Vous êtes sur la page 1sur 7

Le nouveau système de management pour la santé et sécurité au travail

1. Introduction
En 2016, une nouvelle norme ISO verra le jour: ISO 45001 Cette norme constitue
l’aboutissement des évolutions parallèles de trois grands courants:
• Le courant des approches législatives
• Le courant des approches conceptuelles en SST
• Le courant des systèmes de management ISO Le contenu de la norme est connu dans ses
grandes lignes La structure de haut niveau (« HLS ») favorisera la gestion intégrée Qualité,
Environnement, Santé et sécurité
Pour retracer un peu le contexte de l’évolution des Système de Management quand on parle de
la qualité on pense à la dernière norme qui est l’ISO 9001 de 2015, quand on parle
d’environnement, on pense à l’ISO 14001 de 2015 et pour revenir à ce qui nous concerne la
sécurité on a la BS 8800 qui est un guide d’amélioration de la sécurité au même temps que
l’OSHAS 18001 apparu en 2007 et ILO qui est l’OI du travail qui établit un guide en 2001 avec
une orientation plus vers le travailleur, également vers la sous-traitance et les objectifs. L’ILO
a eu une grande influence pour la mise en place de l’ISO 45001. En fait, pour synthétiser un
peu l’OHSAS 18001 avec les exigences de l’ILO de 2001 deviendront la norme 45001. Toutes
ces normes ont une structure commune qui est l’HLS pour permettre l’intégration.
 ISO 9001:2015, Système de management de la qualité-exigences
 ISO 14001:2015, système de management environnemental Exigences et lignes
directrices pour sont utilisation
 ISO 45001: 2016, système de management de la sécurité et de la santé au travail-
Exigences avec directive d’utilisation
La Norme ISO 45001 est la première Norme Internationale proposant un cadre pour le
Management de la Santé et Sécurité au Travail (SST). Elle conduit à développer une culture
de la prévention, contrairement à l’OHSAS 18001 qui était plutôt orientée vers la résolution
des problèmes constatés, et positionne la SST comme un enjeu stratégique pour la direction de
l’entreprise.
Bénéficiant de l’expérience de normes existantes (OHSAS 18001 et ILO OSH 2001), cette
nouvelle norme vise à satisfaire les exigences légales mais surtout à améliorer les
performances des organisations en matière de :

 Préservation de la santé physique, psychologique et mentale des travailleurs, maîtrise


des risques, protection de l’apparition de traumatismes et/ou pathologies ainsi que la
mise à disposition de lieux de travail sûrs et sains.
La perspective d’une Norme ISO sur les Systèmes de Management de la Santé et Sécurité au
Travail a été envisagée dès les années 2000 sous l’impulsion du British Standards Institution
(BSI) (les Britanniques ont publié une première norme de SMS&ST en 1996 : BS 8800). Mais
plusieurs votes au sein de l’ISO ont d’abord été négatifs (une des raisons était la disponibilité
et la légitimité du référentiel international ILO-OSH publié par l’OIT -Organisation
internationale du travail - en 2001).
Finalement en 2013, un nouveau vote est positif et l’ISO s’engage dans l’élaboration de son
propre référentiel de SMS&ST. Le projet fait même l’objet d’un accord de coopération entre

1
l’OIT et l’ISO (accord qui se terminera par une certaine tension entre ces deux organismes).
Le développement de la Norme ISO 45001 s’est ensuite poursuivi comme suit :

Tableau 1 - Développement de la Norme ISO 45001


Le comité de projet ISO/PC 283, fondé pour l’élaboration de la Norme et composé de 71
Octobre 2013 membres participants et 19 membres observateurs, rédige un premier projet de travail
(working draft). Dans ce projet, le nom « ISO 45001 » est alors adopté et la structure
cadre High Level Structure (HLS) est définie pour structurer l’élaboration de la Norme.
Juillet 2014 Le groupe de travail transmet un premier Committee Draft (avant-projet) aux organismes
nationaux de normalisation.
Février 2015 Le groupe de travail publie un deuxième Committee Draft révisé, qui est à son tour
examiné par les organismes nationaux de normalisation.
Novembre Après un consensus sur le deuxième Committee Draft, l’ISO/PC 283 publie le premier
2015 Draft International Standard.
Comme 28 % des comités nationaux de normalisation rejettent le premier projet de
Juin 2016 norme volontaire (DIS ou Draft International Standard), la réunion internationale du
groupe de travail ISO 45001 à Toronto décide de l’amender.
Juillet 2017 Le Draft International Standard amendé sera soumis à discussion.
Lors d’une réunion en Malaisie, les dernières questions en suspens dans le deuxième
Septembre Draft International Standard sont discutées et résolues. La majorité claire vote ensuite en
2017 faveur de l’adoption du projet.
Novembre Le comité publie le Final Draft International Standard (FDIS).
2017
Janvier 2018 Le projet final a été confirmé par 93 % des voix.
Mars 2018 Le 12 mars 2018, la version anglaise de la nouvelle norme pour la sécurité au travail est
publiée sous le nom « ISO 45001:2018 » dans son intégralité.

