Vous êtes sur la page 1sur 67

2015

PROJET D’OUVERTURE D’UNE CARRIERE DE GRANULATS


COMMUNE DE VILLELONGUE D’AUDE (11)

DOSSIER DE DEMANDE DE DEROGATION A L’INTERDICTION DE DESTRUCTION D’ESPECES FAUNISTIQUES PROTEGEES


L’AZURE DU SERPOLET – MACULINEA ARION

Pour le compte de la :
Société PATEBEX

AGENCE Languedoc-Roussillon
Green Park, Bât C

Introduction
149, ave du Golf
34 670 Baillargues www.naturalia-environnement.fr

0
Rapport remis-le :

15 avril 2015
Demandeur :

SARL PATEBEX
Route de Montréal
BP 32
11 150 Bram
 : 04 68 76 11 18
Etude réalisée par :

NATURALIA Environnement Sarl


Green Park, Bât C
149, ave du Golf
34 670 Baillargues
 : 04 67 57 30 80
www.naturalia-environnement.fr

Coordination et validation : Benjamin ALLEGRINI


Rédaction : Stéphane BERTHELOT
Relecture-Rédaction : Candice HUET
Expertise faunistique : Guillaume AUBIN / Stéphane BERTHELOT

Tableau de suivi des modifications :

Versions Dates Commentaires


Version provisoire 16/01/2015 Première diffusion à M Patebex et Hydrogéosphère (M F. Levard) – Chapitres I à III pour validation
Version provisoire pour
validation par le maître 23/02/2015 Diffusion à M Patebex et Hydrogéosphère (M F. Levard) – Chapitres I à X pour validation
d’ouvrage
Version provisoire pour
validation par le maître 16/03/2015 Diffusion à M Patebex et Hydrogéosphère (M F. Levard) – CNPN finalisé
d’ouvrage
Version provisoire pour
validation par le maître 20/03/2015 Diffusion à M Patebex et Hydrogéosphère (M F. Levard) – CNPN finalisé
d’ouvrage

Introduction
0
V.1. RESULTATS DES INVENTAIRES NATURALISTES ........................................................................................................................ 27

Sommaire V.1.1. Les habitats naturels ......................................................................................................................................... 27

V.1.2. La flore .............................................................................................................................................................. 30

V.1.3. La faune ............................................................................................................................................................ 30


I. INTRODUCTION............................................................................................................................................................ 6
V.1.4. Fonctionnalités et unités paysagères ................................................................................................................ 34
II. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ........................................................................................................................................ 6
V.1.5. Synthèse des enjeux écologiques ...................................................................................................................... 34
III. JUSTIFICATION ET PRESENTATION DU PROJET ............................................................................................................. 7
V.2. EVALUATION DES ENJEUX SUR L’AIRE D’ETUDE ...................................................................................................................... 35
III.1. LE DEMANDEUR................................................................................................................................................................7
V.3. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET ....................................................................................................................... 37
III.2. LOCALISATION GENERALE DU PROJET ....................................................................................................................................7
V.3.1. Evaluation des impacts bruts du projet sur les habitats et la flore ................................................................... 37
III.3. PRESENTATION DU PROJET................................................................................................................................................10
V.3.2. Evaluation des impacts bruts du projet sur la faune......................................................................................... 37
III.3.1. Historique du projet ..........................................................................................................................................10
V.4. SYNTHESE DES EFFETS CUMULES ........................................................................................................................................ 38
III.3.2. Cadre du projet .................................................................................................................................................10
VI. MESURES D’INSERTION .......................................................................................................................................... 38
III.3.3. Fonctionnement général de l’exploitation ........................................................................................................10
VI.1. TYPOLOGIE DES MESURES ................................................................................................................................................. 38
III.3.4. Elements de détail du projet .............................................................................................................................11
VI.1.1. Les mesures d’évitement .................................................................................................................................. 38
III.3.5. Phasage des travaux .........................................................................................................................................12
VI.1.2. Les mesures de réduction.................................................................................................................................. 38
III.3.6. Contraintes du projet ........................................................................................................................................20
VI.2. MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES POUR LE PROJET DE CARRIERE ....................................................................................... 38
III.4. ELIGIBILITE DU PROJET A UNE DEMANDE DE DEROGATION .......................................................................................................20
VI.2.1. Présentation synthétique des mesures d’atténuation proposées ..................................................................... 38
III.5. RAPPEL DES ETUDES PREALABLES........................................................................................................................................20
VI.2.2. Mesures d’évitement ........................................................................................................................................ 39
III.5.1. Evaluation des incidences du projet sur les sites Natura 2000 .........................................................................20
VI.2.3. Mesures de réduction ....................................................................................................................................... 39
III.5.2. Volet milieu naturel de l’étude d’impact ...........................................................................................................20
VI.2.4. Mesures d‘accompagnement ........................................................................................................................... 42
III.5.3. Autres procédures nécessaires ..........................................................................................................................20
VII. EVALUATION DES IMPACTS RESIDUELS SUR LES ESPECES A ENJEUX ....................................................................... 43
IV. CONTEXTE ECOLOGIQUE DU PROJET...................................................................................................................... 21
VIII. OBJET DE LA SAISINE DE LA COMMISSION DU CNPN .............................................................................................. 46
IV.1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ...............................................................................................................................................21
VIII.1. ESPECES FLORISTIQUES CONCERNEES PAR LA DEMANDE ...................................................................................................... 46
IV.2. PRESENTATION DE L’AIRE D’ETUDE .....................................................................................................................................21
VIII.2. ESPECES FAUNISTIQUES CONCERNEES PAR LA DEMANDE ..................................................................................................... 46
IV.3. BILAN DES PERIMETRES D’INTERET ECOLOGIQUE....................................................................................................................21
IX. PRESENTATION DES ESPECES FAUNISTIQUES FAISANT L’OBJET DE LA DEMANDE DE DEROGATION ........................... 47
IV.3.1. Périmètres d’inventaires ...................................................................................................................................21
IX.1. LES ESPECES PATRIMONIALES ............................................................................................................................................ 47
IV.3.2. Périmètres contractuels du réseau Natura 2000 ..............................................................................................21
IX.2. LES AUTRES ESPECES FAUNISTIQUES .................................................................................................................................... 50
IV.4. METHODOLOGIE EMPLOYEE ..............................................................................................................................................24
X. MESURES COMPENSATOIRES ..................................................................................................................................... 51
IV.4.1. Bibliographie et consultation ............................................................................................................................24
X.1. SURFACES, ESPECES ET EFFECTIFS VISES PAR LA COMPENSATION ............................................................................................... 51
IV.4.2. Calendrier des prospections / Effort d’échantillonnage ....................................................................................24
X.2.1. Modalités de compensation.............................................................................................................................. 51
IV.4.3. Inventaires et cartographie des habitats ..........................................................................................................24
X.2.2. La valeur patrimoniale intrinsèque des espèces ............................................................................................... 51
IV.4.4. Inventaires faune / flore....................................................................................................................................24
X.2.3. L’état de conservation des populations d’espèces ............................................................................................ 52
IV.5. EVALUATION DES ENJEUX SUR L’AIRE D’ETUDE ......................................................................................................................25
X.2.4. Détermination du ratio de compensation ......................................................................................................... 52
IV.6. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET SUR LES ESPECES PROTEGEES .................................................................................25
X.2.5. Pondération selon la mesure de compensation prévue .................................................................................... 53

Introduction
V. BILAN DES INVENTAIRES ............................................................................................................................................ 27
X.3. PRESENTATION DES RATIOS POUR LES ESPECES CONCERNEES.................................................................................................... 54

1
X.4. SCENARIOS COMPENSATOIRES ETUDIES ...............................................................................................................................55 FIGURE 22 : METHODOLOGIE D’INVENTAIRE : PARCOURS SEMI-ALEATOIRES REALISES PAR NATURALIA LE 25/07/2013 (FONDS CARTOGRAPHIQUES,
IGN SCAN25©) ..................................................................................................................................................................... 25
X.5. MESURE COMPENSATOIRE RETENUE ...................................................................................................................................57
FIGURE 23 : CARTOGRAPHIE DES HABITATS NATURELS SUR LE SITE D’ETUDE (SOURCE SOLDANELLE) .............................................................. 28
X.5.1. C1 : Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe FIGURE 24 : LOCALISATION DE LA RAINETTE MERIDIONALE RECENSEE A PROXIMITE DU PROJET DE CARRIERE (SOURCE NATURALIA) ......................... 31
Maculinea/Myrmica/Origanum .........................................................................................................................................57 FIGURE 25 : LOCALISATION D’HABITAT FAVORABLE A L’AZURE DU SERPOLET SUR LA ZONE D’ETUDE (SOLDANELLE, JUILLET 2012) .......................... 32
X.5.2. Suivi de réussite de la mesure de compensation...............................................................................................60 FIGURE 26 : LOCALISATION DES SECTEURS D’INTERET POUR L’AZURE DU SERPOLET EN FONCTION DES OBSERVATIONS EFFECTUEES - NATURALIA........ 33
FIGURE 27 : CARTOGRAPHIE DES UNITES PAYSAGERES DANS LESQUELLES S'INSCRIT LE SITE D’ETUDE - NATURALIA ................................................ 34
X.5.3. C2 : suivi de l’état de conservation de la population de Maculinea du site ......................................................60 FIGURE 28 : NIVEAUX D’ENJEUX ECOLOGIQUES SUR LA ZONE D’ETUDE (SOLDANELLE, JUILLET 2012) ................................................................ 34
X.5.4. C3 : suivi des communautés de fourmis (Myrmica) du site ...............................................................................60 FIGURE 29 : SCHEMA DE PRINCIPE – EXEMPLE DE LOCALISATION ET FONCTIONNEMENT BARRIERE (NATURALIA, 2013) ........................................ 42
FIGURE 30 : EXTRAIT CARTE HYDROGEOSPHERE (2014) - ZONE D'EXPLOITATION ......................................................................................... 42
X.5.5. Synthèse et coût des suivis ................................................................................................................................62
FIGURE 31 : DISTRIBUTION FRANÇAISE DE L’AZURE DU SERPOLET - SOURCE : LEPINET, 2013 ........................................................................ 48
X.6. LISTE DES ESPECES BENEFICIANT DE LA MESURE COMPENSATOIRE .............................................................................................62 FIGURE 32 : DISTRIBUTION DE L'ESPECE EN LR SELON LE PRA MACULINEA (2011) ET L'ATLAS DES RHOPALOCERES DE LR (2013) ........................ 48
FIGURE 33 : DISTRIBUTION DE L'ESPECE FOCALISEE DANS L'AUDE (SOURCE : ATLAS DES RHOPALOCERES DE LR) .................................................. 48
XII. CHIFFRAGE TOTAL DES MESURES ........................................................................................................................... 63
FIGURE 34 : FEMELLE D’AZURE DU SERPOLET EN PONTE ET GROS PLAN SUR UN ŒUF ECLOS (PHOTO IN SITU, G. AUBIN/NATURALIA) ...................... 49
XIII. CONCLUSION ......................................................................................................................................................... 63 FIGURE 35 : HABITAT DE LISIERE FAVORABLE A L’ESPECE ET MICRO-HABITAT DENSE EN ORIGAN, IN SITU (G. AUBIN/NATURALIA) ........................... 49
FIGURE 36 : EXEMPLE DE TRANSECTS POSSIBLES (ROUGE) ........................................................................................................................ 60
FIGURE 37 : EXEMPLE DE TRANSECTS D'APPATS ...................................................................................................................................... 61
Table des illustrations FIGURE 38 : MYRMICA AUTOUR D'UN APPAT TYPE (SOURCE : PROTOCOLE MYRMICA POUR PNA MACULINEA) ................................................. 61
FIGURE 39 : POINTS D’ECOUTE AVIFAUNE (SOLDANELLE) ; 1 : AMBIANCE FORESTIERE, 2 : PREMIERE PELOUSE, 3 : DEUXIEME PELOUSE................... 65
FIGURE 1 : LOCALISATION DU PROJET SUR LA COMMUNE DE VILLELONGUE D'AUDE .........................................................................................8
FIGURE 2 : LOCALISATION DES DEUX ZONES D’EXPLOITATION DES MATERIAUX PREVUES (SOURCE HYDROGEOSPHERE) ............................................9
FIGURE 3 : CHEMINS D’ACCES A L’EXPLOITATION (SOURCE HYDROGEOSPHERE) ..............................................................................................9 TABLEAU 1 : CARACTERISTIQUES DU PROJET EN TERMES DE SUPERFICIES ET DE GISEMENTS (2014, HYDROGEOSPHERE)........................................ 11
FIGURE 4 : COUPE TRANSVERSALE D’UN GISEMENT INEXPLOITE, PRINCIPE (THESE, MARTAUD).........................................................................10 TABLEAU 2 : PHASAGE DES TRAVAUX SUR LES 5 ANNEES D’EXPLOITATION (2014, HYDROGEOSPHERE) .............................................................. 13
FIGURE 5 : LOCALISATION DES DEUX ZONES D’EXTRACTION (2014, HYDROGEOSPHERE) .................................................................................11 TABLEAU 3 : BILAN DES PERIMETRES D'INVENTAIRES SITUES AUX ENVIRONS DU PROJET .................................................................................. 21
FIGURE 6 : PISTES ET ACCES AU SITE D’EXPLOITATION (2014, HYDROGEOSPHERE).........................................................................................11 TABLEAU 4 : BILAN DES SITES NATURA 2000 SITUES AUX ENVIRONS DU PROJET ........................................................................................... 21
FIGURE 7 : STOCKAGE DE LA DECOUVERTE DES TERRAINS 1 A 4 (2014, HYDROGEOSPHERE) ............................................................................12 TABLEAU 5 : CALENDRIER DES PROSPECTIONS NATURALISTES .................................................................................................................... 24
FIGURE 8 : ZONAGES DE L'EXPLOITATION (2014, HYDROGEOSPHERE) ........................................................................................................12 TABLEAU 6 : EVALUATION DES ENJEUX ECOLOGIQUES SUR L’AIRE D’ETUDE – LEGENDE : DET. : DETERMINANTE ZNIEFF / N2000 : NATURA 2000 .. 36
FIGURES 9 : PROJET + 1 AN D’EXPLOITATION / PROJET + 1 AN REHABILITE (2014, HYDROGEOSPHERE) .............................................................15 TABLEAU 7 : IMPACTS BRUTS SUR LES HABITATS ET LA FLORE ..................................................................................................................... 37
FIGURE 10 : COUPES TRANSVERSALES P + 1 AN (JANVIER 2014, HYDROGEOSPHERE) ....................................................................................15 TABLEAU 8 : BILAN DES IMPACTS BRUTS DU PROJET SUR LES ESPECES PROTEGEES .......................................................................................... 38
FIGURE 11 : PROJET + 2 AN D’EXPLOITATION / PROJET + 2 AN REHABILITE (2014, HYDROGEOSPHERE).............................................................16 TABLEAU 9 : SYNTHESE DES MESURES D’EVITEMENT ET DE REDUCTION PROPOSEES........................................................................................ 38
FIGURE 12 : COUPES TRANSVERSALES P + 2 AN (JANVIER 2014, HYDROGEOSPHERE) ....................................................................................16 TABLEAU 10 : ESPECES CONCERNEES PAR LA DEMANDE DE DEROGATION ..................................................................................................... 46
FIGURE 13 : PROJET + 3 AN D’EXPLOITATION / PROJET + 3 AN REHABILITE (2014, HYDROGEOSPHERE).............................................................17 TABLEAU 11 : AUTRES ESPECES FAUNISTIQUES CONCERNEES PAR LA DEMANDE DE DEROGATION / LEGENDE : NAT : REPARTITION NATIONALE / REG OU
FIGURE 14 : COUPES TRANSVERSALES P + 3 AN (JANVIER 2014, HYDROGEOSPHERE) ....................................................................................17 DEPT : REPARTITION REGIONALE OU DEPARTEMENTALE / LOC : REPARTITION LOCALE ............................................................................ 50

FIGURE 15 : PROJET + 4 AN D’EXPLOITATION / PROJET + 4 AN REHABILITE (2014, HYDROGEOSPHERE).............................................................18 TABLEAU 12 : LISTE DES ESPECES PATRIMONIALES IMPACTEES ET CHOIX DES ESPECES PORTANT LES MESURES COMPENSATOIRES BENEFIQUES A
FIGURE 16 : COUPES TRANSVERSALES P + 4 AN (JANVIER 2014, HYDROGEOSPHERE) ....................................................................................18 L’ENSEMBLE DES CORTEGES FAUNISTIQUES ET FLORISTIQUES PRESENTS SUR L’AIRE D’ETUDE.................................................................... 51

FIGURE 17 : PROJET + 5 AN D’EXPLOITATION / PROJET + 5 AN REHABILITE (2014, HYDROGEOSPHERE).............................................................19 TABLEAU 13 : SYNTHESE DES RATIOS POUR LES ESPECES AYANT UN IMPACT RESIDUEL (NON NEGLIGEABLE) APRES MISE EN PLACE DES MESURES
FIGURE 18 : COUPES TRANSVERSALES P + 5 AN (JANVIER 2014, HYDROGEOSPHERE) ....................................................................................19 D'INSERTION........................................................................................................................................................................... 54

FIGURE 19 : LOCALISATION DES PERIMETRES ZNIEFF A PROXIMITE DE L’AIRE D’ETUDE ...................................................................................22 TABLEAU 14 : LISTE DES ESPECES BENEFICIANT EGALEMENT DE LA MESURE COMPENSATOIRE........................................................................... 62
FIGURE 20 : LOCALISATION DES PERIMETRES NATURA 2000 A PROXIMITE DE L'AIRE D'ETUDE..........................................................................23
FIGURE 21 : LOCALISATION DES POINTS D’ECOUTE SUR LA ZONE D’ETUDE (SOLDANELLE, JUILLET 2012) ............................................................24

Introduction
2
Résumé non technique
Chapitre Descriptif

Contexte Suite à la présence d’une espèce d’insecte protégée l’Azuré du serpolet Maculinea arion sur la zone d’emprise prévue de l’extraction, un dossier de demande de dérogation à la destruction d’espèces protégées suivant l’article L411-2 modifié par la loi Grenelle II de
réglementaire juillet 2010 a été requis par la DREAL LR afin de préciser les enjeux de conservation pesant sur cette espèce animale et de proposer des mesures d’évitement, de réduction, voire de compensation.

Le demandeur Entreprise PATEBEX

Ce projet d’exploitation de carrière se trouve dans le département de l’Aude (11). La zone concernée se situe au nord-ouest
de la commune de Villelongue-d’Aude et s’étend sur environ 800 mètres à l’ouest du lieu-dit Le Cassé Haut pour une surface
approximative de 10 hectares. Ce projet s’inscrit essentiellement dans une région naturelle à tendance bocagère partagée
entre les cultures, les prairies, les friches et les forêts méditerranéennes de chênes. L’aire d’étude longe le cours d’eau Le
Blau et se trouve au niveau d’anciennes terrasses alluviales (d’un ancien cours d’eau).
Présentation du
projet et de son L’objectif du projet est d’implanter une carrière d’exploitation du sous-sol alluvionnaire de la zone d’étude.
contexte
L’aire d’étude s’inscrit au niveau de l’étage de végétation méso-méditerranéen sur un substrat calcaire. Elle est principalement
écologique
composée d’une pelouse sèche calcicole présentant des espèces de friches, on y retrouve également en moindre mesure
quelques boisements de chênes pubescents, des frênes en reconquête du milieu ouvert et des plantations de feuillus.
Le secteur envisagé pour l’aménagement de la carrière n’est pas directement concerné par un périmètre de protection
réglementaire. Seules deux ZNIEFF de type 1 se trouvent à moins de 5 kilomètres du périmètre de l’étude.

Protection Répartition de
Espèce
et niveau l’espèce au Impacts résiduels Mesures d’atténuation et compensatoires appliquées à l’espèce Localisation des mesures
considérée
d’enjeu sein du projet
ENTOMOFAUNE

Mesures d’évitement :
- Réduction des emprises des zones d’extraction
Mesures de réduction :
- Calendrier d’exécution des travaux cohérent avec les enjeux écologiques recensés
Objet de la Destruction
A la faveur des - Accompagnement écologique du chantier
saisine d’individus et atteinte - Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt
prairies et
Protection à une population écologique - Zone de projet (mesures de réduction et d’évitement)
Azuré du lisières
nationale Destruction et - Phasage de l’exploitation de la carrière - Parcelles connexes ou proches (compensation)
serpolet forestières
Enjeu fort dégradation d’habitat - Gestion des risques de pollution
riches en
Origan d’espèce - Lutte contre les espèces végétales invasives
Mesures de compensation :
- Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe
Maculinea/Myrmica/Origanum
- Suivi de la population d’Azuré du serpolet
- Suivi de la colonisation des espèces de Myrmica (hôte de l’Azuré du serpolet)

Introduction
3
REPTILES

Mesures d’évitement :
- Réduction des emprises des zones d’extraction
Mesures de réduction :
- Calendrier d’exécution des travaux cohérent avec les enjeux écologiques recensés
Protection - Accompagnement écologique du chantier
nationale Prairie, - Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt - Zone de projet (mesures de réduction et d’évitement)
Couleuvre de Destruction
Enjeu pierriers, écologique - Parcelles connexes ou proches (compensation)
Montpellier d’individus
régional fourrés - Phasage de l’exploitation de la carrière
modéré - Gestion des risques de pollution
- Lutte contre les espèces végétales invasives
- Création de micro-habitats pour la petite faune avant travaux
Mesures de compensation :
- Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe
Maculinea/Myrmica/Origanum

Objet de la Mesures d’évitement :


saisine - Réduction des emprises des zones d’extraction
Mesures de réduction :
- Calendrier d’exécution des travaux cohérent avec les enjeux écologiques recensés
Destruction - Accompagnement écologique du chantier
Protection
d’individus - Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt
nationale Prairie, - Zone de projet (mesures de réduction et d’évitement)
Lézard vert Enjeu pierriers, Destruction et écologique - Parcelles connexes ou proches (compensation)
régional fourrés dégradation d’habitat - Phasage de l’exploitation de la carrière
faible d’espèce - Gestion des risques de pollution
- Lutte contre les espèces végétales invasives
- Création de micro-habitats pour la petite faune avant travaux
Mesures de compensation :
- Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe
Maculinea/Myrmica/Origanum

AVIFAUNE

Mesures d’évitement :
- Réduction des emprises des zones d’extraction
Mesures de réduction :
- Calendrier d’exécution des travaux cohérent avec les enjeux écologiques recensés
Protection - Accompagnement écologique du chantier
nationale Destruction et - Zone de projet (mesures de réduction et d’évitement)
Prairie, - Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt
Alouette lulu Enjeu dégradation d’habitat - Parcelles connexes ou proches (compensation)
agrosystèmes écologique
régional d’espèce
- Phasage de l’exploitation de la carrière
faible - Gestion des risques de pollution
- Lutte contre les espèces végétales invasives
Mesures de compensation :
- Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe
Maculinea/Myrmica/Origanum

Introduction
4
Mesures d’évitement :
- Réduction des emprises des zones d’extraction
Mesures de réduction :
- Calendrier d’exécution des travaux cohérent avec les enjeux écologiques recensés
Protection - Accompagnement écologique du chantier
nationale Fourrés, Destruction et - Zone de projet (mesures de réduction et d’évitement)
- Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt
Tarier pâtre Enjeu prairie, dégradation d’habitat - Parcelles connexes ou proches (compensation)
écologique
régional agrosystèmes d’espèce
- Phasage de l’exploitation de la carrière
faible - Gestion des risques de pollution
- Lutte contre les espèces végétales invasives
Mesures de compensation :
- Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe
Maculinea/Myrmica/Origanum

