Vous êtes sur la page 1sur 29

Master Management et Finance

2019/2020

Initiation à La Consolidation
Réalisé par : des Comptes
▪ Hamza chihab
▪ Abderrahman El Bhir

Encadré par :
▪ Pr. Badreddine
El Moutaqi
?
Introduction général
Partie I : Présentation de la consolidation
1- La notion de Groupe
2- les objectifs et la logique de la consolidation
3- périmètre de consolidation
3.1 - Les différents types de contrôle
➢ Le contrôle exclusif
➢ Le contrôle conjoint ou partagé
➢ L'influence notable

Partie II : critères de sélection des méthodes


1- Mesure du pourcentage d'intérêt et de contrôle
2- les méthodes de consolidation
➢ Intégration globale
➢ La mise en équivalence
➢ Intégration proportionnelle
3- Exercices d’application
4- Processus de consolidation
Partie I :
1- Notion de groupe

Un groupe est un ensemble d’entreprises, liées financièrement


et économiquement (par des participations ou des contrats) et
qui dépendent de l’une d’elle dite « société mère » ou société
consolidante qui en assure la direction et le contrôle

o Le groupe n’est pas une notion juridique;

o Un groupe n’a pas de personnalité morale, donc pas de


patrimoine, ni droits, ni obligations;

o Le groupe a surtout une signification économique.

L’idée fondamentale sur laquelle repose l’existence du


groupe est la notion de contrôle
Les différents types de liaison au sein du groupe

Est considérée comme ayant une participation dans une société


toute société qui détient une fraction de capital comprise entre 10
et 50% de façon durable.
Article 143 de la loi n° 17-95 relative à la société anonyme
2. Intérêt de la consolidation

Vu que les activités industrielles, commerciales ou financières sont


exercées par différentes filiales, les comptes individuelles ne peuvent
pas donner une information financières satisfaisante sur l’ensemble du
groupe.

C’est pour combler ces carences que le monde financier a


développé la consolidation des comptes annuels.

Pourquoi ??

1/ Pour donner une image économique significative, homogène et


cohérente de l’ensemble du groupe;

2/ Fournir des informations à tous les intéressés par l’évolution de


l’entité économique formée par le groupe (actionnaires, banques,…);
À quoi consiste la consolidation des comptes ?

Selon le CGNC:

« La consolidation est l’ensemble des opérations conduisant à


l’établissement des « Etats de synthèse consolidés ». Lesquels
doivent présenter, comme ceux d’une seule entreprise. »

❑ Elle réunir pour cela les comptabilités de chacune des sociétés qui
composent ce groupe et opère des retraitements afin de faire
comme s'il ne s'agissait que d'une entité unique.

❑ Sous certaines conditions, l’établissement des comptes consolidés


est obligatoire.
3. Périmètre de consolidation

Il est constitué par l'ensemble des sociétés retenues pour


établir les comptes consolidés du groupe qu'elles forment.

En général, le périmètre de consolidation comprend la


société-mère et les sociétés dans lesquelles elle détient
directement ou indirectement au moins 20% des droits de
vote, c’est-à-dire qu’elle contrôle d’une manière ou d’une
autre.
Les différents types de contrôle

La loi retenue 3 notions de contrôle par la société mère

❑ Le contrôle exclusif :
La norme IAS 27 définit le contrôle comme étant « le pouvoir de
diriger les politiques financière et opérationnelle d’une entreprise
afin d’obtenir des avantages de ses activités ».

▪ Juridique ; (+50 % du pouvoir de vote ) ; la détention directe


ou indirecte de la majorité des droits de vote

▪ De fait ; la société mère détient au minimum 40% des droit de


vote d’une filiale sans qu’aucune autre société ou actionnaire
ne possèdent plus et elle désigne la majorité des organes de
gestion pendant au minimum deux exercices consécutifs

▪ Economique ou statutaire ; la société mère exerce le contrôle


de la filiale en vertus d’un contrat ou d’une clause statutaire
❑ Le contrôle conjointe :

Il résulte d’un partage de contrôle de la direction des société exploités


en commun avec un minimum d’associés…

Exemple : Filiale conduite par deux ou trois sociétés en vu de réaliser


un but commun BTP et des GIE.

❑ L’influence notable :

La norme IAS 28 définit l’influence notable comme étant le pouvoir de


participer aux décisions de politique financière et opérationnelle de
l’entreprise sans toutefois exercer le contrôle de ces politiques ».

