Vous êtes sur la page 1sur 336

BTS

Méthodologie
pour l’épreuve
de culture générale
et expression

Hélène Sabbah
AGRÉGÉE DE LETTRES CLASSIQUES
Conception maquette : Frédéric Jély
Réalisation : Thomas Winock
Relecture : Silvain Chupin

© HATIER – Paris, août 2008

ISBN : 978-2-218-93160-4

Toute représentation, traduction, adaptation ou reproduction, même partielle, par tous procédés, en tous pays,
faite sans autorisation préalable est illicite et exposerait le contrevenant à des poursuites judiciaires.
Réf. : loi du 11 mars 1957, alinéas 2 et 3 de l’article 41.
Une représentation ou reproduction sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du droit de
Copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 PARIS) constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425
et suivants du Code pénal.
P R É S E N T A T I O N

Le guide pédagogique qui accompagne Concernant « Vers l’écriture personnelle »,


le manuel de méthodologie destiné aux le principe de signalisation est le même : le
étudiants de STS en culture générale et sujet traité se trouve dans le chapitre où
expression suit la même organisation, et figure sa consigne. Le chapitre et la page
apporte des réponses aux exercices des sont indiqués auprès de chaque document
quatre grandes parties. concerné.
Plus précisément, on trouvera dans cet ou-
Pour tous ces exercices d’apprentissage de
vrage, pour les chapitres des parties 1 et 2 :
la synthèse et de l’écriture personnelle, on
– pour les chapitres 1 à 5 compris, le trouvera différentes formes et présenta-
traitement de tous les exercices dans tions : plans, rédaction partielle, rédaction
les rubriques APPROCHES, APPLI- totale, réponses sous forme de tableaux.
CATION et PROLONGEMENTS ; On trouvera également dans cet ouvrage,
– pour les chapitres 6 à 16 compris, et pour les chapitres des parties 3 et 4 :
dans les mêmes rubriques : – pour les chapitres 17 à 27 compris : le
• le traitement de toutes les questions traitement de tous les exercices relatifs
regroupées sous le titre « Pour à la construction, à la réalisation et à la
analyser le document » qui figure à rédaction de la synthèse et de l’écriture
la suite de chaque document ; personnelle ;
• le traitement de certains exercices – pour les chapitres 28 et 29 : le
regroupés sous le titre « Vers la traitement de tous les exercices relatifs
synthèse ». Les exercices qui ne sont à la rédaction d’un CV et d’une lettre de
pas traités sont indiqués par les lettres candidature.
NT. Il n’est pas possible de traiter
Au début de chaque grande partie, on
tous les exercices, au nombre de trois
trouvera un ensemble d’explications justi-
ou quatre par document, et qui se
fiant les choix didactiques et pédagogiques
recoupent parfois ;
de chaque étape : ces explications éclairent
• le traitement de certains exercices la structure du manuel, son fonctionnement,
regroupés sous le titre « Vers et la nature des démarches mises en jeu à
l’écriture personnelle ». De la même travers les exercices, depuis l’analyse des
manière, les sujets non traités sont documents officiels jusqu’à la maîtrise des
indiqués par les lettres NT. épreuves de l’examen.
• un tableau (p. 10-11) récapitule tous
Nous souhaitons que ce guide pédagogique
les exercices traités.
facilite le travail des professeurs enseignant
En ce qui concerne « Vers la synthèse », en STS, en les aidant à préparer leurs
chaque exercice traité se trouve dans le étudiants à l’épreuve de l’examen sur le
chapitre où figure sa consigne, à la suite double plan méthodologique et culturel.
de l’analyse du document concerné. Mais
l’endroit où l’exercice est traité est rappelé
systématiquement à la suite de chaque
document entrant dans le corpus indiqué. Hélène SABBAH

3
S O M M A I R E
Tableau des synthèses et des écritures personnelles traitées ........................... 10

1
CHAPITRE 1
Connaître la nature
de l’épreuve

L’enseignement du français et
12

la définition de l’épreuve ......................................................... 14


CHAPITRE 2 Exemple de synthèse .................. Les blogs ...............................24
CHAPITRE 3 Exemple d’écriture personnelle ..... Les blogs ...............................30

2 Savoir identifier et
analyser les documents

Savoir identifier les documents


36

CHAPITRE 4 Analyser le paratexte ................... ..........................................38


CHAPITRE 5 Identifier le genre d’un document textuel ......................................43

Savoir analyser les documents

CHAPITRE 6 Analyser un extrait d’essai........................................................50


■ M.-F. Hirigoyen,
Le Harcèlement morall (1998) .. ............ Le travail ....................................50
■ D. Diderot,
Paradoxe sur le comédien (1781) .......... Le comédien en scène....................53
■ E. de Roux, Patrimoine industriell (2000) Le devenir des sites industriels .........54
■ J. Castarède, Le Luxe (1992) ............ Le luxe ......................................56
■ N. Jonas, La Famille (2007) .............. La condition des femmes ................58
■ C. Lévi-Strauss, Tristes tropiques (1955) Le voyage...................................60
■ P. Breton, Le Culte de l’Internett (2000) . Les menaces sur les libertés ........... .61
■ J. Hassin, « Vivre dans la rue » (2007) .. L’exclusion .................................62
5
CHAPITRE 7 Analyser un extrait de presse ....................................................67
■ M. Le Bris, « Orients rêvés, Orients réels »
(dossier de presse 2006) ................... Le voyage...................................67
■ S.-F. N’Piénikoua, « Un enfant en guerre…»
(Courrier international, 2007) ... ............ L’exploitation des enfants ................69
■ N. Guibert, J.-P. Langellier, « …le réseau
de vidéosurveillance » ((Le Monde, 2007) . Les menaces sur les libertés ........... .72
■ Entretien avec Axel Kahn
( Gazette du Palais, 2007) ................
(La Les dérives de la médecine..............75
■ J. Alia, « Massacre au fond des bois »
((Le Nouvel Observateur, 2000) . ............ La sauvegarde des forêts ................78
■ Entretien avec Jean-Marie Dru
((Le Monde 2, 2007) ............. ............ La publicité .................................79
■ M.-C. Betbeder, « Ne pas perdre sa vie
à la gagner » ((Le Monde Initiatives, 1997) . Le travail ....................................82
■ Entretien avec la comédienne
Helen Mirren (Positif
( , 2006) ................ Le comédien en scène....................84

CHAPITRE 8 Analyser un dessin de presse, une BD .........................................88


■ Dessin de Soulas (1988) ................. L’exclusion .................................88
■ Dessin de Plantu,
Wolfgang, tu feras informatique (1988) ... La condition des femmes ................90
■ Bande dessinée de C. Bretécher,
Les Frustrés (1975) .............. ............ Le comédien en scène....................92
■ Dessin de Sempé, Un peu de Paris (2001) Le devenir des sites industriels .........95
■ Dessin d’Honoré (1986) ...... ............ Le travail ....................................97
■ Bande dessinée de D. Lefèvre, E. Guibert
et F. Lemercier, Le Photographe (2003) ... Le voyage...................................98
■ Dessin de Faujour (2006) ..... ............ La publicité ............................... 101
■ Dessin de Serre, Humour noir
et hommes en blanc (2001) .... ............ Les dérives de la médecine ............ 102

CHAPITRE 9 Analyser un schéma, un document chiffré .................................. 105


■ Sondage auprès des SDF (2006) ........ L’exclusion ............................... 105
■ Courbes : le chômage des jeunes (2007) Le travail .................................. 107

■ Schéma : les pluies acides,


Dictionnaire Larousse (2008) .............. . La sauvegarde des forêts .............. 108
■ Sondage sur l’utilisation des enfants
dans la publicité (2005) ..................... L’exploitation des enfants.............. 111
■ Sondage sur l’utilisation du corps
des femmes dans la publicité (2005) ...... La condition des femmes .............. 113
■ Sondage sur la vidéosurveillance (2007). Les menaces sur les libertés .......... 116

6
CHAPITRE 10 Analyser un extrait de roman................................................... 120
■ F. Beigbeder, 99 F – 14,99 € (2000) ..... La publicité ............................... 120
■ F. de Fénelon, Les Aventures de
Télémaque (1699) ............... ............ Le luxe .................................... 122
■ B. Vian, L’Écume des jours (1947) ....... Le travail .................................. 124
■ V. Hugo, Les Misérables (1862) .......... L’exclusion ............................... 126
■ G. Orwell, 1984 (1950) ........ ............ Les menaces sur les libertés .......... 127
■ É. Zola, Germinall (1885) .................. Le devenir des sites industriels ....... 128

CHAPITRE 11 Analyser un extrait poétique ................................................... 132


■ J. M. de Heredia, Les Trophées (1893),
« Les conquérants » ........................ . Le voyage................................ . 132
■ V. Hugo, Les Contemplations (1856),
« Melancholia » .............................. L’exploitation des enfants.............. 134
■ É. Verhaeren, Les Villes
tentaculaires (1895), « Les usines » ....... Le devenir des sites industriels ....... 136
■ J. Prévert, Paroles (1946),
« La grasse matinée » ........... ............ L’exclusion ............................... 138
■ Voltaire, Le Mondain (1736) .. ............ Le luxe .................................... 139
■ J. Supervielle, (1939-1945),
« Arbres dans la nuit et le jour » ............ La sauvegarde des forêts .............. 140

CHAPITRE 12 Analyser une œuvre d’art ....................................................... 144


■ Œuvre de E. Pignon-Ernest,
Expulsions (1977) ........................... . L’exclusion ............................... 144
■ Tableau de H. A. Gervex, Une soirée au
Pré Catelan (1909) ............... ............ Le luxe .................................... 147
■ Affiche de R. Savignac,
Non à la voie express (1972) ... ............ La publicité ............................... 149
■ Vases-sculptures de J.-M. Massaud,
Missed Tree I et II (2007) .................... La sauvegarde des forêts .............. 152
■ Illustration pour le catalogue
Manufrance (1925) .............. ........... . La condition des femmes ............. . 154
■ Gravure : le travail des enfants dans
les mines en Angleterre (1844) ............. L’exploitation des enfants.............. 156
■ Tableau de N. A. Kassatkine,
Nouvelle industrie textile
à Orechovo-Zoejevo (1904) .... ............ Le devenir des sites industriels ....... 158
■ Tableau de F. Léger,
Les Constructeurs (1950) ................... Le travail .................................. 160

7
CHAPITRE 13 Analyser une publicité ........................................................... 164
■ Affiche Amnesty International (2007) ... L’exploitation des enfants.............. 164
■ Publicité Miss Dior Chérie (2007) ....... Le luxe .................................... 167
■ Affiche de F. A. Doumenq,
Les Huit heures (1919) .......... ............ Le travail .................................. 169
■ Affiche Air France (1946) ..... ............ Le voyage................................. 171
■ Publicité Aigle (2007) ..................... La sauvegarde des forêts .............. 174
■ Publicité Perrier (1998) ................... La publicité ............................... 176

CHAPITRE 14 Analyser un extrait de théâtre.................................................. 179


■ A. Tchékhov, Oncle Vania (1897) ........ La sauvegarde des forêts .............. 179
■ J. Romains, Knock
k (1923) ................ Les dérives de la médecine............ 182
■ Marivaux, La Colonie (1750) ............. La condition des femmes .............. 183
■ L. Jouvet et B. Jaques,
Elvire Jouvet 40 (1986) .......... ............ Le comédien en scène.................. 185

CHAPITRE 15 Analyser une photo .............................................................. 189


■ O. Coulange, sans abri (1992) ........... L’exclusion ............................... 189
■ Centrale Montemartini devenue musée
à Rome (2006) ............................... Le devenir des sites industriels ....... 191
■ P. Gely, répétition de théâtre (2005) ..... Le comédien en scène.................. 193
■ Image du film Les Temps modernes
(C. Chaplin, 1936) ............... ............ Le travail .................................. 195
■ « L’Odyssée Verte » à Rambouillet (2007) La sauvegarde des forêts .............. 198
■ Affiche du film Sicko (M. Moore, 2007) . Les dérives de la médecine ............ 201
■ M. Dorigny, enfants travaillant dans
une briqueterie en Colombie (1992-1993) L’exploitation des enfants.............. 205
■ M. Parr, touristes devant l’Acropole
à Athènes (1991) ................ ............ Le voyage................................. 206
■ M. Fourmy, poste de contrôle
de la RATP (1999) ............... ............ Les menaces sur les libertés .......... 208

CHAPITRE 16 Analyser un document de référence ......................................... 213


■ Définition et missions du BVP ........... La publicité ............................... 213
■ Loi sur le harcèlement moral (2002) .... Le travail .................................. 215
■ Chronologie sur le statut
des femmes (1995) .............. ............ La condition des femmes .............. 218
■ Le Serment médicall (1996) .. ............ Les dérives de la médecine............ 221
■ Convention internationale
des droits de l’enfantt (1989) ................ L’exploitation des enfants .............. 224
■ Définition et missions
de la CNIL (2004-2005) ..................... Les menaces sur les libertés .......... 226
8
Sommaire

3 Maîtriser l’épreuve
de l’examen

Construire et rédiger une synthèse de documents


230

CHAPITRE 17 La synthèse : classer les idées


d’un corpus de documents ...................................................... 232

CHAPITRE 18 La synthèse : construire le plan ....... Les jeux vidéo ........................ 236

CHAPITRE 19 La synthèse : entraînement ............ Les mangas ........................... 248

CHAPITRE 20 La synthèse : entraînement............. La réforme de l’orthographe ........... 253

CHAPITRE 21 La synthèse : rédiger les paragraphes et les introductions partielles ....... 258

CHAPITRE 22 La synthèse : rédiger l’introduction et la conclusion.......................... 267

Répondre à un sujet d’écriture personnelle


CHAPITRE 23 L’écriture personnelle : analyser le sujet ...................................... 275

CHAPITRE 24 L’écriture personnelle : trouver des idées ..................................... 284

CHAPITRE 25 L’écriture personnelle : construire le plan ..................................... 291

CHAPITRE 26 L’écriture personnelle : rédiger les paragraphes et les


introductions partielles ............................................................ 303

CHAPITRE 27 L’écriture personnelle : rédiger l’introduction et la conclusion.............. 311

4 Savoir rédiger
des écrits professionnels 318

CHAPITRE 28 Rédiger un CV.....................................................................


V 320
CHAPITRE 29 Rédiger une lettre de candidature............................................. 326

9
TABLEAU DES SYNTHÈSES ET DES
Sont indiqués, pour chaque thème, le chapitre et la page où figure la consigne
g ou le
et la page où ils sont traités dans ce guide pédagogique.

SYNTHÈSE
DEUX DOCUMENTS TROIS DOCUMENTS
Consigne Consigne

La publicité CHAP. 10, p. 100 ➤ GUIDE, p. 121 CHAP. 7, p. 76 ➤ GUIDE, p. 81


CHAP. 13, p. 135 (3)* ➤ GUIDE, p. 177 CHAP. 12, p. 120 ➤ GUIDE, p. 150
CHAP. 16, p. 157 ➤ GUIDE, p. 214

Le travail CHAP. 6, p. 55 ➤ GUIDE, p. 51 CHAP. 12, p. 126 ➤ GUIDE, p. 161


CHAP. 12, p. 126 ➤ GUIDE, p. 160 CHAP. 15, p. 148 ➤ GUIDE, p. 196
CHAP. 13, p. 130 ➤ GUIDE, p. 170 CHAP. 16, p. 158 ➤ GUIDE, p. 217

Le devenir des sites CHAP. 6, p. 57 ➤ GUIDE, p. 55 CHAP. 10, p. 106 ➤ GUIDE, p. 129
CHAP. 8, p. 83 (2)* ➤ GUIDE p. 96
industriels CHAP. 11, p. 111 ➤ GUIDE, p. 137
CHAP. 12, p. 125 ➤ GUIDE, p. 159

Le voyage CHAP. 15, p. 153 (1)* ➤ GUIDE, p. 207 CHAP. 7, p. 68 ➤ GUIDE, p. 68

La condition des femmes CHAP. 6, p. 61 ➤ GUIDE, p. 59 CHAP. 8, p. 81 ➤ GUIDE, p. 91


CHAP. 14, p. 141 ➤ GUIDE, p. 184 CHAP. 12, p. 123 ➤ GUIDE, p. 155
CHAP. 16, p. 160 ➤ GUIDE, p. 220

L’exclusion CHAP. 8, p. 80 ➤ GUIDE, p. 89 CHAP. 6, p. 65 ➤ GUIDE, p. 64


CHAP. 12, p. 118 haut ➤ GUIDE, p. 145 CHAP. 9, p. 92 ➤ GUIDE, p. 105
CHAP. 15, p. 145 ➤ GUIDE, p. 189

La sauvegarde des forêts CHAP. 7, p. 74 ➤ GUIDE, p. 79 CHAP. 15, p. 150 (3)*


CHAP. 12, p. 121 ➤ GUIDE, p. 153 ➤ GUIDE, p. 199
CHAP. 14, p. 137 ➤ GUIDE, p. 180

L’exploitation des enfants CHAP. 7, p. 69 ➤ GUIDE, p. 70


CHAP. 11, p. 109 ➤ GUIDE, p. 135
CHAP. 12, p. 124 (1)* ➤ GUIDE, p. 157

Les dérives de la médecine CHAP. 15, p. 151 ➤ GUIDE, p. 202

Le comédien en scène CHAP. 7, p. 79 ➤ GUIDE, p. 85


CHAP. 14, p. 143 ➤ GUIDE, p. 186

Le luxe CHAP. 10, p. 101 ➤ GUIDE, p. 123 CHAP. 13, p. 129 ➤ GUIDE, p. 167
CHAP. 11, p. 114 ➤ GUIDE, p. 140

Les menaces sur les libertés CHAP. 7, p. 71 ➤ GUIDE, p. 73 CHAP. 7, p. 71 ➤ GUIDE, p. 74


CHAP. 9, p. 98 ➤ GUIDE, p. 117

* Entre parenthèses le numéro de la consigne (Vers la synthèse) quand il y en a plusieurs pour le même
nombre de documents, ou le numéro du sujet (Vers l’écriture personnelle) quand il y en a plusieurs.

10
ÉCRITURES PERSONNELLES TRAITÉES
sujet
j dans le manuel de l’étudiant,

ÉCRITURE
QUATRE DOCUMENTS PERSONNELLE
Consigne Sujet
CHAP. 12, p. 120 (1)* ➤ GUIDE, p. 151
CHAP. 13, p. 133 (2)* ➤ GUIDE, p. 175

CHAP. 6, p. 55 ➤ GUIDE, p. 52
CHAP. 15, p. 148 ➤ GUIDE, p. 197

CHAP. 15, p. 146 ➤ GUIDE, p. 192

CHAP. 13, p. 132 ➤ GUIDE, p. 172 CHAP. 8, p. 88 haut ➤ GUIDE, p. 100


CHAP. 11, p. 108 ➤ GUIDE, p. 133
CHAP. 13, p. 132 ➤ GUIDE, p. 173

CHAP. 9, p. 97 ➤ GUIDE, p. 114 CHAP. 9, p. 97 ➤ GUIDE, p. 115

CHAP. 12, p. 118 haut ➤ GUIDE, p. 146 CHAP. 8, p. 80 ➤ GUIDE, p. 89

CHAP. 9, p. 93 bas ➤ GUIDE, p. 110 CHAP. 13, p. 133 (2)* ➤ GUIDE, p. 175
CHAP. 15, p. 150 ➤ GUIDE, p. 200 CHAP. 14, p. 137 (2)* ➤ GUIDE, p. 181

CHAP. 13, p. 128 ➤ GUIDE, p. 165 CHAP. 7, p. 68 ➤ GUIDE, p. 71


CHAP. 9, p. 95 (1)* ➤ GUIDE, p. 112

CHAP. 15, p. 151 ➤ GUIDE, p. 203 CHAP. 7, p. 72 ➤ GUIDE, p. 77


CHAP. 16, p. 162 ➤ GUIDE, p. 223

CHAP. 8, p. 82 ➤ GUIDE, p. 94 CHAP. 15, p. 147 ➤ GUIDE, p. 194

CHAP. 12, p. 118 bas ➤ GUIDE, p. 148 CHAP. 10, p. 101 ➤ GUIDE, p. 124

CHAP. 15, p. 154 ➤ GUIDE, p. 209

11
1
Connaître la
nature de l’épreuve
CHAPITRE
1 L’enseignement
du français et la
définition de l’épreuve
Livre de l’étudiant ➜ p. 16 à 20

1 Nature de l’enseignement du français en STS

A P P R O C HES ➜ p. 16

EXERCICE 1
1 Sous le titre « Culture génnérale et expression », 2 Les deux composantes de l’enseignement du
l’extrait du B.O. donné p. 16-17 est construit en trois français en STS sont la culture générale et l’expres-
étapes identifiables aux trois intertitres. La lecture sion envisagée sur le double plan de l’écrit et de
montre que ces trois étapes n n’ont pas le même sta- l’oral.
tut. La première
tut première, « Objectifs et contenus », annonce la
3 Il est question des deux années d’études, par
finalité de l’enseignement du français en STS, ensei-
l’indication En première année (l. 12), En deuxième
gnement qui se trouve décomposé en culture géné-
année (l. 24), en gras dans le texte. La différence
rale et communication efficace à l’oral et à l’écrit. Les
essentielle est qu’en première année, le professeur
deux étapes suivantes reprennent, pour les définir,
est libre de choisir les thèmes sur lesquels il sou-
les contenus annoncés par ces deux expressions.
haite faire travailler les étudiants, en respectant des
Vient d’abord la présentation de la culture générale
objectifs précis, tandis qu’en deuxième année, deux
(reconnaissable au titre). Vient ensuite une partie
thèmes sont imposés, et restreignent donc le champ
consacrée à l’expression. Ces deux termes renvoient
culturel. Le sujet de l’examen porte sur l’un des deux
au grand titre.
thèmes.

EXERCICE 2
Dans le B.O., la culture générale est présentée comme enfants soldats, auteur Serge-Félix N’Piénikoua,
le résultat de lectures et de réflexions associées à journaliste du Bénin, date : juillet 2007.
toutes sortes de documents textuels et iconogra- – Essai : La Famille, auteur Nicolas Jonas, date :
phiques, littéraires, philosophiques, sociologiques, 2007.
de presse… touchant à des questions d’actualité – Œuvre littéraire : 99 F – 14,99 €, auteur Frédéric
abordées dans les médias, les lieux d’échanges, Beigbeder, date : 2000.
de débats, dans les films, les pièces de théâtre, à la – Document iconographique : Les Constructeurs,
télévision, dans les expositions… auteur Fernand Léger, date : 1950.
Exemples tirés du manuel : – Film : Sicko, auteur Michael Moore, date : 2007.
– Presse : article de Courrier internationall sur les

14
CHAPITRE
1
EXERCICE 3
● Exemples de questions d’actualité agitant les ● Productions artistiques : cinéma, expositions,
médias, les milieux politiques, les milieux associa- spectacles divers (humoristes, théâtre), festivals.
tifs : l’immigration clandestine ; la carte scolaire ; la ● Lieux de débat : Parlement, Sénat, colloques,
réglementation du travail ; l’alcoolisme au volant ; conventions, réunions électorales, meetings politi-
la dépénalisation de certaines drogues ; la réforme ques, tables rondes, conférences.
de la justice ; les méthodes d’apprentissage de la Ces différents lieux de débats sont associés parce
lecture ; la protection de la vie privée ; les dangers que dans les uns on parle des autres, que tout ce
de la surveillance électronique ; les réglementations qui se passe dans la vie sociale et politique, comme
à mettre en place sur Internet… dans la vie intellectuelle et artistique, fait l’objet d’en-
● Les médias : presse écrite, presse en ligne, radio, registrements télévisés et de publications diverses.
télévision, Internet.

EXERCICE 4
● Questions de société : interrogations portant sur ● Questions d’éthique : certaines dérives de la
des points qui concernent la collectivité, les mem- médecine en relation avec des expériences humai-
bres de la communauté nationale. On peut citer les nement et moralement contestables, la lutte contre
questions d’éducation, l’interdiction de la cigarette, les différentes formes de corruption (dans le sport,
la violence urbaine, l’insuffisance des logements les médias, la vie politique).
sociaux, l’exclusion, les limitations de vitesse… ● Questions d’esthétique : débats sur le carac-
● Questions de politique : la constitution d’un tère artistique de certaines productions (les tags
État, les choix diplomatiques d’un gouvernement, sont-ils de l’art ?) et de certaines « performances »
l’organisation des élections, les fonctions et les (rassemblements de personnes, accumulations
devoirs des élus, la décentralisation, l’organisation d’objets, auto-mise en scène d’artistes exposant
des régions, la réforme de la justice, les libertés des leur vie privée…).
individus, l’indépendance de la presse par rapport Beaucoup de ces questions peuvent se recouper et
au pouvoir politique… se rattacher à plusieurs domaines.

EXERCICE 5
L’exercice demande de dégager quelques points de – l’utilisation de formules de politesse quand on
ce que dit le B.O. et de faire appel à l’expérience. s’adresse à quelqu’un : Monsieur, Madame, Mon-
Nous donnons quelques éléments de réponse, sieur le Proviseur, Monsieur le Directeur…
mais il est intéressant que les étudiants répondent – une capacité d’appréciation des différentes
de manière personnelle en fonction de situations situations vécues et de la manière de s’exprimer
vécues. adaptée à chacune.
Une bonne maîtrise de la langue orale implique : – une diction claire et articulée : des explications
– la correction de la langue dans toutes les situa- compréhensibles, un contenu qui n’est pas une
tions : quand on ne s’adresse pas aux copains, on « bouillie » de mots…
utilise un niveau de langue courant correct, non fami- – des interventions construites : on ne répond pas
lier, des phrases construites, on évite les abrévia- par des morceaux de phrases, on pose correctement
tions, les formules de la langue parlée entre jeunes, les questions, on n’interrompt pas celui qui parle.
le verlan, les expressions typiques.

15
EXERCICE 6
Qualités et compétences dont il faut faire preuve par écrit en les regroupant et en ne gardant que l’es-
en expression écrite sentiel.

– Savoir rédiger une documentation : classification, – Exprimer des idées personnelles : trouver les
hiérarchisation, précision de la rédaction. termes, les moyens lexicaux et syntaxiques qui
suggèrent que l’on s’exprime en son propre nom,
– Rendre compte d’un livre lu : savoir synthétiser et sans nécessairement utiliser la première personne,
regrouper des idées et des faits pour les traduire par souvent de manière très insistante : « Moi, je person-
écrit, de manière correcte et construite. nellement… »
– Rédiger une note : savoir exprimer brièvement et
avec précision des points importants en les clas- ➤ Les qualités à acquérir ou à développer sont la
sant. précision, l’exactitude et la richesse des termes, la
– Composer et rédiger une synthèse à partir d’élé- maîtrise d’un vocabulaire étendu, la correction de la
ments différents : maîtriser suffisamment les idées syntaxe, la justesse du ton adopté en fonction de la
des différents documents pour pouvoir les exprimer situation d’écriture.

A P P L I C ATION ➜ p. 18

EXERCICE 7 On peu
ut répondre à la question sous forme de tableau.

Société Politique Éthique Esthétique


1) La communication
2) L’œuvre d’art
3) Le sport 3) Le sport
4) Le travail
5) La condition des femmes
6) L’éducation 6) L’éducation
7) La liberté d’expression 7) La liberté d’expression 7) La liberté d’expression
8) L’immigration
9) Les sectes 9) Les sectes
10) Nouvelles images de la
famille
11) Le progrès scientifique 11) Le progrès scientifi-
et technique que et technique
12) Le développement
13) Les jeux vidéo durable
14) Les problèmes de 14) Les problèmes de
l’illettrisme l’illettrisme
15) Le commerce équitable 15) Le commerce
16) Les différentes formes équitable
de discrimination.
17) les effets de la mondia- 17) Les effets de la
lisation mondialisation
18) Les loisirs
19) Le bonheur 19) Le bonheur
20) L’information et la 20) L’information et la
presse presse

➤ Le tableau fait apparaître que de nombreux thèmes relèvent de questions de société, mais que certains
appartiennent à deux domaines au moins : la vie sociale et la politique ont de nombreuses interférences.
16
L’ e n s e i g n e m e n t d u f r a n ç a i s e t l a d é f i n i t i o n d e l ’ é p r e u v e CHAPITRE
1
EXERCICE 8 Réponse sous forme de tableau.

Problématiques Thèmes
A. La moralisation des pratiques commerciales 15. Le commerce équitable
B. À quoi sert l’école ? 6. L’éducation
C. Sport et finance 3. Le sport
D. Photographie et réalité 1. La communication et 2. L’œuvre d’art
E. Le mariage est-il dépassé ? 10. Nouvelles images de la famille
F. L’homme et la machine / l’homme ou la machine 11. Le progrès scientifique et technique
G. Être heureux en travaillant ? 4. Le travail
H. Différentes formes de censure 7. La liberté d’expression
I. Information ou opinion ? 20. L’information et la presse
J. L’éthique du journaliste 20. L’information et la presse
K. La violence dans les stades 3. Le sport
L. Le rôle des parents 6. L’éducation
M. Faut-il faire confiance à la presse ? 20. L’information et la presse
N. La nécessité de préserver la nature 12. Le développement durable
O. Le danger des superstitions 9. Les sectes
P. La civilisation des loisirs : une utopie ? 4. Le travail
Q. À quand les robots intelligents ? 11. Le progrès scientifique et technique

➤ Les problématiques constituent un aspect particulier et limité d’un thème plus vaste.

EXERCICE 9 Réponse sous forme de tableau.

Thèmes Problématiques suggérées


La culture La culture et les cultures, les problèmes de l’intégration
Ex. : roman d’A. Begag, Le Gone du Chaâba
Le développement des mégapoles Des villes inhumaines
Ex. : film Metropolis, de F. Lang
L’importance de la mémoire collective Mémoire et responsabilité
Ex. : les monuments, les cérémonies de commémoration et leur
sens
Le dévoilement de soi Peut-on tout dire sur soi ?
Ex. : les émissions de télévision du type « C’est mon choix » où
les invités racontent leurs malheurs
Internet Internet et Big Brother
Ex. : 1984 de G. Orwell
La peine de mort Les raisons de sa suppression
Ex. : roman de V. Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné / film,
La Dernière Marche de T. Robbins
Le téléphone portable Une véritable addiction ?
Ex. : plus de téléphones portables que de postes fixes / la
concurrence entre opérateurs
Le développement de l’interactivité Être seul et en groupe ?
Ex. : les communications en réseau, les jeux en réseau
De nouveaux modes de transport Des transports à l’échelle de la mondialisation
Ex. : l’Airbus 380, les énormes porte-containers

17
Thèmes Problématiques suggérées
La téléréalité Les raisons d’un succès
Ex. : Loft Story, Koh Lanta
Le tourisme de masse Qu’est-ce que voyager ?
Ex. : les voyages organisés
Le communautarisme Des attitudes ethnocentristes
Ex. : les différentes formes de discrimination et de racisme

EXERCICE 10 On peut établir le classement des compétences sous forme de tableau.

Oral Écrit Oral et écrit


Mémoriser et restituer par oral Reconnaître le statut du texte : Choisir et maîtriser le registre de
un message oral ou écrit genre, registre, type de discours, langue approprié (conversation)
(transmission d’un message destinataire (analyse
( littéraire
téléphonique) d’un texte écrit)
t
Reformuler un message oral Établir une problématique de la
((retranscription d’une réponse recherche envisagée (mise
( en
d’entretien) (le message peut se relation d’éléments opposés ou
faire par écrit) paradoxaux)x
Connaître et respecter les Relativiser les informations en
conditions préalables et indis- fonction de leur environnement
pensables à toute communica- (dans le cas d’une information
tion orale : attention, écoute, f
sur le vif)
disponibilité (face à un interlocu-
teur client)
t
Adapter sa voix et son attitude Élaborer une idée à partir d’un
aux contraintes de la situation fait, d’un exemple, d’un docu-
(entretien d’embauche) ment (raisonnement
( déductiff)
Nuancer, relativiser, si besoin,
l’expression de sa pensée (en
cas d’incertitude)
Mettre en relation les éléments
d’un même document ou des
éléments appartenant à des
documents différents, repérer les
idées convergentes et diver-
gentes (dans la réalisation d’une
synthèse)
Restructurer un message à partir
d’éléments donnés (dans le cas
d’un message incomplet)
t

➤ La plus grande partie des compétences signalées concernent à la fois l’écrit et l’oral.

18
L’ e n s e i g n e m e n t d u f r a n ç a i s e t l a d é f i n i t i o n d e l ’ é p r e u v e CHAPITRE
1
2 Définition de l’épreuve de culture générale
et expression

A P P R O C HES ➜ p. 19

EXERCICE 11
En définissant d’abord la notion de culture et les démarches menées pour l’acquérir, puis en donnant la
nature de l’épreuve de l’exam
men, le B.O. permet de dégager les liens qui existent entre le travail des deux
années de préparation et son évaluation, et de comprendre comment l’un conduit à l’autre.

Travail mené pendant les deux années (en vue de Évaluation lors de l’épreuve de l’examen
l’acquisition d’une culture ouverte sur les problè-
mes contemporains)

Lecture et analyse de documents divers, d’épo- Rendre compte d’une culture acquise en cours de
ques, de thèmes et de problématiques différents formation à travers des compétences de lecture et
d’analyse : savoir lire et analyser un document et
le situer par rapport à une problématique
Prise de connaissance et respect de la pensée Apprécier un message ou une situation et être
d’autrui capable de les situer dans un contexte ; être
capable d’en rendre compte sous la forme d’un
rapprochement objectif de différents documents
Expression d’un jugement personnel justifié et Savoir tirer parti, pour forger son ou ses
appuyé sur des savoirs ainsi que sur l’expérience jugements, des documents lus et des savoirs
personnelle acquis

Exercices visant à développer des compétences Être capable de communiquer de manière efficace
de communication écrite et orale efficace dans la vie courante et dans la vie professionnelle,
de manière écrite et de manière orale, en sachant
adapter la forme et le contenu des propos à la
situation de communication vécue

➤ Les objectifs du travail à mener en classe de STS pour la préparation de l’épreuve du BTS montrent une
adéquation précise et cohérente entre la nature du travail (documents et approches de ces documents) et
les compétences que l’épreuve vise à évaluer. La présence des deux thèmes en seconde année limite de
manière favorable aux étudiants le champ d’application du travail.

EXERCICE 12
Sens de différentes expressions de réutiliser ce contenu sous une forme personnelle,
● « Tirer parti des documents » : comprendre les pas seulement en y faisant référence, mais en repre-
idées des documents lors de leur lecture et de leur nant certaines idées, certains points de vue devenus
analyse, pour s’approprier leur contenu (prises de personnels. Cette démarche est le corollaire d’une
position exprimées, manière qu’a l’auteur d’aborder lecture et d’une compréhension précises des docu-
un thème, de poser des problématiques, d’y répon- ments (analyse, recherche des enjeux d’un docu-
dre, d’exposer des idées…) et être capable ensuite ment, sensibilité aux implicites).
19
● « Rendre compte d’une culture » : démarche de l’expérience personnelle, de relativiser une
proche de la précédente, mais à une échelle plus situation ou un message et de ne pas les prendre
grande. C’est en effet en sachant tirer parti de l’étude immédiatement « à la lettre ». « Apprécier » implique
des documents que l’on se forge une culture. Il s’agit une certaine mise à distance réflexive et donc une
de savoir faire la preuve des acquis culturels des certaine méfiance par rapport à des réactions immé-
deux années de préparation, c’est-à-dire, grâce à la diates trop dictées par l’émotion.
lecture et à l’analyse des documents, à des lectures ● « Réaliser un message » : cette démarche cou-
d’œuvres, faire état des idées rencontrées, de leur rante peut paraître facile. Elle implique cependant
compréhension, de leur appropriation. La culture un ensemble d’éléments qui demandent de savoir
envisagée mêle les savoirs à la réflexion dans un définir et « apprécier » les conditions dans lesquelles
mouvement constant d’enrichissement réciproque. le message (écrit ou oral) est produit. La réalisation
● « Apprécier un message » : « apprécier » signifie d’un message implique une situation de communi-
ici « considérer à sa juste valeur, selon son impor- cation résumée par le schéma de la communication,
tance ». Il s’agit d’une compétence qui implique, et met en jeu les fonctions du langage. La démarche
grâce à des capacités de réflexion, à des connais- envisagée est donc semée de difficultés, puisqu’elle
sances et à une bonne utilisation – éventuellement – exige de nombreuses adaptations.

EXERCICE 13 Réponse sous forme de tableau.

Différences entre synthèse Éléments associant les deux exercices


et écriture personnelle
La synthèse est notée sur 40 et l’écriture person- Les deux exercices font partie de la même
nelle sur 20. épreuve.
La réalisation de la synthèse exige plus de temps Les deux exercices sont indissociables du corpus
que la réalisation du travail d’écriture personnelle. de documents : le sujet d’écriture personnelle est
en relation directe avec les « documents propo-
sés ».
La synthèse est un exercice qui implique que son Le corpus de documents sur lequel reposent la
auteur reste objectif tandis que l’écriture person- synthèse et le travail d’écriture personnelle est
nelle permet la subjectivité. lui-même relié, thématiquement, à l’un des deux
Dans la synthèse, l’auteur confronte des docu- thèmes au programme. Le travail sur le thème aide
ments en ne donnant aucun jugement personnel ; à comprendre la problématique de la synthèse et
dans l’écriture personnelle, on lui demande de donne des idées pour le sujet d’écriture person-
prendre position. nelle.

EXERCICE 14
Le travail de chacune des deux années ● Deuxième année : la présence des deux thèmes
● Première année : pas de thème imposé ; grande restreint le champ culturel. Il s’agit alors de dévelop-
ouverture culturelle : possibilité de travailler à partir per une culture associée aux deux thèmes : diver-
de documents très divers, dont les thèmes restent sité des orientations, relations éventuelles entre les
au choix du professeur. Le travail de première année thèmes, ouverture, découvertes des problématiques
comporte un certain nombre d’apprentissages : lec- diverses. Mais ce travail culturel est indissociable
ture et analyse de documents divers pour susciter de la préparation de l’épreuve : l’entraînement à la
la curiosité, rapprochement et confrontation de do- synthèse et à l’écriture personnelle se fait en relation
cuments, débats, recherches, travaux oraux. La pre- avec les deux thèmes.
mière année pose les bases du travail de synthèse, Le travail de la première année est très ouvert ;
et du travail d’écriture personnelle, de manière pro- celui de la deuxième année davantage ciblé. Les
gressive. Le travail de première année est centré sur deux années permettent un apprentissage progressif
la notion d’ouverture dans tous les domaines, conte- des exercices de l’examen.
nus culturels et nouveaux exercices.
20
L’ e n s e i g n e m e n t d u f r a n ç a i s e t l a d é f i n i t i o n d e l ’ é p r e u v e CHAPITRE
1
A P P L I C A TION ➜ p. 20

EXERCICE 15
La culture en classe de prép
paration au BTS les il est – ou n’est pas – d’accord, tout en les res-
Il est intéressant de comparer des définitions venues pectant et en faisant preuve de tolérance.
des étudiants eux-mêmes. On n peut proposer ici les On pourrait encore définir cette culture du BTS
éléments de définition suivantts : la culture en classe comme la capacité d’accueillir et d’accepter des
de préparation au BTS peut sse définir comme un en- idées, d’en adopter certaines en sachant qu’elles
semble de connaissances portant sur des thèmes peuvent modifier celles que l’on a déjà et en consi-
variés, et plus précisément sur les deux thèmes au dérant qu’elles constituent un enrichissement per-
programme. Ces connaissances sont constituées sonnel. L’attitude d’ouverture est fondamentale dans
par un ensemble de savoirs (des faits, des situations, tout contexte professionnel parce qu’elle permet de
des enchaînements d’événements…) et d’idées (des mieux comprendre les situations auxquelles on est
points de vue, des prises de position, des théo- confronté et de trouver plus facilement des réponses
ries…) venues de documents de natures différentes : adaptées.
ces idées ont été émises par différents auteurs, en
➤ On peut remarquer que la notion de culture en-
fonction des documents. Elles doivent nourrir une
globe, dans ce contexte, certaines attitudes et des
réflexion personnelle, l’étudiant devant s’approprier
contenus.
ces idées en étant capable d’expliquer avec lesquel-

EXERCICE 16 Réponse sous forme de tableau.

Genres considérés Rapports avec la culture


Roman, poésie, théâtre Ouvrages de littérature, relevant de la fiction :
renvoient à des époques historiques, traitent de
thèmes humains et sociaux, voire politiques ;
expriment des idées.
Ex. : les images et les raisons de l’exclusion au
XIXe siècle.

Essais, articles de presse, entretiens Ouvrages en prise directe sur le réel ; abordent
des questions d’actualité immédiate, historiques et
sociales, donnent des informations, des points de
vue, des prises de position, et donc des idées.
Ex. : un essai traitant des discriminations hom-
mes /femmes.
Documents iconographiques : tableaux, photos, Documents en relation avec la réalité, qu’ils
dessins de presse et publicités représentent. Témoignages de faits, de situa-
tions, illustrations de la vie sociale ; interrogations
particulières sur la capacité de ces documents
de rendre compte du réel avec exactitude ; les
réflexions qu’ils font naître sur leur utilisation politi-
que et sociale.
Ex. : les dérives de la téléréalité.
Documents de référence : lois, règlements, Textes essentiels qui définissent les fonctionne-
conventions ments d’une société et qui évoluent avec elle ;
nombreux thèmes de réflexion sur les rapports
entre la vie sociale et ces documents.
Ex. : la surveillance exercée par la CNIL pour limi-
ter certains risques de l’informatique.

21
Genres considérés Rapports avec la culture
Schémas, graphiques et tableaux de statistiques Documents permettant une approche rapide,
illustrative et parfois chiffrée de faits de société,
ainsi que de leurs évolutions dans le temps. Leur
analyse relève du travail sociologique qui aborde
diverses questions de société.
Ex. : l’avis des citoyens, en pourcentage, sur la
surveillance vido des gens dans la rue.

EXERCICE 17
L’exposé demandé constitue un exercice d’oral dont candidat est évalué. Des éléments de réponse figu-
la réponse figure dans l’extrait du B.O. p. 19. La rent dans les exercices 11, 12, 13, 15.
partie la plus difficile consiste à préciser sur quoi le

EXERCICE 18
L’exercice est à double tranchant. D’un côté, il per- de lectures (celui du B.O.) qui a quelque chose de
met à certains étudiants de montrer qu’ils ont du monstrueux, même s’il est dit qu’il ne faut, naturel-
répondant en matière culturelle, à travers la citation lement, pas tout envisager… Une démarche efficace
d’ouvrages divers : œuvres littéraires (renvoi aux étu- consiste à les aider à réactiver, collectivement, des
des précédentes), films, émissions de télévision (ren- savoirs en suggérant des titres, des auteurs ou des
voi à la vie personnelle et à l’actualité). De l’autre, il thèmes.
peut aussi souligner le manque de références et pro- Si l’on fait faire l’exercice, il sera intéressant d’éta-
voquer une forme de découragement. L’expérience blir une classification des réponses, selon le thème
d’enseignement en STS montre qu’il faut parfois envisagé, sous forme de tableau dont les entrées
plusieurs mois pour que de nombreux étudiants se seraient : titre, auteur, genre, époque, problématique,
« réconcilient » avec l’idée de culture. Valoriser leurs exemple. La démarche prépare le travail d’écriture
savoirs est plus utile que leur asséner un programme personnelle.

EXERCICE 19
Les trois premiers thèmes renvoient à la notion de culture de la manière suivante :

Thèmes Relations avec la culture Relations avec les domaines


envisagés en STS
« La fête dans ses dimensions La fête est une manifestation La fête s’inscrit dans les ques-
collectives » sociale : elle tient aux traditions, tions sociales, dans les
à la religion, elle s’enracine questions d’esthétique : la fête
dans les mythes ; elle a diverses prend des formes artistiques ;
significations humaines et col- elle peut prendre certains as-
lectives ; elle a aussi différentes pects politiques.
fonctions : son caractère humain
et social l’associe à la culture.

22
L’ e n s e i g n e m e n t d u f r a n ç a i s e t l a d é f i n i t i o n d e l ’ é p r e u v e CHAPITRE
1
Thèmes Relations avec la culture Relations avec les domaines
envisagés en STS
« Risque et progrès » La notion de progrès (évolu- Les questions sociales sont
tion, amélioration) et donc de abordées à travers la notion
changement, de découverte, de d’évolution des sociétés ; l’ex-
recherche, renvoie à la vie et à la ploitation des inventions pose
progression des sociétés. Cela des problèmes d’ordre éthique,
touche aussi au domaine scienti- parfois résolus par des décisions
fique et à tout ce qui concerne politiques. La question du pro-
l’expérimentation de nouvelles grès dans le domaine artistique
techniques et technologies. relève d’une réflexion d’ordre
On se situe dans un domaine esthétique. Les quatre domaines
culturel très vaste, qui englobe signalés par le B.O. sont ainsi
la science, la sociologie, la représentés.
morale…
« Faire voir, quoi, comment, pour Le domaine de l’image et de la L’image, son développement,
quoi ? » représentation est associé de ses formes et ses utilisations
très près à la culture : historique constituent un « phénomène de
de l’image et de ses fonctions, société ». L’image est d’autre
progrès techniques de l’image part exploitée sur un plan
(la photo, le cinéma, l’image politique (collusion télévision /
télévisuelle), représentations ico- vie politique) ; son exploitation
nographiques, sens et utilisation. pose des questions d’éthique et
Le fait que nous vivions dans son appartenance à la création
une civilisation dite « de l’ima- artistique l’inscrit dans des ré-
ge » associe la représentation à flexions d’ordre esthétique.
tous les domaines culturels.

EXERCICE 20
Entraînement à l’oral à envisager en deuxième de réponse figurent dans les exercices 1 et 6 et
année, dans le cadre, par exemple, de la rencontre dans l’exercice 14.
des deux niveaux (1re et 2e années). Des éléments

23
CHAPITRE
2 Exemple
de synthèse
Livre de l’étudiant ➜ p. 21 à 33

EXERCICE 1 On peut répondre sous forme de tableau.

Étapes de l’introduction Délimitation


Annonce du thème général Première phrase de l’introduction
Présentation des documents Lignes 2 à 9
Annonce des trois grandes orientations Lignes 9 à 11
➤ La première phrase donne le thème. Viennent nature et que, s’ils ont le même statut dans le corpus,
ensuite sept lignes dans lesquelles les documents ils ne sont pas à analyser de la même manière. Leur
sont présentés. On précise leur nature, leur source, présentation permet aussi de faire ressortir certains
leur auteur, leur date et leur thème, parfois en les rap- antagonismes, certaines oppositions, ce qui sug-
prochant. Ces précisions occupent ici la plus grande gère déjà quelles peuvent être les orientations de la
partie de l’introduction. Elles sont importantes, parce synthèse. En dernier lieu est donné le plan du devoir,
que les différents documents n’ont pas la même sous la forme de deux ou trois grandes orientations.

