Vous êtes sur la page 1sur 11

Bilans

 entropiques  -­‐  Second  


principe  de  la  thermodynamique  
 

Exercice  1  :  Equilibre  thermique  d’un  solide  


1) Contact  thermique  de  deux  solides  
On   considère   deux   solides,   indéformables,   de   capacités   thermiques   respectives   𝐶!  et  𝐶!   et   de  
températures   respectives   𝑇!  et  𝑇! .   Ces   deux   solides   sont   mis   en   contact   thermique,   c’est-­‐à-­‐dire  
qu’ils   sont   placés   côte   à   côte   dans   une   enceinte   vide   dont   les   parois   sont   athermanes.   On  
supposera  que  𝐶!  et  𝐶!  sont  constants  dans  le  domaine  de  température  considéré.  
On  suppose  les  transformations  infiniment  lentes  et  mécaniquement  réversibles.  
a)  Exprimer  la  température  d’équilibre  𝑇!  des  deux  solides.  Que  vaut  𝑇!  si  𝐶! ≫ 𝐶!  ?  si  𝐶! = 𝐶!  ?  
b)  On  s’intéresse  au  cas  où  𝐶! =   𝐶! .  Exprimer  la  variation  d’entropie  du  système  constitué  des  
deux  solides.  La  transformation  est-­‐elle  réversible  ?  
2) Contact  thermique  entre  un  solide  et  un  thermostat  
On  considère  un  solide,  indéformable,  de  masse  𝑚 = 100  g  et  de  capacité  thermique  massique  
𝑐 = 460   J.K-­‐1.kg-­‐1,   en   équilibre   à   la   température   𝑇! = 350   K.   Ce   solide   est   placé   dans   un  
thermostat  de  température  𝑇! = 280  K.  
a)  Quelle  est  la  température  finale  𝑇!  du  solide  lorsqu’il  a  atteint  son  nouvel  état  d’équilibre.  
b)   Calculer   la   variation   d’énergie   interne   du   solide   lorsqu’il   a   atteint   son   nouvel   état  
d’équilibre.  
c)  Calculer  la  variation  ∆𝑆  de  son  entropie.  
d)  Calculer  l’entropie  d’échange  𝑆!  et  l’entropie  créée  𝑆! .  Commenter.  

Correction  :  
1) Contact  thermique  de  deux  solides  
a)  On  considère  le  système  thermodynamique  constitué  des  deux  solides  et  on  applique  le  premier  
principe  de  la  thermodynamique  à  ce  système  entre  les  instants  initial  et  final  :  
∆𝑈 = 𝑊 + 𝑄  
avec  𝑊 = 0  car  le  volume  des  deux  solides  est  constants  et  𝑄 = 0  car  les  solides  sont  en  contact  
avec  le  vide  et  les  parois  athermanes  de  l’enceinte.  
Donc  :  
∆𝑈 = 0 = ∆𝑈! + ∆𝑈!  
∆𝑈 = 0 = 𝐶! 𝑇! − 𝑇! + 𝐶! 𝑇! − 𝑇!  
𝐶! 𝑇! + 𝐶! 𝑇!
𝑇! =  
𝐶! + 𝐶!
Avec  :  
𝑇! 𝐶! ≫ 𝐶! = 𝑇!  
𝑇! + 𝑇!
𝑇! 𝐶! = 𝐶! =  
2
b)  𝐶! = 𝐶!  
∆𝑆 = ∆𝑆! + ∆𝑆!  
∆𝑆 = 𝑑𝑆! + 𝑑𝑆!  
On  utilise  les  identités  thermodynamiques  :  
𝑑𝑈! 𝑃 𝑑𝑈! 𝑑𝑇
𝑑𝑆! = + 𝑑𝑉! = = 𝐶!  
𝑇 𝑇 𝑇 𝑇
𝑑𝑈! 𝑃 𝑑𝑈! 𝑑𝑇 𝑑𝑇
𝑒𝑡    𝑑𝑆! = + 𝑑𝑉! = = 𝐶! = 𝐶!  
𝑇 𝑇 𝑇 𝑇 𝑇
Donc  :  
!! !!
𝑑𝑇 𝑑𝑇
∆𝑆 = 𝐶! + 𝐶!  
𝑇 𝑇
!! !!
𝑇! 𝑇!
∆𝑆 = 𝐶! ln + 𝐶! ln  
𝑇! 𝑇!
𝑇! + 𝑇! 𝑇! + 𝑇!
∆𝑆 = 𝐶! ln + 𝐶! ln  
2𝑇! 2𝑇!
𝑇! + 𝑇! !
∆𝑆 = 𝐶! ln  
4𝑇! 𝑇!
Le   système   thermodynamique   est   isolé   et   fermé   donc   le   signe   de   ∆𝑆   nous   renseigne   sur   la  
réversibilité  du  processus.  
𝑇! + 𝑇! ! − 4𝑇! 𝑇! = 𝑇!! + 𝑇!! − 2𝑇! 𝑇! = 𝑇! − 𝑇! ! > 0  
𝑇! + 𝑇! ! > 4𝑇! 𝑇!  
𝑇! + 𝑇! !
> 1  
4𝑇! 𝑇!
𝑇! + 𝑇! !
ln > 0  
4𝑇! 𝑇!
∆𝑆 > 0  donc  la  transformation  est  irréversible.  

