Vous êtes sur la page 1sur 21

+

REPUBLIQUE DE MADAGASCAR
Tanindrazana – Fahafahana – Fandrosoana

SYSTEME D’ALERTE PRECOCE


BP 34 Ambovombe-Androy
Email :sapmada_rd@yahoo.fr

N°142 Pronostic Définitif 2010

Cette édition du bulletin système d’Alerte Précoce renferme les résultats du Pronostic Définitif
2010.

Pluviométrie

Cultures

Elevage

5
6

10b

55
33
22 66
44
7b1
7b1 7a1
7a1
7a17a2 1212
7a2 1 10b
0b
88 7a3
7a3 7070
a
10a10
1111
99
5858
11 7b2
7b2 1414 7171 7272 7474
5757
1313 73
73 77
55 5959
1515
7676 56b
56b
2222 7878 6161
82
82
16
16 7777 7979 56a
1919 8181 56a
8080 8383
11
77 6060
3939 6262
23
23 8484
1818 86 63b
63a
86
20
20 2121 4040
85
85 63a
63b
27
27 8787
2 26 6 4141 43 6464
2424 43

29a
29a 66
55
2525 6666
29b29b 42
42 4444
28
28 88
90
90
3030 6767
5151 89
45
45 5050
.2.2 5555 91
46
46 49a
49a 6868 6969
3232 49b
49b 5454
34a
34a 50.1a
50.1a
48
3131 4747 48
33
33 5353 Difficultés alimentaires
3535 Difficultés économiques sévères
5252 50. 1b
50.1b Difficultés économiques légères
34b34b 38
38

3636 37b
37b
37a
37a

Aide alimentaire

Ce bulletin a été réalisé avec l’assistance financière de l’Union Européenne.


Les points de vue qui y sont exposés reflètent l’opinion du Projet SAP et de ce
fait ne représentent en aucun cas le point de vue officiel de la Commission

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P.1


QU'EST-CE QUE LE SAP ?

Depuis 1996, la Commission Européenne finance un Système d’Alerte Précoce du risque alimentaire (SAP). Ce Projet SAP
a été mis en œuvre par l’Agence Européenne pour le Développement et la Santé (AEDES) jusqu’en juin 2004.

Le Projet SAP a pour objectif d’éviter les crises alimentaires dans le Sud de Madagascar. Depuis décembre 2004, le SAP
a été intégré dans le Système d’Information Rurale et de Sécurité Alimentaire (SIRSA), également financé par la
Commission Européenne et mis en œuvre par AEDES. Le SIRSA a pour objectif la mise en place d’un système
d’information dans les 9 régions des provinces de Fianarantsoa et de Tuléar. Ce système prévoit de rassembler, élargir et
intégrer les différentes sources de données socio-économiques existantes (dont le SAP), tout en améliorant leur qualité.
Le SIRSA permettra donc d’une part d’augmenter l’accessibilité et la transparence de l’information, et d’autre part, de
renforcer les capacités d’analyse ex-ante et d’évolution d’impact, en appui aux autorités locales, régionales et nationales,
ainsi que les instances consultatives pour le pilotage des opérations de développement rural et de sécurité alimentaire.

Pour une durée estimée à deux ans à partir de Janvier 2009, le Gouvernement a confié le service de gestion du SAP au
Programme Alimentaire Mondial (PAM), sous la tutelle de l’Office National de Nutrition, et sur fonds de la Commission
Européenne,. Ainsi, le PAM, compte tenu de son expertise en analyse et cartographie de la vulnérabilité (VAM) et de sa
présence permanente dans le Sud de Madagascar (deux sous-bureaux et cinq antennes), va prendre la relève de la
coordination des activités de collecte et d’analyse des indicateurs d’alerte précoce.

1. INTRODUCTION

L’équilibre économique du million et demi Dans ce contexte, des crises alimentaires très
d’habitants du grand sud malgache est instable, sévères apparaissent régulièrement, se
dépendant principalement de l’agriculture et de transformant parfois en véritables famines.
l’élevage, dans une région caractérisée par un En reprenant les chiffres des récentes disettes, il
climat aride, de grandes variations annuelles de la s'avère que la famine n’intervient que lorsque la
pluviosité et une dégradation générale des pluviométrie de 2 années consécutives est
infrastructures. inférieure ou approche les 400 mm.

Liste des dernières disettes et famines

Année Pluviométrie Conséquence


1934 350 mm Disette
1942 300 mm Disette sérieuse
1943 375 mm Famine
1985 427 mm Disette
1986 447.3 mm Famine
1991 302 mm Disette sérieuse
1992 347,5 mm Famine
1997 321,6 mm Disette

A la suite de la famine de 1991-1992, le efficaces les décisions des différents responsables


gouvernement, la communauté internationale et les à tous les niveaux.
ONGs ont pris conscience de la nécessité de
mettre en place un système de surveillance Concrètement, le SAP identifie les populations
pragmatique, qui permette de prévenir les crises susceptibles de connaître des problèmes
alimentaires. alimentaires au cours de la période de soudure à
Le Système d’Alerte Précoce est donc un venir, détermine les besoins d’aide, et suit l’impact
instrument permanent d’investigation qui permet de des interventions réalisées dans le cadre des
prévoir les moments de crise alimentaire, recommandations pour pallier à ces difficultés.
d’apprécier leur ampleur, de déterminer le lieu, la
manière et l’opportunité de l’intervention. Dans une Qu’elle est donc sa méthodologie ? Quelles sont
perspective de sécurité alimentaire, le SAP est un donc, pour cette année 2010, les communes et
dispositif essentiel pour rendre rationnelles et populations susceptibles de connaître des
problèmes alimentaires ou économiques au cours

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 2


de la période de soudure ? Quelles sont aussi les en étroite collaboration avec le PAM, a fait son
quantités d’aide alimentaire à prévoir et les autres expertise. Il vous en livre les résultats dans cette
solutions proposées ? édition du Pronostic Définitif 2010.
Afin de répondre à ces questions et surtout pour
atteindre son objectif, le Système d’Alerte Précoce,

2. RAPPEL DE LA METHODOLOGIE SAP

La méthode d’identification des populations est fois collectées, doivent être traitées. C’est cette
centrée sur la probabilité que ces dernières se étape qu’on appelle la validation. La fiabilité du
trouvent en situation d’insécurité alimentaire système repose principalement sur ces opérations
pendant la période de soudure. La base de validation.
d’investigation du SAP est la commune. La
méthodologie SAP s'appuie principalement sur une Un niveau de risque alimentaire est attribué à
comparaison de données conjoncturelles et chaque commune, à chaque étape de l’expertise, et
structurelles pour comprendre et interpréter le sens en fonction de toute une série d’indicateurs :
de l’évolution des indicateurs de suivi alimentaire,
toute situation inhabituelle méritant une attention
particulière. Les données brutes ou primaires, une

- Pluviométrie : données provenant de 38 stations pluviométriques réparties dans 8 districts du sud


- Campagne agricole : cultures pratiquées, état des cultures, prévision des récoltes
- Prédateurs : type (le plus important : les criquets), importance des dégâts
- Troupeaux, pâturages et points d’eau : état, transhumance
- Marchés : disponibilité, prix, provenance des produits, accessibilité
- Mouvement de population : départs, arrivées, importance
- Situation alimentaire : aliment consommé, origine, fréquence
- Situation nutritionnelle : évolution
- Situation sanitaire : les principales pathologies
- Faits exceptionnels : passage de cyclone, épidémie, épizootie, autres maladies inconnues, ..