EXERCICE 2
Le thème de la première grande partie est le phéno- – la troisième étape (C) annonce la présentation
mène du blog comme le montrent à la fois l’annonce d’une extension chiffrée du phénomène.
du plan dans l’introduction générale et l’introduction
➤ L’orientation de la première partie est annoncée
partielle. On peut être plus précis en détaillant le
dans le plan de l’introduction générale ; elle apparaît
contenu des trois paragraphes : nature du blog, les
dans l’introduction partielle de cette partie, avec des
blogueurs, l’ampleur du phénomène. Les trois com-
précisions sur son contenu. Ces précisions corres-
posantes annoncées se retrouvent dans chacune
pondent au thème traité par chacun des paragra-
des trois orientations du plan de la première partie :
phes A, B et C. On peut donner à cette partie le titre
– on trouve la définition du blog en A ;
suivant : le phénomène du blog.
– la seconde étape (B) récapitule qui sont les blo-
gueurs ;

EXERCICE 3
1 La deuxième partie (ou deuxième grande orien- 2 La seconde partie pourrait avoir comme titre :
tation) présente trois alinéas. On observe d’abord L’utilisation des blogs, de manière personnelle et de
un court paragraphe de quatre lignes, puis un manière professionnelle, avec comme titres de para-
paragraphe plus long (dix lignes) et un troisième graphes : A) L’utilisation personnelle et B) L’utilisation
paragraphe d’un peu plus de treize lignes. Cette professionnelle (ou dans les entreprises). Le plan (fin
disposition et cette composition conduisent à de l’introduction générale) annonce une deuxième
penser que cette partie comporte une introduction partie consacrée aux utilisations du blog. Si l’on
partielle suivie de deux paragraphes. On peut le véri- observe la deuxième partie, on remarque :
fier en se référant à l’annonce du plan. – qu’il est fait référence à la notion d’utilisation dans
24
CHAPITRE
2
l’introduction partielle. On trouve en effet les expres- lignes différentes utilisations du blog dans divers
sions dont il est utilisé, utilisation personnelle, utilisa- types d’entreprises : liens réseaux, communication,
tion professionnelle ; information dans l’immobilier, la distribution, le
– que le paragraphe qui suit l’introduction partielle recrutement.
commence par l’expression L’utilisation personnelle
du blog, thème ensuite développé en une dizaine de ➤ Ce qui est annoncé à la fin de l’introduction géné-
lignes ; rale est repris sous la forme d’introduction partielle.
– que le dernier paragraphe commence par Sur le L’introduction partielle annonce le contenu des para-
plan professionnell et développe ensuite en treize graphes, que l’on retrouve dans chacun d’entre eux.

EXERCICE 4
1 Le titre de la troisième partie pourrait être : Des là de limites visant à canaliser une utilisation exces-
règles nécessaires de bon usage, avec comme titres sive et dangereuse des blogs. Enfin, les deux para-
de paragraphes : Le respect de la déontologie (A) et graphes évoquent l’un les dangers du blog, l’autre
Le respect des lois (B). Dans les deux cas, on observe la nécessité d’une formation civique des jeunes blo-
qu’il s’agit de limites, de contraintes imposées à une gueurs, qui bien souvent n’ont pas conscience du
utilisation incontrôlée des blogs considérée comme pouvoir de l’outil qu’ils manipulent.
dangereuse. Le lien thématique entre les deux pa-
3 Les parties II et III sont liées de manière théma-
ragraphes est souligné par la formulation Mais… ne
tique par la reprise de certains termes. On observe
concernent pas que… qui souligne, non une oppo-
ainsi que du pouvoir du blog professionnel, on pas-
sition, mais le dépassement d’une restriction dans
se, assez naturellement, à l’idée du danger qui pour-
un exposé linéaire à thème constant. Il y a ainsi une
rait naître de ce pouvoir. La troisième partie apparaît
forme de gradation entre les deux paragraphes.
alors comme la suite logique puisqu’elle s’intéresse
2 L’annonce de l’introduction générale fait état de aux dérives et à la nécessité d’imposer des limites
limites rencontrées par la pratique des blogs. L’intro- légales.
duction partielle de la troisième grande partie n’em- Il ne faut pas oublier que chaque partie ne corres-
ploie pas ce terme mais signale la nécessité d’une pond pas à un plan stéréotypé : elle est uniquement
déontologie et du respect de la légalité. Il s’agit bien dictée par le contenu du corpus.

EXERCICE 5 La mise en parallèle de l’introduction et de la conclusion met en évidence leurs


éléments communs.

Introduction Conclusion
Annonce du thème général : les blogs et leur Rappel du thème général : les blogs.
développement
Reprise de l’idée dominante du corpus : un phéno-
mène en développement, comportant de nom-
breux avantages + exemple illustrant cette utilité :
la création d’un blog de presse et allusion à l’un
des points de vue exprimés par M.-É. Leclerc.

Présentation des documents : genre, auteur,


source, date, thème ; éventuels regroupements
thématiques : cette présentation fait ressortir la
problématique du corpus
Annonce du plan donnant les trois grandes orien-
tations du devoir : nature, utilité, risques

Insistance particulière sur la nécessité des limites et


ouverture sur un thème plus large, qui est la question
de la liberté d’expression.

25
➤ Par ses différents blancs et par la disposition des contenu, bien qu’il s’agisse des mêmes documents
cases remplies, le tableau révèle des points intéres- et des mêmes idées. La conclusion ne reprend pas
sants concernant l’évolution d’un devoir de l’intro- tous les points, mais s’attache à une idée essen-
duction, qui l’ouvre, à la conclusion, qui le ferme. tielle pour situer la problématique du corpus dans un
La mise en parallèle du début et de la fin révèle la débat plus large, qui est ici un débat social, moral et
reprise du thème général, puis des divergences de politique, celui de la liberté d’expression.

EXERCICE 6 La synthèse proposée est construite de la manière suivante :


Introduction
I – Première grande partie : III – Troisième grande partie : limites et contrain-
le phénomène du blog tes nécessaires
A) Nature du blog A) Une déontologie nécessaire
B) Qui sont les blogueurs B) Des obligations légales
C) L’ampleur d’un phénomène à travers les chiffres Conclusion
II – Deuxième grande partie :
les utilisations du blog
A) Utilisation personnelle
B) Utilisation professionnelle

EXERCICE 7
Dans la deuxième grande partie de la synthèse, documents sont donc concernés. Ils peuvent être
on peut observer la manière dont les documents signalés avant l’idée ou après, mais la démarche de
sont utilisés. Toute idée vient nécessairement d’un la synthèse pose impérativement :
ou plusieurs documents, et la personne qui rédige – que toute idée doit nécessairement figurer dans
la synthèse doit impérativement préciser d’où vient plusieurs documents et ne peut venir d’ailleurs ;
l’idée. La première phrase du premier paragraphe – que les sources des idées (les documents avec
(l. 5, p. 29, partie II) commence ainsi par l’idée de une référence précise) doivent être impérativement
l’utilisation personnelle du blog. Cette idée est énon- signalées ;
cée en relation avec les documents, avant même – que la manière de rédiger ne doit pas prendre la
d’être développée et l’on comprend que, sans les forme du discours indirect : M.-É. Leclerc dit que…
documents, elle n’apparaîtrait pas. Les documents la journaliste de l’Express dit que… ;
où elle figure sont signalés immédiatement sous – qu’un paragraphe ne se construit pas sur l’énu-
la forme suivante : comme le rappelle l’article de mération du contenu de chaque document pris
L’Express, apparaît surtout dans le document du successivement.
CLEMI et dans l’entretien avec M.-É. Leclerc. Trois

EXERCICE 8
Le corpus comporte plusieurs documents de nature À partir de ce corpus d’éléments qui diffèrent par leur
différente dont la vocation initiale et les enjeux ne auteur, leur genre, leur forme et qui n’ont pas néces-
sont pas d’être regroupés et associés. Certes, ils sairement les mêmes enjeux, la synthèse constitue,
ont en commun d’aborder un même thème, et d’ex- en plusieurs étapes structurées, un ensemble qui
primer des idées communes, mais ils n’ont pas été doit avoir une unité thématique, une problématique
composés pour aller ensemble ! Ils ont seulement et un contenu venus uniquement des documents. Il
été réunis parce que leur confrontation fait surgir des est donc normal que l’on retrouve dans la synthèse
idées proches ou des contradictions, des paradoxes, les idées des documents. Il y a cependant des diffé-
et qu’ils se complètent réciproquement. rences importantes : ce qui unifie le corpus est son
26
Exemple de synthèse CHAPITRE
2
thème commun, ce qui unifie la synthèse est son tive. À des idées dispersées dans les documents
auteur unique, son thème, une problématique, une correspond une organisation logique des mêmes
structure et une situation d’énonciation particulière. idées, rassemblées et classées dans une perspec-
À la diversité répond une forme d’unité démonstra- tive argumentative.

EXERCICE 9 1 On peut repérer et expliciter un exemple de reformulation des idées.


Idées Reformulation
Le blog est un moyen formidable de développer La possibilité de créer des liens, de constituer
des réseauxx (document 1). des réseaux, de mettre en place des échanges de
La grande force de ces pages personnelles est de points de vue, de faire circuler l’information, de dé-
créer du lien (document 1). – Le blog est aussi un in- velopper une image professionnelle avantageuse,
croyable vecteur de diffusion (document 1). D’autres fait du blog, comme le montrent l’article de presse
entreprises ont compris que le blog pouvait servir et l’entretien, un outil efficace dans différents types
leur image (document 1). – Les entreprises sont d’entreprise… (partie II-B)
tentées de faire des blogs un outil de management
collectiff (document 1).
Avec le blog n’importe quel citoyen peut interpeller
un dirigeant d’entreprise (document 3). – Le blog-
ging permet une plus grande humanisation de la
communication (document 3).

➤ L’exemple fait apparaître le passage de la diversité à l’unité de la synthèse : à partir de sept éléments diffé-
rents venus de deux documents, on exprime l’essentiel en une phrase synthétique qui regroupe l’ensemble.

2 On peut repérer aussi les formulations suivantes documents, comme par exemple dans la deuxième
utilisées pour faire référence aux documents : grande partie : l’article de L’Express et l’entretien
d’après ; signalé parr ; insiste M.-É. Leclerc ; selon sont révélateurs ; comme le montrent l’article et l’en-
M.-É. Leclerc ; rejoignent les recommandations de… ; tretien.
le documentt (dont il vient d’être question) rappelle… ; N.B. La reprise de termes cités, entre guillemets dans
souligne ; rappelle aussi… dont il est question dans l’introduction partielle : charte de bon usage et risque
l’article ; le document indique aussii ; il liste les sanc- de discrédit, est une manière de procéder qui n’est
tions ; le document du CLEMI est un outil… (partie III) pas et ne doit pas être fréquente dans la synthèse.
➤ On observe ici un certain nombre de formulations On ne reprend certains mots sous forme de cita-
qui permettent de signaler la source des idées, le rôle tion que lorsqu’ils sont très importants et difficiles à
joué par le document, ou par son auteur. Certaines reformuler. La synthèse ne doit jamais être un mon-
formulations soulignent les rapprochements entre tage de citations.

EXERCICE 10
Chacun des documents a un auteur qui s’exprime en construire un tout cohérent. Il n’est donc pas l’auteur
son propre nom, ou qui fait parler des locuteurs, de des idées, mais l’auteur d’un texte qui reprend des
manière directe ou indirecte. L’auteur de la synthèse idées appartenant à d’autres. Ce qui appartient à
ne peut reprendre les documents à son compte. Il l’auteur d’une synthèse est le plan qu’il a mis en pla-
doit prendre de la distance et aborder les textes en ce pour organiser les idées et les éléments de cette
reprenant leurs idées, sans omettre d’indiquer leur organisation : introduction, introductions partielles,
source. C’est lui qui rédige, mais il est dans la si- conclusion, rédaction. Dans une synthèse, celui qui
tuation d’un joueur réalisant un puzzle et mettant en parle a pour fonction d’organiser des idées qui ne
place des morceaux qui doivent aller ensemble pour sont pas les siennes.

27
EXERCICE 11
Dans l’exemple donné, on ne remarque pas de signes considérés comme des marques d’admiration ou
de subjectivité : le texte est écrit à la troisième person- d’étonnement venus de l’auteur de la synthèse. Ce
ne, il ne comporte pas de registre particulier, pas de registre figure en effet dans les documents et ne vient
modalisateurs, pas de connotations autres que celles pas de l’auteur du devoir. On peut d’autre part consi-
qui figurent dans les documents. Ainsi, le caractère dérer que l’ouverture qui figure dans la conclusion
élogieux de certains documents en ce qui concerne n’est pas une « intrusion » de la subjectivité de l’auteur
les blogs (document 1 et document 3), les chiffres de la synthèse : l’idée de la liberté d’expression est
cités, peuvent être repris dans la synthèse sans être sous-jacente dans trois documents sur quatre.

EXERCICE 12
La démarche de la synthèse consiste à confronter les dégager les idées. La seconde étape, qui est la
documents d’un corpus pour dégager les idées qu’ils classification des idées est également difficile, parce
ont en commun et les exposer, en les reformulant, en qu’il faut mettre en évidence une problématique et
un devoir construit autour d’une problématique et construire un plan à partir d’idées dont on a parfois
argumenté. Le travail de synthèse se fait uniquement l’impression qu’elles vont un peu dans toutes les
à partir des idées des documents (aucune idée exté- directions, compte tenu des différents « angles
rieure) dont les références doivent être indiquées. La d’approche » des documents. La dernière étape, qui
synthèse n’est ni de la paraphrase, ni un montage est la rédaction, implique de reformuler les idées en
de citations. laissant de côté ses réactions personnelles pour res-
pecter l’objectivité. Il faut adopter un ton neutre et ne
Ses difficultés sont multiples : la première concerne pas oublier de donner les références qui définissent
le corpus, qu’il faut lire et comprendre, alors qu’il la source des idées. Il faut aussi rédiger de manière
s’agit de documents de nature différente, pour en précise et correcte.

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 32

■ LEXIQUE ➤ On peut utiliser un grand nombre de verbes


de parole et de pensée en faisant varier la nature
EXERCICE 1 et le nombre de leurs sujets, qui sont tantôt les
documents, tantôt les auteurs, tantôt ceux qui
Pour faire référence aux documents, on peut utiliser parlent dans les textes (par exemple dans un texte
des formulations dont voici un échantillonnage : théâtral).
D’après, selon, comme le disent les auteurs des
documents X et Y, comme l’affirment M. M. et
M. dans les documents ; si l’on en croit ce qui figure
■ EXPRESSION ÉCRITE
dans les documents X et Y ; si l’on en croit M. et M... ; EXERCICE 2
tel document rejoint le document X sur tel point ;
comme le déplorent, comme le montrent, comme le
CORPUS 2
réfutent, comme le démentent, comme le rappellent
les auteurs des documents… ; les documents X et – DOCUMENT 1
Y de M. et M. précisent que… ; comme le suggè-
1 Dans un extrait du roman 99 F – 14,99 €, publié
rent les documents X, Y et Z, ou comme le suggè-
en 2000, F. Beigbeder évoque avec cynisme la posi-
rent les auteurs des documents… ; les trois auteurs
tion d’un créatif dans une agence de publicité.
s’interrogent sur le même point, posent la même
question ; comme le proposent, le recommandent, 2 Le héros narrateur du roman de F. Beigbeder,
le conseillent les auteurs des documents X, Y et Z, 99 F – 14,99 €, explique les différentes fonctions de
comme M. et M. le sous-entendent… la publicité dans la vie économique.
28
Exemple de synthèse CHAPITRE
2
– DOCUMENT 2 hommes qui ne supportent pas la réussite intellec-
tuelle des femmes.
1 Le document 2 est la définition du BVP, Bureau
de Vérification de la Publicité, dont la fonction est de 2 Le dessin de Plantu rappelle qu’on a tendance à
veiller à une certaine déontologie de la production exiger d’une femme qu’en plus de ses diplômes elle
publicitaire. ait des qualités physiques.

2 Le document 2, document de référence qui EXERCICE 3


donne la définition du BVP, rappelle la nécessité d’un
organisme chargé de contrôler la publicité. Autre version de l’introduction :
Si vous avez quelque chose à dire : créez un blog,
– DOCUMENT 3
mais attention ! Telle est la recommandation qui
1 En mai 2007, Le Monde 2 a interrogé le publici- se dégage du corpus proposé. Il regroupe qua-
taire J.-M. Dru sur l’omniprésence et sur les évolu- tre documents différents. Comme documents
tions de la publicité. textuels figurent un article de presse, extrait de
L’Express et datant de 2005 ainsi qu’un entretien
2 Dans un entretien accordé au Monde 2, en mai 2007,
de 2006 entre un spécialiste français du blog, Loïc
J.-M. Dru évoque les évolutions de la publicité.
Le Meur, et un professionnel de la distribution,
– DOCUMENT 4 M.-É. Leclerc. Ces deux documents envisagent
des utilisations différentes du blog. Un document
1 L’affiche publicitaire Aigle (campagne de 2007)
destiné aux jeunes, sous une forme iconographi-
associe les hommes à une espèce en voie de dis-
que, et édité par le CLEMI en 2005, met en garde
parition.
les collégiens contre certains excès tandis qu’un
2 L’affiche publicitaire Aigle (campagne de 2007) tableau de pourcentages produit par Médiamétrie
pourrait illustrer les propos de J.-M. Dru sur la en 2005 donne des chiffres révélateurs. Le regrou-
nécessité d’établir des ruptures avec la publicité tra- pement de ces documents conduit à étudier suc-
ditionnelle. cessivement la nature et l’ampleur du phénomène
« blog », les possibilités d’utilisation du blog et la
nécessité de définir quelques limites.
CORPUS 3
– DOCUMENT 1
EXERCICE 4
1 Dans La Colonie, comédie de 1750, Marivaux
met en scène des femmes qui revendiquent leur par- Rédaction du paragraphe A de la première partie :
ticipation à l’élaboration d’une constitution. La nature du blog est donnée par les documents 1,
2 La question des discriminations hommes / fem- 2 et 3. L’origine du mot – contraction de « weblog »
mes est abordée par Marivaux dans La Colonie, une – apparaît dans le document 1, qui le définit et
comédie de 1750. rejoint par là les autres documents. Le blog est
présenté comme un écrit à la fois personnel et
– DOCUMENT 2 public, journal de bord, lieu d’échange et d’infor-
1 Dans un essai sur la famille, publié en 1995, C. Cor- mation en relation, comme le souligne le document
dero récapitule, dans une chronologie, les grandes 1, avec d’autres sites. Le blog illustre l’existence
dates de l’émancipation des femmes en France. d’une « toile » sur laquelle et grâce à laquelle de
simples particuliers entrent en communication
2 Une chronologie établie par C. Cordero dans un privée et ouverte avec d’autres. Le blog est l’oc-
essai sur la famille (1995) montre les lents progrès de casion de faire des commentaires sur les écrits et
la parité hommes / femmes. les pensées d’autrui, rendus publics, comme le
– DOCUMENT 3 signale M.-É. Leclerc. C’est aussi, selon lui, l’occa-
sion d’exprimer des suggestions et des critiques,
1 Dans un autre essai consacré à la famille, mais et, dans le domaine professionnel, de proposer des
en 2007, N. Jonas s’intéresse aux différences filles / améliorations. Le document du CLEMI montre que
garçons dans les études. c’est un moyen de communication très utilisé par
2 L’extrait de l’essai de N. Jonas sur la famille les jeunes, qui en font un bloc-notes d’échanges et
montre, en 2007, que les filles et les garçons ne sont de jeu, tandis que le document 3 fait du blog une
pas à égalité dans les études. sorte de « pense-bête » professionnel qui donne
l’occasion de réfléchir en public. Les trois docu-
– DOCUMENT 4 ments insistent sur les notions de communication
et d’ouverture au public.
1 Le dessin de Plantu dénonce la jalousie des
29
CHAPITRE
3 Exemple
d’écriture personnelle
Livre de l’étudiant ➜ p. 34 à 37

EXERCICE 1 Les mots-clefs du sujet sont au nombre de trois : expliquer, qui constitue la démarche,
succès et blog, qui donnent le thème et la problématique.

– Le sujet demande de présenter un phénomène : – Le sujet impose un plan de type thèse / antithèse /
FAUX. synthèse : FAUX.
– Le sujet demande d’analyser les conséquences – Le sujet impose un plan qui énumère les différentes
d’un phénomène : FAUX. causes du succès du blog : VRAI.
– Le sujet demande de donner les explications d’un – Le traitement du sujet peut se faire sous la forme
phénomène : VRAI. d’un article exposant, entre une introduction et une
– Le sujet demande de discuter un point de vue : conclusion, les différentes raisons expliquant le
FAUX. développement des blogs : VRAI.
– Le sujet demande d’exposer uniquement un point – La thèse de départ est que le blog a du succès ; le
de vue personnel : FAUX. sujet demande d’expliquer pourquoi : VRAI.

EXERCICE 2
1 L’introduction est composée de la façon sui- – Annonce de la démarche envisagée, une interro-
vante : gation sur des causes, avec la présentation de trois
grandes orientations : besoin de parler de soi et de
– Phrase d’accroche donnant immédiatement le
le faire savoir, le pouvoir des blogs, une utilisation
thème sous la forme d’une définition du blog.
professionnelle efficace des blogs.
– Énoncé de la problématique sous la forme d’un
rappel de ce qui est un des mots-clefs du sujet, le 2 On peut mettre en évidence les relations théma-
mot succès, et évocation de certaines caractéristi- tiques entre l’introduction et le sujet par le surlignage
ques du blog (ce qui est une manière de préciser la des termes communs, puis par une récapitulation
définition initiale). sous forme de tableau.

Mots-clefs du sujet Introduction


expliquer Explications / caractéristique qui explique / chercher
les raisons / nous interroger sur la manière
Besoin de parler de soi / le pouvoir des blogueurs /
utilisation professionnelle du blog*
succès grandissant Extension / instituts de sondage / développement
d’Internet / succès grandissant
blog Néologisme / carnet de bord / journal intime
dialogue personnel et public

* Les éléments donnés en gris ne font pas partie du sujet, mais constituent le point d’aboutissement de la
recherche d’idées : ce sont trois orientations classant des causes du succès du blog, orientations qui consti-
tuent le plan du devoir :
I – besoin de parler de soi, II – le pouvoir des blogueurs, III – une utilisation professionnelle efficace des blogs.
30
CHAPITRE
3
EXERCICE 3
1 L’idée qui domine le premier paragraphe est 2 Le paragraphe comporte deux exemples. Le
la suivante : le blog est en adéquation avec une premier, emprunté à l’un des documents du corpus,
tendance sociale de notre époque, qui conduit les le document du CLEMI, est là pour illustrer l’idée que
individus à vouloir faire connaître publiquement les collégiens utilisent les blogs de manière très per-
ce qui relève de leur vie privée. Le succès du blog sonnelle, ludique, mais aussi souvent irrévérencieuse
vient de la possibilité qu’il offre de combiner ces et malvenue. Le second exemple vient d’un article du
deux éléments contradictoires. L’idée est formulée magazine Courrier international consacré aux rela-
dans les deux premières phrases du paragraphe. tions entre les Français et les blogs. Cet exemple
Elle pourrait être remplacée par le titre suivant : la explique le succès des blogs en France par le goût
possibilité de parler de soi en public. Elle est déve- des Français pour l’analyse et cite à ce sujet les Essais
loppée à partir de la troisième phrase. de Montaigne, comme référence. Ces deux exemples
illustrent deux explications du succès des blogs.

EXERCICE 4
1 Les paragraphes 1 et 2 (première et deuxième 3 La deuxième partie comporte, comme la pre-
grandes orientations du devoir) sont reliés par une mière, deux exemples, mais aucun ne vient des
phrase de transition dont l’articulation est ainsi. Cette documents du corpus. Le premier est extrait d’un
phrase, qui ouvre la partie II, pourrait aussi terminer organe de presse, le second d’une revue. Ils illus-
la partie I dont elle constituerait le bilan. Placée de trent l’un et l’autre le pouvoir dont dispose la blogos-
cette manière, elle laisse toute sa force à la chute de phère en ce qui concerne la rapidité de diffusion des
la première partie, qui, par le ton utilisé, comporte un nouvelles et des réactions, de manière exponentielle.
élément de subjectivité. On peut observer que la place prise par ces exem-
ples est importante par rapport au développement
2 L’idée dominante développée dans le deuxième de l’idée dominante. Cela s’explique par le fait que
paragraphe, et annoncée par la formule Une autre ces exemples reposent sur des faits qu’on ne peut
raison…, est que les blogs doivent aussi leur suc- comprendre en l’absence d’éléments narratifs : il
cès au pouvoir qu’ils confèrent à la communauté des faut en effet dire de quoi il est question en racontant
blogueurs. Par leur caractère public et non contrôlé, deux épisodes ayant un point de départ, un dévelop-
ils se révèlent très efficaces sur le plan de la diffu- pement et un point d’aboutissement. Les deux évo-
sion. Cette idée est en cohérence avec son annonce cations narratives, qui ne peuvent se résumer à une
dans l’introduction, qui utilise l’expression pouvoir phrase nominale, prennent de la place dans le texte
dont dispose la communauté des blogueurs. en apportant des éléments concrets.

EXERCICE 5
1 et 2 Le thème du troisième paragraphe repose différentes causes. La notion de développementt est
sur l’utilisation qui peut être faite du blog dans le au cœur de la réflexion sur le succès des blogs. Le
domaine professionnel en facilitant toutes sortes de verbe s’explique rappelle que l’on fait une étude des
relations hiérarchiques. Ce paragraphe s’articule au causes qui expliquent un phénomène.
précédent par le biais d’une formule énumérative : La référence au domaine professionnell constitue
On peut enfin considérer que le développement un écho de l’introduction et assure la cohérence
du blog s’explique… L’emploi de l’adverbe enfin entre l’annonce du plan et le contenu de la troisième
souligne que l’on arrive en fin d’énumération des étape.

31
EXERCICE 6 La mise en parallèle de la conclusion et de l’introduction peut se faire sous forme de
tableau.

Introduction Conclusion
Définition du blog et constat d’un développement
important de ce phénomène.
Présentation de quelques caractéristiques du blog Retour sur certaines particularités antinomiques
pouvant déjà suggérer une explication globale de qui peuvent, globalement, expliquer le succès des
son développement : énoncé de la problématique. blogs.
Énoncé de trois orientations qui correspondent au
plan du devoir.
Insistance sur la capacité des blogs de concilier
deux tendances contradictoires de notre époque :
manière implicite de mettre l’accent sur des com-
portements contradictoires caractéristiques de la
société de communication.

➤ La manière dont est rempli le tableau permet de reprises après la démonstration de leur validité. Elles
comprendre les relations entre l’introduction et la permettent alors de faire apparaître ce qui était im-
conclusion. On trouve en commun certaines carac- plicite, l’adéquation du blog et de l’état d’esprit de
téristiques du blog. Dans l’introduction, ces carac- l’actuelle société de communication : il en est à la
téristiques servent à mettre en place une problé- fois la preuve et le produit.
matique qui sera développée et argumentée dans La dernière étape de la conclusion permet presque
le corps du devoir et qui aboutira à une validation. toujours de faire apparaître une manière de voir et de
Dans la conclusion, les mêmes caractéristiques sont penser un problème dans un contexte élargi.

EXERCICE 7
Le sujet proposé repose sur un constat – le succès la vie sociale et parce que des analystes, les sociolo-
du phénomène blog – auquel il faut trouver des gues, justifient ces raisons dans leurs travaux ;
explications, des causes. La démarche mise en jeu – le succès des blogs trouve une autre explication
correspond à une argumentation dans laquelle on dans le fait que les blogueurs, réunis en blogosphère
propose des arguments (preuves, explications, cau- (ou monde des blogueurs), constituent une commu-
ses) qui expliquent, prouvent et montrent pourquoi nauté détenant un pouvoir considérable. Cet état
un phénomène, une idée, ou une thèse, sont accep- de chose est prouvé par des cas précis de mise en
tables et crédibles. commun de ce pouvoir pour faire pression sur des
La thèse selon laquelle les blogs constituent un phé- entreprises. Ces cas sont analysés dans des articles
nomène à succès est soutenue par trois arguments spécialisés ;
(idées dominantes de chaque paragraphe) organisés – le succès des blogs s’explique aussi par l’efficacité
de manière linéaire sur le même thème. Ces argu- de leur utilisation dans différents domaines profes-
ments / preuves peuvent se formuler de la manière sionnels. Plusieurs analyses, prises de position et
suivante : réflexions de spécialistes vont dans ce sens.
– le succès des blogs vient de ce qu’ils permettent à
chacun, selon les tendances actuelles de la société ➤ L’organisation du devoir selon le schéma : thèse /
de communication, de parler de soi de manière publi- arguments / exemples pour chacun des arguments
que. On le sait par différents exemples empruntés à l’inscrit dans une démarche de type argumentatif.

32
Exemple d’écriture personnelle CHAPITRE
3
EXERCICE 8
Les idées exprimées dans le devoir proposé ne d’ouvrages divers, articles, extraits d’essais, qui
sont pas des idées personnelles appartenant, de eux-mêmes renvoient à des faits historiques, ou à
manière subjective, à la personne qui l’a écrit. des faits d’actualité.
– L’idée (argument 1) que le blog permet de parler – L’argument 3, qui fait état de l’efficacité du blog
de soi en public relève d’une simple observation dans le domaine professionnel, vient à la fois de
du blog et de la manière dont fonctionne ce mode la lecture des documents du corpus (article de
de communication : le blog appartient à une per- L’Express et entretien avec M.-É. Leclerc) et de lec-
sonne qui le crée et qui utilise cet espace d’écri- tures diverses, déjà utilisées pour l’argument 2. La
ture pour s’exprimer et susciter un débat ouvert à nature de cet argument conduit, comme le précé-
qui veut participer. Pour trouver cette idée, il faut dent, à considérer comme indispensable la lecture
juste savoir que les blogs existent, ce qu’ils sont, de documents de type sociologique. Rappelons
comment ils fonctionnent et ce que l’on peut y ici que la lecture de ces documents s’inscrit dans
faire. Tout étudiant de BTS possède, par l’utilisation le travail des deux années de préparation. Il attire
d’Internet, des informations sur ce sujet. L’idée est aussi l’attention sur le fait que certaines idées vien-
ensuite confirmée par le contenu de certains des nent directement du corpus de documents
documents du corpus ;
– L’argument 2 du pouvoir des blogueurs demande ➤ Il ressort des observations précédentes que le
un peu plus de recherche et quelques faits et caractère personnel des idées dépend de la culture
exemples mettant en relief la rapidité de diffusion de l’auteur d’un travail d’écriture personnelle, mais
des nouvelles et la force représentée par la com- surtout de la sélection, du choix que cette personne
munauté de tous ceux qui participent à des blogs. peut effectuer dans un ensemble d’idées venues de
La nature de cet argument est là pour rappeler aux ses lectures ainsi que d’une curiosité et d’une sen-
étudiants que l’on trouve des idées dans la lecture sibilité à l’environnement social et culturel.

EXERCICE 9
On trouve dans le travail proposé plusieurs marques Essais : ce qui est très élogieux, ce qui l’est beau-
visibles de la subjectivité de l’auteur : coup moins ; on peut ne pas apprécier !
– l’emploi de la première personne du pluriel, nous Il faut cependant considérer que la subjectivité et le
au début du premier paragraphe et de la première caractère personnel du devoir ressortent aussi de la
personne du singulier au début de la conclusion, je manière d’aborder le sujet, de construire l’argumen-
pense ; tation et de l’illustrer par des exemples dont certains
– la présence de jugements à la fin du premier para- relèvent de l’expérience et des connaissances per-
graphe, lorsqu’il est question de Montaigne et des sonnelles de l’auteur.

33
EXERCICE 10
On peut récapituler, sous forme de tableau, les différences et les points communs entre la synthèse et l’écri-
ture personnelle à partir des deux devoirs réalisés sur le thème des blogs.

Éléments communs Éléments différents


Un thème commun : les blogs. Les documents n’ont pas la même « utilité » : pour
Un support commun constitué par le corpus de la synthèse, ils constituent une « matière » à uti-
documents liser dans sa totalité ; pour l’écriture personnelle,
ils constituent un réservoir d’idées dans lesquelles
on peut puiser.
Le travail d’écriture personnelle est imposé par un
sujet tandis que pour la synthèse aucune direction
n’est donnée.
La synthèse et le travail d’écriture personnelle Les deux démarches, argumentées, sont nette-
sont des travaux construits et relevant d’un ment différentes : la synthèse reprend les idées du
plan, d’une structure visible dans la présentation corpus et les organise selon une problématique
typographique et dans l’organisation d’ensemble. qui n’est pas donnée, mais qui ressort de la nature
En particulier, chacun présente une introduction, et du contenu des documents. Le regroupement
un développement en deux ou trois parties et une et la reformulation des idées ne peuvent se faire
conclusion. sans référence constante aux documents. Le
travail d’écriture personnelle doit apporter une ou
des réponses à une question posée dans le sujet.
L’auteur de ce travail peut prendre appui sur les
documents mais son travail consiste à construire
une réflexion faisant intervenir d’autres idées
venant de ses connaissances, de son expérience,
de sa culture.
Il n’y a aucune raison pour que le plan de la syn-
thèse et le plan du travail d’écriture personnelle se
rejoignent.
La synthèse et l’écriture personnelle ont le même Le « rédacteur » de la synthèse et du travail
« rédacteur ». d’écriture personnelle a une position différente par
rapport au texte qu’il rédige. Dans la synthèse,
il reprend objectivement des idées qui ne lui
appartiennent pas. Dans l’écriture personnelle,
il peut revendiquer les idées qu’il exprime : ce
sont les siennes et s’il en exprime certaines avec
lesquelles il n’est pas d’accord, il a le droit de le
faire savoir.

➤ Deux caractéristiques fondamentales différen- à partir d’eux que se construit le devoir. Pour l’écri-
cient la démarche de l’écriture personnelle de celle ture personnelle, le champ de recherche des idées
de la synthèse, l’utilisation des documents et le plan, est libre – par rapport aux documents – mais les
ce qui entraîne une troisième différence concernant limites du travail sont imposées par le sujet. Dans
le « rédacteur » : la position de celui qui écrit. Pour la synthèse, le rédacteur est objectif et fidèle aux
la synthèse, tout ce qui est à utiliser se trouve exclu- documents ; dans l’écriture personnelle, il parle en
sivement dans les documents et c’est uniquement son propre nom.

34
Exemple d’écriture personnelle CHAPITRE
3
P R O L O N G EMENTS ➜ p. 37

■ LEXIQUE librement : c’est pourquoi (ainsi, en conséquence,


de ce fait, le résultat est que, au point que, il s’ensuit
EXERCICE 1 que, il en résulte que, la conséquence est que…) ce
phénomène connaît un grand succès.
Expression de la cause : par, car, en effet, parce que,
puisque, du fait que, du fait de, pour la raison que. EXERCICES 3 ET 4

■ EXPRESSION ÉCRITE Ces deux exercices laissent toute latitude aux étu-
diants de répondre personnellement. Les réponses
EXERCICE 2 peuvent aussi venir d’un échange oral et être trans-
crites ensuite par écrit (au cours d’une séance de
● Expression de la cause TP), ce qui cumule les deux entraînements à l’écrit
– Le phénomène du blog connaît un grand succès et à l’oral.
car (parce que, pour la raison que) il permet à cha- L’utilisation alternée de la première et de la troisième
que internaute de s’exprimer librement. personne est de nature à faire observer le degré de
– Le phénomène du blog connaît un grand succès : subjectivité ou d’objectivité des propos :
en effet, il permet… Ex. : Ce que je trouve intéressant, dans le blog, c’est
– Par la possibilité (l’occasion) qu’il offre… le phéno- la manière dont s’enchevêtrent les différentes prises
mène du blog connaît un grand succès. de position. L’un répond à l’autre, un troisième inter-
– Du fait qu’il permet à chaque internaute… le phé- vient et cela fait un débat qui met chacun en position
nomène du blog… d’attente. On a envie d’avoir des réponses, des réac-
● Expression de la conséquence tions, à ce que l’on a écrit.
– Le blog permet à chaque internaute de s’exprimer Le blog est intéressant parce que les différentes
librement, de sorte que (si bien que) ce phénomène prises de position s’y enchevêtrent… Chacun a en-
connaît un grand succès. vie d’avoir des réponses, des réactions, à ce qu’il a
– Le blog permet à chaque internaute de s’exprimer écrit.

35
2
Savoir identifier et
analyser les documents
CHAPITRE
4 Analyser
le paratexte
Livre de l’étudiant ➜ p. 42 à 46

A P P R O C HES ➜ p. 42

EXERCICE 1
1 L’auteur est donné, c’est V. Hugo. On sait que et « L’Expiation », qu’il est question de morale, de
l’œuvre est en vers par l’inddication v. 69-100. Sa justice et de politique.
date de publication est égaleement donnée, 1853 ;
le passage est identifiable grâce à l’indication du 2 Les indications du livre, du texte et des vers indi-
livre V, et du numéro du texte,
livre, text 13, avec le numéro quent qu’il s’agit d’une œuvre versifiée. On peut pen-
des vers 69-100. Concernant le thème de l’œuvre, ser compte tenu du titre, si l’on ne connaît pas déjà
on peut penser, à partir des trois titres qui sont l’œuvre, à une œuvre poétique en vers de V. Hugo, et
donnés, Les Châtiments, « L’autorité est sacrée », plus particulièrement à une œuvre engagée.

EXERCICE 2
1 Il est précisé que l’œuvre est traduite du russe. 2 Le titre attire l’attention sur celui qui est sans
Acte premierr indique qu’il s’agit d’un extrait théâ- doute le personnage principal. Mais le lecteur ne
tral. Son auteur est donné, c’est A. Tchékhov. Le peut pas deviner grand-chose du thème. 1897 est
traducteur est A. Adamov, ce qui est précisé. Le la date de publication de l’œuvre en russe, 1973 la
passage proposé se situe dans l’acte premier. date de sa traduction par A. Adamov pour les édi-
tions Flammarion. L’indication acte premierr laisse
penser que l’acte n’est pas divisé en scènes.

EXERCICE 3
1 Celui qui parle : G. Tordjman ; il est l’interlocu- thème des mutations sociales, et le thème du
teur dans un entretien. numéro concerné est le mariage et son évolution.
Le genre du document : un entretien dont le titre est
« La conjugalité s’apprend ». 2 Série « Mutations » indique le thème, l’orienta-
Le genre de l’ouvrage d’où il est extrait : une revue tion d’une série de revues portant sur des questions
dont le titre est Mariage, mariages, revue publiée en de société. Le numéro désigne le numéro de la revue
mars 1989. dans la série et Mariage, mariages est le titre de ce
Le thème global de cette série de revues est le numéro particulier de la revue.

38
CHAPITRE
4
EXERCICE 4
Le paratexte proposé permet de déterminer les Courrier international. À propos de ce journal, le
informations suivantes : l’auteur est Serge-Félix lecteur apprend qu’il est un hebdomadaire (par l’in-
N’Piénikoua, journaliste à La Gazette du Golfe, au dication de la semaine de sa publication) et qu’il est
Bénin. La première source du texte est ce journal composé d’articles repris d’organes de presse de
béninois, mais le texte, qui est un article sur les tous les pays du monde, ce qui fait son caractère
enfants soldats, a été repris dans l’hebdomadaire international.

EXERCICE 5
1 L’auteur du texte est Émilien Carassus ; le titre du titre et du thème, on peut penser que l’œuvre est
de l’œuvre est Le Snobisme et les lettres françaises un essai portant sur les relations entre la littérature
de Paul Bourget à Marcel Proust, 1884-1914. La date et la société. Le signe © est l’abréviation de « copy-
de publication est 1996 ; le thème traité est le sno- right ». Il détermine à qui appartiennent les droits de
bisme dans la littérature française de 1884 à 1914. publication de l’œuvre. Ici, c’est la maison d’édition
Armand Colin qui détient les droits de l’œuvre dont
2 Les deux dates 1884-1914 font partie du titre de il est question. Cette précision est obligatoire tant
l’œuvre. Elles délimitent la période historique d’étu- qu’une œuvre n’est pas tombée dans le domaine
de du snobisme dans la littérature française. À partir public (70 ans après sa publication).

EXERCICE 6
1 L’auteur est donné, Daniel Bougnoux, ainsi sur les relations franco-américaines dans le cadre
que la source. Il s’agit de la revue Esprit. La date, de certains échanges commerciaux. Le chapeau
mars 1996, indique une parution mensuelle et orien- et la note donnent des précisions qui vont dans le
te vers l’identification d’une revue. même sens : article sur les négociations douanières
entre la France et les États-Unis. Le texte est extrait
2 Autres informations : le titre de l’article, assez d’un article de revue portant sur un thème écono-
accrocheur, oriente vers une réflexion économique mico-politique.

EXERCICE 7
Les éléments composant la légende d’un tableau – le titre du tableau et sa date de réalisation : Le
contiennent de nombreuses informations sur le 28 juillet 1830, la Liberté guidant le peuple (1831) ;
tableau. Ils apprennent en particulier : – la nature du tableau : huile sur toile ;
– qui est le peintre et quelles sont ses dates : Eugène – les dimensions du tableau : 250 x 325 cm ;
Delacroix, 1798-1863 ; – le musée où se trouve le tableau et la ville où se
trouve le musée : musée du Louvre, Paris.

EXERCICE 8
La légende de la photo donne les informations sui- – le nom de l’agence qui détient les droits de repro-
vantes : duction de l’image : agence Vu ;
– le nom du photographe, Olivier Coulange ; Ces différentes informations sont rendues obligatoi-
– le titre ou la thématique de la photo ou de la série à res par la loi, a minima pour le nom du photographe
laquelle appartient la photo : sans abri ; et l’agence.

39
EXERCICE 9
Le paratexte de la bande dessinée envisagée donne l’indication de la présence d’un photographe. La
les informations suivantes : BD en question comporte en effet de nombreuses
– le nom des trois collaborateurs et leur rôle respectif photographies, ce qui correspond à son titre ;
dans la réalisation de cette BD : Didier Lefèvre est – le titre de l’album, Le Photographe, et la date de
le photographe, Emmanuel Guibertt est l’auteur du publication, 2003 ;
texte et des dessins, Frédéric Lemercierr est le res- – le numéro du volume, 1, ce qui signifie qu’il y en a
ponsable de la mise en page et des couleurs. plusieurs ;
Ces informations attirent l’attention sur une col- – les numéros des deux pages choisies, 77-78 ;
laboration à trois. Souvent, les auteurs de bandes – le nom de l’éditeur dépositaire des droits de publi-
dessinées sont deux, celui qui crée le texte et celui cation, les éditions Dupuis.
qui dessine. Une autre information est inhabituelle,

EXERCICE 10
Le paratexte de l’enquête apporte les informations sentatif de l’ensemble de la population ;
suivantes : – l’âge des personnes interrogées : 18 ans et plus ;
– la date précise de réalisation de l’enquête : 26 et – la manière de procéder : personnes interrogées en
27 octobre 2005 ; face à face à leur domicile ;
– l’organisme qui a réalisé l’enquête : le département – la méthode utilisée : méthode des quotas.
Stratégies d’opinion de TNS Sofres ; Le paratexte donne toutes les informations concer-
– l’échantillonnage de population ayant participé à nant la nature et le déroulement de l’enquête.
l’enquête : un échantillon de 1 000 personnes repré-

EXERCICE 11
Les difficultés liées à la présence de dates viennent de dates différentes qu’il y a de traductions, alors que la
ce que les différents paratextes donnent parfois plu- date de publication de l’œuvre est toujours la même.
sieurs dates dont la proximité peut prêter à confusion : Quand il s’agit d’une reprise d’article, on peut trouver
date de publication d’une œuvre, date de traduction de la date de publication initiale de l’article et la date de
cette œuvre pour un éditeur comme c’est le cas pour sa reprise. On trouve aussi des dates figurant dans le
Oncle Vania (exercice 2) : les deux dates peuvent être titre (voir l’exemple de l’exercice 5), qu’il ne faut pas
très éloignées dans le temps. Il peut y avoir autant de confondre avec la date de publication.

EXERCICE 12
Dans les différents paratextes, on peut trouver les – le nom d’un traducteur : Arthur Adamovv ;
noms propres suivants : – le nom de personnages d’œuvre de fiction : Oncle
– le nom de l’auteur, et de ceux qui, éventuellement, Vania ;
ont contribué à une œuvre : Anton Tchékhov, les trois – le nom d’auteurs dont il est question dans l’œuvre ;
auteurs de la bande dessinée Le Photographe ; Paul Bourget, Marcel Proustt ;
– le nom d’une personne interrogée au cours d’un – le nom de l’éditeur ou de la maison d’édition :
entretien, et éventuellement le nom de la personne Armand Colin, Dupuis.
qui l’interroge ;

40
Analyser le paratexte CHAPITRE
4
A P P L I C ATION ➜ p. 45

EXERCICE 13
● Document 1 ● Document 4
1 auteur du dessin ; 2 titre d
du recueil de dessins ; 1 nom du peintre ; 2 titre du tableau ; 3 titre d’une
3 nom de l’éditeur ; 4 date de publication du recueil. série d’études préparant le tableau La Chute d’Icare,
par Picasso ; 4 auteur de l’essai La Chute d’Icare,
● Document 2 dans lequel se trouvent reproduites les études ;
1 nom du peintre ; 2 dates du peintre ; 3 titre du 5 titre de l’essai de G. Picon ; 6 nom de la collection
tableau ; 4 date du tableau ; 5 nature du tableau ; dans laquelle figure l’essai de G. Picon ; 7 nom de
6 musée dans lequel se trouve le tableau ; 7 ville où la maison d’édition détenant les droits de publica-
se trouve le musée. tion du texte ; 8 date de publication de l’essai de
● Document 3 G. Picon.
1 auteur de l’œuvre ; 2 titre du chapitre d’où est tiré ➤ Dans ce cas particulier, l’identification est un peu
le document proposé ; 3 titre de l’œuvre complète ; difficile. Le document est en effet iconographique :
4 numéro du tome dans lequel se trouve le chapitre ; c’est une étude de Picasso relative au tableau inti-
5 nom de l’éditeur détenant les droits de publication ; tulé La Chute d’Icare, étude extraite d’un essai de
6 nom de la collection dans laquelle figure l’œuvre ; G. Picon consacré à ce tableau et portant le même
7 date de publication. titre. Il y a là quelques risques de confusion.

EXERCICE 14
Utilisation de l’italique dans un paratexte : titres Utilisation des guillemets dans un paratexte : titre de
d’œuvres, titres d’organes de presse, titres de chapitre, titre de collection.
tableaux.