Introduction
5
I. INTRODUCTION Code de l’environnement :
La SARL PATEBEX a décidé d’étudier la possibilité de créer une carrière d’exploitation d’alluvions le long du ruisseau Le Blau sur la
commune de Villelongue d’Aude (11).
Article L411-1
La zone d’emprise prévue se situe à l’ouest du lieu-dit Le Cassé haut et s’étend sur une surface d’environ 10 hectares et une distance
Modifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 124
d’environ 800 mètres longeant le cours d’eau Le Blau.
I. - Lorsqu'un intérêt scientifique particulier ou que les nécessités de la préservation du patrimoine naturel justifient la conservation de sites
Au cours des inventaires naturalistes effectués, la présence d’une espèce faunistique protégée a été mise en évidence. Ainsi le projet d'intérêt géologique, d'habitats naturels, d'espèces animales non domestiques ou végétales non cultivées et de leurs habitats, sont
provoquera la destruction directe d’individus et de surface d’habitat de reproduction de cette espèce. L’Azuré du serpolet Maculinea arion interdits :
est une espèce de papillon de jour (lépidoptère rhopalocère) protégée nationalement et dont les espèces de son genre (Maculinea)
1° La destruction ou l'enlèvement des œufs ou des nids, la mutilation, la destruction, la capture ou l'enlèvement, la perturbation
bénéficie d’un Plan National d’Action (PNA).
intentionnelle, la naturalisation d'animaux de ces espèces ou, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation,
La persistance après application de mesures d’atténuation, d’impacts résiduels sur cette espèce motive donc la demande de dérogation à leur détention, leur mise en vente, leur vente ou leur achat ;
l’interdiction de destruction d’espèce protégée, au titre de l’article L. 411-2 du Code de l’Environnement. 2° La destruction, la coupe, la mutilation, l'arrachage, la cueillette ou l'enlèvement de végétaux de ces espèces, de leurs fructifications ou
Le présent dossier a donc pour objectif de présenter : de toute autre forme prise par ces espèces au cours de leur cycle biologique, leur transport, leur colportage, leur utilisation, leur mise en
vente, leur vente ou leur achat, la détention de spécimens prélevés dans le milieu naturel ;
- la justification de l’intérêt du projet,
3° La destruction, l'altération ou la dégradation de ces habitats naturels ou de ces habitats d'espèces ;
- l’état des connaissances sur les populations locales de l’espèce protégée (effectifs, distribution) impactée par le projet,
- les mesures d’insertion appropriées pour éviter, supprimer ou réduire les impacts liés à la réalisation du chantier, 4° La destruction, l'altération ou la dégradation des sites d'intérêt géologique, notamment les cavités souterraines naturelles ou artificielles,
- la définition de mesures de compensation ainsi que leurs modalités d’application. ainsi que le prélèvement, la destruction ou la dégradation de fossiles, minéraux et concrétions présents sur ces sites.
II. - Les interdictions de détention édictées en application du 1°, du 2° ou du 4° du I ne portent pas sur les spécimens détenus
régulièrement lors de l'entrée en vigueur de l'interdiction relative à l'espèce à laquelle ils appartiennent.
De manière récurrente dans ce dossier, les éléments fondamentaux des études réalisées au préalable sont repris soit sous forme telle
quelle, soit reformulés et mis à jour. Les études sont citées en bibliographie à la fin de ce rapport.
Article L411-2
Modifié par LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 124
II. CONTEXTE REGLEMENTAIRE Un décret en Conseil d'Etat détermine les conditions dans lesquelles sont fixées :
Sur le territoire national, de nombreuses espèces bénéficient d’une protection nationale. La liste de ces espèces a été fixée par divers 1° La liste limitative des habitats naturels, des espèces animales non domestiques ou végétales non cultivées ainsi que des sites d'intérêt
arrêtés : géologique, y compris des types de cavités souterraines, ainsi protégés ;
2° La durée et les modalités de mise en œuvre des interdictions prises en application du I de l'article L. 411-1 ;
 Arrêté modifié du 20 janvier 1982 relatif à la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire (dernière 3° La partie du territoire national sur laquelle elles s'appliquent, qui peut comprendre le domaine public maritime, les eaux intérieures et la
modification en date du 31 août 1995) ; mer territoriale ;
 Arrêté du 12 février 1982 relatif à la liste des poissons protégés sur l’ensemble du territoire (dernière modification en date du 8
4° La délivrance de dérogation aux interdictions mentionnées aux 1°, 2° et 3° de l'article L. 411-1, à condition qu'il n'existe pas d'autre
décembre 1988) ;
solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations des espèces
 Arrêté du 23 avril2007 relatif à la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire (dernière modification en concernées dans leur aire de répartition naturelle :
date du 7 octobre 2012) ;
a) Dans l'intérêt de la protection de la faune et de la flore sauvages et de la conservation des habitats naturels ;
 Arrêté du 17 avril 1981 relatif à la liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire (dernière modification en date du 29
octobre 2009) ; b) Pour prévenir des dommages importants notamment aux cultures, à l'élevage, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et à d'autres formes
 Arrêté du 22 juillet 1993 du relatif à la liste des insectes protégés sur l'ensemble du territoire (dernière modification en date du de propriété ;
23avril 2007) ; c) Dans l'intérêt de la santé et de la sécurité publiques ou pour d'autres raisons impératives d'intérêt public majeur, y compris de nature
 Arrêté du 22 juillet 1993 relatif à la liste des reptiles et amphibiens protégés sur l’ensemble du territoire (dernière modification en sociale ou économique, et pour des motifs qui comporteraient des conséquences bénéfiques primordiales pour l'environnement ;
date du 19 novembre 2007) ; d) A des fins de recherche et d'éducation, de repeuplement et de réintroduction de ces espèces et pour des opérations de reproduction
 Arrêté du 23 avril 2007 relatif aux listes des mollusques protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection. nécessaires à ces fins, y compris la propagation artificielle des plantes ;
e) Pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées, d'une manière sélective et dans une mesure limitée, la prise ou la détention
Leur destruction, leur perturbation ou encore leur détention est interdite (article L411-1 du Code de l’Environnement). d'un nombre limité et spécifié de certains spécimens ;

Toutefois une dérogation peut être obtenue, après avis du Conseil National de Protection de la Nature, lorsqu’il n’existe aucune alternative. 5° La réglementation de la recherche, de la poursuite et de l'approche, en vue de la prise de vues ou de son, et notamment de la chasse
photographique des animaux de toutes espèces et les zones dans lesquelles s'applique cette réglementation, ainsi que des espèces

Introduction
protégées en dehors de ces zones ;

6
6° Les règles que doivent respecter les établissements autorisés à détenir ou élever hors du milieu naturel des spécimens d'espèces
mentionnés au 1° ou au 2° du I de l'article L. 411-1 à des fins de conservation et de reproduction de ces espèces ;
III. JUSTIFICATION ET PRESENTATION DU PROJET
7° Les mesures conservatoires propres à éviter l'altération, la dégradation ou la destruction des sites d'intérêt géologique mentionnés au 1° III.1. LE DEMANDEUR
et la délivrance des autorisations exceptionnelles de prélèvement de fossiles, minéraux et concrétions à des fins scientifiques ou
d'enseignement. Le porteur de projet est la société PATEBEX. Cette entreprise est spécialisée dans la production de bétons et de granulats (roulés et
concassés). Implantée depuis les années 60 dans différentes communes de l’ouest Audois, cette société couvre les fournitures de la
construction individuelle jusqu’aux grands chantiers de travaux publics.
Arrêté du 19 février 2007 fixant les conditions de demande et d'instruction des dérogations définies au 4° de l'article SARL PATEBEX
L. 411-2 du code de l'environnement portant sur des espèces de faune et de flore sauvages protégées Route de Montréal
BP 32
Article 2 11 150 Bram
La demande de dérogation est, sauf exception mentionnée à l'article 6, adressée, en trois exemplaires, au préfet du département du lieu de  : 04.68.76.11.18
réalisation de l'opération. Elle comprend : SIRET 631 950 011 00041
- Les nom et prénoms, l'adresse, la qualification et la nature des activités du demandeur ou, pour une personne morale, sa
dénomination, les noms, prénoms et qualification de son représentant, son adresse et la nature de ses activités
Cette entreprise exploite plusieurs sites à la fois ce qui lui permet de proposer différents matériaux simultanément sur le marché. Les
- La description, en fonction de la nature de l'opération projetée :
antennes sont situées à Bram, Cournanel (Limoux), Carcassonne, Castelnaudary, Alzonne Roquetaillade et Saint-Martin de Villeréglan.
- du programme d'activité dans lequel s'inscrit la demande, de sa finalité et de son objectif ;
- des espèces (nom scientifique et nom commun) concernées ;
- du nombre et du sexe des spécimens de chacune des espèces faisant l'objet de la demande ; III.2. LOCALISATION GENERALE DU PROJET
- de la période ou des dates d'intervention ;
Villelongue-d’Aude se trouve à une dizaine de kilomètres de Limoux dans les prés-reliefs pyrénéens. Le secteur visé par le projet est situé
- des lieux d'intervention ;
au nord de la commune de Villelongue-d’Aude, à l’ouest du lieu-dit le Cassé Haut et longe le ruisseau le Blau. On y retrouve des milieux
- s'il y a lieu, des mesures d'atténuation ou de compensation mises en œuvre, ayant des conséquences bénéfiques pour les
naturels à semi-naturels composés majoritairement de prairies avec vestiges de friche.
espèces concernées ;
- de la qualification des personnes amenées à intervenir ; Le projet d’extraction consiste en l’exploitation des alluvions minéraux souterrains de la zone et concerne les parcelles cadastrales 844,
- du protocole des interventions : modalités techniques, modalités d'enregistrement des données obtenues ; 212 et 213. Mr Parrot, le propriétaire de ces parcelles ainsi que de l’habitation qui se trouve en lien direct est favorable au projet.
- des modalités de compte rendu des interventions.
Les terrains seront exploités par foretage, c’est-à-dire qu’il y aura location des terrains par un contrat dont la rémunération est basée sur le
prix à la tonne extraite, variable selon les années.
Article 3 Les cartes présentées ci-après localisent le projet.
Modifié par Arrêté du 28 mai 2009 - art. 2
La décision est prise après avis du Conseil national de la protection de la nature, sauf pour :
1° les dérogations aux interdictions de détention, d'utilisation ou de transport, à d'autres fins qu'une introduction dans la nature, d'animaux
vivants d'espèces protégées, hébergés ou à héberger :
• soit dans des établissements autorisés en application de l'article L. 413-3 du code de l'environnement ;
• soit par des personnes bénéficiant d'une autorisation préfectorale de détention, délivrée en application de l'article L.
412-1 du code de l'environnement.
2° les dérogations aux interdictions de détention, de transport ou d'utilisation d'animaux naturalisés d'espèces protégées ;
3° Les dérogations délivrées dans les conditions et les limites fixées, après avis du Conseil national de la protection de la nature, par arrêté
conjoint des ministres chargés de la protection de la nature, de l'agriculture, et le cas échéant, des pêches maritimes, conformément à
l'article R. 411-13 du code de l'environnement.
Aux fins de consultation du Conseil national de la protection de la nature, deux copies de la demande sont adressées par le préfet au

Justification et présentation du projet


ministère chargé de la protection de la nature.
A l'exception des décisions relatives à des transports entre établissements ou personnes autorisés à détenir des animaux d'espèces non
domestiques, les décisions sont publiées au recueil des actes administratifs du département.

7
Justification et présentation du projet
Figure 1 : localisation du projet sur la commune de Villelongue d'Aude

8
Figure 3 : chemins d’accès à l’exploitation (Source Hydrogéosphère)

Figure 2 : localisation des deux zones d’exploitation des matériaux prévues (Source Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


9
III.3.2.3. LA FIN DE L’EXPLOITATION ET LA REMISE EN ETAT
III.3. PRESENTATION DU PROJET
La remise en état du site est réfléchie de façon très précise avant l’exploitation car ses détails doivent être précisés dans l’étude d’impact.
III.3.1. HISTORIQUE DU PROJET Au moins 6 mois avant la date d’expiration de l’autorisation, l’exploitant doit déposer en préfecture une déclaration de fin de travaux, le
Préfet désigne alors un inspecteur des ICPE qui procédera à une visite du site et qui, si la situation est jugée convenable, dressera un
Dans le cadre d’un projet d’ouverture de carrière sur la commune de Villelongue d’Aude, l’entreprise PATEBEX a missionné le bureau procès-verbal de recollement.
d’étude SOLDANELLE en 2012 pour réaliser un diagnostic écologique sur la zone d’emprise du projet. Cette zone est située au nord-ouest du
village au niveau du lieu-dit « le Cassé haut ». La surface d’emprise concernée est de 10 ha entre la rivière le Blau et les collines du
Bousquet.
III.3.3. FONCTIONNEMENT GENERAL DE L’EXPLOITATION
Les inventaires de SOLDANELLES ne devaient initialement concerner que les habitats, la flore et la faune vertébrée. Toutefois les naturalistes
de l’équipe ont mis en évidence la présence de l’Azuré du serpolet Maculinea arion, papillon protégé au niveau national. Ces inventaires La production de granulats peut se décomposer en deux grandes principales opérations que sont l’extraction et le traitement. Entre ces
n’étant pas compris dans leur prestation, une simple note en fin de document a concerné cette espèce et attiré le maître d’ouvrage sur les deux phases principales, une étape intermédiaire pouvant être nommée « chargement et transport » permet l’acheminement depuis la zone
implications réglementaires de la présence de cette espèce sur la zone du projet. d’extraction jusqu’à l’installation de traitement. La carrière de Villelongue d’Aude n’assurera que les phases d’extraction et de
NATURALIA a donc été missionné en 2013 pour réaliser des inventaires complémentaires dans le cadre de l’élaboration d’un rapport de chargement/transport.
demande de dérogation à l’interdiction de destruction d’espèce protégée. La présence de l’espèce protégée a bien été confirmée et sa
répartition précisée. Les effectifs et les habitats de l’espèce ont ainsi pu être mieux appréhendés. III.3.3.1. L’EXTRACTION
La première opération consiste à décaper les terres inexploitables situées au-dessus des niveaux à exploiter : il s’agit principalement des
terres végétales (épaisseur moyenne de 40 cm) et des roches très altérées ou « stériles de découverte». La terre végétale et les stériles
III.3.2. CADRE DU PROJET sont transportés et stockés sur site sous forme de merlon, en attente d’être réutilisés lors du réaménagement du site à la fin de
l’exploitation du gisement.
Une carrière est une zone d’où sont extraits différents matériaux non métalliques ou carbonifères (pierres, sables, graviers…). Elle exploite
des roches meubles (éboulis, alluvions) ou massives (roches consolidées sédimentaires, éruptives ou métamorphiques). La distinction
entre mine et carrière tient à la nature du matériau extrait (stratégique ou précieux pour la mine, de moindre valeur pour la carrière).
Selon l'Union nationale des producteurs de granulats (UNPG), la France compterait en 2010 environ 2 700 carrières de granulats (produits
meubles d'origine alluvionnaire ou fabriqués sur place en broyant la roche mère). Elles couvrent environ 0,02 % du territoire, produisant
autour de 6,8 t/habitant. Plus de la moitié (55 %) des granulats viennent de carrières de roches massives.
Une moyenne d’environ 1 million de tonnes (20 kg par personne) de sables et graviers sont ainsi produits chaque jour. Les travaux publics
sont les premiers consommateurs avec en France 408 millions de tonnes de granulats et roche extraits en 2004 par 1770 entreprises sur Figure 4 : coupe transversale d’un gisement inexploité, principe (Thèse, Martaud)
environ 4 000 sites (carrières de roches meubles ou massives).
L'UNICEM constate une diminution du nombre de carrières et d’entreprises dans les dernières décennies, au profit d'activités de
recyclages notamment. Une fois le gisement « mis à nu », la phase d’extraction commence. L'extraction des matériaux meubles peut se faire directement par
l'intermédiaire d'engins traditionnels de travaux publics tels que pelles ou chargeurs. L’extraction s’effectuera par le haut, on parlera alors
Comme toute activité industrielle, l’industrie des carrières va générer des impacts sur le milieu environnant. Ces effets pouvant être directs d’extraction « en fouille».
ou indirects, temporaires ou permanents, négatifs ou positifs. En outre, les pressions exercées vont être de nature et d’importances
variables en fonction du type d’exploitation, de sa configuration et de son environnement de proximité. Le présent chapitre vise à présenter Sur le site, deux zones d’extractions de granulats alluvionnaires ont été définies, une partie à l’est des terrains (13 500 m3 de granulats
les différentes étapes d’une carrière et à définir les différents impacts occasionnés au cours de chacune d’entre elles. sous 5 300 m3 de stériles) une seconde à l’ouest (61 700 m3 sous 18 000 m3 de stériles). Ces zones ont été choisies d’une part pour leur
forte concentration en granulats mais aussi car elles représentent une faible capacité d’accueil pour l’Azuré du serpolet.
III.3.2.1. DU PROJET A L’OUVERTURE DU SITE
Selon le principe d'un développement durable, l’ouverture d’une exploitation nécessite de concilier à la fois les impératifs économiques et la
prise en compte de l’environnement humain, biologique et paysager. Depuis le moment où une exploitation est envisagée jusqu’à son
ouverture effective, de nombreux acteurs sont mobilisés. Par l’approche et l’analyse des différents points traités sur une étude d’impact, le
document constitue une base de travail et de réflexion pour l’ensemble des acteurs concernés.

Justification et présentation du projet


III.3.2.2. LA PHASE D’EXPLOITATION
Tout au long de la période d’autorisation accordée par arrêté préfectoral, l’exploitant va extraire les matériaux. L’ensemble des différents
compartiments du cycle supergène (air, sol, eau) peut être impacté et ce à différentes échelles géographiques ; ces perturbations de milieu
naturel pouvant eux-mêmes être à l’origine de modifications sur la biocénose originelle (faune et flore). Par ailleurs, l’Homme peut
également « subir » des pressions au travers notamment des nuisances (bruit, vibration et poussières) mais aussi au travers des
modifications paysagères.

10
Figure 6 : pistes et accès au site d’exploitation (2014, Hydrogéosphère)

III.3.3.4. LES PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DU PROJET

Les principales caractéristiques du projet sont présentées dans le tableau ci-dessous :


Figure 5 : localisation des deux zones d’extraction (2014, Hydrogéosphère) Tableau 1 : caractéristiques du projet en termes de superficies et de gisements (2014, Hydrogéosphère)
Superficie de la demande 10 ha

L’activité d’extraction durera en moyenne 9 mois par an pendant 5 ans, laissant ainsi les mois d’été paisibles pour les touristes accédant Zone ouest Zone est Total
aux gîtes du « Cassé Haut » situés juste à proximité, et appartenant au propriétaire des terrains à exploiter. Superficie à exploiter 1.84 ha (18 392 m²) 0.72 ha (7250 m²) 2.56 ha (25 600 m²)

Volume de gisement extrait 61 700 m3 13 500 m3 75 200 m3

III.3.3.2. CHOIX DU SITE Epaisseur moyenne de gisement 3.3 m 1.86 m -

La zone pressentie pour l’installation de la carrière se trouve sur les parcelles cadastrales no212, 213, 822, 823, 824, 825, 842, 843, et 844. Volume de stérile extrait 18 000 m3 5 300 m3 23 300 m3
La totalité de ces terrains appartient à Mr Parrot, propriétaire. Ils seront exploités par foretage (location des terrains par un contrat dont la
rémunération est basée sur le prix à la tonne extraite, variable selon les années). Epaisseur moyenne de stérile 1m 0.7 m -
10 000 m3 (de Zone 8 000 m3 (de Zone
Stérile retaluté pour réhabilitation 18 000 m3
III.3.3.3. CHARGEMENT ET TRANSPORT Ouest) Est)

Les opérations de transport des matériaux consistent, après chargement, à acheminer les matériaux bruts du front d’extraction au poste de
traitement. Cela sera effectué au moyen de camions-benne, chargés par pelle mécanique. Selon les volumes calculés et la densité des
granulats, environ 7520 engins de 20 tonnes seront remplis sur la durée totale de l’exploitation.
III.3.4. ELEMENTS DE DETAIL DU PROJET
L’accès au site se fera par l’entrée du hameau le Cassé Haut et empruntera un ancien chemin en friches qui devra être élargi de deux III.3.4.1. STOCKAGE DES STERILES
mètres (Figure 4). La mise en place de panneaux signalétiques sur la D626 devra être réalisée. La piste permettant l’accès aux terrains
utilisera la plus large des tranchées d’arbres située à l’est pour ensuite longer la ripisylve, tout en respectant une largeur minimum de 10 La terre végétale et les stériles de découvertes des zones 1 à 4 seront entreposés sur la moitié est de la zone 5. Ces matériaux seront
mètres par rapport au cours d’eau. Deux aires de croisement doivent aussi être installées pour permettre le passage simultané de deux utilisés en fin d’exploitation de chacun des terrains pour leur réhabilitation, hors plan d’eau (partie sud du plan d’eau et berges). Il restera au
moment de la phase d’exploitation du terrain 5 des éléments stockés sur sa moitié est. En effet, la réalisation du plan d’eau engendre un

Justification et présentation du projet


engins de transport. Une zone étanche permettant le transfert de carburant sera créée sur chaque zone de croisement.
volume d’inertes non retaluté. Ces éléments seront toutefois utilisés dans la réhabilitation du terrain 5 en fin d’exploitation pour un re-
comblement maximum.

11
Figure 7 : stockage de la découverte des terrains 1 à 4 (2014, Hydrogéosphère) Figure 8 : zonages de l'exploitation (2014, Hydrogéosphère)

Concernant le terrain 5, l’extraction sera effectuée dans un premier temps sur la partie ouest et les stériles ajoutés à ceux restés sur la
partie est. Ensuite, l’ensemble des stériles seront transférés sur la partie ouest afin d’exploiter la partie est puis le tout sera réhabilité. Ce découpage est envisagé de manière à permettre une recolonisation rapide des terrains une fois l’extraction réalisée. En effet,
l’agencement annuel est envisagé ainsi de manière à avoir une recolonisation possible à l’arrêt de l’exploitation de chacune des zones.
III.3.4.2. REHABILITATION DES TERRAINS
La réalisation d’un plan d’eau sur les terrains 1 à 4 permet une extraction plus profonde mais engendre la réalisation d’aménagements pour
L’extraction des granulats sur la zone ouest est profonde, laissant apparaître les eaux de la nappe. Les stériles et la terre végétale servent éviter une colonisation par les batraciens (bâchage et barrières autour des terrains exploités). D’une surface proche de 1.13 ha, ce plan
à retaluter seulement le pourtour du plan d’eau et les berges. Ce comblement permettra de maintenir une pente douce côté coteaux et d’eau induit une perte d’habitat potentiel pour l’Azuré du Serpolet (habitat toutefois à faible capacité d’accueil). La compensation se fera par
donc favoriser la réimplantation d’Origanum vulgare, nécessaire à la recolonisation par l’Azuré du serpolet. la réhabilitation des terrains à l’ouest.
L’extraction des granulats sur la zone est se fait en fonction du niveau de nappe basé sur les plus hautes eaux mesurées (extraction hors
d’eau). La réhabilitation des terrains prévoit dans ce cas la réinjection des stériles non utilisés en fosse ouest et en zone est suivie par un Le terrain situé en zone 5 est exploité hors eau (au-dessus du niveau de la nappe en hautes eaux).
recouvrement en terre végétale. D’autre part, une bande de 20 mètres de large sera préservée de l’exploitation sur la bordure sud-est de la zone d’étude afin d’épargner
Le plan d’eau réalisé aurait 11 323 m² de surface totale (soit 1.13 ha) pour une profondeur moyenne de 1.32 mètres. Son altitude générale l’essentiel de la population et des habitats de l’Azuré du serpolet.
serait de 293.5 mètres. Côté rivière une bande de 10 mètres sera également maintenue afin de préserver le cours d’eau et sa ripisylve des atteintes du projet et
des engins de transport.
III.3.4.3. ENTRETIEN DU SITE
La piste permettant l’accès aux terrains utilisera la plus large des tranchées d’arbres située à l’est pour ensuite longer la ripisylve, tout en
respectant une largeur minimum de 10 mètres par rapport au cours d’eau. Deux aires de croisement doivent aussi être installées pour
permettre le passage simultané de deux engins de transport. Une zone étanche permettant le transfert de carburant sera créée sur chaque
zone de croisement.

III.3.5. PHASAGE DES TRAVAUX

Justification et présentation du projet


Afin de prendre en considération au maximum la présence de contraintes écologiques représentées par la présence de l’Azuré du serpolet,
il a été décidé, en collaboration avec le maitre d’ouvrage représenté par MONSIEUR PATEBEX et le bureau d’ingénierie HYDROGEOSPHERE, de
réaliser les travaux en suivant un phasage des aménagements. Cette stratégie envisagée sur les cinq années d’exploitation permet de
réhabiliter au mieux les terrains exploités ainsi que la flore et la faune qui en dépendent.
Les deux zones d’intérêt sont donc découpées selon cinq surfaces d’exploitation annuelle.

12
Tableau 2 : phasage des travaux sur les 5 années d’exploitation (2014, Hydrogéosphère)
Année
Illustration de l’exécution (rouge : exploitation) Descriptif de l’exécution
d’exploitation
Année
Illustration de l’exécution (rouge : exploitation) Descriptif de l’exécution
d’exploitation

Les terrains de la zone 1 ont déjà une


année de recolonisation, la zone 2
Le début de l’exploitation commence s’initialise, la zone 3 est en cours
par les terrains à l’extrémité Sud- d’exploitation. Une partie de la zone 2
Ouest. La piste envisagée pour n’a pas été retalutée pour laisser
3 ème
permettre le passage des engins de place au plan d’eau. Une piste doit
transport se situe en bordure de toutefois être conservée le long du
1 ère
ripisylve le long des zones terrain 2 en bordure du ruisseau de
d’extraction. La terre végétale et les manière à pouvoir accéder au terrain
stériles stockés sur la partie Est du exploité.
terrain 5 (voir paragraphe suivant,
stockage de la découverte).

L’extraction se fait en zone 4. Les


La seconde année, les stériles de la terrains 1 et 2 précédemment
zone 1 y ont été en partie replacés, exploités continuent à être colonisés,
l’exploitation de la zone 2 commence. 4 ème la recolonisation s’amorce en zone 3.
La recolonisation des terrains en zone La piste est supprimée le long des
1 peut alors naturellement s’initialiser. terrains 1 à 3, et le plan d’eau
2 ème
Une partie de cette même zone n’est commence à se dessiner.
pas retalutée de manière à laisser
apparaître les prémices du plan d’eau.
On laisse une piste d’accès au terrain
3.

Justification et présentation du projet


13
Année
Illustration de l’exécution (rouge : exploitation) Descriptif de l’exécution
d’exploitation

La dernière année d’extraction sur


site, seule la zone 5 est exploitée. Les
autres terrains sont comblés par un
plan d’eau longeant le ruisseau et
éloigné des coteaux Sud. La
recolonisation amorcée lors des
années précédentes a pour objectif un
5 ème
maintien des populations aux
alentours des zones d’extraction, et
elle continue côté Sud Sud-Est. La
piste permettant le passage des
engins de transport est elle aussi
réhabilitée entre les deux zones
d’exploitation.

La sixième année, l’exploitation est


terminée, la majeure partie des
terrains 1, 2, 3 et 4 est occupée par le
plan d’eau, la recolonisation continue
Fin autour de l’étang. Le terrain situé en
d’exploitation zone 5, peut être à son tour recolonisé
une fois le retalutage avec les stériles
et la terre végétale effectué (voir ci-
dessous). La piste permettant l’accès
au site est elle aussi réhabilitée.

La durée totale des travaux d’extraction est de cinq années selon le phasage décrit ci-dessus.

En outre, le planning travaux doit intégrer les principales propositions de mesures d’atténuation de l’impact du projet sur les milieux naturels
de la faune et de la flore. Pour mémoire, ces mesures sont précisées dans le volet Naturel de l’étude d’impact, et en particulier :

Justification et présentation du projet


• le balisage préalable des secteurs d’intérêt écologique (en janvier) ;
• le débroussaillage / défrichement pour diminuer l’attractivité du site (en février) ;
ceci afin de pouvoir démarrer les travaux de grands terrassements au début du mois de mai.
Le scénario de phasage des terrains a été dessiné sous DAO de manière à présenter au mieux les caractéristiques d’extraction et de
réhabilitation du projet. Les plans se trouvent sur les pages suivantes.

