Vous êtes sur la page 1sur 13

E3C – Fiches de révision – Géographie

I) Le poids croissant des métropoles dans le monde

➢ Un monde de plus en plus urbanisé


 Depuis 2007, la ville est devenue le cadre de vie de plus de la moitié de l'humanité. Le
processus d'urbanisation s'est accéléré au cours de la seconde moitié du XXe siècle.
✔ Urbanisation : processus de concentration des populations dans les villes avec
une augmentation de leur superficie
 En 1900, seulement 10 % de la population mondiale vivait en ville. Aujourd'hui, 4,2
milliards d'humains, (55 % de la population mondiale) vivent en ville. D'après l'ONU,
6,7 milliards d'individus devraient vivre en milieu urbain en 2050, soit plus des deux
tiers de l'humanité. D’ailleurs, 90 % des « nouveaux urbains » devraient venir d’Asie et
d’Afrique.
 L’urbanisation est liée au développement : plus un pays est développé, plus il est
urbanisé (80% des pays développés sont urbanisés) ; moins il est développé, moins il est
urbanisé (- de 30 % des pays en voie de développement sont urbanisés).

 Le phénomène d’urbanisation s’explique par plusieurs facteurs :


➔ la ville attire, parce qu’elle est le lieu de la modernité, elle offre des perspectives
d'emploi nombreuses et variées. Ces éléments favorisent l'exode rural.
➔ la population urbaine peut augmenter sous l'effet de l'accroissement naturel. C'est
particulièrement visible dans les villes des pays en développement, où l'afflux
massif de populations jeunes stimule la natalité.
➔ sous l'effet de leur croissance, les villes ont tendance à s'étaler dans l'espace : des
petites villes ou des villages se retrouvent enserrés et intégrés à la banlieue ; c’est
l’étalement urbain.
✔ exode rural : migration de populations rurales vers les villes
✔ accroissement naturel : différence entre le nombre de naissances vivantes et le
nombre de décès.
✔ banlieue : ensemble des communes situées en périphérie d'une ville-centre qui
ont une continuité de bâti avec elle.
✔ étalement urbain : étalement de l’espace urbanisé en périphérie des villes

 L’exode rural alimente également la transition urbaine.


✔ transition urbaine : processus au cours duquel, dans un pays, les populations
citadines deviennent majoritaires par rapport aux populations rurales. Les villes
s'étendent au détriment des espaces ruraux.

 Le phénomène d’urbanisation favorise l’émergence de très grosses villes. En 2019, on


compte une trentaine de mégapole, et plus de 500 villes avec plus d’un million
d’habitants. Cette impression de gigantisme des villes est renforcée par le fait que dans
plusieurs pays en développement on a un phénomène de macrocéphalie urbaine. Dans
ces pays, on a une mégapole qui, par sa taille et par ses activités, domine très
nettement toutes les autres villes du pays.
✔ Mégapole : métropole/très grande agglomération de plus de dix millions
d’habitants
✔ macrocéphalie urbaine : développement disproportionné de la ville la plus
peuplée d’un territoire au détriment des autres villes

(1/13)
✔ métropole : grande ville concentrant population et fonctions de
commandement (elles ont un rayonnement plus ou moins grand, lié à
l’attractivité de la ville)
✔ agglomération : centre et banlieues d’une ville

 En 2019, Tokyo, la ville la plus peuplée du monde, compte environ 35 millions


d’habitants. En 2030, Delhi devrait devenir la ville la plus peuplée du monde,
puisqu’elle compterait plus de 39 millions d’habitants.
 Par ailleurs, 24 des 30 mégapoles sont dans les pays en développement.

➢ Le poids croissant des métropoles dans le monde


 Les métropoles dominant le monde sont New-York, Tokyo, Londres et Paris.
 Les métropoles sont facilement accessibles car elles constituent de véritables carrefours
de communication. Les denses réseaux de transports qui les desservent, leur
permettent d'être connectées à toutes les échelles. Les aéroports, les ports et les
réseaux numériques les mettent en relation avec le monde tandis que les réseaux
ferroviaires et routiers les relient à l'espace national ou continental.
 Leur accessibilité contribue à leur attractivité : elles concentrent ainsi la majorité des
investissements financiers de la planète. Plus leur rayonnement est important, plus
elles jouent le rôle de centres d'impulsion dans la mondialisation.
 Il faut distinguer les mégapoles des métropoles. Une ville modeste peut être considérée
comme une métropole avec un rayonnement mondial, alors qu'une mégapole aura un
rayonnement plus limité.
➔ Par exemple, avec 200 000 habitants, Genève (Suisse) est bien une métropole
mondiale, mais ce n'est pas encore le cas de villes comme Lagos au Nigeria ou
Dacca au Bangladesh qui comptent pourtant entre 12 et 14 millions d'habitants.
Genève possède le siège de l’ONU, un aéroport international…
➔ Cet exemple est aussi valable pour Francfort, qui est une métropole mondiale,
puisqu’elle possède notamment la Banque européenne.

