Vous êtes sur la page 1sur 7

ChapitreIII-Les mouvements des plaques modifient le visage de la

terre

I. Le globe terrestre est découpé en plaques mobiles


1) La surface du globe : un puzzle de plaques doc A p50 – p56

1) Que peut-on remarquer quant à la répartition des séismes et des volcans sur le globe
terrestre ? On peut superposer les zones sismiques et volcaniques : Séismes et volcans ont la
même répartition.
2) On parle de zones stables et de zones actives
a) D’après vous, qu’entend on par « zones actives » ? Zones où on observe une
activité sismique ou volcanique.
Repasser par un trait rouge ces zones actives.

b) D’après vous, qu’entend on par « zones stables » ? Zone sans activité sismique ou
volcanique. Ce sont les plaques, délimitées par les zones actives.
Combien de zones stables peut-on compter ? 12
Légender une zone active et une zone stable sur votre carte.
3) Rappeler à quelles structures géologiques correspondent ces limites ? Dorsales, fosses
océaniques, montagnes.

Bilan :
La répartition des séismes et des manifestations volcaniques permet de délimiter les
plaques. Les frontières des plaques correspondent généralement aux dorsales, aux
fosses océaniques ou aux montagnes.

Ce « puzzle » de plaques a t’il toujours existé ?

a) Approche historique doc3 p58


[Wegener, physicien-météorologue, est née en 1880 à Berlin. Il est à l’origine de l’idée de la
dérive des continents ( il présente son idée en janvier 1912, puis il la développe
progressivement jusqu’à sa mort, en 1930) pour tenter d'expliquer, entre autres, ….la
similitude dans le tracé des côtes de part et d'autre de l'Atlantique, une observation qui en
avait intrigué d'autres avant lui… ]
D’après vous, quelle observation tirée de la carte du monde a intrigué Wegener
(et d’autres avant lui) et l’a conduit à élaborer la théorie de la dérive des
continents ?
IL y a similitude(forme remarquablement identique) dans le tracé des côtes de part et
d'autre de l'Atlantique et al similitude des roches et des fossiles à conduit Wegener à
élaborer la théorie de la « dérive de continents »
Voici quelques indices qui ont permis à Wegener d’étoffer sa théorie.

D’après vous, comment étaient placés ces continents au moment de la formation


des roches précambriennes et des anciennes glaciations ?
L’un contre l’autre. 1
D’autres observations ont conduit Wegener à renforcer son idée : la répartition de fossiles
(faune et la flore anciennes).

En quoi la répartition des fossiles de la faune et la flore anciennes est un nouvel


argument en faveur de la théorie de la dérive des continents ? doc 1 p 52

Réponse :transparent

-> ressemble à une langue

Bilan :
Au début du 20e siècle Wegener a émis la théorie de la « dérive des continents » en comparant la
répartition, sur des continents aujourd’hui éloignés, d’anciennes roches, de vestiges de
glaciations, de faune et de flore fossile. Les continents auraient formés, il y a très longtemps, un
seul et même « super-continent ».

[Wegener n’avait « que » des indices de la mobilité qui affecte la surface de notre planète.
De nos jours, les scientifiques ont mis au point des méthodes modernes qui peuvent permettre de
comprendre plus en détail cette mobilité. ]

2
b) Méthodes actuelles doc 3 et 4 p 53
a

Satellite mesurant au
dixième de centimètre
prés la distance qui
sépare deux stations.

A B

1) Quelle méthode est utilisée ici ? La méthode directe de


mesure est réalisée par satellite pour mesurer l’écartement
entre les continents. A l’aide de satellites on mesure la distance
entre deux points précis du globe au cours du temps. Il s’agit
donc ici d’une méthode directe (et pas simplement d’indices).
2) De combien de cm/an s’écarte les deux villes de Westford
(Amérique du Nord) et Wettzel (Europe)?1,5 cm/an
Indiquer par des flèches sur le schéma le sens du mouvement.
3) A quelle vitesse s’écarte les deux stations A et B situées au
niveau de l’océan, de part et d’autre de la dorsale ?
1,5 cm/2 =0,75cm
Les deux stations d’Islande se séparent de 0,75 cm/an ;
Indiquer par des flèches sur le schéma le sens du mouvement.
4) Que nous apporte ce document par rapport à la théorie de
« la dérive des continents » ? Il y a bien un mouvement, mais
celui-ci anime aussi bien les continents que les océans ! C’est
l’ensemble des plaques qui est mobiles.

