Vous êtes sur la page 1sur 12

Anna Shamory

FR 332

Prof. Witcher

12/16/19

Les Symboles dans les Tableaux des Trois Révolutions Françaises

A travers la longue histoire de la France, ce qui y est le plus associé, ce sont les

révolutions. Imaginez ceci : une image de la première révolution française fait surgir l'esprit

contre l'ancien régime oppressif et décadent, pour que le peuple gagne plus de droits. Ils crient

pour la « Liberté, égalité, fraternité ! » Ils utilisent des lits, des tables, des chaises et autres pour

barricader les rues. Robespierre entame un règne sanglant de terreur avec son amie, la guillotine.

Finalement, la liberté semble être atteinte, au moins jusqu'à la prochaine révolution. Au total, les

Français ont eu trois révolutions principales en 1789, 1830, et 1848. Les images, sous forme de

tableaux et de croquis, sont les capsules témoins qui capturent les pensées, les désirs, et les

espoirs des gens pendant les révolutions. L'importance des images révolutionnaires dans

l'historiographie de la civilisation française réside dans le fait qu'elles nous montrent les pensées,

les idéaux, et les symboles de ces temps agités. Les différents œuvres d’art des trois révolutions

ont utilisé des symboles similaires, comme les drapeaux et le tricolore, et différentes, comme les

scènes historiques, pour exprimer des thèmes révolutionnaires et reflétait les changements de

1789 à 1830 à 1848.

Deux tableaux populaires seront examinés pour chaque révolution. Pour la révolution de

1789, les œuvres d’art sont Arrestation de Monsieur de Launay (1793, Charles Thévenin) et Le

Serment du Jeu de Paume (1791, David). Pour la révolution de 1830, les peintures sont La

Liberté Guidant le Peuple (1830, Delacroix) et Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux
(Léon Cogniet). Et pour la révolution de 1848, ce sont Lamartine Devant l'Hôtel de Ville de

Paris (1848, Philippoteaux) et Sur les barricades de la rue Soufflot, à Paris, le 25 juin 1848

(Horace Vernet). Toutes ces images sont dans l’annexe, situé à la fin du papier.

La Révolution de 1789

Premièrement, la révolution française de 1789 est venue à cause des divers problèmes

économiques, politiques, et intellectuels de l'époque. L'augmentation des dépenses liées au mode

de vie extravagant de la dynastie Bourbon et sa participation à des guerres extérieures ont

entraîné une pauvreté accrue pour les classes inférieures (le Tiers État). Dans le même temps, le

pouvoir de la monarchie et des sympathisants diminuait avec les parlements et le droit de

remontrance. Avec l'abolition de la censure de la presse, les Lumières du XVIIIe siècle pouvaient

partager leurs réflexions de questionner la religion et le gouvernement, poussant à une croissance

de l'opinion publique. À cause de ces problèmes, les événements de la révolution ont commencé.

Le croquis, Serment du Jeu de Paume, illustre la scène historique de la première fois que

les citoyens français se sont officiellement opposés à la monarchie. Les événements comme le

Serment ont passionné le peuple a l’action (Reymond, 115). Les gens ont prêté serment sur le 20

juin 1789 et a formé l'Assemblée nationale pour créer une constitution. Dans le croquis,

l'homme, debout sur le podium au centre du croquis, lit le serment tandis que la foule des gens

du Tiers État lève les bras vers lui. Deux membres du clergé (le premier domaine) sont impliqués

au début du croquis (Fohr et Torrés). Le vent du changement souffle à travers les rideaux du côté

gauche. La foule qui récite le serment représente l'unité du peuple français, qui va commencer à

se battre pour ses droits.

Un autre tableau, l'Arrestation de Monsieur de Launay, dépeint la première manifestation

violente de la révolution. Alors que le premier tableau montrait une tentative de coopération
entre les trois domaines, ce tableau montre le côté violent et sanglant de la révolution (« Prise de

la Bastille, le 14 juillet 1789 »). Cette scène historique montre le succès de la prise de la Bastille

le 14 juillet 1789 et l'arrestation du gouverneur de la Bastille, M. de Launay. Il était un membre

des riches et donc un symbole de l'ancien régime. La Bastille elle-même était aussi un symbole

de ce régime (Varma et Verma, 770). De Launay est tué et décapité dans les rues de Paris. La

peinture montre une foule non organisée d'insurgés avec leurs sans-culottes, des fusils à

baïonnette, et des canons de tir, dans le coin inférieur gauche. Un groupe d'hommes avec des

chapeaux à épingles tricolores brandit un drapeau blanc, le drapeau de la dynastie des Bourbons

(« List of French flags »). L'un des hommes tenant le drapeau pointe à M de Launay (vêtu de

rouge), qui est capturé par un groupe de révolutionnaires. Cette scène de combat comprend

plusieurs morts ou blessés dans les combats.