Le cycle annuel de la méthodologie SAP se résume par 3 grandes publications, à savoir :

Le Pronostic Provisoire

Le Pronostic Provisoire est effectué au cours du mois L'objectif principal du Pronostic Provisoire est de
d'avril sur la base des questionnaires remplis par les donner aux autorités nationales, bailleurs de fonds,
observateurs des communes de novembre à mars. organismes internationaux et autres associations
Peu de cultures sont récoltées mais il est déjà possible responsables de la sécurité alimentaire, les premières
de se faire une idée de la situation de chaque recommandations chiffrées leur permettant de
commune. prendre suffisamment tôt les décisions nécessaires à
la mise en œuvre des éventuelles aides
recommandées.

Le Pronostic Définitif

Le Pronostic Définitif est effectué au cours du mois de récoltes, approvisionnement des marchés, évolution
juillet. Les questionnaires utilisés sont ceux d'avril à des prix, accessibilité des aliments de base.
juin. A cette occasion, le Pronostic Provisoire fait l'objet L'objectif principal du Pronostic Définitif est d'ajuster
d'une révision à la lumière des nouvelles données les chiffres du Pronostic Provisoire et de préciser le
disponibles : approche plus précise des prévisions de type d'interventions souhaitables.

Le Diagnostic

Le Diagnostic est effectué au cours du mois de chaque commune est analysée sur la base des
janvier. A cette occasion, l'évolution de la situation de questionnaires des mois de juillet à décembre et de

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 3


l'information collectée au cours des visites de terrain cours de la période de soudure et de vérifier si les
particulièrement ciblées sur les communes en difficultés alimentaires ont pu être évitées par la mise
difficulté. L'intensification des activités rémunératrices, en œuvre des recommandations proposées.
les mouvements de population, les ventes de
détresse, l'approvisionnement des marchés, l'évolution Parallèlement, cet exercice permet au SAP de valider
des prix et l'accessibilité des aliments de base sont les résultats du Pronostic Définitif et, par conséquent,
spécialement étudiés. d'affiner la méthodologie utilisée.
Ainsi, les communes ont été classées en 8 niveaux de
L'objectif principal du Diagnostic est d'établir le niveau difficulté par rapport à la combinaison des critères.
de difficulté réellement atteint par les populations au

Les classes de risque alimentaire

RAS : Rien A Signaler


La population peut avoir subi une chute de ses revenus capital ne seront mobilisés, les mouvements de
habituels (disponibilités alimentaires et ressources population seront normaux, l'accessibilité des aliments
monétaires) mais elle réagira à cette situation sans sera suffisante. Finalement, aucun changement de
difficulté. Une intensification nulle ou faible des régime alimentaire ne sera observé.
activités rémunératrices est prévue, ni l'épargne ni le

DL : Difficultés économiques Légères


La population subit une chute de ses revenus habituels normaux, l'accessibilité des aliments sera suffisante.
mais elle pourra s'adapter au prix de quelques Finalement, la ration alimentaire minimum sera
difficultés. Une intensification moyenne des activités assurée mais un changement léger du régime
rémunératrices est prévue, ni l'épargne ni le capital ne alimentaire sera observé.
seront mobilisés, les mouvements de population seront

DS : Difficultés économiques Sévères (kérém-bola)


La population subit une chute importante de ses départs d'hommes seront intensifiés, l'accessibilité
revenus habituels mais elle pourra s'adapter au prix des aliments sera insuffisante. Finalement, la ration
de grandes difficultés. Une intensification importante alimentaire minimum sera assurée mais un
des activités rémunératrices est prévue, l'épargne sera changement sévère du régime alimentaire sera
mobilisée tandis que le capital ne sera pas touché, les observé.

DAL : Difficultés Alimentaires Localisées


La population subit une chute très importante de ses inhabituels et localisés des familles seront observés,
revenus habituels et elle ne pourra s'adapter sans l'accessibilité des aliments sera insuffisante.
diminuer ses capacités de production pour les années Finalement, la ration alimentaire minimum ne sera
à venir. Une intensification très importante des pas assurée et un changement inquiétant du régime
activités rémunératrices est prévue, l'épargne sera alimentaire sera observé. Dans ce cas, une aide
mobilisée et le capital sera légèrement entamé, les alimentaire ciblée doit être déclenchée, elle durera en
départs d'hommes seront intensifiés, des départs moyenne 3 mois.

DA : Difficultés Alimentaires (kérén-kanigne)


La population subit une chute très importante de ses seront observés, l'accessibilité des aliments sera
revenus habituels et elle ne pourra s'adapter sans insuffisante. Finalement, la ration alimentaire
diminuer ses capacités de production pour les années minimum ne sera pas assurée et un changement
à venir. Une intensification très importante des inquiétant du régime alimentaire sera observé. Dans
activités rémunératrices est prévue, l'épargne sera ce cas, une aide alimentaire doit être déclenchée, elle
mobilisée et le capital sera entamé, les départs durera en moyenne 3 mois.
d'hommes seront intensifiés, des départs de familles

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 4


DAA ou DA+ : Difficultés Alimentaires Aigües

La population subit une chute très importante de ses l’accessibilité des aliments sera insuffisante.
revenus habituels au sortir d’une année difficile mais Finalement, la ration alimentaire minimum ne sera pas
elle pourra finalement s’adapter à cette situation. assurée et un changement inquiétant du régime
Une intensification exceptionnelle des activités alimentaire sera observé. Dans ce cas, une aide
rémunératrices est prévue, l’épargne sera totalement alimentaire doit être déclenchée, elle durera en
mobilisée et le capital sera de plus en plus entamé. moyenne 5 mois, et des dispositions d’assistance
Les départs d’hommes seront nettement intensifiés, devront être mises en place immédiatement après la
des départs de familles seront observées, sortie du pronostic définitif.

CA : Crise Alimentaire (Kéré)


La population subit une chute très importante de ses minimum sera loin d'être assurée et un changement
revenus habituels au sortir d'une année déjà difficile, dangereux du régime alimentaire sera observé. Dans
et elle ne pourra pas s'adapter à cette situation. Les ce cas, une aide alimentaire doit être déclenchée, elle
activités rémunératrices ne pourront plus être durera en moyenne 7 mois, jusqu’à la sortie du
intensifiées, le capital sera nettement entamé, les pronostic définitif au mois de juillet, et des dispositions
départs d'hommes et de familles seront nettement urgentes de distribution d'aliments devront être
intensifiés, l'accessibilité des aliments sera rapidement mises en place.
insuffisante. Finalement, la ration alimentaire

FA : Famine (Kéré be)


La population qui a des revenus quasiment nuls au rapides et importantes, connaîtra plusieurs cas de
sortir de plusieurs années particulièrement mort dans un avenir proche. Dans ce cas, les
difficiles, fuira très rapidement sa zone d’habitation populations seront prises en charge jusqu’à ce
sans trouver, dans une autre zone, des ressources qu’elles puissent se garantir le minimum de conditions
alimentaires suffisantes et qui, faute d’interventions d’autosuffisance alimentaire.

