Vous êtes sur la page 1sur 5

Bdk le pied :

Art Cheville/tibio talaire : F plantaire/ F dorsale (limitée par tendon achille + lgt post)
Art sous-talaire (sous-astragalienne): mvmt varus et valgus calca
art médiotarsiennes :
art chopart (réunit talus, naviculaire, cuboide et calca) et lisfranc (entre os cunéiformes, cuboide, têtes des M) inversion
(= F plantaire + sup + add)/ éversion (= F dorsale + pro+ abd) ; Fct pp :stab et amortissement
Avant-pied : art métatarso-phalangienne ( F/E/abd/add) et interphalangiennes F/E, fct pp : déroulement du pas
Appui pp lors déroulement du pas gros orteil

I. Anamnèse:

 nom, prénom, age


Situation familial :
Histoire de la pathologie :
localisation de la douleur : oriente vers le type de lésion initiale :
face externe = traumatisme
face interne = surmenage, pied plat
région post de la cheville = lésion tendon d’achille, conflit post
quel coté ?:
facteur déclenchant à l’origine de la dl:
traumatisme direct ou indirect faire préciser les circonstances (ex type de mvmt)
surmenage lié à la pratique intensive d’activités physiques inhabituelles
troubles de la statique (symptômes le + souvent bilatéraux) ex : pieds plats.
Facteur provoquant et diminuant la douleur : dl est svt éveillée ou aggravée par le mvmt
Rythme de la douleur :
évolution / type des douleur :
demander si phénomène de blocage
depuis quand ?
antécédents médicaux :
autre symptôme :
mb dominant ?
 examen complémentaire :

II. Bilan postural morpho-statique : F,D,P slip (lborteils)

Patient debout: inspection colonne vertébrale lombaire, lg des MI, hanches, genoux et enfin pieds, orteils
Position des calcanéums (calcaneus) (pied en valgus)
Arche plantaire (pied plat) peut être appréciée par l’empreinte du pied
forme des orteils (ex: orteils en griffe)
anomalies trophiques (ex: ongle incarné)
 colaration peau, œdème, relief musculaire ?
 palpation

III. Bilan postural morpho-dynamique : (lborteils)

Lors de la marche : kiné analysera le déroulement du pas: boiterie ?


pose du talon : mise en léger varus du calcanéum.
déroulement sur le bord externe du pied
appui sur les têtes des métatarsiens
impulsion finale par le gros orteil (poussée dans le sens de la marche)
En cas de limitation de mob au nv de la hanche ou du genou, le gros orteil peut être contraint dans une
position de valgus. L'impulsion se fera alors sur le bord interne du gros orteil. *
 mob active : F plantaire, F dorsal, inversion, eversion
 mob active globale :
flexion plantaire + mobilité des orteils = marche sur la pointe des pieds
flexion dorsale de la cheville = marche sur les talons
abduction du pied = marche sur le bord externe du pied
adduction du pied = marche sur le bord interne du pied

* dl ? ou ? palpe, compare, perte amplitude ?, type de dl ? début ou fin de mvmt ?


IV. Bilan clinique :

1. Articulaire :

mobilisations passives en amplitude max: (lombaire orteils)

A. Cheville :Flexion dorsale (20°) et plantaire (50°):


F dorsale passive :entravé par tension du tendon d’achille ; œdème ou rétraction de la capsule post pvt être à l’origine
d’une dim de mob de la cheville
F plantaire (prise de main post sur le calca et ant au nv du talus (astragale)) dl en cas d’infl des tendons ou des gaines
tendineuses situés à la FD de la cheville
* dl ? ou ? palpe, compare, perte amplitude ?, type de dl ? début ou fin de mvmt ?

B. articulation sous-talaire : varus (F ext) et valgus (F int):


- Avec F dorsale de la cheville : mettre le pied en F dorsale pour bloquer l'art de la cheville. Plante pied du patient contre le
torse du kiné. Mob le calca vers l'int ou l'ext. amplitude de ces mvmt est limitée.
- Position neutre: jambes pendantes. Saisir le tibia et mob le calca. amplitude max de varus et de valgus 5°.
mvmt peuvent être douloureux en cas d'arthrose sous-talaire
* dl ? ou ? palpe, compare, perte amplitude ?, type de dl ? début ou fin de mvmt ?