Ces deux tableaux représentent les thèmes révolutionnaires de 1789 qui reflètent les

changements par l’ancien régime à une époque des classes inférieures et de nombreux

changements gouvernementaux. Alors que les deux tableaux représentent des membres du Tiers

État dans leurs sans-culottes, ils dépeignent une transition de l'unité et de l'ordre politiques (le

Serment) au chaos sanglant d'une guerre civile (le Bastille). Les révolutionnaires de 1789

voulaient avoir davantage voix au chapitre dans leur gouvernement et coururent à la violence

pour atteindre leurs objectifs. Les thèmes révolutionnaires sont d'une unité politique du Tiers

État s'élevant contre leurs oppresseurs, absents dans le premier tableau, mais représentés par la

Bastille et M. de Launay dans le deuxième tableau.

La Révolution de 1830

Deuxièmement, la révolution française de 1830 était une autre révolution contre la

dynastie Bourbon, mais cette fois avec Charles X. Les problèmes qui déclenchent la révolution
étaient légèrement différents de ceux de 1789. Avec le début de la révolution industrielle dans le

XIXe siècle, il y avait des problèmes sociaux et de santé qui contribuent de la révolution de

1830. Puis en juillet 1830, les ordonnances de St-Cloud ont violé la constitution et ont retenu les

droits des citoyens avec la suspension de la liberté de la presse, une restriction du vote pour les

bourgeoises, et un abus du système de dissolution du parlement. Ces ordonnances ont restreint le

pouvoir du peuple acquis depuis la dernière révolution. La révolution est venue à nouveau au

cours des Trois Glorieuses entre 27 à 29 juillet 1830. Les Parisiennes ont barricadé les rues et

beaucoup ont été tuées. La révolution s'est terminée par une monarchie constitutionnelle avec

Louis-Philippe au pouvoir. Deux tableaux exemplaires reflètent les symboles importants de cette

révolution.

Le tableau le plus connu de la révolution de 1830, c’est La Liberté Guidant le Peuple.

Cette peinture évoque des symboles de la révolution de 1789, ainsi que des nouveaux symboles.

L'image centrale du tableau est La Liberté, qui incarne la victoire des révolutionnaires. La

Liberté est devenue un symbole important quelques années après le début de la révolution de

1789, était donc absent des premières peintures de cette révolution. Elle porte le bonnet phrygien

et les hommes autour d'elle qui portent des sans-culottes. Le bonnet et les sans-culottes sont

originaires environ 1789 (Mitchell, 135). La Liberté brandit le drapeau tricolore du peuple

français, adopté pour la première fois en 1794, mais remplacé par le drapeau bourbon blanc lors

des restaurations du monarchie (« List of French flags »). Tout au long de la peinture sont les

couleurs du tricolore : bleu, blanc, et rouge. À l'arrière-plan, ce sont les tours de Notre-Dame,

symbole de liberté et de romantisme (Dorbani-Bouabdellah). Les symboles du combat des

révolutions français, les barricades, sont en arrière-plan à droite. Comme dans le tableau de la

Bastille, la foule se bat violemment avec des baïonnettes, en témoignent les cadavres au premier
plan. C'est un combat entre les monarchistes, représentés par l'homme en béret qui porte la

ceinture blanche des Bourbons, le bourgeois, vu par l'homme au chapeau haut de forme à gauche

de la Liberté, et les gens ordinaires de la foule. Le thème révolutionnaire principal du tableau est

un combat glorifié de la Liberté contre l'ancien régime.

Le deuxième tableau de la révolution de 1830 est plus abstrait et symbolique que le

premier. Contrairement à toutes les autres peintures analysées dans cet article, Les Drapeaux, ne

contient ni personnes ni bâtiments. Le tableau se compose de trois drapeaux, symbolisant les

Trois Glorieuses. Il utilise principalement les couleurs du tricolore. À gauche, une couleur

orageuse sombre précède le drapeau blanc avec l'insigne Bourbon (de Brondeau). Sous le

drapeau du milieu se trouve un nuage de rouge, symbolisant une révolution sanglante. L'insigne

Bourbon est soufflé hors du drapeau blanc, permettant au ciel bleu d'être vu sur le côté gauche du

drapeau. Le dernier drapeau, à droite, a maintenant une tache rouge sang sur la partie droite du

drapeau. Ainsi, ce dernier drapeau ressemble maintenant au drapeau bleu, blanc, et rouge, le

drapeau tricolore du peuple français. La peinture représente symboliquement la transition d'une

monarchie bourbonienne à la liberté révolutionnaire, à travers l'imagerie du drapeau.