14
Figure 10 : coupes transversales P + 1 an (Janvier 2014, Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


Figures 9 : projet + 1 an d’exploitation / projet + 1 an réhabilité (2014, Hydrogéosphère)

15
Figure 12 : coupes transversales P + 2 an (Janvier 2014, Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


Figure 11 : projet + 2 an d’exploitation / projet + 2 an réhabilité (2014, Hydrogéosphère)

16
Figure 14 : coupes transversales P + 3 an (Janvier 2014, Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


Figure 13 : projet + 3 an d’exploitation / projet + 3 an réhabilité (2014, Hydrogéosphère)

17
Figure 16 : coupes transversales P + 4 an (Janvier 2014, Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


Figure 15 : projet + 4 an d’exploitation / projet + 4 an réhabilité (2014, Hydrogéosphère)

18
Figure 18 : coupes transversales P + 5 an (Janvier 2014, Hydrogéosphère)

Justification et présentation du projet


Figure 17 : projet + 5 an d’exploitation / projet + 5 an réhabilité (2014, Hydrogéosphère)

19
III.3.6. CONTRAINTES DU PROJET
III.5. RAPPEL DES ETUDES PREALABLES
III.3.6.1. CONTRAINTE LIEES AU MILIEU HUMAIN Le projet a engendré l’élaboration de deux études réglementaires, afin de pouvoir engager l’extraction des matériaux. En effet, le projet de
Aucune contrainte liée document d’urbanisme n’est imposée pour l’implantation de la carrière, cependant en termes de voisinages proches, par sa nature et sa localisation est soumis à la réalisation d’une étude d’impact, préalablement au présent dossier CNPN ainsi qu’à une
le projet peut avoir une faible incidence. évaluation des incidences Natura 2000. Ces études ont été réalisées par la Société SOLDANELLE en 2012.

III.3.6.2. CONTRAINTES LIEES A LA TOPOGRAPHIE, LA PEDOLOGIE, LA GEOLOGIE


La faible variation de pente rencontrée sur le site n’impose pas de réelle contrainte à l’implantation d’une carrière. La mise à nu des sols III.5.1. EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES SITES NATURA 2000
peut engendrer des zones d’écoulement préférentiel des eaux lors de fortes pluies et entraîner une érosion des sols.
Le projet se situe à plus de 10 km au sud du Site d’Intérêt Communautaire (SIC) « Massif de la Malepere », à plus de 10km à l’est du SIC
Les formations géologiques affleurant sur le site sont peu aquifères. La nappe d’accompagnement du ruisseau le Blau est toutefois proche
« Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste » ainsi qu’à plus de 10 km de la Zone de Protection Spéciale « Pays de Sault ».
du site.
Ainsi, les incidences du projet sont jugés non significatives sur l’état de conservation des populations d’espèces ou d’habitats des
III.3.6.3. CONTRAINTES ENVIRONNEMENTALES zonages Natura 2000 précités.

Le tracé des emprises est adapté autant que possible à la présence d’enjeux écologiques particuliers.

III.5.2. VOLET MILIEU NATUREL DE L’ETUDE D’IMPACT


III.4. ELIGIBILITE DU PROJET A UNE DEMANDE DE DEROGATION Les inventaires faunistiques et floristiques menés dans le cadre du projet de carrière de Patebex SARL, sur la commune de Villelongue-
d’Aude, pour partie en 2012 (SOLDANELLE) puis en 2013 (NATURALIA, inventaires complémentaires) ont permis d’établir un diagnostic des
Selon les critères d’éligibilité énoncés par le 4ème alinéa de l’article L 411-2 du Code de l’Environnement, la demande de dérogation aux
enjeux écologiques réglementaires au sein du secteur d’étude retenu.
interdictions mentionnées à l’article L. 411-1 s’inscrit « dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publiques ou pour d’autres raisons
d’intérêt public majeur, y compris de nature sociale ou économique » (article L. 411-2 du Code de l’Environnement). Malgré les mesures mises en place, il reste un impact non négligeable : la destruction d’individus et d’habitats de l’Azuré du
serpolet, papillon protégé nationalement. Une procédure de demande de dérogation à l’interdiction de destruction d’espèce
IMPORTANT : Le projet répond aux trois critères indispensables permettant de déroger à la protection stricte des espèces :
protégée est donc engagée. Le présent dossier s’attache à préciser les mesures compensatoires à mettre en place ainsi que les
• le motif de la mise en œuvre du projet, lié à l’octroi de cette dérogation, entre dans les motifs conformément prévus à l’article 16, modalités de réalisation.
paragraphe 1, point c) de la Directive 92/43/CE. L’entreprise SARL Patebex est spécialisée dans l’extraction de matériaux type
granulats. Dans l’Aude et selon le Schéma Départemental de Carrières, la balance importation / exportation est déficitaire (les
besoins nécessitent de faire venir les matériaux via de longues distances). Cette entreprise est donc l’une des principales
productrices dans l’Aude et dans le bassin Bram-Limoux. Le principe de maintenir des sites d’extraction à proximité des lieux de III.5.3. AUTRES PROCEDURES NECESSAIRES
production va dans le sens d’un équilibre en faveur du milieu économique local. Son rôle dans l’économie de la région est
de ce fait non des moindres, et particulièrement dans les secteurs du bâtiment et travaux publics, forts demandeurs de granulats Le projet d’extraction est soumis à une autre procédure indépendante, du fait de ses objectifs et ses impacts :
pour la construction.
• L’absence d’autres solutions satisfaisantes a été démontrée dans le cadre de l’étude d’impact qui s’est attachée à respecter - une demande d’autorisation au titre des Installations Classées pour l’Environnement, nomenclature 2510A : nécessaire pour
l’application du principe général de l’évitement/suppression des impacts sur l’environnement dès la conception du projet. Des l’ouverture et l’exploitation d’une carrière de granulats (HYDROGEOSPHERE, 22/01/2015).
mesures d’évitement ont d’ailleurs été d’ores et déjà prises en compte par la modification du périmètre d’exploitation. Lorsque
cela n’a pas été suffisant, des mesures de réduction optimales ont été déterminées. L’implantation du site prévu pour le projet
d’exploitation de la carrière de Villelongue d’Aude a été retenue selon deux paramètres principaux : la géologie des terrains et
son intégration paysagère. Sur site, le mode d’exploitation proposé a été défini dans un souci de maintien de l’équilibre
biologique. La principale des raisons du choix d’implantation répond à l’accès réduit à ce type de minerai dans le département.
En effet, les zones fournissant les matériaux type granulats sont généralement « gelées » car elles se trouvent dans l’espace de
mobilité des cours d’eau (Aude, Fresquel, etc.). Ce contexte réduit fortement le champ des possibilités d’extraction de granulats.
Dans le rayon d’action de Monsieur Patebex (Bram-Limoux), les seuls horizons géologiques en contenant se trouvent dans
d’anciennes terrasses alluviales. Ces terrasses sont effectivement aujourd’hui déconnectées des cours d’eau (hors espace de
mobilité actuel) et donc accessibles. Le site projeté pour l’exploitation se trouve dans cette configuration, en amont du bassin

Justification et présentation du projet


versant du Sou, au niveau d’anciennes terrasses alluviales comprenant une surface relativement conséquente, étant donné que
les gisements sont assez rares dans le département. Le site en lui-même (hors géologie adéquate) a été choisi dans un souci
d’intégration paysagère. En effet, la perception des terrains est très limitée et la densité d’habitations alentours est très faible.
• Les mesures compensatoires prévues, permettront de valider le troisième critère, en obtenant un maintien dans un état de
conservation favorable, les populations des espèces concernées par le projet (l’Azuré du serpolet en particulier), le tout dans
leur aire de répartition naturelle. Afin de pallier aux impacts il a été retenu un mode d’exploitation complexe mais permettant une
régénération rapide des habitats d’espèces. Le projet d’extraction est en effet étalé dans le temps et morcelé selon différentes
phases dans le but de créer une mosaïque de recolonisation plus rapide, dans un environnement déjà propice à son
développement.

20
IV. CONTEXTE ECOLOGIQUE DU PROJET caractéristiques du patrimoine naturel régional. Elles indiquent la présence d’habitats naturels et identifient les espèces remarquables ou
protégées par la loi.

Les éléments détaillés dans cette partie proviennent d’une part, du diagnostic écologique réalisé par le bureau d’étude en écologie
SOLDANELLE en 2012, d’autre part de l’expertise complémentaire réalisée par NATURALIA en 2013 visant principalement l’Azuré du Serpolet Statut du Distance vis-à-vis du
Dénomination Superficie (ha) Code
périmètre projet
dans le but de rédiger le présent dossier.
Collines du Bas Razès 3 500 0000-1079 3.2 km
ZNIEFF de type I
Bois d’en Bas et bois de Borreil 2 963 0000-1071 3.7 km
IV.1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ZNIEFF de type II Bordure orientale de la Piège 11 070 1102-0000 6.2 km
La zone à l’étude s’inscrit dans les piémonts des Pyrénées à l’étage méso-méditerranéen, au niveau du bassin versant du Sou. La Tableau 3 : Bilan des périmètres d'inventaires situés aux environs du projet
topographie locale est caractérisée par de faibles collines bocagères. Dans un paysage principalement agricole, cette configuration a une
influence sur les cortèges faunistiques et floristiques caractérisant ce type de milieux. La carte de localisation des ZNIEFF est présentée page suivante.

Ainsi les prairies et friches plus ou moins pâturées se trouvant en limite de plaines agricoles et de montagnes y trouvent une importance
particulière de par les espèces particulières qu’elles peuvent abriter.
IV.3.2. PERIMETRES CONTRACTUELS DU RESEAU NATURA 2000
La réglementation européenne repose essentiellement sur le Réseau Natura 2000 qui regroupe la Directive Oiseaux (du 2 avril 1979) et la
IV.2. PRESENTATION DE L’AIRE D’ETUDE Directive Habitats-Faune-Flore (du 21 mai 1992), transposées en droit français. Leur but est de préserver, maintenir ou rétablir, dans un
état de conservation favorable, des habitats naturels et des espèces de faune et de flore sauvages d'intérêt communautaire.
L’aire d’étude initiale sur laquelle l’essentiel des prospections faune et flore ont été réalisées inclus le périmètre des emprises initiales mais
également tous les milieux se trouvant dans un périmètre proche (25 m de large répartis de part et d’autre des emprises).  Zone de Protection Spéciale (ZPS)
Cette démarche permet d’aborder avec rigueur les populations au sein de la zone d’emprise mais également aux abords ainsi que les liens La Directive Oiseaux (CE 79/409) désigne un certain nombre d’espèces dont la conservation est jugée prioritaire au plan européen. Au
fonctionnels qu’il peut exister entre ces espaces et le site. Il convient donc d’évaluer aussi ces connexions et les axes de déplacement niveau français, l’inventaire des Zones d’Importance pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) sert de base à la délimitation de sites
empruntés pour des mouvements locaux mais aussi plus largement. appelés Zones de Protection Spéciale (ZPS) à l’intérieur desquels sont contenues les unités fonctionnelles écologiques nécessaires au
développement harmonieux de leurs populations : les « habitats d’espèces » (que l’on retrouvera dans la Directive Habitats). Ces habitats
En effet, l’analyse des sensibilités nécessite une prise en compte à deux échelles de réflexion : permettent d'assurer la survie et la reproduction des oiseaux sauvages menacés de disparition, vulnérables à certaines modifications de
- la zone d’emprise, qui correspond à la surface d’emprise propre à l’extraction, où des prospections fines ont été menées pour leurs habitats ou considérés comme rares. La protection des aires de reproduction, de mue, d'hivernage et des zones de relais de
tous les groupes ; migration pour l'ensemble des espèces migratrices est primordiale, et comprend aussi bien des milieux terrestres que marins.

- l’aire d’influence du projet qui inclut les espaces de fonctionnalités pour des espèces ayant un rayon d’action plus étendu  Zone Spéciale de Conservation (ZSC) / Site d’Importance Communautaire (SIC)
(comme les oiseaux) ou qui réalisent une partie de leur cycle biologique dans des biotopes différents. Aussi, les alentours de la
La Directive Habitats-Faune-Flore (CE 79/43) concerne le reste de la faune et de la flore. Elle repose sur une prise en compte non
zone d’emprise ont été prospectés de manière ciblée sur certains milieux et certaines espèces, dans la bande des 25 mètres de
seulement d’espèces mais également de milieux naturels (les « habitats naturels », les éléments de paysage qui, de par leur structure
large. Les zones prospectées varient selon les périodes de passage et selon les groupes biologiques. La distance prospectée
linéaire et continue ou leur rôle de relais, sont essentiels à la migration, à la distribution géographique et à l'échange génétique d'espèces
autour des emprises est d'autant plus vaste que le groupe en question présente de capacités à se déplacer.
sauvages.), dont une liste figure en annexe I de la Directive. Suite à la proposition de Site d’Importance Communautaire (pSIC) transmise
par la France à l’U.E., elle conduit à l’établissement des Sites d’Importance Communautaire (SIC) qui permettent la désignation de Zones
Spéciales de Conservation (ZSC).
IV.3. BILAN DES PERIMETRES D’INTERET ECOLOGIQUE Le site d’étude n’est pas inclus dans une zone Natura 2000, la première se situant à environ 9,5 km de distance du projet.

IV.3.1. PERIMETRES D’INVENTAIRES Statut du


périmètre
Dénomination Superficie (ha) Code
Distance vis-à-vis du
projet

Les zones d’inventaires n’introduisent pas un régime de protection réglementaire particulier. Elles identifient les territoires dont l’intérêt SIC Massif de la Malepere 5 854 FR9101452 9.5 km
écologique est reconnu. Il s’agit de sites dont la localisation et la justification sont officiellement portées à la connaissance du public, afin Tableau 4 : Bilan des sites Natura 2000 situés aux environs du projet
qu’il en soit tenu compte dans tout projet pouvant porter atteintes aux milieux et aux espèces qu’ils abritent.

Contexte écologique du projet


La carte de localisation des zones Natura 2000 est présentée page suivante.
 Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF)
Cet inventaire national, établi à l'initiative et sous le contrôle du Ministère chargé de l'Environnement, constitue un outil de connaissance du
En conclusion, aucun périmètre d’inventaire ou de protection ne concerne la zone d’étude en elle-même.
patrimoine naturel de la France. Les ZNIEFF correspondent à une portion de territoire particulièrement intéressante sur le plan écologique,
participant au maintien des grands équilibres naturels ou constituant le milieu de vie d’espèces animales et végétales rares,

21
Contexte écologique du projet
Figure 19 : localisation des périmètres ZNIEFF à proximité de l’aire d’étude

22
Contexte écologique du projet
Figure 20 : localisation des périmètres Natura 2000 à proximité de l'aire d'étude

23
IV.4. METHODOLOGIE EMPLOYEE Pour l’avifaune nicheuse, les inventaires ont consisté en l’observation visuelle des individus (jumelles, longue-vue) et en l’identification du
chant. Ainsi, trois points d’écoute ont été réalisés sur l’aire d’étude :

IV.4.1. BIBLIOGRAPHIE ET CONSULTATION - Point d’écoute n°1 : ambiance forestière sous les plantations,
- Point d’écoute n°2 : centre de la pelouse prévue à l’exploitation, à proximité de la ripisylve.
Les prospections de terrain ont été précédées d’une phase de recherche bibliographique. Pour cela, ont été analysés : - Point d’écoute n°3 : pelouse à l’ouest du site, également prévue à l’exploitation.

• les différents documents disponibles sur le site Internet de la DREAL Languedoc-Roussillon (statuts de protection et
d’inventaires, données floristiques bibliographiques...) ;
• les informations naturalistes de l’association Aude Claire ;
• les données disponibles dans la base de données du Conservatoire Botanique National Méditerranéen ;
• les données disponibles dans le cadre de l’élaboration de l’Atlas des Reptiles et Amphibiens du Languedoc-Roussillon ;
• la base de données Faune Languedoc-Roussillon ;
• l’atlas des libellules et papillons du Languedoc-Roussillon.
Cette première phase permet de préciser les enjeux potentiels avant d’effectuer les analyses de terrain.

IV.4.2. CALENDRIER DES PROSPECTIONS / EFFORT D’ECHANTILLONNAGE


La zone concernée par le projet a été prospectée de façon systématique, en notant l’ensemble des espèces de faune et de flore vasculaire
observées et en localisant sur cartographie les espèces patrimoniales. Toutes ces données ont ensuite été saisies dans une base de
données puis analysées.

Groupes Intervenants Dates de prospection Météo

Flore et habitats SOLDANELLE 27/04/2012 Favorable

Flore, habitats et premiers inventaires faune SOLDANELLE 12/05/2012 Favorable


Flore et habitats SOLDANELLE 01/06/2012 Favorable
Flore, oiseaux, herpétofaune, insectes SOLDANELLE 19/07/2012 Favorable
Compléments lépidoptères : Azuré du serpolet
NATURALIA 25/07/2013 Favorable
et habitats spécifiques
Compléments amphibiens NATURALIA 18/11/2013 Favorable Figure 21 : localisation des points d’écoute sur la zone d’étude (Soldanelle, juillet 2012)
Tableau 5 : calendrier des prospections naturalistes

Les inventaires des reptiles ont été réalisés à vue lors des prospections flore et habitats, afin de couvrir l’ensemble des biotopes présents.
IV.4.3. INVENTAIRES ET CARTOGRAPHIE DES HABITATS
Les mammifères, hors chiroptères, ont été recensés soit par observation directe soit par relevé des indices de présence (fèces, reliefs de
L’identification des habitats naturels est réalisée essentiellement à partir d’espèces floristiques caractéristiques listées dans le catalogue repas, empreintes, etc.).
CORINE Biotopes et les Cahiers d’habitats d’intérêt communautaire dont nous reprenons les typologies. La cartographie des habitats
Une recherche des lépidoptères patrimoniaux a été réalisée lors de la dernière prospection flore / faune.
naturels est réalisée en combinant deux méthodes :
D’autre part, un spécialiste entomologiste de NATURALIA a effectué, dans l’objectif de rédiger ce dossier de dérogation à la destruction
• une photo-interprétation réalisée avec le logiciel ArcGis 9.3, qui consiste à délimiter sur un site à partir de l’observation de la
d’espèces protégées, une prospection spécifique ciblée sur l’Azuré du serpolet et ses habitats en période favorable le 25 juillet 2013.
photo aérienne, les polygones de morphologie homogène, qui devraient représenter un type d’habitat;
• une caractérisation sur le terrain de ces mêmes habitats naturels et leur intégration au système d’information géographique.
 Méthode d’inventaire entomologique :
Le couplage de ces deux méthodes permet d’obtenir des cartes d’habitats naturels les plus proches de la réalité du terrain.
Dans le cadre d’une demande de dérogation à la destruction d’espèce protégée, les inventaires spécifiques se doivent d’être le plus précis
possible afin d’évaluer le plus justement le nombre d’individus et l’état de la population. Pour les invertébrés et notamment des papillons
IV.4.4. INVENTAIRES FAUNE / FLORE tels que l’Azuré du serpolet, évoquer un nombre d’individus est illusoire compte tenu des variations annuelles, de l’étalement de la période
de vol et de la durée de vie des individus. Toutefois, il est possible d’estimer la qualité de la population en fonction du nombre d’individus
Les inventaires des espèces végétales ont débuté dès le mois d’avril 2012 afin de pouvoir recenser l’ensemble des espèces vernales.

Contexte écologique du projet


en vol observé au cours d’une journée d’observation optimale, et de l’abondance de la plante hôte. Un paramètre particulièrement difficile à
Les stations d’espèces végétales remarquables devaient être pointées au GPS et digitalisées sous forme de polygones dans une couche
prendre en compte est l’abondance de l’espèce de fourmi hôte, indispensable au développement de la chenille et donc au maintien de
SIG si leur superficie le permettait.
l’espèce (cf. paragraphe « présentation de l’espèce »).
Les inventaires des espèces faunistiques ont été réalisés de façon concomitante aux relevés flore et habitats, au fur et à mesure du
La méthode a donc compris deux phases : un relevé lépidoptérique et un relevé de la plante hôte.
déroulement de la saison de végétation afin de couvrir, au maximum, la période favorable à l’observation des espèces. Un effort de
prospection particulier a été porté sur les espèces patrimoniales et notamment celles inscrites aux annexes des directives habitats et
oiseaux. Toutes les espèces contactées ont systématiquement été notées.

24
Relevé lépidoptérique :
IV.5. EVALUATION DES ENJEUX SUR L’AIRE D’ETUDE
Il a consisté en un parcours semi-aléatoire couvrant l’ensemble de la zone d’étude mais focalisé sur les habitats les plus favorables à
l’espèce. Tout individu d’Azuré du serpolet observé est alors géolocalisé. Le résultat obtenu est indicatif car rien n’exclut qu’un individu n’ait Suite aux prospections de terrain qui ont permis de cartographier les habitats naturels et d’inventorier les espèces animales et végétales
pas été comptabilisé ou au contraire plusieurs fois, bien que l’espèce soit assez territoriale et que, sans dérangement, les individus restent patrimoniales, des niveaux d’enjeux écologiques ont été définis pour chaque parcelle.
généralement sur un secteur bien défini. L'attribution d'un niveau d'enjeu par espèce est un préalable nécessaire à l'évaluation d'un niveau d'impact. Dans cette étude, la
Relevé de l’Origan vulgaire : hiérarchisation des enjeux a été basée sur l’intérêt patrimoniale de la faune, de la flore et des habitats présents.

Bien que l’espèce accepte deux espèces de plantes hôtes, une population définie n’exploite apparemment qu’une seule espèce. Ici, c’est Dans un premier temps ont été pris en compte les éléments du patrimoine naturel possédant un statut juridique ou figurant sur les
l’Origan vulgaire Origanum vulgare, qui est omniprésente sur l’ensemble du site. Un relevé du nombre de pied se révélant impossible en différentes listes du patrimoine naturel menacé à l’échelle européenne, nationale ou régionale.
raison de la trop forte densité, c’est un relevé d’abondance qui a été réalisé, en quatre catégories : densité forte, densité moyenne, densité Ainsi, ont été considérés comme espèces ou habitats d’intérêt patrimonial :
faible, absente.
- Pour la flore : les espèces figurant dans la liste des espèces déterminantes régionales pour la désignation des ZNIEFF deuxième
génération (classification en fonction de la note régionale ZNIEFF)
- Pour la faune : la hiérarchisation élaborée par la DREAL a directement été reprise
- Pour les habitats naturels : ceux concernés par l’annexe I de la Directive habitats ou ceux considérés comme déterminants pour
la désignation des ZNIEFF de deuxième génération (classification en fonction de la note régionale dans la méthode de
hiérarchisation des habitats NATURA 2000 du CSRPN).

Cette analyse multicritères permet de définir une échelle d’enjeux définie par quatre niveaux :

Négligeable Faible Modéré Fort

IV.6. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET SUR LES ESPECES PROTEGEES

Méthode d’analyse des impacts :


Pour les espèces protégées susceptibles d’être impactées par le projet, l’analyse des impacts est basée sur les éléments suivants :
- La situation biologique exprimée par le niveau d’enjeu (cf. tableau précédent). Ce niveau d’enjeu intègre les critères d’évaluation
de la patrimonialité du taxon (état de conservation de l’espèce, représentativité,…);
- Les exigences écologiques des espèces considérées. En effet, l’amplitude écologique de chaque taxon justifie des capacités de
résilience à une perturbation ;

(i) la nature de l’impact :


o les impacts retenus sont de plusieurs ordres ; par exemple : la destruction d’individus, la destruction ou la dégradation
Figure 22 : méthodologie d’inventaire : parcours semi-aléatoires réalisés par Naturalia le 25/07/2013 (Fonds cartographiques, IGN d’habitats d’espèces ;
Scan25©) o les atteintes aux fonctionnalités écologiques. L’évaluation de la dégradation des fonctionnalités écologiques se base
sur les niveaux de détérioration de l’habitat, enrichi des données sur la répartition spatio-temporelle des espèces et de
leur comportement face à une modification de l’environnement. Parmi les impacts aux fonctionnalités écologiques on
A noter qu’un complément sur les amphibiens a également été réalisé en 2013. L’extraction des matériaux est prévue sur 5 ans, par patchs peut notamment citer la modification des conditions édaphiques et la modification des attributs des espèces
écologiques.
(extraction des matériaux par partie et réhabilitation simultanée). Ainsi, au cours des travaux, des amphibiens présents dans le cours d’eau

Contexte écologique du projet


et alentours pourraient se déplacer au niveau des pistes et coloniser les alvéoles desquelles ont été extraites une partie ou l’ensemble des (ii) le type d’impact :
matériaux (formation de mares temporaires, présence de nappe). o les impacts directs sont essentiellement liés aux travaux touchant directement les espèces ou habitats d’espèces;
Une prospection complémentaire aux relevés de Soldanelle a été réalisée en automne, consistant en la prospection des berges et la o les impacts indirects ne résultent pas directement des travaux mais ont des conséquences sur les espèces ou habitats
ripisylve du Blau. d’espèces et peuvent apparaitre dans un délai plus ou moins long.

25
(iii) la durée de l’impact :
o impacts permanents liés à la phase de travaux, d’entretien et de fonctionnement du programme d’aménagement dont
les effets sont irréversibles ;
o impacts temporaires : il s’agit généralement d’atteintes liées aux travaux, à condition qu’ils soient réversibles (bruit,
poussières, installations provisoires, …).
Principaux impacts attendus :
D’une manière générale, l’aménagement d’une carrière entraîne divers impacts sur les habitats naturels et les espèces qui les occupent.
Une évaluation fine des impacts d’un tel projet nécessite une connaissance précise de ce dernier (surface, emprise au sol, type de travaux)
et de sa programmation (planning, phasages…). Le projet d’implantation d’une carrière est, à l’heure de l’élaboration du présent dossier, au
stade AVP. Toutes les composantes de l’aménagement ne sont donc pas précisément connues (localisation des pistes d’accès sujettes à
ajustement ponctuel).
Les impacts directs résultent de l’action directe de la mise en place de l’aménagement sur les milieux naturels. Pour identifier les impacts
directs, il faut tenir compte de l’aménagement lui-même mais aussi de l’ensemble des modifications directement liées (les zones de dépôt,
les pistes d’accès, les places de retournement des engins,...).
Ils sont susceptibles d’affecter les espèces de plusieurs manières :

 Destruction ou altération des habitats d’espèces


Zone de plantation :
Destruction directe mais très restreinte de la plantation (surface enherbée entre 2 linéaires d’arbres) qui présente par ailleurs un intérêt
patrimonial faible.

Ripisylve et cours d’eau :


Si les travaux s’arrêtent à 5 mètres de la limite extérieure de celle-ci, les impacts écologiques devraient être négligeables.

Pelouse sèche calcaire :


La zone d’extraction est prévue sur les pelouses. Il y aura donc une destruction directe de l’habitat. Néanmoins, si des précautions sont
prises au début des travaux une réhabilitation devrait être possible sur le long terme.

Habitat d’Azuré du serpolet :


Une partie de son habitat sera détruit puisqu’il est situé sur la zone d’extraction. Il est évalué à 4,2 hectares sur la zone d’étude.

