Vous êtes sur la page 1sur 217

Guide

Le de
l’éco-c mmunication
Le Guide de l’éco-communication
Éditions d’Organisation
Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris cedex 05

www.editions-organisation.com
www.editions-eyrolles.com

Le Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressé-


ment la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette
pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement provoquant une
baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les
auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est
aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégrale-
ment ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans
autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des
Grands-Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, 2007


ISBN : 978-2-212-53909-7
ADEME

Le Guide
de l’éco-communication

Pour une communication plus responsable


Remerciements

Ce guide, réalisé par l’ADEME, est un ouvrage collectif dont la coordi-


nation éditoriale a été assurée par Valérie Martin (ADEME) et un comité de
pilotage composé de : Isabelle Descos, Sylvain Perriollat, Claire Schio,
Sylvain Krummenacher, Béatrice Tonini, Yves Pageot, Nadia Boeglin, July
Leroux, Ingrid Egea, Bernard Lajouanie, Pierre Galio, Sylvie Cogneau,
Antoine Bonsch et Aurélien Bernier.
L’ADEME tient également à remercier Christophe Bultel (Sciencescom,
l’école de la communication et des médias, membre d’Audencia Group),
l’ANAé (Association nationale des agences d’événements) et l’ensemble
des personnes qui ont accepté d’apporter leur contribution à ce guide lors
des interviews réalisées.
Sommaire

Introduction .................................................................................................................................................. 11
Éco-communication : soyez cohérents ! ..................................................................................... 11

Mode d’emploi ........................................................................................................................................... 13

Partie 1
Définir l’éco-communication

1 – La communication, composante indispensable


de votre démarche de développement durable ................................................ 17
La communication en question face à l’opinion ................................................................. 18
Les nouvelles attentes des Français .............................................................................................. 18
La responsabilité des entreprises .................................................................................................... 18
Une culture en décalage avec les objectifs du développement durable ? .......... 20
Les actions de communication ont aussi un impact sur l’environnement ..... 21
Le rôle du communicant dans le développement durable ........................................... 22
Dans les entreprises ................................................................................................................................ 22
Dans les collectivités territoriales ................................................................................................... 23
Réussir sa communication environnementale ........................................................................ 24
Le développement durable comme fil conducteur ................................................................. 27
« Penser » le développement durable de la communication ...................................... 29

2 – Un engagement et des pratiques : joindre le geste à la parole .......... 35


Les avantages à éco-communiquer : éthique, crédibilité, transparence
et efficacité ......................................................................................................................................................... 35
Comment éco-communiquer ? .......................................................................................................... 36

3 – Intégrer des exigences de communication éco-responsable ................. 39


© Groupe Eyrolles

4 – Les publicitaires entrent dans la démarche… ...................................................... 41


Éco-concevez vos messages publicitaires ! ................................................................................. 41
L’argument écologique dans les campagnes publicitaires : un phénomène
de plus en plus marqué ........................................................................................................................ 41

7
Sommaire

Mesurez vos propos : communiquez juste et vrai ! .............................................................. 43


Un nouvel outil d’évaluation : Écopublicité ........................................................................... 46
La genèse du projet Écopublicité ..................................................................................................... 46
Un projet porté par des partenaires impliqués ........................................................................ 47
L’adoption d’une démarche de RSE ............................................................................................... 48
Mémo .................................................................................................................................................................... 49

Partie 2
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

5 – Comment éco-concevoir un support d’édition ? ............................................... 55


Bien choisir son support : document papier ou électronique ? ................................ 56
Les supports papier ................................................................................................................................. 57
Les supports numériques ..................................................................................................................... 58
Concilier choix du format et respect des exigences environnementales .......... 61
Optimiser votre mise en page ............................................................................................................. 63
Faire des choix graphiques économes .......................................................................................... 64
La question du nombre de couleurs .............................................................................................. 64
Maîtriser la consommation d’encre .............................................................................................. 65

6 – Comment réaliser une édition éco-responsable ? ........................................... 69


Choisir un imprimeur ............................................................................................................................... 69
Deux démarches distinctes ................................................................................................................... 70
La marque Imprim’Vert : une garantie ........................................................................................ 71
Les différents types de papiers écologiques .............................................................................. 72
Intégrer les préoccupations environnementales aux appels d’offres .................... 74
Le cahier des charges ............................................................................................................................. 74
Le cas particulier des marchés publics ........................................................................................ 74
Exiger et évaluer les caractéristiques environnementales des offres .......................... 75
Encourager vos fournisseurs à intégrer l’exigence environnementale ....................... 79
Comment appliquer l’éco-conception à chaque étape de la fabrication ? ....... 79
Apprécier la qualité écologique du papier chez un imprimeur ...................................... 79
Apprécier la qualité écologique des encres (offset) et des produits associés .......... 84
Réduire le recours aux substances chimiques ......................................................................... 86

7 – Comment mieux maîtriser l’impact de la diffusion ? .................................... 89


Réduire et choisir les emballages ...................................................................................................... 89
Les imprimés non sollicités en question .................................................................................... 90
© Groupe Eyrolles

Pour éviter les stocks, visez juste ...................................................................................................... 91


Pour des transports plus écologiques ............................................................................................ 91

8 – Intégrer une communication éco-responsable dans les bureaux… 93


Choix du papier ............................................................................................................................................. 93

8
Sommaire

Choix du mode d’impression recto verso .................................................................................. 93


Choix d’imprimantes réseau ................................................................................................................ 94
Choix des encres (cartouches d’impression) ........................................................................... 95
Dématérialisez vos réunions de travail ! ..................................................................................... 96
Mémo .................................................................................................................................................................... 97

Partie 3
Abordez vos manifestations
avec une attitude éco-responsable…

9 – Pourquoi éco-concevoir vos manifestations et événements ? .......... 103


Si vous êtes organisateur ...................................................................................................................... 104
Si vous êtes exposant ou intervenant ........................................................................................ 104
Une démarche au-delà du simple engagement personnel ......................................... 104

10 – Intégrer les exigences environnementales dès la préparation ......... 109


Choisir un lieu et des modes de déplacement respectueux
de l’environnement ................................................................................................................................. 109
Transports et déplacements : des choix pour les limiter et les optimiser ............. 109
Proposez des listes d’hébergements écologiques .................................................................. 111
Vérifiez les caractéristiques du bâtiment d’accueil .......................................................... 113
Les produits d’appel : invitations et stands ........................................................................... 116
Diffuser les supports et moyens de promotion .................................................................... 116
Un stand et des matériels d’exposition en cohérence avec votre démarche ........ 117

11 – Traduire son engagement pendant la manifestation ............................... 125


Organiser une distribution raisonnée des documents .................................................. 126
Diffusion d’informations spécifiques ........................................................................................ 126
Distribution raisonnée des documents imprimés .............................................................. 126
Choisir des objets promotionnels utiles et durables ...................................................... 127
Préférer une restauration aux impacts limités ..................................................................... 128

12 – Bien gérer la fin d’une éco-manifestation ........................................................... 131


En tant qu’organisateur ........................................................................................................................ 131
En tant qu’exposant ................................................................................................................................ 132

13 – Inscrire votre démarche globale dans la durée ............................................... 133


© Groupe Eyrolles

Évaluez votre démarche ........................................................................................................................ 133


La compensation carbone ................................................................................................................... 134
La démarche de compensation, comment ça marche ? ................................................. 134
Les trois étapes de la démarche de compensation volontaire ..................................... 135
À qui s’adresser pour s’investir dans la démarche ? ........................................................ 136

9
Sommaire

14 – L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles .......... 137


Manifestations sportives ...................................................................................................................... 137
Un mouvement qui va croissant .................................................................................................. 137
Le Programme Environnement de la Coupe du Monde de Rugby 2007 .............. 138
Les éco-festivals ........................................................................................................................................... 140
Festival des Vieilles Charrues : un investissement de longue date ......................... 141
Des pratiques éco-responsables dans les festivals en Poitou-Charentes .............. 144
Des pratiques éco-responsables qui montent en puissance dans
toute la France ........................................................................................................................................ 147
Mémo ................................................................................................................................................................. 149

Partie 4
Savoir-faire
et faire savoir : valorisez votre démarche !

15 – Savoir bien communiquer vos engagements en faveur


de l’environnement .................................................................................................................. 155

16 – Quelques règles pratiques ................................................................................................. 157


Valorisez vos engagements environnementaux en matière d’édition ! .......... 157
Valorisez vos engagements environnementaux lors de manifestations ! ...... 161
Veillez au respect de la déontologie et des bonnes pratiques ................................. 162

17 – L’importance de la veille et de la formation ...................................................... 165

Conclusion ................................................................................................................................................... 169

Glossaire ........................................................................................................................................................ 171

Sites Internet et bibliographie ................................................................................................ 175

Annexes

Liste des annexes ................................................................................................................................. 179


© Groupe Eyrolles

10
Introduction

Éco-communication : soyez cohérents !


Les atteintes portées à l’environnement se multiplient sous la pression des
modes de production, d’achat et de consommation. Augmentation forte
de la concentration du CO2 dans l’atmosphère, doublement de la produc-
tion des déchets ménagers en quarante ans, épuisement et renchérisse-
ment des matières premières non renouvelables, etc. : autant de signaux
qui renforcent la nécessité d’agir au quotidien en faveur d’un développe-
ment plus durable.
Les Français sont de plus en plus sensibles aux enjeux du développement
durable. Les différentes études d’opinion révèlent une montée de ces pré-
occupations, mais aussi une prise de conscience croissante de la responsa-
bilité de tous et de chacun. Ainsi, selon un récent sondage IFOP1, 76 % des
Français ont déjà entendu parler de développement durable. Cette théma-
tique s’est hissée, en quelques années, à la hauteur des grands enjeux
majeurs de notre société. Ainsi, si 91 % des Français sont désormais préoc-
cupés par la protection de l’environnement, 45 % d’entre eux se disent
même « très préoccupés ».
Pour autant, si le développement durable est devenu une préoccupation
pour les Français, ils sont encore peu nombreux à en discerner précisé-
ment les contours. L’éco-communication, qui s’inscrit dans cette démar-
che, est quant à elle une notion encore moins familière du grand public,
même si ce dernier perçoit de plus en plus fréquemment les incohérences
des messages qui lui sont adressés.
D’ailleurs, les acteurs économiques sensibilisés aux enjeux du développe-
ment durable n’appliquent encore que trop rarement ou trop partiellement
les principes de l’éco-communication, alors même qu’ils communiquent
largement sur leur politique en la matière !
Au-delà des initiatives personnelles ou propres à certaines entreprises ou
© Groupe Eyrolles

collectivités territoriales pionnières, on ne voit encore se développer que

1. Réalisé pour la direction du Développement Durable du Groupe La Poste et Les Échos


Conférences, à l’occasion du forum FEDERE 2007, qui s’est tenu les 29 et 30 mars 2007 à
Paris.

11
Introduction

trop peu souvent de véritables stratégies d’éco-communication. De même,


le secteur de la communication semble encore peu réceptif à ce sujet, qu’il
perçoit souvent comme austère ou réservé aux seuls spécialistes.
Et pourtant, éco-communiquer, c’est-à-dire communiquer tout en ayant le
souci de réduire les impacts environnementaux induits, est une démarche
éminemment stratégique. Qu’il s’agisse de valoriser l’image de marque de
l’entreprise ou de la collectivité, de rendre cohérente la politique de déve-
loppement durable engagée, de réduire les coûts de production, de faire
émerger de nouveaux marchés ou des opportunités commerciales ou
encore de stimuler l’innovation et la créativité, les raisons ne manquent
pas pour s’engager dans une telle démarche.
La préoccupation éco-responsable doit aujourd’hui être au cœur de la
réflexion stratégique de tout projet de communication, mais aussi de son
pilotage. Si la communication veut être crédible lorsqu’elle défend les
engagements d’une entreprise, de ses marques, de ses produits, ou ceux
d’une collectivité en matière de développement durable, elle se doit de
réinterroger ses pratiques. De fait, la démarche éco-responsable replace le
professionnel de la communication dans son rôle politique de conseil dans
le choix des messages et des moyens. Il doit en tant que tel intervenir en
amont des décisions pour développer une approche globale et durable,
depuis la réflexion stratégique jusqu’à la production des outils adéquats.
L’enjeu consiste donc à communiquer différemment sans perte d’effica-
cité. Il s’agit de rendre cohérents discours et actes, messages et actions,
pour donner plus de sens et de valeur ajoutée à la communication. En ce
sens, l’éco-communication constitue avant tout une opportunité de diffé-
renciation, de mobilisation et de mise en cohérence.
La prise de conscience de certains professionnels est désormais réelle et
des changements de comportement sont bel et bien engagés, comme en
témoigne le succès de la première version du guide « Vers une communi-
cation plus éco-responsable » produit par l’ADEME en 2005, et essentielle-
ment construite à partir de l’expérience interne de l’Agence ou sur la
mobilisation de certaines associations de professionnels.
Avec la deuxième édition de ce guide, l’objectif est d’aller encore plus
loin, en partageant d’une part les enseignements d’expériences réalisées
et, d’autre part, en accompagnant les professionnels de la communication
dans la mise en œuvre de leur stratégie globale d’éco-communication. Ce
guide s’adresse tout particulièrement aux donneurs d’ordre publics et pri-
vés, ainsi qu’à l’ensemble des acteurs du secteur de la communication.
© Groupe Eyrolles

Expériences et témoignages de professionnels à l’appui, il démontre que le


secteur de la communication dispose aujourd’hui des capacités et de la
volonté d’évoluer.
Michèle Pappalardo,
présidente de l’ADEME

12
Mode d’emploi

Ce guide, très pratique, contient de nombreux outils pour vous aider dans
votre démarche :
 des interviews de professionnels des secteurs public et privé ;
 des exemples pratiques d’actions d’entreprises, de collectivités territo-
riales ou d’acteurs publics ;
 des « check-lists » pour résumer les points importants précédemment
abordés ;
 des conseils et des astuces ;
 à la fin de chaque partie, un « mémo » pour vous aider à vous poser les
bonnes questions à chaque étape de la démarche ;
 un glossaire ;
 une liste de sites Internet utiles et complémentaires ;
 enfin des annexes avec des exemples concrets d’outils (fiches techni-
ques, appels d’offres, etc.).
© Groupe Eyrolles

13
Partie

1
Définir
l’éco-communication

Do you speak éco-communication ?


Vous êtes directeur, responsable de la communication, chef de projet d’une
entreprise, d’une collectivité, d’une institution ou d’une agence… Avez-
vous choisi de mettre en place des politiques de responsabilité sociale et de
développement durable dans votre organisme ? Avez-vous réfléchi à la tra-
duction de vos engagements en une communication plus éco-
responsable ? Ceci signifie à la fois « dire votre engagement en faveur du
développement durable », mais aussi « appliquer concrètement les princi-
pes du développement durable dans la façon de faire votre communica-
tion autour de ce sujet ». Voilà autant de questions qu’il importe
d’examiner aujourd’hui avec soin.
1

La communication,
composante indispensable
de votre démarche
de développement durable

Directeur, responsable de la communication, chef de projet d’une entre-


prise, d’une collectivité, d’une institution ou d’une agence… l’objectif de
cet ouvrage est de vous démontrer que s’engager dans une démarche d’éco-
communication représente un atout pour développer la crédibilité et
l’image de votre organisation face aux nouvelles attentes de vos clients, de
vos partenaires, des consommateurs et même pour saisir de nouvelles
opportunités de marchés. Si le principe semble simple à mettre en œuvre,
ce véritable projet d’équipe signifie concrètement qu’il faudra définir un
tout autre type de communication fondée sur l’engagement d’un dialogue
plus sincère et plus authentique entre l’entreprise (ou la collectivité) et la
société civile. Sinon, le risque est grand de tomber dans le piège du
« greenwashing » (l’utilisation abusive de l’argument environnement
comme outil de marketing) qui peut conduire très rapidement à une perte
de confiance.
Adopter une posture d’humilité, apporter des preuves à son discours sur les
valeurs et l’engagement de son organisation constituent la base même du
changement, chemin sur lequel nous vous proposons de vous accompa-
gner.
© Groupe Eyrolles

17
Définir l’éco-communication

La communication en question face à l’opinion


La communication a un pouvoir d’influence : elle forge les opinions et les
comportements. Aujourd’hui, certaines publicités incitent parfois, visuel-
lement ou à travers leur message, à un comportement irrespectueux vis-à-
vis de l’environnement (gaspillage, surconsommation, etc.). Or, la com-
munication ne peut être responsable que si elle s’impose des limites, indui-
tes par la responsabilité sociale, que lui réclament de plus en plus les
consommateurs, l’opinion et la société.

Les nouvelles attentes des Français


Le développement d’une consommation plus éco-responsable (produits
éco-labellisés, issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable,
faiblement consommateurs d’énergie, etc.) permet de penser qu’une
attente nouvelle des consommateurs émerge en même temps au niveau de
la communication.

83 % des Français déclarent faire attention à ce qu’ils achètent et choi-


sissent donc des produits en fonction de leur conviction. Par ailleurs,
31 % disent acheter des produits plus respectueux de l’environnement.

Parallèlement, une baisse de confiance de dix points en trois ans s’établit


vis-à-vis des entreprises pour lesquelles les consommateurs pensent qu’il
est de moins en moins possible de rendre compatibles le respect de l’envi-
ronnement et la qualité sociale avec la logique de profit1.
De plus, le développement des politiques d’achats publics éco-responsa-
bles au sein des collectivités locales fait émerger des attentes en matière de
communication éco-responsable et induit de nouvelles exigences en
matière de caractéristiques environnementales des prestations de commu-
nication.

La responsabilité des entreprises


Comme le souligne Hélène-Claire Leboutet, consultante en marketing et
animatrice du Club marketing et développement durable de l’ADETEM
(Association Nationale du Marketing) rassemblant plus de 1 260 profes-
sionnels du marketing, « les entreprises ne peuvent pas ignorer les nouvelles
© Groupe Eyrolles

préoccupations des consommateurs, même si marketing et développement durable

1. Troisième édition de l’étude « De la pensée à l’action : les huit façons de faire bouger les
Français », réalisée par Ethicity (agence indépendante de conseil en développement dura-
ble) avec le soutien de l’ADEME. Synthèse de l’étude disponible sur www.ethicity.net

18
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

ne vont pas forcément de pair. Le marketing, c’est plutôt la commercialisation à


court terme, alors que le développement durable exige une vision à plus long
terme, même si en réalité, de plus en plus de professionnels s’informent sur les
démarches de développement durable. C’est encore irrégulier, bien sûr, mais cer-
taines activités sont déjà très concernées, les industries les plus polluantes notam-
ment, qui doivent composer avec des législations de plus en plus rigoureuses. Ces
préoccupations se font jour également dans les services. Les banques et les assu-
rances commencent à regarder de près leurs investissements. Elles ne veulent plus
mettre leur argent, ou plutôt l’argent de leurs clients, n’importe où. Les décideurs,
les dirigeants d’entreprise doivent avoir de plus en plus cette préoccupation à
l’esprit. Une démarche de développement durable est une démarche qui impacte
l’entreprise et toutes ses ‘‘parties prenantes’’, c’est-à-dire les clients, les produc-
teurs, les transporteurs, les riverains pour ne citer que ces catégories… Car les
comportements d’achat sont en train de se modifier. De grandes tendances se font
jour, des tendances de fond. Les consommateurs ont des préoccupations de plus
en plus citoyennes, axées très fortement sur la santé, la protection de l’environne-
ment. Et les entreprises ne peuvent pas ignorer ces nouvelles préoccupations ».

Néanmoins, intégrer la valeur développement durable dans une stratégie


de communication d’entreprise n’est pas encore chose facile… « C’est vrai,
ajoute Hélène-Claire Leboutet. Il est difficile pour une entreprise de fanfaron-
ner sur ce thème. Soit sa campagne sera jugée “récupératrice” et sa communica-
tion apparaîtra comme un coup marketing ; soit elle peut lui revenir comme un
boomerang dès le premier comportement jugé nocif. L’entreprise qui choisit cette
voie doit être très claire, transparente dans sa stratégie, et ses messages ne doivent
pas être tonitruants. Il faut rester humble sur ces sujets-là. »

Ainsi, Sandrine Mercier, responsable du Développement Durable chez Car-


refour France, souligne qu’il est fondamental pour les entreprises, et bien
sûr tout d’abord pour la sienne, de tenir cet engagement. « Je trouve qu’il est
vraiment regrettable qu’il y ait des entreprises qui surfent sur l’effet de mode “vert”
et qui fassent des annonces sans qu’il y ait véritablement des actions concrètes
derrière. Je pense que c’est finalement donner une mauvaise image aux consom-
mateurs du travail des entreprises en matière de développement durable.
Aujourd’hui, c’est ce qu’on entend le plus : “c’est du marketing, derrière il n’y
a rien.” C’est dommage, car il y a quand même beaucoup d’entreprises qui font
réellement des choses et ce n’est pas seulement du marketing. » En outre,
Sandrine Mercier met également en garde contre les risques de green-
washing : « Cela ne correspond pas aux valeurs de notre société, et surtout pas à
© Groupe Eyrolles

nos valeurs d’intégrité et de respect. À travers notre discours, il est très important
pour nous de respecter ces valeurs. D’autre part, cela fait peu de temps que Carre-
four communique véritablement sur sa démarche de développement durable. Nos
consommateurs n’en avaient jamais vraiment entendu parler, parce que nous ne
voulions pas communiquer sur des actions peu significatives. »

19
Définir l’éco-communication

Une culture en décalage


avec les objectifs du développement durable ?
Le développement durable constitue une façon d’être et d’agir respectueuse
de l’Homme et de son environnement. S’il devient un axe de communica-
tion pour les entreprises et les collectivités locales, s’il inspire de plus en
plus d’actions concrètes, des désaccords persistent cependant sur la portée
de ces principes et sur les responsabilités des professionnels de la publicité
et de la communication face à sa mise en œuvre. Alors que de nombreuses
entreprises et secteurs d’activité se sont engagés dans la voie d’une
meilleure prise en compte du développement durable, le secteur de la com-
munication, et en particulier celui des médias et de la publicité, reste
encore souvent en retrait par rapport à ces démarches.
A priori, on pourrait croire que les objectifs de la communication et du
développement durable sont difficilement compatibles. En effet, la com-
munication peut avoir tendance à être trop instrumentale : elle met alors
en avant les supports et les outils avec une vision à court terme pour rem-
plir les besoins immédiats. Elle ne s’interroge pas suffisamment sur l’adé-
quation entre les objectifs, les cibles, les messages et les moyens. De plus,
elle appréhende souvent mal la portée de son influence sociale et de son
impact environnemental.
Par ailleurs, la communication est encore trop souvent éphémère par
nature. Davantage considérée comme un faire-valoir plutôt que comme un
faire-savoir, elle contribue trop rarement à faire partager aux cibles le sens
qu’elle donne à son discours. Dans la recherche absolue de la différencia-
tion, elle n’hésite pas à utiliser des arguments ou des valeurs contestables,
comme en témoignent les exemples de greenwashing qui fleurissent ici ou
là.
L’enjeu est de taille, mais loin d’être inatteignable : il s’agit de dépasser ces
divergences en réinventant de nouvelles formes de communication. C’est
là un triple changement de registre : passer de l’affirmation à la preuve, de
la promotion à l’appropriation, enfin de la séduction à la co-construction.
Communiquer sur le développement durable représente un véritable enjeu
stratégique et implique de pratiquer une communication d’écoute et de
dialogue avec toutes les parties prenantes (clients, usagers, habitants, asso-
ciations, organisations professionnelles, fournisseurs, collaborateurs, équi-
pes internes, etc.). Aucune organisation ne peut prétendre à un impact
zéro en matière de développement durable, ce qui implique de pratiquer
© Groupe Eyrolles

une communication authentique, sincère et mesurée.


La communication peut donc être un vecteur de développement durable,
d’une part quand elle intègre cette dimension dans sa stratégie et la con-
ception de ses outils et, d’autre part, quand elle véhicule des messages qui
en tiennent compte.

20
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

Les actions de communication


ont aussi un impact sur l’environnement
Les modes de production et de consommation actuels ne cessent d’accroî-
tre les atteintes portées à l’environnement. Dès lors, chaque secteur d’acti-
vité doit revisiter ses pratiques afin de réduire les atteintes qu’il génère. Le
secteur de la communication ne doit pas faire exception et doit donc
s’interroger lui aussi sur les impacts environnementaux de ses activités,
que ce soit à travers la réalisation et la diffusion de supports imprimés lors
de l’organisation de manifestation, de la participation à des foires et à des
salons ou encore de la conception de publicités vantant les mérites de tel
ou tel produit.

En effet, tout produit a, par essence, un impact sur l’environnement ; les


produits « verts », « écologiques » ou « bons pour l’environnement » ont
également des impacts négatifs sur l’environnement. Les supports de com-
munication n’échappent donc pas à cette règle. Ainsi, tout produit a
besoin de matières et d’énergie pour être fabriqué et doit être emballé et
transporté. Enfin, tout produit ou emballage deviendra un jour un
déchet… Il n’existe donc aucun produit zéro impact sur l’environne-
ment… Mais certains en entraînent moins et conservent cependant leurs
performances. Ce sont les éco-produits !

Ces derniers sont-ils plus chers ? Moins performants ? Les a priori ont la vie
dure… En effet, les éco-produits ne sont pas nécessairement plus onéreux
et la démarche d’achat éco-responsable peut même être synonyme d’éco-
nomies… Les éco-produits ne sont pas non plus de moindre qualité, car un
produit qui ne répond pas aux besoins définis est plutôt synonyme de
gaspillage !

Identifier et utiliser ces éco-produits, c’est l’objectif de cet ouvrage qui vous
guidera dans l’éco-conception de vos produits de communication et dans
le développement de vos achats éco-responsables.

Être Éco-responsable… à toutes les étapes

EP TION
ÉCO- CONC

Extraction Achat Fin de vie


© Groupe Eyrolles

des matières Fabrication Distribution Utilisation (recyclage, compostage,


premières et Tri incinération, décharge…)
de l’énergie

Source : ADEME

21
Définir l’éco-communication

Les courriers non adressés représentent plus d’un million de tonnes de


papier distribué dans les boîtes aux lettres des Français, soit 40 kg par
foyer, contribuant ainsi au flux de déchets. Par exemple, la production de
consumer magazines de promotion des grandes surfaces entraîne une
consommation d’énergie équivalente à plus de 22,3 millions de litres
d’essence.

Les grands événements sportifs ou culturels consomment beaucoup


d’énergie et produisent de nombreux déchets non triés et non valorisés.
Pour exemple, le Tour de France produit en trois semaines 12 000 tonnes
de déchets, soit l’équivalent annuel d’une ville de 30 000 habitants ! Dans
le même ordre d’idée, la consommation électrique des Rencontres
Trans Musicales de Rennes représente 963 000 kWh, soit la consommation
annuelle de plus de trois cents foyers !

Le rôle du communicant dans le développement


durable

Dans les entreprises


Le développement durable dépasse le simple effet de mode. Les entreprises,
notamment les plus grandes, l’intègrent aujourd’hui dans leurs pratiques et
ont même bien souvent été précurseurs dans ce domaine. Progressivement,
le développement durable est devenu porteur d’innovation et d’anticipa-
tion, un véritable facteur de compétitivité pour les entreprises qui propo-
sent ainsi de nouveaux produits et services à leurs clients. L’ensemble des
opérations de communication développé par l’entreprise doit donc porter
et accompagner ce changement. Cela se traduit tant au niveau de la
communication relative aux produits que de la communication plus insti-
tutionnelle. À ce titre, la loi NRE (Nouvelles régulations économiques) du
15 mai 2001, obligeant les sociétés cotées sur un marché réglementé fran-
çais à publier des informations sur les conséquences environnementales et
sociales de leurs activités, a permis une avancée sensible en termes de trans-
parence des stratégies engagées. Les entreprises savent désormais de mieux
en mieux rendre des comptes quant à l’exercice de leur responsabilité
sociale, sociétale et environnementale. Aujourd’hui, dans les rapports de
développement durable, on mesure bien le chemin parcouru, puisque ce
sont des entreprises de taille différente, mais surtout de secteurs d’activité
© Groupe Eyrolles

très variés, qui communiquent. Même si ces rapports de développement


durable ne correspondent pas encore tous au niveau d’exigence que les par-
ties prenantes sont en droit d’attendre (déficit d’informations stratégiques,
manque d’engagements précis chiffrés et datés, etc.), les avancées sont réel-
les et les bases d’un engagement renouvelé se précisent.

22
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

Pour faire un rapport de développement durable :


– Consultez les parties prenantes : identifiez et engagez un dialogue
avec elles.
– Identifiez les enjeux et les impacts : abordez les principales problé-
matiques liées à l’activité (par exemple, les externalités négatives, le
lobbying, les restructurations, la fin de vie des produits, les crises et
les dilemmes ou la responsabilité historique).
– Rendez compte de la performance de l’entreprise : évaluez de
manière objective et comparable cette performance (par exemple
avec des indicateurs chiffrés, du benchmarking, des notes d’agences
de notation, des points de vue externes, des objectifs chiffrés, etc.).
– Faites vérifier les données par des tiers.
– Rédigez avec humilité et pédagogie : soyez transparent sur les suc-
cès et les difficultés.
– Diffusez largement avec une volonté de feed-back : multipliez les
supports si nécessaire, demandez un retour d’avis (en réunion, par
e-mail, etc.).
Source : Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE),
Comment élaborer un rapport de développement durable ?, 2003, 32 p.

Dans les collectivités territoriales


Les collectivités territoriales ont également bien intégré cette préoccupa-
tion du développement durable, comme le démontre par exemple le déve-
loppement progressif des démarches de type Agendas 21 depuis 2002. Plus
de deux cents plans d’action de ce type sont aujourd’hui mis en œuvre en
France. La grande majorité des régions et des grandes métropoles sont
concernées. Ici aussi, le bilan fait ressortir une grande hétérogénéité dans
la nature des projets et des initiatives, le choix des outils et des méthodes.
Au niveau de la taille, il s’agit aussi bien de grosses agglomérations (comme
Lille), de villes moyennes (comme Chambéry), de communes périphéri-
ques, de territoires ruraux (comme le syndicat mixte de Gâtine) ou d’autres
niveaux de collectivités territoriales comme les conseils généraux
(Essonne) ou régionaux (La Réunion). Rappelons que l’Agenda 21 est une
démarche volontaire. Les plans d’actions sont fondés sur des diagnostics
différentiés suivant les réalités économiques, sociales et environnementa-
les des territoires et les responsabilités qui incombent aux collectivités
© Groupe Eyrolles

mettant en œuvre ces Agendas 21. S’il s’avère difficile de recenser claire-
ment toutes les initiatives, le processus de reconnaissance engagé par le
ministère de l’Écologie, de l’Aménagement et du Développement durables
en matière d’élaboration des critères témoigne d’un progrès indéniable en
la matière.

23
Définir l’éco-communication

La mise en œuvre d’une démarche transversale, intégrée et participative,


demeure souvent complexe. Elle suppose des orientations politiques for-
tes, des outils pour l’application et une stratégie d’information et de com-
munication, indispensables pour mobiliser les parties intéressées présentes
sur le territoire (population, élus, services techniques, associations locales,
acteurs économiques).

Comment communiquer autour d’un Agenda 21 ?


– Impliquez les différents acteurs avec une dimension pédagogique et
de proximité : ciblez bien les différents publics en externe et en
interne et utilisez une entrée en matière accessible pour susciter
l’intérêt et l’envie d’en savoir puis d’en faire plus (par exemple avec
un questionnaire).
– Sensibilisez et formez aux enjeux du développement durable : resi-
tuez les enjeux globaux tout en donnant des exemples simples et
concrets. Restez proche des préoccupations tout en restant signifi-
catif.
– Informez sur les actions de la collectivité et sur l’avancée du projet :
pour rendre compte, dire après avoir fait et ainsi offrir une informa-
tion transparente et accessible à tous, fondée sur des indicateurs
d’évaluation du projet. N’oubliez pas de maintenir la dynamique en
organisant des événements.
Source : Réseau des Agences Régionales de l’Énergie (RARE),
Objectif développement durable. Comprendre. Agir sur son territoire, 2005, 106 p.

La communication en matière de développement durable constitue donc


l’un des instruments de management de projet, puisqu’elle contribue à la
transparence, à la transversalité et à l’implication de l’ensemble des parties
prenantes – à savoir les objectifs premiers de toute démarche de développe-
ment durable. Parmi ceux-ci, on relève une certaine convergence entre les
entreprises et les collectivités territoriales.

Réussir sa communication environnementale


Le succès d’une communication environnementale repose sur deux
facteurs :
 porter le message au bon endroit ;
 rechercher la cohérence par l’exemplarité.
© Groupe Eyrolles

Cela signifie qu’il faut porter une attention particulière au contenu du mes-
sage, au choix du média et au ton adopté. Plus encore que dans n’importe
quelle communication, il ne s’agit pas d’être moralisateur, mais d’adopter
un message clair, d’être positif et responsabilisant, de ne pas chercher la
« sur-promesse ». Mieux vaut également rester modeste, démontrer ce que

24
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

l’on fait. Désormais, les citoyens sont plus « critiques » et ont accès à de
nombreuses informations sur le développement durable. L’objectif recher-
ché au final est avant tout une prise de conscience permettant un change-
ment de comportement. Cependant cette nécessité implique un corollaire,
celui de ne pas rechercher le coup médiatique, mais de construire des
actions dans la durée. Autre aspect important : puisque l’on doit faire face
à des types de population extrêmement divers et à des attentes variées, il
convient d’essayer d’alterner différents outils et formes de communication
(journaux municipaux et d’entreprise, lettres ciblées, différents médias,
etc.).
Par ailleurs, la communication interne tient une place évidemment fonda-
mentale, car les premières personnes à informer, à former et à mobiliser
sont bien souvent les salariés de la structure. Ces derniers pourront
d’autant mieux jouer un rôle d’ambassadeur auprès des autres interlocu-
teurs que l’on aura su leur expliquer clairement les enjeux du projet et les
réponses associées.
De plus, les collectivités mettent également en avant l’importance du rôle
et de l’implication des élus dans cette démarche commune. Christiane
Krine, directrice de la communication de l’agglomération d’Angers-Loire-
Métropole, et Bernard Lecocq, directeur de la communication de la ville
d’Angers, soulignent tous deux que la démarche de développement dura-
ble, telle que mise en œuvre au sein de leur structure, répond clairement à
un projet politique porté par des élus de premier plan. En effet, précise
Christiane Krine, « nous avons la chance d’être associés très en amont à toutes
les actions qui vont nécessiter la mise en place de communication. Cela permet,
avec l’ensemble des autres services, de construire une véritable relation de trans-
versalité, à travers notre expertise de communicant ».
Ainsi, les collectivités locales s’impliquent-elles progressivement dans une
démarche de développement durable en l’associant davantage à leur acti-
vité de communication. Anne-Luce Fusz, directrice de la communication
de la ville de Beauvais, explique notamment : « Nous avons intégré cette
démarche en veillant à créer des liens plus réguliers avec le chargé de mission qui
est concerné par ces questions de développement durable. Et puis, quelque part,
c’est également un état d’esprit que nous avons développé et que nous cherchons à
étendre auprès de tous les services de la ville. Nous avons donc créé un concept
autour de l’Agenda 21, en termes de communication. Très concrètement, nous
avons mis en place une bande dessinée publiée dans chaque édition de notre
magazine municipal abordant des points liés à tout ce qui touche au développe-
ment durable, au comportement écologique, à toutes ces préoccupations du
XXIe siècle. » De la même manière, Pascale Cartégnie, responsable de la
© Groupe Eyrolles

communication au Conseil général de l’Aisne, qui travaille en étroite coor-


dination avec la ville de Beauvais, explique le caractère progressif de
l’approche retenue par le Conseil général : « notre démarche a d’abord été
empirique, avec par exemple le choix du papier recyclé pour le magazine départe-
mental. Ensuite, nous avons un peu plus formalisé notre démarche, puisque

25
Définir l’éco-communication

désormais, dans les appels que nous publions, la question du respect de l’environ-
nement pour nos fournisseurs, nos imprimeurs, etc., est intégrée. Nous passons à
la vitesse supérieure, avec la réalisation d’un Bilan Carbone™ pour l’ensemble
des activités du conseil général. À partir du moment où l’on considère les choses
en amont, la démarche n’est pas si compliquée à mettre en pratique. Mais si l’on
essaie de s’y « raccrocher », cela devient vite impossible. »

Interview de Christiane Krine,


directrice de la communication
de l’Agglomération d’Angers-Loire-Métropole
et de Bernard Lecocq,
directeur de la communication de la ville d’Angers

Quelle est votre vision de l’éco-communication ?

Christiane Krine : Nous appliquons, au sein de la Communauté


d’Agglomération d’Angers, dans ses deux dimensions, à savoir la
communication sur le développement durable dans une démarche
conjointe avec les services, mais également la communication en
appliquant au mieux les principes du développement durable.

Pour l’éco-communication dans nos pratiques quotidiennes de com-


munication, nous avons plusieurs méthodes. Tout d’abord, nous inté-
grons dans tous nos cahiers des charges des contraintes en fonction
des prestations que l’on va demander. Ainsi, nous ne nous adressons
pas à l’imprimeur de la même façon qu’au concepteur de stand ou à
l’entreprise événementielle. Pour chacun de ces cas, nous tenons
effectivement à inclure des notions liées au développement durable à
l’intérieur de nos cahiers des charges. Par exemple, si nous avons
besoin de fabriquer un stand, nous incluons des clauses d’éco-concep-
tion. Auprès de nos imprimeurs, il s’agira plutôt de clauses concernant
la gestion du papier, de l’encre.

Bernard Lecocq : Nous allons même plus loin à ce niveau. En plus de


nos exigences sur le papier recyclé, nous demandons vraiment aux
imprimeurs de nous expliquer les moyens qu’ils mettent en œuvre
pour la protection de l’environnement, y compris au sein même de
leur entreprise. Ainsi, dans notre dernier appel d’offres pour l’impres-
sion des documents de communication, une clause demandait que
soient précisés les moyens mis en œuvre en matière de respect de
© Groupe Eyrolles

l’environnement, tant dans leurs pratiques que dans le choix des


matières premières.

Christiane Krine : Ce changement ne s’est pas fait du jour au lende-


main. C’est une démarche qui s’est renforcée au fil des mois, des

26
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

années. Le développement durable est une pratique intégrée dans


tous les services de la ville et de l’agglomération.
Bernard Lecocq : Effectivement, la communication autour du dévelop-
pement durable est une action commune. Elle s’est greffée au fur et à
mesure sur l’action menée en faveur du développement durable, tant
dans la ville que dans l’agglomération, à travers la mise en place de
leur Agenda 21 respectif. Il n’y a pas eu de grandes opérations d’éco-
communication à des moments donnés, mais des actions quasi quoti-
diennes, que ce soit l’insertion dans nos marchés publics de clauses
particulières, la gestion des volumes de documents imprimés pour évi-
ter les sur-tirages, ou l’intégration de la notion de développement
durable dans nos documents de communication. Nous avons égale-
ment réalisé avec l’agglomération notre premier stand « éco-conçu »,
à l’occasion des assises nationales du développement durable à
Angers, à l’automne 2006. Plutôt que de faire de l’éco-communica-
tion seulement pour elle-même, nos actions s’inscrivent donc davan-
tage dans le quotidien. C’est toute la communication courante qui
évolue.

Le développement durable comme fil conducteur


Le développement durable constitue donc le fil conducteur des activités
d’un nombre grandissant de collectivités territoriales. Comme le souligne
Jean-Pierre Triquet, directeur de la communication de la Communauté
Urbaine de Dunkerque, « un directeur de la communication dans une collecti-
vité ou dans le cadre d’une intercommunalité qui, aujourd’hui, ne comprend pas
que sa tâche ne se résume pas simplement à produire du papier et des outils de
communication, mais bien à travailler sur les comportements, rate quelque
chose, me semble-t-il. Pour les communicants, faire connaître la politique de
développement durable de leur collectivité n’est pas toujours chose facile, mais
c’est un incontournable. Dès lors, le but de notre démarche en matière d’éco-com-
munication, dans la définition de ses enjeux et de ses objectifs, est de faire chan-
ger les comportements. On ne se contente pas de travailler uniquement sur des
campagnes de communication. Nous menons notre action à trois niveaux : tout
d’abord, nous travaillons au niveau de l’information et de la communication ins-
titutionnelle sur les bons gestes, les bons comportements à adopter ; ensuite, nous
effectuons un travail de sensibilisation ; enfin, nous réalisons un travail
d’éducation ».
L’association Cap’Com, « l’agora » des communicants publics et territo-
riaux, l’a bien compris, puisque sa déléguée générale, Dominique Mégard,
© Groupe Eyrolles

fait remarquer que « la communication, c’est la pédagogie du développement


durable ». Au travers des Forums de la communication publique et territo-
riale que Cap’Com organise chaque année depuis 1988, le développement
durable s’est invité progressivement au cœur des débats. Selon Dominique
Mégard, ce dernier est avant tout « une préoccupation transversale et un

27
Définir l’éco-communication

affichage important. Les communicants sont, dans leur rôle de ‘‘passeur de


l’information’’, les premiers à être interpellés par ces sujets. Comment faire
apprendre ? Comment faire comprendre ? Comment accompagner la transforma-
tion des comportements ? Là, dans la vulgarisation et la compréhension, se
situent les enjeux pour les communicants publics et territoriaux. Ils peuvent avoir
un rôle moteur, un rôle leader, sur le plan local bien sûr, mais aussi au sein des
organisations. Les collectivités sont des lieux incontournables de communica-
tion. Il faut faire comprendre à tous que l’intérêt général n’est plus dissociable du
développement durable. Mais nous sommes encore tous trop dans la déclaration
d’intention. Il faudrait que le processus s’accélère et qu’il y ait enfin adéquation
entre les paroles, les interventions et les actes ».

Entreprises et collectivités doivent bien comprendre que les effets


d’annonce ne peuvent, seuls, honorer une communication responsable.
Bien au contraire, elle doit s’appuyer sur de réels engagements. Une démar-
che transparente est donc nécessaire pour être crédible. Concrètement, cela
implique donc de remettre en perspective les objectifs et les finalités de la
communication face aux nouveaux enjeux du développement durable.

Les professionnels de la communication sont bien entendu concernés par


ce mouvement. Comme le souligne Christophe Bultel, animateur du
Centre de recherche et d’étude pour la communication responsable du
développement durable de Sciencescom (école de la communication et des
médias, membre d’Audencia Group), « le développement durable implique
une recomposition non seulement du discours, des méthodes mais aussi du métier
de responsable communication. Il redonne à la fonction communication sa
dimension politique, puisque le développement durable implique de renégocier les
relations avec toutes les parties prenantes, à la fois internes et externes. La com-
munication doit être plus responsable avant de pouvoir devenir éco-responsable
pour soutenir le développement durable. Tout comme le marketing durable, la
communication éco-responsable ne peut être partielle. Il s’agit d’entreprendre une
démarche globale pour renforcer la cohérence et la force des messages, des campa-
gnes, des moyens de communication portant sur le développement durable. Il
s’agit aussi de redonner des vertus d’efficacité et de pertinence aux stratégies de
communication engagée des entreprises, des collectivités et des agences pour abor-
der la communication éco-responsable en respectant une démarche de responsa-
bilité globale ».

Communiquer sur le développement durable implique donc de sortir la


communication de la seule compétence du « directeur de la communi-
cation » et nécessite un apprentissage des autres acteurs dans les entreprises
ou les collectivités qui voient leur rôle se transformer en celui d’animateur,
© Groupe Eyrolles

de formateur et de communicant. La communication apparaît comme un


outil privilégié pour susciter et accompagner les changements. Pour élabo-
rer cette communication renouvelée, il est très important de s’attacher à
mettre en cohérence les discours et les engagements politiques en matière
de développement durable avec les activités de communication.

28
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

« Penser » le développement durable


de la communication
De nombreux professionnels de la communication ont lancé une réflexion
pour créer des outils et faire évoluer les pratiques professionnelles. Depuis
2006, la prise en charge progressive par des associations professionnelles
de communicants de cette thématique de l’éco-communication témoigne
d’une volonté réelle de s’investir dans cette voie. Au-delà d’une contrainte
nécessairement associée à l’image de toute évolution de comportement, la
prise en compte de l’éco-communication devient une source d’opportu-
nité et de créativité pour un grand nombre de professionnels dans un sec-
teur où la concurrence fait rage.
Ainsi, l’Association des professionnels aquitains de la communication
(APACOM) a été l’une des pionnières à s’engager dans cette démarche. En
partenariat avec l’ADEME, l’APACOM s’est impliquée dans des actions
pilotes en faveur de l’éco-communication dès 2004, autour de l’opération
« Com’Avenir ». Elle a ainsi encouragé la prise de conscience de ses mem-
bres en les sensibilisant aux bonnes pratiques éco-responsables. Depuis,
une nouvelle opération, « Com’Avenir acte 2 », a été engagée en 2006 afin
d’encourager les professionnels de la communication à élaborer des projets
éco-conçus.

Interview de Dan-Antoine Blanc-Shapira,


directeur de l’agence Sensation ! et co-initiateur du chantier
Développement Durable à l’ANAé (Association des agences de
communication événementielle)
Les professionnels de l’événement s’engagent dans l’éco-concep-
tion… Quelles initiatives avez-vous engagé auprès de vos clients afin
de les sensibiliser aux bénéfices de l’éco-communication, de l’éco-
conception ?
Nous n’avons pas remarqué de réticences particulières de la part de
nos clients – sauf parfois des remarques telles que « Ah ! Mais ça doit
coûter plus cher ! » En fait, nous constatons plutôt que l’aspect « éco-
responsable » est un formidable creuset de créativité et une réelle
opportunité pour l’agence de démontrer sa valeur ajoutée… et les
clients sont plutôt agréablement surpris.
Comment les encouragez-vous alors à s’investir dans cette démarche ?
© Groupe Eyrolles

Il s’agit déjà pour nous de faire savoir qu’il existe des solutions. Dans
nos propositions, nous souhaitons faire ressortir les points plus éco-
respectueux d’un projet et attirer l’attention du client là-dessus. Et en
l’absence de demande spécifique de sa part, il s’agit de pouvoir être
proactif en lui faisant des propositions.

29
Définir l’éco-communication

Quelle est donc, selon vous, la meilleure façon pour ces professionnels
de la communication par l’événement de mettre en cohérence leur
discours avec leurs actes ?
Il s’agirait d’abord déjà de mettre cela en pratique chez eux, car on
commence généralement par balayer devant sa porte et par améliorer
les process internes pour pouvoir contribuer efficacement à cette
démarche. Ensuite, il faut se documenter, analyser le marché et les
offres afin d’identifier les solutions les plus éco-responsables possibles
pour nos clients (tout en faisant « pression » sur les prestataires et les
sous-traitants pour qu’ils s’y mettent aussi). C’est pour cela que nous
avons nommé une responsable « dev’ dur » à l’agence, qui fait ce tra-
vail et compile le fruit de ses recherches pour l’ensemble des collabo-
rateurs de l’agence. Mon souhait est que cette démarche se généralise
auprès de l’ensemble des agences !