C. articulations médiotarsiennes:
Pied en dh de la table. Prise de main au nv du calca et de l'art de Chopard.
Tester l'amplitude des mvmt de F plantaire et dorsale, abd et add, pronation, supination.
La limitation de type capsulaire touche les mvmt d'inversion
* dl ? ou ? palpe, compare, perte amplitude ?, type de dl ? début ou fin de mvmt ?

D. Articulation métatarso-phalangienne/interphalangienne:
L'art du gros orteil est pp concernée lors de la marche.
Test: flexion (45°) - extension du gros orteil (70-90°)
un minimum de 35-45° d’E est indispensable pour la marche.
* dl ? ou ? palpe, compare, perte amplitude ?, type de dl ? début ou fin de mvmt ?

2. Musculaire/tendineux : contraction contrarié. (lombaire orteils)

Etirements :
La majorité des tendons du pied sont entourés d'une gaine synoviale. Les étirements passifs pvt déclencher de la dl en cas
d'inflammation (les contractions contrariées sont dans ce cas le + svt non dl).
2 tests:
inversion passive : permet d'étirer les tendons (+gaine) et lig latéraux et de tester conjointement 3 nv art:
flexion plantaire: voir test de la cheville
varus : voir test articulation sous-talaire
flex plantaire + supination +adduction : voir test médiotarsienne
éversion passive : permet d'étirer les tendons(+gaine) et lig médiaux et de tester conjointement 3 nv art :
flexion dorsale : test de cheville
valgus : test articulation sous-talaire
flexion dorsale+pronation +abduction : test médiotarsienne

Mouvements contrariés :
F dorsale : teste le tibial ant + long extenseur des orteils, long extenseur du gros orteil.
F plantaire : teste les muscles du mollet (gastroc soléaire), fibulaires (long et court), tibial post, fl commun orteil, fle hallux
Remarque :
- tenu sur pointe de pied : test idéal du jambier post
- sauter sur la pointe du pied (2.5X poids du sujet). En cas de faiblesse musculaire, le sujet retombe pied à plat.
Pronation : teste les fibulaires ; Supination: teste le tibial ant et post (si dl ds mvmt globaux on test muscles CR max)

tibial antérieur flexion dorsale + supination avant-pied


tibial postérieur flexion plantaire + supination avant-pied
fibulaires flexion plantaire + pronation
extenseur commun des orteils (long extenseur des orteils)
extenseur propre du gros orteil
gastrocnémiens et soléaire flexion plantaire (+ add et rot interne)
*Palpa, douleur a l’étirement et contraction et palpation ? ou ?  Tendineux ; compare++

3. Lgt : (lombaire orteils)

Tiroir antérieur:

Un trauma en add forcée cause lésion de la cheville. Le lig talo-fibulaire ant svt lésédl à la palpation et la présence
d'un mvmt exagéré du talus vers l'avant = tiroir ant
patient est installé pied en dh de la table, jambe pendante, kiné exerce une traction sur le calca et une poussée vers
l’arrière sur le tibia. Normalement, si le lig talo-fibulaire ant est intègrepas de mvmt possible de l'astragale (talus).
Autre manœuvre : Patient installé jambe fléchie, pied sur la table. kiné fixe le calca et repousse le tibia vers l'arrière.

« Clic test » en varus


Pied en dh de la table. Position neutre. Le kiné empaume le calca et place la cheville en varus. Une varisation importante
accompagnée d’un petit bruit (clic) lors du retour en position neutre peut témoigner d’une lésion du lig tibio-fibulaire post
avec diastasis de la mortaise.

Varus du calcanéum
Les lgt calcanéofibulaire et talofibulaires ant doivent être déchirés tous les 2 pour pvq une importante instab lat de la
cheville. Pour apprécier l’intégrité de ces lgt , mettez en varus le calca. Si le talus bouge et remue dans la mortaise de la
cheville, les lgt sont lésés, entraînant une instab lat de la cheville. Le lgt talofibulaire post peut être déchiré seulement
en association avec les autres lgt lat. Il faut un trauma massif de la cheville (ex: luxation)
* dl ? ou ? palpe, compare,, type de dl ?

