Vous êtes sur la page 1sur 146

Épreuve Sectorielle 2014

MAINTENANCE

Mécanisation
pneumatique
Initiation à la pneumatique

Dimitrios NIKOLAIDIS

Technios Trophy
Table des matières
1 Introduction ............................................................................................................................... 1

2 L'air comprimé - source d'énergie ............................................................................................. 2

2.1 Exemples d’utilisation de l’air comprimé ......................................................................................... 2

3 Déroulement du cours ................................................................................................................ 3

4 Conseils préliminaires aux stagiaires ........................................................................................ 3

5 Masse - Accélération - Forces .................................................................................................... 4

5.1 Masse.......................................................................................................................................... 4

5.2 Longueur ..................................................................................................................................... 4

5.3 Temps ......................................................................................................................................... 4

5.4 Vitesse ........................................................................................................................................ 4

5.5 Accélération ................................................................................................................................. 4

5.6 Force........................................................................................................................................... 5

5.7 Poids ........................................................................................................................................... 5

6 Pression – Atmosphère .............................................................................................................. 6

6.1 Pression ...................................................................................................................................... 6

6.2 Atmosphère physique ................................................................................................................... 6

6.3 Atmosphère technique ou pratique ................................................................................................ 7

6.4 Pression relative ........................................................................................................................... 7

6.5 Pression absolue .......................................................................................................................... 7

6.6 Le débit ....................................................................................................................................... 9

7 Manomètres ............................................................................................................................... 9

7.1 Manomètre à mécanisme à ressort tubulaire - Tube de Bourdon ..................................................... 9

7.2 Manomètres pour basses pressions ............................................................................................. 10

8 La production de l’air comprimé .............................................................................................. 11

8.1 Le compresseur ......................................................................................................................... 11

8.2 Le refroidisseur .......................................................................................................................... 11

8.3 La filtration de l’air ..................................................................................................................... 11

8.4 Le séparateur ............................................................................................................................ 12

8.5 Le réservoir ............................................................................................................................... 12

8.6 Fonctionnement du compresseur ................................................................................................ 12

8.7 Conduites d’air comprimé ........................................................................................................... 18

9 Conditionnement de l'air comprimé ......................................................................................... 19

9.1 Montage des canalisations .......................................................................................................... 20

9.2 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.4 ...................................................................... 21

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique TM 1


9.3 Sècheur d'air par réfrigération .................................................................................................... 22

9.3.1 Circuit air .......................................................................................................................... 22

9.3.2 Circuit du fluide frigorigène ................................................................................................ 22

9.4 Sècheur d'air par absorption ....................................................................................................... 23

9.5 Sècheur d'air par adsorption ....................................................................................................... 23

9.6 Régénération ............................................................................................................................. 24

9.6.1 Régénération sous pression ................................................................................................ 24

9.6.2 Régénération sous vide ...................................................................................................... 24

9.7 Symboles .................................................................................................................................. 25

9.8 Unité de conditionnement d'air ................................................................................................... 30

9.9 Détendeurs ou réducteurs de pression ........................................................................................ 32

9.9.1 Détendeur sans orifice de décharge .................................................................................... 32

9.9.2 Détendeur avec orifices de décharge. « Orifices de correction » ........................................... 33

9.9.3 Raccords réducteurs de pression « Economiseur d’énergie » ................................................ 34

9.10 Valve de pression ou de décharge ............................................................................................... 36

9.11 Valve de mise en pression progressive ........................................................................................ 36

9.12 Raccordement instantané, système « LF 3000 » - « LEGRIS » ® .................................................. 37

9.12.1 Tubes pour raccords « LF 3000 »........................................................................................ 37

9.12.2 Conditions d’emploi des tubes « RILSAN » sur raccords « LF 3000 » ..................................... 38

9.12.3 Raccordement du tube ....................................................................................................... 38

9.12.4 Déconnexion du tube ......................................................................................................... 39

9.12.5 Questionnaire relatif à l’instruction 1.2 ................................................................................ 40

10 Distributeurs ............................................................................................................................ 41

10.1 Elément de commutation............................................................................................................ 43

10.2 Deux procédés de construction sont couramment utilisés par les fabricants de matériel
pneumatique : à clapet et à tiroir ........................................................................................................... 44

10.2.1 Distributeur 3/2 à clapet ouvert au repos «NO » .................................................................. 44

10.2.2 Distributeur 3/2 à tiroir fermé au repos «NF » ..................................................................... 46

10.2.3 En conclusion .................................................................................................................... 46

10.2.4 Distributeurs 3/2 réversibles NF/NO – Bidirectionnels ........................................................... 47

10.2.5 Comment transformer un distributeur 3/2 NF en distributeur 3/2 NO? ................................... 47

10.2.6 Distributeur 3/2 à 2 positions fixes ...................................................................................... 48

10.2.7 Distributeur à commande pneumatique - Instruction 1.3 ...................................................... 49

10.2.8 Distributeur 3/2 à siège plat à commande pneumatique ....................................................... 50

10.2.9 Distributeur 3/2 à tiroir à commande pneumatique .............................................................. 51

TM 2 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10.2.10 Distributeur 3/2 à pilotage indirect ...................................................................................... 52

10.2.11 Repérage et interprétation des symboles C.E.T.O.P. ............................................................. 53

11 Vérins à simple effet ................................................................................................................ 54

11.1 Exécution d’un vérin à simple effet .............................................................................................. 54

11.2 Rôle de l’orifice de respiration ..................................................................................................... 55

11.3 Commande d’un vérin à simple effet par distributeurs 2/2 ............................................................ 56

11.4 Réglage de la pression - Instruction 1.1....................................................................................... 58

11.5 Questionnaire relatif à l’instruction 1.1 ........................................................................................ 59

11.6 Sécurité de montage - Utilisation d’un distributeur 3/2 NF - Instruction 1.01 - 01 - 1.2 ................... 60

11.7 Questionnaire relatif à l’instruction 1.3 ........................................................................................ 66

12 Fonctionnement du vérin à double effet .................................................................................. 67

12.1 Différence de construction par rapport au vérin à simple effet ...................................................... 67

12.2 Calcul théorique des forces sortante et rentrante d’un vérin à double effet .................................... 67

12.3 Exécution des vérins à double effet ............................................................................................. 68

12.4 Vue éclatée d’un vérin à double effet – KV France série Europower ............................................... 70

12.5 Vérin à double effet - Instruction 1.4 ........................................................................................... 71

12.6 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 1.4 ....................................................................... 73

12.7 Course de sortie, course de rentrée à pressions différentes - Instruction 1.01 – 01 - 1.5 ................ 74

12.8 Vérin à double effet utilisé comme vérin à simple effet à ressort pneumatique – Instruction 1.01 – 01
– 1.6. 75

12.9 Multiplication de l’effort .............................................................................................................. 77

12.10 Force développée en fonction de la pression et de l’alésage .......................................................... 79

12.11 Diagramme pression-force .......................................................................................................... 79

12.12 Questionnaire relatif au diagramme pression-force ....................................................................... 80

12.13 Sécurité de montage sur vérin à double effet - Ressort pneumatique ............................................ 83

12.14 Schémas à compléter ................................................................................................................. 86

12.15 Cycle de travail - Instruction 1.01 – 01 - 2.3 ................................................................................ 88

12.16 Distributeur 5/2 à double commande pneumatique ...................................................................... 89

12.17 Diagramme de fonctionnement ................................................................................................... 90

12.18 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 2.3 ....................................................................... 92

12.19 Soupape d’échappement rapide .................................................................................................. 93

12.20 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 2.4 ....................................................................... 95

12.21 Temporisations - instruction 1.01 – 01 . 3.1 ................................................................................. 96

12.22 Cycle de travail .......................................................................................................................... 97

12.23 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 3.1 ....................................................................... 98

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique TM 3


12.24 Distributeur à commande pneumatique bilatérale, à pressions différentes ..................................... 99

12.25 Distributeur 5/2 commande par pression différentielle ................................................................. 100

13 Amortisseurs pneumatiques internes - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.1 ..................................... 102

13.1 Energie potentielle - Energie cinétique - Puissance ...................................................................... 103

13.1.1 Travail ............................................................................................................................. 103

13.1.2 Energie potentielle ............................................................................................................ 103

13.1.3 Energie cinétique .............................................................................................................. 104

13.1.4 Puissance ......................................................................................................................... 104

13.2 Fonctionnement d’un amortisseur pneumatique interne ............................................................... 105

13.3 Compression de l’air .................................................................................................................. 107

13.4 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.1 ..................................................................... 109

13.5 Amortisseur pneumatique externe - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.2 .................................................. 110

13.6 Filtration de l’air - Le filtre à l’endroit d’utilisation ........................................................................ 112

13.6.1 Séparation de l’eau ........................................................................................................... 112

13.6.2 Retenue des impuretés ..................................................................................................... 113

13.7 Purge automatique ................................................................................................................... 113

13.8 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.2 ..................................................................... 114

13.9 Amortisseur pneumatique externe - Variante 1 - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.3 ................................ 115

13.10 Amortisseur pneumatique externe - Variante 2 - Instruction 1.01 – 0.1 -4.4 ................................. 117

13.11 Marche semi-automatique pour un vérin avec distributeur de fin de course - Instruction 1.01–0.1–5.1118

13.12 Commande de l’ouverture d’une porte - Instruction 1.01 - 0.1 - 5.3 ............................................. 121

13.13 Retour d’urgence - Instruction 1.01 - 01 - 5.4 ............................................................................. 122

14 Joints d’étanchéité pour air comprimé .................................................................................. 123

14.1 Joints toriques « O-RING » ........................................................................................................ 123

14.2 Joints à manchette.................................................................................................................... 124

15 Symboles selon recommandations C.E.T.O.P. RP3 ................................................................ 126

16 Tableau récapitulatif des unités «SI » .................................................................................. 131

17 Etablissement des schémas pneumatiques ........................................................................... 133

17.1 Plan de pose des éléments sur la feuille de travail....................................................................... 133

17.2 Positions de commutation des distributeurs ................................................................................ 134

17.3 Repérage des éléments du schéma ............................................................................................ 135

17.3.1 Repérage à l’aide de lettres et de nombres ......................................................................... 135

17.3.2 Repérage par nombres ...................................................................................................... 136

17.4 Repérage des éléments du schéma par lettres et nombres .......................................................... 137

17.5 Repérage des éléments du schéma par les chiffres ..................................................................... 138

TM 4 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


1 Introduction

L’étude de ce syllabus permet d’acquérir les bases nécessaires à la compréhension du fonctionnement des
installations de mécanisation pneumatique. Il est destiné aux personnes chargées de la conduite, du réglage et
de la maintenance d’installations automatisées. C’est-à-dire les ajusteurs-monteurs, les ajusteurs-mécaniciens
de maintenance, les électromécaniciens et électriciens de maintenance.

Mécaniser signifie remplacer le travail musculaire par des machines ou des outils, pour produire davantage, plus
vite, avec plus de précision, moins d’erreurs et de fatigue. La pression de la concurrence sur le rythme de
production est telle que la machine remplace progressivement l’homme, de force et d’endurance limitée, et dont
le domaine se réduit à des tâches de création, de contrôle, de correction.

Dans le passé, la roue hydraulique et le moulin à vent, bien que primitifs, furent des réalisations remarquables
qui épargnaient beaucoup de main-d’œuvre, tout en ouvrant de nouvelles possibilités. La machine à vapeur fut
encore plus révolutionnaire, malgré la nécessité d’un mécanisme de transmission pour convertir le mouvement
rectiligne en mouvement rotatif. Même dépendance pour le moteur à combustion. Ceci explique l’énorme
succès du moteur électrique, à mouvement rotatif, très compact donc facile à incorporer dans un mécanisme,
silencieux et exigeant peu d’entretien.

Il est vrai qu’à ses débuts la mécanisation s’appliquait surtout aux mouvements rotatifs. Il s’avéra par la suite
qu’une partie importante de ces mouvements devraient être rectilignes, alors que certains d’entre eux sont
toujours obtenus à partir d’un mouvement rotatif en raison de l’utilisation du moteur électrique. Dans ces cas-
là, la transformation du mouvement rotatif requiert des excentriques, des bielles, des crémaillères, des vis, etc.,
avec tous les inconvénients de ces systèmes : usure, frottements, inertie, encombrement, entretien important,
etc.

La pneumatique «de même que l’hydraulique » produit directement des mouvements rectilignes, l’air comprimé
agit sur le piston d’un vérin et provoque le mouvement rectiligne de la tige. Les vérins à air comprimé peuvent
s’incorporer facilement dans les machines modernes. De plus, leur alimentation en énergie n’exige pas de
canalisation de retour, contrairement aux systèmes hydrauliques et électriques.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 1


2 L'air comprimé - source d'énergie

L'utilisation de l'air comprimé comme source d'énergie est très répandue dans les branches les plus diversifiées
de l'industrie.

L’air comprimé est produit à partir de l’air atmosphérique par l’intermédiaire des compresseurs.

Au niveau sécurité, il n'y a pas de risques inhérents à l'électricité ni de danger en ambiance explosive.

2.1 Exemples d’utilisation de l’air comprimé

Moteurs rotatifs à air comprimé (à palettes, à pistons). Les petits moteurs à palettes sont les plus utilisés pour
leur vitesse de rotation élevée, leur faible poids, leur robustesse, une surcharge n'entraîne pas de dommages.

Outillages rotatifs (boulonneuses, foreuses, meuleuses, ...) ou à chocs (marteaux-piqueurs, vibreurs, ...).

Transport et manutention de certains produits (grains, télégrammes pneumatiques, ciments, préhension par le
vide, ventouses, paliers pneumatiques pour des axes tournant à grande vitesse, ...)

Mesure et régulation très utilisé dans l'industrie chimique pour le réglage des vannes pour les débits des gaz.

Soufflage pour refroidir, nettoyer, désembuer, chasser des petites pièces, oxygénation de l'eau des réservoirs
dans les stations d'épuration pour l'accélération du processus de formations bactériennes, courant de surface
dans un chenal de navigation pour retenir la saleté flottante, ...

Aspiration de vapeurs de soudage, de fortes odeurs, ... (AIRMOVER)

Travail linéaire mécanisé, ce qui sera le sujet principal de ce manuel de formation.

Le cours de base ELPH 1.01 est consacré à l’étude de l’appareillage disponible sur le marché et nécessaire à la
réalisation de montages simples.

Chaque stagiaire dispose d’un poste de travail individuel pourvu de tous les accessoires requis par les montages
précités.

Ces accessoires peuvent s’accrocher aisément sur un panneau perforé ou sur des rails de montage et seront
reliés entre eux par des connexions en tube souple à raccords rapides.

Chaque poste est équipé d’une arrivée d’air avec unité de conditionnement et d’un tableau électrique
« nécessaire à l’étude du module ELPH 1.02 », ce tableau électrique est équipé de divers appareils à brancher
sur le réseau 24 volts, les liaisons électriques sont réalisées par des cordons souples équipés de fiches
monopolaires type « banane »  4 mm genre « Hirsmann »  ou « MC »  avec dérivation axiale.

2 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


3 Déroulement du cours

Le cours est destiné aux adultes, ce syllabus est en partie auto-formatif.

Après une introduction par l’instructeur, le stagiaire exécute les montages suivant schémas. Il étudie les notions
théoriques correspondantes, remplit les questionnaires et fait superviser le tout par l’instructeur.

Le contrôle des résultats est l’objet de discussions de groupe.

4 Conseils préliminaires aux stagiaires

1. S’appliquer surtout à la partie la moins connue, soit la théorie, soit la pratique des montages,
d’importance égale.
2. Travailler sans précipitation, à son rythme propre.
3. Ne passer à l’exercice suivant qu’après avoir bien assimilé le précédent.
4. Etre très ordonné, manipuler les appareils avec soins, les ranger après usage.
En cas de dysfonctionnement du montage, ne débrancher qu’une seule conduite à la fois, après
vérification, la rebrancher avant d’en débrancher une autre.
Compléter les schémas, bien repérer les orifices sur les appareils, bien positionner les distributeurs avant
de commencer le montage.
Tout montage doit être agencé clairement, en évitant les courbes et les croisements inutiles.
5. Appliquer les principes de sécurité :
Danger pour les yeux, prendre garde aux coups de fouet d’une tuyauterie souple mise sous pression à
une extrémité alors qu’elle n’est pas raccordée à l’autre.
Ne pas se servir des doigts pour déclencher une commande mécanique.

Un schéma d’installation permet de voir comment les divers accessoires sont raccordés entre eux. Les symboles
simplifient la représentation en la dégageant des détails de construction, ce qui facilite la lecture des plans en
vue des montages ou des réparations aussi bien que la conception elle-même de l’installation.

Les exercices ultérieurs reprendront les montages les plus élémentaires pour permettre ensuite leur
combinaison en installations complexes.

Si difficile que puissent paraître celles-ci, elles se décomposent toujours en circuits de base très simples. Il ne
faut pas s’effrayer au premier abord de la complication apparente d’un schéma.

Les montages sont destinés dans la situation qui précède une mise en marche. Il est établi qu’en général, la
représentation d’un système en fonctionnement donne une vue moins claire que celle d’un système au repos.

Les schémas sont donc à interpréter «au repos machine, sous pression ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 3


5 Masse - Accélération - Forces

5.1 Masse

L'unité de masse correspond à la quantité de matière contenue dans un dm 3 d'eau.

C'est le kilogramme, symbole « kg ».

5.2 Longueur

L'unité de longueur est le mètre, symbole « m ».

5.3 Temps

L'unité de temps est la seconde, symbole « s ».

Ces trois premières unités, dites fondamentales, dans le système « M K S » servent de base aux
unités dérivées.

5.4 Vitesse

La vitesse est la longueur parcourue par un point matériel pendant l’unité de temps.

C’est le rapport entre la distance parcourue et le temps utilisé pour parcourir cette distance.

Par exemple : Un mobile parcourt une distance de 3 mètres en 4 secondes, la vitesse est donc de ¾ mètre en 1
seconde soit 0,75 m/s. Ce qui correspond à une vitesse de : 0,75 x 3.600 = 2.700 m/h.

5.5 Accélération

Une accélération est un changement de vitesse considéré pendant l'unité de temps.

Un mobile qui passe d'une vitesse de 0,5 m/s à une vitesse de 1 m/s en un temps de 2 secondes à une
augmentation de vitesse de 1 - 0, 5 soit 0,5 m/s.

Pendant une seule seconde l'augmentation de vitesse serait de deux fois moins, soit 0,25 m/s 2 « mètre par
seconde carré », c'est l'accélération, symbole « a ».

Le symbole s2 exprime la double influence du temps.

L’accélération due à la pesanteur « corps en chute libre » est de 9,81 m/s2, symbole « g »

4 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


5.6 Force

Une masse s'oppose par nature, par inertie à recevoir une accélération.

On appelle force, toute cause qui modifie ou tend à modifier l'état de repos ou de mouvement d'une masse.

Cette grandeur est proportionnelle à la masse et à l'accélération qu'elle produit sur cette masse.

Force = Masse x Accélération

L'unité de force est le newton, symbole «N ». C'est une force qui produit une accélération de 1 m/s 2 sur une
masse de 1 kg.

L'accélération de la pesanteur « g » étant de 9,81 m/s2, la force exercée par la pesanteur sur une masse de
1 kg est de :

1 x 9,81 soit 9,81 N ou 0,981 daN. Soit à environ 2% près 1 daN.

Pour l'usage pratique, on peut utiliser pour unité de force, le déca newton, symbole « daN », dont la valeur est
très proche du kilogramme-poids.