2. A propos de l’ISO 45001


2.1.Les avantages de la norme ISO 45001
ISO 45001 permet aux organismes de mettre en place un Système de Management de la
Santé et de la Sécurité au Travail (S&ST) qui les aidera à mieux gérer leurs risques en
matière de S&ST et à améliorer leur performance dans ce domaine par l’établissement et la
mise en œuvre de politiques et d’objectifs efficaces. Les avantages potentiels découlant de
l’application de la Norme incluent:
 Une réduction des événements indésirables sur le lieu de travail ;
 Une baisse de l’absentéisme et du taux de rotation des effectifs, permettant une
plus grande productivité ;
 Une réduction du coût des primes d’assurance ;
 La création d’une culture de la santé et de la sécurité encourageant les employés à
jouer un rôle actif pour leur propre S&ST ;
 Un engagement accru de la direction à améliorer de façon proactive la
performance en matière de S&ST ;
 La capacité à respecter les obligations légales et réglementaires ;
 Une amélioration de l’image de l’organisme ;
 Une hausse du moral du personnel

2
2.2. La norme ISO 45001 pour améliorer les performances de l’entrprise
La Norme spécifie que les risques liés à la santé et à la sécurité au travail doivent être gérés et
maîtrisés, et la démarche du Système de Management de la Santé et de la Sécurité au Travail
doit elle-même être axée sur les risques, pour assurer :
a) Son efficacité ;
Et
b) Son amélioration continue
Permettant le suivi de l’évolution constante du «contexte» de l’organisation. Cette approche
axée sur les risques, qui correspond au mode de gestion des autres risques liés aux activités
des organisations, favorise l’intégration des exigences de la Norme dans les processus de
gestion d’ensemble.
2.3.Pourquoi l’ ISO 45001 ?
- Savoir identifier ses risques :
S’engager dans un système de gestion de la SST selon l’ISO 45001, c’est adopter une posture
préventive, et non curative. L’objectif est être en mesure d’identifier les situations
susceptibles de représenter un danger pour les travailleurs, et ce avant qu’un événement
dramatique ne survienne. Ainsi, la norme invite à être proactif et à prévoir les
mesures appropriées pour protéger les travailleurs (TMS, RPS, maladies professionnelles…)
mais également l’entreprise.
- Réduire l’accidentologie et les coûts associés :
En mettant en place des mécanismes robustes et efficaces, il est possible d’éviter de nombreux
incidents. La Norme ISO 45001 poussant à améliorer ses performances dans le temps,
l’entreprise ne pourra que constater la réduction du nombre d’accidents au travail, ainsi que la
diminution des coûts directs (cotisation AT/MP) et indirects (perte de production,
remplacement, réparations matérielles, poursuites judiciaires, dégradation de l’image de
marque) assumés par l’entreprise. Ainsi, les entreprises qui investissent dans le Management
de la Sécurité voient leur turnover divisé par trois et leur absentéisme baissé de 25 %2.
- Provoquer une prise de conscience collective :
ISO 45001 fournit les premiers éléments d’une démarche participative en demandant à la
direction d’avancer de concert avec tous les travailleurs pour améliorer les conditions de
travail, rendre les lieux de travail plus sûrs et diminuer les risques. S’obliger à poser ce type
de questions, c’est susciter nécessairement une prise de conscience collective au sein de
l’entreprise.
- Adopter une démarche simplifiée :
Finis les procédures et enregistrements obligatoires, c’est désormais aux équipes de
déterminer leurs propres moyens et outils de fonctionnement, adaptés à leurs besoins. ISO
45001 adopte la structure-cadre commune (HLS) à toutes les nouvelles normes ISO.