Selon Jean-Marc Gancille, responsable de la communication externe et du


développement durable de la Direction régionale Aquitaine d’Orange et
vice-président de l’APACOM, le souci du développement durable dont se
réclament de plus en plus d’entreprises, de collectivités et d’agences, place
les professionnels de la communication face à leurs responsabilités sociales
et sociétales. « Chargés de décliner concrètement les stratégies de communica-
tion de leur entreprise ou de leurs clients annonceurs, les professionnels de la
communication mesurent au quotidien combien les messages qu’ils mettent en
scène gagnent en efficacité et en crédibilité lorsqu’une véritable cohérence existe
entre le fond et la forme. La finalité d’une communication est de mettre en cohé-
rence les messages avec ses différents vecteurs de diffusion (édition, événementiel,
packaging, etc.). C’est l’un des facteurs clés du succès de toute campagne. Elle
permet d’éprouver la sincérité et donc l’impact du message délivré. En d’autres
termes, comme le disait déjà en son temps Victor Hugo, “la forme, c’est le fond
qui remonte à la surface”. Concevoir une campagne relatant les engagements
pris en matière d’éco-responsabilité et de développement durable sans prendre en
compte l’impact environnemental des outils et des méthodes utilisés pour la con-
cevoir expose l’émetteur du message et ses prestataires à des risques pour leur
réputation. Et ce d’autant plus que la conscience “écologique” grandit dans l’opi-
nion et chez les consommateurs… »
Toutes ces questions soulignent la responsabilité sociétale du profession-
nel de la communication, qui doit concilier créativité, efficacité et respon-
sabilité.
L’ANAé a lancé une charte fin 2006 fédérant tous les métiers de l’événe-
© Groupe Eyrolles

mentiel, depuis les organisateurs de salons jusqu’aux traiteurs, en passant


par les « standistes » et les éclairagistes, autour de meilleures pratiques
environnementales. L’association a par ailleurs publié un « carnet de
route » des bonnes pratiques pour la profession avec le soutien de
l’ADEME.

30
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

Quant à l’Association des agences conseil en communication (AACC), elle


s’est engagée également à son tour en organisant des sessions de sensibili-
sation de ses adhérents et de ses clients autour de cette problématique.

Interview de Gildas Bonnel,


président de l’agence Sidièse
Pouvez-vous expliquer l’engagement de votre agence et les initiatives
prises en faveur du développement durable ? Quelle place lui accor-
dez-vous ?
L’éco-communication, c’est dans notre activité le bras armé du déve-
loppement durable. Par conviction personnelle, je revendique depuis
plusieurs années une préoccupation environnementale et sociale et
considère que cette démarche fait plus que jamais partie de notre
expertise métier et de ma responsabilité de chef d’entreprise. Voilà
pourquoi j’ai engagé l’agence dans cette voie, en suivant les prescrip-
tions de l’ADEME et du guide de l’éco-communication.
La première étape a été de sensibiliser en interne les collaborateurs sur
ces problématiques avec un enjeu central : intégrer la notion de déve-
loppement durable et d’éco-communication le plus en amont de
toute réflexion marketing, c’est-à-dire dès la phase de brief. De la
mise en place stratégique des outils à leur fabrication, nous nous
interrogeons sur la meilleure façon de nous approprier les méthodes
émergentes pour concevoir une réponse client plus « verte » et plus
citoyenne. C’est là la seconde étape : éduquer nos clients sur ces
questions de fond, en leur apportant des solutions plus environne-
mentales, tout aussi économiques et efficaces, De l’imprimeur au
client, c’est ainsi toute la chaîne des compétences qui ajoute sa pierre
à l’édifice.
Voilà la position que je défends aujourd’hui au sein de la délégation
marketing service de l’AACC : repenser nos façons de travailler et con-
quérir ces nouvelles expertises avec nos clients (car c’est une vraie
démarche de progrès !). OK, cela ne se fait pas en claquant des
doigts, mais on continue d’avancer et de marquer des points. Les
mentalités changent et l’équipe est enthousiaste !

Enfin, citons l’Union des annonceurs (UDA), qui entreprend une démar-
che de sensibilisation auprès de ses adhérents depuis plusieurs années.
Comme l’explique Dominique Candellier, directrice de la communication
© Groupe Eyrolles

institutionnelle de l’UDA : « Dans un premier temps, fin 2001, nous avons


amorcé une démarche de sensibilisation au développement durable dans son
ensemble. En 2004, nous avons commencé à travailler un peu plus sur le marke-
ting et la communication, en proposant notamment un atelier sur le marketing
durable. Parallèlement – et nous sommes les seuls à le faire – nous avons

31
Définir l’éco-communication

organisé des dialogues entre annonceurs et parties prenantes, portant sur la com-
munication des entreprises en matière de développement durable. Notre spécifi-
cité est en effet de travailler sur la communication des entreprises. Il s’agit donc
pour nous d’aider les annonceurs à réfléchir à l’intégration et à la prise en compte
du développement durable dans leur communication, la plupart d’entre eux étant
maintenant mobilisés sur l’aspect global de cette question. Certaines entreprises
sont extrêmement en avance et se sont impliquées depuis longtemps dans cette
démarche. À côté de cela, d’autres commencent seulement à s’y intéresser. Nous
organisons donc d’une part des réunions de travail au sein d’une commission où
le développement durable est un sujet permanent, des ateliers de formation et des
"sessions-dialogues" entre annonceurs et parties prenantes. D’autre part, sur la
base de ces "sessions-dialogues", nous éditons des documents très pratiques, les
mettons en téléchargement gratuit sur notre site et les diffusons très largement
aux adhérents et également aux non-adhérents, y compris aux partenaires des
annonceurs. Cela permet de mettre en avant les “bonnes pratiques” et d’en faire
profiter l’ensemble des annonceurs et plus largement tout le secteur de la
communication. »

Si l’ensemble de ces initiatives témoigne d’une profession qui s’interroge et


veut répondre à ces nouvelles attentes, Gilles Berhault, président de l’Asso-
ciation communication et information pour le développement durable
(ACIDD), estime que les efforts réalisés en matière d’éco-conception de la
communication sont encore bien faibles, eu égard aux enjeux auxquels
notre société est confrontée. Selon lui, « toute activité humaine doit prendre
en compte ses responsabilités, ses impacts, la communication comme les autres.
En matière d’éco-conception de cette dernière, ce qui se fait aujourd’hui est, cer-
tes, intéressant, mais reste largement insuffisant. Les dimensions sociales, cultu-
relles et économiques sont encore trop souvent absentes, bien que la dimension
environnementale soit traitée. Avant de communiquer, il faudrait travailler éco-
nomiquement et scientifiquement les sujets. L’enjeu est majeur dans la société
d’information dans laquelle nous vivons. Il est encore un peu difficile de changer
la culture de la communication de la fin du XXe siècle, dont les maîtres mots sont
le gaspillage et la réussite économique. Nous manquons également d’études sur
l’impact de la communication. Il faudrait vraiment accélérer toutes ces démar-
ches et mettre en œuvre des collaborations internationales. Quand le chiffre
d’affaires mondial de la communication dépasse 700 millions de dollars, il ne
s’agit pas de se demander si les campagnes d’intérêt général sont utiles ou intéres-
santes, mais de reconsidérer les métiers de l’annonceur et de l’agence, de ne plus
confondre information et communication, de maîtriser les impacts sociaux et
environnementaux. L’ACIDD participe à cette mobilisation depuis cinq ans
auprès des deux mille professionnels (entreprises, agences, divers, etc.) qui ont
© Groupe Eyrolles

directement participé à ses activités. Mais cela devient insuffisant. Heureuse-


ment, d’autres structures y travaillent ! Les initiatives sont nombreuses et très
encourageantes, mais il reste beaucoup à comprendre, à convaincre, à imaginer.
La communication vit sa révolution à l’ère du numérique. Les supports
d’aujourd’hui s’appellent Web 2.0, Second life, Agoravox… C’est une toute nou-

32
La communication, composante indispensable de votre démarche de développement durable

velle perspective qui augure de grands progrès en termes de démocratie, d’accès à


l’information, de communication dématérialisée. Avec bien sûr les mêmes réser-
ves que pour la communication de la ‘first life’ : prenons le temps d’étudier les
impacts, de les contrôler, notamment pour les consommations énergétiques. C’est
tout l’intérêt de la plate-forme multi-acteurs TIC21 » (Technologies de l’infor-
mation et de la communication et développement durable).
© Groupe Eyrolles

33
2

Un engagement
et des pratiques :
joindre le geste à la parole

Les avantages à éco-communiquer :


éthique, crédibilité, transparence et efficacité
La problématique environnementale, et plus globalement du développe-
ment durable, est la responsabilité de tous, y compris des hommes et des
femmes de communication. Les solutions passent par une modification de
nos comportements. Pour cela, les informations et les messages doivent
être diffusés à l’ensemble de la société, du citoyen au chef d’entreprise, en
passant par les élus et les collectivités locales. Les communicants ont un
rôle majeur à tenir parce qu’ils sont citoyens, qu’ils occupent une place pri-
vilégiée dans leurs organisations et qu’ils sont prescripteurs de conseils sur
le contenu, la forme et la diffusion des messages.

Les professionnels de la communication sont donc tous concernés par le


développement durable et les progrès environnementaux, parce que la
communication apparaît aujourd’hui comme un outil privilégié pour sus-
citer et accompagner les démarches pour une prise en compte accrue du
développement durable. Pour induire des changements de comporte-
© Groupe Eyrolles

ments, pour faire connaître les avancées réalisées ou promouvoir les exem-
ples à suivre, les professionnels de la communication se situent au cœur de
l’action. Les messages que vous portez s’avéreront d’autant plus efficaces et
crédibles que les vecteurs de communication que vous concevez et produi-
sez se révéleront eux-mêmes respectueux de l’environnement.

35
Définir l’éco-communication

Veillez également à mobiliser vos équipes en interne : encouragez chacun


à s’associer à cette démarche d’éco-communication et à s’engager person-
nellement dans ces nouveaux projets. Marie-Claude Santon, directrice du
marketing et de la communication chez SAS, éditeur leader de l’informati-
que décisionnelle, dévoile sa perception : « Pour tous les responsables de la
communication, le sujet difficile est souvent celui de la communication interne,
c’est-à-dire organiser la cohésion des équipes. Il faut trouver des projets qui fédè-
rent. Je suis convaincue que le développement durable en est un. C’est là un sujet
passionnant, humain. Nous sommes très mobilisés : il y a à la fois un engage-
ment de la part de l’entreprise et un engagement individuel de la part des salariés.
C’est un sujet qui nous concerne tous et que l’on peut même “ramener à la mai-
son”, permettant donc de sensibiliser à la fois l’environnement professionnel et
personnel. »

Comment éco-communiquer ?
L’entreprise ou l’agence qui développe une politique de responsabilité
sociale des entreprises (RSE), tout comme la collectivité qui développe un
Agenda 21 adoptent une démarche de progrès. En tant que professionnel,
il s’agit de donner à la communication une dimension de développement
durable tant dans ses principes (vérité, loyauté, transparence), ses messa-
ges, ses valeurs, que dans ses déclinaisons. La conception et la réalisation
de tous les dispositifs de communication peuvent à ce titre s’inscrire dans
les principes de l’éco-communication.

La communication a aujourd’hui l’opportunité d’appréhender le dévelop-


pement durable comme une nouvelle stratégie de gestion de l’image de
marque. La préoccupation de l’environnement intervient en amont des
choix de communication, de façon à veiller à la prise en compte effective
de cette préoccupation et à faire l’interface avec les acteurs critiques. La
communication peut ainsi donner des indicateurs de sa qualité sociale,
sociétale et environnementale.

Soyez exemplaire en véhiculant des messages véridiques et respectueux, de


même qu’en choisissant des supports et des dispositifs éco-conçus qui tra-
duisent et rendent lisible votre engagement auprès de vos cibles.

L’éco-communication est le complément indispensable d’une démarche


© Groupe Eyrolles

qualité qui consiste à réfléchir en amont au sens de ses actions. Elle impli-
que pour vous de prévoir l’évaluation de la performance de la communica-
tion pour être vraiment éco-responsable. Vous devez également veiller au
respect d’un certain nombre de principes pour piloter les plans d’actions et
les outils dans le respect des préoccupations environnementales.

36
Un engagement et des pratiques : joindre le geste à la parole

En pratique

Comment élaborer des campagnes de communication efficaces


sur le développement durable
La communication sur le développement durable ou mettant en avant des
pratiques écologiques ou des qualités environnementales est de plus en
plus fréquente. Les messages élaborés dans les campagnes de communi-
cation ont un rôle certain à jouer pour rendre le développement durable
accessible et compréhensible par tous. En plus d’informer, ces messages
peuvent également remettre en cause des pratiques pour en promouvoir
d’autres, motiver et induire ainsi des changements durables et construc-
tifs.
Pour être efficaces, vos campagnes de communication doivent véhiculer
des messages en adéquation avec la réalité, vérifiés et vérifiables et adap-
tés aux publics auxquels elles s’adressent. Ainsi « personnalisé », votre
message aura un impact plus conséquent que si vous communiquez à
trop grande échelle, sans cibles particulières identifiées.
De même, veillez à mettre en adéquation et en cohérence votre discours,
c’est-à-dire le message que vous souhaitez faire passer auprès de votre
public, avec vos actes !
Enfin, toute communication sur le développement durable n’est pas for-
cément utile et appropriée ! Vous pouvez également nouer différents par-
tenariats avec des organismes œuvrant en faveur de l’environnement, afin
qu’ils s’associent à votre projet. Ce recours aux partenariats se révèle par-
fois très efficace et représente, de surcroît, un investissement peu coûteux
en comparaison des investissements publicitaires qui, de plus, ne garantis-
sent pas nécessairement le succès de votre campagne !
Source : PNUE, Communiquer sur le développement durable.
Comment produire des campagnes publiques efficaces ?, 2005, 36p.

L’éco-communication devient dès lors le complément indispensable d’une


démarche de progrès tout au long du processus de réflexion, de choix, de
conception et de réalisation des dispositifs de communication.
© Groupe Eyrolles

37
3

Intégrer des exigences


de communication
éco-responsable

Dans le respect des règles habituelles imposées à chacun en termes de pro-


cédures d’achats ou de partenariats, de plus en plus de donneurs d’ordre
intègrent des considérations environnementales dans leurs appels d’offres
ou leurs conventions de soutien. On peut citer à titre d’exemple l’éco-
conditionnalité des aides apportées à une prestation de communication
(édition ou manifestation).

Un établissement public ou une collectivité soutient un grand nombre de


projets, y compris des actions de communication. Ainsi, ils peuvent intro-
duire des clauses d’éco-conditionnalité relatives à l’atteinte d’objectifs
environnementaux lors de la réalisation de la prestation soutenue. La force
de cet instrument est de permettre d’assurer la cohérence de l’action publi-
que en matière économique et environnementale, de garantir une saine
gestion des fonds publics et d’encourager la protection de l’environne-
ment dans une perspective de développement durable.

Pour autant, toutes les opérations de communication ne sont pas forcé-


ment placées sous votre responsabilité. Vous pouvez toutefois influer sur
l’attitude éco-responsable de vos collègues ou de vos partenaires en leur
proposant des recommandations appropriées. À vous de définir, seul ou en
© Groupe Eyrolles

partenariat avec les services concernés, le degré d’implication possible.


Vous pouvez ainsi proposer une recommandation très générale, tout en
veillant à ce qu’elle ne soit pas moralisatrice et qu’elle soit bien étayée
d’exemples. Vous pouvez également proposer des choix de mises en forme
s’inspirant des principes et des conseils présentés dans ce guide.

39
Définir l’éco-communication

Lors de la rédaction d’un accord de partenariat dans lequel sont prévues


des actions de communication, dans un souci d’exemplarité et de plus
grande cohérence entre discours et actions (notamment achats), un soin
particulier sera donc apporté à la réduction des impacts environnemen-
taux liés à ces actions, et notamment pour la réalisation et la diffusion de
documents imprimés ainsi que pour l’organisation de colloques et de
manifestations.
Concernant la réalisation et la diffusion de documents imprimés, veillez
au choix d’un imprimeur et du papier selon leur qualité écologique. Par
exemple : gestion, dans des filières agréées, des déchets d’impression dan-
gereux et non dangereux, papier à base de fibres recyclées et/ou répondant
aux exigences d’un écolabel officiel, etc. Par ailleurs, des déclarations envi-
ronnementales précises peuvent être apposées sur le document (pour en
savoir plus, voir la partie 4, p. 151).
Enfin pour ce qui relève de l’organisation de colloques et de manifesta-
tions, optez pour des lieux de manifestation selon leur qualité écologique
(accessibilité en transports en commun, mise en place du tri sélectif des
déchets, diffusion raisonnée de documents imprimés, etc.). Pour en savoir
plus, reportez-vous à la partie 3 de l’ouvrage (voir p. 99).

© Groupe Eyrolles

40
4

Les publicitaires entrent


dans la démarche…

Le secteur de la publicité ne pouvait pas rester à l’écart de la démarche


d’éco-reponsabilité et tend aujourd’hui à évoluer, lui aussi, au cœur même
de son activité, dans une logique de plus grand respect de l’environne-
ment. Œuvrer pour une publicité plus responsable, c’est s’assurer qu’elle
est éco-respectueuse, depuis la phase de conception d’une campagne
publicitaire jusqu’à celle de diffusion, en veillant également à ce que le
message délivré soit véridique et n’induise pas le consommateur en erreur
sur des caractéristiques écologiques qui, en réalité, ne se vérifieraient nulle-
ment.

Éco-concevez vos messages publicitaires !

L’argument écologique dans les campagnes


publicitaires : un phénomène de plus en plus marqué
L’environnement constitue une thématique de plus en plus exploitée au
travers des campagnes publicitaires élaborées aujourd’hui. Ainsi, certaines
parmi les plus importantes campagnes de communication de 2006 (Total,
EDF, Areva, Gaz de France, entre autres) avaient pour thème l’environne-
ment. Comment expliquer cet engouement publicitaire pour l’argument
écologique ? D’après Séverine Millet, consultante, juriste et formatrice
© Groupe Eyrolles

environnement et développement durable, la raison essentielle à l’origine


de ce phénomène est le développement d’un nouveau marché fondé sur
l’émergence de la conscience environnementale du consommateur.
« Celui-ci commence à être plus sensible aux problématiques environnementales,
aux impacts de leur consommation sur l’environnement, et donc aux aspects

41
Définir l’éco-communication

écologiques des produits et services, ainsi qu’aux efforts des entreprises pour être
plus responsables. Même si c’est encore marginal, la logique veut qu’il se tourne
de plus en plus vers des produits et des services plus écologiques. C’est positif si
cela pousse l’entreprise à se lancer dans l’innovation de produits réellement plus
écologiques, ce qui lui permet alors de communiquer en utilisant l’argument éco-
logique, voire celui du développement durable. Mais parfois, la réalité est autre :
l’argument écologique est aussi utilisé pour vanter des produits et des services
ayant peu d’intérêt d’un point de vue écologique, ou pour donner une image res-
ponsable d’une l’entreprise qui pourtant ne mène qu’une action marginale en
faveur de l’environnement. Car certaines entreprises ont bien compris l’évolution
sociale et consumériste en cours, le potentiel commercial et celui d’image (ce sont
souvent des entreprises en déficit d’image, ou qui ont les productions les plus pol-
luantes), mais ne sont par ailleurs pas prêtes à changer en profondeur leurs prati-
ques, leurs métiers ou la conception de leurs produits. On appelle cela faire du
greenwashing, ou du blanchiment écologique d’image. Très concrètement, cela
trompe le consommateur. La norme ISO 14 021, ainsi que la recommandation
écologique du BVP1 ont été rédigées pour aider les entreprises à utiliser correcte-
ment l’argument écologique, mais leur respect n’est pas toujours au rendez-
vous. »
Anne Chanon, adjointe de la direction générale au BVP, qui œuvre pour
une publicité plus responsable, évoque quant à elle l’émergence d’un débat
nouveau autour de cette tendance actuelle au recours de l’argument écolo-
gique par les publicitaires. « Le débat est permanent autour de ces questions,
parce que nous sommes sur des enjeux de société qui sont forcément en évolution.
C’est encore plus vrai pour le développement durable puisque c’est un sujet qui
avance rapidement aujourd’hui dans la conscience collective, citoyenne, du con-
sommateur, mais aussi dans les savoirs que les scientifiques portent à la connais-
sance du public. Il y a forcément débat, car il s’agit d’un sujet en évolution. Nous
n’allons donc pas nous contenter de la situation telle qu’elle est, aussi bien en
termes de règles que de leur application. Nous sommes toujours obligés de les
ajuster à l’évolution de la société, des connaissances, des besoins et des demandes
sur ce sujet comme sur d’autres. »

En pratique

Une galerie créative des campagnes sur le développement


durable
Le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), en coopé-
ration avec AdForum (portail d’information de la publicité) et Advertising
© Groupe Eyrolles

Community Together (ACT Responsible, association de publicitaires du


monde entier dont l’objectif est de promouvoir la communication respon-


1. Bureau de vérification de la publicité.

42
Les publicitaires entrent dans la démarche…



sable), ainsi qu’avec le soutien financier de l’ADEME, a mis en ligne la pre-


mière banque de ressources proposant des campagnes de communication
classées par thèmes environnementaux et sociaux. Cet outil s’adresse aux
professionnels de la communication, du marketing et de la publicité, mais
aussi au grand public. Cette banque a été constituée pour inspirer la réali-
sation de campagnes liées au développement durable et aux problémati-
ques environnementales. Elle permet d’alimenter la réflexion sur les
approches stratégiques à adopter lors d’actions de communication sur ces
thèmes. Cette galerie représente enfin un moyen ludique d’interpeller le
grand public sur ces sujets et de l’amener à réfléchir aux campagnes pro-
posées dans le domaine du développement durable.1

Mesurez vos propos : communiquez juste et vrai !


Lorsque vous préparez une campagne de publicité, pensez à « éco-
concevoir » vos messages publicitaires : utilisez l’argument écologique à
bon escient. Ainsi, soyez tout d’abord attentif à ce que votre message
n’incite pas à un comportement contraire à la démarche de respect de
l’environnement et du développement durable. Ensuite, de façon géné-
rale, « compte tenu des enjeux environnementaux actuels, à partir du moment où
l’on utilise l’argument écologique, celui-ci doit avoir pour objectif l’information
la plus complète possible du consommateur, afin que ce dernier puisse faire son
choix en connaissance de cause », insiste Séverine Millet. Dans cette optique,
l’information environnementale que vous diffusez à travers vos messages
publicitaires doit être complète et étayée, véridique et objective. Séverine
Millet précise : « Selon moi, l’argument écologique (et donc la publicité) vrai-
ment efficace est celui qui n’induit pas le consommateur en erreur. C’est-à-dire
qu’il va valoriser à la fois l’avantage écologique du produit et, en même temps,
renseigner le consommateur sur la véritable nature du produit. Ainsi, le consom-
mateur vraiment intéressé par les produits écologiques, pourra orienter son choix
sans se tromper. En fait, il s’agit tout bonnement d’appliquer la loi sur la publi-
cité de nature à induire en erreur » (article L 121-1 du Code de la consomma-
tion).
Anne Chanon exprime également ses recommandations aux annonceurs :
« La première question à se poser est : “Ai-je de la légitimité pour communiquer
sur le développement durable ou non ? Ai-je véritablement quelque chose à dire
sur le sujet ?” Prenons un annonceur qui serait effectivement dans ce cas. S’il y a
lieu de communiquer, il faut que ce soit fait de façon suffisamment claire et expli-
cite pour le consommateur, même si l’on est dans ce cadre, lequel enjolive tou-
jours, car il est là pour séduire. Tout en restant dans le cadre du discours
© Groupe Eyrolles

publicitaire donc, la question à se poser est la suivante : “est-ce que je n’induis


pas le consommateur en erreur ? Sur un sujet qui est quand même d’importance,

1. Pour plus d’informations : http://www.unep.fr/pc/sustain/advertising/ads.htm

43
Définir l’éco-communication

les informations que je donne ne prêtent-elles pas à confusion ?” Et la bonne


question à se poser, c’est peut-être également : “qu’en dirait le BVP si je lui sou-
mettais mon projet ?” »

Le BVP intervient auprès des annonceurs, des agences ou des supports


(c’est-à-dire, par exemple des médias d’affichages ou par la radio), en les
conseillant sur la base de règles déontologiques qu’il a rédigées et qui sont
des règles professionnelles sur des sujets aussi divers que l’alcool, la publi-
cité à l’égard des enfants, la représentation de l’image de la personne
humaine ou le développement durable. Anne Chanon précise comment le
BVP intègre aujourd’hui le critère écologique au principe de responsabilité
de la publicité : « Nous avons des textes déontologiques qui nous permettent
d’encadrer la publicité dans deux directions. Le premier volet consiste à éviter les
utilisations abusives d’arguments relatifs à l’écologie ou au développement dura-
ble – on définit donc toute une série de règles pour que ces argumentations ne
soient pas abusives, trompeuses pour le consommateur – et le second, c’est de ne
pas représenter des comportements qui seraient contraires aux principes commu-
nément admis du développement durable – ce second volet a été introduit dans la
recommandation “Développement durable”, c’est une nouveauté. Ce sont donc
ces deux directions qui constituent les grandes lignes d’encadrement de la publi-
cité, d’encadrement déontologique sur les questions écologiques et de développe-
ment durable. »

C’est dans ce cadre que l’ADEME et le BVP se sont rapprochés pour engager
un travail de fond et faire en sorte que les règles édictées par ce dernier sur
l’écologie et le développement durable soient respectées. Anne Chanon
explique que ce travail « vise à analyser la publicité qui a déjà été diffusée au
second semestre 2006. Il s’agit de vérifier si elle est conforme ou non aux règles
du BVP et à la norme ISO 14 021. Cette collaboration nous permet de prendre la
mesure du problème, parce qu’on parle aussi beaucoup, aujourd’hui, d’utilisation
totalement infondée et galopante de l’argument développement durable par la
publicité. Cette étude nous a donc permis de prendre la mesure du problème au
niveau quantitatif, c’est-à-dire de déterminer si vraiment autant de publicités que
cela utilisent ces arguments de façon abusive. Mais également, d’un point de vue
plus qualitatif, nous avons pu déterminer les types de problèmes qui se posent et
voir si les règles actuelles suffisent à encadrer ceux-ci ou bien s’il faudrait imagi-
ner des règles plus complètes ».

Le BVP et l’ADEME ont donc analysé, parmi quelque 15 000 publicités dif-
fusées au cours du second semestre 2006, les 181 messages publicitaires
(presse, télévision et affichage) ayant trait de près ou de loin à la question
© Groupe Eyrolles

écologique. En dépit d’une multiplication récente des publicités sur ces


thèmes, l’écologie et le développement durable restent encore aujourd’hui
des axes de communication peu utilisés par la publicité dans son
ensemble : ainsi, les messages ayant trait à l’environnement ne représen-
tent que 1,2 % des 15 000 publicités étudiées.

44
Les publicitaires entrent dans la démarche…

Par ailleurs, dans sa grande majorité, la publicité est également respec-


tueuse des règles en vigueur. Ainsi, sur ces mêmes 181 publicités analysées :
 116 respectaient les règles en vigueur ;
 54 ont fait l’objet d’un classement en « réserve », parce que certaines
règles n’étaient pas respectées, sans pour autant porter préjudice à la
protection de l’environnement ni au consommateur ;
 11 ont fait l’objet d’un classement en « manquement », pour non-res-
pect flagrant et sérieux des règles en vigueur.
Afin d’améliorer la situation, trois pistes seront explorées. La première con-
siste à améliorer le niveau de connaissance des professionnels via un effort
de sensibilisation et de formation aux enjeux environnementaux.
La deuxième piste vise à maintenir, voire à renforcer l’effort d’autodisci-
pline.
Enfin, la dernière voie a pour objectif de poursuivre le travail qui vient
d’être accompli et d’y associer d’autres parties prenantes avec la mise à jour
de la « Recommandation Développement durable » du BVP d’une part, et
la mise en place d’un observatoire exhaustif de la publicité diffusée, ouvert
aux parties prenantes.

Interview de Séverine Millet,


consultante, juriste et formatrice environnement
et développement durable
Quels sont, selon vous, les règles à respecter et les écueils à éviter
pour éco-concevoir des messages publicitaires fiables ?
Tout d’abord, le message doit être véridique. Attention, un message
peut être vrai, mais tromper le consommateur par manque d’informa-
tions. C’est pourquoi l’argument écologique doit aussi être étayé, cla-
rifié et donc donner des éléments d’appréciation concrets pour le
consommateur, c’est-à-dire ne pas rester dans le vague ou le général :
donner des chiffres, faire des comparatifs… Enfin, le troisième critère
est l’objectivité par rapport à la réalité : pas de promesses dispropor-
tionnées. Concernant ces règles, j’engage vivement l’annonceur et
l’agence à prendre connaissance de la norme ISO 14 021 et de la
recommandation sur l’argument écologique du BVP.
Concernant les écueils à éviter, notons tout d’abord que le premier
problème est le fait de faire croire que tel produit est écologique alors
qu’il ne l’est pas. Souvent, cela frôle la publicité mensongère. Ensuite, il
© Groupe Eyrolles

en va de même du greenwashing institutionnel : de plus en plus, les


entreprises communiquent bruyamment sur leurs engagements envi-
ronnementaux annexes à leur cœur de métier afin d’améliorer leur
image, sans pour autant changer leurs pratiques ni donc les impacts
environnementaux de leur production. Enfin, il faut éviter les publicités

45
Définir l’éco-communication

incitant à avoir des comportements non écologiques. Cette notion est


difficile à définir, car en fonction des évolutions sociales, certains gestes
vont peu à peu devenir « inadmissibles », même s’ils ne le sont pas
encore aujourd’hui. Les instances publiques ou les associations de pro-
tection de l’environnement sont de plus en plus réactives sur ce sujet :
elles mettent en place des campagnes de sensibilisation pour faire évo-
luer les comportements qu’elles ne souhaitent pas voir remis en ques-
tion par des publicités véhiculant un discours contraire. Du côté des
consommateurs, le degré de sensibilisation ainsi que l’accroissement
de leurs attentes et de leurs questionnements augmentent également.
Quand la communication leur semble incohérente, ils peuvent être
amenés à jouer un rôle d’aiguillon important qui va accélérer l’ajuste-
ment des démarches des entreprises.

Un nouvel outil d’évaluation : Écopublicité


Une opération d’analyse des impacts environnementaux d’une publicité,
Écopublicité, a été lancée en décembre 2006 par Havas Média et Price-
waterhouse Coopers (PwC), en partenariat avec l’ADEME et le groupe
LVMH.

La genèse du projet Écopublicité


C’est pour permettre à l’entreprise d’intégrer le développement durable
dans ses actions de communication et dans ses décisions en tant
qu’annonceur, mais également d’évaluer son propre impact environne-
mental et sociétal en optimisant, dans le même temps, ses performances
environnementales à travers ses campagnes, que le projet de créer un outil
capable de mesurer cet impact est né. Alice Audouin, responsable du déve-
loppement durable chez Havas Média et initiatrice du concept, explique le
contexte dans lequel le projet autour d’Écopublicité s’est développé. « J’ai
immédiatement vu que pour intégrer le développement durable dans l’achat
d’espaces, il manquait un outil. (…) J’ai imaginé Écopublicité dès ma prise de
fonction, car je pense qu’il est absolument nécessaire pour l’évolution du métier et
l’intégration du développement durable. J’en ai très rapidement parlé à des colla-
borateurs de chez Pricewaterhouse Coopers et Écobilan, qui ont immédiatement
adhéré au projet. Je savais aussi que l’ADEME s’interrogeait également sur la
question du choix des moyens. De même, LVMH, du fait de son excellence et de
sa performance environnementale, avait un périmètre de reporting de développe-
© Groupe Eyrolles

ment durable vraiment extensif, en train d’atteindre des dimensions marketing.


Je subodorais que le prochain périmètre concerné serait la communication et,
qu’en effet, une entreprise performante sur le plan environnemental se poserait
nécessairement la question de cette performance dans toutes ses actions, celles de
communication comprises. »

46
Les publicitaires entrent dans la démarche…

Écopublicité constitue donc un outil qui vise à permettre une mise en


œuvre concrète et mesurable d’une communication responsable du point
de vue des moyens utilisés. La méthodologie choisie pour construire l’outil
Écopublicité est l’analyse de cycle de vie (ACV). La télévision, l’affichage, la
presse écrite, Internet, la radio, les imprimés sans adresse et les mailings
adressés sont analysés. Les indicateurs d’impacts environnementaux éva-
luent les émissions de gaz à effet de serre, la consommation de ressources
non renouvelables, la consommation d’eau, les déchets… Alice Audouin
précise à ce sujet : « Il est vrai qu’à l’échelle d’un communicant, le choix des
moyens ne représente qu’une partie de l’ensemble de ses responsabilités. Mais, en
effet, dans cette catégorie, je pense qu’Écopublicité l’aidera à naviguer sur le plan
environnemental. Il constituera un outil utile à tout communicant désireux de
connaître l’impact environnemental des moyens qu’il utilise, et de les piloter à la
baisse. »

Un projet porté par des partenaires impliqués


L’ADEME et le groupe LVMH, partenaires du projet Écopublicité mené par
PwC/Écobilan et Havas Média, seront les premiers utilisateurs de l’outil
pour tester l’une de leurs campagnes publicitaires. Alexandre Capelli, ingé-
nieur environnement chez LVMH, dévoile les raisons qui ont poussé
l’entreprise de luxe à s’investir dans le projet : « Notre objectif n’est pas de
tout faire à la place de tout le monde, mais de sensibiliser nos collaborateurs pour
que chacun dans son activité puisse intégrer l’environnement au quotidien. Nous
avons rapidement constaté que les métiers liés à la publicité étaient en retard au
sujet de la prise en compte de l’environnement. À cela, plusieurs raisons : un sec-
teur avec des acteurs multiples et variés et des métiers relativement dématériali-
sés qui ont tardé à prendre conscience de leur impact environnemental. Le projet a
tout de suite intéressé le Groupe, la direction environnement comme les équipes
en charge de la publicité. Il colle complètement avec notre volonté d’engagement
collectif, qui demande à tous de prendre en compte l’environnement dans son
métier. C’est également un projet qui répond entièrement à notre exigence de créa-
tivité et d’innovation. C’est encore, je crois, un projet unique au monde. L’enjeu
véritable, c’est que cet outil soit pleinement adopté et intégré dans ce secteur de la
publicité. Si c’est les cas, alors nous aurons véritablement avancé. »

Si cet outil devrait permettre d’évaluer directement l’impact environne-


mental du cycle de vie d’une campagne publicitaire (fabrication, diffusion,
déchets produits, etc.), il pourrait également permettre à tous les profes-
© Groupe Eyrolles

sionnels du marketing et de la communication d’amorcer un pas vers la


démarche de mise en cohérence de leur discours sur le développement
durable avec leurs actes. Alice Audouin rappelle d’ailleurs, à cet effet, que
« d’une certaine façon, agir pour le développement durable, c’est être vertueux :
c’est là une démonstration qu’ont toujours voulu faire les entreprises ».

47
Définir l’éco-communication

Écopublicité se présente en tout cas d’ores et déjà comme un procédé


d’aide à la décision pour les annonceurs et les agences, sur la question du
choix des moyens d’une campagne publicitaire.

Alexandre Capelli,
ingénieur environnement chez LVMH
Comment faire coïncider le développement durable avec l’univers du
luxe ?
Les métiers du luxe ont une obligation de créativité et d’innovation qui
s’appuie sur une tradition de savoir-faire et d’artisanat uniques. Cela
s’inscrit très clairement dans une logique de développement durable.
Par exemple, une majorité de nos produits sont fabriqués en Europe.
Cela permet, d’une part, de maintenir en Europe un tissu industriel
florissant et des compétences pointues, et, d’autre part, de réduire les
étapes de transport liées à la production.
Nous sommes cependant conscients que nous avons toujours des pro-
grès à réaliser, tant au niveau de la production, de la conception des
produits que des relations que nous entretenons avec nos partenaires
(fournisseurs, sous-traitants, etc.). Nous nous situons clairement dans
une démarche d’amélioration continue.

L’adoption d’une démarche de RSE


Autre initiative de cette année 2006 particulièrement riche, le programme
AdWiser, co-initié par ACT Responsible, vise à sensibiliser et à accompa-
gner les acteurs de l’industrie publicitaire. Il s’agit d’inciter les agences de
communication à plus de responsabilité dans les stratégies, les créations et
les dispositifs de communication mis en place pour leurs clients. Comme
on peut aisément l’imaginer, la question de l’éco-responsabilité au sein du
secteur publicitaire ne se limite pas à la problématique des messages publi-
citaires. Un nouvel objectif se développe aujourd’hui, notamment dans les
agences de communication : définir et mesurer les impacts directs (envi-
ronnementaux) et indirects (sociétaux) liés à l’activité du secteur, mettre
en œuvre une démarche aboutie de RSE, enfin améliorer ses performances
en faveur de l’environnement et du développement durable. Comme le
précise Isabelle Desplats, animatrice de la démarche AdWiser, « depuis cinq
ans maintenant, l’organisation ACT Responsible rassemble les campagnes
publicitaires réalisées dans le monde entier sur les grands problèmes de société : le
© Groupe Eyrolles

développement durable et toutes les questions citoyennes, sanitaires, sociales,


écologiques, humanitaires. Ces campagnes sont toutes diffusées sur le site Inter-
net, www.act-responsible.org, véritable source d’inspiration consultable gratuite-
ment. L’organisation participe également chaque année au festival de la pub, fin
juin à Cannes. La démarche AdWiser veut aller plus loin encore en matière de

48
Les publicitaires entrent dans la démarche…

RSE. La question de l’éco-responsabilité dépasse le fait de communiquer sur telle


ou telle problématique sensible. Nous voulons donc contribuer à améliorer le
comportement éco-responsable des agences de communication, à l’échelle fran-
çaise dans un premier temps. Cette idée a été lancée en septembre 2006 par plu-
sieurs experts de la RSE et de la communication réunis en association, avec un
objectif précis : aider les agences à adopter les enjeux du développement durable
pour une autre communication. Intégrer ces enjeux, c’est les comprendre, en voir
le sens et les introduire dans la pratique quotidienne à plusieurs niveaux. Le pre-
mier concerne la stratégie de l’agence : comment peut-elle l’orienter en tenant
compte des enjeux du développement durable à tous les étages de l’entreprise ? Le
second niveau a trait à l’offre de services aux clients : comment les agences vont-
elles aider leurs clients à comprendre ces questions et à prendre le virage ? Le troi-
sième niveau, enfin, concerne les éco-gestes quotidiens à l’intérieur de l’agence ».

Mémo
Voici les questions indispensables à se poser à l’occasion de l’élaboration
d’une stratégie de communication éco-responsable lors de la phase de
création du contenu.

Votre stratégie est-elle pensée sur le long terme ?


 Concevez votre stratégie d’éco-communication par étape, mais sur le
long terme, car les changements de comportement prennent du
temps.
 Portez une attention particulière à la pédagogie de l’éco-
communication : avant d’entrer dans les détails techniques, assurez-
vous que les fondamentaux (enjeux du développement durable
notamment) sont acquis.
 Informez (et informez-vous) continuellement : l’éco-communication
nécessite de faire passer des messages nouveaux et complexes, ce qui
suppose une approche de fond.
 Définissez des indicateurs de perception et de compréhension pour
mesurer l’efficacité de votre éco-communication.
 N’oubliez pas d’évaluer votre stratégie à la fin du projet.
 Anticipez les critiques, quelles qu’elles soient, par rapport à votre
activité : rien n’est jamais acquis en termes de développement dura-
ble.

Vos messages sont-ils crédibles ?


© Groupe Eyrolles

 Faites preuve d’humilité : nous sommes encore tous « multi-


incompétents » face au développement durable.
 Ne communiquez jamais en interne ou en externe sur des résultats
non encore réalisés ni validés.


49
Définir l’éco-communication



 Soyez rigoureux : assurez-vous de pouvoir donner des preuves solides


sur des propos ou des résultats que vous avancez.
 Basez-vous sur des actes significatifs.
 Soyez sincère et jouez la transparence : acceptez de faire savoir que
vous n’êtes pas parfait et reconnaissez les marges de progrès qu’il
vous reste à faire en termes de développement durable.
 Mettez en avant votre démarche d’amélioration continue (si elle existe
bien sûr !). Montrez que votre structure avance, progresse (« Nous
pouvons mieux faire, mais nous nous améliorons tous les jours ! »,
« En deux ans, nous avons réussi à… »).
 Servez-vous d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour étayer vos
propos.

Vos messages sont-ils compréhensibles pour des non-initiés ?


 Adaptez vos messages aux différents publics, car les niveaux de sensi-
bilité et d’implication sont très variables d’un individu ou d’une caté-
gorie socioprofessionnelle à l’autre.
 Privilégiez les mots simples, utilisez les termes techniques avec parci-
monie et expliquez-les dans le message, car le développement durable
n’a jamais été « appris » par l’immense majorité des cibles actuelles (et
n’est pas inné non plus !).
 Rédigez des phrases courtes et concises.
 Utilisez un vocabulaire imagé.
 Favorisez les informations marquantes et les expériences concrètes,
plus facilement mémorisables.
 Trouvez des comparatifs parlants aux nombres dépassant plusieurs
milliers ou millions.
 Étayez vos informations par des dessins, des courbes, des photos ou
des schémas parlants.
 Renforcez le côté éducatif.
 Évitez les tournures cache-misère, soyez précis.
 Laissez de la place à l’humour (pour contrebalancer notamment des
informations « négatives » que l’on a tendance à rejeter inconsciem-
ment) !
© Groupe Eyrolles

Vos messages sont-ils « appropriables » ?


 Le développement durable est encore majoritairement considéré
comme une contrainte à subir, alors que c’est une chance à vivre :
optez pour une communication enthousiaste.


50
Les publicitaires entrent dans la démarche…



 Rappelez-vous que le développement durable est un processus long et


complexe, qu’il nécessite une adhésion réelle du plus grand nombre et
concerne les gestes quotidiens les plus anodins comme les grands pro-
jets de vie, enfin qu’il s’agit de faire émerger « une culture du mieux
vivre ».
 Même pour décrire une réalité parfois douloureuse, essayez de privilé-
gier les côtés positifs (la bouteille n’est pas à moitié vide, mais à moitié
pleine !).
 Favorisez les échanges, l’écoute et le partage d’information : l’éco-
communication est, comme toute bonne communication, à double
sens (« Votre avis nous intéresse, car vous êtes expert de votre milieu
de vie. », « Quelles sont vos attentes ? ») !
 Assurez-vous que vos cibles s’identifient aux messages et aux valeurs
que vous souhaitez véhiculer.
 Ne donnez jamais de leçon de morale ou de jugement de valeur, vous
seriez contre-productif.
 Montrez que chacun d’entre nous a un rôle essentiel, fondamental, à
jouer en faveur d’un monde plus juste et plus respectueux de la pla-
nète.
 L’originalité est indispensable pour faciliter l’appropriation du dévelop-
pement durable, elle permet d’inciter au changement, à agir « autre-
ment ».
 Ouvrez les écoutilles : la plupart des bonnes idées sont à récupérer sur
le terrain.

Vos messages sont-ils porteurs de sens ?


 Considérez qu’avant de s’adresser à un prospect, à un client, à un
électeur, à un collaborateur ou encore à un fournisseur, vos messages
sont avant tout destinés à des êtres humains.
 De même, vos activités ou vos services éco-responsables sont une
affaire d’hommes et de femmes, pas de produits, qui ne sont que la
résultante de modes de pensée et d’action.
 Mettez en avant la notion de responsabilité individuelle et collective
vis-à-vis du développement durable.
 Communiquez sur le fait que vos intentions sont suivies d’actions :
indiquez sur les documents qu’ils ont fait l’objet d’une démarche éco-
responsable (produits et process).
© Groupe Eyrolles

51
Partie

2
Votre projet d’édition
éco-conçu de A à Z

Vous allez réaliser une publication papier (brochure, document, publi-


cité…). Vous avez l’idée du message à faire passer. Reste à définir le support.
Savez-vous que vous avez la possibilité de prendre en compte des critères
écologiques dans la conception même du support ?
Papier, encre, impression, maquette, diffusion et valorisation : à chaque
étape, vous avez les moyens de réaliser un support plus éco-conçu.
En effet, des techniques et des produits sont désormais accessibles sur le
marché, des labels vous permettent d’identifier les bons produits ou les
process de fabrication, enfin des logos vous permettent de mettre en avant
la qualité écologique de votre produit.
Vos projets d’édition constituent une opportunité de valoriser votre savoir-
faire et la cohérence entre vos messages et vos supports. C’est là un facteur
fort de crédibilité auprès de vos différentes cibles.
5

Comment éco-concevoir
un support d’édition ?

Bien entendu, la première des questions réside comme toujours dans l’éva-
luation des besoins : ce projet, vous en aviez envie… mais répond-il réelle-
ment à un besoin ? Vos cibles sont-elles clairement identifiées et l’objectif
du projet est-il explicité ? Une fois l’intérêt du projet validé, vous pouvez
passer aux autres questions.
La place du projet d’édition dans une stratégie de communication éco-res-
ponsable revient à bien choisir son support écrit, à rechercher l’adéquation
entre le message, la cible et l’objectif visé… et à prendre en compte l’envi-
ronnement dès la conception.
Ainsi, pour être efficace, le pilotage de supports d’édition nécessite de
répondre à tout un ensemble de questions :
 quelle est la nature du message ?
 à qui s’adresse-t-il ?
 quel est le niveau d’appropriation du sujet par la cible ?
 quel est l’impact attendu pour le support ?
Votre personnalité en tant qu’émetteur se traduit par une identité visuelle
et des choix graphiques, pensés pour servir votre image, traduire votre
positionnement et votre cœur de métier. La définition d’une charte graphi-
que, la mise en place d’un recueil de normes constituent des actes fonda-
teurs d’une communication imprimée, maîtrisée, efficace et cohérente, qui
© Groupe Eyrolles

donne du sens à vos supports de communication.


En fonction du message et de la cible, vous allez choisir le ton à donner au
support écrit. Le format et la forme du support (style, grammage, choix des
couleurs) vont traduire et refléter le fond et le ton choisis (niveaux de lec-
ture, vocabulaire, illustrations, etc.). L’ensemble doit s’adapter au niveau

55
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

de compréhension et à l’acceptabilité de la cible. Celle-ci doit donc être


bien qualifiée pour vous permettre d’apprécier ses pré-requis, ses préjugés,
son niveau de compréhension, son opinion, ses freins… Pour guider votre
réflexion, demandez-vous :
 combien de documents sont produits en trop grande quantité ?
 combien de documents ne reflètent pas l’image de l’émetteur ?
 combien de documents ne correspondent pas aux codes de lecture de
la cible ?
 combien de fois édite-t-on un support papier que l’on pourrait dématé-
rialiser sur Internet ?

Dès la phase de conception, vos choix détermineront une grande partie de


la qualité environnementale du projet. Il est donc important de faire des
choix de conception en ayant à l’esprit les conséquences environnementa-
les qui en résulteront à chaque étape de la vie du produit et en favorisant
une logique de « juste nécessaire » et de sobriété.

En effet, tout au long de leur processus de fabrication et de distribution, les


imprimés sont consommateurs de ressources et sources d’impacts sur
l’environnement.

Le recours à des produits écolabellisés, à du papier recyclé ou issu de forêts


gérées durablement ou encore à des encres végétales, etc., ne doit pas faire
oublier les impératifs de maîtrise des volumes pour aller vers un engage-
ment dans une réelle éco-responsabilité. Il est donc important d’apprécier si
la communication par l’édition en masse ne peut pas être réduite par une
meilleure convergence des moyens et des supports de communication.

Bien choisir son support :


document papier ou électronique ?
De l’écrit à l’écran, il n’y a qu’un pas à franchir vers la dématérialisation
des supports. Vous devez inscrire le choix du papier ou de la dématérialisa-
tion de votre support dans le souci de réduire les conséquences environne-
mentales sans pour autant négliger les impératifs d’efficacité qu’impose le
couple cible/message.

Si vous choisissez d’inscrire le choix de votre support technique dans une


logique de « juste nécessaire » et de sobriété, il n’est pas impossible
© Groupe Eyrolles

d’orienter votre choix vers Internet ou un CD-rom. En effet, les supports


papiers, les supports numériques, les nouvelles technologies de l’informa-
tion et de la communication (NTIC) n’ont pas les mêmes impacts environ-
nementaux en matière de consommation d’énergie, de consommation et
de pollution de l’eau, de l’air, etc.