5.7 Poids

Le poids est en réalité une force, développée par la pesanteur terrestre agissant sur une masse.

Par suite de l'usage de l'ancien système d'unités de mesure encore souvent utilisé, une confusion peut se
produire entre la « masse » et la «force » exercée sur cette masse par la pesanteur.

Si la masse est de 1 kg, il est courant de dire que le poids est de 1 kg.

Il faut dans ce cas préciser pour le poids : 1 kg poids, symbole « kgp ou kp »

1 kg force, symbole « kgf »

Cela signifie que l'on peut considérer le kgp et le daN comme deux unités équivalentes, à moins de 2 % près.

1 kg poids = 0,981 daN

1 daN = 1,0194 kgp «1/0,981 »

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 5


6 Pression – Atmosphère

6.1 Pression

La pression est une force répartie sur l'unité de surface, la force considérée étant perpendiculaire à cette
surface. L'unité de pression en système « M K S » est le Pascal, symbole « P ».

Un Pascal équivaut à une force de 1 Newton exercé sur une surface de 1 m 2.

Par exemple : Une force de 500.000 Newtons agissant sur une surface de 5 m2 donne une pression de 100.000
Pascals.

Si au lieu d'utiliser comme unité de force le Newton, on utilise le Déca newton «ou kgp » et comme unité de
surface les cm2 à la place des m2, on obtient une unité pratique de pression qui est le bar qui vaut 1 daN/cm 2.

Soit dans l'exemple, 50.000 daN agissant sur une surface de 50.000 cm 2 = 1 bar.

1 bar = 105 Pascals

On utilise encore souvent le kgp/cm 2, unité très proche du bar, puisque le kgp vaut 0,981 daN.

Cependant, par abréviation, il arrive que l'on dise kilo au lieu de kgp/cm 2, ce qui peut entraîner une nouvelle
confusion, kilo a donc trois significations possibles :

une exacte : l'unité de masse de 1 dm3 d'eau

une impropre : le kilogramme poids

une incomplète : le kilogramme poids par cm2

Conclusion : Utiliser de préférence le bar pour la pression et le daN pour la force, dans ce cas la surface doit
être exprimée en cm2.

6.2 Atmosphère physique

Symbole «atm ».

L'air atmosphérique est composé d'environ 20% d'oxygène, 78% d'azote, 1% d'argon et pour le reste de traces
d'hélium, d'eau, de néon et de gaz carbonique.

La pression atmosphérique est une pression dont la valeur est très proche des unités bar et kgp/cm 2.

1 atm = 1,013 bar = 1.013 hecto pascal = 10.133 mm de CE= 760 mm de HG CE =


colonne d'eau - HG = mercure

6 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


6.3 Atmosphère technique ou pratique

Symbole «at ».

On appelle parfois ainsi l'unité kgp/cm 2 quand on veut faire la distinction entre cette unité et l'atmosphère
physique.

Sont donc équivalents : 1 at = 1 kgp/cm2 = 1kgf/cm2

1,033 at = 1,0133 bar = 1 atm

1,0197 at = 1 bar = 0,9869 atm

1 at = 0,9807 bar = 0,9678 atm

6.4 Pression relative

Symbole «Pe ».

Les manomètres indiquent généralement la différence de pression existant entre un réservoir et l'atmosphère
extérieure.

Si on veut attirer l'attention sur ce point, il y a lieu d'écrire :

Pe pour atmosphère effective

La pression effective ou surpression est la pression supérieure à la pression atmosphérique. C’est la


pression indiquée par le manomètre.

Une pression effective normalisée est souvent de 6 bars.

6.5 Pression absolue

Symbole «Pa ».

Parler de la pression absolue signifie qu'il s'agit de pression réelle, globale, y compris la pression
atmosphérique.

Dans ce cas, le chiffre exprimant les «Pe » est augmenté d'une unité pour obtenir des «Pa ».

La pression absolue est la pression exprimée en fonction du vide absolu, celle-ci étant égale à la pression
effective augmentée de la pression atmosphérique de 1 bar.

Dans les catalogues d'appareillage pneumatique (vérins, distributeurs, ...), les différents appareillages présentés
sont conçus pour fonctionner à la pression effective (surpression).

En matière de calcul des volumes et des débits (compresseurs, vérins, ...) on utilise toujours la pression absolue

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 7


Unités anglaises : Symbole «psi » pour pound square inch.

1 psi = 0,06895 bar

1 bar = 14,5030 psi

1 psi = 0,07031 at

1 at = 14,2227 psi

Exemples :

1. Quelle force exerce de l'air comprimé à 7 bars sur une surface de 0,01 m²?
Force : p x S soit 7 bars x 100 cm² soit 700 daN
2. Quelle est la valeur exprimée en bar d'un manomètre qui indique 100 psi ?
100 x 0,06895 soit 6,895 bars, environ 7 bars.

8 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


6.6 Le débit

Le débit définit un volume de matière par unité de temps. Dans le cas de la pneumatique, le débit définit un
volume d’air comprimé s’écoulant en l’unité de temps.

Les unités usuelles définissant le débit sont :

 Le litre par seconde « l/s »


 Le dm³ par seconde « dm³/s »
 Le litre par minute « l/min »
 Le dm³ par minute « dm³/min »
 Le mètre cube par minute « m³/min »
 Etc…

Le débit d’un composant pneumatique va dépendre :

 De sa taille (déterminée par le diamètre des orifices de raccordement)


 Du type de construction :
o Technologie Clapet
o Technologie Tiroir
 Le type de construction détermine généralement un facteur de conduction qui est le
facteur « KV » du composant. Le KV est un nombre sans unité.
 De la différence de pression en présence entre son orifice d’entrée et son orifice de sortie par lesquels
le débit est établi.

7 Manomètres

7.1 Manomètre à mécanisme à ressort tubulaire - Tube de Bourdon

Utilisé pour indiquer la pression dans les circuits d’air, de gaz, d’eau et d’huile, ce type de manomètre est le
plus utilisé.

Plages : de 0,1 bar à 600 bars et au-delà.

Principe : Sous l’effet de la pression, le ressort tubulaire « 2 »,


« Tube de Bourdon » se déforme.

Plus grande est la pression, plus grande est l’ouverture du


rayon de courbure.

Ce mouvement est transmis à l’aiguille « 6 » par l’intermédiaire


d’un levier « 3 », d’un secteur denté « 4 » et d’un pignon « 5 ».

L’aiguille se déplace devant un cadran gradué « 7 », le tout est


enfermé dans un boîtier métallique « 1 », la pression est lisible
sur le cadran gradué.

Pour les manomètres indiquant des pressions élevées


(hydraulique), plusieurs « tubes de Bourdon » sont montés en
parallèle, de plus l’équipage mobile est noyé dans un bain de
glycérine pour amortir les oscillations.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 9


7.2 Manomètres pour basses pressions

Mécanisme à membrane Mécanisme à capsule

Plages de 0,5 mbar à 2,5 bars. Plages de 0,1 mbar à 1 bar.

Sous l’effet de la pression, la membrane « M » se Sous l’effet de la pression, la capsule « C » se


déforme vers le haut, ce mouvement est transmis à déforme vers le haut, ce mouvement est transmis à
l’aiguille par l’intermédiaire du secteur cranté. l’aiguille par l’intermédiaire du secteur cranté.

10 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


8 La production de l’air comprimé

Le poste du compresseur a pour fonction de fournir de l’air comprimé à l’installation en quantité suffisante et
sous la pression voulue. Il se compose du compresseur même, d’un réservoir, d’un refroidisseur, d’un
séparateur et d’un filtre.

Ce poste est généralement situé au centre de l’installation, dans un local séparé.

8.1 Le compresseur

Le compresseur aspire l’air nécessaire et le comprime à la pression désirée.

Ses caractéristiques sont le débit « en l/min ou en m³/h »et la pression « en bars ».

On rencontre sur le marché :

 des compresseurs à piston (un ou plusieurs étages),


 des turbocompresseurs ou turbosoufflantes,
 des compresseurs rotatifs volumétriques à palettes,
 des compresseurs rotatifs volumétriques à engrenages (à vis).

8.2 Le refroidisseur

Pendant la compression de l’air, la température s’élève dans le compresseur. Cette température doit être limitée
et, pour cela, le compresseur est pourvu d’une double paroi où circule un fluide de refroidissement : air, eau ou
huile. Néanmoins la température atteint encore 150° C dans le compresseur, (à piston notamment). A cette
température, l’air n’est pas utilisable.

C’est pourquoi, on ajoute après le compresseur, un refroidisseur pour abaisser la température de l’air au moyen
d’un échangeur de chaleur à contre-courant à circulation d’eau ou à circulation d’air. Pour les compresseurs à
plusieurs étages, il faut aussi prévoir un refroidissement entre les divers étages (refroidisseur intermédiaire).

8.3 La filtration de l’air

A l’extrémité libre de l’aspiration du compresseur, on dispose une crépine qui retient les grosses poussières.

Souvent, un filtre à poussières (laine d’acier, huilée et placée dans une boîte en tôle finement perforée) est
ajouté en aval. En effet, l’air atmosphérique contient presque toujours de la poussière, surtout si l’air est aspiré
à l’extérieur du bâtiment.

Si l’air aspiré est bien épuré, la lubrification n’est pas compromise et l’usure du compresseur est fortement
réduite. Il va de soi que le filtre doit être nettoyé régulièrement (au pétrole). Un filtre obstrué peut réduire
fortement le débit du compresseur.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 11


8.4 Le séparateur

L’air atmosphérique contient toujours de la vapeur d’eau, tantôt plus, tantôt moins, suivant les conditions
atmosphériques.

Une dépression avec chaleur augmente l’humidité. Cette vapeur d’eau est aspirée et la compression de l’air puis
son refroidissement, provoquent une condensation importante qui doit être évacuée.

De plus cette eau peut entraîner l’huile de graissage et causer la rouille de certaines pièces, par exemple
pendant les arrêts nocturnes.

L’évacuation de cette eau évite aussi que l’huile entraînée ne souille le réservoir et les conduites. Ce séparateur
sera disposé de préférence à un point bas du circuit d’air.

8.5 Le réservoir

Avant de parvenir à l’utilisation, l’air passe par un réservoir.

Ce dernier a pour fonction de limiter les variations de pression. Si la consommation d’air diminuait, le
compresseur étant en marche, la pression dans le réservoir augmenterait. Mais sans la présence du réservoir,
les fluctuations de pression seraient exagérées, surtout lors des démarrages brusques de certaines unités,
outillages ou machines.

Le bon fonctionnement de ces équipements pourrait ainsi être compromis aux endroits défavorisés du réseau.

8.6 Fonctionnement du compresseur

Le mouvement rotatif de l’axe du compresseur (entraîné par un moteur électrique ou thermique) se transforme,
par l’ensemble de la bielle et du vilebrequin, en mouvement alternatif du piston.

Course d’aspiration du piston : considérons sur la figure, le piston partant de l’extrême haut, de la position dite
« point mort haut ». A cet endroit, le petit espace libre existant entre le dessus du piston et la culasse du
cylindre se nomme « espace mort ». Quand le piston quitte le « point mort haut », il crée une dépression dans
cet « espace mort » et la soupape d’aspiration « Z » s’ouvre par la pression atmosphérique. L’air arrive par

12 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


« Lz ». Quand le piston atteint le « point mort bas », le volume sous le piston est « V2 » (maximum) et la
pression « p2 » est inférieure à la pression atmosphérique. Ce moment correspond au point « 2 » sur le
graphique p-V.

Course de compression du piston : la pression croît rapidement et la soupape « Z » se ferme. Sans échange de
chaleur avec l’extérieur, on aurait une « compression adiabatique » de « 2 à 3’’ » sur le graphique p-V
(accroissement le plus rapide de pression). Si l’on pouvait refroidir le cylindre assez vite pour maintenir la
température constante, on aurait une « compression isothermique » point « 3 » sur le graphique p-V
(accroissement le plus lent de pression).

La compression pratique « compression polytropique » point « 3’ » sur le graphique p-V. Quand la pression
atteint la valeur « p3 » supérieure à la pression du réservoir, la soupape de refoulement « P » s’ouvre. Le
piston continue sa course vers « l’espace mort haut » point « 4 » du graphique p-V et refoule l’air dans le
réservoir par « Lp ».
Une nouvelle course d’aspiration recommence. La soupape « P » se ferme dès que la pression descend sous
celle du réservoir.

Avant que la soupape « Z » ne s’ouvre, un certain déplacement du piston est nécessaire et l’aspiration ne
recommence qu’au point « 1 » du graphique p-V.

Pression

3 4 3 3' 3'' adiabatique


p4 polytropique
isothermique

Pression
1
atmosphérique
p2 2
1
Volume
V4 V1 V2

Energie absorbée : La surface hachurée du diagramme représente l’énergie absorbée au cours d’un cycle par ce
compresseur.

Energie = Force x Longueur = Pression x Surface x Longueur = Pression x Volume

Or ladite surface est proportionnelle au produit : ordonnées (pressions) par abscisses (volumes).

Il faut rendre cette énergie minimale et l’un des moyens de réduire la surface c’est de refroidir le cylindre
puisque la courbe polytropique se rapproche vers la gauche.

Remarques : La température d’environ 150° C est un maximum, surtout pour éviter que l’huile de graissage
ne se vaporise et n’explose.

Ceci limite la compression maximale à environ 10 bars. Si on doit obtenir plus, 2 ou 3 étages sont nécessaires.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 13


La figure ci-contre représente un compresseur à piston à 2 étages.

L’étage de gauche « 1e étage » comprime l’air à une certaine valeur (7 bars).

L’étage de droite « 2e étage » comprime l’air à une valeur plus élevée (10 à 12 bars).

Pour passer du 1e au 2e étage l’air traverse un échangeur de chaleur « refroidisseur intermédiaire ».

Le compresseur avec le filtre à air, le refroidisseur, le séparateur d’huile et d’eau, le réservoir sont souvent
placés dans un local séparé du lieu de travail.

Avant d’être utilisé, l’air comprimé doit être conditionné afin d’éliminer les impuretés et la condensation.

14 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Loi de Boyle - Mariotte : pression x volume = une constante

(p1 x v1 = p2 x v2 = p3 x v3 = p4 x v4 ...)

Un volume d'air de 1 m3 (v1) à la pression atmosphérique de 1 bar (p1), lorsque ce volume est comprimé de
moitié soit :

0,5 m3 (v2), la pression est doublée soit 2 bars (p2).

Humidité de l'air : L'air contient de la vapeur d'eau, cette quantité de vapeur d'eau varie avec la température.

La quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air est plus importante lorsque l'air est chaud « conditions
estivales » et plus faible lorsque l'air est froid « conditions hivernales ».

Quantité de saturation : C'est le poids maximum de vapeur d'eau que peut contenir 1 m 3 d'air aux
différentes températures (voir tableau).

Point de rosée : Température à laquelle un volume déterminé d'air est saturé de vapeur d'eau.

Le point de rosée atmosphérique est la température à laquelle la vapeur d'eau commence à se condenser à la
pression atmosphérique.

Humidité relative :

L'humidité relative doit être de 50 à 60% pour l'homme.

L'humidité relative peut être mesurée à l'aide d'un hygromètre.

Humidité absolue :

Si, sous une température constante, un volume d'air dont le degré hygrométrique relatif est de 75% est
comprimé à la moitié de son volume initial « de la pression atmosphérique de 1 bar effectif », nous obtiendrons
un nouveau volume d'air avec une hygrométrie de 150%, ce qui est impossible.

Donc une quantité du poids de vapeur d'eau se condense.

Ce qui explique le dépôt d'eau dans le compresseur, le réservoir et dans les canalisations d'air comprimé.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 15


Interprétation du diagramme :

Quelle est la quantité de vapeur d'eau contenue dans 1 m 3 d'air à la température de 20° C. Si l'humidité
relative est de 60%?

17 grammes d'eau/m3 à 20° C x 60% = 10,2 grammes d'eau/m3 (réel) dans l'air.

Poids maximum de vapeur d'eau par m3, suivant température :

°C - 40 - 30 - 20 - 10 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

g/m3 0,1 0,35 1 2,14 4,84 9,4 17,3 30,3 51 83 130 198 293 424

L'opération de compression de l'air fait augmenter la température de celui-ci.

C'est donc à la sortie du compresseur que l'air contiendra la plus grande quantité de vapeur d'eau.

16 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Prenons un exemple :

Un compresseur aspire 300 m3/h à la pression atmosphérique.

La température de l'air aspiré est de 20° C et l'humidité relative est de 60%.

Cet air est comprimé à une pression effective de 9 bars « 10 bars absolu ».

Ce qui donne suivant la loi de Boyle-Mariotte un volume 10 fois plus petit « p1 (1 bar) x v1 (300 m3) = p2
(10 bars) x v2 (30 m3) ».

Après compression, la température de l'air dans le réservoir est doublée, soit 40°C.

1. Poids de vapeur d'eau aspirée :

Quantité de saturation : 17,3 grammes de vapeur d'eau par m3 à 20 ° C.

Quantité d'air aspiré : 300 m3

Quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air :

17,3 g/m3 x 60% x 300 m3 = 3.114 g de vapeur d'eau/h.

2. Quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air du réservoir :

Quantité de saturation : 51 grammes de vapeur d'eau par m3 à 40° C.

Quantité d'air comprimé : 30 m3

Quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air :

51 g/m3 x 30 m3 = 1.530 g de vapeur d'eau/h.

Il se produit dans le réservoir une condensation de :

3.114 - 1.530 = 1.584 g d'eau/h.

Ce condensat d'eau devra être évacué (purge automatique ou manuelle).

3. Quantité de vapeur d'eau condensée dans les conduites d'alimentation :

L'air comprimé sortant du réservoir à la pression effective de 9 bars et à une température de 40° C se refroidira
encore lors de son passage dans les canalisations d’alimentation du réseau d’air comprimé à une température
d’environ 18 à 20° C.

Ce qui produira une condensation à l'intérieur des conduites de :

33,7 g/m3 (51 - 17,3) x 30 m3 = 1.011 g d'eau/h.

4. Quantité de vapeur d'eau à l'endroit d'utilisation :

3.114 - (1.584 + 1.011) = 519 g d'eau pour 30 m3, soit 17,3 gr d'eau/m3.

Une quantité d'eau condensée trop importante peut provoquer des difficultés lors de l'utilisation de l'air
comprimé.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 17


8.7 Conduites d’air comprimé

Du réservoir situé dans le poste central, part la conduite principale. Sur celle-ci des dérivations peuvent se
brancher pour aboutir finalement aux postes consommateurs. L’ensemble de ces conduites constitue le réseau
de distribution.

Pour la distribution de l’air comprimé, un réseau en « circuit fermé » est recommandé plutôt qu’une disposition
en ligne. Un premier avantage du circuit fermé, si le réseau a été bien pensé, c’est qu’une partie des postes
peut encore travailler si, par exemple, le circuit est interrompu par un défaut ou par la mise hors d’usage
partielle. D’autre part une élévation soudaine de consommation en un point déterminé influence moins la
pression puisque l’air peut arriver des deux côtés.

L’écoulement des gaz dans les conduites se fait toujours avec une chute de pression due au frottement dans les
tuyauteries. Cette chute de pression dépend du diamètre des tuyaux, de la vitesse des gaz, de la rugosité des
parois et du nombre d’accessoires (coudes, tés, vannes, etc.) installés. On prévoit donc un compresseur capable
de fournir une pression plus forte que celle utilisée, chaque poste utilisateur étant pourvu d’une unité de
conditionnement d’air comportant un détendeur. Un autre avantage de cette solution c’est que l’utilisation peut
être réglée sur une pression propre, indépendante de celle du réseau.