2) Contact  thermique  entre  un  solide  et  un  thermostat  


a)   Dans   l’état   final,   le   solide   est   en   équilibre   thermique   avec   un   thermostat   de   température  
constante,  donc  :  
𝑇! = 𝑇! = 280  K  
b)  La  variation  d’énergie  interne  du  solide  au  cours  de  la  transformation  est  :  
∆𝑈 = 𝐶∆𝑇 = 𝑚𝑐∆𝑇  
∆𝑈 = 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! = −3,22  kJ  
L’énergie  interne  du  solide  diminue,  ce  qui  est  normal  puisqu’il  se  refroidit.  
c)  La  variation  d’entropie  du  solide  au  cours  de  la  transformation  est  donnée  par  :  

∆𝑆 = 𝑑𝑆  
On  utilise  l’identité  thermodynamique  :  
𝑑𝑈 𝑃 𝑑𝑈 𝑑𝑇
𝑑𝑆 = + 𝑑𝑉 = = 𝑚𝑐  
𝑇 𝑇 𝑇 𝑇
!!
𝑑𝑇
𝑑𝑜𝑛𝑐    ∆𝑆 = 𝑚𝑐  
𝑇
!!
𝑇!
∆𝑆 = 𝑚𝑐 ln = −10,3  J. K !!  
𝑇!
c)   Le   solide   est   un   système   fermé   qui   évolue   en   contact   avec   un   thermostat   de   température   𝑇! .   Le  
bilan  entropique  suivant  est  donc  valable  :  
𝑄
∆𝑆 = 𝑆! + 𝑆!    𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑆! =  
𝑇!
où   𝑄   est   le   transfert   thermique   reçu   par   le   solide   de   la   part   du   thermostat   pendant   la  
transformation,  calculé  à  partir  du  premier  principe  :  
∆𝑈 = 𝑚𝑐∆𝑇 = 𝑊 + 𝑄  
avec  𝑊 = 0  car  le  volume  du  système  est  constant.  
Donc  :  
𝑄 ∆𝑈
𝑆! = =  
𝑇! 𝑇!
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = = −11,5  J. K !!  
𝑇!
Puis  :  
𝑆! = ∆𝑆 − 𝑆!  
𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = 𝑚𝑐 ln − = +1,2  J. K !!  
𝑇! 𝑇!
On  obtient  𝑆! > 0  :  la  transformation  est  donc  irréversible.  C’est  normal  car  il  y  a  inhomogénéité  
de  température  dans  l’état  initial.  

Exercice  2  :  Compression  irréversible  d’un  gaz  parfait  


𝑛  moles  d’un  gaz  parfait  sont  contenues  dans  un  cylindre  vertical,  comportant  un  piston  mobile  de  
section  S  constante  et  de  masse  négligeable.  
Les  parois  du  cylindre  et  du  piston  sont  diathermanes  et  le  milieu  extérieur  est  caractérisé  par  une  
température  𝑇!  et  une  pression  𝑃!  constantes.  
Initialement,  le  gaz  est  à  l’équilibre  et  occupe  un  volume  𝑉! .  
On   place   sur   le   piston   un   poids   de   masse   M   et   on   attend   qu’un   nouvel   état   d’équilibre   soit   atteint.   On  
note  𝑉!  le  volume  occupé  par  le  gaz  dans  cet  état  et  on  pose  𝑥 = 𝑉! /𝑉! .  
1)   Exprimer   la   variation   d’entropie   du   gaz,   l’entropie   échangée   par   le   gaz   ainsi   que   l’entropie   créée  
en  fonction  de  𝑛, 𝑅  et  𝑥.  
2)  Justifier  l’irréversibilité  de  la  compression.  

