Vous êtes sur la page 1sur 12

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l'Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche


Direction de la Formation,de la Recherche et de la Vulgarisation

INSTITUT TECHNIQUE DES GRANDES CULTURES

Comment réussir votre


désherbage chimique
des céréales ?

ITGC -2015
INTRODUCTION
Parmi les opérations culturales permettant une augmentation certaine des
rendements, le désherbage chimique des céréales est de toute importance
pour l'intensification. En effet, la chute de rendement des céréales attribuée
à la nuisibilité des mauvaises herbes est estimée annuellement entre 30 et
40%, voire 50%, au niveau de certaines zones de production.
L'opération de désherbage, bien qu'elle soit impérative, est souvent non
réalisée par les agriculteurs pour diverses raisons (matériel, manque de
connaissance...).
Pour cette raison, cette brochure a été réalisée, afin de sensibiliser les
agriculteurs sur l'intérêt du désherbage et sur l'importance des conditions
d'application. Il faut, non seulement, intégrer le désherbage dans l'itinéraire
technique des cultures céréalières, mais lui donner aussi une attention
particulière avant et pendant son exécution. Ceci est d'autant plus nécessaire
en sachant que la période d'intervention est limitée dans le temps.

POURQUOI DESHERBER ?
Les essais menés par l'ITGC, en milieu producteur, ont montré qu'il est
certain d'augmenter le rendement des céréales d'un gain moyen de 10 q/ha
en appliquant le désherbage dans les conditions requises.

Effet du désherbage sur le rendement du blé (essais FDPS/ITGC, 2013/2014)


q/ha
50 +28
45 +11
40
35
30 +16 T0 (non
25 +16 désherbé)
20
15 T1 (désherbé)
10
5
0
Oued Smar Guelma El Khroub Tiaret

Le rendement des cultures de blé désherbé est


fortement supérieur à celui du blé non désherbé.

2
Les mauvaises herbes sont nuisibles aux cultures parce qu'elles affectent la
production et la qualité des récoltes en induisant les effets suivants :

✓ une concurrence de la culture en place vis-à-vis de l'eau, des


éléments nutritifs, de l'espace et de la lumière ;
✓ une dépréciation de la qualité du produit de la culture (présence
d'impuretés, goût et odeur désagréables…) ;
✓ une prédisposition à servir d'hôtes pour les insectes et parasites,
nuisibles à la culture en place ;
✓ une cause de refus au champ et au laboratoire pour la culture
destinée à la multiplication de semences.

Ainsi, la réussite du désherbage vous garantit :

Une augmentation de votre production

L’obtention d'un produit de bonne qualité

L’amélioration de votre revenu

COMMENT DESHERBER ?

Il est utile de savoir que la lutte


chimique est d'autant plus efficace et
plus économique que si elle
complète la méthode culturale. En
effet, la lutte chimique consiste à
détruire les adventices par
l'application d'un traitement
herbicide sur la culture mise en
place, après qu'une partie ait été
éliminée par la méthode culturale
(précédent, travail précoce de la jachère...).
Le succès d'une telle opération dépend de la période d'intervention et des
conditions d’application qui demandent de la précision et du savoir-faire.
3
COMMENT CHOISIR VOTRE HERBICIDE ?

Mise à part l’espèce de la culture, le choix de l'herbicide est fonction :

1. de la nature des adventices à éliminer (monocotylédones et


dicotylédones) ;

2. du stade d'intervention sur l'adventice ;

3. du coût de l'opération à l'hectare.

1.Connaître les adventices pour mieux les maîtriser

L’utilisation des herbicides est raisonnée en fonction du type de mauvaises


herbes présentes et du taux d’infestation caractérisant la parcelle de culture.
Il est important de savoir les identifier au stade plantule et de les classer en
monocotylédones ou dicotylédones.

 Les monocotylédones
Elles se caractérisent par un cotylédon dans la graine et leur
cycle se termine par un épi (le stade plantule prête à confusion
avec la céréale cultivée).