Les conduites sont montées avec une « pente de 0,3 à 2 % » descendant à partir du réservoir. Les
condensations peuvent ainsi s’écouler vers le point bas où un purgeur manuel ou automatique est prévu. Un
réservoir à condensat précède habituellement le purgeur.

Les dérivations de la conduite principale vers les appareillages et machines se font « vers le haut », sauf pour le
purgeur. On évite ainsi l’entraînement d’eau et de poussières vers l’utilisation. Les tuyauteries sont souvent en
acier galvanisé, surtout pour une question de prix favorable. Les liaisons entre les tuyauteries sont réalisées par
raccords à visser, les soudures des tuyauteries sont à déconseiller sur un réseau de distribution d’air comprimé
à cause des dépôts de calamine, résultat de la soudure.

Remarques : Revoir aussi les notices de l’instruction 1.2

 « Conditionnement de l’air comprimé ».


 « Conduites, point de rosée, sécheurs ».

18 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9 Conditionnement de l'air comprimé

Lors de la réalisation de certains types d'installation de production d'air comprimé, on peut trouver les
appareillages :

a) Un refroidisseur par eau ou par air à la sortie du compresseur.


b) Un séparateur d'eau avec purge automatique entre le refroidisseur et le réservoir.
c) Une purge automatique sur le réservoir.
d) Un sécheur d'air par absorption « Silicagel » ou par réfrigération « Frigo » à la sortie du réservoir.
e) Un sécheur d'air par réfrigération ou par absorption avant une distribution d'air comprimé dans des
locaux dont la température est inférieure à - 10° C.
f) Une ou plusieurs unités de conditionnement d'air aux différents endroits «machines » d'utilisation.

Remarques : Un refroidissement de l'air comprimé à la pression de service est très efficace.

Par exemple :

Un point de rosée à la pression absolue de 7 bars à une température de 2° C, correspond à un point de rosée
atmosphérique de - 23° C.

Soit 0,63 g de vapeur d'eau/m3 à 100 % d'humidité.

Un point de rosée à la pression absolue de 7 bars à une température de - 10° C, correspond à un point de
rosée atmosphérique de - 33° C.

Soit 0,28 g de vapeur d'eau/m3 à 100 % d'humidité.

On trouve des abaques avec toutes ces caractéristiques dans les catalogues des fabricants d'appareillage
pneumatique.

1%

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 19


9.1 Montage des canalisations

Une condensation étant possible dans les canalisations, le réseau des conduites devra être monté de telle
manière que le condensat se dirige vers le bas, entraîné par l'écoulement de l'air comprimé vers les bouteilles
de purge.

Cette eau résiduelle devra être purgée régulièrement de façon manuelle ou automatique.

Les différentes dérivations d'amenée doivent toujours être branchées dans le haut au moyen d'un «col de
cygne » afin d'éviter l'entraînement de l'eau vers le poste d'utilisation.

La réalisation du réseau des conduites doit être réalisé à l'aide de tuyauterie en acier galvanisé, les jonctions
des conduites sont réalisées à l'aide de raccord « fitting » à visser.

1. Air d'aspiration du compresseur, air aussi froid que possible (diriger au Nord)
2. Compresseur
3. Refroidisseur par eau ou par air
4. Séparateur d'eau et d'huile
5. ou 6. Emplacement d'un sécheur d'air ou d'un filtre
7. Réservoir d'air comprimé
8. Déshuileur
9. Sécheur par absorption
10. Sécheur par absorption
11. Bouteille de purge

20 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.2 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.4

1. Quel est le rôle du réservoir dans le poste de


compression ?

2. Pourquoi le compresseur est-il de préférence au


centre de l’installation et pourquoi dans un local
séparé ?

3. Quels sont les deux avantages d’un circuit fermé


par rapport à une disposition en ligne ?
Quelle est la plus économique des deux
dispositions ?

4. Pourquoi place-t-on les conduites en pente ?

5. Pourquoi faut-il, surtout pour les grandes


installations, placer un refroidisseur après la
compression ?

6. Pourquoi un filtre à poussières est-il nécessaire à


un poste de compression ?
Alors que l’air utilisé passe quand même par une
unité de conditionnement !

7. Dessiner le symbole d’un distributeur 5/3 à


commande pneumatique bilatérale et à retour
par ressort en position médiane fermée

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 21


9.3 Sècheur d'air par réfrigération

9.3.1 Circuit air

L’air comprimé entrant dans l’échangeur de chaleur air/air subit un pré-refroidissement. Il passe dans
l’échangeur de chaleur air / réfrigérant où la température s’abaisse à +2°C. Les condensats sont séparés de l’air
et évacués automatiquement par le séparateur d’eau. Avant de quitter le sécheur, l’air réfrigéré passe une
seconde fois dans l’échangeur de chaleur air / air où il se réchauffe.

9.3.2 Circuit du fluide frigorigène

Du compresseur le gaz frigorigène se dirige vers le condenseur. Un ventilateur de grande capacité / ou un


circuit de refroidissement permettent son passage en phase liquide. Une vanne de détente (ou un tube
capillaire) régule le passage du fluide jusqu’ à l’échangeur, où il s’évapore, en absorbant la chaleur de l’ air
comprimé. Le compresseur élève à nouveau sa pression et le cycle recommence.

22 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.4 Sècheur d'air par absorption

C'est l'installation la plus simple, il n'y a pas de pièces en


mouvement ou d'appel d'énergie et de perte de charge.

Un premier ressuyage de l'air saturé a lieu par séparation


mécanique, le condensat est évacué par une purge automatique.

Par la suite l'air comprimé passe par un réservoir qui contient un


produit hygroscopique, celui-ci se mélange à la vapeur d'eau et
s'écoule.

Ce qui produit une diminution du point de rosée d'environ 15° C


par rapport à la température d'entrée.

La consommation du produit de séchage dépend des conditions


d'utilisation.

Lorsque le produit hygroscopique est saturé d'eau, il doit être régénéré (régénération par chauffage).

9.5 Sècheur d'air par absorption

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 23


9.6 Régénération

9.6.1 Régénération sous pression

Le sécheur comporte deux colonnes, chargées d’un matériau dessicant. L’air comprimé est dirigé sur la colonne
A où la vapeur d’eau est absorbée par le dessicant. Dans le même temps, le dessicant de la colonne B est
régénéré par le passage à contre-courant d’un faible débit d’air déjà déshydraté, prélevé dans la colonne A.

Avant que le dessicant de la colonne A ne soit saturé en eau, un système de vannes, contrôlé par le système de
commande, inverse le flux d’air. C’est au tour de la colonne B d’assurer le séchage, tandis que la colonne A
passe en phase de régénération. La purge d’air est interrompue pour réduire au minimum la consommation
d’énergie. L’inversion du cycle ne se produit pas tant que le point de rosée est maintenu. L’alternance des
cycles séchage et régénération permet de disposer d’un débit continu d’air déshydraté.

Le point de rosée très bas (-20° C à - 40° C) va de pair avec une réduction des frais d'exploitation dus à la
régénération.

Dans les grands sécheurs, la régénération se réalise par chauffage avec une petite consommation d'air de
rinçage.

9.6.2 Régénération sous vide

Le procédé est à peu de chose près le même, sauf qu’au lieu d’envoyer de l’air dans la cuve à régénérer, on va
créer un courant d’aspiration.

Quelques accessoires supplémentaires sont nécessaires :

1. Entre les vannes 4 et 5 ainsi que 1 et 2, on place une vanne de décompression des cuves I et II.
2. Les vannes 2 et 5 sont raccordées sur un filtre d’aspiration à travers un réchauffeur.
3. Il y a deux vannes 7, une pour chaque cuve, entre ces deux vannes est placé un ventilateur.

Par exemple : après une décompression de la cuve II, on ouvre les vannes « 5 et 4 » ainsi que la vanne « 7 »
vers le ventilateur.

Le ventilateur aspire de l’air ambiant au travers du filtre d’aspiration et l’échangeur/réchauffeur, l’air chaud
traverse la cuve II de bas en haut.

La cuve II reste en légère dépression, sous l’effet combiné du débit d’air chaud et de la dépression, le produit
absorbant transmettra l’humidité accumulée pendant le cycle précédent à l’air chaud qui est alors évacué à
l’extérieur à travers le ventilateur.

24 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.7 Symboles

Les symboles proviennent de la « Commission Européenne des Transports Oléo-Pneumatique » C.E.T.O.P.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 25


26 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique
Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 27
28 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique
Remarques : Le trait oblique à l’intérieur du rectangle symbolisant une bobine d’électro-aimant est facultatif. La
norme CEI 117 ne l’oblige plus.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 29


9.8 Unité de conditionnement d'air

réducteur de
pression manomètre
6
4

2 8

robinet d' 0 bar

isolement

entrée vers le réseau


d' utilisation

filtre

Symbole schématisé lubrificateur


Normalisation C.E.T.O.P. source: Rexroth

Après chaque dérivation et juste avant la machine à alimenter, on place une ou plusieurs unités de
conditionnement d'air.

L'unité de conditionnement d'air ou groupe de contrôle est nécessaire pour :

1. Isoler la machine du circuit d'air comprimé «vanne d'arrêt avec purge ».


2. Séparer par l'effet centrifuge les gouttes d'eau qui seraient encore présentes et retenir les particules
solides (poussières, rouille, etc. ...) «filtre à air comprimé ».
3. Régler la pression d'utilisation et la maintenir constante «détendeur ou réducteur de pression ».
4. Pulvériser une quantité d'huile dans l'air purifié «lubrificateur à brouillard d'huile ».

source: Rexroth

30 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Remarques : Après l'unité de conditionnement d'air, il ne peut être fait usage que de conduites non-corrosives
(cuivre, acier inoxydable, caoutchouc, PVC, RILSAN, etc. ...), les tuyauteries d'acier même galvanisées sont à
proscrire.

Air filtré
détendu
et non
huilé

Arrivée d' air réseau Air filtré


détendu
et huilé

Pour certaines applications « Logique, régulation, agroalimentaire, etc. », l’air comprimé utilisé ne peut être
huilé « le matériel pneumatique fonctionne à sec ».

Dans ce cas, l’unité de conditionnement d’air ne comporte pas de huileur.

Dans d’autres applications, il est nécessaire d’utiliser de l’air huilé et de l’air non huilé.

Dans ce cas, l’unité de conditionnement d’air comporte une dérivation, cette dérivation est placée entre le
détendeur et le huileur.

Les fabricants de matériel pneumatique livrent en éléments séparés les différents accessoires « Filtre,
détendeur, huileur, dérivations ».

L’assemblage est à réaliser par l’utilisateur.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 31


9.9 Détendeurs ou réducteurs de pression

Un détendeur est un appareil qui permet d’obtenir, avec une pression d’entrée variable, une pression de sortie
sensiblement constante. Il peut arriver qu’on veuille une pression déterminée, par exemple pour régler la force
des vérins, ou qu’on désire une pression de travail constante malgré les variations de pression du réseau.

9.9.1 Détendeur sans orifice de décharge

Principe

Un bouton de réglage « T » comprime le ressort « R1 » et pousse la membrane « M » vers le bas, l’axe de


commande « A » solidaire de la membrane « M » actionne le clapet « D ».

Le clapet « D » s’ouvre d’une certaine valeur (réglage de « T ») ce qui met en communication l’entrée « P »
avec la sortie « S » à travers du conduit « C ».

Vu la chute de pression de « P » à « S », à cause de l’étranglement à l’endroit du siège du clapet « D », la


pression de sortie « S » sera réduite.

La pression en sortie « S » prendra une valeur telle que l’action de « R1 » sur la membrane « M » [vers le bas]
est équilibrée par une force due à la pression de sortie « S » agissant sur la membrane « M » [vers le haut].

En effet, si la pression en « S » baissait, « R1 » écarterait le clapet « D » vers le bas, ce qui ouvrirait le


passage et augmenterait la pression en « S ».

Inversement, si la pression en « S » montait, elle comprimerait le ressort « R1 » et l’ouverture du siège


diminuerait, ce qui ferait de nouveau baisser la pression en « S ».

Ce type de détendeur sans orifice de décharge à l’inconvénient de ne pas réagir si la pression « S » montait au-
dessus de la valeur de consigne.

Par exemple, un surplus d’air dû au mouvement de retour d’un vérin ferait remonter brusquement la pression
en « S » et le ressort « R1 » serait tellement comprimé que le clapet « D » se fermerait complètement, à ce
moment le surplus d’air ne peut s’évacuer.

32 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.9.2 Détendeur avec orifices de décharge. « Orifices de correction »

Principe

Le bouton de réglage « T » comprime le ressort « R1 » et pousse la membrane « M » vers le haut.

Le conduit « E » est obturé au niveau du siège de membrane « S » et de l’axe de clapet « A ».

Le clapet « D » est soulevé de son siège d’une certaine valeur (réglage de « T ») ce qui met en communication
l’entrée « P » avec la sortie « S ».

Vu la chute de pression de « P » à « S », à cause de l’étranglement à l’endroit du siège du clapet « D », la


pression de sortie « S » sera réduite.

La pression en sortie « S » prendra une valeur telle que l’action de « R1 » sur la membrane « M » [vers le haut]
est équilibrée par une force due à la pression de sortie « S » agissant sur la membrane « M » [vers le bas].

En effet, si la pression en « S » baissait, « R1 » écarterait le clapet « D » vers le haut, ce qui ouvrirait le


passage et augmenterait la pression en « S ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 33


Inversement, si la pression en « S » montait, elle comprimerait le ressort «R1 » et l’ouverture du siège
diminuerait, ce qui ferait de nouveau baisser la pression en «S ».

Ce type de détendeur avec orifices de décharge à l’avantage de réagir si la pression «S » montait au-dessus de
la valeur de consigne.

Par exemple, un surplus d’air dû au mouvement de retour d’un vérin ferait remonter brusquement la pression
en « S » et le ressort « R1 » serait tellement comprimé que le clapet « D » se fermerait complètement, à ce
moment la membrane « M » est poussée vers le bas, ce qui ouvre le siège de membrane « S » et le surplus
d’air peut s’évacuer par les orifices d’échappement « OE » à travers du conduit « E » du siège de membrane «
S ».

9.9.3 Raccords réducteurs de pression « Economiseur d’énergie »

« UNIVER » ® « LEGRIS » ®

Ce raccord fixé le plus souvent sur les orifices du distributeur délivre au vérin une pression « S » détendue à
une valeur déterminée par réglage manuel. Il y a donc une réduction de la pression admise dans le vérin, ce qui
conduit à une économie d’énergie.

Un clapet dont le ressort est taré au moyen d’une vis de réglage assure la détente de l’air « P » à une pression
inférieure « S », qui sera celle envoyée au vérin.

Solidaire de cette vis, un voyant de couleur permet de visualiser la réduction de pression réalisée.

L’économie en consommation d’air comprimé qui en résulte peut atteindre facilement 30 %.

Au retour, la jupe « Clapet anti-retour » se soulève, ce qui permet le libre écoulement de l’air d’échappement
de « S » vers « P ».

34 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Applications :

Cylindre travaillant dans un sens à haute pression et au retour à pression réduite.

Pour les vérins destinés à presser, serrer, pincer, ..., il est fréquent d’avoir à limiter l’effort, par exemple pour
préserver la pièce sur laquelle le vérin agit.

2,5 bars

Unité de conditionnement d' air

Réglage :

Avec une clé à 6 pans, tourner la vis de réglage, en même temps insérer un manomètre côté « S » rendant
visible la pression sélectionnée.

Pour interdire éventuellement tout accès au réglage, un bouchon de scellement peut être introduit dans
l’empreinte de la vis à 6 pans creux.

En réglant le rappel d’un vérin à 2,5 bars par exemple, l’aller étant réglé à 6 bars, on obtient un gain d’air de
30%.

Le voyant de contrôle de l’Economiseur LEGRIS ® présente 3 couleurs :

Jaune 6 bars à l’aller, 2 bars au retour. Economie maximum « 4 bars ».

Orange 6 bars à l’aller, 3 bars au retour. Economie importante « 3 bars ».

Rouge 6 bars à l’aller, 4,5 bars au retour. Economie moyenne « 1,5 bars ».

Source Legris

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 35


9.10 Valve de pression ou de décharge

Une valve de pression ou de décharge est en fait une valve à clapet normalement fermée, dont l’ouverture sera
commandée de manière automatique une fois la pression de commande d’ouverture atteinte. Généralement, ce
type de valve est une valve de sécurité dont le but est de protéger les circuits pneumatiques contre les
surcharges de pression.

9.11 Valve de mise en pression progressive

Ce type de valve permet la mise sous pression d’un circuit de manière progressive. Lors de la mise en pression
du circuit, la pression s’établit de manière progressive en partant de bar jusqu’à la moitié de la pression de
consigne. Une fois cette valeur atteinte, la pression s’établit alors de rapidement à la pression de consigne. On
fait appel à ce type de valve pour empêcher tout démarrage brutal d’un mouvement de machine, démarrage
pouvant survenir lors de la mise en pression du réseau.

36 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.12 Raccordement instantané, système « LF 3000 » - « LEGRIS » ®

Plusieurs systèmes de raccordements pneumatiques existent sur le marché, chaque constructeur ayant
développé son propre système.

Toutefois, un système développé par « LEGRIS » - « Système LF 3000 » ® est utilisé sur beaucoup
d’installations pneumatiques.

Le système « LF 3000 » est dit « instantané » car sa technique de connexion « Tube-raccord » permet un
raccordement simple et immédiat.

L’accrochage et l’étanchéité sont obtenus par simple poussée du tube dans le raccord.

9.12.1 Tubes pour raccords « LF 3000 »

Les raccords instantanés « LF 3000 » admettent les tubes calibrés CETOP, soit en plastique souple «
Polyuréthane » ou en nylon semi-rigide « Polyamide 11 » commercialisés sous la marque « RILSAN » ®.

Tolérances CETOP pour tube « RILSAN » 

 extérieur Tolérance sur  extérieur


4 et 5 mm + 0,05 mm - 0,07 mm
6 à 14 mm + 0,05 mm - 0,10 mm

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 37


9.12.2 Conditions d’emploi des tubes « RILSAN » sur raccords « LF 3000 »

Pression de service en bar suivant


Rayon de
 ext du tube  int du tube température
courbure
en mm en mm - 15 °C + 30 °C + 50 °C
minimum en mm
+ 30 °C + 50 °C + 70 °C
4 2 15 18 18 18
4 2,7 18 18 15 12
5 3,3 25 18 15 11
6 4 35 18 15 11
8 6 55 14 11 8
10 7,5 75 14 11 8
12 9 95 14 11 8
14 11 140 14 9 7

9.12.3 Raccordement du tube

Pousser le tube à fond dans le raccord.

Dès que le tube est emmanché à fond, la partie de la pince comportant la dent d’accrochage est en contact
avec la contre-pente de verrouillage et la tenue du tube est assurée.

38 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


9.12.4 Déconnexion du tube

Simplement pousser la pince. Cette simple poussée sur la pince permet d’empêcher l’action de la contre-pente
de verrouillage, le tube s’extrait alors facilement.

Sécurité : Danger de déconnexion des tubes sous pression « Détente des gaz - Coup de fouet ».

Une multitude de possibilités de raccordement existe en système « LF 3000 » ®, en voici quelques exemples.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 39


9.12.5 Questionnaire relatif à l’instruction 1.2

40 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10 Distributeurs

Les appareils qui commandent l’arrivée d’air aux vérins s’appellent des «distributeurs ».