 Le processus de métropolisation est inégal : Il concerne les villes les plus dynamiques :
ce sont les villes historiquement les plus puissantes comme Londres, New York, Paris,
ou Tokyo qui se renforcent.
✔ Métropolisation : processus de concentration des populations, activités et
fonctions de commandement dans les grandes villes. C’est un processus
sélectif : les villes qui ont déjà des atouts vont renforcer leurs atouts ; certaines
ont du mal et risquent d’être encore en marge.

 Les métropoles sont des villes puissantes car elles concentrent des fonctions de haut
niveau dans plusieurs domaines. Celles-ci produisent un produit urbain brut. Le
premier produit urbain brut du monde est celui de Tokyo : il est à 1.900 milliards de
dollars, ce qui correspond au produit intérieur brut de l’Italie. Le produit urbain brut de
Sao Paulo est égal au produit urbain brut des Pays-Bas.
✔ Produit urbain brut (PUB) : valeur de l’ensemble des richesses produites en 1 an
par une ville
✔ produit intérieur brut (PIB) : valeur de l’ensemble des richesses produites en 1
an par un pays

 Les métropoles mondiales possèdent un carrefour de communication (avec un Hub


international et des ports), une connexion avec l’arrière-pays (autoroute, ligne à grande
vitesse), et un paysage urbain spécifique (skyline, aéroport).

(2/13)
✔ Métropole mondiale : grande métropole concentrant des fonctions de
commandement, et exerçant une influence à l’échelle mondiale dans le domaine
économique, financier, politique et culturel.
✔ Hub : point ou un nœud dans un réseau d'échanges où se concentrent des ux
de passagers et/ou de marchandises et/ou d'informations qui sont redistribués
aux échelles mondiale et régionale. Les principaux aéroports, ports et data
centers sont des hubs mondiaux.
✔ Skyline : silhouette formée par l'alignement de gratte-ciels d'un quartier des
affaires d'une ville.
 Afin de rayonner à l’échelle mondiale, celles-ci disposent :
➔ d’une connexion à trois échelles (très grande accessibilité)
➔ d’une forte attractivité (services culturels, loisirs, investissements directs à
l’étranger)
➔ d’un CBD
✔ Central Business District (CBD) : quartier des affaires d'une métropole, où se
concentrent les fonctions économiques et nancières de commandement : sièges
sociaux, bourse, services de haut niveau, etc.

 Ces métropoles possèdent différentes fonctions :


Fonctions économiques et financières • Sièges sociaux de firmes transnationales
(FTN)
• Activités de service de haut niveau
(informatique)
• Activités financières
➔ banques
➔ assurances
➔ bourses
● Regroupement de ces activités dans les
CBD, tel que Wall Street à New-York ou
la City à Londres.
Fonctions intellectuelles • Activités de recherche et de
développement au sein de grandes
universités, centres de recherche…
• Conception de produits de haute
technologie au sein des technopôles (ex :
Silicon Valley à San Francisco, avec
Apple, Facebook, Google, Netflix, Intel,
HP…), permettant une synergie entre ces
entreprises.
Fonctions politiques et diplomatiques • Lieux de pouvoir et de décision
➔ certaines sont capitales politiques :
Paris, Londres, Tokyo...
• Présence d’institutions gouvernementales
(ministères, haute administration)
• Présence d’institutions diplomatiques
(ambassades, consulats)
• Dans certaines métropoles, présence
d’institutions internationales et sièges
d’ONG

(3/13)
➔ FMI et Banque mondiale à
Washington
Fonctions culturelles  Riche patrimoine (musées, opéras,
théâtres, monuments)
 Le Louvre à Paris a accueilli 10
millions de visiteurs en 2018
 Siège de différents médias (radio, TV,
journaux)
 Siège de congrès, de grands évènements
planétaires
 COP21 à Paris
 Jeux olympiques
 Exposition universelle
 Gros flux touristiques
 21,5 millions de visiteurs à Bangkok

✔ technopôle : parc technologique situé dans une


agglomération dans lequel se concentrent des
centres de formation supérieure, des centres de
recherche et des industries de pointe.
✔ synergie : différents acteurs (entreprises,
institutions) ou territoires interagissent en se
complétant an d'accroître leur potentiel et d'être
compétitifs.