Correction  :  
1)  Etat  initial  𝐴 𝑃! , 𝑉! , 𝑇! →  Etat  final  𝐵 𝑃! , 𝑉! , 𝑇!  avec  
𝑀𝑔
𝑃! = 𝑃! +    et    𝑇! = 𝑇!    
𝑆
Le   gaz   parfait   est   un   système   fermé   qui   évolue   en   contact   avec   un   thermostat   (atmosphère   de  
température  𝑇!  constante,  par  l’intermédiaire  des  parois  diathermanes).  Le  bilan  entropique  suivant  
est  donc  valable  au  cours  de  la  transformation  𝐴 → 𝐵  :  
∆𝑆 = 𝑆! + 𝑆!  
Calcul  de  ∆𝑆  :  
𝑑𝑈 𝑃
∆𝑆 = 𝑑𝑆    𝑎𝑣𝑒𝑐      𝑑𝑆 = + 𝑑𝑉  
𝑇 𝑇
Pour   calculer   ∆𝑆  qui   ne   dépend   que   des   états   initial   et   final   mais   pas   du   chemin   suivi,   on   choisit   un  
chemin  isotherme  de  température  𝑇! .  Ainsi  :  
𝑑𝑈 = 𝐶! 𝑑𝑇 = 0  
𝑃 𝑑𝑉
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑑𝑆 = 𝑑𝑉 = 𝑛𝑅  
𝑇 𝑉
𝑑𝑉 𝑉!
∆𝑆 = 𝑛𝑅 = 𝑛𝑅 ln  
𝑉 𝑉!
∆𝑆 = −𝑛𝑅 ln 𝑥  

Calcul  de  𝑆!  :  


𝑄
𝑆! =  
𝑇!
où   𝑄   est   le   transfert   thermique   reçu   par   le   système   de   la   part   du   thermostat   pendant   la  
transformation,  calculé  à  partir  du  premier  principe  :  
∆𝑈 = 𝑊 + 𝑄  
Avec  :  
∆𝑈 = 𝐶! ∆𝑇 = 0  
! !

𝑊= −𝑃!"# 𝑑𝑉 = −𝑃! 𝑑𝑉 = −𝑃! 𝑉! − 𝑉! = −𝑃! 𝑉! 1 − 𝑥  


! !
𝑊 = −𝑛𝑅𝑇! 1 − 𝑥  
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑄 = −𝑊 = 𝑛𝑅𝑇! 1 − 𝑥  
𝑒𝑡     𝑆! = 𝑛𝑅 1 − 𝑥  

Calcul  de  𝑆!  :  


𝑆! = ∆𝑆 − 𝑆!  
𝑆! = −𝑛𝑅 ln 𝑥 − 𝑛𝑅 1 − 𝑥  
2)  On  cherche  le  signe  de  la  fonction  :  
𝑓 𝑥 = − 1 − 𝑥 + ln 𝑥  
On  trace  cette  fonction  𝑝𝑜𝑢𝑟  1 < 𝑥 < +∞  et  on  trouve  que  :  
𝑓 𝑥 > 0    (∀𝑥)  
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑆! > 0  
La  compression  est  toujours  irréversible.  
Exercice  3  :  Chauffage  par  l’intermédiaire  d’un  thermostat  
On  considère  un  kilogramme  d’eau,  initialement  à  la  température  𝑇! = 20  °C.  Ce  système  est  mis  en  
contact   avec   un   thermostat   de   température   𝑇! = 80   °C.   L’eau   sera   supposée   incompressible,   de  
capacité  thermique  massique  𝑐 = 4,18  J.K-­‐1.g-­‐1,  supposée  constante  dans  l’intervalle  de  température  
considéré.  
1) On   attend   suffisamment   longtemps   pour   que   l’équilibre   thermodynamique   soit   atteint.  
Exprimer  puis  calculer  la  variation  d’entropie  de  l’eau  et  de  celle  du  thermostat.  
2) Exprimer  puis  calculer  l’entropie  échangée  par  l’eau,  puis  l’entropie  créée.  
On  utilise  maintenant  un  thermostat  de  température  intermédiaire   𝑇! = 50  °C  et  on  procède  en  deux  
étapes  :  chauffage  de  𝑇!  à  𝑇!  puis  chauffage  de  𝑇!  à    𝑇! .  
3) Pour   chacune   des   deux   étapes,   on   attend   suffisamment   longtemps   pour   que   l’équilibre  
thermodynamique   soit   atteint.   Calculer   la   variation   d’entropie   de   l’eau   et   de   celle   du  
thermostat.  
4) Calculer   l’entropie   échangée   par   l’eau,   puis   l’entropie   créée.   Comparer   à   la   procédure  
précédente.  
5) Comment  faudrait-­‐il  procéder  pour  espérer  chauffer  réversiblement  l’eau  de  𝑇!  à  𝑇!  ?  