3. Bilan de la Campagne agricole

Depuis l’année dernière, un déficit hydrique est relevé superficie moindre (pas plus de 20% de la surface
dans toute la zone, et en particulier au nord et dans la cultivée habituellement).
région à haute potentialité rizicole. Voir en annexe le Par ailleurs, les passages du cyclone « Hubert » au
tableau de la pluviométrie cumulée de la zone SAP. mois de mars, et de la tempête tropicale « Joêl » au
La campagne agricole 2009-2010 n’a démarré mois de mai, ont donné l’occasion aux paysans,
effectivement qu’au mois de janvier dans la plupart des essentiellement dans les communes du Mahafaly et du
communes de la zone SAP, en raison du passage de littoral de l’Androy, de ressemer maïs, lentilles, et
la tempête tropicale « Fani ». Dans les quelques surtout cultures de contre-saison, comme la patate
communes qui ont pu, par exception, semer au mois douce et le maïs.
de novembre, les semis ont raté suite à l’insuffisance Le tableau ci-dessous donne le bilan global de la
et à l’irrégularité des précipitations enregistrées au campagne avec les résultats plus précis des cultures
cours des mois de décembre, janvier et février. Des de contre-saison.
dessèchements, léger à total, sont observés partout, et
en particulier des cultures de maïs, riz, niébé et Dans plusieurs localités de la zone, des passages
pastèque qui sont au stade de levée des feuilles, d’essaims et des infestations de larves de criquets
montaison, ou ramification, selon les cultures. Il est à migrateurs ont été signalés aux mois de mai et juin. Ils
signaler que, jusqu’à présent, le repiquage du riz n’a causent des dégâts importants dans les pâturages, et
pas été fait dans les toutes communes rizicoles, à faibles dans les cultures de canne à sucre. Des
l’exception de très rares communes et dans une chenilles frappent aussi les cultures en cours, excepté
le manioc dans le littoral de l’Androy et le Mahafaly.

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 5


PRODUCTION DES CULTURES VIVRIERES
Maïs Riz Manioc Niébé Voandzou Dolique Pastèque
District TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B
Betioky 9 4 2 - 6 - 4 - 1 11 3 - 4 9 2 - 4 8 1 - - - - - 4 6 5 -
Ampanihy 15 1 - - 5 - - - - 16 - - 14 2 - - 8 2 - - 3 2 - - 11 1 - -
Beloha 6 - - - - - - - - 6 - - 6 - - - 6 - - - - - - - 6 - - -
Tsihombe 7 - - - - - - - - 7 - - 6 1 - - 7 - - - - 3 4 - 7 - - -
Ambovombe 4 8 5 1 1 - - - - 5 7 6 1 14 3 - 2 6 1 - - 4 6 - 1 4 3 -
Amboasary 16 - - - 5 6 1 - - 12 4 - 2 1 1 - 10 - - - 4 1 - - 2 1 - -
Bekily 19 - - - 16 1 - - - 17 2 - - 15 - - 1 18 - - - - - - - 3 - -
Fort-Dauphin 4 - - - - 2 1 - 1 2 1 - 2 - - - - - - - 2 - - - 1 - - -
Zone Total 80 13 7 1 33 9 6 0 2 76 17 6 35 42 6 0 38 34 2 0 9 10 10 0 32 15 8 0
SAP % 79 13 7 1 69 19 13 0 2 75 17 6 42 51 7 0 51 46 3 0 31 34 34 0 58 27 15 0
Ce tableau indique le nombre de communes où les prévisions des récoltes sont jugées Bonnes (B), Moyennes (MOY), Mauvaises (M) ou Très Mauvaises (TM)

Patate douce
District TM M MO B
Betioky - 10 5 -
Ampanihy - 15 1 -
Beloha - 6 - -
Tsihombe - 3 4 -
Ambovombe 2 6 6 4
Amboasary 1 6 8 -
Bekily 12 4 3 -
Fort-Dauphin - 2 2 -
Zone Total 15 52 29 4
SAP % 15 52 29 4

PRODUCTION DES CULTURES DE RENTE


Arachide Haricot Lentille Canne à sucre Tabac Pervenche
District TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B TM M MO B
Betioky 7 3 2 - - - 3 - - - - - 5 2 5 - - - - - - - - -
Ampanihy 11 3 - - - - - - - 4 - - - 11 - - - - - - - - - -
Beloha 5 - - - 1 - - - 3 - - - - - - - - - - - - - 3 -
Tsihombe - - - - - 1 - - - - - - - 1 1 - - - - - - - 5 -
Ambovombe - 8 3 - - - - - - - - - - 2 3 1 - - 3 - - - 6 -
Amboasary 6 6 - - 3 2 1 - - - - - - - - 15 - 2 - - 1 1 1 -
Bekily 14 5 - - - - - - - - - - - - 18 - - 7 1 - - - - -
Fort-Dauphin - - - - - 1 3 - - - - - - - - 4 1 - 1 - 1 1 1 -
Zone Total 43 25 5 0 4 4 7 0 3 4 0 0 5 16 27 20 1 9 5 0 2 2 16 0
SAP % 59 34 7 0 27 27 47 0 43 57 0 0 7 24 40 29 7 60 33 0 10 10 80 0
Ce tableau indique le nombre de communes où les prévisions des récoltes sont jugées Bonnes (B), Moyennes (MOY), Mauvaises (M) ou Très Mauvaises (TM)

District de Betioky & de Toliara II (une partie)


Les semis des cultures vivrières ont débuté au mois de Rappelons que les semis, faits au mois de novembre,
novembre pour toutes les communes, à l’exception de ont raté suite à l'insuffisance des précipitations
Beheloke, Ankazomanga-Ouest, Soaserana, enregistrées au cours des mois de décembre, janvier
Marosavoa, Soamanonga et Lazarivo où la campagne et février. Des dessèchements, légers à total, ont été
agricole a été retardée au mois de janvier en raison du observés sur les cultures de maïs, riz, niébé et
passage de la tempête tropicale « Fani ». pastèques.
Par ailleurs, les paysans des communes du littoral ont Ainsi, l’important retard du développement de ces
profité du passage du cyclone « Hubert », au début du cultures, du à l'insuffisance et à la mauvaise répartition
mois de mars, pour ressemer du maïs, du niébé, et de des précipitations dans le temps et dans l’espace, a
la pastèque. causé d’importantes, voir très importantes parfois,
pertes sur toutes les cultures. La production de maïs,