Habitat d’avifaune :
Les espèces qui utilisent la zone comme terrain de chasse ne devraient pas être très affectées en raison de la surface restreinte du projet.
La majorité des espèces nicheuses sur la zone d’étude le sont au niveau de la ripisylve ou dans les bosquets périphériques, il n’y aura
donc pas de destruction directe de leur site de nidification.

Habitat de Reptiles :
Pendant la période des travaux, l’ensemble des espèces verra une partie de son habitat détruit et certains individus le seront
potentiellement. La surface limitée de l’extraction devrait cependant minimiser l’impact sur les individus.
Les impacts indirects ne résultent pas de l’action directe de l’aménagement, mais des à-côtés de l’aménagement.

 Modification des conditions micro-écologiques locales

Contexte écologique du projet


Les interventions en phase chantier sont susceptibles d’induire aux abords immédiats des aménagements, des perturbations du biotope de
par :
- la modification des cortèges végétaux présents (essor des espèces pionnières rudérales) ;
- la prolifération d’espèces végétales invasives.
- la production de poussière
- le bruit lors de l’exploitation

26
V. BILAN DES INVENTAIRES Habitats naturels
Code
Corine
Code
Natura
Surface
(ha)
Intérêt
patrimonial
% Commentaires Intérêt

V.1. RESULTATS DES INVENTAIRES NATURALISTES


V.1.1. LES HABITATS NATURELS
La ripisylve apporte un rôle de
Huit habitats semi-naturels ou anthropiques ont été identifiés sur la zone d’étude. L’ensemble de ces habitats est décrit ci-après selon la protection efficace le long du
nomenclature en vigueur CORINE Biotopes. Forêts Populion albae cours d’eau pour diminuer les
méditerranéennes Le cours d’eau est bordé d’un linéaire risques de crues. D’un point de
La carte de localisation des habitats naturels de la zone d’étude est présentée en page suivante. de Peupliers
44,6 92AO 2,27 + 19,98
d’arbres dominé par le peuplier et par vue écologique, cet habitat est
blancs quelques saules. également communautaire au
Code Code Surface Intérêt
Habitats naturels % Commentaires Intérêt titre de la Directive Habitat -
Corine Natura (ha) patrimonial
Faune - Flore.
Sa présence par endroit est
intéressante pour la mosaïque
Petits ilots présents sur la parcelle et
de milieu mais c’est un habitat
Fourrés décidus 31,89 - 0,04 - 0,33 particulièrement au niveau de la petite
qui a plutôt tendance à
dépression où s’écoule l’eau.
progresser rapidement. Il n’est
donc pas vulnérable. Faible
Landes à genêt Petit îlot présent à l’ouest de la parcelle Pour l’instant, le milieu est
d'Espagne
- - 0,08 - 0,75
en limite de la plantation de merisiers.
Faible Là où le sol était plus profond, la
encore relativement éclairé et on
plantation de feuillus s’est bien
Plantations de a donc des espèces de la
Pelouses sèches
34,32 6210 + Mésobromion calcicole feuillus
83,32 - 1,59 - 13,95 développée. Ainsi, sur la parcelle, la
pelouse qui sont toujours
semi-naturelles Cette formation herbacée est présente moitié de la surface est occupée par
présentes. Néanmoins à très
sur une bonne moitié de la zone Néanmoins, la pelouse abrite ici des merisiers, des noyers et autres.
court terme, cette plantation
étudiée (6 ha), là où les plantations de nombreuses espèces détruit la pelouse.
réalisées il y a 15 ou 20 ans ont d’orchidées, elle est d’ailleurs
échoué. La présence importante reconnue comme prioritaire au
Prairies de d’espèces de friches traduit sans doute titre de la Directive Habitat -
6,26 55,05 les vestiges d’une pelouse Faune - Flore. Elle héberge
fauches des 38,23 6510 + anciennement labourée (anciennes également Origanum vulgare
collines et plaines
vignes puis tentative de plantation (Origan) particulièrement
d’arbres). Sur la zone, il est à souligner intéressante pour le
que l’état de conservation de la pelouse développement de l’Azuré du
n’est pas bon car elle a déjà subi de serpolet.
nombreuses perturbations et elle n’est
Friches 87,1 - - pas non plus très caractéristique.
Disséminé sur le site sous la forme de
petits bosquets dominés par le Chêne
pubescent. Il est souvent en mosaïque
Bois de Chênes avec des espèces de fourrés. Sa faible
blancs
41,714 - 1,13 - 9,94
taille ne permet pas le développement
Faible
d’un sous-bois caractéristique et
souvent on y retrouve des espèces de
la pelouse ou des espèces de lisières.

Bilan des inventaires


27
Figure 23 : cartographie des habitats naturels sur le site d’étude (Source SOLDANELLE)

Bilan des inventaires


28
 Planche photographique des habitats recensés sur l’aire d’étude :

Landes à genêt d'Espagne Pelouse sèche calcicole Bois de chênes pubescents

Bilan des inventaires


Forêt riveraine méditerranéenne de peupliers blancs Plantation de feuillus Layon sur une partie enfrichée

29
V.1.2. LA FLORE V.1.3.2. REPTILES
Quatre espèces de reptiles ont été observées sur la zone dont deux ont un intérêt patrimonial modéré. Elles sont directement liées à la
Lors de la prospection de terrain, 96 espèces ont été observées sur le site. Aucune d’entre-elles ne présente de statut de protection pelouse et aux zones de friches qui s’y mélangent.
réglementaire. Parmi elles, une figure sur le livre rouge des espèces menacées et elle est également identifiée régionalement parmi les
Il s’agit de la Couleuvre d’Esculape Zamenis longissimus, qui est une grande couleuvre d’aspect marron avec un ventre plutôt jaunâtre.
espèces remarquables de la liste ZNIEFF. Il s’agit de la Pulmonaire semblable Pulmonaria affinis.
Elle occupe les pelouses mais aussi les bois et les lisières. Un individu a été retrouvé mort sur la première zone de pelouse (sous le lieu-dit
Globalement, le site présente des cortèges floristiques caractéristiques des milieux de types pelouses sèches calcaires, formations pré- le Bousquet). Elle présente un intérêt patrimonial modéré.
forestières, et forêts riveraines. Sur le site, de nombreuses orchidées ont été trouvées telles que l’Orchis bouc Himantoglossum hircinum, la
Un individu de Couleuvre de Montpellier Malpolon monspessulanus a été observé dans les pelouses. C’est la plus grande couleuvre de
Sérapias à labelle allongé Serapias vomeracea ou l’Orchis pyramidal Anacamptis pyramidalis.
France et elle ne se rencontre qu’en milieu méditerranéen où elle occupe principalement les pelouses ou prairies sèches. Elle présente
D’autres espèces présentent un intérêt soit du fait de leur répartition géographique (limite d’aire), ou de leur rôle dans le développement également un intérêt patrimonial modéré.
d’une entomofaune spécifique (plantes hôtes de lépidoptères). On retrouve notamment sur le site l’Ophrys petite araignée Ophrys araneola
La Couleuvre vipérine Natrix maura, petite couleuvre marron avec un motif en zigzag foncé sur le dos, a été contactée sur l’aire d’étude au
et l’Origan Origanum vulgare.
niveau de la rivière. Son intérêt patrimonial est faible.
Enfin, le Lézard vert occidental Lacerta bilineata a été contacté à sept reprises sur
De la famille des Boraginaceae, elle possède des feuilles vertes à poils drus qui les milieux de pelouses où il affectionne les buissons. Il est particulièrement
sont maculées de blanc et des petites fleurs en entonnoir, qui passent du rose au présent sur la zone mais son intérêt patrimonial reste faible.
bleu. On la rencontre dans les bois de feuillus plutôt humides et sur le site elle est
présente dans la ripisylve. Cette espèce figure parmi la liste des espèces
remarquables dans l’inventaire des ZNIEFF. Lézard vert occidental sur site - Source : SOLDANELLE, 2012

Pulmonaire semblable - Source : SOLDANELLE, 2012

V.1.3.3. AMPHIBIENS
Au cours des inventaires réalisés en 2012, aucun amphibien n’a été contacté.
Les compléments d’inventaire réalisés en 2013, ont permis de mettre en évidence la présence de la Rainette méridionale Hyla meridionalis.
V.1.3. LA FAUNE Celle-ci a été observée à proximité du site, au niveau de la ripisylve.

Les inventaires réalisés dans le cadre de cette étude ont permis d’inventorier les groupes faunistiques suivants : oiseaux, amphibiens, La carte de localisation de la Rainette méridionale est présentée ci-après.
reptiles, mammifères terrestres, papillons patrimoniaux (inventaire partiel réalisé le 19/07/12 par SOLDANELLE et spécifique le 25/07/13 par
NATURALIA).

V.1.3.1. AVIFAUNE
Les inventaires de terrain ont révélé la présence de 30 espèces d’oiseaux sur la zone d’étude.
Parmi les espèces les plus abondantes sur le site, on retrouve principalement les cortèges d’oiseaux caractéristiques des milieux forestiers.
Trois espèces inféodées à ces milieux ont été contactées sans toutefois nicher sur la zone d’exploitation. Il s’agit d’espèces à intérêt
patrimonial modéré : Aigle botté Hieraaetus pennatus, Circaète-Jean-le-Blanc Circaetus gallicus, Gobemouche gris Muscicapa striata.
Seules quelques espèces sont liées aux pelouses où l’exploitation est prévue. Il s’agit d’un couple d’Alouette lulu Lullula arborea qui niche

Bilan des inventaires


sur la zone, du Tarier pâtre Saxicola rubicola et du Pipit des arbres Anthus trivialis.

30
L’habitat majoritaire de la zone est particulièrement favorable à l’Origan, une espèce de la famille des labiacées se développant
préférentiellement dans les milieux semi-ouverts bien exposés sur sol calcaire. En France, et surtout dans le domaine méridional, cette
plante est l’hôte occasionnelle de l’Azuré du serpolet. Plusieurs individus de cette espèce ont été observés sur l’ensemble de la zone
d’étude.
Ce papillon est d’un intérêt patrimonial fort. Il est directement lié aux pelouses sèches calcaires de la zone qui sont particulièrement riche
en origan, la plante hôte de l’espèce.

 Répartition de l’Azuré du serpolet


L’inventaire spécifique a permis de localiser l’espèce sur l’ensemble de la zone d’étude. Toutefois des disparités sont nettement
perceptibles, traduisant des habitats plus ou moins attractifs pour l’espèce.
En fonction de cette répartition concrète des individus d’Azuré du serpolet observés sur la zone d’étude, les secteurs comportant une
capacité d'accueil plus moins importante pour l’Azuré du serpolet ont été identifiés sur la zone d’étude.

Les cartes de localisation des habitats favorables et des individus d’Azuré du serpolet sur la zone d’étude sont présentées pages suivantes.

Figure 24 : localisation de la Rainette méridionale recensée à proximité du projet de carrière (Source Naturalia)

V.1.3.4. MAMMIFERES
Concernant les mammifères, aucun contact visuel n’a été réalisé, et il n’a pas non plus été relevé d’indices de présence de mammifères
patrimoniaux.
Seul le cadavre d’un sanglier Sus scrofa mort a été retrouvé au bord du cours d’eau.

V.1.3.5. ENTOMOFAUNE
La zone d’étude est composée d’une ancienne zone agricole abandonnée dont la reconquête végétale en est au stade de pelouse sèche
plus ou moins évoluée. Des plantations arboricoles, une colonisation par le genêt d’Espagne sont autant de facteurs indiquant une
tendance vers la fermeture du milieu. Le cortège floristique, assez varié est largement composé d’espèces nectarifères attractives pour les
papillons.
Les prospections insectes n’étaient pas prévues dans le diagnostic initial, néanmoins, lors de la prospection du 19/07/2012 (SOLDANELLE),
une recherche des lépidoptères patrimoniaux a été effectuée. A cette occasion, l’Azuré du serpolet a été contacté en deux localités
différentes. Au total, quatorze individus ont été identifiés.
Au cours de la journée de prospection dédiée à la recherche de l’Azuré du serpolet effectuée un an après (25/07/13, NATURALIA), vingt-
deux espèces de rhopalocères ont été dénombrées. La plupart de celles-ci sont communes comme l’Azuré commun Polyommatus icarus,
l’Amaryllis Pyronia tithonius, la Tabac d’Espagne Argynnis paphia, le Grand nacré Argynnis aglaja, le Demi-deuil Melanargia galathea,
l’Argus bleu-céleste Lysandra bellargus, d’autres sont plus typiquement d’affinité méridionale comme le Citron de Provence Gonepteryx

Bilan des inventaires


cleopatra, l’Azuré du plantain Polyommatus escheri, le Thécla de l’Yeuse Satyrium illicis ou l’Azuré porte-queue Lampides boeticus.
Notons l’observation d’un individu de Grand Nègre des bois Minois dryas, espèce classée déterminante pour les ZNIEFF de la région
Languedoc-Roussillon.

31
Figure 25 : localisation d’habitat favorable à l’Azuré du serpolet sur la zone d’étude (Soldanelle, juillet 2012)

Bilan des inventaires


32
Bilan des inventaires
Figure 26 : localisation des secteurs d’intérêt pour l’Azuré du serpolet en fonction des observations effectuées - Naturalia

33
Globalement, la zone d’étude n’offre pas un intérêt écologique majeur pour les habitats et l’essentiel des espèces rencontrées. Son intérêt
principal réside dans la présence de l’Azuré du serpolet qui est une espèce protégée au niveau national et qui est d’un intérêt patrimonial
V.1.4. FONCTIONNALITES ET UNITES PAYSAGERES fort.

Aux alentours du site d’étude, le paysage est composé d’un assemblage de trois grands types d’unités :
- Les terres agricoles, auxquelles appartient le site d’étude, forment une matrice continue, principalement composée de parcelles
céréalières entrecoupées d’un bocage lâche.

- Les milieux boisés constituent également une part importante du paysage local. Ils s’étendent principalement en un ensemble
de patchs de tailles variées et relativement bien connectés. A l’est du site d’étude, les boisements se raréfient et deviennent de
plus en plus isolés les uns des autres.

- Enfin, les milieux aquatiques parcourent le paysage en un maillage dense et bien connecté, formant autant de corridors pour la
biodiversité associée à ces milieux. Le ruisseau du Blau borde le site d’étude au nord.

Figure 28 : niveaux d’enjeux écologiques sur la zone d’étude (Soldanelle, juillet 2012)

Figure 27 : cartographie des unités paysagères dans lesquelles s'inscrit le site d’étude - Naturalia

V.1.5. SYNTHESE DES ENJEUX ECOLOGIQUES

Bilan des inventaires


Le site se résume à une mosaïque de huit habitats d’intérêt communautaire, dont deux à enjeu modéré. Une seule espèce floristique, bien
que non protégée, présente un intérêt patrimonial marqué (espèce menacée), tandis que deux autres sont d’intérêt communautaire.

34
V.2. EVALUATION DES ENJEUX SUR L’AIRE D’ETUDE
Taxon Espèces / habitats Statut Habitat Distribution sur l’aire d’étude Dynamique locale Effectif Enjeu sur l’aire d’étude

6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès


d’embuissonnement sur calcaires (festuco-brometalia) [*site
Pelouses sèches semi-naturelles / d’orchidées remarquable].
N2000 Majorité de la zone d’étude. - - Modéré
Prairies de fauches des collines et plaines
Habitat 6510 – Prairies maigres de fauche et basse altitude
(Alopecurus pratensis, Sanguisorba officinalis).

Forêts riveraines méditerranéennes de


N2000 92A0 – Forets-galeries à Salix alba et Populus alba. Abords du ruisseau Le Blau. - - Modéré
Peupliers blancs

Ourlets externes acidophiles médioeuropéens, atlantiques, Présente dans les boisements


Flore Pulmonaire affine Dét. ZNIEFF remarquable Ripisylve. Moyen Modéré
planitiaires-collinéens. Cela peut correspondre au 6210. rivulaires.

Peu de données Fort, la population est la seule


Prairies en lisière forestière riches en
Insectes Azuré du serpolet Protection nationale Pelouses pré-forestières ou d’ourlets herbacés à origan. Elevé représentée en plaine dans le
Origan. Population bien établie. département de l’Aude

Faible, car l’espèce n’est pas présente


en nidification et n’utilise le site
Protection nationale, N2000, En chasse occasionnelle sur la zone
Aigle botté Forestier, zone ouvertes pour l’alimentation. - 1 individu en vol ponctuellement qu’à des fins
Dét. ZNIEFF stricte d’étude.
alimentaires ou lors de ses
déplacements.

Alouette lulu Protection nationale, N2000 Vignobles, zones ouvertes. Prairie. commun 1-3 couples Faible

Bruant zizi Protection nationale Zones ouvertes. Prairie. commun 2-3 couples Faible

Coucou gris Protection nationale Milieux arbustifs et boisés. Prairie. commun 1-2 couples Faible

Protection nationale, N2000, En chasse occasionnelle sur la zone


Circaète Jean-le-Blanc Forestier, zone ouvertes pour l’alimentation. - 1 individu en vol Faible
Dét. ZNIEFF à critères d’étude.

En chasse occasionnelle sur la zone


Épervier d'Europe Protection nationale Forestier, zone ouvertes pour l’alimentation. commun 1 individu en vol Faible
d’étude.

Fauvette à tête noire Protection nationale Bocager, forestier. Ripisylve, arbustes buissonnants, lisières. commun 5-7 couples Faible
Oiseaux
Geai des chênes - Forestier. Ripisylves, boisements. commun 1-2 couples Négligeable

Bien représenté dans les


Gobemouche gris Protection nationale Ripisylves, forestier. Ripisylves, boisements. 1-2 couples Modéré
ripisylves.

En chasse occasionnelle sur la zone


Grand corbeau Protection nationale Forestier. Bien représenté sur les reliefs. 1 individu en vol Faible
d’étude.

Grimpereau des jardins Protection nationale Ripisylves, forestier. Ripisylves, boisements. Commun. 2-4 couples Faible

Grive draine - Forestier. Ripisylves, boisements Commun. 1-2 couples Négligeable

Protection nationale, Dét. En chasse occasionnelle sur la zone


Guêpier d'Europe Rivulaire, zones ouvertes pour la chasse. - 3 individus en vol Faible
ZNIEFF remarquable d’étude.

Bilan des inventaires


Loriot d'Europe Protection nationale Ripisylves. Ripisylves. Commun. 1 couple Faible

En chasse occasionnelle sur la zone


Martinet noir Protection nationale Falaise, anthropique. Commun. 5 individus en vol Faible
d’étude.

35
Taxon Espèces / habitats Statut Habitat Distribution sur l’aire d’étude Dynamique locale Effectif Enjeu sur l’aire d’étude

Merle noir - Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Négligeable

Mésange bleue Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Mésange charbonnière Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Protection nationale, N2000, En chasse occasionnelle sur la zone


Milan royal Forestier. - 1 individu en vol Faible
Dét. ZNIEFF remarquable d’étude.

Pic épeiche Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 1-2 couples Faible

Pic épeichette Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Moyennement commun. 1-2 couples Faible

Pinson des arbres Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Pipit des arbres - Ripisylve, forestier. Boisements. Moyennement commun. 1-2 couples Négligeable

Pouillot de Bonelli Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Rossignol philomèle Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Rougegorge familier Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Sittelle torchepot Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Tarier pâtre Protection nationale Zones ouvertes. Prairie. Commun. 2-3 couples Faible

Tourterelle des bois - Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Négligeable

Troglodyte mignon Protection nationale Ripisylve, forestier. Boisements. Commun. 2-3 couples Faible

Protection nationale, N2000, Assez commun des forêts des


Couleuvre d’esculape Pelouses, lisières, boisements. Boisements. 1 individu Modéré
Dét. ZNIEFF remarquable reliefs.

Commun des pelouses


Couleuvre de Montpellier Protection nationale Pelouses, lisières, milieux ouverts. Prairie, milieux ouverts. 1 individu Modéré
Reptiles méditerranéennes.

Commun des cours d’eau et


Couleuvre vipérine Protection nationale Milieux proches de l’eau. Prairie, ripisylve, ruisseau. 1 individu Faible
leurs abords.

Lézard vert occidental Protection nationale, N2000 Milieux ouverts buissonnants, lisières. Lisières, pelouses, buissons. Commun. 7 individus Faible

Hors zone d’étude (nord-ouest), au niveau


Amphibiens Rainette méridionale Protection nationale, N2000 Milieux aquatiques. Commune. 1 individu Faible
du ruisseau et sa ripisylve.

Mammifères Sanglier - Forestier et agricole pour alimentation. Praire et boisement. Commun. 1 individu (cadavre) Négligeable
Tableau 6 : évaluation des enjeux écologiques sur l’aire d’étude – Légende : Dét. : déterminante ZNIEFF / N2000 : Natura 2000

Bilan des inventaires


36
V.3. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET Groupe Espèce Type d’impact Impacts bruts

V.3.1. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET SUR LES HABITATS ET LA FLORE Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
phase exploitation.
Coucou gris Faible
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Habitats / Espèce Type d’impact Impacts bruts
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.
6210 - Pelouses sèches semi-naturelles et faciès Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface
d’embuissonnement sur calcaires (festuco-brometalia) Epervier d’Europe
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitats au Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
[*site d’orchidées remarquable] / 6510 – Prairies Modéré
niveau des zones d’extraction
maigres de fauche et basse altitude (Alopecurus
Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
pratensis, Sanguisorba officinalis).
phase exploitation.
Fauvette à tête
Indirect temporaire : Détérioration d’habitats à proximité des Faible
92A0 – Forets-galeries à Salix alba et Populus alba Faible noire Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
zones d’extraction
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.
Direct temporaire : Destruction d’individus sur les zones
Pulmonaire affine Faible Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse.
d’extraction Négligeable (alimentaire surface
Grand corbeau
Tableau 7 : impacts bruts sur les habitats et la flore Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)

Grimpereau des
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)
jardins

V.3.2. EVALUATION DES IMPACTS BRUTS DU PROJET SUR LA FAUNE Guêpier d’Europe
Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
Précisons ici que cette partie décline les impacts théoriques attendus sur les espèces, avant mise en place des mesures d’atténuation. Oiseaux Loriot d’Europe Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)

Groupe Espèce Type d’impact Impacts bruts Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface
Martinet noir
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
Direct permanent : Destruction d’individus œufs/larves en phase d’exploitation.
Fort Mésange bleue Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitats d’espèces : 4,5 ha,
Insectes Azuré du serpolet incluant les plantes hôtes et fourmilières hôtes. La prairie d’intérêt se trouve sur
Mésange
l’emprise de l’exploitation et sera Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)
Indirect temporaire à permanent : Altération de l’habitat et des espèces lors de charbonnière
donc impactée directement
la phase chantier (poussière, pollution, tassement du sol, etc.). Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface
Milan royal
Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
Aigle botté
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
Pic épeiche Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)

Circaète Jean-le- Direct temporaire : Destruction / altération de l'habitat de chasse. Négligeable (alimentaire surface Pic épeichette Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)
Blanc Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. réduite)
Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
phase exploitation.
Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en Pinson des arbres Faible
Oiseaux phase exploitation. Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Gobemouche gris Modéré (1 à 2 couples nicheurs) Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Pouillot de Bonelli Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite)

Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
phase exploitation. Rossignol phase exploitation.
Faible
Alouette lulu Modéré (2 à 3 couples nicheurs) philomèle Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.

Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en

Bilan des inventaires


Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
Rougegorge phase exploitation.
phase exploitation. Faible
Bruant zizi Faible familier Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.

37
Groupe Espèce Type d’impact Impacts bruts

Sitelle torchepot Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite) VI. MESURES D’INSERTION
Oiseaux
Direct permanent : Destruction d’individus en période de reproduction en
phase exploitation. VI.1. TYPOLOGIE DES MESURES
Tarier pâtre Faible
Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
VI.1.1. LES MESURES D’EVITEMENT
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.

Troglodyte La suppression d’un impact implique parfois la modification géographique du projet initial telle qu’un changement de site d’implantation ou
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. Négligeable (surface réduite) de tracé. La mesure d’évitement peut également s’illustrer par l’utilisation de technique davantage favorable à l’environnement, en
mignon
s’appuyant sur les meilleures techniques disponibles à un coût économiquement acceptable.
Couleuvre Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Faible
d’esculape Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation. VI.1.2. LES MESURES DE REDUCTION
Couleuvre de Direct temporaire : Destruction d’habitats d’espèce en phase exploitation.
Modéré Lorsque la suppression n’est pas possible pour des raisons techniques ou économiques, la réduction des impacts est recherchée. Il s’agit
Montpellier Direct permanent : Destruction d’individus en phase exploitation. généralement de mesures de précaution pendant la phase de travaux (respect des emprises par les véhicules de chantier, planification et
Reptiles suivi de chantier…) ou de mesures de restauration du milieu ou de certaines de ses fonctionnalités écologiques (revégétalisation, passage
Couleuvre Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Faible à faune, etc.).
vipérine
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.

Lézard vert Direct temporaire : Destruction d’habitats d’espèce en phase exploitation.


VI.2. MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES POUR LE PROJET DE CARRIERE
Modéré
occidental
Direct permanent : Destruction d’individus en phase exploitation. Les différentes mesures d’insertion présentées sont issues d’un travail croisé entre la Société PATEBEX, maître d’ouvrage ainsi que
l’entreprise HYDROGEOSPHERE, et les écologues et les naturalistes des Sociétés SOLDANELLE et NATURALIA : il s’agit donc de mesures
Rainette Direct temporaire : Destruction et détérioration d’habitat d’espèce.
Amphibiens Faible validées conjointement, qui sont déjà intégrées aux projets et dont la mise en œuvre est réaliste compte tenu des conditions de chantier.
méridionale
Direct temporaire : Dérangement en phase exploitation.
Tableau 8 : bilan des impacts bruts du projet sur les espèces protégées VI.2.1. PRESENTATION SYNTHETIQUE DES MESURES D’ATTENUATION PROPOSEES

Code de la mesure Nom de la mesure


V.4. SYNTHESE DES EFFETS CUMULES MESURE D’EVITEMENT

E1 Réduction des emprises des zones d’extraction


L’objectif de cette partie est de présenter «les effets cumulés du projet avec d’autres projets connus». Ces autres projets ne sont pas MESURES DE REDUCTION
seulement ceux de l’entreprise PATEBEX mais également ceux d’autres porteurs de projets.
R1 Calendrier d’exécution des travaux
Plus précisément, il s’agit des projets :
R2 Accompagnement écologique du chantier
- relevant du régime d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau et qui ont fait l’objet d’un document d’incidence et d’une enquête publique (1),
R3 Délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt écologique
- ayant fait l’objet d’une étude d’impact et pour lesquels l’avis de l’Autorité environnementale a été rendu public (2).
La zone d’influence du projet correspond aux communes situées à proximité directe de celle de Villelongue d’Aude ; à savoir : Alaigne, R4 Phasage de l’extraction de matériaux
Monthaut, Pomy, Loupia et Courtauly. R5 Gestion des risques de pollution
La consultation du site internet «avis de l’Autorité environnementale» de la DREAL Languedoc-Roussillon permet d’identifier les projets R6 Lutte contre les espèces végétales invasives
ayant eu une étude d’impact suivie d’un avis de l’Autorité environnementale à l’intérieur ou à proximité de la zone d’influence.
R7 Création de micro-habitats pour la petite faune avant travaux
Dans la zone d’influence, c’est-à-dire sur les communes de Alaigne, Monthaut, Pomy, Loupia et Courtauly, aucun projet n’a reçu un avis
rendu public de l’Autorité environnementale. Hors de la zone d’influence, seule la commune de Malras a connu en 2012 une extension MESURE D’ACCOMPAGNEMENT
d’unité de préparation de conditionnement de vin.
A1 Eviter la création de pièges écologiques pour les amphibiens sur la zone d’exploitation
D’autres projets sont connus, en dehors de la zone d’influence, mais ceux-ci sont en fonctionnement : élevage de porcs (Montgradail),

Mesures d’insertion
Tableau 9 : synthèse des mesures d’évitement et de réduction proposées
entreprise de préparation et conditionnement de vins (Routier), exploitation de carrière (Gramazie).