Ils ont un organe mobile, par exemple un tiroir, dont le va-et-vient provoque des ouvertures et des fermetures
de passages.

Ils sont de types différents selon la manière de les actionner : commande manuelle, au pied, mécanique,
pneumatique, électrique.

Distributeurs de puissance : ce sont les distributeurs qui actionnent ou commandent directement les
éléments de puissance (vérins, moteur). Ces distributeurs peuvent être
commandés pneumatiquement ou électriquement.

Distributeurs de commande : ce sont des distributeurs auxiliaires, émetteurs de signaux, qui interviennent
dans le schéma de commande. Les canalisations qui partent de ces
distributeurs sont appelées : canalisation de commande ou de pilotage.

Source : Norgren

Les distributeurs sont caractérisés par le nombre de leurs orifices d’entrée ou voies : arrivée d’air, départs vers
les vérins ou autre destination, orifices d’échappement. On les caractérise aussi par leur nombre de positions ou
cases : deux ou trois positions.

Ces deux nombres séparés par une barre peuvent désigner en abrégé un type de distributeur.

Par exemple, un distributeur 5/3 aura 5 orifices de raccordement « non compris les entrées d’air éventuelles
pour une commande pneumatique » et 3 positions ou cases.

D’autres détails indiquent le genre de commande à l’aller « bouton-poussoir, galet, pneumatique, etc. » comme
au retour du tiroir « ressort.

Les distributeurs peuvent faire l’objet de différents modes de montage :

Montage en ligne

Ce type de montage rend chaque distributeur indépendant les uns des


autres. Il nécessite plus de connexions que les autres types de
montages.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 41


Montage sur embase

Le regroupement des distributeurs sur une embase permet de réduire


le nombre de connexions en en créant certaines communes :

 Orifice d’alimentation
 Orifices d’échappement
Le montage sur embase non normalisée est un montage
« propriétaire », c’est-à-dire que seuls des distributeurs d’un certain
type, d’une même marque pourront être montés sur cette embase.

Montage sur embase ISO

Ce type d’embase présente la particularité d’avoir un « plan de pose »


c’est-à-dire une empreinte commune à tous les distributeurs
pneumatiques de taille identique de marques différentes.

Montage sur îlots

Le montage sur îlot permet de réduire


l’encombrement de l’implantation vannes
pneumatiques. Ces îlots de vannes peuvent
également être commandés par réseau de
communication tels que :

 Ethernet
 Devicenet
 Controlnet
 Profibus
 Etc..

La taille des distributeurs détermine généralement leur capacité de débit, c’est-à-dire la quantité d’air comprimé
qu’ils peuvent laisser passer.

Options des tailles des orifices de raccordement

42 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10.1 Elément de commutation

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 43


10.2 Deux procédés de construction sont couramment utilisés par les fabricants de
matériel pneumatique : à clapet et à tiroir

10.2.1 Distributeur 3/2 à clapet ouvert au repos «NO »

A la position de repos, ce distributeur 3/2 permet le passage de l’orifice d’alimentation en pression 1 «P » vers
l’orifice d’utilisation 2 «A » et obture l’orifice d’échappement 3 «R ».

Le ressort de rappel repousse la pièce mobile, les clapets 1 et 2 sont repoussés vers le haut par l’action de la
pression et du ressort de rappel du clapet 1.

La pression peut s’écouler librement de 1 vers 2 à travers l’orifice de la pièce mobile.

L’échappement 3 est obturé par l’action du clapet 1 qui appuie sur le siège avec épaulement.

En position actionnée, ce distributeur 3/2 permet le passage de 2 «A » vers 3 «R » et obture l’arrivée en


pression 1 «P ».

Lorsque le poussoir est actionné, le clapet 2 ferme le passage de 1 vers 2, tandis que le clapet 1 est soulevé de
son siège par l’épaulement du poussoir.

L’air emmagasiné en 2 peut librement s’échapper par l’orifice 3.

Pour actionner ce distributeur, il faut vaincre la force engendrée par le ressort de rappel de la pièce mobile plus
celle engendrée par la pression agissant sur le clapet 2, c’est pourquoi les distributeurs à clapet seront utilisés
surtout pour la commande «Circuit de pilotage » et pour l’alimentation des vérins de petits diamètres.

1 3

44 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Question : Est-il possible de transformer ce distributeur 3/2 NO en 3/2 NF?

Par exemple, en raccordant l’arrivée en pression sur l’orifice 3, l’utilisation se faisant sur l’orifice 2 et
l’échappement sur l’orifice 1.

Quelles sont vos conclusions sur cette façon de procéder ? Est-ce possible ? Raisonnez sur la représentation du
distributeur au repos pour étayer vos réponses.

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 45


10.2.2 Distributeur 3/2 à tiroir fermé au repos «NF »

A la position de repos ce distributeur 3/2 permet le passage de l’orifice d’utilisation 2 «A » vers l’orifice
d’échappement 3 «R » tandis que l’arrivée de pression raccordée sur l’orifice 1 «P » est obturé.

En position actionnée, ce distributeur 3/2 permet le passage de 1 «P » vers 2 «A » et obture l’échappement 3


«R ».

Pour actionner ce distributeur, il faut simplement vaincre la faible force engendrée par les frottements du tiroir
dans le coulisseau et celle engendrée par le ressort de rappel, c’est pourquoi les distributeurs à tiroir sont les
plus utilisés pour l’alimentation des vérins comme pour la commande «Circuit de pilotage ».

Question : Est-il possible de transformer ce distributeur 3/2 NF en 3/2 NO?

Par exemple, en raccordant l’arrivée en pression sur l’orifice 3, l’utilisation se faisant sur l’orifice 2 et
l’échappement sur l’orifice 1.

Quelles sont vos conclusions sur cette façon de procéder ? Est-ce possible ? Raisonnez sur la représentation du
distributeur au repos pour étayer vos réponses.

...............................................................................................................................................................

...............................................................................................................................................................

...............................................................................................................................................................

10.2.3 En conclusion

Les distributeurs à clapet ne sont pas réversibles, on doit spécifier le type NO ou NF lors de l’achat.

Les distributeurs à tiroir sont réversibles, on dit qu’ils sont bidirectionnels.

On peut dans ce cas compléter sur les schémas les symboles des distributeurs à tiroir par des doubles flèches
pour attirer l’attention du lecteur sur le type de distributeur. Cette façon de procéder n’est que facultative et
non obligatoire.

13

46 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10.2.4 Distributeurs 3/2 réversibles NF/NO – Bidirectionnels

Les doubles flèches renseignent l’utilisateur sur la fonction bidirectionnelle du distributeur.

10.2.5 Comment transformer un distributeur 3/2 NF en distributeur 3/2 NO?

Il suffit d’inverser les 2 orifices «1 et 3 » :

Lorsque la pression est raccordée sur l’orifice 1 «P » et l’échappement sur l’orifice 3 « R » le distributeur est
utilisé en «Normalement Fermé - NF ».

Lorsque la pression est raccordée sur l’orifice 3 «R » et l’échappement sur l’orifice 1 «P » le distributeur est
utilisé en «Normalement Ouvert - NO ».

Remarques : L’orifice 2 « A » est dans chaque cas réservé à l’utilisation.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 47


10.2.6 Distributeur 3/2 à 2 positions fixes

Ce distributeur 3/2 diffère du précédent uniquement


par l'absence de ressort de rappel.

Suivant le schéma, cela peut très bien être la case du


bas qui est actionnée.

" Schéma du haut ".

Ou alors la case du haut qui est actionnée.

" Schéma du bas ".

Dans ce cas, on complète la commande par levier


d'un symbole.

" Petit trait dans un V " pour représenter la position


qui est crantée.

Il va de soi que le schéma doit représenter dans ce


cas l'action au repos machine " Vérin rentré " ou "
Vérin sorti " suivant la case actionnée sur le
distributeur 3/2 à 2 positions fixes.

Un schéma étant toujours représenté au repos


machine sous pression.

48 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10.2.7 Distributeur à commande pneumatique - Instruction 1.3

1. Repérer sur le schéma les différents orifices de raccordement des distributeurs V1 et V2.
2. Fixer les différents accessoires, les réunir entre eux par des tuyaux flexibles suivant le schéma.
3. Régler le détendeur sur 6 bars et faire fonctionner l’installation en actionnant le distributeur V1.
4. Le distributeur V1 envoie la pression de commande « pilotage » (trait -----) au distributeur V2.
V1 est appelé « distributeur pilote ».
5. La commande pneumatique de V2 doit être permanente car son ressort de rappel repousserait le tiroir vers
le haut en position fermée, si éventuellement la pression pilote cessait.
V2 est un distributeur 3/2 NF à commande pneumatique unilatérale.
6. Remplacer maintenant la conduite pilote (------) entre V1 et V2, par un rouleau de 50 mètres pour obtenir
un effet d’éloignement. Quelle influence cet allongement de la conduite a-t-il sur le fonctionnement?

........................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................

7- Noter la pression de pilotage minima à partir de laquelle le distributeur V2 fonctionne.

........................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................

........................................................................................................................................................

Les distributeurs à commande pneumatique sont très utilisés dans les commandes à distance. Cependant
l’éloignement des distributeurs pilotes doit être limité pour ne pas amener un retard trop important.
Pratiquement 50 mètres est la distance maxima admissible.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 49


10.2.8 Distributeur 3/2 à siège plat à commande pneumatique

Ce distributeur 3/2 fermé au repos est actionné par mise sous pression du piston pilote en 12 (Z).

L’air comprimé en provenance de 1 (P) et le ressort de rappel maintiennent le disque sur son siège.

La surface du piston pilote doit être dimensionnée en sorte que le clapet puisse être soulevé à coup sûr de son
siège pour des pressions égales en 1 (P) et en 12 (Z).

On appelle ces distributeurs à commande pneumatique et à retour par ressort soit :

1. Distributeur « 3/2 » à commande pneumatique « unilatérale ».


2. Distributeur « 3/2 » à commande pneumatique « asymétrique ».
3. Distributeur « 3/2 » à commande pneumatique « mono stable ».

Ceci implique une seule position fixe, celle du repos « côté case ressort ».

Les distributeurs à commande pneumatique sont très utilisés pour les commandes à distance.

Pour divers motifs, on arrive à commander une installation à air comprimé à partir d’un pupitre central.

On ne peut cependant pas dépasser une certaine distance entre les distributeurs de commande et les
distributeurs pilotes, pour éviter un trop grand retard entre l’impulsion donnée et son résultat.

Il n’y a pas d’inconvénient à pousser jusqu’à 50 mètres.

Remarques : le distributeur 3/2 NF représenté ci-dessus n’est pas réversible, en effet si on raccorde l’arrivée
de pression sur l’orifice 3, le clapet est poussé vers le bas, et l’air s’échappe par les 2 orifices 1
et 2.

50 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


10.2.9 Distributeur 3/2 à tiroir à commande pneumatique

Ce distributeur 3/2 fermé au repos est actionné par mise sous pression du piston pilote en 12.

L’air comprimé en provenance de 1 appuie avec une force égale sur les deux côtés du tiroir.

L’air de pilotage raccordé sur l’orifice 12 agit sur le piston pilote, ce piston pilote est surdimensionné.

« S pilote>S tiroir », pour déplacer le tiroir il faut simplement vaincre la force du ressort de rappel et les forces
de frottement.

Le rapport des surfaces « Pilote/Tiroir » permet d’obtenir (suivant les constructions) un déplacement pour des
faibles pressions de pilotage « 1/3 à 1/10 de la pression de service », il est donc possible d’augmenter les
temps de réponse entre l’apparition du signal de commande et le déplacement du tiroir.

Remarques : Ce type de distributeur 3/2 est réversible « NF-NO ».

Sur ce modèle, le logement côté ressort doit être pourvu d’un trou d’évent.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 51


10.2.10 Distributeur 3/2 à pilotage indirect

Les figures ci-dessus représentent un distributeur 3/2 à commande par poussoir et à commande indirecte, c’est
le même principe de commande indirecte qui est utilisé sur certains distributeurs à commande pneumatique et
électropneumatique.

Un conduit relie l’arrivée en pression vers un petit distributeur 3/2 NF interne, l’action sur le levier de
commande ouvre ce petit distributeur 3/2 qui pilote alors « indirectement » le distributeur principal par
l’intermédiaire de la membrane de commande. La surface de cette membrane de commande est
surdimensionnée par rapport à la surface du distributeur principal, il suffit alors d’une faible pression pour
provoquer l’inversion de ce distributeur.

Remarques : Ce distributeur est réversible, le repérage des orifices renseigne l’utilisateur sur la fonction du
distributeur.

« P1 - R1 » fonction 3/2 NF.

« P2 - R2 » fonction 3/2 NO.

52 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Pour que le « pilotage indirect » soit en service dans une fonction comme dans l’autre, il faut démonter la tête
de commande et la retourner.

La force mécanique à développer pour actionner ce distributeur est minime « 0,5 à 2,5 N soit 50 à 250 gr » du
fait de l’effet amplificateur fourni par l’ensemble « distributeur interne/membrane ».

10.2.11 Repérage et interprétation des symboles C.E.T.O.P.

P / P1 / P2 / 1 A et B / 2 et 4
Orifice d’alimentation en air Orifices pour les circuits de travail,
comprimé, arrivée de pression. raccordement vers vérin.

R et S / EA et EB / 3 et 5 X - Y - Z / 10 - 12 - 14
Orifices d’évacuation, mise à Orifices pour les circuits de
l’échappement. pilotage.
23-45 10 et 12 sur 3/2
12 et 14 sur 5/2
Pilotage en 10  Rien (Sur 2/2 & 3/2)
Pilotage en 12  Passage de 1 vers 2
Pilotage en 14  Passage de 1 vers 4

2
2

1 3 1 3

2 4
14

3 1 5

2 2 4
12 10 12 14

1 3
1

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 53


11 Vérins à simple effet

Le vérin à simple effet n’est alimenté en air comprimé que pour une seule course du piston, correspondant
généralement à la sortie de la tige «course positive du vérin ». L’air comprimé est appliqué sur la surface du
piston, la tige sort, cela a pour effet de comprimer le ressort.

Le piston est ramené au repos, la tige rentre «course négative du vérin » lorsque l’air emmagasiné côté piston
est évacué à l’échappement.

Course négative

Le ressort est relâché, le piston est en arrière.

L’air comprimé est évacué à l’échappement.

Course positive

Le ressort est comprimé, le piston est poussé vers l’avant par la pression de l’air comprimé appliqué sur sa
surface.

11.1 Exécution d’un vérin à simple effet

Le tube d’un vérin, fermé à chaque extrémité par un flasque, contient le piston et la tige de piston, pièces
mobiles dans l’axe longitudinal.

La tige de piston passe à travers l’un de ces flasques par un fourreau de guidage «bague de guidage en
bronze », ce fourreau est équipé d’un joint racleur.

Le rôle du joint racleur est de nettoyer la tige de façon à éviter l’introduction de saleté entre la tige et la bague
de guidage lors de la course négative du vérin.

Les flasques ont des trous filetés pour les raccordements des tuyaux. Ces orifices sont désignés par leur
filetage : M5 « filet métrique, angle 60° » 1/8 - 1/4 - 3/8 - 1/2 - 3/4 - 4/4 (1) - 5/4 (1 ¼) - 6/4 (1
½) - 8/4 (2) « filet gaz Witworth pour tuyauterie, angle 55° - BSP pour British Standard Pipe »

Pour empêcher l’air comprimé de passer de l’autre côté du piston, un joint assure l’étanchéité de ce dernier.

54 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Une exécution répandue et excellente de ce joint, est celle d’une cuvette en élastomère (caoutchouc
synthétique), résistant aux huiles minérales «le butadière nitrile ou l’acrylique NBR perbuman ».

Plus la pression augmente, plus la lèvre du joint est pressée contre l’alésage du tube.

La chambre du cylindre contenant le ressort est munie d’un trou appelé «évent ou orifice de respiration du
vérin ».

Sa fonction est très importante, il faut veiller à ce que cet orifice ne soit jamais obturé.

11.2 Rôle de l’orifice de respiration

La chambre du vérin côté ressort de rappel contient de l’air à la pression atmosphérique, lorsque le piston est
rentré.

Lors de la sortie de la tige, cet air est évacué par l’orifice de respiration.

L’air à pression atmosphérique occupe de nouveau le volume de la chambre côté ressort, lors de la rentrée de
la tige.

Si cet orifice est obturé, le vérin peut très bien ne pas faire sa course complète, équilibre des pressions côté
piston et côté ressort.

Les vérins de grand diamètre « alésage supérieur à  30 mm » ont le tube généralement serré entre les
flasques par quatre tirants.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 55


Vérins de  30 mm d’alésage et moins Vérins de  d’alésage supérieur à 30 mm

11.3 Commande d’un vérin à simple effet par distributeurs 2/2

V0 V0'

Figure A

La figure A montre l’installation au repos. Le ressort de rappel pousse le tiroir de V 0 vers le haut, de sorte que
l’air comprimé n’arrive pas au vérin.

56 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


V0 V0'

Figure B

La figure B montre le distributeur V0 actionné par le bouton-poussoir, tiroir enfoncé et ressort comprimé. Le
passage s’établit dans le distributeur. L’air parvient au vérin mais ne peut s’échapper par V 0’. La pression p
s’établit sur le piston et une force.

F = p x S se développe sur la tige. Si F est supérieur à la force du ressort, le piston se déplace vers la droite, le
vérin fait sa course de sortie.

Si on lâche le bouton-poussoir de V0 le tiroir remonte et ferme le passage. Le vérin reste en position de sortie et
les conduites restent sous pression.

V0 V0'

Figure C

Figure C si on appuie sur le bouton-poussoir du distributeur V0’ l’air s’échappe par ce distributeur. Le ressort de
rappel ramène le piston vers la gauche, le vérin fait sa course de rentrée.

La figure D montre l’installation en symboles normalisés.

Notons que les 2 distributeurs 2/2 sont représentés en position


fermée, ce qui est indiqué par le signe d’arrêt dans la case
inférieure.

Quand on appuie sur le bouton de V0 ou de V0’ on doit


considérer la case supérieure. La pointe de flèche pleine
indique le sens du flux d’air.

La pointe de flèche blanche indique l’échappement.

C’est toujours en position de repos qu’on représente les


distributeurs pneumatiques.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 57


11.4 Réglage de la pression - Instruction 1.1

1. Réunir les accessoires relatifs au schéma ci-contre.


2. Disposer et fixer les accessoires V0 et V0’.
Les raccorder entre eux par tuyaux flexibles, en évitant d’écraser ceux-ci par des rayons de courbure
trop faible.
Remarques : Il est possible que le poste de travail ne soit pas équipé de distributeurs 2/2, il faut dans
ce cas utiliser des distributeurs 3/2 et les transformer en 2/2.
3. Ouvrir le robinet d’alimentation V et lire la pression indiquée par le manomètre M1. Régler le détendeur
D1 pour mettre cette pression à une valeur de 5 bars.
4. Actionner le distributeur V0. Que se passe-t-il, que fait le vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

5. Actionner le distributeur V0’. Que se passe-t-il, que fait le vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

6. Observer le manomètre au moment de l’action sur V0 et V0’. Répéter plusieurs fois ces manœuvres.
Que fait l’aiguille du manomètre ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

7. Alimenter le vérin par de l’air comprimé à différentes pressions. Que constate-t-on si la pression est
successivement de 1 bar, 2 bars, 3 bars, 4 bars, 5 bars et 6 bars ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

8. On voit, d’après le schéma, que ce montage permet de réaliser le serrage d’une pièce. La force de
serrage est réglable d’après la pression fournie par le détendeur.
Suivant la force du ressort qui équipe le vérin, la tige sort déjà pour des pressions faibles appliquées sur
la surface du piston du vérin.
58 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique
9. L’unité de conditionnement d’air comprend les éléments « F1 - D1 - M1 - F2 ». Avant d’utiliser l’air
comprimé, celui-ci doit être approprié. Il faut d’abord enlever les poussières et l’humidité de l’air par le
filtre F1. Ensuite fournir l’air à la pression convenable pour l’application par le réglage du détendeur D1.
Enfin l’air propre et détendu à la pression désirée est chargé d’un brouillard d’huile par le lubrificateur
F2 de façon à huiler les organes mobiles de l’installation.