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 6


niébé, et pastèque est jugée mauvaise à très
mauvaise, celle de riz très mauvaise, et celle des Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
cultures de rente comme l’arachide, la lentille, et la
canne à sucre, de mauvaises à très mauvaises. Les Dist. de Betioky
productions de racines, quant à elles, sont jugées
mauvaises dans l’ensemble du district, excepté celles 2 009 2010
600
des communes au bord du fleuve « Onilahy » qui
500
seraient moyennes. 400
300
Presque toutes les communes seront en difficulté 200
importante pendant la prochaine période de soudure, à 100
l’exception de 5 communes au bord de l’Onilahy qui 0
auront une soudure sans trop de difficulté. avr mai juin

pluviométrie dans le dist. de Betioky-Sud (mm)


(station : 007)
3000
2750
2500
2250
2000
1750
1500
1250
1000
750
500
250
0
oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars-10 avr-10 mai-10 juin-10

1 station normale cum 1 station cum normale

District de Ampanihy
La campagne agricole n’a démarré qu’au mois de importantes à très importantes sur les cultures ainsi
novembre pour certaines communes comme qu'une réduction des surfaces cultivées. La
Antaly, Ankilimivory, Ankilizato, Maniry, Ankilizato, production de maïs, niébé, et pastèques est donc
ou Amborompotsy. Le reste a commencé au plus jugée très mauvaise à mauvaise; celle du riz très
tard au mois de janvier, après le passage de la mauvaise; et celle des cultures de rente, comme
tempête tropicale « Fani ». l’arachide, la lentille, et la canne à sucre, de
mauvaise à très mauvaise. La production de
Rappelons que les semis qui ont été faits au mois racines est, quant à elle, jugée mauvaise dans
de novembre ont ratés suite à l’insuffisance et à l’ensemble de la zone, excepté dans les
l’irrégularité des précipitations enregistrées au communes du littoral où elle serait moyenne.
cours des mois de décembre, janvier et février. Des
dessèchements sont observés partout en allant du Par ailleurs, le manque de boutures s'est posé
léger au total, et particulièrement sur les cultures de presque partout, et surtout pour la culture de la
maïs, riz, niébé, et pastèque. Il est à signaler que, patate douce, confirmant ainsi la mauvaise
jusqu’à maintenant, le repiquage du riz n’a pas été production diagnostiquée l’année précédente. Les
fait dans les communes rizicoles. gens doivent donc les acheter au marché ou se
déplacer dans les communes voisines pour en
Par ailleurs, le passage du cyclone « Hubert », trouver. De ce phénomène résulte une réduction de
début mars, a permis aux paysans de ressemer la surface plantée. Elle se répercutera sur une
maïs, niébé, lentilles et cultures de contre saison, évolution à la hausse des prix des racines à la
surtout dans les communes du littoral. prochaine période de soudure, excepté à Androka.

En même temps, des criquets « locusta » ont été Enfin, en ce qui concerne la campagne pastorale,
observés dans les communes intermédiaires et l’embonpoint des troupeaux est jugé très mauvais
celles de la partie septentrionale de la zone. Ils ont dans l’ensemble de la zone comparé à l’année
causé des dégâts léger à grave, dans les cultures dernière comme à une année normale. C'est la
de riz, maïs et niébé de ces communes. conséquence du très mauvais état des pâturages et
Ainsi, l'insuffisance et l'irrégularité des des points d’eau. Une recrudescence de la pratique
précipitations, l’important retard sur le de transhumance2 a ainsi été remarquée cette
développement des cultures citées, et les dégâts année; de même que l’existence de pertes
dus aux criquets, ont causés des pertes jugées importantes de bétail dues à la sécheresse dans les

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 7


communes, entre autres, de Belafika-Haut,
Gogogogo, et d’Ankilizato, et appelées localement Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
« Baintane »,
Cette situation est amplifiée par la présence des
epizooties comme les « Kopake », les « sovoke » Dist. d'Ampanihy
les « Mena Tsinay », ou les « lalimena ». Ces
derniers préoccupent les éleveurs en raison de 2 009 2010
600
dégâts et des pertes qu'ils causent au bétail. En 500
conséquence, le prix du bétail sera bon marché à la 400
prochaine période de soudure. 300
200
100
0
avr mai juin

pluviométrie dans le dist. d'Ampanihy (mm)


(stations : 013, 023, 025, 027, 028 )

3000
2750
2500
2250
2000
1750
1500
1250
1000
750
500
250
0
oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars-10 avr-10 mai-10 juin-10

5 stations normale cum 5 stations cum normale

REGION DE L’ANDROY

District de Beloha
Suite à des conditions pluviométriques très Au final, la production vivrière de cycle court a
mauvaises, la campagne agricole principale n’a échoué. La production de manioc et de patate
pratiquement pas eu lieu dans toutes les douce est jugée mauvaise à très mauvaise à
communes du district. Marolinta et Behabobo. S’ajoute à cette
insuffisance de production, une épizootie qui
Le manioc, principale culture de la zone, a diminue fortement le stock de bétail.
beaucoup souffert du déficit pluviométrique, à
l’exception du manioc de cycle bi-annuel, appelé En conclusion, toutes les communes seront
localement donga ou fira-fototse. confrontées à des difficultés importantes à très
Des vents violents ont, par ailleurs, desséché, de importantes pendant la période de soudure.
manière avancée ou totale, toutes les cultures
vivrières principales de cycle court (maïs, niébé,
pastèque) et les cultures de rente (arachide et pluviométrie dans le dist. de Beloha (mm)
lentille). (stations : 29a, 030, 032 )
3000
2750
Ce n’est qu'avec le passage du cyclone Hubert 2500
2250
2000
que la zone a reçu des pluies utiles pour le 1750
1500
démarrage de la campagne. Des « re-semis » de 1250
1000
toutes les cultures vivrières ont été faits, mais une 750
500
250
rupture des pluies après le départ du cyclone a fait 0
souffrir cette deuxième tentative. Des lianes de oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars- avr-10 mai-10 juin-10
10
patate douce ont pu, par contre, être plantées
dans de bonnes conditions pluviométriques, les 3 stations normale cum 3 stations cum normale
problèmes sévères dus à la longue sécheresse
diminuent cependant fortement la surface cultivée.

`
Termes de l’échange chèvre contre maïs grain

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 8


Dist. de Beloha
2 009 2010
600
500
400
300
200
100
0
avr mai juin

District de Tsihombe
A l’instar de Beloha, toutes les communes ont
perdu la totalité de la production vivrière du cycle pluviométrie dans le dist. de Tsihombe (mm)
court. De même, la campagne agricole n’a débuté (stations : 034, 038 )
3000
qu'avec le passage cyclonique, et des problèmes 2750
2500
2250
sévères sur les lianes de patate douce ont été 2000
1750
rapporté. 1500
1250
1000
750
500
La présence de chenilles déformatrices dans 250
0
toutes les communes du district a été observé. La oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars- avr-10 mai-10 juin-10
10
production de manioc et de patate douce est jugée
mauvaise pour 3 communes à très mauvaise pour 2 stations normale cum 2 stations cum normale
4. S’ajoute à cette insuffisance de production, une
épizootie qui diminue fortement le stock de bétail.
Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
En conclusion, toutes les communes seront
confrontées à des difficultés importantes à très Dist. de Tsihombe
importantes pendant la période de soudure.
2 009 2010
600
500
400
300
200
100
0
avr mai juin

District de Ambovombe-Androy

En dépit d'une interruption des pluies au mois de moins bonne pour le lamonty (flacourtia
mars, la campagne agricole 2009/2010 se déroule ramontchia).
correctement. Sur la bande littorale, les cultures en Finalement, comparé à celle de l’année dernière,
cours (manioc, dolique, patate douce) ont pu la campagne agricole 2009/2010 a été meilleure
continuer favorablement leur cycle de sur le littoral et plus mauvaise à très mauvaise
développement, au contraire du reste du district où ailleurs.
elles ont été victimes de l’absence de pluie.