Correction  :  
1) Eau  :  état  initial  𝐴 𝑇!   →  Etat  final  𝐵 𝑇! .  
!

∆𝑆!"# = 𝑑𝑆!"#  
!
Pour   déterminer   𝑑𝑆,   on   utilise   l’identité   thermodynamique,   sachant   que   l’eau   est   supposée  
incompressible  (𝑑𝑉 = 0)  :  
𝑑𝑈!"# 𝑃 𝑑𝑈!"#
𝑑𝑆!"# = + 𝑑𝑉!"# =  
𝑇 𝑇 𝑇
𝑑𝑇 𝑑𝑇
𝑑𝑆!"# = 𝐶 = 𝑚𝑐  
𝑇 𝑇
Donc  :  
!
𝑑𝑇
∆𝑆!"# = 𝑚𝑐  
𝑇
!
𝑇!
∆𝑆!"# = 𝑚𝑐 ln = 779  J. K !!  
𝑇!
Thermostat  :  
!
𝛿𝑄
∆𝑆!! = 𝑑𝑆!!    𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑑𝑆!! = −  
𝑇!
!
où  𝛿𝑄  est  le  transfert  thermique  reçu  par  l’eau  de  la  part  du  thermostat.  
!
𝛿𝑄 𝑄!→!
∆𝑆!! = − =−  
𝑇! 𝑇!
!
 
Pour  calculer  le  transfert  thermique  𝑄!→!  reçu  par  l’eau  au  cours  de  la  transformation  𝐴 → 𝐵,  on  
applique  le  premier  principe  de  la  thermodynamique  à  l’eau  incompressible  (𝑑𝑉 = 0)  :  
∆𝑈!"# = 𝑊!→! + 𝑄!→!  
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! = 0 + 𝑄!→!  
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑄!→! = 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!  
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑒𝑡     ∆𝑆!! = − = −711  J. K !!  
𝑇!
2) L’eau   est   un   système   fermé   qui   évolue   en   contact   avec   un   thermostat   de   température   𝑇! .   Le   bilan  
entropique  suivant  est  donc  valable  :  
𝑄!→!
∆𝑆!"# = 𝑆! + 𝑆!    𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑆! =  
𝑇!
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = = 710  J. K !!  
𝑇!
𝑒𝑡    𝑆! = ∆𝑆!"# − 𝑆!  
𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = 𝑚𝑐 ln − = 69  J. K !!  
𝑇! 𝑇!
On   obtient   𝑆! > 0  :   la   transformation   𝐴 → 𝐵   est   donc   irréversible.   C’est   normal   car   il   y   a  
inhomogénéité  de  température  dans  l’état  initial.  

3) Eau  :  état  initial  𝐴 𝑇!   →  Etat  intermédiaire  𝐶 𝑇! →  Etat  final  𝐵 𝑇! .  


!