3
Bilan :
De part et d’autre d’une dorsale, on constate que deux lieux s’éloignent.
Des méthodes modernes confirment la théorie de Wegener et la précise : ce ne sont pas
seulement les continents qui dérivent, mais ce sont les plaques entières (océans compris) qui sont
animées de mouvements. On parle de tectonique des plaques.

4
Comment étudier la structure verticale des plaques ?
II-Structure interne du globe doc B p51
Le ralentissement des ondes traduit une diminution de la rigidité des roches

1) Compléter les légendes.


2) A l’aide de crayons de couleur hachurer :
- en jaune la lithosphère.
- en vert l’asthénosphère.

Bilan :

Les variations de la vitesse des ondes sismiques en profondeur permettent de distinguer


la lithosphère de l’asthénosphère.

On distingue plusieurs couches ayant des états physiques différents :


-La lithosphère est une enveloppe rigide, superficielle, d’épaisseur variable d’environ 100 Km .
La lithosphère repose et se déplace horizontalement sur une couche légèrement plastique,
visqueuse mais à l’état solide : l’asthénosphère.

5
Comment le plancher océanique s’est-il formé ?

III-La formation du plancher océanique :


doc 2 p 54 (âge fond des océans)
Les fonds basaltiques océaniques sont de plus en plus âgés au fur et à mesure que l’on s’éloigne
des dorsales.Le plancher océanique (lithosphère océanique) se forme au niveau des dorsales
grâce à la montée du magma par des fractures. Quand il se met en place, il est progressivement
entraîné vers l’extérieur par des forces internes à la manière d’un double tapis roulant.

Bilan :
A raison de quelques centimètres par an les plaques se forment et s’écartent à l’axe des dorsales.

Schéma écartement au niveau d’une dorsale


La lithosphère océanique se crée au niveau des dorsales, pourtant la surface de la terre reste
constante ; Comment expliquez cela ?

IV- Le mouvement des plaques et ses conséquences :

1) Les plaques et leurs mouvements : Docs 16 p 64 et 17 p 65


Schéma subduction et expansion océanique

1) Indiquer les légendes.


2) Nommer le phénomène dynamique se produisant au niveau de la zone A.
Matérialiser ce mouvement par des flèches.
3) Nommer le phénomène dynamique se produisant au niveau de la zone B.
Matérialiser ce mouvement par des flèches.

Il existe des zones où la lithosphère océanique disparaît : ce sont des zones de subduction.
(A ce niveau, la lithosphère océanique s’enfonce sous la lithosphère continentale car elle est plus
dense.)
Les zones de subduction sont des frontières de plaques convergentes (qui se rapprochent
l’une de l’autre à raison de quelques centimètres par an).
Cela provoque des frottements et des échauffements qui entraînent des séismes. doc 3 p55

Les dorsales sont des frontières de plaques divergentes (les plaques s’écartent les unes
des autres à raison de quelques centimètres par an).

2) Conséquences du mouvement des plaques :

a) Formation d’un océan : docs 1 et 2 p 58


A certains endroits, plus fragiles, un fossé d’effondrement se met en place avec une remontée de
l’asthénosphère. Si il y a communication avec un océan (déjà existant) ce fossé se remplit d’eau
et progressivement un nouvel océan se forme. Les continents eux s’éloignent.

6
b) Formation des chaînes de montagnes : p 59
L’affrontement des plaques engendre des déformations de la lithosphère et aboutit à la
formation des chaînes de montagnes doc 1 p 60
Les chaînes de montagnes récentes sont situées au niveau de frontières de plaques en
convergence :
- soit au niveau de zones de subduction :cordillère des Andes
- soit entre deux continents : Himalaya

(schéma bilan inde p 69)