Présumée si la société dispose durablement d’au moins 20 % des droits


de vote IAS 28 §4
Partie II :
1. Le pourcentage de contrôle et d’intérêt

❑ Le pourcentage de contrôle :

• Il détermine la nature du lien de dépendance entre la société mère et ses


filiales ainsi que les pourcentages des droits de vote de la sté mère

• Pour une filiale : il permet de décider de son entré dans le périmètre de


consolidation et de choisir la méthode de consolidation.

❑ Le pourcentage d’intérêt :

• Le pourcentage d’intérêts correspond à la fraction du patrimoine détenue


directement ou indirectement par la société mère dans chaque société du
groupe.

• le pourcentage d’intérêt est utilisé dans le cadre de l’application de la


méthode
nous pouvons résumer les données dans un
schéma récapitulatif.

Contrôle Contrôle Influence


exclusif conjoint notable

Société Co- Entreprise


filiale entreprise associée

Intégration Intégration Mise en


globale proportionnelle équivalence

+ de 50% 50%-50% de 20% à 50%


Exercice d’application :

La société X est à la tète d’un groupe dont l’organigramme se


présente ainsi au 31/12/N ( les nombres indiquent le pourcentage
de la participation détenue dans le capital de la société cible) :
65 % du capital de la société A ;
70 % du capital de la société B ;
25 % du capital de la société C ;
28 % du capital de la société D ;
18 % du capital de la société E.

La société A détient 25 % du capital de la société C.


La société A détient 10 % du capital de la société B.
La société E détient 5 % du capital de la société F.
TAF :
1) Présenter l’organigramme du groupe
2) Déterminer des pourcentages de contrôle, d’intérêts et méthodes
de consolidation
Correction :

1) Présentation de l’organigramme du groupe

28%
x

70% D
18%
65%

25% E
B A
10%
5%

C
F
1) Détermination des pourcentages de contrôle, d’intérêts et
méthodes de consolidation
Type Méthode de
Société % de contrôle % d'intérêt
d'influence consolidation
A Direct : 65% Direct : 65% Contrôle exclusif IG
Direct : 70% Direct : 70%
B Indirect : 10% Indirect : 65% * 10% = 6,5% Contrôle exclusif IG
Total : 80% Total : 76,5%
Direct : 25% Direct : 25%
C Indirect : 25% Indirect : 65% * 25% = 16,25% contrôle conjoint IP
Total : 50% Total : 41,25%

D Direct : 25% Direct : 25% influence notable MEE


contrôle
E Direct : 18% Direct : 18% HP
minoritaire
Direct : 0 % Direct : 0 %
F contrôle nul HP
Indirect : 0% Indirect : 18% * 5% = 0,9%

IG : intégration globale
IP : intégration proportionnelle
MEE : mise en équivalence
HP : hors périmètre de consolidation
2. Les méthodes de consolidation

Intégration globale

méthode à travers laquelle on additionne les comptes de la


filiale et de la sté mère tout en procédons :

➢ L’élimination des opérations entre entreprises consolidées

➢ La répartition des capitaux propres entre intérêts minoritaires au sein de la


filiale et les intérêts de la sté mère

➢ L’élimination de la rubrique TP relative à la filiale dans l’actif de la sté


mère

➢ Au niveau du bilan consolidé en maintien uniquement le capital social de la


sté mère

IAS 27 §15
Exemple d’application :
Supposons la société X en tant que société mère et de sa filiale (F).
La société X détient 60% de capital social de la filiale (F)

En 31/12/N les bilans de X et F se présente ainsi :


Bilan de la sté X
Actif Mt Passif Mt
Actif Immobilisé 6500 Capital social 10 000
TP 4000 Réserve 1000
Résultat 500
Actif circulant 6000 Passif circulant 5000

Total 16 500 Total 16 500

Bilan de la sté F
Actif Mt Passif Mt
Actif Immobilisé 9000 Capital social 4000
Réserve 3000
Actif circulant 5000 Résultat 2000
Passif circulant 5000

Total 14 000 Total 14 000


Bilan consolidé
Actif Mt Passif Mt
Actif Immobilisé 15500 Capital social 10 000
( 6500+9000) Réserves 2800
Résultat 1700
TP* 1600
Intérêts 3600
Actif circulant 11 000 minoritaires 10 000
(6000+5000) Passif circulant
(5000+5000)
Total 28 100 Total 28 100

TP* = 4000 – (4000 x 60% ) = 1600

▪ Réserves : (3000 x 60%) + 1000 = 2800


▪ Résultat : (2000 x 60%) + 500 = 1700
▪ Intérêts minoritaires : (4000 + 3000 + 2000) x 40% = 3600
Mise en équivalence
Cette méthode consiste à :