 Les dicotylédones
Elles se caractérisent par deux cotylédons dans la graine et de
larges feuilles à la levée ; leur cycle se termine par une fleur.

Comme, on peut trouver les deux groupes de mauvaises


herbes(monocotylédones et dicotylédones) dans la même parcelle.

2. Cibler la période du désherbage

Plus l'application est précoce, plus l'efficacité du désherbage est élevée. Il


est recommandé de détruire les mauvaises herbes lorsqu'elles sont au stade
plantule.

4
Effet de la période d'application du désherbage sur le rendement du blé
q/ha
25
Désherbage à 3-4
20 feuilles
15 Désherbage au
10 tallage

5
0
Tiaret Sétif Beni Slimane Oued Smar

La phase de sensibilité maximale de la culture des céréales se situe entre


le stade début tallage et début montaison, c’est pour cette raison qu’il faut
procéder au désherbage précoce, dès le stade 3 feuilles.

Levée 3 feuilles Tallage

Désherbage

Une application assez précoce, au stade 3 à 4 feuillesde la culture, est


recommandée pour un désherbage efficace. Toutefois, à cause des
conditions climatiques défavorables, on peut prolonger le désherbage, au
plus tard, jusqu'à la fin tallage.

5
3. Coût moyen du désherbage

Le coût du désherbage chimique est évalué en fonction du prix de


l'herbicide et des frais d'application (matériel, main-d'œuvre). Les charges
liées au désherbage du blé sont estimées, en moyenne, à 5000 DA/ha
(application d'un anti-monocotylédones et d'un anti-dicotylédones). Etant
donné que le prix d’un quintal de blé est de 4500 DA pour le blédur et de
3500 DA pour le blé tendre, le désherbage apporte donc un bénéfice, d’au
moins, 12500 DA/ha pour un gain minimum de rendement de 5 q/ha.

Marge bénéficiaire induite par le désherbage de blé tendre (DA/ha)

Cout du
désherbage
5000 DA/ha

Bénéfice Bénéfice
moyen minimum
10 q/ha 5 q/ha de
30000 12500
DA/ha de gain gain
minimum DA/ha
moyen

Il est plus économique de choisir les herbicides polyvalents (pour


contrôler les deux groupes de mauvaises herbes en une seule
intervention).

6
COMMENT RÉGLER VOTRE PULVÉRISATEUR ?
Le pulvérisateur est composé d'une cuve, d'une pompe, d'un régulateur de
pression, d’un manomètre, d'une rampe et de buses. L'application
d'herbicide nécessite aussi des équipements accessoires de sécurité (gants,
lunettes de protection, etc.).
Il est impératif de régler minutieusement votre pulvérisateur, afin
d'assurer une destruction efficace des adventices.

Pour procéder au réglage du pulvérisateur, vous devez prendre


en considération les aspects suivants :

 le bon fonctionnement de la pompe :


- la pression de la pompe du pulvérisateur ;
 le choix approprié des buses (buses à jet plat ou à miroir) :
- l’état des buses de la rampe ;
- le débit fixé à la sortie de la rampe à buses ;
 la hauteur de la rampe par rapportau sol ;
 l'état de la tuyauterie ;
 le bon fonctionnement du manomètre ;
 le bon fonctionnement du tachymètre de votre tracteur ;
 la vitesse d'avancement du tracteur ;
 le débit de la buse pour calibrer le pulvérisateur ;
 Pour plus de détails, consultez l'abaque n°5 " le réglage du
pulvérisateur " (ITGC, 2013).
7
Exemple pratique

1 - Comment calculer le débit de la buse pour


calibrer votre pulvérisateur ?
Supposons que vous devez traiter un champ de blé
pour un volume de 300 l/ha et que vous possédez
un pulvérisateur avec une rampe de 9 m, muni de 18
buses et un tracteur qui parcourt une distance de 80
m en une minute (la vitesse).
Calcul du débit de la rampe (D) :

