Vous êtes sur la page 1sur 47

Étude de la langue

I. Les classes de mots et les fonctions


dans le groupe nominal

1. Les déterminants p. 274

Corrigé des questions

Observons
1. Ce sont des déterminants.
2. « Des » est un article défini contracté (= de les) dans « des pays chauds ».
« Des » est un article indéfini, pluriel de « un » dans « des massifs ».
3. « Deux » et « quatre » indiquent une quantité. « Sa » et « leur » indiquent la pos-
session.

Entraînement
Observer
1. Articles définis : « la » (charreterie) ; « le » (cidre) ; « les » (verres).
Articles définis contractés : « aux » (angles) ; « au » (bord) ; « au » (moindre choc) ;
« des » (nouveaux époux).
Articles indéfinis : « un » (joli cochon) ; « des » (carafes) ; « de » (grands plats).
Article partitif : « du » (veau).
Déterminants numéraux : « quatre », « six », « trois », « quatre ».
Déterminants possessifs : « sa » (mousse) ; « leur » (surface).
2.
Articles Articles Emploi
définis indéfinis
un homme Apparition d’un nouveau personnage.
Étude de la langue

des gens Ils n’ont pas encore été mentionnés dans le texte.
la tempête Elle sert de cadre depuis le début du roman.
les pans Élément normal et attendu, partie normale d’un manteau.

Étude de la langue 251


le douanier A été mentionné auparavant.
l’homme A été mentionné auparavant.
un cigare Élément nouveau.
une lutte Élément nouveau (« qui commence »).
l’ivrogne A été mentionné auparavant (reprise lexicale).
un seuil Élément nouveau.
une lueur Élément nouveau.
le fumeur A été mentionné auparavant (reprise lexicale).
la porte Élément normal et attendu : partie du seuil d’une maison,
mentionné au dessus.

Manipuler
3. a. Rodrigue voit sa flamme en danger.
b. Chimène veut que sa gloire soit respectée.
c. Elle demande au roi son appui.
d. L’ami de Rodrigue lui apporte son soutien.
e. Le roi récompense ce courageux soldat.

4. Lorsqu’il fut sur le trottoir, il demeura un instant immobile, se demandant ce qu’il


allait faire. On était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante
pour finir le mois. Cela représentait deux dîners sans déjeuners, ou deux déjeuners
sans dîners, au choix. Il réfléchit que les repas du matin étant de vingt-deux sous,
au lieu de trente que coûtaient ceux du soir, il lui resterait, en se contentant des
déjeuners, un franc vingt centimes pour un repas plus deux bocks sur le boulevard.
C’était là sa grande dépense et son grand plaisir des nuits ; et il se mit à descendre
la rue Notre-Dame-de-Lorette.

5. a. Allons, quel est celui qui veut ouvrir la liste ?


b. Mais à la fin, monsieur, quelle raison
Avez-vous de haïr Montfleury ?
c. Le comédien Montfleury ! Quel scandale !
Mais il est protégé par le duc de Candale !
d. Admiratif : « Pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
e. Jeter ce sac, quelle sottise ! Mais quel geste !

252
2. Déterminants et pronoms indéfinis p. 276

Corrigé des questions


Observons
1. Pronoms : « pas un » • « on » • « on ne sait quoi » • « tout ».
Déterminant : « tous ».
2. Sens négatif : « pas un » • « on ne sait quoi ».
3. Non. Le premier « on » renvoie au témoin non nommé de la misère des enfants.
Le second « non » renvoie aux enfants.

Entraînement
Observer
1.
Déterminants Pronoms
a. tout (le jour) b. Tout (revoir)
e. tous (nos échos) c. d’autres
f. toutes (les passions) d. Rien
h. chaque (douleur) g. L’une…l’autre
chaque (songe)

2.
Sens négatif Unicité Pluralité Totalité
Personne Un (de ces traits) Quelques-uns (On casse) tout
Un autre (me les Ils sont (tous) sortis
serve)
Quelqu’un
Chacun

Manipuler
3. a. Chacun aimait Cyrano.
b. Aucun/personne ne se serait risqué à lui parler de son nez.
Étude de la langue

c. Les autres ne le connaissaient pas.


d. Tous, à la cour, craignaient sa langue acérée.
e. De plus, personne ne pouvait rivaliser avec lui.
4. Dans les rues, quelques chiens et quelques hommes, des ouvriers qui se
lèvent. Dans le port, rien que l’insensible clapot de l’eau qui remue à peine. Parfois

Étude de la langue 253


d’autres bruits : une amarre ou le frôlement d’une barque. Maintenant, toute la
chaîne des Alpes apparaît. Et le soleil se lève derrière ces glaces sur qui une cer-
taine lumière tombe en coulée d’argent. Quel personnage, le vent, pour les marins !
On en parle comme d’un homme, d’un souverain tout-puissant, tantôt terrible, tantôt
bienveillant. Vous ne le connaissez point, gens de la terre ! tout notre être est en éveil
pour cette bataille. Aucun ennemi, aucune femme ne nous donne autant que lui
la sensation du combat car il est le maître de la mer, celui que chacun peut éviter,
utiliser ou fuir, mais que nul ne dompte jamais.
Maupassant, Sur l'eau, 1888.

3. Les pronoms relatifs p. 278

Corrigé des questions


Observons
1. Ils remplacent des noms et des pronoms : « les places que » • « les bâtiments
que » • « ceux dont » • « la ville par laquelle » • « cette ville dont » • « et dont ».
2. « que » : COD de « avais traversées » • « que » : COD de « avais vus » • « dont » :
C. du nom « existence » • « par laquelle » : C.C. de lieu • « dont » : C. du nom « plan »
• « dont » : C. du nom « dimensions ».

Entraînement
Observer
1.
Pronoms relatifs Pronoms interrogatifs Pronoms exclamatifs
b. qui a. quoi, qu’ e. que
d. qui b. quel i. quoi
g. qui c. où
h. où f. quoi
j. que

2. • « dont » a pour antécédent noms ; complément du GN pas un.


• « dont » a pour antécédent vêtements ; complément circonstanciel de moyen du
verbe s’était enveloppé.
• « dont » a pour antécédent toutes ces choses ; COI du verbe se serait aperçue.

Manipuler
3. • Rodrigue aime Chimène qui est la fille du Comte de Gormas.

254
• Le roi a nommé le père de Rodrigue, dont le comte est jaloux, gouverneur du prince
de Castille.
• Rodrigue est en proie à un dilemme auquel il ne peut échapper.
• Chimène est éprise de Rodrigue qui est devenu son ennemi.
• La gloire et l’honneur des familles s’opposent à l’amour qu’éprouvent Chimène et
Rodrigue.

4. • « que » : COD de avais lue et relue – Antécédent : lettre.


• « qui » : sujet de m’entraînait – Antécédent : wagon.
• « à laquelle » : COI de m’intéressais – Antécédent : femme.
• « qu’ » : COD de suscitait – Antécédent : curiosité.
• « dont » : CDN la souplesse et la grâce – Antécédent : démarche.
• « dont » : complément circonstanciel de lieu de étions descendus – Antécédent : rame.
• « qui » : sujet de allaient – Antécédent : gens.

4. L’interrogation : déterminants et pronoms p. 280

Corrigé des questions


Observons
1. Il y en a cinq.
2. Il y en a cinq : un dans la première, aucun dans la seconde, un dans la troisième,
deux dans la quatrième (où, comment), un dans la cinquième (qu’).

Entraînement
Observer
1.
Pronoms Pronoms Adjectifs Adverbes
interrogatifs interrogatifs interrogatifs interrogatifs
simples composés
b. Qu’est-ce qu’ d. Laquelle f. Quelle a. Où
g. Qui est-ce qui c. Pourquoi
h. Que e. Comment
Étude de la langue

2. a. Les voyageurs vont à la campagne.


b. Ils fuient la guerre.
c. Parce que la France est en guerre avec la Prusse.
d. Boule de Suif est mal considérée.
e. On l’appelle le démoc.

Étude de la langue 255


f. Ils n’ont pas emporté de provisions.
g. Boule de Suif a apporté un déjeuner.
h. Elle sera trahie par ses compagnons de voyage.

Manipuler
3. Rodrigue se demande s’il reverra un jour Chimène. Il ignore quel exploit lui per-
mettra d’effacer sa haine. Chimène se demande pourquoi la fatalité est contre eux.
Les amants ne savent quelle décision prendre. Ils voudraient savoir auprès de qui
trouver de l’aide. Ils ne comprennent pas comment leur bonheur a pu disparaitre
aussi vite. L’Infante se demande jusqu’où elle peut rêver. Elle ne sait pas non plus ce
qu’elle doit faire.

4. a. Qui s’ennuie ? / Sherlock Holmes s’ennuie-t-il ?


b. Qui arrive chez Holmes ? / Est-ce qu'une jeune femme arrive ?
c. Que reçoit-elle chaque année ? / Quand reçoit-elle une perle de grande valeur ? /
Quelle valeur a la perle qu'elle reçoit chaque année ?
d. Qui accepte de l’aider ? / Holmes accepte-t-il de l'aide ?
e. Comment s’appelle sa nouvelle aventure ? / Est-ce que sa nouvelle aventure
s'appelle Le Signe des Quatre ?