56
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

Les supports papier


La qualité écologique d’un papier s’appuie notamment sur deux caracté-
ristiques : l’origine des matières premières et la fabrication du papier.

L’origine des matières premières


D’un point de vue environnemental, on privilégiera des fibres recyclées ou
vierges issues de forêts gérées durablement (labels FSC ou PEFC). Il ne s’agit
pas d’imposer un dogme qui impliquerait le tout recyclé. Toutefois, pour la
réalisation de certains documents, il existe un risque de conflit d’image et
d’incompréhension du public si l’on n’utilise pas du papier recyclé. Ainsi,
comment une collectivité peut-elle inviter ses administrés à trier leurs
déchets si elle-même n’imprime pas ses guides de tri sur du papier recyclé ?
En achetant des produits recyclés, vous contribuez aux débouchés écono-
miques des filières de recyclage et permettez que des tonnes de déchets ser-
vent de matière première pour fabriquer de nouveaux produits au lieu de
terminer leur cycle dans une décharge ou dans un incinérateur. Vous devez
intégrer l’idée que pour rendre le recyclage efficace, il faut à la fois conce-
voir des produits recyclables et inciter au respect des consignes de tri pour
une réutilisation industrielle. La logique est la suivante : concevoir des
produits recyclables, les recycler… et acheter des produits contenant du
recyclé. Ainsi, la boucle est bouclée.
Il existe encore beaucoup de confusion dans l’esprit du public au sujet des
papiers. Papier vierge ne signifie pas automatiquement « déforestation » et
papier recyclé n’est pas synonyme de « sauvegarde » de la forêt. En effet,
sous nos latitudes, la gestion économique et écologique de la forêt impli-
que l’existence de débouchés pour pouvoir pratiquer des coupes d’éclair-
cies et gérer les déchets d’exploitation. Les papetiers constituent justement
l’une de ces filières et permettent donc de gérer économiquement et écolo-
giquement ces forêts. En France, le bois utilisé par l’industrie papetière est
constitué à 70 % de bois rond (bois de coupes d’éclaircies) et à 30 % de
déchets de bois (racines, feuilles, écorce, etc.). Cet équilibre des besoins
supporte la filière de production de bois d’œuvre (mobilier, charpentes,
etc.).

La fabrication du papier
Qu’il s’agisse de papier vierge ou recyclé, sa fabrication est à l’origine
d’impacts environnementaux en matière de consommation d’énergie et
d’eau, de pollution de l’air et de l’eau, etc. Ainsi, l’industrie papetière fait
© Groupe Eyrolles

partie des cinq activités économiques consommant le plus d’énergie au


niveau mondial. La fabrication d’une feuille de papier A4 (80 g/m2) néces-
site environ 10 Wh… soit l’équivalent de près de dix minutes d’éclairage
avec une ampoule de 60 watts ! La fabrication d’une tonne de papier, elle,
nécessite environ 2 à 5 MWh.

57
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Les services administratifs français utilisent environ 100 kg de papier


par an et par poste de travail ! Quand on sait que le papier recyclé
nécessite dix fois moins d’eau et cinq fois moins d’énergie (renouvela-
bles et non renouvelables) que le papier vierge, il est facile d’imaginer
les économies pouvant être générées par le recours au papier recyclé.
Source : ADEME

Toutefois, de nombreuses papeteries s’engagent désormais, en complé-


ment d’une réglementation exigeante (variable selon les pays), dans une
démarche volontaire de gestion de l’environnement sur leurs sites de pro-
duction (écolabel européen d’une part, normes ISO 14 001, EMAS, d’autre
part, etc.), qui permet de mieux maîtriser leurs impacts environnemen-
taux.

Les supports numériques


Comment profiter des solutions offertes par Internet
et les Cd-roms ?
La dématérialisation d’un document consiste à passer d’un support
imprimé à un format électronique. Il doit pour autant être accompagné
d’une réflexion globale sur l’amélioration environnementale apportée
pour éviter les transferts de pollution ! L’avènement du Web 2.0 permet de
concilier la pertinence de vos investissements dans le média Internet pour
toucher votre cible d’internautes bien définie tout en réduisant la consom-
mation de ressources naturelles.
Si vous envisagez de faire une version électronique de votre document sur
Internet — en ligne (html) ou téléchargeable — ou sur Cd-rom, vous limi-
terez les impacts environnementaux liés à l’impression (consommation de
papier, d’encre). Cette diffusion via la Toile d’informations pratiques sous
une forme interactive et ludique facilite l’accès à l’information en quel-
ques clics, tout en réduisant la diffusion d’exemplaires « papier ».
Mais, pour multiplier au maximum les chances que ces alternatives soient
synonymes d’un « mieux » environnemental, il faut notamment chercher
à tenir compte des futures impressions papier qui pourront être réalisées
par chacun des internautes (cf. les impressions bureau).
© Groupe Eyrolles

Des gestes simples pour garantir un « mieux » environnemental


– Réaliser une rédaction et une mise en page favorables à la lecture à
l’écran afin d’éviter les impressions (faire tenir les informations sur
un seul écran, quel que soit le type de moniteur).

58
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

– Proposer un « format impression » en pièce jointe, mis en page spé-


cifiquement pour limiter les consommations d’encre et de papier
(impression noir et blanc possible, fond blanc/limitation des aplats ;
mise en page optimisée « aérer mais pas trop » ; séparation des dif-
férentes parties pour éviter les impressions intégrales systémati-
ques).
– Inciter à l’impression recto verso, voire, si la lisibilité le permet, au
« 2 pages par feuille », en écrivant en bas de page une phrase du
type « n’imprimer que si nécessaire ».
– Tenir compte du niveau d’équipement de vos cibles, professionnel-
les ou grand public et adapter la conception de votre projet afin de
ne pas restreindre l’accessibilité à des ordinateurs/applications de
dernière génération.
– Prendre en compte les préconisations existantes pour les personnes
handicapées1.

Si vous souhaitez vous protéger du plagiat des versions électroniques, de


nombreuses solutions existent, notamment au niveau du format d’enregis-
trement (format protégé, pdf, etc.).

Économiser de la matière première grâce au Cd-rom


Un seul Cd-rom peut contenir autant d’information que 500 kg de papier
imprimé ! Le choix de ce moyen numérique peut donc représenter une
économie intéressante de matière première. Cependant, on utilise rare-
ment l’intégralité de la capacité d’un Cd-rom, qui génère également des
impacts environnementaux :
 consommation de matières premières (90 % de polycarbonate) ;
 consommation d’énergie (il est recouvert d’aluminium, de vernis et de
colorants qui ont des impacts sur l’eau, l’air, le sol, etc.) ;
 production de déchets une fois le Cd-rom utilisé.

Cependant, notez que l’élimination des Cd-roms avec les déchets ména-
gers (enfouissement, incinération) ne soulève pas de problèmes techniques
ni ne cause de pollution particulière.

À défaut de règles simples permettant de définir à partir de quel ratio le


bilan environnemental de la substitution d’un document papier par un
Cd-rom est avantageux, retenez que cette opération devrait être envisagée
© Groupe Eyrolles

pour des documents volumineux, en gardant toujours à l’esprit quelques


bons réflexes (outre la prise en compte des impressions bureau).

1. Informations sur www.w3.org/WAI/wai-fr.

59
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Comment optimiser le choix du Cd-rom ?


Vous pouvez adapter sa capacité et sa taille au « poids électronique » de
votre document : un Cd-rom classique rond pèse 700 Mo, un petit modèle
rond équivaut à 180 Mo, enfin un CD format carte de visite est égal à 40 Mo.
Il existe également différentes formes de Cd-rom (ronde, carrée, etc.). Atten-
tion, les formats autres que ronds peuvent présenter des problèmes de com-
patibilité avec certains lecteurs, pour les équipements les plus anciens.

Le choix de petits Cd-roms vous permettra d’optimiser la logistique


d’un point de vue économique et environnemental : augmentation du
nombre de CD par carton, optimisation des colis, des transports, etc.

Vous pouvez également adapter l’emballage (pochette) pour éviter les


« suremballages »… Il existe différents types de pochettes pour les Cd-
roms : formats variés (carré ou rectangulaire, épaisseur variable) et maté-
riaux divers (plastique, carton, etc.). L’optimisation de la taille des Cd-
roms et/ou de l’épaisseur des pochettes permet de limiter la production de
déchets et d’obtenir des gains en cascade sur la logistique de diffusion des
Cd-roms (transports, stocks) : ainsi, en choisissant des pochettes à tranche
fine (plastique ou carton), il est possible de multiplier par cinq le nombre
de Cd-rom mis dans un même carton… et de réduire proportionnellement
le nombre de camions !
Le visuel et le tableau suivants démontrent tout l’intérêt d’adapter l’embal-
lage pochette des Cd-roms…

© Groupe Eyrolles

Source : ADEME

60
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

Masse emballage Volume


1 CD carton plat 1 exemplaire = 7 g 1
1 CD plastique plat Six fois plus lourd (44 g) Trois fois plus volumineux
1 CD plastique « classique » Dix fois plus lourd (71 g) Cinq fois plus volumineux

Combiner les documents papier et électronique


Il est également possible d’envisager la combinaison des deux supports
avec un résumé sur papier et une version complète électronique (Cd-rom
ou Internet). Cette alternative est particulièrement intéressante pour des
documents volumineux dont le lecteur pourrait ne s’intéresser qu’à certai-
nes parties.

Ainsi, l’ADEME a publié les résultats d’une étude sur le « Bilan environne-
mental des connaissances ACV des filières de recyclage ». Cette étude fait
plusieurs centaines de pages. Mais seule la synthèse de l’étude a été publiée
en format papier sous forme de données de référence et tirée à trois mille
exemplaires. Les données techniques spécifiques à chacune des différentes
filières de recyclage sont, elles, consultables sur le site Internet de l’Agence
auquel le document « papier » fait référence.

Concilier choix du format


et respect des exigences environnementales
Comment bien adapter le choix du format au message et à la cible tout en
respectant des critères d’éco-conception ? En effet, pourquoi privilégier un
format standard ? Si vous choisissez ce type de format (A4, A5, etc.), vous
pouvez réduire les rognes dues à la coupe des massicots et par conséquent
la consommation de papier. Vous avez donc tout intérêt à expliquer votre
souhait d’être plus éco-responsable dans la conception de vos supports
tant auprès de votre « graphiste concepteur » qu’auprès de votre impri-
meur. Ces professionnels vous permettront de choisir les formats les
moins coûteux en papier et de maîtriser l’impact environnemental de vos
supports.

Votre demande de devis doit être accompagnée d’une vérification par


l’imprimeur des conséquences sur le nombre de chutes du choix du format
pour discuter avec lui du modèle le mieux adapté à son parc machines.
Vous pouvez toujours, à partir d’un format standard, obtenir quelques
© Groupe Eyrolles

millimètres, voire quelques centimètres de plus, tout en respectant vos


souhaits. Si le parc machines de l’imprimeur pressenti n’est pas adapté, le
choix d’un autre professionnel, mieux équipé pour réaliser votre docu-
ment, s’impose donc. Les spécialistes de l’imprimerie sont d’excellent
conseil dans ce domaine, car ils savent mieux que quiconque qu’avec un

61
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

format mal adapté, leurs devis seront excessifs comparés à ceux de leurs
confrères. Il en va donc aussi de leur crédibilité commerciale autant que
technique.

La fabrication de chemises pour insérer ensuite des fiches est généra-


trice de chutes, du fait de la présence de rabats, en particulier si ceux-ci
ont des formes arrondies ou très créatives.
Si toutefois la nécessité d’une chemise s’impose, deux éléments devront
être considérés :
– la réutilisation ;
– la robustesse du matériau.
La première option sera privilégiée en optant par exemple pour les
chemises transparentes en plastique dans lesquelles on glisse un
« facing » ou pour des chemises cartonnées sur lesquelles les informa-
tions ne sont pas trop ciblées ou datées.
Concernant la robustesse du matériau, l’élément le plus déterminant
semble être la définition d’un grammage adapté à l’utilisation
envisagée : la chemise doit supporter à la fois le transport et les mani-
pulations sans s’abîmer ni être nécessairement trop lourde.

Si vous choisissez le bon format dès la conception, vous optimiserez la


diffusion de vos produits d’édition auprès de vos cibles. Les formats
« standard » vous permettront en particulier d’utiliser par exemple des
enveloppes sur stock, des cartons de taille standard et donc des palettes
adaptées au transport. Dans tous les cas, ne vous privez pas d’innover : un
système d’encoches peut vous permettre par exemple de caler des fiches
dans la chemise sans avoir recours à des rabats. En résumé : créez, imagi-
nez… mais rationalisez avant tout !
Vous constaterez que la forme (taille, volume), la masse ou la robustesse
d’un support de communication ont un impact environnemental impor-
tant, en particulier lorsqu’on arrive au dernier stade de la diffusion. Mal-
heureusement, ce constat se fait souvent trop tard. Toutefois, vous pouvez
mener en amont un travail de réflexion en vous appuyant sur trois para-
mètres qui doivent toujours être pris en compte dès la conception d’un
support.
Ainsi, le volume implique l’utilisation d’emballages, eux aussi, plus volu-
mineux. Par voie de conséquence, le transport est plus cher et entraîne une
© Groupe Eyrolles

consommation d’énergie plus importante avec, au final, un surcroît de


pollution.
Par ailleurs, le poids entraîne une plus grande consommation d’énergie
pour le transport (poids lourds, transbordements, manutention, livraison
par camionnettes sur plusieurs sites).

62
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

Enfin, un produit fragilisé par une trop grande réduction de son grammage
ou par un format fantaisiste implique à l’inverse l’utilisation d’emballages
plus robustes, plus nombreux et donc, peut-être, un accroissement global
de la consommation de matières premières et donc de déchets au final…
Par exemple, le choix de réaliser un document sous forme de classeur peut
entraîner l’utilisation d’un emballage complexe pour pouvoir le stocker et
l’envoyer sans dommage.

Source : ADEME

Optimiser votre mise en page


Comment allier efficacité du message, facilité de lecture et optimisation
environnementale ? La conception rédaction d’un support de communi-
cation est un exercice alliant rationalité et créativité. Vous devez à la fois
adopter le bon vocabulaire et choisir une esthétique qui transmette un
message reflétant votre image et permettant d’atteindre le récepteur. Mais
vous pouvez aussi concilier l’efficacité de votre message et le respect de
l’environnement au profit d’une communication plus éco-responsable.
L’époque où d’immenses « blancs » de respiration ou des pages totalement
blanches étaient recommandés est révolue. À part quelques supports ou
revues privilégiant l’esthétisme et la plastique pour diffuser un message de
prestige, l’heure est au réalisme. Ainsi, la ligne directrice « aérer mais pas
trop » est de plus en plus admise comme une constante.
Vous adopterez par conséquent une meilleure conception générale de
l’ensemble des supports. Les pages blanches en ouverture restent certes
courantes dans certains produits d’édition (catalogue, rapport, plaquette
institutionnelle, livre, etc.). Mais vous pouvez concevoir la plupart de vos
© Groupe Eyrolles

autres supports de communication dans le respect d’une gestion plus


rigoureuse de l’espace.
À cet égard, n’hésitez pas à intégrer cette réflexion au nombre de cahiers
qui composeront votre support dès sa conception. En général, l’impression
se fait à partir de cahiers de huit ou de seize pages. Mais vous devez appré-

63
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

cier avec précision le volume et donc le calibrage du document pour ne pas


vous voir imposer un nombre de pages uniquement induit par le nombre
de cahiers. Un calibrage approximatif explique souvent la présence de
pages à demi blanches, de pages bouche-trous ou de maquettes inconsidé-
rément aérées, uniquement pour respecter le nombre de cahiers prévus.

Il suffit parfois de faire courir le texte sur une troisième de couverture


pour éviter l’ajout de quatre pages supplémentaires. Une telle démar-
che permet de faire des économies tout en réduisant l’impact environ-
nemental au cours de sa fabrication.

Vous pouvez enfin optimiser la maquette en appréciant la bonne largeur


de marge avec votre prestataire. Passer d’une marge de 1,5 à 2,5 cm peut
entraîner la consommation d’une page de plus toutes les six pages !

Faire des choix graphiques économes


La question du nombre de couleurs
Une, deux ou quatre couleurs ?
Monochromie, bichromie ou quadrichromie ? Cinquième ou sixième cou-
leur, voire davantage pour certains secteurs très exigeants comme l’indus-
trie du luxe ?
Selon les types de documents, les publics ciblés, la nature du produit à pro-
mouvoir, des arbitrages s’imposent entre le tout quadri systématique et le
recours à la monochromie ou à la bichromie. À ce sujet, il faut tordre le
coup à l’idée reçue selon laquelle un document en une couleur fait
« cheap », pour reprendre l’expression consacrée. L’utilisation d’une cou-
leur élégante, impactante, séduisante, aura parfois une plus grande force
auprès de la cible qu’un produit débordant de quadrichromie sans réelle
justification. L’époque où la couleur unique, le plus souvent limitée au
noir, était qualifiée de ringarde, est révolue. Désormais, on sait faire beau
et sobre en une seule couleur.

Les principes techniques des couleurs


Le procédé offset quadrichromie correspond à quatre types d’encres et a
priori plus de consommables et de plaques d’impression. En revanche, il
© Groupe Eyrolles

présente l’avantage de proposer à partir de quatre couleurs de base un vaste


panel de teintes. Cela permet donc une optimisation de la gestion des
stocks d’encres (quatre références seulement) et limite les opérations de
nettoyage (pas besoin d’effectuer un nettoyage complet entre deux cycles
de production).

64
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

À l’inverse, les procédés offset en bichromie et en monochromie nécessi-


tent, eux, de changer les encres utilisées pour chaque cycle de production
afin d’obtenir les couleurs souhaitées. Cela impose d’avoir un stock
d’encres plus vaste pour couvrir l’ensemble de la gamme chromatique.
Ceci génère des problèmes de stockage, de rotation, de péremption et de
maintenance. En outre, il est obligatoire d’effectuer un nettoyage complet
entre deux impressions afin d’éviter tout mélange intempestif des encres.
Un simple filet de noir oublié dans un encrier ou sur un blanchet peut alté-
rer un début d’impression ou, au minimum, allonger le temps de calage.

De manière générale, lors de la conception d’un document, choisissez


des couleurs composées à partir d’une ou de plusieurs des couleurs de
base de la quadrichromie (cyan, magenta, jaune et noir). Évitez les
couleurs à « effet métallique » (par exemple, un Pantone métallique)
qui nécessitent l’emploi d’encres auxquelles sont ajoutés des métaux.

Maîtriser la consommation d’encre


Par vos choix graphiques, vous pouvez limiter les quantités d’encre utili-
sées en restant simplement vigilant sur l’utilisation des parties largement
ou excessivement encrées (titres, encadrés, aplats, fonds, etc.). Vous agissez
ainsi directement sur les impacts environnementaux liés aux encres et à
leur utilisation. Une page de texte sans titres ni encadrés et réalisée selon
une mise en page standard, en respectant un interlignage simple, équivau-
dra à 1/10e de sa surface encrée (et donc 9/10e de blanc). Par exemple, voici
ce que représente une proportion de surface imprimée de 10 %.

Source : ADEME

Cette illustration permet de souligner que l’impression d’une page riche en


gros titres et en aplats (fonds colorés) revient à imprimer une deuxième
© Groupe Eyrolles

page de texte. Cette remarque vaut surtout pour les documents à vocation
commerciale affichée, qui font souvent une consommation outrancière de
quadri et d’aplats. Ils s’inscrivent dans une démarche publicitaire qui con-
siste à marquer pour convaincre sans toujours obtenir l’effet escompté !
Or, la surconsommation d’encre qui en résulte est énorme. Avant de faire

65
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

un tel choix graphique ou de vous le laisser imposer, soyez bien averti de


ses conséquences. En résumé, limiter le recours aux aplats, c’est atteindre
un bénéfice immédiat… et futur si l’on prend en compte d’éventuelles
photocopies de ce document. Comme le montre le visuel suivant, une
simple inversion de couleurs suffit parfois à éviter les aplats.

Source : ADEME

Et si vous devez choisir entre deux pochettes, préférez le modèle


« naturel » sans aplats, plutôt que la version colorée avec des aplats bleus…

Source : ADEME

Les matériaux teintés dans la masse (papier, carton de couleur, etc.)


présentent le même type de problèmes environnementaux que ceux
liés à la réalisation d’aplats. Leur utilisation ne constitue donc pas une
solution de remplacement aux aplats.

Vous pouvez aussi choisir d’utiliser des encres plus respectueuses de l’envi-
ronnement (voir p. 84 le paragraphe consacré au choix des encres). Gardez
néanmoins à l’esprit que le bénéfice environnemental obtenu via le
recours à des encres plus respectueuses de l’environnement se trouvera
compromis si vous décuplez la quantité d’encre utilisée du fait d’un mau-
© Groupe Eyrolles

vais choix graphique.


Si vous ne pouvez pas éviter les aplats, il existe cependant un moyen d’en
limiter l’impact : réduire les surfaces concernées ainsi que la densité de la
couleur. Une densité à 100 % est-elle forcément nécessaire ? Ne peut-on la
remplacer par un dégradé à 20 ou 30 % ?

66
Comment éco-concevoir un support d’édition ?

Check-list

Comment concevoir votre document ?


✔ PRÉFÉREZ des supports papiers éco-labellisés ou à défaut recyclés ou
issus de forêts gérées durablement, au grammage optimisé et au bon
format.
✔ RÉDUISEZ autant que possible le format du document, évitez les inter-
lignages surdimensionnés et supprimez les espaces vides superflus.
✔ LIMITEZ la densité des aplats et évitez les effets spéciaux et les pellicu-
lages quand un simple vernis peut suffire !
✔ VALORISEZ votre démarche éco-responsable dans le respect des
recommandations de la norme ISO 14 021 en précisant sur vos publi-
cations les efforts réalisés tels que : « Imprimé sur du papier certifié
écolabel européen » ou « Imprimé sur du papier 100 % recyclé ».
© Groupe Eyrolles

67
6

Comment réaliser une édition


éco-responsable ?

Vous avez franchi l’étape de la conception de votre support en respectant


les principes de l’éco-conception. La cohérence de vos messages engagés
doit être renforcée par la qualité de votre démarche éco-responsable. Elle
ne doit pas pouvoir être prise en défaut, sinon c’est l’ensemble de votre
politique de communication qui risque d’être critiquée.

Choisir un imprimeur
Votre choix d’un imprimeur qualifié dans la prise en compte des enjeux
environnementaux est déterminant pour aboutir à une réalisation dont
vous maîtriserez l’impact environnemental.

Ainsi, impression durable©, imprimerie qui emploie une trentaine de sala-


riés à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a résolument ancré sa communica-
tion dans une démarche d’éco-développement. « Une véritable prise de
conscience plus qu’une stratégie d’entreprise », assure François Tavard, direc-
teur du développement de cette PME quadragénaire. Il propose en outre des
conseils pour aider les donneurs d’ordre à trouver le « bon imprimeur ». « Il
faut rechercher le professionnel qui a le plus faible impact sur le réchauffement
climatique. Comment le trouver ? Il faut prendre un imprimeur avec la marque
© Groupe Eyrolles

Imprim’Vert ou qui réponde à la norme ISO 14 001. Ils se comptent encore sur les
doigts d’une main. Le must, c’est l’imprimeur qui présente un bilan carbone neu-
tre. Mais impression durable© doit être aujourd’hui la seule imprimerie concernée
en France. Il faut évidemment, lorsque c’est possible pour le client, utiliser du
papier recyclé et des encres sans solvant minéral. Mais on peut aussi optimiser le

69
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

cahier des charges, par exemple en utilisant dans l’imprimerie des énergies renou-
velables, en vérifiant le taux d’alcool de la solution mouillage ou encore en limi-
tant les livraisons par camion. »

En clair, votre sélection d’un prestataire, imprimeur ou reprographe, peut


notamment porter sur les caractéristiques environnementales suivantes :
 qualité écologique du papier ;
 qualité écologique des encres et des produits associés ;
 utilisation de technologies permettant de limiter le recours aux subs-
tances chimiques ;
 gestion des déchets dangereux de l’imprimerie.

Imprimeurs, que proposer à vos clients ?

– Préférez les impressions à encres végétales (pour réduire l’utilisa-


tion de ressources non renouvelables pétrochimiques) ou les encres
à l’eau (pour limiter l’usage des solvants).

– Réduisez les impacts liés aux étapes d’impression : adoptez la tech-


nique CTP1 qui transfère directement les informations sous forme
numérique.

Deux démarches distinctes


Il est important de ne pas confondre « approche site » et « approche pro-
duit ». Ces deux démarches sont complémentaires, mais n’apportent pas
les mêmes informations. Si la première se base sur des obligations de
moyens et de poursuite de résultats fixés par l’entreprise elle-même, la
démarche « produit », elle, se concentre sur des objectifs de résultats, spéci-
fiquement rapportés au produit et faisant fréquemment l’objet de référen-
tiels reconnus et communs au secteur (par exemple, un règlement
d’écolabels officiels).

Pour le papier, le fait qu’un fabricant ait adopté une démarche de manage-
ment environnemental de son site (par exemple certifié ISO 14 001 ou
EMAS) constitue bien entendu une chose positive puisque cela informe de
la mise en place d’une démarche de progrès et de gestion des principaux
impacts environnementaux du site de fabrication et a priori du respect de
© Groupe Eyrolles

la réglementation en la matière. Cela n’apporte pas à l’acheteur de papier


d’informations sur des résultats quantifiés quant aux performances en

1. Computer to plate ; voir la définition dans le glossaire (p. 169).

70
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

termes de consommation d’énergie, de consommation d’eau, d’utilisation


de telles ou telles substances, d’utilisation de matières premières vierges ou
recyclées… C’est ce que vise une approche « produit ».
Par ailleurs, le fait qu’un imprimeur développe une démarche environne-
mentale « site » (par exemple certifiée ISO 14 001 ou EMAS) de son impri-
merie représente naturellement là aussi un point positif. Cela apporte
quelques garanties, notamment sur le respect de la réglementation et donc
a priori sur un certain nombre d’enjeux environnementaux de ce secteur,
comme la gestion des déchets dangereux, les émissions de COV, les émis-
sions dans l’eau… Mais cette démarche ne vous apporte pas de garantie sur
la qualité écologique des encres, du papier, etc. Ces différences expliquent
qu’il ne soit pas pertinent d’apposer sur les produits des déclarations relati-
ves au management environnemental des sites.

La marque Imprim’Vert : une garantie


Cette démarche environnementale, qui concerne purement la gestion des
déchets dangereux dans les imprimeries, reprend essentiellement des élé-
ments réglementaires. En effet, les exigences de la marque Imprim’Vert
portent sur l’élimination des déchets dangereux, conformément à la régle-
mentation, et sur la sécurisation des stockages de produits et de déchets
liquides dangereux. Elle incite également à la substitution des produits
portant un étiquetage de danger par des produits moins nocifs pour l’envi-
ronnement et la santé. Elle ne fait pas partie des éléments à communiquer
sur vos produits (approche « site » et non « produit »). Toutefois, cela peut
constituer un aspect déterminant lors de la consultation et du choix de
l’imprimeur. Ainsi, à titre d’exemple, la liste des prestataires Imprim’Vert
est mise à jour régionalement par le comité d’attribution de la marque
Imprim’Vert. Cet organe est généralement piloté par la Chambre régionale
de commerce et d’Industrie ou par la chambre des métiers.

Interview de Marina Courtillon, chargée de clientèle chez


Anquetil Imprimerie
Votre entreprise trentenaire, implantée dans plusieurs sites en Nor-
mandie, a été le premier imprimeur labellisé Imprim’Vert dans cette
région : comment avez-vous fait passer le message éco-citoyen ?
Il y a eu une prise de conscience générale, sans doute liée au réchauf-
fement climatique. Aujourd’hui, concrètement, nos clients qui se sen-
© Groupe Eyrolles

tent concernés sont ravis de constater que leur imprimeur, dans une
industrie réputée polluante, a accompagné le mouvement. Ils sont
prêts et nous aussi. Chez les institutionnels en revanche, la prise de
conscience a été plus rapide parce que l’ADEME a mené là un gros
travail de fond. Et cela a fait avancer la prise de conscience générale.

71
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Le résultat est là. Désormais, nous imprimons très fréquemment sur


du papier recyclé, ce qui pose un autre problème : le risque d’unifor-
misation des supports ! Et dans quelques mois, d’autres imprimeurs
de la région seront certainement Imprim’Vert.

Les différents types de papiers écologiques


Concernant le papier, le marché de l’imprimerie se partage entre des pro-
fessionnels utilisant des feuilles de différents formats et ceux recourant à
des bobines, elles aussi de largeurs variées. Pour vous, tout le travail con-
siste à choisir un imprimeur en fonction de votre format de document (ou
l’inverse). En optimisant son format, on maîtrise les frais financiers bien
sûr, mais également les coûts pour l’environnement. Vous devez donc
rechercher l’adéquation entre ce que vous souhaitez réaliser et ce que les
imprimeurs proposent en fonction des contraintes de leur parc machines
et de votre degré d’implication dans l’éco-responsabilité.

Comment choisir votre imprimeur ?

– Favorisez des professionnels présentant des garanties environne-


mentales : qualité écologique du papier, des encres et des produits
associés, limitation du recours aux substances chimiques.

– Préférez des imprimeurs titulaires de la marque Imprim’Vert, garan-


tissant l’élimination des déchets dangereux, conformément à la
réglementation, ainsi que la sécurisation des stockages de produits
liquides dangereux.

Vous aurez aussi besoin, une fois l’impression réalisée, de façonner (plier et
découper) ces feuilles ou ce papier bobine pour obtenir le format final sou-
haité pour votre document. Selon les formats (choisis lors de la concep-
tion), les chutes d’impression, appelées rognes, résultant du façonnage,
seront plus ou moins importantes. Ces chutes sont, il est vrai, récupérées
puis recyclées. Recycler les rognes, c’est bien… éviter d’en avoir trop, c’est
mieux !
© Groupe Eyrolles

L’introduction de l’informatique dans l’imprimerie, l’usage du procédé


CTP et l’amélioration technique des presses ont largement diminué le
temps de calage, qui désigne la période pendant laquelle l’imprimeur règle
sa presse pour parvenir à un résultat de bonne qualité. Moins de temps,
moins de gâchis de papier : un bénéfice pour tout le monde.

72
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Interview de Marie Laporte,


présidente de l’imprimerie Caractère

Comment, en termes d’actions et d’initiatives concrètes, avez-vous inté-


gré cette démarche de développement durable dans votre activité ?

Avec l’obtention de la certification ISO 9 001 en 1997, nous sommes


entrés dans un processus d’amélioration continue du système de mana-
gement qualité et produits et avons franchi plusieurs étapes significati-
ves. L’entreprise est certifiée ISO 14 001 depuis un an et demi ; ensuite
nous avons obtenu le label Imprim’Vert.

Puis, j’ai fait une recherche en matière de papiers, afin de proposer à


nos clients une éco-production complète. Je me suis donc penchée sur
la question du papier issu de forêts gérées durablement sous les labels
FSC et PEFC. À partir de juillet 2006, j’ai commencé à travailler avec
un fabricant français, Condat, qui nous livre du papier labellisé PEFC.
C’est alors que nous avons pu donner une information cohérente sur
les papiers que nous utilisons, à la fois en matière d’empreinte écolo-
gique et de transport, car notre papier vient de la Dordogne, à deux
heures de route.

Comment vos clients perçoivent-ils généralement votre démarche ?


Comment parvenez-vous à les y sensibiliser ?

Dans le secteur de l’imprimerie, notre démarche est, depuis toujours,


très atypique. En fait, nous sommes toujours prêts à nous engager
dans des innovations qui apportent une valeur ajoutée à nos clients.
C’est-à-dire que nous sommes en permanence attentifs à un dévelop-
pement qui leur apporte davantage, sur le plan du conseil, de
l’accompagnement, de l’éthique, et plus prosaïquement, sur le plan
de l’optimisation des coûts de transports, de conditionnement, mais
également de qualité. Aussi, nos clients ont trouvé notre démarche
tout à fait naturelle, dans la mesure où elle est cohérente avec notre
façon habituelle de procéder.

Quels sont vos projets futurs pour vous impliquer encore davantage
dans cette démarche ?

Je suis actuellement en train de rédiger le premier rapport « Dévelop-


pement durable » de Caractère. Nous avons déjà imprimé une pla-
quette qui fait pratiquement référence en la matière. Le but était
d’avoir une vraie cohérence dans l’information et de faire en sorte que
© Groupe Eyrolles

ce document soit à la fois pérenne et consensuel pour tous les orga-


nismes cités. D’un point de vue personnel, je me suis impliquée à fond
dans cette démarche, car c’est un domaine qui me passionne. Ainsi,

73
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

avec le Comité 211, je travaille dans la cellule de réflexion « marketing


responsable ». D’autre part, je travaille avec le PEFC France, pour
l’expertise et l’échange d’informations. Nous organisons également
des petits-déjeuners « Développement durable » à l’intention des
clients et des prospects de Caractère. Leur but : proposer régulière-
ment de l’information. Notre démarche de développement durable
nous a en outre engagés dans une démarche de RSE, ce qui nous a
incités à nous engager auprès du Global Compact de l’ONU2, afin d’y
adhérer. Enfin, nous travaillons au montage d’un réseau d’informa-
tions entre nos clients, nos prospects et les personnes intéressées, afin
de créer un flux permanent d’informations et d’échanges.

Intégrer les préoccupations environnementales


aux appels d’offres

Le cahier des charges


Dans le respect des règles habituelles imposées à chacun en termes de pro-
cédures d’achats, vous chercherez à intégrer les considérations environne-
mentales lors de consultations de prestataires ou d’appels d’offres.

Le cas particulier des marchés publics


Si le Code des marchés publics est périodiquement amené à évoluer (les
dernières modifications datent du décret du 1er août 2006 portant Code
des marchés publics, publié au Journal Officiel du 4 août 2006), notons
que ces derniers changements sont toujours allés dans le sens d’une plus
forte prise en compte des préoccupations environnementales, dans un
contexte européen encore plus volontariste. L’acheteur peut donc intégrer
des caractéristiques environnementales sans être discriminatoire, pour
autant qu’il le fasse dans le respect des principes généraux posés par le
Code des marchés publics, à savoir : la liberté d’accès à la commande
publique, l’égalité de traitement des candidats et la transparence des pro-
cédures.
© Groupe Eyrolles

1. Le Comité français pour l’environnement et le développement durable est une associa-


tion créée en 1995 pour faire vivre en France l’Agenda 21.
2. Global Compact : le Pacte Mondial désigne une initiative internationale rassemblant les
entreprises et les organisations des Nations Unies, le monde du travail et la société civile
autour de dix principes universels relatifs aux droits de l’Homme, aux normes du travail, à
l’environnement et à la lutte contre la corruption.

74
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Le Code des marchés publics autorise l’intégration de préoccupations envi-


ronnementales dans les marchés publics à trois niveaux :
 lors de la définition des spécifications techniques et des conditions
d’exécution ;
 au stade de l’examen du savoir-faire des candidats ;
 lors de l’attribution du marché, par exemple dans le cadre de la fixa-
tion des critères de choix.
Le Code des marchés publics entré en vigueur le 1er septembre 2006 précise
par ailleurs que le développement durable doit être pris en compte dès la
définition du besoin de l’acheteur. Il faut noter que les caractéristiques
environnementales que fixe l’acheteur doivent être liées à l’objet du
marché et évaluables en toute objectivité afin de ne pas entraîner une
liberté inconditionnée de choix. L’acheteur ne peut demander un produit
d’une marque commerciale particulière ni l’obtention d’une certification
donnée. Il peut cependant faire référence, dans le marché, aux exigences
environnementales fixées par cette certification dès lors qu’il autorise la
production de tout autre moyen prouvant l’équivalence.
Ces éléments de cadrage liés aux marchés publics peuvent également servir
de référence pour des démarches d’achats de prestations et de produits éco-
responsables dans les entreprises.

Exiger et évaluer les caractéristiques


environnementales des offres
Vous devez garder à l’esprit que deux choix peuvent être faits. Vous pouvez
exiger des caractéristiques environnementales dans les offres qui vous sont
proposées, en intégrant directement des spécifications techniques précises
dans le cahier des charges (par exemple : papier 100 % recyclé). Les offres
ne répondant pas à cette exigence ne seront pas recevables.
C’est pourquoi, au préalable, vous devez vous assurer qu’il existe suffisam-
ment de prestataires sur le marché susceptibles de répondre à vos exigences
environnementales dans le respect de votre budget. À défaut, vous pour-
riez en effet recevoir des offres trop onéreuses, voire faire face à un appel
d’offres infructueux.
Vous pouvez également évaluer les caractéristiques environnementales des
offres, en identifiant des critères de choix (par exemple : pourcentage élevé
de fibres recyclées). Les propositions seront classées pour leur aspect envi-
ronnemental selon ce pourcentage.
© Groupe Eyrolles

Cette latitude de choix entre « exiger » ou « évaluer » est possible pour


chaque caractéristique environnementale. Cela vous offre donc de nom-
breuses solutions. Ainsi, pour le support, exigez par exemple du papier
répondant aux critères d’un écolabel officiel, en précisant bien dans le
cahier des charges « papier répondant aux exigences d’un écolabel officiel

75
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

ou équivalent ». Et pour l’impression, évaluez la qualité environnementale


de votre fournisseur au regard de l’utilisation d’encres végétales, de la ges-
tion de ses déchets, etc., en précisant dans votre demande de devis que ces
critères influeront sur votre décision. Pour cela, joignez à votre demande
un questionnaire portant sur ces caractéristiques environnementales.

Le Groupe permanent d’études des marchés (GPEM), piloté conjointe-


ment par le ministère de l’Écologie et du Développement durable, le
ministère de l’Industrie et l’ADEME, a élaboré un « Guide de l’achat
public éco-responsable : Achat de papier à copier et de papier
graphique » en décembre 2005, qui propose cinq exemples d’intégra-
tion de caractéristiques environnementales1.

Pour illustrer ce point, voici un questionnaire relatif aux caractéristiques


environnementales pour la consultation d’imprimeurs, suivi d’un autre
exemple de questionnaire sur les aspects environnementaux de l’offre.

© Groupe Eyrolles

1. http://www.finances.gouv.fr/fonds_documentaire/daj/guide/gpem/papier_eco-responsa-
ble/papier_eco-responsable.htm

76
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Exemple de questionnaire
relatif aux caractéristiques environnementales
pour une consultation d’imprimeurs

DEMANDE DE DEVIS

De la part de :
Fax :
E-mail :

L’entreprise Dupont souhaite réaliser l’impression d’un document intitulé « Un


monde meilleur ! » :
• Nombre d’exemplaires : faire des propositions de tarifs pour 3 000 et 4 000 ex
• Nombre de pages : 28 pages ; format 21,0 x 29,7 cm
• Papier : couverture 200 g,intérieur 90 g
• Impression : quadrichromie,recto verso
• Finition : vernis acrylique recto couverture extérieure uniquement
(1re et 4e de cpiverture)
• Reliure : 2 points d’agrafes
• Conditionnement : carton de poids inférieur à 25 kg
• Livraison des documents : un point région parisienne
• Délais de livraison : XXX

Par ailleurs, pour l’évaluation des offres,les aspects environnementaux de la presta-


tion seront pris en compte (voir questionnaire à remplir ci-après ) ; aucun niveau de
performance environnementale n’est exigé pour pouvoir présenter une offre.

Eléments fournis à l’imprimeur : CD-Rom (fichier in-design,et fichier pdf).


Merci pour votre proposition par courrier, fax ou e-mail avant le …………
© Groupe Eyrolles

Source : ADEME

77
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

QUESTIONNAIRE sur les aspects environnementaux de l’offre


Ce questionnaire a pour objectif d’évaluer les aspects environnementaux
des offres,ces aspects seront pris en compte lors de l’évaluation générale
des offres.

A - PAPIER proposé et environnement (si plusieurs offres de papiers, remplir plu-


sieurs questionnaires)
Ces informations peuvent notamment se trouver sur les fiches techniques des papiers fournis par vos fournisseurs.
Aspects considérés Réponse Commen- Remarques
tairesa
Nom du papier :
1 Utilisation de papier répondant  Oui Ecolabel européen, nordique, allemand…
aux exigences d’un éco-label  Non
officiel ou équivalent ?
2 Utilisation de papier « recyclé »?  Oui % (de recyclé)
 Non
3 Si papier contenant des fibres  Oui et % (fibres Labels d’éco-certification tels que FSC,
vierges : utilisation de fibres pro- vierges de forêts gérées PEFC…
venant de forêts gérées durable- dur.)
ment ?  Non
4 Démarche de gestion environne-  Oui Notamment : norme Iso 14001, EMAS…
mentale du procédé de fabrica-  Non
tion (et recyclage) du papier ?

B - IMPRESSION Offset et environnement


Aspects considérés Réponse Commen- Remarques
taires1
1 Pour l’impression :utilisation  Oui
d’encres végétales ?  Non
2 Pour l’impression :utilisation  Oui Le procédé Computer To Plate (CTP)
d’un procédé CTP ?  Non permet de lipiter l’utilisation de produits
chimiques dangereux utilisés lors de la
préparation des films (flashage…)
3 Gestion spécifique des déchets  Oui Par exemple certificats, engagement dans
dangereux dans les filières  Non la Charte « Imprim’Vert », engagement
agréées ? sur l’honneur…
4 Le % d’alcool isopropylique de la  Oui et % L’alcool (isopropylique) est générateur de
solution de mouillage est mesuré  Non COV, dangereux pour la santé.
Liste des sigles : CTP : Computer To Plate / EMAS : Eco-Management and Audit Scheme / FSC : Forest Stewardship
Council / PEFC : Pan European Forest / Certification / COV Composés Organiques Volatils Signature :
Nom et Fonction :
© Groupe Eyrolles

Ecolabel Européen : Papier :www.eco-label.com et http://europa.eu.int/comm/environment/ecolabel


Ecolabel Nordique (Cygne Blanc) : Printing paper : www.svanen.nu/Eng/products
Ecolabel Allemand (Ange Bleu) : www.blauer-engel.de
a. (joindre tout document utile) détails et mode de preuve
Source : ADEME

78
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Encourager vos fournisseurs à intégrer l’exigence


environnementale
Vous avez choisi un fournisseur de papier et un imprimeur, notamment
pour la qualité environnementale de leur offre. N’hésitez pas à leur faire
connaître les raisons de votre choix et à le faire savoir à leurs concurrents
afin de les inciter à progresser sur ces points.

Pour informer les imprimeurs des résultats d’une consultation, voici


nos suggestions :
– Pour l’offre retenue :
« Cher Monsieur,
Vous avez bien voulu répondre à notre demande de devis concernant
l’édition d’un document intitulé Un monde meilleur ! Parmi le grand
nombre de propositions reçues, votre offre nous est apparue tout par-
ticulièrement intéressante, notamment en raison de la qualité des
informations environnementales que vous nous avez communiquées.
Nous sommes donc heureux de retenir votre offre… »
– Pour une offre écartée, mais présentant néanmoins des atouts :
« Cher Monsieur,
Vous avez bien voulu répondre à notre demande de devis concernant
l’édition d’un document intitulé Un monde meilleur ! Parmi le grand
nombre de propositions reçues, d’autres nous sont apparues plus inté-
ressantes, notamment en raison de la qualité des informations envi-
ronnementales qui les accompagnaient. Nous ne manquerons pas de
vous consulter de nouveau pour nos prochains projets… »

Nous aborderons plus loin dans cet ouvrage la valorisation de vos engage-
ments pris en matière de respect de l’environnement dans la conception et
la réalisation de vos supports de communication (par exemple apposition
d’un logo sur une publication).

Comment appliquer l’éco-conception


à chaque étape de la fabrication ?
Apprécier la qualité écologique du papier
chez un imprimeur
© Groupe Eyrolles

Les imprimeurs travaillent en priorité avec quelques grandes références de


papier. Cela leur permet de mieux négocier leurs tarifs lors de l’achat, d’opti-
miser la gestion de leurs stocks, de limiter le temps de stockage, de bien maî-
triser les caractéristiques techniques du papier et les réglages machines

79
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

nécessaires. Il vous est donc parfois difficile d’obtenir un papier hors stock,
sauf pour une publication importante en tirage et régulière en périodicité.

Pour pallier cette difficulté, vous pourrez grouper vos commandes ou créer
des réseaux d’achat entre partenaires ou clients afin d’obtenir de certains
imprimeurs qu’ils travaillent avec du papier aux caractéristiques écologi-
ques. Néanmoins, vous constaterez qu’un nombre croissant d’imprimeurs
proposent aujourd’hui des papiers de ce type sans que les délais d’impres-
sion soient pour autant allongés ou les prix significativement augmentés :
là encore, le développement de l’offre et des demandes des donneurs
d’ordre accélère la concrétisation d’une offre crédible et robuste. Le réfé-
rencement de ces papiers dans une logique de partenariat et d’éco-respon-
sabilité devient même pour certains un véritable argument commercial.

Comment choisir parmi les différents papiers


plus écologiques ?
Lorsque vous êtes parvenu au stade du choix du papier, vous pouvez rete-
nir soit, en priorité, un papier répondant aux exigences d’un écolabel offi-
ciel, soit, à défaut, un papier contenant des fibres recyclées et/ou issues de
forêts gérées durablement et fabriqué en maîtrisant les impacts environne-
mentaux.

Depuis les élections présidentielles de mai 2007, le code électoral fran-


çais a été modifié et subordonne désormais le remboursement des
frais d’impression ou de reproduction des documents électoraux à
l’utilisation de papier de qualité écologique (décret 2007-76 du 23 jan-
vier 2007).
L’arrêté du 24 janvier 2007 (Journal Officiel du 25 janvier 2007, p.1 431)
définit quant à lui ainsi la notion de papier de qualité écologique : il
doit « contenir 50 % au moins de fibres recyclées au sens de la norme
ISO 14 021 ou bénéficier d’une certification internationale de gestion
durable des forêts délivrée par les systèmes FSC, PEFC ou équivalent »1.

Les écolabels officiels tels

l’écolabel européen, le cygne blanc nordique , ou encore l’écolabel


© Groupe Eyrolles

national français
NF Environnement

1. http://www.admi.net/jo/20070125/INTA0700050A.html

80
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

représentent :
 une double garantie : la qualité écologique et la qualité d’usage ;
 la prise en compte des impacts environnementaux sur tout le cycle de
vie ;
 l’élaboration de critères communs avec les industriels, les associations
et les pouvoirs publics ;
 l’attribution de l’écolabel par une certification par une tierce partie
indépendante.

L’écolabel européen « Copying paper »


Les exigences écologiques de cet écolabel constituent un ensemble tout particulièrement intéressant
et cohérent au regard d’une approche environnementale globale (prise en compte de toutes les
étapes du cycle de vie du papier sur de nombreux impacts :consommation d’énergie,rejets gazeux,
effluents liquides,origine des fibres, gestion des forêts,utilisation de substances chimiques,gestion
des déchets,etc.).
Liste des papiers écolabellisés : www.eco-label.com
les exigences de L'écolabel Européen pour le papier (cf.Annexe A,page 40)

L’écolabel nordique (Cygne blanc) :« Printing paper »


Ses niveaux d’exigences sur les critères écologiques sont similaires à ceux définis par l’écolabel
européen « Copying paper ».
Liste des papiers écolabellisés : www.svanen.nu/Eng/products

Sachez que la France n’a pas développé d’écolabel officiel français (NF
Environnement) pour le papier, car il existe déjà un écolabel européen. En
revanche, un écolabel NF Environnement existe pour les enveloppes, les
cahiers, les blocs-notes, etc.
L’écolabel européen et l’écolabel nordique ne vous garantissent pas, a priori,
une teneur en fibres recyclées. Cependant, si vous souhaitez utiliser du
papier contenant des fibres recyclées, vous pourrez choisir parmi les pro-
duits écolabellisés ceux répondant à cette exigence. Il existe ainsi des papiers
conformes à l’écolabel européen et contenant 100 % de fibres recyclées.
Si vous recherchez le papier recyclé, choisir un matériau contenant des
fibres recyclées n’est pas suffisant. Il faut également connaître le pourcen-
tage exact de celles-ci et obtenir des garanties sur la performance environ-
nementale du procédé de fabrication et de recyclage. Ainsi, à défaut
d’écolabel officiel, le système de management environnemental de type
ISO 14 001 ou EMAS permet d’être au moins sûr que les aspects réglemen-
taires significatifs sont respectés. Enfin, si vous choisissez un papier conte-
nant des fibres issues de forêts gérées durablement, il faut vous assurer
qu’elles sont conformes aux exigences de la certification FSC, PEFC (ou
© Groupe Eyrolles

équivalents), ou au moins, dans un premier temps, demandez un engage-


ment écrit sur l’honneur.