38
VI.2.2. MESURES D’EVITEMENT
VI.2.3. MESURES DE REDUCTION
L’adaptation des aménagements a concerné les secteurs où des enjeux réglementaires / patrimoniaux ont été mis en évidence et a permis
de supprimer des impacts (avérés ou potentiels) sur des espèces protégées. Conformément à la doctrine du 6 mars 2012, la première
étape de la séquence « Eviter / Réduire / compenser » a bien été adoptée en optimisant le positionnement des travaux au regard des
VI.2.3.1. R1 : CALENDRIER D’EXECUTION DES TRAVAUX
enjeux liés au milieu naturel. R1 : Calendrier d’exécution des travaux

VI.2.2.1. E1 : REDUCTION DE L’EMPRISE D’EXPLOITATION Modalités techniques

Le croisement des cycles écologiques des différentes espèces présentes permet d’optimiser le calendrier pour la réalisation des travaux. Cette mesure
s’applique aussi bien à la faune qu’à la flore.
E1 : Réduction de l’emprise de l’exploitation
Les périodes théoriquement les plus sensibles sont les périodes de reproduction/floraison. D’autres périodes sont à prendre en considération pour la
Modalités techniques réalisation des travaux. Ainsi la période hivernale est très importante pour l’herpétofaune et la chiroptérofaune dû à la léthargie des espèces qui composent
ces groupes. Cet état physiologique ne leur permet pas de fuir devant le danger. Cette phase hivernale reste relativement sensible pour l’avifaune.
Du fait d’une collaboration constructive avec le maitre d’œuvre l’emprise initiale prévue a pu être revue à la baisse en termes de surface détériorée en vue
de l’extraction de matériaux minéraux. Le tableau ci-après présente les périodes optimales pour la réalisation des différentes phases du chantier.

Effectivement, il a été décidé de limiter la surface d’emprise initialement étudiée de 7,8 ha à deux zones représentant respectivement environ 1,84 ha et Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fév. Mars Avril Mai Juin Juill. Aout
0,72 ha tout en permettant une exploitation optimale de la zone prédéfinie. Reproduction des amphibiens Léthargie - reptiles, amphibiens, chiroptères Phase de reproduction de la faune et de la flore
Cette limitation des emprises laisse intact une grande partie du terrain prévu à l’origine pour l’exploitation. Ainsi, une bande de 20 m de large est préservée
du côté de la colline d’autant plus intéressant qu’elle concentre l’essentiel des enjeux faunistiques de la zone d’étude. Côté cours d’eau, une bande de
10m sera épargnée des atteintes liées à l’exploitation afin de préserver Le Blau et sa ripisylve ainsi que les lisières prairiales.
C’est au total environ 5 ha qui seront épargnés de toute atteinte à conditions que les mesures d’atténuation préconisées soient correctement appliquées. Période optimale pour le démarrage des travaux (défrichement, terrassement)
Période favorable à la réalisation du chantier (hors défrichement, terrassement)
Période durant laquelle les travaux de défrichement, terrassement ne doivent pas être réalisés

La période optimale de démarrage des travaux se situe en automne, lorsque la plupart des espèces ne sont plus en phase de reproduction mais
sont encore actives. Le tableau s’applique si la condition suivante est réalisée :

 Réalisation des travaux d’un seul tenant


Afin d’éviter « l’effet puits », il est préconisé de réaliser le défrichement en amont des travaux. Puis, dans la mesure du possible, il est préférable
d’effectuer les travaux sans interruption, afin d’éviter d’attirer des espèces pionnières sur les milieux fraichement terrassés, et ainsi limiter la mortalité
pendant les travaux. Les travaux de défrichement et de terrassement sur la zone d’emprise pourront donc être réalisés de manière conjointe ou en continu.

Localisation Ensemble des travaux


Eléments en bénéficiant Ensemble de la biodiversité
Période de réalisation Au commencement de la mise en place des exploitations
Coût Pas de surcoût. Planning intégré dans le cadre de l’intervention.
Ancienne emprise envisagée Emprise définitive fixée après concertation

Localisation Zone d’exploitation


Eléments en bénéficiant Ensemble de la biodiversité et des habitats d’espèces
Période de réalisation Toute la durée de l’exploitation
Coût estimatif Pas de surcoût, la modification a été concertée lors de la phase de conception du projet.

Mesures d’insertion
39
VI.2.3.2. R2 : ACCOMPAGNEMENT ECOLOGIQUE DU CHANTIER R2 : accompagnement écologique du chantier

R2 : accompagnement écologique du chantier Modalités techniques

Modalités techniques
Tarif journalier pour un écologue assistant à maîtrise d’œuvre / d’ouvrage : 600 euros HT
L’un des axes de travail de l’assistance à maitrise d’œuvre « biodiversité » consiste à veiller au strict respect des préconisations énoncées dans le cadre
du VNEI en phase chantier (mesures de réduction) et exploitation (mise en place des mesures d’accompagnement). Pour cela, nous préconisons Soit, 5,5 jours estimés au minimum pour la réalisation des mesures R2, R3, R6, R7, hors coût de matériel
l’accompagnement par un écologue tout au long de différentes phases du chantier. Il assurera en particulier : et de suivi des mesures : 3300 euros HT.

 Le respect du calendrier écologique du chantier (Cf. mesure R1). Un compte-rendu est estimé pour chaque mesure accompagnée, soit 4 compte-rendu au minimum pour
les mesures R2, R3, R6, R7 (0,5 jour / CR) : 1200 euros HT.
L’accompagnement écologique veillera à proposer une planification des travaux cohérente avec le respect des éléments naturels.
Coût total de la mesure R2 : 3300 + 1200 = 4500 euros HT (hors mesure A1)
 Gestion des matériaux inertes.
Au niveau de l’aire d’étude, cette mesure consiste à définir des zones de stockage de matériaux hors des périmètres à sensibilité écologique en les VI.2.3.3. R3 : DELIMITATION ET RESPECT DES EMPRISES ET MISE EN DEFENS DES SECTEURS D’INTERET
concentrant sur des secteurs remaniés à faible valeur écologique. Il est prévu dans la conception du projet un décapage de la terre végétale préalable.
ECOLOGIQUE
Cette dernière sera stockée temporairement sur l’ensemble du site. Elle sera ensuite redéposée sur l’ensemble du site afin de favoriser la reprise de la
végétation autochtone. Toutefois, la définition des aires de stockage au sein de l’aire d’étude devra faire l’objet d’une validation par le passage d’un
R3 : délimitation et respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt écologique
écologue. De plus la terre végétale stockée, devra régulièrement être humidifiée afin de préserver l’état de la banque de graines et de bulbes.

 Respect des emprises et mise en défens des secteurs d’intérêt écologique (Cf. mesure R3). Modalité technique

 Gestion des risques de pollution (Cf. mesure R5), dont limitation des émissions de poussière dans l’environnement proche. Afin d’éviter l’apparition d’impacts accidentels lors du chantier, les secteurs ou objets à éviter devront être balisés avant travaux par un écologue
(entre dans le cadre de la mesure d’accompagnement de chantier R2) dans les portions du projet où l’enjeu écologique est important.
 Lutte contre les espèces végétales invasives (Cf. mesure R6).
La limitation des emprises, des voies d’accès, des zones de stockage :
 Repérage des zones de replis et la pose de gîtes de replis pour les reptiles, les amphibiens et les micromammifères avant
travaux (Cf. mesure R7). Les emprises des travaux sont prévues au strict minimum et seront respectées.

 Limitation de l’attrait des amphibiens pionniers sur le chantier (cf. mesure A1). A noter que cette mesure sera appliquée La mise en défens des secteurs à enjeux :
uniquement dans le cas où des conditions favorables à ces amphibiens viennent à se développer sur les emprises lors du Ce balisage est réalisé, soit par rapport à des espèces en particulier, soit par rapport à des habitats naturels, soit par rapport à des habitats d’espèces. Les
chantier. corridors écologiques (trames vertes et bleues) jugés intéressants pour le maintien et le déplacement des espèces seront mis en défens afin de conserver
Un bref compte-rendu sera effectué après chaque passage de l’écologue afin de rendre compte au maître d’ouvrage du bon suivi des mesures. leur fonctionnement particulier.

Localisation Ensemble de la zone de projet.


Eléments en bénéficiant La biodiversité au sens large et les habitats.
Période de réalisation En phase préparatoire et lors de l’exécution des travaux des différentes phases.

Dépendant de la durée des travaux et de la nature des mesures à accompagner. Un estimatif du temps passé et
du coût associé est proposé ci-après.

• R2 : accompagnement écologique du chantier (1 jour)


- 1 réunion avec l’entreprise de chantier avant travaux pour présenter les mesures à suivre (0,5 jour).
- 1 réunion au cours des phases de travaux (0,5 jour).
• R3 : mise en défens des secteurs d’intérêt écologique (2 jours)
- 0,5 de travail de concertation pour le positionnement des mises en défens
- 1 jour pour la pose des dispositifs de balisage
- 1 passage pour le contrôle du maintien des dispositifs au cours des travaux (0,5 jour)
• R6 : lutte contre les espèces végétales invasives pendant le chantier (1 jour) Localisation de la zone de projet stricte à respecter (rouge) et des secteurs à enjeux (vert)
- 1 passage d’un écologue en amont des travaux pour localiser avec précision les espèces invasives L’implantation précise du balisage et la nature des dispositifs de mise en défens (chaînette, rubalise, barrière Heras, panneautage …) devront se faire avec
Coût estimatif
concernées (0,5 jour) l’aide d’un expert-écologue. Ainsi, les impacts directs et indirects seront fortement limités.
- 1 passage pendant les travaux pour l’installation des zones d’entretien des engins de travaux et
délimitation des zones de dépôt temporaire pour les espèces invasives (0,5 jour) La localisation du balisage précis de la mesure sera à définir en concertation à l’orée des travaux, avec l’aide d’un écologue
Localisation
• R7 : création de micro-habitats pour la petite faune avant travaux (1,5 jour) assistant à maîtrise d’ouvrage écologique.
- 1 passage pour le repérage des sites appropriés pour l’installation des abris, en fonction du
Eléments en bénéficiant La faune au sens large
déroulement des travaux (0,5 jour)
- 0,5 jour pour la mise en place du dispositif avant travaux (5 plaques/abris reptiles, 2 gîtes à Hérisson) Période de réalisation En amont des travaux pour les mises en défend, au cours du chantier pour le respect des emprises.
- 1 passage après les phases de travaux (0,5 jour)

Mesures d’insertion
• A1 : éviter la création de pièges écologiques pour les amphibiens sur le site d’exploitation Coût de la main d’œuvre estimé dans la mesure R2 d’accompagnement écologique du chantier.
(uniquement dans le cas où des conditions favorables aux amphibiens sont détectées sur le Coût estimatif Coût estimé pour un dispositif de balisage de 600 mètres (coteaux et ripisylve éventuels) : 300 euros HT environ
site)
(hors coût de main d’œuvre et de suivi).
- Tarif journalier d’un écologue appliqué, par jour de travail

40
VI.2.3.4. R4 : PHASAGE DE L’EXTRACTION VI.2.3.6. R6 : LUTTE CONTRE LES ESPECES VEGETALES INVASIVES PENDANT LE CHANTIER
R4 : phasage de l’extraction R6 : lutte contre les espèces végétales invasives
Modalités techniques
Modalités techniques
En collaboration avec le maitre d’ouvrage et le bureau d’étude généraliste nous sommes parvenus à mettre en place un mode d’extraction permettant
théoriquement une réhabilitation du milieu de la meilleure façon possible. Effectivement, un déroulement de l’extraction par phasage et rotation permet de La problématique de l’importation de végétaux extérieurs au site via les engins de chantier se doit d’être prise en compte afin de préserver le milieu
n’impacter qu’une faible surface d’habitat à la fois et de la rendre rapidement disponible à la recolonisation par les espèces naturelles environnantes. naturel dans un état écologiquement indemne. Ces végétaux exogènes invasifs ont une capacité de reproduction élevée, une forte résistance aux
maladies, une croissance rapide et une forte faculté d’adaptation, concurrençant de fait les espèces autochtones et perturbant les écosystèmes naturels.
Cette mesure ne réduit pas l’impact direct brut mais permettra de favoriser une recolonisation du milieu plus rapidement. Les invasions biologiques sont à ce propos la deuxième cause de perte de biodiversité, après la destruction des habitats (MacNeely & Strahm, 1997). Ils
sont donc à prendre impérativement en compte dans ce type de projet. Sont considérées comme invasives sur le territoire national, les plantes qui par
Il est à noter que cette mesure n’étant pas très rentable d’un point de vue de l’exploitation il est intéressant de la considérer comme apport scientifique
leur prolifération dans des milieux naturels ou semi naturels y produisent des changements significatifs de composition, de structure et/ou de
potentiel pertinent, à condition de mettre en place un suivis scientifique solide. fonctionnement des écosystèmes (Conk & Fuller, 1996).
Les détails techniques ont été présentés dans la partie III.3. Fonctionnement de l’exploitation.
Il est préconisé de maintenir une vigilance particulière sur la zone d’emprise des travaux, car les zones remaniées constituent une niche
Localisation Zone d’exploitation écologique de choix pour la prolifération des espèces végétales invasives.
Eléments en bénéficiant Ensemble de la biodiversité et des habitats
Cette mesure est à réfléchir lors d’étapes essentielles :
Période de réalisation Toute la durée de l’exploitation
Lors de la phase chantier et exploitation : veiller à ne pas disséminer d’espèces envahissantes vers le chantier comme vers l’extérieur du chantier
Coût estimatif Pas de surcoût. Planning intégré dans la conception du projet. (semence et bouture) avec les engins de travaux. Les voies de passage empruntées par ces engins devront être délimitées (cf. mesure R2). Il est
également important de limiter au maximum l'apport de matériaux extérieurs au site.
Après les différentes phases de chantier : veiller, jusqu’à la recolonisation complète par les espèces autochtones, à la non installation d’espèces
VI.2.3.5. R5 : GESTION DES RISQUES DE POLLUTION envahissantes au niveau des sols remaniés lors du terrassement. Des opérations d’arrachages ponctuels pourront être prévues et réalisées selon un
protocole clairement défini en fonction de l’espèce d’invasive identifiée.
R5 : gestion des risques de pollution Localisation Ensemble de la zone de projet, notamment milieux remaniés et voies empruntées par les engins.

Modalité technique Eléments en bénéficiant Habitats naturels, habitats d’espèces.


Période de réalisation En phase préparatoire, phase chantier et après chantier (accompagnement écologique du chantier).
Le projet de carrière est réalisé à proximité d’un cours d’eau où certains enjeux liés au milieu aquatique ont été identifiés. La protection de la ressource en
Coût estimatif Prévu dans le cadre de la mise en œuvre de la mesure R2.
eau apparaît alors comme primordiale.
Les risques de pollution du milieu aquatique et donc d’atteintes aux espèces recensées d’amphibiens et de poissons devront être réduits.
La phase travaux est très sensible car souvent génératrice de perturbations pour le milieu aquatique. Il conviendra donc de mettre en place un plan de VI.2.3.7. R7 : CREATION DE MICRO-HABITATS POUR LA PETITE FAUNE AVANT TRAVAUX
prévention des pollutions. Produit par l’entreprise, ce dernier précisera les dispositions particulières, le nombre et la nature des équipements prévus pour la
prévention des pollutions, prenant en compte en particulier les rejets de terre et de fines, de laitances, d’huiles, d’hydrocarbures et autres polluants. R7 : création de micro-habitats petite faune
Chaque engin de chantier devra être équipé d’un kit anti-pollution d’une capacité d’absorption à définir en concertation avec un expert écologue chargé de
l’assistance à maîtrise d’ouvrage environnementale. Modalité technique
Pour traiter les pollutions accidentelles, un plan de prévention et d’urgence sera mis en place. Une bonne organisation du chantier permettra de limiter au Il s’agit de poser ces refuges avant travaux de manière à ce que la faune puisse s’y réfugier de manière temporaire pendant la mise en place de
maximum les risques de pollution accidentelle par déversements de substances toxiques, de laitance de béton ou de matières en suspension. Aussi, toutes l’exploitation. Cette mesure a pour objectif principal d’assurer la pérennité des populations des espèces présentes au sein de l’aire d’emprise. Le
les précautions seront prises afin de limiter autant que possible ces rejets dans l’environnement du projet. Les aires d’installation et de passage des engins positionnement de ces gîtes se fera par un expert écologue qui indiquera la localisation appropriée juste avant le démarrage des travaux.
de chantier seront imperméabilisées et équipées de bacs de décantation et de déshuileurs.
 Refuges à herpétofaune et micromammifères
Les produits présentant un fort risque de pollution seront stockés sur des sites couverts et dans des bacs étanches. Les engins de travaux publics feront
l’objet de contrôles réguliers (réparations, signal de fuites de carburants, huiles, etc.). Un stock de matériaux absorbant (sable, absorbeur d’hydrocarbure, …) Il s’agit d’entreposer en certains points des tas de bois issus du défrichement. Ainsi, à l’aide des rémanents du chantier (amas de branchages, pierres,
sera présent sur site afin de neutraliser rapidement une pollution accidentelle. Les instructions d’intervention sur ce risque de pollution seront transmises aux terre, feuilles mortes…) seront aménagées des « caches » en périphérie des travaux. Ces gîtes sommaires sont très favorables aux reptiles, amphibiens et
responsables du chantier : conducteur de travaux, chef d’équipe notamment. micromammifères qui y trouvent des conditions micro-environnementales stables.
Un autre type de gîte est envisagé sous la forme de plaque de taille moyenne (50x50 cm minimum à 100x100 cm), dont la composition peut varier (plaque
Localisation Le long de la ripisylve du Blau. bitumeuse, tôle, bois, caoutchouc tissé). Posée à même le sol (éventuellement sur des cailloux), elle fournit un abri pour les reptiles, amphibiens et
micromammifères, et des places de thermorégulation spécifiquement pour les reptiles.
Eléments en
Le cours d’eau de façon générale, et ichtyofaune, batrachofaune, entomofaune, malacofaune, herpétofaune, avifaune…  Gîte à hérissons
bénéficiant
Pour le hérisson, espèce de plus grande taille, l’aménagement sera construit selon le même principe mais en y incluant une caisse en bois (20x30x20)
Période de réalisation Phase préparatoire et phase chantier sous les branchages et un accès afin de lui fournir un gîte attractif. L’intérieur sera garni de feuilles mortes.
Ces différents gîtes doivent être localisés sur des secteurs relativement tranquilles, c’est-à-dire le plus éloigné possible des fréquentations humaines. En
Coût estimatif Prise en charge par la maîtrise d’ouvrage.

Mesures d’insertion
effet dans un contexte urbain, le moindre aménagement peut faire l’objet de dégradation, destruction, de vol…

41
R7 : création de micro-habitats petite faune A1 : éviter la création de pièges écologiques pour les amphibiens sur le site de l’exploitation

Modalité technique - En fin de journée, lorsque le chantier s’arrête, la barrière doit être fermée et verrouillée.

L’avantage de cette barrière est qu’elle peut être réutilisée pour les alvéoles suivantes. Elle ne nécessite pas non plus la création d’une tranchée pour y
enfouir en partie le grillage.
Ce dernier doit avoir une hauteur d’environ 30 à 40 cm pour être imperméable aux amphibiens.
La barrière peut être installée par les ouvriers. Elle doit être vérifiée par un écologue (pour chacune des alvéoles), qui profitera de ce déplacement pour
informer les ouvriers sur son usage, et former une personne présente en permanence sur le chantier pour la vérification des ornières sur les pistes.

Exemple de plaque à reptile Exemple de tas de bois pour reptiles Croquis d’aménagement d’un gîte à hérissons
Localisation Sur les bordures de la zone de travaux. A localiser lors de la mesure R2.

- Ensemble de l’herpétofaune
Eléments en bénéficiant - Micromammifères
- Hérisson d’Europe
Période de réalisation Phase chantier
Achat des plaques : 15 € par plaque soit 75 € pour 5 plaques
Confection des boites « gîte à hérisson » : 50 € par boite soit 100€ (hors coût main d’œuvre) pour 2 boites.
Coût estimatif
 Soit un total de : 175 euros HT pour 5 plaques et 2 « gîtes à hérisson » (hors coût de main d’œuvre pris en
compte dans la mesure R2).

VI.2.4. MESURES D‘ACCOMPAGNEMENT


Figure 29 : schéma de principe – exemple de localisation et fonctionnement barrière (Naturalia, 2013)
VI.2.4.1. A1 : EVITER LA CREATION DE PIEGES ECOLOGIQUES POUR LES AMPHIBIENS SUR LE SITE DE
Localisation Le long de la ripisylve du Blau
L’EXPLOITATION
Eléments en
Amphibiens
A1 : éviter la création de pièges écologiques pour les amphibiens sur le site de l’exploitation bénéficiant

Période de réalisation Phase préparatoire et phase chantier


Modalité technique

Afin de limiter l’impact du projet sur les populations d’amphibien susceptibles de fréquenter le site au cours des travaux, plusieurs mesures
complémentaires peuvent être mises en place. Elles ont toutes pour objectif d’éviter la création de conditions favorables à l’installation d’amphibiens
pendant l’exploitation.
- Limiter la formation de retenues d’eau sur le site, en recouvrant de matériaux drainants, les pistes et voie d’accès du site (éviter la destruction
directe des individus lors de la circulation des engins). Le recouvrement peut être total ou partiel, ciblé sur les secteurs avec des ornières.

- Effectuer une veille des ornières présentes sur les pistes, lors des journées de pluie, pour vérifier l’absence d’amphibiens. Puis effectuer un
drainage (avec des matériaux drainants) de ces éventuelles ornières inondées pour rendre défavorable le site aux amphibiens (éviter la
destruction directe des individus lors de la circulation des engins).

Coût estimatif
- Mettre en place autour des alvéoles en cours d’exploitation, une clôture petite faune temporaire afin d’éviter la colonisation du site par les Figure 30 : extrait carte Hydrogéosphère (2014) - Zone d'exploitation
amphibiens. Son but est de circonscrire l’emprise des travaux en empêchant tout passage d’amphibiens dans la zone de chantier. Le dispositif
est maintenu fonctionnel pendant toute la durée des travaux sur l’alvéole. Prenons la zone d’exploitation ci-dessus pour exemple. La barrière petite faune l’entourant devrait faire environ 630 mètres de
long. Ainsi, voici le coût estimatif suivant :
Cette dernière étape consiste plus précisément à :
Désignation Unités Qtés P.U H.T (€) Total H.T (€)
- Installer une barrière autour de l’alvéole prévue à l’exploitation. Une section de cette barrière est fixe, tandis que l’autre section est mobile et
permet le passage des ouvriers et camions pour la récupération des matériaux.

