties ne s’accordent pour
le désigner.
S’il y a trois experts un est nommé par la cour et chacune des parties désigne le
sien.
Les rapports sont produits en autant de copies qu’il ya les parties intéressées
dans un délai prescrit par le Président du tribunal adminstratif Administrative
de la Cour Suprême.
Le PV d’expertise et le ou les rapports des experts sont notifiés aux parties
intéressées qui sont invitées à fournir leurs observations dans un délai de trente
jours. Il est à préciser que la descente sur le terrain se fait en présence d’un
agent des impôts et du requérant ou son représentant.

Les frais d’expertise sont supportés par la partie qui succombe et les frais de
timbre exposés par le réclamant sont compris dans les dépens.

III.2.DECISION DE LA CHAMBRE ADMINISTRATIVE DE LA COUR


SUPREME.

A l’issue de la procédure contradictoire, letribunal Administratifrend un


arrêt. Latribunal admistratif tient ses audiences à la date fixée par son
président après avis du Procureur général. Les audiences sont publiques à moins
que la chambre n’estime cette publicité dangereuse pour l’ordre public ou les
bonnes mœurs.

Au cours des audiences, les parties sont tenues de s’exprimer avec modération
et garder en tout le respect de la justice. Le juge fiscal garde son indépendance,
donc il n’est pas lié par l’avis des experts, mais il a l’obligation de se substituer à
l’administration et de déterminer le montant exact des impôts dus.

Les parties peuvent se pourvoir contre cette décision devant l’Assemblée


Plénière de la Cour Suprême. La procédure à ce niveau relève du droit commun
car le LPF n’a pas jugé pour l’instant de s’y mêler.

Articles L126 àL140 : Mise en adéquation des procédures fiscales avec la


nouvelle organisation de la juridiction administrative créant les tribunaux
administratifs.
13

La LF pour l’exercice 2013 adapte les dispositions relatives au contentieux


juridictionnel à la nouvelle structuration de la juridiction administrative.

En effet, en relais à la loi n° 2006/022 du 29 décembre 2006 fixant


l’organisation et le fonctionnement des tribunaux administratifs, le décret
N°2012/119 du 5 mars 2012 portant ouverture des tribunaux administratifs,
consacre l’ouverture d’un tribunal administratif par région, avec pour siège le
chef-lieu de région. Ces textes désignent le tribunal administratif comme étant
la juridiction de premier ressort en contentieux administratif.

La loi de finances pour l’exercice 2013 a tiré conséquence de cette nouvelle


organisation judiciaire au regard du contentieux fiscal en phase juridictionnelle.
Ainsi, la contestation des impositions par un contribuable relève, en premier
ressort, du tribunal administratif territorialement compétent.

En rappel, conformément aux dispositions de l’article 15 de la loi N°2006/022


du 29 décembre 2006 fixant l’organisation et le fonctionnement des tribunaux
administratifs, le tribunal administratif territorialement compétent est celui :

- Dans le ressort duquel a légalement son siège l’autorité qui a pris la


décision attaquée ;
- De la résidence du demandeur ;
- De la situation des biens ;
- Du lieu d’exécution du contrat ;
- Du fait dommageable si ce fait est imputable à une décision.

Par ailleurs, en vertu des dispositions de l’article suscité, le tribunal


administratif du siège de l’autorité ayant pris la décision attaquée est également
compétent pour connaître de l’action en indemnité imputable à la décision
querellée, ainsi que des recours en interprétation et appréciation de la légalité
de l’acte litigieux intervenant sur renvoi de l’autorité judiciaire.

NB : Nous précisons que ce cours n’a pas abordé le contentieux du recouvrement


car il faut d’abord maitriser l’action en recouvrement et le délai imparti
nécessite une prolongation. Le contentieux des droits d’enregistrement qui
relèvent uniquement de la compétence du juge judiciaire n’est pas abordé car son
régime juridique n’est pas déterminé dans le Livre des procédures Fiscales.

ACTE UNIFORME OHADA POUR LES PROCEDURES DE RECOUVREMENT.

Pour ce qui est de la chambre administrative elle est saisie en appel depuis la
mise sur pied des tribunaux administratifs.

Le contribuable a le chois de saisir le chambre ou le tribunal administratif en


premier ressort si le tribunal n’est pas encore entré en fonctionnement.
14

Schéma N°1 : Contentieux inférieur ou égal à F CFA 50 millions des


contribuables des CDI, CSI et CIME

Notification
Notification de Tribunal
l’AMR ≤l’AMR
de
ContestationSi ≤
50 rejet Si rejet CRI MINFI
administratif
30 Jours
50 30 Jours
millions
millions 30 Jours

Si demande de sursis Si recours gracieux préalableSi demande de sursis

Paiement préalable Paiement de la partie Paiement préalable


de la partie non non contestée+15% de de 10% du montant
contesté la partie non contestée contesté

Schéma N°2 : Contentieux supérieur à 50 millions des contribuables des


CDI, CSI et CIME

Notification Contestation Si rejet Si rejet Tribunal


de l’AMR > DGI MINFI
administratif
50 millions 30 Jours 30 Jours 30 Jours

Si demande de sursis Si recours gracieux préalable Si demande de sursis

Paiement de la partie Paiement préalable


Paiement préalable de de 10% du montant
non contesté + 15%
la partie non contesté contesté
de la partie contesté
15

Schéma N°3 : Contentieux inférieur ou égal à 100 millions des contribuables


de la DGE

Notification
Contestation Tribunal
de l’AMR DGE Si rejet Si rejet MINFI
administratif
≤100
30 jours
millions 30 jours 30 jours

Si demande de sursis Si recours gracieux préalable Si demande de sursis

Paiement préalable
Paiement de la partie Paiement de la partie
de 15% du montant
non contesté non contesté
contesté

Schéma N°4 : Contentieux supérieur à 100 millions des contribuables de la DGE

Notification
Tribunal
de l’AMR > Contestation DGI Si rejet MINFISi rejet
administratif
100 m
illions 30 Jours 30 Jours 30 Jours

Si demande de sursis Si recours gracieux Si demande de sursis

Paiement de la partie Paiement préalable


Paiement préalable de
non contesté + 15% de 10% du montant
la partie non contesté
du montant contesté contesté
16

CONCLUSION GENERALE

Tout système fiscal déclaratif a pour corollaire le contrôle en aval que


l’Administration exerce afin de s’assurer de la sincérité des déclarations
souscrites en amont. Le législateur a prévu des mécanismes de contrôle qui
protègent les intérêts des parties en cause. Chacun devrait s’en approprier
selon ses intérêts car on dit souvent que nul n’est censé ignorer la loi. Les
dysfonctionnements observés au niveau de l’application de cette loi sont
corrigés au fur et à mesure qu’ils deviennent récurrents. L’objectif global est
le prélèvement du juste impôt afin d’assurer efficacement ses missions
régaliennes. . Les sanctions pécuniaires et pénales sont prévues pour lutter
efficacement contre la fraude et doivent être appliquées afin de dissuader
toute irrégularité de la part des contribuables