Dans les deux peintures, ce sont des thèmes révolutionnaires de La Liberté et des

drapeaux qui reflétait les changements par une restauration Bourbon à la révolution pour la

liberté. La peinture de Delacroix est une idée romantique de la Liberté qui guide les gens contre

l'ancien régime. La Liberté Guidant le Peuple utilise beaucoup de symboles de la révolution de

1789, le bonnet phrygien, les barricades, le tricolore, etc. parce que les révolutions de 1789 et

1830 étaient tous les deux contre la dynastie Bourbon. L’autre peinture, Les Drapeaux,

représente un changement de dynastie par le Bourbon à la révolution du tricolore.


La révolution de 1848

Troisièmement, la dernière grande révolution en France était la révolution de 1848. Les

causes politiques étaient que les réunions publiques, comme les campagnes de banquets,

devenaient illégales. De plus, avant la révolution, il y a eu des problèmes avec les crises

agricoles et le chômage. Une foule de malheureux contraint l'abdication de Louis-Philippe en

février 1848. La Deuxième République était proclamée, avec Lamartine étant le premier ministre

temporaire. En juin, une guerre civile éclate, entraînant de nombreux morts et l'évacuation de

Paris.

La peinture de Lamartine Devant l'Hôtel de Ville de Paris illustre une histoire de la

révolution de 1848 sur le 25 février. Un groupe de français a demandé à Lamartine de remplacer

le drapeau tricolore par un drapeau rouge. Lamartine, un ministre temporaire des affaires

étrangères, a répondu devant l’Hôtel de Ville de Paris. Il les a refusés, disant : « La France et le

drapeau tricolore, c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur, au besoin, pour

nos ennemis ! Songez combien de sang il vous faudrait pour faire la renommée d’un autre

drapeau ! » (De Sepausy). Cette scène historique illustre l'importance du drapeau tricolore

comme symbole de la France. Quatre drapeaux tricolores se trouvent dans la peinture, par

opposition au seul drapeau rouge. Aussi, la foule est plus organisée que dans les tableaux

précédents, mais nous voyons encore des soldats avec des baïonnettes sur le côté droit, ainsi

qu’un homme blessé ou mort au premier plan.

Quatre mois plus tard, la guerre civile a commencé, que Sur les barricades de la rue

Soufflot, à Paris, le 25 juin 1848 représente. Ce peinture illustre l’insurrection des ouvriers de

Paris et les troupes gouvernementales du général Damesme qui attaquent les barricades des

insurgés (« Combats dans la Rue Soufflot, Paris, 25 juin 1848 »). Les insurgés au premier plan
sont symbolisés par leurs vêtements divers, leur position derrière les barricades, et leur drapeau

rouge. Un homme est debout sur les barricades pour lancer quelque chose aux soldats, se mettant

romantiquement en danger d'être facilement abattu. À l'arrière-plan, se trouvent les troupes

gouvernementales vêtues d'uniformes et portant le drapeau tricolore. Parmi les morts et la

destruction, les insurgés semblent perdre et ont moins de gens que leur opposition.

Les deux tableaux donnent l'impression que les insurgés auront cette fois plus de mal à

lutter contre les chefs organisés et la puissance de feu des troupes du gouvernement temporaire.

Les tableaux représentent des scènes historiques où les drapeaux symbolisent les côtés contrastés

des travailleurs (rouge) contre le gouvernement (tricolore). Le travailleur a été le plus touché par

les causes de la révolution, notamment le chômage élevé à Paris. Le thème révolutionnaire du

travailleur contre le gouvernement coïncide avec le besoin des travailleurs de lutter pour le

changement dans la société. Contrairement aux deux premières révolutions, celle-ci montrait des

troupes organisées dans leurs uniformes, luttant contre les rebelles

Les Conclusions

Enfin, il y avait quelques symboles et thèmes similaires aux trois révolutions.