Mesures d’insertion
Fourniture de grillage petites faunes
- La barrière se compose de piquets et grillages à fines mailles qui sont installés à la main. Afin de s’assurer du maintien de la barrière, des ml 630 4,30 2 709
agrafes peuvent fixer le grillage au sol. Mailles 6,5 x 6,5 x 0,55
- Lors de l’exploitation, en journée, la barrière est ouverte pour permettre le passage des ouvriers et véhicules.
Fourniture de piquets d’un mètre de haut (environ u 200 3,15 630

42
A1 : éviter la création de pièges écologiques pour les amphibiens sur le site de l’exploitation Impact
Taxon Impact avant mesures Mesures préconisées
résiduel
tous les 3 mètres)
INSECTES
Vérification du dispositif par un écologue et
jour 3 650 1 950 Direct permanent : Destruction d’individus sous E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
information des ouvriers de chantier*
forme d’œufs mais surtout de larves selon la R1 : Calendrier d’exécution des travaux
Montant total HT 5 289 HT période de réalisation des travaux
R2 : Accompagnement écologique du chantier
TVA 20% 1057, 8 Direct temporaire : Destruction et détérioration
Azuré du serpolet d’habitats d’espèces : 6.26 ha, incluant les R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Modéré
Montant TTC 6 346, 8 TTC plantes hôtes et fourmilières hôtes. défens des secteurs d’intérêt écologique

Indirect temporaire à permanent : altération de R4 : Phasage de l’extraction de matériaux


*Sur la base de 5 alvéoles, l’écologue passera 1 journée pour la première et une demi-journée pour les 4 suivantes. Soit un total
l’habitat et des espèces lors de la phase chantier R5 : Gestion des risques de pollution
de 3 journées.
(poussière, pollution, tassement du sol…) R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives

OISEAUX

E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction

VII. EVALUATION DES IMPACTS RESIDUELS SUR LES ESPECES A ENJEUX Direct permanent : Destruction d’individus en
période de reproduction en phase exploitation.
R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R2 : Accompagnement écologique du chantier
Le tableau suivant indique les niveaux d’impacts résiduels après la mise en œuvre des mesures énoncées précédemment, sur les espèces Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
Gobemouche gris Négligeable
pour lesquelles un impact brut non négligeable avait été évalué. d’habitat d’espèce. défens des secteurs d’intérêt écologique
Direct temporaire : Dérangement en phase R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Impact
Taxon Impact avant mesures Mesures préconisées exploitation. R5 : Gestion des risques de pollution
résiduel
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
HABITATS et FLORE
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction Direct permanent : Destruction d’individus en R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R1 : Calendrier d’exécution des travaux période de reproduction en phase exploitation R2 : Accompagnement écologique du chantier
6210 - Pelouses
sèches semi- R2 : Accompagnement écologique du chantier Négligeable Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
Alouette lulu Faible
naturelles et faciès Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique
Surface
d’embuissonnement d’habitats au niveau des zones d’extraction défens des secteurs d’intérêt écologique R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
réduite Direct temporaire : Dérangement en phase
sur calcaires R4 : Phasage de l’extraction de matériaux exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
(festuco-brometalia)
R5 : Gestion des risques de pollution R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction R1 : Calendrier d’exécution des travaux
Direct permanent : Destruction d’individus en
R1 : Calendrier d’exécution des travaux période de reproduction en phase exploitation R2 : Accompagnement écologique du chantier
R2 : Accompagnement écologique du chantier R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
92A0 – Forets- Bruant zizi Direct temporaire : Destruction et détérioration Négligeable

Evaluation des impacts résiduels sur les espèces à enjeux


Indirect temporaire : Détérioration d’habitats à R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique
galeries à Salix alba
proximité des zones d’extraction défens des secteurs d’intérêt écologique R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
et Populus alba Direct temporaire : Dérangement en phase
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux R5 : Gestion des risques de pollution
exploitation
R5 : Gestion des risques de pollution R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction R1 : Calendrier d’exécution des travaux
Direct permanent : Destruction d’individus en
R1 : Calendrier d’exécution des travaux période de reproduction en phase exploitation. R2 : Accompagnement écologique du chantier
R2 : Accompagnement écologique du chantier R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
Coucou gris Direct temporaire : Destruction et détérioration Négligeable
Direct temporaire : Destruction d’individus sur les R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable d’habitat d’espèce. défens des secteurs d’intérêt écologique
Pulmonaire affine
zones d’extraction défens des secteurs d’intérêt écologique R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct temporaire : Dérangement en phase
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux R5 : Gestion des risques de pollution
exploitation.
R5 : Gestion des risques de pollution R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives

43
Impact Impact
Taxon Impact avant mesures Mesures préconisées Taxon Impact avant mesures Mesures préconisées
résiduel résiduel

E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction REPTILES


Direct permanent : Destruction d’individus en R1 : Calendrier d’exécution des travaux
période de reproduction en phase exploitation E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
R2 : Accompagnement écologique du chantier
R1 : Calendrier d’exécution des travaux
Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable
Fauvette à tête noire R2 : Accompagnement écologique du chantier
d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
Direct temporaire : Dérangement en phase
Couleuvre d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique Négligeable
exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
d’esculape R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives Direct temporaire : Dérangement en phase
exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
Direct permanent : Destruction d’individus en R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R7 : Création de micro-habitats pour la petite faune
période de reproduction en phase exploitation R2 : Accompagnement écologique du chantier avant travaux
Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable
Pinson des arbres E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique
R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct temporaire : Dérangement en phase
R2 : Accompagnement écologique du chantier
exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
Direct temporaire : Destruction d’habitats R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
Couleuvre de d’espèce en phase exploitation défens des secteurs d’intérêt écologique Faible
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction Montpellier R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct permanent : Destruction d’individus en
Direct permanent : Destruction d’individus en R1 : Calendrier d’exécution des travaux phase exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
période de reproduction en phase exploitation R2 : Accompagnement écologique du chantier R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable R7 : Création de micro-habitats pour la petite faune
Rossignol philomèle
d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique avant travaux
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct temporaire : Dérangement en phase E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
R2 : Accompagnement écologique du chantier
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
Direct permanent : Destruction d’individus en R1 : Calendrier d’exécution des travaux d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique Négligeable
période de reproduction en phase exploitation Couleuvre vipérine
R2 : Accompagnement écologique du chantier Direct temporaire : Dérangement en phase R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct temporaire : Destruction et détérioration R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Négligeable exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
Rougegorge familier
d’habitat d’espèce défens des secteurs d’intérêt écologique R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
Direct temporaire : Dérangement en phase R4 : Phasage de l’extraction de matériaux R7 : Création de micro-habitats pour la petite faune
exploitation R5 : Gestion des risques de pollution avant travaux
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives

Evaluation des impacts résiduels sur les espèces à enjeux


E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction
E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction R1 : Calendrier d’exécution des travaux
R1 : Calendrier d’exécution des travaux R2 : Accompagnement écologique du chantier
R2 : Accompagnement écologique du chantier Direct temporaire : Destruction d’habitats R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en Lézard vert d’espèce en phase exploitation défens des secteurs d’intérêt écologique Faible
Direct permanent : Destruction d’individus en
période de reproduction en phase exploitation défens des secteurs d’intérêt écologique occidental Direct permanent : Destruction d’individus en R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
Direct temporaire : Destruction et détérioration R4 : Phasage de l’extraction de matériaux phase exploitation R5 : Gestion des risques de pollution
Tarier pâtre Faible
d’habitat d’espèce R5 : Gestion des risques de pollution R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
Direct temporaire : Dérangement en phase R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives R7 : Création de micro-habitats pour la petite faune
exploitation avant travaux

AMPHIBIENS

E1 : Réduction des emprises des zones d’extraction Négligeable


Rainette méridionale Direct temporaire : Destruction et détérioration R1 : Calendrier d’exécution des travaux

44
Impact
Taxon Impact avant mesures Mesures préconisées
résiduel
d’habitat d’espèce. R2 : Accompagnement écologique du chantier
Direct temporaire : Dérangement en phase R3 : Délimitation et respect des emprises et mise en
exploitation. défens des secteurs d’intérêt écologique
R4 : Phasage de l’extraction de matériaux
R5 : Gestion des risques de pollution
R6 : Lutte contre les espèces végétales invasives
R7 : Création de micro-habitats pour la petite faune
avant travaux

Evaluation des impacts résiduels sur les espèces à enjeux


45
VIII. OBJET DE LA SAISINE DE LA COMMISSION DU CNPN Espèces Statut de protection Justification de la demande

Protection nationale : Espèce protégée en France : article 2 de l’arrêté du 23 avril


Ces espèces sont les espèces protégées pour lesquelles les impacts résiduels lors du volet naturel de l’étude d’impact ont été jugés non 2007 (les individus et les habitats sont protégés)
négligeables.
Liste rouge nationale (UICN) : LC (Peu Concerné) Destruction d’individus
Azuré du
Le projet d’exploitation d’une carrière de granulats sur la commune de Villelongue d’Aude, a fait l’objet en 2012 d’études de conception. En Directive Habitats : Annexe IV Altération et destruction de l’habitat
serpolet
corollaire, à la définition de ce parti d’aménagement, différentes études réglementaires dont le volet milieu naturel de l’étude d’impact a été d’espèce
Convention de Berne : Annexe II
réalisée. Ce dernier a montré que le projet aurait des impacts sur des espèces animales protégées.
Liste rouge européenne (UICN) : EN (En Danger)
Des dérogations au régime de protection des espèces de faune et de flore peuvent être accordées dans certains cas particuliers listés à
l’article L.411-2 du code de l’Environnement. L’arrêté ministériel du 19 février 2007 en précise les conditions de demande et d’instruction. Protection nationale : Espèce protégée en France : article 3 de l’arrêté du 19/11/2007 Destruction d’individus en phase de
En effet, l’article L 411-2 du code de l’environnement décliné par les articles R 411-6 à R411-14 et par arrêté interministériel du 19 février Couleuvre de chantier
Montpellier Liste rouge France (UICN) : LC (Préoccupation mineure)
2007 prévoit la possibilité d’édicter des arrêtés préfectoraux ou ministériels de dérogation aux interdictions mentionnées aux 1, 2 et 3 de Destruction d’habitats d’espèce
l’article L 411-1 du code de l’environnement.
Protection nationale : Espèce protégée en France : article 2 de l’arrêté du 19/11/2007
Destruction d’individus en phase de
Ces interdictions concernent notamment le prélèvement, le déplacement ou la destruction d’espèces mais également, depuis 2007, la Lézard vert Directive Habitats : Annexe IV chantier
destruction, l’altération ou la dégradation du milieu particulier à certaines espèces protégées. occidental
Liste rouge France (UICN) : LC (Préoccupation mineure) Destruction d’habitats d’espèce
Les arrêtés de dérogation ne peuvent être délivrés que dans les cas listés ci-après et à condition qu’il n’existe pas d’autre solution
Protection nationale : Espèce protégée en France : article 3 de l’arrêté du 29 octobre
satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas au maintien, dans un état de conservation favorable, des populations des espèces
2009
concernées dans leur aire de répartition naturelle : Tarier pâtre Destruction d’habitats d’espèce
Liste rouge France (UICN) : LC (Préoccupation mineure)
a) Dans l’intérêt de la protection de la faune et de la flore sauvages et de la conservation des habitats naturels ;
Protection nationale : Espèce protégée en France : article 3 de l’arrêté du 29 octobre
b) Pour prévenir des dommages importants notamment aux cultures, à l’élevage, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et à 2009
d’autres formes de propriété ;
Directive oiseaux : Annexe I
Alouette lulu Destruction d’habitats d’espèce
c) Dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publiques ou pour d’autres raisons impératives d’intérêt public majeur, y compris de Liste rouge France (UICN) : LC (Préoccupation mineure)
nature sociale ou économique, et pour des motifs qui comporteraient des conséquences bénéfiques primordiales pour
Espèce déterminante ZNIEFF remarquable
l’environnement ;
Tableau 10 : espèces concernées par la demande de dérogation
d) A des fins de recherche et d’éducation, de repeuplement et de réintroduction de ces espèces et pour des opérations de
reproduction nécessaires à ces fins, y compris la propagation artificielle des plantes ;
e) Pour permettre, dans des conditions strictement contrôlées, d’une manière sélective et dans une mesure limitée, la prise ou la
détention d’un nombre limité et spécifié de certains spécimens.

VIII.1. ESPECES FLORISTIQUES CONCERNEES PAR LA DEMANDE


Les résultats des inventaires ne mentionnent pas la présence d’espèce protégée par la loi. Ainsi, aucune espèce floristique ne fait l’objet
d’une saisine. Les espèces patrimoniales observées (mais non protégées), bénéficieront toutefois, des mesures compensatoires mises en
œuvre pour les espèces animales impliquant la saisine de la commission faune du CNPN.

objet de la saisine de la commission du CNPN


VIII.2. ESPECES FAUNISTIQUES CONCERNEES PAR LA DEMANDE
Les espèces pour lesquelles des impacts résiduels non nuls ont été mis en évidence font l’objet d’une demande de dérogation, au titre de
l’article L 411-2 du Code de l’Environnement. Elles sont présentées dans le tableau ci-après.

46
IX. PRESENTATION DES ESPECES FAUNISTIQUES FAISANT L’OBJET DE LA DEMANDE DE DEROGATION
IX.1. LES ESPECES PATRIMONIALES
Sont décrites ci-après les espèces protégées pour lesquelles l’impact résiduel a été jugé comme significatif.

AZURE DU SERPOLET
MACULINEA ARION

Taxonomie

Classe : Insecta
Ordre : Lepidoptera
Famille : Lycaenidae

Statut de protection Liste rouge


• Protection nationale : Espèce protégée en France : article 2 de l’arrêté du 23 avril 2007 (les individus et • Liste rouge internationale (UICN) : Non évaluée
les habitats sont protégés) • Liste rouge nationale (UICN) : LC (Peu Concerné)
• Directive Habitats : Annexe IV
• Liste rouge européenne (UICN) : EN (En Danger)
• Convention de Berne : Annexe II

Statut patrimonial de l’espèce en Languedoc-Roussillon

Espèce déterminante ZNIEFF


Espèce PNA

Description de l’espèce

Présentation des espèces faunistiques faisant l’objet de la demande de dérogation


Avec des ailes antérieures mesurant de 16 à 22 mm de longueur, l’Azuré du serpolet figure parmi les plus grands azurés de France.
Le dessus des ailes est bleu clair assez vif, avec des bordures marginales et taches noirâtres. La face inférieure est gris-brun suffusée de bleu à la base. Elle est ornée de larges points noirs ovales cerclés de blanc.

47
Répartition internationale et nationale Répartition régionale (en LR) et dans l’Aude
L’Azuré du serpolet a une répartition eurasiatique, de l’Angleterre au Japon. En Languedoc Roussillon, l’espèce exploite essentiellement les piémonts montagnards, entre 250 et 1500m.
En Europe, sa limite septentrionale est le sud des pays scandinaves et les pays baltes. Mais elle est plus limité en domaine méditerranéen où elle occupe
essentiellement le supra-méditerranéen.

Figure 32 : distribution de l'espèce en LR selon le PRA Maculinea (2011) et l'Atlas des rhopalocères de LR (2013)

Dans l’Aude, seules deux mentions récentes sont à relever de la plaine, dont l’une est constituée par la présente population de Villelongue d’Aude. Les autres
sont répertoriées au sud de la vallée de l’Aude, dans les piémonts où l’espèce semble relativement commune.

Présentation des espèces faunistiques faisant l’objet de la demande de dérogation


Figure 31 : distribution française de l’Azuré du serpolet - Source : LEPINET, 2013

Figure 33 : distribution de l'espèce focalisée dans l'Aude (source : Atlas des rhopalocères de LR)

48
Biologie et écologie
De manière générale l’habitat optimal correspond aux zones où pousse la plante hôte. Dans le sud de la France elle correspond essentiellement à des formations
de pelouse pré-forestières ou d’ourlet herbacés à origan.
Dans l’Aude et les piémonts des Pyrénées orientales, les habitats de l’Azuré du serpolet sont les pelouses sèches rases ou des prairies maigres en montagne; des
friches herbeuses et ourlets herbacés ainsi que les lisières de bois clairs avec de l’Origan en plaine.
Cycle de vie :
Les plantes hôtes de l’espèce sont différentes espèces de serpolet (Thymus pulegioides ; T. drucei) mais dans les zones collinaires du sud de la France l’espèce
semble être plutôt liée à l’Origan Origanum vulgare (CEYLERON & FATON 2004). La chenille passe ses trois premiers stades sur la plante hôte. A la fin de l’été,
elle est recueillie dans des fourmilières de l’espèce Myrmica sabuletti (THOMAS et al., 2009) où elle est entretenue par les fourmis et se nourrit de leurs larves.
Elles ont une répartition bimodale, avec une partie des chenilles qui se nymphose à la fin du printemps suivant tandis que l’autre cohorte reste une année
supplémentaire.

Alimentation :
Aux premiers stades de développement larvaire, la chenille se nourrit de sa plante hôte, essentiellement l’intérieur des boutons floraux. Une fois recueillie pas la
fourmilière hôte, les stratégies différent parmi les Maculinea : certaines espèces se nourrissent du couvain (Maculinea arion, M. telejus, M. nausithous) tandis que
d’autres sont nourries directement pas les ouvrières par la même substance réservée aux larves des fourmis (M. alcon alcon et M. alcon rebelli), sans atteinte au
couvain.
Les adultes quant à eux sont floricoles et butinent sur les plantes hôtes (Thymus spp., Origanum vulgare) et sur les sainfoins Onobrychis spp.. Figure 34 : femelle d’Azuré du serpolet en ponte et gros plan sur un œuf éclos (photo in situ, G. Aubin/Naturalia)

Conservation
De par leur cycle de vie complexe, toutes les espèces du genre Maculinea sont vulnérables.
En effet la disparition de l’hôte végétal ou une raréfaction de l’hôte animal induit une disparition automatique de la population concernée. Le changement des
pratiques agricoles mène à une perte d’habitat d’espèce, ce qui morcèle les populations induisant ainsi un isolement et un appauvrissement génétique.
En Angleterre l’espèce avait disparu avant une tentative réussie de réintroduction. Cependant Maculinea arion est sans doute la moins menacée des espèces du
genre en France et sa présence est encore attestée sur l’ensemble du territoire.

Figure 35 : habitat de lisière favorable à l’espèce et micro-habitat dense en origan, in situ (G. Aubin/Naturalia)

Présentation des espèces faunistiques faisant l’objet de la demande de dérogation


Localisation au sein de l’aire d’étude

Les prospections de 2012, réalisées en juillet dans le cadre du diagnostic écologique effectué par Soldanelle, ont mis en évidence la présence de plusieurs
individus d’Azuré du serpolet sur l’emprise du projet. Répartis en deux localités, 14 imagos ont été recensés lors de cet inventaire.
Les compléments d’inventaires spécifiques à l’Azuré du serpolet réalisés en 2013 par Naturalia ont permis de comptabiliser une trentaine d’individus répartis sur la
zone d’étude. Les habitats d’intérêt pour l’espèce ont également pu être mieux appréhendés par localisation de l’origan, ce qui a permis de cartographier les zones
à enjeux en fonctions de leur capacité d’accueil et des observations directes de l’espèce.

49
IX.2. LES AUTRES ESPECES FAUNISTIQUES
Le tableau ci-dessous synthétise les informations concernant les espèces protégées pour lesquelles l’impact résiduel est jugé non négligeable, et qui sont incluses dans le dossier CNPN. Il s’agit essentiellement d’espèces communes mais on retrouve également quelques espèces «
patrimoniales » qui ne constituent pas un enjeu pour ce projet (après mise en place des mesures), au regard de leur statut biologique sur l’aire d’étude ou des effectifs présents.

Habitat fréquenté sur l’aire Statut biologique sur Portée de


Espèces Statut de protection Descriptif de l’espèce et de son écologie Répartition de l’espèce
d’étude l’aire d’étude et effectif l’impact résiduel
Circum- méditerranéenne, présente dans les
départements côtiers de France ainsi que les iles

Nat
La plus grande espèce de serpents de France. Sa coloration est de vert d’Hyères
Protection nationale : Espèce protégée en
olive à brun. Elle est caractérisée par une écaille supra oculaire Strictement inféodée au climat méditerranéen, cette Reproduction et hivernage
France : article 3 de l’arrêté du 19/11/2007 Pelouses, friches, murets de

Rég/dept
proéminente et la présence de deux écailles loréales. Cette espèce a la espèce occupe les départements de l’Aude, du Gard, de 1 individu Faible
Liste rouge France (UICN) : LC pierres, talus
particularité que les males sont plus grands que les femelles. l’Hérault et des Pyrénées Orientales ainsi que l’extrême
(Préoccupation mineure) sud-est de la Lozère.
Habitat : Ubiquiste.
Couleuvre de Montpellier
Fréquente

Loc.
Le Lézard vert a une distribution limitée à la péninsule
Protection nationale : Espèce protégée en Lézard de grande taille avec une queue qui représente deux tiers de la Ibérique et à la France où il n’est absent que d’une partie

Nat
France : article 2 de l’arrêté du 23 avril 2007 longueur totale. Sa couleur varie avec l’âge et le sexe (brun uniforme à du Pas de Calais et des Ardennes.
(les individus et les habitats sont protégés) ventre jaune, dos vert ponctué de noir et jaune et parfois chez les
Reproduction et hivernage

Rég/dept
Directive Habitats : Annexe IV femelles 2 à 4 lignes blanches sur les côtés du dos). Il est très commun en Languedoc-Roussillon et Friches, talus embroussaillés Faible
7 individus
Espèce thermophile, il affectionne les milieux à végétation buissonnante localement.
Liste rouge France (UICN) : LC bien exposés au soleil (bordure de ripisylve, haie, clairière, zone
(Préoccupation mineure) périurbaine…).
Lézard vert occidental Abondant

Loc.
Il a un plumage bien marqué alliant le noir, le blanc et l’orange. La Espèce répandu sur quasi l’ensemble du territoire en
femelle est plus terne. Le couple vit souvent ensemble toute l’année. période de nidification ; absente d‘une grande partie nord-

Nat
Protection nationale : Espèce protégée en Il niche dans les landes, les friches, les prés, certaines cultures, les est du pays en hiver.
France : article 3 de l’arrêté du 29 octobre maquis et plus généralement les milieux semi-ouverts (zone ouverte Espèce sédentaire et assez commune dans la région.

Rég/dept
2009 associée à des formations arbustives/arborées). Le nid est positionné au Espèce sédentaire présente sur l’ensemble du Reproduction

Présentation des espèces faunistiques faisant l’objet de la demande de dérogation


Friche et prairie bocagère Faible
sol ou juste au-dessus, à l’abri d’un buisson ou d’une touffe d’herbe. 5 à département sauf les régions montagneuses. 1 couple certain
Liste rouge France (UICN) : LC
6 œufs sont déposés et couvés pendant 14-15 jours.
(Préoccupation mineure)
L’espèce est sensible aux hivers froids, à la banalisation des milieux, la Espèce commune au niveau des friches et des

Loc.
Tarier pâtre régression du pâturage, la colonisation des friches par les arbres et agrosystèmes extensifs de la plaine viticole de l’Aude
l’augmentation de l’agriculture intensive.
Bien représentée en France (100 000 à 200 000 couples).
Elle semble absente de l’extrême sud-ouest et est moins

Nat
Protection nationale : Espèce protégée en
France : article 3 de l’arrêté du 29 octobre Cette petite alouette aux teintes chamois n’est reconnaissable qu’à son représentée au nord de la Seine.
2009 trait sourcilier blanc et ses joues teintées d’orange. Bien que présente En région Languedoc-Roussillon, l’espèce est largement
dans toute la France, l’essentiel des effectifs reproducteurs se situent représentée depuis les zones de moyenne montagne
Directive oiseaux : Annexe I Reproduction
dans le Massif Central et les régions méditerranéennes. En période de Rég/dept jusqu’au bord de mer. Très présente sur l’ensemble du Friche et prairie bocagère
1 couple certain
Faible
Liste rouge France (UICN) : LC reproduction, ses habitats de prédilection sont les clairières, lisières département où les nombreux vignobles lui offrent autant
(Préoccupation mineure) forestières, fruticées et localement des agrosystèmes présentant des d’habitats de reproduction.
Alouette lulu délaissées.
Espèce déterminante ZNIEFF remarquable Espèce commune en reproduction et en hivernage dans la
Loc.

plaine viticole de l’Aude.


Tableau 11 : autres espèces faunistiques concernées par la demande de dérogation / Légende : Nat : répartition nationale / Rég ou dept : répartition régionale ou départementale / Loc. : répartition locale

50
Elle a l’avantage d’être facile d’utilisation et d’être évolutive s’il s’agit par exemple d’intégrer de nouveaux paramètres. De plus, elle permet
X. MESURES COMPENSATOIRES de prendre en compte le caractère temporaire des impacts quand il y en a.
La perte écologique ne peut être réellement compensée par les mesures mises en place. Cependant, l’objectif des mesures
compensatoires est de s’approcher d’un bilan écologique neutre voire d’améliorer la valeur écologique globale d’un site et de ses environs. X.2.1. MODALITES DE COMPENSATION
Ces mesures sortent du cadre de la conception technique propre au projet et font appel à une autre ingénierie : le génie écologique. Ces
mesures compensatoires interviennent lorsqu’un impact résiduel significatif subsiste sur les espèces et/ou les habitats. Plusieurs cas de figure peuvent s’appliquer en fonction des types d’impacts prévisibles du projet sur les habitats ou les individus. Ceux-ci
donnent lieu à trois modalités différentes pour la détermination du type de compensation :

X.1. SURFACES, ESPECES ET EFFECTIFS VISES PAR LA COMPENSATION - 2 - La compensation est calculée en fonction de la surface d’habitat d’espèces impactée par le projet en phase travaux.
En effet, il est considéré ici que l’habitat d’espèce détruit a une résilience faible c’est à dire que la période de retour du milieu tel
Les impacts subits par les espèces protégées motivent la mise en place de mesures compensatoires. qu’il était avant travaux est supérieure à 10 ans.
- 1 - La compensation est calculée en fonction de la surface d’habitat d’espèces impactée par le projet en phase
d’exploitation. Il est considéré ici que l’habitat d’espèce est détruit durablement mais sur une surface réduite.
Surfaces impactées
Taxon Effectif impacté Commentaire - 0 - La destruction des milieux ne donne pas lieu à une compensation car : soit le milieu possède une résilience élevée et
(estimation)
pourra se reconstituer en un minimum de temps après l’arrêt des travaux, soit le milieu créé après travaux possède, pour
l’espèce, une attractivité supérieure à celle qu’il avait avant travaux.
Population importante qui est la seule présente à l’interface
Important plaine/piemonts dans le département de l’Aude. Espèce Modalité de compensation Cotation
2,8 ha de pelouse, lisières
Azuré du serpolet souffrant de la dépendance à un complexe d’une seule Compensation sur la surface créée par l’emprise des travaux car l'impact est durable, pas de retour du milieu à court ou moyen
(40 individus avérés) forestières et buissons 2
plante hôte et d’une fourmi hôte. Elle est cependant terme (< 10 ans).
globalement bien représentée sur le territoire national.
Compensation sur la surface occupée par le plan d’eau car l’impact n'est durable que sur cette surface. 1
Pas de compensation car augmentation de l'attractivité du milieu après travaux pour l'espèce 0
Couleuvre de Faible 2,8 ha de pelouse, lisières
Bonne représentation à l’échelle régionale Pas de compensation car l'habitat d'espèce possède une bonne résilience 0
Montpellier (1 individu avéré) forestières et buissons

X.2.2. LA VALEUR PATRIMONIALE INTRINSEQUE DES ESPECES


Lézard vert Important 2,8 ha de pelouse, lisières
Espèce largement répandue au niveau national La valeur patrimoniale intrinsèque (c’est-à-dire sans lien avec le projet, sa situation locale et les impacts) d’une espèce se définit
occidental (7 individus avérés) forestières et buissons
généralement par des critères patrimoniaux (faisant appel à des notions de danger de disparition, de menace) et des critères
biogéographiques (c’est-à-dire sur des notions de répartition et de rareté).
Faible 2,8 ha de pelouse, lisières
Tarier pâtre Effectifs et surfaces affectées réduites - Le critère patrimonial a été déterminé à partir de sous critères : appartenance à des listes de documents d’alerte sur la situation
(1 couple nicheur) forestières et buissons des espèces : listes ZNIEFF, Liste rouge internationale de l’UICN, Liste rouge nationale et listes rouges régionales. Pour chacun
de ces critères, une cotation de 1 à 3 a été établie (3 est affecté à la plus forte valeur du critère considéré, 1 à la plus faible). La
cotation la plus élevée l’emporte sur celle des autres sous-critères et détermine automatiquement le critère patrimonial de
Faible 2,8 ha de pelouse, lisières l’espèce.
Alouette lulu Effectifs et surfaces affectées réduites
(1 couple nicheur) forestières et buissons
- Le critère biogéographique prend en compte d’une part, la répartition des espèces au niveau régional. Il met ainsi en évidence
Tableau 12 : liste des espèces patrimoniales impactées et choix des espèces portant les mesures compensatoires bénéfiques à la rareté et la représentativité des espèces impactées au niveau du projet vis-à-vis de leur aire(s) de répartition régionale(s). Une
l’ensemble des cortèges faunistiques et floristiques présents sur l’aire d’étude graduation de 1 à 3 est déterminée pour chaque espèce. Ici également, 1 est attribué aux espèces communes, répandues et 3
aux espèces les plus rares au niveau biogéographique concerné, en général les régions impactées par le projet. Le niveau
régional est un niveau suffisamment cohérent pour évaluer ce critère. D’autre part, il prend en compte le sous critère de
X.2. METHODOLOGIE APPLIQUEE POUR LE CALCUL DES RATIOS responsabilité régionale. Cette dernière est déterminée par la Dreal en région Languedoc-Roussillon, en fonction du pourcentage
Pour chaque espèce dont les impacts résiduels, après mise en œuvre des mesures d’atténuation, sont non négligeables, un coefficient (ou que représente la population régionale de l’espèce en termes d’aire de distribution et/ou d’effectif, par rapport à l’aire de
distribution mondiale/européenne/française (selon les cas) et/ou les effectifs mondiaux/français (Dreal L-R, 2013).
ratio) de compensation est déterminé. Si l’utilisation de ratio n’a pas de base légale, elle permet tout au moins d’expliquer un processus qui
visera dans tous les cas à rechercher un état de conservation équivalent des populations d’espèces impactées, notamment au niveau de Critère patrimonial
leurs habitats.
Sous critères Catégories Cotation*
La méthodologie de calcul de ces ratios employée, est issue de l’adaptation à un contexte plus large de la méthode développée sur le
territoire du Grand Port Maritime de Marseille entre 2007 et 2009 (méthode développée par NATURALIA et le cabinet GOMILA pour le En danger 3
compte du GPMM (ex PAM)). Cette méthode a servi de base aux différentes méthodes développées depuis par les différents bureaux Liste rouge (UICN) internationale Vulnérable 2
d’étude.
Quasi menacé 1

Mesures compensatoires
Elle s’appuie sur un ensemble de variables : En danger 3
- la valeur patrimoniale de l’espèce, Liste rouge nationale Vulnérable 2
- l’état de conservation des populations d’espèces,
Quasi menacé 1
- l’état de conservation des habitats d’espèces.