Concernant l’estimation de récolte, elle est jugée


mauvaise à très mauvaise pour le maïs, le riz (à
Imanombo), le niébé, le voandzou, la pastèque et
les cultures de rente, mauvaise à moyenne, voire
bonne à très bonne dans certains cas, pour le
manioc, et enfin, mauvaise à moyenne, voire
bonne dans certains cas, pour la patate douce et
le maïs de contre saison.
Les récoltes de cueillette sont jugées moyennes
en général, bonne parfois (raketa), et un peu

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 9


Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
pluviométrie dans le dist. d'Ambovombe (mm)
(stations : 039, 043, 047, 49a, 050)
Dist. d'Ambovombe
3000
2750
2500
2250
2 009 2010
2000 600
1750
1500 500
1250
1000
750
400
500
250 300
0
oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars- avr-10 mai-10 juin-10
200
10 100
0
5 stations normale cum 5 stations cum normale
avr mai juin

District de Bekily
La campagne agricole principale a débuté dans
des conditions très mauvaises au mois de pluviométrie dans le dist. de Bekily (mm)
décembre 2009. Une interruption prolongée des (stations : 075, 078, 086)
pluies depuis janvier a entraîné un dessèchement 3000
2750
avancé ou total du premier semis. Le manioc, 2500
2250
2000
principale culture vivrière de la majorité des 1750
1500
communes, a été touché par cette insuffisance ou 1250
1000
absence de précipitations. On a observé des 750
500
récoltes précoces de manioc, jugées mauvaises, 250
0
depuis le mois de mars. oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars- avr-10 mai-10 juin-10
Le riz, et même le riz irrigué, deuxième culture 10

vivrière principale, affecté par cet aléas climatique,


3 stations normale cum 3 stations cum normale
a eu une production jugée très mauvaise.
L’arachide principale culture de rente de toutes les
Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
communes a une production jugée très mauvaise.
Pour conclure, la récolte cette année est jugée de
mauvaise à très mauvaise. Toutes les communes Dist. de Bekily
des districts, sauf Ambatosola, sont confrontées à
2 009 2010
des difficultés importantes à très importantes. 600
500
400
300
200
100
0
avr mai juin

REGION DE L’ANOSY
District de Amboasary
La campagne agricole a démarré avec des pluies maïs, la plantation de patate douce et le repiquage
satisfaisantes en décembre 2009. L’interruption de du riz de saison principale dans la zone nord
ces pluies, et la présence de vents aux mois de rizicole. Malgré la motivation des cultivateurs pour
janvier et février 2010, a entraîné un entreprendre le repiquage, même très tardif, à la
dessèchement avancé, voir total, de toutes les fin du mois de mars, les productions ont été très
cultures vivrières principales à cycle court. Le mauvaises partout.
passage des pluies cycloniques « Hubert », au En général, le manioc qui est la principale culture,
mois de mars, a permis de pratiquer l’installation a beaucoup souffert du déficit pluviométrique.
des cultures de contre saison comme le semis de

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 10


Dans l’ensemble de la zone, les récoltes sont
mauvaises, à l’exception de 7 communes pluviométrie dans le dist. d'Amboasary (mm)
(Tomboarivo, Marotsiraka, Ebelo, Ranobe, (stations : 56a, 059, 061, 63b, 066, 067, 068, 069)
Tranomaro, Ifotaka, Tanandava-sud) où elles sont 3000
2750
très mauvaises. 2500
2250
2000
1750
1500
Les conditions pluviométriques favorables d’avril à 1250
1000
juin ont incité les gens du littoral à intensifier leur 750
500
250
culture de contre-saison (patate douce) qui se 0
développe dans de bonnes conditions. La oct-09 nov-09 déc-09 janv-10 févr-10 mars- avr-10 mai-10 juin-10
10
production est jugée moyenne dans la bande
littorale (Sampona, Amboasary et Behara). 8 stations normale cum 8 stations cum normale
Concernant les cultures de rente, l’arachide,
principale culture de rente de la zone nord, est Termes de l’échange chèvre contre maïs grain
jugée très mauvaise. Par contre, la production de
canne à sucre est bonne dans l’ensemble de la Dist. d'Amboasary
zone, alors que celle du haricot à Tanandava-sud
2 009 2010
est presque nulle. 600
500
En générale, la campagne agricole 2009-2010 est 400
jugée moins bonne pour la zone sud, et très 300
mauvaise pour le nord, par rapport à une année 200
normale. 100
0
avr mai juin

District de Taolagnaro (une partie)

Grâce à des pluies efficaces en décembre 2009, la La campagne de riz dans la zone intermédiaire
campagne agricole a pu démarrer avec les semis s’est déroulée normalement, sa production est
des cultures à cycle court. moyenne.
L’interruption des pluies dans l’ensemble de la La culture de manioc dans l’ensemble de la zone
zone, au mois de janvier 2010, a causé au maïs et est jugée mauvaise, excepté dans la commune
aux courges des pertes jugées moyennes à d’Andranobory où elle est très mauvaise.
importantes. En février, la zone littorale a bénéficié Enfin, concernant les cultures de rente, celle du
de pluies suffisantes. Les gens de la commune tabac est jugée mauvaise, celle du haricot à
d’Agnalapatsy en ont profité pour ressemer le maïs Ranopiso et Agnalapatsy est nulle ou très
de contre saison. mauvaise, et celles de la tomate, par contre, est
Des pluies plus régulières en mai et juin ont permis bonne dans l’ensemble de la zone.
la culture de la patate douce sur le littoral
(Agnalapatsy, Andranobory) et dans la zone En général, la campagne agricole 2009-2010 est
intermédiaire (Ranopiso, Ankariera) ; ces pluies jugée très mauvaise pour 2 communes
tardives n’ont cependant pas changé les (Agnalapatsy, Andranobory) et mauvaise pour 2
prévisions de production de patate douce, qui est communes (Ranopiso, Ankariera), par rapport à
estimée mauvaise à très mauvaise. une année normale.

