Vous êtes sur la page 1sur 9

MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

I. Généralités

Un ventilateur est une machine qui, propulse de l’air de façon continue grâce à la puissance
mécanique qui lui est fournie.

Il transfert à l’air qui le traverse l’énergie nécessaire afin de véhiculer l’air dans un ou
plusieurs conduits ou bien de balayer un espace.

Les applications des ventilateurs sont très nombreuses et variées. Chaque application
demande un ventilateur spécifique. La sélection d’un ventilateur est faite en fonction des
critères suivants :

 le débit d’air,
 la pression totale,
 le niveau de bruit maximal admissible,
 le rendement.

II. Classification des ventilateurs

Les ventilateurs peuvent être classés de plusieurs façons :

1- Suivant la pression
2- Suivant le principe de fonctionnement
3- Suivant les caractéristiques du fluide véhiculé : Air propre, air chargé (poussières,
fibres…..), air humide.

II.1. Classification suivant la pression

On classe les ventilateurs selon leur pression différentielle notée « Δp ».

On distingue :

 Les ventilateurs basse pression : pression maximum ≤ 70 daPa.


 Les ventilateurs moyenne pression : 70 ≤ Pression ≤ 350 daPa.
 Les ventilateurs haute pression : Pression > 350 daPa.

II.2. Classification suivant le principe de fonctionnement

Dans cette classification nous avons :

 Les ventilateurs centrifuges.


 Les ventilateurs hélicoïdes.

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

II.2.1. Les ventilateurs centrifuges

Le rotor de ces ventilateurs est constitué d’une roue cylindrique comportant des pales (aubes).
Cette roue tourne dans une volute. La rotation de la roue fait que l’air est aspiré axialement et
refoulé radialement. C'est-à-dire l'air est aspiré parallèlement à l'axe de rotation et propulsé
par force centrifuge perpendiculairement à ce même axe.

Les ventilateurs centrifuges permettent d’obtenir des débits moyens importants avec des
pressions élevées (jusqu'à 25000 Pa et plus). Ils sont bien adaptés au transport de l’air dans
des réseaux longs ou ramifiés.

Il existe aussi des ventilateurs centrifuges à deux ouïes d'aspiration. Ces roues plus larges,
parfois composées de deux roues simple ouïe accolées, aspirent l'air de chaque côté de la
roue.

2 Les aubes des ventilateurs peuvent avoir différentes formes :


a) aubes courbées vers l’arrière ou à réaction
b) aubes courbées vers l’avant ou à action
c) aubes radiales

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

A- Ventilateur centrifuge à aubes incurvées vers l’arrière

Les roues des ventilateurs à réaction comportent peu d’aubes, elles sont larges et incurvées
sur l’arrière donc à l’opposé du sens de rotation.

Généralement à taille égale pour une tache donnée, les ventilateurs à réaction absorberont
moins de puissance et sont plus silencieux que celles à aubes incurvées vers l’avant, d’où leur
préférence pour les plus grandes tailles.

B- Ventilateur centrifuge à aubes inclinées vers l’avant

Les roues des ventilateurs à action comportent beaucoup d’aubes, elles sont peu larges et
incurvées sur l’avant c'est-à-dire dans le sens de rotation de la turbine.

Pour un travail donné, le ventilateur à action tournera à une vitesse plus basse qu’un
ventilateur à aube inclinée vers l’arrière. Le ventilateur à pales courbées en avant, à cause de
cette caractéristique de faible vitesse est particulièrement adapté pour les ensembles ayant
deux ventilateurs ou plus sur un même arbre. De même pour les petites tailles (Diamètre
inférieur à 600 mm), la grande vitesse du ventilateur à réaction peut entrainer une vitesse
excessive, d’où la préférence pour ceux à pales courbées vers l’avant.

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

C- Les ventilateurs à aubes radiales

Les ventilateurs à aubes radiales sont généralement destinés aux faibles débits, leur rendement
est faible et leur prix compétitif. Ils sont peu utilisés en conditionnement d’air mais utilisés
dans l’industrie pour le transport des produits légers (copeaux, poussières etc) car, de par sa
forme, il est relativement insensible à l’encrassement.

II.2.2. Les ventilateurs hélicoïdaux

Les ventilateurs hélicoïdes sont constitués d’une roue (hélice) et de son dispositif
d’entrainement le plus souvent complété par une enveloppe annulaire.

Dans ces ventilateurs, l'air est aspiré et propulsé parallèlement à l'axe de rotation du
ventilateur. Ils peuvent mettre en jeu des débits très importants, mais sont limités à des
pressions faibles. Ils sont donc intéressants lorsqu’il convient d’assurer un débit d’air sous de
faibles pertes de charge. On les retrouve sur les condenseurs à air, sur les évaporateurs des
chambres froides commerciales, pour la ventilation générale d’ateliers, etc.

En général, par rapport aux ventilateurs centrifuges, les ventilateurs hélicoïdes sont plus
bruyants, ont des rendements plus faibles, mais sont moins encombrants et moins chers.

Il existe des ventilateurs axiaux :


4
 A enveloppe (ventilateurs de gaine) :

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

Ils sont destinés à assurer la circulation d’un fluide gazeux dans un conduit aéraulique. Ils
comportent une enveloppe de forme cylindrique généralement en acier, constituant un tronçon
de gaines circulaire muni à ses extrémités de brides permettant d’insérer le ventilateur entre
deux tronçons d’un conduit aéraulique.