4. Nerveux/vasculaire : lombaire orteils

test de lasègue : douleur type sciatique avec atteinte de la racine L5 ou S1


test lasègue inversé
 reflexe  compare +++
 poul/ phlébite
 dermatome

Interprétation de l’examen fonctionnel :

Limitation de mobilité :

 type capsulaire :
- arthropathie de la cheville : flexion plantaire plus limitée que flexion dorsale
- arthropathie de l'articulation sous-talaire : varus limité
- arthropathie des articulations médiotarsiennes : flexion plantaire, supination et adduction limitées
règle générale: si arthrite du pied: limitation de tous les mouvements d'inversion

type non capsulaire:


rechercher le siège de la douleur pour savoir quelle structure est comprimée ou étirée

-Test par mouvements contrariés douloureux


Comme au nv de la main, les tendons du pied coulissent dans des gaines synoviales. Une infl de ces gaines est suspectée
lorsque les mob passives sont + dl que les contractions iso
Si douleur lors de la mob type étirement non max: lésion des gaines tendineuses probable
Si douleur lors de la contraction contrariée: lésion tendineuse et/ou musculaire probable

tibial ant : F dorsale + sup (mvmt contrarié) étirement : F plantaire + pronation


tibial post : F plantaire + supination étirement : F dorsale + pronation
long ext des orteils : F dorsale + pronation + E des orteils. etirement : F plantaire + sup + F des orteils
fibulaires : F plantaire + pronation etirement : F dorsale + supination

Exemple de pathologies fréquentes de la cheville et du pied:

-> Partie externe du pied: traumatisme en inversion/varus (= entorse de cheville)


-> Partie interne du pied: anomalie du rôle de soutien ou d'absorption des chocs au niveau des art de Chopard et Lisfranc
-> avant-pied: altération du déroulement du pas et douleurs dans les articulations des orteils
-> plante du pied : talalgie

Claquage du mollet:
Lésion soudaine des fibres du mollet pvq une dl très intense suivie d’un gonflement et d’ecchymoses.
Les F dorsale passive et plantaire isométriques sont très douloureuses.

-Lésion du tendon d’achille :

tendon d'Achille peut être fragilisé en raison d’une dim de l'apport sgsurvient à la suite d'un surmenage
La gravité de la lésion est variable et dépend des conditions d’apparition: dl à l'issue de l'entraînement, dl au début et à la
fin de l'entraînement, dl persistante durant tout l'entraînement, dl perdurant de plus en plus longtemps après
l'entraînement, dl empêchant la marche
Si la lésion est minime, elle peut ne pas être révélée par un test de contraction contrariée ou une mise sur la pointe des
pieds. Il faudra dès lors répéter l'examen après une marche ou course de quelques kilomètres.
Test de Thomson: mettre le genou sur une chaise, pied en dH. Si le tendon intègre, le pied effectue une F plantaire
lorsqu'on pince légèrement le mollet.

-Entorse de cheville :

Csq d'un trauma en varus ou en inversion. + svt bénigne, elle peut se compliqué de lésion lgt, d'arrachement osseux et de
fracture, circonstances: traumatisme pied le plus souvent en légère flexion plantaire.
Stades :
0 : pas de lésion ligamentaire
1 : rupture faisceau antérieur du lig collatéral lat
2 : rupture faisceaux antérieur et moyen du lig collatéral lat
3 : rupture des 3 faisceaux
L’évaluation post-trauma immédiate est difficile en raison de la dl et gonflement.si suspicion de laxité/fracture urgence

Signes d'appel en cas de lésion grave:


- gonflement important (en - d'une heure) sur la face externe et interne
- aspect bleuâtre du gonflement
- impossibilité de s'appuyer sur le pied
- douleur exquise à la palpation d'une malléole (fracture ?)
- tiroir ant important
Rem: Une dl lors de la manoeuvre de tiroir ant sans laxité peut laisser suspecter une rupture lgt Partielle