LES COMMUNES CLASSEES EN DAA, DA, DAL :

1- Pour les communes en DA et DAL :

Dans ces communes, la campagne agricole communes. Il en est de même dans les communes
n’a commencé qu’au mois de janvier, après le rizicoles, où le repiquage du riz, principale culture
passage de la tempête tropicale « Fani » ; le vivrière, n’a pas non plus encore été fait. En outre,
développement des cultures accuse donc un toutes les cultures ont souffert du manque d’eau,
important retard. Le semis des cultures de rente, enregistré au cours des mois de février et mars,
comme l’arachide, n’a pas été fait ; or, cette culture ainsi que des dégâts causés aux cultures de cycle
constitue la principale source de revenu de ces court par les criquets « Locusta ». Les productions

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 11


sont mauvaises à très mauvaises. Les communes troupeaux, du au déclin des pâturages et des points
ont une disponibilité alimentaire largement d’eau, et des prix bas qui seront pratiqués pendant
inférieure à la normale. Elles devront ainsi la prochaine période de soudure. Le pouvoir
certainement intensifier leurs activités d’achat sera toujours très faible vu l’évolution à la
complémentaires (artisanat, salariat, commerce, ou hausse des prix des racines, aliment principal de
encore exploitation minière pour certaines soudure. En outre, ces communes ont déjà connu
communes), ainsi qu'augmenter la vente de bétail des difficultés au cours de la soudure de l’année
en dépit de la détérioration de l'embonpoint des passée.

2- Pour les communes en DAA :

Dans ces communes, toutes les cultures, et cependant une portée limitée du fait d'un capital
notamment celles de cycle court, ont souffert du bétail déjà entamé, de la détérioration de
manque d’eau enregistré au cours des mois de l'embonpoint des troupeaux, et d'un prix bas à la
décembre, janvier et février. Leurs productions sont prochaine période de soudure. Des départs
mauvaises à très mauvaises, la disponibilité d’hommes et de familles sont déjà signalés avant la
alimentaire est largement inférieure à la normale. période de soudure. Le pouvoir d’achat sera
Les populations devront certainement intensifier toujours très faible vu l’évolution des prix des
leurs activités complémentaires (artisanat, racines, aliment de soudure. En outre, ces
commerce, revenu d’émigration, l’exploitation communes ont déjà connu de grandes difficultés au
forestière, ..) et vendre du bétail. Ces ventes auront cours de soudure de l’année passée.

4. Les calendriers SAP


Pour coordonner les activités du SAP avec les recommandations et les interventions proposées et réalisées, un
tableau indiquant les différents calendriers a été sorti :

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 12


.6. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

PRÉSENTATION DE LA CLASSIFICATION DES COMMUNES

Les travaux de recherches et d'analyses présentés difficulté alimentaire aigües, difficulté alimentaire,
ci-dessus ont permis d'établir une classification difficulté alimentaire localisée, difficulté économique
détaillée des communes intégrant les sévère, difficulté économique légère, rien à
méthodologies nouvelles utilisées par le SAP. Les signaler.
communes sont classées en six catégories:

1. Les communes en difficulté alimentaire aigüe (D.A.A)

Les 11 communes en D.A.A

District N° Commune en DAA Population

Betioky 7a 3 Sakamasay 6 329


7b1 Ankazomanga-Ouest 5 473
7b2 Maroarivo 5 869
9 Masiaboay 10 166
Dist. Betioky 27 837
Ampanihy 16 Gogogogo 15 723
17 Antaly 12 028
18 Ankilimivory 9 224
19 Belafika-Haut 9 917
20 Ankilizato 7 810
24 Ankiliabo 10 981
Dist. Ampanihy 65 683
Beloha 32 Marolinta 14 611
Dist. Beloha 14 611
Zone SAP 108 131

2. Les communes en difficulté alimentaire (D.A)

Les 42 communes classées en D.A

District N° Commune en DA Population

Betioky 1 Beheloka 12 242


7a1 Betioky-Sud 15 616
7a2 Ambatry 3 215
8 Beantake 7 086
10 Soaserana 3 548
10b Marosavoa 2 945
11 Soamanonga 9 844
12 Lazarivo 20 500
Dist. Betioky 74 996

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 13


Ampanihy 13 Fotadrevo 38 933
14 Beroy-Sud 8 039
15 Vohitany 9 044
21 Maniry 8 933
22 Beahitse 20 182
23 Ejeda 35 304
25 Ampanihy-Ouest 26 292
26 Amborompotsy 14 630
27 Itampolo 43 727
Dist. Ampanihy 205 084
Beloha 29a Tranoroa 25 677
29b Beabobo 4 477
30 Beloha 28 005
31 Kopoka 13 792
33 Tranovaho 18 461
Dist. Beloha 90 412
Tsihombe 34a Tsihombe 30 664
34b Nikoly 12 857
35 Imongy 11 148
Dist. Tsihombe 54 669
Ambovombe 40 Ampamata 7 056
42 Jafaro 31 531
52 Ambazoa 13 230
53 Erada 11 122
Dist. Ambovombe 62 939
Amboasary 63a Ebelo 10 065
63b Ranobe 5 968
64 Tranomaro 14 441
65 Ifotaka 19 939
69 Tanandava 14 484
Dist. Amboasary 64 897
Bekily 71 Ambahita 15 178
77 Antsakoamaro 4 885
78 Morafeno-Bekily 11 426
79 Anjà-Nord 2 877
80 Tsikolaky 3 713
81 Manankompy 5 444
82 Tanandava 12 631
83 Anivorano-Mitsinjo 3 674
Dist. Bekily 59 828
Zone SAP 612 825

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 14


3. Les communes en difficulté alimentaire localisée (D.L)

Les 7 communes en D.A.L

District N° Commune en DAL Population

Ambovombe 39 Imanombo (partie sud) 4 767


41 Andalatanosy (partie ouest) 8 150
43 Antanimora (partie sud) 7 264
Dist. Ambovombe 20 181
Amboasary 59 Mahaly (partie sud) 4107
Dist. Amboasary 4 107
Beraketa (partie sud et
Bekily 75 4803
Ouest)
85 Bekitro (partie nord) 6397
Belindo-Mahasoa (partie
86 3739
sud)
Dist. Bekily 14 938
Zone SAP 39 227

4. Les communes en difficulté économique sévère (D.S)

Les 22 communes classées en difficulté économique sévère

District N° Commune en DS
Ampanihy 28 Androka
Tsihombe 36 Marovato
37a Faux-Cap
37b Anjampaly
38 Antaritarika
Ambovombe 44 Ambohimalaza
45 Marovato-Befeno
46 Sihanamaro
48 Ambonaivo
49a Ambanisarika
Amboasary 56a Marotsiraka
56b Tomboarivo
60 Maromby
61 Esira
Bekily 70 Maroviro
72 Ambatosola
73 Tanambao-Tsirandrany
74 Vohimanga
76a Ankaranabo-Nord
84 Beteza
Fort-Dauphin 89 Andranobory
90 Analapatsy

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 15


5. Les communes en difficulté économique légère (DL)

Les 11 communes classées en difficulté économique légère

District N° Commune en DL
Ambovombe 47 Ambondro
50.1a Ambovombe-Sud
50.1b Tsimananada
50.2 Ambovombe-Nord
54 Maroalomainty
Amboasary 57 Tsivory
62 Manevy
67 Amboasary-Sud
Bekily 87 Bevitiky
Fort-Dauphin 91 Ranopiso
92 Ankariera