EXERCICE 15
1 Les informations données par le paratexte : publication initiale, situation de l’extrait proposé – ce
qui fait apparaître qu’il s’agit de théâtre –, indication
● Document 1 : auteur, titre de l’œuvre, date de
de l’éditeur qui détient les droits, date de publication
publication. Le chapeau donne des informations sur
chez cet éditeur. Le chapeau présente une certaine
les deux personnages en présence et suggère que le
situation en signalant la profession des deux prota-
texte proposé est un dialogue. On pourrait avoir en
gonistes et la manière dont l’un se situe par rapport
plus une information concernant le genre (roman ?
à l’autre. On pourrait avoir en plus l’indication de la
théâtre ?), une situation du passage dans l’œuvre
collection (Folio) chez Gallimard et l’indication des
avec l’indication d’une partie ou d’un chapitre.
pages dans cette collection. L’acte I est très long et
● Document 2 : auteur, titre de l’œuvre, éditeur et ne comporte pas de subdivision en scènes.
date de publication. Le chapeau précise qu’il s’agit
● Document 4 : auteur, titre d’un article, titre de
d’un roman, donne l’époque à laquelle se situe l’ac-
l’ouvrage collectif dans lequel figure l’article, nom
tion et le contexte, qui est celui de la parfumerie. On
de celui qui a dirigé la réalisation de l’ouvrage, date
pourrait avoir en plus le nom du traducteur du texte
de publication, nature de l’ouvrage, éditeur. Le cha-
en français (l’auteur est allemand) et la date de la tra-
peau définit le « Raid Passion Hérault », qui est une
duction. On pourrait également avoir la situation du
épreuve de sport-aventure.
texte dans le roman (roman qui comporte différentes
grandes parties et des chapitres numérotés) ainsi 2 On peut établir quelques relations entre les
que son sous-titre : Histoire d’un meurtrier. références de chaque document et le chapeau qui
● Document 3 : auteur, titre de l’œuvre, date de l’accompagne.
41
● Document 1 : sans préciser le genre (pourquoi pour faire savoir que l’on est dans le milieu médical et
pas une biographie ?), le chapeau donne des préci- que l’on va se trouver face à un dialogue de théâtre.
sions importantes concernant celui dont on sait, par La rencontre des deux médecins, celui qui s’en va en
le titre, qu’il est le personnage central : il est âgé, c’est ville et celui qui arrive à la campagne, met l’accent
un chercheur et il fait preuve d’esprit positiviste. Il est sur des différences. Une question reste en suspens
certainement le porte-parole de Zola et peut illustrer pour le lecteur : vers quoi oriente le sous-titre de la
ses recherches naturalistes. La présence de Clotilde, pièce le Triomphe de la médecine ?
à la fois femme, jeune et « disciple », suggère une ● Document 4 : le chapeau laisse penser que le
transmission d’expérience, mais aussi un débat de texte, à l’intérieur d’une réflexion sur la notion de
génération. « sport-aventure », est consacré à une manifestation
● Document 2 : on retrouve dans le chapeau la particulière, le « Raid Passion Hérault », qui se trouve
notion de parfum, qui semble prépondérante, étant défini avant que ne commence le document.
donné le titre. Il est visiblement question de recher- 3 Concernant le chapeau du document 4, on peut
che de parfum, et d’apprentissage, au XVIIIe siècle. Le observer que la définition qui constitue ce chapeau
lecteur qui ne connaît pas le roman peut se dire qu’il pourrait figurer sous forme de note, tandis que quel-
va être question de la fabrication et des caractéristi- ques lignes présenteraient l’article de Gisèle Lacroix
ques d’un parfum particulier. par rapport aux autres articles figurant, sur le même
● Document 3 : le titre et le chapeau se rejoignent thème, dans l’ouvrage collectif.

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 46

■ EXPRESSION ÉCRITE EXERCICE 2

● Paratexte : Déclaration des droits de l’homme


EXERCICE 1 et du citoyen, 26 août 1789, « Préambule » et arti-
cles 1, 2, 3 et 4.
● Paratexte : Molière (1622-1673), L’Avare, acte IV,
● Chapeau de présentation : le 26 août 1789,
scène 7, 1668.
l’Assemblée constituante, tenant compte des
● Chapeau de présentation : la pièce de Molière revendications de nombreux cahiers de doléan-
L’Avare, met en scène Harpagon, dont l’avarice ces, vote une déclaration préalable à ce qui
maladive gâche la vie de tout son entourage, et sera la première Constitution française, celle de
en particulier celle de ses enfants. À l’acte IV, il est 1791. Cette déclaration définit les droits naturels,
persuadé qu’on lui a volé la cassette contenant inaliénables et sacrés des citoyens. En voici le
tout son argent. préambule, rédigé par Jean-Joseph Mounier et
Mirabeau, et les quatre premiers articles.
● Notes explicatives
1. Support : ce qui aide à vivre ; ce qui assure une ● Notes explicatives
protection. 1. Inaliénables : qui ne peuvent être enlevés, ôtés.
2. Quérir : chercher, faire venir. 2. Corps social : l’ensemble de tous ceux qui com-
3. Question : sous l’Ancien Régime, torture utili- posent la société et la nation.
sée systématiquement par les tribunaux pour faire 3. Auspices : protection.
avouer les accusés. 4. Être suprême : Dieu, divinité supérieure dans la
croyance déiste.
5. Imprescriptibles : qui ne peuvent être effacés par
le temps ; immuables.
6. Bornes : limites.

42
CHAPITRE
5 Identifier le genre
d’un document textuel
Livre de l’étudiant ➜ p. 47 à 53

A P P R O C HES ➜ p. 47

EXERCICE 1
La manière dont le texte est im
mprimé et mis en page révèle la poésie versifiée et le théâtre en vers.

EXERCICE 2
1 et 2 Appartenance à un genre à partir du titre rapport au mot écrits quand il s’agit du domaine
scientifique ?
A. Genre épistolaire ; B. Autobiographie ; C. Poé-
sie ; D. Entretien ou essai ; E. Autobiographie ; 3 L’aide venue du nom de l’auteur (donc de
F. Roman ; G. Récit de voyage ; H. Autobiographie ou connaissances acquises antérieurement)
biographie ; I. Essai ; J. Essai scientifique ; K. Auto- Des savoirs acquis peuvent aider à l’identification du
biographie ; L. Essai scientifique ; M. Essai histori- genre si certains extraits des œuvres citées ont été
que ; N. Nouvelles ou récits historiques ; O. Con- étudiés. Des « rencontres » préalables avec Mon-
tes ; P. Discours ; Q. Essai sur la presse ; R. Essai ; taigne, Montesquieu, Rousseau, Voltaire, Balzac et
S. Théâtre (tragédie) ; T. Dictionnaire. Maupassant dans le cadre du programme de fran-
çais aident certainement à déterminer des genres
➤ Certains éléments des titres orientent vers l’ap- déjà identifiables par des titres comme Confessions
partenance à des genres définis. Il reste cependant ou Mémoires. Pour le reste, il s’agit essentiellement
des incertitudes, qui sont les suivantes : d’associations qui se font (ou non) entre des noms
– les lettres et autobiographies (mémoires,
( confes- d’auteurs et des titres d’œuvres, de manière plutôt
sions, journal…) relèvent-elles ou non de la fiction ? aléatoire, en fonction de lectures et de connaissan-
– le mot histoire n’a pas le même sens selon qu’il est ces personnelles, par exemple celle du domaine de
employé au singulier ou au pluriel ; spécialité d’un auteur : science médicale pour Pas-
– que recouvrent exactement les mots pensées par teur ou Jean Rostand, philosophie pour Voltaire.

EXERCICE 3
Les indices d’appartenance à la presse sont les sui- 2. Le numéro (31), la précision hors série signalent qu’il
vants, dans les paratextes proposés. s’agit d’une revue, dont le titre (connu des étudiants)
1. Extrait du dossier de presse : terme presse. Le est Alternatives économiques. On est donc dans le
mot souligné, dossier, désigne un document parti- domaine de la presse. Le mot hors série indique qu’il
culier, destiné à informer les journalistes assistant à s’agit d’un numéro spécial de parution trimestrielle,
une manifestation. comme le signale la mention 1err trimestre.
43
3. Le terme Gazette indique qu’il s’agit d’un organe 6-12 janvier 2000 signale qu’il s’agit d’une publica-
de presse ; on peut rappeler ici le titre du journal fon- tion hebdomadaire.
dé en 1631 par Théophraste Renaudot (1586-1653). 6. Le numéro indiqué (548
( ) et l’indication du mois
Le mot Palais précise le contexte de la justice. Les orientent vers une revue mensuelle, ce qu’est effec-
dates signalent que cette publication judiciaire est tivement Positif, dans le domaine du cinéma.
tri-hebdomadaire.
7. Le titre Bulletin d’information du ministère de
4. L’article concerné vient du journal Le Monde. La l’Agriculture montre qu’il s’agit d’une publication ins-
date soulignée (jour, mois et année) rappelle que ce titutionnelle dont la parution est mensuelle, ce que
journal est un quotidien. précise l’indication octobre 1985.
5. Article venu du Nouvel Observateur. L’indication

EXERCICE 4
Ce qui oriente vers l’identification d’extraits d’essais. gogne où H. Reeves possède une maison, peuvent
1. Le thème sociologique donné par le titre, Le Harcè- orienter vers des réflexions de type autobiographi-
lement moral ; évocation d’un problème de société. que.
2. Le thème historico-scientifique – patrimoine indus- 6. Le titre de l’ouvrage qui donne non seulement le
triel – donné par le titre du chapitre et par le titre de thème, Internet, mais aussi la démarche adoptée et
l’ouvrage. la nature du contenu : une théorie critique ; le nom
de l’auteur, spécialiste de l’analyse des médias.
3. Le nom de l’auteur, s’il est connu des étudiants ;
le titre, La Distinction, n’oriente pas spécifiquement 7. Le titre, relatif à Internet, la présence de l’expres-
vers un essai ; ce pourrait être le titre d’un roman. sion lien sociall dans ce titre.
4. Le thème sociologique, l’éditeur (des Presses 8. Le nom de l’auteur, anthropologue et ethnologue
Universitaires), la collection « Que sais-je ? » connue célèbre. Comme pour l’ouvrage de P. Bourdieu ou
pour faire le point sur des notions et sur des problè- celui d’H. Reeves, le titre de l’essai pourrait être celui
mes divers. d’un roman.
5. Le nom de l’auteur, astrophysicien célèbre, le 9. Le titre de l’ouvrage, La Famille, et la collection
sous-titre de l’œuvre Réflexions d’un observateur de dans laquelle il figure, « Thèmes et débats ».
la nature. 10. Le nom de l’auteur (mais il n’est pas certain qu’il
On peut cependant remarquer ici que le sous-titre et soit connu de nombreux étudiants) et le titre qui ren-
le nom Malicorne, qui est celui du village de Bour- voie à des questions sociologiques.

EXERCICE 5
Les indices qui, de l’intérieur, permettent d’identifier où j’écris cet essai. Le lecteur peut ainsi connaître
le genre d’un document textuel. le genre de l’ouvrage en cours de réalisation. Il est
● Extrait 1 : dans les lignes qui composent la se- intéressant de l’apprendre à ce moment-là, car, en
conde partie du post-scriptum apparaît la première l’absence de titre, on pourrait penser que ce texte
personne du pluriel, nous, désignant des membres informatif fait partie d’un roman et que celui qui parle
de l’équipe de L’Express, plus précisément de la est un personnage de fiction.
rubrique Réussir. Ceux qui parlent et qui donnent ● Extrait 3 : dès la première ligne, celui qui parle
rendez-vous aux lecteurs sur un blog (avec l’adresse indique le thème (sociologique) traité. Il s’agit de
Internet) sont des journalistes travaillant à L’Express. comparer des médias traditionnels et des médias
Le document est un texte de presse. nouveaux pour rassurer les utilisateurs qui se croient
● Extrait 2 : à la ligne 3 de l’extrait, celui qui parle dépassés. Ces indications suffisent à faire compren-
désigne ce qu’il rédige par le mot essai – À Grasse dre qu’il s’agit d’un essai.

44
Identifier le genre d’un document textuel CHAPITRE
5
EXERCICE 6
L’extrait proposé retrace la carrière d’un monteur de et informatif du texte, et des précisions qu’il contient :
télévision, qui, remarqué pour sa voix, devient rapide- – s’il s’agit d’un récit de fiction (ascension d’un homme
ment présentateur de la météo grâce à de petites dans le milieu de la télévision) ;
astuces bientôt reprises par d’autres sur d’autres – s’il s’agit d’un extrait de biographie réelle ;
chaînes, qui l’imitent. À la lecture du paragraphe, il est – si ce texte fait partie d’une nécrologie (rappel d’une
difficile de discerner, du fait du caractère à la fois narratif carrière).

EXERCICE 7
Récapitulation d’éléments et d’indices qui aident à tuellement titre d’une partie ou d’un chapitre, nom
déterminer le genre d’un document écrit : éléments de l’auteur ; chapeau de présentation précisant le
de paratexte comme l’indication des vers (poésie), genre, informations données à l’intérieur d’un texte,
d’un acte, d’une scène (théâtre), d’une périodicité présence de locuteurs échangeant des propos (dia-
de publication (presse) ; indication d’appartenance logues, entretiens), notes complémentaires appor-
à une collection, titre de l’ouvrage indiquant un tant des précisions qui ne sont pas données dans (et
genre (confessions, journal…), un thème relevant par) le chapeau.
de la sociologie, de l’Histoire, des sciences, éven-

A P P L I C ATION ➜ p. 50

1 et 2 Les différents chapeaux proposés permettent tous, à travers certaines pré-


EXERCICE 8 cisionss, de déterminer leur genre.

Genre Termes / indices

Chronique journalistique / ré
éalité Chronique, Le Monde 2
Roman / fiction Extrait romanesque, narrateur, personnage
Autobiographie / journal / réalité Journal d’un écrivain, écrivain, romancière,
personnellement assisté
Roman / fiction Est extrait d’un roman
Texte d’une conférence / réalité Texte d’une conférence
Essai d’ethnologie / réalité Ouvrage qui retrace ses travaux ethnologiques
Théâtre, comédie / fiction La comédie

EXERCICE 9
1 Dans le groupe 1, les quatre extraits évoqués munes conduisant à les confondre : en particulier, il
(dont deux appartiennent à la fiction) ont deux points peut y avoir une grande proximité entre le récit de théâ-
communs : d’une part ils sont narratifs (même forme de tre (bien qu’oral) et le récit romanesque et des ressem-
discours) ; d’autre part ils rapportent tous un accident blances dans la précision entre le récit de presse et le
(même thème) : on peut donc penser que les quatre récit dans un essai. De manière générale, on peut parler
récits pourraient présenter des caractéristiques com- de confusion possible entre les quatre documents.
45
Dans le groupe 2, les quatre extraits ont en com- graphique dans un essai (Malicorne
( d’H. Reeves).
mun un élément essentiel, qui est l’écriture à la pre- La présence de la première personne dans différents
mière personne dans laquelle l’auteur, le narrateur genres est à l’origine de nombreuses confusions. Il
et le personnage semblent confondus. Dans le cas est alors impératif de tenir compte de tous les indi-
de l’autobiographie, seuls des éléments extérieurs ces donnés par l’ensemble du paratexte pour ne pas
permettent au lecteur de savoir si l’on se situe dans commettre d’erreur d’identification.
la réalité (Rousseau, Les Confessions) ou dans la fic-
tion (Marivaux, Le Paysan parvenu). Un épisode de 2 Les aides possibles : voir la récapitulation de
roman rapporté à la première personne, soit par le l’exercice 7. On pourrait faire observer aux étudiants
narrateur, soit par un personnage d’un roman (récit que pour l’identification du genre des documents, il
de Des Grieux dans Manon Lescaut, récit fait par le faut « faire feu de tout bois », non seulement cher-
« créatif » de F. Beigbeder dans 99 F – 14, 99 €
€) peut cher et utiliser tous les éléments qui figurent dans
tout à fait être confondu avec ce qui serait un vrai le paratexte, mais chercher aussi dans ses propres
récit autobiographique. On ne verra pas de différence connaissances, et combiner l’ensemble pour faire
fondamentale avec un passage de nature autobio- surgir des informations efficaces.

EXERCICE 10
1 Dans le groupe 1, les trois documents cités des propos écologiques), ce qui rend la différen-
ont un point commun concernant leur forme et leur ciation difficile.
modalité de parole. Il s’agit d’un dialogue, d’un Dans le groupe 2, les trois genres considérés,
échange de propos. Ils ont donc, pour commencer, roman, théâtre, essai, sont réunis par deux éléments
la même présentation graphique : alternance des communs, d’une part la forme de discours (discours
répliques (alinéas fréquents) avec l’indication des argumentatif), d’autre part le caractère politique des
interlocuteurs (pas toujours dans le roman). Cette idées exprimées (nature du thème traité) : les élé-
dernière particularité peut aider à différencier le ments communs générés par ces similitudes sont
roman, mais on pourra donner comme exemple la rhétorique (les techniques de l’argumentation), les
Le Neveu de Rameau, ou Jacques le Fataliste, registres utilisés, le caractère abstrait des idées, les
romans dont certains passages ont une mise en exemples concrets, la volonté de convaincre, l’im-
page exactement semblable à celle des pièces de portance politique des enjeux. On trouvera ainsi des
théâtre ou encore des entretiens. Pour ce qui est éléments similaires dans un discours économico-
de l’entretien et du dialogue de théâtre, il peut y politique d’Étienne Lantier (Germinal), l un discours
avoir une grande proximité dans la forme et dans révolutionnaire (Mirabeau, Danton), un discours poli-
le thème (les personnages de Tchékhov tiennent tique (Appel du 18 juin).

2 On peut récapituler des éléments de réponse sous forme d’un tableau.


Groupe 1
Genres Ce qui les différencie Les indices utiles
Dialogue ● Appartient à la fiction. ● L’indication du genre théâtral.
de théâtre ● Fait partie d’un ensemble dans lequel ● Le titre et l’auteur de la pièce.
tout passe par la parole. ● La situation précise de l’extrait dans la
● Les personnages ne sont pas histori- pièce : avec l’indication de la présence
ques (sauf quelques-uns). d’actes et de scènes ou de « tableaux ».
● Présence de didascalies spécifiquement
théâtrales.
Conversation ● Appartient à la fiction. ● L’indication du genre romanesque.
dans un ● Constitue un échange dialogué à l’inté- ● L’utilisation du mot narrateur.
roman rieur d’un récit continu qui met en jeu un ● Des indications précisant qui sont les
narrateur ; est parfois entremêlé d’élé- personnages mis face à face et ce qui
ments narratifs. s’est passé avant le moment où se situe
le dialogue.

46
Identifier le genre d’un document textuel CHAPITRE
5
Entretien ● Relève de la réalité. ● Indication de l’organe de presse où
journalistique ● Confronte des interlocuteurs connus, se trouve publié l’entretien (titre, date,
historiques, dans un contexte médiatique périodicité).
indiqué. ● Indication des personnes (nom, fonction)
mises face à face.
● Indication des circonstances et du
thème de l’entretien.

Groupe 2
Genres Ce qui les différencie Les indices utiles
Un discours ● Relève de la fiction. ● Le titre et l’auteur, le contexte de
politique dans ● S’inscrit dans la continuité narrative en l’intrigue.
un roman adoptant une autre forme de discours, ● Un chapeau situant le discours,
le discours argumentatif : se révèle sous précisant qui est l’orateur et de quel
la forme de paroles rapportées par un thème il est question.
narrateur. ● Référence au narrateurr et à sa position.

Une tirade ● Relève de la fiction et renvoie à un ● Le titre, l’auteur, l’indication de la


de théâtre contexte qui est celui de l’intrigue, fictive, position du texte, dans un acte et dans
exposant de la pièce. une scène, marques évidentes du théâtre.
des idées ● Fait partie d’un échange de propos ● Des indications sur l’intrigue pour définir
politiques dans lequel n’intervient aucun narrateur. les conditions du discours.
Un essai ou ● Relève de la réalité. Discours qui a pour ● L’auteur, le thème du discours ou de
un discours thème une situation réelle et historique et l’essai, les circonstances historiques ;
exprimant qui se situe dans un contexte réel. quelques éléments (par exemple des
des idées notes) signifiant l’importance des enjeux
politiques (collectifs, nationaux…).

EXERCICE 11 On peut regrouper les remarques sous la forme d’un tableau permettant de répondre
aux trois questions simultanément.

Extraits Thème abordé Paratexte et justification


Extrait 1 Les modifications subies par la nature Anton Tchékhov, Oncle Vania. Un personnage
en vingt-cinq ans. s’adresse à d’autres pour leur faire observer la
Une dégénérescence graduelle et indu- disparition des forêts, de certaines espèces et de
bitable. certaines caractéristiques de la vie rurale.
Le mot isba est un indice du pays où se situe la
scène.
L’extrait relève du théâtre.
Extrait 3 Exposé concernant la nécessité de J.-M. Brézard, N. Drapier et F. Mortier,
mettre en commun des connaissances LaRevueDurable, septembre / octobre 2005.
relatives aux forêts et à la biodiversité Les propos tenus s’inscrivent dans les réflexions
pour maintenir en vie le milieu naturel sur le développement durable et sur la nécessité
forestier. de sauvegarder les forêts.
L’extrait appartient à une revue spécialisée.
Extrait 4 Récit mettant en scène un homme qui, Jean Giono, L’Homme qui plantait des arbres,
inlassablement, plante des chênes dans 1953.
un terrain qui n’est pas à lui pour consti- Le titre du roman suffit pour établir le lien avec le
tuer une forêt là où il n’y avait rien. texte.

➤ On remarque que les extraits 1, 3 et 4 ont le même identifiable est l’extrait 4, parce qu’il est narratif.
thème, qui touche à l’écologie, mais que la manière Il évoque ainsi une histoire, celle de L’Homme qui
dont ils sont écrits ne suffit pas pour en déterminer le plantait des arbres. L’extrait 1 et l’extrait 3 semblent
genre avec certitude. Celui qui est le plus facilement très proches : l’un fait le constat de la détérioration
47
du milieu naturel et de la disparition d’une certaine L’extrait 3, assez optimiste, semble répondre aux
forme de vie rurale ; l’autre envisage des procédures considérations pessimistes et aux constats attristés
pour mieux gérer les milieux naturels comme la forêt. de l’extrait 1.

Extraits Thème abordé Paratexte et justification


Extrait 2 Évocation descriptive et informative d’un V. Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné, 1829.
univers carcéral visiblement faite par Concernant la prison, le récit à la première per-
quelqu’un qui s’y trouve : les lieux, leur sonne est fait par un prisonnier : il parle d’un
nature, leur utilisation. cachot pareil au mien. Un rapprochement immé-
diat se fait avec le titre de l’œuvre de V. Hugo.
Extrait 5 Réflexion sur une évolution et une huma- J. Favard, Les Prisons, 1994.
nisation des prisons qui se fait malgré Le texte fait penser à un essai, non à un roman :
l’objection de la sécurité. celui qui parle analyse une situation et propose
les conclusions de cette analyse.

➤ Les extraits 2 et 5 ont pour thème commun Dans les différents regroupements d’extraits, les ris-
l’univers de la prison. Pour différencier le genre des ques de confusion de genre viennent de ce que des
deux extraits, on peut observer que l’extrait 5 relève thèmes communs sont traités de manière proche :
plus de l’analyse, et l’extrait 2 plus de la descrip- mêmes formes de discours, expression peu différen-
tion. D’autre part, l’extrait 2 est écrit à la première ciée d’enjeux qui se ressemblent alors que certains
personne. On peut donc penser qu’il s’agit d’un extraits traitent du réel et de situations historiques,
extrait romanesque faisant état d’une expérience tandis que d’autres relèvent de la fiction. On juge par
d’emprisonnement, ce qui correspond au titre de là – et par les risques d’erreur – de l’importance des
V. Hugo. On peut supposer qu’il s’agit d’un extrait informations données par l’ensemble des éléments
de roman. du paratexte, qui aident à identifier avec exactitude
la nature et le genre des documents écrits.

EXERCICE 12
L’importance des dates : on peut récapituler les dif- date, qui indique une périodicité, permet d’identifier
férentes dates qui apparaissent dans le paratexte : la nature du journal : quotidien, tri-hebdomadaire,
dates des auteurs, date de publication d’une œuvre, hebdomadaire, mensuel, bimestriel, trimestriel… Il
date de traduction d’une œuvre chez tel ou tel éditeur, s’agit toujours de situer une œuvre et un auteur dans
date de publication d’un organe de presse : cette le temps.

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 53

■ LEXIQUE chaque définition (orale ou écrite) prenne une forme


différente.
EXERCICE 1
EXERCICE 2
L’exercice vise à vérifier la connaissance du sens
de certains mots en relation avec ce qui est traité Les termes proposés sont plus difficiles que ceux de
dans le chapitre. En même temps qu’un exercice de l’exercice 1. Leur insertion dans une phrase à visée
vérification du sens – qui peut se faire de manière explicative a une double efficacité, mais aussi une
orale –, il y a là un entraînement à l’expression de double difficulté : rédiger une phrase correcte et faire
définitions. Dans la plupart des cas, on ne peut se ressortir le sens. Le travail de composition de phrases
contenter d’un équivalent ou d’un synonyme. Il faut n’empêche pas que l’on s’attarde un peu sur le sens
donc développer la définition : un roman est une de ces mots venus de différents lexiques.
œuvre de fiction qui… Le mot chronique vient d’un Ex : l’orateur était sûr de ce qu’il affirmait, il en avait la
mot grec qui signifie le temps. Ce terme désigne un preuve, et ses assertions commençaient à faire chan-
type d’article de presse… On peut demander que ger d’avis l’auditoire.
48
Identifier le genre d’un document textuel CHAPITRE
5
■ EXPRESSION ÉCRITE Pour être vraiment efficace, il nécessite aussi une
présence active de témoins (une partie de la classe)
EXERCICE 3 dont le rôle est d’apprécier les prestations, et d’en
faire ensuite l’analyse, tout comme il revient au pro-
Extrait 1 : exemple de chapeau de présentation fesseur / observateur de faire le bilan de ce à quoi il
Oncle Vania (1897) est une pièce du dramaturge a assisté. Les témoins doivent aussi être sensibles à
russe A. Tchékhov, qui met en scène un groupe l’évolution du débat et aux éventuels changements de
d’amis réunis à la campagne. Parmi eux se trouve position des participants.
un médecin, Astrov, qui s’intéresse à la nature et Le sujet ne dit pas dans quelles circonstances les
qui cherche à rendre son entourage conscient de « joueurs » sont réunis : cela influera nécessairement
la détérioration du milieu forestier qui les entoure. sur le « démarrage » du débat. Par où commencer ?
Qui va lancer la discussion ? Le professeur peut le
Extrait 3 : exemple de chapeau de présentation
décider, ou non.
Dans un article du numéro 17 de LaRevueDu-
rable daté de septembre / octobre 2005, trois
EXERCICE 7
chercheurs font connaître leur point de vue sur
certaines démarches à mettre en place pour assu- Pour la recherche de textes à lire à haute voix (exer-
rer avec succès la gestion naturelle des milieux cice de diction, apprentissage de l’oral en vue de la
forestiers. soutenance du rapport de stage en fin de deuxième
année), nous donnons quelques pistes de recherche,
EXERCICE 4 auteurs et textes.
Quelques exemples d’ouvrages où trouver des
L’exercice renvoie directement à la notion de genre, discours politiques
mais aussi à celle de forme de discours et de registre,
– Romans : Stendhal, Le Rouge et le Noir ; V. Hugo,
et demande de rédiger cinq courts textes représenta-
Les Misérables, Quatrevingt-treize ; Zola, Germi-
tifs de genres différents : article narratif ; analyse d’un
nal… ; R. Martin du Gard, Les Thibault.
phénomène ; dialogue ; éloge ; analyse critique. Le
travail peut être scindé : on divise la classe en cinq – Théâtre : Sophocle, Œdipe roii ; Shakespeare,
groupes et, dans chaque groupe, on travaille sur un Hamlet, Le Roi Lear ; V. Hugo, Ruy Blas ; Angelo,
texte particulier. tyran de Padoue, Lucrèce Borgia ; A. Jarry, Ubu Roi ;
J.-P. Sartre, Les Mains sales ; A. Camus, Caligula,
À titre d’exemple, on pourra rappeler un passage de
Les Justes.
La Chute d’A. Camus qui raconte un incident, non
avec une bicyclette, mais avec une motocyclette. – Discours : J.-J. Rousseau ; Mirabeau ; Danton ;
A. Césaire, Discours sur le colonialisme ; C. de
Gaulle, Appel du 18 juin ; A. Malraux, Éloge funèbre
■ ACTIVITÉS ORALES de Jean Moulin ; V. Hugo ; R. Badinter, discours
sur la suppression de la peine de mort ; P. Valéry,
EXERCICE 5
Variété.
La difficulté de l’exercice (recherche par Google / Pro-
priété littéraire) est de formuler des réponses brèves EXERCICE 8
à partir d’un document de référence officiel, le Code
de la propriété littéraire, où se trouvent mêlés deux Pour des dialogues de théâtre sur le thème de la
domaines, la production littéraire et le droit. politique, on pourra chercher du côté des mêmes
pièces que pour l’exercice précédent, en y ajoutant
EXERCICE 6 Antigone de Sophocle ; La Colonie, L’Île des esclaves, s
de Marivaux ; Le Barbier de Séville et Le Mariage de
Les jeux de rôle ont souvent beaucoup de succès en Figaro, de Beaumarchais ; Lorenzaccio, de Musset ;
classe de BTS, mais leur réalisation implique une règle La guerre de Troie n’aura pas lieu, Électre, de J. Girau-
du jeu précise et une autorité pour la faire respecter. doux ; La Tragédie du roi Christophe, d’A. Césaire ;
L’impératif pour chaque joueur est de prendre un rôle Le Balcon, de J. Genet ; Rhinocéros, d’E. Ionesco ;
et de s’y montrer cohérent et pertinent. En effet, un Combat de nègres et de chiens, de B.-M. Koltès.
des objectifs est d’apprendre à s’exprimer en public, On pourra faire référence aux mêmes romans que
en groupe, mais également d’exprimer des idées avec dans l’exercice 7, en y ajoutant Guerre et Paix, de
lesquelles on n’est pas forcément d’accord : chacun Tolstoï, La Ferme des animaux, de G. Orwell, La Peste,
exprime les idées du personnage qu’il joue (et qu’il a de Camus. Pour les entretiens politiques réels, on
peut-être tiré au sort). C’est sur ce plan que l’exercice pourra se référer au site : http://www.linternational-
est difficile, mais aussi très profitable. magazine.com/rubrique 47.html
49
CHAPITRE
6 Analyser
un extrait d’essai
Livre de l’étudiant ➜ p. 54 à 66

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement moral : ➜ p. 54

la violence perverse au quotidienn (1998) THÈME : le travail

Intérêts du document
Sur le thème du u travail, une présentation de ce que peut être le « traitement » pervers infligé
au personnel ; uune image très pessimiste du travail et des conséquences désastreuses des
différentes formes que peut prendre le harcèlement moral. Il sera intéressant de rapprocher
cet extrait du texte de loi qui définit le harcèlement.

Pour analyser le document de considération (l. 27) marquent les premières éta-
pes d’un traitement dont la dernière est exprimée
par l’entreprise s’en débarrasse (l. 3-4). Mais aupa-
1 Des comportements condamnables ravant, il faut signaler un autre comportement, qui
L’extrait d’essai écrit par M.-F. Hirigoyen énumère consiste à inférioriser, humilier, nier.
un ensemble de comportements d’entreprise pou- ● L’infériorisation : le deuxième paragraphe du
vant relever de ce que l’on appelle le harcèlement texte expose de manière très détaillée les proces-
moral. On peut classer ces comportements en trois sus de découragement, pire, de négation du travail,
groupes : exploitation, absence de reconnaissance, de brimade, de frustration, de non-reconnaissance :
infériorisation. faire des employés des pions ou des robots, ne pas
● L’exploitation : elle est exprimée par des formu- tenir compte de leurs compétences, leur refuser la
les à la fois imagées et très critiques, comme presse- possibilité de progresser dans leur métier, les infan-
citrons (l. 1), demandant toujours plus (l. 2), s’investir tiliser et les humilier publiquement relèvent d’une
corps et âme (l. 8), on leur demande trop (l. 10-11), forme de déshumanisation, de brimades volontaires
on demande toujours plus (l. 26). Le premier repro- et machiavéliques de torture morale, de maltraitance.
che porte ainsi sur la charge de travail dont certaines Les employés sont ainsi placés dans des positions
entreprises accablent leur personnel, et ce reproche professionnelles intenables (postes peu importants
conduit directement au second qui est le refus de la par rapport à leurs diplômes et à leurs compéten-
récompense. ces, et qui les placent sous les ordres de supérieurs
● L’absence de reconnaissance : il ressort du texte moins diplômés et moins compétents) dont les
qu’en échange du travail forcené qui est demandé au conséquences sont parfois catastrophiques.
personnel, il n’y a que des promesses non tenues.
L’expression faisant miroiter beaucoup (l. 2-3) indi- 2 Les conséquences du harcèlement
que l’existence d’une sorte de contrat tacite, en réa- Elles apparaissent dans le texte à travers tout un
lité une manipulation qui, en jouant sur l’affectivité de ensemble de termes négatifs, qui expriment l’état
l’employé, permet d’obtenir de lui beaucoup en lui dans lequel se trouve un employé victime des attitu-
laissant croire qu’il sera récompensé, qu’on lui saura des et des comportements signalés ci-dessus. Une
gré de ses efforts alors que c’est le contraire qui est des conséquences est l’usure, signalée à la ligne 3,
mis en œuvre. Les expressions aucune reconnais- accompagnée de phénomènes de stress (l. 11). On
sance de leurs efforts (l. 12) et de moins en moins peut penser que ces conséquences ont un double
50
CHAPITRE
6
effet : d’une part l’employé se trouve dans un état phy- protester intérieurement et courber la tête (l. 32), ce
siologique et psychologique désastreux, d’autre part qui ne fait qu’augmenter le malaise, par l’absence de
la nécessité de continuer à travailler dans ces condi- parole, par solitude, par frustration. Le point ultime
tions ne peut qu’accroître l’angoisse et la souffrance. est la maladie, qui devient elle-même aggravante par
On comprend alors que, fragilisé et sans ressources l’angoisse qu’elle fait naître.
physiques ni psychologiques, il en vienne à commettre ➤ Particulièrement sévère et dénonciateur, le
des fautes qui ne peuvent qu’aggraver sa situation, le document témoigne de situations de harcèlement
faisant ainsi entrer dans une spirale de malheur. permettant de comprendre en quoi les conditions
Une autre conséquence signalée par l’auteur du de travail de certains salariés sont insupportables et
texte est l’obligation de tout supporter et de se taire, pourquoi une loi a été nécessaire.

Vers la synthèse ➜ p. 55

1 Deux documents : extrait de l’essai Le Harcèlement moral, de M.-F. Hirigoyen (➜ p. 54) ; extrait du
roman L’Écume des jours, de B. Vian (➜ p. 101).

Intérêts du rapprochement
Le rapprochement proposé constitue un exercice d’apprentissage de la synthèse sur deux plans, la
recherche des différences et des points communs d’une part, la rédaction d’autre part ; l’efficacité de
l’exercice vient de la diversité des points de vue émis dans l’extrait de roman.

L’extrait d’essai de la psychiatre M.-F. Hirigoyen, Le l’entreprise. Dans les deux cas, les responsables ne
Harcèlement morall et l’extrait du roman de B. Vian sont pas clairement désignés. Dans les deux cas, le
L’Écume des jours abordent l’un et l’autre, sous des travail apparaît explicitement comme une obligation
formes différentes du fait de leur genre, la notion de absolue qui gâche la vie parce qu’il sert uniquement,
travail. Les deux documents présentent des points sans aucune gratification, à la gagner.
communs et des différences.
II – LES DIFFÉRENCES
I – LES POINTS COMMUNS ● La différence essentielle entre les deux documents
● Le premier point commun entre les deux docu- vient des raisons pour lesquelles les travailleurs
ments est qu’ils parlent l’un et l’autre des gens qui présentés se trouvent en situation de victimes. Dans
travaillent, plus que de la notion de travail. Dans le l’extrait de roman, on observe une généralisation de
dialogue entre Chloé et Colin, il est question des l’image du travail à travers les propos de Colin pour
travailleurs, à l’occasion d’une rencontre fortuite qui le travail ne semble pas être un bien. Il ne par-
avec des gens au travail, désignés par le pronom ils ; tage pas l’idée traditionnelle selon laquelle le travail
dans l’extrait d’essai, on trouve les termes personnel, est sacré. L’image du travail est négative quel que
salarié, employés, personne, individu. soit l’interlocuteur. Dans le texte de M.-F. Hirigoyen,
● De là, on peut observer que, dans les deux cas, ce qui est mis en relief est une dérive totalitaire du
apparaît l’idée que les travailleurs sont placés dans travail caractéristique de certaines entreprises, pas
une situation de victime : dans le roman, cette systématiquement de toutes, le premier mot du texte
situation est due au fait que ceux qui travaillent ont le montre. Se dégage ainsi du texte, à travers les
été, selon Colin, conditionnés à considérer le travail souffrances des victimes, l’idée que le travail peut
comme quelque chose de sacré, ayant une haute être autre chose : l’occasion d’utiliser des compé-
valeur, même si ce n’est pas ce qu’ils pensent, même tences, de progresser, d’avoir la satisfaction d’une
si le travail qu’ils font n’a pas de valeur en lui-même. reconnaissance de ses qualités. Se dessine en creux
Ils suivent un mouvement, une opinion selon laquelle une autre image du travail humainement valorisant.
c’est bien de travailler, sans se poser de question. Les – Deux documents : consigne ➜ p. 158 (NT*).
employés dont il est question dans l’extrait d’essai
2 Trois documents : consigne ➜ p. 158. Ce sujet
sont dans une situation de véritable oppression, ren-
est traité p. 217 de ce guide pédagogique, chapitre
dus esclaves d’une autorité qui les méprise et tend à
16 (Analyser un document de référence).
les transformer en robots. D’un côté, on voit des êtres
humains qui ne pensent pas par eux-mêmes, dont 3 Quatre documents : consignes ➜ p. 85 (NT) et
la vie se résume au travail, de l’autre, on trouve des p. 158 (NT).
travailleurs maltraités au nom d’une certaine forme
(implicite) de sacralisation inhumaine du travail et de * Non traité.
51
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 55

1 Sujet ➜ p. 55.

Intérêt du sujet
La citation qui sert de point de départ est de nature à provoquer des réactions très personnelles. Il est
donc intéressant de donner à chacun la possibilité d’exprimer son point de vue. Un tel sujet doit appren-
dre à nuancer des propos mais aussi à s’exprimer de manière subjective.

Nous donnons ici différents arguments correspon- II – ARGUMENTS EN FAVEUR D’UN ACCORD
dant à deux thèses opposées, celle du refus d’une PARTIEL ET SOUS CONDITIONS
part, et celle, d’autre part, de l’accord partiel avec
N.B. Il est peu probable que les étudiants soient favo-
indication de conditions et / ou de limites. L’introduc-
rables à un investissement total dans le travail. Nous
tion pourrait être l’occasion de signaler le caractère
proposons donc des arguments présentés « sous
absolu de la formule « corps et âme » : donner son
conditions », avec un certain nombre de restrictions.
temps, son énergie, ses compétences et adhérer
À chacun d’exprimer celles qui lui conviennent.
totalement à l’esprit de l’entreprise.
● On peut ainsi envisager d’accepter un investisse-
ment « corps et âme » dans le travail, mais à condition
I – ARGUMENTS EN FAVEUR DU REFUS que, d’une part, cela soit limité dans le temps, et que,
Raisons de ne pas accepter de « s’investir corps et d’autre part, cela en « vaille la chandelle », ce que
âme » dans son travail. chacun pourra définir de manière plus personnelle :
intérêt du travail et des responsabilités, possibilités
● L’investissement « corps et âme » connote une
d’avancement, reconnaissance bien réelle des tâches
soumission presque totale de l’individu qui consacre
accomplies et de l’ampleur de l’investissement, rému-
sa vie et ses qualités humaines à l’entreprise, deve-
nération… On peut hiérarchiser ces conditions.
nant une pièce inamovible du dispositif, comme un
élément de la machine. Le risque est une métamor- ● Ce type d’engagement peut être tentant à titre
phose en objet, la présence d’une obsession, une d’expérience personnelle, pour découvrir le monde
perte de liberté. du travail et savoir ainsi ce que l’on est prêt à accep-
ter et pourquoi.
● La vie d’un individu n’est pas faite que de tra-
vail. L’investissement total semble « tirer un trait » ● On peut remarquer aussi que certaines profes-
sur tout ce qui constitue par d’autres domaines, la sions et certains choix personnels conduisent à un
famille, les loisirs, la découverte des autres et du tel engagement (mais en général pas durant une vie
monde, activités qui demandent du temps et une entière) : cela peut être le cas dans les métiers de
disponibilité. L’équilibre d’une vie vient souvent de l’humanitaire, qui exigent un investissement impor-
la coexistence d’éléments différents, l’activité pro- tant, en énergie, en dévouement à une cause et à une
fessionnelle, la vie personnelle, avec peut-être des idéologie, non sans risques, compte tenu des dangers
interférences, parce que l’une ne fait jamais dispa- de ce genre de situation. Actuellement, certains jeu-
raître l’autre. nes cadres (dans diverses entreprises de production
et dans le tertiaire, la banque notamment) se voient
● L’investissement « corps et âme » exige une dis-
imposer (ou acceptent) des conditions de travail très
ponibilité et une énergie qui épuisent l’individu et ne
prenantes (poids des responsabilités, horaires…).
peuvent durer toute une vie : cela prend la forme
d’un véritable sacerdoce dont un des dangers est la ➤ L’intérêt de cette réflexion – outre des appren-
perte des capacités critiques, du libre arbitre et de tissages méthodologiques – vient de ce qu’elle
sa personnalité. rencontrera immanquablement les préoccupations
des étudiants, engagés dans la voie d’une forma-
On peut ajouter à ces différents arguments le sen-
tion professionnelle qui les confrontera rapidement
timent possible d’une exploitation par l’entreprise,
au monde du travail. D’autre part, ils peuvent être
sans compensations matérielles ou « spirituelles »
conduits, par la nature du sujet, à établir une diffé-
garanties.
rence entre des idées qui leur paraissent accepta-
➤ De manière générale, le refus se justifie par l’idée bles et les leurs, personnelles, et une spontanéité qui
que l’être humain, contrairement à l’idée développée peut manquer de recul. Les arguments proposent
à la fin de Candide, ne se trouve pas sur terre pour des attitudes adoptables, mais ce ne seront peut-
y travailler ! être pas celles qu’ils souhaitent adopter.

52
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
N.B. On trouvera des éléments de réflexion et des 2 Sujets ➜ p. 77 (NT) et p. 85 (NT).
informations dans Le Travail, de D. Méda, Presses
Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », édi- Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité dans ce guide
tion mise à jour en 2007, notamment dans le chapi- pédagogique, p. 197, chapitre 15 (Analyser une
tre III, « Quelle place pour le travail ? ». photo).

DOCUMENT 2 Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien ➜ p. 55

(1781, publication posthume en 1830) THÈME : le comédien en scène

Intérêts du document
Extrait d’essai sous forme de dialogue au sujet de la manière de jouer, ce qui conduit à une
réflexion sur le théâtre, sur le travail, sur la sensibilité de celui qui joue et sur ce qu’attend
le spectateur.

sensibilité – et donc sur l’élan, sur la spontanéité,


Pour analyser le document
sur une sorte d’improvisation de la gestuelle, ce
que sous-entend la sensibilité – est nécessairement
1 La thèse soutenue par Le Premier un jeu inégal, un comédien n’étant pas capable de
Les deux personnages en présence sont Le Premier, reproduire lors de plusieurs représentations ce qui est
qui parle le plus, et Le Secondd dont nous n’avons spontané et donc unique. Cette idée est renforcée,
qu’une seule réplique qui traduit une grande stupé- toujours dans le même paragraphe, par la théorie
faction. La thèse du premierr est exprimée dans sa selon laquelle si le comédien compose son rôle, et
première réplique et développée ensuite longuement reste, en quelque sorte, à distance au moment même
dans les paragraphes qui constituent sa seconde où il joue, il pourra constamment enrichir son jeu
réplique. grâce à la réflexion, et en tenant compte des réac-
Cette thèse est que les qualités d’un bon comédien tions du public. Il ne peut pas être lui-même quand il
relèvent du jugementt (l. 3), de la froideurr et de la joue, car que serait-il lorsqu’il cesserait de jouer ?
tranquillité (l. 4), et ne requièrent absolument aucune On peut remarquer que dans ce premier paragraphe,
sensibilité (l. 4). En d’autres termes, le comédien est ce qui, concernant le comédien, est présenté comme
celui qui pense son rôle et qui l’interprète comme un non acceptable est exprimé au conditionnel tandis
rôle de composition, celui qui doit pouvoir s’adapter que la théorie à laquelle adhère celui qui parle est
à tous les rôles et qui ne met pas sa propre sen- exprimée au futur ainsi qu’au présent de l’indicatif.
sibilité au service de son jeu. Ce dernier n’est pas Se trouvent ainsi distinguées l’explication refusée et
caractérisé par la spontanéité mais par la réflexion. l’explication retenue. Le paragraphe se termine par
On peut parler de paradoxe dans la mesure où la deux questions qui reposent sur un raisonnement a
croyance admise (la doxa) est que le comédien doit contrario proche du raisonnement par l’absurde.
être d’une très grande sensibilité pour que son jeu ● Idées exprimées et temps employés dans le
soit largement construit sur l’émotion et pour qu’il second paragraphe
« vive » réellement de l’intérieur les sentiments, Le second paragraphe s’ouvre sur l’idée d’une
les réactions, les états d’âme du personnage qu’il confirmation des idées du premier paragraphe,
incarne. confirmation reposant sur l’observation des acteurs
2 Le développement de la thèse du Premier qui jouent de manière spontanée et sensible (avec
leur âme). Celui qui parle évoque leur inégalité à tra-
La thèse est développée en deux paragraphes vers une suite de termes contradictoires : fort / faible,
séparés par un blanc. Chaque paragraphe comporte chaud / froid, plat / sublime, manqué / excellé, excellé /
certaines caractéristiques. manqué, ce qui reprend l’idée d’irrégularité déjà
● Idées exprimées et temps employés dans le exprimée dans le premier paragraphe. Le paragra-
premier paragraphe phe 2 reprend la comparaison / opposition mise en
Le premier paragraphe expose, à partir du mot rai- place dans le premier paragraphe (le comédien qui
sons (l. 8), une première justification, sous une forme joue d’âme et celui qui joue de réflexion) en dévelop-
conditionnelle. L’idée est que le jeu construit sur la pant la manière de procéder du second : étude de la
53
nature humaine, imitation, composition bien maîtrisée du même argument donné dans le paragraphe 1
(mesuré, combiné, appris, ordonné), contrôle total de et approfondi dans le paragraphe 2, ce dernier
ses émotions (début, apogée, fin…). Véritable miroir donnant davantage l’impression d’être construit sur
de lui-même renvoyant toujours la même image, le des exemples observés tandis que le premier reste
comédien de réflexion peut être certain de toujours du domaine de l’hypothèse. Le second paragraphe
jouer son rôle de manière similaire, parce qu’il le com- consolide le premier et le précise, le développe et
pose chaque jour de la même manière, sans compter l’exploite mais il n’apporte pas d’argument supplé-
sur des élans de sensibilité qui ne seraient pas tou- mentaire.
jours au rendez-vous. Le paragraphe 2 est, comme le ➤ Concernant le jeu du comédien, Diderot, par la
premier, construit sur l’opposition de deux manières voix du Premier, met en valeur le travail d’obser-
de jouer, avec l’utilisation de l’indicatif présent, futur vation du comédien, sa capacité de composer son
et passé (ce qui est exprimé est considéré comme personnage, la manière dont il puise dans la nature
une vérité, comme quelque chose dont la réalisation humaine, son calme, sa froideur et l’extrême contrôle
est certaine) et du conditionnel pour exprimer ce à qu’il garde de lui-même, ce qui lui permet un jeu
quoi le locuteur n’adhère pas. brillant et égal, mais non vécu de l’intérieur, observé
● Fonction de chaque paragraphe et reproduit autant de fois que nécessaire.
Chacun des paragraphes est présenté comme une Il ressort aussi du texte que le comédien doit tenir
justification de la thèse. Le premier repose sur une compte des réactions du public qui le renseignent
condition, le second affirme à l’indicatif. Il s’agit sur sa manière de jouer.