5. 1. Quelle heure marque l’horloge ?


2. Qu’est-ce qui fait s’entrechoquer les barques ?
3. Où le vent s’engouffre-t-il ?
4. Que voit-on filer à toute allure ?
5. Qui le douanier envie-t-il ?
6. Qui envie les gens attardés au café ?
7. Qui paraît ?
8. Comment / Par où parle-t-il aux gens restés à l’intérieur ?
9. À qui parle-t-il ?

5. Les fonctions de l’adjectif – Compléments et degrés p. 282

Corrigé des questions


Observons
1. Respectueux, solaire, aérienne, écolos, pédagogique, conscient, grand, franc,
célèbre, fier, entier, extraordinaire, dépourvus, plébiscité, connu (participe employé
comme adjectif).
Grand, franc, célèbre, extraordinaire : sont placés avant le nom. Les autres sont pla-
cés après.

256
Entraînement
Observer
1.
Adjectifs sans Adjectifs avec Classe du
complément complément complément
rusé apte à jouer la comédie groupe infinitif
des plus grands escrocs avides de pouvoir nom
son vieil ami prêt à tout pronom
sa bonne fortune digne des plus grands escrocs groupe nominal
heureux que la vie lui ait permis proposition subordonnée
confiant en sa bonne fortune groupe nominal
fier de ses prouesses groupe nominal
fou de rage nom
imbu de lui-même pronom

2. Complément d’adjectif : « de liberté » ; « de peur » ; « pour ses loups-ga-


rous » ; « en pièges ».
Complément de détermination : « de bête sauvage », « d’athlète ».

3.
Absence de degré Comparatifs Superlatifs
étourdie aussi compliqué que le ciel très grande
fidèle aussi réfléchie que la mer très petite
ambiguë aussi captive que l’étoile très innocente
facile aussi libre qu’un grain de ciel très rusée

4.
Épithètes Épithètes détachées Attributs
grand perclus grasses
vieux soignées
blanc propres
lourdes
grosses
enflées
blancs
Étude de la langue

très longs
triste

Manipuler
5. a. Les Cadets sont heureux de combattre.

Étude de la langue 257


b. Les Espagnols sont prêts à envahir la France.
c. Christian n’est pas content que Cyrano l’aide.
d. Roxane est triste de l’éloignement de Christian.
e. Trop certaine de pouvoir compter sur Cyrano, elle se rend sur le champ de bataille.

6. Expansions du nom - Apposition p. 284

Corrigé des questions


Observons
1. « La courbe de tes yeux ».
2. « Un rond de danse et de douceur » • « auréole du temps » • « berceau nocturne
et sûr ».
3. « du temps » : groupe nominal • nocturne : adjectif qualificatif.
« du temps » se rapporte à « auréole » ; « nocturne » se rapporte à « berceau ».
4. Il s’agit d’une proposition relative.

Entraînement
Observer
1. « événements » ➞ petits : adjectif qualificatif
« volets » ➞ lourds, intérieurs : adjectifs qualificatifs
➞ qui défendaient le léger vitrage de la boutique du Chat-qui-pelote : proposi-
tion subordonnée relative
« vitrage » ➞ léger : adjectif qualificatif
➞ de la boutique du Chat-qui-pelote  : GN prépositionnel
« boutique » ➞ du Chat-qui-pelote : GN prépositionnel
« porte » ➞  vieille : adjectif qualificatif
➞ à heurtoir : GN prépositionnel
« mur » ➞ intérieur : adjectif qualificatif
➞ de la maison : GN prépositionnel
« serviteur » ➞ qui d'une main tremblante y attacha le morceau de drap carré sur lequel
était brodé le nom de Guillaume successeur de Chevrel : proposition subordonnée relative
le « morceau » ➞ de drap : GN prépositionnel
de « drap » ➞ carré : adjectif qualificatif
➞ sur lequel était brodé le nom de Guillaume successeur de Chevrel : propo-
sition subordonnée relative
« nom » ➞ de Guillaume, successeur de Chevrel : GN prépositionnel

258
2. • la boutique du Chat-qui-pelote • le nom de Guillaume, successeur de Chevrel

3. Apposition : c. Compléments du nom: a, b, d.

Manipuler
4. a. Boule de Suif a une conduite qui fait scandale.
b. Cornudet est un homme sans parole.
c. L’officier qui vient de Prusse abuse de la situation des otages.
d. La nouvelle de Maupassant offre une vision sans concession du genre humain.

5.
Déterminants et noms Expansions des noms
des motifs compliqués
des étoiles faites d’ombrelles… de veilleuse
d’ombrelles à trente-neuf sous
dont les teintes ... de veilleuse
les teintes claires, bleu pâle, blanc crème, rose tendre
une douceur de veilleuse
des parasols immenses
japonais
où des grues ... pourpre
des grues couleur d’or
couleur d’or
un ciel de pourpre
des reflets d’incendie

Le texte est de type descriptif ; l’abondance des couleurs et des objets crée un en-
semble exubérant, touffu et féérique.
Étude de la langue

Étude de la langue 259


7. Conjonctions – Adverbes – Prépositions –
p. 286
Interjections

Corrigé des questions


Observons
1. Ils sont invariables.
2. Mais et et sont des conjonctions de coordination.
3. Périr est introduit par à.
4. cruellement > manquait • effroyablement > lugubre.

Entraînement
Observer
1.
Préposition Conjonctions Adverbes Conjonctions
de de coordination
subordination
Après Que Tout d’abord Car
Quand Puis
Plus… plus
Rapidement
Facilement 

2.
Négation Quantité- Manière Temps Lieu Modalisation
intensité
c. N' … d. Assez e. Tout d’un f. Plus tôt a. Là e. D’ailleurs
plus coup
b. Ne… e.
jamais Héroïquement

3. a. Quoi : étonnement.
b. hé : appel (apostrophe).
c. ah : étonnement.
d. aïe : douleur.
e. soit : acceptation.

260
Manipuler
4. a. Mathilde déchira vivement le papier.
b. Deux grosses larmes descendaient lentement des coins des yeux.
c. Et j’aurais seulement le regret de ta mort.
d. L’infamie est pareille, et suit également.
Le guerrier sans courage et le perfide amant.
e. Christian, vêtu élégamment, mais d’une façon un peu démodée, paraît préoccupé et
regarde les loges.

5. a. Le comte de Guiche n’a jamais le dernier mot.


b. Sous Louis XIII, le duel n’a plus de partisans.
c. Les amours contrariées n’ont pas beaucoup / peu de succès au théâtre.
d. Au xixe siècle, on ne lisait pas encore de bandes dessinées !
e. Les livres n’étaient disponibles nulle part.

6. Conjonctions de subordination : si, quand, qu’ (que)


Conjonction de coordination : ou

Si venger un soufflet mérite un châtiment,


Sur moi seul doit tomber l’éclat de la tempête :
Quand le bras a failli, l’on en punit la tête.
Qu’on nomme crime, ou non, ce qui fait nos débats,
Sire, j’en suis la tête, il n’en est que le bras.
Si Chimène se plaint qu’il a tué son père,
Il ne l’eût jamais fait si je l’eusse pu faire.

Étude de la langue

Étude de la langue 261


II. Les fonctions dans la phrase simple

8. Sujet – Complément d’agent - Compléments d’objet p. 288

Corrigé des questions


Observons
1. qui : pronom relatif sujet • elle : pronom personnel sujet • l’un : pronom indéfini sujet
• du cocher : groupe nominal COI • que… grue : subordonnée conjonctive complétive
COD • la tête : groupe nominal COD.
2. À la voix passive.
3. Ces éléments nomment l’agent qui fait l’action.

Entraînement
Observer
1.
Sujet Complément Complément Complément Complément
d’agent d’objet direct d’objet d’objet
second indirect
Auguste par une femme une jeune femme lui de son nom
la porte masquée qu’
l’inconnue de la jalousie
la maison
la parole

2.
Compléments d’objet second Compléments d’objet indirect
a. à Christian – au comte de Guiche b. de leur lune de miel
c. au régiment de Christian d. de la Gascogne
d. aux cadets
e. à Christian – à Roxane

262
Manipuler
3. a. de mystères : complément d’agent.
b. de toute la province : c. c. de lieu.
c. de nombreuses fois : c. c. de temps.
d. de romanciers ni de poètes : COI.

4. Paterson me les a apportés le matin de Noël pour flatter ma manie, car il sait à
quel point j’aime à les résoudre. Nous l’avons gardée jusqu’à ce matin mais elle s’est
enfuie. Celui qui la trouvera la lui fera subir. Moi, je le lui rendrai volontiers : il en
a été si malencontreusement privé.

5. a. Boule de Suif exige qu’on la respecte.


b. Elle n’accepte pas le mépris de ses compagnons.
c. La jeune femme ne s’attend pas à être trahie.
d. Les voyageurs pensent qu’ils pourront repartir très vite.
e. L’officier allemand annonce leur libération.