➢ Substituer directement la valeur comptable des titres détenues


par la sté mère au niveau de la sté associé, le montant qui résulte
des capitaux propres de la sté associé. Autrement dit, à l’actif, la
rubrique TP relative à la sté associé et remplacée par titres mis en
équivalence

➢ Au passif, les capitaux propres de la sté mère à part le capital


social et les intérêts minoritaires, sont révisées pour tenir
compte de cette plus value
Supposons maintenant une sté (Y) dont 30% de son capital revient à la
sté mère X

Les comptes de la filiale (Y) seront alors consolidés par la méthode de


la mise en équivalence des titres de (Y) figurant dans l’actif de la
société mère X :

Bilan de la sté Y
Actif Mt Passif Mt

Actif Immobilisé 1200 Capital social 900


Réserve 200
Résultat 100

Actif circulant 1000 Passif circulant 1000

Total 2200 Total 2200


Bilan consolidé
Actif Mt Passif Mt
Actif Immobilisé 15500 Capital social 10 000
Réserves 2860
TP* 1330 Résultat 1730

Valeur des titres mis 360 Intérêts 3600


en équivalence minoritaires

Actif circulant 11 000 Passif circulant 10 000

Total 28 190 Total 28 190

TP* = 1600 – (900 x 30%) = 1330


Valeur des titres mis en équivalence : (900+200+100) x 30% = 360
+ value : 360 – (900 x 30%) = 90

▪ Réserve : 2800 + (200 x 30%) = 2860


▪ Résultat : 1700 + (100 x 30%) = 1730
Intégration proportionnelle
Cela consiste à :

➢ Ajouter au compte de la sté mère, la part de chacun des


postes de la sté multi-groupe, calculer au prorata du
pourcentage de titres détenues après déduction faite des
titres de participation de la sté multi-groupe détenue par la
sté mère

le capital social consolidé reste identique en capital initial,


les intérêts minoritaires reste aussi inchangés.
Considérons une sté multi-groupe dont le capital est détenue par la sté
mère X de 50% et le reste par une autre sté mère K

Le bilan de cette sté multi-groupe Z se présente au 31/12/N comme


suite :

Bilan de la sté Z
Actif Mt Passif Mt

Actif Immobilisé 2000 Capital social 1000


TP 1000 Réserve 600
Résultat 400

Actif circulant 4000 Passif circulant 5000

Total 7000 Total 7000


Bilan consolidé
Actif Mt Passif Mt
Actif Immobilisé 17 000 Capital social 10 000
(15500+500+1000) Réserves 3160
TP* 830 Résultat 1930
(1330 – 500 )
Valeur des titres mis 360 Intérêts minoritaires 3600
en équivalence

Actif circulant 13 000 Passif circulant 12 500


(11 000 + 2000) (10 000 + 2500)

Total 31 190 Total 31 190

▪ Réserves : 2860 + (600 x 50%) = 3160


▪ Résultat : 1730 + (400 x 50%) = 1930
4- PROCESSUS DE CONSOLIDATION
Phase 1 Définition des règles de consolidation et du périmètre de consolidation
conceptuelle

2 Retraitement (et reclassement) des comptes individuelles

Phase
d’harmonisation 3 Conversion des comptes libelles en devises étrangères

4 Sommation des comptes des sociétés intégrées

Phase
d’interférence 5 Élimination des comptes et opération réciproques

Intégration globale : Répartition des capitaux propres et


6 élimination des titres

Phase
méthodolo- Intégration proportionnelle : élimination des capitaux
7
gique propres et des titres

8 Mise en équivalence : évaluation des titres

Phase finale 9 Elaboration des documents de synthèse


Conclusion :

la consolidation des comptes annuels est devenue un


véritable instrument de gestion et d’analyse des
groupes, dans la mesure où l’environnement
économique et financier vit un état de turbulence à
caractère concurrentiel, ce qui pousse les partenaires
du groupe à être de plus en plus exigeants
concernant l’information financière.
Bibliographie :

HIRIGOYEN(G.),DEGOS(J.-G.), comptabilité financière des


sociétés et des groupes, Eyrolles.

GURFEIN (E.) Comptes consolidés IAS-IFRS et conversion


monétaire, Eyrolles 2007.

Analyse financière des comptes consolidés, Normes IFRS


Bruno Bachy et Michel Sion

Nezha BAGHAR, « Les comptes de groupe au Maroc : origines, enjeux


et pratique de la consolidation des comptes » ENCG Settat
Université Hassan 1er
Merci de votre
Attention
Questions ?

29