81
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Pour bien choisir…

– Assurez-vous que le papier recyclé a été fabriqué et recyclé


« proprement » (c’est-à-dire qu’il répond aux exigences d’un écola-
bel officiel ou, à défaut, qu’un système de management environne-
mental de type ISO 14 001 ou EMAS a été mis en place sur le site de
fabrication).

– Vérifiez que la forêt dont les fibres vierges sont issues est gérée
durablement (exemple : elle répond aux exigences du label FSC ou
PEFC) et que le papier a été fabriqué « proprement ».

– Le plus simple reste de faire référence à l’écolabel européen, qui


reprend l’ensemble des exigences précitées ! Que le papier soit
vierge ou issu de fibres recyclées ou corresponde à un mélange,
l’écolabel européen vous garantit tant la qualité des sources de
matières premières que la limitation des impacts des procédés de
fabrication1.

Si vous souhaitez avoir une meilleure connaissance des offres existantes et


identifier plus facilement les papiers de qualité écologique disponibles et
susceptibles de répondre à vos besoins, vous pouvez constituer un recueil
de papiers (« sourcing ») sous forme de classeur, contenant par exemple :

 des fiches recensant les caractéristiques techniques et écologiques de


ces papiers, les fournisseurs, les distributeurs et les imprimeurs tra-
vaillant avec ces différents types de papier ;

 quelques exemplaires de papier (notion de couleur, de blancheur, de


texture, de « tenue en main »).

Nous vous proposons dans cet ouvrage un exemple de fiche complète pour
recueillir de telles informations. À vous de juger si vous souhaitez intégrer
l’ensemble des rubriques proposées dans vos fiches… Ce travail de recueil
peut également se résumer sous la forme d’un tableau réunissant les princi-
pales informations relatives à la qualité écologique des papiers. Un simple
coup d’œil synoptique vous permet alors d’appréhender l’ensemble des
qualités de papier qui vous intéressent.

Mais si vous vous adressez à un papetier n’ayant pas d’écolabel officiel


pour ces différents produits (certification), votre fournisseur peut, au mini-
© Groupe Eyrolles

mum, préciser si ces papiers répondent, en tout ou partie, aux exigences de


l’écolabel.

1. Retrouvez la liste des papiers certifiés à l’adresse http://www.eco-label.com.

82
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Fibres recyclées et fibres vierges (forêts gérées durablement)


Logos et fibres recyclées

La boucle de Möbius
C’est le symbole du recyclage ; accompagnée d’un pourcentage,elle indique que le produit est fabriqué à partir de
matériaux recyclés.Les bonnes pratiques d’utilisation de ce logo sont définies par une norme internationale (norme
internationale ISO 14021 sur les auto-déclarations environnementales,1999) et vous prendrez garde de demander
à votre fournisseur de bien se conformer aux définitions données par cette norme en matière de calcul du contenu
en recyclé.L’utilisation de ce logo ne fait pas l’objet d’un contrôle par une tierce partie et est donc sous la pleine et
« ce produit contient X % entière responsabilité de l’industriel. Il indique uniquement que le produit contient des fibres recyclées.
de matières recyclées »

L’APUR (Association des Producteurs et des Utilisateurs de papiers-cartons Recyclés)


Elle a créé une marque déposée qu’elle gère et qu’elle contrôle.Pour l’obtenir,les industriels s’engagent à
respecter une charte d’usage :le logo indique clairement le pourcentage de fibres de récupération utilisé pour
la fabrication du produit.Chaque gamme de papier ou carton comporte un numéro d’agrément garantissant
l’authenticité de l’information donnée aux acheteurs. Il indique uniquement que le produit contient des
fibres recyclées.www.apur-papiersrecycles.com

Logos et fibres vierges de forêts gérées durablement

Le Forest Stewardship Council (FSC)


C’est une organisation internationale fondée par des associations de défense de l’environnement.Les critères
économiques,sociaux et environnementaux du FSC permettent d’évaluer le respect d’une gestion durable des forêts.
Ce logo indique uniquement que le bois utilisé est issu de forêts gérées durablement. Vous trouverez ce logo
sur du bois ou des produits à base de bois respectant les critères du FSC. www.fsc.org

Le Program for Endorsement of Forest Certification Schemes (PEFC)


Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières - est un système de certification né plus récemment
d’une initiative européenne des professionnels de la forêt et du bois.Cette initiative européenne regroupe désormais
différents pays comme le Canada,la Malaisie,les Etats-Unis…
Ce logo indique uniquement que le bois utilisé est issu de forêts gérées durablement. Vous trouverez ce logo
sur du bois ou des produits à base de bois respectant les critères du PEFC. www.pefc.fr

Source ; ADEME

La demande de plusieurs clients peut soutenir la prise de conscience plus


globale des fournisseurs de papier pour les intéresser à la certification. Ils
pourront à la fois élargir leur offre commerciale et avoir un atout supplé-
mentaire dans le jeu concurrentiel face à cette nouvelle demande d’écolabel.

Le cas particulier du chlore

L’absence de chlore constitue-t-elle encore un argument d’achat et de pro-


motion de la qualité écologique des papiers ? Le papier est fabriqué avec de
la cellulose, naturellement légèrement brune, et donc blanchie lors de la
production de papier. La question du blanchiment à l’aide de produits
chlorés a représenté une problématique environnementale importante du
secteur papier. Mais dans les années 1990 de nouveaux procédés limitant
ces problèmes se sont développés : TCF (Totally chlorine free) ou ECF (Ele-
© Groupe Eyrolles

mentary chlorine free). Ceux-ci ont permis d’obtenir des effluents moins
corrosifs tout en réduisant à des niveaux très faibles les éléments chlorés.
Ils ont aussi autorisé le développement de circuits de recyclage de l’eau dans
le processus de fabrication et participé ainsi à la réduction de la consomma-
tion d’eau.

83
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Aujourd’hui, tous ces process sont très largement diffusés pour les papiers
européens et d’Amérique du Nord. Ils sont devenus une norme qui ne fait
plus du papier sans chlore un argument pour le choix d’un papier de qua-
lité écologique.

Procédé TCF (Totally Chlorine Free - totalement sans chlore) : la cellulose


est blanchie sans chlore ni dérivés chlorés et cela exclut la présence d'AOX
dans l'eau résiduelle. Ce procédé utilise comme produits de blanchiment
des combinaisons oxygénées (ex : peroxyde d'hydrogène).

Le procédé ECF (Elementary Chlorine Free - sans chlore élémentaire) :


il utilise des dérivés chlorés comme le dioxyde de chlore et non le chlore gazeux.

Sans azurants optiques : les azurants optiques sont parfois utilisés pour
transformer les caractéristiques optiques du papier ; ils ont la propriété
de transformer des rayons UV, normalement invisibles pour l'œil humain,
en lumière perceptible. Certains des colorants azoïques utilisés sont
susceptibles de libérerdes amines aromatiques (cancérigènes).

Source : ADEME

Apprécier la qualité écologique des encres (offset)


et des produits associés
L’offset
Cette technique domine largement le secteur de l’imprimerie : neuf entre-
prises sur dix l’utilisent. L’offset est adapté aux moyens et aux gros tirages
de labeur (booklets, leaflets, flyers, etc.) et de presse (quotidiens, hebdoma-
daires, mensuels, etc.). Vous pourrez y recourir pour l’impression de
papiers et de cartons (journaux, revues, livres, annuaires, billets de banque,
travaux illustrés, etc.), mais aussi pour celle de fer blanc, d’aluminium, de
calque, etc.

À l’ADEME, le procédé offset est employé notamment pour l’impression


des « Guides pratiques » grand public ou du « Catalogue annuel des publi-
cations ».
© Groupe Eyrolles

En fonction des travaux envisagés, on distingue deux types de machines


pour l’offset. La presse à feuille est indiquée pour les tirages de 1 000 à
30 000 exemplaires, allant du petit format (A4, A3, A2) aux grands formats
(710x1 020, 1 020x1 420, 1 200x1 620 mm). Quant à la presse à bobine ou
rotative, elle est réservée aux gros tirages (à partir de 30 000 exemplaires).

84
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

La composition des encres


Les trois composants de base des encres utilisées sont :
 les pigments : matières solides colorantes, visibles sur le support après
impression ;
 le véhicule (solvant) : ce constituant principal de l’encre en quantité
transporte le pigment et permet de le fixer sur le support ;
 les adjuvants : ils différencient et améliorent le rendement des encres
en fonction de leurs propriétés (diluants, gélifiants, tensioactifs, etc.).
La fabrication des encres d’imprimerie se fait encore à partir de substances
dangereuses pour l’environnement et la santé. Ces composants se diffu-
sent en effet dans l’air des ateliers, notamment lors de la phase d’impres-
sion. Et même si la grande majorité des imprimeries sont pourvues de
systèmes d’aération avec filtres à particules, ces matières n’en constituent
pas moins un risque pour l’environnement.
Le Comité technique européen « Encre d’imprimerie » du Conseil euro-
péen de l’industrie des peintures, des encres d’imprimeries et des couleurs
d’art (CEPE) a établi une liste d’exclusion de certaines substances, qui ne
sont plus employées dans les encres et produits annexes par l’industrie
européenne des encres et d’imprimerie. Cet engagement volontaire de la
profession étant respecté par tous les professionnels, il ne constitue donc
pas un élément différenciant pour l’achat ou l’utilisation d’encres plus res-
pectueuses de l’environnement et de la santé.

Comment bien choisir son encre (impression offset) ?


Vous pouvez utiliser des encres dites « végétales », fabriquées avec des sol-
vants à base d’huiles végétales et non minérales. Elles présentent une
moindre toxicité. Par ailleurs, elles sont obtenues à partir de substances
renouvelables, contrairement aux encres ordinaires qui proviennent de
substances non renouvelables, issues de la pétrochimie. Ces encres sont
plus ou moins nombreuses selon le procédé offset employé :
 pour le procédé feuille à feuille, les encres végétales « quickset » se
développent de plus en plus ;
 pour le procédé sur rotative, les encres « heatset » végétales sont encore
plus développées.

Les encres végétales présentent de nombreux atouts par rapport aux


encres minérales.
© Groupe Eyrolles

– Utilisation de ressources renouvelables (huiles de tournesol, de


colza, de soja, de lin, etc.).
– Réduction des émissions de CO2.
– Biodégradabilité, sauf pour les pigments contenus dans l’encre.

85
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

– Plus de brillance et d’intensité des couleurs et constance dans la


qualité de l’imprimé.

– Meilleur transfert (passage du blanchet à la feuille) et donc facilité


d’utilisation pour l’imprimeur.

– Même niveau de « désencrabilité » que les autres encres.

Il existe également un autre type d’encre : les encres UV. D’origine miné-
rale, elles ont l’avantage de ne pas utiliser de solvants. En effet, le procédé
repose sur l’utilisation de particules (monomères) qui se fixent entre elles
(polymérisation) sous l’effet d’ondes lumineuses (les UV). Ces encres peu-
vent toutefois présenter des risques pour la santé lors de l’étape d’impres-
sion, car les particules d’encre sont toxiques. Le personnel doit donc être
protégé. Une fois polymérisées, ces particules deviennent « stables » et ne
présentent plus de danger.

Réduire le recours aux substances chimiques


Lors de la préparation des formes imprimantes, le choix des technologies
numériques, tel le CTP, permet de réduire les impacts, en particulier lors-
que ce procédé est associé à l’utilisation de plaques thermiques.

Les autres produits associés

Les solutions de mouillage contiennent souvent de 5 à 20 % d’alcool iso-


propylique, un composant organique volatile (COV) nocif pour la santé et
l’environnement et irritant puissant. Si un procédé sans solution de
mouillage se développe (dit « waterless » ou « dryoffset »), il est également
possible d’en limiter les impacts : afin de réduire les émissions de COV, cer-
tains industriels mettent en place un système de refroidissement de la solu-
tion de mouillage (12 à 13 ˚C) et/ou de traitement de l’eau. Les bonnes
pratiques actuelles permettent généralement de limiter la teneur en alcool
isopropylique de la solution de mouillage à moins de 10 %.

Les produits de nettoyage des rouleaux, des blanchets, des encriers, etc.,
sont souvent constitués d’un mélange de solvants organiques également
émetteurs de COV. Encore peu utilisés en France, les Agents nettoyants
© Groupe Eyrolles

végétaux (ANV) sont fabriqués à partir d’huile végétale (huile de soja,


colza, etc.) estérifiée avec un alcool. Ils sont peu toxiques et peu volatiles,
non inflammables, n’émettent pas de COV et sont produits à partir de
matières premières renouvelables. Ils semblent cependant plus contrai-
gnants à l’utilisation.

86
Comment réaliser une édition éco-responsable ?

Les vernis
Pour des questions de qualité, de propreté et de tenue du support, il est fré-
quent de recourir à des vernis en fin d’impression. Là aussi, posez-vous la
question de leur utilité.
© Groupe Eyrolles

87
7

Comment mieux maîtriser


l’impact de la diffusion ?

Les frais environnementaux sont généralement synonymes de coûts éco-


nomiques. Si vous évaluez dès le début le prix de la diffusion de votre
document, vous maîtriserez autant l’impact économique que l’impact
environnemental (coûts de l’emballage, du transport, de multiples envois
adressés individuellement à chaque cible).

Le prix des prestations de transport des colis et du courrier est toujours


calculé selon des barèmes (en fonction de la masse et/ou du volume, voire
du format). Le passage au tarif supérieur se joue parfois sur quelques gram-
mes, lesquels ne sont pas forcément indispensables à la bonne tenue de
votre produit. Ces petites erreurs ou négligences ont, au final, un véritable
impact économique et environnemental quand il s’agit de milliers, voire
de dizaines de milliers d’envois.

Réduire et choisir les emballages


Que la décision relève du concepteur du support de communication ou de
la personne en charge de sa diffusion, vous chercherez à :
 réduire le poids et le volume des emballages ;
 limiter les « suremballages » (les films plastiques pas toujours indispen-
© Groupe Eyrolles

sables et n’assurant pas forcément la protection que l’on croit) ;


 utiliser des emballages recyclables (mono-matériaux pour lesquels il
existe des filières de recyclage, emballages dont les matériaux sont faci-
lement séparables afin de faciliter le geste de tri) ou fabriqués à partir
de matériaux recyclés.

89
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Réduisez le volume ainsi que le poids de vos emballages, vous limiterez


ainsi vos déchets en même temps que la consommation d’énergie et la pol-
lution atmosphérique lors de la livraison ! L’emballage peut donc être opti-
misé, notamment en faisant appel à des matériaux respectueux de
l’environnement. Par ailleurs, posez-vous la question de l’utilité de
l’emballage : est-il réellement indispensable ?

Pour les calages (remplir les vides), l’utilisation de poches (en plasti-
que) gonflées permet, avec un minimum de matériaux, de remplir
cette fonction… sans ajouter de poids. À réception, les poches, une
fois crevées, limitent largement l’encombrement des poubelles… à
moins d’être réutilisées pour des envois futurs. Pensez également à
utiliser des produits de calage issus de la filière agricole (flocons de
maïs, etc.) !

Aujourd’hui, l’industrie de l’emballage prépare et teste de nouveaux


emballages à base de fibres cellulosiques et de polymères renouvelables qui
pourraient se substituer aux polymères d’origine pétrochimique non
renouvelables comme le polystyrène expansé.

Les imprimés non sollicités en question


Une filière s’organise actuellement pour la valorisation et l’élimination des
imprimés non sollicités : produisez vos imprimés en vous inscrivant dans
une démarche de développement durable !

En France aujourd’hui, selon les chiffres de l’ADEME, 3,6 millions de


tonnes de déchets d’imprimés collectés par les collectivités locales (jour-
naux, magazines, publicités, annuaires, mailings divers, etc.) sont générés
chaque année par les ménages et les petites entreprises, dont un million de
tonnes pour les seuls imprimés non sollicités (imprimés publicitaires sans
adresse, imprimés publicitaires mis à disposition, presse gratuite
d’annonces) ! Chaque foyer en reçoit annuellement et en moyenne 40 kg.

Les émetteurs d’imprimés non sollicités distribués ou mis gratuitement


© Groupe Eyrolles

à disposition des particuliers, sans que ceux-ci en aient préalablement


fait la demande, sont désormais tenus de contribuer à la collecte, à la
valorisation et à l’élimination des déchets ainsi produits. Le décret
2006-239 du 1er mars 2006 précise les modalités de versement de cette
contribution obligatoire.

90
Comment mieux maîtriser l’impact de la diffusion ?

Les entreprises concernées par ce dispositif sont donc les donneurs d’ordre
de campagnes de publicité non adressées (grande consommation et distri-
buteurs), les éditeurs de presse gratuite et d’annuaires. La contribution
volontaire s’élevait à 35 euros par tonne pour 2006. Ces émetteurs doivent
déclarer leurs volumes d’imprimés auprès d’ÉcoFolio, l’organisme en
charge de la collecte des contributions (agrément du 23 janvier 2007).
Le rôle de cet « éco-organisme » consiste également à redistribuer les
sommes collectées aux collectivités locales, sous forme de soutien financier,
en favorisant celles qui recyclent les déchets papier. Dès 2008, ÉcoFolio pré-
voit de reverser au moins 15 millions d’euros aux collectivités locales.
ÉcoFolio s’attache également à renforcer le tri sélectif des papiers, mais
aussi à promouvoir les gestes environnementaux du consommateur à tra-
vers des politiques d’information, déclinées en partenariat avec les associa-
tions et les collectivités.
Par ailleurs, l’élaboration d’une charte de prévention/éco-conception
devrait prochainement encourager une démarche innovante en souli-
gnant les bonnes pratiques en matière de fabrication (utilisation d’encre
végétale, papier recyclé, huile végétale, etc.), au niveau du process indus-
triel (en réduisant et en organisant le traitement des déchets d’activité) et
en favorisant les processus de dématérialisation dans le but de réduire les
paginations.

Pour éviter les stocks, visez juste


Tous les efforts réalisés durant les étapes de la vie d’un support de commu-
nication ne doivent pas, bien sûr, faire oublier l’essentiel. Un éco-produit
est avant tout un produit qui répond à un besoin. Dans le cas contraire
(stocks obsolètes non expédiés, documents diffusés mais quasi non lus), il
s’agira uniquement de gaspillage. Pour éviter de tels déboires lors d’un
mailing, assurez-vous notamment de la mise à jour de vos fichiers ou des
fichiers que vous louez. Il est facile de juger de la qualité d’un fichier en
décomptant le nombre de retours pour mauvaise adresse.

Pour des transports plus écologiques


Outre l’optimisation du poids et de la forme (taille, volume) des produits,
les impacts du transport peuvent également être limités par trois moyens.
Ainsi, pourquoi ne pas regrouper différents envois ou commandes afin
© Groupe Eyrolles

d’éviter un colisage inutile ?


Par ailleurs, n’hésitez pas à limiter les courriers express : les « 48 h chrono »
ne sont pas toujours nécessaires ou, en tout cas, moins souvent qu’on ne le
pense. Ils sont la conséquence d’une mauvaise utilisation de la logistique
existante ou d’une piètre gestion du temps. La nature même de ces envois

91
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

« express » implique l’utilisation de moyens de transport rapides, donc


beaucoup plus consommateurs d’énergie et au final, plus polluants. Pour
gagner parfois quelques heures, le colis empruntera l’avion au lieu du train
et aura donc un impact beaucoup plus lourd sur l’environnement. Par
ailleurs, en milieu urbain, ces courriers express sont synonymes de distri-
bution quelque peu « anarchique » et de nouveaux troubles (stationne-
ment en double file, embouteillages).
Enfin, recherchez des modes de transport plus écologiques : en ville, les
livraisons à vélo ou avec des véhicules électriques se multiplient. Il faut
aussi revoir à la baisse l’habitude de certains clients qui utilisent systémati-
quement des coursiers devant immédiatement traiter la demande d’un
client ou des plis soi-disant exclusifs, pour aller plus vite.

En pratique

Acheminer des plis et des colis urgents à vélo !


Acheminer le courrier à vélo présente de nombreux avantages. Les délais
de prise en charge et de livraison sont garantis : le vélo est en effet affran-
chi des problèmes de stationnement et d’embouteillages urbains. D’autre
part, il permet d’éviter la pollution globale (CO2) et locale (bruit, NOx, par-
ticules, etc.), qui a des conséquences sur la santé. Enfin, ce mode de
transport permet d’économiser du pétrole, une ressource de plus en plus
rare et chère.

© Groupe Eyrolles

92
8

Intégrer une communication


éco-responsable
dans les bureaux…

Choix du papier
De nombreux fournisseurs proposent désormais, dans leurs catalogues, du
papier éco-labellisé ou simplement recyclé pour les copieurs et les impri-
mantes de bureau. Il est donc devenu facile de choisir du papier recyclé de
qualité pour tous les besoins de différents formats et grammages.

Pour connaître la liste des papiers écolabellisés, rendez-vous sur www.eco-


label.com.

Choix du mode d’impression recto verso


Le choix du recto verso est loin d’être un détail. La systématisation de
l’achat d’imprimantes proposant cette fonctionnalité peut induire une
importante économie de papier. Or, la consommation de papier se situe en
tête des impacts environnementaux liés à la réalisation de documents.

Plus de 90 % de l’énergie consommée durant la vie d’un photocopieur


(depuis l’extraction des matières premières jusqu’à son élimination, en
© Groupe Eyrolles

passant par sa fabrication et son utilisation) est, en fait, liée à l’énergie


nécessaire à la production du papier utilisé. Ainsi, même s’il est important
de se préoccuper de la qualité écologique du papier et des cartouches
employées, le geste environnemental le plus profitable reste la réduction à
la source… En clair, consommer moins de papier.

93
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Bilan énergétique du cycle de vie du photocopieur

Énergie liée au Cycle


de vie du photocopieur
(hors papier)

Énergie économisée
Énergie liée au Cycle en faisant 10 %
de vie du papier utilisé de recto verso

Lorsque cela est possible, vous devez toujours favoriser le mode recto
verso : c’est une économie de papier assurée : pour faciliter les choses, cette
option peut être paramétrée directement par défaut sur les imprimantes
individuelles ou en réseau. De plus, si cela n’altère pas la lecture, vous
pouvez également utiliser ce mode d’impression avec les options « 2 pages
par feuille » et/ou « économe ». Autant d’économies en plus et de papier
consommé en moins…

L’impression recto verso représente un triple bénéfice.

– Avec 30 % d’économies, l’impact sur les achats de papier est immé-


diat. De plus, ce type d’imprimante vaut sensiblement le même prix
qu’une imprimante recto seul.

– Les dossiers seront moins épais, les sacs moins lourds, les archives
moins volumineuses, chacun y gagne.

– Moins de matières et d’énergie, c’est aussi moins de pollution de


l’eau et de l’air… et au final, moins de papier à traiter en fin de vie.

Choix d’imprimantes réseau


Les imprimantes réseau induisent de nouveaux modes de travail et
d’impression. Elles permettent à l’usage de limiter la quantité de papier du
fait de leur éloignement géographique relatif (elles ne sont plus situées à
proximité immédiate du poste de travail). Elles réduisent le parc d’impri-
© Groupe Eyrolles

mantes individuelles qu’elles remplacent directement et offrent plus de


fonctionnalités (mode recto verso, mode livret, fonction scanner, etc.).
Enfin, elles bénéficient d’une meilleure maintenance.

94
Intégrer une communication éco-responsable dans les bureaux…

En pratique

Des logiciels pour guider vos impressions éco-responsables


au bureau !

Une idée à suivre ? C’est pour limiter le gaspillage de papier et d’encre


que l’éditeur Doxense a conçu le progiciel Watchdoc. Cet outil permet
notamment à ses utilisateurs de vérifier l’adéquation entre leurs besoins et
les moyens mis en œuvre en matière d’impressions et de copies, en bref
de réduire les coûts tout comme l’impact sur l’environnement des impres-
sions bureau ! En effet, selon ses concepteurs, on estime en moyenne que
20 % des volumes imprimés peuvent ainsi être économisés, soit une
ramette de papier par an et par personne. Pour permettre à l’entreprise de
sensibiliser et de responsabiliser chaque utilisateur, Watchdoc est la seule
application affichant l’impact économique et aussi écologique en m3 d’eau
épargnés, en MWh d’énergie et en arbres consommés et préservés !

Selon une enquête européenne sur le profil des « Professional wasters »


(« gaspilleurs au bureau ») menée par Ipsos et Lexmark en mars 2006, la
quasi-totalité des salariés européens (94 %) déclarent avoir conscience de
l’impact économique et environnemental du gaspillage de papier, contre
seulement 5 % qui estiment que les impressions inutiles de papier n’ont
pas de conséquences environnementales majeures. Ces chiffres encoura-
geants montrent donc une prise de conscience massive de l’impact du
gaspillage ! Les salariés italiens déclarent être les plus vigilants pour conte-
nir ces pertes (85 %), devant les Espagnols (75 %), les Allemands (74 %),
les Britanniques (72 %), les Suédois (70 %) et les Français (69 %).

Toujours selon cette enquête, trente-quatre pages sont imprimées en


moyenne chaque jour par salarié. Ce chiffre élevé témoigne d’un pro-
bable gaspillage concernant certaines impressions. La France est légè-
rement en retrait, avec trente et une pages imprimées par jour.

Choix des encres (cartouches d’impression)


De manière générale, pour les cartouches laser ou jet d’encre, on recher-
chera au minimum des cartouches remanufacturées et reprises par le four-
© Groupe Eyrolles

nisseur.

Pour les cartouches d’impression laser, recherchez des modèles répondant


aux exigences de l’écolabel officiel NF Environnement « cartouches
d’impression laser ».

95
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z

Dématérialisez vos réunions de travail !


Les réunions de travail génèrent un coût financier ainsi qu’un impact éco-
logique qui n’est pas nul lorsque vous vous déplacez d’un lieu à un autre.
Vous pouvez adopter un système de conférence téléphonique ou de visio-
conférence pour vos réunions. Ainsi, en plus du côté pratique, puisque
vous n’avez plus besoin de vous rendre directement à une réunion de tra-
vail (surtout si vos fonctions nécessitent que vous y assistiez fréquem-
ment !), vous économisez du temps, de l’argent et vous faites un geste pour
l’environnement !

Check-list

L’impression éco-responsable au bureau !


✔ INTERROGEZ-VOUS systématiquement sur l’usage que vous pensez
faire d’un document avant de l’imprimer.
✔ NUMÉRISEZ vos contenus d’informations : mettez-les en ligne sur
votre réseau professionnel !
✔ RASSEMBLEZ les documents informatifs, isolés les uns des autres, en
un document unique.
✔ CALCULEZ raisonnablement la quantité nécessaire d’exemplaires à
imprimer.
✔ IMPRIMEZ recto verso.
© Groupe Eyrolles

96
Intégrer une communication éco-responsable dans les bureaux…

Mémo
Voici les questions indispensables à se poser lors de l’élaboration d’un pro-
jet d’édition éco-responsable.

Phase de création graphique

Vos créations graphiques favorisent-elles la réduction des matières ?


 Passez à une mise en page recto verso de vos maquettes, cela repré-
sente automatiquement 50 % d’économie de papier.
 Limitez les grandes zones blanches et non utilisées.
 Réduisez les marges.
 Évitez les aplats de couleurs pour limiter les quantités d’encres à
l’impression.
 Évitez les effets spéciaux (métallisés notamment).
 Choisissez des formats standard qui limitent les chutes de matière à la
fabrication et facilitent leur transport (gain de place).

Phase de choix des supports

Les supports souhaités intègrent-ils les aspects sociaux et


environnementaux ?
 Privilégiez en priorité les produits répondant aux exigences des écola-
bels (écolabel européen, écolabel nordique Cygne blanc, écolabel
français NF Environnement, etc.) ou à défaut les matériaux recyclés ou
vierges issus de forêts gérées durablement (certifications FSC, PEFC,
ou équivalent).
 Demandez que vos supports soient imprimés à l’aide d’encres à base
végétale (impression offset).
 Évitez l’utilisation de plusieurs matériaux pour un même produit
(papier + plastique, papier + métal), car cela peut empêcher leur tri et
leur recyclage.
 Évitez les matériaux lourds et volumineux qui auront une incidence sur
l’impact environnemental lors de la diffusion.
 Envisagez les supports à longue durée de vie pouvant avoir un
deuxième usage (mallette de conférence, etc.).
© Groupe Eyrolles

 Évitez l’utilisation de gadgets (pin’s, casquettes, etc.) dont l’usage réel


est très limité et favorisez les produits utiles.
 Renseignez-vous sur l’origine des produits.


97
Votre projet d’édition éco-conçu de A à Z



Phase de fabrication impression


Vos process sont-ils socialement et écologiquement responsables ?
 Choisissez un industriel engagé dans la démarche (marque
Imprim’Vert par exemple) ; à défaut, sensibilisez-le sur les avantages
de l’éco-responsabilité (image, économies d’eau et d’énergie, etc.).
 Privilégiez le processus d’impression CTP, qui évite d’avoir à réaliser des
films photographiques en transférant les informations directement
sous forme numérique.
 Réduisez le pelliculage pour réduire l’usage de substances chimiques.
 Vérifiez ou demandez si nécessaire que les chutes de papier ou de
matières soient triées pour être recyclées.
 Demandez les documents attestant la bonne gestion des déchets et la
valorisation des produits chimiques utilisés.
 Renseignez-vous sur la possibilité de faire assembler certains docu-
ments ou produits nécessitant une main-d’œuvre non spécialisée par
des structures sociales dédiées (Centres d’Aide par le Travail, Ateliers
Protégés, etc.).

Phase de diffusion
Comment réduire les impacts à la source ?
 Privilégiez au maximum la dématérialisation (par la création d’un site
Web spécifique, la réalisation d’un mailing ciblé, etc.).
 Indiquez en bas du document transmis par e-mail qu’il ne nécessite
pas forcément d’être imprimé.
 Optimisez vos envois (certains colis destinés à une même cible peuvent
être envoyés le même jour).
 Anticipez la période de diffusion pour éviter les envois en courrier
express, beaucoup plus dommageables pour l’environnement.
 Optez pour des enveloppes répondant aux exigences de l’écolabel NF
Environnement.
 Utilisez des matériaux écologiques pour protéger vos colis fragiles
(chutes de papier découpés, chips pop-corn, etc.).
 Favorisez les diffuseurs ayant une démarche éco-responsable (optimi-
sation des tournées, transports doux, utilisation de biocarburants,
etc.).
© Groupe Eyrolles

Vos cibles ont-elles été atteintes ?


 Mettez régulièrement à jour vos bases de données « Destinataires »
pour éviter le retour des documents (double impact sur les transports
pour un résultat négatif).


98
Intégrer une communication éco-responsable dans les bureaux…



 Questionnez vos cibles sur vos choix éco-responsables (la démarche


est-elle bien perçue ? Sont-ils satisfaits de la qualité du support ?).

Quelle est la fin de vie de vos outils de communication ?


 Demandez-vous si vos outils peuvent facilement être recyclés ou réuti-
lisés par les destinataires (la collectivité territoriale a-t-elle mis en place
le tri sélectif ?).
© Groupe Eyrolles

99
Partie

3
Abordez
vos manifestations
avec une attitude
éco-responsable…
Organiser ou être partenaire de manifestations de relations publiques et
d’événements de communication (forum, festival, événement sportif, col-
loque, lancement de produit, showroom mobile, congrès, convention
interne, exposition, réunions publiques, etc.) qui permettent de rassem-
bler ses publics (consommateurs, usagers, citoyens, distributeurs, fournis-
seurs, salariés, filiales, adhérents, bénéficiaires, etc.) répond à des objectifs
de communication bien spécifiques (informer, fédérer, surprendre, séduire,
convaincre, faire participer, partager, etc.). Vous participez peut-être aussi,
pour les besoins de votre communication commerciale, à différents salons
et foires/expositions professionnels ou grand public en qualité d’exposant.
Chaque manifestation constitue l’occasion de présenter une activité le
plus positivement possible : c’est une vitrine du savoir-faire et également
l’occasion d’afficher votre implication concrète en faveur de l’environne-
ment, en cohérence avec vos discours, vos offres et les attentes croissantes
de vos partenaires.
9

Pourquoi éco-concevoir
vos manifestations
et événements ?

Toute manifestation est par nature éphémère et génératrice d’impacts


négatifs sur l’environnement. Il faut bien considérer qu’un tel événement
a souvent une incidence plus ou moins importante sur l’environnement :
consommation de papier, transports, déchets, énergie, utilisation de diffé-
rents types de matériaux, etc. Ainsi, le salon Pollutec produit plus de cent
tonnes de déchets en quatre jours – dont près de 20 % de papier, corres-
pondant à la documentation jetée par les visiteurs quelques instants seule-
ment après avoir été collectée sur les stands.

En 2004, les Rencontres Trans Musicales de Rennes, organisées sur trois


jours, ont consommé près d’un million de kWh d’énergie (soit l’équiva-
lent de la consommation annuelle de plus de trois cents foyers) et pro-
duit environ trente tonnes de déchets, pour une fréquentation globale
de 46 500 personnes.

Tout l’enjeu consiste donc à réduire cette incidence et à montrer la cohé-


rence de vos discours par rapport à votre stratégie et aux attentes de vos
© Groupe Eyrolles

partenaires. Votre démarche peut par exemple porter sur le choix du lieu
de la manifestation, mais également sur l’éco-conception des stands, sur la
nature et la manière de concevoir des outils et des objets de promotion, sur
la prise en compte des principes d’éco-conception dans la réalisation de
plaquettes et de documents d’information, etc. Cependant cette prise en

103
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

compte constitue une évolution importante des mentalités, car il faudra


mobiliser à la fois les équipes, les clients, les fournisseurs et repenser même
l’organisation générale du quotidien.

Si vous êtes organisateur


Être oranisateur vous permet de « signer » votre engagement en faveur du
développement durable et d’en tirer des avantages qui sont loin d’être
négligeables. Ainsi, à l’heure où les manifestations éco-responsables com-
mencent à se faire jour, le fait d’être précurseur dans cette démarche
permet de prendre date, de vous positionner par rapport à la concurrence,
d’en tirer des bénéfices également en termes d’image et d’apporter votre
contribution pour faire émerger un marché. En outre, en sensibilisant vos
partenaires, les exposants, les participants ou les visiteurs à ces probléma-
tiques, vous pourrez susciter un effet d’entraînement qui permettra à
chacun de s’inscrire dans la démarche au-delà de votre seule manifesta-
tion. C’est l’effet boule de neige !

Si vous êtes exposant ou intervenant


Par le biais de votre participation à toute manifestation, que ce soit en qua-
lité d’exposant ou d’intervenant, votre présence même sera l’occasion de
mettre en avant votre démarche de développement durable et de transmet-
tre un certain nombre de messages forts à vos publics. Vous jouez donc un
rôle dans leur sensibilisation en mettant en cohérence vos paroles et vos
actes. Ainsi, lorsque vous participez en tant qu’exposant à des salons pro-
fessionnels ou des foires grand public, la conception et la réalisation de
votre stand représentent une opportunité de réduction de votre impact
environnemental, tout comme votre politique de diffusion de documenta-
tion. En tant qu’intervenant, vous pouvez par exemple agir sur la nature
des supports dont vous vous servirez. Autant d’actions qui vous permet-
tront de laisser une empreinte dans les esprits, mais beaucoup moins sur
l’environnement !

Une démarche au-delà du simple engagement


personnel
Repenser sa communication à l’aune des principes du développement
durable peut paraître parfois bien compliqué lorsque l’on agit seul. Pour
© Groupe Eyrolles

donner plus de poids à votre démarche et aux actions que vous souhaitez
engager, vous pouvez participer aux initiatives qui commencent à émerger
au sein des différentes associations professionnelles de communication.
Ainsi, l’ANAé a été l’une des toutes premières à se mobiliser avec l’ensem-
ble de la filière regroupant les associations et les syndicats professionnels

104
Pourquoi éco-concevoir vos manifestations et événements ?

de l’événement : Chambre Syndicale des Professionnels de l’Événement


(CSPE), Fédération Française des Métiers de l’Exposition et de l’Événement
(FFMEE), France Congrès, Foires Salons et Congrès de France (FSCF),
Synpase et Traiteurs de France. Comme le souligne Dan-Antoine Blanc-
Shapira, directeur de l’agence Sensation ! et co-initiateur du chantier déve-
loppement durable à l’ANAé, « nous pouvions très bien continuer tout seuls à
nous impliquer dans cette démarche en vue de nous améliorer et de bénéficier
d’avantages concurrentiels dans la mesure où il y a une demande de plus en plus
forte de nos clients en la matière. Cependant, cela n’aurait alors pas été une vraie
démarche éco-responsable puisque nous nous serions limités à la seule considéra-
tion de notre chiffre d’affaires. Nous avons voulu aller au-delà d’une démarche
plus personnelle et ainsi convaincre toutes les agences de l’ANAé dans un premier
temps, puis la quasi-totalité de la filière "événement" de s’impliquer dans cette
démarche, tous à l’unisson, de façon à ce que l’on puisse avoir un réel impact
positif au niveau de l’éco-responsabilité. Notre démarche n’est pas statique. C’est
une démarche permanente en vue également de convaincre nos prestataires. Nous
encourageons à améliorer l’offre de services ou de produits. Lorsque tout le monde
fait passer le même message, cela contribue très largement à une prise de cons-
cience collective ».

Imaginer des événements avec un impact limité sur l’environnement


constitue une gageure pour beaucoup, mais une réelle volonté pour
Le Public Système, agence spécialisée dans la communication événemen-
tielle. « Faire cohabiter le business et le développement durable, c’est un beau
projet », résume son directeur, Benoît Desveaux, co-initiateur du chantier
développement durable à l’ANAé. « Nous voulons démontrer que nous avons
un métier mature, responsable et avons mis en place un programme ambitieux en
matière de protection de l’environnement, avec le soutien de l’ADEME. Nous
avons multiplié les réunions de sensibilisation des membres de nos groupements
professionnels. Au niveau du Public Système, nous avons par ailleurs réalisé un
guide des gestes simples pour économiser l’énergie, à l’intention de nos collabora-
teurs, et ça marche ! »

C’est donc dans ce cadre que les partenaires mobilisés autour de l’ANAé
ont tout d’abord signé, le 22 novembre 2006, une charte d’engagement
des professionnels de l’événement en faveur du développement durable
(voir le document reproduit ci-après intitulé « Charte d’engagement des
professionnels de l’événement en faveur du développement durable »),
dont l’objectif est d’intégrer celui-ci dans la filière de l’événement. Puis, ce
collectif a proposé au printemps 2007 « L’Éco-Guide – Carnet de route vers
© Groupe Eyrolles

un événement éco-responsable ». Dans ce document, « les professionnels


trouveront tous les conseils pratiques par grand poste, notamment le transport, la
décoration, le son, l’éclairage, la vidéo et la restauration », indique Benoît Des-
veaux. Conseils et recommandations précises en fonction des thématiques
sont ainsi offerts aux acteurs du métier de l’événement.

105
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Afin d’enrichir les pistes d’amélioration proposées, un site Internet con-


tributif, www.eco-evenement.org, recensant les bonnes pratiques, est
progressivement développé depuis le second semestre 2007. L’étape
suivante consiste à former les entreprises de la filière.

© Groupe Eyrolles

106
Pourquoi éco-concevoir vos manifestations et événements ?

Nous vous proposons dans cette partie de l’ouvrage des pistes d’améliora-
tion de la qualité environnementale de votre manifestation. Agissez dès
l’amont en éco-concevant votre manifestation : vous réaliserez ainsi votre
projet tout en agissant concrètement pour une meilleure protection de
l’environnement !
Prenez les choses dans le bon ordre : à chaque étape, ses propres pistes
d’amélioration ! Celles proposées dans les pages suivantes sont indicatives
et constituent la base de votre démarche de progrès. S’agissant d’un
domaine jeune et novateur, son développement repose sur la créativité de
chacun. Alors, inspirez-vous et imaginez vos propres solutions…
© Groupe Eyrolles

107
10

Intégrer les exigences


environnementales
dès la préparation

Dès la préparation de la manifestation, vous pouvez agir sur différents


paramètres en amont pour réduire son impact environnemental et la
transformer en une véritable éco-manifestation.

Choisir un lieu et des modes de déplacement


respectueux de l’environnement
Transports et déplacements :
des choix pour les limiter et les optimiser
Le secteur des transports dans son ensemble contribue fortement à
l’accroissement de la consommation d’énergie en France, ainsi que des
émissions de gaz à effet de serre. La part du secteur dans la consommation
finale totale d’énergie est aujourd’hui de 31 %, contre seulement 13 % en
1960 et l’on observe un quasi-doublement de sa consommation depuis
1973. Le transport routier (voitures particulières, véhicules utilitaires et
poids lourds) domine le bilan énergétique, puisqu’il représente 81 % de la
consommation d’énergie de ce secteur, tous modes de transport confon-
© Groupe Eyrolles

dus. Concernant l’impact environnemental lié à l’effet de serre, ce secteur


est responsable de 28 % des émissions nationales de gaz à effet de serre et
de 35 % des émissions de CO2.
Voici donc quelques pistes pour agir et réduire ces émissions dues aux
déplacements liés à votre manifestation.

109
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Privilégiez des déplacements plus écologiques


La première démarche consiste à donner la priorité à un lieu facilement
accessible en transports collectifs (métro, tramway, train et bus). Vous
pouvez de surcroît choisir de privilégier le covoiturage, le vélo, ou la
marche à pied, afin de limiter l’utilisation des voitures individuelles. Dans
ce cas, faites-le savoir pour encourager les participants à adopter un com-
portement plus éco-responsable ! Vous pourrez ainsi en faire un atout sup-
plémentaire dans la réussite de votre manifestation.

Fournissez des informations utiles pour faire le bon choix


Pour inciter les participants à utiliser ces modes de déplacements alterna-
tifs à la voiture, faites figurer les informations pratiques (le plan d’accès en
transports en commun à partir des gares et des aéroports, les temps de par-
cours) sur les invitations, les affiches ou les leaflets par exemple. En effet,
souvent peu familiarisés avec le lieu de la manifestation, les participants
n’ont peut-être pas envisagé de recourir aux transports en commun. Ils
découvriront grâce à vos informations la facilité et le côté pratique de ces
modes de transport. De même, vous pourrez indiquer la présence de pistes
cyclables ou de parkings à vélos sur le lieu de la manifestation et les possi-
bilités de location de vélos lorsqu’elles existent.

En pratique

Un outil à la disposition des participants : l’ÉcoComparateur


Le site Voyages-sncf.com a choisi d’inciter les internautes aux bons
gestes : il leur propose de comparer pour une même destination les diffé-
rents modes de transport en fonction de leur impact sur l’environnement
(exprimés en kilogrammes de CO2 par personne). La méthodologie de cal-
cul a été élaborée par les ingénieurs de l’ADEME et développée sur le site
par les équipes de Voyages-sncf.com. En quelques clics, l’ÉcoComparateur
indique à l’internaute les kilogrammes de CO2 des différents modes de
transport pour la destination choisie (voiture, train, avion sur lignes régu-
lières et compagnies low cost).

Offrez des moyens de transport alternatifs aux visiteurs…


et aux exposants
Pourquoi ne pas mettre en place un système de navettes dont la capacité
© Groupe Eyrolles

est adaptée à la fréquentation (à partir des gares et des aéroports ou de


points de rencontres) ? Vous pouvez aussi organiser un covoiturage,
notamment pour des manifestations professionnelles impliquant un
nombre défini de participants, ou également offrir un pass de transports en
commun, valable pendant la durée de la manifestation.

110
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation

À l’occasion de grands salons et d’événements importants, n’oubliez pas


de prendre en compte les nombreuses livraisons qui seront nécessaires
(stands, fournitures, maintenance). Une organisation rigoureuse et un
cahier des charges fourni aux participants plusieurs semaines avant la
manifestation vous permettront de mieux gérer ces livraisons et/ou leur
organisation et d’éviter d’autres nuisances pour l’environnement.

En pratique
Et si on y allait à plusieurs ?
Pourquoi ne pas proposer aux participants le covoiturage ? Il existe diffé-
rents sites Internet qui se sont spécialisés dans la mise en œuvre de ce
type de service pour les entreprises et les collectivités, mais qui travaillent
également avec de nombreux festivals, salons et autres événements
importants. Les participants n’ont qu’à s’inscrire via ces sites puis se laisser
guider !

Proposez des listes d’hébergements écologiques


L’hébergement des participants à une manifestation constitue également
une source potentielle d’impact sur l’environnement.
Selon différentes sources, un hôtel-restaurant produit environ 5,5 m3 de
déchets par an et par chambre. Ajoutez à cela les eaux usées et l’on estime
alors ce chiffre à environ 90 m3 par an et par chambre ! L’utilisation de
l’eau représente en moyenne 300 litres par client et par nuitée dans un
hôtel international, dont 54 % dans les chambres et les toilettes et 21 %
dans les cuisines. Par ailleurs, si l’on combine à cela l’éloignement des dif-
férents hébergements du lieu même de la manifestation, on comprend
davantage l’enjeu considérable qui se cache derrière cette réflexion.

Interview de Benoît Desveaux,


directeur général du Public Système
Concevoir des éco-événements engendre-t-il un coût plus important ?
C’est souvent la première réaction du client en effet. Mais c’est faux.
Nous avons par exemple organisé un congrès à Paris avec une idée
simple : tout mettre en place autour de la ligne 1 du métro. Le congrès
s’est tenu au CNIT, à La Défense, la soirée s’est déroulée au Lido et
© Groupe Eyrolles

tous les congressistes étaient logés dans des hôtels le long de la ligne
de métro. C’est la preuve qu’en étant un peu créatif, un peu imagina-
tif, on peut organiser des événements différemment, en favorisant
l’environnement, sans pour autant dépenser plus d’argent. En l’occur-
rence, cette opération s’est même avérée moins coûteuse !

111
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Progressivement, le secteur hôtelier s’engage, lui aussi, dans des démarches


de développement durable, qui peuvent se traduire par l’obtention de
labels environnementaux comme l’écolabel européen. Adapté depuis
avril 2003 à l’hôtellerie, il est délivré en France par l’AFAQ AFNOR Certifi-
cation et de nombreux hôtels se lancent dans la démarche (à la mi-2007,
au niveau européen, près de cent établissements étaient titulaires de cet
écolabel). Pour information, 84 critères de performance environnementale
(dont 37 optionnels) doivent être respectés. Ils concernent les actions
engagées en vue de limiter la consommation d’énergie et d’eau, de dimi-
nuer la production de déchets, de favoriser l’utilisation de ressources
renouvelables et de substances moins dangereuses pour l’environnement,
mais également d’encourager l’éducation et la communication en la
matière. Parmi les obligations à respecter : l’utilisation de 22 % d’électri-
cité provenant de sources d’énergies renouvelables. Système de reconnais-
sance indépendant, valable en Europe, il présente l’avantage d’être un
label officiel encadré par un règlement communautaire. N’hésitez pas à le
faire connaître des gestionnaires d’hôtels afin de participer à son dévelop-
pement : « citez pour inciter ! »1.