9. Verbes attributifs – Attribut du sujet –


p. 290
Attribut du COD

Corrigé des questions


Observons
1. On ne peut pas supprimer les expressions.
2. Il y a quatre adjectifs qualificatifs et un nom commun (adjectif substantivé).
3. Elles qualifient les sujets (ils représentent Phédon).
4. Les noms soulignés sont des COD. L’adjectif en italique apporte des informations
sur le COD.

Entraînement
Observer
1.
Adjectif qualificatif ou participe passé Nom
Étude de la langue

seul soldat
troublé cet homme
mystérieuses
pleines
immobile

Étude de la langue 263


2. Mais c’est alors que la surprise et l’admiration furent à leur comble. La grimace
était son visage. Ou plutôt toute sa personne était une grimace. Il avait la tête
très grosse et hérissée de cheveux roux ; entre les deux épaules, une bosse
énorme dont le contre-coup se faisait sentir par-devant (…). Les fous venaient de se
donner ce monstre pour pape .
Quand cette espèce de cyclope sortit sur le seuil de la chapelle, immobile, trapu, et
presque aussi large que haut, il parut encore plus laid ; la populace le reconnut sur-le-
champ et s’écria d’une voix : «C’est Quasimodo, le sonneur de cloches !»

Manipuler
3. a. Les Maures ont nommé Rodrigue le Cid après sa victoire.
b. L’Espagne d’aujourd’hui le considère encore comme un héros.
c. Il est courant que leurs surnoms, péjoratifs ou mélioratifs, rendent célèbres des
personnages historiques.
d. Ainsi, Victor Hugo a surnommé Napoléon III Napoléon le Petit.
e. Mais on a considéré Gandhi comme un sage et on l’a appelé Mahatma, c’est-
à-dire la grande âme.
Les mots en gras sont attributs de l’objet dans les phrases actives. Ils étaient attributs
du sujet dans les phrases à la voix passive.

Écrire
4. Ce petit jeune homme avait l’air faible en apparence ; ses traits paraissaient irrégu-
liers, mais son nez semblait busqué et son visage ressemblait à une tête d’aigle. Ses
grands yeux noirs, dans les moments tranquilles, semblaient ceux d’un homme qui
réfléchit ; en cet instant ils se révélaient pleins de la haine la plus féroce. Son front
paraissait petit à cause de ses cheveux châtain foncé, plantés fort bas ; dans les mo-
ments de colère, sa physionomie avait l’air méchante.

10. Les compléments circonstanciels p. 292

Corrigé des questions


Observons
1. L’action se passe en Normandie, l’année précédant le récit : « L’année dernière »,
« au fond de la Normandie ».
2. Les voyageurs sont ralentis par la boue qui freine leur marche : « et par sa pesan-
teur ralentissait tellement nos pas ».
3. L’expression en gras indique le temps.
L’expression encadrée marque l’opposition.

264
Entraînement
Observer
1.
Complé- Complé- Complé- Complé- Complé-
ments ments ments ments ments
circons- circons- circons- circonstan- circons-
tanciels de tanciels de tanciels de ciels de lieu tanciels de
cause manière moyen temps
• par un prompt • sans faire • par son • sur le front • en arrivant au
renfort aucun bruit entretien autour de moi port
• à nous voir dans la joie
marcher…
visage
• de crainte

2. Temps : « à cette heure matinale » ; « alors » ; « à ces heures ».


Lieu : « là » ; « dans la mémoire » ; « d’une noce » ; « d’un bal » ; « à la grande halle » ;
« dans Paris désert » ; « dans le lointain ».
But : « pour admirer ce chat » ; « pour se rendre à la grande halle ».
Comparaison : « comme la grande voix de la mer ».
Opposition : « malgré le bruit ».
Manière : « au galop » ; « à la main ».

Manipuler
3.
GN GN prépositionnels Groupes Adverbes
infinitifs
prépositionnels
le 5 mai en caisse (lieu) pour lever de solennellement
1789 dès l’ouverture des débats (temps) nouveaux impôts automatiquement
(temps) en trois ordres (manière) (but) (manière)
lors des votes (temps) réformer (but)
face aux représentants (lieu) pour continuer (but)
malgré leur infériorité en nombre
dans la population française
(opposition)
Étude de la langue

4. a. Les héros de roman font rêver les lecteurs par leurs exploits. (GN prépositionnel)
b. Les récits fantastiques passionnent aussi en déroutant le lecteur. (Groupe gérondif)
c. Au xixe siècle, la littérature en présente de nombreux exemples. (GN prépositionnel)
d. Les Histoires Extraordinaires d’Edgar Poe sont célèbres pour avoir été traduites par
Baudelaire. (Groupe infinitif prépositionnel)

Étude de la langue 265


III. La phrase complexe et les subordonnées

11. La phrase complexe p. 294

Corrigé des questions


Observons
1. Le texte comporte trois phrases qui se terminent par une ponctuation forte : « ! »,
« . ». « Bon ! » est une exclamation que l’on peut relier à la première phrase.
2. Il y a six verbes conjugués donc six propositions.
3. La proposition soulignée complète le nom « Muse ». C’est une proposition subor-
donnée relative.

Entraînement
Observer
1. • Phrase simple : un seul verbe conjugué (a. serait ; c. reprenait.).
• Phrase complexe : b. deux noyaux verbaux : est (sujet : la témérité) ; s’illustra (leur
cité). Un mot subordonnant : le pronom relatif où. d. guettait (sujet : chacun) ; sombra
(sujet : la diligence) ; le mot subordonnant est la conjonction de subordination quand.

2. Coordination : a. (« et ») ; b. (« mais »)


Subordination : c. (« qui ») ; d. (« où »)

Manipuler
3. a. Un comédien a été agressé sur la scène de l’hôtel de Bourgogne.
b. Quel exploit une jeune Précieuse n’a-t-elle pas accompli en pleine bataille !
c. Combien le talent de Montfleury est encore méconnu !
d. Cyrano est-il encore une victime de la haine d’un Grand ?
e. Il déclare son amour sous un balcon.
4. « – En vérité, Watson, vous vous surpassez,/ fit Holmes en reculant sa chaise pour
allumer une cigarette / Je dois avouer / que , dans tous les rapports/ que vous avez
bien voulu rédiger sur mes humbles travaux,/ vous ne vous êtes pas assez rendu justice. /
Vous n’êtes peut-être pas lumineux par vous-même. / Mais je vous tiens pour un excellent
conducteur de lumière./ Il existe des gens / qui , sans avoir du génie, possèdent le talent
de le stimuler chez autrui./ Je confesse, mon cher ami, / que je suis votre obligé. »

266
5. La première personne [ que j’aperçus dans la rue], ce fut un vitrier [ dont le cri
perçant, discordant, monta jusqu’à moi à travers la lourde et sale atmosphère pari-
sienne]. Il me serait d’ailleurs impossible de dire [ pourquoi je fus pris à l’égard de
ce pauvre homme d’une haine aussi soudaine que despotique].
« – Hé ! hé ! »/ et je lui criai de monter./ Cependant je réfléchissais, non sans quelque
gaieté/ [ que , [la chambre étant au sixième étage et l’escalier fort étroit], l’homme
devait éprouver quelque peine à opérer son ascension et accrocher en maint endroit
les angles de sa fragile marchandise].

12. Les propositions subordonnées complétives p. 296

Corrigé des questions


Observons
1. « que… comme ça » • « que je prenne des gants… maintenant » • « que je ne te
le dise pas » • « que tu trompes… partout » • « que je te traite… homme » • « que
je ne sais pas ».
2. Verbes de déclaration : « le fait est que ». Verbes d’opinion : « croire », « pré-
tends », « crois-tu ». Verbes de volonté : « veux », « tu veux ».
3. « Que tu emploies » complète le mot « mots ». C’est une subordonnée relative.

Entraînement
Observer
1.
Déclaration, Perception Sentiment Volonté
opinion
a décidé a vu craint voudrait
affirme doute
croit
convainc

2. Complétives : a, c, d. Relatives : b, e.
Étude de la langue

Manipuler
3. a. La presse rapporte que des joueurs de cartes ont été assassinés.
b. Maigret ordonne que la gendarmerie et la police travaillent ensemble.
c. Il est clair qu’un chien jaune est bien apparu sur les lieux du crime le premier soir.

Étude de la langue 267


d. La foule affirme qu’un vagabond est responsable de tout.
e. Les joueurs de cartes nient qu’ils aient autrefois trahi le vagabond.

4. a. On constate que le métier de journaliste attire. (COD)


b. Il semble douteux que les réseaux sociaux remplacent entièrement la presse écrite.
(sujet réel)
c. Les lecteurs craignent pourtant que la presse écrite disparaisse. (COD)
d. Beaucoup croient que la liberté de la presse est indispensable à l’équilibre du
monde. (COD)

5. Cyrano n’espérait pas que Roxane puisse (subjonctif) l’aimer un jour. Il croyait
que seule, la beauté du corps suscitait (indicatif) un sentiment amoureux. Comment
aurait-il pu imaginer que son esprit parvienne (subjonctif) à lui attirer l’amour de
Roxane ? Il raconta à Christian que Roxane ne pensait (indicatif) qu’à lui. Il lui ca-
cha qu’il apportait (indicatif) chaque jour une lettre à la jeune femme. Pourtant au
moment de mourir, il comprit que Roxane l’aimait (indicatif) à cause de son esprit.