11.5 Questionnaire relatif à l’instruction 1.1

1- Pourquoi le réglage du détendeur D1 n’a-t-il


d’influence que sur la course de sortie d’un vérin à
simple effet et non sur la course de rentrée?

2- Le piston d’un vérin doit évidemment être étanche,


pour empêcher l’air comprimé de passer d’un côté à
l’autre des chambres du vérin.
Quel est le principe de l’étanchéité?
Compléter la figure ci-contre en dessinant le joint.

3- Que faut-il entendre par la respiration d’un cylindre à


simple effet?

4- Quelle est la raison d’une représentation symbolique des


installations?

5- Comment s’appelle le système de représentation des


symboles utilisés?

6- Que se passerait-il si on actionnait en même temps les


distributeurs V0 et V0’?

1e distributeur 2e distributeur
7- Lire attentivement la description du 1e distributeur
symbolisé ci-contre.
Distributeur à 2 orifices (2 voies) et à 2 positions (2
cases) fermé au repos (case inférieure), normalement
fermé. Commande par bouton, rappel par ressort.
Décrire de la même façon le symbole du 2e distributeur.
2/2 NF

8- Etudier la sécurité du montage de l’exercice 1.1, en


supposant que la pièce soit serrée et que la pression
d’alimentation disparaisse tout d’un coup. Cela peut être
simulé en coupant l’alimentation. Que constatez-vous?

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 59


11.6 Sécurité de montage - Utilisation d’un distributeur 3/2 NF - Instruction 1.01 - 01 -
1.2

1. Isoler le montage en coupant l’arrivée d’air comprimé alimentant le tableau.


Démonter et remettre soigneusement en place les flexibles et les distributeurs V 0 et V0’.

2. Remplacer ces distributeurs par V5 suivant le schéma ci-dessus.

3. Ouvrir l’alimentation en air comprimé et régler le détendeur D1 sur 6 bars.

4. Appuyer sur V5 pendant quelques secondes. Que fait la tige du vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

5. Relâcher V5, que se passe-t-il maintenant?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

6. Le distributeur V5 est un distributeur 3/2 «3 orifices de raccordement et 2 positions ». Etudier le


symbole. Sur le schéma, les orifices de raccordements sont repérés «1 ou P pour le raccordement
pression » «3 ou R ou EA pour l’échappement » «2 ou A pour l’utilisation ».

7. Nous voyons donc que cet unique distributeur 3/2 NF peut remplacer les deux distributeurs 2/2 NF du
montage précédent. Et pourtant il y a une différence entre ces 2 montages, laquelle ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

60 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


8. Le montage montre que la course de sortie du vérin ouvre la trémie. On peut appeler ce montage «de
sécurité », parce que le manque d’air comprimé referme la trémie par le retour du vérin suite à l’action
du ressort de rappel. Que doit-on exiger comme qualité mécanique pour le ressort de rappel?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

9. Dessiner dans le rectangle en traits mixtes, les symboles du distributeur d’isolement V, du filtre F1, du
détendeur D1, du manomètre M1 et du lubrificateur F2.

10. Remplacer le distributeur V5 par le distributeur V1 «3/2 à 2 positions fixes » suivant le schéma ci-
dessus. Monter aussi le clapet anti-retour E.
Faire fonctionner plusieurs fois le vérin en actionnant V 1.

Symbole C.E.T.O.P. d’un clapet anti-retour avec ressort.

11. Actionner V1 pour obtenir la sortie du vérin. Ensuite couper l’arrivée d’air alimentant le tableau.
Que fait le vérin?
Quelle est la fonction du clapet anti-retour E?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 61


12. Que se passerait-il dans le montage si on plaçait le clapet anti-retour E entre le distributeur et le vérin
« après l’orifice 2 » au lieu de le placer comme sur le schéma « avant l’orifice 1 » ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Le clapet de non-retour libère le passage dans un seul sens et bloque dans le sens opposé. Le pointeau
du clapet anti-retour chargé par le ressort se soulève de son siège lorsque la pression exercée contre
l’action du ressort dépasse la tension initiale de celui-ci.

Clapet anti-retour passant Clapet anti-retour bloquant

Calcul de la force de rappel du ressort d’un vérin à simple effet.

13. Des essais réalisés en réglant successivement sur 1 - 1,25 - 1,50 - 1,75 - 2 - 2,50 bars la pression
alimentant un vérin à simple effet, alésage  40 mm, course 120 mm, ont permis de compléter le
tableau ci-dessous.

Pressions en bar (kg/cm2) Longueur en mm de sortie de


indiquées par le manomètre la tige.
1 20
1,25 50
1,50 80
1,75 112
2 120
2,5 120

D’après les caractéristiques relevées dans ce tableau, tracer la courbe « pression-course » dans le
diagramme ci-contre.

62 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Caractéristique pression-course

2,5
Pression en bar

2
1,75
1,5
1,25
1

0,5

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120


Course du verin en mm

14. Suivant les indications du tableau, tracer la courbe caractéristique «force-course » du ressort dans le
diagramme suivant.
Multiplier les pressions lues sur le manomètre par la section du piston, pour obtenir les forces.
Prolonger la courbe aussi près que possible du point où le ressort est comprimé à fond.

100
Force du ressort en daN ( kgf )

90
80
70
60
50
40
30
20
10

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120

Déplacement de la tige en mm

15. Supposons que le vérin serve au serrage d’une pièce au moyen d’une pression de 6 bars.
Indiquer sur le graphique de la page suivante la force de serrage disponible pour les différentes
positions de la tige.
Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 63
Surface du piston

Force développée par le piston sous 6 bars F=pxS

soit 6 x 12,56 ce qui donne 75,36 daN soit 75 daN

En position de compression, le ressort occupe une


partie du cylindre.

Le piston ne peut donc parcourir toute la longueur du


vérin, seulement la course «l », ce dont il faut tenir
compte lorsqu’on apprécie l’encombrement extérieur
«L » du vérin.

La longueur de la course d’un vérin à simple effet est d’autre part limitée par le flambage possible de la tige
suite à une mauvaise utilisation du vérin (fixation de la charge ; fixation du vérin, etc..).

«Le flambage est l’ondulation ou le fléchissement latéral que peut prendre une pièce comprimée trop longue ».

Une différence existe aussi entre les ressorts de rappel des vérins à simple effet, certains sont dit «légers »
quand le ressort n’a pour seule fonction que de ramener le piston à sa position initiale soit «course passive de
retour ».

D’autres sont dits «forts ou renforcés » quand le ressort doit en plus exécuter un travail lors du retour du vérin
en position initiale «course active de retour ».

Ces limites font que l’on utilise souvent des ressorts de traction extérieurs au vérin, lorsque la course demandée
est longue, au lieu d’un ressort intérieur comprimé.

64 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Ressort intérieur comprimé Ressort extérieur de traction

«Course active de retour courte » «Course active de retour longue »

Il faut distinguer aussi les vérins à simples effets, à tige normalement rentrée, cas le plus courant «ressort
disposé à l’avant du piston » et les vérins à simple effet, à tige normalement sortie «ressort disposé à l’arrière
du piston ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 65


11.7 Questionnaire relatif à l’instruction 1.3

Pourquoi s’écoule-t-il un certain temps entre la


commande de V1 et l’inversion de V2 ?

Dessiner le symbole d’un distributeur 3/2 NF NO


commande pneumatique unilatérale pilotage
indirecte et à ressort de rappel en :

Pourquoi utilise-t-on de distributeurs ressort Quand utilise-t-on des vérins à Pourquoi, pour les longues
de rappel à commande maintenue (manuelle simple effet courses, le ressort intérieur
ou pneumatique) ? de compression est-il
1. À ressort de rappel léger ?
remplacé par un ressort
2. À ressort de rappel fort ?
extérieur de traction ?

Dans les exemples ci-dessous, qualifiez le type de ressort à utiliser. « Léger ou fort » ?

66 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12 Fonctionnement du vérin à double effet

Partant de la position du vérin tige rentrée à fond, si l’air comprimé est raccordé à gauche «côté piston » et que
la chambre de droite «côté tige » est mise à l’échappement, le piston fait sa course sortante vers la droite
«course positive du vérin ».

Si à ce moment, la chambre gauche du vérin « côté piston » est mise à l’échappement, et si aucune force
extérieure ne vient agir de façon à ramener le piston à sa position de départ, la tige reste sortie puisqu’il n’y a
pas de ressort de rappel.

Inversement, la pression appliquée à droite du piston « côté tige » et l’échappement à gauche « côté piston »
provoque la course rentrante du piston « course négative du vérin ».

Donc, dans un vérin à double effet, les deux courses sont commandées par la pression d’air.

12.1 Différence de construction par rapport au vérin à simple effet

Un orifice sur chaque flasque est nécessaire pour l’air comprimé.

Chaque course consomme de l’air comprimé.

Il n’y a pas de ressort de rappel. Conséquence au point de vue de la force, à  d’alésage identique, un vérin à
double effet développe à pression égale une plus grande force qu’un même vérin à simple effet.

Pour un vérin à simple effet, cette force serait réduite de la force de compression du ressort.

12.2 Calcul théorique des forces sortante et rentrante d’un vérin à double effet

Soit un vérin à double effet  du cylindre 50 mm,  de la tige 22 mm.

Pression de fonctionnement 6 bars.

S du piston « Section pleine »

S côté tige « Section annulaire »

Force sortante = p x S pleine = 6 x 19,60 = 117,8 daN.

Force rentrante = p x S annulaire = 6 x 15,80 = 95 daN.


Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 67
12.3 Exécution des vérins à double effet

Comme pour les vérins à simple effet, les vérins à double effet de  d’alésage inférieur à 30 mm ne sont pas
assemblés par tirants.

A partir de  d’alésage supérieur à 30 mm, la construction est réalisée par tirants.

Le double guidage de l’ensemble tige-piston est réalisé au niveau du piston par un ensemble de trois
accessoires :

Un segment porteur.

Deux joints à lèvre situés de part et d’autre du segment pour assurer l’étanchéité de chacune des
chambres.

Et au niveau de la tige par un ensemble palier guide constitué de :

Un fourreau avec bague de guidage en bronze autolubrifiant.

Un joint racleur.

Un bourrage assurant l’étanchéité entre la tige de piston et le flasque avant.

Pour éviter le choc du piston contre les flasques avant et arrière, le piston est freiné juste avant les fins de
courses « pré-pistons d’amortissement », par une contre-pression d’air servant de coussin pneumatique. On
appelle cela : les amortisseurs internes, on verra leur fonctionnement plus en détail par la suite.

68 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Tige Acier chromé, acier galté, acier inoxydable pour certaines applications.
Piston Alliage d’aluminium, acier, bronze pour certaines applications.
Flasques avant et arrière Alliage d’aluminium, acier.
Tube du cylindre Acier étiré à froid poli et glacé « honé »
Acier chromé.
Acier inoxydable et époxy pour certaines applications.
Joints Nitrile.
Viton pour hautes températures
Tirants Acier, acier inoxydable pour certaines applications.
Segment porteur Fonte.
Matière synthétique chargée de bronze
Palier Acier équipé d’une bague de guidage autolubrifiante

HONING : Procédé mécanique qui consiste à réaliser une finition des surfaces à la pierre abrasive, grain extra-
fin.

GALTAGE : Procédé mécanique qui consiste à éliminer la rugosité des surfaces par refoulement de la matière.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 69


12.4 Vue éclatée d’un vérin à double effet – KV France série Europower

Les vérins KV France sont conformes aux spécifications « CNOMO », ils sont disponibles du  6 mm au
 320 mm.

« CNOMO » « Comité de Normalisation des Outillages pour les Machines-Outils »

«1» Ensemble tige + piston, constitué de :

« 15 » tige avec écrou « 33 », « 16 » piston avec joints de piston « 26 » et segment porteur « 27 »,


« 17 » pré-piston amortisseur avant, « 18 » pré-piston amortisseur arrière, « 21 » aimant permanent.

«3» Palier équipé de :

« 13 » bague en bronze autolubrifiant, « 23 » joint racleur- joint de palier.

« 11 » Flasque avant équipé de :

« 19 » vis de réglage d’amortissement avec joint torique « 29 » et clapet de démarrage rapide


« 30 » et butée d’arrêt de clapet « 31 », « 22 » joint d’amortissement et « 25 » joint de fond pour fût.

« 12 » Flasque arrière équipé de :

« 19 » vis de réglage d’amortissement avec joint torique « 29 » et clapet de démarrage rapide


«30 » et butée d’arrêt de clapet « 31 », « 22 » joint d’amortissement et « 25 » joint de fond pour fût.

« 14 » Fût ou chemise, tube du cylindre, acier étiré « honé ».

« 20 » Tirant avec écrou autobloquant « 30 ».

« 24 » Détecteur magnétique.

70 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.5 Vérin à double effet - Instruction 1.4

C2
M1 M2

V5 V5'

Unité de conditionnement d' air

1. Compléter sur le schéma le repérage des orifices des distributeurs et réaliser le montage de l’installation
de cette commande du levier d’une boîte de vitesses à 2 rapports représenté ci-contre.

Régler le détendeur de l’unité de conditionnement d’air sur 6 bars.

2. Manœuvrer le distributeur V5, et observer les indications du manomètre M1.

Que fait la tige du vérin C2 lorsque V5 est enfoncé?

V5 et V5’ sont des distributeurs 3/2 NF.

C2 est un vérin à « double effet » car les deux courses, la sortante et la rentrante sont
toutes deux actionnées par l’air comprimé.

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

3. Relâcher V5, et noter les indications du manomètre M1.

Comment se comporte la tige du vérin C2 lorsque V5 est relâché?

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

4. Manœuvrer V5’ et observer les indications du manomètre M2.

Que fait la tige du vérin C2 lorsque V5’ est enfoncé ?

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 71


5. Actionner les 2 distributeurs V5 et V5’ simultanément. Que constate-t-on lorsque le vérin est :

a) en position tige rentrée


....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

b) en position tige sortie


....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Comment peut-on expliquer ces observations?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

6. Remplacer les 2 distributeurs V5 et V5’ par l’unique distributeur V7.


V7 est un distributeur 5/2 commande par bouton, retour par ressort.
Compléter le repérage sur schéma.
7. Pourquoi y a-t-il un temps mort entre l’action sur V7 et le déplacement de la tige, plus important avant
le début des courses, par rapport au montage précédent avec 2 distributeurs 3/2 ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

8. Remplacer le distributeur V7 par un distributeur 5/2 à 2 positions fixes.

Que constatez-vous par rapport au montage précédent (5/2 avec ressort de rappel)?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

72 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.6 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 1.4

Un cylindre à double effet consomme-t-il, à pression


égale, autant d’air comprimé pour un aller-retour
qu’un vérin à simple effet ? Pourquoi ?

Pourquoi, à pression égale, y a-t-il une différence


entre les forces de rentrée et de sortie de tige sur un
vérin à double effet ?

Pourquoi ne peut-on exercer une force radiale sur une


tige de piston ?

Quelles propriétés mécaniques exige-t-on d’un tube


de vérin pneumatique ?

Dessiner les symboles suivants :

Distributeur 3/2 à ressort de rappel Filtre de poussières et d’eau avec


Lubrificateur à brouillard d’huile
et bouton-poussoir purge automatique

Distributeur 5/2 à deux positions Détendeur avec nanomètre à


Cylindre à double effet
fixes, commande par clavier échappement de l’air en aval

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 73


12.7 Course de sortie, course de rentrée à pressions différentes - Instruction 1.01 – 01 -
1.5

C2

M2
D2
V3

Unité de conditionnement d' air

1. Réaliser le montage ci-contre, régler l’unité de conditionnement d’air sur 6 bars et le détendeur D2 sur
4 bars.

2. Actionner le distributeur V3.

3. Quelle est la fonction du clapet anti-retour E?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Ce montage a l’inconvénient d’inverser alternativement la pression maxima sur chaque côté du


détendeur, le côté opposé étant mis à l’échappement. La longévité de la membrane du détendeur,
sollicitée au maximum à chaque course, sera fortement réduite.

4. Le montage suivant, figuré ci-dessous, remédie à cet inconvénient.

Remarquer que les deux orifices d’échappement de V3 servent ici d’arrivée d’air et que l’orifice de
pression sert d’échappement.

C2

V3

M2
D2

Unité de conditionnement d' air

74 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


5. Doit-on exiger pour le montage ci-contre un détendeur avec échappement d’air en aval? «Orifices de
correction ».

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Voir aux pages suivantes les explications sur le fonctionnement des « détendeurs » ou « réducteurs de
pression »

12.8 Vérin à double effet utilisé comme vérin à simple effet à ressort pneumatique –
Instruction 1.01 – 01 – 1.6.

M2
D2 C2

V1

Unité de conditionnement d' air

1. Réaliser le montage ci-contre, régler l’unité de conditionnement d’air sur 6 bars et le détendeur D2 sur
2,5 bars.
2. Pourquoi pourrait-on parler ici d’un vérin à simple effet?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Ce raccordement est très employé pour l’enroulement de bandes où le galet de serrage doit maintenir
une pression constante sur le rouleau. En grossissant, ce rouleau repousse le piston vers la gauche
« course rentrante du vérin ».

3. Pourquoi doit-on utiliser un détendeur à orifices d’échappement dans ce montage?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 75


4. Actionner le distributeur V1, le vérin fait sa course de rentrée. Observer pendant ce temps le
manomètre M2. Pourquoi cette indication augmente-t-elle?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Et pourquoi la vitesse de rentrée est-elle réduite?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

C2

M2
D2

5. Le montage de la page précédente présente l’inconvénient de solliciter la membrane du détendeur


lorsqu’on actionne V1 pendant toute la durée de la course de rentrée du vérin, pour dégager par
exemple le rouleau en fin de fabrication.

6. Compléter et réaliser le montage ci-contre de façon à obtenir le même fonctionnement que le montage
précédent à ceci près que la membrane du détendeur ne sera pas sollicitée lors de la course de rentrée
du vérin.

76 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


7. A votre avis, pourrait-on remplacer le détendeur D2 par un raccord réducteur de pression du type
«Economiseur d’énergie »?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Expliquez votre réponse.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

12.9 Multiplication de l’effort

On peut augmenter la force d’un vérin en choisissant un diamètre plus grand.

On peut aussi augmenter la pression de l’air, mais on est limité à 8 ... 10 bars.

Si on veut quand même augmenter la force du vérin, sans changer la pression, on dispose de divers procédés.

1. Monter deux ou plusieurs vérins en tandem sur la même tige, réunissant la force totale.

2. Appliquer le principe du levier, ce qui implique une course inversement proportionnelle à la force.

Principe du palan

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 77


3. Usage du vérin à membrane, course très courte mais force élevée à cause de la grande surface offerte
à la pression de l’air.

4. On peut utiliser un vérin à impact pour des travaux requérant des chocs énergiques tels que le
poinçonnage, le rivetage, l’estampage.

