Vous êtes sur la page 1sur 4

AUDIT !

COMMENT GARANTIR
L’INDEPENDANCE ?
Les incidents financiers ayant eu lieu dans de nombreux pays du monde n’ont pu exclure le Maroc
des contrées dont le renforcement des mécanismes de gouvernance constitue la clef de voute de
performance. En effet, le renforcement de ces mécanismes consiste non seulement en la création
des instances de gouvernance au sein des organisations, mais encore, en la préparation d’un bon
cadre de travail leur permettant d’exercer leur rôle dans les meilleures conditions d’impartialité et
d’indépendance. C’est dans cette optique que cet article tâchera à présenter de manière explicite les
mesures à devoir adopter pour une indépendance plus réaliste de deux principales instances de
gouvernance, à savoir : l’audit interne et l‘audit légal.

Qu’est-ce que l’indépendance?


-Le rapport d’audit qui accompagne le jeu d’états financiers d’un émetteur assujetti est utile au
lecteur pour autant qu’il donne un point de vue objectif, sans parti pris et impartial du résultat des
activités financières de l’entreprise.

Selon le Code de l’IESBA, l’indépendance recouvre :

 L’indépendance d’esprit L’état d’esprit qui permet au professionnel d’exprimer une


conclusion sans être affecté par des influences susceptibles de compromettre son jugement
professionnel, lui permettant ainsi d’agir avec intégrité et de faire preuve d’objectivité et
d’esprit critique.
 L’indépendance en apparence La nécessité d’éviter les faits et circonstances qui seraient si
significatifs qu’un tiers raisonnable et informé, mesurant tous les faits et circonstances
spécifiques, jugerait que l’intégrité, l’objectivité ou l’esprit critique d’un cabinet ou d’un
membre de l’équipe d’audit ont été compromis.

Il existe diverses menaces à l’indépendance de l’auditeur, dont les suivantes :

les menaces liées à l’intérêt personnel — lorsque l’auditeur peut tirer profit d’une relation (par
exemple, lorsqu’il détient un intérêt financier direct ou indirect);

les menaces d’autorévision — lorsque l’auditeur pourrait réviser son propre travail (par exemple,
la tenue de comptabilité);

les menaces liées à la représentation — lorsque l’auditeur est en position de faire valoir le point
de vue ou l’opinion de l’entreprise auditée (par exemple, lors de prestations juridiques); les menaces
liées à la familiarité — lorsqu’une relation de longue date et possiblement étroite pourrait créer un
lien bienveillant entre l’auditeur et la direction, de manière à engendrer un risque que l’auditeur
devienne trop complaisant à l’égard des travaux de la direction (par exemple, lorsque l’auditeur
audite depuis longtemps la même entreprise);
les menaces d’intimidation — lorsqu’il existe une situation réelle ou apparente susceptible
d’intimider l’auditeur au point de l’empêcher d’adopter un esprit critique approprié à l’égard de la
direction (par exemple, lorsque l’entreprise auditée emploie un ancien membre de l’équipe d’audit)

L’indépendance est considérée comme un élément important pour permettre à l’auditeur d’évaluer
objectivement les états financiers de l’entité et d’aborder l’audit avec un degré approprié d’esprit
critique. Dans un contexte de plus en plus mondialisé qui touche les marchés financiers, les normes
de comptabilité et d’audit, les cabinets d’audit et les règles d’indépendance mondiales, le Maroc ne
peut pas faire bande à part au regard des changements proposés ailleurs. Il doit être ouvert au
changement et veiller à ce que les règles d’indépendance en vigueur au pays soient toujours de la
plus grande qualité afin de demeurer attrayant pour les investisseurs.

QUELLE INDÉPENDANCE DES


AUDITEURS EXTERNES FACE AUX
ORDONNATEURS PUBLICS ?
Les huit mesures d’audit révisées à l’international

☞ ISA 260 (révisée): Communication avec le gouvernement d’entreprise


☞ ISA 315 (révisée): Identification des risques d’anomalies significatives par la connaissance de l’entité et de
son environnement
☞ ISA 570 (révisée): Continuité de l’exploitation
☞ ISA 610 (révisée): Utilisation des travaux des auditeurs internes
☞ ISA 700 (révisée): Fondement de l’opinion et rapport d’audit sur des états financiers
☞ISA 701 (nouvelle): Communication des points clés de l’audit dans le rapport de l’auditeur indépendant
☞ ISA 705 (révisée): Modifications apportées à l’opinion formulée dans le rapport de l’auditeur indépendant
☞ ISA 706 (révisée): Paragraphes d’observations et paragraphes relatifs à d’autres points dans le rapport de
l’auditeur indépendant
☞ ISA 720 (révisée): Les obligations de l’auditeur au regard des autres informations

La généralisation de l’audit dans les établissements de l’audit dans les établissements et entreprises
publics met la profession face à une grande responsabilité, étant un maillon incontournable de la
chaîne. Face à ces défis, se pose la question cruciale de l’indépendance des auditeurs externes, une
profession réglementée, face aux ordonnateurs publics pour justement veiller aux impératifs de
transparence et de reddition des comptes.