3
Ce type de structure déjà en place notamment au niveau d’ISO 9001 et d’ISO 14001 facilite
l’intégration d’ISO 45001 en tant que nouvelle norme internationale aux autres systèmes de
management. Pour les entreprises déjà certifiées ISO 9001 et/ou 14001, elles bénéficient déjà
de la structure des nouvelles normes de système de management. La mise en place d’un
système de management intégré QSE n’en sera donc que facilitée.
- Améliorer votre image de marque et préserver votre réputation :
Réduire le nombre de tragédies et améliorer les conditions de travail participe à une meilleure
qualité de vie au travail et, donc, à une meilleure image de marque employeur.
Une meilleure gestion des risques réduit l’absentéisme, la rotation du personnel ou les
perturbations de la production et favorise donc la confiance accordée par les clients.
Enfin, l’adoption d’un référentiel international est un critère positif pour les clients attachés
aux principes de responsabilité sociétale et au devoir de vigilance.
3. La structure de l’ISO 45001
La Norme ISO 45001 suit la structure dite de base - structure HLS -également appliquée à
d’autres normes de systèmes de management ISO, telles que ISO 9001:2015 ou ISO
14001:2015.
La Norme ISO 45001 est structurée suivant les 10 chapitres ci-après imposés par la structure
HLS :

Figure 1 – Structure et contenu de la Norme ISO 45001

4
3.1. L’essentiels de la Norme ISO 45001
 Contexte de l’organisme > §4 :
Afin de mieux appréhender son environnement de travail, l’organisme doit savoir identifier
les aspects significatifs internes et externes qui peuvent influer favorablement ou
défavorablement sur son organisation.
 Travailleurs et autres parties intéressées > §4.2 :
ISO 45001 invite à réfléchir sur les acteurs de son écosystème qui pourraient influer sur ses
activités ou être influencés par ces dernières. Il convient de les identifier et de prendre en
compte leurs besoins et attentes comme des exigences auxquelles le Système de
Management de la Santé et Sécurité au Travail (SMSST) doit se conformer.
 Leadership et culture SST > §5.1 :
La mise en place de l’ISO 45001 est une démarche volontaire qui suppose un engagement
fort de la direction. Son rôle est de s’assurer que le SMSST est compatible avec la stratégie
d’entreprise, définir les rôles et responsabilités ainsi que promouvoir une culture favorable
à la santé et sécurité au travail de chacun.
Selon la Norme, la direction assume également la pleine et entière responsabilité de la
prévention des traumatismes et pathologies liés au travail. Les travailleurs faisant des
remontées de situations dangereuses doivent également être protégés.

 Consultation et participation des travailleurs > notions présentes dans tous les
§5.4 :
Les travailleurs sont au centre de la démarche SST. Les exigences en matière de consultation
et de participation des travailleurs sont fortement détaillées, notamment en ce qui concerne
l’établissement et la mise en œuvre du SMSST (travailleurs encadrants et non encadrants),
leur consultation pour la remontée d’information et leur participation aux prises de décision.
 Dangers, risques et opportunités > §6.1 :
Sur la base du contexte général de l’organisme et des exigences des parties intéressées, la
norme incite à identifier les dangers et évaluer les risques et opportunités pour la SST et le
SMSST. L’organisme doit ensuite définir les actions à mettre en œuvre pour maîtriser et
réduire ses risques et favoriser ses opportunités afin d’améliorer sa performance en SST.
 Planification et maîtrise opérationnelles > §8.1 :
Les exigences concernent tant les lieux de travail intra-entreprises qu’interentreprises, la
hiérarchie des mesures de prévention, le pilotage du changement, les achats, les fournisseurs
et l’externalisation. L’organisme doit garder la maîtrise des fonctions et/ou processus
externalisés, que cela touche un fournisseur, un sous-traitant, des intervenants extérieurs,
les organismes de formation, la médecine du travail… afin de garantir leur conformité au
Système de Management de la SST défini.
 Évaluation des performances et évaluation de la conformité > §9.1 :
La surveillance, la mesure, l’analyse et l’évaluation de la performance doivent être définies
et mises en œuvre au regard des exigences légales, des dangers, des risques et opportunités,
de l’effectivité/efficacité du SM et des progrès vers l’atteinte des objectifs SST. Ces
dispositions permettent à chaque organisme d’évaluer sa conformité aux exigences légales
et autres exigences applicables.