Vers la synthèse ➜ p. 56 Vers l’écriture personnelle ➜ p. 56

1 Deux documents : consigne proche de celle 1 Sujet ➜ p. 56 (NT).


de la page 143. Ce sujet est traité p. 186 de ce
guide pédagogique, chapitre 14 (Analyser un extrait 2 Sujet ➜ p. 79 (NT).
théâtral).
2 Trois documents : consigne ➜ p. 147 (NT). Sujet ➜ p. 147. Ce sujet est traité dans ce guide
pédagogique, p. 194, chapitre 15 (Analyser une
3 Quatre documents : consigne ➜ p. 143 (NT). photo).

DOCUMENT 3 Emmanuel de Roux, Patrimoine industriell (2000) ➜ p. 56

THÈME : le devenir des sites industriels

Intérêts du document
Un texte qui élucide la notion de patrimoine industriel et qui fait réfléchir sur les raisons de
sauvegarder ce qui témoigne de la vie industrielle passée. Une sensibilisation qui rejoint
les préoccupations historiques, architecturales et sociales mises en évidence, entre autres
manifestations, par la journée du patrimoine.

mais aussi des machines elles-mêmes ; le patrimoine


Pour analyser le document
industriel regroupe tout ce qui a été produit au XIXe siè-
cle et parfois même avant dans le domaine de l’in-
1 La notion de « patrimoine industriel » dustrie : il s’agit donc de lieux et de réalisations tech-
L’expression patrimoine industriel, employée à la pre- niques qui témoignent de ce que fut la vie industrielle
mière ligne, se précise tout au long du texte en rela- à qui nous devons progrès et confort.
tion avec la notion d’héritage. Il s’agit non seulement Le texte permet de mieux comprendre de quoi se
de tout un ensemble architectural, celui des usines, compose cet ensemble : hauts-fourneaux (l. 2), usi-
54
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
nes, machines (l. 3, 14), architecture industrielle, hal- étapes successives dans l’avancée des sciences et
les, entrepôts (l. 11, 14). Il est précisé que certains de des techniques : utilisation de l’énergie hydraulique,
ces édifices sont abandonnés, rouillés. L’auteur du houille, vapeur, acier, électricité. Les sites industriels
texte donne aussi des exemples précis, un moulin, sont des témoignages des inventions, de leurs appli-
une filature (l. 20, 21) avec leur implantation géogra- cations. Ils constituent les fragments d’une histoire.
phique, et cités comme des lieux méritant le détour. ● Sauvegarder ces témoins se révèle essentiel
Tous ces édifices sont présentés, qu’ils soient nom- du fait de l’accélération des nouvelles techniques,
mément cités ou non, comme des éléments de qui ont tendance à reléguer les précédentes. Ce
mémoire et d’histoire à sauvegarder. que l’auteur appelle la mutation de l’outil industriel
(l. 31) rend obsolètes les techniques existantes. Lais-
2 Les menaces et la sauvegarde ser disparaître les sites industriels, c’est oublier ce à
Le texte évoque à la fois ce qui menace les édifices quoi nous devons les progrès actuels.
industriels et les raisons pour lesquelles il faut les ● Une troisième justification se dégage du texte :
sauver. il s’agit d’une justification esthétique. Parmi les
– Les menaces : un nombre important d’édifices édifices industriels, il existe de véritables œuvres
industriels est menacé de destruction simplement d’art, ce qui souligne l’existence de préoccupa-
parce qu’ils sont abandonnés. La détérioration de tions concernant l’art industriel, très représentatif de
ces sites est abordée au début du texte : il est ques- l’idéologie positiviste du XIXe. Les exemples cités (en
tion de rouille, de bulldozers, de machines obsolètes photo dans l’ouvrage d’E. de Roux) montrent des
abandonnées, de tags, de murs à moitié détruits, recherches architecturales parfois très raffinées, qui
décrépis (l. 4). Il est facile au lecteur d’imaginer cer- étonnent, s’agissant de constructions industrielles,
tains de ces sites laissés de manière parfois pitoya- mais qui sont génératrices, comme le dit E. de Roux,
ble à l’abandon alors qu’ils sont les vestiges d’une de véritable émotion esthétique.
époque particulièrement importante et révélatrice
● Il faut enfin signaler que ces lieux ont été le
tant sur le plan du progrès et de l’avancée de la civi-
cadre d’une vie professionnelle, sociale et culturelle
lisation que sur celui de l’exploitation des hommes.
qu’on ne peut oublier. Derrière les restes des usines,
– Les raisons d’une sauvegarde : c’est précisément des machines, il y a les hommes. Si leur vie nous
la nature des édifices et des lieux qui justifie l’idée de est connue par les témoignages des mouvements
sauvegarde, parfois de sauvetage. On peut récapitu- sociaux et par des romans (Zola notamment), il
ler les raisons avancées par l’auteur du texte : est important que leurs lieux de travail et souvent
● il s’agit d’un héritage légué par les hommes des de souffrances et de luttes soient réhabilités et
siècles précédents et cet héritage témoigne des honorés.

Vers la synthèse ➜ p. 57

1 Deux documents : extrait de l’essai Patrimoine industriel, d’E. de Roux (➜ p. 56) ; photo de la centrale
Montemartini (➜ p. 146).

Intérêts du rapprochement
Exemple de la transformation d’un lieu industriel en musée, avec conservation des machines ; réflexion
sur la juxtaposition, dans ce lieu, d’une statue antique et d’une machine moderne ; rapprochement d’un
texte et d’une image qui elle-même comporte deux éléments.

La consigne de l’exercice demande de justifier le recherches esthétiques. Ils évoquent toute une vie
rapprochement d’un extrait d’essai et d’une photo. sociale et culturelle, et c’est à ce titre qu’il faut les
Les raisons du rapprochement viennent du thème préserver des destructions et détériorations diverses
traité. L’image explicite et illustre le texte. Elle va (y compris certaines formes de vandalisme).
même plus loin. ● La photo montre une ancienne centrale électri-
● L’analyse du document textuel fait ressortir le que transformée en musée. On voit déjà là, dans la
thème de la sauvegarde nécessaire, selon E. de transformation, une application des propos d’E. de
Roux, des sites industriels du ou des siècles précé- Roux à travers le souci d’exploiter de manière à la
dents, qu’il ne faut ni oublier ni laisser à l’abandon. fois esthétique et didactique un lieu industriel. On
Ils témoignent en effet, selon ce spécialiste de l’art, remarque de plus, sur la photo, la présence d’une
non seulement d’inventions industrielles, mais de machine peinte en bleu, mise en valeur dans la
55
lumière et, d’après ce que l’on peut voir, comme neuve. Deux documents : consigne ➜ p. 83 (NT).
Ainsi présentée, la machine fait figure d’œuvre d’art,
2 Trois documents : consigne ➜ p. 106. Ce sujet
exposée aux regards, à l’observation et à l’admiration
est traité dans ce guide pédagogique p. 129, chapi-
du public, comme la statue antique avec laquelle elle
tre 10 (Analyser un extrait de roman).
coexiste. L’usine est devenue musée, elle est donc
non seulement sauvegardée, mais transformée en lieu 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 125 (NT).
consacré à l’art. La machine est devenue œuvre d’art
et voisine avec un autre témoignage des productions
d’une époque lointaine. On pourrait dire que ce qui est Vers l’écriture personnelle ➜ p. 57

réalisé ici correspond exactement à ce que préconise


E. de Roux : il expose une théorie de la sauvegarde et 1 Sujet ➜ p. 57. On trouvera des éléments pour
l’image donne un exemple de réalisation. traiter ce sujet dans le chapitre 24 (Trouver des idées)
du livre de l’étudiant ➜ p. 229 et suivantes.
On peut enfin ajouter que le rapprochement statue /
machine n’a pas pour effet de dévaloriser la statue, 2 Sujet ➜ p. 146. Ce sujet est traité p. 192 de
mais de valoriser la machine et de faire naître des ce guide pédagogique, chapitre 15 (Analyser une
interrogations sur la notion d’art industriel. photo).

DOCUMENT 4 Jean Castarède, extrait de la préface de l’essai ➜ p. 57

Le Luxee (1992) THÈME : le luxe

Intérêts du document
Une réflexion sur la notion de luxe à partir du champ sémantique du mot ; un ensemble
de définitions faisant apparaître la diversité des sens et le caractère subjectif ; un texte qui
trouve des échos dans Le Mondain, de Voltaire, et dans la diatribe de Mentor ; document
intéressant pour étudier les antinomies venues des différents sens d’un mot.

de dictionnaire à la manière de ceux du XVIIIe, comme


Pour analyser le document le Dictionnaire philosophique.

1 La démarche de l’auteur du document 2 Les différents sens et leurs contextes / les


La première phrase de l’extrait, La définition du luxe difficultés
est très subjective, oriente dans deux directions, ● Le point de départ de l’auteur est l’étymologie du
d’une part l’idée de définition, d’autre part l’idée mot, luxx et luxuria, qui pose d’emblée des sens pres-
de subjectivité et donc de définitions multiples. La que contradictoires, par exemple si l’on rapproche les
lecture confirme cette idée : la démarche de l’auteur notions de goût et de clinquant en rattachant le mot à
consiste à donner successivement des sens diffé- l’être et au paraître. De cet antagonisme initial décou-
rents du mot luxe en fonction d’éléments variables. lent alors deux approches, en fonction de supposés
Il commence par l’étymologie puis passe en revue spécialistes, les puristes et les autres. On perçoit l’anti-
des critères, situations, contextes, personnes, qui nomie de ces deux approches dans l’opposition entre
lui permettent d’envisager différentes acceptions du valeur sûre (l. 7) et superflu (l. 8-9), avec une référence
luxe, mais aussi différents jugements portés sur cette au texte du Mondain de Voltaire dont un extrait figure
notion, qui prend à chaque fois des significations dans le chapitre consacré à la poésie (p. 113). À ces
différentes du mot ou de l’adjectif dérivé luxueux. La deux notions assez clairement définies, et qui dominent
démarche adoptée ressemble à celle de l’auteur d’un l’ensemble du texte, se rattachent ensuite des emplois
dictionnaire établissant le champ sémantique du dans différents domaines, avec toujours les mêmes
mot, agrémenté de commentaires. La présence dans oppositions. Ainsi dans le domaine commercial, on rat-
le texte de celui qui parle sous la forme du pronom tache d’un côté le luxe à des idées d’intuition, de génie
personnel nous (l. 18) évoque, plus qu’une page de (ce qui n’est pas quantifiable) tandis que de l’autre, il
dictionnaire classique, une page d’encyclopédie ou est considéré comme un placement intéressant.
56
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
Des premiers paragraphes ressort ainsi une impor- et du caractère fluctuant de ses applications. Une
tante distinction entre matérialité du luxe considéré étymologie en elle-même contradictoire fait qu’il est
comme un placement et donc lié à l’argent (pour les ensuite difficile de débrouiller le fil complexe des
puristes) et caractère difficilement saisissable, affec- significations données à partir des emplois du mot.
tif et même spirituel du luxe, orientation choisie par La démarche est d’autant plus difficile que les signi-
celui qui parle, et qui prend nettement position à la fications opposées finissent par se recouper : à un
ligne 18. Le luxe est alors assimilé à la fête, au don, sens dénoté lui-même complexe se superposent de
on revient à l’idée de superflu. Mais l’auteur du texte nombreux emplois connotés, dont les connotations
reconnaît à ce moment de son exposé la difficulté de viennent elles-mêmes du sens initial, et non des
s’en tenir à ces éléments sémantiques : la définition modalités d’emploi. De ce fait, le luxe constitue une
fluctue en fonction d’éléments comme les change- notion sur laquelle il est difficile que tout le monde
ments sociaux et historiques, les différences de lieux s’accorde.
et de manières de vivre, qui font que la notion de
superflu est elle-même très subjective, comme le
montrent les exemples très concrets et illustratifs du Vers la synthèse ➜ p. 59
soleil, du calme, de l’anonymat et des modes fémi-
nines. On se rend compte que le sens du mot luxe, 1 Deux documents : consigne ➜ p. 59 (NT).
ici, correspond à des « biens » souhaités en relation
directe avec la situation dans laquelle on vit : il y a là Deux documents : consigne ➜ p. 101. Ce sujet est
une acception tout à fait courante du mot : on définit traité p. 123 de ce guide pédagogique, chapitre 10
comme un luxe la soudaine possession de ce que (Analyser un extrait de roman).
l’on n’avait pas auparavant. Deux documents : consigne ➜ p. 118 bas (NT).
L’avant-dernier paragraphe du texte met l’accent 2 Deux documents : consigne ➜ p. 59 (NT).
sur le luxe en tant que signe, ou élément symboli-
que d’un niveau de vie, ou d’une appartenance, ce 3 Trois documents : consigne ➜ p. 129. Ce sujet
qui le rattache à la notion d’argent. Ce que l’auteur est traité dans ce guide pédagogique, p. 167, chapi-
désigne par un passage de l’univers matériel à tre 13 (Analyser une publicité).
l’univers mental fait du luxe un véritable symbole, 4 Quatre documents : consigne ➜ p. 118 bas.
une extériorisation d’éléments intérieurs, mentaux Ce sujet est traité p. 148 de ce guide pédagogique,
et psychologiques. Le retour au rapprochement chapitre 12 (Analyser une œuvre d’art).
luxe / valeur marchande / bon goût montre l’extrême
difficulté qu’il y a à démêler les imbrications séman-
tiques des différents sens, selon les contextes et Vers l’écriture personnelle ➜ p. 59
les situations. Le dernier paragraphe insiste sur ce
qui peut réunir les différents sens et connotations
1 Sujet ➜ p. 59 (NT).
du luxe, son caractère indispensable pour embellir
la vie, et son caractère inaccessible qui nourrit les 2 Sujet ➜ p. 101. Ce sujet est traité p. 124 de ce
rêves sans lesquels on ne peut vivre. guide pédagogique, chapitre 10 (Analyser un extrait
● Les difficultés rencontrées par l’auteur du texte de roman).
viennent de la complexité de la notion envisagée Sujet ➜ p. 129 (NT).

57
A P P L I C ATION
DOCUMENT 5 Nicolas Jonas, La Famillee (2007) ➜ p. 60

THÈME : la condition des femmes

Intérêts du document
Sur le thème dee la condition des femmes, un document facile d’accès, de construction net-
tement visible et renvoyant à des observations sociales accessibles.

l’existence d’une pression sociale. L’auteur du texte


Pour analyser le document
souligne d’ailleurs, à la fin du paragraphe, que ces
orientations s’inscrivent dans un mouvement dont
1 Thème et construction du document l’origine est l’éducation des filles, relayée par les
– Le thème : dès les deux premières phrases du attitudes et les croyances de tout l’environnement
document, on peut comprendre quel en est le thème. social. Le premier paragraphe met en évidence un
La première exprime un fait historique, l’instauration fait, qui est l’absence d’égalité des filles et des gar-
de la mixité dans les études et les conséquences – çons dans le domaine des études.
égalité des chances (l. 3) – qui auraient dû en découler.
● Le second paragraphe, nettement plus court, est
La seconde, qui commence par un terme marquant
consacré à l’expression d’autres inégalités filles / gar-
une objection – or (l. 4) –, indique que la situation n’est
çons, à l’intérieur de la famille, dans la vie courante.
pas celle que l’on attendait – est loin d’être égalitaire
L’auteur du texte énonce un nouveau constat : le statut
(l. 5). La suite du texte, dans lequel on note la récur-
des filles et des garçons est, là encore, inégalitaire. Il
rence du mot enseignement et de nombreux termes
est question d’extérieur, les garçons y ayant plus faci-
appartenant au même champ lexical, montre que
lement accès, et d’intérieur, associé aux filles, ce qui
le thème abordé est celui de l’enseignement, mais
conduit à une autre association qui est filles / activités
plus précisément, dans ce thème général, celui des
ménagères. On retrouve là un schéma bien connu :
inégalités qui subsistent entre les filles et les garçons.
On remarque en effet que le texte comporte de nom- on attend des filles, et beaucoup moins des garçons,
breuses mises en parallèle et comparaisons entre eux voire pas du tout, qu’elles aident leur mère (ce qui
et qu’il est construit sur une sorte de balancement constitue une forme d’apprentissage ménager).
constant, qui fait passer de ce qui concerne les filles à ● Le troisième paragraphe reprend l’idée émise
ce qui concerne les garçons. dans le premier paragraphe de l’existence de com-
Concernant la survivance des inégalités entre filles pétences liées au sexe. Il semble bien que tout ce qui
et garçons, celui qui parle donne un certain nombre a été dit dans les paragraphes précédents conduise
d’explications. à cette conclusion portant sur la nature des différen-
ces. Plus que les autres paragraphes, le troisième
– Construction, délimitation et contenu : l’extrait
donne la cause de ces disparités : une croyance pro-
est constitué de trois paragraphes de taille inégale.
fondément ancrée dans les mentalités familiales et
● Le premier, le plus long, commence par un accentuée par les différents modes de socialisation.
constat : ce que l’on attendait de la mixité en matière C’est là une manière de signaler, implicitement, qu’il
d’égalité filles / garçons ne s’est pas produit ; on est et sera difficile de les faire disparaître.
constate le maintien des inégalités. Ce constat des
inégalités est immédiatement illustré par une mise 2 Les relations logiques entre les paragraphes /
en parallèle de l’enseignement général – garçons Constat et explications
majoritaires dans les filières valorisées – et de
l’enseignement technique où la répartition dans cer- Le texte mêle le constat de faits vérifiables, et, pour
taines filières se fait de manière sexuée. Le constat certains, quantifiables, à des recherches d’explica-
est développé par une analyse des orientations des tion. Mais il n’est pas toujours facile de différencier
filles et l’énumération des domaines qui leur sem- ces deux démarches.
blent réservés : lettres, domaine social, emplois de – Les liens logiques entre les paragraphes : le
service présentés comme précaires et dévalorisés paragraphe 2 commence par Les inégalités liées
(l. 16). L’expression sont poussées (l. 10) connote au sexe s’expriment également (l. 23). L’adverbe
58
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
également indique que l’on reste dans le constat de peut définir un processus particulier de socialisation,
manifestations, ces manifestations étant celles des est associée à des causes qui sont le comportement
inégalités entre filles et garçons. Et en effet, on a familial et la tradition de l’éducation. On peut donc
changé de domaine en passant d’un paragraphe à déduire des propos de celui qui parle que les dispa-
l’autre : des études, on est passé à la vie familiale. rités (constat) ont pour source, origine et explication
Entre le paragraphe 2 et le paragraphe 3, le lien se une « idéologie » véhiculée par l’environnement
fait par le démonstratif Ces (l. 33), qui renvoie à ce social. Le paragraphe 2 revient à la démarche du
qui est désigné par l’expression exigences inégales. constat, mais on remarque que les faits observés
La première phrase souligne que l’auteur reprend comportent en eux-mêmes leur explication : les filles
le contenu des deux paragraphes (école et famille) sont, plus que les garçons, associées aux activités
et qu’il les relie par un élément commun, qui est la ménagères, parce que c’est là un apprentissage à
recherche et l’exposé des causes. une future vie de femme.
– Constat et explications : la plus grande partie du Le dernier paragraphe donne l’explication fonda-
paragraphe 1 est consacrée à des constats relatifs à mentale : la croyance en l’existence de compétences
la répartition des filles et des garçons selon la nature sexuées, ce qui, globalement, permet de tout expli-
des domaines (filières générales / filières techniques, quer, par l’affirmation de deux domaines différents
puis à l’intérieur des filières techniques). Mais on caractérisés par l’intérieur / l’extérieur, les savoir-faire
observe à partir de la ligne 17 des remarques qui féminins / savoir-faire masculins et, finalement, ce
orientent le texte vers les raisons de l’état de fait que l’on pourrait appeler une sensibilité féminine
constaté : la notion de socialisation sexuée (l. 17), qui opposée à une sensibilité masculine.

Vers la synthèse ➜ p. 61

1 Deux documents : extrait de l’essai de N. Jonas, La Famille (➜ p. 60) ; extrait de la pièce de Marivaux
La Colonie (➜ p. 139).

Intérêts du rapprochement
Rapprocher deux documents d’époque et de genre différents sur un même thème d’actualité constitue
un bon apprentissage de la synthèse ; il est également intéressant de constater le caractère moderne
des propos des personnages de Marivaux. Le texte de théâtre permet de comprendre l’expression des
idées à travers un dialogue de fiction.

Deux documents, l’un du XVIIIe, l’autre du XXIe siècle, aux filles, ou que du moins on ne leur conseille pas
appartenant à des genres différents, abordent le d’y aller. Ainsi, dans le texte de Marivaux, la reven-
même thème : l’inégalité entre les femmes et les dication des femmes d’accéder aux professions de
hommes. Le premier est un extrait de la pièce de finance, de guerre et de justice provoque les réac-
Marivaux La Colonie, qui met en scène, en 1750, des tions scandalisées et sarcastiques des hommes :
hommes et des femmes isolés sur une île. Le second une telle décision est, pour eux, tout simplement hors
est un extrait d’essai de N. Jonas consacré, en 2007, de propos. Dans le texte de N. Jonas, il est constaté
à la famille. Dans les deux cas, on trouve un constat que les filles sont plus naturellement orientées vers
presque similaire et une explication identique. les voies les moins valorisées, considérées comme
« féminines » et mieux adaptées à leur nature. Dans
I – UN CONSTAT SIMILAIRE les deux cas, se trouve établi, d’un côté par les réac-
La lecture et le rapprochement des deux documents tions des hommes, de l’autre par des études socio-
mettent en évidence un thème commun, qui est celui logiques, un même constat dont il est intéressant de
des inégalités entre hommes et femmes ou filles et chercher l’explication.
garçons. On peut constater en effet que, dans le
texte de Marivaux, les hommes refusent aux femmes II – UNE EXPLICATION IDENTIQUE
la participation à la vie politique et les renvoient à leur Les personnages masculins de la pièce de Marivaux
fonction traditionnelle, désignée par le mot lot : se fondent leur refus de voir les femmes participer à
marier, élever leurs enfants et s’occuper du ménage ; la vie politique simplement sur le fait qu’elles sont
dans le texte de N. Jonas (deuxième paragraphe), il femmes, et que de ce fait elles n’ont pas les com-
apparaît que le destin des filles est de prendre en pétences requises parce qu’elles n’ont pas reçu une
charge, comme leur mère, les activités ménagères. éducation adéquate. Le processus mis en évidence
Les deux documents mettent aussi en évidence que apparaît de manière précise : femmes > éducation
certaines branches professionnelles sont fermées spécifique > impossibilité d’être considérées comme
59
des égales. Il y a là une sorte de cercle vicieux d’où il est traité dans ce guide pédagogique, p. 91, chapitre
semble bien difficile de sortir et qui peut se résumer 8 (Analyser un schéma, dessin de presse).
ainsi : la différence « initiale » de sexe qui entraîne
Trois documents : consigne ➜ p. 123. Ce sujet est
l’idée d’une sensibilité féminine, de comporte-
traité dans ce guide pédagogique p. 155, chapitre 12
ments féminins… entraîne de ce fait un traitement
(Analyser une œuvre d’art).
éducatif différent. Causes, faits et conséquences
ont tendance à se mélanger. Le texte de N. Jonas Trois documents : consigne ➜ p. 160. Ce sujet est
met l’accent sur le fait que même si les principes traité dans ce guide pédagogique, p. 220, chapitre
d’éducation sont modifiés (imposition de la mixité 16 (Analyser un document de référence).
qui met garçons et filles sur le même plan), les
différences demeurent pour les mêmes raisons que 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 81 (NT).
celles évoquées chez Marivaux. La certitude qu’ont
les femmes que l’éducation peut les faire accéder
au même statut et aux mêmes professions que les Vers l’écriture personnelle ➜ p. 61
hommes se trouve démentie par des faits consta-
tés au XXIe siècle. La croyance dans l’existence de Sujet ➜ p. 97 : ce sujet est traité dans ce guide péda-
compétences sexuées vient, sur le plan familial, sur gogique, p. 115, chapitre 9 (Analyser un schéma, un
le plan social, sur le plan scolaire, démentir l’idée document chiffré).
d’une égalité réelle. Ce sont les idées traditionnelles Sujet ➜ p. 141 (NT).
qui, selon N. Jonas, maintiennent les différences,
comme on le voit chez Marivaux. Sujet ➜ p. 160. On trouvera des éléments concer-
nant ce sujet dans le chapitre 25 du livre de l’étu-
2 Trois documents : consigne ➜ p. 81. Ce sujet diant, p. 243.

DOCUMENT 6 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiquess (1955) ➜ p. 61

THÈME : le voyage

Intérêts du document
Réflexion, en 1955, sur les méfaits conjugués de la pollution, de l’industrialisation et de
l’exploitation non réfléchie des richesses du monde ; mise en relief de la détérioration des
paysages par un ethnologue ayant vécu parmi les populations de l’Amazonie, conduisant à
une réflexion sur le sens des voyages.

(l. 4), zone maladive (l. 8), bidonvilles (l. 8), flétritt (l. 9),
Pour analyser le document
formes les plus malheureuses (l. 11-12), notre ordure
(l. 18), celui qui parle s’en prend violemment à tout
1 Thème et problématique de l’extrait ce qui constitue les sous-produits de la civilisation,
Le premier mot de l’extrait, qui désigne les destinatai- tout ce qui détruit, détériore, modifie, annihilant les
res du message, donne aussi le thème. Il est question éléments naturels et détruisant les paysages.
des voyages et, plus particulièrement, de tout ce qui
en a fait disparaître le charme, la magie, la richesse. 2 Récapitulation des critiques et registre
La seconde phrase donne immédiatement la raison L’idée dominante de ce qui est une véritable diatribe
essentielle de cette disparition : le développement de contre les excès du progrès est l’inutilité du voyage
la civilisation industrielle à l’échelle mondiale. Il est qui nous conduit à retrouver, partout, des horreurs
à ce sujet intéressant de tenir compte de la date de dont nous sommes responsables en tant que civi-
publication de l’essai, 1955 : on ne parlait pas encore lisés. Ce que dénonce l’auteur est l’uniformisation
de mondialisation, et pourtant c’est bien ce qui est qu’impose une civilisation mondiale dont les caracté-
mis en cause ici. Par l’utilisation de tout un lexique ristiques sont partout les mêmes. Le terme monocul-
de la destruction, et par le choix de termes dont les ture, dans le dernier paragraphe, définit de manière
connotations sont violemment négatives et déprécia- précise le nivellement qu’impose la civilisation de
tives, comme viciés (l. 3), fermentation (l. 4), mortifie masse. C. Lévi-Strauss ne refuse pas la civilisation, il
60
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
en refuse les débordements, l’exploitation excessive
Vers la synthèse ➜ p. 62
et non concertée des ressources du monde et les
ordures qu’elle produit.
1 Deux documents : consignes ➜ p. 62 (NT), p. 68
On peut reformuler ici les critiques et constats néga- (NT), p. 132 (NT) et p. 153 (NT).
tifs :
– disparition du charme des voyages ; 2 Trois documents : consigne ➜ p. 68. Ce sujet
est traité p. 68 de ce guide pédagogique, chapitre 7
– la civilisation a un effet corrupteur ;
(Analyser un extrait de presse).
– les régions jusque-là sauvegardées perdent leur
caractère naturel et leurs spécificités sous la violence Trois documents : consigne ➜ p. 132 (NT).
unificatrice de la civilisation industrielle ; 4 Quatre documents : consigne ➜ p. 132. Ce
– les sous-produits de la civilisation infectent la sur- sujet est traité p. 172 de ce guide pédagogique,
face de la terre ; chapitre 13 (Analyser une publicité).
– les voyages nous confrontent à nos destructions et Quatre documents : consigne ➜ p. 153 (NT).
à notre corruption ;
– la civilisation n’a plus comme caractéristiques la
diversité et la richesse mais l’uniformité désolante Vers l’écriture personnelle ➜ p. 62
de la massification.
Le registre utilisé est celui de la satire et de la
1 Sujet ➜ p. 62 (NT).
polémique : énumération de critiques sévères et 2 Sujet ➜ p. 108. Ce sujet est traité p. 133 de ce
violentes, dénonciation d’un état de fait considéré
guide pédagogique, chapitre 11 (Analyser un extrait
comme insupportable, utilisation d’un lexique
poétique).
violemment négatif et imagé, hyperbolique dans la
critique et la négation (termes répertoriés dans la Sujet ➜ p. 132. Ce sujet est traité p. 173 de ce guide
réponse 1). pédagogique, chapitre 13 (Analyser une publicité).

DOCUMENT 7 Philippe Breton, Le Culte de l’Internet : une ➜ p. 62

menace pour le lien social ? (2000) THÈME : les menaces sur les libertés

Intérêts du document
Une réflexion sur le développement du commerce électronique et sur la manière dont peu-
vent être utilisées les informations recueillies grâce à Internet ; l’efficacité d’interférences
auxquelles on ne pense pas ou que l’on considère comme efficaces et de nature à faciliter
la vie.

Pour analyser le document autre aspect est également envisagé : il s’agit de la


« cybersurveillance » qui peut venir interférer dans
1 Domaine concerné et thème abordé le commerce électronique, en fournissant toutes
La première phrase de l’extrait oriente le lecteur vers sortes de renseignements utiles sur les goûts et sur
la notion de commerce électronique (premier para- les attentes des acheteurs.
graphe), ce qui conduit immédiatement à Internet, On peut ainsi répondre à la question du thème et
qui en est le vecteur. À l’intérieur de ce domaine, du domaine en disant que l’extrait s’intéresse aux
qui touche aussi à la télévision sur Internet, le thème possibilités qu’offre le commerce électronique et aux
est celui de l’attitude du consommateur mis en dangers qui résultent de diverses interférences du
situation d’acheter très vite et très facilement. Un domaine informatique.
61
2 Quelles menaces et quels dangers ? Qui est encore plus leurs publicités. On peut considérer que
de tels comportements commerciaux (l’appropriation
menacé ?
et le croisement des données) constituent presque
Les menaces et les dangers : on peut reformuler ici des atteintes à la vie privée.
les menaces récapitulées par l’extrait.
● Une frontière incertaine entre information et
● Extrême facilité du commerce électronique : publicité : le dernier danger vient de la difficulté de
on achète via son ordinateur : plus de déplacement, différencier ce qui relève de l’information de ce qui
choix rapide, mais caractère irréversible de la déci- relève de la publicité : un écran d’ordinateur relié à
sion, caractère abstrait de ce que l’on achète, pas Internet foisonne d’informations diverses, mais, par
de possibilité de bien voir, de toucher, de soupeser… exemple, l’annonce de la sortie du CD d’un chanteur
Ce qui peut constituer un ensemble de facilités pour relève-t-elle de l’information ou de la publicité pour
certains est vu par d’autres (l’auteur de l’essai, ou le CD ? La difficulté de répondre à cette question
S. Godeluck, qui est citée) comme un danger du signale que chaque utilisateur d’Internet est soumis
fait même de la facilité et de la rapidité. Tout un sans s’en rendre compte à un vrai matraquage publi-
aspect de « vérification » personnelle disparaît de citaire.
cette démarche, qui associe très rapidement la
● Qui est menacé ? Tous les utilisateurs d’Internet
décision d’acheter au paiement. Dans un magasin,
sont d’une manière ou d’une autre menacés par la
on cherche, on essaie, on touche, on hésite : on a
curiosité des cookies, par la force du commerce élec-
une grande liberté d’action et la possibilité de ne pas
tronique et par le mélange des genres. On pourrait
agir… La facilité du commerce électronique modifie
dire que ceux qui manquent de recul, de réflexion et
les comportements de l’acheteur.
qui ne se méfient pas sont encore plus menacés que
● L’incitation à l’achat du fait de la net-réclame ou ceux qui ont réfléchi, ont lu, connaissent l’existence
publicité sur Internet, un vecteur de publicité très de la CNIL et ne font pas confiance aveuglément à
efficace, comme le montrent certains chiffres. 25 % ce qu’ils voient sur leurs écrans et entendent dans
des internautes se disent incités à acheter par la leurs téléphones portables.
publicité sur Internet, ce qui représente le même
chiffre que celui, cumulé, des acheteurs influencés
par la publicité dans les journaux (14 %) et à la télé-
vision (11 %). Le fait que la net-réclame soit efficace Vers la synthèse ➜ p. 63
accentue les risques qui découlent d’un choix rapide
fait sans assez de recul. 1 Deux documents : consigne ➜ p. 63 (NT).
● L’utilisation des cookies : la publicité sur Internet 2 Trois documents : consigne ➜ p. 71. Ce sujet
utilise tout ce qui peut fournir des informations sur les est traité p. 74 de ce guide pédagogique, chapitre 7
utilisateurs d’ordinateurs : habitudes, goûts, choix, (Analyser un extrait de presse).
comportements, nature de leurs recherches à l’aide
des différents moteurs de recherche… Ces informa-
tions sont fournies par ce que l’on appelle des coo- Vers l’écriture personnelle ➜ p. 63
kies, implantés dans les ordinateurs et capables de
conserver de nombreuses informations. Le croisement
1 Sujet ➜ p. 63 (NT).
de données permet à des annonceurs publicitaires
d’obtenir ces informations très précises et de cibler 2 Sujets ➜ p. 71 (NT) et p. 166 (NT).

DOCUMENT 8 Jacques Hassin, conférence donnée à l’Université ➜ p. 63

de tous les savoirs (UTLS, 2007) THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Une analyse réaliste, faite par un spécialiste (médecin au Centre d’accueil et de soins hospi-
taliers de Nanterre), de la condition de SDF : caractéristiques de cet état, raisons, difficultés
d’en sortir ; une évocation sans pathos, mais faisant comprendre avec émotion l’inhumanité
de la condition de SDF.

62
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
doit pas céder à l’émotion, ni à l’improvisation, et qui
Pour analyser le document
exige que l’on sache très bien pourquoi on fait ce
travail : c’est le médecin qui parle et l’on comprend,
1 Thème, structure et différents points abordés dans l’émotion qui se trouve à la fin du texte, qu’il
● Le thème : la conférence s’inscrit dans un considère ce qu’il a entrepris comme une mission
cycle qui a pour titre « Vivre dans des conditions qui relève de l’humanisme et qui répond exactement
extrêmes », ce qui donne une première orientation à certains des termes du Serment médical (pour ce
thématique. Celle-ci se précise dès les premières document, voir livre de l’étudiant p. 162).
lignes. Il est question des gens qui vivent dans les
2 Les caractéristiques de l’exclusion et les
rues, désignés à notre époque par le sigle SDF ou par
les termes Zonards ou Clochards (l. 2). En utilisant la obstacles pour en sortir
première personne, J’évoqueraii (l. 5), celui qui parle Ce sont là deux des orientations du document.
apporte un témoignage qui relève de son expérience ● Les caractéristiques de l’exclusion : une
professionnelle. La conférence est consacrée au première caractéristique concerne le corps. L’ex-
thème de l’exclusion : il s’agit d’exposer la condition clusion est caractérisée par la maladie, le manque
des exclus et, tout au long du texte, c’est de cela d’hygiène, l’absence de soins en cas de plaies et de
qu’il est question, expliqué et analysé en un grand lésions, les ravages de l’alcool et du tabac (boire et
nombre de petits paragraphes qui envisagent tous fumer pour oublier sa condition) qui entraînent une
les aspects de la vie de ceux qui ont été rejetés ou espérance de vie courte (53 ans). L’exclusion c’est
qui se sont mis en marge de la société, pour finir encore devoir chaque jour trouver où dormir, trouver
sur la grande difficulté qu’il y a à leur venir en aide. à manger, ne plus avoir conscience du temps, avec
L’organisation du texte est signalée dès le premier l’incapacité de se projeter dans un avenir, ne plus
paragraphe, qui, après quelques chiffres, pose deux avoir conscience de l’espace, mais en demeurant,
questions : Comment ces personnes vivent-elles ? parfois, à proximité d’un lieu où l’on a mené une vie
Et comment peut-on les aider ? normale, avant la déchéance. Être marginal, c’est
● Structure et différents points abordés : les devenir invisible, n’avoir aucune vie privée, aucune
deux premiers paragraphes (l. 1 à 8) constituent une sexualité, être solitaire et abandonné, c’est devoir se
entrée en matière annonçant le thème, les orienta- débrouiller pour survivre quotidiennement.
tions (vie et aide), l’expérience de celui qui parle et ● Les obstacles : les caractéristiques de l’exclu-
une première orientation : ce qui concerne le corps sion telles que les analyse J. Hassin permettent de
ainsi que les notions de temps et d’espace. Ces comprendre d’où viennent les difficultés pour en
différents points sont abordés dans les lignes 9 à 23, sortir et les obstacles rencontrés par les travailleurs
dans lesquelles il est question de mort, de maladies, sociaux. Du côté des exclus, les rapports avec les
d’hygiène presque inexistante, d’ivresse chronique, autres ont perdu toutes les marques de la sociabilité,
de blessures et de maladies non soignées. La troi- ce qui se traduit par le rejet, le refus et l’insulte lors-
sième étape du texte regroupe les lignes 24 à 44. Il y que certains veulent les aider. Il est très difficile de
est question des causes de la marginalité : en général revenir à une conscience du temps et de l’espace,
un malheur survenu, qui a entraîné une chute rapide de retrouver des codes de comportement à la sortie
et irréversible, des traumatismes de l’enfance (vio- d’une vie sans aucune règle : entre ce que sont les
lence, inceste, abandon familial). J. Hassin évoque SDF et la vie normale, l’écart est devenu tel que la
l’absence de conscience de l’avenir, les rendez-vous réintégration se révèle souvent trop difficile, trop
ratés avec les travailleurs sociaux, un enfermement douloureuse. Du côté des travailleurs, il faut accep-
et une souffrance qui font dire que personne ne ter d’essuyer des refus et des insultes, trouver des
choisirait une telle vie. solutions qui ne sont pas toujours acceptées, faire
À partir de la ligne 45, on entre dans une seconde un travail sur le long terme, qui peut être démenti
grande partie du texte, qui tourne autour des ques- brutalement. Les difficultés sont également institu-
tions de solutions cherchées par les travailleurs tionnelles : dans certains cas, il n’y a pas de solution
sociaux. L’auteur du texte énumère des solutions, (les déboutés du droit d’asile).
mais pour signaler aussi qu’elles ne sont pas accep- ➤ On peut parler de « conditions extrêmes » parce
tées d’emblée et qu’elles ouvrent sur de nouvelles que la vie menée par les SDF est une vie inhumaine :
difficultés comme l’existence de dettes. Abordant elle l’est par les conditions de vie – de survie – insup-
la question des relations entre les SDF et ceux qui portables (pas de lieu où se réfugier, rien à manger,
veulent les aider, J. Hassin fait une analyse des com- la solitude, l’abandon à proximité de l’aisance, de la
portements : d’un côté, refus et insultes, qui sont richesse) ; elle l’est par la perte de ce qui fait un être
présentés comme une manière d’exister ; de l’autre, humain, la conscience de soi, la dignité, l’autonomie,
la nécessité absolue d’un professionnalisme qui ne une certaine image de soi.

63
Vers la synthèse ➜ p. 65

1 Deux documents : consigne ➜ p. 65 (NT).


Deux documents : consigne ➜ p. 80. Ce sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 89, chapitre 8 (Ana-
lyser un dessin de presse).
Deux documents : consigne ➜ p. 92 (NT).
2 Trois documents : extrait de roman de V. Hugo (document 1 ➜ p. 103), poème de J. Prévert
(document 2 ➜ p. 112), texte d’une conférence de J. Hassin (document 3 ➜ p. 63).

Intérêts du rapprochement
Rapprochement de trois documents de genres différents abordant, à des époques différentes et selon
des points de vue et des sensibilités différents, la question de l’exclusion ; ce rapprochement met en évi-
dence des caractéristiques et des causes similaires, d’origine familiale ou sociale ; l’exercice demande
une analyse différente des documents, qui ne font pas ressortir les idées de la même manière.

La consigne demande d’analyser, en trois étapes crime d’un côté (tuer pour trouver de l’argent pour
successives, les caractéristiques de l’exclusion, ses manger), évocation de la manière dont les travailleurs
explications et ses éventuelles conséquences. Nous sociaux qui viennent en aide aux marginaux sont
donnons ici les grandes lignes, non rédigées. parfois insultés et rejetés, ce qui est le signe d’une
sorte de déshumanisation. Idée que la marginalité et
I – LES CARACTÉRISTIQUES DE L’EXCLUSION l’exclusion déterminent des actions violentes, seul
● Être dans la rue (documents 1, 2 et 3), devoir cher- moyen d’exister, seul moyen de survivre.
cher chaque jour de quoi se nourrir et un lieu pour ● Enfermement dans une situation dont on ne peut
dormir (documents 1 et 3), avoir faim à proximité de sortir : l’exclusion génère l’exclusion, avec une confu-
la nourriture et de l’abondance : idée explicite dans
sion des causes et des effets (document 3) ; absence
les documents 1 et 2, implicite dans le document 3.
de solutions parce que les exclus eux-mêmes met-
● Être en marge, ne pas pouvoir s’intégrer, être seul, tent les solutions en échec (document 3).
se sentir rejeté de partout, parfois malade, dans des
➤ N.B. On peut remarquer que certaines idées
conditions d’hygiène déplorables (documents 1, 2
sont données explicitement, surtout dans le texte
et 3) ; se sentir traité comme des animaux, perdre
de J. Hassin, et que dans les deux textes de fiction,
la conscience du temps et de l’avenir (document 3),
être complètement déstructuré. certaines idées (la violence possible, le découra-
gement, la résignation) sont moins directement
II – DES EXPLICATIONS exprimées.
● Existence d’un changement brutal, d’un grand CONCLUSION
malheur : accident, perte du travail, détérioration
d’une situation jusque-là normale (document 3), Difficulté d’éradiquer l’exclusion quand elle a des
dans le cas de J. Valjean (document 1), une condam- causes sociales et familiales elles-mêmes ancrées
nation très sévère et un statut particulier, celui d’ex- dans la misère et le malheur ; transformation rapide
bagnard reconnaissable partout, ce qui entraîne la et irréversible d’une situation normale en situation
transformation d’un individu intégré en marginal. d’exclusion ; état qui par lui-même oppose des
● Raisons plus profondes, selon J. Hassin (docu- obstacles aux différentes tentatives et recherches de
ment 3), et familiales : violences, abandon familial, résolution.
inceste, enfances tourmentées et malheureuses. Trois documents : consigne ➜ p. 92. Ce sujet est
On peut penser que c’est un drame familial qui a traité p. 105 de ce guide pédagogique, chapitre 9
transformé le personnage de Prévert (document 2) en (Analyser un schéma, un document chiffré).
homme qui a faim.
3 Quatre documents : consigne ➜ p. 118 haut.
III – CONSÉQUENCES POSSIBLES Ce sujet est traité dans ce guide pédagogique,
● Violence présente dans le texte de Prévert p. 146, chapitre 12 (Analyser une œuvre d’art).
(document 2) et dans le document 3 : évocation d’un Quatre documents : consigne ➜ p. 80 (NT).

64
Analyser un extrait d’essai CHAPITRE
6
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 65

1 Sujet ➜ p. 65 (NT). N.B. Le tableau rempli d’une synthèse relative au


thème de l’exclusion figure dans ce guide pédago-
2 Sujet ➜ p. 80. Ce sujet est traité p. 89 de ce gique, p. 240, chapitre 18.
guide pédagogique, chapitre 8 (Analyser un dessin
de presse).

PR OL ON GEMENTS ➜ p. 66

■ LEXIQUE
EXERCICE 1

Le renvoi aux fiches 4 (sur les formes de raisonnement) et 3 (sur les formes de discours) doit permettre de
réactiver des connaissances acquises dans les classes précédentes.

EXERCICE 2

L’objectif de l’exercice, qui tient à la fois du lexique et de l’expression écrite, est de faire acquérir du vocabu-
laire et de développer la capacité d’exprimer en une phrase nominale la ou les caractéristiques immédiates
d’un document.

DOCUMENT EXPRESSION CORRESPONDANTE


Document 1, extrait du Harcèlement moral Analyse critique et dénonciatrice
Document 2, extrait du Paradoxe sur le comédien Présentation de raisons personnelles
Document 3, extrait de Patrimoine industriel Interrogations sur une démarche à suivre et justifications de
cette démarche
Document 4, extrait de Le Luxe Étude lexicale et sémantique d’un terme
Document 5, extrait de La Famille Présentation de plusieurs constats et d’explications
Document 6, extrait de Tristes tropiques Évocation violemment dépréciative
Document 7, extrait de Le Culte de l’Internet Exposé accompagné de citations et de données chiffrées
Document 8, extrait de Vivre dans la rue Exposé structuré de situations difficiles et de solutions pour y
remédier

■ EXPRESSION ÉCRITE Premier et Le Second s’opposent sur la place de


la sensibilité dans l’interprétation.
● Document 3
EXERCICE 3
L’extrait de l’essai Patrimoine industriel, d’E. de
(exemple rédigé page 107 du livre de l’étudiant) Roux, explique, en 2000, les raisons de sauve-
garder les sites industriels, qui témoignent d’une
● Document 1
époque à laquelle nous sommes redevables et
Dans un essai datant de 1998, Le Harcèlement dont la disparition nous priverait de repères et de
moral, la psychiatre M.-F. Hirigoyen aborde, sur le savoirs.
thème du travail, l’attitude de certaines entrepri-
ses à l’égard de leurs employés, réduits à un état
● Document 8
de déshumanisation désespérante. Médecin au Centre d’accueil et de soins hospi-
taliers de Nanterre, J. Hassin est confronté à la
● Document 2 situation des SDF. Dans une conférence pronon-
Dans un essai qui prend la forme d’un dialogue cée en 2007 dans le cadre de l’Université de tous
intitulé Paradoxe sur le comédien, l’encyclopé- les savoirs (UTLS), il expose la vie de ces « êtres
diste et philosophe D. Diderot s’intéresse au jeu invisibles » et les difficultés qu’ils rencontrent pour
théâtral. Les deux interlocuteurs, désignés par Le sortir de l’exclusion.