On verra le fonctionnement de ce type de vérin plus en détail par la suite.

78 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.10 Force développée en fonction de la pression et de l’alésage

Exemple : quelle force développe un vérin de  d’alésage 20 mm à une pression de 8 bars?

On cherche l’intersection de l’horizontale «  20 mm » et de la ligne « pression 8 bars », la verticale « F »


donne une force de 25 daN.

12.11 Diagramme pression-force

Le choix des vérins est avant tout conditionné par les forces qui sont à vaincre.

La force du piston est utilisée dans une petite mesure pour vaincre les forces de frottement, le reste pour
s’opposer à la charge.

Le diagramme est construit sur la base de la formule suivante :


( )

F Force en daN
p Pression en bar
 Alésage en cm
R Force de frottement en daN « environ 10 % de la force théorique »

On ne peut donner que des valeurs indicatives, étant donné que la force de frottement dépend d’un grand
nombre de facteurs (lubrification, pression de travail, contre-pression, forme des joints, etc.).

La contre-pression engendre une force agissant en sens opposé, qui neutralise en partie la force utile; elle
apparaît en particulier en cas d’étranglement de l’échappement d’air ou par accumulation d’air dans le raccord
d’échappement.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 79


12.12 Questionnaire relatif au diagramme pression-force

Pour obtenir 600 N avec une pression de 6 bars, quel diamètre d’alésage faut-il?

Pour obtenir 650 daN avec une pression de 7 bars, quel diamètre d’alésage faut-il?

Quelle force un vérin de diamètre d’alésage 100 mm développe-t-il sous une pression de 8 bars?

A quelle pression doit-on régler le détendeur qui alimente un vérin de diamètre d’alésage 50 mm si
celui-ci doit développer une force de 800 N?

80 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Donner la spécification complète des appareils symbolisés ci-dessous.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 81


Dessiner les symboles correspondant aux spécifications.

Distributeur 3/2 Filtre avec purgeur


commande par bouton, automatique.
retour par ressort.

Distributeur 2/2, Vérin à simple effet à


commande par bouton, ressort mécanique
retour par ressort, type
normalement ouvert. interne.

Réducteur avec Vérin à double effet à tige


manomètre et orifice de traversant.
décharge.

Distributeur 5/2 Distributeur 3/2 à


commande par pédale, commande pneumatique
retour par ressort. unilatérale, retour par
ressort.

Filtre avec purgeur Orifice d’échappement


manuel. fileté.

Orifice d’échappement
non fileté.

Source de pression.
Lubrificateur à brouillard Conduite d’alimentation.
d’huile.
Conduite de pilotage.

Conduite flexible.

Clapet anti-retour.

82 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.13 Sécurité de montage sur vérin à double effet - Ressort pneumatique

C2
M3

V1
R1 R2

D2 M2 V2

1. Réaliser le montage ci-contre, régler l’unité de conditionnement d’air sur 6 bars et le détendeur D2 sur
5 bars.

2. Actionner V1, observer les manomètres M2 et M3.

La tige du vérin fait sa course positive.

3. Actionner V1 de nouveau. La tige du vérin fait sa course négative.

4. Actionner V1 de nouveau de façon à ce que la tige du vérin fasse sa course positive.

5. Isoler le montage par coupure de la pression d’alimentation du poste de travail, de façon à simuler une
coupure réseau.

Que fait la tige du vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

6. Observer les indications du manomètre M3.


7. Quelles sont vos conclusions quant à la sécurité du montage ? Comparez avec un vérin à simple effet.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 83


8. En cas de disparition de la pression, de l’air reste prisonnier dans les conduites entre V2, le vérin et les
réservoirs R1 et R2.

Que doit-on ajouter au schéma de façon à permettre un démontage aisé des conduites en cas d’avarie?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

9. Modifier l’installation précédente suivant le schéma ci-contre.

C2

V2

V1
M3
E
R1

D2 M2

5 à 6 bars 6 à 7 bars

Remarquer que le distributeur V2 est un distributeur 3/2 NF à commande pneumatique unilatérale.

Le schéma représente l’installation au repos sous pression, c’est pourquoi V2 est représenté actionné.

10. Mettre l’installation sous pression, régler l’unité de conditionnement d’air à 6 bars et le détendeur D2 à
5 bars.

Observer les indications du manomètre M3.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

11. Actionner le distributeur V1 comme pour une utilisation normale.

Le vérin fait ses courses de sortie et de rentrée sous pression de 5 bars.

Cela peut être vérifié en plaçant un manomètre sur chaque orifice du vérin.

12. Laisser le distributeur V1 actionné de façon à ce que le vérin soit positionné tige complètement sortie.

84 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13. Isoler le montage par coupure de la pression d’alimentation du poste de travail, de façon à simuler une
coupure réseau.

Que fait la tige du vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

14. Observer les indications du manomètre M3.

Quel est le rôle du clapet E?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

15. Quelles sont vos conclusions quant à la sécurité du montage, comparer avec le montage précédent.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

1 3

D2 M2

Par mesure de sécurité, en cas de disparition de la pression, si le vérin doit rentrer, on utilise un vérin à simple
effet.

Comme les vérins à simple effet ne sont construits qu’avec des longueurs de courses limitées et qu’un espace
est réservé au ressort de rappel, un vérin à simple effet sera plus long qu’un vérin à double effet de longueur
de course identique.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 85


Un autre inconvénient du vérin à simple effet est le fait que la tension du ressort et par conséquent la force de
rappel diminue progressivement pendant le mouvement de retour.

On peut utiliser un vérin à double effet dont une des extrémités est reliée à un réservoir dont le volume est de
5 à 10 fois le volume du vérin.

Le réservoir est relié au circuit d’air par l’intermédiaire d’un régulateur de pression avec orifice de correction.

La pression dans le réservoir est réglée à une valeur telle qu’elle permet d’obtenir une force de retour
convenable.

Cette réserve d’air entre le vérin et le régulateur de pression fera office de ressort pneumatique tout en
conservant pratiquement la même force pendant la course de retour.

Remarques :

Pour permettre un éventuel démontage des conduites (maintenance, dépannage, ...) en toute sécurité, il faut
prévoir un robinet de purge entre l’orifice du vérin et le réservoir.

12.14 Schémas à compléter

1. La course de rentrée seule du vérin doit être réglable.

86 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


2. La course de sortie ne peut se faire que si les deux distributeurs sont actionnés. Si l’un des boutons ou
les deux sont lâchés, le vérin fait sa course de rentrée.

3. La course de sortie peut se faire si l’un des distributeurs au moins (ou les deux) est actionné.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 87


12.15 Cycle de travail - Instruction 1.01 – 01 - 2.3

C2

S1 S2

V6

V5 V5'

1. Réaliser l’installation du schéma ci-contre.


2. Donner une impulsion sur le bouton-poussoir du distributeur V5, ensuite une impulsion sur le bouton-
poussoir du distributeur V5’.

Que fait le vérin?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Remarques :

Le distributeur V6 est un distributeur 5/2 à commande pneumatique bilatérale « Distributeur bistable ».

Si à la mise sous pression de l’installation, la tige du vérin sort, cela n’a pas d’importance pour l’étude de cette
instruction 2.3

Le schéma montre un vérin à double effet commandé à distance par 2 distributeurs, avec réglage de vitesse sur
chaque course.

88 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.16 Distributeur 5/2 à double commande pneumatique

Lorsque l’air « via V5 » est envoyé sur l’orifice de pilotage « 12 » le tiroir s’inverse vers la droite, l’orifice « 1
pression » communique avec l’orifice « 2 utilisation », tandis que l’orifice « 4 utilisation » est mis à
l’échappement par l’orifice « 5 ».

En cas de disparition du signal de pilotage sur l’orifice « 12 », le tiroir conserve sa position.

Il faut absolument envoyer un signal de pilotage « via V5’ » sur l’orifice « 14 » pour inverser le tiroir vers la
gauche, les orifices de travail « 1 et 4 » et « 2 et 3 » sont de nouveau en communication, le signal de pilotage
sur l’orifice « 14 » peut à son tour disparaître, le tiroir conserve sa position.

Ce distributeur à double commande pneumatique (ou à commande pneumatique bilatérale) possède donc deux
états stables d’où l’appellation de « 5/2 bistable ».

Remarques : Si les deux signaux de pilotage « 12 » et « 14 » sont présents en même temps, le tiroir ne
bouge pas.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 89


12.17 Diagramme de fonctionnement

V5
A
V5'
tiroir V6 à droite
tiroir V6 à gauche
B

L b
+ -
Course

C
angle

a a
0 Temps
t1 t2 t3 t4' t4'' t4''' t5 t6 t7 t8

Traduisons le fonctionnement de cette installation par des graphiques « A » « B » « C » où les abscisses


expriment le temps.

Les rectangles hachurés V5 et V5’ du graphique « A » indiquent une impulsion sur le distributeur V5 ou V5’, la
base du rectangle indique la durée de cette impulsion.

Cette impulsion parvient à V6 avec un retard « t2 - t1 » proportionnel au volume du tuyau (section x longueur)
entre V5 et V6.

L’instant « t2 » est celui de l’enclenchement de V6 « déplacement du tiroir vers la droite ». Le graphique « B »


indique une pression permanente maintenue à gauche de V6.

Il faut un temps aussi pour que Δp s’établisse et parvienne à mouvoir le piston du vérin (voir analyse du réglage
de la vitesse), d’où un nouveau retard « t3 » avant le démarrage, graphique « C ».

On se propose d’inscrire graphiquement le mouvement du piston. En ordonnée on indique le déplacement du


piston, en abscisse le temps.

Chaque point du graphique donnera la position du piston à l’instant « t ».

Le graphique de déplacement du piston se terminera à la hauteur de l’ordonnée « L », donnant la course totale.

A l’instant « t3 », le démarrage commence ; le point considéré est sur l’axe des temps. Si la vitesse est
constante, le point s’élève d’une quantité proportionnelle au temps écoulé (ligne droite), jusqu’à la hauteur
« OL », course achevée. Plus le temps mis à parcourir cette course est court, plus la droite se rapproche de la
verticale. L’angle donne donc une mesure de la vitesse.

90 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Réglage Durée Vitesse Freinage par S2

1 t4’ - t3 Elevée Nul

2 t4 ’’ - t3 Moyenne Modéré

3 t4’’’ - t3 Lente Important

Une droite horizontale indique donc une vitesse nulle.

Achevons le graphique « C » par : a - repos en position rentrée du vérin

b - repos en position sortie du vérin.

Une impulsion sur « V5’ » donnera le même processus mais en sens inverse pour les mouvements de « V6 » et
du piston.

On néglige souvent sur les graphiques les temps très petits tels que : « t2 - t1 », « t3 - t1 », « t6 - t5 », « t7 -
t5 »

Le signe « + » s’attribue à la course de sortie du piston. Le signe « - »s’attribue à la course de rentrée du


piston.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 91


12.18 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 2.3

1- Quelle influence la longueur de la conduite d’alimentation


a-t-elle sur un vérin ?

2- La consommation d’air d’un vérin par course est de :


V = consommation en litre d’air libre


 = diamètre du vérin en dm
L = longueur de course du vérin en dm
p = pression absolue en bars
Calculer la consommation pour un vérin de  40 mm et de
70 mm de course, alimenté en air à 7 bars, qui fonctionne
pendant 30 minutes à raison d’une course par seconde ?
3- Une mesure de la consommation de l’air donnerait un
chiffre plus élevé que la valeur théorique calculée. Pourquoi ?

4- Pourquoi les distributeurs à tiroir sont-ils très répandus?

5- Quel est l’avantage et l’inconvénient d’un distributeur à


clapet ?

6- Dessiner le symbole d’un distributeur 5/2 à double


commande pneumatique. Fonctionne-t-il par impulsion ou
par commande permanente ?

7- Sur le graphique «C » de la page précédente, comment


peut-on modifier la droite de la course de rentrée, temps «t7
- t8 »?

92 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.19 Soupape d’échappement rapide

Une soupape d’échappement rapide peut facilement doubler la vitesse du piston, ce qui réduit les temps morts
lors des retours, de sorte que le cycle automatique est accéléré.

Pour diminuer le bruit de l’échappement brusque, on combine la soupape d’échappement rapide avec un
silencieux.

Certains modèles de soupape d’échappement rapide ont leurs orifices taraudés, y compris l’orifice
d’échappement, ce qui permet d’utiliser cette soupape à une autre fonction que l’échappement rapide, pour le
soufflage par exemple.

Principe

Figure du gauche :

Le clapet obture l’orifice d’échappement « R » lorsque l’air comprimé est appliqué sur l’orifice « P ».

En même temps les lèvres d’étanchéité du clapet se recourbent et l’air comprimé passe de l’orifice « P »
alimentation, raccordement au distributeur vers l’orifice « A » utilisation, raccordement au vérin.

Figure de droite :

Lorsque l’arrivée d’air est coupée sur l’orifice « P », l’air contenu dans la chambre du vérin orifice « A » inverse
le clapet, celui-ci est pressé contre l’orifice « P », les lèvres d’étanchéité s’appliquent contre la paroi du corps
tandis que l’air évacué par l’orifice « A » s’échappe directement à l’atmosphère par l’orifice « R ».

Ce principe d’auto-pilotage de la soupape est représenté sur le symbole par le trait pointillé qui réunit l’orifice
«A » et l’orifice «R », ce trait pointillé signifie que le pilotage est interne.

Quel est le coefficient qui intervient dans le fonctionnement d’un retour rapide lors de l’utilisation d’une soupape
d’échappement rapide?

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

................................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 93


Remarques : La soupape d’échappement rapide peut être utilisée comme un sélecteur de circuit «Fonction
OU » à condition que l’orifice « R » soit taraudé.

L’inverse n’est pas vrai, une « Fonction OU - Sélecteur de circuit » ne peut être utilisée en soupape
d’échappement rapide.

source: Net Fluid source: Festo

94 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.20 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 2.4

1- Sur une « cellule ET », les 2 orifices « P1 » et « P2 »


reçoivent une pression différente. La « cellule ET »
conduit.
« P1 » est alimenté sous 5,5 bars.
« P2 » est alimenté sous 6 bars.
Laquelle de ces deux pressions va-t-on retrouver sur
l’orifice de sortie «A »?
Pourquoi?

2- Sur un sélecteur de circuit « cellule OU », les 2


orifices « P1 » et « P2 » reçoivent une pression
différente. La « cellule OU » conduit.
« P1 » est alimenté sous 5,5 bars.
« P2 » est alimenté sous 6 bars.
Laquelle de ces deux pressions va-t-on retrouver sur
l’orifice de sortie « A » ?
Pourquoi ?

3- Un vérin de  d’alésage 50 mm,  de tige 22 mm à


une course de 500 mm.
Les orifices de raccordement de ce vérin sont de 1/4"
BSP.
Il est commandé par un distributeur 5/2 à double
pilotage pneumatique ayant des orifices de
raccordement de 1/4" BSP, le facteur « Kv » de ce
distributeur est de 1,2.
3.a- Quelle est la vitesse de sortie du vérin à vide?

3.b- Quelle est la vitesse de sortie du vérin si la charge


est 25 %?

3.c- Quelle est la vitesse de sortie du vérin si la charge


est 75 %?

3.d- Quelle est la vitesse de rentrée du vérin à vide si


nous plaçons une soupape d’échappement rapide dont
le facteur « Kv » est de 6 sur l’orifice de raccordement
côté piston?

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 95


12.21 Temporisations - instruction 1.01 – 01 . 3.1

Pressage prolongé de
pièces à coller

C2
M
R
S3
V6

V2 V5

1. Réaliser le montage ci-contre. Régler le détendeur sur 6 bars.

Régler le régulateur S3 pour un débit maximum.

2. Donner une impulsion sur le distributeur V5.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

3. Quel mouvement la tige de piston exécute-t-elle?

Répéter cette opération en observant les indications du manomètre.

4. En réglant S3, obtenir successivement les temps suivants d’arrêt de la tige en position de sortie :

3 s, 6 s, 10 s, 18 s et 25 s.

96 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.22 Cycle de travail

L’impulsion sur V5 inverse le distributeur V6.


Le vérin fait sa course de sortie de « t1 à
t2 ».

La pression parvient au réservoir R par S3.

Elle croît progressivement, ce qu’indique le


manomètre M.

Au bout d’un certain temps, « t3 - t2 », la


pression atteint la valeur requise pour
l’inversion de V2.

V2 envoie une impulsion à la gauche de V6.

V6 s’inverse : course de rentrée du vérin.

Le circuit de commande de V2 est alors mis


à l’échappement.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 97


12.23 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 01 - 3.1

1- Quelle est la pression d’inversion de V2 ?


Donner la spécification exacte de V2.

2- L’inconvénient d’un tel montage est l’instabilité du Pression d’arrivée en Temporisation en secondes
réglage, due aux variations de la pression bars
d’alimentation.
3 bars
En effet, la temporisation dépend de la vitesse
d’établissement de la pression en R, laquelle dépend
4 bars
de la pression d’alimentation.
On peut constater cela par une simple expérience. 5 bars
Pour un même réglage de S3, choisir une pression
d’arrivée suivant le tableau ci-contre. 6 bars
Inscrire le temps mesuré en regard de la pression.
7 bars

3- Ainsi qu’il a été établi, on peut réaliser


pneumatiquement la temporisation d’une commande
déterminée. Beaucoup d’applications industrielles
exigent cette temporisation, par exemple :
- Ouverture, ensuite fermeture après un certain
temps, de portes, de volets, etc.
- Trempage, nettoyage, laquage, etc.
- Collage du bois.
Citez d’autres types d’applications où une
temporisation serait à envisager.

4- La temporisation selon le schéma précédent dépend de : (répondez par oui ou non)

4.1- La capacité du réservoir « R » ?

4.2- Le freinage de l’air ?

4.3- La pression d’inversion de « V2 » ?

4.4- La longueur de la conduite entre « S3 », « R » et


« V2 » ?

98 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


12.24 Distributeur à commande pneumatique bilatérale, à pressions différentes

Ce distributeur appelé « distributeur différentiel » a de nombreuses applications, il se prête très bien par
exemple à une temporisation. On le rencontre le plus souvent sous la forme d’un distributeur 5/2.

Principe

Les deux orifices opposés communiquent respectivement avec les pistons de commandes « S1 » et « S2 »,
montés sur la même tige.

L’orifice de « S2 », du côté du piston le plus petit est raccordé directement à la source d’air comprimé à la
pression de service, pression « p2 ».

L’autre orifice, du côté de « S1 », piston le plus grand est alimenté en air par le circuit à commande
différentielle, pression « p1 ».

Au repos, le distributeur est représenté avec une force F2 = p2 x S2 sur le piston de droite.

La pression de commande différentielle, établit progressivement une pression « p1 » sur « S1 ».

Elle tend à opposer une force F1 = p1 x S1 à la force « F2 », sur le même axe de piston.

Pour que le distributeur fonctionne, il faut que : « F1 > F2 » ou « p1 x S1 > p2 xS2 »

soit ou ou ( )

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 99


Par exemple : la pression « p1 » de fonctionnement d’un distributeur différentiel où « d = 17 mm » et « D =
25 mm » avec « p2 = 6 bars » sera :

( ) soit p1 > 6 x 0,46 soit p1 > 2,77 bars.

Il apparaît ainsi que la contre-pression nécessaire pour réaliser un retard défini, stabilise le fonctionnement du
distributeur. Sans elle, le distributeur s’inverserait dès que « p1 » atteindrait quelques dixièmes d’atmosphère,
juste assez pour surmonter les frottements et l’inertie ; or les frottements dépendent de la température, de la
lubrification, de l’usure, etc.