∆𝑆!"# = 𝑑𝑆!"#  
!
Pour   déterminer   𝑑𝑆,   on   utilise   l’identité   thermodynamique,   sachant   que   l’eau   est   supposée  
incompressible  (𝑑𝑉 = 0)  :  
𝑑𝑈!"# 𝑃 𝑑𝑈!"#
𝑑𝑆!"# = + 𝑑𝑉!"# =  
𝑇 𝑇 𝑇
𝑑𝑇 𝑑𝑇
𝑑𝑆!"# = 𝐶 = 𝑚𝑐  
𝑇 𝑇
Donc  :  
!
𝑑𝑇
∆𝑆!"# = 𝑚𝑐  
𝑇
!
𝑇!
∆𝑆!"# = 𝑚𝑐 ln = 779  J. K !!  
𝑇!
Thermostat  :  
! ! !
𝛿𝑄
∆𝑆!! = 𝑑𝑆!! = 𝑑𝑆!! + 𝑑𝑆!!      𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑑𝑆!! = −  
𝑇
! ! !
où  𝛿𝑄  est  le  transfert  thermique  reçu  par  l’eau  de  la  part  du  thermostat  de  température  T.  
! !
𝛿𝑄 𝛿𝑄 𝑄!→! 𝑄!→!
∆𝑆!! = − − =− −  
𝑇! 𝑇! 𝑇! 𝑇!
! !
Pour  calculer  le  transfert  thermique  𝑄!→!  et    𝑄!→!  reçu  par  l’eau  au  cours  des  transformations  
𝐴 → 𝐶  et  𝐶 → 𝐵,  on  applique  le  premier  principe  de  la  thermodynamique  à  l’eau  incompressible  
(𝑑𝑉 = 0)  :  
∆𝑈!"# 𝐴 → 𝐶 = 𝑊!→! + 𝑄!→!  
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! = 0 + 𝑄!→!  
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑄!→! = 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!  
𝑑𝑒  𝑚ê𝑚𝑒    𝑄!→! = 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!  
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑒𝑡     ∆𝑆!! = − − = −743  J. K !!  
𝑇! 𝑇!
4) Dans   la   transformation   𝐴 → 𝐶,   l’eau   est   un   système   fermé   qui   évolue   en   contact   avec   un  
thermostat  de  température  𝑇! .  Le  bilan  entropique  suivant  est  donc  valable  :  
∆𝑆!"# (𝐴 → 𝐶) = 𝑆! (𝐴 → 𝐶) + 𝑆! (𝐴 → 𝐶)  
𝑄!→!
𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑆! (𝐴 → 𝐶) =  
𝑇!
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! (𝐴 → 𝐶) =  
𝑇!
𝑒𝑡    𝑆! (𝐴 → 𝐶) = ∆𝑆!"# (𝐴 → 𝐶) − 𝑆! (𝐴 → 𝐶)  
𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! (𝐴 → 𝐶) = 𝑚𝑐 ln −  
𝑇! 𝑇!
Dans   la   transformation   𝐶 → 𝐵,   l’eau   est   un   système   fermé   qui   évolue   en   contact   avec   un  
thermostat  de  température  𝑇! .  Le  bilan  entropique  suivant  est  donc  valable  :  
∆𝑆!"# (𝐶 → 𝐵) = 𝑆! (𝐶 → 𝐵) + 𝑆! (𝐶 → 𝐵)  
𝑄!→!
𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑆! (𝐶 → 𝐵) =  
𝑇!
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! (𝐶 → 𝐵) =  
𝑇!
𝑒𝑡    𝑆! (𝐶 → 𝐵) = ∆𝑆!"# (𝐶 → 𝐵) − 𝑆! (𝐶 → 𝐵)  
𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! (𝐶 → 𝐵) = 𝑚𝑐 ln −  
𝑇! 𝑇!
Finalement  :  
𝑆! = 𝑆! 𝐴 → 𝐶 + 𝑆! (𝐶 → 𝐵)  
𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = + = 743  J. K !!  
𝑇! 𝑇!
𝑆! = 𝑆! 𝐴 → 𝐶 + 𝑆! (𝐶 → 𝐵)  
𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇! 𝑚𝑐 𝑇! − 𝑇!
𝑆! = 𝑚𝑐 ln − − = 36  J. K !!  
𝑇! 𝑇! 𝑇!
On  obtient  𝑆! > 0  :  la  transformation  𝐴 → 𝐵  est  donc  irréversible,  mais  moins  irréversible  que  la  
transformation   précédente.   C’est   normal   puisque   l’inhomogénéité   de   température   introduite   a  
été  fractionnée,  donc  est  moins  brutale.  
5) Pour  obtenir  une  transformation  réversible,  il  faudrait  prendre  une  infinité  de  thermostats  afin  de  
réaliser  un  chauffage  progressif  et  continu  de  l’eau.  
Exercice  4  :  Transformations  couplées  
On   considère   un   cylindre   horizontal,   séparé   en   deux   compartiments   (notés   A   et   B,   de   volumes  
respectifs  𝑉!  et  𝑉! ,  de  températures  respectives  𝑇!  et  𝑇!  et  de  pressions  respectives  𝑃!  et  𝑃! )  par  un  
piston.   On   suppose   que   les   parois   du   cylindre   ainsi   que   le   piston   sont   parfaitement   calorifugés.  
Chaque  compartiment  contient  la  même  quantité  𝑛  d’un  gaz  parfait  de  coefficient  𝛾 = 𝐶!" /𝐶!" .  
Données   numériques  :   𝛾 = 5/3,   𝑅 = 8,31   J.K-­‐1.mol-­‐1,   𝑉 = 𝑉! + 𝑉! = 5,00. 10!!  m!   avec    𝑉! = 4𝑉!   à  
l’état  initial.  De  plus,  𝑇! = 𝑇! = 𝑇! = 289  K  et  𝑃! = 𝑃! = 24. 10!  Pa.  