13. Paroles rapportées : discours direct et indirect p. 298

Corrigé des questions


Observons
1. Les tirets et les guillemets.
2. Les propositions en gras disent qui parle.
3. Ces propos ont été tenus par le garçon dont il est question dans la phrase précé-
dente. Celui qui rapporte ces propos est Stamford.

Entraînement
Observer
1. a. L’ambitieux affirme que l’avenir lui appartient .
b. Le craintif se demande comment il parviendra au jour suivant .
c. Le bavard voudrait qu’on lui laisse la parole toute une journée .
d. L’étourdi maintenait qu’il ne s’était pas trompé de jour .
e. Le coquet soupirait qu’il voulait un grand magasin pour lui seul .

268
2.
Discours indirect Discours direct
- ce qui s’était passé en bas dans la cour, lors - Mais vous avez tiré, je crois
de l’arrestation du poste. - D’ailleurs, ces messieurs m’ont juré que ce
- comment les insurgés s’étaient réveillés et n’était pas leur faute ; ils ne s’expliquent pas
comment on les avait mis en joue pour les comment leurs fusils sont partis.
réduire à l’impuissance.
- que le sang n’avait pas coulé.

Manipuler
3. On acceptera les transpositions au discours direct qui satisfont aux règles. On lira
et on commentera le style direct employé par Maupassant.
L’aubergiste demanda :
– Mademoiselle Élisabeth Rousset ?
Boule de Suif tressaillit, se retourna :
– C’est moi.
– Mademoiselle, l’officier prussien veut vous parler immédiatement.
– À moi ?
Elle se troubla, réfléchit une seconde, puis déclara, carrément :
– C’est possible, mais je n’irai pas. [...] Le comte s’approcha : – Vous avez tort, ma-
dame, car votre refus peut amener des difficultés considérables, [...] Elle sortit.
Mais, au bout de dix minutes, elle reparut [...] et comme le comte insistait, elle répon-
dit avec une grande dignité : « Non, cela ne vous regarde pas, je ne peux pas parler. »
D’après Maupassant, Boule de Suif.

4. Elle dit que je pouvais lui rendre un grand service. Je voulus répondre, mais il me
fut impossible de prononcer un mot. Un bruit vague sortit de ma gorge.
Elle reprit en me demandant si je voulais ; elle affirmait que je pouvais la sauver, la
guérir. Elle ajouta qu’elle souffrait affreusement.
Et elle s’assit doucement dans mon fauteuil. […]
Alors elle me tendit un peigne de femme en écaille et elle murmura qu’il fallait la pei-
gner, que cela la guérirait.

14. Les subordonnées circonstancielles (temps, cause) p. 300


Étude de la langue

Corrigé des questions


Observons
1. a. « Dès que j’arrivais à Coombe Tracey » : dès que.
b. « Avant qu’on m’eut annoncé » : avant que.

Étude de la langue 269


c. « Après qu’elle se fut rendu compte » : après que.
2. a. Simultanéité par rapport à la principale.
b. Antériorité de la principale par rapport à la subordonnée. La subordonnée est postérieure.
c. Postériorité de la principale par rapport à la subordonnée. La subordonnée est
antérieure.
3. La question pourrait être : « Pourquoi l’avez-vous trouvée sans peine ? »

Entraînement
Observer
1. Les actions sont numérotées 1, 2, 3 par ordre chronologique.
a. « Le Prussien fit répondre » (PP1) « qu’il admettrait… parler » (PS3) « quand il
aurait déjeuné ». (PS2)
b. « M. Follenvie sortit » (PP1) « Avant que l’on serve le potage, » (PS2)
c. «  Jusqu’à ce qu’on passe à table,  » (PS2) «  ces dames se contentèrent d’être
aimables avec elle, » (PP1)
d. «  Après que le postillon eut appelé tous les voyageurs,  » (PS2) «  la diligence
s’ébranla. » (PP1)

2.
Cause objective Cause logique Cause Cause niée
prétextée
b. « Comme… a. « puisque… e. « sous prétexte c. « non qu’ils…
ombre » maître » qu’… armée » faim »
c. « parce qu’ils… d. « parce que…
méprisants » quadrille »

3. Cause : a. e. Comparaison : c. Temps : b. d. 

Manipuler
4. Comme il allait se mettre à écrire son article, Georges Duroy se demanda par quel
mot commencer. Parce qu’une date lui avait été imposée, il ne retrouvait plus rien de
ce qu’il avait raconté tout à l’heure, pas une anecdote, pas un fait, rien. Il aurait voulu
attendre, non que l’angoisse le gagnât mais il pensait vraiment remettre sa charge
au lendemain. Après dix minutes de réflexion il se décida à écrire : «  Alger est une
ville toute blanche… » puisque c’était le seul souvenir qu’il en gardait. Comme sa
chambre sentait la misère honteuse, une exaspération le souleva contre la pauvreté de
sa vie ; mais il se rassit devant sa table, parce qu’il lui fallait sortir de là.

5. a. Sherlock Holmes réussit toujours dans ses entreprises parce qu’il a un esprit
de déduction.
b. Watson le suit d’autant plus qu’il manque d’autonomie.
c. Comme elle avait la mine défaite, ils comprirent qu’un drame lui était arrivé.

270
15. La proposition subordonnée de conséquence p. 302

Corrigé des questions


Observons
1. « si… que » • « si bien qu’ » • « assez… pour que » • « assez… pour que ».
2. Non.
3. Non.

Entraînement
Observer
1.
Propositions subordonnées Propositions subordonnées
de conséquence de cause
• qu’il se crut au-dessus des lois • parce que son champion était le meilleur
• qu’il la tua comme sa sœur Camille lui reprochait la mort
• pour que le Roi ose le punir de son fiancé albain
• puisqu’il s’était rendu coupable d’un crime
si odieux

2.
Propositions subordonnées de Propositions subordonnées de
but conséquence
• pour que sa vengeance soit complète • que celui-ci décida de le punir
• de peur que les assaillants ne réussissent • de sorte que la surprise devait être totale
leur coup • si bien qu’il courut au secours de Linières
qu’il fut vainqueur

Manipuler
3. Claude aimait les réclames, si bien qu’il suivait aveuglément leurs conseils.
Le terrain qu’il avait acheté était si humide, qu’il fut obligé de construire sa maison
sur des pilotis. De plus, les cheminées avaient un mauvais tirage, de sorte qu’elles
enfumaient l’intérieur des pièces. Les meubles, conçus pour s’ouvrir seuls, fonction-
Étude de la langue

naient avec tant de lenteur que Claude avait renoncé à s’en servir. Et ses vêtements
avaient été trop mal cousus pour qu’il puisse les porter plus de deux jours.

4. a. Georges Duroy ne sait pas rédiger un article, si bien qu’il demande son aide à
Madeleine Forestier.

Étude de la langue 271


b. Celle-ci a le goût du pouvoir, de sorte qu’elle est d’accord pour se servir des chro-
niques de Duroy.
c. À eux deux, ils écrivent des articles remarquables, au point que La Vie Française
recrute Duroy.

5. a. Cyrano a un nez si long qu’il provoque le rire.


b. Mais il sait si bien manier l’épée que personne ne se risque à le railler.
c. Christian le provoque avec une telle verve que Cyrano est près de le tuer.

6. a. Ma sœur et moi étions jumelles, si bien que nous ressentions les mêmes im-
pressions.
b. Au dehors, le vent soufflait avec des rafales telles que les fenêtres vibraient.
c. Ma sœur sortit alors ; elle était trop émue pour qu’on puisse l’interroger.

16. Les subordonnées circonstancielles


p. 304
(but, comparaison)

Corrigé des questions


Observons
1. Les verbes sont au subjonctif. Les actions exprimées ne sont pas certaines.
2. Les propositions en gras expriment la comparaison.
3. La subordonnée soulignée exprime la cause.

Entraînement
Observer
1.
Propositions subordonnées Propositions subordonnées
de but de comparaison
pour qu’Iseult soit à l’abri des rayons du soleil comme un suppliant approche d’une déesse
que je vous traite comme il se doit
afin que je vous serve en vassal fidèle autant que je règne sur votre cœur
Manipuler
2. a. Le poète choisit traditionnellement d’utiliser des phrases exclamatives afin que
le lecteur comprenne mieux ses émotions.
b. Cyrano interpelle un mauvais comédien  : «  Viens là, que je t’apprenne le ton
juste ! »

272
c. Les Précieuses filent des métaphores pour que la banalité du quotidien soit
transformée.
d. Rodrigue accomplit des exploits de peur que Chimène ne lui soit ravie.
e. Rodrigue a dissimulé son armée pour que les Maures ne la voient pas.

3. a. Il alluma une allumette afin que la liste des navires signalés lui soit
lisible.
b. Il approcha sa lampe, curieux, pour que la figure de ce solitaire soit éclai-
rée.
c. Mais de peur que ce duel devienne un exemple, le roi refuse d’y assister.
d. Je cherche le silence et la nuit pour que je puisse pleurer.
e. Il la serrait, cette petite main, de peur qu’elle doute de lui.