Complications tardives:
-> adhérences lgt avec les tissus voisins lors de la phase de consolidation. Le sujet se plaint des dl lors de l'appui et présente
une petite limitation de mob et une sensation de fin de course plus raide.
-> lésion des fibulaires: contraction contrariée dl en cas de tendinite d'insertion. Etirements dl en cas d'infl des gaines
tendineuses
-> CE: pvq des dl soudaines et un gonflement de l'art. Le patient peut également ressentir un blocage soudain qui disparaît
parfois après avoir secouer son pied
-> pseudarthrose secondaire à une fracture non diagnostiquée
-> instabilité permanente si mauvaise consolidation ligamentaire

Altération de la fonction de soutien et d’amortissement des chocs – lésions médio pied

-Pied plat valgus


Dans le pied plat, la laxité lgt est à l’origine du déplacement du calca en valgus exagéré. Le talus se déplace en dd et vers le
bas. Le lig calcanéo-naviculaire plantaire et le tibial post sont étirés. Une ténosynovite du tibial post est donc fréquemment
observée.
L’abaissement de la voûte plantaire provoque :
- un étirement de l’ensemble des lig du médiopied
- une hypersollicitation des articulations tarsiennes
- de l’aponévrose plantaire
- du tendon d’achille (tendon calcanéen)
Le pied plat valgus est souvent associé à un genou valgus. La correction par une semelle orthopédique soulage le +sv des
désordres dans les art sus-jacentes.

-Pied creux
Souvent associé à une pronation exagérée et des orteils en griffe
Le genou est le plus souvent en position de varus.
Les altérations fonctionnelles sont moindres comparées au pied plat en valgus

Altérations du déroulement du pas :

-Hallux valgus
Déviation en abd du gros orteil. Affection consécutive à un valgus exagéré du calca Elle est accentuée en cas de RE du
genou et/ou de la hanche.
La complication majeure est l’arthrose précoce de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil et la formation
d’oignon.

-Hallux rigidus
En cas de blocage de l’art métatarso-phalangienne du gros orteil, le sujet évite l’appui sur celui-ci. Il raccourcit sa phase
d’impulsion en contractant fortement les autres orteils (appui sur le bord ext de l’avant-pied). La contraction du long
fléchisseur des orteils peut engendrer une ténosynovite douloureuse.
On remarque également une contracture de l’add du gros orteil et une dl au nv de l’aponévrose plantaire.
La démarche peut être dl. Le déroulement sur la partie latérale de l’avant-pied se traduit par une déf de la chaussure (plis
obliques).

Atteintes des articulations des orteils :

-Crise de goutte :
Infl de l’art métatarso-phalangienne du gros orteil (chaude, rouge et douloureuse)

-Polyarthrite rhumatoïde :
Infl chronique des art des orteils. Dans cette affection, l’atteinte est polyarticulaire.
Remarque : la présence de durillons sous les têtes des métatarsiens signe généralement une insuff de l’avant-pied.

-Talalgies :
Dl fréquentes à la face inf du talon, accrues par la palpa et non par la mob.
Origines possibles :
- Douleur projetée au départ de l’art de la cheville ou de la sous-talaire
- Aponévrosite plantaire secondaire à un étirement chronique de l’aponévrose plantaire et/ou du muscle adducteur du gros
orteil. Cette affection peut pvq l’app secondaire d’une épine osseuse au départ de la tubérosité post du calca. La dl qui en
résulte perturbe profondément la marche
- Bursite sous-cutanée : aug de pression au nv de la bourse sous le calca
Secondaire à une coxarthrose de hanche. Lors du pas, la limitation de RI (qui succède à l’extension du genou) maintient le
pied en RE relative durant la dernière phase du pas. Ce phénomène accroît la pression au nv de la bourse séreuse sous le
calca

- Autres Bursite :
-> bourse rétrocalcanéenne: entre le tendon d’achille (tendon calcanéen) et le calcanéum
palpation: pincer tissus mous en avant du tendon
-> bourse calcanéenne : entre insertion du tendon d'Achille et la peau
palpation : surélever la peau en arrière du talon
si douleur à la palpation ou épaississement: suspicion de bursite