5
 Revue de Direction > §9.3 :
La revue de direction prend en considération l’ensemble des évolutions de la Norme :
contexte, besoins et attentes des parties intéressées, risques et opportunités, participation et
consultation des travailleurs, etc.
 Événements indésirables, non-conformités et actions correctives > §10.2 :
La notion d’«actions préventives» est remplacée par l’«approche risque».
Le processus de gestion des événements est plus détaillé. ISO 45001 demande de réagir aux
incidents et non-conformités mais aussi d’examiner l’effectivité/efficacité de toute action
mise en œuvre après évaluation et analyse des évènements avec les travailleurs et
l’implication d’autres parties intéressées pertinentes.
Le tableau suivant résume les sujets les plus importants de la Norme ISO 45001 :
Tableau 2 - Les sujets les plus importants de la Norme ISO 45001

Le contexte d’une entreprise ou d’une organisation dépend de divers


facteurs tels que la taille, le secteur d’activité ou la structure et les
Contexte de l’organisation changements continus (besoins des clients, changements matériels,
(Chapitre 4) etc.). Cependant, tout comme les attentes et les exigences des
employés, il doit être connu de toutes les parties intéressées à tout
moment afin de planifier et d’établir un SMSST (Système de
management de la santé et de la sécurité au travail).
La direction (leadership) doit jouer et démontrer un rôle de premier
Leadership et engagement de plan dans la réalisation, la mise en œuvre et l’amélioration continue
la direction et participation du SMSST. La conformité à la norme ISO 45001 exige également
des travailleurs l’identification des rôles, responsabilités et pouvoirs de la direction
(Chapitre 5) du SMSST et enfin intègre la consultation et la participation des
employés.
Le chapitre 6 de la nouvelle norme ISO pour la sécurité et la santé
au travail traite des obligations de planification : d’une part, il est
Planification question de la formulation concrète des objectifs des SMSST y
(Chapitre 6) compris la planification et la manière dont ils peuvent être atteints
(par exemple : élimination des risques, acquisition d’équipements
de protection, etc.). D'autre part, les entreprises devraient également
définir des mesures pour faire face aux risques et opportunités.
La norme ISO 45001 décrit les exigences en matière de ressources
matérielles et immatérielles nécessaires pour la mise en œuvre des
mesures des SMSST. Il s’agit, par exemple, des points de
Support compétence, de communication, de sensibilisation (les objectifs et
(Chapitre 7) les possibilités du SMSST doivent être clairs pour toutes les
parties : les travailleurs doivent être sensibilisés pour exercer leur
droit de retrait notamment) et de documentation (preuve de
l’efficacité des structures du SMSST).
Le chapitre « réalisation des activités opérationnelles » traite de la
planification de l’exploitation et de la mise en place des structures
Réalisation des activités de sécurité. Il s’agit ici de jeter les bases d’une utilisation sûre des
opérationnelles équipements, systèmes, matériaux, etc. et de communiquer les
(Chapitre 8) exigences d’utilisation ainsi que les mesures de protection et de

6
précaution. La gestion des situations d’urgence est également
abordée.
Le but de l’évaluation du rendement est de mesurer le succès ou
l’efficacité des objectifs et des engagements définis dans le SMSST
: il s’agit, par exemple, d’analyser si les exigences ont été
Évaluation des performances satisfaites, si les risques ont été minimisés, si les structures et les
(Chapitre 9) processus en matière de sécurité et de santé sur le lieu de travail en
général ont été améliorés ou si les mesures du système de
management SST prennent effet comme souhaité. La norme ISO
45001 prévoit des audits internes, y compris l’évaluation de la
gestion.
À la fin du cycle PDCA se trouve « Act », qui se trouve également à
la fin dans la nouvelle norme pour la sécurité au travail. Après
Amélioration l’évaluation des performances du SMSST, la tâche d’une
(Chapitre 10) organisation ou d’une entreprise consiste à prendre les mesures
correctives ou d’amélioration appropriées. Dans le sens de
l’exigence d’optimisation continue le cycle recommence (avec la
planification).

Les trois premiers chapitres traitent, comme d’habitude pour les Normes ISO, du champ
d’application, des références normatives (références à d’autres ensembles de règles) et des
termes et abréviations relatifs à la Norme (par exemple, SMSST). Dans l’annexe, les
entreprises reçoivent des instructions sur la façon d’utiliser l’ISO sur la santé et la sécurité
au travail.
4. Quatre grands principes de la Norme ISO 45001:
ISO 45001 est ainsi fondée sur Quatre Grands Principes :
 P1 : Amélioration continue selon le PDCA, permettant d’avoir une méthode structurée
et de mettre en œuvre les solutions les plus adaptées et pérennes pour organiser les
activités et résoudre les problèmes.
 P2 : Approche processus afin d’obtenir de manière plus efficace et efficiente les
résultats attendus.
 P3 : Pilotage par les risques (et opportunités) pour contribuer à la maîtrise des activités
et réduire les impacts et effets indésirables.
 P4 : Principes généraux de prévention européens selon la directive cadre de 1989
(89/391/CEE).