65
EXERCICE 4 EXERCICE 7

ll s’agit ici de présenter deux documents en les rat- Résumé des deux derniers paragraphes du docu-
tachant l’un à l’autre. ment 5
Sur le thème du travail et de la manière dont il est Les inégalités filles / garçons sont aussi familiales.
jugé et vécu, on peut rapprocher deux documents Les garçons ont plus facilement la permission
de genre différent. Le premier est un extrait du de sortir de la famille, de façon générale et pour
roman de B. Vian L’Écume des jours (1947). Il met leurs loisirs. Cette différence atteint les activités
en scène deux jeunes gens qui parlent du travail ménagères, plutôt attribuées aux filles, qui doivent
et de la manière dont on inculque aux travailleurs aider leurs mères. On explique cette répartition
l’idée que c’est quelque chose de sacré. L’autre sexuée par la croyance qu’il existe des domaines
extrait d’un essai intitulé Le Harcèlement moral, – extérieur, sciences – et des comportements
qui date de 1998 et qui a pour auteur une psychia- masculins tandis que d’autres – intérieur, lettres
tre, M.-F. Hirigoyen, donne du travail une image – sont spécifiques aux femmes. Cette répartition
dévalorisée et décevante, du fait de l’attitude de est moins nette qu’en 1950, mais elle se nourrit
certaines entreprises, qui finissent par désespérer, des traditions sociales, scolaires et professionnel-
voire détruire, ceux qui travaillent pour elles. les. (88 mots)

EXERCICE 5

Idées des lignes 23-32 du document 5


Les garçons ont le droit de sortir du milieu fami- ■ ACTIVITÉS ORALES
lial pour leurs loisirs, l’intérieur étant davantage
réservé aux filles, dont on attend qu’elles aident EXERCICE 8
leur mère dans les activités du ménage, de la
L’exercice peut se faire par groupe de deux étudiants.
cuisine et de la garde des plus jeunes.
EXERCICE 9
EXERCICE 6
Il peut être intéressant de mettre en parallèle diffé-
Idées du dernier paragraphe du document 3 rentes versions d’un même extrait des Essais, en
langue d’origine, en langue modernisée et en langue
L’univers industriel a subi, depuis vingt ans, des
traduite, dans une perspective de réflexion sur
évolutions profondes et rapides qui nous confron-
l’évolution de la langue. Un tel exemple pourrait être
tent à la question de la sauvegarde d’un héritage
repris dans le travail d’écriture personnelle associé à
dont une grande partie a déjà disparu.
la réforme de l’orthographe (chapitre 20, p. 200).

66
CHAPITRE
7 Analyser
un extrait de presse
Livre de l’étudiant ➜ p. 67 à 79

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Michel Le Bris, « Orients rêvés, Orients réels », extrait ➜ p. 67

du dossier de presse du festival « Étonnants Voyageurs »


(Saint-Malo, 2006) THÈME : le voyage

Intérêts du document
Un texte lyriqu
lyrique qui célèbre, à travers des images traditionnelles, le caractère présenté
comme mystérieux et magique de l’Orient, illustration d’un ailleurs de rêve ; des éléments
de réflexion sur les relations entre l’Orient et l’Occident ; une interrogation sur la frontière
entre le rêve et la réalité, à l’occasion d’une rencontre d’auteurs de récits de voyages ; le
caractère apologétique et publicitaire d’un dossier de presse.

les termes sagesse / raison, sensualité / morale, tradi-


Pour analyser le document
tion / histoire ?

1 Différents thèmes et registres adoptés ● la révélation, dans les deux derniers paragra-
phes, des différences profondes qui opposent deux
Le thème du voyage et les pays concernés par le mondes et des interrogations sur leur coexistence et
festival « Étonnants Voyageurs » de 2006 orientent un destin commun : confrontation, ou échanges et
l’article du dossier de presse vers l’Orient, qui interpénétration ?
occupe une place importante dans le texte. Ce fil
● l’évocation d’un extraordinaire bouillonnement
conducteur lexical et thématique permet à celui qui
culturel à l’est et la volonté de le découvrir et de le
écrit d’aborder diverses orientations corollaires. On
faire découvrir à travers la littérature et les récits de
trouve ainsi successivement :
voyages.
● les images littéraires de l’Orient qui pourraient
➤ Sur un mode apologétique et lyrique tout à la fois,
être aussi des images cinématographiques ; réfé-
la présentation du festival prend la forme d’un éloge
rence à Baudelaire et à toute l’imagerie orientale
très accentué de l’Orient et du voyage, soulignant à
du XIXe siècle, avec, pêle-mêle, les merveilles, le
travers de nombreux termes très valorisants, char-
raffinement, la lumière, les mystères, le souvenir des
gés de mythologie, de mystique et de fascination, le
Mille et une nuits, les conquérants de Heredia et les
charme et la magie des récits de voyages dans des
voyages de Nerval. Les deux premiers paragraphes
contrées lointaines qui continuent d’étonner, mais
regroupent une véritable mythologie du voyage
qui inquiètent aussi parfois.
en Orient, et d’un Orient fantasmatique, présenté
comme une sorte de miroir qui concentre l’imagi-
2 Ce à quoi se trouvent associés le voyage et
naire, les émotions, les souvenirs.
l’Orient et données non abordées
● la difficulté qu’il y a à situer cet Orient fan-
tasmé et déformé par l’exotisme de convention. Le Le voyage et l’Orient se trouvent associés successi-
texte fait surgir ce qui oppose l’Orient et l’Occident, vement aux éléments suivants :
avec cette question : l’un des deux mondes n’est-il ● le dépaysement exotique, l’évasion, la découverte
pas le double inversé de l’autre, ce qui émane de la de mondes différents caractérisés par des richesses,
manière dont semblent s’opposer, mais sans heurt, des merveilles, des couleurs, des senteurs. L’Orient
67
est présenté, fondamentalement, comme ce qui est ● des débats, des réflexions, des lectures, des
différent ; échanges : on est à la fois dans la littérature et dans
● des destinations plus rêvées que réelles, un la réalité, dans les légendes et dans l’Histoire.
ailleurs insaisissable avec ce qu’il fait naître d’es- ➤ Le texte fait ressurgir les images traditionnel-
poirs et de peurs, parce qu’il est autre. Il fascine et les d’un Orient magique auxquelles viennent se
effraie, prenant la forme d’un univers imaginaire qui superposer des images plus réalistes. On remarque
offre ce que ne donne pas l’Occident, qui pense, cependant que le texte n’aborde pas certaines
réagit et ressent avec un esprit, une pensée, une réalités historiques concernant certains pays d’Ex-
sensibilité différents, qui suscite la curiosité et les trême-Orient : le développement intensif de l’indus-
interrogations ; trie et de l’exploitation des ressources naturelles,
● des craintes devant la découverte d’un monde en l’agressivité commerciale (Chine), la démographie
totale ébullition, foisonnant et créatif, gigantesque et (en Chine), la question des droits de l’homme (en
en développement constant : l’Orient mythique se Chine, au Tibet, en Birmanie…), l’existence de régi-
trouve associé à une réalité humaine et économique mes autoritaires…
qui fait peur ;

Vers la synthèse ➜ p. 68

1 Deux documents : consigne ➜ p. 68 (NT*).


Deux documents : consigne ➜ p. 88 haut (NT).
2 Trois documents : « Les conquérants », extrait des Trophées, de J. M. de Heredia (document 1 ➜ p. 108),
extrait de l’essai Tristes tropiques, de C. Lévi-Strauss (document 2 ➜ p. 61), extrait du dossier de presse du
festival « Étonnants Voyageurs », de M. Le Bris (document 3 ➜ p. 67).

Intérêts du rapprochement
Trois documents de genre, d’époque et de registre différents, donnant des images différentes des voya-
ges, entre rêve et réalité : l’éloge des voyages fascinants se heurte à la présentation de la réalité indus-
trielle, économique et politique.

La consigne de l’exercice (p. 68) demande d’étudier mière partie les aspects du voyage qui méritent un
en quoi l’éloge des voyages peut être contrebalancé éloge puis dans une seconde partie les caractéris-
par l’évocation de certains aspects de la réalité. tiques d’une réalité qui s’y oppose. On peut aussi
Le plus simple est d’adopter une organisation en regrouper les éléments sous forme de tableau. C’est
« thèse » / « antithèse », pour étudier dans une pre- ce que nous proposons ici.

DOCUMENTS ÉLOGE DU VOYAGE RETOUR À LA RÉALITÉ


1. « Les conquérants », – Voyage présenté comme une Évocation de la violence, de la
J. M. de Heredia libération, une compensation à la brutalité, de la conquête ; voyageurs
((Les Trophées, 1893) misère, comme un rêve, comme comparés à des oiseaux de proie, à
texte poétique (sonnet) la réalisation d’un espoir et d’une des soudards sans foi ni loi.
attente.
– Voyage associé à une aventure, à
la recherche de métal précieux et
d’enrichissement.
– Voyage assimilé à une exploration
épique et à la découverte de contrées
mystérieuses, de connaissances
nouvelles ; voyage vécu comme
1 merveilleux et fascinant.

* Non traité.
68
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
2. C. Lévi-Strauss, Tristes Évocation de la magie ancienne Présentation très critique
tropiques (1955) des voyages : promesses, trésors, des destinations des voyages
extrait d’essai exotisme, découverte ; possibilité exotiques, destinations gâchées
d’entrer dans des régions inconnues par l’industrialisation : ce qui
et de rencontre avec des populations était naturel et sauvage est vicié et
dont la vie a échappé à la civilisation. corrompu, détérioré par les sous-
produits de la civilisation, uniformisé
sous des aspects dégradés et altérés.
> Perte de la signification et du
charme des voyages ; illusion des
récits de voyage qui rapportent une
réalité qui n’existe plus et dont la
civilisation de masse montre la face
corrompue.

3. M. Le Bris, dossier de – Évocation, à travers une référence Inquiétudes relatives à un


presse du festival « Étonnants à Baudelaire, du charme des voyages, affrontement Orient / Occident, à
Voyageurs » (2006) des pays exotiques ; images et cause de différences profondes liées
parfums venus d’Orient. à l’histoire ; festival considéré comme
– Voyage assimilé au rêve, associé à une porte ouverte aux rencontres
la lumière, à des cultures différentes, et réconciliations ; le voyage est
à des paysages rêvés, au mystère, au l’occasion de considérer certains états
mysticisme, remèdes aux morales de fait historiques et de se demander
étriquées et recherche de la sagesse. dans quelle mesure il peut aider à en
atténuer la réalité.

➤ Les trois documents consacrés au voyage font res- découvrir que le modèle occidental n’est pas néces-
sortir les caractéristiques traditionnelles du voyage : sairement le meilleur et que les Occidentaux ne sont
dépaysement, découverte, fascination devant les pas toujours les bienvenus. La difficulté s’oppose
merveilles aperçues, mais posent la question de la souvent au rêve et oblige à « revenir sur terre ».
survivance des merveilles. La réalité historique et Trois documents : consignes ➜ p. 88 haut (NT) et
industrielle a modifié les lieux qui constituaient les p. 132 (NT).
destinations des voyages exotiques : découverte des
méfaits de la civilisation, les voyages servent aussi à 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 153 (NT).

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 68

1 Sujet ➜ p. 62 (NT).
Sujet ➜ p. 108. Ce sujet est traité p. 133 de ce guide pédagogique, chapitre 11 (Analyser un extrait poétique).
Sujet ➜ p. 132. Ce sujet est traité p. 173 de ce guide pédagogique, chapitre 13 (Analyser une publicité).

DOCUMENT 2 Serge-Félix N’Piénikoua, article de ➜ p. 68

Courrier internationall (juillet 2007) THÈME : l’exploitation des enfants

Intérêts du document
Un article venu du Bénin, étudiant la situation des enfants soldats en Afrique et permettant de
mieux comprendre un phénomène qui n’est pas vu de la même manière en Europe et en Afrique ;
un article de nature à susciter des réflexions sur la distance entre ce phénomène et l’existence
d’une convention internationale définissant les droits – en l’occurrence bafoués – des enfants ; le
texte est intéressant par l’imbrication des explications, des faits et de leurs conséquences.

69
un peu en opposition avec ce qui est dit à la fin du
Pour analyser le document texte sur l’importance de l’initiation et de l’apprentis-
sage des armes traditionnelles) et qu’un enfant dont
1 Le phénomène et différentes explications les parents ont été tués peut prendre les armes pour
L’article du journaliste béninois met en évidence un les venger, et cela quel que soit son âge.
phénomène dont il donne aussi certaines caractéris-
tiques et certaines explications. 2 Les conséquences et les solutions envisa-
● Le phénomène : il s’agit de l’enrôlement forcé gées
(l. 24) d’enfants à qui l’on donne des armes, une Le phénomène des enfants soldats présente diffé-
formation rapide (l. 4-5), que l’on drogue et que l’on rentes conséquences : la première est de transfor-
conditionne (l. 5) par différents moyens, pour les mer des enfants qui devraient être à l’école en tueurs
amener à tuer comme le font les combattants adultes. impitoyables peu conscients de leurs actes du fait
Munis d’armes automatiques comme les kalach- de la drogue et de l’endoctrinement. Confrontés
nikovs (l. 16, 24-25), privés de la force de résister, très jeunes à une violence subie et exercée lors des
contraints d’obéir à ceux qui les ont recrutés, ils combats, ils ne connaissent que cela et se trouvent
sont obligés de combattre et deviennent rapidement totalement déshumanisés (l. 11), sans repères ni
de véritables machines de guerre (l. 6). Les pays valeurs d’aucune sorte. Une deuxième conséquence
concernés sont nombreux : Liberia, Angola, Tchad, est que l’acceptation du phénomène par une partie
République démocratique du Congo, Sierra Leone, de la population, comme le montrent les expressions
Soudan. D’après l’article, ces enfants constituent beaucoup d’Africains considèrent que (l. 20-21),
des troupes importantes – le gros des troupes (l. 13- certains vont même jusqu’à penserr (l. 22), pour des
14) ; ils sont mis en première ligne et ne participent raisons qui ne sont pas données dans le texte, est
pas au partage du butin. de nature à modifier des pratiques et des croyances
● Ses explications : l’article donne plusieurs ancestrales, selon lesquelles seuls les adultes pren-
explications qui relèvent de domaines différents. nent part à la guerre, pas les enfants.
L’enrôlement des enfants est présenté, au début de En ce qui concerne les solutions, on peut compren-
l’article, comme un moyen de suppléer au manque dre que, dans les conditions énoncées, elles ne vien-
– insuffisance numérique (l. 3) – de combattants nent pas des pays concernés, ni même des autres
adultes. Une seconde explication vient de la nature pays africains. Il y a cependant un espoir qui réside
même des enfants : jeunes, fragiles, facilement dans la présence, d’une part, de certaines ONG qui
influençables et vivant parfois dans la misère, ils ont pris le problème en main et, d’autre part, du
constituent des proies faciles pour les recruteurs Tribunal pénal international. Le tribunal sanctionne,
qui les droguent et les endoctrinent, les plaçant les ONG s’efforcent de « ré-humaniser » les enfants
ainsi dans un cercle vicieux (l. 24) auquel ils peuvent en les faisant sortir des conflits pour leur donner
difficilement échapper, une fois qu’ils sont devenus une formation, une éducation leur permettant de se
des machines de guerre (l. 6). réintégrer à une vie sociale.
Mais on peut observer qu’il y a d’autres explications, ➤ Outre la déshumanisation dont les enfants sont
qui se situent sur un plan culturel et traditionnel. les premières victimes, le phénomène des enfants
Ainsi, l’auteur de l’article explique (l. 21) que, pour soldats confronte certains pays d’Afrique à un bou-
certains Africains, un enfant en guerre peut être leversement des traditions au profit des situations de
considéré comme un adulte (affirmation qui semble violence et de guerre.

Vers la synthèse ➜ p. 69

1 Deux documents : extrait de presse de S.-F. N’Piénikoua (➜ p. 68) et extrait de la Convention interna-
tionale des droits de l’enfant (➜ p. 163).

Intérêts du rapprochement
Mise en parallèle de deux documents antinomiques mais en même temps indissociables. Le premier
présente un état de fait qui contrevient à ce que définit le second, mais le second a été édicté en raison
de l’existence de diverses formes d’exploitation des enfants. Le second document doit aider à limiter le
phénomène analysé dans le premier et doit permettre de le sanctionner.

70
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
La consigne demande de faire apparaître les points La colonne de droite reprend les différents droits qui
sur lesquels s’opposent les deux documents. Nous devraient être respectés et qui sont bafoués dans la
donnons une réponse sous forme de tableau à partir situation des enfants soldats.
duquel les étudiants peuvent passer à la rédaction.

ARTICLE DE S.-F. N’PIÉNIKOUA CONSACRÉ AUX ENFANTS CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT
SOLDATS

Enrôlement de force des enfants. Article 27 : droit à un niveau de vie décent pour
assurer le développement physique, mental, spirituel,
moral et social.
Article 28 : droit à l’éducation grâce à un
enseignement obligatoire / obligation de fréquenter
l’école.
Article 31 : droit aux loisirs (repos, jeux, activités
récréatives).
Article 32 : droit à la protection contre l’exploitation :
impossibilité d’obliger un enfant à accomplir une
tâche dangereuse et non éducative.
Enfants drogués, endoctrinés, ayant perdu leur Article 24 : droit à la santé relevant des États qui
possibilité de décider et de refuser. doivent assurer la lutte contre les maladies et contre la
malnutrition et garantir la fourniture d’eau potable.
Article 28 : droit à l’éducation / enseignement
obligatoire / fréquentation régulière de l’école.
Article 31 : droit aux loisirs.
Article 32 : droit à la protection contre l’exploitation.
Enfants contraints de se battre / transformation des Article 27 : droit à un niveau de vie décent.
enfants en machines de guerre / idée qu’un enfant en Article 28 : droit à l’éducation.
guerre n’est plus un enfant. Article 31 : droit aux loisirs.
Article 32 : droit à la protection contre l’exploitation.

➤ La mise en parallèle des deux documents montre Deux documents : consigne ➜ p. 109. Ce sujet est
que la situation des enfants soldats et les traite- traité p. 135 de ce guide pédagogique, chapitre 11
ments auxquels on les soumet pour les enrôler et (Analyser un extrait poétique).
pour les exploiter contreviennent de façon flagrante Deux documents : consigne ➜ p. 128 (NT).
à au moins quatre articles fondamentaux de la
Convention internationale des droits de l’enfant. 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 128. Ce
Cette convention relève de l’ONU et de l’UNICEF : sujet est traité p. 165 de ce guide pédagogique,
son inapplication montre l’ampleur du phénomène chapitre 13 (Analyser une publicité).
des enfants soldats et la gravité de la manière dont Quatre documents : consignes ➜ p. 152 (NT) et
sont considérés certains enfants. p. 164 (NT).

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 69

1 Sujet ➜ p. 69.
Intérêts du sujet
Un sujet qui prend appui sur des exemples d’exploitation des enfants et qui ne demande pas explicite-
ment de donner un avis personnel. Il donne l’occasion de mettre en parallèle, compte tenu de sa formu-
lation et de son orientation, la construction et la rédaction de la synthèse d’une part, la construction et la
rédaction de l’écriture personnelle d’autre part. La possibilité d’aller chercher des exemples au-delà du
corpus fait comprendre le caractère particulier de l’écriture personnelle.

71
Le sujet demande d’expliquer en quoi l’exploitation inversion des rôles insupportable : on utilise les
des enfants, sous ses différentes formes, constitue enfants parce qu’ils sont petits et peuvent accéder
un traitement inhumain. Une telle réflexion, qui offre à des lieux de travail inaccessibles aux adultes ;
peu de possibilités d’objections, mais peut orienter on les exploite parce qu’ils n’ont pas de moyens
vers une recherche de solutions, est traitable sous la de défense, du fait de leur âge et souvent de leur
forme de quelques paragraphes dont nous donnons situation sociale (abandonnés, orphelins, sans
ici les grandes lignes. Ces grandes lignes peuvent aucun recours, vivant dans la rue). Bien souvent, les
ensuite faire l’objet d’un exercice de rédaction et de conditions de travail imposées – horaires, fardeaux
développement, avec insertion d’exemples divers. à porter… – n’ont rien à voir avec les capacités
physiques d’enfants.
I – LE CARACTÈRE INHUMAIN DE L’EXPLOITATION On les exploite aussi précisément parce qu’ils sont
DES ENFANTS enfants, chair fraîche dans le cas de la pédophilie et
1. L’inhumanité vient de ce que l’on met des enfants de la prostitution enfantine, et qu’ils sont considérés
dans une situation d’adulte : ils sont confrontés comme une véritable marchandise.
à des scènes traumatisantes, qui ne sont pas de
4. On peut encore considérer que l’inhumanité vient
leur âge et qui relèvent de la violence : détenir des
de ce que les enfants ne bénéficient à aucun moment
armes, être poussé à tuer, massacrer, participer aux
d’un respect de leurs choix et de leurs désirs. Si
combats et aux tueries, être acteurs et victimes à la
on les drogue pour les enrôler, si on les endoctrine
fois de la guerre. Conduire des enfants à considérer
avec des discours qu’ils ne comprennent pas, si on
que la guerre et les armes sont un gagne-pain revient
leur fait miroiter un butin qu’on ne leur donne pas
à les mettre dans des conditions de vie qui n’ont
ensuite, on les leurre et on les met dans une situa-
rien à voir avec l’enfance et qui peuvent la détruire
tion de dépendance en abusant de leur liberté et en
irrémédiablement.
abusant aussi des choix de leurs parents, quand ils
2. L’inhumanité vient aussi de ce que les enfants en ont. On peut citer comme exemples les enfants
sont privés de ce dont ils ont fondamentalement contraints par des trafiquants (comme leurs parents)
besoin : une éducation scolaire, une formation leur à avaler des capsules de drogue qu’ils font ainsi
permettant de construire un avenir d’adulte. Il est passer d’un pays à un autre.
inhumain de refuser à des enfants la connaissance,
➤ Les différentes formes d’inhumanité sont en
le savoir. En agissant ainsi, on détruit probablement
complète opposition avec les droits définis par la
de manière définitive leur possibilité de devenir des
Convention internationale des droits de l’enfant, ce
adultes conscients et responsables : n’ayant connu
qui laisse perplexe, compte tenu du nombre d’en-
que la guerre, ils ne peuvent voir la vie qu’à travers
fants exploités. On peut s’interroger alors sur les
les conflits, la violence. Ils entrent ainsi malgré eux
solutions à envisager.
dans une spirale de destruction de ce qu’il y a d’hu-
main en eux. 2 Sujet ➜ p. 95 (sujet 1). Ce sujet est traité dans
3. L’inhumanité vient enfin de l’exploitation de ceux ce guide pédagogique, p. 112, chapitre 9 (Analyser
qui sont faibles et sans défense par des adultes un schéma, un document chiffré).
qui devraient au contraire les protéger. Il y a là une Sujet ➜ p. 164 (NT).

DOCUMENT 3 N. Guibert et J.-P. Langellier, « M. Sarkozy entend ➜ p. 69

développer le réseau de vidéosurveillance »,


Le Mondee (10 juillet 2007) THÈME : les menaces sur les libertés

Intérêts du document
Un article de presse posant avec clarté un problème d’actualité, la question du développe-
ment de la vidéosurveillance et des garanties offertes aux citoyens en matière de protection
de leur vie privée.

72
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
citoyens. Néanmoins, cela n’empêche pas diverses
Pour analyser le document
réactions, qui ne sont pas positives.

1 Constats, justifications et réactions ● Les réactions : le texte signale les réactions de


certaines associations (l. 9), réactions d’inquiétude
L’article fait état de la multiplication des systèmes de vi- en Angleterre devant l’ampleur de la collecte d’infor-
déosurveillance, explique quelles sont les justifications mations concernant la vie privée des citoyens (l. 10-
avancées et signale un certain nombre de réactions. 11). On note des réactions similaires en France, du
● Les constats : l’article commence par un exposé côté de la CNIL (voir p. 164 du manuel), qui émet des
concernant l’Angleterre, avec des chiffres précis : inquiétudes concernant les menaces qui pèsent sur
4,2 millions de caméras de surveillance (1 pour 14 les libertés à partir du moment où les faits et gestes
personnes), une preuve de leur omniprésence par l’in- des individus sont filmés et les images conservées.
dication des lieux – partout (l. 3) – où elles se trouvent, En particulier, la CNIL juge que les garanties don-
voies de circulation, transports en commun, stades et nées ne sont pas suffisantes. Les associations des
centres commerciaux (l. 3 à 5). Le détail des situations droits de l’homme émettent elles aussi, d’après le
de surveillance révèle qu’un habitant de Londres peut texte, un avis inquiet et suggèrent que les systèmes
être filmé 300 fois par jour. Ces différents chiffres vien- de vidéosurveillance soient eux-mêmes contrôlés.
nent illustrer l’idée exprimée dans la première phrase,
le peuple le plus épié au monde. Viennent ensuite des 2 Des notions contradictoires
constats qui concernent la France : l’augmentation de la L’existence de la vidéosurveillance et son développe-
vidéosurveillance depuis 1995, la réclamation du minis- ment sont partout présentés comme des protections
tère de l’intérieur (l. 32) demandant plus de caméras, le contre le terrorisme et sont donc considérés comme
durcissement de la loi en 2005 (l. 38), la possibilité don- des instruments de sécurité en faveur des citoyens. De
née aux gendarmes et à la police d’accéder aux images même, la surveillance de la circulation routière permet
sans aucun contrôle judiciaire. Le dernier constat est de réguler le trafic et se présente comme une aide
celui du pouvoir des matériels accessibles à tous et qui offerte aux automobilistes qui peuvent ainsi circuler
permettent à chacun de surveiller ses voisins. avec plus d’informations. Ainsi, pour des raisons de
● Les justifications : le constat du développement protection des individus et de surveillance des lieux,
de la vidéosurveillance est accompagné dans le texte il semble normal d’enregistrer les faits et gestes des
par plusieurs justifications. La vidéosurveillance est voyageurs dans les gares, sur les autoroutes, dans les
présentée comme un système de sécurité dans la magasins, dans les parkings, en fait, presque partout.
lutte contre le terrorisme (l. 7) et elle apparaît d’autant Mais d’un autre côté, la conséquence de cette sur-
moins inquiétante qu’apparemment ce développe- veillance des lieux et des gens fait que les individus
ment s’accompagne de garanties suffisantes. Il est sont constamment filmés : les inquiétudes viennent
question, pour l’exemple anglais, de garde-fous de ce que l’on peut se poser les questions suivantes :
légaux protégeant le citoyen (l. 8) contre différents qui a accès officiellement aux données (aux images
excès. En France, les justifications sont proches : il filmées) ? Que peuvent devenir ces images ? Il y a
est question de protéger les bâtiments publics, de une évidente contradiction entre l’idée de sécurité,
réguler, en le surveillant, le trafic routier. Là encore, bénéfique, et le danger de l’utilisation des données de
on signale la présence de garanties solides concer- la surveillance, s’il n’y a aucune protection juridique,
nant les lieux d’implantation des caméras (pas à aucun contrôle de l’utilisation des données. Ce qui
l’intérieur des immeubles d’habitation), l’autorisation se joue ici est une sécurité annoncée (mais de quelle
venue d’une commission présidée par un magistrat, nature en réalité ?) et un enregistrement des faits et
et la durée de conservation des images et la durée gestes de chacun qui peut être par la suite utilisé de
de stockage des données. Les garanties fournies manière dévoyée. Il se peut qu’une sécurité contre
consolident les justifications en faisant apparaî- un danger soit remplacée par un autre danger, dont
tre qu’il n’y a pas de danger pour les libertés des personne ne mesure l’ampleur.

Vers la synthèse ➜ p. 71

1 Deux documents : article du Monde (➜ p. 69) et photo (➜ p. 154).


Intérêts du rapprochement
Mise en parallèle de deux documents de nature différente, qui ont des liens très étroits : l’image repré-
sente un système de surveillance dont il est question dans le texte. Le rapport entre les deux est celui
de l’illustration : l’image illustre le texte, le texte explicite l’image et attire l’attention sur ce que ne révèle
peut-être pas la photo.

73
Les points communs entre l’article du Monde de Angleterre qu’en France : ces inquiétudes portent
N. Guibert et J.-P. Langellier et la photo du poste de sur l’utilisation des données. Or l’image montre des
contrôle de la RATP sont en relation avec la question observateurs devant les écrans : la question que l’on
de la vidéosurveillance. Dans l’article, il est question peut se poser est : que font-ils exactement ? De quel
de surveillance dans le métro, et l’on voit sur l’image pouvoir disposent-ils ? Quelle garantie offrent-ils en
deux écrans qui concernent le métro. Sur le premier, ce qui concerne la conservation et l’utilisation des
le plus à gauche de la photo, on distingue l’agglomé- données ? Ces questions sont explicitement envi-
ration parisienne (tache de la couleur la plus claire) sagées dans le texte à propos de toutes les formes
avec le réseau de métro et celui des autobus, ce qui de surveillance, pas uniquement celles du métro. On
permet de situer toutes les stations. Sur le second retrouve ici ce qui est à l’origine des inquiétudes des
écran, on voit un quai de métro avec diverses person- associations, à défaut de l’être chez les particuliers,
nes dont une au premier plan. Cette image provient qui ne mesurent pas toujours à quel point ils sont
d’une caméra placée sur le quai et enregistrant tout surveillés, enregistrés, et peut-être fichés.
ce qui s’y passe. On peut déduire de cette présence ➤ Le rapprochement des deux documents montre
que ce genre de dispositif se trouve sur tous les que l’un peut servir d’illustration à l’autre. Mais l’image
quais de métro et dans les couloirs, ce qui permet seule est peut-être rassurante et évoque la sécurité,
de surveiller les agissements et les déplacements tandis que le texte fait surgir des thèmes de réflexion
des personnes. S’il est difficile de distinguer ce qui et peut-être quelques inquiétudes chez le lecteur, qui
figure sur le troisième écran (des lignes rouges), prend conscience des risques. En ce sens, les deux
en revanche, le quatrième montre de nouveau des documents se complètent, l’un exprimant clairement
personnes. Les écrans de surveillance permettent ce que l’autre se contente de montrer.
de comprendre de quelle manière sont captées les
images des voyageurs dans les transports en com- Deux documents : consigne ➜ p. 98. Ce sujet est
mun. Un deuxième point commun apparaît entre le traité dans ce guide pédagogique, p. 117, chapitre 9
texte et l’image. Le texte souligne les inquiétudes (Analyser un schéma, un document chiffré).
de la CNIL et de diverses associations, tant en Deux documents : consigne ➜ p. 166 (NT).

2 Trois documents : document de référence définissant la CNIL (document 1 ➜ p. 164) ; extrait d’un
essai de Ph. Breton, Le Culte de l’Internet : une menace pour le lien social ? (document 2 ➜ p. 62) ; article du
Monde de N. Guibert et J.-P. Langellier (document 3 ➜ p. 69).

Intérêts du rapprochement
Mise en évidence, à travers trois documents qui ne se trouvent pas très éloignés dans le temps, des
différents dangers que la surveillance électronique et Internet peuvent faire peser sur la vie privée et
sur les libertés des individus ; interrogation sur les pouvoirs dont dispose la CNIL, organisme officiel de
contrôle.

La consigne de l’exercice demande de faire appa- menace pour le lien social ? (2000), s’intéresse plus
raître les menaces qui pèsent sur les libertés indivi- particulièrement à la manière dont se fait la publicité
duelles et les moyens mis en œuvre pour les limiter. sur Internet et signale les risques courus par les
Nous donnons la présentation et les grandes lignes consommateurs. Enfin, un article du quotidien Le
du rapprochement. Monde, signé N. Guibert et J.-P. Langellier (2007),
aborde la question de la télésurveillance et de son
PRÉSENTATION développement au nom de la sécurité. Le rappro-
L’importance prise par Internet dans la vie quoti-
chement des trois documents permet d’étudier les
dienne des individus d’une part, le développement
menaces sur les libertés et les solutions envisagées.
de la surveillance électronique de l’autre, font peser,
selon certains observateurs, de sérieuses menaces
I – LES MENACES QUI PÈSENT SUR LES LIBERTÉS
sur les libertés. Trois documents s’intéressent à cette
question et apportent des éléments de réflexion. Le Présence dans les trois documents de l’affirmation
premier est un document officiel qui définit, depuis selon laquelle les libertés individuelles sont mena-
1978, la Commission Nationale de l’Informatique et cées : document 1 : les dangers que l’informatique
des Libertés dont l’intitulé associe clairement libertés peut faire peser sur les libertés (l. 32) ; document 2 :
et informatique et dont l’existence renvoie à la notion les libertés sont menacées par le développement
de vie privée, de fichier et de surveillance. Un extrait du commerce électronique (l. 1-2) ; document 3 :
d’essai de Ph. Breton, Le Culte de l’Internet : une il est question d’alerte à la société de surveillance
74
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
et de sauvegarde de la vie privée. Quelles sont ces II – COMMENT LIMITER LES DANGERS
menaces ? La réponse à cette question est donnée à la fois par
● La surveillance vidéo, de plus en plus fréquente la création et l’existence de la CNIL (document 1) et
et en voie de progression, notamment en France par des mesures précisées dans le document 3.
(chiffres donnés pour l’Angleterre et pour la France ● La présence d’une commission de contrôle :
dans le document 3) ; circuits installés partout pour présence de la CNIL dans les trois documents :
surveiller les citoyens pour des raisons de sécurité et référence à deux rapports annuels exprimant des
de lutte contre le terrorisme (document 3) ; dévelop- inquiétudes (documents 2 et 3) en 1999 et 2006,
pement de la cybersurveillance indiquée par le docu- texte officiel définissant la commission (document
ment 2 et signalée par le document 1 : les individus 1) ; importance d’une telle commission, qui est indé-
sont filmés et, selon le document 3, les informations pendante et peut agir en sanctionnant des excès ;
sont conservées sans garantie juridique ; la CNIL possibilité, pour la CNIL, de proposer des mesures
s’inquiète de l’utilisation possible des données enre- législatives, d’exercer un droit de surveillance et de
gistrées. La création de la CNIL est le signe même contrôle des systèmes d’information ; possibilité de
des dangers qui existent et qui sont aggravés par sanctionner par une amende toute utilisation illégale
l’existence de matériels commercialisés. Toute sur- de données informatiques.
veillance illégale est une atteinte à la vie privée.
● Des réglementations diverses : existence
● Le commerce et la publicité électroniques : de telles réglementations envisagée à la fois dans
autres aspects de certaines menaces sur les libertés le document 1 (c’est le rôle de la CNIL) et dans le
(document 2 essentiellement) ; existence des cookies document 3 qui signale la nécessité d’obtenir une
qui permettent aux annonceurs publicitaires d’obtenir autorisation préfectorale donnée après l’avis d’une
des informations très précises sur les consommateurs, commission présidée par un magistrat ; pas de
individuellement, de manière à mieux cibler leur publi- surveillance à l’intérieur des immeubles ; obligation
cité. Il est question de transmission de fichiers dans de détruire les enregistrements dans un délai d’un
le document 1 et d’interférences dans le document mois.
3 : l’une des tâches de la CNIL est de les contrôler,
ce qui révèle que des transmissions illégales doivent ➤ Il existe ainsi des garde-fous, mais ils semblent
être surveillées et sanctionnées. On peut parler aussi insuffisants et il n’est pas certain que les réglemen-
d’atteinte aux libertés quand la possibilité de choisir tations soient toutes suivies ni que les garanties
se trouve diminuée par différents brouillages qui font juridiques instituées soient toutes respectées. C’est
que l’on ne sait plus ce qui relève de l’information et ce qui ressort du document 3.
ce qui relève de la publicité (document 2). Quatre documents : consigne ➜ p. 98 (NT).
➤ On peut parler de menaces pesant sur les libertés Quatre documents : consigne ➜ p. 154. Ce sujet
individuelles à partir du moment où un individu est est traité dans ce guide pédagogique, p. 209, chapi-
surveillé, filmé, épié à son insu et qu’il ne sait pas que tre 15 (Analyser une photo).
son image et des données le concernant circulent et
peuvent faire l’objet de diverses démarches plus ou
moins légales. Les trois documents mettent l’accent Vers l’écriture personnelle ➜ p. 71
sur l’existence de fichiers dont les intéressés ne
soupçonnent même pas qu’ils existent. La menace
1 Sujet ➜ p. 71 (NT).
est d’autant plus grave que l’on ne sait ni d’où elle
vient ni quelles formes elle peut prendre. 2 Sujets ➜ p. 63 (NT) et p. 166 (NT).

DOCUMENT 4 Entretien accordé à La Gazette du Palaiss par le ➜ p. 71

généticien Axel Kahn (2007) THÈME : les dérives de la médecine

Intérêts du document
Une réflexion sur la médecine et sur la manière dont se modifient les relations entre les
patients et les médecins ; ce que cela révèle sur le plan des comportements individuels et
sociaux ; un thème emblématique parce qu’il touche aux questions de vie et de mort.

75
pour répondre à des canons de beauté dont les
Pour analyser le document mannequins, les « top models » et autres actrices
et acteurs de cinéma donnent l’exemple, soit pour
1 Les changements observés dans les rela- diminuer les atteintes de l’âge et paraître toujours
tions entre patients et médecins plus jeune. On note enfin l’importance accordée à la
La question posée à A. Kahn oriente vers l’idée de performance, y compris à l’aide de produits illicites :
modifications critiquables intervenant actuellement dominer, dépasser, faire plus, franchir des limites…
dans les relations entre les médecins et leurs peuvent être considérés comme des caractéristiques
patients. C’est ce qui ressort du mot dérive (l. 2). On de notre époque.
peut identifier ces modifications.
● Le choix du médecin : en opposition avec
2 La notion de dérives
l’image paternaliste du médecin ayant un pouvoir sur On peut parler de dérives à partir du moment où
la clientèle (l. 5-8), ce qui se dégage aujourd’hui est l’éthique et la déontologie ne sont plus respec-
la demande, exprimée (et réalisée) par les malades, tées. Dans les cas signalés par A. Kahn, il est bien
de choisir leur médecin, et non d’aller consulter spécifié que ce n’est pas la demande de liberté de
systématiquement un « médecin de famille » qui a choix du médecin par le patient qui est discutable,
tendance à disparaître. Celui qui parle assimile cette mais sa conséquence, qui se traduit par un man-
demande de liberté de choix à une démarche qui se que de continuité dans la démarche médicale et
traduit par du nomadisme médicall (l. 10, mot mis la recherche systématique d’une satisfaction des
entre guillemets dans le texte) : le patient change de désirs (mot employé par celui qui parle l. 11). On
médecin tant qu’il n’a pas obtenu ce qu’il désire en pourrait presque parler ici de « caprice ». Ce que
matière de résultat. signale A. Kahn est une sorte d’inversion des rôles,
comme si le patient avait la compétence de déter-
● Une relation contractuelle visant à l’efficacité :
miner quel médecin pouvait le mieux répondre à
la revendication de choix personnel du médecin est
ses attentes. Dans ces conditions, on peut craindre
indissociable, selon A. Kahn, de la notion de contrat
que ne se mette en place une relation reposant à la
qui se met en place dans la relation médecin /
fois sur le pouvoir et sur l’argent, pouvoir du patient
malade. Le médecin, devenu prestataire de services,
devenu client et qui n’hésitera pas à faire intervenir
est considéré comme quelqu’un dont l’action doit
la justice (c’est un des corollaires observés actuel-
aboutir à un résultat attendu par le client / patient.
lement) si le « contrat » n’est pas rempli, pouvoir
Ce dernier se juge alors en droit d’exiger plus que
de l’argent qui ouvre les portes et « facilite » les
la guérison d’un rhume ou le diagnostic de tel ou tel
transactions, notamment dans la médecine privée.
mal. Le patient / client considère qu’il peut demander
Le choix fait par A. Kahn de certains termes dans
plus, et parfois autre chose, parce qu’il instaure un
son discours met particulièrement en évidence
véritable contrat avec le médecin.
les modifications de la relation médecin / patient :
● Des demandes qui ne relèvent plus de la nomadisme, nature contractuelle (l. 13, 18), être
médecine : le corollaire de la notion de contrat est requis (l. 22), dopage frauduleux (l. 26), exigence
la modification des demandes (avec exigence de du malade (l. 28), enjoint (l. 28). Dans le contexte,
résultats). A. Kahn les envisage dans deux domaines tous ces termes ont des connotations négatives.
problématiques : la chirurgie esthétique – le contrat
est de réparer dans le sens de l’esthétique et de faire
accéder à la beauté –, et la médecine du sport – le
contrat est la performance à atteindre – ce qui place la
Vers la synthèse ➜ p. 72
médecine pas très loin du dopage. Il envisage aussi, à
travers les expressions bien-être mental, voire social
1 Deux documents : consigne ➜ p. 72 (NT).
(l. 20), tout un domaine mal défini mais qui est en Deux documents : consigne ➜ p. 139. Ce sujet est
relation avec l’idée de confort de vivre, par opposition traité sous forme d’exemple de paragraphe rédigé
à tout ce qui est malaise, mal-être et dépression. p. 139 du manuel de l’étudiant.
➤ Les changements observés sont révélateurs 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 151. Ce
d’une exigence d’autonomie et de liberté de choix sujet est traité p. 203 de ce guide pédagogique,
du patient en matière de médecin. Il y a là une forme chapitre 15 (Analyser une photo).
d’individualisme caractéristique de notre société.
On note d’autre part l’importance accordée à l’ap- Quatre documents : consigne ➜ p. 162. Ce sujet
parence esthétique et surtout à l’idée qu’on peut la est traité dans ce guide pédagogique, p. 223, chapi-
modifier, soit pour atténuer une réelle laideur, soit tre 16 (Analyser un document de référence).

76
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 72

1 Sujet ➜ p. 72.
Intérêts du sujet
Susciter une réflexion et définir une position personnelle sur un sujet qui met en cause la notion de liberté
en même temps que le système de santé ; le sujet permet différentes démarches : on peut en effet n’être
que partiellement d’accord avec le point de vue évoqué et faire suivre des arguments qui soutiennent
la thèse d’autres qui expriment des objections ; le sujet permet l’utilisation de la première personne et
l’appel à l’expérience personnelle mais demande une réflexion plus large.

La problématique du sujet – à partir d’une phrase II – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE :


d’Axel Kahn – est la liberté laissée au malade dans LAISSER AU MALADE LE CHOIX DE SON MÉDE-
le choix de son médecin et la manière dont cette CIN N’EST PAS TOUJOURS POSSIBLE ; CELA
liberté peut, ou non, se justifier. Nous donnons ici PEUT AUSSI COMPORTER QUELQUES DÉRIVES
quelques arguments soutenant deux thèses oppo-
● Il existe des cas dans lequel le patient n’a pas la
sées.
possibilité d’exprimer son choix personnel : cas des
I – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE : zones rurales où n’existe qu’un seul médecin (situa-
C’EST AU MALADE QUE REVIENT LE CHOIX DE tion qui est celle de Knock) : si le médecin est comme
le docteur Knock, on peut s’attendre au pire…
SON MÉDECIN
● Cas d’urgence : dans les grandes villes, la ferme-
● Choisir son médecin est une question de liberté
ture des cabinets médicaux pendant le week-end
individuelle revendiquée par les patients, dans la
et la suppression des médecins de garde a pour
tradition de la médecine libérale qui est celle de la
conséquence que l’on doit faire appel aux médecins
France.
d’urgence et au service des urgences des hôpitaux.
● Avoir la possibilité de choisir celui qui vous soigne Dans le système français, ce genre de pratiques a
signifie que l’on peut mettre fin à une relation méde- des incidences sur la Sécurité sociale, par la multi-
cin / patient si l’on juge qu’elle n’est pas bonne : il plication des actes médicaux.
existe des médecins peu aimables, désagréables
● Comme l’explique A. Kahn, la liberté de choisir
ou désinvoltes dans leurs propos, qui reçoivent mal
son médecin peut conduire à ce qu’il appelle le
leurs patients, des cabinets médicaux où l’on attend
« nomadisme », errance du patient d’un médecin à
des heures, d’autres où l’on a l’impression d’être un
un autre, jusqu’à ce qu’il trouve ce qu’il souhaite. Et
simple numéro.
dans certains cas, ce qu’il cherche met le médecin
● Corollaire de l’argument précédent : on sait à quel dans une situation éthique contraire au Serment
point une relation de confiance entre le médecin médical : si la demande venue du patient vise à lui
et son patient peut aider ce dernier à améliorer sa faire obtenir des produits permettant des perfor-
santé, voire à vaincre la maladie. mances, par exemple sportives, on entre dans le
➤ On comprend l’importance du choix du médecin domaine du dopage.
par le patient. Il n’est pas certain que le médecin ➤ La liberté dont dispose tout malade de choisir son
imposé (comme dans certains systèmes de santé médecin, liberté qui peut jouer un rôle favorable dans
européens) joue un rôle aussi personnalisé. Il existe la guérison, rencontre des limites institutionnelles et
cependant des cas dans lesquels le choix n’existe des obstacles importants quand la relation tradi-
pas et des situations qui constituent quelques tionnelle de confiance réciproque se transforme en
dérives. exigence de résultat, domaine dans lequel l’éthique
professionnelle n’a plus guère de place.
2 Sujet ➜ p. 162 (NT).