Notamment, des drapeaux ont été utilisés dans au moins un des tableaux de chaque révolution

pour aider à symboliser les groupes contrastés dans les tableaux. Le drapeau blanc représentait la

dynastie des Bourbons, le tricolore était le symbole de la révolution, et le drapeau rouge

représentait la lutte des ouvriers lors de la révolution de 1848. Tandis que le drapeau tricolore

était absent des deux exemples de tableaux révolutionnaires de 1789, le drapeau tricolore était

originaire pendant ce temps. Dans les tableaux où figuraient des personnages, il y avait une

figure centrale mise dans un moment d'action souvent romantique. Les artistes des trois

révolutions n'ont pas eu peur de montrer les côtés sanglants et violents, y compris les blessés et
les morts. Les barricades étaient également un symbole important pour les révolutionnaires et les

insurgés, représentés dans les deux dernières révolutions.

En conclusion, cet article n'est pas représentatif de toutes les œuvres d'art

révolutionnaires, mais il tente de trouver des symboles similaires dans et entre les révolutions

françaises de 1789, 1830, et 1848. Chaque révolution a ses propres causes uniques qui ont

nécessité d'un changement de société. Mais universellement, la révolution était le moyen pour les

personnes privées de leurs droits de prendre d'assaut les rues, et de lutter pour leurs droits. Les

deux thèmes les plus courants représentés dans toutes les révolutions étaient les événements

historiques des classes inférieures révolutionnaires contre les élites ou le gouvernement. Les

symboles du drapeau tricolore et de divers autres drapeaux ont aidé à différencier les côtés

opposés pour le spectateur. Les images révolutionnaires sont importantes dans l'historiographie

de la civilisation française parce qu'elles nous montrent les pensées, les idéaux, et les symboles

du peuple dans ces temps agités.


l’Annexe des Images

Titre: Arrestation de Monsieur de Launay / Prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 (vers 1793)
Peintre: Charles Thévenin (1764-1838)

Titre : Le Serment du Jeu de Paume (1791)


Peintre: Jacques Louis David (1748-1825)
Titre : La Liberté Guidant le Peuple (1830)
Peintre : Eugene Delacroix (1798-1863)

Titre : Scène de Juillet 1830, dit aussi Les Drapeaux


Peintre : Léon Cogniet (1794-1880)
Titre : Lamartine Devant l'Hôtel de Ville de Paris (vers 1848)
Peintre : Henri Félix Philippoteaux (1815-1884)

Titre : Sur les barricades de la rue Soufflot, à Paris, le 25 juin 1848


Peintre : Horace Vernet (1789-1863)
Bibliographie
« Combats dans la Rue Soufflot, Paris, 25 juin 1848 ». AKG Images Archive. Consulté le 16
décembre 2019. https://www.akg-images.fr/archive/Combats-dans-la-Rue-Soufflot--
Paris--25-juin-1848-2UMDHUQTU02S.html .
De Brondeau, Astrid. « Les Drapeaux de Léon Cogniet ». Les yeux d’Argus, le 29 août 2013.
Consulté le 16 décembre 2019. https://lesyeuxdargus.wordpress.com/2013/08/29/les-
drapeaux-de-leon-cogniet/ .
De Sepausy, Victor « Le jour où Alphonse de Lamartine sauva le drapeau tricolore ». ActuaLitté.
Le 25 février 2019. Consulté le 16 décembre 2019.
https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/le-jour-ou-alphonse-de-
lamartine-sauva-le-drapeau-tricolore/93492 .
Dorbani-Bouabdellah, Malika. « La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix ». Histoire
par l'image. Consulté le 11 décembre 2019. https://www.histoire-
image.org/fr/etudes/liberte-guidant-peuple-eugene-delacroix
Fohr, Robert.et Torrés, Pascal. « Le serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 ». Histoire par
l'image. Consulté le 11 décembre 2019. https://www.histoire-
image.org/fr/etudes/serment-jeu-paume-20-juin-1789 .
« List of French flags ». Wikipedia. 2019. Consulté le 15 décembre 2019.
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_French_flags .
Mitchell, Hannah. « Art and the French Revolution: An Exhibition at the Musée Carnavalet. »
History Workshop, no. 5, 1978, pp. 123–145. JSTOR, www.jstor.org/stable/4288163.
« Prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. » Paris Musées Collections. Consulté le 11 décembre
2019.http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/prise-de-la-
bastille-le-14-juillet-1789-10 .
Reymond, Marcel. « L’art de la Révolution Française. » Revue Des Deux Mondes (1829-1971),
vol. 22, no. 1, 1914, pp. 90–119. JSTOR, www.jstor.org/stable/44820872.
Varma, Lal Bahadur, et Verma, Lal Bahadur. « History 'For' the People: Glimpses of French
Historiography on French Revolution ». Proceedings of the Indian History Congress, vol.
55, 1994, pp. 757–776., www.jstor.org/stable/44143453.

Vous aimerez peut-être aussi