 Ventilateurs de paroi :

Ils comportent une enveloppe réduite consistant en une virole de faible largeur ou simplement
un anneau réalisé en cornière permettant la fixation sur une paroi mince.

III. Grandeurs caractéristiques


 Le débit volumique

C’est le volume de fluide qui traverse le ventilateur pendant l’unité de temps. Il s’exprime en
[m3/h] ou en [m3/s]. C’est ce débit que l'on considère dans la définition et le calcul des
ventilateurs.

 La pression

C’est la différence algébrique entre les pressions totales aux brides d’aspiration et de
refoulement en daPa ou en mm de CE.

Dans la section d’aspiration ou de refoulement la pression totale s’écrit : PT = ΔPS + PD


5
Section 1 (aspiration) : Pt1 = -Δ Ps1 + Pd1 Section 2 (refoulement) : Pt2 = ΔPs2 + Pd2

Le gain de pression que devra fournir le ventilateur s’écrit alors :

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

ΔPT = (Pt2 - Pt1) = ΔPs2 + Pd2 + ΔPs1 – Pd1

On peut remarquer que le gain de pression d’un ventilateur est obtenu en connaissant la
somme des pertes de charge du réseau d’aspiration et de refoulement ainsi que les vitesses du
fluide gazeux dans chaque section 1 et 2.

 Puissance absorbée

C’est la puissance fournie au moteur d’entrainement du ventilateur. Elle est donnée par le
fabriquant pour une machine donnée et pour un point de fonctionnement donné.

 Rendement

C’est le rapport de la puissance théorique fournie à l’air (puissance utile) à la puissance


absorbée totale.

 Niveau de puissance acoustique

Le niveau de puissance acoustique d’un ventilateur est généralement garanti par octave.

IV. COURBES CARACTERISTIQUES DE VENTILATEURS

Les fabricants fournissent les évolutions des caractéristiques de chaque produit sous forme de
courbes ΔPt ou sat = f(qv), en coordonnées linéaires ou logarithmiques.
Toutefois, il convient de bien faire attention à l’origine de l’ordonnée ΔP. En effet, on
retrouve indifféremment :
ΔP sat : Correspondant au gain de pression statique (ƩPdc)
ΔPt : Correspond au gain de pression total
La connaissance de la position du ventilateur dans le circuit devient alors primordiale pour
effectuer la sélection.

Les courbes caractéristiques des ventilateurs donnent, en fonction du débit, la pression


dynamique à fournir par le ventilateur pour mettre l'air en vitesse dans le réseau de
distribution. Cette pression dynamique ajoutée à la perte de charge du réseau indique la
6 hauteur manométrique (ΔPt) du ventilateur.

Hauteur manométrique et débit ainsi déterminés constituent le point de fonctionnement du


ventilateur.

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

Courbes caractéristiques d'un ventilateur centrifuge à aubes inclinées vers l'arrière.

Pour fournir un débit de 8 000 m³/h, le ventilateur délivre une pression dynamique de 45 Pa.
Pour un réseau ayant, avec ce débit une perte de charge de 955 Pa, la P du ventilateur est de
1 000 Pa.
Pour obtenir ce point de fonctionnement le ventilateur doit tourner à 1 950 tr/min. Pour ce
point de fonctionnement, son rendement sera de 81 % et la puissance à l'arbre sera proche de
2,8 kW.
Constatations : Par lecture sur cette courbe, on observe :
- Plus le débit augmente, pour une même vitesse de rotation, le rendement diminue. Ce qui
implique une consommation énergétique plus importante.

- Les points de rendement fourni sur la courbe ci-dessus, présente un maxima à 81%. De part
et d’autre de cette valeur le rendement diminue.
7 Application1 :
Le ventilateur présenté ci-dessous peut être livré en simple ou en double ouïe. Son point de
fonctionnement figure sur ce graphe.
Hypothèse :

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

L’étude de l’installation donne : débit d’air = 11000 m3/h et pression totale = 67 daPa.
Faites la sélection du ventilateur à action dans la version simple ouïe en donnant toutes les
caractéristiques.

Figure 1 – Abaque donnant toutes les grandeurs de fonctionnement


d’un ventilateur centrifuge à action.
Application2 :
8
Soit un point de fonctionnement imposé par le débit QV = 20m3/s et une pression totale de
120 mm de CE ou 120 daPa. Donner les caractéristiques de ce ventilateur à réaction.
Calculer le rendement de ce ventilateur au point M.

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE


MASTER 1 LES VENTILATEURS IPG/ISTI

Figure 2 – (Doc. Solyvent). Abaque donnant toutes les grandeurs


de fonctionnement d’un ventilateur centrifuge à réaction.

1 : échelle des débits d’air Qv en m3/s ; 2 : échelle des pressions totales pt en mm de


CE ou en daPa ; 3 : courbes débit – pression ; 4 : droite des pressions dynamiques
(lire les valeurs sur l’échelle des pressions totales) ; 5 : échelle des vitesses de rotation
« n » en tr/mn ; 6 : vitesses limites des mécaniques en tr/mn (cette vitesse limite
est donnée par le fabricant pour chaque type de machine) ; 7 : courbes d’égale
puissance absorbée P en Cv ( 1 Cv = 736 W) ; 8 : droite de puissances absorbées
Maximales ; 9 : indice de bruyance b.

V. Lois des ventilateurs


Pour une vitesse variant de N1 à N2 nous aurons :

Lansana SANE Formateur en Froid/Climatisation | COURS : AERAULIQUE