 Ces villes concentrent des fonctions métropolitaines.

II) Des métropoles inégales et en mutation

➢ Des métropoles en concurrence


 On distingue plusieurs types de métropoles, à commencer avec les villes mondiales.
 Attractives par leurs fonctions et lié à la mondialisation, les villes mondiales sont
connectées aux grands réseaux mondiaux de transport et de communication. Elles
forment ce qu’on appelle l'Archipel mégalopolitain mondial (AMM).
✔ Mondialisation : accroissement des flux de marchandises, d'informations, de
capitaux et d'hommes à l'échelle de la planète.
✔ Ville mondiale : métropole concentrant des activités de commandement
économique et/ou politiques d’échelle mondiale, des populations hautement
qualifiées, et disposant d’une très grande accessibilité. Elles ont un
rayonnement et une puissance planétaire.
✔ Archipel métropolitain mondial : nom donné à l’ensemble des métropoles
mondiales qui établissent des relations entre elles.
 Ces villes mondiales sont au sommet de la hiérarchie.
 Tokyo, Paris, Londres et New-York sont les 4 plus grandes villes mondiales.
 Toutes les villes mondiales sont liées à une mégalopole, et à la Triade.
✔ Mégalopole : région urbaine concentrant plusieurs métropoles reliées entre
elles et exerçant un rayonnement mondial.
➔ Mégalopolis sur la côte Ouest des États-Unis (avec New-York, Boston…)

(4/13)
➔ La banane bleue en Europe (avec Londres, Milan…)
➔ La mégalopole japonaise (avec Tokyo, Osaka, Kyoto…)
 Ces métropoles cherchent une accessibilité optimale, en développant des plateformes
multimodales.
✔ Plateforme multimodale : infrastructure facilitant le passage d'un mode de
transport à un autre : aérien, routier, ferroviaire, portuaire.

 Les métropoles secondaires et émergentes possèdent un rayonnement continental


et/ou national, mais pas mondial. Elles sont spécialisées.
➔ Elles se situent dans les pays développés (tel que Milan, Francfort, San Francisco)
➔ Elles se situent aussi dans les pays émergents (Istanbul, Sao Paulo, Mumbai)

 Certaines métropoles possèdent également un rayonnement national, régional et/ou


local.
 Ces villes sont souvent à l’écart de la mondialisation : elles concentrent peu ou pas
d’investissements directs à l’étranger (IDE), et peu ou pas d’infrastructures
➔ Elles se situent dans les pays développés (tel que Bordeaux, qui a un rayonnement
régional, sur la région Nouvelle-Aquitaine ; Lyon, qui a un rayonnement régional,
sur la région Auvergne-Rhône-Alpes ; Athènes, qui a un rayonnement national en
Grèce).

 Ces métropoles sont en compétition. Les paysages métropolitains s’homogénéisent.

 Cette compétition est visible par la course au gigantisme : les quartiers d'affaires se
densifient, les gratte-ciels se multiplient, des tours de plus en plus hautes sont érigées
(la tour la plus haute est la Burj Khalifa à Dubai, avec 828 mètres de hauteur).

 L’étalement est un phénomène planétaire. Dans les pays du Nord, la ville s’étale ; dans
les pays du Sud, elle se compacte. Par exemple, 1/5 des territoires des États-Unis sont
des espaces métropolitains. Cette étalement se fait le long des axes de communication.
 D’ici 2030, cette croissance des métropoles devrait conquérir 1 million de km² de terres
agricoles au profit des villes, soit l’équivalent de deux fois la taille de la France.

 La mondialisation met en concurrence les métropoles. Il y a une inégalité dans


l’ouverture à la mondialisation, et dans l’attractivité.
 Les villes les plus dynamiques sont dans les pays du Nord (Tokyo, Londres, Paris, New-
York). Elles sont attractives sur les personnes (étudiants, cadres), et dans des domaines
d’activités (industrie → automobile, aviation ; service → finance, communication).

 Certaines métropoles sont même en marge de la mondialisation, pour différentes


raisons :
➔ conflit (ex : Damas, Syrie)
➔ infrastructures de communication insuffisantes (ex : Kinshasa, Tokyo)
➔ déclin économique (ex : Détroit, USA)

 Certaines villes sont des smart cities.