À ce titre, soulignons l’initiative de l’Union des Métiers de l’Industrie


Hôtelière de la Région Aquitaine (UMIHRA), qui s’est fixée comme objec-
tif, en partenariat avec le conseil régional et l’ADEME, dans le cadre du Pro-
gramme Régional Aquitain de l’Environnement (PRAE), de promouvoir
l’écolabel européen des hébergements touristiques auprès de ses adhérents
en Aquitaine. Cette opération d’accompagnement d’une dizaine d’hôtels
pionniers dans cette démarche de labellisation devrait faciliter par la suite
la diffusion et la généralisation de cette reconnaissance environnementale.

En pratique

Un premier hôtel français titulaire de l’écolabel européen

Ouvert depuis 1999, l’hôtel Les Orangeries (Vienne), classé 3 étoiles, dis-
pose de sept chambres et de trois appartements dans une demeure du
XVIIIe siècle située dans un parc arboré. La démarche initiée par la directrice
de l’hôtel a été soutenue par l’ADEME et le Centre des Jeunes Dirigeants
(CJD). Cet établissement est le premier en France à avoir reçu l’écolabel
européen « Services d’hébergement touristique », délivré par
l’AFAQ AFNOR Certification en mai 2006. Pour cela, il a engagé différentes
actions et modifié ses pratiques dans les domaines de l’énergie, de l’eau et
© Groupe Eyrolles

de la gestion des déchets. Le personnel a également bénéficié de forma-


tions. Une nouvelle politique d’achats a été engagée (produits d’entretien


1. www.eco-label-tourism.eu

112
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation



écologiques, produits biologiques ou équitables pour les repas). Mais les


clients n’ont pas été oubliés, puisqu’ils sont sensibilisés aux choix effectués
et invités à continuer leurs efforts lors de leur retour à la maison.

D’autres labels existent encore, comme celui de la Clé Verte qui, depuis
2002, est promu par la Fondation pour l’Éducation à l’Environnement en
Europe (FEEE). Initié au Danemark, ce label écologique est déjà présent
dans de nombreux pays. Cette marque distinctive encourage les gérants
d’hébergements touristiques à adopter de bonnes pratiques environne-
mentales et garantit aux visiteurs un lieu de séjour où l’environnement est
pris en compte et respecté dans la gestion au quotidien.

Vérifiez les caractéristiques du bâtiment d’accueil


Les logements et les bâtiments tertiaires sont à l’origine de 23 % des émis-
sions nationales de CO2, soit plus d’une demie tonne de carbone par an et
par personne. Pour les bâtiments tertiaires, les consommations énergéti-
ques représentent 221,2 TWh, soit 221 kWh par m2 en moyenne en 2006.
Pour le secteur tertiaire, le chauffage est le premier poste de consommation
énergétique avec 54 % de la consommation totale, tandis que la climatisa-
tion représente 5 %.

Les travaux sur les bâtiments, tant lors de leur construction que de leur
réhabilitation ou de leur démolition, génèrent des déchets : en 2004,
on estimait ainsi leur production à près de 48 millions de tonnes
(source : ADEME-IFEN1).

À l’occasion de la sélection du lieu d’accueil, n’hésitez pas à vous informer


sur les efforts réalisés par le gestionnaire du site quant à la prise en compte
de l’environnement. Beaucoup de bâtiments sont assez anciens et pas
encore optimisés du point de vue de leurs performances énergétiques et de
leur qualité environnementale. Aussi, la réhabilitation d’anciens bâti-
ments et la construction de nouveaux lieux accueillant des manifestations
diverses présentent des opportunités d’actions pour réduire les impacts
environnementaux des bâtiments.

Intégrez la démarche HQE®


© Groupe Eyrolles

C’est dans le but d’intégrer les caractéristiques de développement durable


directement dans les bâtiments que les professionnels du secteur ont déve-

1. Institut français de l’environnement.

113
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

loppé la démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE®). Celle-ci


fait référence à un concept apparu au début des années 1990 et qui s’est
largement développé depuis. Elle est aujourd’hui au centre d’un mouve-
ment important concernant l’ensemble du secteur du bâtiment.

Il ne s’agit pas d’une réglementation mais d’une démarche volontaire


d’optimisation de la qualité environnementale des opérations de construc-
tion ou de réhabilitation de bâtiment.

La démarche HQE® s’appuie sur :

 un système de management environnemental de l’opération, établi et


conduit sous la responsabilité du maître d’ouvrage ;

 des exigences environnementales définies à l’origine du projet selon


son contexte et les priorités du maître d’ouvrage, dans les thématiques
suivantes : éco-construction (paysage, matériaux, transports, chantier),
éco-gestion (énergie, eau, déchets, entretien/maintenance), confort
(visuel, acoustique, etc.) et santé.

Même si les centres de congrès ou autres espaces HQE® pour accueillir vos
manifestations sont encore peu nombreux, peut-être en existe-t-il dans la
ville ou la région où vous projetez d’organiser votre manifestation ? En
effet, la démarche HQE® se développe de plus en plus, notamment dans les
bâtiments publics : les collectivités territoriales sont aujourd’hui toujours
plus nombreuses à s’investir en faveur de cette démarche. Par ailleurs, la
fédération Foires Salons et Congrès de France (FSCF), l’association
France Congrès (réunissant les maires de villes de congrès) mais aussi les
structures gérant le Palais des Congrès engagent aujourd’hui une réflexion
en matière de prise en compte du développement durable et de ses impéra-
tifs. En termes de réalisations, il est intéressant de noter que lors du Grand
prix de l’Ingénierie Touristique du 28 novembre 2006, le premier prix a été
attribué à la réhabilitation du Palais Lumière d’Évian, qui s’est inscrit dans
le cadre d’une démarche HQE®. Citons également l’extension et la rénova-
tion du Palais des Congrès de la ville de Mandelieu-La Napoule (Alpes-
Maritimes) ou encore la réalisation de l’extension du Centre culturel et
associatif de la ville de Pessac (Gironde), qui intègrent tous deux les prin-
cipes de la démarche HQE®.

Mettez en place une gestion environnementale sur les sites


© Groupe Eyrolles

Afin de vous aider à choisir un lieu répondant à des exigences environne-


mentales, vous pouvez orienter les échanges avec le gestionnaire du lieu
autour de la mise en place d’actions pour optimiser le fonctionnement du
site et apporter un confort aux visiteurs tout en limitant les conséquences
pour l’environnement.

114
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation

Pour faire des économies d’énergie, pensez à utiliser des lampes basse
consommation et à mettre en valeur l’éclairage naturel.

Le système de chauffage et de climatisation constitue le premier poste de


consommation énergétique. Par conséquent, étudiez comment mieux
maîtriser vos consommations, assurer une gestion rationnelle de la tempé-
rature des salles, etc. Et pourquoi ne pas envisager un approvisionnement
en électricité issue d’énergie renouvelable avec l’achat de « certificats
verts » ?
Quant à la gestion des déchets, elle constitue une préoccupation impor-
tante pour les organisateurs de manifestations. Ainsi, n’oubliez pas d’inté-
grer la mise en place d’une filière de gestion des déchets (mise en œuvre et
promotion de la collecte sélective, installation de circuits de recyclage en
fonction des opportunités locales, etc.), facilitez l’accès aux bennes et pré-
voyez des locaux pour stocker les emballages réutilisables… Dans les par-
ties communes, vous pouvez également utiliser des équipements
réutilisables ou recyclables (dalles de moquettes modulables, repères de
stands). Vous participerez ainsi à la réduction des impacts liés aux déchets.

Check-list

Vous êtes le gestionnaire du site de la manifestation


✔ COMMUNIQUEZ sur l’accessibilité du site par les transports en com-
mun.
✔ RÉHABILITEZ votre bâtiment en prenant en compte l’environnement
(démarche HQE®…).
✔ PENSEZ « économies d’énergies » : réduisez la consommation de votre
système de chauffage et de climatisation, mettez en valeur l’éclairage
naturel, utilisez des ampoules basse consommation, installez des inter-
rupteurs détecteurs de présence dans les lieux stratégiques…
✔ ENVISAGEZ de faire appel aux énergies renouvelables.
✔ ÉQUIPEZ votre site d’un système d’économie d’eau : installez, par
exemple, des wc double chasse, des robinets à arrêt automatique et
disposant d’un réducteur de débit…
© Groupe Eyrolles

✔ METTEZ en place une gestion sélective des déchets organisée autour


des circuits locaux de recyclage existants et SENSIBILISEZ le personnel.
✔ FACILITEZ l’accès aux bennes pour les déchets et PRÉVOYEZ des locaux
pour stocker les emballages réutilisables.


115
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…



✔ INCITEZ à l’utilisation d’éco-produits (produits de nettoyages éco-


labellisés par exemple).

✔ FAVORISEZ l’accessibilité de votre site aux personnes à mobilité


réduite.

✔ SENSIBILISEZ les intervenants, par exemple via l’affichage de votre


démarche environnementale, d’une charte ou d’un règlement interne.

Les produits d’appel : invitations et stands

Diffuser les supports et moyens de promotion


Petit rappel : pour la conception, la réalisation et la distribution de sup-
ports de promotion et d’information accompagnant les événements orga-
nisés, n’hésitez pas à vous reporter à la partie précédente de l’ouvrage,
consacrée à ces questions.

Lors du lancement d’une manifestation, privilégiez le plus souvent possi-


ble l’utilisation d’Internet pour diffuser les informations d’ordre général
(dates, pré-programmes et programmes, bulletins d’inscription, etc.).
Facile d’utilisation, peu coûteux, fiable et interactif, cet outil remplace effi-
cacement les envois de courrier, les relances, les inscriptions, les présenta-
tions de programmes et permet d’élargir et de mieux connaître votre cible
(formulaires, etc.). La création d’un site Web dédié à l’information, mais
aussi à l’inscription ou à la réservation des participants, permet ainsi de
dématérialiser une partie de la communication.

Attention toutefois aux risques éventuels de « transfert de pollution » : si,


pour votre part, vous n’imprimez plus, pensez que votre public aura sans
doute à le faire pour le document lui indiquant comment entrer sur le site
grâce au plan d’accès… L’enjeu est donc qu’il dispose des seules informa-
tions nécessaires sur papier. Pour cela, un rappel concernant l’accessibilité
au site par des modes de transports alternatifs à la voiture, ou encore sensi-
bilisant aux hébergements touristiques les plus responsables permet à une
plaquette pratique de devenir un guide de sensibilisation du participant.

Si vous avez prévu une large diffusion de prospectus, interrogez-vous sur


© Groupe Eyrolles

ses modalités afin de réduire les gaspillages. Vous pourrez par exemple
ajuster au mieux le nombre des tirages d’invitation ou des programmes en
fonction de vos expériences passées ou intégrer un volet de sensibilisation
à l’environnement dans les documents en affichant votre démarche dans
le dossier participant ainsi que le dossier de presse.

116
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation

Un stand et des matériels d’exposition en cohérence


avec votre démarche
Une question d’image et de sens
Intégrer des contraintes environnementales dans la préparation d’une pré-
sence sur une manifestation représente un enjeu majeur. Si pendant long-
temps, les stands ont généralement été conçus, installés, utilisés et
démontés sans prêter attention à l’impact environnemental généré, il sem-
blerait que les pratiques évoluent.

La quasi-totalité du revêtement de sol des salons part encore aujourd’hui


à la décharge et 20 % des déchets de l’ensemble d’une manifestation
sont constitués par la documentation jetée par les visiteurs quelques
instants seulement après avoir été collectée sur les stands !

Béatrice Tonini, chargée de communication à la délégation régionale Pro-


vence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) de l’ADEME, a piloté la création d’un
stand éco-conçu inauguré à l’occasion de la Foire Internationale de Mar-
seille, en 2005, et sélectionné par l’Observer du design 2006 (lire l’encadré
ci-dessous). Elle raconte : « Notre objectif était de concevoir un stand modula-
ble et réutilisable, réalisé dans une démarche d’éco-conception. Nous avons opté
pour une solution conjuguant esthétisme et ingéniosité proposée par un collectif
de designers motivés par l’exercice, Fabrik3. Comme dans tout processus de créa-
tion, les contraintes peuvent constituer un puissant levier de créativité : mille et
une réponses, correspondant à mille et un budgets et à mille et un positionne-
ments en termes d’image, auraient pu être inspirées par le cahier des charges. »
Éco-concevoir un stand représente un vecteur de gains : les gains logisti-
ques (durée de vie accrue du matériel, volume de stockage et de transport
compacté, temps d’installation et de démontage réduit…) induisent des
gains économiques et environnementaux, enrichis par un bénéfice indé-
niable et inestimable en termes d’image et de sens, pour les visiteurs
comme pour les organisateurs.

En pratique

Des stands éco-conçus, une démarche d’amélioration continue


pour l’ADEME !
© Groupe Eyrolles

Depuis l’éco-conception de son stand lors du salon Pollutec 2004,


l’ADEME s’investit dans cette démarche et capitalise les enseignements
sur cette thématique. L’Agence est de plus à l’origine de la création en
2004 des Trophées de l’éco-conception de stands à Pollutec.


117
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…



En 2005, la délégation régionale de l’ADEME en PACA a inauguré, à


l’occasion de la Foire Internationale de Marseille, un stand entièrement
éco-conçu par FabriK3, collectif de designers retenu au terme d’une con-
sultation.
Les solutions mises en œuvre portent sur la globalité des points et sont
explicitement présentées au visiteur, sur une étiquette faisant office de
« déclaration environnementale » : fabrication et matériaux écologiques
(bois issu de forêts éco-gérées ; limitation des chutes ; collage, vernis et
encres sans solvant), logistique optimisée (mobilier modulable, facilement
maniable, empilable, à encombrement réduit ; emballages recyclés et peu
volumineux…), durée de vie ( design pérenne, résistance, durabilité ; valo-
risation possible).
Animé par le réseau régional des Espaces Info Énergie (EIE) de PACA, des
choix de vie quotidienne « responsables » ont été appliqués dans l’espace :
éclairage basse consommation, distribution raisonnée de documents,
vaisselle recyclable, conditionnement adapté de l’eau et des denrées…
Sélectionnés par l’Observer du design 2006, ces éléments sont depuis leur
création régulièrement réutilisés par l’ADEME PACA lors de diverses mani-
festations, dans des espaces de taille variable.
Une autre approche a été menée en mai 2006 : les visiteurs de la Foire
Internationale de Bordeaux ont pu découvrir le stand éco-conçu de la
délégation régionale de l’ADEME en Aquitaine. Conçu par Rébus, il pré-
sente la particularité d’avoir intégré, en amont de sa réalisation, l’intégra-
lité du cycle de vie des matériaux (agencement à partir de matériaux
réutilisés ou recyclés, approvisionnements principalement locaux, trans-
ports limités, gestion de la fin de vie), mettant ainsi en valeur les bénéfices
écologiques de la démarche d’éco-conception, sachant que la quasi-tota-
lité des éléments sera réutilisée.
En outre, toutes les solutions répondant aux principes de l’éco-conception
proposées sur le stand ont été expliquées sur des petits cartels mis à dis-
position. Par ailleurs, les visiteurs ont également pu déguster des produits
de saison, accompagnés de café et de thé issus du commerce équitable !
Acheter des produits recyclés, utiliser des technologies sobres, éviter les
produits jetables, acheter localement, miser sur la qualité… autant de
gestes astucieux ayant accompagné cette démarche éco-responsable !
Lors de l’édition 2007 de la Foire Internationale de Bordeaux, la déléga-
tion régionale de l’ADEME en Aquitaine est allée plus loin dans la démar-
che et a évalué que seule 1,3 tonne de carbone avait été générée par son
© Groupe Eyrolles

stand éco-conçu, contre 2,5 pour un stand « classique », soit une réduc-
tion de son impact de 47 %. L’initiative a été très remarquée par le public
et la presse et est maintenant reprise par d’autres exposants ainsi que par
les organisateurs qui réfléchissent à transformer la foire en un éco-événe-
ment.

118
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation

Désormais, la prise de conscience permet d’agir efficacement sur ces


impacts. Que vous soyez organisateur ou exposant, voici quelques pistes
pour éco-concevoir salons et stands.

Ne pas être victime de la mode


Un style et des couleurs sobres se démodent généralement moins vite…
Cependant, au cas où vous souhaiteriez faire évoluer le « style » de votre
stand dans le temps, cherchez à adapter, sur la base d’une structure
pérenne, des éléments spécifiques dits « consommables ». De même, évitez
d’imprimer sur les éléments de structure des informations qui rendront de
fait ces derniers obsolètes dès la fin du salon. Dans tous les cas, ces
« consommables » doivent être limités et facilement séparables de la struc-
ture générale de votre stand.

Évitez d’indiquer le nom du salon ou une date sur un panneau


d’affichage ! Celui-ci pourra alors être réutilisé pour un autre événe-
ment ou dans d’autres contextes.

Par ailleurs, outre la prévention de la production de déchets, en limitant


les quantités de matière consommées et en s’interrogeant sur l’origine des
matériaux, il est possible de limiter les impacts environnementaux liés à
leur fabrication : choix de matériaux recyclés, de produits dont la teneur
en substances toxiques est limitée (colles sans solvants dangereux, peintu-
res écolabellisées), de bois issus de forêts gérées durablement (répondant
aux exigences des référentiels FSC, PEFC ou équivalents), etc.

Enfin, pour le choix des infrastructures, optez pour du matériel plus


robuste, démontable et réutilisable. Si à l’achat, cela peut sembler plus
cher, il faut néanmoins considérer que la durée de vie sera augmentée et
donc le coût global maîtrisé. Il conviendra de prévoir également les solu-
tions de stockage adaptées.

Comment réduire consommations et consommables ?


L’utilisation de spots halogènes, très consommateurs d’énergie, est encore
souvent perçue, à tort, comme indispensable pour accrocher le public, le
séduire et mettre en valeur de façon optimale l’ensemble des produits
© Groupe Eyrolles

exposés. Lors de la conception de votre stand, réfléchissez à l’aménage-


ment des sources lumineuses en donnant la priorité aux nouvelles techno-
logies (lampes basse consommation ou diodes électroluminescentes dites
LED). Cela permet des économies très significatives sans remettre en cause
la qualité de l’éclairage.

119
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Pensez-y ! L’installation d’un interrupteur général pour chaque stand


permettra l’arrêt complet de la consommation aux heures de ferme-
ture au public.

Concernant les appareils électriques et électroménagers, une attention


toute particulière sera portée sur leur consommation (logo Energy Star ou
équivalent sur les ordinateurs et les téléviseurs, réfrigérateurs avec une éti-
quette énergie A +, etc.).
Enfin, il est également possible de parvenir à réduire la consommation
d’eau avec notamment la mise en place de systèmes d’économie d’eau ou
encore de toilettes sèches.

Inciter à faire de l’environnement un défi


Afin de valoriser vos efforts et ceux des exposants, mais également d’inci-
ter le plus grand nombre à s’impliquer dans ces démarches d’amélioration,
envisagez d’organiser un concours (du stand « éco-conçu ») ou de remettre
un signe de distinction à ceux ayant fait des efforts (fanion ou badge à
mettre sur le stand).

En pratique

Les Trophées des éco-stands à Pollutec


Chaque année depuis 2004, le salon Pollutec organise un concours des
stands éco-conçus. De plus en plus d’initiatives sont présentées, mettant
en avant la créativité des exposants en la matière.
En 2006, l’espace collectif Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse (piloté par
le réseau consulaire régional avec le soutien de plusieurs partenaires, dont
la délégation régionale de l’ADEME en PACA) a obtenu le premier prix des
trophées de l’Éco-conception de stands.
C’est une démarche éco-responsable globale qui a été récompensée :
conception du stand, choix des matériaux, logistique, animation et con-
sommables, quantification, limitation et compensation des émissions de
gaz à effet de serre (GES).
Cet espace est ainsi le premier à avoir réalisé, pour sa participation à Pollu-
tec, un Bilan CarboneTM ayant permis de quantifier à 4,5 t eqC1 les émis-
© Groupe Eyrolles

sions liées à l’espace (préparation et tenue du stand) et à environ


7,5 t eqC celles dues aux visiteurs.


1. tonne équivalent carbone.

120
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation



Une « Charte d’engagement pour un stand neutre en émissions de gaz à


effet de serre » a été signée par les partenaires organisateurs et les entre-
prises exposantes. À ce titre, la plantation de douze arbres en PACA com-
pensera les 12 t eqC qui n’ont pas pu être évitées.
Sur ce stand, la vingtaine d’organismes et d’entreprises présents a pu, à
son échelle, proposer des solutions originales. Ainsi, une société n’a pas
distribué de brochure papier : un document unique et plastifié était con-
sultable sur place avec la possibilité de télécharger des extraits choisis, sur
des supports informatiques !
Notez que le succès de cette opération résulte d’une forte mobilisation de
tous, partenaires, prestataires et exposants.

De manière plus générale, vous pouvez intégrer les critères environnemen-


taux dans les appels d’offres et de prestations techniques, afin d’informer
et de sensibiliser les techniciens, les bénévoles et les intervenants… Cela se
matérialise, par exemple, par la rédaction d’une charte ou d’un règlement
intérieur. Autre solution : pourquoi ne pas transmettre des consignes aux
personnes assurant des permanences sur des stands concernant le tri des
déchets ou la diffusion raisonnée des documents papier ?
Préparer un guide technique de l’exposition peut également permettre de
sensibiliser les exposants à un certain nombre de points. Par exemple : des
filières de collecte sont-elles mises en place ? Quelles sont les pistes à favo-
riser pour l’éco-conception d’un stand ? La mise à disposition et l’utilisa-
tion d’une « check-list » permettent aussi de proposer des pistes
d’amélioration. Enfin, pour ceux qui louent un stand clés en main, les
questions relatives à la gestion de l’information restent pertinentes et per-
mettent à chacun d’identifier les moyens d’action à mettre en œuvre.
Le document ci-après vise à donner aux organisateurs des pistes pour pro-
poser une animation autour de l’éco-conception des stands. Le document
suivant, quant à lui, s’adresse aux exposants pour les aider à identifier des
pistes d’éco-conception de leurs stands.
© Groupe Eyrolles

121
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Eco-conception de votre stand (ou de votre participation au salon Z)

Organisateurs, voici quelques exemples d’accroche :


« Et si vous preniez en compte la protection de l’environnement dès la conception de votre stand ?

« Avez-vous pris en compte l’environnement lors de la conception de votre stand et dans l’organi-
sation de votre participation au salon Z ? »
« Eco-concevez votre participation au salon Z ! » …
Le Salon Z, conscient de… tatati… a fait… tatata… Ces efforts auront d’autant plus de sens qu’ils
se conjugueront avec ceux réalisés par chaque exposant dans la conception de son stand et dans la
gestion de sa participation à cette manifestation.
Les interrogations et pistes proposées ci-dessous (non exhaustives et non exclusives) ont l’ambition
de vous permettre d’approcher votre degré actuel de prise en compte de l’environnement dans la
conception de votre stand et dans la programmation de votre participation. Elles devraient/pour-
raient également vous permettre de déterminer des pistes d’améliorations pour le futur.

• (si concours) Parallèlement, si vous avez déjà conduit ou conduisez une réflexion sur l’éco-con-
ception de votre stand et de votre participation à Z 2005, vous souhaiterez peut-être en faire un
élément de valorisation et de communication à travers votre participation à la première édition
du trophée tatati : dans ce cas, n’oubliez pas de cocher la dernière case de ce questionnaire
« ljlkjk » !

• (si charte avec ou sans concours) Comme toute approche environnementale, l’éco-concep-
tion est une démarche de progrès : elle se doit d’être menée progressivement… et résolument !
Vous pouvez d’ores et déjà montrer votre engagement en signant la Charte « Pour un salon/
stand éco-conçu » (ou « Pour une manifestation plus respectueuse de l’environnement ») et en
l’apposant sur votre stand. Si on choisit cette option, voir la proposition d’éléments pour la
charte ci-après :
Proposition d’éléments pour une Charte : « Pour un salon/stand éco-conçu » :
« Pour décliner/étendre notre engagement en faveur du développement durable à l’ensemble de
nos activités, nous nous attachons/engageons à mieux prendre en compte l’environnement dans la
conception de ce stand et dans l’organisation de notre participation à ce salon.
En particulier, nous avons pris en compte les caractéristiques environnementales des matériaux qui
composent ce stand, pensé à sa valorisation en fin de vie et organisé la diffusion de l’information
pour en accroître l’efficacité tout en en réduisant les impacts environnementaux,
Marc YYY, responsable zzz de l’Entreprise XXX »

• On peut également envisager d’être plus précis en proposant aux signataires des éléments à inté-
grer en fonction des caractéristiques de leurs stands : « stand aisément démontable et constitué
de matériaux facilement identifiables grâce à leur marquage pour permettre leur valorisation et
leur recyclage » ou/et « stand majoritairement composé de matériaux renouvelables (issus de
forêts gérées durablement) » ou/et « stand réutilisable, modulable, conçu pour réduire ses
impacts lors de son transport et de sa réutilisation », etc.

Nom de l’exposant : ________________


Surface de votre stand à Z : _____ m2 Puissance électrique installée : _____ kW
Catégorie A : Votre stand est fabriqué sur mesure et est destiné à être utilisé plusieurs fois
Catégorie B : Votre stand est fabriqué sur mesure et est destiné à un usage unique
© Groupe Eyrolles

Catégorie C : Vous louez un stand clés en main à l’organisation du salon

Principe de la check-list proposée en page suivante : les exposants ne remplissent que la colonne
qui les concerne (A, B ou C) en cochant les cases correspondant à une réponse positive.

Source : ADEME

122
Intégrer les exigences environnementales dès la préparation

Pour les participants à u salon, une foire, …

ECO-CONCEPTION : évaluez votre prise en compte de l’environnement dans la conception de votre


stand et de votre participation au salon Z
Cochez les cases correspondant à une réponse positive de votre part dans la colonne Catégorie
dédiée à la catégorie de votre stand du stand
A B C
Avez-vous spécifiquement intégré des caractéristiques environnementales dans votre cahier des charges  
lors de la commande de votre stand ?
Les matériaux qui composent votre stand sont-ils majoritairement issus de ressources renouvelables ?  
Les matériaux, autres que ceux issus de ressources renouvelables, sont-ils facilement recyclables et leur  
nature est-elle clairement identifiée pour faciliter leur recyclage ?
Les éléments de fixation, de collage et de finition ne nuisent-ils pas à la séparabilité des différents maté-  
riaux ni à leur recyclage ou valorisation énergétique ?
Votre stand est-il modulaire pour être adaptable à différentes surfaces ? 
Avez-vous mené une réflexion particulière pour réduire les quantités de matières utilisées pour fabriquer 
votre stand et diminuer les quantités de déchets de fabrication ?
Démontés, les éléments sont-ils majoritairement plats ou s’emboîtent-ils les uns dans les autres de  
manière à réduire le volume lors du transport ?
La puissance installée a-t-elle été optimisée grâce à un éclairage adapté et peu consommateur d’électri-   
cité (lampes basse consommation, néons…) ?
Votre installation électrique est-elle équipée d’un interrupteur général vous permettant un arrêt complet   
de votre consommation aux périodes de fermeture au public ?
Sur votre stand, un emplacement spécifique est-il dédié au tri des déchets durant le déroulement de la   
manifestation (emballages de vos documents, déchets papier, déchets de bouche…) ?
Les revêtements de sols que vous utilisez sont-ils réutilisés après le salon ?  
Une fois votre stand arrivé en fin de vie, avez-vous programmé de réutiliser certains éléments dans  
d’autres contextes (don à des associations, réutilisation en entreprise de certains éléments mobiliers…) ?
Pour accroître la durée de vie de votre stand, avez-vous d’ores et déjà mené une réflexion pour éviter son 
obsolescence esthétique ?
Lors des phases de montage et démontage du stand, vos opérateurs disposent-ils des consignes suffisan-  
tes pour trier et valoriser les déchets d’emballages et/ou les éléments de protection non réutilisés ?
Transmettez-vous des consignes écrites aux personnes présentes sur votre stand afin qu’au cours de leur   
permanence, elles puissent concourir à la mise en oeuvre de votre démarche environnementale (tri des
déchets, diffusion raisonnée des documents papier…), voire expliquer votre démarche d’éco-conception ?
Au cours de l’exposition, avez-vous mis en place une distribution ciblée de vos documents (par opposition  
à des documents majoritairement en libre-service) ?
Disposez-vous de documents de différents volumes de manière à ne diffuser que l’information nécessaire   
(synthèse, catalogue restreint ou document plus complet selon les besoins de vos visiteurs) ?
Utilisez-vous des supports d’informations fixes, pérennes ou actualisables (support informatique, pan-   
© Groupe Eyrolles

neaux d’information…) permettant de diminuer la diffusion des documents papier ?


La conception des documents que vous distribuez intègre-t-elle des caractéristiques environnementales   
(papier écolabellisé, fibres recyclées, encres végétales, grammage optimisé…) ?

Source : ADEME

123
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

En tant qu’exposant, votre rôle consistera également à informer les visi-


teurs du travail réalisé sur votre stand car, en dehors de l’aspect esthétique,
la valeur ajoutée liée à la réduction des impacts environnementaux de ce
dernier n’est pas forcément visible de tous. Aussi, prendre le temps de
former les hôtesses d’accueil, afin qu’elles puissent expliquer concrète-
ment les travaux menés et les résultats auxquels vous êtes parvenus, vous
permettra de valoriser votre action. Il est également important de pouvoir
démontrer que, même si le stand n’est pas parfait, l’exposant a pensé à de
nombreuses problématiques, tenté de réduire les impacts les plus significa-
tifs et réfléchi aux possibilités de marges de manœuvre.

Check-list de l’organisateur ou du prestataire

Vous organisez la manifestation


✔ CHOISISSEZ le lieu de votre manifestation en fonction de son accessi-
bilité en transports collectifs, sur un site disposant déjà d’infrastructu-
res éco-conçues.
✔ INSCRIVEZ des prescriptions environnementales dans vos cahiers des
charges.
✔ DÉMATERIALISEZ votre communication autour de la manifestation :
informez votre réseau et lancez vos invitations via Internet, des
mailings collectifs…
✔ SENSIBILISEZ votre public et les médias : affichez clairement votre
démarche éco-responsable et expliquez les moyens mobilisés.

Vous êtes prestataire


✔ SOYEZ créatifs ! Présentez à vos clients des concepts originaux inté-
grant des critères environnementaux.
✔ PROPOSEZ à vos clients des stands éco-conçus astucieux !
© Groupe Eyrolles

124
11

Traduire son engagement


pendant la manifestation

La diffusion raisonnée des informations (publications et éditions diverses)


constitue un point incontournable de l’éco-conception d’une manifesta-
tion. Elle concerne aussi bien les organisateurs que les exposants. Il est
donc important que vous estimiez au mieux vos besoins en documents.
Vous croiserez vos informations avec d’autres exposants, avec les organisa-
teurs ou avec vos propres services commerciaux pour apprécier la réalité de
vos besoins au regard de votre expérience antérieure. L’approvisionnement
d’un stand en publications nécessite parfois des palettes entières alors qu’il
existe des moyens simples de faire une première sélection à l’aide de
bornes interactives par exemple. Celles-ci peuvent proposer l’envoi ulté-
rieur et ciblé d’informations ou la mise à disposition de ces informations
sur des sites Internet dédiés à l’éco-manifestation.

Résolument éducatif et pédagogique, le salon Viv’expo s’est tenu pour sa


première édition à Rennes, à l’automne 2006. Visant à favoriser l’éducation
à l’environnement, il permet aussi de faire découvrir de nouveaux modes
de vie et de consommation, plus responsables et solidaires, à travers
6 000 m2 d’exposition, des conférences, d’ateliers pratiques et de nom-
breuses animations.

Claire Schio, chargée de communication à la délégation régionale de


l’ADEME en Bretagne, fait une analyse très positive de cette première édi-
tion. « Nous souhaitions proposer un salon éco-citoyen avec un pôle éco-habitat,
© Groupe Eyrolles

un pôle santé-bien-être, un pôle alimentation bio, un pôle environnement et


développement durable et un pôle tourisme solidaire et loisirs verts. En fait, nous
voulions un salon grand public autour de la démarche éco-citoyenne, tous thèmes
confondus, qui soit aussi et avant tout exemplaire dans sa conception et son
animation, pour développer une dynamique d’éco-événements. Le bilan est très

125
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

satisfaisant, avec plus de 14 000 visiteurs en trois jours, une journée spéciale
avec six cents scolaires, une cinquantaine de conférences et de films, 1 800 repas
servis par quatre restaurateurs bio. D’ailleurs, 59 % des visiteurs ont acheté sur
place. C’est ce que l’on peut qualifier de première réussie ! Mais au-delà des chif-
fres, il y a l’esprit de la manifestation, à laquelle nous avons travaillé quatre ans
avant qu’elle ne voie le jour. L’ADEME, partenaire financier et technique de
Viv’expo, a ainsi convaincu les collectivités locales, notamment le Conseil régio-
nal, de s’investir dans le projet. Nous avons prouvé que l’on peut monter des évé-
nements importants avec un faible impact sur l’environnement. Les sacs en
plastique étaient interdits, les traiteurs proposaient des produits bio et de la vais-
selle lavable, pas jetable. Nous avons également mis en place un service de covoi-
turage pour les visiteurs, avec l’association rennaise Covoiturage Plus. Quant à la
collecte sélective des papiers et des cartons, réalisée par une association d’inser-
tion, elle a permis de récupérer près de trois tonnes de déchets recyclables. Bien
sûr, c’était le b.a.-ba Toute la communication du salon avait été réalisée par un
imprimeur Imprim’Vert. Un seul regret : tous les stands n’étaient pas éco-conçus,
car cette démarche est encore perçue comme trop contraignante et tous les expo-
sants ne pouvaient pas s’y plier. Nous espérons maintenant pérenniser cette
manifestation. »

Organiser une distribution raisonnée


des documents
Diffusion d’informations spécifiques
Les supports électroniques (Internet, CD-rom) peuvent aussi servir à la dif-
fusion d’informations plus spécifiques comme les actes d’un colloque, les
éléments de discours des invités, les comptes rendus de conférences de
presse, voire les présentations des intervenants. En combinant version
électronique et version papier, vous pouvez, par exemple lors de colloques,
ne distribuer en séance que les documents strictement nécessaires à la
compréhension et à la prise de notes.

Diffusez à l’entrée d’un colloque certains transparents des interven-


tions pour la prise de notes, en recto verso, sous format vignette…

Distribution raisonnée des documents imprimés


© Groupe Eyrolles

Lors des salons, sur vos stands, vous avez l’habitude de laisser en libre-ser-
vice des documents imprimés, documents pris par les participants pour
une éventuelle lecture ultérieure. Cette accumulation de documents est
synonyme d’importants gaspillages que l’on peut réduire. Dans ce cas, la
gestion de la diffusion des documents peut passer par :

126
Traduire son engagement pendant la manifestation

 la formation des hôtesses pour aider les visiteurs à cibler et à orienter


leurs demandes et éviter ainsi la collecte systématique de tous les docu-
ments présents ;

 la présentation de documents sur le stand en privilégiant par exemple


en première ligne ou dans les zones de passage la présence de docu-
ments synthétiques, de fiches de présentation, de documents peu volu-
mineux d’ordre général, de supports d’informations fixes, etc. ;

 la mise à disposition d’un ordinateur permettant de consulter en ligne


les informations adaptées (via la consultation du site Internet de
l’exposant) et d’imprimer uniquement les informations nécessaires,
voire de les enregistrer sur une clé USB…

Lors des colloques, pensez également à éviter la distribution de documents


en « lot » (un pack comprenant généralement dans une pochette la ver-
sion papier des présentations, des documents annexes, voire un bloc-notes
et un stylo). Tous les participants ne souhaitent pas forcément une
pochette (« Les pochettes, c’est pas systématique ! »), ni repartir avec l’ensem-
ble des documents.

Mettez à disposition des participants les différents documents à diffu-


ser et, à part, des pochettes vides (recyclées, recyclables, réutilisables)
pour que chacun puisse remplir ces dernières uniquement avec les
documents qui l’intéressent !

Afin de simplifier la gestion de vos stocks et limiter les pertes en fin de


manifestation, vous pouvez aussi envisager un modèle de pochette stan-
dard, adaptable à différents événements. Il peut s’agir d’un modèle (avec le
seul logotype de l’entreprise) permettant d’ajouter, grâce à un insert, le
titre de l’événement, les noms des partenaires, etc. Et pour favoriser l’utili-
sation ultérieure de la pochette, les logos et les autres inscriptions pourront
être apposés discrètement. Ainsi, des inscriptions sur la face interne du
rabat seront visibles uniquement lorsque la pochette est ouverte, permet-
tant une réutilisation ultérieure moins « typée » par les participants.

Choisir des objets promotionnels utiles


et durables
© Groupe Eyrolles

La publicité et la promotion de votre manifestation passent aussi par la dis-


tribution en très grand nombre d’objets dits de « marketing », jusqu’ici
trop souvent cantonnés à des gadgets ou à des « goodies », rarement utiles
(mallettes, parapluies, etc.). Or, cela ne sert pas toujours les objectifs de

127
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

promotion de la manifestation. En outre, vos cibles étant de plus en plus


sensibles aux critères écologiques, elles apprécieront de trouver un usage
durable à l’objet offert, si vous décidez finalement d’en distribuer.

Dans ce cas, limitez la diffusion de gadgets, en privilégiant plutôt l’utile et


le réutilisable. Pour cela, recherchez des objets plus respectueux de l’envi-
ronnement par leur technologie (produits utilisant l’énergie solaire plutôt
que des piles) et leur composition (matériaux recyclés, ou pour du bois,
issus de forêts gérées durablement1).

Éveillez la curiosité et sensibilisez avec des objets porteurs de messages


(dotés d’un écolabel2, crayon à papier en bois ou sacs en tissus réutili-
sables). Les produits peuvent également être intéressants grâce aux
questions qu’ils suscitent, aux réponses qu’ils apportent (jeux d’éveil et
de sensibilisation à l’environnement par exemple) ou aux messages
qu’ils véhiculent : textiles certifiés écolabel européen ou issus du com-
merce équitable, aliments issus de l’agriculture biologique, etc.

Préférer une restauration aux impacts limités


Pour inscrire le choix des aliments composant votre cocktail ou les repas
de vos congressistes dans une perspective de développement durable, pri-
vilégiez la présence d’un ou de plusieurs aliments issus de l’agriculture bio-
logique, du commerce équitable et des fruits et légumes de saison. Si vos
procédures d’achats vous le permettent, favorisez également l’approvision-
nement de proximité afin de limiter les transports et de contribuer au
développement économique local.

L’ensemble des déchets de la restauration française se chiffre à


2,5 millions de tonnes, soit 10 % de la production des déchets ména-
gers (source : ADEME).

Pour des collations (vin d’honneur, pause-café, etc.), que ce soit par l’inter-
médiaire d’un traiteur ou non, utilisez :
 des produits en grand conditionnement pour éviter la multiplication
des emballages (évitez notamment les doses individuelles) et mettez à
© Groupe Eyrolles

disposition des carafes d’eau plutôt que des bouteilles ;

1. www.produits-recycles.com et www.remarkable.co.uk
2. www.eco-label.com

128
Traduire son engagement pendant la manifestation

 des ustensiles (verres, assiettes, couverts) réutilisables plutôt que jeta-


bles… ou limitez le nombre de consommables par invité (en mettant
par exemple à disposition un marqueur pour que chacun identifie son
gobelet, son assiette, etc.).

Et surtout, dans tous les cas, n’oubliez pas de favoriser le tri sélectif des
déchets à la fin !

Un achat public éco-responsable doit répondre lui aussi aux principes


généraux de la commande publique, qui visent à la non-discrimination
des candidats potentiels. Il s’agit de :

• la liberté d’accès à la commande publique ;

• l’égalité de traitement des candidats ;

• la transparence des procédures.

En l’état actuel du droit, imposer une proximité géographique dans un


marché public est considérée comme discriminatoire. En effet, la juris-
prudence française et communautaire condamne le protectionnisme
local.

Selon Gérard Calvet, vice-président national de Traiteurs de France, un


organisme professionnel qui rassemble trente-cinq traiteurs haut de
gamme, « c’est maintenant qu’il faut se consacrer au développement durable
dans les métiers de bouche. Tous nos adhérents, à un degré ou à un autre, ont
déjà intégré la démarche, qu’il s’agisse de la maîtrise de l’énergie, de la maîtrise
des déchets, du commerce équitable, par exemple avec le café ou le jus d’orange,
ou des produits d’entretien écologiques. Ce sont là des gestes simples, pas diffici-
les à faire. Mais ce sont avec des petites gouttes d’eau comme cela que l’on fait les
grandes rivières. Et il ne faut pas oublier le volet social, ô combien important.
Nos personnels se sentent en règle générale bien dans nos entreprises ». En effet,
le turnover chez Traiteurs de France est bien moindre que dans les
restaurants ! Concernant la filière bio, Gérard Calvet reste persuadé que
« petit à petit, les volumes vont augmenter et, en conséquence, les prix baisser.
Nous, Traiteurs de France, qui réalisons 50 % du marché haut de gamme, nous
voulons insuffler cette dynamique. Nous avons d’ailleurs dans cet esprit adhéré à
la charte de l’ANAé ». Enfin, comme il le précise : « Cette démarche, nous la
menons par conviction mais aussi par stratégie commerciale. Nous sommes con-
© Groupe Eyrolles

vaincus que ce sera bientôt un argument, un “plus” commercial. »

129
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Check-list

Les bonnes pratiques pendant la manifestation


Vous organisez la manifestation ou animez un stand
✔ DIFFUSEZ vos documents de façon raisonnée.
✔ SENSIBILISEZ les participants aux éco-gestes en matière de tri des
déchets, affichez votre démarche environnementale, exposez vos pra-
tiques…
✔ HABILLEZ votre emplacement à l’aide de matériaux réutilisables et
valorisez l’achat de produits équitables, éco-conçus respectueux de
l’environnement.
✔ MAÎTRISEZ la distribution des objets promotionnels et évitez les gad-
gets inutiles et non réutilisables !
✔ ENCOURAGEZ les visiteurs à participer à cette démarche !
✔ DISTRIBUEZ des sacs réutilisables.
✔ LIMITEZ la consommation des emballages et des consommables. PRÉ-
FÉREZ l’achat en grand conditionnement ou de produits en vrac.

Vous êtes prestataire


✔ SOYEZ créatifs ! Présentez à vos clients des idées originales pour valo-
riser la prise en compte des critères environnementaux qu’ils décident
de respecter !
✔ PROPOSEZ à vos clients des objets promotionnels éco-conçus astu-
cieux.

Vous gérez la manifestation


✔ ORGANISEZ un système de restauration écologique : préférez les
modes de restauration collective, gérez les quantités, pensez en ter-
mes d’achats locaux, de commerce équitable et d’agriculture
biologique !
✔ COLLECTEZ et TRIEZ vos déchets dans des « points propreté » en dis-
posant des conteneurs spécifiques pour acheminer les différents flux
dans les filières de traitement adaptées.
© Groupe Eyrolles

130
12

Bien gérer la fin


d’une éco-manifestation

Après l’événement, vous devez prévoir le nettoyage du site afin de pallier


les éventuels abandons de déchets et également veiller au démontage de
votre stand dans les meilleures conditions de conservation et de stockage
des infrastructures et des supports réutilisables.

Par ailleurs, pensez qu’une politique préventive de gestion des déchets


vous permettra d’obtenir, de la part des participants, les comportements
attendus en matière de tri et de vous trouver dans la situation la plus opti-
male possible à l’issue de la manifestation.

En tant qu’organisateur
Les actions de prévention et donc de réduction des quantités de déchets
générés existent ! Tout en limitant les impacts environnementaux, vous
réduisez ainsi la facture de traitement de vos déchets. Ces actions consis-
tent notamment à développer des solutions pérennes, modulaires, démon-
tables, réutilisables… Pour concevoir des stands réutilisables, ne négligez
pas l’importance des éléments facilement manipulables, stockables et
transportables, dont le poids et le volume sont optimisés (pièces emboîta-
© Groupe Eyrolles

bles après démontage, etc.) et anticipez les solutions de stockage adaptées.

131
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Check-list

Après la manifestation, l’heure du bilan


Si vous gérez le site de la manifestation :
✔ ASSUREZ-vous de l’orientation des déchets vers les filières adéquates.
✔ DÉMONTEZ et STOCKEZ les infrastructures réutilisables.

En tant qu’exposant
Demandez aux organisateurs s’il existe des préconisations environnemen-
tales spécifiques pour l’événement : quelles sont les solutions appliquées
par l’organisateur (filière de tri des déchets par exemple) pour concevoir
votre stand en adéquation avec ces solutions ?
Toutefois, même en l’absence de préconisations spécifiques des organisa-
teurs, de nombreuses solutions peuvent d’ores et déjà être développées. Ne
calquez pas forcément votre démarche sur celle des autres ! Inspirez-vous
des préconisations « en tant qu’organisateur ».

© Groupe Eyrolles

132
13

Inscrire votre démarche


globale dans la durée

Évaluez votre démarche


Cette étape est incontournable. Pour démontrer le sérieux de votre démar-
che, vous devez dresser le bilan des impacts environnementaux maîtrisés
de vos éco-manifestations et le rendre public. Lorsque les événements sont
périodiques ou récurrents, vous avez tout intérêt à définir des indicateurs.
Leur suivi dans le temps vous permettra de démontrer les progrès réalisés
et d’identifier les points à améliorer.
Veillez à l’organisation d’une collecte rationnelle des données, sans
laquelle aucune forme d’évaluation ne sera possible. Si vous êtes presta-
taire, vous pouvez également proposer à vos clients des outils de valorisa-
tion de leur bilan.
Ce bilan doit notamment mentionner les éléments suivants :
 les quantités de déchets générés (comparatif entre les déchets triés et
non triés et par type de matériaux : papier, verre, plastique, etc.) ;
 les consommations d’énergie et d’eau, le bilan des transports et de la
consommation totale de papier (incluant les documents promotion-
nels) en choisissant l’unité appropriée (kilo ou litre par participant ou
par euro de chiffre d’affaires par exemple) ;
 le pourcentage des dépenses consacrées aux documents ou aux pro-
duits éphémères par rapport au coût total de l’événement ;
© Groupe Eyrolles

 l’évaluation des impacts évités en tonnes de déchets, en économie


d’énergie, en kilos de papier par participant…
Vous chercherez ensuite à compenser les impacts qui n’auront pas pu être
évités…

133
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Check-list

Après la manifestation, l’heure du bilan


Si vous organisez la manifestation :
✔ RENDEZ public votre bilan lié aux impacts environnementaux de la
manifestation : quantité de déchets générés, consommation d’énergie
et d’eau, bilan de la consommation de papier…
✔ ÉVALUEZ les gaspillages et les impacts évités grâce à la démarche
d’éco-conception.
✔ COMPENSEZ les impacts qui n’ont pu être évités, notamment en
finançant des projets d’énergies renouvelables ou de reforestation…
✔ PILOTEZ l’amélioration continue des progrès en matière de réduction
de l’impact environnemental afin de faire encore mieux la prochaine
fois !

La compensation carbone
S’engager dans la lutte contre le changement climatique est une démarche
longue et multifactorielle touchant à tous les aspects d’une activité écono-
mique (déplacements, consommations des locaux, production, distribu-
tion, etc.). La compensation volontaire constitue l’un des moyens pour les
entreprises et les collectivités de s’engager dans cette démarche de lutte
contre le changement climatique.

La démarche de compensation, comment ça marche ?