4. a. Roxane est moins séduite par la beauté de Christian qu’elle n’admire l’esprit de
Cyrano.
b. L’amour de Cyrano pour Roxane est encore plus fort que ne l’est celui de Christian.
c. Dans Le Cid de Corneille, le Comte est un personnage de noble orgueilleux, comme
l’est De Guiche dans Cyrano de Bergerac.
d. Roxane est une jeune fille aussi attachante que l’est Chimène.
e. De même que Chimène veut être heureuse, de même Roxane le souhaite-t-elle.

5. Holmes a élaboré une méthode afin que chaque enquêteur se serve de son sens
de l’observation. Watson est son assistant en criminologie comme il serait celui
d’un chirurgien. Pour que les criminels ne puissent pas échapper à la justice, tous
deux étudient les indices. Comme le ferait un chien de chasse, Holmes observe les
traces sur le sol. De peur que sa piste ne disparaisse, il relève les empreintes de
pas.

Étude de la langue

Étude de la langue 273


IV. Le verbe

17. Le système du verbe p. 306

Corrigé des questions


Observons
1. Imagina : 3e personne du singulier du passé simple de l’indicatif ; imaginer.
Échappai : 1re personne du singulier du passé simple de l’indicatif ; échapper.
Ait sentie : 3e personne du singulier du passé simple de l’indicatif ; sentir.
Eut : 3e personne du singulier du passé simple de l’indicatif ; avoir.
2. À la forme pronominale.

Entraînement
Observer
1. a.
Formes à un mode personnel Formes à un mode impersonnel
Osais Faire
Paraît levant
Comprit entendre
Voulais appeler
Tenais causer
Sera
Verrons
Sais
Fit
Fus surpris
Continuâmes

b. Le récit est fait au système du passé : « osais », imparfait ; « comprit », passé


simple.
c. Le passage de dialogue est différent ; les verbes sont au futur simple.

2. est rayée ; ont été signalés ; sont croisés ; ont été recensés ; fut tué ; est consi-
dérée.

274
Manipuler
3. a. Dès que Maigret aura examiné toutes les preuves en sa possession, il pourra
arrêter le coupable.
Mais, alors qu’il a commandé à de nombreux inspecteurs, il a encore de la peine à
conclure l’affaire.
Pourtant quand il a vu le chien jaune près de l’hôtel, il a cru trouver la solution.
La tempête lui a joué un sale tour, parce qu’elle a effacé toutes les traces du meurtrier.
Concarneau ne retrouvera sa sérénité qu’une fois que le commissaire aura mis le cou-
pable sous les verrous.
b. Dès que Maigret eut examiné toutes les preuves en sa possession, il put arrêter le
coupable.
Mais, alors qu’il commandait à de nombreux inspecteurs, il avait encore de la peine à
conclure l’affaire.
Pourtant, quand il avait vu le chien jaune près de l’hôtel, il avait cru trouver la solution.
La tempête lui avait joué un sale tour, parce qu’elle avait effacé toutes les traces du
meurtrier. Concarneau ne retrouverait sa sérénité d’autrefois qu’une fois que le com-
missaire aurait mis le coupable sous les verrous.

4. J’ai un ami, je pourrais en avoir deux. Il m’aborde toujours en criant comme


Archimède « J’ai trouvé ! » car mon ami est un inventeur. Tous les jours, il fait le
plan d’une machine nouvelle. [...] — Vous avez donc fait de l’or ? lui dis-je un jour
d’un air de doute, en regardant son chapeau presque aussi vieux que le mien. — Oui,
me répondit-il avec un parfait dédain, j’ai eu cet enfantillage ; j’ai fabriqué des
pièces de vingt francs qui m’en coûtaient quarante. J’ai aussi composé du tissu
cellulaire en faisant traverser des blancs d’œuf par un courant électrique ; c’est un
bifteck médiocre et qui ressemble toujours un peu à de l’omelette. J’ai obtenu
le poulet à tête humaine, et la mandragore qui chante, deux petits monstres assez
désagréables.

18. Les verbes du 3e groupe en -dre et -tre p. 308


Étude de la langue

Corrigé des questions


Observons
1. Les verbes sont au présent : perdre, prendre, craindre.
2. Le verbe est à l’indicatif présent : dédaigner.

Étude de la langue 275


Entraînement
Observer
1.
Forme verbale Mode Infinitif
connaît indicatif connaître
se plaignent indicatif se plaindre
prennent subjonctif prendre
vend indicatif vendre
peint indicatif peindre
suspend indicatif suspendre
rejoint indicatif rejoindre
apparaît indicatif apparaître
reconnaîtrons indicatif reconnaître
promet indicatif promettre
admets indicatif admettre
combattent subjonctif combattre
teignent indicatif teindre
répandons impératif répandre
craint indicatif craindre
restreigne subjonctif restreindre
s’accroît indicatif s’accroître

2. feint - répondu - rejoint - repeint - mordu - né - suspendu - éteint - surpris.

Manipuler
3. Dans la brume, un homme disparaît. Son ombre décroît au fur et à mesure
que les réverbères s’éteignent. Les rafales du vent le contraignent à s’abriter
sous un porche. Son manteau gris se confond avec la muraille, mais ses plis ne
le défendent pas du froid. Des paquets de mer s’abattent sur la digue, et ne lui
permettent pas d’aller plus loin.
4.
Plaindre Confondre Rejoindre Entendre Enfreindre
(présent) (passé (impar- (futur) (présent)
simple) fait)
Je plains confondis rejoignais entendrai enfreins
Tu plains confondis rejoignais entendras enfreins
Il (elle) plaint confondit rejoignait entendra enfreint
Nous plaignons confondîmes rejoignions entendrons enfreignons
Vous plaignez confondîtes rejoigniez entendrez enfreignez
Ils (elles) plaignent confondirent rejoignaient entendront enfreignent

276
5. La demande de son père a d’abord abattu Rodrigue : il s’est plaint du sort, puis
il s’est repris. Quand le Comte est apparu, il n’a pas craint de le provoquer. Mais
l’orgueilleux père de Chimène s’est mépris : il a méconnu sa valeur, il a feint
de le plaindre. Rodrigue, lui, a vaillamment combattu : il a vaincu le comte et sa
gloire s’en est accrue.

6. Que ton illustre audace


fasse bien revivre en toi les héros de ma race :
C’est d’eux que tu descends, c’est de moi que tu viens :
Ton premier coup d’épée égale tous les miens ;
Et d’une belle ardeur ta jeunesse animée
Par cette grande épreuve atteint ma renommée.
Appui de ma vieillesse, et comble de mon heur,
Touche ces cheveux blancs à qui tu rends l’honneur,
Viens baiser cette joue, et reconnais la place
Où fut empreint l’affront que ton courage efface.

19. Le subjonctif p. 310

Corrigé des questions


Observons
1. Aller, dire, plaire, avoir. Ils sont au subjonctif.
2. alliez : afin que • dise : que • aie : que.
Plaise est le verbe en gras qui appartient à une proposition principale.

Entraînement
Observer
1. 1er groupe : freiner, appuyer.
2e groupe : démolir, réfléchir.
Étude de la langue

Tous les autres sont du 3e groupe.

2 a. Équivalent d’un impératif. b. Supposition. c. Souhait. d. Souhait. e. Impératif.

3. Indicatif : c’est, suivait, êtes sorti.


Subjonctif : espionne, se laisse, soyez attaqué, perdions, soyez arrivé.

Étude de la langue 277


Manipuler
4. a. Je ne pense pas que nous ayons fixé un point important.
b. Nous n’imaginons pas que ces individus soient logés à l’hôtel.
c. Holmes ne prétendit alors pas que nous eussions tous vu l’assassin.
d. Scotland Yard ne croit pas que nous filions un faux suspect.

5. Monsieur Jourdain. – Au reste il faut que je vous fasse une confidence. Je suis
amoureux d’une personne de qualité, et je souhaiterais que vous m’aidiez (m’aidas-
siez, dans le texte) à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser
tomber à ses pieds. Mais je ne veux ni prose, ni vers.
Maître de philosophie. – Il faut bien que ce soit l’un, ou l’autre.
Monsieur Joudain. – Par ma foi il y a plus de quarante ans que je dis de la prose, sans
que j’en sache (que j’en susse, dans le texte) rien, et je vous le plus obligé du monde,
de m’avoir appris cela. Je voudrais donc lui mettre dans un billet : Belle Marquise, vos
beaux yeux me font mourir d’amour ; mais je voudrais que vous me l’écriviez d’une
manière galante ; que cela paraisse élégant.

Écrire
Qu’il ne sache jamais aucune leçon.
Qu’il n’apporte jamais ses affaires.
Qu’il se place toujours près d’une fenêtre, au fond, près du radiateur.
Etc.

20. Le conditionnel p. 312

Corrigé des questions


Observons
1. « Si j’étais jeune » • « Si je restais » (tel que je suis).
2. « Si je suis jeune… je chercherai » • « Si j’avais été jeune… j’aurais cherché ».
« Si je reste… ce sera » • « Si j’étais resté… cela aurait été ».
3. Le « s » final, qui ne s’entend pas, différencie le conditionnel du futur.