51
Critère patrimonial Enjeu de conservation des populations d’espèces

En danger 3 <30%

Liste rouge régionale Vulnérable 2 1 2


3
Possibilité de repli de l’espèce Espèce ubiquiste et peu Espèce de grands types
Quasi menacé 1 Espèce spécialisée
exigeante d’habitats
Déterminante 3 2
1 3
ZNIEFF Remarquable 2 Dynamique de la population locale Stable ou en légère
En expansion En régression
augmentation
Non ZNIEFF 1 1 3
Capacité de reconquête du milieu après perturbation 2
Espèce Plan National d’Action 3 Forte Faible ou nul
1 3
*La plus forte cotation est retenue Capacité à éviter les perturbations du projet Forte capacité de fuite 2 Faible capacité de fuite ou
ou de résistance de résistance
Atteinte aux fonctionnalités locales de la population 1 2 3
Critère biogéographique
Sous critères Catégories Cotation Une fois chaque critère côté pour l’espèce évaluée, l’enjeu (ou état) de conservation est calculée par la moyenne arrondie de la somme
des différents critères évalués.
Espèce assez rare à rare dans la (les) régions considérées 3
Répartition régionale Espèce peu commune à localisée dans la (les) régions considérées 2 3 2 1

Espèce très commune à commune dans la (les) régions considérées 1 Enjeu de conservation spécifique fort Enjeu de conservation spécifique modéré Enjeu de conservation spécifique faible

Très forte à forte 3


Responsabilité régionale Modérée 2
X.2.4. DETERMINATION DU RATIO DE COMPENSATION
Faible 1
Les ratios (ou coefficient) de compensation sont définis sur une échelle de valeur allant de 1 à 10. Dix étant le maximum et correspondant
par exemple à une espèce bénéficiant d’un Plan National d’Action, atteinte durablement et affectant une population entière au niveau local.
La valeur patrimoniale finale est déterminée par la moyenne arrondie à la décimale la plus proche, des deux critères précités.
Le ratio de compensation se détermine à partir des trois enjeux précédemment définis. La moyenne arrondie de ces trois cotations d’enjeux
3 2 1 (patrimonial, de conservation des populations, de conservation des habitats d’espèces) est établie. A cette échelle de valeur correspond
une fourchette de ratios.
valeur patrimoniale forte valeur patrimoniale modérée valeur patrimoniale faible
L’utilisation d’une fourchette de ratios (et non pas d’un ratio fixe) permet de transcrire de façon plus juste les impacts d’un projet en faisant
notamment appel à des notions telles le caractère permanent ou temporaire d’un projet et de l’absence ou pas d’effet indirect.

X.2.3. L’ETAT DE CONSERVATION DES POPULATIONS D’ESPECES Par exemple sur une même emprise, une route ou une canalisation enterrée n’ont pas le même impact direct : la route étant permanente,
tandis que la canalisation est temporaire. Elles n’ont pas non plus les mêmes impacts indirects (cas des collisions perpétuelles pour une
Ce paramètre est évalué à l’échelle de l’ensemble du projet et pas au niveau stationnel. route).

La définition de l’état (ou enjeu) de conservation des populations d’espèces recensées sur l’emprise du projet et étant impactées prend en Les fourchettes permettent également d’adapter les ratios de manière proportionnée, entre les espèces et habitats d’espèces touchés et la
compte plusieurs critères d’appréciation. nature du projet (caractéristique technique, surface, etc.).

L’état de conservation des populations d’espèces patrimoniales est coté de 1 à 3 selon le gradient suivant : Correspondance des ratios de compensation
- 1 pour les espèces à faible enjeu de conservation (notamment une espèce commune, peu exigeante en termes d’écologie,
pouvant fuir rapidement) Cotation finale des enjeux Qualification Ratios de compensation
- 2 pour les espèces d’enjeu moyen de conservation (par exemple espèce commune mais ne pouvant fuir, ou lié à un grand
type d’habitat) 3 Fort à très fort Entre 6 et 10
- 3 pour les espèces d’enjeu fort de conservation (espèce spécialisée sur une niche écologique ou un habitat particulier par
exemple) 2 Modéré à fort Entre 3 et 7

Mesures compensatoires
Enjeu de conservation des populations d’espèces 1 Faible à modéré Entre 1 et 4

Critères Faible Modéré(e) Fort(e)

Impact du projet sur l’état de conservation de la population 1 2 3


locale En affecte <1% En affecte entre 1 et En affecte >30%

52
X.2.5. PONDERATION SELON LA MESURE DE COMPENSATION PREVUE Mesure compensatoire prévue

2
L’utilisation d’une grille d’évaluation des mesures compensatoires prévues, permet d’adapter les ratios au dimensionnement du projet, 1 3
Equivalence temporelle Simultanément aux
au contexte local et aux espèces et habitats impactés. Après les travaux Avant les travaux
travaux
La mesure compensatoire n’est pas évaluée de la même manière en fonction de sa nature, de son efficience, de la qualité des sites de 1 3
2
compensations, etc. Pérennité de la mesure Visibilité inférieure à 10 Visibilité supérieure à 10
Visibilité égale à 10 ans
ans ans
Les sous critères pris en compte sont présentés ci-après. Ils permettent d’évaluer la pertinence de la mesure compensatoire de sorte 1 2 3
Opérationnalité de la mesure
qu’elle puisse influencer le ratio prédéterminé par le triptyque : espèces – habitats - impacts : Acquisition foncière Restauration écologique Amélioration
2
- Equivalence écologique de la mesure : la mesure compensatoire vise à compenser l’ensemble ou une partie des espèces, des 1 3
Efficacité de la mesure Testée mais présence
écosystèmes et des fonctionnalités (habitats d’espèces de reproduction ou territoire de chasse par exemple) concernés par le Expérimentale Eprouvée et efficace
d’incertitude
projet, en fonction des potentialités écologiques des terrains choisis pour la compensation. Elle se base sur le qualitatif et le
quantitatif.

- Equivalence géographique : la compensation est effectuée in situ, à proximité immédiate ou à une distance plus éloignée mais Une fois chaque critère côté, la plus-value de la mesure compensatoire est calculée par la moyenne arrondie de la somme des différents
respectable (même région biogéographique), en fonction du projet et des possibilités foncières. La notion de connectivité entre critères évalués.
les sites de compensation et les sites impactés, (connectivité entre les différents noyaux de biodiversité) est incluse dans
3 2 1
l’évaluation de ce critère.
Plus-value forte Plus-value moyenne Plus-value faible
- Equivalence temporelle : prend en compte l’immédiateté de la mesure (avant, simultanément ou après les travaux).

- Pérennité de la mesure : la pérennité fait appel à la maîtrise foncière du site de compensation, et/ou peut également s’illustrer Le ratio de compensation obtenu précédemment est donc réajusté, en prenant en compte la plus-value de la ou des mesures de
par la prise de mesures réglementaires visant à garantir l’usage des sols (APPB par exemple). La pérennité de la mesure
compensation prévues dans le cadre du projet.
compensatoire est également assurée par le suivi d’un opérateur maintenant les mesures de gestion et de restauration définies
sur le site de compensation, pour une durée supérieure ou égale à 10 ans.

- Opérationnalité : celle-ci dépend directement de la nature de la mesure (acquisition foncière, restauration écologique in situ, Dans le cadre de ce projet un deuxième niveau de pondération intervient. Il est effectivement attribué au caractère innovant du scénario
amélioration/création) et des objectifs visés : d’extraction choisi après concertation entre experts écologues et hydrogéologues. La compartimentation de la surface d’extraction et le
fait de procéder par phases alternées semble effectivement la manière la plus écologiquement adaptée pour favoriser la recolonisation du
o L’acquisition foncière et la création de milieux, possède généralement une faible plus-value : il s’agit d’acquérir un milieu après exploitation. C’est une stratégie cependant très contraignante pour l’exploitant et finalement peu rentable. Si on ajoute à ces
site en bon état de conservation, peu menacé et nécessitant peu d’intervention ou il s’agit de sauvegarder un site conditions la faible durée et surface d’extraction, cette pondération semble justifiée.
menacé, dont la conservation est engagée. L’action vise à recréer des conditions favorables pour les habitats et les
espèces touchés par le projet. L’additionnalité d’une telle action est moyenne à forte. Des protocoles de gestion et de suivi écologique des mesures menés rigoureusement accompagneront également cette compensation.
Dans ce cadre, l’apport de connaissances sur les Maculinea et leurs espèces hôtes sera de premier intérêt, ce besoin de connaissances
o La restauration ou réhabilitation écologique in situ, qui suit la logique de non-perte nette de biodiversité (maintien étant un des objectifs du PNA Maculinea au niveau régional.
durable) : il s’agit d’opérations de restaurations écologiques permettant de recréer un site à proximité fonctionnelle ou
au sein même de la zone impactée. Il y a dans ce cas une plus-value nette par rapport à l’acquisition foncière et il est
alors incohérent de demander la même surface de compensation que sur un site déjà existant peu menacé.
L’additionnalité d’une telle mesure est généralement moyenne à forte.

o L’amélioration des pratiques de gestion et/ou la création de milieu in situ qui vise à un gain net de biodiversité:
proposent d’aller au-delà de la restauration ou réhabilitation écologique, en rétablissant la qualité environnementale des
milieux naturels avec un gain substantiel des fonctionnalités du site par rapport à l’état initial avant-projet. Ces actions
sont une additionnalité écologique de faible à forte.

- Probabilité de réussite : qui fait appel à l’efficience de la mesure, en fonction du retour d’expérience.

Mesure compensatoire prévue

Mesures compensatoires
Critères Faible Modéré(e) Fort(e)

1 2 3
Equivalence écologique
Moyenne Bonne Très bonne
2
Equivalence géographique : lieu de la compensation en 1 3
A proximité immédiate
fonction du projet et des éléments impactés A distance In situ
et/ou en continuité

53
X.3. PRESENTATION DES RATIOS POUR LES ESPECES CONCERNEES
Tableau 13 : synthèse des ratios pour les espèces ayant un impact résiduel (non négligeable) après mise en place des mesures d'insertion

Valeur patrimoniale
Cotation moyenne Etat de conservation de Etat de conservation Tranche de ratio "brut" Facteur de Ratio retenu pour l'espèce dans le cadre de ce
Espèces
Critère patrimonial Critère biogéographique de la valeur l'espèce de l'habitat d'espèce (moyenne des cotations) pondération : MC projet
patrimoniale
2
Un ratio de 2 est appliqué pour l’Azuré du serpolet
dans le cadre de ce projet, après concertation et
avis de la DREAL LR. En effet, au regard : de la
nature du projet (exploitation temporaire et
restauration), de sa surface peu étendue (réduction
3 1.5 2 2 1 3à7 3
de 7,8 ha à 2,5 ha après prise en compte des
enjeux écologiques), des mesures d’atténuation qui
Azuré du serpolet seront mises en œuvre et des mesures
compensatoires adaptées disposant de suivis
spécifiques compatibles avec les objectifs du PNA ;
le choix d’un ratio appliqué de 2 a été défini.

Espèce PNA Espèce peu commune à localisée en L-R Enjeu de conservation de Enjeu de conservation Cotation des enjeux Cotation MC
Modérée Correspondance surface de compensation : 5,6 ha
Esp. ZNIEFF Dét. Responsabilité L-R : faible l'espèce modéré de l'habitat faible qualifiée de modéré à fort maximale

1 1 1 1 1 1à4 3 1

Enjeu faible de
Tarier pâtre Espèce très commune à commune en L-R Enjeu de conservation Cotation des enjeux Cotation MC
Non ZNIEFF Faible conservation d’habitats Correspondance surface de compensation : 2,8 ha
spécifique faible qualifiée de faible à modéré maximale
d’espèces

1 1 1 1 1 1à4 3 1

Enjeu faible de
Alouette lulu Espèce très commune à commune en L-R Enjeu de conservation Cotation des enjeux Cotation MC
Non ZNIEFF Faible conservation d’habitats Correspondance surface de compensation : 2,8 ha
Responsabilité L-R : modérée spécifique faible qualifiée de faible à modéré maximale
d’espèces

1 3 2 1 1 1à4 3 1

Couleuvre de
Espèce très commune à commune en L-R Enjeu de conservation de Enjeu de conservation Cotation des enjeux Cotation MC
Montpellier LRR : Quasi-menacée Modérée Correspondance surface de compensation : 2,8 ha
Responsabilité L-R : très forte l'espèce faible de l'habitat faible qualifiée de faible à modéré maximale

1 1 1 1 1 1à4 3 1

Lézard vert occidental Espèce très commune à commune en L-R Enjeu de conservation de Enjeu de conservation Cotation des enjeux Cotation MC
Non ZNIEFF Faible Correspondance surface de compensation : 2,8 ha
Responsabilité L-R : Faible l'espèce faible de l'habitat faible qualifiée de faible à modéré maximale

Légende :
LRR : Liste Rouge Régionale / LRN : Liste Rouge Nationale / LRI : Liste Rouge Internationale / Esp. : espèce / Dét : Déterminante stricte (ZNIEFF) / Rq : Remarquable (ZNIEFF) / L-R : Languedoc-Roussillon / MC : Mesure compensatoire

Mesures compensatoires
Nous rappelons qu’une vision écosystémique est adoptée. Ainsi, l’Azuré du serpolet, possède des exigences en termes d’habitats couvrant les besoins des autres espèces telles que la Couleuvre de Montpellier, etc. Les mesures compensatoires sont adaptées en ce sens et seront
bénéfiques à l’ensemble de la faune et de la flore présente. De plus, la surface de compensation définie pour l’Azuré du serpolet à la suite de l’attribution d’un ratio, est de près de 5,6 ha et permet également d’englober les surfaces de compensations pour les autres espèces. Ainsi, il est
établi que la surface totale nécessaire pour compenser les impacts résiduels, sur les espèces présentes au niveau du projet d’exploitation de carrière, est de 5,6 ha. Les mesures compensatoires décrites ci-après, ont donc été conçues de manière à atteindre cette surface.

54
X.4. SCENARIOS COMPENSATOIRES ETUDIES
Malgré les mesures d’évitement et de réduction mises en place, une perte d’habitat de pelouses sèche calcicoles (habitat d’Azuré du serpolet) sera observée.
Dans ce contexte, le but de la mise en place d’une mesure est de compenser ces impacts selon deux scénarios qui ont été étudiés :
- 1. par une gestion pastorale des parcelles environnantes afin de restaurer et d’entretenir des habitats favorables à l’espèce concernée ;
- 2. par la création d’habitats qui sont actuellement peu favorables à ces espèces (tels que les boisements), mais en connexion avec les parcelles d’intérêt, puis la gestion pastorale de ces habitats nouvellement créés.

Scénarios Surfaces étudiées Descriptif

Mise en place d’une


Gestion d’habitats gestion des habitats déjà
favorables globalement favorables
par pâturage extensif.

Mesures compensatoires
55
Scénarios Surfaces étudiées Descriptif

Réouverture de milieux
par défrichement
raisonné puis application
d’une mesure de gestion
pastorale extensive. Le
Création d’habitats but est de rendre les
favorables nouveaux milieux
ouverts favorables à la
colonisation par la faune
des milieux sec calcicole
depuis les zones déjà
occupées.

Mesures compensatoires
56
X.5. MESURE COMPENSATOIRE RETENUE
X.5.1. C1 : REHABILITATION ET MISE EN GESTION D’HABITATS FAVORABLES A LA CONSERVATION DU COMPLEXE MACULINEA/MYRMICA/ORIGANUM
Suite à plusieurs réunions de travail avec Hydrogéosphère, Monsieur PATEBEX et les services de l’état (Dreal L-R), il est ressorti que la solution la plus écologiquement pertinente est la mesure de réhabilitation et mise en gestion des surfaces de compensation disponibles à proximité de
l’aire d’étude.

C1 : Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe Maculinea/Myrmica/Origanum


Objectifs
Un minimum de 5,6 ha sont nécessaires pour compenser les impacts résiduels de l’exploitation. Cette surface doit être trouvé aux alentours du projet et dans des habitats restaurables ou favorables à l’Azuré du serpolet et ses espèces hôtes (Origan et Myrmica).
Les parcelles disponibles pour la compensation en continuité directe avec la zone d’exploitation permettent d’atteindre une surface de 6,09 ha. Cette surface de compensation permet d’attribuer davantage de crédit à la modalité de compensation choisie.

Sur les parcelles destinées à la compensation, il conviendra d’élaborer des mesures de gestion visant à exposer les modalités de conservation des prairies calcicoles abritant entre autres l’origan.
Après l’analyse de l’état initial des populations des parcelles concernées, l’outil de planification détaillera les orientations principales de conservation et déclinera les mesures de gestion concrètes qui seront appliquées. L’idée générale de ce document devra s’inspirer de la nature des milieux en présence, de leur
dynamique et de leur état de conservation.
Compte tenu de l’intérêt de l’Azuré du serpolet, la stratégie globale de conservation tournera autour de l’entretien des milieux pour en éviter la fermeture. La réhabilitation des milieux et des continuités écologiques seront favorables à la présence de l’origan et des espèces de fourmis hôtes mais aussi à l’ensemble des
espèces inventoriées.

On peut résumer les objectifs de cette mesure comme tels :


- Préserver et améliorer l’état de conservation des espèces patrimoniales et habitats du site,
- Préserver à long terme et accroître, les populations d’Azuré du serpolet.
Modalités techniques de la mesure
L’élaboration d’un état initial de l’état de conservation des populations d’Azuré du serpolet comprend une description détaillée des habitats naturels axée sur la présence d’Origanum vulgare mais
aussi une identification des usages et des facteurs de perturbation existants. Cette étape est importante puisqu’elle sert de base à la définition des objectifs de gestion mais également de
référence pour suivre l’efficacité de la mesure (comparaison des états initiaux réalisés à n puis n+1…).
Il permet en outre d’identifier des points conflictuels entre des facteurs de pression environnementale et la pérennité de populations d’espèce. Par ce biais, il sera possible de définir des modes
d’encadrement des facteurs de pression pour une optimisation de l’évolution des milieux. Certains de ces facteurs peuvent être d’ores et déjà d’être mis en évidence, telle que la fermeture des
prairies liée à l’arrêt de la fauche ou du pâturage.

Parcelles sélectionnées pour la compensation


Afin de rester en continuité des zones déjà utilisées par l’Azuré du serpolet et pour prendre en compte certaines contraintes foncières, les parcelles de compensation sont attenantes à celles où
sera située l’exploitation de la carrière.
La carte figurée ci-après, illustre les parcelles définies pour la compensation, d’une surface de 6,09 hectares (hors carrière).

Définition des objectifs de conservation


L’Azuré du serpolet et son habitat seront les objectifs principaux. Dans le cadre de ce dossier de dérogation les menaces pesant sur les prairies sont identifiées et des mesures de conservation
sont alors définies plus précisément. 2 grandes stratégies de gestion peuvent déjà être présentées :
• La première stratégie consiste à conserver les prairies déjà favorables dans un bon état de conservation. La gestion des milieux ouverts passe par une action de pâturage extensif ou
de fauche exportatrice (pour éviter un enrichissement en matière organique). Il s’agira de limiter l’enfrichement des milieux afin de conserver le cortège typique de ces prairies calcicoles
sèches.

• La seconde stratégie doit permettre de réhabiliter les milieux des parcelles actuellement trop fermées pour permettre la présence d’Origan et d’Azuré du serpolet. Ainsi une
réouverture de boisement par défrichage partiel et exportation sera effectuée.

Mesures compensatoires
57
C1 : Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe Maculinea/Myrmica/Origanum

Parcelle Surface
Zoom sur la parcelle Photos Stratégie de conservation à mettre en place
concernée (ha)

- Type : Prairie favorable


- Mesures de gestion : Gestion par pâturage extensif
212 4
- Fréquence : deux périodes par an (printemps et automne)
- Cout entretien : estimé à 180 € par hectare

- Type : Milieu trop fermé


- Mesures de gestion :
o Réouverture raisonnée avec export
o Gestion par pâturage extensif
- Fréquence :
213 1.15
o Réouverture : une seule fois
o Pâturage : deux périodes par an (printemps et automne)
- Cout :
o Réouverture : estimé à 3 000€ par hectare (selon densité)
o Pâturage : estimé à 180€ par hectare

- Type : Milieu trop fermé


- Mesures de gestion :
o Réouverture raisonnée avec export
o Gestion par pâturage extensif
- Fréquence :
214 0.44
o Réouverture : une seule fois
o Pâturage : deux périodes par an (printemps et automne)
- Cout :
o Réouverture : estimé à 3 000€ par hectare (selon densité)
o Pâturage : estimé à 180€ par hectare

Mesures compensatoires
58
C1 : Réhabilitation et mise en gestion d’habitats favorables à la conservation du complexe Maculinea/Myrmica/Origanum

- Type : Prairie favorable


- Mesures de gestion : Gestion par pâturage extensif
843 0.76
- Fréquence : deux périodes par an (printemps et automne)
- Cout entretien : estimé à 180 € par hectare

- Type : Prairie favorable


- Mesures de gestion : Gestion par pâturage extensif
844 2.61
- Fréquence : deux périodes par an (printemps et automne)
- Coût entretien : estimé à 180 € par hectare

Elaboration des mesures de conservation


Suivant les différentes stratégies de conservation énoncées précédemment, plusieurs mesures de conservation seront détaillées (modalités techniques, calendrier de mise en œuvre…).
Il parait approprié dans ce type de mesure, d’utiliser un pâturage extensif par des chevaux. En effet ils sont plus exigeants quant à leur nourriture et laissent également des zones dites « de refus ». Cela permet ainsi une hétérogénéité des milieux qui est favorable à une richesse biocénotique importante.
Des pâturages raisonnés au printemps, puis en automne, semblent être les meilleurs moments pour limiter les atteintes aux cortèges lépidoptériques.

Modalités de suivi et calendrier de réalisation


Une évaluation des populations d’Azuré du serpolet sera mise en place afin de qualifier l’évolution des peuplements et ajuster, si besoin, les périodes et actions de suivi et de conservation.
En parallèle, un suivi des communautés de Myrmica présentes au niveau des patchs d’origan sera effectué.

Pertinence de la La mise en place d’un calendrier de suivi et d’un schéma de gestion sur 15 ans est nécessaire pour garantir l’efficacité et le suivi des mesures. Ce dernier permettra en effet de suivre l’évolution du site et de s’assurer qu’il reste ou devient favorable à l’espèce visée par la mesure et à son
mesure habitat. Autant que de besoin, les mesures de conservation seront redéfinies pour répondre aux objectifs de conservation.