6. Les communes en Rien A Signaler (RAS)

Les 11 communes en Rien A Signaler

District RAS
Betioky 02 Tameantsoa
03 Antohabato
04 Beavoha
05 Tanambao-Haut
06 Belamoty
Ambovombe 49b Agnalamary
51 Ankilikira
55 Maroalopoty
Amboasary 58 Elonty
66 Behara
68 Sampona

Carte de classification des communes

55
33
22 66
44
7b1
7b1 7a1
7a1
7a1 7a2
7a2 10b 12
12
10b
88 7a3
7a3 a 70
70
11 10a0
11 1
99
58
58
11 7b2
7b2 14
14 71 72
71 72 74
74
57
57
13
13 73
73 75
15
15 75 59
76
76 78 56b
22 56b 61
22 78 82 61
16 82
16 77
77 79
79 81 56a
56a
19
19 81
80
80 83
17 83 60
60
17 39 62
62
23
23 84 39 63b
18
18 86 63a
86
20 21
21 40
40
20
85
85 63a
63b
27
27 87
87
2266 41
41 43 64
64
2424 43

29a
29a 65
65
25
25 66
66
29b
29b 42
28 44 88
28 90
90
30
30 67
51 67 89
45 50.2 5155 91
46 50.2 5568 69
49b49a 68 69
32
32 54
34a 54
34a 48 50.1a
50.1a
33
31
31 47
47 53
53
Difficultés alimentaires Aigües
33 35
35
50.1b
34b
34b
34b
5
38 52
50.1b Difficultés alimentaires
4
36 37a 37b Difficultés alimentaires localisées
Difficultés économiques sévères
Difficultés économiques légères
Rien à signaler

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 16


RECOMMANDATIONS

À long et à moyen terme

1. Relatives à l’agro-écologie

◦ Recommandations sur les choix techniques

• Intensifier les activités relatives à la protection des sols contre l’érosion (embocagement, fixation
des dunes).
• Orienter les activités de reboisement vers l’embocagement des parcelles plutôt que sur des
cordons d’arbres.
• Vulgariser l’utilisation d’arbres et arbustes brise-vents à croissance rapide en utilisant des variétés
pérennes ou pluriannuelles testées avec succès (ex: Acacia auriculoformis).
• Utiliser des couvertures végétales mortes (maintien des résidus de récoltes sur les parcelles)
• Utiliser des couvertures végétales vivantes, testées positivement, et qui assurent, à la fois, une
protection contre l’évapo-transpiration et une amélioration de la fertilité.(ex : konoke, cajanus….).
• Promouvoir et vulgariser l’usage du compost.

◦ Recommandation sur les modes d’action

• Faire un travail de centralisation sur l’Agro-écologie dans le sud : capitalisation des expériences
(succès et échecs), recensement des compétences des différents intervenants...
• Ne pas faire de VCT sur des activités non confirmées par l’expérimentation dans le contexte local.
• Eviter d'utiliser des techniques non maîtrisées, en particulier dans le cadre des VCT. (ex : risque
d’échaudage des semences avec des composts qui n’ont pas suffisamment travaillé)

2. Relatives aux activités agricoles

a. Concernant les semences

• Le choix des semences à distribuer ou commercialiser

Une carte pédoclimatique simplifiée, agrée par le groupe sectoriel agriculture, a permis de recenser les types
conseillés de semence en fonction de la zone et de l'objectif recherché. Les tableaux suivants transcrivent ces
informations.

Cultures/Variétés à cycles courts recommandés pour des récoltes rapides permettant d’écourter la période de
soudure en fonction de la pluviométrie.

Pluviométrie (moyenne
Variétés proposées
annuelle)
<500mm et sols sableux Sorgho IRAT 204, MACIA (dans les zones où les traitements phyto sanitaires sont
disponibles car le sorgho est très sensible aux attaques d’insectes)
Konoke (à œil rouge ou œil noir)

Sorgho IRAT 204, MACIA (dans les zones où les traitements phyto sanitaires sont
disponibles car le sorgho est très sensible aux attaques d’insectes)
<600mm
Konoke (à œil rouge ou œil noir)
Niébé

Sorgho IRAT 204, MACIA (dans les zones où les traitements phyto sanitaires sont
disponibles car le sorgho est très sensible aux attaques d’insectes)

>600mm Konoke (à œil rouge ou œil noir)


Niébé
Maïs : IRAT 200, CIRAD 482, POOL 16, Malaky

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 17


Cultures/Variétés recommandées pour un développement durable de l’agriculture en fonction de la pluviométrie.

Pluviométrie (moyenne
Cultures/Variétés recommandées
annuelle)
<500mm et sols sableux Sorgho, Mil, Konoke, Cajanus

<400 mm Sorgho, Mil, Cajanus, Konoke

400 mm – 500 mm Sorgho, Mil, Cajanus, Konoke, Pois du cap

500 mm – 600 mm Sorgho, Mil, Cajanus, Konoke, Pois du cap, ricin

Sorgho, Mil, Cajanus, Konoke, Pois du cap, ricin, maïs (variétés améliorées : IRAT 200,
>600 mm
CIRAD 412, Pool 16, Malaky)

Distribution de semences pour la promotion d’autres cultures maraîchères (haricots, courgette,


Zones à accès à l’eau
…)

• Les modes de distribution des semences:

- Seules les communes classées en difficulté alimentaire peuvent faire l'objet de distribution gratuite dans le
cadre d'interventions d'urgence, sauf s’il s’agit de variétés à introduire dans l’agriculture locale : konoke,
cajanus, mil, sorgho, mucuna...

- Il est vivement déconseillé de distribuer gratuitement des semences de maïs, niébé, ou dolique dans des
communes qui ne sont pas en grande difficulté, et où des efforts de structuration de la commercialisation de
semences sont en cours.

- Les variétés faisant l’objet de distributions ou d'un effort de vulgarisation doivent être adaptées aux conditions
pédoclimatiques.
- Dans les communes qui ne sont pas en difficulté alimentaire, le remboursement, au minimum de la quantité
de semences distribuée, doit être exigé.

b. Concernant les pesticides

• Stratégies:

- Les actions phytosanitaires doivent s'appuyer sur le secteur privé ou les services communaux. Il est donc
conseillé de préférer payer des prestataires privés et favoriser ainsi le développement d'un secteur
professionnel dans la région, plutôt que de distribuer gratuitement des produits ou des équipements directement
aux agriculteurs.

- Tout traitement phytosanitaire doit être tarifé. Le prix de la prestation doit être au minimum égal au coût du
produit utilisé. Dans le cas où un prix plus bas ou la gratuité désire être pratiqué, il est nécessaire d'en informer
les autres acteurs travaillant dans la même zone pour établir un quadrillage précis et éviter les interactions
malencontreuses de projets.

- Pour plus d'efficacité des traitements phytosanitaires, il est recommandé d'encourager la diversification des
cultures et la création de barrières végétales permettant d'éviter la propagation d'insectes dans le cas où
chaque paysan n'aurait pu faire un traitement préventif.