Entraînement
Observer
1. Conditionnel présent : « tu oublierais », « nous affirmerions », « tu t’arrêterais »,
« vous expliqueriez », « nous oublierions ».
Imparfait : « je finissais », « elle développait », « ils choisissaient », « vous pâlis-
siez », « nous oubliions ».

278
2. Conditionnel présent : « elle prétendrait », « nous boirions », « ils fondraient », « je
mentirais », « tu trahirais ».
Imparfait : « il peignait », « tu savais », « vous lisiez », « il plaisait », « nous buvions ».

3. Conditionnel passé : « il aurait changé », « je me serais battu », « vous auriez vu »,
« elles se seraient enfuies ».
Futur antérieur : « tu auras transformé », « j’aurai battu ».
Infinitifs correspondants : « changer », « transformer », « se battre », « voir », « s’en-
fuir », « battre ».

4. Fait imaginaire : « aurait fait », « aurait convaincu », « aurait pris ».


Doute : « saurais ».
Politesse : « serais obligée ».
Futur dans le passé : « éprouverais ».

Manipuler
5. La vie, là, serait facile, simple. Tous les problèmes qu’implique la vie matérielle
trouveraient une solution naturelle. Une femme de ménage serait là chaque matin.
On viendrait livrer, chaque quinzaine, le vin, l’huile, le sucre. [...] Ils ouvriraient leur
courrier, ils allumeraient une première cigarette. Ils sortiraient. Leur travail ne les
retiendrait que quelques heures. Ils se retrouveraient pour déjeuner, prendraient un
café puis rentreraient chez eux à pied.

Transposition des formes au passé :


Aurait été, auraient trouvé, aurait été, serait venu, auraient ouvert, auraient allumé,
seraient sortis, aurait retenus, se seraient retrouvés, auraient pris, seraient rentrés.

6. Transposition :
Le jeune homme qui avait rencontré le magicien ne savait pas qu’il ne ferait qu’un
rêve. Il croyait que la Fortune lui sourirait. Il était sûr qu’il deviendrait un célèbre chef
d’État. Il s’imaginait qu’il règnerait sur tous les rois. Mais il oubliait qu’il devrait payer
le prix de sa gloire au vieux magicien de Venise.
Temps à employer :
Dans les propositions subordonnées conjonctives complétives, on emploie le condi-
tionnel présent pour exprimer le futur dans le passé ; le verbe de la proposition su-
bordonnée relative reste à l’indicatif.

Écrire
Étude de la langue

7. On pourra proposer un travail d’abord oral en équipe de 2.


Exemple
Si je pouvais dormir, je ferais le tour du monde.
Si j’avais quatre pieds, je courrais beaucoup plus vite.
Si vous me donniez un éléphant, je lui apprendrais à chanter.
Si nous partions ensemble, nous ne reviendrions que dans 200 ans.

Étude de la langue 279


21. La voix passive p. 314

Corrigé des questions


Observons
1. C’est l’auxiliaire être.
2. étaient classés : classer ; sujet : nos adversaires • avaient été dépeints : dépeindre ; sujet :
ils • fut atteint : atteindre ; sujet : l’objectif • était menée : mener ; sujet : notre équipe.
3. Tous les participes passés sont accordés avec les sujets car l’auxiliaire est être.

Entraînement
Observer
1.
Voix active Voix passive
étant parvenus - nous étions restés - vous Il est connu - il sera bouleversé - ils sont
êtes arrivés - ayant acheté réunis - tu es saisie - elle a été choisie - qu’ils
soient réalisés - elles auront été traduites -

2.
Présent Futur Conditionnel Imparfait Passé
présent simple
vous êtes tu seras attaqué il serait averti elles étaient il fut allongé
exploités nous serons je serais écouté dites
elle est identifiée recommandés tu étais connu
j’étais applaudie

3. avait été prononcé 3e singulier, plus-que-parfait indicatif, passif prononcer


avait repris 3e singulier, plus-que-parfait indicatif, actif reprendre
décida 3e singulier, passé simple, actif décider
avait demandé 3e singulier, plus-que-parfait indicatif, actif demander
fut décidé 3e singulier, passé simple indicatif, passif décider
serait enlevé 3e singulier, conditionnel présent, passif enlever
ayant été prévenu participe passé, passif prévenir

Manipuler
4. Je fus étonné par la découverte que m’annonça un de mes amis ; c’est le senti-
ment qui est éprouvé en face des révélations du génie.

280
– Gardez-moi le secret, me dit mon ami en me quittant. J’ai trouvé pour ma décou-
verte un prospectus fort efficace. Les annonces des journaux ne sont jamais lues
attentivement. J’ai été inspiré par la modernité : mon nom sera inscrit sur le toit
de l’Opéra, pour être aperçu par tous les passants.
J’étais effrayé par son audace et admiratif.

5. Laurence et Guy seront proclamés demain les meilleurs trieurs de La Haie sous
Bois. Avant, leurs poubelles étaient remplies de déchets variés. Chez eux, le jus
d’orange était servi par Laurence dans des gobelets en plastique ; avant le goûter,
des serviettes en papier de couleur avaient été disposées sur la table par leurs
enfants.
Désormais, quand leurs camarades arriveront pour le goûter, ils seront accueillis
par des chevaliers du développement durable. A présent, les aliments sont stockés
dans des boîtes en verre par cette famille qui a choisi un comportement responsable.
Pour que tous, parents et enfants, soient décorés par le maire de la Médaille de la
Ville, il a fallu que la vie de la maison ait été repensée par chacun d’eux.

22. La forme pronominale p. 316

Corrigé des questions


Observons
1. Tous les pronoms se renvoient au sujet du verbe.
2. Utiliser.
3. L’agent de l’action n’est pas nommé. Ce n’est pas le sujet qui fait l’action. Le forme
pronominale a une valeur de passif : la porte fut fermée.

Entraînement
Observer
1. « nous nous promenions » - « qui s’anime » - « (qui) se transfigure » - « je me
servais » - « je m’arrêtai » - « je me dis ».

2.
Étude de la langue

Essentiellement Sens passif Sens réfléchi Sens


pronominaux réciproque
nous méfiant se jouait nous approchons nous étions donné
nous blottissons se prend te nourris se disputaient
se sont enfuis

Étude de la langue 281


3.
Forme verbale Personne Mode Temps
s’enfonçait 3 singulier
e
indicatif imparfait
s’élevant participe présent
s’élancer infinitif présent
m’assis 1re singulier indicatif passé simple
se sont réfugiés 3e pluriel indicatif passé composé
se passe 3e singulier indicatif présent
s’inquiète 3e singulier subjonctif présent
Manipuler
4. a. Ce texte se lit à voix haute.
b. Les œuvres de Maupassant se sont bien vendues en librairie.
c. Des accusations contre Duroy se sont murmurées à la Chambre.
d. Des ventes se sont faites régulièrement cet été.

5. a. s’ennuyer - s’appeler - s’imaginer - s’apercevoir.


b. • Personne ne s’ennuie en ville. - La circulation n’ennuie pas ceux qui en ont l’ha-
bitude.
• Comment vous appelez-vous ? - Après sa victoire, Rodrigue est appelé « le Cid ».
• Duroy s’imaginait déjà à la Chambre des Députés. - Il imaginait son triomphe après
son élection.
• Christian s’est aperçu que Roxane n’aime que sa beauté. - Il aperçoit Cyrano dans
la taverne.

282
V. Orthographe

23. Accords : adjectifs de couleur et mots composés p. 318

Corrigé des questions

Observons
1. « rez-de-chaussée » : nom – préposition – nom commun.
« demi-lune » : adjectif – nom commun.
« vert-bouteille » : adjectif – nom commun.
2. « pleins » : accord avec « yeux ».
« clairs » : accord avec « étalages ».
« vert-bouteille » : accord avec « enseigne ».
3. Marron et noir.

Entraînement
Observer
1.
Couleur pure Fruit ou plante Métal Pierre
noir prune bronze ardoise
jaune moutarde acier turquoise
vert chocolat argent sable
violet marron
indigo
paille
kaki

2.
Étude de la langue

Adjectifs variables Adjectifs invariables


rouge gris clair
jaune bleu horizon
vert jaune citron
bleu pâle
rose bonbon

Étude de la langue 283


3.
Deux adjectifs Adverbe + adjectif Mot terminé par -o ou
-i + adjectif
doux-amer tout-puissant franco-italien
sourd-muet ultra-violet anglo-normand
audio-visuel sous-marin
auto-adhésif
sous-jacent
bien-aimé
court-vêtu

4. « laisser-passer »

Manipuler
5. A. c. - B. b. - C. b. - D. a. - E. a.

6. a. tout-puissants d. audio-visuelles
b. douce-amère e. sourde-muette
c. sous-marines

7. a. camions-citernes f. arcs de cercle


b. tire-bouchons g. emballages-cadeaux
c. demi-finales h. chefs d’Etat
d. longueurs d’onde i. lieux communs
e. taille-crayons j. arcs-en-ciel

24. L’accord du participe passé p. 320

Corrigé des questions


Observons
1. « eu » • « anéanti » • « enchanté ».
2. « guidé » : épithète détachée, s’accorde avec « il ».
« achetée » : épithète de « pommade », s’accorde avec « pommade ».