1) Exprimer  puis  calculer  la  quantité  n  de  gaz  contenu  dans  A  et  B.  
2) Calculer  la  pression  initiale  𝑃! .  
On  débloque  le  piston  et  ce  dernier  se  déplace  sans  frottements  jusqu’à  l’équilibre  mécanique.  
3) Etablir  la  relation  entre  les  variations  d’énergie  interne  ∆𝑈!  et  ∆𝑈!  du  gaz  dans  A  et  B.  
4) A  l’état  final,  l’écart  de  température  ∆𝑇 = 𝑇!! − 𝑇!! = 130  K.  Déterminer  𝑇!!  et  𝑇!! .  
5) Calculer  la  pression  𝑃!!  et  le  volume  𝑉!!  du  gaz  dans  le  compartiment  A.  
6) Calculer   les   variations   d‘entropie   ∆𝑆!   et   ∆𝑆!   du   gaz   dans   les   compartiments   A   et   B   au   cours   du  
déplacement  du  piston.  
7) La  transformation  est-­‐elle  réversible  ou  irréversible  ?  

Correction  :  
1) On  utilise  l’équation  d’état  du  gaz  parfait  dans  le  compartiment  A  :  
𝑃! 𝑉! 𝑃! 𝑉
𝑛= = = 1,00  𝑚𝑜𝑙  
𝑅𝑇! 5𝑅𝑇!

2) On  utilise  l’égalité  des  températures  dans  les  deux  compartiments  :  


𝑃! 𝑉! 𝑃!
𝑃! 𝑉! = 𝑃! 𝑉!     ⇔     𝑃! = = = 6,0. 10!  𝑃𝑎  
𝑉! 4

3) Si  l’on  raisonne  sur  le  système  thermodynamique  complet,  constitué  des  deux  compartiments,  ce  
système   est   isolé  :   𝑄 = 0   (parois   calorifugées)   et   𝑊 = 0   (parois   rigides   et   glissement   du   piston  
sans  frottements).  Le  premier  principe  de  la  thermodynamique  appliqué  au  système  complet  nous  
donne  donc  :  
∆𝑈 = 0 = ∆𝑈! + ∆𝑈!  
𝑑𝑜𝑛𝑐     ∆𝑈! = −∆𝑈!  
4) La  première  loi  de  Joule  donne  :  
∆𝑈! = −∆𝑈!     ⇔  𝑛𝐶!" 𝑇!! − 𝑇! = −𝑛𝐶!" 𝑇!! − 𝑇!  
𝑇!! − 𝑇! = −𝑇!! + 𝑇!  
𝑇!! + 𝑇!! = 2𝑇!  
𝑇!! + 𝑇!! = 578  𝐾
𝑑𝑜𝑛𝑐    
𝑇!! − 𝑇!! = 130  𝐾
𝑇!! = 224  𝐾
⇒    
𝑇!! = 354  𝐾
5) Dans  l’état  final,  les  systèmes  sont  à  l’équilibre  mécanique  donc  les  pressions  sont  égales  dans  les  
deux  compartiments  :  
𝑃!! = 𝑃!! = 𝑃!  
L’équation  d’état  du  gaz  parfait  dans  chaque  compartiment  à  l’état  d’équilibre  final  donne  :  
𝑃! 𝑉!! = 𝑛𝑅𝑇!!    𝑒𝑡  𝑃! 𝑉!! = 𝑛𝑅𝑇!!    
En  sommant  ces  deux  expressions  :  
𝑃! 𝑉!! + 𝑉!! = 𝑛𝑅 𝑇!! + 𝑇!!  
𝑃! 𝑉 = 2𝑛𝑅𝑇!  
2𝑛𝑅𝑇! 2 𝑃! 𝑉
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑃! = 𝑃!! = = ×  
𝑉 𝑉 5
2𝑃!
𝑃!! = = 9,6. 10!  𝑃𝑎  
5
D’où  :  
𝑛𝑅𝑇!!
𝑉!! = = 1,94. 10!!  𝑚 !  
𝑃!!
6) Pour  calculer  les  variations  d’entropie,  on  utilise  l’identité  thermodynamique  :  
𝑑𝑈 𝑃 𝑑𝑇 𝑑𝑉
𝑑𝑆 = + 𝑑𝑉 = 𝑛𝐶!" + 𝑛𝑅  
𝑇 𝑇 𝑇 𝑉
𝑛𝑅 𝑑𝑇 𝑑𝑉
𝑑𝑆 = + 𝑛𝑅  
𝛾−1 𝑇 𝑉
Pour  le  compartiment  A  :  
𝑛𝑅 𝑑𝑇 𝑑𝑉
∆𝑆! = 𝑑𝑆! = + 𝑛𝑅  
𝛾−1 𝑇 𝑉
𝑛𝑅 𝑇!! 𝑉!!
∆𝑆! = ln + 𝑛𝑅 ln = 2,3  J. K !!  
𝛾−1 𝑇! 𝑉!
Pour  le  compartiment  B  :  
𝑛𝑅 𝑑𝑇 𝑑𝑉
∆𝑆! = 𝑑𝑆! = + 𝑛𝑅  
𝛾−1 𝑇 𝑉
𝑛𝑅 𝑇!! 𝑉!!
∆𝑆! = ln + 𝑛𝑅 ln = 0,30  J. K !!  
𝛾−1 𝑇! 𝑉!
7) Pour  le  système  global  :  
∆𝑆 = ∆𝑆! + ∆𝑆! = 2,6  J. K !!  
Le  bilan  entropique  donne  :  
∆𝑆 = 𝑆! + 𝑆!  
𝑎𝑣𝑒𝑐    𝑆! = 0  𝑐𝑎𝑟  𝑄 = 0  
𝑑𝑜𝑛𝑐    𝑆! = ∆𝑆 > 0  
La  transformation  est  donc  irréversible.  