Dans le système de compensation, le climat est appréhendé dans sa
globalité : une tonne de CO2 émise en un lieu donné ou lors d’une activité
donnée peut être « atténuée » par une tonne évitée ailleurs. En finançant
des projets d’énergies renouvelables ou d’économie d’énergie générant
d’importantes réductions d’émissions de CO2, une entreprise ou une col-
lectivité peut limiter l’impact de ses propres émissions.
Toutefois, si elle peut représenter un bon vecteur de sensibilisation à la
problématique du changement climatique auprès des entreprises et du
grand public, la compensation doit toujours être précédée d’une démarche
de réduction des émissions à la source. La méthode du Bilan CarboneTM
– un outil développé par l’ADEME – peut notamment vous aider à compta-
© Groupe Eyrolles

biliser les émissions de gaz à effet de serre engendrées par votre manifesta-
tion et vous aider à trouver des solutions pour les réduire. L’intérêt et
l’originalité de cette méthode résident dans l’évaluation des émissions de
carbone générées directement ou indirectement par l’activité étudiée :
usages directs de l’énergie, émissions dues aux procédés (fuites, etc.), trans-

134
Inscrire votre démarche globale dans la durée

port (marchandises, personnes), émissions liées aux matériaux entrants, au


traitement des déchets produits, au traitement de fin de vie des emballa-
ges, au traitement des eaux usées ainsi que celles dues à l’amortissement
des immobilisations (bâtiments, véhicules, matériels informatiques) et aux
autres services que le transport.

La compensation volontaire apporte ensuite une réponse aux émissions


dites « irréductibles » en proposant aux entreprises et aux collectivités de
financer des projets (d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique ou
de reforestation) permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre
à hauteur équivalente. Cette démarche se positionne ainsi en bout de
chaîne dans la série des solutions à proposer, quand tous les efforts de
réduction des émissions ont été produits, soit par l’amélioration des tech-
nologies, soit par le changement des process ou des comportements.

Les trois étapes de la démarche de compensation


volontaire
Il convient de commencer par évaluer le volume d’émissions de CO2 géné-
rées par le fonctionnement de votre entreprise ou pour réaliser l’une de vos
activités. À cette étape, des recommandations sont aussi proposées pour
réduire encore, autant que possible, vos émissions. Puis, un opérateur de
compensation convertit ce volume de CO2 en montant financier à verser
pour financer tout ou partie d’un projet de réduction des gaz à effet de
serre. N’hésitez pas à demander des informations sur le projet financé et les
méthodes de suivi et de contrôle afin d’obtenir la garantie de la réalité du
« gain de CO2 » obtenu grâce à votre financement.

En pratique

Compensation volontaire : une démarche d’harmonisation ani-


mée par l’ADEME en 2007

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Climat, l’ADEME anime depuis


mars 2007 un groupe de travail réunissant les acteurs français concernés
par le développement de la compensation « carbone » : ministères, orga-
nismes publics, associations environnementales et de consommateurs,
représentants des entreprises… Ce groupe a pour mission d’harmoniser la
© Groupe Eyrolles

démarche globale de compensation volontaire et de proposer d’ici fin


2007 une charte de bonnes pratiques et des outils communs, comme un
calculateur d’émissions de CO2 et des méthodes de suivi et de vérification
des projets.

135
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

À qui s’adresser pour s’investir dans la démarche ?


Il existe actuellement en France trois opérateurs proposant leurs services
en faveur d’une démarche de compensation de vos émissions de CO2 :
 Action Carbone (www.actioncarbone.org) ;
 Climat Mundi (www.climatmundi.fr) ;
 CO2 Solidaire (www.CO2solidaire.org).
Ainsi, chacun de ces opérateurs peut mettre à votre disposition un éventail
de projets d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique ou de reboise-
ment.

© Groupe Eyrolles

136
14

L’éco-conception
des manifestations sportives
ou culturelles

Les manifestations sportives et culturelles sont très nombreuses en France.


Elles sont l’occasion de petits et de grands rassemblements et constituent
des lieux de partage d’émotion et de valeurs sincères et citoyennes. Les
acteurs publics et privés sont de plus en plus nombreux à intégrer le déve-
loppement durable et l’éco-responsabilité dans l’organisation des diffé-
rentes étapes de ces événements. Que vous soyez organisateur ou
partenaire de manifestations sportives et culturelles, vous pouvez vous
engager à contribuer à un développement durable et à la réduction des
impacts environnementaux en vous inspirant des pistes d’améliorations
proposées ci-après.

Manifestations sportives
Un mouvement qui va croissant
L’organisation de manifestations sportives, quelle que soit leur échelle,
représente une occasion particulièrement intéressante pour le développe-
ment d’un engagement éco-responsable. Le caractère festif et très souvent
multiculturel de ces compétitions, ainsi que l’association naturelle de l’acti-
© Groupe Eyrolles

vité sportive à la nature et à la santé, leur confèrent un sens particulier, en


totale adéquation avec les principes d’éco-responsabilité. Les organisateurs
des grandes rencontres internationales (Coupe du Monde de Rugby
France 2007, Coupe du Monde de Football FIFA 2006, Jeux Olympiques,
etc.) sont entrés dans cette démarche éco-responsable. Désormais, de plus

137
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

en plus de tournois ou de compétitions intègrent également, de manière


progressive, l’ensemble de ces priorités en faveur de l’environnement.

Citons par ailleurs la démarche de la ville d’Angers, qui a initié la création


d’un label « Sport et Développement Durable » pour distinguer les compéti-
tions exemplaires quant à leur organisation, leur fonctionnement et leur
évaluation, mais également celle du Comité National Olympique et Sportif
Français (CNOSF), qui a réalisé l’Agenda 21 du Sport, programme d’action
du mouvement sportif français dans le domaine du développement durable.

D’autres structures se sont également investies dans de telles démarches.


Ainsi, l’Union Française des Œuvres Laïques d’Éducation Physique (UFO-
LEP) s’est engagée pour un développement durable en publiant un guide
de conseils et de préconisations destiné à aborder la réduction de l’impact
environnemental dans les différents aspects liés à l’organisation de mani-
festations sportives. Ce guide, « manifestations sportives et développe-
ment durable », vise à donner au citoyen sportif l’occasion de participer à
la préservation de la planète. Sur dix thèmes, l’UFOLEP propose des idées
de bonnes pratiques en matière de gestion des déplacements, des sites et de
leur environnement, des repas et des boissons, des économies d’eau et
d’énergie, de secrétariat, d’économie et d’éthique et de collecte sélective
des déchets. Ainsi, l’information spécifique que vous devez délivrer aux
publics concernés et aux sportifs est bien soulignée. De plus, l’UFOLEP
n’hésite pas à aborder les conséquences néfastes de certains sports mécani-
ques, dont il est difficile de nier les nuisances pour l’environnement…

Éco-concevez vos installations sportives ! L’Association pour l’Informa-


tion et la Recherche sur les Équipements Sportifs (AIRES) projette de
réaliser un guide sur la maîtrise de l’énergie et l’utilisation des énergies
renouvelables dans les équipements sportifs, en collaboration avec
l’ADEME. AIRES a déjà mis en place des installations sportives éco-
conçues et gérées selon une approche HQE®, qui respecte l’environ-
nement !

Le Programme Environnement de la Coupe du Monde


de Rugby 2007
Le Comité d’Organisation (CO) de la Coupe du Monde de Rugby 2007 a
décidé avec ses partenaires de s’engager dans le développement d’un volet
© Groupe Eyrolles

« environnement » pour garantir un tournoi respectueux via la réduction


des impacts environnementaux générés par la compétition et la limitation
de son influence sur le changement climatique. Il s’agit là également de
donner un nouveau sens à cette prestigieuse compétition mondiale – un
événement qui devait réunir 2,4 millions de spectateurs en France – et lui

138
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

associer des valeurs immédiatement associées au rugby, à savoir engage-


ment, solidarité et respect, toutes indispensables à la préservation de notre
environnement.
Cet événement constitue également une formidable occasion de sensibili-
ser les citoyens à la protection de l’environnement et à l’apprentissage des
bons comportements pour atteindre cet objectif.

Du constat à l’action : le Programme Environnement


Proposé et animé par l’ADEME, qui accompagne le Comité d’Organisation
et ses partenaires (villes, régions, partenaires et sponsors officiels), le Pro-
gramme Environnement de la Coupe du Monde de Rugby 2007 s’est arti-
culé autour d’une thématique principale, la lutte contre le changement
climatique, et de trois axes majeurs :
 l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par la compé-
tition (Bilan Carbone™) ;
 la mise en œuvre d’actions concrètes visant à limiter les émissions de
gaz à effet de serre, ainsi que l’ensemble des impacts environnemen-
taux générés ;
 le développement d’une campagne de communication et de sensibili-
sation auprès du grand public et de tous les publics (supporters, ama-
teurs, téléspectateurs, etc.).
Ce programme vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que
les impacts environnementaux générés par la compétition (production de
déchets, consommation d’énergie, etc.) et à sensibiliser et à impliquer le
public et les téléspectateurs à partager les bons comportements pour l’envi-
ronnement. La Coupe du Monde de Rugby se veut en effet être un déclen-
cheur de synergies, d’initiatives et d’actes propices au développement
« propre » des territoires et de ses acteurs. Le Programme Environnement
prévoit donc de nombreuses actions concrètes et multi thématiques, dont
notamment (liste non exhaustive) :
 l’amélioration de la performance énergétique (diagnostic énergie) et
l’installation de sources d’énergies renouvelables sur les stades (pan-
neaux solaires) ;
 le transport des équipes par TGV sur de longues distances et utilisation
de biocarburants (diester) pour une partie du parc automobile (bus,
véhicules légers) ;
 le tri des déchets dans les stades et/ou les centres-villes des municipali-
© Groupe Eyrolles

tés hôtes ;
 la réalisation d’une communication éco-responsable lors de la réalisa-
tion des éditions/impressions ;
 la visibilité accordée aux produits issus du commerce équitable ou de
l’agriculture biologique dans les stades ;

139
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

 la formation et information des volontaires sur les « bons gestes pour


l’environnement » ;
 la sensibilisation des spectateurs aux « bons gestes » à travers le
« passeport de l’éco-supporter » et la diffusion sur un plan national
d’affiches mêlant le rugby et ses valeurs à l’environnement (tri des
déchets, économies d’énergie et d’eau, utilisation des transports en
commun, achats éco-responsables) ;
 l’éducation à l’environnement des jeunes générations grâce au parte-
nariat avec l’Éducation Nationale et l’USEP1 (diffusion du conte Terre
Ovale) ;
 l’utilisation des moyens propres de communication des partenaires
engagés dans le programme environnement.

Résultats du Bilan Carbone™


L’approche du Bilan Carbone™ se base sur la méthode des émissions abso-
lues. Elle convient donc particulièrement à l’application de l’estimation
des émissions globales de gaz à effet de serre des grandes manifestations
sportives et n’est pas entachée de limitations et de vues partielles des autres
méthodes (émissions incrémentielles, bilan des émissions). Dans les études
de cas considérées, les émissions absolues, directes et indirectes, générées
par l’événement, c’est-à-dire toutes les activités directement liées à l’orga-
nisation de ce dernier, ont été prises en compte. Suite à la consolidation de
toutes les données, un plan d’action a été développé et mis en œuvre pour
réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par la compétition.

Les éco-festivals
La problématique de l’intégration de l’éco-responsabilité dans l’organisation
des festivals monte en puissance depuis quelques années. Autrefois réduites
à des démarches réservées aux initiés et limitées à quelques festivals pour un
public plutôt engagé en faveur de la protection de l’environnement, les ini-
tiatives se multiplient désormais. Suivant le type d’événement, la fréquenta-
tion varie de plusieurs centaines à plusieurs dizaines de milliers de
spectateurs. Comme toute manifestation rassemblant un public nombreux
dans un espace délimité, ces événements sont à l’origine de nombreux
impacts environnementaux : production de déchets le plus souvent en
mélange, multiplication des transports, consommations d’eau et d’énergie,
pollution des sols… Il existe cependant de nombreuses pistes permettant de
limiter les conséquences néfastes de ces rassemblements sur notre environ-
© Groupe Eyrolles

nement. La démarche de prise en compte de l’environnement dans l’organi-


sation d’un festival doit s’appliquer tout au long des grandes phases

1. Union sportive de l’enseignement du premier degré.

140
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

d’organisation de l’événement : préparation et communication amont ; ins-


tallation et déroulement du festival ; nettoyage, démontage et après festival.
Pour mettre en place un éco-festival, vous trouverez, en complément des
axes de travail développés plus haut dans cette partie, des pistes d’actions
fondées sur l’expérience de festivals qui se sont déjà engagés dans une telle
démarche.

Festival des Vieilles Charrues :


un investissement de longue date
Depuis quelques années, l’association Les Vieilles Charrues place l’envi-
ronnement au cœur de son festival. Grâce au tri sélectif, plus de quarante
tonnes de déchets ont ainsi pu être collectées et recyclées en 2006 (sur
180 tonnes de déchets générés). Pour exemple, 23 % des 1,2 million de
gobelets utilisés ont ainsi été récupérés et recyclés ! Le festival a également
amélioré les installations sanitaires pour limiter la consommation d’eau et
donc éviter les gaspillages. Ainsi, en 2006, près de trente toilettes sèches
ont été installées sur le site et près de 10 000 personnes les ont utilisées !
Enfin, un diagnostic énergétique a été mené sur l’ensemble des consom-
mations de l’événement. Ce travail devrait permettre d’optimiser les
dépenses et les consommations des prochaines éditions.

Interview de Maryline Chasles,


chargée du développement durable du festival
Comment le Festival des Vieilles Charrues est-il devenu un éco-festival ?
Le projet même de l’association est inscrit depuis ses débuts dans une
démarche d’économie solidaire et sociale. Sa vocation s’est très rapi-
dement tournée vers le développement du Centre Ouest Bretagne et
de l’activité sur ce territoire.
La démarche des organisateurs s’est progressivement renforcée pour
réussir à mettre des mots sur des actions qui existaient déjà depuis le
début du festival pour parler d’éco-festival. Avant l’édition 2004, plu-
sieurs actions entraient déjà dans ce cadre de développement durable,
même si les organisateurs n’en parlaient pas encore. Des moyens de
transports en commun étaient exceptionnellement affrétés pour le
festival en partenariat avec TER, le Conseil Régional de Bretagne et le
Conseil Général du Finistère. Depuis 2000, le verre a été interdit sur le
© Groupe Eyrolles

site, en raison des blessures très nombreuses qu’il causait et de


l’implantation du festival sur des terres agricoles.
Le tri sélectif a ainsi été initié avec la séparation du verre dans des con-
teneurs spécifiques aux entrées du site et des campings. La démarche
s’est renforcée depuis 2003 et le tri sélectif a été étendu aux zones

141
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

techniques, c’est-à-dire à l’arrière de l’espace public où travaillent les


bénévoles, les salariés et les techniciens. Les organisateurs ont pour-
suivi leurs efforts pour renforcer leur démarche au niveau du tri sélec-
tif en le proposant aux festivaliers sur les trente hectares de camping.
Par ailleurs, l’accueil des handicapés mobilise une équipe compétente,
spécialisée pour accueillir et accompagner les personnes à mobilité
réduite au sein du festival. Une plate-forme surélevée et couverte est
installée afin que ce public puisse aussi profiter des concerts.
Le festival n’a pas voulu imposer des contraintes aux festivaliers, car ils
viennent avant tout assister aux concerts et faire la fête. Les organisa-
teurs ont surtout voulu prévenir en amont le public en les informant
des moyens et des services mis à leur disposition. Par exemple, le trajet
en bus est proposé à un tarif réduit pour le Finistère. L’eau est distri-
buée gratuitement dans les bars du festival.
Pour le tri sélectif, les organisateurs ont distribué des sacs poubelle à
l’entrée des campings, en informant les festivaliers du type de déchets
qu’ils pouvaient y déposer et sur les enjeux pour l’environnement.
Comment mettre en place et optimiser l’utilisation des toilettes
sèches ?
La première année, les organisateurs en avaient placé neuf. Les toilet-
tes sèches se situent exclusivement sur les zones de camping du festi-
val. Cependant, au niveau de la qualité et du confort, cela a vraiment
satisfait le public. Même s’il y a eu peu d’utilisateurs la première
année, ceux qui les ont utilisées une première fois ont été rapidement
satisfaits et y sont revenus. Par ailleurs, il y avait des animateurs devant
ces toilettes sèches pour en expliquer le fonctionnement et surtout
l’intérêt de leur utilisation.
Comment inscrire la démarche d’amélioration continue de l’éco-festi-
val dans la durée ?
En 2007, les organisateurs ont poursuivi toutes les actions mises en
place et tenté de les améliorer en matière de tri sélectif des déchets,
d’offre de transports en commun à des tarifs préférentiels, d’écono-
mies d’énergie en matière d’électricité et d’eau notamment, grâce à
des équipements plus économes.
Par ailleurs, les organisateurs ont le projet de rédiger l’Agenda 21 de
l’association, même si cette démarche semble prématurée à leurs
© Groupe Eyrolles

yeux. Mais un grand nombre d’actions déjà réalisées pourraient déjà y


être inscrites.
Il existe par ailleurs un groupe de réflexion avec d’autres festivals en
Bretagne dans lequel des organisateurs échangent depuis plus d’un
an sur leurs expériences et leurs bonnes pratiques. L’objectif de ce

142
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

groupe est de finaliser une charte qui propose des principes et des
objectifs opérationnels, sur lesquels chacun pourra s’engager pour
développer des événements de manière durable. L’ADEME Bretagne et
le Conseil Régional de Bretagne soutiennent cette démarche.
En 2007, tous les supports de communication ont été réalisés sur du
papier éco-labellisé avec des processus d’impression plus écologiques.
Les organisateurs s’engagent à réduire les effets de serre dans le cadre
de l’opération Défi pour la Terre1 à laquelle ils ont souscrit. Ils propo-
sent aux festivaliers d’y participer sur le site du festival. Ils pourront
s’engager à mettre en pratique une ou plusieurs des dix actions de
cette opération, puis venir poser l’empreinte de leur main sur un mur
géant, qui symbolisera les engagements du public.
Comment développer la qualité du tri sélectif des déchets ?
Le festival va étendre la collecte séparée vers les filières adaptées. En
2006, les organisateurs ont lancé une opération autour des gobelets :
les festivaliers pouvaient les rapporter dans tous les bars et dans des
points spécialisés. Ces gobelets ont ensuite été recyclés sur le marché
secondaire des matières plastiques. L’idée, c’est de continuer à avan-
cer dans la réduction des déchets à la source ou dans l’utilisation de
produits plus respectueux pour l’environnement.
Comment associer les festivaliers à l’engagement des organisateurs ?
La démarche est plutôt bien accueillie par les participants qui associent
déjà ce respect de l’environnement à l’image du Festival des Vieilles
Charrues. Cependant, s’ils sont de l’ordre de 75 % à s’affirmer cons-
cients et sensibles à ces préoccupations environnementales, ils ne sont
que 25 % à dire participer réellement au tri des déchets, selon une
enquête2. Les organisateurs ont donc décidé d’amplifier l’information,
la sensibilisation et la prévention des festivaliers.
À travers l’opération Défi pour la Terre, le festival proposera directe-
ment aux participants de s’engager et de devenir des acteurs de cette
manifestation et non plus seulement des spectateurs. L’enjeu est de
taille pour ce festival, qui accueille plus de 200 000 personnes sur
quatre jours.
© Groupe Eyrolles

1. www.defipourlaterre.org
2. Enquête réalisée en 2006 par l’Association GECE (Groupe d’Études Culturo-Économi-
ques), auprès du public du festival.

143
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Des pratiques éco-responsables dans les festivals


en Poitou-Charentes
Depuis plusieurs années, la délégation régionale Poitou-Charentes de
l’ADEME, avec le soutien du Conseil Régional, travaille sur la diffusion de
pratiques éco-responsables lors de l’organisation de festivals.
Après une phase de réflexion menée avec des organisateurs de festivals et
d’associations d’éducation à l’environnement, un projet de guide des éco-
festivals en Poitou-Charentes est né en 2006. Et l’expérience s’est révélée
très concluante à tous points de vue : un surcoût très faible, la réduction
concrète des impacts, un public sensibilisé et des organisateurs heureux de
s’être investis.

Quelques chiffres1 sur les impacts environnementaux d’un festival :


– 0,5 kg de déchets produits par participant.
– Consommation d’énergie équivalente à l’utilisation d’une ampoule
basse consommation de 20 watts allumée pendant dix heures.
– Utilisation de 100 grammes de papier.
– 60 % des déchets orientés vers des filières de recyclage ou de com-
postage.
– Utilisation de vaisselle lavable ou compostable pour éviter l’enfouis-
sement ou l’incinération de près d’une tonne et demie de déchets.

Voici, au travers de plusieurs exemples concrets, comment s’organisent


certains de ces éco-festivals.

Quatre jours de musique et de théâtre de rue


en centre-ville de Poitiers
L’association Poitiers-Jeunes, qui organise chaque année un festival de
quatre jours consacré aux arts de la rue et du cirque, Les Expressifs, est un
précurseur dans la prise en compte de l’environnement. Ainsi, le contact
avec l’ADEME a été pris dès 2002. À cette époque, il s’agissait de remplacer
des gobelets en plastique jetable par des modèles lavables. Dès lors, à
chaque édition du festival, les organisateurs ont ajouté une ou plusieurs
actions : mise en place du tri sélectif, distribution gratuite de cendriers de
poche, collecte des déchets de cuisine, récupération de mobilier… Avec
© Groupe Eyrolles

systématiquement, l’implication des nombreux bénévoles. Lors de

1. Sur la base d’une étude menée en 2006 auprès de plus de 120 000 festivaliers en Poitou-
Charentes.

144
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

l’édition 2005, les toilettes sèches de l’association La Cabane Altern’active1


ont fait leur apparition en plein centre-ville de Poitiers ! De plus, un parte-
nariat avec les services de la ville a permis la valorisation de la sciure
souillée. Enfin en 2006, Poitiers-Jeunes a fait l’acquisition d’un lave-vais-
selle industriel économe pour laver les gobelets et faciliter la vie des béné-
voles. Ce matériel sera prêté à d’autres organisateurs qui n’ont pas la
possibilité de réaliser de tels investissements.

Le bilan de l’édition 2006 des Expressifs parle de lui-même : 500 kg de


déchets ont été évités grâce à la vaisselle lavable, soit 25 % des déchets
non recyclables produits ; plus de 700 kg de déchets de cuisine ont été
compostés ; et au moins 44 m3 d’eau n’ont pas été gaspillés grâce à
l’installation des toilettes sèches.

Au-delà du festival, l’association souhaite étendre la démarche à son acti-


vité quotidienne, que l’ADEME devrait continuer à accompagner.

Garden Nef Party à Angoulême : concert de Placebo


Quand le groupe de rock Placebo a débarqué à Angoulême pour un concert
le 16 juillet 2006, près de 10 000 personnes ont afflué sur le site pour la
Garden Nef Party, une manifestation organisée par l’association Dingo La
Nef, qui durait en tout et pour tout sept heures. On imagine facilement les
impacts causés par une telle affluence. L’association a donc choisi de mettre
l’accent sur deux aspects : la gestion des déchets et les déplacements.
En lien avec la collectivité compétente et l’ADEME, les organisateurs se
sont penchés sur la collecte. Ils ont quadrillé le site de « points tri » consti-
tués de trois poubelles : une pour les recyclables, une pour les gobelets
compostables – les seuls produits autorisés aux buvettes – et une pour les
déchets non valorisables. Une équipe de treize bénévoles a été mobilisée
pour sensibiliser le public et vérifier la qualité du tri. Au final, le résultat
s’est avéré à la hauteur : plus de la moitié des quatre tonnes de déchets pro-
duites ont pu être valorisées.
Pour les déplacements, un système de navettes a été mis en place. L’accès
au site a été interdit aux véhicules et deux parkings de regroupement ont
été choisis en périphérie d’Angoulême, près des principaux axes. Des bus
roulant au diester ont emmené et ramené les festivaliers en toute sécurité.
Ce dispositif a permis d’éviter au total que plus de 20 000 km soient par-
© Groupe Eyrolles

courus en voiture. Alors que le déplacement des festivaliers représentait


près de 90 % des émissions de carbone du concert, les navettes ont

1. www.cabane-alternactive.org

145
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

entraîné une baisse de 6 %. Cette économie s’est avérée supérieure aux


rejets de carbone correspondant à l’ensemble des consommations d’éner-
gie nécessaires à la sonorisation et à l’éclairage.

« C’est dans ma nature » :


sensibilisation à l’environnement à Rochefort
Ce n’est pas parce que l’impact d’une manifestation est relativement faible
qu’il ne reste pas d’importants gisements d’économie. C’est bien ce qu’a
démontré cet événement organisé par la Communauté d’agglomération de
Rochefort et qui s’est déroulé du 4 au 8 avril 2006. Les consommations
d’énergie grâce au choix d’équipements performants et à l’éco-conception
du chapiteau, qui utilisait au maximum la lumière naturelle, ont été
divisées par deux. De plus, le tri des déchets a permis une valorisation à
hauteur de 50 %. Notons aussi le recours aux toilettes sèches, à de la vais-
selle compostable, à des produits issus du commerce équitable et à l’éco-
conception des affiches et des tracts qui s’inspirent fortement du guide
« éco-communication » de l’ADEME. Avec cette première édition, la collec-
tivité a montré ce que le terme « exemplarité » signifiait.

Urban’Tronik, le hip-hop durable à Niort !


Le CAMJI, association de soutien au développement artistique basée à
Niort, a inventé le hip-hop durable en organisant la manifestation musi-
cale Urban’Tronik, les 25 et 26 mai 2007 ! Pour préparer ce festival, qui
mélange musique et graff, les organisateurs ont mené une réflexion en pro-
fondeur et se sont orientés vers un système de collecte et de valorisation
des aérosols distribués sur le site, doublé d’une sensibilisation des graf-
feurs. Le tri des déchets, les toilettes sèches et les verres lavables étaient
également de la partie. L’initiative la plus originale restera néanmoins l’uti-
lisation d’un sound system solaire, mis au point par une association
marseillaise ! Le module délivre 600 Watts électriques pendant cinq heures
en fonctionnement de nuit. De quoi sonoriser une salle de huit cents per-
sonnes sur toute la durée d’un concert… et de donner des idées d’écono-
mie d’énergie à bien des festivaliers.

Des exemples complémentaires


D’autres organisateurs ont participé à cette expérimentation, en prouvant
chacun leur volonté d’agir et leur touche d’originalité : Festival du Nom-
bril de Pougne-Hérisson (Deux-Sèvres), Bouger la Place, à Surgères (Cha-
© Groupe Eyrolles

rente-Maritime), Festival international du film ornithologique de


Ménigoute (Deux-Sèvres)… Une chose est sûre : l’éco-festival est parti pour
s’implanter durablement dans la région Poitou-Charentes.

146
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

Afin de faire partager les enseignements de toutes ces expériences, un


« Guide des éco-manifestations en Poitou-Charentes »1 a été publié en
2007. De plus, dans le but d’inciter les organisateurs de festivals de la
région à s’impliquer dans une démarche globale de diminution de l’impact
sur l’environnement de leurs manifestations, l’ADEME et la Région Poitou-
Charentes ont également lancé au cours du second trimestre 2007, dans le
cadre du Fonds Régional d’Excellence Environnementale, un appel à
projet des éco-manifestations et festivals en Poitou-Charentes.

Des pratiques éco-responsables


qui montent en puissance dans toute la France
Sur la route de l’engagement vers des pratiques plus responsables, l’année
2007 aura été particulièrement fertile. Ainsi, au travers de trois exemples
emblématiques, on peut voir que l’organisation d’un festival plus éco-
responsable est possible, quels que soient sa taille et son public… Ces prati-
ques ne s’arrêtent bien sûr pas à la France : une charte des éco-festivals
européens est d’ailleurs en chantier.

Le Bruit de Melun
Dédié aux musiques actuelles et l’un des événements musicaux de l’été en
Ile-de-France, le Bruit de Melun, s’est engagé depuis sa dix-neuvième édi-
tion en 2006 dans une démarche plus éco-responsable, intégrée directe-
ment dans son organisation « pour contribuer, à sa mesure, à la lutte contre le
changement climatique ». La démarche a progressé en 2007 avec les supports
de communication édités sur du papier recyclé, la mise en place d’un tri
sélectif renforcé, une réflexion sur l’intégration des énergies renouvelables,
la promotion du covoiturage et l’incitation des festivaliers à faire eux-
mêmes les « bons gestes » pour la planète. Tous les jours, de nouveaux fes-
tivals rejoignent cette démarche, alors pourquoi pas vous ?

Techno Parade 2007 : Fête la planète !


Deuxième événement musical en France, la Techno Parade est née en 1998
afin de revendiquer une culture et une esthétique musicale nouvelles.
Depuis plusieurs années, l’équipe de Technopol a souhaité partager le
succès de la Techno Parade avec une cause solidaire et citoyenne. En 2007,
cette manifestation s’est engagée pour la protection de l’environnement.
Le slogan pour cette édition était en effet « Fête la Planète » ! Et pour aller
© Groupe Eyrolles

au-delà des slogans, Technopol a décidé de relever un double défi.

1. www.ademe-poitou-charentes.fr

147
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…

Il s’agissait d’abord de concevoir et de réaliser la Techno Parade sur un


modèle plus écologique :
 réduire le volume des supports de communication print en faveur des
médias électroniques et imprimer à partir de matériaux moins pol-
luants ;
 opérer un tri sélectif le long du parcours de la parade avec Éco-Emballa-
ges et le soutien de la Direction de l’Environnement de la Mairie de
Paris ;
 établir le Bilan Carbone™ de la parade et adopter la compensation des
émissions CO2 incompressibles dues aux camions et aux groupes élec-
trogènes avec Action Carbone, projet développé par Yann Arthus-
Bertrand ;
 inviter les chars à réduire le volume sonore de leur système de diffu-
sion et éviter les systèmes longue portée.
Quant au second défi, il consistait à sensibiliser le public et en particulier
les plus jeunes à l’impact écologique de nos comportements avec la réalisa-
tion du guide en ligne de l’« Éco-cool » attitude. Ce document propose des
gestes simples et sympas pour faire la fête de façon plus propre1 !
Enfin, comme l’affirme Sophie Bernard, directrice de l’association Techno-
pol, « pas question d’en rester là, nous poursuivrons la mobilisation autour de
l’éco-communication lors des prochaines éditions de la Techno Parade, car la
planète est en danger et chacun d’entre nous, à son niveau, peut agir concrète-
ment. Et pour l’association, c’est également une opération qui devrait s’avérer
économiquement intéressante sur le long terme ».

Le Festival du Vent
Créé en 1992 à Calvi (Haute-Corse), le Festival du Vent (Festiventu) est une
manifestation dont le concept est de promouvoir les arts, la science, le
sport et le progrès humain grâce à l’échange des avoirs. Festiventu réunit
ainsi depuis quinze ans plus de quarante mille personnes autour de
600 intervenants et exposants. Si l’engagement de ce festival en faveur de
l’environnement ne date pas d’hier (il a notamment été à l’initiative dès
1999 du débat sur le bannissement volontaire des sacs de caisse en Corse
par exemple), 2007 marque un nouveau tournant avec la mise en place
d’une démarche d’éco-festival exemplaire.
Carina Orru, organisatrice du festival, résume ainsi son approche : « Le Fes-
tival du Vent a montré l’exemple sur la suppression des sacs plastiques, il peut le
faire sur les éco-événements. Nous voulons prouver qu’il est possible et relative-
© Groupe Eyrolles

ment facile pour un événement de devenir éco-responsable et ainsi inciter les


autres festivals et manifestations à s’engager dans cette démarche. »

1. www.technopol.net

148
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles

Outre les conférences sur le thème de l’environnement ou les ateliers ludo-


pédagogiques de sensibilisation à l’environnement, le Festival du Vent a
décidé de mettre en place des actions portant à la fois sur :
 l’incitation aux transports collectifs ou alternatifs ;
 la décoration du site avec des matériaux de récupération ou réutili-
sables ;
 la mise en place du tri sur le site du festival ;
 le choix des produits alimentaires en fonction des caractéristiques
environnementales ;
 la minimisation des quantités de vaisselle jetable ;
 l’installation d’un dispositif d’évaluation.

Mémo
Voici les questions indispensables à se poser lors de l’élaboration de
l’organisation d’une manifestation éco-responsable.

Lors de la préparation
Le lieu de la manifestation est-il agréable et accessible ?
 Favorisez des bâtiments ayant intégré une démarche de haute qualité
environnementale : qualité architecturale, ambiance et lumière natu-
relles, gestion de l’énergie (électricité et chauffage), qualité de l’air
intérieur…
 Choisissez un lieu aisément accessible en transports communs.
 Offrez des moyens de transport alternatifs aux visiteurs et aux expo-
sants.
 Proposez des listes d’hébergements engagés dans des démarches
d’éco-responsabilité (par exemple : l’écolabel européen).

Incitez-vous à l’utilisation de transports propres ?


 Donnez des informations détaillées sur les transports en commun dis-
ponibles (localisation, horaires,
 durées, etc.).
 Incitez au covoiturage.
 Mettez en place des navettes (pour l’arrivée, le départ et durant l’évé-
nement s’il se déroule sur un site étendu).
© Groupe Eyrolles

 Mettez en place une tarification préférentielle pour les participants uti-


lisant un transport collectif (par exemple : réduction sur présentation
des billets de transport, distribution de bons de consommations gra-
tuites, remise d’un badge valorisant et distinctif, etc.).


149
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…



Montrez-vous suffisamment votre démarche en amont ?


 Dématérialisez votre communication (par exemple : création d’un site
Internet dédié, courriels informatiques).
 Réduisez les médias papier (par exemple : affichage à des endroits
marquants plutôt que diffusion individuelle).
 Faites une diffusion raisonnée (par exemple : ajustement du nombre
de tirages) et envisagez la formation des personnes diffusant des
tracts et la remise unitaire de documents aux seuls contacts intéressés.
 Intégrez un volet de sensibilisation à l’environnement dans les docu-
ments (par exemple : invitation, promotion).
 Affichez votre démarche (par exemple : dossier de presse).

Sensibilisez-vous les exposants ?


 Informez et sensibilisez les techniciens, les bénévoles, les intervenants
(rédaction d’une charte ou d’un règlement interne).
 Passez des consignes aux personnes assurant des permanences sur les
stands (tri des déchets, diffusion raisonnée des documents papier,
etc.).

Maîtrisez-vous les consommations d’énergie, de déchets et des


matières premières ?
 Choisissez des équipements et des éclairages économes en énergie
(ampoules basse consommation, éclairages naturels ou alternatifs,
etc.).
 Réduisez les consommations d’eau (par exemple : système d’économie
d’eau, toilette sèche, etc.).
 Faites installer des conteneurs de collecte sélective et de tri des
déchets.
 Passez des contrats pour que les déchets triés soient effectivement
valorisés/recyclés.
 Incitez à l’éco-conception des stands : faites réaliser des stands avec
du matériel robuste, démontable, réutilisable et réutilisé, privilégiant
l’utilisation de ressources renouvelables ou recyclées, etc.

Pendant la manifestation
Avez-vous pensé à Informer et à sensibiliser les participants ?
 Donnez des instructions de tri des déchets.
© Groupe Eyrolles

 Affichez la démarche environnementale des organisateurs.


 Organisez des actions de sensibilisation à l’environnement (par
exemple : stand, atelier, etc.).


150
L’éco-conception des manifestations sportives ou culturelles



Militez-vous pour une diffusion raisonnée des documents et des


objets promotionnels ?
 Intégrez le réflexe éco-conception pour la réalisation de vos supports
papier.
 Laissez le choix aux participants de prendre tout ou partie de la mal-
lette du participant (par exemple : table self-service avec les différents
documents classés par statut, i.e. les indispensables, les complémen-
taires, les pubs, mallette laissée à discrétion).
 Évitez les gadgets. Privilégiez l’utile et le réutilisable répondant à des
critères environnementaux.

La restauration proposée prend-elle en compte le développement


durable ?
 Privilégiez les aliments issus de l’agriculture biologique, du commerce
équitable.
 Privilégiez les fruits et les légumes de saison.
 Favorisez les achats en grand conditionnement ou des produits en
vrac.
 Privilégiez des ustensiles (verres, assiettes, couverts, etc.) réutilisables
plutôt que jetables. N’hésitez pas à utiliser des gobelets consignés.

En fin d’événement
Avez-vous pensé à faire nettoyer le site et valoriser les déchets ?
 Nettoyez le site pour pallier les éventuels abandons de déchets.
 Orientez les déchets vers des filières adéquates.

Les infrastructures sont-elles réutilisables ?


 Faites démonter et stocker des infrastructures réutilisables.

Avez-vous envisagé de réaliser un bilan de la manifestation ?


 Rendez public un bilan des impacts environnementaux de la manifes-
tation sur les quantités de déchets générés : bilan entre déchets triés
et non triés et par type de matériaux ; consommation d’énergie et
d’eau ; bilan des transports ; bilan de la consommation totale de
papier (dont documents promotionnels) en choisissant l’unité appro-
priée (kilogramme ou litre par participant par exemple) ; pourcentage
des dépenses consacrées aux documents ou aux produits éphémères
© Groupe Eyrolles

par rapport au coût total de l’événement, etc.


 Faites évaluer les impacts évités grâce à votre démarche d’éco-
conception : en tonnes de déchets, en économie d’énergie, en kilo-
grammes de papier par participant, etc.


151
Abordez vos manifestations avec une attitude éco-responsable…



Compensez-vous les impacts qui n’auront pas pu être évités ?


 Calculez et compensez vos émissions de CO2 en finançant des projets
d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique ou de reforestation
pour lutter contre les changements climatiques.

Avez-vous identifié les marges de progrès et d’améliorations pour


la prochaine fois ?
 Faites un suivi des indicateurs dans le temps.
 Pour les événements périodiques ou récurrents, montrez les progrès
réalisés.

© Groupe Eyrolles

152
Partie

4
Savoir-faire
et faire savoir : valorisez
votre démarche !

Loin de brider la créativité ou la réflexion des professionnels de la commu-


nication chez l’annonceur et en agence, l’éco-communication constitue,
au contraire, une véritable source d’innovation qui mérite d’être valorisée.

En démontrant clairement la réduction des impacts environnementaux


que vos actions ont permise, vous pourrez également prouver que vous
avez contribué, par votre action, à la politique générale en matière de déve-
loppement durable, au sein de votre organisation.

Les cibles d’une communication désormais plus éco-responsable seront


enclines à se sentir plus concernées et à considérer comme plus légitimes
les changements d’attitude et de comportement nécessaires pour préserver
la planète.
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

Mais une communication éco-responsable sur la forme ne sert à rien si l’on


ne prend pas garde au message qu’elle comporte. Cela se traduit par une
nécessaire mise en cohérence des engagements écologiques avec ses actes.
Faire savoir, c’est donc :
 donner l’exemple sans pour autant être donneur de leçon ;
 expliquer sa démarche, aussi modeste soit-elle ;
 « citer pour inciter » afin d’encourager les autres à en faire autant et
permettre ainsi une diffusion des pratiques.

© Groupe Eyrolles

154
15

Savoir bien communiquer


vos engagements en faveur
de l’environnement

Communiquer sur ses engagements en faveur du développement durable


constitue une pratique complexe qui concerne pléthore d’acteurs plus ou
moins impliqués et nécessite une mise en œuvre précise de dispositifs adap-
tés aux publics auxquels on souhaite s’adresser. Dans le prolongement de
cette idée, Nicole d’Almeida, professeur au Celsa Paris IV-Sorbonne, expli-
que d’ailleurs que « communiquer sur l’environnement et le développement
durable passe par la proposition de savoirs définis et construits à destination de
ces différents publics. Ainsi, plus il y a d’acteurs qui “disent” le développement
durable, plus l’objet du discours se démultiplie ».
La démarche d’éco-communication, qui passe donc par la mise en œuvre
d’une communication cohérente sur la forme avec le fond (avec les messa-
ges que l’on veut porter auprès des publics), implique alors de déployer
une pédagogie certaine. Selon Nicole d’Almeida, « tout éco-communicant a
une dimension d’“instituteur”, en ce sens où il est à la fois le pédagogue et celui
qui institue, qui légitime le développement durable et l’environnement auprès de
ses publics ».
L’idée de « faire savoir » ses engagements sur le segment du développe-
ment durable doit émerger selon une démarche bien pensée et mesurée au
préalable. Béatrice Jalenques, docteur en sciences de l’information et de la
© Groupe Eyrolles

communication au Celsa Paris IV-Sorbonne, explique sa conception de


cette démarche : « Faire savoir suppose, tout d’abord, de connaître ce que
l’autre sait et ne sait pas. Ainsi, on ne portera pas n’importe quel élément d’infor-
mation à la connaissance de quelqu’un sans aucune indication sur l’état du
savoir du destinataire en question. Par ailleurs, l’idée de faire savoir est liée à

155
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

l’exigence de transparence, au droit de savoir, au droit de chacun à accéder à


l’information. Il faut bien comprendre que faire savoir n’implique pas nécessaire-
ment de tout dire, dans n’importe quel ordre. Il faut, bien entendu, sélectionner et
hiérarchiser les informations de façon à ce qu’elles soient adaptées au public qui
les reçoit. Dans le cas contraire, un désordre conduirait à noyer le public sous ces
informations, ce qui irait alors à l’encontre du principe de transparence. Cela
suppose donc une véritable organisation au niveau de la transmission de l’infor-
mation. Ensuite, faire savoir, c’est également communiquer, au sens où cela cons-
titue un appel au dialogue. Toutefois, cela ne doit pas être générateur de
confusion. Il faut bien veiller à communiquer seulement des informations que
l’on est capable d’expliciter et de démontrer. »

© Groupe Eyrolles

156
16

Quelques règles pratiques

Valorisez vos engagements environnementaux


en matière d’édition !
Pour mettre en valeur votre démarche d’éco-conception dans le domaine
de vos supports d’édition et de vos impressions, vous pouvez imprimer sur
votre publication, en fonction des caractéristiques des papiers et des encres
retenues, une déclaration, voire une combinaison de déclarations environ-
nementales. Pour vous aider, voici quelques exemples de déclarations qui
pourront figurer en quatrième de couverture par exemple.
© Groupe Eyrolles

157
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

Déclaration environnementale Logo


PAPIER…
Ecolabellisé imprimé sur du papier certifié écolabel européen

imprimé sur du papier certifié écolabel nordique

imprimé sur du papier certifié écolabel allemand

imprimé sur du papier 100 % recyclé


100 %

Fibres recyclées imprimé sur du papier 100 % recyclé post


100 %
consommation
Fibres de forêts gérées durable- papier issu de forêts gérées durablement - certification
ment FSC

papier issu de forêts gérées durablement - certification


PEFC

Ecolabellisé et 100 % recyclé imprimé sur du papier 100 % recyclé certifié écolabel
européen

Ecolabellisé et FSC/PEFC imprimé sur du papier certifié écolabel européen et issu


de forêts gérées durablement


IMPRIMEUR…
Encres à base végétale imprimé avec des encres à base végétale
Procédé CTP imprimé grâce au procédé CTP
Imprimeur Imprim’Vert ou Impri- démarche « site »: évitez les déclarations sur les pro-
meur ISO 14001 ou EMAS duits ! À défaut,soyez au moins explicite.
• document imprimé par une entreprise Imprim’Vert :
garantit la gestion des déchets dangereux dans des
filières agréées
• document imprimé par une entreprise certifiée ISO
14001: garantit la gestion des principaux déchets et
émissions du site

PAPIER ET IMPRIMEUR…
Papier écolabellisé imprimé avec des encres à base végétale sur du papier
+ Encres Végétales certifié écolabel européen
© Groupe Eyrolles

Papier écolabellisé imprimé grâce au procédé CTP avec des encres à base
+ Encres Végétales + Procédé CTP végétale sur du papier certifié écolabel européen

Source : ADEME

158
Quelques règles pratiques

Rapport de développement durable 2005-2006 de Schneider Electric (qua-


trième de couverture) :
Ce document a été imprimé avec des encres végétales sur du papier « Cyclus », fabriqué avec des fibres
recyclées à 100 % et produit sans chlore ou dérivé. Tous les déchets issus du processus de production
sont également recyclés.

Rapport de développement durable 2006 de Dexia (quatrième


couverture) :
Imprimé sur Arctic the Volume. Ce papier est certifié FSC. La certification FSC (Conseil de soutien de la
Forêt) signifie qu’en choisissant un tel papier, Dexia opte pour des produits forestiers durables et res-
ponsables.

Voici une information donnée dans le rapport de développement durable


(p.11) publié en 2007 par Nature et Découvertes1 :

DÉVELOPPEMENT DURABLE - ÉDITION 2007


I. ENVIRONNEMENT
5 - PRÉSENTATION DES PRODUITS SUR LE LIEU DE VENTE
E - DU RECYCLÉ ET DE L’ESTHÉTIQUE
POUR LES CATALOGUES :
Nature et Découvertes a choisi pour ses catalogues un papier recyclé
nouvelle génération : le VGreen. Ce papier, 100 % recyclé post-con-
sommation à partir des collectes sélectives des ménages et fabriqué
dans une usine certifiée ISO 14 001, permet un rendu à l’impression
proche de celui du non-recyclé. Les imprimeurs respectent le cahier
des charges Imprim’Vert, garant de leur engagement en faveur de
l’environnement.
UN CHIFFRE
Sur les 676 tonnes de papier utilisées par Nature et Découvertes en
2006, 257 étaient du papier 100 % recyclé post-consommation.

Certains imprimeurs, à l’instar de la société impression durable®, vont au-


delà de l’apposition d’une simple déclaration environnementale relative à
la nature du papier ou de l’encre. Résultante d’une démarche globale
menée par l’imprimeur, le document édité est accompagné d’une fiche
« bilan environnemental du document », décrivant l’ensemble des
impacts environnementaux du processus d’impression dudit document et
pouvant figurer en deuxième ou en quatrième de couverture (voir l’exem-
© Groupe Eyrolles

ple ci-après).

1. http://www.natureetdecouvertes.com/pages/Corporate/ENVIRONNEMENT/PDF/
RapportDD.pdf

159
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

© Groupe Eyrolles

160
Quelques règles pratiques

Valorisez vos engagements environnementaux


lors de manifestations !
Si la démarche d’éco-conception de votre manifestation (stand, lieu) est
souvent visible d’elle-même et témoigne de votre engagement, il est néan-
moins important de rappeler l’ensemble des actions mises en place. En
effet, il serait dommage de vous contenter de présenter les résultats con-
crets et aboutis de votre démarche d’éco-conception, sans donner à com-
prendre les solutions qui ont guidé votre démarche ! Pensez donc autant
que possible, à faire partager ces solutions avec le public, les visiteurs de
votre stand ou du lieu de votre manifestation : mettez en valeur ces infor-
mations pratiques ainsi que toutes les astuces vous ayant permis d’attein-
dre ces résultats. N’hésitez pas à montrer les limites et les améliorations
possibles de votre démarche. La formation des hôtesses peut également
s’avérer nécessaire, afin d’attirer l’attention du public sur toutes ces solu-
tions qui peuvent être envisageables pour agir en faveur de la protection de
l’environnement et du développement durable…
En guise d’exemple, lors de la Foire Internationale de Bordeaux 2006, les
visiteurs ont pu découvrir sur l’un des stands de l’ADEME des petits cartels
ludiques sous forme de bulles explicatives (voir illustration ci-après), desti-
nés à informer le public de toutes les solutions proposées sur le stand et
répondant aux principes de l’éco-conception.

Pour plus d’information, reportez-vous à l’adresse http://www.ademe.fr/


aquitaine/htdocs/operations.asp.
© Groupe Eyrolles

161
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

Veillez au respect de la déontologie


et des bonnes pratiques
Toute déclaration environnementale nécessite d’être rédigée clairement et
avec précision. Elle doit correspondre à un avantage écologique spécifique
du produit sur lequel elle est apposée et ne pas être de nature à induire le
destinataire en erreur.