284
Entraînement
Observer
1.
Sans auxiliaire Auxiliaire être Auxiliaire avoir
ouverte noyée bougé
assommés
alourdi
tenues

2.
Participe passé passif Accordé avec
descendus Zacharie et Jeanlin
chaussés leurs pieds
retombés le cabinet et la chambre
ouverts les yeux
épuisée femme

Manipuler
3. remis – poursuivi – dit – teint – contraint – vendu – joint – omis – oublié – rendu.

4. La famille travaillait pour la Compagnie des mines de Montsou, depuis la création ;


et cela datait de loin, il y avait déjà cent six ans. Son aïeul, Guillaume Maheu, un gamin
de quinze ans alors, avait trouvé le charbon gras à Réquillart, la première fosse de
la Compagnie, une vieille fosse aujourd’hui abandonnée là-bas, près de la sucrerie
Fauvelle. Tout le pays le savait, à preuve que la veine découverte s’appelait la veine
Guillaume, du prénom de son grand-père. Il ne l’avait pas connu, un gros à ce qu’on
racontait, très fort, mort de vieillesse à soixante ans. Puis, son père, Nicolas Maheu
dit le Rouge, âgé de quarante ans à peine, était resté dans le Voreux, […] le sang
bu et les os avalés par les roches. Deux de ses oncles et ses trois frères, plus tard,
y avaient aussi laissé leur peau. Lui, Vincent Maheu, qui en était sorti à peu près
entier, les jambes mal d’aplomb seulement, passait pour un malin.

Écrire
5. L’histoire de la basilique et de son cloître, il l’avait étudiée à fond. En quelle an-
née avaient été bâtis le chœur et l’abside, il vous l’eût dit précisément. La nef et les
Étude de la langue

chapelles latérales, il les avait explorées. L’âge de chaque pierre, il l’avait constaté.
Combien avait coûté la menuiserie des stalles, il l’avait calculé avec précision. Ce qu’il
avait fallu de temps pour poser la clef de voûte, il l’avait déduit.

Étude de la langue 285


VI. Lexique et outils d’analyse

25. Composition – Préfixes - Suffixes p. 322

Corrigé des questions


Observons
1. « affaibli » : af- • « renaître » : re- • « promener » : pro- • « amaigri » : a- • « ren-
voyer » : r-.
2. « souffrance » : -ance • « privations » : -tion • « terrible » : -ible • « possessions » :
-sion • « chirurgiens » : -ien.

Entraînement
Observer
1. fi – migr – défen – clam – lég – douc – ven – nom – plant – plac.

2.
Préfixe Radical
Bi- -ann-
In- -dign-
Dé- -daign-
Em- -port-
Auto- -discipl-
In- -oubli-
Re- a- -baiss-
Re- dé- -scend-
In- ac- -coutum-
Dis- pro- -portion-

286
3.
Radical Suffixe
Pesam- -ment
Parl- -oir
Corpul- -ence
Coif- -eur
Pierr- -ot
Campe- -ment
Press- -ion
Patin- -oire
Antiqu- -aire
Croust- -iller

4.
Préfixe Radical Suffixe
Sur- -hum- -ain
Dé- -nomin- -ation
a- -Scens- -ion
em- -ball- -age
é- -loc- -ution
anti- -coloni- -alisme
tri- -mestr- -iel
con- -front- -ation
dé- -ambul- -ateur
pro- -portion- -elle, -ment

5. a. poulailler b. pédiatre c. poirier d. plafond e. transport

Manipuler
6. nomination – parlement – recommandation – rayonnement – défiance – raillerie –
restaurateur – résistance – mouchoir – fleurette.

7. hivernal – orgueilleux – livresque – courageux – mortel – endimanché – vertueux.

8. coloré – décoloré
mobilisation – démobilisation
Étude de la langue

normal – anormal
propre – malpropre
content – mécontent
ordonné – désordonné
proportionné - disproportionné

Étude de la langue 287


9.
Mots Définitions
Épithète Adjectif qui vient se placer à côté d’un nom.
Contexte Texte qui entoure un mot ou une citation.
Antonyme Nom qui a le sens contraire d’un autre.
Polysémique Mot qui a plusieurs significations.
Transitif Verbe dont l’action passe du sujet à l’objet.
Subordonnée Proposition qui est soumise à une principale.

26. Reprises pronominales et nominales p. 324

Corrigé des questions


Observons
1. « il » = Robespierre • « celui-là » = Marat • « Lui seul » = Marat.
2. Les conspirateurs = « quiconque… étranger » • ses ennemis = « les conspira-
teurs » et « quiconque… étranger ».

Entraînement
Observer
1.
Mots repris Reprises Catégories
Maigret il (ph. 2-3) pronominale
quelques pêcheurs ils pronominale
deux agents de police de la ville un des policiers nominale
deux agents de police de la ville qui conduisaient un l’autre pronominale
prisonnier les trois hommes nominale
un prisonnier malfaiteur nominale
un prisonnier un colosse nominale
un prisonnier il pronominale
un prisonnier il pronominale
un prisonnier lui pronominale

Manipuler
2. Cyrano marchait dans la nuit noire à la rencontre d’un groupe de spadassins.
Ceux-ci l’attendaient devant la Tour de Nesle. Tout à coup, ils bondissent sur lui. Il les
charge, en estomaque deux, en empale un. Plusieurs le visent avec leur mousquet. Il
riposte en leur jetant des pavés.

288
3. a. résolution b. fantôme c. preux d. cité

4. a. costume b. Ville c. Troupe en déroute

Écrire
5. L’astre de la nuit : la lune.
Le beau sexe : les femmes.
L’or noir : le pétrole.
Le billet vert : le dollar.
Le septième art : le cinéma.
Les habits rouges : l’armée anglaise (litt. XIX).
L’île de beauté : la Corse.
L’astre du jour : le soleil.
La planète rouge : la planète Mars.
La langue de Shakespeare : l’anglais.

27. Le lexique des sensations, émotions, sentiments… p. 326

Corrigé des questions


Observons
1.
Vue Ouïe Toucher Odorat Goût
empourpré sonnait glacée
rutilant piquante
bouffi cinglant
Étude de la langue

blanche aigu
dure
sèche

2. « Saine » : perception agréable. • « qui fit pleurer ses yeux » : sensation désa-
gréable. • Le tout : mélange de sensations.

Étude de la langue 289


Entraînement
Observer
1.
Sensations Sentiments
douceur culpabilité
froid extase
humidité joie
légèreté nervosité
vertige orgueil
tristesse
hésitation

2.
Sentiments Manifestations
émotion presque calme
jalousie la révoltait
haine des larmes
mépris on pleure
tristesse

Manipuler
3.
Sentiment Définition
Nostalgie Regret du passé.
Sympathie Similitude de sentiments.
Mélancolie Tristesse vague sans cause clairement identifiable.
Sérénité État calme et paisible.
Jalousie Désir de posséder ce qu’a quelqu’un d’autre.
Euphorie Sentiment de très grand bien-être.
Compassion Capacité à partager la peine d’autrui.
Honte Sentiment d’humiliation due à sa propre infériorité.
Culpabilité Sentiment d’être coupable.
Remords Conscience d’avoir mal agi.

290
4. « Avoir du vague à l’âme » : mélancolie.
« Être dans ses petits souliers » : gêne.
« Être au septième ciel » : grand bonheur.
« Sortir de ses gonds » : colère.
« Se faire des cheveux blancs » : inquiétude.
« Voir rouge » : colère.
« Tomber des nues » : surprise.
« Avoir des sueurs froides » : peur.
« Regarder de haut » : mépriser.
« Rester de marbre » : impassibilité.

5. Quand il crut s’apercevoir que tout n’allait pas pour le mieux dans la meilleure
des républiques, il éprouva une douleur immense  ; il fit un autre rêve, celui de
contraindre les hommes à être heureux, même par la force. Chaque acte qui lui parut
blesser les intérêts du peuple excita en lui une indignation vengeresse. D’une
douceur d’enfant, il eut des haines politiques farouches. Lui qui n’aurait pas
écrasé une mouche, il parlait à toute heure de prendre les armes. La liberté fut sa
passion, une passion irraisonnée, absolue, dans laquelle il mit toutes les
fièvres de son sang. Aveuglé d’enthousiasme, à la fois trop ignorant et trop instruit
pour être tolérant, il ne voulut pas compter avec les hommes ; il lui fallait un gouver-
nement idéal d’entière justice et d’entière liberté.

28. Le lexique abstrait du jugement – La modalisation p. 328

Corrigé des questions


Observons
1. « secourable » : adjectif qualificatif > secours.
« charitable » : adjectif qualificatif > charité.
2. « Gentlemen ».
3. Lorsqu’il se montre charitable ou secourable et accomplit une bonne action, il n’en
attend pas de bénéfice personnel. Il est désintéressé.