Commercialisé sous deux types, le distributeur différentiel est utilisé :

Représentation 1 - Ressort pneumatique (monostable), l’orifice « 12 » n’est pas accessible, pilotage interne.

Représentation 2 - Ressort pneumatique ou tout autre utilisation, l’orifice « 12 » est accessible, pilotage
externe.

12.25 Distributeur 5/2 commande par pression différentielle

La figure ci-contre représente un distributeur 5/2 à commande prioritaire par pression et à réarmement par
pression.

L’orifice « 12 » étant alimenté par exemple par la pression réseau « 6 bars », positionne le tiroir vers la droite,
les orifices de travail « 1 et 2 » ainsi que « 4 et 5 » sont reliés.

Une pression inférieure à « 6 bars » appliquée sur l’orifice « 14 » serait prioritaire sur la pression réseau, le
tiroir se déplacerait vers la gauche, les orifices de travail « 1 et 4 » ainsi que « 2 et 3 » seraient alors reliés.

Si la pression sur l’orifice «14 » disparaît, l’orifice «12 » toujours sous pression réseau provoque alors le
réarmement du distributeur, le tiroir est de nouveau positionné vers la droite. Le distributeur fonctionne alors
comme un distributeur à commande pneumatique unilatérale à retour par ressort, sauf que dans ce cas, le
ressort mécanique est ici remplacé par un ressort pneumatique.

Les catalogues donnent les caractéristiques des pressions de pilotage pour les distributeurs différentiels.

100 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Par exemple, pour un distributeur type « M/1702/33 » de « Martonair ® ».

Pression de commande minimum sur l’orifice « 12 » : 1,2 bar + (0,2 x la pression de service) lorsque l’orifice
«14 » n’est pas piloté.

Pression de commande minimum sur l’orifice « 14 » : 0,8 bar + (0,08 x la pression de service) lorsque l’orifice
« 12 » n’est pas piloté.

Pression de commande minimum sur l’orifice « 14 » : 0,7 bar + (0,75 x la pression de service) lorsque l’orifice
« 12 » est piloté.

Remarques : Sur un distributeur 5/2 différentiel à commande par pression et à rappel pneumatique, le
pilotage étant interne, l’orifice « 12 » est obturé.

La pression d’alimentation réseau doit obligatoirement être raccordée sur l’orifice « 1 ».

Source Norgren

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 101


13 Amortisseurs pneumatiques internes - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.1

C3

V3

1. Réaliser l’installation suivant la figure ci-contre.


Régler le détendeur à 6 bars.
2. En agissant sur V3, placer le vérin en position de sortie.
Dans le flasque, côté tige, se trouve une vis pointeau.
La dévisser au maximum. Eviter de la dévisser complètement, sa remise en place risque d’être difficile,
sur certains modèles de vérins, une butée empêche de dévisser cette vis complètement.
3. En agissant sur V3, placer le vérin en position rentrée.
Dans le flasque, côté piston, se trouve également une vis pointeau.
La dévisser au maximum. Eviter de la dévisser complètement.
4. Faire exécuter quelques courses au vérin.
Observer les chocs qui se produisent entre le piston et les flasques des extrémités.
Visser progressivement les vis pointeau, demi-tour par demi-tour, à chaque course successivement,
jusqu’à ce que le piston ne frappe plus les flasques.
A ce moment, le piston est freiné en fin de course par un coussin d’air.
C3 est un vérin à double effet avec « amortisseurs intérieurs ».

102 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13.1 Energie potentielle - Energie cinétique - Puissance

13.1.1 Travail

Si une force déplace son point d’application d’une longueur « L » suivant sa direction, on dit qu’elle produit un
travail.

W=FxL

F F

Longueur

Si « F » est exprimé en « N - (Newton) » et si « L » est exprimé en «m - (mètres) », alors le « W - (Travail) »


est exprimé en « J - (Joules) ».

1 joule = 1 newton x 1 mètre

Donc 1 décanewton « 1 daN x 1 mètre = 10 joules ».

13.1.2 Energie potentielle

Le travail est une énergie mécanique. L’énergie existe sous diverses formes : mécanique, électrique, chimique,
thermique, etc.

« L’énergie potentielle » est celle qui est accumulée par un corps élevé à une certaine hauteur. Si la masse de
ce corps est « M » et l’accélération de la pesanteur « g = 9,81 m/s2 », la force développée par la pesanteur est
« F=M x g ».

Si la hauteur d’élévation est « H », le travail qu’il faut pour élever ce corps est :

« F x H = M x g x H = MgH »

Exemples :

Une masse de 6 kg élevée de 10 m représente une énergie potentielle de :

6 x 9,81 x 10 = 588,6 j

Un ressort comprimé de 10 cm développe une force de 100 daN. Cette force étant un maximum atteinte
progressivement à partir de 0 au début de la compression, considérons une force moyenne valant la moitié.

L’énergie emmagasinée est : 1/2 x 0,10 x 1000 = 50 j

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 103


13.1.3 Energie cinétique

Si on lâche d’une hauteur « H » une masse « M », celle-ci prendra sous l’action de la pesanteur, une
accélération « g ». Au moment d’atteindre le sol, cette masse aura une vitesse de : √

En vertu du principe de conservation de l’énergie, l’énergie potentielle ne se perd pas ; on la retrouve sous une
autre forme, celle d’un corps en mouvement :

« L’énergie cinétique », calculable par la formule

Au terme de la chute de la masse, toute l’énergie potentielle s’est transformée en énergie cinétique.

Energie potentielle : FxH=MxgxH

Energie cinétique :

(√ )

L’énergie cinétique est celle d’une masse en mouvement, quelle que soit la direction de ce mouvement, vertical,
horizontal ou quelconque.

Exemple :

Un wagon chargé d’un poids total de 30 tonnes roule sur une voie horizontale, à une vitesse de 2 m/s.

Quelle est son énergie cinétique?

13.1.4 Puissance

La puissance est l’énergie produite dans l’unité de temps.

Son unité est le « W - Watt ».

Exemple :

La puissance qu’il faut pour amener le wagon précité à la vitesse indiquée, en un temps de 10 secondes, en
partant du repos est de :

104 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Pourquoi les amortisseurs sont-ils nécessaires?

Les grands vérins peuvent fournir des forces et des vitesses considérables.

A la fin de la course, la vitesse doit brusquement s’annuler et s’inverser.

Il faudra donc absorber une certaine énergie cinétique, exprimée par :

« M » représente ici la masse de toutes les pièces en mouvement; le piston, la tige de piston et les organes
mécaniques actionnés par le vérin.

De l’examen de la formule on peut conclure que :

L’énergie cinétique est proportionnelle à la masse «M » totale en mouvement, qu’elle est aussi proportionnelle
au carré de la vitesse, donc la vitesse aura une plus grande influence que la masse.

Que se passe-t-il lorsqu’un piston bute en fin de course contre le flasque?

Son énergie cinétique se transforme en un travail mécanique tel que : T = F x L

«L » c’est la déformation du flasque, ou le chemin parcouru par « F » après le choc.

« F » c’est la force moyenne développée, par le flasque en cours de déformation.

Le produit T = F x L doit être équivalent à l’énergie cinétique des masses en jeu, puisqu’elle est entièrement
absorbée.

Cette manière d’absorber l’énergie cinétique n’est admissible que pour des petits vérins à mouvement lent.

Les grands vérins ont trop d’énergie cinétique pour permettre son absorption par les flasques; il s’ensuivrait une
force « F » élevée et la détérioration ou le bris des flasques.

C’est la raison pour laquelle les constructeurs prévoient des amortisseurs internes en fin de course.

13.2 Fonctionnement d’un amortisseur pneumatique interne

Déplacement dans le sens sortie tige

Figure A :

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 105


La pression est appliquée du côté section pleine du piston, la section annulaire (côté tige) est mise à
l’échappement.

L’air d’échappement ne peut emprunter les conduits « 4 » car il ferme le clapet anti-retour « 5 ».

L’air d’échappement peut s’échapper librement, sans restriction par l’orifice « 7 » via l’espace « 2 » existant
entre le diamètre extérieur de la tige et l’alésage du pré-piston dans le flasque avant.

Figure B :

Le moyeu « 1 » (pré-piston d’amortissement) ferme l’ouverture « 2 » de l’échappement, celui-ci ne peut


s’évacuer par les conduits « 4 » munis du clapet de retenue « 5 ».

L’air d’échappement augmente en pression dans l’espace « 3 » sous le piston, cet air trouve une issue par le
conduit « 6 » vers l’orifice d’échappement «7 ».

Le passage par le conduit « 6 » est réglable par la vis pointeau « 8 ».

L’air emprisonné dans l’espace « 3 » sous le piston forme un coussin d’air qui absorbe le choc et qui diminue
ensuite progressivement jusqu’à ce que le piston achève sa course de sortie.

Figure C :

106 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Pour le retour de la tige du piston, l’air d’admission est appliqué sur l’orifice « 7 ».

Le clapet anti-retour « 5 » se soulève et libère le passage des conduits « 4 » de sorte que l’air d’admission
appuie sur la section annulaire du piston entier.

Figure D :

Le piston amorce sa course de rentrée, le pré-piston « 1 » libère alors le passage « 2 », la pression totale
d’admission est appliquée sans aucune restriction sur la surface totale.

Les deux flasques, côté tige et côté piston sont pourvus évidemment d’un dispositif d’amortissement interne
identique.

Remarques :

Le réglage idéal de la vis pointeau « 8 » c’est de la visser jusqu’au moment où l’on n’entend plus le choc métal
sur métal.

Pour les vérins de petits diamètres à cadences de travail faibles ou moyennes, il n’y a pas d’amortissement
pneumatique interne.

Le piston est dans ce cas équipé d’amortisseurs en matériaux synthétiques.

13.3 Compression de l’air

Supposons un cylindre muni d’un couvercle et d’un piston, comme l’indique la figure ci-contre.

Il contient un certain volume d’air « V = 24 dm3 » lorsque le piston est à droite, et il est sous pression
atmosphérique, disons de « 1 bar ».

Si le piston se déplace vers la gauche, le volume « V » diminue tandis que la pression « p » augmente et, si
nous appliquons la loi de « Boyle-Mariotte ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 107


p bars
24

p V = Constante

A
12 P
I
8
6
4
3
2
1
V dm³
1 2 3 4 6 8 12 24

Nous aurons entre autres les valeurs suivantes : donc p x V = Constante = 24.

Position du piston V dm 3 p bars

1 24 1
2 16 1,5
3 8 3
4 4 6
5 3 8
6 2 12
7 1 24

Si nous mettons les valeurs successives de « p » et de « V » en diagramme, nous obtenons une courbe qui est
une hyperbole (Courbe en trait plein « I » ci-contre).

La loi de « Boyle-Mariotte » suppose une température constante pendant la compression, dite alors «
compression isothermique = qui se maintient à une température constante ». Ce cas est théorique.

En réalité toute compression provoque une élévation de température, toute expansion au contraire donne un
refroidissement.

Pour que la température soit constante, il faudrait évacuer toute la chaleur amenée par la compression.

Si aucune chaleur n’était évacuée, c’est un autre cas théorique : « compression adiabatique = qui s’effectue
sans échange de chaleur »

(Courbe en trait pointillé « A »). En réalité il y a toujours déperdition de chaleur.

Comme il est plus avantageux de se rapprocher de la courbe isothermique, on refroidit le cylindre et l’on obtient
le cas intermédiaire, une « compression polytropique = qui s’effectue avec échange de chaleur » (Courbe en
trait pointillé « P »)

108 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13.4 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.1

1-Pourquoi certains vérins sont-ils pourvus


d’amortisseurs?

2- Quand un amortisseur est-il superflu ?

3- Au moment du choc du piston en fin de course,


l’influence de la vitesse est plus importante que celle
de la masse. Pourquoi ?

4- Sur quelle loi est basé le fonctionnement de


l’amortisseur pneumatique interne?

5- Obtient-on un réglage (freinage) satisfaisant de


l’amortisseur en réglant le vérin par la vue ou par
l’ouïe?

6- Doit-on exécuter ce réglage sur un vérin libre de


toute charge ou sur un vérin accouplé à la machine ?

7- Dessiner le symbole d’un vérin avec amortisseur


interne réglable.

8- Que signifie « capacité de débit »?

9- La vitesse du piston est plus grande lorsque la


capacité de débit est petite.

Est-ce vrai ou est-ce faux ?

10- Que signifie « capacité de débit admissible » ?

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 109


13.5 Amortisseur pneumatique externe - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.2

1. Reprendre le montage de l’instruction 4.1. Par action sur V3, mettre le vérin en position sortie. Placer le
distributeur à galet V8 au bout de la came de tige (voir figure ci-contre).

Régler exactement la hauteur du galet pour qu’il soit bien enfoncé par la came mais sans être
endommagé.

Remarquer les doubles flèches qui complètent le symbole du distributeur V8.

Que signifient ces doubles flèches?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

2. Compléter le montage par le raccordement du régulateur de vitesse S3.


3. Dévisser à fond les amortisseurs du vérin pour annuler leur freinage en fin de course.
4. Etudier le fonctionnement de l’installation :

- la course de rentrée n’est pas freinée,

- la course de sortie ne l’est pas tant que le galet n’est pas enfoncé,

- si le galet est enfoncé, l’échappement de la course sortante est freiné par S3.

On obtient donc ici un « amortissement extérieur », indépendant du vérin.

110 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


5. Régler cet amortisseur extérieur S3 en se basant sur le bruit causé par le choc entre piston et
couvercle.
6. Un amortisseur extérieur peut très bien convenir aux grands vérins produisant des vitesses importantes.
7. Pourquoi la came du vérin ne peut-elle dépasser le galet de V8 à la fin de la course sortante ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

8. Remarquer que seule la course sortante est freinée par « amortisseur extérieur ».

Compléter le schéma pour que la course rentrante soit elle aussi freinée par « amortisseur extérieur ».

Exécuter l’installation.

C2

V8' V8

S3

S3' S3
V3

Remarques :

Le distributeur à galet « V8’ » 3/2 NF est schématisé avec les conduites raccordées sur la case côté commande
(côté galet).

Le distributeur à galet « V8 » 3/2 NF est schématisé avec les conduites raccordées sur la case côté ressort

(Côté rappel).

Ce distributeur n’est pas actionné au repos machine.

Les distributeurs à retour par ressort sont schématisés avec les conduites raccordées côtés ressort, lorsqu’ils
sont en position « REPOS ».

Les distributeurs à retour par ressort sont schématisés avec les conduites raccordées côtés commandes,
lorsqu’ils sont en position « ACTION ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 111


13.6 Filtration de l’air - Le filtre à l’endroit d’utilisation

Le filtre d’aspiration du compresseur ne peut empêcher l’entraînement de petites particules. En outre les
conduites d’acier introduisent de la rouille et d’autres impuretés dans l’air comprimé. Les impuretés peuvent
endommager les parties mobiles du matériel pneumatique.

On doit placer un filtre à chaque endroit d’utilisation.

Le filtre d’air comprimé possède une double fonction :

13.6.1 Séparation de l’eau

Lorsque de l’air est utilisé en aval du filtre, un flux (écoulement) d’air prend naissance près du déflecteur « A »,
les pales de ce déflecteur sont orientées de telle manière que l’air s’anime d’un mouvement tourbillonnant. Par
ce mouvement centrifuge, l’eau est projetée contre la paroi intérieure du réservoir et coule dans le fond du
réservoir où la plaque de séparation « B » entretient une zone de calme, afin d’éviter que les particules liquides
soient de nouveau absorbées par turbulence dans le passage d’air.

La pression de l’air contenue dans le réservoir maintient le clapet « D » fermé.

Sur la figure ci-contre, la purge est manuelle, il suffit de visser la vis de purge « E », le clapet « D » est alors
soulevé et le condensat peut être évacué.

112 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13.6.2 Retenue des impuretés

L’air passe au travers des fines mailles d’un élément filtrant « C » qui retient les impuretés. Cet élément filtrant
est en bronze fritté ou en nylon. La filtration est de l’ordre de « 50 microns » (50 x 10-3 mm). Pour certaines
applications exigeant un air très pur, on place des éléments filtrants de 25 microns et même de 1 micron.

L’élément filtrant sera nettoyé périodiquement, de préférence au pétrole ou au kérosène.

La chute de pression est de l’ordre de 5 % de la pression absolue lorsque le filtre est propre.

13.7 Purge automatique

La purge manuelle peut être remplacée par une purge automatique.

Lorsque le condensat atteint un certain niveau, le flotteur « A » se soulève libérant le clapet « B », l’air contenu
dans le réservoir peut via le conduit « 1 » venir agir sur la surface du tiroir « C », le tiroir « C » se déplace vers
la droite ouvrant le clapet « 3 », le condensat peut alors s’évacuer vers la vidange via le conduit « 2 » qui est
ainsi libéré. Lorsque le condensat est évacué, le clapet « B » solidaire du flotteur « A » se referme, le tiroir «
C » est repoussé vers la gauche sous l’action du ressort, le clapet « 3 » se referme.

Une commande « D » permet toujours une purge manuelle du condensat.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 113


13.8 Questionnaire relatif à l’instruction 1.01 – 0.1 - 4.2

1- Au montage du filtre, il faut tenir compte de la


flèche indiquant le sens de l’air.

Pourquoi le filtre ne peut-il travailler dans les deux


sens ?

2- Quand utilise-t-on un filtre automatique ?

3- Sur quoi se base-t-on pour choisir la grandeur d’un


filtre
(ou le  de ces raccords) ?

4- Pourquoi dans l’instruction 4.2, les conduites « C2 -


V8 » et « V8 - S3 » doivent-elles être aussi courtes
que possible ?

5- Dans la figure 4.2, on peut régler le freinage par


S3.

Comment peut-on aussi augmenter le freinage sans


changer le réglage de S3 ?

6- Le symbole de V8 comporte des doubles flèches.

Quel principe de construction doit-on exiger pour ce


type de distributeur ?

114 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13.9 Amortisseur pneumatique externe - Variante 1 - Instruction 1.01 – 0.1 - 4.3

2/3 1/3

V8
V9

S3 T
V5

V5'

V6

1. Réaliser le montage schématisé ci-contre. Placer le distributeur à galet V8 au 1/3 de la course. La came
peut donc dépasser le galet de V8. Actionner V5 et V5’ successivement. Observer le cycle de travail.
Interpréter le diagramme ci-dessous.

V5'

V5
Longueur came
V8
1/3
Course

2/3

Temps

2. Ce montage est appliqué quand il faut déplacer des masses importantes à grande vitesse. Cependant
c’est parfois un inconvénient d’avoir une partie de la course réservée au freinage.
Lorsqu’il faut freiner de grandes masses sur de courte distance, les vérins sont parfois équipés
d’amortisseur hydraulique (ce type d’amortisseur est étudié en détail dans le module de formation ELPH
1.03 « Technique de commande pneumatique »).
On peut aussi réaliser un freinage en fin de course en renversant la commande du vérin à partir du
contact avec le galet.
3. Une autre application de ce montage est évidemment d’obtenir une course à deux vitesses différentes
successivement.
4. Que se passerait-il si l’on inversait les deux conduites d’air aux extrémités du vérin C2 ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................
Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 115
Compléter le schéma ci-dessous. Compléter le diagramme correspondant.

