Vous êtes sur la page 1sur 4

Le chat vert

Il était une fois un chat vert. Complètement vert. Du bout des pattes à
la pointe des oreilles, des yeux au bout des moustaches, il était vert.
Il était né vert, dans une étable.
Dès sa naissance, sa mère l’avait chassé.
Depuis ce jour, il errait dans la campagne, se nourrissant du lait
qu’on laissait pour les autres chats sur le rebord des fenêtres, et il rôdait
autour des maisons, avec sa langue verte, ses yeux verts et sa queue
verte.
Tous les animaux l’évitaient, les hommes le chassaient à coups de
pied ou à coups de balai.
Il était très malheureux. C’est pourquoi il pleurait tout le jour, des
larmes vertes elles aussi.
Les gens criaient de frayeur sur son passage : « Quel est cet animal
étrange ! Il faut le mettre dans un zoo ! » et personne ne l’aidait.
Puis l’hiver vint. Il neigea. Le chat avait très froid, il ne trouvait plus
à manger. Il grattait à une porte, puis à une autre, et une autre encore,
sans succès.
Alors, le chat vert se tapit au bord d’un chemin, affamé, transi et sale
et terriblement triste. Il attendait la mort.
A ce moment-là, une fillette passa à côté de lui.
Elle dit :
« Oh ! Le pauvre petit chat blanc ! »
Tout d’abord, il ne crut pas qu’elle parlait de lui. Mais il regarda ses
pattes recouvertes de neige et il vit qu’elles étaient toutes blanches. Il
miaula faiblement.
La fillette le prit dans ses bras, secoua la neige de son poil et le
caressa.
« Comme il est joli, ce petit chat vert. » dit-elle.
Et elle le ramena chez elle.
Finalement, notre petit chat vert vécut longtemps très heureux en
compagnie de cette petite fille.
Le chat vert
Lire un texte en donnant du sens.
Il était une fois un chat vert.
Complètement vert. Du bout des pattes  Distribuer un morceau de texte à chaque enfant. Ils
à la pointe des oreilles, des yeux au bout doivent le lire en silence et être ensuite capable de
des moustaches, il était vert. raconter ce qu’ils ont lu.
Il était né vert, dans une étable.  Recherche de mots difficiles (étable, errait, rebord,
Dès sa naissance, sa mère l’avait rôdait, évitaient, frayeur, sans succès, se tapit,
chassé./ affamé, transi…)
Depuis ce jour, il errait dans la  Lecture orale.
campagne, se nourrissant du lait qu’on  Discussion : S’agit-il de la même histoire ? Qu’est-
laissait pour les autres chats sur le ce qui vous fait dire que c’est une seule histoire.
rebord des fenêtres, et il rôdait autour Comment faire pour la remettre en ordre ?
des maisons, avec sa langue verte, ses
yeux verts et sa queue verte. Donner du sens à la lecture.
Tous les animaux l’évitaient, les  Quel est le personnage principal de ce récit ?
hommes le chassaient à coups de pied
ou à coups de balai.  Quel problème se pose à lui ?
Il était très malheureux. C’est pourquoi  Qui va résoudre ce problème ?
il pleurait tout le jour, des larmes vertes
elles aussi. Réfléchir.
Les gens criaient de frayeur sur son  Par quelle expression commence ce récit ?
passage : « Quel est cet animal  Recherche d’autres mots qui pourraient remplacer
étrange ! Il faut le mettre dans un zoo ! » cette expression ?
et personne ne l’aidait./
 Par quel mot commence la suite du récit (la
Puis l’hiver vint. Il neigea. Le chat deuxième partie du texte) ?
avait très froid, il ne trouvait plus à  Recherche, dans cette deuxième partie, d’autres
manger. Il grattait à une porte, puis à mots de liaison.
une autre, et une autre encore, sans  Quel est le premier mot de la dernière phrase qui
succès. termine ce récit ?
Alors, le chat vert se tapit au bord
d’un chemin, affamé, transi et sale et Les mots de liaison
terriblement triste. Il attendait la mort./
On emploie ces mots pour repérer les différents
A ce moment-là, une fillette passa à moments d’un récit et pour enchaîner les
côté de lui.
phrases entre elles.
Elle dit :
« Oh ! Le pauvre petit chat blanc ! »  Le début : il était une fois ; d’abord ; un
Tout d’abord, il ne crut pas qu’elle jour…
parlait de lui. Mais il regarda ses pattes  La suite : puis ; ensuite ; et ; maintenant ;
recouvertes de neige et il vit qu’elles
étaient toutes blanches. Il miaula bientôt…
faiblement./  Pour indiquer une modification ou
La fillette le prit dans ses bras, secoua l’intervention d’un événement brusque : alors ;
la neige de son poil et le caressa. soudain ; tout à coup ; mais…
« Comme il est joli, ce petit chat vert. »  La fin : ainsi ; enfin ; finalement…
dit-elle.
Et elle le ramena chez elle. S’entrainer.
Finalement, notre petit chat vert vécut Remettre des phrases en ordre en s’aidant des mots de
longtemps très heureux en compagnie liaison.
de cette petite fille./
Accident
Un jour de pluie, Nicolas jouait au foot dans la cour de l’école.
Là, on lui fit passer une radio : il n’avait rien de cassé.
Soudain, il glissa dans une flaque d’eau et tomba : il n’arriva pas
à se relever.
La maîtresse arriva bientôt, l’examina et décida de l’emmener à
l’hôpital.
Alors ses camarades appelèrent la maîtresse qui surveillait la
récréation.
Finalement, Nicolas retourna à l’école et reprit ses parties de
ballon.

Accident
Un jour de pluie, Nicolas jouait au foot dans la cour de l’école.
Là, on lui fit passer une radio : il n’avait rien de cassé.
Soudain, il glissa dans une flaque d’eau et tomba : il n’arriva pas
à se relever.
La maîtresse arriva bientôt, l’examina et décida de l’emmener à
l’hôpital.
Alors ses camarades appelèrent la maîtresse qui surveillait la
récréation.
Finalement, Nicolas retourna à l’école et reprit ses parties de
ballon.

Accident
Un jour de pluie, Nicolas jouait au foot dans la cour de l’école.
Là, on lui fit passer une radio : il n’avait rien de cassé.
Soudain, il glissa dans une flaque d’eau et tomba : il n’arriva pas
à se relever.
La maîtresse arriva bientôt, l’examina et décida de l’emmener à
l’hôpital.
Alors ses camarades appelèrent la maîtresse qui surveillait la
récréation.
Finalement, Nicolas retourna à l’école et reprit ses parties de
ballon.

Accident
Un jour de pluie, Nicolas jouait au foot dans la cour de l’école.
Là, on lui fit passer une radio : il n’avait rien de cassé.
Soudain, il glissa dans une flaque d’eau et tomba : il n’arriva pas
à se relever.
La maîtresse arriva bientôt, l’examina et décida de l’emmener à
l’hôpital.
Alors ses camarades appelèrent la maîtresse qui surveillait la
récréation.
Finalement, Nicolas retourna à l’école et reprit ses parties de
ballon.