Exercice  5  :  Chauffage  par  une  résistance  électrique  


On  considère  cylindre  horizontal,  séparé  en  deux  compartiments  (notés   A  et  B,  de  volumes  respectifs  
𝑉!  et  𝑉! ,   de   températures   respectives   𝑇!  et  𝑇!   et   de   pressions   respectives   𝑃!  et  𝑃! )   par   un   piston  
vertical,  adiabatique  et  pouvant  se  déplacer  sans  frottement.  Les  parois  du  cylindre  sont  supposées  
rigides  et  parfaitement  calorifugées.  
Chaque   compartiment   contient   la   même   quantité   d’un   gaz   parfait   diatomique,   initialement     dans  
chaque   compartiment   à   la   pression   𝑃! = 1,00   bar,   la   température   𝑇! = 300   K   et   occupant   un   volume  
𝑉! = 1,000  L.  Le  gaz  diatomique  est  caractérisé  par  un  coefficient  𝛾 = 𝐶!" /𝐶!" = 7/5.  
Un  générateur  électrique  fournit  une  énergie  au  gaz  A  par  l’intermédiaire  d’un  conducteur  ohmique,  
de   résistance   𝑅! = 10  Ω   et   de   capacité   thermique   négligeable.   Ce   conducteur   est   parcouru   par   un  
courant   d’intensité     𝐼 = 1  A,   pendant   une   durée   𝑡   au   bout   de   laquelle   le   volume   de   gaz   A   atteint   la  
valeur  𝑉!" = 1,100  L.  
La  transformation  couplée  subie  par  le  gaz  B  est  supposée  réversible.  
L’état  final  de  cette  évolution  est  défini  par  les  valeurs  :  𝑉!" , 𝑉!" , 𝑃!" , 𝑃!" , 𝑇!"  et  𝑇!" .  
1) Calculer  la  pression  finale  dans  chacun  des  compartiments.  
2) Déterminer  la  température  finale  dans  chacun  des  compartiments.  
3) Calculer  le  travail  reçu  par  le  gaz  du  compartiment  B.  
4) Déterminer  la  durée  𝑡 .  
5) Calculer  les  variations  d‘entropie  ∆𝑆!  et  ∆𝑆!  des  gaz  dans  les  compartiments  A  et  B  au  cours  de  
cette  transformation.  