2/3 1/3

V8
V9

S3 T
V5

V5'

V6

V5'

V5
Longueur came

V8
1/3
Course

2/3

Temps

5. Quel est l’appareil qui règle la force de freinage?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

6. Quel est l’appareil qui règle la longueur de freinage ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

7. Donner la spécification du distributeur V9.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

116 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


8. Une courte impulsion sur le distributeur V5 suffit.

Pourquoi le freinage ne fonctionne-t-il pas lorsque cette impulsion dure trop longtemps ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

9. Si l’on voulait réaliser un montage où les deux courses, rentrante et sortante soient freinées par ce
procédé, quels seraient les accessoires à dédoubler ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

13.10 Amortisseur pneumatique externe - Variante 2 - Instruction 1.01 – 0.1 -4.4

2/3 1/3

V8
V9

V15

S3 T

V6

1. Dans l’équipement se trouvent deux distributeurs V15 correspondants aux symboles ci-dessus.

Ce sont des distributeurs 5/3 à commande manuelle par levier et retour en position centrale par ressort.

Type A : 5/3 à position médiane fermée.

Type B : 5/3 à position médiane ouverte.

2. Le schéma ci-dessus a exactement le même but que celui de l’instruction 4.3, mais on peut remplacer
les deux distributeurs V5 et V5’ par un seul distributeur 5/3.
Lequel choisir, le type A ou le type B ?
Compléter le schéma et modifier l’installation.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 117


13.11 Marche semi-automatique pour un vérin avec distributeur de fin de course -
Instruction 1.01–0.1–5.1

1. Réaliser le montage figuré ci-contre. Le distributeur V8 doit être monté en fin de course de sortie du
vérin C2.
Etudier le fonctionnement par action sur V5.
2. La figure représente une scie à madriers.
La vitesse de la course active de la scie est réglable par le régulateur de vitesse S1.
A la fin de cette course active, le vérin actionne V8, lequel inverse le distributeur V6 à commande
pneumatique bilatérale.
La scie revient en arrière à une vitesse maximale (retour rapide).
3. « Marche semi-automatique » signifie donc qu’après la commande, le vérin fait un aller-retour.

V5 V8

+ -
C2

C2
Temps

118 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


4. Etudier le cycle de travail. Pourquoi la pente de la course « - » est-elle plus forte que celle de la course
«+ »?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

C2

V8
S1 S2

M2
V2 R

V6
V5 S3

5. Modifier le montage précédent suivant le schéma ci-contre. En étudier le fonctionnement.

6. A quelle pression le distributeur V2 s’inverse-t-il ?


Comment pourrait-on changer cette valeur ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

7. Tracer le cycle de travail de cette installation en considérant deux réglages différents des étranglements
S1, S2 et S3.

a) S1 et S3 serrés, S2 lâché

b) S2 serré, S1 et S3 lâchés.

Tracer les deux graphiques « a et b » superposés, en traits différents.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 119


8. Un temps s’écoule entre la fin de la course « + » et le début de la course « - ».

Citer 5 facteurs dont dépend ce temps.


Course

a)

b)

c)

d)

e)

Temps

120 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


13.12 Commande de l’ouverture d’une porte - Instruction 1.01 - 0.1 - 5.3

C3

S3

M2

V14
R
T1

V5 V2

1. Réaliser l’installation suivant le schéma ci-contre. En étudier le fonctionnement.


2. Définir le distributeur V14.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

3. Quelle est la fonction du sélecteur de circuit T1 ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

4. Quelle est la fonction du distributeur V2 ?

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 121


13.13 Retour d’urgence - Instruction 1.01 - 01 - 5.4

1. Etudier et réaliser le montage schématisé ci-contre.


2. Donner une impulsion brève sur le distributeur V5 « Départ ».
Tracer le cycle de travail obtenu.

V5 V8 V8'
Course C3

Temps Temps

3. Actionner V5’ « Retour d’urgence » avant que le vérin n’ait actionné le distributeur V8, le retour
d’urgence ne se fait pas.
Modifier le schéma en tenant compte que ce cas peut se produire.
4. Le distributeur V5’ est normalement équipé d’une commande par bouton-poussoir du type « Coup de
poing », ce type de commande est le plus souvent équipée d’un dispositif d’accrochage, si on
actionne celui-ci, le poussoir reste verrouillé en position enfoncée. Ce dispositif est obligatoire sur les
systèmes de sécurité utilisés pour « Arrêt d’urgence et/ou retour d’urgence ». Le retour d’urgence
doit être prioritaire sur le signal de départ. Actionner le distributeur V5 « Départ » et le maintenir
enfoncé, actionner ensuite le distributeur V5’ « Retour d’urgence ».
On constate que le retour d’urgence ne se fait pas.
Que devrait-on modifier dans le schéma au niveau des distributeurs V6 et V9 pour que le retour
d’urgence soit prioritaire sur le départ.

....................................................................................................................................................

....................................................................................................................................................

122 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


14 Joints d’étanchéité pour air comprimé

Tout appareil à air comprimé comporte des problèmes d’étanchéité. Un joint d’étanchéité ne doit pas
simplement être excellent mais aussi durable.

La longévité des appareils à air comprimé dépend surtout de la conservation de leur étanchéité.

On distingue deux sortes de joints selon leur fonction :

« joints dynamiques » étanchéité entre deux pièces mobiles l’une par rapport à l’autre.

« joints statiques » étanchéité entre deux pièces fixes l’une par rapport à l’autre.

14.1 Joints toriques « O-RING »

On peut aussi utiliser des joints toriques comme joints


dynamiques. Dans ce cas, ils ne peuvent être écrasés
dans leur rainure car un frottement exagéré
s’ensuivrait, avec usure prématurée du joint et
mouvement irrégulier. Ces joints sont donc moins
indiqués pour une application dynamique mais ils sont
utilisés moyennant certaines précautions telles que :
Pour des joints statiques, on utilise souvent les joints
surface de frottement bien polies, bonne lubrification,
toriques. Au montage, ces joints sont aplatis. On
tolérance des pièces à étanchéité, cylindricité.
obtient ainsi une bonne étanchéité, même sur des
surfaces irrégulières.

Les avantages du joint torique sont : forme simple, fabrication facile, prix modéré, facilité de montage et de
démontage, faible encombrement, action efficace dans les deux sens.

Exécution normale : le joint torique touche les trois faces de la gorge « B »


et s’appuie en plus sur la surface de « A ».

Une exécution spéciale du joint torique est le « joint torique flottant ».

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 123


Joint torique flottant :

Sous l’effet de la différence de pression (qui doit être plus grande que un bar) , le joint s’appuie contre la
surface de « A » et contre une seule face de la rainure « B ».

14.2 Joints à manchette

Dans l’instruction 1, nous parlons déjà de joint de piston en forme


de cuvette ; le joint à manchette.

Ce joint a la propriété d’augmenter sa pression donc d’être plus


étanche, quand la pression de l’air augmente. Ils sont utilisés surtout
pour les applications dynamiques telles que les pistons de vérins.
Leur principe est illustré par la figure ci-contre.

Une faible pression préalable assure l’étanchéité aux différences de


pression réduites, mais, si une forte pression survient du côté
gauche du piston, la lèvre de la manchette s’écrase contre l’alésage
du cylindre et augmente l’étanchéité.

Les avantages du joint à manchette sont : étanchéité efficace, usure réduite, bonne longévité.

Les inconvénients sont : encombrement plus important, exécution moins simple, pas d’action dans les
deux sens donc, pour les vérins à double effet, deux joints sont nécessaires sur
le piston.

124 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Joint racleur ou bague racleuse d’impuretés :

Le joint racleur n’est pas un joint d’étanchéité, bien qu’il y ressemble


extérieurement, il a seulement pour fonction de « racler » les poussières pour
les éloigner du vérin, notamment dans les ambiances poussiéreuses des
minoteries, des scieries, des chantiers, etc. La pénétration de corps étrangers
dans le vérin conduit irrémédiablement non seulement à la destruction des
joints d’étanchéité, mais produit aussi des dégâts importants aux pièces de
guidage et aux tiges de piston.

Une autre façon d’éloigner les poussières, ennemies des joints, c’est de faire
travailler la tige de piston sous un soufflet, cette exécution ne convient que
pour des courses relativement courtes.

Choix du type de joint : La forme des joints dépend d’abord des avantages et des inconvénients dont il a été
question. La dureté du caoutchouc synthétique des joints dépend aussi du degré de finition de l’usinage
mécanique de l’alésage. Ce caoutchouc synthétique doit résister aussi à la température, à l’huile de lubrification
et à l’humidité. Un des matériaux le plus utilisé pour la fabrication des joints est le « Caoutchouc synthétique
NBR ou nitrile ».

Il est normal que les joints soient des pièces à usure rapide. Ils doivent donc être remplacés périodiquement.
Des joints de réserve sont à prévoir lors de la commande du matériel

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 125


15 Symboles selon recommandations C.E.T.O.P. RP3

«Comité Européen des Transmissions Oléo-hydrauliques et Pneumatiques - Recommandations Provisoires 3 -


Selon normes DIN 24.300 »

Canalisations

Conduite à air comprimé, conduite principale.


Conduite à air comprimé, conduite de pilotage.

Arrivée d’air sur organe de commande.

Raccordements de conduites, dérivations.

Croisement de conduites, sans dérivation.

Source de pression, arrivée d’air.

Orifice d’échappement.
Orifice d’échappement taraudé.

Orifice ou conduite obturée.

Trait délimitant un ensemble en une seule unité.


(Par exemple pour montage en coffret).

Accessoires pour canalisations

Filtre avec purgeur manuel.

Filtre avec purgeur automatique.

Huileur, lubrificateur à brouillard d’huile.

Manomètre.

Ensemble d’une unité de conditionnement d’air.


(Filtre + détendeur + manomètre + huileur).

Réservoir.

Silencieux d’échappement.
Restriction non réglable sur conduite.

Silencieux d’échappement avec restriction réglable.


Robinet d’isolement.

Témoin de pression.

126 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Eléments auxiliaires

Etranglement, restriction réglable, régulateur de débit


bidirectionnel.

Etranglement réglable avec clapet anti - retour.


Régulateur de débit unidirectionnel.

Clapet anti- retour.

Clapet anti retour avec ressort.

Clapet anti-retour piloté.

Manostat, pressostat réglable.

Convertisseur pneumo- électrique.

Fonction OU, (sélecteur de circuit).

Fonction ET.

Soupape d’échappement rapide avec silencieux.

Soupape d’échappement rapide, orifice d’échappement


taraudé.

Réducteurs de pression, soupapes de sûreté

Réducteur de pression, détendeur,


sans manomètre et avec orifice de
correction.

Réducteur de pression, détendeur,


avec manomètre et avec orifice de
correction.

Soupape de sûreté, limiteur de


pression avec silencieux.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 127


Eléments de puissance, actionneurs

Vérin à simple effet.

Vérin à double effet.

Vérin à double effet avec amortisseurs


pneumatiques réglables.

Vérin tandem.

Vérin à tige traversante.

Ventouse

Moteur pneumatique à 1 sens de rotation

Moteur pneumatique à 2 sens de rotation.

Compresseur.

Unité de couple, élément rotatif

Vérin simple effet télescopique

Vérin double effet télescopique

128 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Distributeurs

Distributeur 2/2 NF.

Distributeur 2/2 NO.

Distributeur 3/2 NF.

Distributeur 3/2 NO.

Distributeur 4/2.

Distributeur 5/2.

Distributeur 5/3, avec position médiane fermée.

Distributeur 5/3, avec position médiane ouverte.

Mécanismes et systèmes de commande

Commande par bouton - poussoir.

Commande par bouton - poussoir coups de poing.

Commande par levier.

Commande par pédale.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 129


Distributeurs

Commande par poussoir en bout.

Commande par galet.

Commande par galet escamotable.

Commande par pression, pilotage direct.

Commande par pression, pilotage indirect.

Commande par électro

Commande par électro - aimant, commande indirecte


(commande électro pneumatique).

Commande par baisse de pression (dépression).

Commande par levier, position maintenue


(exemple pour 2 positions).

Retour par ressort, sur commande unilatérale.

Commande pneumatique bilatérale ou symétrique


(bistable) pilotage direct.

Commande pneumatique bilatérale ou symétrique


(bistable) pilot age indirect.

Commande pneumatique bilatérale par pression


différentielle.
Commande électro pneumatique bilatérale ou
symétrique (bistable) commande indirecte.

Commande pneumatique, retour par ressort, en position


centrale sur distributeur à 3 positions

Commande électro pneumatique, retour par ressort, en


position centrale sur distributeur à 3 positions.

Remarques:

Le trait oblique à l’intérieur du rectangle symbolisant une bobine d’électro-aimant est facultatif.
La norme CEI 117 ne l’oblige plus.

130 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


16 Tableau récapitulatif des unités «SI »

Désignation Unité Correspondances anciennes

FORCE NEWTON kgp 1 kgp = 9,81 N


F N Tonne 1 Tonne = 1.000 kgp
1 daN = 10 N 1 daN = 1,02 kgp
LONGUEUR METRE METRE
L m m 1 km = 1000 m
km

SURFACE METRE CARRE m2 1 km2 = 1.000.000 m2


S m2 dm2 1 m2 = 100 dm2
cm2 1 m2 = 1.000 cm2
km2
VOLUME METRE CUBE m3 1 m3 = 1.000 dm3
V m3 dm3 1 dm3 = 1.000 cm3
cm3 1 m3 = 1.000.000 cm3
1 dm3 = 1 litre
TEMPS SECONDE s 1 h = 60 mn
t s mn 1 mn = 60 s
h 1 h = 3.600 s
VITESSE METRE PAR m/s 1 km/h =
U SECONDE m/mn 1000 : 60 m/mn
m/s km/h 1 m/mn = 1 : 60 m/s

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 131


Désignation Unité Correspondances anciennes

DEBIT METRE CUBE litres/mn 1 l/mn = 0,001 : 60 m3/s


Q PAR SECONDE l/mn 1 m3/s =
m3/s 1.000 x 60 l/mn
2
PRESSION NEWTON kg/cm 1 bar = 1 daN/cm2
P PAR METRE 1 bar = 1,02 kgp/cm2
CARRE 1 kg/cm2 = 0,981 bar
Pascal

105 Pascal =
1 bar
TRAVAIL N x METRES kgm 1 j = 0,102 kgm
W
JOULES 1 kgm = 9,81 j
PUISSANCE N x m/s kgm/s 1 ch = 736 W
P Joules/s 1 ch = 736 j/s
1 joule/s = ch 1 ch = 75 kgm/s
1 Watt (W)
COUPLE m x N = mN mkg 1mdaN = 1,02 mkg
1 mdaN = 1 mkg = 0,981 mdaN
C 10 mN

132 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


17 Etablissement des schémas pneumatiques

Un schéma pneumatique est toujours représenté installation au repos, prête à démarrer, c’est-à-dire avec la
pression de commande et la pression de travail présentes sur les orifices « 1 » des distributeurs.

Un schéma fait appel aux différents symboles pneumatiques pour la représentation normalisée des composants.

17.1 Plan de pose des éléments sur la feuille de travail

La position des éléments du schéma présents sur la page devrait indiquer un cheminement normal du signal
partant depuis la source d’alimentation (située au bas de la page) et se terminant avec l’actuateur ( vérin ou
moteur ) situé en haut de cette même page.

L’exemple ci-après nous indique le plan de pose tel que décrit.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 133


17.2 Positions de commutation des distributeurs

Lorsque nous représentons des distributeurs, vérins, fin de course, etc, sur des schémas pneumatiques, nous
devons représenter ce dernier tel qu’il se présente sur la machine.

134 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Ainsi, si un vérin est normalement sorti en position de repos de la machine, nous devrons représenter celui-ci
également sorti sur le schéma établi.

Si un Fin de course est actionné machine au repos, nous devrons dessiner ce dernier dans cette position sur
notre schéma.

 La case de commutation sera celle opposée au ressort de rappel.( voir figure ci-avant)
 Le symbole du FC commuté pourra être complété par le dessin de la came actionnant le galet de
commutation, ou par une flèche verticale remplaçant cette came de commutation.

17.3 Repérage des éléments du schéma

17.3.1 Repérage à l’aide de lettres et de nombres

Tous les éléments présents sur un schéma doivent être repérés de manière univoque par des identifiants. Selon
les sources d’où proviennent les schémas, les identifiants peuvent être des lettres auxquelles on a associé des
nombres. Ainsi, les schémas proposés par Norgren présentent les éléments présents ; en les identifiant –à l’aide
de lettres majuscules pour les vérins et de lettres minuscules additionnées d’un nombre pour les
capteurs d’information.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 135


17.3.2 Repérage par nombre

Le repérage par nombre est utilisé par la norme DIN allemande et par le fabricant de composants
pneumatiques Festo.

Le repérage procède comme suit :

 le vérin est identifié par le numéro d’ordre du vérin sur le schéma « 1 » suivi de « 0 »
 les fins de course et autres éléments sont identifiés en relation avec le vérin auquel ils se rapportent
o exemple FC 1.x signifie qu’il s’agit d’un capteur qui agira sur le fonctionnement du vérin 1.0
o le second nombre x.2 signifie que l’élément concerné agira dans la course sortante du vérin
auquel il se réfère (x).
o le second nombre x.3 signifie que l’élément concerné agira dans la course rentrante du vérin
auquel il se réfère (x).
Nous allons expliciter cela en nous reposant sur les deux exemples de schémas proposés ci-après.

136 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


17.4 Repérage des éléments du schéma par lettres et nombres

présente sur tous les orifices Pression des distributeurs

Repérage des vérins :

A
B
C
Repérage des capteurs

a0
a1
b0
b1
c0
c1
start / stop
Repérage des mouvements de vérins

+ mouvement de sortie de la tige


- mouvement de retour de la tige

Equation du cycle : A+ B+ B- C+ C- A-

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 137


L’équation du cycle nous informe de la séquence logique de fonctionnement de notre système à trois vérins.
Nous verrons plus tard comment nous pourrons à partir de cette équation, en réaliser une analyse et en déduire
vers quel type de schéma nous devrons nous orienter.

17.5 Repérage des éléments du schéma par les chiffres

présente sur tous les orifices Pression des distributeurs

Repérage des vérins :

1.0
2.0
3.0
Repérage des distributeurs

1.1 distributeur de commande du vérin 1.0


2.1 distributeur de commande du vérin 2.0
3.1 distributeur de commande du vérin 3.0

138 Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique


Repérage des capteurs

.1.2 FC
.2.2 FC
.3.2 FC
.2.3 FC
.1.3 FC
.3.3 FC
1.4 Bp
Repérage des mouvements de vérins

+ mouvement de sortie de la tige


- mouvement de retour de la tige
Equation du cycle : 1.0+ 2.0+ 2.0- 3.0+ 3.0- 1.0-

Que pouvons-nous constater par rapport au repérage par lettres et chiffres ?

Le distributeur de commande est directement repéré en relation avec le vérin qu’il commande

Vérin 1.0 distributeur 1.1


Vérin 2.0 distributeur 2.1
Vérin 3.0 distributeur 3.1
Le capteur est directement repéré en relation avec d’une part le vérin et la polarité de la course que ce
vérin va exécuter.

 Le premier chiffre identifie le vérin auquel l’on s’adresse : 1.0


 Le second chiffre identifie le type de course que le vérin repris ci-avant va exécuter
o chiffre pair = course de sortie du vérin
o chiffre impair = course de retour du vérin

Bp 1.4 : signifie que l’on va s’adresser au vérin 1.0 et que l’élément ainsi identifié va faire partie des éléments
qui commanderont la course de sortie du vérin 1.0

FC 1.3 signifie que l’on va s’adresser au vérin 1.0 et que ce FC fera partie des éléments qui commanderont la
course rentrante du vérin 1.0.

Mécanisation pneumatique - Initiation à la pneumatique 139