✔ Smart city : ville utilisant l’innovation et les nouvelles technologies afin
d’améliorer les services urbains offerts aux citadins

➢ Des métropoles en recomposition

(5/13)
 Dans les métropoles, les centres concentrent les fonctions de commandement (fonction
politiques, culturels, économiques…). Le centre-ville est en fait la vitrine des
métropoles.
 L’attractivité des villes entraîne une augmentation de la
population, et donc un étalement urbain, au détriment
des périphéries. L'augmentation des prix de l'immobilier
conduit les populations à vivre toujours plus loin en
banlieue.
✔ Périphérie : espace situé autour d’un centre,
dépendant ou dominé par celui-ci.
 Il existe plusieurs types de banlieues :
➔ les espaces dédiés aux loisirs et au commerce (zones
commerciales)
➔ les espaces industriels (zones industrielles)
➔ les espaces « dortoirs », dont la fonction est surtout résidentielle, avec des habitats
collectifs (cités) ou bien des villas, des lotissements, des quartiers aisés : ceci mène
à la périurbanisation.
✔ Périurbanisation : urbanisation autour des agglomérations sur des espaces
ruraux

 Certains villes deviennent polycentriques, avec l’apparition de nouveaux centres en


périphérie. Il s’agit de répondre à plusieurs problèmes :
➔ hausse du prix de l’immobilier dans les villes-centres ;
➔ problèmes d’embouteillages liés aux déplacements allongés par l’étalement urbain
 Ceci entraîne l’émergence d’edge cities. L’idée est d’éviter d’une partie de la population
vivant en périphérie ne se déplace quotidiennement dans la ville-centre.
✔ Edge city : pôle secondaire en périphérie rassemblant des activités tertiaires
(bureaux, zones commerciales) et industrielles et des équipements (loisirs),
parfaitement relié au reste de la métropole par des voies de communication.

➢ Des métropoles qui se fragmentent


 Avec la métropolisation, on observe un renforcement des inégalités au sein des
populations urbaines. Au niveau socio-économique, ce sont dans les métropoles que les
écarts de revenus sont les plus criants. Les inégalités socio-économiques se manifestent
dans l'accès au logement, dont les prix augmentent sous l'effet de la pression
immobilière, dans l'accès aux transports et aux services publics, moins présents dans
certains quartiers défavorisés.
 Ainsi, un phénomène de fragmentation socio-spatiale est observable dans de
nombreuses métropoles :
➔ une séparation pour des raisons ethniques, en Afrique et aux États-Unis
notamment, entraînant la création de ghettos
➔ une séparation en raison de la religion des individus, notamment au Moyen-Orient
ou en Asie du Sud
➔ une séparation socio-économique, en raison de la différence de salaire entre les
individus : c’est le critère principal de la fragmentation socio-spatiale
✔ ghetto : quartier où une communauté vit à l’écart

 Dans ces même métropoles, les populations aisées se retrouvent à l’écart des pauvres.
Les quartiers rénovés, en attirant des populations plus aisées connaissent un
phénomène de gentrification comme la partie sud d'Harlem à New York, obligeant les
populations plus modestes à quitter leur quartier.

(6/13)
➔ Harlem était un quartier bourgeois blanc au 19e siècle. Au 20e siècle, il était devenu
un quartier noir difficile. Au 21e siècle, il a subi la gentrification et est redevenu un
quartier bourgeois.

 Par ailleurs, des projets de rénovation urbaine se mettent en place dans ces villes.
✔ Rénovation urbaine : opération d'aménagement qui vise à améliorer l'espace
urbain : destruction de quartiers insalubres ou bidonvilles (ex : Rio de Janeiro,
Brésil), ou encore réhabilitation du patrimoine culturel, religieux en le
restaurant.
 Afin de vivre à l’écart de l’insécurité (et donc des quartiers pauvres), les plus aisées
s’enferment dans des gated communities.
✔ Gated communities : quartiers résidentiels fermés et sécurisés, présents au
centre des villes ou en périphérie. Ces quartiers sont plus ou moins luxueux, et
se situent dans les métropoles des pays du Nord, ou celles des pays émergents,
et très peu dans celles des pays du Sud.

 Les populations pauvres cohabitent dans la ville avec la ségrégation socio-spatiale.


✔ Ségrégation socio-spatiale : séparation des populations en fonction de leurs
revenus.

 Les inégalités sont plus frappantes dans les métropoles émergentes des pays du Sud.
Avec la croissance démographique et l'exode rural, les populations vivant dans les
bidonvilles augmentent en valeur absolue : plus d’un milliard de personnes vit dans un
bidonville, soit 1 citadin sur 4.
✔ bidonville : quartier d’habitation construit illégalement avec des matériaux de
récupération (par exemple, à Lagos, Jakarta ou Delhi). On dit qu’un bidonville
est lacustre lorsqu’il se situe sur l’eau.

