Vous êtes sur la page 1sur 3

I - LES OBLIGATIONS ADMINISTRATIVES ET FISCALES REQUISES POUR L’EXERCICE DES ACTIVITES

D’EXPORTATEUR

Pour devenir exportateur, il faut procéder au :

- Paiement de la Taxe Professionnelle (Patente) d’exportateur (Centre fiscal à 67 Ha)

- Obtention de la Carte d’Identification Statistique (Institut National de la Statistique)

- Inscription au Registre du Commerce (Tribunal du Commerce Anosy) - Obtention du Numéro


d’Identification Fiscale NIF (Bureau du MFB à Ambohijatovo) ;

- Obtention d’une Carte d’Identité Professionnelle des Etrangers non Salariés (Direction Régionale du
Commerce Analamanga, Ambohidahy) ;

- Ouverture d’un compte bancaire auprès d’une banque d’opération.

II – FORMALITES OU DOCUMENTS NECESSAIRES A L’EXPORTATION

A chaque exportation (expédition) de produits, les dossiers suivants sont au moins exigés :

1) Facture Commerciale établie en devises étrangères par l’exportateur ;

Les factures Commerciales doivent être domiciliées auprès d’une Banque primaire et ensuite visés au
préalable par les Ministères techniques concernés :

- Pour les produits miniers : Ministère chargé des Mines

- Pour les produits forestiers : Ministère chargé des Forêts

- Pour les produits artisanaux : Ministère chargé de la Culture (immeuble ex- Somacodis, Analakely)

- Pour les produits halieutiques : Ministère chargé de la Pêche

2) Liste de poids et de colisage établie par l’exportateur

3) Note de valeur établie par l’exportateur

4) Certificat d’Origine :

- Type EUR, pour les exportations vers les pays de l’Union Européenne

- Type COI, pour les exportations vers les pays de Commission de l’Océan Indien (COI)

- Type COMESA, pour les exportations vers les pays du Marché Commun de l’Afrique de l’Est et de
l’Afrique Australe (COMESA)

- Type SGP (Système Généralisé de Préférence) pour les exportations vers les pays octroyant ce
régime de préférence

Le formulaire des Certificats d’Origine peut être acheté à l’Imprimerie nationale puis rempli par les
exportateurs et doit être visé par les Services des Douanes
5) Lettre de Transport auprès des Compagnies de transport : « LTA » pour les envois aériens et «
Connaissement » p our les envois maritimes

6) Déclaration en douanes : Document Administratif Unique (DAU)

NOTE : Il est recommandé aux nouveaux exportateurs de recourir aux services des Transitaires qui
sont habilités à fournir et à s’occuper à leur place de ces dossiers

QUELS SONT LES DOCUMENTS NÉCESSAIRES POUR UNE EXPORTATION DE MADAGASCAR


VERS L’ÉTRANGER ?

Pour pouvoir exporter, des documents sont nécessaires, à savoir :

 les factures
 les documents douaniers
 les certificats d’origine
 les documents de transport maritime ou aérien
 les documents d’assurance

POUR COMBIEN DE TEMPS PEUT-ON RAPATRIER LES DEVISES NÉES DES OPÉRATIONS
D’EXPORTATION ?

La législation malgache a imposé un délai pour le rapatriement des devises nées des exportations des
marchandises ou de prestations de services.

Un délai de trois (3) mois à compter de la date d’embarquement est fixé pour le rapatriement des
recettes en devises nées des exportations de marchandises, sauf dérogation accordée par le
Ministère chargé des Finances.

Par ailleurs, pour les prestations de services, les recettes en devises doivent être rapatriées à
Madagascar dans un délai d’un mois (01) à compter de la date de la facturation.

EN QUOI CONSISTE LA DOMICILIATION BANCAIRE ?

C’est la démarche administrative préalable par laquelle chaque exportateur déclare son opération
d’exportation auprès d’une banque primaire. Le Ministère de l’Économie et des Finances a mis en
place un Système Intégré de Gestion des Opérations de Change ou SIG-OC disponible sur le
site https://www.dof-tresorpublic.mg/SIGOC/Account afin que les exportateurs domicilient leurs
factures en ligne. La société exportatrice, sa banque ainsi que le Service de la Finance Extérieur ont
accès à cette plateforme.

À la réception du justificatif de règlement de la facture en l’occurrence l’avis de crédit, la banque de


l’exportateur accède au site SIG-OC afin d’apurer le dossier de domiciliation correspondant à l’avis de
crédit. Par conséquent, l’obligation de chaque exportateur est d’apurer ses dossiers d’export dans le
délai imparti pour éviter de payer de pénalité.

TEXTES AFFÉRENTES AUX CHANGES À MADAGASCAR

Le Ministère de l’Économie et des Finances veille à l’application et au respect des dispositions


afférentes à la règlementation sur les changes. en effet, le système de change appliqué à
Madagascar a souvent changé selon l’évolution de la structure et de la politique économique des
gouvernements successifs.

Sont constatées, poursuivies et réprimées dans les conditions fixées par la loi les infractions ou
tentatives d’infractions à la réglementation relative aux relations financières entre les personnes
résidant à Madagascar avec celles de l’Étranger.

À titre d’exemple, il en est ainsi notamment du non-respect des obligations de déclaration ou de


rapatriement, de l’inobservation des procédures prescrites ou des formalités exigées ou même de
toute opération portant sur des espèces ou valeurs fausses.

Pour une bonne gestion tant administrative que financière de votre entreprise d’export-import à
Madagascar, mettez-la entre les mains d’une équipe expérimentée, depuis sa création, sa gestion
externalisée, et le suivi des procédures de rapatriement de devises. Retrouvez-nous sur notre site
https://madagascar-services.com