Correction  :  
1) Le  piston  permet  l’établissement  de  l’équilibre  mécanique  :  on  a  donc  𝑃!" = 𝑃!" .  
De  plus,  le  gaz  contenu  dans  le  compartiment  B  est  un  gaz  parfait  qui  subit  une  transformation  
adiabatique  (parois  et  piston  parfaitement  calorifugés)  et  réversible.  On  peut  donc  appliquer  la  
loi  de  Laplace  :  
! !
𝑃! 𝑉! = 𝑃!" 𝐵!"      𝑎𝑣𝑒𝑐      𝑉!" = 2𝑉! − 𝑉!"  
!
𝑉!
⇒     𝑃!" = 𝑃!" = 𝑃! = 1,16  𝑏𝑎𝑟  
2𝑉! − 𝑉!"

2) On  utilise  l’équation  d’état  des  gaz  parfaits,  appliquée  au  gaz  contenu  dans  le  compartiment  A  à  
l’état  initial  et  à  l’état  final  :  
𝑃! 𝑉! = 𝑛𝑅𝑇!    𝑒𝑡    𝑃!" 𝑉!" = 𝑛𝑅𝑇!"  
𝑃!" 𝑉!"
⇒     𝑇!" = 𝑇  
𝑃! 𝑉! !
!
𝑉! 𝑉!"
⇒     𝑇!" = 𝑇 = 383  𝐾  
2𝑉! − 𝑉!" 𝑉! !
On  utilise  l’équation  d’état  des  gaz  parfaits,  appliquée  au  gaz  contenu  dans  le  compartiment  B  à  
l’état  initial  et  à  l’état  final  :  
𝑃! 𝑉! = 𝑛𝑅𝑇!    𝑒𝑡    𝑃!" 𝑉!" = 𝑛𝑅𝑇!"  
!
𝑃!" 𝑉!" 𝑉! 2𝑉! − 𝑉!"
⇒     𝑇!" = 𝑇! = 𝑇!  
𝑃! 𝑉! 2𝑉! − 𝑉!" 𝑉!
!
𝑉! 𝑉!"
⇒     𝑇!" = 2− 𝑇 = 313  𝐾  
2𝑉! − 𝑉!" 𝑉! !

3) Pour  calculer  le  travail  𝑊  reçu  par  le  gaz  du  compartiment  B  au  cours  de  la  transformation,  on  
applique  le  premier  principe  de  la  thermodynamique  :  
∆𝑈! = 𝑊! + 𝑄!  
La   transformation   étant   adiabatique   (parois   et   piston   parfaitement   calorifugés),   le   transfert  
thermique  reçu  au  cours  de  la  transformation  est  nul.  Le  travail  vaut  donc  :  
𝑛𝑅
𝑊! = ∆𝑈! = 𝐶! 𝑇!" − 𝑇! = 𝑇 − 𝑇!  
𝛾 − 1 !"
𝑃! 𝑉! 𝑇!"
⇒   𝑊! = −1 = 10  𝐽  
𝛾 − 1 𝑇!

4) Appliquons  le  premier  principe  de  la  thermodynamique  au  gaz  contenu  dans  le  compartiment  A  
au  cours  de  la  transformation  :  
∆𝑈! = 𝑊! + 𝑄!  
𝑊! = −𝑊!
𝑎𝑣𝑒𝑐        
𝑄! = 𝑅! 𝐼 ! 𝑡
Ainsi  :  
𝑛𝑅 𝑛𝑅
𝑇!" − 𝑇! = − 𝑇 − 𝑇! + 𝑅! 𝐼 ! 𝑡  
𝛾−1 𝛾 − 1 !"
𝑛𝑅
⇒   𝑡 = 𝑇!" + 𝑇!" − 2𝑇! = 8  𝑠  
𝑅! 𝐼! 𝛾−1

5) Le  gaz  contenu  dans  le  compartiment  B  subit  une  transformation  adiabatique  et  réversible,  soit  :  
∆𝑆! = 0  
Pour  calculer  la  variation  d’entropie  du  gaz  contenu  dans  le  compartiment  A,  on  utilise  l’identité  
thermodynamique  :  
𝑑𝑈! 𝑃 𝑛𝑅 𝑑𝑇 𝑑𝑉
𝑑𝑆! = + 𝑑𝑉 = + 𝑛𝑅  
𝑇 𝑇 𝛾−1 𝑇 𝑉
𝑛𝑅 𝑑𝑇 𝑑𝑉
⇒   ∆𝑆! = 𝑑𝑆! = + 𝑛𝑅  
𝛾−1 𝑇 𝑉
𝑛𝑅 𝑇!" 𝑉!"
⇒   ∆𝑆! = ln + 𝑛𝑅 ln = 0,235  J. K !!  
𝛾−1 𝑇! 𝑉!
 

Vous aimerez peut-être aussi