III) La métropolisation et ses effets en France


➢ Le poids croissant des métropoles
 Il y a une métropolisation et une polarisation du territoire. Les villes ont un
rayonnement plus ou moins important selon leur taille. Les grandes villes sont
éloignées, afin d’avoir une polarisation plus importante.
 L’urbanisation est liée à la métropolisation. Ces phénomènes ont débutés à la deuxième
moitié du 20e siècle.
 La métropolisation permet le renforcement, la recomposition des dynamiques de la
villes (dynamiques urbaines). Plus il y a de population et d’activités, plus la ville
polarise.
 Différents éléments expliquent cette association de la métropolisation et de la
polarisation :
➔ un attrait pour les populations
➔ une polarisation liée aux fonctions urbaines supérieures (universités, centres
hospitaliers universitaires)
➔ une polarisation liée aux activités économiques à forte valeur ajoutée (activité
tertiaire, domaine technologie)

 Entre 2007 et 2014, 70 % de création d’emplois ont eu lieu dans les 15 plus grandes aires
urbaines : on constate donc un déséquilibre.

(7/13)
✔ Aire urbaine : ensemble de l'espace organisé autour d'un pôle urbain. On y
trouve donc la ville-centre, les communes de banlieue et les communes de la
couronne périurbaine. Elle regroupe des communes dans lesquelles au moins
40 % de la population ayant un emploi travaille dans le pôle urbain central.

 Les métropoles, par leur polarisation, cherchent à obtenir un solde migratoire positif.
✔ Solde migratoire : différence entre les flux migratoires entrants et les flux
migratoires sortants

 En France, les espaces les plus attractifs se situent au Grand-Ouest et au Sud, ce qui
n’est pas forcément le cas pour le Nord et le Nord-Ouest.
 Les villes les plus attractives sont, par exemple, Bordeaux, Toulouse, Annecy, Nantes…
➔ ceci s’explique notamment par la recherche d’un bon cadre de vie (climat, marché
du travail…)

 Ce processus de polarisation est favorisé par l’État, et par la mondialisation.


 La mondialisation favorise les territoires les plus performants, les mieux accessibles
(tertiarisation, dynamisme).

➢ Paris, une métropole mondiale au sommet de la hiérarchie urbaine


 Paris est l’une des quatre villes globales de la planète, avec Londres, New-York et
Tokyo. Fortement connectée aux échanges mondiaux, elle appartient à l'Archipel
mégalopolitain mondial (AMM). Elle concentre toutes les fonctions métropolitaines de
haut niveau. En tant que capitale, elle accueille les grandes institutions françaises mais
également des institutions internationales, tel que l’Unesco, ou le siège de l’OCDE.
✔ Unesco : institution classant le patrimoine naturel dans le monde
✔ OCDE : organisation de coopération et de développement économique,
réunissant 50 pays.
 En France, Paris exerce une domination sur le reste des métropoles. Elle est première
dans tous les domaines. C’est la 1ère ville de l’Union européenne en terme de richesses
produites, et la 2e dans le monde qui possède le plus d’annonces pour la location de
biens immobiliers sur AirBnB : c’est une métropole attractive.
 Paris est, derrière Londres, la deuxième ville mondiale qui attire le plus
d'investissements étrangers (IDE) en 2018. La Défense est le premier quartier d'affaires
d'Europe en nombre d'entreprises accueillies.
 Paris dispose d'un gros potentiel sur le plan intellectuel grâce à ses universités, grandes
écoles et centres de recherche mondialement reconnus comme la Sorbonne, SciencesPo
ou le pôle technologique de Paris-Saclay.
 Paris est aussi une importante destination touristique. Elle a accueilli 18 millions de
visiteurs étrangers en 2017 (3e rang mondial). Ses principaux monuments (la tour
Eiffel, la basilique du Sacré-Cœur, Notre-Dame de Paris, le Louvre), sont reconnus dans
le monde entier.
 Capitale du luxe, elle est un haut lieu de la création artistique, et accueille de grands
événements culturels et sportifs. Ainsi, en 2024, Paris accueillera les Jeux olympiques
pour la troisième fois de son histoire.
 Paris est parfaitement connecté aux réseaux de transports internationaux : c'est un hub
qui permet la redistribution des ux mondiaux en France et en Europe. En 2018, 106
millions de passagers ont transité par Paris, grâce à ses deux aéroports internationaux :
Roissy et Orly. C'est la deuxième plateforme aéroportuaire d'Europe derrière Londres
pour les passagers et derrière Francfort pour le fret. L'entreprise de transport FedEx a
installé son principal hub européen sur l'aéroport de Roissy. L'aéroport du Bourget est

(8/13)
le premier aéroport européen pour les voyages d'affaires (100 000 passagers par an). La
métropole est également connectée à une quarantaine de métropoles françaises et
européennes par les lignes à grande vitesse (LGV) qui desservent 4 de ses 6 gares.