77
A P P L I C ATION
DOCUMENT 5 Josette Alia, article du Nouvel Observateur ➜ p. 73

(2000) THÈME : la sauvegarde des forêts

Intérêts du document
À la suite d’un éévénement qui a marqué le pays entier, la tempête de décembre 1999, une
réflexion – sous forme d’article de presse – portant sur les différentes fonctions et utilités de
réflexion
la forêt et des arbres, sur leur importance écologique, sur les relations symboliques entre les
arbres et les hommes, thème littéraire et poétique par excellence.

la chute du Grand Cèdre, racontée comme celle d’un


Pour analyser le document
être vivant dont la mort inspire une grande nostalgie.
La dernière question (l. 46) peut sembler être posée
1 Thème, structure et point de vue personnel de manière objective, mais elle peut être aussi per-
● Le thème : le document est un article de presse çue comme une question angoissante concernant
consacré à une réflexion sur un événement naturel, l’avenir de tous. Ainsi, l’auteur de l’article laisse
la tempête de vent qui s’est produite en décembre passer une certaine émotion à travers ce qu’elle
1999. En janvier 2000, la journaliste J. Alia évoque écrit, ce qui est certainement la meilleure manière de
les conséquences de cette tempête sur les forêts sensibiliser les lecteurs à ce qui est présenté comme
françaises. On le voit au fait qu’il est constamment une catastrophe (l. 15 et 29).
question des arbres : arbres abattus (l. 2), forêts
publiques (l. 5), patrimoine forestier (l. 12), Grand 2 Les différents aspects de la catastrophe
Cèdre frappé à mortt (l. 21), que le document donne Dans quatre paragraphes successifs, dont on peut
un grand nombre de chiffres indiquant la totalité des regrouper les deux derniers, l’auteur de l’article met
pertes, puis leur localisation – 100 millions d’arbres en relief la nature et les conséquences d’une catas-
(l. 3) – Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne (l. 5-6), trophe écologique.
Aquitaine, Landes (l. 11). L’évocation chiffrée des
● Nature et ampleur de la catastrophe : le premier
pertes en matière d’arbres conduit à une réflexion
paragraphe donne l’ampleur des dégâts et les lieux
sur les conséquences humaines et économiques
essentiellement touchés : nombre de mètres cubes
d’une telle catastrophe.
de bois touchés (l. 3), nombre d’arbres – 100 millions
● La structure du document : l’article est construit – (l. 3), pourcentages – 80 % de l’espace forestier
en plusieurs paragraphes. Le premier est consacré (l. 9) – avec leur répartition par région.
aux pertes, partiellement chiffrées selon les régions.
Il insiste sur le caractère considérable des dégâts et
● Caractère humain de la catastrophe : c’est le
conclut sur le fait que cette tempête, un coup de cha- thème du deuxième paragraphe. L’auteur de l’article
blis, est la plus meurtrière du XXe siècle. L’information évoque implicitement la déception et le chagrin des
concernant l’ampleur des dégâts conduit ensuite à forestiers, qui voient détruit l’objet de leur passion.
évoquer les différents aspects de ce qui est présenté Elle évoque des lieux détruits de manière peut-être
comme une catastrophe. L’auteur envisage la catas- irrémédiable, parc de Versailles, de Courson, et
trophe humaine (paragraphe 2), puis la catastrophe rappelle les parentés entre les arbres et les hommes
économique qui occupe les paragraphes 3 et 4, à travers l’expression mémoire vivante (l. 18-19), rap-
dans lesquels se trouvent chiffrées les pertes, par pelant la mort d’un cèdre à Marines, et l’assimilant à
rapport à la rentabilité de la forêt. C’est une manière la mort d’un être humain.
d’insister sur les différentes fonctions et utilités des ● Caractère économique de la catastrophe :
forêts. c’est l’objet des deux derniers paragraphes. Le
● Le point de vue personnel de celle qui parle : premier point abordé est le manque à gagner. La
l’auteur de l’article ne se contente pas d’évoquer forêt française est présentée comme rentable sur
un événement et de l’accompagner de chiffres, de le double plan des productions « annexes » comme
manière objective. Elle laisse passer des traces de les champignons et de la filière bois (fabrication de
subjectivité en évoquant, par exemple, le parc de la pâte à papier et des meubles). L’auteur du texte
Courson, qu’elle semble connaître (l. 17), ou encore donne des chiffres et précise que 550 000 person-
78
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
nes travaillant dans ce secteur sont concernées. Le ➤ Les différents aspects de la catastrophe font
dernier paragraphe aborde un aspect un peu dif- ressortir, de manière implicite, les côtés utiles des
férent, mais toujours économique, qui est la chute arbres et de la forêt. D’une part, les forêts font partie
du prix du bois abattu, du fait d’une trop grande du patrimoine national et représentent une spécifi-
quantité de bois « blessé » mise sur le marché. cité française ; d’autre part, les arbres constituent
Enfin, le dernier point est la question du bois qui une mémoire et font partie de la vie des hommes ;
risque de manquer dans les années à venir parce enfin, la forêt et les arbres représentent une richesse
qu’il faut beaucoup de temps aux forêts pour se économique importante, sur le plan des productions
reconstituer. naturelles et sur celui de l’utilisation du bois.

Vers la synthèse ➜ p. 74

1 Deux documents : poème de J. Supervielle (➜ p. 115 ) ; article de J. Alia (➜ p. 73).

Intérêts du rapprochement
Exercice d’apprentissage de base de la synthèse à partir du rapprochement de deux documents de
genre différent pour construire un paragraphe.

L’association arbres / humains Deux documents : consigne ➜ p. 93 (NT).


Le rapprochement du texte de J. Alia et du poème de
J. Supervielle révèle que les arbres et les hommes ont Deux documents : consigne ➜ p. 137. Ce sujet est
bien des points communs. J. Alia signale ainsi des traité dans ce guide pédagogique, p. 180, chapitre
relations d’affectivité forte entre certains lieux boisés 14 (Analyser un extrait de théâtre).
célèbres, les parcs de Versailles et de Courson, et
les amoureux. On remarque d’autre part l’utilisation 2 Trois documents : consigne ➜ p. 150 (NT).
d’un lexique humain pour évoquer les arbres dans
les deux documents. La figure de la personnification 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 93 bas. Ce
est constante : les arbres, présentés comme une sujet est traité p. 110 de ce guide pédagogique, cha-
mémoire, sont des êtres animés pour lesquels on uti- pitre 9 (Analyser un schéma, un document chiffré).
lise le même lexique de la vie, de la mort, du sang, du Quatre documents : consigne ➜ p. 133 (NT).
cercueil. Ils accompagnent la vie des êtres humains,
se tiennent debout comme eux et se trouvent terras-
sés, comme eux, par les intempéries et par la mort. Vers l’écriture personnelle ➜ p. 74

Le texte de J. Alia montre que l’on peut composer une


Sujet 1 ➜ p. 137 (NT).
sorte d’oraison funèbre d’un arbre, ce qui paraît tout
à fait normal dans le poème de J. Supervielle qui fait Sujet 2 ➜ p. 137. Ce sujet est traité dans ce guide
des arbres des frères des hommes, bâtis de la même pédagogique, p. 181, chapitre 14 (Analyser un texte
manière, avec les mêmes espoirs et le même destin. théâtral).

DOCUMENT 6 Entretien accordé au Monde 2 par Jean-Marie Dru ➜ p. 74

(2007) THÈME : la publicité

Intérêts du document
Un entretien donnant une approche diversifiée de la publicité sous ses différentes orienta-
tions : l’omniprésence, l’art, la vocation commerciale et les nécessaires effets de rupture ;
idée d’une nécessaire réglementation de certains excès, ce qui renvoie à l’existence du BVP
(p. 156, chapitre 16).

79
● Orientation 2 : elle est donnée à titre d’exemple
Pour analyser le document
dans le manuel de l’étudiant, p. 76.

1 Le thème du document et ses quatre orien- ● Orientation 3 : J.-M. Dru évoque dans sa réponse
les relations entre la publicité et le commerce, qu’elle
tations dynamise, assurant la promotion de produits de
La simple lecture des questions posées à J.-M. Dru valeur, jouant un rôle important dans le financement
par la rédaction du Monde 2 permet de comprendre de la presse, et témoignant, par son contenu et sa
qu’il est question de la publicité : elle est présente nature, de l’esprit d’une époque. Celui qui parle
directement dans trois questions sur quatre et indi- envisage aussi la nécessité de limiter certains excès,
rectement dans la première. Chacune des questions
mais l’idée essentielle est la nécessité de réinventer
envisage un aspect particulier de la publicité : la pre-
la publicité (l. 40).
mière interroge sur une omniprésence illustrée par
la présence de nombreux messages non sollicités ● Orientation 4 : en réponse à la question du sens
sur Internet et par les différentes formes d’affichage du mot disruption, J.-M. Dru explique la notion de
publicitaire. La seconde explique en quoi la publicité rupture en publicité, démarche qui consiste à inven-
est un art, la troisième aborde la question de l’impact ter de manière inattendue pour frapper les esprits,
commercial et la dernière les moyens utilisés pour les sensibilités, ajouter quelque chose d’inattendu
frapper la sensibilité. et de risqué. L’expression saut créatif (l. 51) illustre
l’idée d’inventivité avec quelques risques liés à la
On peut synthétiser chacune de ces orientations de
nouveauté. Selon celui qui parle, il doit y avoir une
la manière suivante :
certaine nouveauté dérangeante dans la publicité
● Orientation 1 : celui qui parle expose les théories pour qu’elle atteigne ses objectifs.
d’un publicitaire américain avec lequel il est d’accord.
Une publicité trop abondante et trop contraignante, 2 Caractéristiques de la publicité
qui occupe trop de temps libre et qui intervient dans À partir de l’échange de propos entre Le Monde 2
les films et dans les informations, finit par perdre son et J.-M. Dru, on peut dégager certaines caractéristi-
efficacité. Les conséquences sont donc négatives. ques de la publicité.

CARACTÉRISTIQUES QUALITÉS DANGERS ÉVENTUELS


Omniprésence : la publicité se Trop de publicité / paysages
présente sous des formes diverses gâchés.
et multiples, partout : spams,
drapeaux, panneaux, téléphones
portables, messageries, télévision.

Association à différents arts La publicité ainsi conçue est un Risque d’abus et de dérives (non
appliqués, au commerce, aux véritable moteur économique, précisés dans le document) qui
médias ; publicité présentée comme elle fait travailler les créateurs, conduisent à l’idée d’une législation
un art de fertilité (l. 29). fait connaître les produits ; elle et d’un contrôle indispensables.
Elle touche à la sociologie, à témoigne d’une époque, dont elle
l’anthropologie. traduit l’esprit.

Inventivité et créativité : la La publicité est source de gaieté ;


publicité est construite sur des elle apporte un aspect festif à la
effets de rupture ; elle cherche à vie, ainsi que de l’humour.
apporter une plus-value symbolique.

➤ Le document fait l’éloge de la publicité en signalant des panneaux le long des routes, abus non définis,
certaines caractéristiques considérées comme tout à mais parmi lesquels chacun peut penser à différen-
fait positives : la fonction économique, l’information tes dérives racistes, sexistes, provocatrices (par
sur les produits, la fantaisie créatrice, la recherche exemple certaines publicités Benetton ou d’autres,
des ruptures déconcertantes. J.-M. Dru fait cepen- relevant du « porno chic »). Le texte renvoie implici-
dant référence à certaines dérives possibles : excès tement à l’existence du Bureau de Vérification de la
de publicité provoquant un refus, un dégoût chez le Publicité, le BVP (p. 156).
téléspectateur ou chez le voyageur qui ne voit que

80
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
Vers la synthèse ➜ p. 76

1 Deux documents : consigne ➜ p. 76 (NT).


Deux documents : consigne ➜ p. 100. Ce sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 121, chapitre 10
(Analyser un extrait de roman).
Deux documents : consigne ➜ p. 134 (NT).
2 Trois documents : extrait du roman 99 F –14,99 €, de F. Beigbeder (document 1 ➜ p. 99), du document
de référence définissant le BVP (document 2 ➜ p. 156) et de l’entretien du Monde 2 avec J.-M. Dru (docu-
ment 3 ➜ p. 74).

Intérêts du rapprochement
Confrontation de trois documents relatifs à la publicité pour envisager ce qui la caractérise et ce qui peut
conduire à l’existence d’une surveillance et à l’établissement de limites.

La consigne demande d’étudier trois grandes orientations : caractéristiques, excès possibles et limites
nécessaires. Nous donnons les grandes lignes sous forme de tableau de préparation de la synthèse.

DOCUMENTS CARACTÉRISTIQUES EXCÈS LIMITES


1. Extrait de roman : La publicité est un La publicité donne à celui Le caractère explicitement
99 F – 14,99 € (2000) domaine omniprésent qui la crée le sentiment excessif du monde de la
dans la vie des d’être le maître du monde, publicité laisse penser qu’il
individus ; elle relève du fait de son pouvoir faudrait y mettre des limites :
de l’invention, de la économique et de la manière le créatif semble avoir un
créativité et joue un dont elle envahit notre pouvoir absolu et la question
rôle essentiel dans le environnement ; il y a aussi qui se pose est celle du
commerce. le sentiment d’un pouvoir sur « jusqu’où peut-il aller dans
Elle consiste à faire les individus qui, par la force l’action publicitaire ? ».
acheter aux gens ce dont des slogans, sont conduits à
ils n’ont pas besoin. acheter.
La publicité se La publicité est présentée
développe dans un comme une arme redoutable
univers d’argent, de dans le combat commercial
création, de compétition et la compétition entre les
et de rivalités de marques. Celui qui parle
pouvoir. utilise le lexique de la guerre.
2. Document de Le document définit les Les excès sont signalés Ce document impose des règles
référence : définition caractéristiques éthiques implicitement : manquement déontologiques pour concilier
et fonctions du BVP de la publicité : loyale, aux règles déontologiques les intérêts de la publicité et
véridique et saine. de la profession, manque ceux des consommateurs.
d’honnêteté, publicité Son action consiste à
mensongère, atteinte à la vie examiner les visuels de
privée, volonté manifeste de la publicité et émettre
choquer. un avis concernant les
risques suivants : induire
en erreur, choquer, faire
preuve d’irresponsabilité.
Le BVP peut demander
des modifications et
éventuellement une cessation
de diffusion.
Le document met en relief la
nécessité d’une autodiscipline
de la profession.

81
3. Entretien avec La publicité se trouve Prolifération de publicités Allusion à la nécessité d’une
J.-M. Dru, extrait au confluent des arts, sous des formes diverses réglementation et d’une
de presse, Le Monde 2 du commerce et des sur Internet ; panneaux législation pour éviter les
(2007) médias. publicitaires gâchant les abus et les monopoles.
La publicité a un rôle paysages ; coupures répétées
économique important ; des films et des informations
elle témoigne des goûts TV ; inflation publicitaire.
d’une époque et d’une
société.
Elle apporte de la
fantaisie et de l’humour.

➤ La nature de la publicité, ses différentes formes, traité p. 150 de ce guide pédagogique, chapitre 12
ses fonctions et son extraordinaire développement (Analyser une œuvre d’art).
montrent la nécessité d’un contrôle. À la lecture des
documents, on comprend où se situent les dérives Vers l’écriture personnelle ➜ p. 76
possibles et l’importance d’une autodiscipline de toute
la profession. Les différents scandales provoqués par
1 Sujet ➜ p. 76 (NT).
les campagnes de publicité Benetton ou par ce que
l’on appelle le « porno chic » illustrent des dérapages 2 Sujet ➜ p. 133 (sujet 2). Ce sujet est traité p. 177
qui peuvent conduire à des formes de censure posant de ce guide pédagogique, chapitre 13 (Analyser une
la question de la liberté d’expression. publicité).

Trois documents : consignes ➜ p. 88 bas (NT) et Sujet ➜ p. 120. Ce sujet est traité p. 151 de ce guide
p. 157 (NT). pédagogique, chapitre 12 (Analyser une œuvre
d’art).
Trois documents : consigne ➜ p. 120. Ce sujet est Sujets ➜ p. 100 (NT) et p. 157 (NT).

DOCUMENT 7 Marie-Claude Betbeder, article dans ➜ p. 76

Le Monde Initiativess (1997) THÈME : le travail

Intérêts du document
Document de presse donnant différentes représentations du travail et faisant état des es-
poirs de jeunes demandeurs d’emploi ; une perception du travail qui s’oppose à certains
préjugés concernant les jeunes.

les mêmes du début à la fin de l’article. Sa structure


Pour analyser le document correspond à trois étapes d’une réflexion sur les
relations entre le travail et les jeunes.
1 Thème et construction du document ● La structure et les citations : les quatre premiers
● Le thème : dès la seconde ligne du document, paragraphes du texte sont consacrés à la présenta-
on peut déterminer que le thème traité est le travail. tion des représentations que certains jeunes deman-
Le thème revient de manière récurrente, à travers deurs d’emploi ont du travail. Le point de départ est
différents termes : travaill (l. 2, 5, 19, 29), métierr (l. 7), constitué par les travaux d’un chercheur, R. Saïdi.
tâches (l. 16), étudierr (l. 24-25), études (l. 26), acti- L’auteur de l’article reprend ses propos en les rappor-
vités artistiques (l. 37). Sur ce thème qui sert de fil tant sous une forme directe (italique et guillemets), et
conducteur, on remarque que les propos ne sont pas ces propos eux-mêmes sont parsemés de citations
82
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
(autres guillemets et italique) venant des propos des 2 Le travail, représentations et attentes chez
jeunes eux-mêmes. Par exemple, dans l’expression
les jeunes
prononcée par le sociologue : « c’est “le plaisir”
Le témoignage du premier sociologue qui intervient
d’exercer un métier “qu’on aime”” », les mots plaisir
dans le document fait état d’images du travail très
et qu’on aime sont des citations venues directement
positives et tout à fait valorisées. Pour les jeunes
des propos des jeunes interrogés.
demandeurs d’emploi qui ont donné leur avis, le
Le paragraphe 5 laisse de côté les jeunes deman- travail est associé à tout un processus qui leur
deurs d’emploi pour envisager le cas des étudiants ; aura permis d’acquérir un savoir, de se former et,
en cours d’études, ils ont un autre statut. La question enfin, de faire la preuve de leurs qualités et de leurs
qui leur a été posée est différente, c’est « Pourquoi compétences. La totalité des termes utilisés ont des
étudier ? » et le texte donne des éléments de réponse connotations positives : ils évoquent la réussite, le
qui montrent le goût de l’étude, le sentiment, par ces fait d’être parvenu à un résultat, de continuer à pro-
études, de préparer l’avenir, et un indéniable sérieux. gresser et de mettre en place des relations positives
Ces réponses viennent des travaux de plusieurs avec un environnement professionnel. L’amour du
sociologues et d’une psychanalyste, Myriam Ziri. métier entre pour une part importante dans les juge-
La dernière partie du document (paragraphes 6 et 7) ments, ainsi que le désir de bien faire et d’obtenir
fait état des difficultés que rencontrent tous les jeu- ainsi une reconnaissance professionnelle et sociale.
nes, dans la recherche d’un travail. Qu’ils soient ou À l’inverse, les mêmes jeunes refusent les tâches qui
non diplômés, ils se trouvent confrontés à la préca- n’offrent aucune ouverture, qui ne mettent pas en jeu
rité. L’auteur de l’article fait alors référence à d’autres l’esprit d’initiative, qui n’offrent pas de possibilités
travaux, ceux d’une autre sociologue, Laurence de progresser.
Rouleau-Berger, qui fait état de l’existence de ce Chez les étudiants, les études sont vécues comme
qu’elle appelle des espaces intermédiaires, lieux de une préparation à la vie professionnelle, à la décou-
rencontre, mais surtout de création et d’expression verte du monde et comme une formation fondamen-
énergique du refus de la précarité. tale. Enfin, devant une précarité croissante, les uns
L’article reprend ainsi à trois reprises les travaux et les autres manifestent leur désir et leur volonté
de sociologues et fait référence à une psychana- de faire quelque chose en se rejoignant dans le
lyste dans trois cas de figure différents : étude des domaine de la créativité artistique, avec le souci et
demandeurs d’emploi, étude des étudiants, étude l’espoir communs de gagner leur vie, mais sans la
des différents groupes de jeunes confrontés aux perdre à la gagner.
mêmes difficultés.

Vers la synthèse ➜ p. 77 Vers l’écriture personnelle ➜ p. 77

1 Deux documents : consigne ➜ p. 93 haut (NT). 1 Sujet ➜ p. 77 (NT).


2 Trois documents : consigne ➜ p. 126. Ce sujet 2 Sujet ➜ p. 55. Ce sujet est traité dans ce guide
est traité p. 161 de ce guide pédagogique, chapitre pédagogique, p. 52, chapitre 6 (Analyser un extrait
12 (Analyser une œuvre d’art). d’essai).
Trois documents : consigne ➜ p. 158. Ce sujet est Sujet ➜ p. 85 (NT).
traité dans ce guide pédagogique, p. 217, chapitre
Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité dans ce guide
16 (Analyser un document de référence).
pédagogique, p. 197, chapitre 15 (Analyser une
3 Quatre documents : consignes ➜ p. 85 (NT), photo).
p. 148 (NT) et p. 158 (NT).

83
DOCUMENT 8 Entretien de Michel Ciment avec Helen Mirren, ➜ p. 77

Positif (2006) THÈME : le comédien en scène

Intérêts du document
Réflexions d’une comédienne célèbre pour son rôle d’Elisabeth II sur la manière de jouer et
sur la préparation du rôle difficile qui consiste à incarner une personnalité de premier plan
en vie.

La seconde orientation du thème global, qui est


Pour analyser le document le jeu du comédien / la manière d’interpréter le rôle
d’une personnalité en vie, est celle des recherches
1 Le thème du document et ses différentes effectuées pour être le plus près possible du person-
orientations nage. La comédienne explique ce qui lui a été utile :
Dès la première question de l’extrait, le lecteur sait documents filmés, biographies ; images télévisées
qu’il est question de cinéma et de la manière d’in- (l. 22-23). Elle insiste sur l’importance de quelques
carner une personnalité en vie : on parle de rôle, de documents fondamentaux, et paradoxalement
scénario et d’interprétation. associés à la jeunesse d’Elisabeth. Ces documents
Dans la première réponse de la comédienne, se sont évoqués et décrits, et ce qu’ils révèlent est
trouve abordée la question d’un désaccord possible également précisé.
entre une certaine idée du personnage à interpréter, La dernière question oriente vers une réflexion sur
qui est ici la première personnalité du royaume, le l’imitation. Démentant toute idée d’imiter celle qu’elle
scénario du film, qui vient du metteur en scène, en incarne, la comédienne évoque tout le travail qu’elle
l’occurrence S. Frears, réalisateur de films sociaux a fait sur sa voix, et rapporte à cette occasion ses
et engagés, et l’interprétation personnelle de la angoisses et sa crainte de ne pas réussir.
comédienne. La réponse est orientée vers l’idée ➤ Analysant, dans un exposé qui raconte tout un
d’observation et de recherches, pour mieux cerner le cheminement, les difficultés rencontrées dans ce
personnage avec l’effort particulier de ne pas mêler rôle particulier, H. Mirren invite le lecteur à s’inter-
des idées personnelles (politiques) à l’image de la roger sur ce qu’est l’interprétation d’un personnage
personne à interpréter. Compte tenu des idées politi- vivant aussi important qu’Elisabeth II. Ce qui est
ques de la famille de la comédienne (idées opposées particulier à ce rôle pourrait s’appliquer à d’autres
à la monarchie), elle aurait pu être influencée et jouer interprétations. Le document apprend beaucoup sur
d’une manière peu crédible, ou simplement orientée. la manière de préparer un rôle.
On découvre là une première réflexion sur la manière
de préparer un rôle, dans un souci d’honnêteté, et 2 Le personnage à interpréter et la comédienne
de fidélité à ce que l’on peut connaître ou deviner On peut regrouper dans un tableau ce qui renvoie à
d’une personne. l’une et ce qui renvoie à l’autre.

LE PERSONNAGE LA COMÉDIENNE
Elisabeth, son évolution Mon opinion
La personne que j’allais interpréter ; la reine comme personne, Nombreuses recherches personnelles
la reine comme institution Famille farouchement républicaine
La jeune fille qu’elle était Mon rôle
Des tableaux où le modèle est très conscient Ce que je cherchais dans la reine
Trois photos J’ai cherché à retrouver sa diction et sa voix ainsi que sa
Le désir de bien faire son devoir démarche
Visage d’un sérieux incroyable Trouver le son exact de la voix
Une femme très difficile à connaître Pour que je devienne la reine, que je crée une persona
Sens naturel de la dignité privée physique du personnage

84
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
➤ Le contenu des deux colonnes met en relief tout reprenne l’image de l’autre, mais pas seulement
un ensemble d’éléments soulignant la difficulté du l’image extérieure. Par le biais de ses recherches,
travail de la comédienne : le personnage est la reine, la comédienne révèle une recherche intérieure pour
une personne et une institution imbriquées, quel- être le plus proche possible du modèle en essayant
qu’un de très difficile à connaître, et dont l’interpré- de comprendre qui est ce personnage et quelle est
tation exige une sorte de perfection, parce que c’est la conception de ses responsabilités, de sa fonction
la reine d’une part, parce qu’elle est vivante d’autre monarchique. Dans le travail de préparation, les
part. La reine constitue le modèle, mais il ne s’agit deux personnes (comédienne et personnage) sont
pas de l’imiter, il faut l’interpréter, l’incarner, comme séparées, mais dans le travail d’interprétation, elles
le dit la comédienne dans la dernière phrase : il sont réunies au point que l’une semble réellement
faut donc, à un certain moment, que le jeu de l’une être l’autre.

Vers la synthèse ➜ p. 79

1 Deux documents : extrait de presse, entretien avec H. Mirren (➜ p. 77) ; extrait théâtral, Elvire Jouvet
40 (➜ p. 142).

Intérêts du rapprochement
Les propos de deux comédiennes et d’un comédien / professeur sur la manière de jouer, sur les difficul-
tés rencontrées, et sur ce que signifie incarner le rôle d’un personnage célèbre soit parce qu’il est encore
vivant, soit parce qu’il est un classique du théâtre.

Deux extraits appartenant à des genres différents la notion d’incubation, le travail du sentiment, les
abordent le travail du comédien. Le premier est un deux textes soulignent que l’interprétation d’un rôle
entretien accordé en 2006 à la revue Positif par la ne relève pas de l’improvisation et exige de longs
comédienne britannique H. Mirren, connue, entre efforts et un travail particulier.
autres rôles, pour avoir incarné à l’écran la reine
Elisabeth II dans le film de Stephen Frears, The II – LA NATURE DU TRAVAIL
Queen. Le second est un extrait de la pièce Elvire En insistant sur la nécessité de travailler, les deux
Jouvet 40, qui met en scène sous forme de person- documents permettent de comprendre en quoi
nage de théâtre, l’acteur Louis Jouvet en professeur consiste ce travail, avec une différence cependant.
d’art dramatique, et une de ses élèves, Claudia. Il Dans le texte d’H. Mirren, il s’agit d’un rôle cinéma-
est question de jouer une scène de Dom Juan, de tographique, et de l’incarnation d’une personnalité
Molière. Les deux extraits traitent l’un et l’autre du vivante tandis que, dans l’extrait théâtral, il est
travail du comédien : sa nécessité d’une part, sa question d’une pièce et de l’incarnation d’un per-
nature d’autre part. sonnage de fiction. Dans les deux cas, le travail est
d’abord celui de la compréhension du personnage.
I – LA NÉCESSITÉ DE TRAVAILLER
Louis Jouvet recommande à son élève de s’impré-
Incarner un personnage implique l’obligation d’un gner du caractère de Dona Elvire, d’entrer dans ses
travail soutenu, seule condition pour parvenir à sentiments, dans sa sensibilité. Dans l’entretien avec
accomplir ce qui est d’une grande difficulté. Ces H. Mirren, il semble que le travail pour elle consiste
deux notions de victoire et de préparation apparais- à cerner le caractère officiel de la personne qu’elle
sent dans les deux documents. Claudia dit qu’elle doit incarner, en allant chercher des exemples dans
n’y arrivera pas, et H. Mirren fait part de son anxiété la jeunesse de la reine, en la regardant sur des ban-
à l’idée qu’elle n’y arrivera pas. Il faut donc travailler
des d’actualité, en observant des photos. Il s’agit là,
un rôle pour en saisir le sens, avec l’aide du pro-
comme dans le discours de L. Jouvet, d’un travail
fesseur, en prenant conscience que ce n’est pas
de recherche de l’intérieur : réactions, manières
tout à fait ça… et qu’il faut tout revoir, parce que le
d’être, de réagir, de se comporter dans différentes
choix du jeu (gestes, ton, interprétation) n’est pas le
situations, non pas pour imiter mais pour incarner,
bon. La préparation est une phase abordée par les
pour créer cette persona dont il est question à la fin
deux documents et présentée comme une nécessité
du texte.
par un certain nombre de formulations insistant sur
l’obligation : il faut, tu dois. En mettant en valeur tout Il ressort des deux documents que le travail consiste
ce qui relève de la préparation : le temps, la réflexion, aussi à s’oublier au profit de celui ou celle que l’on
les recherches documentaires, l’observation, le incarne et donc à faire preuve d’une certaine humi-
mûrissement, une manière de se nourrir du person- lité. Louis Jouvet reproche à Claudia son orgueil et
nage, de le comprendre de l’intérieur, les répétitions, cherche à la ramener à une attitude plus soumise au
85
rôle et moins liée à l’idée de représentation ; de son Deux documents : consigne ➜ p. 82 (NT).
côté, H. Mirren fait comprendre que l’incarnation de la
reine oblige à l’acceptation d’une certaine soumission 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 82. Ce sujet
à une personnalité forte. Ce travail de compréhension est traité p. 94 de ce guide pédagogique, chapitre 8
est celui qui lui a permis de dépasser les opinions (Analyser un dessin de presse).
antimonarchiques de sa famille. La préparation du Quatre documents : consigne ➜ p. 143 (NT).
rôle révèle ici une recherche dont la qualité essentielle
est l’honnêteté intellectuelle et morale.
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 79
➤ Au théâtre ou au cinéma, le travail du comédien
regroupe tout ce qui peut lui permettre d’abord de
1 et 2 Sujets ➜ p. 79 (NT) et p. 56 (NT).
bien comprendre son rôle, ensuite de l’incarner
avec justesse, en abandonnant tout orgueil. L’art du Sujet ➜ p. 147. Ce sujet est traité dans ce guide
comédien est un art marqué par l’humilité, la généro- pédagogique, p. 194, chapitre 15 (Analyser une
sité et, dans une certaine mesure, le don de soi. photo).

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 79

■ LEXIQUE ● DOCUMENT 2
Ont essaimé : ont proliféré, se sont éparpillés, se
EXERCICE 1 sont démultipliés, se sont multipliés, se sont parta-
gés.
La première chose à faire consiste à replacer les
mots dans leur contexte. Nous donnons leur position Émerger : apparaître, se produire, arriver, sortir, se
(texte et ligne) et quelques synonymes. manifester.
Affectation (Document 8, l. 47) : pose, manque de Suppléer : remplacer, compenser, compléter, répon-
naturel, faux-semblant, manières, chiqué, bluff. dre, remédier.
Audience (Document 6, l. 7) : intérêt, attention, Endoctrinés : enrégimentés, catéchisés, condition-
public touché, ensemble des spectateurs, assis- nés, déterminés, formatés, fanatisés, subjugués.
tance, assemblée. Manipulables : manœuvrables, influençables, doci-
Estimer (Document 5, l. 7) : évaluer, déterminer, les.
calculer, apprécier, priser, considérer, goûter. Bénéficient : profitent de, possèdent, jouissent de.
Paternalisme (Document 4, l. 5) : protection ou Assouvir : réaliser, remplir, combler, satisfaire, cal-
autorité paternelle. mer, contenter, étancher, éteindre, rassasier.
Performance (Document 4, l. 30) : réalisation, résul- ● DOCUMENT 3
tat, réussite, succès. Épié : observé, guetté, surveillé, lorgné, scruté.
Pouvoir décisionnaire (Document 4, l. 27) : pos- Arsenal : quantité, réserve, ensemble d’armes.
sibilité / capacité / compétence / autorisation de
décider, de choisir. Autorité judiciaire : force / compétences / préroga-
tives de la justice, fermeté / rigueur de la justice.
Précarité (Document 7, l. 32, 39) : instabilité, fragi-
lité, absence de sûreté, de sécurité.
Rentabilité (Document 5, l. 38) : caractère profita-
■ EXPRESSION ÉCRITE
ble, caractère bénéfique. EXERCICE 3
Représentation (Document 7, l. 1-2) : image, per-
Présentation du document 2
ception, vision.
Dans un article publié par La Gazette du Golfe,
EXERCICE 2 journal béninois, et repris par Courrier internatio-
nal, Serge-Félix N’Piénikoua aborde la question
● DOCUMENT 1 des enfants soldats en Afrique. Il précise les
Prolifération : multiplication, pléthore, augmenta- causes de ce phénomène, en donne quelques
tion, reproduction. conséquences et rappelle que ce problème, qui

86
Analyser un extrait de presse CHAPITRE
7
scandalise les pays occidentaux, ne provoque cepter / c’est inacceptable, selon moi / je trouve cela
guère de réactions sur le continent africain. inacceptable.

Présentation du document 6 EXERCICE 6

Dans un entretien accordé au Monde 2, Jean-Marie On peut suggérer les orientations suivantes :
Dru, qui dirige une agence de publicité, donne son 1. Rechercher des titres de pièces de Molière
point de vue sur l’invasion publicitaire, mais aussi faisant référence à la médecine : Le Malade imagi-
sur l’importance économique de la publicité et naire, Le Médecin malgré lui, L’Amour médecin, Le
sur la nécessité de constants effets de rupture : la Médecin volant.
publicité doit surprendre, voire effrayer.
2. Rechercher la présence de médecins ou d’allu-
sions à la médecine dans les pièces dont le titre fait
EXERCICE 4 référence à la médecine et dans d’autres (Dom
( Juan
Questions posées à R. Saïdi et Monsieur de Pourceaugnac, par exemple).

1. « D’après les travaux que vous avez menés auprès 3. Présenter, en les classant, des images de la
des jeunes demandeurs d’emploi rencontrés à la médecine et des médecins (leurs costumes, leur
PAIO, comment ces derniers se représentent-ils le langage, leurs pratiques, leur incompétence…) à
travail ? Qu’en attendent-ils ? » travers ces pièces, en relation avec l’état de santé
de Molière lui-même et sa mort, en scène, alors
2. « Quelles sont au contraire les tâches qu’ils rejet- qu’il jouait Le Malade imaginaire.
tent ? »
Question posée à Myriam Ziri
Vous avez posé la question « Pourquoi étudier ? » à
■ RECHERCHE /
des étudiants. Que vous ont-ils répondu ? COMPOSITION D’UN
Question posée à Laurence Rouleau-Berger DOSSIER
Dans vos travaux sur la socialisation des jeunes, aussi
EXERCICE 7
bien les diplômés que les autres, vous avez observé
l‘existence de ce que vous appelez des « espaces Les notions de relativisme culturel et d’ethnocen-
intermédiaires » où se rencontrent les jeunes précai- trisme rejoignent les réflexions et questions sur
res. Pouvez-vous nous donner quelques détails ? l’altérité. On pourra orienter les recherches vers des
extraits de différents ouvrages :
EXERCICE 5 – Montaigne, Essais, I, 31, « Des cannibales » (éd.
Arléa, 2002)
Supposition : Supposons que les Britanniques
– J.-J. Rousseau : Discours sur les sciences et les
soient le peuple le plus épié du monde… • On peut
arts
supposer que… • Et si nous supposions que les
Britanniques… • Si les Britanniques étaient le peu- – Diderot, Supplément au voyage de Bougainville
ple le plus épié du monde… • À supposer que les – Montesquieu, De l’esprit des lois, chap. 15
Britanniques soient… – C. Lévi-Strauss, Anthropologie structurale II,
Possibilité : Il se pourrait que les Britanniques Race et Histoire (éd. Plon, 1973)
soient… • Il est possible que les Britanniques – R. Barthes, Mythologies, « Bichon chez les
soient… • Les Britanniques pourraient bien être… nègres » (éd. du Seuil, 1957)
Évidence : Sans nul doute, les Britanniques sont – A. Memmi, Ce que je crois (éd. Grasset, 1985)
les… • Il est certain / il est avéré que les Britanni- – L. Poliakov, Le Racisme (en collaboration avec
ques sont… Christian Delacampagne et Patrick Girard, éd.
Rumeur : On dit que les Britanniques sont… • On Seghers, 1976)
raconte que… • Le bruit court que… • C’est de – A. Jacquard, Éloge de la différence (éd. du Seuil,
notoriété publique que… 1981)
Constat difficile à croire : J’ai du mal à croire que – R. Aron, Mémoires (éd. Julliard, 1983)
les Britanniques sont… • J’ai quelques difficultés à – Tahar Ben Jelloun, Le racisme expliqué à ma fille
envisager que les Britanniques soient… • Les Britan- (éd. du Seuil, 1998)
niques sont… j’ai du mal à le croire… – J.-C. Carrière, La Controverse de Valladolid (éd.
Constat inacceptable : Je ne peux pas accepter Belfond, 1992)
que les Britanniques soient… • Les Britanniques, – Driss Chraïbi, La Civilisation, ma mère ! (éd.
le peuple le plus épié du monde ? Je ne peux l’ac- Denoël, 1983)
87
CHAPITRE
8 Analyser
un dessin de presse,
une bande dessinée
Livre de l’étudiant ➜ p. 80 à 90

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Dessin de Soulas, « Sortir de l’exclusion » (1988) ➜ p. 80

THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Un dessin qui illlustre et fait comprendre, immédiatement, la situation d’un exclu et l’ex-
trême difficulté
é qu’il y a à sortir de cet état.

Pour analyser le document 2 Ce qui est mis en valeur


Le titre, avec ses points de suspension, donne le
thème, explicite la situation représentée et attire l’at-
1 Ce que représente et met en scène le dessin tention du lecteur sur le sens : un exclu, qui a trouvé
Le dessin de Soulas représente une petite scène à refuge dans une vieille canalisation ou un vieux baril
trois personnages, sous le titre, placé en haut de renversé et sans fond, ne peut en sortir malgré la
l’image (« Sortir de l’exclusion », suivi de points de présence de deux personnes qui sont visiblement
suspension). Les personnages sont placés de part prêtes à l’aider. De l’image et des mots qui l’accom-
et d’autre d’une ligne centrale (non matérialisée) qui pagnent, en particulier le contenu de la bulle Je suis
divise l’image en deux sous le titre : d’un côté deux coincé, ressortent :
personnages, de l’autre un seul, au-dessus duquel – que l’exclusion est comparable à une vie dans
figure une bulle avec les paroles Je suis coincé. Ces l’obscurité exiguë d’un objet de rebut, sur un terrain
paroles sont prononcées par le personnage dont vague ;
on ne voit que les yeux et qui se trouve placé dans – qu’il existe des personnes – par exemple des tra-
une sorte de gros tuyau, ou grosse canalisation. Les vailleurs sociaux, mais aussi des gens dont ce n’est
deux autres personnages, chaudement habillés (ce pas le métier – qui s’intéressent au sort des exclus
que montre, entre autres, l’écharpe), se trouvent l’un et sont prêtes à les aider ;
derrière la canalisation, l’autre à son entrée. Ce der- – que ces personnes se heurtent, dans leurs efforts,
nier s’est accroupi pour se trouver au même niveau à des impossibilités matérielles ;
que l’homme coincé. La scène se passe dans un – que la situation d’un exclu est de nature à durer, ce
environnement imprécis, mais on peut noter la pré- que signifie la formulation Je suis coincé, équivalant
sence de cailloux, d’herbe et d’une bouteille vide : il à « Je ne peux pas sortir de là ».
s’agit sans doute d’un terrain vague. La saison est
suggérée par plusieurs indices : la manière dont sont Les points de suspension du titre sont révélateurs :
habillés les deux hommes et des flocons de neige ils attirent l’attention sur un certain nombre de non-
(petits ronds sur un fond bleu). Les deux hommes dits, d’incertitudes, d’éventualités vagues dont la
qui se trouvent à l’extérieur ont l’un et l’autre un air réalisation reste hypothétique.
perplexe et désolé, presque désarmé. Les couleurs
gris, bleu, vert, marron atténuent le caractère dra- ➤ Tous les éléments du dessin sont importants : ils
matique de la situation (ce qui serait au contraire permettent de saisir, d’un seul regard, la situation
accentué par un dessin en noir et blanc). représentée et son interprétation.
88
CHAPITRE
8
Vers la synthèse ➜ p. 80

1 Deux documents : dessin de Soulas (➜ p. 80) et texte de la conférence de J. Hassin (➜ p. 63).


Intérêts du rapprochement
il est intéressant de constater que le dessin de Soulas regroupe – explicitement et implicitement – une
grande partie des caractéristiques de l’exclusion qui sont présentées dans la conférence de J. Hassin ;
le dessin pourrait illustrer le texte.

On peut rapprocher les deux documents sous forme de tableau.

TEXTE DE J. HASSIN DESSIN DE SOULAS

Dénomination des exclus : Sans domicile fixe, Clochards, Représentation d’un homme vivant sur un terrain
Zonards (l. 2). vague dans un morceau de canalisation.

Référence à l’alcoolisme, alcoolomanie (l. 17). Présence d’une bouteille vide.

Isolement psycho-affectif,
f solitude (l. 41). Solitude de l’homme qui vit dans un abri qui comporte
à peine de la place pour lui.
Hommes invisibles (l. 42). L’homme dans sa canalisation est difficile à identifier,
on ne voit que ses yeux, il n’est personne.

Présence et action de personnes que l’on peut Présence sur l’image de deux personnes qui
identifier comme des travailleurs sociaux (l. 54), mais s’intéressent au sort du SDF et qui cherchent
action entravée par différents éléments, comme, par visiblement à l’aider, mais la réponse Je suis coincé peut
exemple, les dettes, ou une situation antérieure à contenir à elle seule, avec l’appui de l’image,
laquelle il faut aussi remédier. l’ensemble des obstacles qui s’opposent non seulement
à la sortie immédiate de la canalisation qui sert d’abri,
mais à la sortie de la marginalisation.

Insistance sur le fait que s’occuper des SDF implique Les deux personnes qui se trouvent sur l’image ont
un savoir-faire et pas d’improvisation ; idée que l’air de vouloir aider l’homme coincé, mais sont
la générosité ne suffit pas (l. 73). Même les médecins également perplexes sur la marche à suivre.
doivent avoir une formation particulière.

➤ Les similitudes perceptibles dans les deux docu- 2 Trois documents : consigne ➜ p. 92. Ce sujet
ments conduisent à réfléchir sur l’efficacité spécifi- est traité p. 105 de ce guide pédagogique, chapitre 9
que du document textuel et du dessin : il n’est pas (Analyser un schéma, un document chiffré).
certain que l’on puisse trouver toutes les références
et les allusions qui figurent dans le dessin sans avoir Trois documents : consigne ➜ p. 145. Ce sujet est
un document qui précise les conditions de vie des traité dans ce guide pédagogique, p. 189, chapi-
SDF. À ce titre, la lecture du texte « éclaire » le dessin. tre 15 (Analyser une photo).
D’autre part, une fois le texte lu, le dessin concrétise
les propos tenus par J. Hassin. Le dessin donne à 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 80 (NT).
voir ce que dit le texte, de manière marquante.
– Deux documents : consigne ➜ p. 145 (NT)*. * Non traité.

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 80

1 Sujet ➜ p. 80
Intérêts du sujet
Le thème du sujet est abordé dans le dessin de Soulas et dans le document de J. Hassin. En réfléchis-
sant à la situation des SDF, il est possible de trouver certaines raisons expliquant leurs refus d’aide,
même si ces raisons restent à l’état d’hypothèses.

89
Nous donnons ici quelques arguments visant à expli- des projets, d’envisager un avenir. Or cette capacité
quer les attitudes de refus. est indispensable pour se sortir d’une situation
● La vie en marge des SDF vient souvent d’une suc- présente, qui offre parfois le sentiment d’une liberté
cession de malheurs et d’échecs sur différents plans, et d’une absence de contraintes sociales : pour cer-
familial, social, professionnel, avec une détérioration tains, une vie misérable au jour le jour est préférable
rapide et irréversible de la situation : on peut com- à un retour dans le monde codifié, pesant et organisé
prendre qu’ils ne soient pas attirés par un retour vers le de la société. On voit ce genre de situation lorsque
monde qui a vu, et parfois provoqué leur déchéance. des SDF refusent d’habiter des lieux proposés parce
Dans certains cas, les souvenirs douloureux sont trop qu’ils ne sont pas libres de s’y comporter comme ils
récents ; dans d’autres, la marginalité dure depuis si le veulent, parce que cela les oblige à rompre avec
longtemps que le « monde d’avant » est oublié. certaines habitudes, avec la familiarité qu’ils ont
● Les travailleurs sociaux incarnent un monde qui est créée avec les gens d’un quartier.
peu dissociable, pour les SDF, des situations très diffici- Ce sont là des raisons difficiles à exprimer et déve-
les de glissement vers la déchéance qu’ils ont connues lopper, parce que nous ne sommes pas à la place
et qu’ils connaissent encore : ce monde « normal » de ceux dont nous parlons, mais elles existent et
est celui des contraintes, des obligations, celui des sont signalées par les psychologues, les médecins
dettes, des huissiers, des difficultés économiques, du et les travailleurs sociaux du SAMU social : les SDF
chômage. Certains ont encore suffisamment présent qui refusent les aides refusent parfois ce qu’ils ont
à l’esprit cet ensemble de malheurs pour savoir qu’un
fui dans la société ou ce dont ils ont été privés,
retour à la vie normale impliquerait de payer des dettes,
souvent avec violence. Dans ces conditions, on
d’affronter des difficultés nombreuses. Ils n’acceptent
peut comprendre certains de leurs choix. L’enquête
pas facilement l’idée d’un retour dans ce contexte
sur les relations des SDF et de la société montre un
chargé de problèmes. Leurs refus se cristallisent sur
fort désir de s’y intégrer mais il y a, selon ceux qui
ceux qui les leur proposent, ce qui peut expliquer l’ac-
cueil brutal et grossier réservé aux travailleurs sociaux. peuvent les aider, une grande difficulté à passer à
l’acte. Cela n’est pas dû uniquement aux individus :
● Pour certains SDF, la disparition des notions de
le contexte joue un rôle important.
temps et de lieu, le refus de l’avenir, qui n’est plus
perçu, expliquent l’impossibilité de se situer, de faire Sujet ➜ p. 65 (NT).

DOCUMENT 2 Dessin de Plantu, extrait de Wolfgang, ➜ p. 81

tu feras informatiquee (1988) THÈME : la condition des femmes

Intérêts du document
Mise en évidence (et dénonciation), sur un mode humoristique, de réactions masculines à
l’égard des femmes qui réussissent : outre leurs qualités intellectuelles, on leur demande
d’être agréables à regarder. Les attentes concernant les femmes sont nettement plus exi-
geantes, venant des hommes, que celles qui concernent les hommes.

nes d’acrimonie. Le second est que cette jalousie


Pour analyser le document
s’exprime rapidement par des remarques qui délais-
sent le côté intellectuel pour se fixer sur l’apparence
1 Thème et domaine envisagés physique : ainsi les diplômes et autres signes de la
La question est traitée à titre d’exemple dans le réussite perdent de leur valeur et de leur crédibilité si
manuel de l’étudiant (➜ p. 81). celle qui les détient n’offre pas, en plus, une image
agréable à regarder. Contrairement à ce qui se passe
pour les hommes, on exige d’une femme, pour la
2 Sens et mise en valeur du message considérer à la hauteur de sa tâche, qu’elle ait des
● Le dessin met en évidence plusieurs messages. qualités esthétiques en plus de son savoir et de ses
Le premier est que certains hommes sont facilement compétences.
jaloux de la réussite intellectuelle d’une femme. ● Le dessin de Plantu rend compte de cet état de
Cette jalousie se manifeste par des remarques plei- fait et le dénonce à travers la partie écrite du docu-
90
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
ment, mais les paroles sont renforcées par certaines jeune femme déborde du cadre…), accumulation de
caractéristiques de la représentation picturale elle- preuves de la réussite, manière très visible dont sont
même. On note ainsi l’antithèse globale qui souligne écrits les mots diplôme, prix, importante couronne
l’opposition femme / homme : taille, allure générale, de laurier, attitude générale marquée par une grande
rayonnement, sourire, preuves accumulées de la aisance.
réussite d’un côté, petits personnages méchants et
désagréables, propos jaloux et mesquins, aucune ➤ À partir de trois personnages, le dessinateur met
preuve d’un niveau quelconque d’étude ou de réus- en évidence une attitude facilement généralisable. Le
site, de l’autre. Le personnage féminin est représenté jeu des oppositions devrait conduire chaque specta-
de manière hyperbolique : occupation de l’espace (la teur à réfléchir sur ses propres préjugés.