Dans cette logique, vous devez évidemment être sûr des éléments mis en
avant, vérifier la pertinence des logos choisis par rapport aux résultats
environnementaux, garantir les caractéristiques des papiers et des encres
utilisés, pour être en mesure de prouver ces différentes caractéristiques
(certificats, déclaration sur l’honneur, dossier technique, etc.).

Vous devez donc éviter, au maximum, les déclarations vagues et imprécises


qui n’apportent aucune information pédagogique particulière, telles que
« papier écologique » ou « papier recyclé ». De même, évitez de mention-
ner des éléments d’information ne correspondant pas à de véritables amé-
liorations spécifiques. Par exemple, il n’est pas nécessaire d’indiquer des
déclarations relatives à l’absence de chlore alors que la majorité des pape-
tiers n’en utilisent plus !

L’ensemble de ces règles constitue la norme internationale ISO 14 021


(voir document ci-après) sur les autodéclarations environnementales.
Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises se préoccupent de leur confor-
mité à cette norme ou, tout du moins, s’interrogent sur ce qu’elles sont en
droit de faire ou non en matière d’allégation environnementale.

1. Résumé en texte et en images de la norme ISO 14021 :

La norme ISO 14021 (1999) : « Etiquettes et


déclarations environnementales : les auto déclarations
environnementales » vise avant tout à assurer + + +
la pertinence et la sincérité de toute auto déclaration
environnementale et à réduire la confusion actuelle. Amélioration Impact Choix d’une Preuves et
Elle précise par ailleurs la définition et les exigences effective environnemental auto-déclaration explications
des 12 déclarations usuelles suivantes : « contenu significatif
Se traduit par :
en recyclé », « économe en ressources », « énergie Amélioration réelle, spécifique,
récupérée », « réduction de déchets », actuelle, substantielle, vérifiable,
« consommation énergétique réduite », « économe
en eau », « longue durée de vie », « réutilisable ou + prenant en compte le cycle
de vie du produit.
re-remplissable », « recyclable », « conçu pour
le désassemblage », « compostable » et « dégradable ». Déclaration pertinente, claire,
spécifique, non exagérée, non
+
© Groupe Eyrolles

La norme ISO 14021 n’est pas une norme trompeuse, directement liée
de certification : on s’auto déclare conforme au produit, ne péchant pas
à la norme… sur les auto déclarations. par omission.
On peut résumer ainsi les 4 conditions nécessaires
à une bonne déclaration :

162
Quelques règles pratiques

Pour en savoir plus, l’ADEME a contribué à la rédaction d’un guide pour


mieux appréhender la norme ISO 14021, téléchargeable gratuitement sur
Internet1. En outre, le document reproduit ci-après donne des précisions
sur le logo de Möbius.

2. Le logo de Möbius est le symbole du recyclage

Si vous souhaitez, à l’aide d’un logo, mettre en avant le contenu en recyclé d’un produit ou de son
emballage (ou son caractère recyclable), c’est uniquement ce symbole que vous devez utiliser.

caractère recyclable d’un document en papier...


Mettre en avant le caractère recyclable d’un document en papier ne serait pas conforme aux règles
de bonnes pratiques de la norme. En effet, cela semblerait indiquer un avantage environnemental
particulier de ce produit en papier par rapport à un autre, alors que les documents en papier sont
recyclables. Seul le contenu en recyclé est à valoriser.

À noter…
L’anneau de Möbius
peut être imprimé dans toutes
les couleurs sur fond clair ou
sombre : toutes les formes sont signifie : signifie :
équivalentes à celles présentées « ce produit ou cet « ce produit ou cet emballage
ci-dessus. L’important est l’ajout emballage est recyclable » contient 65 % de matières
du pourcentage quand il s’agit recyclées »
d’indiquer un contenu en recyclé.

Ne confondez pas « approche site » et « approche produit » !

Pour gérer les impacts environnementaux de leurs activités, les entre-


prises développent le management environnemental de leur site, qui
se base sur des obligations de moyens et de poursuite de résultats fixés
par l’entreprise elle-même. En revanche, l’approche « produit » se con-
centre sur des objectifs de résultats, spécifiquement rapportés au pro-
duit et faisant fréquemment l’objet de référentiels reconnus et
© Groupe Eyrolles

communs au secteur (par exemple, le règlement d’écolabels officiels).

1. www2.ademe.fr/servlet/getBin?name=62FEC75799F598CFF8AE0D
66926449411172054222451.pdf

163
17

L’importance de la veille
et de la formation

L’éco-communication est un sujet récent, en pleine évolution. Il offre aux


professionnels de la communication de nouvelles possibilités techniques
et créatives. Pour être informé des dernières innovations, il est important
de faire de la veille et de la formation continue.

La prise en compte nécessaire de l’environnement dans les activités de


communication place les professionnels du secteur dans une position de
véritables prescripteurs de conseils à des entreprises, des collectivités et des
administrations qui souhaitent désormais mettre en adéquation leur façon
de communiquer avec leur démarche de développement durable. Afin
d’exposer ce nouveau contexte, d’apporter les outils techniques et de pré-
senter les opportunités de cette éco-conception, l’ADEME propose un
module de formation de deux jours aux professionnels de la communica-
tion (responsables de communication, marketing ou clientèle, chargés de
communication interne et externe en agence ou chez l’annonceur).

Les professionnels aquitains de la communication ont ainsi été les pre-


miers concernés. En effet, comme le souligne Jean-Marc Gancille de l’APA-
COM, « pour susciter un effet d’entraînement dans la profession, il fallait
développer un module de formation-action impliquant. C’est dans ce cadre que
nous avons participé, avec l’ADEME et le conseil régional d’Aquitaine, à la créa-
tion de ce module. Suite à un appel à candidature, nous avons travaillé avec une
dizaine d’agences de communication en Aquitaine, sur des thèmes précis : par
© Groupe Eyrolles

exemple comment monter et fabriquer une PLV1 ou réduire l’impact d’un stand.
À partir des enseignements de cette première formation, un module destiné aux

1. Publicité sur lieu de vente.

165
Savoir-faire et faire savoir : valorisez votre démarche !

agences, aux annonceurs, aux acheteurs publics et privés et aux communicants


au sens large, a été réalisé ». Pourtant l’expression « communication
responsable » est composée de deux mots qui se marient mal en apparence…
« C’est vrai, poursuit-il. C’est pourquoi nous avons commencé à intégrer dans ce
module de formation une réflexion sur la portée des messages que l’on promeut.
La vigilance des consommateurs ne cesse de grandir et la profession va devoir
bouger. Les agences qui, à terme, réussiront seront, j’en suis convaincu, celles qui
auront intégré les premières ces données-là. Et les grandes agences ne sont pas les
plus en avance… »
Véritable mode d’emploi pour sensibiliser et professionnaliser la filière, ce
module de deux jours est proposé dans toutes les délégations régionales de
l’ADEME.

Interview de Sylvain Perriollat,


chargé de communication
à la délégation régionale de l’ADEME en Basse-Normandie
Dans votre région, les professionnels se mobilisent également autour
de l’éco-communication. Vous organisez régulièrement des sessions
de formation sur ce thème. Qu’est-ce qui vous y a poussé ?
J’avais des difficultés à trouver des prestataires, car la demande était
balbutiante. J’ai donc décidé de sensibiliser et de former directement
d’autres prescripteurs publics et privés dans la région pour faire aug-
menter la demande. Aujourd’hui, celle en papier recyclé, en encres
végétales et en imprimeurs Imprim’Vert a atteint un niveau tel qu’il est
devenu beaucoup plus facile de faire de l’éco-communication.
Quels sont les publics que vous avez sensibilisés ?
J’ai d’abord formulé mes attentes auprès de mes prestataires directs,
que ce soit dans les briefs ou les cahiers des charges de consultation.
Parallèlement, j’ai fait passer le message de l’éco-communication dans
le cadre de cours auprès des étudiants (IUT Information Communica-
tion, Mastère Communication à l’université). J’ai aussi animé des ate-
liers pour les professionnels de la communication via l’association
régionale des professionnels de la communication Nota Bene. Enfin, je
suis intervenu auprès des chargés de communication des autres servi-
ces de l’État. Au total, j’ai formé et sensibilisé une centaine de person-
nes. Ces différents publics se sont montrés réceptifs et sensibles à
l’aspect qualité écologique d’un produit appliqué à la communication.
© Groupe Eyrolles

Quelles sont les tendances actuelles ?


La demande pour connaître et faire de l’éco-communication aug-
mente, en particulier au niveau de la commande publique. Le nou-
veau code des marchés publics permet d’introduire des clauses
environnementales. Les démarches d’éco-responsabilité dans l’admi-

166
L’importance de la veille et de la formation

nistration fixent des objectifs au niveau de la consommation de papier


et des achats. Quand je suis amené à aider techniquement ou finan-
cièrement une action de communication, je rajoute une clause d’éco-
conditionnalité : l’aide est conditionnée par la prise en compte de la
qualité écologique dans le volet communication.

Progressivement, les professionnels de la communication, à l’instar de


l’ANAé, de l’AACC, mais également des écoles de formation des futurs
communicants s’engagent aussi dans cette démarche en élaborant des
modules de formation, considérée comme un élément indispensable à
l’évolution des mentalités et des comportements !
© Groupe Eyrolles

167
Conclusion

En limitant ses impacts sur l’environnement, la communication peut


désormais s’inscrire dans une perspective de développement durable et
garantir une cohérence entre les discours et les engagements d’une entre-
prise ou d’une collectivité. L’éco-communication permet ainsi un triple
bénéfice au niveau de l’image de l’entreprise, de la sensibilisation des
publics à l’environnement et de la protection de l’environnement.

La démarche d’éco-communication nécessite une véritable ré-interroga-


tion de l’activité du communicant. Pensée en amont de la conception des
outils et des supports de communication, elle implique de reconsidérer les
objectifs en prenant davantage en considération les critères liés au déve-
loppement durable. Effectivement, elle repose, pour beaucoup, sur une
méthode d’anticipation et de prévention, afin d’optimiser son efficacité.
Dès lors que votre démarche sera engagée, le fait de savoir communiquer
ensuite sur vos progrès, tout en tenant compte de vos limites, témoignera
d’une certaine crédibilité et contribuera à légitimer votre communication
auprès de vos publics.

Les divers témoignages recueillis et présentés tout au long de cet ouvrage


permettent d’identifier le fait qu’il n’est pas uniquement question de
réduire ses consommations d’encre et de papier – une vision bien trop
réductrice et austère de l’éco-communication. Cette démarche implique et
représente bien plus que cela, comme nous l’avons démontré au fil des
pages de ce guide : elle peut constituer une source de créativité et d’inno-
vation tout en s’attachant à respecter des principes d’éco-responsabilité.

Placer votre communication sous le signe de l’éco-responsabilité vous per-


mettra de valoriser l’image de votre entreprise, de votre collectivité (si
vous êtes dans la position du prescripteur) ou bien encore de votre agence
de communication. Cette démarche participera à rendre encore plus cohé-
© Groupe Eyrolles

rente votre politique menée en faveur du développement durable. De


même, contrairement à certaines idées reçues, cette démarche peut aussi
devenir un moyen de faire des économies, à l’image d’un véritable moteur
pouvant stimuler l’innovation, voire également faire apparaître de nou-
velles opportunités commerciales…

169
Conclusion

Pour autant, le message ne devient pas éco-responsable parce que l’enve-


loppe a été élaborée en s’appuyant sur des principes d’éco-responsabilité.
Pour être cohérente, la démarche d’éco-communication doit induire des
changements sur le fond, au-delà d’une pure incidence sur la forme. Elle
pourrait ainsi se résumer en une phrase : éco-communiquer, c’est laisser
son empreinte dans les esprits, pas sur l’environnement.
Toutes les clés de la démarche se trouvent désormais entre vos mains. Il ne
tient plus qu’à vous de vous lancer !

© Groupe Eyrolles

170
Glossaire

Achats éco-responsables : prise en compte, lors des choix d’achat, des


caractéristiques environnementales des produits présentés.
Analyse de cycle de vie (ACV) : outil d’aide à la décision qui permet de
recenser et de quantifier les flux physiques de matière et d’énergie associés
à chaque étape du cycle de vie d’un produit (approche dite « du berceau à
la tombe »). Les impacts potentiels sont évalués et les résultats obtenus
interprétés. Sa pratique est aujourd’hui standardisée par la série des
normes ISO 14 040.
Aplat : surface colorée sur laquelle figure un texte de couleur claire sur un
fond sombre.
Biodégradabilité : aptitude d’un corps à être dégradé biologiquement. Le
taux de biodégradabilité est quantifié par des tests de laboratoire en milieu
liquide ou solide ou in situ sur sol et compost.
Bioproduits : produits énergétiques et industriels issus de matières pre-
mières renouvelables d’origine végétale. Les bioproduits utilisables par les
entreprises portent sur l’ensemble des applications. Un bioproduit est
identifiable par sa composition ou parfois par un label spécifique.
Cartouche remanufacturée : produit récupéré, démonté, inspecté, net-
toyé et réglé, dont les pièces usées ou endommagées ont été réparées ou
remplacées.
Développement durable : développement répondant aux besoins du pré-
sent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux
leurs. Il cherche à concilier trois dimensions : économique (efficacité, ren-
tabilité), sociale (responsabilité sociale) et environnementale (impact sur
l’environnement).
Éco-conception : démarche résolument créative et innovante, qui vise la
prise en compte de l’environnement dès la phase de conception des pro-
duits (au côté des paramètres classiques : coûts, délais, esthétique, techni-
© Groupe Eyrolles

que, etc.) en prenant toujours en considération leur cycle de vie.


Écolabel : marque officielle de reconnaissance de la qualité écologique
des produits. Mise en place par les pouvoirs publics, elle offre une double
garantie : la qualité d’usage du produit et la limitation de ses impacts sur
l‘environnement (marque NF Environnement, écolabel européen, etc.).

171
Glossaire

Éco-produit : tout produit qui entraîne moins d’impacts sur l’environne-


ment, tout au long de son cycle de vie (depuis l’extraction des matières
qui le composent jusqu’à son élimination finale, en passant par sa fabrica-
tion, sa distribution et son utilisation) et conserve ses performances lors
de l’utilisation. Les supports de communication peuvent en faire partie !

EMAS : règlement européen adopté le 19 mars 2001 sous le N˚761/2001


par le parlement européen et le conseil de l’Union européenne, en vigueur
depuis le 27 avril 2001. Il permet la participation volontaire des organisa-
tions à un système de management environnemental et d’audit (EMAS –
Eco-Management and Audit Scheme).

Global Compact : le Pacte Mondial est une initiative internationale qui


rassemble les entreprises et les organisations des Nations Unies, le monde
du travail et la société civile autour de dix principes universels relatifs aux
droits de l’Homme, aux normes du travail, à l’environnement et à la lutte
contre la corruption.

Greenwashing : expression utilisée par les groupes de pression environ-


nementaux pour désigner les efforts de communication des entreprises
sur leurs avancées en termes de développement durable, pas forcément
accompagnés d’actions à la hauteur de cette communication (Source :
A. Milon, S.-H. Saint-Michel, Lexicom Les 3 000 mots du marketing publici-
taire, de la communication et des techniques de production, Breal, 2000).

Impacts : tout ce qui dégrade notre environnement, soit en utilisant des


ressources ou des matières non renouvelables (pétrole, charbon, plasti-
ques, etc.), soit en entraînant des rejets néfastes (déchets, pollution de
l’air, de l’eau et des sols).

Logo FSC (Forest Stewardship Council) : le FSC est une organisation


internationale fondée par des associations de défense de l’environnement,
des représentants de la filière bois et des consommateurs. Afin d’évaluer le
respect d’une gestion durable des forêts, elle a développé un logo que l’on
trouve sur du bois ou des produits à base de bois respectant les critères du
FSC en matière de gestion durable des forêts et de traçabilité des produits.

Label PEFC (Program for Endorsement of Forest Certification


Schemes) : le PEFC est un système de certification né d’une initiative des
professionnels de la forêt et du bois. À l’origine européenne, l’initiative
regroupe désormais différentes régions du monde. Il a développé un logo
que l’on trouve sur du bois ou des produits à base de bois respectant les
critères du PEFC en matière de gestion durable des forêts et de traçabilité
© Groupe Eyrolles

des produits.

Parties prenantes : tout groupe ou individu qui peut affecter ou être


affecté par la mise en œuvre des objectifs d’une organisation (Source :
R.E Freeman, Strategic Management : A Stakeholder Approach, Pitman, 1984).

172
Glossaire

Procédé CTP (computer to plate) : permet de préparer les formes impri-


mantes sans avoir recours au développement de films par des procédés
photographiques, qui nécessitent l’utilisation de produits chimiques
(solution argentique) pouvant générer divers impacts (pollution de l’eau,
de l’atmosphère et des sols notamment). Ce procédé est en passe
aujourd’hui de remplacer totalement les anciennes techniques.
Produits « bio » : produits issus de l’agriculture biologique, qui cherche à
être respectueuse de l’environnement grâce à des pratiques traditionnelles
peu intensives suivant des cahiers des charges précis permettant l’obten-
tion de labels (label biologique, AB, etc.).
Plaques thermiques : plaques à insolation thermique se développant
sous l’action de la chaleur et permettant donc d’éviter l’utilisation de
bains chimiques. Ce procédé est directement utilisé par les presses DI
(Direct Imaging).
© Groupe Eyrolles

173
Sites Internet
et bibliographie

Sites
ADEME
www.ademe.fr
Rubrique consacrée aux éco-achats : http://www.ademe.fr/eco-achats
Rubrique éco-communication : http://www.ademe.fr/eco-communication
Rubrique consacrée au management environnemental : http://
www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12621

Ministère de l'Ecologie, du Développement


et de l'Aménagement durables :
www.ecologie.gouv.fr

Code des marchés publics et Stratégie Nationale


Nouveau code des marchés publics (2006) :
http://www.minefe.gouv.fr/themes/marches_publics/index.htm
Plan National d'Action sur les Achats Durables :
http://www.ecologie.gouv.fr/pnaapd.html

Achats éco-responsables
Administration éco-responsable :
http://www.ecoresponsabilite.ecologie.gouv.fr/
Guide de l'achat public éco-responsable – Achat de papier à copier et de
papier graphique :
http://ecoresponsabilite.ecologie.gouv.fr/IMG/Guide_achat_de_papier_05-
064.pdf
© Groupe Eyrolles

Commission européenne : Verdissement des marchés publics européens


(site en anglais) : http://ec.europa.eu/environment/gpp/index_en.htm

Écolabels
http://www.ecologie.gouv.fr/ecolabels/

175
Sites Internet et bibliographie

Ecolabels NF Environnement :
http://www.marque-nf.com/pages.asp?ref=Reseau
Ecolabel européen : www.eco-label.com/french/
Portail international des écolabels officiels nationaux et supranationaux
(site en anglais) : www.gen.gr.jp/
http://europa.eu.int/comm/environment/ecolabel/pdf/infokit/new_2002/
fact_copygraphicpaper_2002_fr.pdf

Autres labels écologiques


Energy star : http://www.eu-energystar.org/fr
Site du PEFC (Program for Enhancement of Forest Certification) :
www.pefc-france.org
Site du FSC (Program for Enhancement of Forest Certification) – site en
anglais : www.fsc.org

Produits recyclés
Annuaire des produits recyclés : www.produits-recycles.com/

Éco-festivals
Guide des éco-manifestations en Poitou-Charentes :
www.apcede.com/Outils/publications/eco_manifestation.pdf
ANAé (Assocation nationale des agences de communication événemen-
tielle) : www.anae.org
Site des professionnels de l'événement mobilisés autour du développe-
ment durable : http://www.eco-evenement.org
Site du Festival du vent : http://www.lefestivalduvent.com/

Le Programme des Nations-Unies pour l'Environnement


(PNUE) :
www.unep.org/french
La galerie créative des campagnes sur le développement durable :
http://www.unep.fr/pc/sustain/advertising/ads.htm

Publicité
Le Bureau de vérification de la Publicité (BVP) : www.bvp.org
L'Alliance pour la Planète : http://www.lalliance.fr/xmedia/atelier_BVP/
© Groupe Eyrolles

Design
Les designers s'engagent dans une démarche responsable - site de Artazart,
la librairie européenne dédiée aux designers :
www.artazart.com/fr/after.html

176
Sites Internet et bibliographie

Ouvrages
ADEME
Éco-Communication Vers une communication plus éco-responsable
(ADEME, mars 2005) ; document consultable en ligne : http://
www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=16333
Passeport Éco-Produit (ADEME, quatrième édition, février 2006) ; docu-
ment consultable en ligne : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseS-
how?sort=-1&cid=17467&m=3&catid=17468

GPEM
Guides du Groupe d'étude des marchés (GPEM) de l'observatoire économi-
que de l'achat public : dans la série Guide de l'achat public éco-responsa-
ble, le groupe a publié quatre ouvrages portant sur :
– L'achat de produits (février 2005) ; consultable en ligne sur
http://www.ecoresponsabilite.ecologie.gouv.fr/IMG/guideN_B.pdf
– L'achat de papier à copier et de papier graphique (décembre 2005) ;
consultable en ligne sur
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/05-064.pdf
– L'efficacité énergétique dans les marchés d'exploitation de chauffage et
de climatisation pour le parc immobilier existant (mars 2006) ; consul-
table en ligne sur http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/06-008.pdf
– Le bois, matériau de construction (mai 2007) ; consultable en ligne sur
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/07-018.pdf

Manifestations sportives
Agenda 21 du sport français :
http://devs.cnosf.com/images/CNOSF/vrai_agenda21.pdf
Guide de l'UFOLEP (Union Française des Œuvres Laïques d'Education
Physique) « manifestations sportives & développement durable ». Groupe
de travail national développement durable, UFOLEP. 2007 - 23 p.
© Groupe Eyrolles

177
Annexes

Afin d’illustrer certains éléments ainsi que nos diverses recommandations


explicitées dans le guide, voici quelques documents dont la lecture peut
vous être utile si vous cherchez des informations supplémentaires avant de
vous lancer dans la démarche !
1. Proposition de fiche pour le recueil d’informations écologiques
d’un papier
2. Extraits environnementaux du cahier des charges de l’ADEME
pour l’édition de documents à destination du grand public
3. Extraits environnementaux du cahier des charges de la délégation
régionale ADEME en Bretagne relatif à l’édition/impression
du catalogue des formations sur l’environnement en Bretagne
4. Extraits environnementaux du cahier des charges de la Chambre
Régionale de Métiers et de l’Artisanat (CMRA) du Limousin
5. Des publications plus écologiques ? Mode d’emploi…
6. Des manifestations plus écologiques ? Mode d’emploi…
7. Démarche d’éco-conception d’Expo Sciences 2006
8. Exemple d’organisation de Trophées Éco-stand
9. Exemple d’une clause environnementale dans un contrat
avec un restaurateur
10. Charte de l’environnement et du développement durable
pour la candidature de la Ville de Paris aux Jeux olympiques
et paralympiques de 2012
11. Recommandation « Développement Durable » du Bureau de
Vérification de la Publicité
12. Recommandation « Arguments écologiques » du BVP
© Groupe Eyrolles

13. Nouveau point de doctrine déontologique du BVP - Véhicules


en pleine nature : uniquement sur voies autorisées
14. Visite guidée à travers la jungle des logos… pour des achats
éco-responsables

179
Annexes

1. Proposition de fiche pour le recueil


d’informations écologiques d’un papier

Autres informations environnementales annexes :

Blanchiment Sans agent chloré ECF TCF


Sans azurant optique

INFORMATIONS TECHNIQUES
Caractéristiques techniques

Grammages disponibles de à g/m2


« Conditionnement » Feuilles
Bobine
Formats disponibles Minimum sens machine travers
Maximum sens machine travers
Laies machines cm
Autres Informations

INFORMATIONS DE L’IMPRIMEUR
Impression
Procédés d’impression
(Offset feuilles ou rotative, Flexographie, Typographie, Héliogravure, autre...)
Type d’impression (texte et/ou image et/ou Photogravure)
Recommandations
Finition
Type de reliure (agrafage, collage, couture, autre...), pliage, perforation, gaufrage, autre…
Vernis…
Recommandations

AUTRES INFORMATIONS
Applications

Retours d’expériences
(démarche pour se procurer ce type de papier, satisfaction…)

Recommandations d’utilisation
© Groupe Eyrolles

Liste mise à jour des titulaires sur les sites :


www.eco-label.com www.svanen.nu/Eng/default.asp www.blauer-engel.de

180
Annexes

2. Extraits environnementaux du cahier


des charges de l’ADEME pour l’édition
de documents à destination du grand public

Septembre 2005

Cahier des charges (extraits)


Le présent cahier des charges a pour objet l’édition de documents à desti-
nation du grand public.

Article 1 : objectifs du marché


Dans le cadre de l’opération « Défi pour la Terre », l’ADEME met à disposi-
tion du grand public un certain nombre de documents de sensibilisation :
plaquettes, livrets, dépliants... L’objet de la consultation porte sur l’édition
de ces documents.

Pour répondre à sa vocation de sensibilisation du public et d’exemplarité,


l’ADEME souhaite que ces documents soient produits en intégrant des
caractéristiques environnementales. Elle valorisera ces caractéristiques par
une déclaration environnementale en dernière page de couverture (voir
notamment les bonnes pratiques en termes de communication éco-res-
ponsable présentées dans le guide « Eco-communication. Vers une com-
munication plus éco-responsable », édité par l’ADEME et consultable sur
www.ademe.fr/eco-conception).

Article 2 : organisation générale et réalisation


Mode opératoire
Pour l’ADEME : (…)
© Groupe Eyrolles

Pour l’imprimeur retenu :

Exigences environnementales : l’impression sera réalisée sur papier répon-


dant aux exigences environnementales de l’Écolabel européen (ou équiva-
lent), à base de fibres recyclées pour 50 % minimum, en utilisant le
procédé CTP et des encres à base d’huiles végétales.

181
Annexes

Par ailleurs, l’entreprise apportera des garanties relatives à la gestion des


déchets dangereux (traitement dans des filières agréées conformément à la
réglementation).
L’entreprise renseignera obligatoirement le questionnaire annexé au pré-
sent cahier des charges.

Article 3 : les échéances de réalisation


Le marché est prévu sur une durée de X mois, à compter de la date de noti-
fication du marché.

Article 4 : organisation et échéance de l’appel d’offres


Contenu de la proposition
Le dossier à transmettre à l’ADEME (en deux exemplaires) devra
comprendre :

A. Un mémoire technique synthétique (deux pages) comprenant


Les préconisations, les recommandations de l’ensemble des prestations
demandées dans le cahier des charges) et correspondant à l’article 2 du
projet de marché ci-joint :
 la coordination du travail entre l’ADEME et le candidat ;
 la composition et l’expérience de l’équipe qui aura en charge le dossier
et son suivi, la composition du parc des machines ;
 la qualité du papier proposé (blancheur, opacité).

B. Le questionnaire sur les aspects environnementaux de l’offre com-


plété (annexé)

C. Deux tableaux des prix

Article 5 : critères de choix des offres


 performance environnementale (40 %) ;
 prix (30 %) ;
 capacité de production dans des délais courts (20 %) ;
 références pour d’autres prestations similaires (10 %).

Annexe
© Groupe Eyrolles

Questionnaire sur les aspects environnementaux de l’offre


Ce questionnaire a pour objectif de pouvoir évaluer les aspects environne-
mentaux des offres ; ces aspects seront pris en compte lors de l’évaluation
générale des offres (nous contacter pour tout complément d’information).

182
Annexes

A. Papier proposé et environnement (si plusieurs offres de papier,


remplir plusieurs questionnaires)
Ces informations peuvent notamment se trouver sur les fiches techniques
des papiers fournies par vos fournisseurs.

Commentaires
Pondération

(détails et mode
Aspects
Réponse de preuve : join- Pour information
considérés
dre tout docu-
ment utile)
Nom du papier :
(E)a Utilisation de papier contenant  Oui : Préciser le %
des fibres « recyclées » (50 % % recyclé
minimum)
(E) Utilisation de papier répondant Lequel ? Écolabel européen, nordique,
aux exigences d’un écolabel allemand, etc.b
officiel ou équivalent
a. Pour mémoire : E = exigé par le cahier des charges.
b. Écolabel européen pour papier : www.eco-label.com (exemple : cyclus).
Écolabel nordique (Cygne Blanc) printing paper : www.svanen.nu/DocEng/044e.pdf.
Écolabel allemand (Ange Bleu) : www.blauer-engel.de/englisch/navigation/body_blauer_engel.htm.

B. Impression Offset et environnement (total 10)

Commentaires
Pondération

(détails et mode
Aspects considérés Réponse de preuve : join- Pour information
dre tout docu-
ment utile)
(E) Pour l’impression : utilisation  Oui (noms, fiches
d’encres végétales » (pour techniques ?)
mémoire : E = exigé par le
cahier des charges)
(E) Pour l’impression : utilisation  Oui (plaques Le procédé Computer To
d’un procédé CTP ? » (pour thermiques Plate (CTP) permet de limiter
mémoire : E = exigé par le ou autres ?) l’utilisation de produits chi-
cahier des charges) miques dangereux lors de la
préparation des plaques
(E) Gestion spécifique des déchets  Oui Par exemple certificats,
dangereux dans les filières engagement dans la Charte
agréées ? (pour mémoire : E = « Imprim’Vert », engage-
exigé par la réglementation et ment sur l’honneur, etc.
repris dans le cahier des char-
ges)
© Groupe Eyrolles

10 Le % d’alcool de la solution de  Oui et % Alcool (isopropyllique) est


mouillage est mesuré et limité.  Non générateur de COV.

183
Annexes

C. logistique de livraison des impressions (transport)


et environnement (total 10)

Commentaires
Pondération

(détails et mode
Aspects considérés Réponse de preuve : join- Pour information
dre tout docu-
ment utile)
10 Comment intégrez-vous la prise Par exemple : éléments de la
en compte de l’environnement politique d’optimisation de
dans vos transports : plan de charge des camions,
- optimisation de la logistique ?  Oui etc., choix de véhicules
- qualité écologique de la flotte  Oui répondant aux dernières
de véhicules ? normes européennes en
termes de consommation et
d’émissions…

Liste des sigles : CTP = Computer To Plate - EMAS = Eco-Managment and


Audit Scheme - COV = Composés Organiques Volatils
Signature : Nom et Fonction :

© Groupe Eyrolles

184
Annexes

3. Extraits environnementaux du cahier des


charges de la délégation régionale ADEME
relatif à l’édition/impression du catalogue
des formations sur l’environnement en
Bretagne

Cahier des charges (extraits)

Les formations 2006 sur les métiers de l’environnement


en Bretagne

Précisions sur l’ouvrage


En quatrième de couverture, il faut indiquer les critères écologiques de la
matière du papier, du recyclage… comme écrit dans la partie « Prendre en
compte des critères d’éco-communication ».

Proposition à remettre par le prestataire


Il est notamment attendu, de la part de l’agence de communication, de
prendre en compte des critères d’éco-communication : qualité écologi-
que du papier et des encres, choix de l’imprimeur en fonction de sa gestion
de ses déchets dangereux, choix de la finition et du conditionnement. Les
qualités environnementales des offres seront analysées et classées par
l’aspect « environnement ».
Votre proposition comprendra également un ensemble de renseigne-
ments1 sur la prise en compte, pour la partie impression, des critères envi-
ronnementaux suivants :
 gestion des déchets de papier et déchets banals ;
 gestion des boîtes d’encre ;
 gestion des chiffons d’essuyage souillés ;
 gestion de vos déchets dangereux ;
 obtention du label «Imprim’Vert ».
© Groupe Eyrolles

1. Réponse écrite ou copie des contrats ou attestations de collecte et de traitement. Dans le


cadre d’une labellisation Imprim’Vert, la simple copie de votre attestation de labellisation
répondra de votre respect des autres points évoqués. Pour tout complément d’informa-
tion sur les encres et les papiers, vous pouvez consulter le document « Guide de l’éco-
communication » téléchargeable sur : http://www.fne.asso.fr/preventiondechets/docs/
ademe_ecocom.pdf.

185
Annexes

4. Extraits environnementaux du cahier


des charges de la Chambre Régionale de
Métiers et de l’Artisanat (CMRA) du Limousin

Cahier des charges (extraits)


« Opération de gestion collective des huiles alimentaires usagées en
Limousin »

I. Contexte
Environ 2 500 entreprises en Limousin sont susceptibles de générer de
l’huile alimentaire usagée (HAU) qui peut avoir un impact sur l’environne-
ment (restaurants, hôteliers, bouchers, charcutiers et traiteurs, boulange-
ries pâtisseries).

En collaboration avec leurs partenaires (ADEME, Région Limousin, État,


Chambres de Commerce et d’Industrie, organisations professionnelles), la
Chambre Régionale de Métiers du Limousin, souhaite mettre en place - et
durablement - un réseau de collecte de ces huiles alimentaires pour per-
mettre leur valorisation.

La réussite de l’opération régionale de collecte des HAU dépend de la


bonne information et de la sensibilisation de l’ensemble des artisans du
Limousin.

C’est pourquoi ce cahier des charges est envoyé aux professionnels de la


communication afin de sélectionner une stratégie de sensibilisation et
d’information efficace avec des supports adaptés à la cible professionnelle.

IV. Spécifications environnementales pour l’impression


La CRMA Limousin mène un programme d’actions destiné à favoriser la
prise en compte de l’environnement dans les entreprises artisanales.

Dans ce cadre, l’entreprise qui réalisera l’impression devra s’engager à :

 ne pas utiliser pour l’impression en offset des produits toxiques ou très


toxiques définis comme tels par l’annexe I et II de l’arrêté modifié du
© Groupe Eyrolles

20 avril 1994 relatif à la déclaration, à la classification, à l’emballage et


à l’étiquetage des substances (JO du 8 mai 1994) ; ces produits sont
reconnaissables à leur pictogramme « tête de mort » ;

 sécuriser le stockage des produits et des déchets dangereux en utilisant


des bacs de rétention ou des aménagements spécifiques ;

186
Annexes

 traiter dans des centres de traitement appropriés les produits dange-


reux suivants : solution de mouillage, révélateurs et fixateurs usagés,
solvants de nettoyage usagés (chlorés et non chlorés), chiffons souillés,
cartouches d’encre et toners, divers liquides et pâteux comme les
encres, les colles, les vernis, les huiles.
La marque Imprim’Vert constitue un gage de respect de ces critères et
sera fortement appréciée (la liste des entreprises Imprim’Vert est jointe en
annexe : les entreprises qui figurent sur cette liste n’ont pas à fournir de
justificatifs).
Dans le cas où l’entreprise ne possède pas cette marque, l’imprimeur
devra alors fournir des éléments justificatifs du respect de ces critères
environnementaux, à savoir :
 attestation d’aménagements spécifiques (attestation que le local est en
rétention, que les risques d’atteinte des sols ou du réseau sont évités) ;
 engagement sur l’honneur à n’utiliser que des produits non étiquetés
toxiques (symbole « tête de mort ») pour les activités d’impression
offset ;
 tableau sur le modèle suivant indiquant la filière d’élimination des
déchets dangereux et les quantités annuelles produites en moyenne ;
pour justifier de la bonne élimination de chaque type de déchet listé
ci-après, produire un contrat de collecte détaillé ou une copie des der-
niers Bordereaux de Suivi de Déchets Dangereux (BSDD).
Remarque : si le système de location de serviettes d’essuyage est utilisé,
joindre une copie de la dernière facture émise par le fournisseur (location
ou achat/collecte).

Prestataire de collecte
Déchets Quantité/an
et destination finale
Bains de révélateurs et de fixateurs usagés
(plaques et films, prétraités ou non)
Solvants de nettoyage usagés
(chlorés et non chlorés)
Chiffons souillés

Annexe
Liste des entreprises Imprim’Vert.
© Groupe Eyrolles

187
Annexes

5. Des publications plus écologiques ?


Mode d’emploi
… Des publications plus écologiques ?
Mode d’emploi

Vous allez réaliser une publication (brochure, document, publicité, etc.) …


en prenant en compte ses caractéristiques écologiques ? Bravo ! Vous diffu-
serez ainsi vos messages, tout en agissant concrètement pour une meilleure
protection de l’environnement !

Recommandations
concernant les produits et techniques
Trois éléments, par ordre décroissant d’importance : le papier, les encres et
l’impression.
■ Le papier : constitué, selon votre souhait, de fibres recyclées, de fibres
vierges issues de forêts gérées durablement ou d’un mélange, il répond
aux critères de l’écolabel officiel européen ou de l’écolabel nordique (le
cygne blanc, écolabel très similaire à celui de l’écolabel européen) en
limitant ses impacts sur l’environnement (consommation d’énergie,
émissions dans l’air et dans l’eau, emploi de substances toxiques). Liste
des critères de papier certifié « écolabel européen » :
http://ec.europa.eu/environment/ecolabel/pdf/infokit/new_2002/fact_
copygraphicpaper_2002_fr.pdf.

Liste des fournisseurs de papier certifié « écolabel euro-


péen » : http://www.eco-label.com/french/

Liste des fournisseurs de papier certifié « écolabel


nordique » : http://www.svanen.nu/Eng/products/
© Groupe Eyrolles

trafflista.asp?Fritext=&Produktkategori=44&B1=Search

188
Annexes

À noter : seuls quelques papiers sont aujourd’hui certifiés, mais bien


d’autres répondent déjà aux critères de l’écolabel européen sans pour
autant avoir demandé la certification… faute de demandes de leur
marché ! Pour ouvrir plus largement votre consultation, précisez « papier
répondant aux exigences de l’écolabel européen ou équivalents » et non
« papier certifié écolabel européen ».

■ Les encres : selon les technologies utilisées (en partie liées au volume de
votre tirage), privilégiez les encres à base végétale (pour réduire l’utilisa-
tion de ressources non renouvelables pétrochimiques) ou les encres à
l’eau (pour réduire l’usage de solvants).

■ L’impression : pour limiter les impacts des opérations d’impression et


notamment s’assurer d’une bonne gestion des déchets dangereux et de
la réduction de l’emploi de produits toxiques, vous pouvez orienter
votre choix vers des imprimeries titulaires de la marque
« Imprim’Vert ». S’agissant d’initiatives régionales, vous pourrez trou-
ver les entreprises titulaires de votre région en recherchant sur votre
moteur de recherche l’item Imprim’Vert accompagné de la région choi-
sie ou en vous adressant à votre CCI (Chambre de Commerce et
d’Industrie). Exemple en Île-de-France : http://www.environne-
ment.ccip.fr/acteurs/imprimvert-adresses.htm.

Par ailleurs, certaines techniques récentes permettent de réduire les


impacts des étapes d’impression. C’est le cas notamment du CTP (compu-
ter to plate), qui évite d’avoir à réaliser des films photographiques en trans-
férant les informations directement sous forme numérique.

Un incontournable : la conception de vos documents


À quoi servirait un papier un peu moins polluant et/ou des encres à moin-
dres impacts environnementaux si vous en utilisez deux fois plus ? À
rien… sinon à accroître nos impacts sur l’environnement. Pensez avant
tout « réduction à la source » :

 diffusez sans s’éparpiller, visez plus juste ; pour l’efficacité économi-


que et écologique de vos actions, ciblez encore mieux votre diffusion…
et pensez au média informatique ;

 aérez, mais pas trop : trouvez le juste équilibre entre présentation trop
condensée et publication trop aérée, pour dimensionner au mieux le
© Groupe Eyrolles

nombre de pages de votre publication, en évitant les interlignages


surdimensionnés et les espaces vides ;

 choisissez le juste grammage et le bon format : le grammage néces-


saire et suffisant ainsi qu’un format standard, évitant des chutes de
façonnage, réduiront d’autant les quantités de papier et de déchets ;

189
Annexes

 évitez les effets spéciaux, métallisés notamment, et les pelliculages,


autant de produits chimiques et d’obstacles au recyclage en moins (un
simple vernis souvent suffit) ;
 limitez les aplats (surfaces colorées où le texte apparaît en général en
couleur claire sur fond sombre) ou réduisez leur densité… autant
d’encres et d’impacts environnementaux évités !

Valorisez votre démarche !


Pour valoriser votre démarche d’éco-conception, vous pourrez imprimer
sur votre publication, en fonction des caractéristiques des papiers et des
encres retenus, l’une ou l’autre des déclarations suivantes, voire une com-
binaison de plusieurs déclarations :
 imprimé sur du papier certifié écolabel européen ou cygne blanc nor-
dique ;
 imprimé sur du papier recyclé 100 % ;
 imprimé avec des encres à base végétale ;
 etc.
À noter : concernant les améliorations réalisées au niveau de l’impression
(Imprim’Vert notamment), nous vous conseillons d’utiliser cette caracté-
ristique lors de l’étape de la consultation et du choix des imprimeurs et
non sous forme d’un aspect à communiquer sur vos publications. Néan-
moins, si vous souhaitez vraiment communiquer sur cette démarche, alors
ne vous limitez pas à une déclaration de type « Imprim’Vert », mais prenez
l’espace nécessaire pour expliquer la démarche et éviter ainsi que les lec-
teurs déduisent à tort que le produit présente des améliorations significati-
ves sur l’ensemble de son cycle de vie (papier et encre). Exemple :
« Document imprimé par une entreprise Imprim’Vert qui garantit la ges-
tion des déchets dangereux dans les filières agréées ».
Dans tous les cas, évitez des déclarations vagues, imprécises (« papier
écologique », « papier recyclé », etc.) ou qui ne correspondent pas à des
améliorations spécifiques (exemple : les déclarations relatives à l’absence
de chlore alors que la majorité des papiers n’en utilisent plus !) :

… etc !
© Groupe Eyrolles

Pour en savoir plus, consultez le guide ADEME de l’éco-communication à


l’adresse www.ademe.fr/eco-conception (rubrique éco-communication),
ou comment laisser votre empreinte dans les esprits, pas sur l’environ-
nement !

190
Annexes

6. Des manifestations plus écologiques ? Mode


d’emploi…
… Des manifestations plus écologiques ?
Mode d’emploi

Vous allez organiser une manifestation (colloque, événement sportif ou


culturel, foire ou salon, etc.)… en prenant en compte ses impacts sur
l’environnement en vue de les réduire ? Bravo !
En effet, toute manifestation, par nature éphémère, est génératrice
d’impacts négatifs sur l’environnement, ponctuels, mais aigus (consom-
mation de papier, transport, énergie, production de déchets…). À titre
d’exemple, le Salon Pollutec produit plus de cent tonnes de déchets en
quatre jours (dont près de 20 % de papier, i.e. documentations jetées par
les visiteurs quelques instants seulement après avoir été collectées sur les
stands) ; les Rencontres Trans Musicales de Rennes 2004, organisées sur
trois jours, ont consommé près d’un million de kWh d’énergie et produit
environ 30 tonnes de déchets, pour une fréquentation globale de 46 500
personnes (soit environ 20 kWh d’énergie consommée et 0,65 kg de
déchets par festivalier).
Alors, agissez dès l’amont en éco-concevant votre manifestation pour réali-
ser votre projet, tout en agissant concrètement pour une meilleure protec-
tion de l’environnement ! Vous initierez ainsi votre propre démarche de
développement durable et satisferez ou renforcerez les attentes naissantes
des participants en matière de meilleures pratiques écologiques.
Prenez les choses dans le bon ordre : à chaque étape, ses propres pistes
d’amélioration ! Les pistes proposées ci-dessous sont indicatives : s’agis-
sant d’un domaine jeune et novateur, son développement repose sur la
créativité de chacun. Alors, inspirez-vous et imaginez vos propres solu-
tions… et surtout, n’oubliez pas de nous les faire partager !

Préparation de la manifestation
■ Choix du lieu : accessibilité en transports en commun
© Groupe Eyrolles

ferroviaires ou routiers, situation localisée dans la zone


où se situe la cible, choix d’un site disposant déjà des CO2
infrastructures nécessaires, etc.

191
Annexes

■ Information et promotion : dématérialisation de la


communication (exemple : création d’un site Internet
dédié, courriels), réduction des médias papiers (exemple :
affichage à des endroits marquants plutôt que diffusion
individuelle), diffusion raisonnée (exemple : formation
des personnes diffusant des tracts pour éviter une distribution à tout va
et privilégier la remise unitaire aux seuls contacts individuels intéres-
sés), intégration d’un volet de sensibilisation à l’environnement dans
les documents (exemple : invitation, promotion) et affichage de la
démarche (exemple : dossier de presse ), ajustement annuel du nombre
de tirages en fonction des expériences passées (autant d’économies en
plus !), etc.
■ Conception des supports papier :
Pour limiter les impacts du papier tout au long de son cycle
de vie, choisir des papiers répondant aux critères de l’écola-
bel européen : http://www.eco-label.com/french/ ou de
l’écolabel cygne blanc nordique : http://www.svanen.nu/
Eng/products/trafflista.asp?Fritext=&Produktkategori=44&B1=Search
Limitation de la taille et du nombre de supports papiers, sys-
tématisation du recto/verso, réduction du grammage et
CO2
choix du bon format (un grammage nécessaire et suffisant
ainsi qu’un format standard, évitant des chutes de façon-
nage, réduiront d’autant les quantités de papiers et de déchets), etc.
Choix d’une conception graphique condensée visant à limi-
ter les espaces vides, réduction des aplats (surfaces colorées
où le texte apparaît en général en couleur claire sur fond
sombre : pour utiliser moins d’encre, écrire éco-festival
plutôt qu’éco-festival) ou de leur densité, éviter les papiers spéciaux, métal-
lisés notamment et les pelliculages (autant de produits chimiques et d’obs-
tacles au recyclage en moins ! Un simple vernis suffit souvent.), etc.
■ Incitation à l’utilisation de transports éco-
responsables : informations détaillées sur les transports CO2
en commun disponibles (localisation, horaires, durée,
etc.), incitation au covoiturage (exemple : http://
www.covoiturage.fr), mise en place de navettes (pour l’arrivée, le départ
et durant l’événement, s’il se déroule sur un site étendu), mise en place
d’une tarification préférentielle pour les participants utilisant un trans-
port collectif (exemple : réduction sur présentation des billets de trans-
port, distribution de bons de consommations gratuites, remise d’un
© Groupe Eyrolles

badge valorisant et distinctif, etc.), etc.

192
Annexes

Installation de la manifestation
■ Sensibilisation des intervenants : intégration de critè-
res environnementaux dans les appels d’offres de presta-
tions techniques, information et sensibilisation des
techniciens, des bénévoles, des intervenants (rédaction
d’une charte ou d’un règlement interne par exemple), transmission de
consignes aux personnes assurant des permanences sur les stands (tri
des déchets, diffusion raisonnée des documents papier, etc.), etc.
■ Choix des équipements : équipements et éclairages éco-
nomes en énergie (ampoules basse consommation, éclai- CO2
rages naturels ou alternatifs, etc.), réduction des
consommations d’eau (exemple : système d’économie
d’eau, toilette sèche, etc.), installation de conteneurs de
collecte sélective et de tri des déchets et passation des
contrats correspondants pour que les déchets triés soient
effectivement valorisés/recyclés (verre, papier, carton, déchets fermen-
tescibles compostables, déchets résiduels), etc.
■ Choix des infrastructures (stand par exemple) : maté-
riel robuste, démontable, réutilisable et réutilisé, privilé-
giant l’utilisation de ressources renouvelables ou
recyclées, etc.

Déroulement de la manifestation
■ Sensibilisation des participants : instruction de tri des
déchets, affichage de la démarche environnementale des
organisateurs, actions de sensibilisation à l’environne-
ment (exemples : stand, atelier, etc.), etc.
■ Distribution d’objets promotionnels, mallettes du
participant : éviter tout gadget, privilégier l’utile et le
réutilisable (exemple : distribuer des sacs réutilisables
plutôt que des sacs jetables), répondant à des critères
environnementaux, laisser le choix au participant de prendre tout ou
partie de la mallette du participant (exemple : table self-service avec les
différents documents classés par statut : les indispensables, les complé-
mentaires, les pubs, mallette laissée à discrétion), etc.
■ Choix d’aliments s’inscrivant dans une perspective de
développement durable : privilégiez les aliments issus CO2
de l’agriculture biologique, du commerce équitable, les
© Groupe Eyrolles

fruits et légumes de saison, … et, si vos procédures


d’achat vous le permettent, favorisez l’approvisionnement de proxi-
mité, pour limiter les transports et contribuer au développement éco-
nomique local.