« Il faut garder en tête la responsabilité légale et pénale de l’auditeur qui doit d’abord se protéger en
n’engageant pas sa responsabilité quitte à laisser tomber cette relation commerciale avec son client
du secteur public que de faire un rapport de complaisance »

En plus d’être réglementé, le métier est aujourd’hui soumis à des normes strictes, « Le respect du
code d’éthique de l’IFAC est obligatoire pour les professionnels au Maroc qui veille sur
l’Indépendance en prévoyant un certain nombre de devoirs professionnels notamment la démission
de l’auditeur s’il constate que son indépendance sera compromise »

Le troisième point dans ce sens de renforcement de l’indépendance des auditeurs est la rotation des
mandats. « Dans ce sens, on a déjà une norme qui dispose q’un auditeur ne peut pas rester au-delà
de six ans, passée cette date, il doit passer la main à un autre associé du cabinet. Au-delà de 12 ans,
la société doit changer de cabinet, notamment les sociétés qui font appel public à l’épargne… »

1100 : Indépendance et objectivité

L’audit interne doit être indépendant et les auditeurs internes doivent effectuer leurs travaux avec
objectivité.

Interprétation : L’indépendance est la capacité de l’audit interne à exercer, sans biais, ses
responsabilités. Afin d’atteindre le niveau d’indépendance nécessaire à l’exercice efficace de ses
responsabilités, le responsable de l’audit interne doit avoir un accès direct et non restreint à la
direction générale et au Conseil. Cet objectif peut être atteint grâce à un double rattachement. Les
atteintes à l’indépendance doivent être appréhendées au niveau :

• de l’auditeur interne ;

• de la mission ;

• de la fonction d’audit interne et de son positionnement dans l’organisation.

L’objectivité est un état d’esprit non biaisé qui permet aux auditeurs internes d’accomplir leurs
missions de telle sorte qu’ils soient confiants en la qualité de leurs travaux menés sans compromis.
L’objectivité nécessite que les auditeurs internes ne subordonnent pas leur jugement professionnel à
celui d’autres personnes. Les atteintes à l’objectivité doivent être appréhendées au niveau :

• de l’auditeur interne ;

• de la mission ;

• de la fonction d’audit interne et de son positionnement dans l’organisation.

1110 – Indépendance dans l’organisation


Le responsable de l’audit interne doit être rattaché à un niveau de l’organisation qui permette à la
fonction d’audit interne d’exercer ses responsabilités. Le responsable de l’audit interne doit, au
moins chaque année, confirmer au Conseil, l’indépendance de l’audit interne dans l’organisation.

Interprétation : En termes d’organisation, l’indépendance est effectivement atteinte lorsque le


responsable de l’audit interne est fonctionnellement rattaché au Conseil. Le rattachement
fonctionnel implique, par exemple, que le Conseil : • approuve la charte d’audit interne ; • approuve
le plan d’audit interne fondé sur une approche par les risques ; • approuve le budget et les
ressources prévisionnels de l’audit interne ; • reçoive du responsable de l’audit interne des
informations sur la réalisation du plan d’audit et tout autre sujet afférent à l’audit interne ; •
approuve la nomination et la révocation du responsable de l’audit interne ; • approuve la
rémunération du responsable de l’audit interne ; • demande des informations pertinentes au
management et au responsable de l’audit interne pour déterminer l’adéquation du périmètre et des
ressources de l’audit interne. 1110.A1 - L’audit interne ne doit subir aucune ingérence lors de la
définition de son périmètre, de la réalisation des missions et de la communication des résultats.
Dans l’éventualité de telles ingérences, le responsable de l’audit interne doit les exposer et discuter
de leurs conséquences avec le Conseil.

1111 – Relation directe avec le Conseil


Le responsable de l’audit interne doit communiquer et dialoguer directement avec le Conseil. 1112 –
Rôles du responsable de l’audit interne en dehors de l’audit interne Lorsque le responsable de
l’audit interne se voit confier, des rôles et/ou des responsabilités qui ne relèvent pas de l’audit
interne, des précautions doivent être prises pour limiter les atteintes à l’indépendance ou à
l’objectivité. Interprétation : Parfois, Il est demandé au responsable de l’audit interne d’assumer des
rôles et des responsabilités supplémentaires en-dehors de l’audit interne, tels que la responsabilité
de la fonction de conformité ou de management des risques. Ces rôles et responsabilités peuvent
compromettre, ou sembler compromettre, l’indépendance de la fonction d’audit interne dans
l’organisation, ou l’objectivité individuelle des auditeurs internes. Les précautions à prendre
comprennent la surveillance généralement effectuée par le Conseil pour traiter les atteintes
potentielles à l’indépendance et à l’objectivité. Ces précautions peuvent notamment se traduire par
une évaluation périodique des rattachements et des responsabilités, et par des dispositifs
compensatoires afin d’obtenir une assurance quant aux domaines de responsabilités
supplémentaires.