Volume/ha x Vitesse (m/mn) x Largeur (m)

Débit (D) =
10.000 m²

300 (l/ha) x 80 (m/mn) x 9 (m)


D (l/mn) =
10.000 m²

D (l/mn) = 21,6 l/mn

Cependant, le débit de la rampe ramené à une buse sera de :

21,6 l/mn
Débit/buse = =1,2 litre/buse/minute
18

Recueillir le débit d'au moins 3 buses pendant 60


secondes et vérifier que celui-ci correspond à vos calculs.

Si le débit réel des buses ne correspond pas au débit escompté, il


faudra agir sur la rampe et/ou sur la pression de la pompe.

8
2 - Comment calculer le volume de la bouillie ?

Supposons que vous devez


appliquer une bouillie 300 l/ha
et que vous disposez de :

Un pulvérisateur, muni Un produit herbicide


d'une cuve de 600 litres dont la dose à l’hectare
de capacité avec un est de 5 kg (ou de 5
volume à pulvériser de litres).
300 litres.

Bouillie = herbicide + eau

La dose du produit à
mélanger dans votre cuve
sera de :

600L x 5 L (ou kg)/ha de produit


Dose = =10L(ou kg)
300 L

Dose=10 litres (ou kg)

Cependant vous devez savoir que cette quantité vous permet de


traiter 02 hectares à raison de 300 litres de bouillie par hectare.

9
Pour réussir le désherbage chimique
il est recommandé de respecter les conditions suivantes :

De manière à ce que le jet soit


Bien régler le pulvérisateur
homogène et vaporisant. Régler
le débit de la buse et la pression
de pulvérisation.
Actionner l'agitateur de
l'appareil de traitement avant Afin de s'assurer de l'épandage
et pendant le traitement d'une bouillie homogénéisée.

Par temps stable, à une


température comprise entre 10 et
Epandre sous conditions 15° C et une hygrométrie
climatiques favorables élevée(+ de 60%).

Arrêter le traitement en Pluie, vent, température


conditions défavorables excessive

Le surdosage provoque la
Epandre la dose prescrite par phytotoxicité de la culture et le
fabricant sous-dosage favorise la
résistance des adventices.

N'utiliser pas chaque année le Afin d'éviter le phénomène de


même produit, changer les résistance des adventices aux
familles d'herbicides. herbicides

En absence d'herbicide Le mélange des deux herbicides


polyvalent, intervenir en n’est pas toujours efficace, où
premier lieu contre les l'anti-monocotylédones perd de
monocotylédones et après 10 l'efficacité.
jours contre les dicotylédones.

Un 2e traitement au printemps Si les adventices persistent,


est parfois nécessaire. comme la folle avoine, le
chardon ou les renouées.

La meilleure des stratégies d'un désherbage efficace est


de combiner les deux luttes (mécanique et chimique)

10
Monocotylédones Dicotylédones

Quelques principales

MAUVAISES HERBES
Folle avoine Faux fenouil

des
céréales d’hiver
en Algérie
Coquelicot

Brome

Chardon

Phalaris

Moutarde des champs

Chrysanthème
Orge des rats
2

11

Ray-grass Fumeterre
INSTITUT TECHNIQUE DES GRANDES CULTURES

Pour toute information complémentaire, consultez nos


publications ou adressez-vous à l’une de nos Fermes de
Démonstration et de Production de Semences,
la plus proche de votre zone.

Document de vulgarisation, tiré en 3000 exemplaires.


Distribution gratuite. DFRV 2015.

ITGC - 2015.
Réédition de la version 2006.
Brochure actualisée par:
Amrani R. et Guefifa M.

ITGC.BP. 16 El-Harrach 16200 Alger


Tél. /Fax: (023) 82 8553 / 54
www.itgc.dz

12