 Paris a un patrimoine exceptionnel, qui est entretenu et valorisé, intégrant cette


métropole dans la compétition mondiale entre les grandes villes du monde :
➔ un patrimoine matériel (architecture, paysage urbain)
➔ gastronomie, mode

 L’Île-de-France, région de la ville de Paris,


est une région métropolitaine majeure avec
pleins d’atouts : elle possède le CBD de
Paris (la Défense, qui montre la puissance
de la ville). Au Nord-Est de la région se
trouve l’aéroport Roissy, qui est un hub
international. Au Sud-Ouest se trouve le
pôle technologie/scientifique Paris Saclay,
qui est un pôle universitaire et scientifique
de rang mondial, regroupant environ 50 000
étudiants, chercheurs et professeurs ; c’est
un technopôle.
 A elle seule, l’Île-de-France représente environ 30 % de la richesse nationale et près de
5 % du P.I.B de l’Union européenne.

 Les territoires français sont touchés par la macrocéphalie urbaine. Paris est une ville
primatiale : l'écart de population entre Paris et la deuxième métropole française (Lyon)
est particulièrement élevé. Ainsi, avec 12,6 millions d'habitants, l'aire urbaine
parisienne est au moins 5 fois plus peuplée que l'aire urbaine de Lyon (2,3 millions).
C'est un cas unique en Europe car même Londres a un indice de primatie moindre avec
Birmingham (x 3,6). L'aire urbaine parisienne abrite 1 Français métropolitain sur 5 et
produit 31 % de la richesse nationale. Elle constitue le premier bassin d'emplois en
Europe.
✔ Ville primatiale : ville qui s’impose largement en tête des classements et qui
domine ainsi le réseau urbain.
 Cette situation exceptionnelle s'explique par la tradition centralisatrice des régimes
politiques qui se sont succédé jusqu'au milieu du XXe siècle : Les réseaux ferrés et
routiers étaient organisés en étoile à partir de Paris. À partir des années 1960, pour
réduire le déséquilibre entre Paris et les autres métropoles, des politiques de
déconcentration industrielle et de décentralisation des institutions ont été menées sans
beaucoup d'effets réels. La métropole parisienne concentre les pouvoirs politiques,
économiques (sièges sociaux), financiers (bourse, banque), culturels (médias),
scientifiques (universités et centre de recherches), etc., aujourd'hui encore. Depuis une
dizaine d'années, les gouvernements décident de renforcer le pôle parisien an qu'il soit
compétitif par rapport aux autres villes globales.
 Sous l'effet du processus de métropolisation, le territoire urbain parisien se recompose :
Les quartiers se spécialisent dans quelques activités. Dans Paris intra-muros, les
entreprises du luxe se concentrent dans le Triangle d'or, délimité par trois avenues :
Champs-Élysées, Montaigne et George V. Le Quartier latin, sur une partie des Ve et VIe
arrondissements, concentre les universités et les centres de recherche. Des quartiers
autrefois résidentiels se spécialisent dans de nouvelles activités. Les start-up essaiment
dans le Nord et l'Est de la ville, du XVIIe au XIIe arrondissement. Des politiques de

(9/13)
rénovation urbaine ont été menées comme dans le XIIIe arrondissement, où les
activités tertiaires (commerces, culture, bureaux) ont remplacé les entrepôts et les
industries. Ce phénomène touche également les communes de la petite couronne.
Devant la hausse du prix de l'immobilier dans Paris intra-muros, certaines entreprises
et administrations s'installent en périphérie dans des espaces rénovés comme La Plaine
Saint-Denis près du stade de France ou le Millénaire à Aubervilliers.
 Comme les autres métropoles, Paris connaît un phénomène de gentrification, obligeant
les populations modestes à quitter les quartiers centraux pour s'installer en périphérie.
 Certaines familles décident aussi de quitter eux-même Paris, en raison de la pollution,
du prix du logement ou de l’insécurité.
 Enfin, certains quartiers sont privatisés, à l'image de la villa Montmorency dans le
XVIe arrondissement.
 En 2016 est créée la Métropole du Grand Paris, qui rassemble la commune de Paris et
130 communes périphériques, regroupant 20 % de la population française. Cette
institution a pour but de coordonner les aménagements et de renforcer la compétitivité
de la métropole à l'échelle mondiale. Parmi les objectifs, il s'agit de déconcentrer
certaines activités du centre de Paris an de dynamiser les banlieues par la création de
pôles dynamiques entre lesquels il faut renforcer les liaisons. Le projet du Grand Paris
Express vise à créer un réseau de transports plus performant, pour mieux relier les
banlieues entre elles, à l'horizon 2030. En définitive, comme d'autres métropoles
mondiales, Paris s'achemine vers une organisation de plus en plus polycentrique. Ce
projet renforce le poids de Paris, et creuse le déséquilibre avec les autres villes de
France.
 La France est donc un pays central : il y a une convergence des réseaux de transport
(routier, aérien (Roissy est le 2e hub d’Europe avec plus de 100 millions de passagers
par an), ferroviaire (six gares à Paris, représentant environ 500 millions de passagers
par an)).
 Paris attire les entreprises françaises et étrangères : elle compte 29 très grandes
entreprises, et plus de 13 000 entreprises étrangères.