Vers la synthèse ➜ p. 81

1 Deux documents : consigne ➜ p. 81 (NT).


Deux documents : consigne ➜ p. 141. Ce sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 184, chapitre 14
(Analyser un extrait théâtral).
2 Trois documents : extrait de La Colonie, de Marivaux (document 1 ➜ p. 139), extrait de l’essai La
Famille, de N. Jonas (document 2 ➜ p. 60), dessin de Plantu (document 3 ➜ p. 81).

Intérêts du rapprochement
Apprentissage de la synthèse par le rapprochement de trois documents de genres différents sur deux
thèmes indiqués : le travail consiste à repérer et classer les idées.

I – VOLONTÉ DES FEMMES ET POSSIBILITÉ POUR faire et de réflexion pour apprendre des métiers
ELLES DE RÉUSSIR jusque-là réservés aux hommes : ceux de la guerre,
ceux de la justice. Selon ces deux personnages,
Les trois documents abordent la question de la
une bonne formation – Il n’y a que de l’habitude à
réussite des femmes. On peut analyser d’abord
toutt (l. 23) – peut remédier à certaines ignorances :
comment se manifeste leur volonté de réussir puis
il suffit d’apprendre, et sur ce plan, aucun domaine
ce qui la facilite.
n’est interdit aux femmes. Le document 2 et le
● Les manifestations d’une volonté de réussir document 3 insistent particulièrement sur la notion
Elles apparaissent surtout dans les documents 1 de formation. Si Plantu montre une lauréate, qui, du
et 3. Dans le texte de Marivaux (document 1), les fait de ses succès, peut certainement viser un poste
propos d’Arthénice constituent de véritables reven- professionnel important, N. Jonas (document 2)
dications féministes : les femmes veulent participer rappelle que la mixité de l’enseignement, acquise
à l’élaboration d’une constitution nouvelle ; elles dans les années 1960, permet aux filles de faire les
veulent occuper des emplois qui sont habituellement mêmes études que les garçons et donc, en principe,
réservés aux hommes – justice, épée –, et font valoir d’accéder aux mêmes postes. Les deux documents
qu’un monde dirigé par les hommes ne prend pas se rejoignent sur ce point. Cependant, le document
en compte la moitié de l’humanité. Dans le dessin 2 met en évidence les obstacles qui freinent l’égalité
de Plantu (document 3), on voit une femme qui a des chances et la réussite des femmes.
brillamment réussi dans ses études, et rien n’indique
que ses diplômes soient spécifiquement réservés
II – LES OBSTACLES À LA RÉUSSITE DES FEMMES
aux femmes, ce qui confirme l’idée que les femmes
peuvent réussir dans tous les domaines, y compris Ce qui gêne la réussite des femmes se retrouve dans
ceux qui peuvent paraître comme exclusivement des les trois documents : on peut ainsi observer une
domaines masculins. continuité historique. On peut distinguer ce qui vient
des hommes eux-mêmes et ce qui vient du contexte
● Ce qui permet cette réussite
familial.
Les trois documents donnent de manière précise les
raisons que les femmes peuvent avoir de penser que ● Les obstacles venus des hommes
la réussite est à leur portée. On peut d’abord signa- Deux documents mettent en évidence que les
ler chez certaines une volonté et des compétences hommes ne renoncent pas facilement à certaines
qu’elles considèrent comme inexploitées. D’après prérogatives traditionnelles. Le dialogue théâtral
Arthénice et Madame Sorbin, dans le document 1, (document 1) fait clairement apparaître que, pour
une femme a suffisamment d’intelligence, de savoir- eux, et cela depuis toujours, le rôle des femmes est
91
à la maison et qu’elles n’ont aucune part à la gestion d’après ce sociologue, vers des emplois associés
des affaires publiques : on attend d’elles qu’elles se aux enfants, et vers d’autres, qui sont dévalorisés.
limitent, une fois mariées, à leur maison et qu’elles On peut ajouter qu’elles sont, plus que les garçons,
se soumettent à leur mari. Dans le dessin de Plantu sollicitées pour des tâches ménagères, ce qui
(document 3), la méchanceté jalouse des deux contribue à maintenir l’image de la femme attachée,
hommes fait comprendre que si une femme réussit, de manière normale et admise, au ménage. Ces
c’est qu’elle est laide. Ce préjugé traduit en réalité différentes orientations correspondent à un certain
le refus de voir les femmes se hisser à des postes nombre d’idées, de croyances et de comportements
élevés et la volonté mesquine de les rabaisser en venus de la famille, en voie de diminution, mais
méprisant leurs mérites. Le document 2 énonce des largement responsables des inégalités de réussite
idées qui ne sont pas très éloignées de cette dis- entre les filles et les garçons.
parité traditionnelle lorsque son auteur analyse les ➤ Il est intéressant de constater, entre le premier
différences entre l’éducation des filles et celle des document et les deux autres, une continuité théma-
garçons. Le second paragraphe de ce document tique et historique : au XVIIIe siècle (prenant le relais
met en relief certains droits accordés aux garçons des « femmes savantes » de Molière, même si cel-
– sortir du cercle familial, rentrer tard, s’inscrire à des les-ci ont des comportements outrés), les héroïnes
clubs de sport –, droits qui sont autant d’ouvertures de Marivaux revendiquent une éducation leur per-
vers une autonomie refusée aux filles. Il est facile de mettant d’accéder aux métiers des hommes et de
penser que la mentalité machiste tire ses origines partager leurs responsabilités politiques. La difficulté
des avantages offerts aux garçons dans le contexte d’application de la loi sur la parité politique de 2001
familial. À ces différents obstacles, il faut ajouter montre qu’on est encore bien loin du compte.
ceux qui touchent spécifiquement à l’éducation des
filles, malgré les possibilités d’égalité. 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 81 (NT).
● Les obstacles venus de l’éducation familiale Quatre documents : consigne ➜ p. 97. Ce sujet est
Selon le document 1, les raisons qu’ont les hommes traité dans ce guide pédagogique, p. 114, chapitre 9
de refuser les femmes dans leurs domaines ont (Analyser un schéma, un document chiffré).
pour origine profonde les structures familiales et la
tradition. Le document 2 explicite ces obstacles, en
signalant qu’ils ne sont pas généralisés, mais qu’ils
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 80
ont un poids certain. Les femmes sont orientées
vers des branches professionnelles jugées plus
adaptées à leur sensibilité, et cela dès le lycée. La
Sujet ➜ p. 97. Ce sujet est traité p. 115 de ce guide
pédagogique, chapitre 9 (Analyser un schéma, un
conséquence de ce fait est que les filles sont plus
document chiffré).
nombreuses dans le secteur tertiaire, les garçons
dans le secteur industriel, ce qui s’explique, selon Sujet ➜ p. 160 : on trouvera des éléments concer-
N. Jonas, par l’idée qu’il existe des compétences nant ce sujet dans le chapitre 25 du livre de l’étu-
sexuées. Les filles vont aussi plus facilement, diant, p. 243.

DOCUMENT 3 Planche de bande dessinée de C. Bretécher, ➜ p. 82

extraite des Frustréss (1973-1980) THÈME : le comédien en scène

Intérêts du document
Étude d’un document qui relève à la fois du dessin humoristique de presse et de la bande
dessinée : suite d’images constituant un court récit terminé par une chute ; document qui
pourrait s’apparenter à une courte nouvelle ; référence à Molière et mise en scène du travail
et des angoisses des comédiens ; satire de la manière dont certains acteurs se prennent
au sérieux.

92
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
un slogan publicitaire de présentation d’une poêle
Pour analyser le document
à frire…

1 La mise en évidence du thème à travers le 2 La portée critique de l’ensemble


dessin et le texte L’ensemble des vignettes, le déroulement de l’his-
La page de BD, donnée intégralement, comporte toire, les personnages eux-mêmes font sourire et ont
onze vignettes dont la dernière occupe la place de une portée satirique. Il est intéressant de mettre à
deux autres. Sur les huit premières, on voit deux jour les éléments et les procédés qui y participent,
femmes assises chacune sur une chaise et échan- pour en dégager le sens.
geant des propos. L’une d’entre elles tient une feuille
● Le caractère hyperbolique de l’angoisse
sur laquelle doit figurer leur texte. Visiblement, elles
On observe – à travers le dessin et le texte – une
le relisent, l’apprennent, vérifient qu’elles le savent,
insistance particulière, notamment par l’emploi
avec une agitation perceptible à leurs positions suc-
d’hyperboles, un de ces tracs, double de volume
cessives. Sur la neuvième vignette, elles sont appe-
(vignette 1), sur ce que ressentent les deux comé-
lées pour une audition, ce qui met fin à leur échange.
diennes et sur ce qu’elles ont ressenti dans des cir-
Elles sont alors au comble de l’angoisse comme le
constances analogues : c’était monstrueux, c’était
montre l’image : contractées, en sueur (les petites
horrible (vignette 2).
gouttes), en position de sursaut. L’avant-dernière
et la dernière images font comprendre dans quelle ● L’insistance sur une grande expérience du
situation exacte elles se trouvent. théâtre
Les propos des deux comédiennes font état d’une
● Les attitudes
riche expérience théâtrale, avec les plus grands.
Les huit premières vignettes ne font que peu varier
On note le caractère vantard des rappels de sou-
le dessin qui montre diverses positions de la tête et
venirs et les jugements très négatifs ou très posi-
des mains de deux personnes en train de discuter
tifs portés sur Durantin et Arnaud (que personne
et de consulter leur feuille : elles se rapprochent ou
ne connaît) respectivement jugés nul et admira-
s’écartent l’une de l’autre en fonction du contenu de
ble, toujours de manière hyperbolique comme en
leurs propos. Sur la dernière vignette, après avoir été
témoignent les mots lamentable (vignette 3), su-
appelées, elles se trouvent sur un plateau où elles
blime, fan-tas-tique, dé-men-tiel (vignette 4). La
« jouent » et sont filmées. Tout autour d’elles sont
décomposition des mots en syllabes est le signe
déployés des appareils (caméra, ordinateurs, projec-
d’une insistance forte dans la prononciation elle-
teurs…) et des techniciens.
même. La dessinatrice met en scène ses person-
● Les paroles nages favoris, des femmes atteintes d’une sorte
Elles accompagnent les six premières vignettes. de snobisme intellectuel, au comportement et aux
Pendant leur attente, les deux femmes échangent paroles manifestant une assurance extérieure,
des propos qui sont tous en relation avec leur situa- mais une fragilité intérieure, excessives dans leurs
tion présente et le théâtre. On observe un ensem- émotions et dans leurs propos.
ble de termes exprimant l’angoisse, la peur : un de
● Un effet de fort décalage dans la chute
ces tracs (vignette 1), ventre qui double de volume
Il est certain que les huit premières vignettes ser-
(vignette 1), Je flippe à mortt (vignette 6). La lecture
vent à préparer la chute : durant toute cette partie,
de leurs répliques montre aussi qu’elles parlent
les deux interlocutrices donnent l’image de comé-
d’une expérience personnelle qui leur a fait rencon-
diennes expérimentées mais redoutant l’audition,
trer les « grands » du théâtre ou du cinéma : Barrault,
avec la crainte de ne pas être choisies. Le contexte
Planchon, Brook, Truffautt (vignettes 2, 3 et 5). Il res-
et les références laissent penser au lecteur qu’elles
sort de leurs propos qu’elles ont joué l’une et l’autre
auditionnent pour un grand metteur en scène. On
dans des pièces mises en scène par des metteurs
observe cependant que les liens avec F. Truffaut sont
en scène célèbres et que l’une doit même tourner
loin d’être directs et passent par des « relations de
avec Truffaut. On remarque cependant que ce pro-
relations », du copinage, sans rien d’officiel (vignette
jet passe par des relations complexes et sans doute
5). Cette précision fait naître une certaine suspicion
peu assurées : un de ses copains qui est copain avec
chez le lecteur. La chute, qui intervient dans les
le jules de la monteuse (vignette 5).
deux dernières images, établit un contraste fort (une
➤ Deux comédiennes échangent des propos sur antithèse) entre l’image qui s’est créée des comé-
leurs rencontres respectives avec de grands noms diennes et de leur expérience d’une part, le rôle et
du théâtre ou du cinéma, en attendant une audition le contexte dans lequel elles auditionnent, d’autre
qui provoque chez elles une véritable angoisse, part ! On pourrait penser : tout ça pour ça ! Le rôle
malgré l’expérience affichée. Or l’audition a pour consiste à manipuler une poêle à frire et à prononcer
objet de sélectionner deux actrices pour prononcer un slogan publicitaire particulièrement inepte.
93
● Les connotations du titre curiosité du lecteur et met en relief, avant toute lec-
C. Bretécher a donné comme titre à sa page la ture, un effet de décalage ironique : malgré le titre,
réplique de Molière Le petit chat est mort. Cette on n’est pas chez Molière.
phrase, qui ne semble présenter aucune difficulté
particulière, est réputée dans les cours d’art dra- ➤ À travers ces différents procédés, la page, iro-
matique comme particulièrement difficile à dire et à nique, fait la satire de ceux et de celles qui, dans
jouer par son caractère inattendu dans le contexte le domaine du théâtre et du cinéma, mettent sur le
de la pièce. Le choix de ce titre qui, en apparence, même plan la création artistique et les publicités
n’a aucun rapport avec les personnages, suscite la commerciales.

Vers la synthèse ➜ p. 82

1 Deux documents : consigne ➜ p. 82 (NT).


2 Quatre documents : extrait d’Elvire Jouvet 40 (document 1 ➜ p. 142), extrait d’un entretien avec
H. Mirren (document 2 ➜ p. 77), bande dessinée de C. Bretécher (document 3 ➜ p. 82), photographie de
comédiens en répétition (document 4 ➜ p. 147).

Intérêts du rapprochement
Regroupement de quatre documents différents, dont deux de nature iconographique, permettant de
récapituler, de manière linéaire, l’ensemble des difficultés du métier de comédien. Le plan étant donné, le
travail consiste essentiellement dans la recherche et le regroupement des idées.

Nous donnons ici la présentation des documents – ment 4, des comédiens en scène et un metteur en
qui pourrait constituer l’introduction de la synthèse –, scène leur donnant des indications, notamment de
puis les idées regroupées et rédigées. son bras droit, l’autre, le document 3, deux comé-
diennes attendant une audition. Le terme même de
PRÉSENTATION – INTRODUCTION répétition insiste sur le fait qu’il faut s’exercer à jouer
Le corpus proposé traite du travail du comédien. Il et à rejouer les mêmes scènes, pour « entrer » dans
regroupe quatre documents dont deux relèvent de la mise en scène et parvenir à répondre aux exigen-
l’image. Le premier est un extrait de la pièce Elvire ces de celui qui dirige, comme le font les acteurs
Jouvet 40, qui met en scène l’acteur Louis Jouvet vus sur la photo. Quoique satirique, la bande des-
dans le rôle d’un professeur d’art dramatique faisant sinée de C. Bretécher insiste sur l’état émotionnel
répéter une scène difficile à une « apprentie » comé- dans lequel se trouvent ses héroïnes, qui, un papier
dienne. Le second est un extrait d’entretien avec la à la main, répètent leur rôle. Les deux documents
comédienne H. Mirren, connue pour son rôle dans textuels abordent aussi l’idée qu’il est indispensa-
le film de S. Frears The Queen, film dans lequel elle ble de travailler un rôle. Louis Jouvet, dans le docu-
incarne la reine d’Angleterre. La première image est ment 1, insiste sur la préparation d’une scène et
la planche de BD de Claire Bretécher « Le petit chat sur le fait que « sentir » une scène ne signifie pas
est mort », qui montre deux comédiennes avant une que le comédien soit capable de la réussir sur le
audition. Le dernier document est une photo des répé- plan du jeu. Quant à H. Mirren, elle explique, dans
titions d’une pièce tirée du Procès, roman de Kafka. le document 2, le travail nécessaire lorsqu’il s’agit
On y voit un metteur en scène dirigeant, de la salle, d’incarner une personne encore vivante, qui, de
des comédiens au travail. Les quatre documents per- surcroît, est une personnalité politique : recherches
mettent de dégager un certain nombre de difficultés de documents divers et surtout originaux, nom-
associées au métier d’acteur. breuses lectures, visionnage d’images d’actualité,
pour comprendre une personnalité, même dans son
LES DIFFICULTÉS DU MÉTIER D’ACTEUR / COMÉDIEN
enfance, travail de la gestuelle, pour « être » celle
Métier difficile, celui du comédien exige un travail de qu’elle incarne, sans en être simplement l’imitation,
préparation. Il faut, de plus, vaincre des obstacles travail de diction, avec l’aide d’une répétitrice, pour
qui viennent autant du rôle que de la personnalité de trouver le timbre de voix qui convient. La comé-
celui qui joue. dienne insiste, dans ses propos, sur la difficulté
● La nécessité du travail préparatoire de ce travail en rappelant qu’elle a plusieurs fois
Interpréter un rôle ne s’improvise pas : on peut le pensé ne pas arriver à « devenir » la reine. Le tra-
comprendre à travers chacun des documents du vail du comédien se heurte en effet à des obstacles
corpus. Les deux images montrent l’une, le docu- divers.
94
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
● La présence d’obstacles nage. De la même façon que la comédienne britan-
Les documents textuels exposent l’un et l’autre nique s’efforce de s’effacer devant son personnage,
certains obstacles rencontrés par les comédiens. Louis Jouvet demande à Claudia de faire taire son
Dans le document 2, qui ne relève pas de la fiction, orgueil, et de se montrer sincère, en ne faisant pas
la comédienne souligne, ce qui apparaît aussi dans ce qu’il appelle du chiqué (l. 13). Les deux textes se
le dialogue de théâtre (qui n’est pas tout à fait de la rejoignent sur l’idée qu’il ne faut pas en faire trop,
fiction), que le travail d’interprétation est source de mais avoir bien compris les sentiments du person-
conflit entre la personnalité du comédien, ses idées, nage, qu’il faut mettre de côté son orgueil et éviter de
ses croyances et le rôle qu’il doit assumer. C’est « bricoler » un rôle approximatif mais chercher l’in-
particulièrement vrai lorsque le modèle est vivant. terprétation exacte de ce qu’est la personne, réelle
Ainsi, H. Mirren évoque les opinions politiques de sa ou fictive, à laquelle le comédien donne vie.
famille, et le fait que son milieu est hostile au sys-
tème politique de la monarchie. Elle explique ainsi Quatre documents : consigne ➜ p. 143 (NT).
comment elle a choisi de séparer ses opinions per-
sonnelles de celles de la personne qu’elle devait
incarner. Ce qu’elle expose dans cette partie de l’en-
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 82

tretien rejoint ce que met en relief Louis Jouvet (dans


Sujets ➜ p. 56 (NT) et p. 79 (NT).
le document 1) s’adressant à Claudia : la nécessité
absolue de mettre de côté ses propres réactions et Sujet ➜ p. 147. Ce sujet est traité dans ce guide
ses sentiments personnels, pour être au service, pédagogique, p. 194, chapitre 15 (Analyser une
totalement, des sentiments dégagés par le person- photo).

DOCUMENT 4 Dessin de Sempé, extrait de Un peu de Paris ➜ p. 83

THÈME : le devenir des sites industriels

Intérêts du document
Faire réfléchir sur la notion de rénovation, sur le mélange entre l’ancien et le moderne : mise
en valeur ou destruction ? ; analyse du dessin de presse et réflexion sur ses relations avec
les faits de société.

avec un escalier bordé d’une balustrade classique,


Pour analyser le document
grande porte monumentale, grandes fenêtres à
petits carreaux, jusqu’au dernier étage, œils-de-
1 Une rénovation bœuf (de style « grand siècle » comme on en voit
Le dessin représente une rue parisienne (le titre du sur le toit des Invalides) très ouvragés à l’étage qui
recueil de dessins signale qu’il s’agit de Paris), vue se situe juste sous les toits, motifs aux angles, toit
à pans coupés… L’impression dominante est celle
en plongée, bordée d’immeubles sur la gauche.
d’une recherche décorative et architecturale baro-
L’accent est mis, par la taille et par l’occupation
que et classique, complexe, très ouvragée, ce dont
de l’espace, sur un chantier que l’on voit en coupe
rend compte la multiplicité des éléments dessinés.
latérale, au centre et à droite de l’image. Ce chantier
Le dessin comporte ainsi la représentation d’une
est bordé, au niveau de la rue, par une palissade construction ancienne que l’on souhaite maintenir
surmontée d’une pancarte indiquant qu’il s’agit de la parce qu’elle est esthétiquement belle et bénéficie
rénovation d’un immeuble du XVIIe siècle. Sur la pan- du « cachet » de l’ancien. L’idée de rénovation vient
carte, on peut aussi distinguer les expressions grand surtout de ce qui se trouve derrière. La façade mas-
standing et le mot parking. La notion de rénovation que une transformation totale de l’immeuble dont les
est donc officiellement annoncée et confirmée par appartements (ou les bureaux) se trouvent dessinés
ce que voit le spectateur de l’image : en plus foncé et organisés de manière tout à fait stéréotypée. Ils
apparaît une façade qui conserve de nombreux élé- sont représentés comme des boîtes empilées, sans
ments décoratifs de son époque d’origine : perron originalité, tous sur le même modèle et visiblement
95
sans correspondance avec les niveaux de fenêtres de ce que l’on appelle, vulgairement, des « cages à
de la façade : 4 ou 5 niveaux identifiables en façade, lapins ». Tels qu’ils sont présentés, les appartements
10 niveaux d’empilement des pièces à l’arrière. ou les bureaux semblent plus relever de l’utilisation
On peut conclure de l’image que la façade est res- maximale de la place que d’une recherche de grand
taurée et que le reste est entièrement nouveau : il y a standing. On peut le voir à la taille, à la disposition
à la fois rénovation, restauration et création. des pièces : le dessin met en relief la répétition des
éléments semblables, qui paraissent préfabriqués.
2 Le(s) sens du dessin ➤ Le dessinateur s’en prend ici à un type de rénova-
Sempé s’intéresse ici à une manière de procéder très tion dont la finalité essentielle semble être la rentabi-
fréquente en ville, notamment à Paris, dans les quar- lité d’une opération immobilière, sous couvert de la
tiers de type haussmannien : on conserve les façades restauration d’un patrimoine. L’image illustre ce que
du XIXe siècle ou d’époques antérieures, lorsqu’elles l’on peut désigner, au sens littéral, par l’expression
sont belles, on les restaure, éventuellement on les « une restauration de façade ». Les effets sont créés
consolide, mais on modifie tout ce qui se trouve à par tout un jeu d’oppositions : noir / blanc, surcharge
l’arrière-plan. Plusieurs éléments laissent penser que de la décoration / vide des pièces en construction,
le dessinateur dénonce une manière de procéder qui qui n’ont aucune fioriture, surface / profondeur et
relève du trompe-l’œil. Le lecteur de l’image remarque volume ; impression de décor pour la façade / réa-
en effet une distorsion entre l’annonce grand stan- lité de la construction qui se trouve derrière. Dans
ding et la réalisation. Si cette indication correspond les deux cas (façade et immeuble), on a l’idée de
à ce que l’on peut voir en façade, elle ne correspond multiplicité, mais elle ne concerne pas les mêmes
pas à ce qui se trouve derrière la façade, et qui relève éléments.

Vers la synthèse ➜ p. 83

1 Deux documents : consigne ➜ p. 83 (NT).


2 Deux documents : dessin de Sempé extrait de Un peu de Paris (➜ p. 83) et photo montrant une ancienne
centrale transformée en musée (➜ p. 146).

Intérêts du rapprochement
Mise en parallèle de deux « œuvres » de vocation différente pour une réflexion sur la sauvegarde des
outils industriels par rapport à celle des œuvres d’art ; préparation d’un travail d’écriture personnelle ;
exercice d’observation qui peut être complété par un exercice de rédaction.

LES ÉLÉMENTS COMMUNS À LA PHOTO ET AU ➤ Dans les deux cas, chaque image fait coexister
DESSIN un élément du passé et un élément décalé dans le
temps ; les conclusions que l’on peut tirer d’une juxta-
● Le rapprochement de deux époques : XIXe (ou position en apparence anachronique sont différentes.
XVIIe)
et XXe siècles pour le dessin de Sempé ; Anti- Sempé se moque d’une rénovation qui va dans le
quité gréco-latine et XXe siècle pour la photo. sens d’une rentabilité et qui exploite un site en « allé-
● Le rapprochement d’éléments appartenant à chant » le client par la façade « grand standing » : il se
des domaines différents, ou ayant des finalités situe dans un domaine économique plus que culturel.
différentes : dans le dessin de Sempé, une façade Ceux qui ont choisi de faire coexister – ce que montre
esthétiquement travaillée et un empilement de piè- la photo – l’art et l’industrie, l’esthétique et l’efficacité
ces similaires (même forme, même surface, même technologique en les regroupant dans un musée, font
volume…). La façade est là « pour faire beau », la comprendre que leur souci est celui de la valorisation
construction moderne qui se trouve derrière est d’une machine à l’instar d’une œuvre d’art. On peut, à
rentable ; sur la photo, une œuvre d’art antique, partir de ces choix, ouvrir tout un débat, en ajoutant,
une « koré » au drapé travaillé, et une machine très comme élément illustratif, le tableau de N. A. Kassa-
bien conservée et peinte en bleu. La statue pou- tkine (p. 125) montrant qu’un univers industriel peut
vait orner une maison, un temple, un lieu public ; être envisagé comme le motif d’une œuvre d’art.
la machine, du temps de son fonctionnement, était Ce peut être l’occasion de réfléchir sur les produc-
strictement utilitaire et servait dans le domaine de tions « industrielles » du sculpteur R. Serra, auteur
l’électricité. d’œuvres réalisées en acier brut.

96
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 83

Sujet ➜ p. 57 : on trouvera des éléments pour traiter Sujet ➜ p. 146. Ce sujet est traité dans ce guide
ce sujet dans le livre de l’étudiant (chapitre 24, p. 229 pédagogique, p. 192, chapitre 15 (Analyser une
et suivantes). photo).

A P P L I C ATION
DOCUMENT 5 Dessin de presse d’Honoré (1986) ➜ p. 85

THÈME : le travail

Intérêts du document
Sur le thème dee la flexibilité du travail, un dessin insistant au contraire sur la rigidité ; image
empruntée au fifilm américain Safety Lastt ; importance des contrastes de couleur, des lignes
et de la représe
représentation d’un univers de bureaux ; explicitation du sens de l’image par le texte
qui figure dans la bulle.

cisément qu’il s’agit du temps de travail (pendule,


Pour analyser le document
personnage, paroles) et que le personnage montre
par sa position la difficulté qu’il y a dans le monde du
1 Ce que représente le dessin travail à obtenir une véritable flexibilité (adaptation
souple du temps de travail).
Le dessin d’Honoré est visiblement inspiré d’une image
du film Safety Lastt (titre français Monte là-d’ssus) du 2 Le sens du dessin et les moyens mis en
metteur en scène F. C. Newmeyer réalisé en 1923, et œuvre
de l’acteur Harold Lloyd essayant d’arrêter le temps Le dessin frappe par ses contrastes : palette de
dans une position très inconfortable : dans le film, en couleurs limitée à des nuances d’orange, contras-
effet, le personnage est au-dessus du vide. L’image
tant avec le noir et le blanc, épaisseur des traits
représente un personnage vêtu de noir, accroché à
noirs. L’univers présenté est austère, géométrique et
l’aiguille d’une grosse pendule elle-même placée sur
triste. Sur ce fond peu attrayant, la partie centrale de
le mur extérieur d’un immeuble et, semble-t-il, pesant
l’image est occupée par le personnage et la pendule,
de tout son poids sur l’aiguille des heures (qui marque
qui sont les éléments-clés et qui attirent immédia-
8 heures et presque quinze minutes). Dominé par les
tement l’attention, avant les paroles de la bulle. La
lignes verticales et obliques des constructions d’un
pendule, blanche et noire, énorme et sans doute
univers de bureaux dont les éléments semblent dis-
angoissante, constitue le seul élément présentant
proportionnés (la porte à gauche, la pendule) parce
une courbe, ce qui s’oppose à la rectitude de toutes
qu’ils sont vus en perspective, le dessin est également
les autres lignes. Le dernier contraste est créé par
dominé par les couleurs. L’ensemble constitue un
le personnage, seul élément vivant, que le lecteur
monde géométrique noir et orange dans lequel la vie
perçoit en mouvement, en plein effort. Par rapport à
est représentée par l’homme, qui, accroché à l’aiguille,
l’environnement, il représente la vie, l’effort. Il semble
tourne vers le spectateur / lecteur un visage angoissé.
en danger de perdre l’équilibre.
Sa position déséquilibrée suggère l’idée qu’il fait des
efforts, en pesant de tout son poids, pour modifier la ➤ Pourrait-on se passer de la bulle pour compren-
position de l’aiguille, mais sans y parvenir. En bas à dre le sens du dessin ? Sans doute : le message,
droite de l’image, une bulle contient ses paroles sous qui est la lutte contre le temps, semble clair. Mais
la forme d’une phrase exclamative : Pas trop flexible le texte des paroles donne des précisions et permet
quand même le temps de travail ! d’élucider le geste : l’homme seul cherche à modifier
À partir de ces différentes composantes, le lecteur la rigidité de l’aiguille, métaphore des efforts pour
peut comprendre que le thème traité est celui du assouplir le temps de travail et de la difficulté d’y
travail (contexte, personnage, mot travail),
l plus pré- parvenir lorsqu’on est seul à lutter.

97
Vers la synthèse ➜ p. 85 Vers l’écriture personnelle ➜ p. 85

1 Deux documents : consigne ➜ p. 130. Ce sujet Sujet ➜ p. 85 (NT).


est traité dans ce guide pédagogique, p. 170, chapi-
tre 13 (Analyser une publicité).
Sujet ➜ p. 55. Ce sujet est traité dans ce guide
pédagogique, p. 52, chapitre 6 (Analyser un extrait
2 Trois documents : consigne ➜ p. 148. Ce sujet d’essai).
est traité p. 196 de ce guide pédagogique, chapi- Sujet ➜ p. 77 (NT).
tre 15 (Analyser une photo).
Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité p. 171 de ce guide
3 Quatre documents : consigne ➜ p. 85 (NT) et pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).
p. 148 (NT).

DOCUMENT 6 Bande dessinée Le Photographee (2003), ➜ p. 86

de D. Lefèvre, E. Guibert et F. Lemercier THÈME : le voyage

Intérêts du document
Analyse d’une bande dessinée ; originalité d’une œuvre qui mêle la photographie au
dessin ; caractère réel du voyage rapporté, vécu de manière dangereuse par des membres
de Médecins sans Frontières, ce qui ouvre des perspectives de réflexion à mettre, éventuel-
lement, en rapport avec les textes sur la médecine ; images exprimant une certaine manière
de voyager.

voit apparaître effectivement le bord noir du négatif


Pour analyser le document et le numéro de la photo. On distingue d’ailleurs
leurs numéros sur le film. Les images captées relè-
1 Caractéristiques et thème des deux planches
vent de la réalité comme les deux photos suivantes,
Les deux planches de la bande dessinée Le Pho- qui ont la même origine, mais qui occupent plus de
tographe ont une première particularité, immédia- place. On retrouve une photo en bas de la page,
tement visible : elles font alterner le dessin et les placée au centre de la ligne avec du texte de part
photographies. Cela signifie que les auteurs mêlent et d’autre. Toutes les photos de cette planche sont
la fiction à la représentation de la réalité. Une autre des photos d’intérieur qui tournent autour du même
caractéristique concerne la nature et le statut du épisode : un des Afghans accompagnant l’équipe
texte. s’est égaré mais a fini par retrouver le groupe. C’est
N.B. On peut rappeler ici que les événements réels son retour qui est exposé : les photos montrent son
et historiques rapportés par la BD sous la forme de air halluciné, sans doute du fait des angoisses d’être
photographies se situent en 1986 (présence sovié- perdu. La seconde planche (p. 87) comporte six
tique en Afghanistan) et qu’à cette date la photo photos placées de la même manière dans chaque
numérique n’existe pas. Les photos reproduites demi-page. Ce sont aussi des clichés qui se suivent
sont des photos sur papier, tirées sous la forme de sur un film : on reconnaît les mêmes paysages pris
« planches-contact ». selon des angles et des plans différents. Il y a donc
● L’alternance dessin / photo : la première page une suite dans les photos comme il y a une suite
donne une succession d’images qui ressemblent à dans les images.
des pellicules en noir et blanc ou sépia. Il s’agit en Les images relèvent du dessin en couleurs, mais
réalité de planches-contact, photos développées au dans des teintes peu vives, beige, marron, sépia,
format de vignettes, sur une feuille : c’était très utilisé avec du noir et du blanc. C’est un dessin minutieux,
dans la presse avant l’existence de la photo numé- qui se veut réaliste, et dont on remarque que ce
rique, car cela permettait de choisir entre plusieurs qu’il représente est très proche de ce que repré-
photos en les ayant les unes à côté des autres. On sentent les photos. Comme sur les photos, on a
98
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
des vignettes dessinées représentant le groupe, 2 Les aspects particuliers mis en relief et les
d’autres se limitant à un ou à deux personnages, informations
avec des plans variés, parfois originaux, comme
● Sur le thème du voyage – qui n’est pas, étant donné
les deux personnages de la cinquième vignette de
les circonstances, un voyage touristique – l’ensem-
la seconde planche. On ne voit qu’une partie des
ble dessins / photos / texte apporte les informations
personnages, mais ils apparaissent en entier sous
suivantes :
la forme d’ombres. Il y a ainsi de grandes simili-
tudes entre les deux séries de représentation : le – un épisode qui renseigne sur les conditions de
thème, les personnages et le déroulement de l’his- vie : les marches de nuit, dans le froid, le risque de
toire vécue passent alternativement de la photo au se perdre, la terreur de cet égarement (froid, peur,
dessin et du dessin à la photo sans autre rupture présence de l’ennemi, absence de nourriture…) ;
que celle de la nature de l’image. Le dessinateur – les réactions et le mode de vie du groupe : l’accueil de
représente les personnages, le photographe capte l’homme perdu, la manière de le réconforter, qui donne
leur image : ils agissent en continuité et avec une des précisions sur la nourriture et la boisson, une sorte
évidente entente. Les images et les vignettes dessi- d’aparté personnel de celui qui raconte pour faire part
nées s’intéressent aussi au paysage, photographié de son dégoût du thé puis de son accoutumance ;
sous plusieurs angles et plans : le lecteur en saisit – des précisions sur les lieux et sur les objectifs du
la beauté sauvage, le caractère désertique, généra- lendemain : la traversée d’un grand plateau exposé
teur d’angoisse. et dangereux (peu d’abris, comme on le voit, le
● Le texte : après une ligne de texte explicitant ce risque constant d’être attaqués). Les lieux, montrés
que l’on voit sur les trois premières photos, on trouve à la fois par une image et par six photos sont impres-
du texte sous forme d’encadré, à cinq reprises sur la sionnants et correspondent aux craintes émises par
première planche et à deux reprises sur la seconde. celui qui raconte ;
On peut donc remarquer qu’il ne s’agit pas de bulles – la présentation de la stratégie adaptée : passer par
rapportant des paroles prises sur le vif. Le contenu petits groupes de deux hommes comme on le voit
des différents encadrés est essentiellement informatif sur les deux dernières photos.
et narratif. L’auteur des textes, qui est aussi le dessi- ➤ On peut penser que les visées de cette bande
nateur, explique ce qui est représenté sur les images dessinée sont les suivantes :
et sur les photos : sans les textes, il serait difficile de
savoir ce qui se passe. Le lien de sens est très étroit – raconter en dessin, texte et photos, une expérience
entre images et texte, au point que le lecteur peut vécue et rendre ce récit original par l’adjonction de
se demander, en fonction de sa propre démarche de dessins très nettement inspirés des photos, ce qui
lecture, si le texte explicite l’image en exposant son accentue l’idée d’authenticité : les photos garantis-
contenu ou si l’image est là pour illustrer ce qui est sent la véracité des dessins ;
dit dans le texte. – témoigner, en restant au plus près de la réalité, de
l’importance de cette expédition sur différents plans,
De l’ensemble texte / image, il ressort que les per- comme celui de la découverte des gens, des lieux
sonnages en scène sont des Européens en mission et des manières de vivre, mais aussi de la portée
dans le nord de l’Afghanistan, accompagnés de humaine d’une telle expérience puisqu’elle se situe
moudjahidin afghans qui les guident et qu’ils entrent dans le cadre d’une mission médicale et humanitaire.
dans une zone particulièrement dangereuse, comme
le montrent les paysages : beauté et caractère
sauvage des montagnes arides, danger des lieux Vers la synthèse ➜ p. 88
découverts : à cette époque, ce pays était en guerre
avec l’URSS. L’épisode de l’homme égaré laisse 1 Deux documents : consigne ➜ p. 88 (NT).
penser qu’il vaut mieux ne pas se perdre dans ces Deux documents : consigne ➜ p. 153. Ce sujet est
solitudes en apparence désertes. traité dans ce guide pédagogique, p. 207, chapitre
L’originalité de l’ensemble est double : l’alternance 15 (Analyser une photo).
dessins / photos montre l’exactitude des dessins et 2 Trois documents : consigne ➜ p. 88 (NT).
insiste, de manière dramatisée, sur les personnages
et sur les lieux. La similitude des éléments représen- 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 153 (NT).
tés souligne l’art du dessinateur. Si le dessin rappelle N.B. On trouvera dans le chapitre 17 du livre de
que l’on est dans la BD, la photo rappelle, elle, que le l’étudiant (p. 177-178) un corpus sur le voyage
récit est authentique et qu’il ne s’agit pas de fiction. regroupant quatre documents, parmi lesquels la
La seconde originalité vient du texte, qui constitue bande dessinée. Ce corpus sert de base à un travail
une sorte de journal de bord. de classification des idées.

99
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 88

1 Sujet ➜ p. 88
Intérêts du sujet
Une réflexion, non sur un thème, mais sur un genre, la BD ; une occasion de susciter des réactions à
un jugement qui peut être ressenti comme dévalorisant. On peut demander aux étudiants d’envisager
d’abord ce qui pourrait justifier le point de vue d’Y. Frémion, puis de prendre la défense « culturelle » de
la BD en s’interrogeant aussi sur ses fonctions : un divertissement doit-il être culturel ?

Nous donnons ici des éléments de plan. II – DÉFENSE « CULTURELLE » DE LA BD


● La BD n’est pas uniquement une suite d’images
I – JUSTIFICATION DU POINT DE VUE D’Y. FRÉMION
simplistes et de textes d’une affligeante pauvreté.
Y. Frémion assimile la BD au langage de ceux qui D’une part, le dessin – souvent remarquable par le
sont étrangers à la culture traditionnelle. graphisme, à la fois précis, réaliste et documentaire
(série Largo Winch, éd. Dupuis ; série XIII, éd. Dar-
● D’une part, la BD est faite de dessins, ce qui
gaud) – peut faire passer de nombreuses idées ;
semble plus facilement accessible que la lecture ;
d’autre part, un texte bref peut, lui aussi, sous une
d’autre part, comme on ne peut pas faire passer des
forme très resserrée, dire beaucoup, y compris des
idées complexes et des raisonnements dans des
explications concernant des montages financiers…
dessins, le contenu d’une BD est nécessairement
Dans la BD de C. Bretécher, quelques dessins et
simple et facile à comprendre : histoires simplifiées,
peu de texte font ressortir un ensemble de compor-
comportements immédiatement identifiables (exem-
tements très représentatifs de la nature humaine. Il
ple : Tintin), réactions des personnages rendues par
n’est pas besoin de longs discours.
les images et par des onomatopées, non par des
analyses psychologiques. ● Il existe des BD dont les auteurs se donnent pour
objectif d’apporter des éléments de réflexion et
● Les textes de la BD sont courts quelle que soit mettent en scène des héros dont les choix peuvent
leur nature : paroles prononcées au discours direct, constituer des modèles ou des contre-exemples. On
onomatopées (fréquentes), ou encadrés narratifs mettra dans ce groupe les BD de Tardi consacrées à
exposant l’évolution d’une situation ou un élément la guerre (par exemple C’était la guerre des tranchées,
important, ce qu’il y a à lire est en général réduit à éd. Casterman, 1993), Le Photographe (➜ p. 86-87)
peu de chose, facile, avec des références simples à ou encore un ouvrage consacré aux conséquences
des situations de tous les jours (exemples : BD de de l’accident de Tchernobyl, Tchernobyl mon amour
C. Bretécher, BD de Lauzier). (C. Montellier, éd. Actes Sud, 2006). On peut citer
● Les thèmes traités sont divers, ils renvoient à aussi Lucky Luke, de Morris et Goscinny, personnage
l’histoire, à la vie sociale, à l’environnement immé- représentatif des mythes américains de la conquête
diat, mais souvent sous une forme simplifiée, à de l’Ouest, qui reprend tous les thèmes sociaux et
travers des faits faciles à comprendre et dont les politiques des westerns.
tenants et les aboutissants n’apparaissent pas. La ● Des manifestations comme le festival d’Angoulême,
BD s’en tient à ce qui est factuel ; les réactions et qui est consacré à la bande dessinée, montrent que
sentiments ont une expression figurative. cette littérature, en constant développement, n’est
pas réservée à des lecteurs au lexique peu développé
● Certaines bandes dessinées s’inspirent de et aux idées courtes. Ainsi, les différents albums d’As-
romans connus, ceux de G. Simenon, et même de térix sont nourris de culture latine, toujours utilisée à
ceux de M. Proust. On peut voir alors à quel point bon escient, et porteuse de beaucoup d’humour.
la BD est réductrice. Elle doit, du fait de sa nature, Témoignage de l’importance des arts graphiques,
laisser de côté bien des explications données par la BD touche à deux domaines complémentaires, le
les romanciers. texte et l’image dont le décryptage commun et simul-
➤ Si l’on considère que la culture traditionnelle est tané n’est pas réservé aux lecteurs sans culture.
celle du discours construit, de la complexité analy- ➤ Il ne faut pas exclure la BD comme non porteuse
tique, de la richesse des caractères, de la pensée de culture ; il ne faut pas non plus la considérer
discursive rigoureuse, alors on peut penser que la comme une source de méditation philosophique.
BD n’y a pas sa place et qu’elle ne peut en rendre Puisqu’elle est un passe-temps et un divertissement,
compte. Faut-il pour autant la juger de façon si on peut lui demander d’être légère et distrayante. Et
négative ? si, en plus, elle fait réfléchir, c’est mieux ; mais ce
n’est pas sa vocation.
100
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
2 Sujet ➜ p. 62 (NT). Sujet ➜ p. 132. Ce sujet est traité p. 173 de ce guide
pédagogique, chapitre 13 (Analyser une publicité).
Sujet ➜ p. 108. Ce sujet est traité p. 133 de ce guide
pédagogique, chapitre 11 (Analyser un extrait poé-
tique).

DOCUMENT 7 Dessin de presse de Faujour (2006) ➜ p. 88

THÈME : la publicité

Intérêts du document
Trois vignettes pour dénoncer de manière directe les relations d’argent entre la publicité et le
sport ; particularités du dessin de presse, qui « dit » des choses de manière explicite, mais
contient aussi beaucoup d’implicite ; dessin comportant des éléments textuels et permet-
tant d’étudier l’association texte / dessin.

de cinq joueurs célèbres de l’équipe de France à cinq


Pour analyser le document
grandes marques : Danone, Auchan, Sony, Nestlé et
Mac Do. Le thème du sport se trouve ainsi associé
1 Composition et thème du document au thème de la publicité. Le personnage a une mine
Le document se compose de trois vignettes sur les- réjouie, comme s’il annonçait une grande nouvelle
quelles figure le même personnage, avec trois ges- ou comme s’il racontait une histoire drôle…
tes et trois mimiques différentes. Les trois vignettes
2 Sens du message
comportent du texte, sous la forme de bulles de BD,
ce qui signifie que les paroles émanent du person- En procédant par étapes successives avant de dévoi-
nage présent. Seule la troisième vignette comporte ler la « grande » nouvelle, le personnage représenté
(et le dessinateur qui le met en scène) provoque l’at-
un fond, que l’on peut identifier comme un stade. On
tention du lecteur qui s’interroge sur ce qui va suivre.
peut en déduire que les dessins ont quelque chose
Il lui faut lire les trois vignettes dans l’ordre, ce qui le
à voir avec le sport, d’autant qu’il est question suc-
fait aller ainsi de surprise en étonnement : annonce,
cessivement de l’équipe de France (vignette 1), du
précision, révélation. Mais la précision détruit la
mundial (vignette 2) et du nom de joueurs de football
portée de l’annonce et la révélation n’est pas ce
célèbres (vignette 3). Sur la première vignette, celui
que l’on pouvait attendre. La troisième vignette a
qui parle et qui peut être identifié soit comme l’en-
donc une grande force dénonciatrice parce qu’elle
traîneur de l’équipe, soit comme un journaliste spor- associe des éléments auxquels le lecteur ne s’attend
tif, annonce la composition de l’équipe de France, pas. Entre chacune des vignettes et la suivante, il
ce qui correspond à un moment « footballistique » y a à la fois un effet de continuité thématique et un
important : on peut le remarquer à l’air grave et doc- effet de rupture sémantique. L’association noms
toral (avant-bras levé et index dressé) de celui qui des joueurs / marques publicitaires dénonce avec
parle. La seconde vignette vient atténuer l’impor- force les relations d’argent qui lient les joueurs et
tance de la nouvelle, voire la minimiser complète- les marques, à travers d’importants contrats. Le lien
ment, puisque la précision qui est donnée signale exprimé par l’anaphore de chezz souligne le passage
que la sélection est faite pour après le Mundial, d’un univers à l’autre, du sport à l’argent, et l’abandon
compétition suprême ! Les bras croisés et l’air ironi- du premier au profit du second. La coupe du monde
que du personnage accompagnent une nouvelle qui de football a un avantage majeur pour les joueurs
n’a, en matière de football, aucune importance, et d’une équipe, surtout si c’est l’équipe championne :
qui, de ce fait, suscite certaines interrogations et une elle leur permet de signer des contrats publicitaires.
certaine curiosité. La clé (et le sens) de l’ensemble On se trouve là à l’un des nombreux confluents de
figure dans la troisième vignette, qui associe le nom l’argent et du sport.