193
Annexes

■ Limitation des emballages et consommables : achat de


grands conditionnements ou de produits en vrac, utilisa-
tion de gobelets consignés plutôt que distribution de
gobelets jetables (exemple : gobelets consignés à l’effigie
de la manifestation), etc.

L’après manifestation
■ Nettoyage du site et valorisation des déchets : net-
toyage du site pour pallier les éventuels abandons de
déchets et « surtri » des poubelles pour corriger les
erreurs de tri, orientation des déchets vers des filières
adéquates, etc.

■ Démontage et stockage des infrastructures réutilisables…

Bilan de la manifestation : un incontournable !


■ Faire et rendre public un bilan des impacts environnementaux de
la manifestation : quantités de déchets générés (bilan entre déchets
triés et non triés et par type de matériaux : papier, verre, plastique, etc.),
consommation d’énergie et d’eau, bilan des transports, bilan de la con-
sommation totale de papiers (dont documents promotionnels) en choi-
sissant l’unité appropriée (kg ou litre par participant ou par euros de
chiffre d’affaires par exemple). Pourcentage des dépenses consacrées
aux documents ou aux produits éphémères par rapport au coût total de
l’évènement, etc.
■ Évaluer les impacts évités grâce à votre démarche d’éco-conception :
en tonnes de déchets, en économie d’énergie, en kilogrammes de
papier par participant, etc.
■ Compenser les impacts qui n’auront pas pu être évités : il n’y a pas
de manifestations sans impact ! Après les avoir réduites au maximum,
vous pouvez calculer et compenser vos émissions CO2 en finançant des
projets d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique ou de refores-
tation (exemple : http://www.actioncarbone.org) pour lutter contre les
changements climatiques.
■ Suivi des indicateurs dans le temps : pour les événements périodiques
© Groupe Eyrolles

ou récurrents, montrez les progrès réalisés !

194
Annexes

7. Démarche d’éco-conception
d’Expo-Sciences 2006

Dans une démarche d'Ecofestival !


Exposciences, c'est aussi une formidable occasion de sensibiliser les citoyens, enfants
et adultes, aux enjeux actuelles de notre société. C'est pourquoi le collectif a choisi
plus particulièrement de placer cette édition 2006 sous le signe de l'écocitoyenneté et
de devenir un « Ecofestival ».
Dans ce cadre, plusieurs actions sont engagées durant les deux jours
de manifestation et nous vous encourageons à y participer !
Tri des déchets
Un tri sélectif des déchets a été mis en place pour toute la durée de la manifestation,
depuis l'installation jusqu'au nettoyage du site. Des conteneurs sont mis à votre dispo-
sition pour recevoir séparément :
• Le verre,
• Les déchets recyclables,
• Les déchets non recyclables.
Tous les festivaliers et tous les intervenants sont invités à ne pas abandonner leurs
déchets sur le site et à utiliser ces conteneurs en respectant les consignes de tri. Afin de
limiter la quantité de déchets, nous mettons à la disposition de tous des couverts.
Consommation d'eau
Afin de limiter la consommation d'eau, les festivaliers et les intervenants sont invités à :
• Ne pas gaspiller l'eau inutilement,
• Veiller à bien refermer les robinets après usage,
• Signaler toutes fuites des équipements aux organisateurs.
Consommation d'énergie
Afin de limiter la consommation d'énergie, les festivaliers et les intervenants sont
encouragés à :
• Limiter au maximum leurs déplacements en voiture,
• Adopter une conduite souple et économe,
• Favoriser les transports en commun,
• Eteindre les lumières inutiles.
Propreté du site
Les festivaliers et les intervenants s'engagent à veiller à la propreté du site. Il est
demandé aux fumeurs de ne pas abandonner leurs mégots et à utiliser les poubelles
destinées à recevoir les déchets non recyclables.
© Groupe Eyrolles

Alimentation
Tous les produits proposés sur le festival sont issus de l'agriculture biologique, de l'agri-
culture durable ou du commerce équitable.
Si vous souhaitez en savoir plus sur l'environnement,
rendez-vous aux points d'information !

195
Annexes

8. Exemple d’organisation
de Trophées Éco-stand

LES TROPHEES DE L’ECO-CONCEPTION DE STANDS 2004

Les exposants du salon Pollutec 2004 sont • d’utiliser des revêtements de sols recycla-
conviés, dans le cadre d’une démarche bles ou réutilisables,
d’éco-conception, à mieux intégrer les • de réduire les consommations d’électri-
caractéristiques environnementales de leur cité du stand au niveau notamment de
stand et à lancer leur appel d’offres suivant l’éclairage,
cette démarche. • et toute autre action permettant de
En effet, une approche d’éco-conception et réduire la production de déchets, les
de prise en compte de la protection de impacts négatifs sur l’environnement et
l’environnement est possible tout au long la consommation d’énergie.
du cycle de vie d’un stand, sans pour cela
nuire à son esthétique, à sa fonctionnalité
et à la sécurité des visiteurs.
En ce qui concerne les supports d’infor-
C’est ainsi que, dans le cahier des char- mations, les exposants s’engageant dans
ges de réalisation de leurs stands, les une démarche globale d’éco-conception
exposants pourront demander à leur de leur stand s’attacheront à :
concepteur : • faire réaliser des documents intégrant les
• d’intégrer des matériaux issus de res- meilleures caractéristiques environne-
sources renouvelables, mentales possible (papier écolabelisé,
• d’utiliser des matériaux de nature claire- fibres recyclées, encres végétales, gram-
ment identifiée, facilement recyclables, mage optimisé…),
• de privilégier la modularité et la capacité • utiliser des supports d’informations fixes
d’adaptation du stand à différentes sur- et pérennes ou réactualisables permet-
faces de stands, tant de diminuer la diffusion de docu-
• de penser à l’augmentation de la durée ments papier,
de vie du stand tout en évitant son obso- • réaliser une diffusion raisonnée et ciblée
lescence esthétique, des documents papier,
• de prévoir sur le stand la collecte multi- • optimiser les quantités de documenta-
matériaux des déchets (papier-carton, tion, évitant ainsi le retour en entreprise
verre, plastique, divers) - collecte qui sera de volumes trop importants,
© Groupe Eyrolles

cette année facilitée par l’organisation • et toute autre action permettant de


du salon Pollutec, réduire les quantités de déchets tout en
• de réutiliser certains éléments du stand étant compatible avec la bonne informa-
(réutilisation en interne ou en externe), tion du public.
…/…

196
Annexes

9. Exemple d’une clause environnementale


dans un contrat avec un restaurateur

Contrat pour l’attribution d’un stand


Sur le festival « Les Expressifs » (Vienne) du 5 au 8 octobre
2005 (extraits)
Je soussigné, ...................................................
Accuse réception du présent contrat pour l’attribution d’un stand (aux
conditions établies dans l’avenant ci-joint) sur le festival « Les Expressifs »
du 5 au 8 octobre 2005 et reconnais en accepter toutes les conditions.

Fait à Poitiers, le .............................................


Pour l’association Poitiers-Jeunes Pour le restaurateur
Le directeur (lu et approuvé)

L’un des deux exemplaires est à retourner à l’association Poitiers-jeunes


avant le vendredi 30 septembre au plus tard.

Article 5
La sensibilisation à la protection de l’environnement nous paraît impor-
tante, c’est pourquoi nous mettons en place des actions visant à promou-
voir le recyclage des déchets et l’utilisation de couverts non polluants
pendant le festival. Votre collaboration est primordiale, car vous ne devez
utiliser que cette vaisselle pour la vente de vos produits.
Les gobelets « Les Expressifs » vous seront mis à disposition. Pendant le fes-
tival, la consigne des gobelets est à 1 €. Vous pourrez vous en procurer
auprès de l’association Poitiers-Jeunes. À la fin du festival, le surplus de
gobelets vous sera remboursé au prix d’achat (1 €).
La vaisselle et les couverts compostables, ou réutilisables, seront obligatoi-
rement utilisés. Vous devrez fournir les justificatifs (factures ou certificat de
location/prêt de vaisselle) à Poitiers-Jeunes avant le 20 septembre.
Des poubelles de tri et des poubelles à compost seront mises à votre dispo-
sition sur le site du village.
© Groupe Eyrolles

197
Annexes

10. Charte de l’environnement


et du développement durable
pour la candidature de la Ville de Paris aux
Jeux Olympiques et paralympiques de 2012
La candidature de la Ville de Paris pour accueillir les Jeux olympiques en
2012 était accompagnée d’une charte de l’environnement et du dévelop-
pement durable, dont on peut souligner l’exemplarité.

CHARTE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

OBJECTIFS
La Charte de l’Environnement et du Développement Durable (CEDD) définit la straté-
gie environnementale et de développement durable du Comité de Candidature et du
futur COJO. Elle contient les grands principes et objectifs à respecter lors de l’élabora-
tion du dossier de candidature, de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympi-
ques à Paris en 2012 et de la phase post-olympique.

ADOPTION
La Charte de l’Environnement et du Développement Durable (CEDD) a été adoptée par
le Comité Fondateur de Paris 2012 le 24 septembre 2004.

PUBLICATION
Les grands principes de la Charte sont présentés dans le dossier de candidature. La
Charte elle-même fait partie de la description du système de management environne-
mental (SME) selon la norme européenne EMAS-II. Elle sera distribuée systématique-
ment à l’ensemble des partenaires et prestataires.

VERIFICATION
Le respect des principes et objectifs de la Charte de l’Environnement et du Développe-
ment Durable (CEDD) sera vérifié chaque année par des experts internationaux exter-
nes au COJO (Selon le modèle de Turin).
Afin de faciliter la vérification de la Charte, des indicateurs de performance environne-
mentaleseront définis dans le cadre du Système de Management Environnemental. La
comparaison de ces indicateurs permettra de situer Paris 2012 par rapport aux Jeux
Olympiques et Paralympiques précédents.

PREMIERE VERIFICATION
Une première vérification de la Charte a été réalisée durant la phase de candidature
(avant la visite de la Commission d’Evaluation du CIO) par un expert international
indépendant qui a pris contact avec les organisations écologiques partenaires.
La Charte de l’Environnement et du Développement Durable comporte cinq parties :
a. Eco-gouvernance de Paris 2012/COJO et de ses partenaires
© Groupe Eyrolles

b. Eco-conception des installations sportives et des infrastructures nécessaires


aux Jeux
c. Eco-gestion de l’organisation et du déroulement des Jeux
d. Programmes d’éco-développement des Jeux
e. Financement des programmes « environnement et développement durable »

198
Annexes

A. ECO-GOUVERNANCE DE PARIS 2012/DU FUTUR COJO DE PARIS ET DE


SES PRINCIPAUX PARTENAIRES
1. PARIS 2012 s’engage à intégrer sous la forme d’objectifs quantifiables et véri-
fiables les dimensions de l’environnement et du développement durable dans
toutes ses décisions et actions, à publier ses performances en matière d’envi-
ronnement et de développement durable et à les faire vérifier par des experts
indépendants.
1.1. Phase de candidature :
1.1.1 Paris 2012 s’engage à effectuer une évaluation environnementale stratégique
(EES) de l’ensemble des impacts liés à l’organisation des Jeux (première candi-
dature aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’été à réaliser une évaluation
environnementale stratégique).
1.1.2 Paris 2012 s’engage à effectuer un écobilan simplifié de l’ensemble des Jeux
Olympiques (première candidature aux Jeux Olympiqueset Paralympiques d’été
à réaliser un écobilan).
1.1.3 Paris 2012 s’engage à définir un Système de Management Environnemental
(SME) selon la norme européenne EMAS-II (première candidature aux Jeux
Olympiques d’été à réaliser un SME).
1.1.4 Paris 2012 s’engage à publier un rapport sur l’état de l’environnement en Ile-
de-France.
1.1.5 Paris 2012 s’engage à élaborer un Agenda 21 des Jeux Olympiques de 2012, en
s’appuyant sur l’Agenda 21 du CIO et celui du CNOSF (première candidature aux
Jeux Olympiques et Paralympiques d’été à bâtir un Agenda 21).
1.1.6 Paris 2012 s’engage à mettre en place une stratégie de communication qui
rendra lisibles au CIO et à l’opinion publique les premiers travaux en matière
d’environnement.
1.2. Phase d’organisation des Jeux :
1.2.1 Le COJO créera un département de l’Environnement et du Développement
Durable (DEDD) dans lequel la dimension sociale et la question du handicap
auront toute leur place. Le Département, dont le directeur fera partie de la
direction exécutive, disposera de son propre budget (voir 8.2, lettre a).
1.2.2 Le COJO mettra en place le système de management environnemental selon la
norme européenne EMAS-II.
1.2.3 Le COJO formera son personnel en matière d’environnement et de développe-
ment durable et s’assurera que sa stratégie sera bien comprise et mise en œuvre.
1.2.4 Le COJO publiera tous les trois mois, un tableau de bord sur les mesures prises
ainsi que sur les performances.
1.2.5 Chaque année, le COJO fera réaliser un audit de ses performances environne-
mentales et de développement durable par un expert international indépendant.
1.2.6 Le COJO financera une instance de coordination pour le recrutement d’un res-
ponsable « Environnement » indépendant qui coordonnera toutes les actions
des associations écologistes. Les associations écologistes désigneront ce res-
ponsable (sur le modèle de Lillehammer 1994 et Sydney 2000).
© Groupe Eyrolles

1.2.7 Le COJO constituera, avec les centrales syndicales représentatives, un comité


de suivi pour veiller à la prise en compte des priorités sociales dans l’organisa-
tion des Jeux, ainsi que dans l’Agenda 21.
1.2.8 Le COJO recommandera que des formations adaptées soient mises en place
afin de permettre aux personnels associés à l’événement de trouver un emploi
durable avant, pendant et après la période olympique.

199
Annexes

B. ECO-CONCEPTION DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES


ET NON-SPORTIVES NECESSAIRES AUX JEUX OLYMPIQUES ET
PARALYMPIQUES DE PARIS 2012
3. PARIS 2012 s’engage à intégrer l’éco-conception des infrastructures sportives
et non-sportives dans les phases de conception, de réalisation et d’adaptation
(ou reconfiguration) des infrastructures :
3.1 Phase de candidature :
3.1.1 Paris 2012 s’engage à choisir les sites sportifs et non sportifs en respectant les
principes du développement durable, notamment en ce qui concerne l’accessi-
bilité trans-handicap.
3.1.2 Paris 2012 s’engage à effectuer une évaluation préliminaire des impacts de
tous les sites sportifs et non-sportifs, existants ou nouveaux.
3.1.3 Paris 2012 s’engage à définir les principes de l’éco-construction, dont notam-
ment les 14 cibles du système de Haute Qualité Environnementale (HQE) pour
l’ensemble des nouvelles infrastructures olympiques, pérennes et temporaires.
3.1.4 Paris 2012 s’engage à favoriser, partout où cela est possible, les matériaux de
construction naturels et locaux. Elaborer un plan “bois matériau” pour généra-
liser l’usage du bois comme matériau de construction en utilisant des bois
locaux certifiés FSC ou PEFC.
3.1.5 Paris 2012 s’engage à élaborer un concept d’énergies renouvelables et de maî-
trise de l’énergie pour tous les sites olympiques pérennes (existants ou nou-
veaux) et une optimisation de leur efficacité énergéti•que. L’objectif pour les
stades olympiques est de tendre vers une alimentation à 100 % d’énergie verte.
3.2 Phase d’organisation des Jeux :
3.2.1 Le COJO de Paris réalisera des études d’impact sur l’environnement pour
toutes les nouvelles infrastructures.
3.2.2 Le COJO de Paris lancera une opération « stades solaires » sur tous les sites
permettant l’installation de panneaux photovoltaïques et thermiques.
3.2.3 Le COJO de Paris lancera une opération « stades verts » sur tous les sites exis-
tants, en collaboration avec les propriétaires et les exploitants, afin d’économi-
ser les consommations d’énergie et d’eau potable, de réduire la production des
déchets et de limiter l’utilisation de produits chimiques polluants.
3.2.4 Le COJO de Paris lancera une opération « stades accessibles » afin d’améliorer
l’accessibilité trans-handicap de tous les sites.
3.2.5 Le COJO de Paris intégrera des conditions environnementales et de développe-
ment durable dans tous les appels d’offres. Les candidats devront s’engager à
respecter notamment des conditions d’éthique (exclure le travail des enfants,
promotion du commerce équitable, sécurité des travailleurs, etc.).
3.2.6 Le COJO veillera à l’organisation de chantiers verts exemplaires pour toutes les
constructions et infrastructures olympiques, en intégrant notamment une sur-
veillance environnementale dans tous les sites en travaux.
3.2.7 La conception des installations sportives et non sportives intégrera des critères
de protection de la santé, du confort et de la qualité de l’air intérieur basés sur
les meilleures pratiques dans ce domaine.
© Groupe Eyrolles

3.3 Phase post-olympique :


3.3.1 Pour les installations temporaires, Paris 2012 s’engage à ce que les sites soient
remis en état et les installations réutilisées, recyclées ou redimensionnées après
les Jeux, en réservant l’argent nécessaire sur un compte bloqué dès leur cons-
truction.

200
Annexes

4. PARIS 2012 s’engage à choisir les sites sportifs et non-sportifs en respectant les
principes du développement durable :
4.1 Phase de candidature :
4.1.1 Paris 2012 s’engage à donner la priorité aux sites sportifs existants ou déjà
prévus (hors du cadre des Jeux Olympiques). Ces sites feront l’objet d’un audit
et d’une définition d’objectifs permettant d’améliorer leurs performances envi-
ronnementales (voir opération Stades verts sous 3.2.3).
4.1.2 Paris 2012 s’engage à regrouper les sites sportifs en noyaux.
4.1.3 Paris 2012 s’engage à mettre en place un dispositif très compact autour du vil-
lage olympique, du centre des médias (CIRTV/CPP) et des hôtels pour les accré-
dités.
4.1.4 Paris 2012 s’engage à réaliser ou à faire réaliser, pour les nouveaux sites, une
construction définitive (permanente) seulement si le besoin en est démontré au
niveau national et régional. Dans le cas contraire, Paris 2012 s’engage à réali-
ser des constructions temporaires.
4.1.5 Paris 2012 s’engage à choisir des sites directement accessibles par des trans-
ports publics performants, non polluants et en voie propre (TGV, RER, métro,
tramway). Objectif : 100 % des sites accessibles par des transports publics per-
formants.
4.1.6 Paris 2012 s’engage à éviter tout impact sur des milieux naturels (biotopes)
protégés au niveau régional, national ou international.
5. PARIS 2012 s’engage à laisser un héritage positif pour l’homme et son environ-
nement après les Jeux :
5.1 Paris 2012 s’engage à augmenter globalement (pour l’ensemble des sites
olympiques), les espaces verts et les parcs.
5.2 Paris 2012 s’engage à réhabiliter, assainir et rénover les sites urbains et les sites
d’activités retenus pour les Jeux Olympiques.
5.3 Paris 2012 s’engage, pour toutes les nouvelles installations pérennes, à définir
un concept d’exploitation post-olympique économiquement viable et sociale-
ment acceptable et respectueux de l’environnement. Objectif : zéro éléphant
blanc.
5.4 Paris 2012 s’engage, pour toutes les installations temporaires, à appliquer le
principe de précyclage, c’est-à-dire définir, dès à présent, les possibilités de réu-
tilisation de ces installations après les Jeux, avec les différents partenaires inté-
ressés.
5.5 Paris 2012 s’engage, pour le village olympique, à faire réaliser un nouveau
quartier urbain durable permettant de promouvoir de nouvelles technologies
environnementales avec une empreinte écologique réduite de 50 % par rap-
port à la pratique actuelle et un bilan d’émissions de CO2 positif.

Le concept de développement durable du village olympique est fondé sur 10


principes :
a. un bilan d’émissions de CO2 positif, reposant sur l’utilisation d’énergies natu-
© Groupe Eyrolles

relles renouvelables (solaire, géothermique, biomasse) et sur l’absence de con-


sommation d’énergies fossiles ; 20 000 m2 de panneaux solaires seront
installés sur la couverture des voies ferrées adjacentes ;
b. un procédé de gestion de l’eau efficace, pour le stockage et la récupération
des eaux pluviales, grâce à un bassin biotope relié à un réseau de canaux, ainsi
que pour le recyclage des eaux usées ;

201
Annexes

c. un système novateur d’évacuation et de gestion des déchets urbains par pneu-


matique, qui permettra le tri sur place dans un centre construit au nord du site
après les Jeux ;
d. un chantier vert dont l’organisation et la réalisation seront gérées de façon
méthodique ;
e. une gestion des niveaux des sols visant à équilibrer déblais et remblais ;
f. une conception des bâtiments, jardins et espaces verts permettant une accessi-
bilité complète aux personnes à mobilité réduite ;
g. une excellente desserte en transports publics, ainsi que des mesures pour favo-
riser l’éco-mobilité à l’intérieur du quartier ;
h. une mixité sociale et culturelle, le site regroupant différents types de logements
(accession à la propriété, locatif libre et locatif social), des services, des équipe-
ments publics et des activités ;
i. une excellente qualité de vie, grâce à un environnement sonore amélioré par la
couverture des voies ferrées adjacentes et l’utilisation de bâtiments écrans à
vocation de bureaux ;
j. une attention particulière apportée à la santé : la polyclinique, équipement
pérenne, sera un lieu d’évaluation et de promotion des activités physiques,
ainsi que de prévention des risques de sédentarité.
5.6 Pour le Bois de Boulogne, Paris 2012 s’engage à faire élaborer un projet d’amé-
nagement durable dans le cadre de la Charte pour l’aménagement durable du
Bois, qui laisse un héritage positif global après les Jeux selon les différentes
orientations de la Charte. En particulier, ce schéma devra contribuer à une ges-
tion optimisée de la circulation automobile, à la réhabilitation des paysages et
la restauration des milieux naturels.
5.7 Pour les transports publics, Paris 2012 s’engage à faire accélérer les projets en
relation directe avec les Jeux et améliorer de façon pérenne la desserte en
transport public de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.
5.8 Paris 2012 s’engage, pour les installations sportives et non-sportives, ainsi que
pour les transports publics en relation avec ces sites, à assurer leur accessibilité
pour tous les types de handicap.
5.9 Pour les mobilités douces, Paris 2012 s’engage à promouvoir un réseau de
pistes cyclables reliant tous les sites olympiques et mettre en place une opéra-
tion de vélos olympiques et encourager la marche à pied dans le cadre du con-
cept de déambulation et de l’animation générale des Jeux.
5.10 Paris 2012 s’engage à planifier et mettre en place une trame bleue des Jeux :
protéger, aménager et revitaliser les berges des cours d’eau, des canaux et des
plans d’eau et encourager les cheminements pour vélos et piétons.

C. ECO-GESTION DE L’EVENEMENT DES JEUX OLYMPIQUES


ET PARALYMPIQUES DE PARIS 2012
6. PARIS 2012 s’engage à réduire autant que possible les impacts des Jeux :
6.1 Paris 2012 s’engage à organiser les premiers Jeux à bilan de CO2 positif pour
© Groupe Eyrolles

l’ensemble de l’événement en évitant ou en réduisant autant que possible les


émissions de CO2 dans le cadre des Jeux Olympiques et Paralympiques et en
compensant dans le temps (énergies renouvelables) ou dans l’espace (solidarité
internationale) les émissions de CO2 restantes.
6.2 Paris 2012 s’engage à assurer un traitement exemplaire des déchets des sites
olympiques. Des objectifs « exemplaires » en matière de déchets ont été fixés :

202
Annexes

• Réduction de 50 % de la production des déchets par rapport à Sydney à


l’aide d’un plan de prévention des déchets qui fixe les conditions pour tous les
fournisseurs (interdiction des flyers, couverts et gobelets réutilisables, fontaines
doseuses, etc.) ;
• 100 % des emballages seront compostables ou recyclés pour tout produit
vendu dans le cadre des Jeux ;
• 100 % des installations provisoires (scénographie par exemple) réutilisables
ou recyclables ;
• Zéro déchet directement mis en décharge et zéro déchet apporté directe-
ment en incinération ;
• Taux de recyclage global de 85 % des déchets.
6.3 Paris 2012 s’engage à assurer une gestion exemplaire des eaux (réduction de la
consommation en eau potable, utilisation de l’eau comme boisson, gestion
alternative des eaux pluviales, réduction de la production des eaux usées).
6.4 Paris 2012 s’engage à mettre en place un programme d’incitation à l’utilisation
des transports publics et de modération du trafic automobile durant les Jeux.
6.5 Paris 2012 s’engage à ce que 100 % du transport des spectateurs soient assu-
rés par des moyens de transport publics (TGV, RER, métro, tramway, bus) ou
non polluants (vélo). Les transports publics seront gratuits pour les spectateurs
munis de billets.
6.6 Paris 2012 s’engage, pour le transport des accrédités, à utiliser au maximum
des moyens de transport faiblement polluants ou non polluants en mettant à
disposition une flotte de véhicules adaptés.
6.7 L’alimentation est un thème essentiel en matière de santé et d’environnement
des visiteurs. Paris 2012 s’engage à tout mettre en œuvre pour favoriser les
produits issus de l’agriculture biologique, les producteurs de proximité ou, à
défaut, le commerce équitable. Etant donné la bonne qualité de l’eau potable
parisienne, une présence abondante de fontaines d’eau potable sera prévue.

D. PROGRAMME D’ECO-DEVELOPPEMENT DES JEUX OLYMPIQUES ET


PARALYMPIQUES DE PARIS 2012
7. PARIS 2012 s’engage à mettre en place l’Agenda 21 du futur COJO. Cet
Agenda 21 définit les programmes d’éco-développement liés aux Jeux. Ces
programmes permettront d’augmenter les effets positifs des Jeux.
7.1 Phase de candidature :
7.1.1 Paris 2012 s’engage à élaborer l’Agenda 21 local de Paris 2012 et du futur
COJO de Paris (définition des thèmes, définition des programmes, objectifs).
7.1.2 Paris 2012 s’engage à organiser la concertation sur le projet d’Agenda 21.
7.2 Phase d’organisation :
7.2.1 Le COJO de Paris définira plus précisément les programmes de l’Agenda 21.
7.2.2 Le COJO de Paris mettra en œuvre les programmes de l’Agenda 21.
7.2.3 Le COJO de Paris publiera régulièrement un tableau de bord sur l’état d’avan-
cement des programmes de l’Agenda 21.
© Groupe Eyrolles

7.2.4 Définir une véritable politique de gestion prévisionnelle de l’emploi et mettre


en place des formations adaptées avec les représentants des différents secteurs
concernés (sport, bâtiment, hôtellerie, restauration…) et les structures de for-
mation publiques et privées (universités, IUT, lycées professionnels, organismes
de formation, syndicats professionnels…)

203
Annexes

E. FINANCEMENT DES PROGRAMMES « ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPE-


MENT DURABLE »
8. PARIS 2012 prévoit le financement des programmes “environnement et déve-
loppement durable” dès la phase de candidature.
8.1 Le financement des mesures environnementales liées aux infrastructures sera
directement intégré dans les budgets de construction.
8.2 La mise en place de la politique environnementale et du développement dura-
ble du COJO sera financée par les moyens suivants :
a. Prélèvement d’un pour cent (1 %) environnemental sur tous les revenus du
COJO comme financement du budget d’exploitation du COJO dans le
domaine de l’environnement et du développement durable.
b. Un programme d’éco-sponsoring qui permettra de financer les contributions
du COJO aux actions de l’Agenda 21.
c. Les programmes d’éco-développement de l’Agenda 21 seront réalisés par un
financement mixte entre le COJO (voir point b ci-dessus) et ses différents
partenaires (Ville de Paris, Région Ile-de-France et Etat), ainsi que des partenai-
res privés.

© Groupe Eyrolles

204
Annexes

11. Recommandation « Développement


Durable » du Bureau de Vérification
de la Publicité (BVP)

Développement durable

Préambule
Le rôle de la recommandation du BVP est d’établir des règles d’autodisci-
pline en matière de publicité faisant référence au développement durable,
sachant que le BVP a pleinement conscience de l’ampleur et de la com-
plexité du sujet (chaînes de responsabilités, manque d’indicateurs fiables
et harmonisés, priorités différentes selon les secteurs…) et de son caractère
évolutif.
La définition du développement durable a été donnée en 1987 par le rap-
port Bruntland, lors de la Commission mondiale sur l’environnement et le
développement, puis adoptée au Sommet de la Terre de l’ONU (Organisa-
tion des Nations Unies), à Rio, en 1992. C’est « la capacité des générations
présentes à satisfaire leurs besoins sans compromettre l’aptitude des géné-
rations futures à couvrir leurs propres besoins ».
Le développement durable concerne l’ensemble des pratiques des entrepri-
ses et leurs conséquences, internes et externes, dans trois grands
domaines :
 environnemental (impact des activités sur l’environnement) ;
 social/sociétal (conditions de travail des collaborateurs, politiques
d’information, de formation, de rémunération, de sous-traitance,
d’existence et de qualité des relations avec la société civile) ;
 économique : relations avec les clients, les fournisseurs et les action-
naires.
Une politique de développement durable s’efforce de concilier ces dimen-
sions en respectant les intérêts mutuels des différentes parties prenantes et
en tenant compte tout à la fois du présent et de l’avenir. Les entreprises qui
s’engagent dans le développement durable se placent dans une démarche
de progrès et se fixent des objectifs d’amélioration.
C’est à la lumière de ces objectifs de progrès et d’effort que seront appli-
qués à la publicité les principes déontologiques inscrits dans cette recom-
© Groupe Eyrolles

mandation.
Le concept de responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE) est
souvent employé et recouvre les mêmes domaines que le concept de déve-
loppement durable. La recommandation s’applique donc également aux
entreprises qui s’en réclament.

205
Annexes

Cette recommandation s’applique dans trois cas :


 lorsqu’une publicité utilise le thème général de développement
durable ;
 lorsqu’une publicité utilise une seule des composantes du développe-
ment durable, mais renvoie au concept général ;
 lorsqu’une publicité ne fait pas référence au développement durable,
mais risque de présenter des éléments peu compatibles avec les objec-
tifs de celui-ci.

Volet A. Publicité faisant référence au développe-


ment durable

1. Principes généraux
Outre les dispositions législatives, réglementaires et déontologiques en
vigueur, toute publicité, sous quelque forme que ce soit, qui intéresserait
les trois domaines du développement durable, doit respecter les principes
généraux de véracité, d’objectivité et de loyauté.

1-1 Véracité
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de
l’annonceur en faveur du développement durable, ni sur les proprié-
tés de ses produits et services en la matière.

1-1.2 L’utilisation d’un signe ou d’un symbole dans la publicité ne doit


pas prêter à confusion avec des labels officiels.

1-1.3 La publicité ne doit pas attribuer à ces signes, symboles ou labels


une valeur supérieure à leur portée effective.

1-1.4 La publicité ne doit pas reproduire ou faire état d’attestations ou de


témoignages qui ne seraient pas véridiques ou rattachés à l’expé-
rience de la personne qui les donne.

1-1.5 Toute allégation ou représentation publicitaire comme toute utilisa-


tion d’un signe ou d’un symbole dans la publicité doivent pouvoir
être justifiées par l’annonceur.

1-2 Objectivité
© Groupe Eyrolles

1-2.1 L’ampleur de la revendication d’une action en faveur du développe-


ment durable doit être proportionnée à l’étendue des actions réelle-
ment entreprises. Si l’effort de l’annonceur ne porte que sur un
produit/service ou sur un ou des éléments limités, la publicité ne
peut exprimer un engagement global.

206
Annexes

1-2.2 La publicité doit exprimer exactement l’action d’un annonceur ou


les propriétés de ses produits et services, en adéquation avec les élé-
ments justificatifs dont il dispose.
1-2.3 Les actions des entreprises et caractéristiques de leurs produits ou
services dans ce domaine doivent être significatives pour pouvoir
être revendiquées. Elles ne sauraient être présentées de façon exces-
sive.
1-2.4 Toute exploitation d’un argument fondé sur des chiffres, sonda-
ges,… doit pouvoir être justifiée par la détention, chez l’annonceur,
de documents vérifiables, objectifs et actualisés.
1-2.5 La publicité ne peut recourir à des démonstrations ou à des conclu-
sions scientifiques qui ne seraient pas conformes à des travaux
scientifiques reconnus.
1-3. Loyauté
1-3.1 La publicité ne doit pas attribuer à un annonceur l’exclusivité d’une
action, alors que celle-ci est analogue ou similaire à celle d’autres
annonceurs.
1-3.2 De même, une publicité ne peut attribuer exclusivement à un pro-
duit ou service des vertus au regard du développement durable alors
même que celles des concurrents seraient identiques.
1-3.3 Un annonceur ne peut se prévaloir de certaines actions à titre exclu-
sif alors que celles-ci seraient imposées à tous par la réglementation
en vigueur.
Ce principe n’exclut pas que, dans un but pédagogique, une publicité
puisse informer de l’existence d’une réglementation, afin d’en promouvoir
la mise en œuvre ou d’inciter le public à y souscrire.

1-4. Utilisation du thème général de « Développement durable »


Pour une entreprise, communiquer sur le thème général de « développe-
ment durable » sous-entend qu’elle est engagée dans ses trois compo-
santes : environnementale, sociale et économique. C’est une démarche
complexe à appréhender, mais dont l’entreprise doit être capable de rendre
compte dans un souci de transparence (conformité de la revendication
avec une charte, un rapport, des résultats d’audits en matière de dévelop-
pement durable, etc.).

2. Principes spécifiques aux différents thèmes du développe-


© Groupe Eyrolles

ment durable
Une entreprise peut être amenée à communiquer plus spécifiquement sur
l’une des composantes (environnementale, sociale, économique) du déve-
loppement durable, soit à travers l’un de ses produits ou services, soit à

207
Annexes

propos d’une de ses actions, soit parce qu’elle estime avoir atteint des
objectifs qu’elle s’était fixés dans le cadre de la démarche de progrès qui
caractérise le développement durable, ou dans tout autre contexte. Deux
situations sont à envisager.

L’annonceur utilise un des thèmes en faisant référence au concept


général de développement durable
Sa publicité doit respecter les principes généraux énoncés ci-dessus.

Il doit être capable de justifier de la conformité de ses engagements dans


les autres domaines du développement durable.

Sa publicité ne doit pas abusivement présenter ce seul élément comme


constitutif d’une politique générale de développement durable de l’entre-
prise.

L’annonceur ne communique que sur l’un des thèmes du développe-


ment durable, mais sans se réclamer de ce concept ; cette forme de
publicité
N’entre pas directement dans le champ de la présente recommandation,
qui vise plus précisément la revendication « développement durable ».

Trouve toutefois sa place dans le champ de la présente recommandation,


en tant que l’une des composantes du développement durable, mais ne
doit pas suggérer que l’action qu’elle promeut est assimilable à une politi-
que générale de développement durable de l’entreprise.

Doit respecter les règles déontologiques générales de véracité, objectivité et


loyauté.

Dans les deux cas, les règles spécifiques à respecter sont les suivantes :

Pour l’environnement :
 la publicité ne doit pas donner ou paraître donner une garantie totale
d’innocuité dans le domaine de l’environnement, lorsque les qualités
écologiques du produit ne concernent qu’un seul stade de la vie du
produit ou qu’une seule de ses propriétés ;
 le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que
des couleurs qui pourraient y être associés, ne doit pas suggérer des
vertus écologiques que le produit ne posséderait pas, dans le cas où il
serait impossible, compte tenu des difficultés rencontrées en la
© Groupe Eyrolles

matière, de justifier de formulations globales, la publicité utilisera de


préférence des formulations telles que « contribue à la protection de
l’environnement par… », « contribue à protéger votre environnement
par… », en ajoutant les précisions nécessaires sur les éléments
concernés ;

208
Annexes

 on se reportera plus généralement à la recommandation « Arguments


écologiques », reproduite en annexe, ainsi qu’à l’article 17 du Code des
pratiques loyales de la CCI.

En matière sociale et sociétale, on se référera notamment à la Déclaration


Universelle des Droits de l’Homme, aux conventions de l’OIT (Organisa-
tion Internationale du Travail), aux textes de l’Union européenne, de
l’ONU, aux droits nationaux en vigueur, ainsi qu’aux différents principes
directeurs, normes sociales, codes de conduite, recommandations etc.,
émanant des organismes nationaux et internationaux qui font autorité en
la matière, dont par exemple la recommandation « Image de la personne
humaine » du BVP.

Dans le domaine économique, l’annonceur qui souhaitera faire état de la


viabilité de son activité, de la transparence de sa gestion, des différentes
notations ou des classements dont son entreprise aura fait l’objet ou de la
qualité de ses relations avec ses clients, ses fournisseurs ou ses actionnaires,
devra pouvoir en apporter la justification.

Il devra également veiller à ce que l’utilisation de certaines expressions soit


en adéquation avec la réalité et l’ampleur de son action. À titre d’exemple :
 l’emploi de notions comme « placements éthiques », « investissements
responsables », « bonne gouvernance » ou tout autre renvoyant à des
pratiques commerciales ou financières se réclamant de l’éthique, doit
pouvoir être justifié par respect de critères précis ;
 l’utilisation de l’expression « commerce équitable » implique des
échanges commerciaux avec des producteurs de pays moins dévelop-
pés, qui leur garantissent des conditions de travail et de rémunération
décentes et favorisent le développement de centres de production
autonomes et durables.

Volet B. Implications en matière de développement


durable du contenu publicitaire
Toute publicité doit s’inscrire dans un contexte de responsabilité sociale.
Sans qu’il soit fait référence au concept de développement durable, certai-
nes publicités peuvent présenter des comportements ou des représenta-
tions contraires à ses principes.

À titre d’exemple :
© Groupe Eyrolles

1. La publicité doit bannir toute évocation ou représentation de compor-


tement contraire à la protection de l’environnement et à la préserva-
tion des ressources naturelles (gaspillage et/ou dégradation des
ressources naturelles, pollution air/eau/sols, changements climati-
ques, etc.), sauf dans le cas où il s’agit de le dénoncer.

209
Annexes

2. La publicité ne saurait inciter, directement ou indirectement, à des


modes de consommation excessive ou au gaspillage d’énergies et res-
sources naturelles. Elle ne saurait suggérer ou cautionner des agisse-
ments manifestement inconséquents ou irresponsables.
3. La publicité doit éviter, dans son discours, de minimiser les consé-
quences de la consommation de certains produits ou services suscepti-
bles d’affecter l’environnement.
4. La publicité doit proscrire toute représentation ou évocation de com-
portement contraire au recyclage des produits ou à leur méthode spé-
cifique de traitement.
5. La publicité ne doit pas sembler avaliser des conditions de travail con-
traires aux droits sociaux et aux droits humains.
À ce titre, sont exclues les publicités semblant cautionner le travail des
enfants, toute forme de discrimination, de harcèlement moral, des
conditions d’hygiène et de sécurité insuffisantes.
Le respect de ces principes doit s’apprécier selon la sensibilité du corps
social à un moment donné.
6. La publicité doit proscrire toutes les déclarations ou les représenta-
tions visuelles susceptibles de générer des craintes irrationnelles ou
infondées.

© Groupe Eyrolles

210
Annexes

12. Recommandation « Arguments écologiques »


du BVP

Arguments écologiques
En plus des dispositions législatives et réglementaires spécifiques à ce sec-
teur, la publicité qui a recours à l’utilisation d’arguments écologiques doit,
sous quelque forme que ce soit, respecter les règles déontologiques
suivantes : « La communication de marketing ne doit pas sembler caution-
ner ou encourager un acte qui enfreint la législation, les codes d’autorégu-
lation ou les normes généralement admises quant à un comportement
responsable au niveau environnemental » (Art. 22 du Code de la CCI).

1. Les objectifs
Toute référence à l’environnement doit répondre à un ou plusieurs des
objectifs suivants :
1-1. Présenter avec précision la (ou les) action(s) significative(s) entre-
prise(s) en matière d’environnement.
1-2. Présenter avec précision la (ou les) caractéristique(s) positive(s) en
matière d’environnement dans la mesure où il y a, en la matière,
contribution du produit.
1-3. Informer sur le bilan positif véritable du produit en matière d’envi-
ronnement.
1-4. Informer afin de modifier ou de corriger les a priori, les préjugés, ou
les rumeur(s) non fondée(s) ou inexacte(s) qui concernent les pro-
duits, leurs composants ou leurs contenants.

2. Les règles
2-1. La publicité doit proscrire toute déclaration de nature à tromper
directement ou indirectement le consommateur sur la réalité des
avantages ou des propriétés écologiques des produits ainsi que sur la
réalité des actions que l’annonceur conduit en faveur de l’environ-
nement.
2-2. L’annonceur doit être en mesure de produire tous les éléments pro-
© Groupe Eyrolles

pres à justifier ses allégations, indications ou présentations publici-


taires.
2-3. La publicité ne peut recourir à des démonstrations ou à des conclu-
sions scientifiques relatives à l’environnement qui ne seraient pas
conformes à des travaux scientifiques reconnus.

211
Annexes

2-4. La publicité ne peut utiliser indûment des résultats de recherches ou


des citations tirés d’ouvrages techniques ou scientifiques.
2-5. La publicité ne doit pas reproduire ou faire état d’attestations qui ne
seraient pas véridiques ou rattachées à l’expérience de la personne
qui les donne.
2-6. La publicité ne doit pas donner ou paraître donner une garantie totale
ou complète d’innocuité dans le domaine de l’environnement, lors-
que les qualités écologiques du produit ne concernent qu’un seul
stade de la vie du produit ou qu’une seule de ses propriétés.
2-7. L’annonceur devra indiquer en quoi le produit présente les qualités
qu’on lui attribue et éventuellement dans quel contexte.
2-8. L’allégation ne doit pas induire que le produit présente des caracté-
ristiques particulières au regard de la réglementation et des usages,
dès lors que tous les produits similaires présenteraient ces mêmes
caractéristiques relatives à la protection de l’environnement.
2-9. L’allégation ne doit pas induire une fausse supériorité et/ou permet-
tre à un produit de se distinguer abusivement d’autres produits simi-
laires ou possédant des caractéristiques analogues en ce qui
concerne leur contribution à la protection de l’environnement.
2-10. L’annonceur ne peut se prévaloir, dans une action en faveur de
l’environnement, d’une supériorité ou d’une antériorité qui ne
reposerait pas sur des faits objectivement vérifiables.
2-11. L’utilisation d’un signe ou d’un symbole ne se conçoit qu’en
l’absence de toute confusion sur l’attribution d’un signe, symbole
ou label officiel en la matière.
2-12. Le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que
des couleurs qui pourraient y être associées ne doit pas suggérer des
vertus écologiques que le produit ne possèderait pas.
2-13. Dans le cas où il serait impossible, compte tenu des difficultés ren-
contrées en la matière, de justifier de formulations globales, la publi-
cité utilisera de préférence des formulations telles que « contribue à
la protection de votre environnement par... », « contribue à protéger
votre environnement par... », « contribue à l’environnement par... »
en ajoutant des précisions nécessaires sur les éléments concernés.
2-14. Aucune publicité ne peut représenter des comportements contraires
à la protection de l’environnement sans correctif positif, non plus
© Groupe Eyrolles

qu’inciter à des comportements contraires à la protection de l’envi-


ronnement.

212
Annexes

13. Nouveau point de doctrine déontologique -


Véhicules en pleine nature :
uniquement sur voies autorisées

25 juin 2007
La publicité est actuellement sérieusement mise en cause au motif d’une
attitude supposée irresponsable au regard du développement durable.
Cette critique est très largement excessive et méconnaît les efforts consen-
tis par les professionnels sur ces questions. Comme l’ont prouvé le Forum
Pub et Cité1, réuni le 14 juin 2007 par le BVP, et l’étude menée avec
l’ADEME sur ce sujet, la production publicitaire s’est en 2006 globalement
montrée respectueuse de l’environnement et de la recommandation déve-
loppement durable2 que, seule au monde, elle s’est imposée dans ce
domaine depuis fin 2003.
Parmi les dispositions de cette recommandation, il en est une, de première
importance, qui dispose que « la publicité doit bannir toute évocation ou
représentation de comportement contraire à la protection de l’environne-
ment et à la préservation des ressources naturelles… ».
La représentation de véhicules à moteur en pleine nature est tout par-
ticulièrement concernée par cette règle.
Jusqu’à maintenant, tout à la fois pour permettre l’utilisation de l’imagi-
naire naturel légitime pour ces produits et pour ne pas empêcher la diffu-
sion de campagnes de communication internationales, les représentations
de véhicules à moteur en pleine nature étaient tolérées, sous certaines con-
ditions de forme (exemple : mentions « tourné à l’étranger » ou « propriété
privée », etc.).
À l’issue de la réflexion et des données que lui ont apporté le Forum du 14
juin, le Conseil d’Administration du BVP - composé de représentants des
trois familles de professionnels de la publicité, annonceurs, agences et
médias - lui a demandé de ne plus accepter ce type de représentations.
Il ne s’agit pas de refuser l’association publicitaire de certains véhicules à
moteur à un imaginaire de nature (renvoyant à l’aventure et à la liberté).
© Groupe Eyrolles

Mais ces associations devront à l’avenir ne plus contrevenir au respect des

1. Plus d’informations sur www.forum-bvp.org.


2. Consultable et téléchargeable sur www.bvp.org.

213
Annexes

environnements naturels. Très précisément, les représentations de véhi-


cules à moteur, sous quelque forme que ce soit, devront clairement les
positionner sur des voies ouvertes à la circulation. Et aucune mention spé-
cifique ne pourra exonérer les professionnels du respect de cette règle.
Dès à présent, les juristes conseil de BVP intègreront ce nouveau point de
doctrine aux conseils qu’ils délivreront à ses adhérents. En tout état de
cause, la date limite de mise en conformité des campagnes, quel que
soit le support de diffusion, est fixée au 1er novembre 2007.

© Groupe Eyrolles

214
Annexes

14. Visite guidée à travers la jungle des logos…


pour des achats éco-responsables
© Groupe Eyrolles

215
Pour
Pourquoi intégrer le développement durable
aux actions de communication ?
Comment éco-concevoir tous les supports
CCom
d ccommunication ?
de
Quelle démarche adopter pour rendre les manifestations
QQue
événementielles
éé
évé éco-responsables ?
Comment inscrire cette démarche dans la durée,
CCom

réf. ADEME : 6178


puis la valoriser ?

Dans cet ouvrage, l’ADEME apporte des réponses concrètes


et argumentées à toutes ces questions, parmi beaucoup
d’autres.
Fort de témoignages de professionnels de la communication,
du privé comme du public, cet ouvrage propose de nombreux
conseils, astuces et outils et présente des exemples pratiques,
sans oublier des pistes de questions à se poser avant, pendant
et à l’issue de toute démarche.

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise


de l’Énergie) est un établissement public sous la tutelle
conjointe du ministère de l’Écologie, du Développement et de
l’Aménagement durables, et du ministère de l’Enseignement
supérieur et de la Recherche.
Elle participe à la mise en œuvre des politiques publiques couverture > www.loaloa.net
dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du
développement durable.
L’agence met ses capacités d’expertise et de conseil à disposition
des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics
et du grand public et les aide à financer des projets dans cinq
domaines : gestion des déchets, préservation des sols, efficacité
énergétique et énergies renouvelables, qualité de l’air et lutte
contre le bruit.
Code éditeur : G53909 • ISBN : 978-2-212-53909-7

-:HSMCLC=ZX^U^\:

20 v