➢ Des trajectoires différenciées pour les métropoles régionales


 Les métropoles régionales profitent d’un rayonnement, renforcé par les effets de la
décentralisation, mise en avant par les lois de la décentralisation entre 1982 et 1983, la
création du statut de métropole en 2010 et la loi MAPTAM en 2014.
✔ Décentralisation : processus de transfert de pouvoirs et de compétences de
l’État aux villes de provinces (collectivités territoriales : régions, départements,
communes) : les communes ont plus de pouvoirs. Ceci encourage un transfert
de compétences : transports, emploi, culture, aménagement du territoire,
environnement.
✔ loi MAPTAM : loi de modernisation de l’action publique, territoriale et
d’affirmation des métropoles, établissant 22 métropoles en France ; le but est de
rééquilibrer le territoire, trop dominé par Paris, en donnant plus de pouvoir aux
villes de province. Cette loi encourage à un développement autonome
(notamment économique).
 La métropolisation a des effets sur les métropoles:
➔ les atouts des métropoles sont renforcés, avec un nombre d’habitants élevé, une
croissance économique, des emplois nombreux et qualifiés, une économie de la
connaissance, fondée sur des activités innovantes et créatrices de valeur ajoutée, et
reposant sur un niveau de connaissances élevé.
➔ la périurbanisation prote aux communes de la couronne périurbaine. Les
métropoles les plus dynamiques voient leur influence régionale s'étendre.

(10/13)
➔ des espaces urbains se spécialisent, avec une distinction toujours plus nette entre
des lieux à vocation résidentielle (zones pavillonnaires ou d'habitat collectif), et des
zones d'activités (centres commerciaux, zones industrielles, clusters, etc.)
➔ le phénomène de gentrification concerne les centres et les banlieues. Les
populations modestes se retrouvent reléguées, parfois loin, en périphérie dans des
quartiers de grands ensembles. Parallèlement, on assiste à des phénomènes de
privatisation de l'espace avec la multiplication de résidences fermées pour
populations aisées surtout en périphérie

 Ces métropoles sont des tissus des relations à différentes échelles :


➔ concurrence avec d’autres métropoles européennes
➔ relation avec Paris + relation entre les autres métropoles européennes, et
coopération entre elles
➔ polarisation par un réseau urbain de proximité
✔ réseau urbain de proximité : ensemble des villes en relation

 Les villes de province souhaitent attirer les entreprises et changer leur image, pour être
attractives. Pour cela, elles utilisent la rénovation urbaine et la réhabilitation urbaine,
par exemple avec le quartier d’affaires de Confluence à Lyon, l’Euralille à Lille, ou
l’Euroméditerranée à Marseille.
 Elles recherchent l’originalité, par un embellissement, de nouveaux aménagements,
une piétonisation des quartiers, un travail sur l’identité de la ville.

 Mais, toutes les métropoles régionales ne connaissent pas le même dynamisme sur le
plan économique comme sur le plan démographique.
 Les métropoles les plus dynamiques se situent plus au Sud et à l’Ouest, elles
connaissent une croissance démographique forte. Cela s'explique d'abord par leur
accessibilité depuis Paris. Hormis Toulouse, elles profitent toutes de l'effet TGV qui
permet de raccourcir la distance-temps. Les métropoles régionales françaises sont de
mieux en mieux reliées aux métropoles européennes.
 Les métropoles du Nord et de l'Est, localisées dans les anciens bassins industriels en
crise, comme Metz, sont moins dynamiques. Les villes situées dans l'orbite immédiat de
Paris comme Rouen ou Orléans souffrent plus de l'influence parisienne qu'elles n'en
bénéficient.