• Sécurité:

- Toute distribution, gratuite ou non, de PULV doit comprendre l'ensemble de l'équipement sécuritaire
nécessaire à son utilisation car confier un pulvérisateur sans ses équipements de sécurité met en danger la
santé des bénéficiaires.

- En cas de mise à disposition d'équipement phytosanitaire, il est primordial de vérifier l'aptitude des
bénéficiaires à utiliser le matériel et d'assurer leur formation si nécessaire en raison de la toxicité des produits
phytosanitaires.

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 18


3. Relatives à l'accès à l'eau des populations

• Promouvoir la récupération des eaux de pluies au niveau des ménages


• Remplacer les groupes électrogènes des points d'eau par une énergie renouvelable
• Accélérer, notamment dans les communes en DAA, DA, DAL, et DS,la mise en oeuvre des travaux des
600 forages du projet PAEAR
• Améliorer le fonctionnement des 141 forages de la zone d'action de l'association FIFARAFIA à
Antanimora-Sud

4. Relatives aux groupes identifiés comme particulièrement vulnérables

a. Les riziculteurs fortement déficitaires

Localisation : Partie nord d’Ambovombe (Imanombo), d’Amboasary (9 communes) et Bekily (Beraketa)


Projets: - Rizicoles accompagnant notamment la protection du bassin versant du haut bassin du
Mandrare : reboisement intensif, DRS...
- Améliorant la sécurité des biens et des personnes en milieu rural: effectif, moyens
matériels, stratégie communautaire...
- Micro-projet de développement cultures maraîchères

b. Les agro-pasteurs fortement déficitaires

Localisation : District de Betioky, d’Ampanihy, Beloha, Ambovombe et Bekily en particulier les 11 communes en
DAA, DA, DAL
Projets: - De développement de la filière élevage (petits ruminants, volailles, …)
- De relance en approvisionnement d'eau potable, abreuvoir pour les bétails

c. Les agriculteurs structurellement vulnérables

Localisation : Littoral de l’Androy et Mahafaly


Projets: - De sécurité alimentaire basés sur la recherche et le développement des cultures vivrières
(sorgho, mil, cajanus, konoke,maïs, niébé, pois du cap, ricin, côco…)
- Agricoles spécialement pour la production de cultures de contre-saison (maïs,
patate douce) et des cultures maraîchères (haricot, courgette, pomme de terre,…)
- Mise en place d’un crédit spécial pour accompagner ce projet, de la phase de la production
jusqu’à la commercialisation.

Pour les interventions à moyen et à court terme

1. Relatives aux activités d'aide alimentaire et nutritionnelle

• Le recours au Vivres contre travail


Le SAP recommande, en fonction du niveau de difficulté des communes, la fourniture de vivres dans le cadre
d'activités de Vivres Contre Travail (VCT), Vivres Contre Formation (VCF), et Vivres Contre Environnement
(VCE). Ces interventions doivent avoir lieu dès le mois d’août dans les communes en D.A.A ou DA+ et, à partir
de septembre dans les communes en D.A et D.A.L.
Il convient de donner la priorité à des actions d’intérêt local, communal ou intercommunal et permettant
notamment le désenclavement, l'approvisionnent en eau, la préparation de la nouvelle campagne agricole ou la
préservation de l’environnement de la zone.

• L'extension des cantines scolaires


Le SAP propose une couverture totale des écoles au sein des communes classées en D.A.A, D.A et D.A.L
pendant la période de soudure.

• Le développement de structures type CRENA

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 19


Des structures de type CRENA (Centre de récupération nutritionnelle ambulatoire) sont vivement souhaitées
dans les communes en D.A et ce, dès le mois d’août pour les communes en DAA, permettant ainsi d'éviter une
dégradation de la situation nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans déjà malnutris.
Les personnes accompagnatrices doivent bénéficier, au même titre que les enfants, d’une alimentation cuite car
elles parcourent plusieurs kilomètres de distance pour se rendre aux centre. La prise en charge de leur
transport pourrait également être envisagée.

2. Relatives à la lute anti-acridienne

Le SAP recommande une intervention en relation avec les cycles de reproduction du criquet migrateur pour la
prochaine campagne dans toute l’aire grégarigène.

Cycles de reproduction du criquet migrateur

Octobre – novembre Décembre – janvier Février – avril Mai - septembre


1er production 2ème reproduction 3ème reproduction Reproduction
saison chaude Saison chaude Saison chaude Saison fraîche
Augmentation des Grégarisation fréquente Grégarisation possible Effectifs faibles
éffectifs

3. Propositions d'activités par district

Les études réalisées par le SAP, ainsi que les informations et données récupérées sur le terrain, ont permis de
mettre l'accent sur certaines activités conseillées suivant le district d'intervention.
Les voici retranscrites dans le tableau ci-dessous.

Districts activités
BETIOKY-SUD • Reboisement. (plantation de l’Hyphanea « satrana »)
• Amélioration de l’approvisionnement en eau potable dans les communes de Beheloka,
Ankazomanga-Ouest, Maroarivo, Tomboiny, Beantake, Masiaboay,)
• Réaménagement des canaux d’irrigation pour les communes de Tameantsoa, Beavoha
(rizicole).

AMPANIHY- • Formation des éleveurs sur la santé animale


OUEST.
• Plantation de « raketa » locales comme le « Raketan’osy », et « saonjo ».
• Amélioration de l’approvisionnement en eau potable dans les FKT situés sur le plateau
calcaire Mahafaly.
• Formation pour la redynamisation de la filière artisanale. Ex : tissus royaux pour la commune
d’Ankilizato et tapis mohair pour ce d’Ampanihy - Ouest par la promotion des chèvres
ANGORA.
• Plantation de l’ « Ipoméa » ou des « Lalanda » pour lutter contre l’avancement des dunes
vivantes

BELOHA • Formation sur l’amélioration des techniques de la pêche


TSIHOMBE
• Lutte contre l’avancement des dunes, surtout à Faux-Cap.
• Vulgarisation et sensibilisation des Foyers Améliorés pour lutter contre la déforestation
• Formation sur l'amélioration de l’aviculture.
• Plantation de cactus pour servir de fourrage
• Formation pour le développement de la filière artisanale (tissus royaux)
• Approvisionnement en eau pour l’homme et le bétail.

AMBOVOMBE. • Lutte contre l’avancement des dunes dans les communes littorales.
• Amélioration de l’approvisionnement en eau potable.
• Formation sur la plantation des arbres fruitiers.
AMBOASARY. • Formation sur l’amélioration de la reproduction animale (petit élevage).

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 20


• Amélioration de l’approvisionnement en eau potable.
• Protection l’avancement des dunes vivantes.
• Curage de canaux d’irrigation dans les communes rizicoles
• Reboisement pour la protection des bassins versants.

BEKILY • Formation sur la culture maraîchère.


• Curage de canaux d’irrigation dans les communes rizicoles
• Reboisement pour la protection des bassins versants.

Bulletin SAP n°142 Juin 2010 P. 21