Eléments
écologiques - L’Azuré du serpolet, ses fourmis hôtes, son habitat et le cortège l’accompagnant
- L’avifaune prairiale (Reproduction : Alouette lulu, Tarier pâtre, Bruant zizi…) et la guilde des rapaces patrimoniaux (zone de chasse)
bénéficiant de la - L’herpétofaune en général (placettes d’insolation, abris…)
mesure
Gestionnaire Monsieur Patebex ou un organisme agréé de gestion (CEN…)
Mesure de réouverture : pour 1,59 ha sur la première année (pas de surcoût, pris en charge par l’entreprise Patebex)

Mesures compensatoires
Mesure de gestion : pour 6,09 ha environ 1 096 € par an
Coût estimatif
Coût 1ère année : 1 096 €
Coût total sur 13 ans : 14 248 €

59
X.5.2. SUIVI DE REUSSITE DE LA MESURE DE COMPENSATION C2 : Suivi de la population d’Azuré du serpolet
parcourus lors de chaque visite et toujours en 10 minutes.
Dans le cadre de ce suivi prévu sur 15 ans, l’état des populations et la caractérisation des communautés de fourmis seront parallèlement L’observateur se considérera comme étant à la limite postérieure d’une boîte virtuelle de 5 mètres de côté avançant avec lui, dans le but
évalués. Ce projet pilote s’insère dans les objectifs du Plan National d’Action Maculinea décliné à l’échelle de la région Languedoc- de standardiser la distance à laquelle les papillons seront comptés. Chaque individu rencontré dans ces 5 mètres sera capturé
Roussillon. Les protocoles proposés ci-après s’appuient sur les méthodologies utilisées dans le PNA. temporairement au filet (une autorisation de capture temporaire sera nécessaire) afin de confirmer l’identification puis relâché à l’opposé
du sens de progression en l’observant quelques secondes afin d’éviter au maximum une recapture sur la suite du transect.
Les suivis doivent se faire lors de quatre sessions annuelles espacées d’environ 15 jours sur la période de vol de l’espèce. Chaque
transect est parcouru lors de chaque session.
X.5.3. C2 : SUIVI DE L’ETAT DE CONSERVATION DE LA POPULATION DE MACULINEA DU SITE
Le protocole proposé ici se base sur le protocole STERF (Suivi Temporel des Rhopalocères de France) adapté à la problématique de
l’Azuré du serpolet. Il s’agit ici, d’identifier clairement l’espèce et d’estimer de façon quantitative la population et son évolution au cours de X.5.4. C3 : SUIVI DES COMMUNAUTES DE FOURMIS (MYRMICA) DU SITE
la saison et des années.
Chez les fourmis d’Europe, le genre Myrmica revêt une importance particulière car il est, avec une plante, l’un des hôtes obligatoires des
C2 : Suivi de la population d’Azuré du serpolet papillons du genre Maculinea. En leur absence, il apparaît impossible pour ces papillons d’assurer la totalité de leur cycle de vie ; en cas de
trop faible densité, la survie à long terme des populations de Maculinea est incertaine. Ces derniers sont donc fortement dépendants de la
Espèce visée Azuré du serpolet / Maculinea arion présence et de la densité des fourmis-hôtes sur la station considérée. Menacés par l’abandon du pastoralisme, la gestion inadaptée des
stations et la fragmentation paysagère, ces papillons figurent parmi les espèces les plus sensibles de notre faune. Protégés sur l’ensemble
Période de réalisation
du territoire national, les Maculinea bénéficient d’un plan national d’actions, dont le but est d’améliorer les connaissances sur leur
Sur treize ans, une session par an pendant les trois premières années, puis tous les deux ans pendant les dix ans restants. répartition et leur écologie, ainsi que de consolider leur état de conservation.
Pendant la période de vol de l’Azuré du serpolet estimée de Juin jusqu’à Août à cette altitude et selon les conditions météorologiques Ainsi, l’état de conservation d’une population de Maculinea est directement lié à la présence d’espèces de ce genre et à une certaine
densité de fourmilières de ces espèces. Il parait alors primordial d’effectuer en parallèle du suivi de la population d’Azuré du serpolet en
Protocole utilisé elle-même, un suivi de la caractérisation des communautés de Myrmica du site concerné.
À l’intérieur du site, des transects (ou parcours) seront effectués sur une longueur variant entre 50 et 400m de façon à prendre environ 10
minutes pour les parcourir et compter les papillons présents. Ce temps doit être correctement évalué afin de ne pas le dépasser lors du Le protocole appliqué ici s’appuie sur le protocole d’échantillonnage simple permettant d’évaluer la présence et l’importance des Myrmica
pic d’abondance situé approximativement à la fin Juillet. au sein des communautés de fourmis. Il est utilisé dans le Plan National d’Actions en faveur des Maculinea.
La longueur de chaque transect variera en fonction des habitats : transects plus longs dans les habitats pauvres en espèces ou si
l’hétérogénéité de l’habitat l’exige (l’habitat doit être homogène au sein de chaque transect). Ces transects seront contigus ou disjoints.
La longueur de chaque transect sera mesurée lors de la première visite, et restera constante lors des visites ultérieures. Toutefois,
comme il est difficile d’ajuster la longueur de transect aux 10 minutes de comptage, la longueur pourra être ajustée au cours des deux C3 : Suivi de la colonisation par les fourmis hôte de l’Azuré du serpolet
premières visites.
En pratique, il est préférable de faire des transects courts et nombreux, plutôt que longs et peu nombreux, car cela évitera de dépasser la Espèces visées Espèces du genre Myrmica
durée de 10 minutes en période d’abondance maximale et permettra de documenter un nombre maximum de micro-habitats.
Objectifs

Ce protocole d’échantillonnage commun et normalisé vise ainsi à connaître les espèces hôtes de Myrmica, connaissance qui s’avère nécessaire à
une meilleure appréhension de l'état de conservation des populations de Maculinea et des possibilités de renforcement des populations

Protocole utilisé

Organisation des échantillonnages


Le protocole proposé est basé sur un échantillonnage par appâts placés tous les 4 m en transect de façon à obtenir un aperçu représentatif des
communautés de fourmis.
Chaque échantillonnage doit comprendre au moins 70 appâts pour apporter une information de qualité ; un nombre optimal de 100 appâts est
préconisé.
Dans l’objectif de tester la viabilité du site pour les Maculinea et la recolonisation des espaces nouvellement disponibles, on concentrera
l’échantillonnage autour des plantes-hôtes uniquement. Les transects composant l’échantillonnage devront alors parcourir un maximum de patchs
de plantes-hôtes, soit en lignes parallèles soit en croix. Les transects pourront ainsi évoluer avec la progression de la colonisation par l’Origan.

Mesures compensatoires
Figure 36 : exemple de transects possibles (rouge)

La localisation de chaque transect sera établie lors des deux premières sorties et ne devra par la suite pas changer de façon à obtenir un
échantillonnage reproductible et des données comparables.
Chaque transect ne sera parcouru qu’une seule fois par visite et dans un seul sens. Les mêmes transects seront systématiquement

60
C3 : Suivi de la colonisation par les fourmis hôte de l’Azuré du serpolet C3 : Suivi de la colonisation par les fourmis hôte de l’Azuré du serpolet

Procédure
1°) Préparation des transects. La longueur des transects ainsi que leur positionnement sur le site, sont laissés à l’appréciation de l’expert, en tenant
compte des exigences décrites auparavant (placement au niveau des plantes-hôtes pertinent).
Les lignes sont réalisées à l’aide de décamètres (50 ou 60m) fixés par des piquets. Du fil de cordeau de maçon étalonné tous les mètres à l’aide
des décamètres préalablement mis en place peut être utilisé si la longueur de transect est très importante.
2°) Préparation des appâts et des tubes
Les appâts sont préparés sur des plateaux à l’abri du vent.
Une goutte de miel de 1 cm de diamètre au maximum est déposée au centre d’un carré bristol de 3x3 cm. A côté du miel sont placées des rillettes
de saumon bien tassées, sur environ 0,5 cm. Les tubes prévus pour récupérer les fourmis sont remplis avec environ 1 cm d’alcool à 70° et sont
numérotés. Prévoir 2 tubes pour chaque appât et penser à les étiqueter sur le terrain.

Figure 37 : exemple de transects d'appâts


Calendrier
On peut penser organiser les relevés en quatre patchs de façon à faire coïncider la réalisation des transects Maculinea avec l’inventaire d’un patch Figure 38 : Myrmica autour d'un appât type (Source : protocole Myrmica pour PNA Maculinea)
d’habitat d’origan. 3°) Pose des appâts
Quatre passages par ans entre juin et juillet seront donc nécessaires et le nombre de transects sera ajusté selon les deux premiers passages. Les appâts sont placés à 4 mètres les uns des autres. Ils sont déposés au sol ; il faut que les appâts soient bien à plat, avec un maximum de leur
surface en contact avec le sol.

Dates et horaires favorables au protocole 4°) 1er Relevé

Pour maximiser les chances de capturer des Myrmica tout en ayant une vision aussi réaliste que possible de la communauté, il faut bien choisir les Le premier relevé se fait 30 min après la pose du premier appât.
dates et horaires d’échantillonnage. L’activité annuelle des fourmis est en général maximale entre la mi-Avril et la mi-Juillet. Les Myrmica sont des A l’aide de l’aspirateur à bouche, les fourmis présentes sur l’appât, sous l’appât, ainsi que les fourmis de forme et de couleur différentes dans un
espèces préférant des températures d’activité relativement basses. Il faut éviter à tout prix les heures les plus chaudes de la journée, tout en évitant rayon de 10cm autour de l’appât sont récoltées. Les fourmis sont placées dans le tube destiné à accueillir les fourmis du 1er relevé. L’appât est
la tombée de la nuit, certaines autres espèces importantes interrompant totalement leur activité en l’absence de lumière suffisamment verticale. replacé avant de passer à l’appât suivant.
Le créneau horaire optimal de récolte est donc le matin, mais varie légèrement en fonction de la température journalière. En début de saison (avril) 5°) 2nd Relevé
il vaut mieux effectuer le premier passage lorsque la température dépasse 15°C, soit entre 9H et 10H et le deuxième entre 10H et 11H. En milieu
de saison (mai-juin), le plus efficace est d’effectuer le premier passage entre 8H et 9H et le second entre 9H et 10H. En fin de saison (juin-juillet), Le second relevé commence 1h après le début du premier relevé. Il se passe dans les mêmes conditions que le relevé précédent.
lorsque les températures maximales journalières dépassent les 30°C, les meilleures heures de récolte sont les plus fraîches, de 7h à 10h.
Note : Il est possible d’imaginer mutualiser les passages de suivi de l’Azuré du serpolet et des fourmis Myrmica, en effectuant la pose et le contrôle
des appâts en matinée, puis sur le reste de la journée, réaliser les transects pour l’Azuré.
Préparation et conservation des échantillons
Les tubes de terrain ou piluliers doivent avoir un diamètre compatible avec celui de l’aspirateur utilisé, de manière à accélérer le transfert de
l’aspirateur au tube. L’aspirateur comme le tube devront être petits, diamètre entre 2 et 4cm, volume 10-20ml. Les fourmis récoltées sont
transférées dans le tube de terrain auquel on a ajouté au préalable de l’alcool à 70°.
Chaque tube est numéroté par une étiquette placée à l’intérieur. Les étiquettes des tubes peuvent indiquer la date de l’échantillonnage, le site et le
numéro du tube. Une version simplifiée donne le numéro de placement « logique » sur le transect. De retour de terrain, les échantillons récoltés
sont transférés dans des tubes à centrifuger de 1,5ml (type eppendorf). Ceux-ci seront complètement remplis d’alcool à 96°. Le même étiquetage
doit être utilisé. Les tubes sont ensuite conservés au congélateur, dans des boîtes en carton compartimentées.

Mesures compensatoires
Identification des fourmis
L’identification au genre des fourmis est assez aisée et l’ouvrage « Fourmis de France », de R. Blatrix, C. Galkowski et C. Lebas, 2013, Editions
Delachaux et Niestlé, est parfait pour cette tâche. Une binoculaire est nécessaire une fois les fourmis dans l’alcool. L’identification à l’espèce est
délicate pour la plupart des genres. Pour les Myrmica, il est préférable de contacter des spécialistes afin d’obtenir une clé plus précise et de l’aide
pour l’identification à l’espèce.

61
X.5.5. SYNTHESE ET COUT DES SUIVIS Grive draine Turdus viscivorus LC
Merle noir Turdus merula LC
Pipit des arbres Anthus trivialis LC
Suivi Fréquence Période Jours Coût
Tourterelle des
Streptopelia turtur LC
bois
Maculinea Quatre sessions par an Juin à août Couleuvre Zamenis
Nationale Directive Habitat (annexe IV) Remarquable LC LC
3 par année 1 650 € par année de suivi soit 13 200 € d'Esculape longissimus
de suivi sur 13 ans (8 années de suivi) Couleuvre de Malpolon
Une fois par an, transects à répartir lors Nationale NT LC
Myrmica Juin à août Montpellier monspessulanus
des inventaires Maculinea
Couleuvre
Natrix maura Nationale LC LC
vipérine
Lézard vert
Nationale Directive Habitat (annexe IV) LC LC
X.6. LISTE DES ESPECES BENEFICIANT DE LA MESURE COMPENSATOIRE
Lacerta bilineata
occidental
Rainette
Hyla meridionalis Nationale Directive Habitat (annexe IV) LC LC
méridionale
Tableau 14 : liste des espèces bénéficiant également de la mesure compensatoire
Sanglier Sus scrofa LC
Nom Déterminance Liste Rouge Liste rouge Azuré du
Nom scientifique Protection Natura 2000 Maculinea arion Nationale Directive Habitat (annexe IV) Stricte LC
vernaculaire ZNIEFF Régionale France serpolet
Polyommatus
Milan royal Milvus milvus Nationale Directive Oiseaux (Annexe I) Remarquable V6 VU Azuré commun LC
icarus
Hieraaetus Amaryllis Pyronia tithonius LC
Aigle botté Nationale Directive Oiseaux (Annexe I) Stricte I 15 VU
pennatus
Tabac d'Espagne Argynnis paphia LC
Circaète Jean-le-
Circaetus gallicus Nationale Directive Oiseaux (Annexe I) A critères LC
Blanc Grand nacré Argynnis aglaja LC
Gobemouche Melanargia
Muscicapa striata Nationale VU Demi-deuil LC
gris galathea
Pouillot de Phylloscopus Argus bleu-
Nationale LC Lysandra bellargus LC
Bonelli bonelli céleste
Grand corbeau Corvus corax Nationale LC Citron de Gonepteryx
LC
Épervier Provence cleopatra
Accipiter nisus Nationale LC Polyommatus
d'Europe Azuré du plantain LC
escheri
Sittelle torchepot Sitta europaea Nationale LC
Thécla de
Loriot d'Europe Oriolus oriolus Nationale LC Satyrium illicis LC
l'Yeuse
Dendrocopos Azuré porte-
Pic épeichette Nationale LC Lampides boeticus LC
minor queue
Alouette lulu Lullula arborea Nationale Directive Oiseaux (Annexe I) LC Grand Nègre des
Minois dryas Stricte LC
bois
Rossignol Luscinia
Nationale LC
philomèle megarhynchos
Troglodyte Troglodytes
Nationale LC
mignon troglodytes
Coucou gris Cuculus canorus Nationale LC
Martinet noir Apus apus Nationale LC
Tarier pâtre Saxicola rubicola Nationale LC
Bruant zizi Emberiza cirlus Nationale LC
Fauvette à tête
Sylvia atricapilla Nationale LC
noire
Grimpereau des Certhia
Nationale LC
jardins brachydactyla
Cyanistes
Mésange bleue Nationale LC
caeruleus
Mésange
Parus major Nationale LC
charbonnière
Dendrocopos
Pic épeiche Nationale LC
major
Rougegorge
Erithacus rubecula Nationale LC
familier
Pinson des
Fringilla coelebs Nationale LC
arbres
Garrulus
Geai des chênes LC
glandarius

62
XII. CHIFFRAGE TOTAL DES MESURES XIII. CONCLUSION

Intitulé de la mesure Coût estimé € HT Commentaires Les inventaires naturalistes ont été réalisés à des périodes favorables à l’observation de la faune et de la flore patrimoniale potentiellement
présentes sur la zone d’étude du projet d’extraction de matériaux. Les espèces inventoriées représentent des enjeux écologiques
Mesures de réduction et d’évitement
globalement faibles à l’exception de la présence de l’Azuré du serpolet dont une population est bien représentée sur la zone d’étude.
Réduction des emprises des zones
E1 - Pas de surcoût, intégration en phase conception du projet. Des mesures d’évitement et de réduction ont permis de réduire les impacts du projet d’extraction sur l’Azuré du serpolet et son habitat ainsi
d’extraction
que sur les autres espèces patrimoniales, cependant un impact significatif persiste malgré tout. La présence de cet impact a nécessité
R1 Calendrier d’exécution des travaux - Pas de surcoût. Planning intégré dans le cadre de l’intervention. l’élaboration du présent dossier de dérogation à la destruction d’espèce protégée.
5,5 jours comptabilisés (mesures R2, R3, R6 et R7) et 4 CR à 300 Des mesures vouées à compenser cet impact résiduel ont donc été élaborées afin de pouvoir autoriser l’exploitation restreinte de la
R2 Accompagnement écologique du chantier 4500 euros HT / unité. La mesure R2 n’inclut pas les frais de suivis ou
carrière tout en prenant en considération l’enjeu de conservation de l’Azuré du serpolet et en favorisant la pérennité de sa population.
de fourniture.
Délimitation et respect des emprises et Coût du dispositif de balisage estimé pour 600 mètres de linéaire.
R3 mise en défens des secteurs d’intérêt 300
écologique Main d’œuvre inclus dans la mesure R2.

R4 Phasage de l’extraction de matériaux - Pas de surcoût, intégration en phase conception du projet.

R5 Gestion des risques de pollution - Prise en charge par la maîtrise d’ouvrage.

Lutte contre les espèces végétales


R6 - Assistance écologique prise en charge dans la mesure R2.
invasives

Création de micro-habitats pour la petite Pour 5 plaques à reptiles, 2 boîtes gîte à Hérisson.
R7 175
faune avant travaux Main d’œuvre inclus dans la mesure R2.

Mesures d’accompagnement

Eviter la création de pièges écologiques Estimation faite sur la base de 5 alvéoles, avec prise en compte de
A1 pour les amphibiens sur la zone 6346,8 la fourniture achetée en directe par le maître d’ouvrage.
d’exploitation La main d’œuvre est incluse (3 jours).

Total du coût estimé des mesures


11 321,8
d’atténuation

Intitulé de la mesure Coût estimé € HT Commentaires

Mesures compensatoires

Réhabilitation et mise en gestion d’habitats hors coûts de suivi de la mesure (inclus dans la mesure C2), hors
C1 14 248
favorables à l’Azuré du serpolet acquisition foncière et hors réalisation du plan de gestion

C2 Suivi de la population d’Azuré du serpolet


Suivi sur 13 ans. Inclut la prospection de terrain (4 jr / année de
Suivi de la colonisation par les fourmis 13 200
C3 suivi)
hôte de l’Azuré du serpolet

Total financier estimé 27 448

Chiffrage total des mesures


63
DUPONT P., 2010. Plan National d’Actions en faveur des Maculinea. Office pour les insectes et leur environnement – Ministère de
BIBLIOGRAPHIE l’Ecologie, du Développement durable, des transports et du Logement
KAUFMANN B et al, PNA MAculinea, 2011-2015 – Protocle d’échantillonage simple permettant d’évaluer la présence et l’importance des
SOLDANELLE Conseil en écologie., Novembre 2012 – Projet d’ouverture d’une carrière à Villelongue d’Aude (11) – Diagnostique écologique Myrmica au sein des communautés de fourmis.
habitats, flore, oiseaux, amphibiens, reptiles
ELMES G.W. et al, 1998 – Journal of insect conservation - The ecology of Myrmica ants in relation to the conservation of Maculinea
Oiseaux
butterflies
BIRDLFE INTERNATIONAL (2004) – Birds in Europe : population estimates, trends and conservation status. Cambridge, UK : BirdLife International (BirdLife
Conservation Séries No. 12) SIELEZNIEW M., STANKIEWICZ A. 2008 – European Journal of Entomology – Myrmica sabuleti not necessary for the survival of the
BLONDEL J., FERRY C. ET FROCHOT B. (1970): La méthode des indices ponctuels d'abondance (I.P.A.) ou des relevés d'avifaune par "stations d'écoute". population of Maculinea arion in eastern Poland : Lower host-ant specificity or evidence for geographical variation of an endangered social
Alauda, 38 : 55-71. parasite ?
BLONDEL, J. & FARRE, H. (1988) The convergent trajectories of bird communities along ecological successions in european forests. OEcologia (Berlin) : 75,
83-93.
CAMPBELL, B. AND LACK, E. EDS. (1985) A dictionary of birds. Calton (Staffordshire, U.K.): T. and A. D. Poyser.
DUBOIS P.J, LE MARECHAL P., OLIOSO G. & YESOU P. (2000) – Inventaire des oiseaux de France. Nathan, Paris. 400 P.
DUBOIS. P. J., LE MARECHAL, P., OLIOSO G., YESOU P. (2008). Le Nouvel Inventaire des Oiseaux de France. Delachaux et Niestlé
DUQUET M. (1992) - Inventaire de la faune de France. Nathan, Paris. 416p.
FERRY C. ET FROCHOT B. (1958) : Une méthode pour dénombrer les oiseaux nicheurs. Revue d'écologie (La Terre et la Vie), 2 : 85-102.
GEROUDET P., CUISIN M. (1998) – Les Passereaux d’Europe Tome 1 Des Coucous aux Merles, Paris Delachaux et Niestlé, 405 p.
GEROUDET P., CUISIN M. (1998) – Les Passereaux d’Europe Tome 2 De la Bouscarle aux Bruants, Paris Delachaux et Niestlé, 512 p.
GEROUDET P., CUISIN M. (2000) – Les Rapaces d’Europe, Paris Delachaux et Niestlé, 446 p.
LPO Mission rapace (2012) – Suivi des populations nicheuses de Faucon crécerellette, Internet
ROCAMORA G. & YEATMAN-BERTHELOT D. (1999) – Oiseaux menacés et à surveiller en France. SEOF/LPO, Paris, 600p.
THIOLLAY J.M. ET BRETAGNOLLE V. (COORD.), 2004, Rapaces nicheurs de France, Distribution, effectifs et conservation, Delachaux et Niestlé, Paris.
TUCKER G.M. & HEATH M.F. – 1994 – Birds in Europe : their conservation status. Birdlife Conservation Series n°3. Birdlife International, Cambridge (UK),
600 p.
YEATMAN-BERTHELOT JARRY G. (1994) – Atlas des oiseaux nicheurs de France. SOF, Paris. 776p

Mammifères terrestres
Aulagnier S., Haffner P., Mitchell - Jones A.J, Moutou F., Zima J. (2008) Guide des mammifères d’Europe, d’Afrique du Nord et Moyen-Orient. Delachaux
et Niestlé. 271 p.
Destre R. dir. (2000) Faune sauvage de Lozère. Les Vertébrés. ALEPE, Balsiège, 256 p.
Duquet M. (1995) Inventaire de la faune de France. Vertébrés et principaux Invertébrés, 2ème ed, Nathan - MNHN. Paris. 416 p.
Décamps H. et O. (2002) Ripisylves méditerranéennes, A J Crivelli, J Jalbert (eds), Conservation des zones humides méditerranéennes –
no 12, Tour du Valat, Arles (France)

Reptiles/amphibiens
GENIEZ PH. ET CHEYLAN M. (1987) - Atlas de distribution des Reptiles et Amphibiens du Languedoc-Roussillon. EPHE/GRIVE, 114 p
ACEMAV COLL., DUGUET R. & MELKI F. ED., 2003 - Les amphibien de France, Belgique et Luxembourg. Collection Parthénope, éditions Biotope, Mèze
(France). 480 p.
VACHER J.-P. & GENIEZ M. (COODS), 2010. –Les reptiles de France, Bélgique, Luxembourg et Suisse. Biotope, Mèze (Collection Parthénope) ; Muséum
d’Histoire naturelle, Paris, 544
CHEYLAN M. & GRILLET P. 2003Le lézard ocellé en France Un déclin inquiétant. Le courrier de la nature. n° 204. 25-31.

Invertébrés
DEFAUT B., SARDET E. & BRAUD Y., 2009 – Catalogue permanent de l’entomofaune française – Orthoptera : Ensifaera et Caelifera, fasc. N°7, ASCETE,
Bédeilhac-et-Aynat.95 p.
DUPONT P., 2001.- Programme national de restauration pour la conservation de Lépidoptères diurnes (Hesperiidae, Papilionidae, Pieridae, Lycaenidae et
Nymphalidae). Document de travail, OPIE, 200 p.
FIERS V., GAUVRIT B., GAVAZZI E., HAFFNER P., MAURIN H. & coll. 1997 – Statut de la faune de France métropolitaine. Statuts de protection, degré de
menaces, statuts biologiques. MNHN/IEGB/SPN, RNF, Min. Env. 225 p.
LAFRANCHIS, T., 2000 - Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Mèze France): Biotope
SARDET E. & DEFAUT B., 2004 – Les Orthoptères menacés en France. Liste rouge nationale et listes rouges par domaines biogéographiques. Matériaux
Orthoptériques et Entomocénotiques, 9 : 125-137.

64
ANNEXE 1 : LISTE DES ESPECES FAUNISTIQUES OBSERVEES SUR LE SITE

Nom scientifique Nom vernaculaire


Milvus milvus Milan royal
Hieraaetus pennatus Aigle botté
Circaetus gallicus Circaète Jean-le-Blanc
Muscicapa striata Gobemouche gris
Phylloscopus bonelli Pouillot de Bonelli
Corvus corax Grand corbeau
Accipiter nisus Épervier d'Europe
Sitta europaea Sittelle torchepot
Oriolus oriolus Loriot d'Europe
Dendrocopos minor Pic épeichette
Lullula arborea Alouette lulu
Luscinia megarhynchos Rossignol philomèle
Troglodytes troglodytes Troglodyte mignon
Cuculus canorus Coucou gris
Apus apus Martinet noir
Saxicola rubicola Tarier patre
Emberiza cirlus Bruant zizi
Sylvia atricapilla Fauvette à tête noire
Certhia brachydactyla Grimpereau des jardins
Cyanistes caeruleus Mésange bleue
Parus major Mésange charbonnière
Dendrocopos major Pic épeiche
Erithacus rubecula Rougegorge familier
Fringilla coelebs Pinson des arbres
Garrulus glandarius Geai des chênes
Turdus viscivorus Grive draine Figure 39 : points d’écoute avifaune (Soldanelle) ; 1 : ambiance forestière, 2 : première pelouse, 3 : deuxième pelouse
Turdus merula Merle noir
Anthus trivialis Pipit des arbres
Streptopelia turtur Tourterelle des bois
Zamenis longissimus Couleuvre d'Esculape
Malpolon monspessulanus Couleuvre de Montpellier
Natrix maura Couleuvre vipérine
Lacerta bilineata Lézard vert occidental
Hyla meridionalis Rainette méridionale
Sus scrofa Sanglier
Maculinea arion Azuré du serpolet
Polyommatus icarus Azuré commun
Pyronia tithonius Amaryllis
Argynnis paphia Tabac d'Espagne
Argynnis aglaja Grand nacré
Melanargia galathea Demi-deuil
Lysandra bellargus Argus bleu-céleste
Gonepteryx cleopatra Citron de provence
Polyommatus escheri Azuré du plantain
Satyrium illicis Thécla de l'Yeuse
Lampides boeticus Azuré porte-queue
Minois dryas Grand Nègre des bois

65