Entraînement
Étude de la langue

Observer
1. « horrible goinfre » – « gourmand » – « gredin » – « canailles » – « révoltante » –
« empiffre-toi ».
2. • Le jugement du journal sur l’attitude de la Mairie : actions phares de sensibilisation =
le journal approuve l'attitude de la mairie.

Étude de la langue 291


• Le jugement de la Mairie sur le gaspillage : gâchis – aberration – gaspillage = la mairie
condamne le gaspillage alimentaire.

3.
Jugement Définition
Blâme Discours qui énonce des reproches.
Neutralité Attitude qui consiste à ne pas prendre parti pour ou contre.
Conviction Opinion fondée sur des preuves jugées suffisantes.
Certitude Attitude d’esprit de quelqu’un qui ne craint pas de s’être trompé.
Appréciation Estimation aboutissant à un jugement de valeur.
Avis Opinion résultant d’une réflexion, destinée à être communiquée.
Éloge Discours qui vante les qualités de quelqu’un ou quelque chose.
Hésitation Attitude d’esprit de quelqu’un qui craint de se tromper.
Scandale Événement ou conduite qui provoque l’indignation.

Manipuler
4.
Jugement favorable Jugement défavorable
célébrer aberrant
chef d’œuvre blâme
complimenter blondasse
conducteur chauffard
encenser critiquer
harmonie décrier
hommage dénigrer
il est heureux que il est regrettable
louange incohérent
vanter réquisitoire
taudis

Écrire
5. Modalisations : « vibrera d’émotions » • « fameux » • « euphorie » • « intelligent »
• « prometteur » • « superbement » • « splendide » • « respirent » • « simples » •
« sympathique » • « parfaitement ».

292
29. La situation d’énonciation – Le point de vue p. 330

Corrigé des questions


Observons
1. C’est le narrateur qui voit ce que fait le personnage et sait ce qu’il éprouve.
2. « Vous ne faites… voix. » : c’est un ouvrier qui parle.
3. C’est le narrateur qui parle. Cependant, le texte exprime ce que le jeune homme
voit, entend et sent. Les modalisateurs comme « sans doute » le font comprendre,
ainsi que les termes « crut », « effectivement », « s’agita » et « soudain ».

Entraînement
Observer
1. Les passages en gras relèvent d’un point de vue interne.
Deux mois s’étaient écoulés ; on touchait à septembre, et la fortune rapide que Duroy
avait espérée lui semblait bien longue à venir. Il s’inquiétait surtout de la
médiocrité morale de sa situation et ne voyait pas par quelle voie il es-
caladerait les hauteurs où l’on trouve la considération et l’argent. Il se
sentait enfermé dans ce métier médiocre de reporter, muré là-dedans à
n’en pouvoir sortir. On l’appréciait, mais on l’estimait selon son rang. Forestier
même, à qui il rendait mille services, ne l’invitait plus à dîner, le traitait
en tout comme un inférieur, bien qu’il le tutoyât comme un ami.

Manipuler
2. Hier, je suis parti de Marchiennes vers deux heures. J’ai marché d’un pas allongé,
grelottant sous le coton aminci de ma veste. Un petit paquet, noué dans mon mou-
choir à carreaux, m'a beaucoup gêné pour glisser au fond de mes poches les deux
mains à la fois. Pendant une heure, j’ai avancé ainsi, lorsque, sur ma gauche, à deux
kilomètres de Montsou, j'ai aperçu des feux rouges, trois brasiers brûlant en plein air.

3. Il faut supprimer tout ce qui ne peut pas être vu : pensées, interprétations…
Il ralluma sa bougie. Il se releva et se regarda dans la glace. Il restait debout en face
du miroir. Il tira la langue.
Il se retourna vers la couche.
Il passa dans son fumoir. Il prit un cigare, l’alluma et se remit à marcher. Il alla vers la
Étude de la langue

sonnette mais il s’arrêta, la main levée vers le cordon.

Écrire
4. Le jour tombait assez vite maintenant. Seul, le sommet des monts Gabilan flam-
bait encore, magnifique, aux derniers rayons du soleil qui avait quitté la vallée.

Étude de la langue 293


Soudain, un serpent ondula dans l’eau, la tête menaçante, dressée comme un
petit périscope. Les roseaux s'agitaient au fil du courant. Au loin, vers la grand-route
de Monterrey, un homme cria quelque chose d’une voix inquiète, et un autre
homme, sans doute pour le rassurer, lui répondit. Les branches des sycomores
remuaient sous une brise légère et douce, qui hélas s’éteignit immédiatement.

30. L’organisation du texte : les connecteurs p. 332

Corrigé des questions


Observons
1. à dix heures • le lendemain • enfin • vers une heure.
2. Mais : une contradiction.
En effet : le sens habituel est la conséquence : on peut dire conséquence ou modalisation.
Enfin  : pour finir. C’est un connecteur logique qui annonce le passage à une autre
partie, qui est la dernière partie. Il a aussi une valeur de modalisation.
3. Premier et : ainsi que, sens d’une addition. Et : alors.

Entraînement
Observer
1. • Adverbes et locutions : brusquement, peu à peu, tout à coup, d’ailleurs, puis, depuis
un instant.
• Groupes prépositionnels : depuis un instant, de derrière les coteaux, à gauche de la
porte.
• Conjonction de coordination : mais, et.
• Conjonction de subordination : quand.
2.
Connecteurs de Connecteurs spatiaux Connecteurs logiques
temps
le lendemain devant mais
à sept heures et demie à peine de toutes les rues et
déjà plus loin alors
aussitôt devant aussi
à cet instant mais
lorsque c’est pourquoi
quand
depuis un quart d’heure

294
Écrire
3. Du fait de la Révolution Industrielle du xixe siècle, les ouvriers ont construit leurs
maisons près de leur lieu de travail. Comme ces baraques étaient occupées par
beaucoup de gens, on les a comparées à des ruches. Mais, à cause de la fumée
des usines, le quartier est devenu un lieu malsain.
De plus, à la suite de l’immigration du xxe siècle, de nombreuses maisons sont de-
venues des hôtels. Or, en raison des faibles loyers, d’autres populations pauvres
s’y sont installées. C’est ainsi que sont nés les « cortiços ».
Le Préfet, parce qu’il avait compris le problème, a fait voter une loi pour améliorer
les conditions de vies. En conséquence, les propriétaires auraient dû assainir
leurs maisons. Pourtant, ils n’ont pas agi.

31. Les figures de style p. 334

Corrigé des questions


Observons
1. Son sang est le sujet. Cela évoque l’image d’un torrent rouge de sang répandu.
2. Cela rend le sang plus présent à l’imagination du spectateur. Cela permet aussi de
donner au mot sang plusieurs sens. Ce sang : cette famille, cette lignée, mais aussi :
ce combattant, ce guerrier.
3. Il signifie « colère ». C’est le sang qui est en colère (il « fume »).
4. Cela renvoie au palais royal, au pouvoir royal.
5. « Je l’ai trouvé mort ». L’expression a une valeur de litote.

Entraînement
Observer
1.
Comparaison Métaphores Personnifications Hyperboles
Étude de la langue

comme des bijoux couronnes un peu noyée mille clochers


géants héraldiques coiffées la plus haute qui
peuple gothique tout le peuple gothique soit au monde
aiguille soufflaient leur haleine
leurs frères noire

Étude de la langue 295


2.
Comparaison Métaphores (personnifications) Hyperbole
pareil à l’ogre des le colosse dont les épaules menacent
contes pris de honte et de répugnance de faire craquer les nuages
il était né
il avait plus tard égorgé,
tourner le dos
sa face de parvenu
il s’était engraissé

Image donnée : démesure et gigantisme du grand magasin, dévoration du vieux quar-


tier par le magasin neuf.

Manipuler
3.
Comparé Comparant Outil de Point de
comparaison rapprochement
l’étranger un ange comme la beauté
un ange tombé comme la beauté
ce regard et ce glaçaient le froid
sourire
l’effroi on éprouve en se qu’ le vertige
penchant sur un
abîme
Une grâce scélérate, celle du tigre… sa comme méchanceté et grâce
une langueur perfide proie
Il charmait du serpent… l’oiseau à la façon du fascination
dangereuse

4.
a. Ce garçon-ci n’est pas sot. ➞ Il est intelligent.
b. Tu n’as pas fait une mauvaise affaire. ➞ Tu as fait une bonne affaire.
c. Ce n’est pas gagné ! ➞ Ce sera difficile à réaliser.
d. Tu n’as pas tort. ➞ Tu as tout à fait raison.
e. Ce film n’est pas inintéressant. ➞ Ce film mérite d’être vu.
f. Ils ne font pas dans la dentelle. ➞ Ils agissent vigoureusement.

5.
a. Surtout ne te presse pas ! ➞ Alors qu’il faut se dépêcher.
b. Continuez comme ça ! ➞ Alors qu’il faut vite changer de méthode.

296
c. Ne vous gênez surtout pas ! ➞ Alors que quelqu’un se comporte sans gêne.
d. J’ai toujours aimé la bêtise… ➞ Alors qu’on a affaire à un sot qu’on déteste.
e. Vous n’êtes pas sans connaître son grand courage. ➞ Vous savez comme il est
poltron.

Étude de la langue

Étude de la langue 297