 À partir de leurs dynamiques, de leur connexion aux réseaux de transports et de leurs


fonctions métropolitaines, on peut dégager une hiérarchie des principales métropoles
françaises, selon la typologie suivante :
➔ les métropoles d’envergure européenne (ex : Lyon, Lille et Strasbourg), avec
différents atouts : quartiers d’affaires, université, accès à la culture (opéras,
musées), bonne connexion avec la France et l’étranger, industries puissantes ;
➔ les métropoles à rayonnement national (ex : Aix-en-Provence, Marseille, Toulouse,
Bordeaux, Nantes), avec différents atouts : qualité de vie (littoral/mer : climat
paisible), économie tertiaire attractive, fonctions métropolitaines (cadres…), bon
patrimoine ;
➔ les métropoles régionales dynamiques (ex : Grenoble, Montpellier, Rennes,
Clermont-Ferrand), avec différents atouts : équipements culturels (médiathèque,
salle de concert), un bon cadre de vie

 Les métropoles d'outre-mer ont leurs dynamiques spécifiques. Les taux d'urbanisation
sont très élevés, souvent supérieurs à 90 % comme à La Réunion, en Martinique ou en

(11/13)
Guadeloupe : on peut parler d'une « explosion urbaine ». Les territoires ultramarins
sont quasiment tous métropolisés, au profit de la métropole régionale.
 La métropolisation favorise la concurrence entre les métropoles qui n'hésitent pas à
recourir au marketing territorial pour montrer leur singularité.
 L'État quant à lui est confronté à deux objectifs contradictoires :
➔ il doit veiller à maintenir une certaine cohésion territoriale en réduisant les
inégalités ;
➔ il doit chercher à renforcer dans les régions les pôles les plus dynamiques pour
faire face à la compétition européenne et mondiale.

➢ Les villes petites et moyennes : entre déclin et dynamisme


 Les petites villes comptent entre 5.000 et 20.000 habitants
 Les moyennes villes comptent entre 20.000 et 100.000 habitants
 En 2018, ces deux catégories représentent 24 % de la population et 25 % des emplois.

 La situation de ces villes est mitigée, entre handicaps et atouts.


Différents handicaps Différents atouts
• taille réduite : ne disposent pas de • certaines villes profitent du dynamisme
fonctions métropolitaines ; de la métropole
• mal reliées aux aux axes majeurs de • bon cadre de vie offert aux habitants,
communication attachés à la qualité de vie
◦ disposent pas d’aéroports ◦ ville à « taille humaine »
d’envergure internationales ni de ◦ moins de pollution
gares importantes ◦ patrimoine historique, culturel ou
◦ certaines souffrent de « l’effet gastronomique
tunnel » : un grand réseau de ◦ plus de sécurité
communication passe dans la ville ◦ climat plus attractif (héliotropisme)
mais celle-ci ne peut pas en profiter ◦ espace naturel préservé
◦ certaines souffrent d’une mauvaise • immobilier moins cher
image
• économie subissant un ralentissement,
reposant souvent sur l’artisanat ou
l’industrie traditionnelle, qui est plus ou
moins importantes
• les populations y sont moins qualifiées :
82 % des villes moyennes ont un taux de
chômage supérieur à la moyenne
nationale en 2018

✔ héliotropisme : attirance des populations pour les régions ensoleillées.

 Les situations de ces villes sont très variées.

 Certaines souffrent d’un déclin démographique et social prononcé :


➔ population vieillissante, départ des jeunes pour les grandes villes : soldes migratoires
négatifs
➔ désindustrialisations
➔ fermeture des services publics (tribunaux, maternités…)
➔ chômage, précarité relativement élevée

(12/13)
➔ dévitalisation des centre-villes : vacance commerciale (les locaux commerciaux ne
trouvent pas de repreneur)

 Certaines ont une évolution positive :


➔ développement des activités entraînant du tourisme, et une économie résidentielle
✔ économie résidentielle : ensemble des activités destinées à satisfaire les besoins
des populations locales (commerces, services publics…)
● conséquence : création d’emplois (souvent peu qualifiés), attrait des populations
(souvent retraités)

 Ces situations font preuve d’initiatives, de volonté, pour maintenir voir développer une
vie et une attractivité locale :
➔ coopération (fédérations ; ex : fédération des villes moyennes)
➔ action de rénovation urbaine (ex : Annonay → place de la liberté, place des
Cordeliers, Super U, centre aquatique)
➔ aide de l’État : en 2017, un plan « Action cœur de ville » a été mis en œuvre pour
aider les villes en difficulté. 5 milliards d'euros ont été alloués pour redynamiser 222
villes d'ici 2022. Il s'agit de renforcer la cohésion des territoires et ce d'autant plus
que ces villes structurent les espaces ruraux.

(13/13)