101
Vers la synthèse ➜ p. 88 Vers l’écriture personnelle ➜ p. 88

1 Deux documents : consigne ➜ p. 88 (NT). 1 Sujets ➜ p. 100 (NT) et p. 157 (NT).


Deux documents : consigne ➜ p. 135. Ce sujet est Sujet ➜ p. 133 (sujet 2). Ce sujet est traité dans ce
traité dans ce guide pédagogique, p. 177, chapitre guide pédagogique, p. 177, chapitre 13 (Analyser
13 (Analyser une publicité). une publicité).
2 Trois documents : consignes ➜ p. 88 (NT) et p. 157 2 Sujets ➜ p. 76 et p. 120. Ces sujets sont abordés
(NT). dans le livre de l’étudiant, chapitre 25.

DOCUMENT 8 Serre, dessin extrait de Humour noir et hommes ➜ p. 89

en blanc THÈME : les dérives de la médecine

Intérêts du document
Un dessin relevant de l’humour noir pour faire réfléchir, sur un mode humoristique, mais grin-
çant, aux relations médecin / patient et à la situation de l’un par rapport à l’autre ; observa-
tion d’une certaine manière de dessiner différente de celle d’autres dessinateurs représentés
dans le chapitre.

Plusieurs registres se combinent dans ce dessin :


Pour analyser le document
l’humour noir vient de la mise en relief d’un compor-
tement destructeur qui n’est pas celui d’un médecin
1 Thème, registre et manière de dessiner digne de ce nom. Le dessin, qui joue sur des domai-
Le titre du recueil, Humour noir et hommes en nes sensibles, la santé, la vie, la mort, le corps, sous
blanc, donne d’emblée le ton. Les hommes en une forme angoissante, est satirique : il contient une
blanc sont les médecins et l’humour noir est une dénonciation forte de pratiques qui relèvent de la
manière particulière de mettre en relief, de façon compétition et de la recherche de la notoriété, dans
souvent caricaturale, avec cruauté, voire désespoir, un domaine qui ne s’y prête pas.
ce que le monde a de tragique, ou d’incohérent, Il est intéressant de caractériser la manière de des-
d’absurde. Le dessin proposé correspond bien à ce siner de Serre : personnages quelque peu hyperboli-
titre. On y voit deux personnages installés face à ques par leurs proportions ; ils sont grands, minces,
face. L’un est visiblement un patient : il a la jambe un peu déformés, avec des visages caricaturaux (le
droite dans le plâtre et vient consulter un médecin, nez en particulier). Cette manière de dessiner est
plus précisément un chirurgien. Le contexte médi- particulièrement visible dans la représentation du pa-
cal et chirurgical est rendu par le diplôme accroché tient, qui évoque un oiseau de proie. On peut remar-
au mur (genre d’exposition qui ne se fait plus), par quer aussi la taille des membres exposés. Le dessin
l’armoire vitrée remplie de boîtes de médicaments, en noir et blanc est très contrasté, précis, mais peu
par la blouse blanche de l’homme assis en face du attractif : les personnages inspireraient plutôt une
patient, avec un stéthoscope qui dépasse de la po- sorte de répulsion, l’un parce qu’il ressemble à un
che. La position des deux personnages exprime la épouvantail, l’autre parce que, sous l’apparence de
situation de consultation. Mais il faut tenir compte l’attention, il semble préparer un mauvais coup… Ils
d’un élément surprenant : au-dessus du chirurgien, ont l’un et l’autre quelque chose d’effrayant : la re-
qui semble écouter le patient avec attention (en présentation de la nature humaine, à travers eux, re-
même temps qu’avec un petit sourire inquiétant) lève du pessimisme, de la grisaille, et d’une violence
se trouvent exposés sous la forme classique de sous-jacente.
trophées de chasse, trois membres amputés : une
jambe avec son pied, une main avec un poignet et 2 Le sens du dessin
un bras entier. Ces trophées inattendus sont tout à La signification du dessin découle de ses compo-
fait inquiétants, et la perplexité se lit sur le visage santes : le patient qui consulte un chirurgien pour
du patient, qui doit se demander avec angoisse ce une jambe cassée risque de ressortir de la clini-
qui l’attend. que, de l’hôpital ou du cabinet où opère « l’homme
102
Analyser un dessin de presse, une bande dessinée CHAPITRE
8
en blanc » avec une jambe en moins, celle-ci étant Deux documents : consigne ➜ p. 151. Ce sujet est
destinée à orner un mur. De là naissent l’idée d’un traité dans ce guide pédagogique, p. 202, chapitre
rapport de force et l’image du patient / gibier, du 15 (Analyser une photo).
chirurgien / chasseur et de la chirurgie / tableau de
chasse et compétition pour savoir qui pourra af- 2 Trois documents : consigne ➜ p. 151 (NT).
ficher les plus beaux trophées. L’image, très ex-
plicite, laisse le lecteur retrouver de lui-même un 3 Quatre documents : consigne ➜ 151. Ce sujet
ensemble d’implicites et en particulier l’oubli, la est traité dans ce guide pédagogique, p. 203, chapi-
méconnaissance ou le refus des règles éthiques de tre 15 (Analyser une photo).
la profession médicale (voir à ce sujet le Serment
médical, p. 162 du livre de l’étudiant) : la fonction Quatre documents : consigne ➜ p. 162. Ce sujet
du médecin n’est pas de contribuer à la diminution est traité dans ce guide pédagogique, p. 223, chapi-
physique du patient mais à sa restauration. Celui tre 16 (Analyser un document de référence).
qui, avec un sourire sardonique, suppute les chan-
ces qui s’offrent à lui d’augmenter son tableau de
chasse, métaphore des opérations qu’il réalise et
des prothèses qu’il pose, est un chirurgien indi-
gne, qui contrevient à son serment et aux règles Vers l’écriture personnelle ➜ p. 89

éthiques de sa profession. Serre dénonce ici, sous


une forme effrayante et grinçante, une dérive de 1 Sujet ➜ p. 89 (NT).
la chirurgie.
2 Sujet ➜ p. 72. Ce sujet est traité p. 77 de ce
guide pédagogique, chapitre 7 (Analyser un extrait
Vers la synthèse ➜ p. 89 de presse).
1 Deux documents : consigne ➜ p. 89 (NT). Sujet ➜ p. 162 (NT).

P R O L O N GEMENTS ➜ p. 90

■ LEXIQUE plexité décoratives et ce qui est derrière la façade,


un ensemble de bureaux modernes tous semblables,
EXERCICE 1 stéréotypés. On peut parler également d’antithèse à
propos de la photo de la page 146 : à la statue anti-
Sens et emplois de figures de rhétorique dans que s’oppose la machine moderne, l’une et l’autre
des documents iconographiques considérées comme des œuvres d’art.
● Accumulation : figure d’insistance qui consiste ● Gradation : figure d’insistance qui énumère des
à mettre ensemble, en grande quantité, énumérer, éléments disposés selon un ordre d’importance. On
entasser, regrouper des éléments. On constate une peut parler de gradation (taille) entre les trois élé-
accumulation de signes de réussite dans le dessin ments qui figurent sur le tableau de chasse du chirur-
de Plantu (➜ p. 81), une accumulation de rouages gien (dessin de Serre ➜ p. 89) : la main, le bras, la
dans la machine des Temps modernes (➜ p. 148), jambe ; on peut également parler de gradation dans
une accumulation de voitures dans l’affiche de Savi- les propos du personnage de Faujour (➜ p. 88).
gnac (➜ p. 120), une accumulation de machines ● Hyperbole : figure d’insistance qui met en relief
dans le tableau de N. A. Kassatkine (➜ p. 125). l’excès, la démesure, en utilisant des superlatifs,
● Antithèse : figure d’opposition qui rapproche des pluriels, des termes collectifs. La représentation
deux éléments contradictoires. On observe une (disproportionnée) de la jeune femme dans le des-
antithèse dans le dessin de Plantu (➜ p. 81) entre la sin de Plantu (➜ p. 81) constitue une hyperbole. On
jeune femme et les deux hommes : elle est grande / peut dire la même chose du personnage du dessin
ils sont petits ; elle occupe une place prépondérante d’Honoré (➜ p. 85), comme de la pendule à laquelle
du dessin / ils sont à l’écart ; elle est souriante et il s’accroche, l’un et l’autre sont gigantesques com-
heureuse / ils sont désagréables et jaloux. On trouve parés aux immeubles voisins.
également une antithèse dans le dessin de Sempé ● Métaphore : figure d’analogie, la métaphore met
(➜ p. 83) entre la façade sauvegardée de l’immeu- en relief des similitudes entre deux éléments. C’est
ble, avec ses fioritures, son originalité et sa com- une comparaison incomplète à laquelle il manque
103
toujours l’outil de comparaison et parfois le comparé. EXERCICE 3
La canalisation dans laquelle se trouve coincé le SDF
du dessin de Soulas (➜ p. 80) peut être considérée ● Document 1 (➜ p. 80) : malgré l’aide extérieure, il
comme une métaphore de l’emprisonnement des est difficile de sortir de l’exclusion. / Comment sortir
marginaux dans une situation d’où ils ne parviennent lorsqu’on est coincé ?
pas à sortir, pour toutes sortes de raisons. ● Document 2 (➜ p. 81) : les hommes n’aiment pas
● Métonymie : figure d’insistance qui consiste les femmes qui réussissent.
à remplacer un concept par un autre avec lequel il ● Document 3 (➜ p. 82) : que d’angoisses pour
entretient une relation logique (appartenance, conte- un spot publicitaire ! / L’art de se prendre au
nu / contenant, partie pour le tout…). Dans le dessin sérieux. / Beaucoup de bruit pour peu de chose.
d’Honoré (➜ p. 85) et dans l’affiche de F. A. Doumenq ● Document 4 (➜ p. 83) : une rénovation de
(➜ p. 130), le temps est représenté par l’instrument façade. / Il y a rénovation et rénovation.
qui le mesure. Dans le dessin de Serre (➜ p. 89), les
jambes représentent des trophées de chasse. ● Document 5 (➜ p. 85) : la flexibilité n’est pas ce
que l’on croit. / Flexibilité ou rigidité ?
● Anaphore : figure d’insistance qui consiste à
répéter un même mot ou groupe de mots au début ● Document 6 (➜ p. 86-87) : une mission dange-
de vers, phrases ou de paragraphes qui se suivent. reuse. / Risques et dangers de l’aide humanitaire.
On peut en voir une sorte d’illustration dans le dessin ● Document 7 (➜ p. 88) : quand le sport et la publi-
de Sempé (➜ p. 83) : les pièces toutes semblables cité font bon ménage. / Le football, ça rapporte ! / Le
qui constituent l’immeuble sont la constante répé- football et les marques : le grand amour. / Équipe de
tition du même motif. De même dans l’image des France ou équipe de marques… ?
Temps modernes (➜ p. 148), on observe une accu- ● Document 8 (➜ p. 89) : quand les chirurgiens
mulation anaphorique du motif du rouage. partent à la chasse aux trophées… / La chirurgie :
● Symbole : le symbole est un signe figuratif qui hôpital ou safari ?
représente un concept. Dans le dessin de Plantu
(➜ p. 81), la couronne de laurier est le symbole de EXERCICE 4
la réussite.
● Document 3 (➜ p. 82)
■ EXPRESSION ÉCRITE Sous le titre « Le petit chat est mort », la planche de
BD de C. Bretécher, extraite des Frustrés, rapporte
EXERCICE 2 les échanges de paroles de deux comédiennes très
angoissées avant de passer une audition. La suc-
Le dessinateur Serre met en scène, dans Humour
cession de vignettes se termine par une chute inat-
noir et hommes en blanc (➜ p. 89), un chirurgien
tendue qui en donne le sens.
(c’est identifiable à partir du tableau qui se trouve
accroché au mur), qui reçoit un patient dans son ● Document 6 (➜ p. 86-87)
cabinet. On remarque un bureau avec un télé- Le document 6 est constitué par deux planches de
phone et une armoire vitrée contenant diverses fio- vignettes d’une bande dessinée, réalisée en 2003,
les et boîtes. Le patient semble inquiet, sans doute Le Photographe, qui mêle dessin et photographies
à juste titre : derrière le spécialiste, une main, une authentiques. Ses auteurs sont D. Lefèvre, E. Gui-
autre main au bout d’un bras et une jambe accro- bert et F. Lemercier. Le récit mis en image raconte
chées au mur sont assimilables à des trophées le périple d’un groupe de Médecins Sans Frontiè-
de chasse. L’image oppose l’inquiétude visible du res dans le nord de l’Afghanistan, au moment de la
patient au sourire sarcastique du chirurgien, qui guerre avec l’URSS, en 1986.
laisse penser qu’il a flairé la bonne affaire et pourra ● Document 7 (➜ p. 88)
bientôt accrocher un nouveau trophée.
Dessin de presse de Faujour, le document 7, qui
Le dessinateur dénonce ainsi, avec ce que l’on date de 2006, met en scène un commentateur
appelle un humour noir, une dérive qui prend sportif qui présente l’équipe de France de football
les patients pour de futurs symboles de « chas- en précisant, sans craindre de la nommer, à quelle
ses » réussies et la chirurgie pour une véritable marque chaque joueur se trouve associé.
chasse ; le chirurgien vainqueur étant celui qui
peut s’enorgueillir du plus beau tableau. Dans
ce contexte, le patient est assimilé à un animal ■ RECHERCHES
pourchassé et le savoir-faire du chirurgien à une On trouvera de nombreux dessins de presse sur le
série d’amputations, voire une tuerie qui doit site Iconovox. Les Frustrés, de C. Bretécher, sont
permettre la constitution d’un palmarès enviable. publiés dans la collection Librio et facilement acces-
On est très loin du Serment médical. sibles.
104
CHAPITRE
9 Analyser
un schéma,
un document chiffré
Livre de l’étudiant ➜ p. 91 à 98

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Sondage exclusif CSA / FNARS / La Croixx (2006) ➜ p. 91

THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Un tableau de pourcentage sur le thème des relations entre les SDF et la société ; des
réponses marq quant une modification historique à travers les résultats de trois sondages
faits à des époques différentes ; document permettant un apprentissage de l’analyse de ce
qui est dit et de ce qu’il faut savoir lire.

sondages ont déjà été faits et qu’il peut être intéres-


Pour analyser le document sant d’analyser les différences de résultats sur une
dizaine d’années.
1 Les informations données par le document
➤ L’interprétation d’un tableau passe d’abord par
● La source du document permet de savoir qu’il une identification de toutes ses données. Dans le cas
a été commandé par une association, la FNARS particulier du tableau proposé, avant toute conclusion
(Fédération Nationale des Associations d’Accueil et tirée des chiffres, il est intéressant d’observer qui est
de Réinsertion Sociale), et par le journal La Croix. Il concerné ainsi que la nature des questions posées :
a été réalisé par l’institut de sondage CSA, dans la elles sont cruciales parce qu’elles portent sur ce qui
période du 30 octobre au 10 novembre 2006. définit la situation des exclus, leur relation – rejet,
● Le paratexte de présentation signale que le son- refus, marginalité – avec la société et les sentiments
dage a été effectué auprès de 493 personnes qui qui en découlent. Les références historiques (1994,
étaient toutes des SDF. 1997) servent de repères pour faire des observations
● Concernant l’item L’attitude à l’égard de la société sur le phénomène de l’exclusion, la manière dont il
et la perception de l’avenir, la question posée porte est vécu, et certaines évolutions.
sur l’envie de s’intégrer à la société, de la transformer, 2 Ce qu’apprend le tableau
d’en faire partie, d’y prendre des responsabilités, de
Réponse rédigée dans le livre de l’étudiant p. 92.
vivre en marge, d’en profiter.
La composition du tableau est la suivante : sur la
première ligne l’item, et sur la ligne d’en dessous, Vers la synthèse ➜ p. 92
la question, complétée par la première colonne,
qui suggère six possibilités de réponses. Viennent 1 Deux documents : consigne ➜ p. 92 (NT*).
ensuite trois colonnes indiquant des pourcentages.
Chaque colonne correspond à une période, en 2 Trois documents : tableau de pourcentage
remontant dans le temps : novembre 2006, 1997 et (document 1 ➜ p. 91), extrait de la conférence de
1994. Chacune des trois colonnes se termine, en bas l’Université de tous les savoirs (document 2 ➜ p. 63),
du tableau, par le chiffre 100, qui rappelle que les dessin de presse de Soulas (document 3 ➜ p. 80).
colonnes donnent des résultats en pourcentages. Le
rappel de 1994 et 1997 montre que de semblables * Non traité.
105
Intérêts du rapprochement
Trois documents de genre différent s’intéressant aux relations entre les SDF et la société ; trois modalités
différentes pour donner des informations et faire réfléchir ; trois types d’analyse différents.

La consigne de l’exercice donne deux orientations : été exclus. Les trois documents qui constituent
les souhaits d’intégration de certains SDF et ce qui le corpus ne vont pas dans ce sens. Le premier,
y fait obstacle. Nous donnons ici la présentation des résultat chiffré d’un sondage effectué en 2006
documents et les grandes lignes du rapprochement pour le journal La Croixx et la FNARS et rappel de
sous forme de tableau. Une des deux orientations sondages antérieurs, fait apparaître qu’un nombre
(orientation 1) est ensuite rédigée. important d’exclus souhaite revenir dans la société.
Le document 2, une conférence faite par le médecin
PRÉSENTATION J. Hassin, qui s’occupe des SDF, attire l’attention
Une idée courante, concernant les SDF que l’on sur les difficultés de réinsertion, comme le dessin
voit mendier dans les rues ou installés sous des de presse de Soulas : de nombreux obstacles
abris de fortune, est qu’ils refusent la société, et freinent, voire empêchent les exclus de se réinsérer
se sont mis eux-mêmes à l’écart plutôt qu’ils n’ont dans la société.

DOCUMENTS LE DÉSIR DE RÉINSERTION LES OBSTACLES


1. Sondage CSA pour la FNARS Les chiffres de 2006 montrent La question des obstacles n’est
et La Croix, p. 91 / tableau de que, sur 100 SDF interrogés, 89 pas explicitement abordée dans le
pourcentage, 2006 ont une relation positive avec la document chiffré.
société, et que, d’une manière
ou d’une autre, ils souhaitent s’y
intégrer, la transformer, y vivre,
avoir des responsabilités. Ainsi,
la société n’est pas rejetée par
un pourcentage important de
personnes qui en sont rejetées.
On remarque seulement que, par
rapport aux sondages précédents,
le chiffre de ceux qui espèrent
des responsabilités a nettement
diminué (de 16 à 9).

2. Conférence de J. Hassin, p. 63, Le document 2 met en relief le fait Un obstacle important est signalé
Université de tous les savoirs, 2007 que certains SDF acceptent l’aide indirectement : c’est l’état de
des travailleurs sociaux, mais de déchéance physique dans lequel
manière souvent incohérente et sont tombés bien des SDF : état
brutale. Ils souhaitent sans doute physiologique délabré, alcoolisme,
sortir de leur état mais ont perdu perception de l’environnement
les modes d’expression nécessaires sous forme de menaces, perte de la
pour se faire comprendre. conscience du temps, des lieux, de
l’avenir, absence d’espoir ; il faut
également signaler les difficultés
matérielles qui se manifestent
au sortir de la marginalité, par
exemple les dettes.
Ces différents points expliquent
que les aides soient souvent
rejetées avec violence. La
déstructuration psychologique
rend très difficiles les tentatives de
réinsertion.

106
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
3. Dessin de Soulas, p. 80, 1988 ; Souhait indiqué par le titre du Les paroles du SDF : Je suis coincé
dessin de presse dessin Sortir de l’exclusion. résument à elles seules toutes les
Soutien et aide exprimés par difficultés : s’extraire du tuyau
la présence de deux personnes signifie revenir dans un monde
qui semblent vouloir porter dont on a oublié, en tant que
assistance au SDF installé dans sa marginal, certains codes et certains
canalisation. Le souhait de retour à fonctionnements ; le retour à une
une normalité ne peut se faire sans vie « normale » semble ne pouvoir
aide extérieure. se faire facilement.

I – LES SOUHAITS DE RÉINSERTION 1994 (80) et en 1997 (84). La réalisation du sondage


Les documents 1 et 3, essentiellement, abordent d’une part, les différentes démarches des travailleurs
l’idée que les SDF souhaitent se réinsérer dans la sociaux mises en relief par les propos de J. Hassin
société d’où ils sont exclus. Sur le dessin de Soulas, d’autre part, la présence, enfin, des deux personnes
le gros titre Sortir de l’exclusion attire l’attention sur qui visiblement cherchent à aider l’homme coincé
ce qui peut être un souhait, souhait qui se trouve montrent une prise en compte des désirs de ceux qui
exprimé dans le sondage effectué par le CSA et qui ont sombré ou ont été entraînés dans la marginalité.
se révèle important et significatif. Selon les chiffres
indiqués, on remarque en effet que, sur 100 SDF Vers l’écriture personnelle ➜ p. 92
interrogés en 2006, 89 souhaitent retrouver une
Sujet ➜ p. 65 (NT).
relation normalisée avec la société. Ce chiffre, qui
regroupe à la fois ceux qui veulent juste s’intégrer Sujet ➜ p. 80. Ce sujet est traité dans ce guide
et d’autres qui souhaitent plus, marque une pro- pédagogique, p. 89, chapitre 8 (Analyser un dessin
gression par rapport au même sondage effectué en de presse).

DOCUMENT 2 Trois courbes sur l’évolution du chômage des jeunes, ➜ p. 92

La Croixx (2007) THÈME : le travail

Intérêts du document
Un ensemble de courbes permettant de suivre un phénomène dans sa continuité et de
comparer deux évolutions dissociées ainsi que la synthèse des deux ; manière de lire un
document de ce type ; avantages et inconvénients de ce type de courbe par rapport à un
exposé textuel.

sous-titre indique aussi que les chiffres correspon-


Pour analyser le document
dent à des pourcentages. Le schéma est construit
avec en abscisse l’indication d’une durée, de 1976
1 La composition du document à 2001, soit 25 ans, et en ordonnée des chiffres de
Le document proposé est un graphique qui regroupe pourcentage de 0 à 50. Il permet ainsi de suivre deux
trois courbes. Sur le plan textuel, il ne comporte que évolutions en continu sur une durée de 25 ans. Le
quelques éléments permettant de comprendre ce choix de trois couleurs accentue la lisibilité en diffé-
qu’il représente et de l’interpréter. On remarque la renciant de manière nette les trois courbes.
présence d’un grand titre, constat au présent, qui
2 Les informations données par le schéma
pourrait aussi constituer la conclusion du schéma :
Le chômage touche davantage les peu diplômés, L’ensemble du schéma permet de dégager plusieurs
puis un sous-titre qui apporte une précision : trois informations.
ans après la sortie des études, et ce que représente Globalement, de 1976, époque où le chômage des
chacune des courbes, ceux qui sortent de l’ensei- jeunes trois ans après la fin de leurs études était bas
gnement supérieur long, ceux qui sont peu diplômés. pour les diplômés du supérieur (4 %), plus élevé
La courbe centrale fait le total des deux autres. Le pour les peu diplômés (10 %), à 1984, qui marque un
107
premier pic, le chômage des jeunes a régulièrement Concernant les deux catégories de diplômés, on
augmenté, mais de manière nettement différente. remarque que le chômage des jeunes trois ans après
Tandis que pour les diplômés de l’enseignement la fin de leurs études est en augmentation, mais dans
supérieur long l’augmentation n’était que d’environ le cas des diplômés de l’enseignement supérieur
3 % (passage de 4 % à 6 %), pour les peu diplômés, long, en 25 ans, il n’a pas dépassé les 11 % (avec un
l’augmentation a été forte et rapide, environ de 27 % point de départ à 4 %) tandis qu’il a atteint les 49 %
(passage de 10 % à 37 %). Le chômage a ensuite pour les peu diplômés.
connu une décrue vers 1991 : diminution de 10 % En 25 ans, la fluctuation du chômage des diplômés
pour les peu diplômés et de 2 % pour les autres, du supérieur long s’est faite de 4 à 7 % environ avec
avec une remontée très forte en 1997-98, avec un une pointe à 11 % ; celle des peu diplômés s’est faite
pic de 49 % (donc remontée de 21 % environ pour de manière brutale de 10 à 40 %. La courbe rouge,
les peu diplômés) et une augmentation de 6 % pour qui réunit les deux, suit le même mouvement mais de
les diplômés du supérieur (passage de 5 % à 11 %). manière atténuée (moins de pics et de ruptures).
Depuis 1997-98, le chômage des peu diplômés est ➤ Il ressort de manière très lisible de ce schéma
redescendu à 40 % et semble s’y maintenir, avec que le chômage des jeunes, envisagé trois ans
juste une petite augmentation (1 ou 2 % en 2002) après la fin de leurs études, a augmenté en 25 ans
tandis que le chômage des diplômés du supérieur mais de manière beaucoup plus importante pour
long suit une baisse régulière. ceux qui sont peu diplômés. La conclusion que l’on
De manière générale, on peut observer que la courbe peut tirer de ces différents chiffres et des courbes
bleue et la courbe verte suivent un mouvement est que le diplôme apporte des garanties contre le
d’ensemble qui présente des similitudes dans les chômage. Il ne signifie pas que l’on trouve (ou que
montées et les décrues, mais avec des différences : l’on a trouvé) à coup sûr du travail trois ans après
le point de départ n’est pas le même et les mouve- la sortie des études ; il est certain cependant que
ments d’augmentation et de décrue sont nettement plus le diplôme est élevé, plus il y a de chances de
plus brutaux en ce qui concerne la courbe bleue. trouver du travail.

Vers la synthèse ➜ p. 93

Deux documents : consigne ➜ p. 93 (NT).

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 93

Sujet➜ p. 55. Ce sujet est traité p. 52 de ce guide Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité dans ce guide péda-
pédagogique, chapitre 6 (Analyser un extrait d’essai). gogique, p. 197, chapitre 15 (Analyser une photo).
Sujet ➜ p. 77 (NT). Sujet ➜ p. 85 (NT).

DOCUMENT 3 Schéma extrait du Dictionnaire Larousse (2008) ➜ p. 93

THÈME : la sauvegarde des forêts

Intérêts du document
Un schéma figuratif, avec texte, dessin, flèches et couleurs différentes, permettant de com-
prendre un double processus de destruction des forêts sous l’effet des pluies acides.

ressemblant à un sapin. La cime de l’arbre atteint


Pour analyser le document
une zone dont la couleur bleue évoque le ciel tandis
que les racines, visibles, se trouvent dans la partie
1 Composition et fonctionnement du schéma inférieure de couleur rougeâtre qui représente la
Le schéma concernant les pluies acides occupe un terre, dont il est précisé qu’elle est acidifiée. Tel qu’il
rectangle au centre duquel a été dessiné un arbre est schématisé, le sapin se dresse tout droit mais
108
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
on remarque que sa partie supérieure est marquée 2 Ce qu’apprend le schéma
par le dépérissement, ce qui est souligné par les
En faisant une lecture du schéma à partir du haut, on
informations chute des aiguilles, à droite et mort, au
observe la présence de deux sources de destruction :
faîte de l’arbre. On observe d’autre part la présence
d’un côté la concentration atmosphérique en différents
de signes, à gauche, qui, comparables à des gout-
produits chimiques, sous-produits de l’industrialisa-
tes, représentent des précipitations définies comme
tion (oxydes de soufre, azote et métaux lourds), de
des pluies acides. Ces pluies acides ont une action
l’autre les effets de la chaleur ou de la sécheresse.
directe sur le sol indiquée par une information située
tout à fait à gauche du sapin. En haut à droite du La concentration en éléments chimiques destruc-
schéma, une demi-sphère blanche représente – c’est teurs a deux actions négatives qui ont lieu dans
écrit dessus – la chaleur ou la sécheresse. On peut l’atmosphère (flèches bleues à gauche du schéma) :
l’assimiler au soleil. Plusieurs informations, toutes de la première se fait directement sur les aiguilles de
connotation négative, indiquent ce qui atteint l’arbre l’arbre, qui tombent, c’est une sorte d’empoisonne-
par le sol : action nocive directe sur les racines, perte ment. La seconde se manifeste à travers des pluies
d’éléments nutritifs. acides, dans l’atmosphère, puis dans la terre qu’el-
Pour que la description soit complète, il faut signaler les acidifient. On aborde alors le processus terrestre
la présence de flèches de deux couleurs, qui tracent (flèches vertes). Les pluies acides appauvrissent les
deux sortes de parcours en plusieurs lignes courbes éléments nutritifs de la terre, ce qui a une action
reliant différents éléments du schéma : ciel / arbre, destructrice sur les racines : insuffisamment nourri,
ciel / terre, boule blanche (soleil) / arbre, terre / tronc et ne pouvant absorber l’eau qui lui est nécessaire,
de l’arbre. En bas à gauche du schéma figure, sous l’arbre dépérit. Le phénomène chimique dû à la pol-
forme de légende, la signification des flèches de cou- lution atmosphérique est aggravé par les effets de la
leur. Les lignes bleues représentent l’action de ce qui sécheresse, qui est un phénomène naturel.
vient directement de l’atmosphère, les lignes vertes ➤ Le schéma met en évidence la double origine
indiquent ce qui passe, et selon quel cheminement, conjuguée de la pollution industrielle et de ce qui
dans les arbres, provoquant leur mort progressive vient de la nature et ce double processus est mis
depuis la cime jusqu’aux racines. Grâce aux lignes en relief par les deux séries de flèches bleues qui
de couleur, le lecteur peut comprendre un processus viennent du haut du schéma. Les flèches vertes indi-
qui a une double origine : ce qui vient de l’industrie, quent dans quel sens se fait l’action destructrice à
ce qui vient de la nature. l’intérieur du sol, puis la remontée à l’intérieur de l’ar-
La clé qui permet de comprendre le fonctionnement bre, attaqué aussi de l’extérieur (à gauche et à droite
est l’ensemble de flèches de couleurs différentes, sur le schéma) : l’atmosphère, l’eau, la chaleur et la
avec une légende en bas à gauche du document : terre jouent chacune un rôle négatif et destructeur
le lecteur comprend ainsi l’existence de deux fac- avec des enchaînements de cause à effet (signalés
teurs de destruction – d’une part les pluies dues à par les flèches) et des effets aggravants.
la présence de produits toxiques dans l’atmosphère, Comparer la définition du dictionnaire et le schéma
d’autre part les variations climatiques et la manière donné par le même dictionnaire permet de mettre en
dont ils se « combinent » – avec pour conséquence évidence des éléments communs et de faire appa-
une action encore plus négative. raître ce que le schéma donne de plus.

Eléments communs
DÉFINITION SCHÉMA
Précipitations, pluies contenant de l’acide sulfurique et de Pluies acides venues de la concentration atmosphérique en
l’acide nitrique oxyde de soufre et azote
Très nuisible à la végétation, en particulier aux forêts Mort, chute des aiguilles, perte d’éléments nutritifs, action
nocive directe

➤ On se rend compte ainsi que la définition dit en destruction des forêts ; le schéma, lui, retrace le pro-
quoi consiste le phénomène, mais n’en détaille pas cessus et permet de comprendre comment l’arbre
le processus ; elle donne un constat et la relation de est atteint et par quoi. Le schéma est plus explicite
cause à effet négative entre les pluies acides et la et plus scientifique que la définition.

109
Vers la synthèse ➜ p. 93

1 Deux documents : consigne ➜ p. 93 (NT).


Deux documents : consigne ➜ p. 121. Ce sujet est traité p. 153 de ce guide pédagogique, chapitre 12
(Analyser une œuvre d’art).
2 Trois documents : consigne ➜ p. 121 (NT).
3 Quatre documents : extrait théâtral d’A. Tchékhov, Oncle Vania (document 1 ➜ p. 136) ; article de presse
de J. Alia (document 2 ➜ p. 73) ; photo du dossier de presse de « L’Odyssée Verte » (document 3 ➜ p. 150) ;
schéma expliquant les pluies acides (document 4 ➜ p. 93).

Intérêts du rapprochement
Regroupement de quatre documents, deux documents textuels, deux documents iconographiques à
partir desquels, pour s’exercer à la synthèse, on peut étudier ce qui détruit les forêts et en quoi cette
destruction peut révéler l’importance de leurs fonctions.

La consigne donne deux pistes : la destruction des arbres à la fois de l’extérieur et de l’intérieur. Cette
forêts et les fonctions qui font son importance. pollution industrielle venue des hommes est aggra-
Nous donnons ces deux orientations sous une vée par certains phénomènes naturels comme la
forme rédigée. chaleur et la sécheresse. Les arbres et les forêts sont
alors doublement menacés, comme ils le sont par
I – CE QUI DÉTRUIT LA FORÊT d’autres phénomènes naturels comme les tempêtes.
La lecture et l’analyse des quatre documents propo- Dans le document 2, J. Alia évoque la tempête des-
sés font ressortir que ce qui menace la forêt vient de tructrice de 1999 qui a causé de véritables ravages
l’action directe des hommes, et de celle des hommes dans la forêt française, entraînant avec elle toute une
conjuguée à celle de la nature. chaîne de destruction.
● La destruction qui vient directement des hom- ➤ La forêt est soumise à la double action destruc-
mes : elle est abordée dans les documents 1 et 2. trice des hommes et des éléments. L’évocation de
Dans le document 1, le personnage d’Astrov se désole sa disparition fait émerger son importance à travers
de voir disparaître les forêts russes pour permettre différentes fonctions.
aux habitants d’avoir du bois de chauffage (au lieu
d’aller ramasser du bois mort) et de construire non II – L’IMPORTANCE DE LA FORÊT À TRAVERS
seulement des charpentes, mais des maisons entiè- CERTAINES FONCTIONS
res (au lieu de les construire en pierre). Cela conduit, Les documents du corpus font apparaître que la
pour ce personnage, à un déboisement assimilable forêt a une importance capitale dans trois grands
à un véritable massacre qui a des répercussions sur domaines : elle adoucit et humanise les hommes,
toute la faune et la flore environnantes. Dans son elle a un rôle écologique et un rôle économique.
analyse des conséquences de la tempête de 1999, ● Une fonction humaniste : sur les quatre docu-
J. Alia (document 2) évoque aussi l’utilisation du ments, trois insistent de manière plus ou moins
bois dans l’industrie, bois qui ne peut venir que de directe, sur la fonction « humaine » de la forêt. Ainsi, le
la destruction de certaines forêts. On peut aussi, en personnage de Sonia dans le document 1 accorde à
considérant les programmes d’aventure forestière la forêt le pouvoir d’embellir, d’adoucir les êtres, de les
proposés par l’« Odyssée Verte » (document 3), se rendre plus accessibles à la beauté et à la sensibilité,
rendre compte que des aménagements récents, de les éloigner de la violence. Pour elle, les forêts sont
dans les forêts, ont pour objectif d’apprendre aux inspiratrices de grâce, d’élégance et de savoir-vivre.
promeneurs à les respecter. Le premier destructeur L’image de la forêt humaine inspiratrice et proche de
des arbres et des forêts est l’homme. la sensibilité humaine apparaît aussi dans le texte de
● La destruction qui vient des hommes et de la J. Alia, lorsqu’elle assimile un vieux cèdre abattu à un
nature : il s’agit, d’une part, de la destruction étudiée être humain et lorsqu’elle parle de mémoire vivante des
dans le schéma des pluies acides, que l’on trouve arbres. Elle met ainsi en valeur une conception animiste
dans le document 4, et, d’autre part, des phénomè- des arbres qui figure dans le texte de Tchékhov.
nes naturels comme les tempêtes (document 2). Le ● Une fonction écologique : elle est mise en relief
document 4 présente le double processus chimique par l’extrait théâtral et par le texte de J. Alia. Dans les
qui détruit les forêts par les pluies acides, chargées deux documents, il est question de tout ce qui est
d’acide sulfurique et d’acide nitrique, attaquant les lié à l’existence de la forêt et de ses écosystèmes :
110
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
la flore et la faune qui y sont étroitement associées, touristique, comme le montre la réalisation de l’« Odys-
la nature des paysages. Dans le document 1, Astrov sée Verte » qui utilise les arbres pour construire des
rappelle tout ce qui disparaît avec la destruction de circuits d’aventure tout en sensibilisant à l’importance
la forêt, comme le fait aussi J. Alia : plus de bêtes écologique des arbres. La destruction de la forêt est un
sauvages, plus de gibier, ensablement des rivières, manque à gagner important sur des plans divers.
appauvrissement de la terre (document 1), plus de ➤ La nécessité de sauvegarder les forêts est dictée
récoltes de champignons divers (document 2). C’est par les fonctions qu’elle occupe et par son impor-
tout un équilibre qui est détruit. tance sur le plan de la vie des hommes, sur le plan
● Une fonction économique : ce qui fait aussi la de la survie des équilibres naturels et sur le plan de
valeur de la forêt est son utilisation dans l’économie l’économie, trois domaines indissociables.
d’une région ou d’un pays. Cette valeur est mise en
relief dans le document 2 : J. Alia signale le manque Vers l’écriture personnelle ➜ p. 93
à gagner dû à la disparition des arbres. La forêt rap-
porte : le bois est transformé en pâte à papier, en Sujet 1 ➜ p. 137 (NT).
meubles, et ce que l’on appelle la filière bois donne du Sujet 2 ➜ p. 137. Ce sujet est traité p. 181 de cet
travail à 550 000 personnes. La forêt a aussi une valeur ouvrage, chapitre 14 (Analyser un extrait théâtral).

DOCUMENT 4 Tableau et diagramme en bâtons extraits d’une ➜ p. 94

enquête TNS Sofres sur la publicité (2005)


THÈME : l’exploitation des enfants

Intérêts du document
Deux modes de représentation d’éléments chiffrés, un tableau de pourcentage et un dia-
gramme dit « en bâtons » dont l’un (le second) apporte des précisions sur un résultat donné
dans le tableau. On pourra s’interroger sur la lisibilité des résultats selon le mode d’expres-
sion choisi ; sur le thème de l’utilisation des enfants dans la publicité, les résultats portent
sur une durée de 22 ans.

La dernière colonne comporte, en rouge, les chiffres


Pour analyser le document
du sondage de 2005. La succession des trois chif-
fres sur les lignes horizontales permet de comparer
1 La construction des deux regroupements de les résultats à trois époques différentes et de faire
résultats des comparaisons sur les réactions des personnes
Le tableau de pourcentages et le diagramme en sondées.
bâtons forment un ensemble contenu dans un ● Le diagramme en bâtons : les six bâtons de
tableau de résultat de sondage dont le titre est couleur fuchsia qui constituent le diagramme repré-
L’utilisation des enfants dans la publicité, et la ques- sentent, en pourcentages, une décomposition des
tion Trouvez-vous choquant ou pas choquant que réponses à l’item C’est choquant en fonction de
des enfants apparaissent dans des publicités ? l’âge des personnes sondées. Les âges sont donnés
● Le tableau : il est formé de quatre colonnes dont sur la ligne horizontale : 18-24, 25-34, 35-49, 50-64,
les deux centrales sont surmontées de la mention 65 et plus, le premier bâton regroupant le résultat
Rappel enquête, qui donne les résultats en pourcen- ensuite décomposé, résultat donné par le premier
tage d’une enquête similaire (même question posée, tableau, et qui est : 22 % des personnes interrogées
pensent que c’est choquant de faire apparaître des
sur le même thème) à deux moments différents et
enfants dans la publicité. Le diagramme en bâtons
antérieurs. Dans les deux cas (1983 et 2002), l’en-
ne prend en compte que le résultat de 2005 et pas
quête a été faite par le même institut de sondage,
du tout les résultats établis en 1983 et en 2002.
la SOFRES. La première colonne du tableau donne
deux items antithétiques C’est choquantt et Ce n’est 2 Ce qu’apprend l’ensemble du tableau de
pas choquant, ce qui ne laisse aucune possibilité de pourcentages et du diagramme
réponse approximative. La dernière case, en bas de Le tableau de pourcentages apprend que sur la
la colonne, est laissée à ceux qui n’ont pas d’avis. question du caractère choquant des enfants dans la
111
publicité, en 22 ans, les opinions se sont modifiées. les 65 ans et plus. Ce sont les personnes les plus
Ainsi, le nombre d’avis C’est choquantt a diminué âgées (les plus « vieux jeu ») qui sont réticentes – à
de 9 % par rapport à 1983, et le nombre d’avis Ce 43 %, ce qui est important – à l’utilisation des enfants
n’est pas choquant a augmenté de 13 %. Le nombre dans la publicité : leur éducation, leur expérience, un
de sans opinion a baissé de moitié (de 7 % à 3 %). système de valeurs différent peuvent expliquer les
La présence de plusieurs dates fait apparaître que résultats donnés par le diagramme.
les modifications les plus importantes ont eu lieu ➤ Il est intéressant de constater que les trois-quarts
entre 1983 et 2002, ce qui correspond à un laps (75 %) des personnes interrogées ne trouvent pas
de temps de presque vingt ans. Les modifications choquant que des enfants figurent dans des publici-
d’opinion vont dans le sens d’un avis plus favorable tés. Il serait intéressant d’avoir, ce que ne donne pas
à la présence des enfants dans la publicité, ce qui le tableau proposé, les conclusions d’un sociologue
semble aller dans le sens d’une importance plus sur l’importance prise par les enfants, par la publicité
grande accordée aux enfants, peut-être parce qu’ils et par l’acceptation de les voir y figurer.
représentent, sur le plan économique, un marché On pourrait transformer le diagramme en tableau
considérable. (voir ci-dessous), mais il est certain que la forme du
Le diagramme en bâtons s’intéresse à un aspect diagramme et la couleur attirent l’attention du lecteur
particulier des résultats du sondage : comment se et se révèlent très parlantes. Le schéma montre de
fait la répartition par âge des adeptes du C’est cho- manière figurative (en rendant le jeu des proportions
quant ? Le résultat est intéressant : plus les sondés et de la gradation) et immédiatement saisissable ce
sont jeunes moins ils répondent que C’est choquant. que le tableau demande de déduire. Le diagramme
Les 22 % de réponses C’est choquantt (premier bénéficie de la force de l’image : il « impressionne »
bâton) se répartissent selon une progression très davantage et oblige davantage à réfléchir, ce qui
nette, qui s’accentue fortement des 35-40 ans vers peut paraître paradoxal.

Répartition par âge des 22 % de réponses C’est choquant


18-24 ans 25-34 ans 35-49 ans 50-64 ans + de 65 ans
9 11 15 30 43

Vers la synthèse ➜ p. 95

Deux documents : consigne ➜ p. 95 (NT).

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 95

1 Sujet ➜ p. 95.

Intérêts du sujet
L’intérêt du sujet vient de ce qu’il va à l’encontre des résultats du tableau et peut paraître relever du
paradoxe. La lecture de l’extrait de la Convention internationale des droits de l’enfantt (p. 163) pourrait
constituer une aide ou un point de départ utiles ; à chacun de répondre de manière personnelle ; mais il
semble difficile de défendre la thèse selon laquelle il n’y a aucun danger.

Nous donnons ici quelques arguments pour étayer la objection : les enfants ne doivent pas travailler
thèse de l’existence de risques. – sauf dans des conditions bien précises – et l’on
Même si un sondage réalisé en 2005 fait savoir que sait que le travail imposé aux enfants est contraire
75 % des personnes interrogées ne jugent pas cho- à la Convention internationale des droits de l’enfant
quant d’utiliser des enfants dans la publicité, on peut (p. 163).
penser que cette forme d’exploitation peut compor- ● Les enfants ne sont pas majeurs et n’ont aucun
ter certains risques. droit de décision, ni aucune possibilité de signer un
● Poser pour des affiches publicitaires, ou pour contrat accompagnant ce type de travail. Ils sont donc
la publicité de catalogues, constitue un travail qui à la merci des adultes, ceux qui les engagent d’une
peut être contraignant, entraîner des déplacements, part, éventuellement leurs parents, lorsque ceux-ci
se faire sur un temps qui pourrait être celui de voient là une possibilité de gagner un argent qui ne
l’école ou celui des congés. C’est là une première reviendra pas nécessairement à ceux qui l’ont gagné.
112
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
● Si le fait de poser pour des publicités peut être des publicités sur d’autres enfants : on exploite le
perçu par les enfants comme un jeu, un divertisse- caractère enfantin des uns pour faire des autres des
ment, il ne les met pas moins en contact avec des consommateurs bien définis. On pourrait dire qu’il y
milieux, ceux de la publicité, qui ne sont peut-être pas a dans ce cas une double atteinte à l’enfance.
des « fréquentations » pour eux : brassage d’argent, ● Il y a enfin le risque – sans doute rare, mais présent
liberté des comportements, liberté de langage. La – d’une dérive du travail demandé vers des photos
manière dont ils sont considérés (en mini-vedettes) d’un autre genre, situations mises en évidence par
risque de développer chez les enfants une certaine de récentes et importantes affaires de pédophilie.
forme de narcissisme, le sentiment de sa propre
➤ Utiliser des enfants dans la publicité a certaine-
importance, d’une valeur marchande, au détriment
ment de nombreux avantages sur le plan financier.
de valeurs plus orientées vers l’humanisme.
C’est précisément la raison pour laquelle cette
● Les enfants d’aujourd’hui sont considérés comme utilisation doit être soumise à une réglementation
des consommateurs de demain. Pour certains publi- susceptible de respecter les intérêts de l’enfant
citaires, leur utilisation comme enfant est une forme et de les soustraire à toute forme d’exploitation
de conditionnement pour leur vie d’adulte : étant abusive.
« tombés » dans la publicité, ils en seront marqués
de manière profonde. 2 Sujet ➜ p. 95 (NT).
● On peut aussi considérer qu’il n’est pas néces-
sairement honnête d’utiliser des enfants pour cibler 3 Sujets ➜ p. 69 et p. 164 (NT).

A P P L I C ATION
DOCUMENT 5 Extrait d’une enquête SOFRES sur l’utilisation du ➜ p. 96

corps de la femme dans la publicité (2005)


THÈME : la condition des femmes *

Intérêts du document
Sur le double thème de la publicité* et de la condition des femmes, il est utile (et proba-
blement polémique) de s’interroger sur les réactions provoquées par l’utilisation du corps
des femmes dans la publicité et d’essayer d’en comprendre les raisons, qui ne sont pas
données.

* On peut aussi exploiter ce document – comme le précédent – dans un travail consacré à la publicité.

pas choquantt et Sans opinion. Les deux colonnes


Pour analyser le document suivantes donnent les résultats du même sondage
fait en 1983 et en 2002, donnés en rappel. La dernière
Le document proposé est un encadré comportant un
colonne donne des chiffres en rouge, datant de 2005,
tableau et trois diagrammes en « camembert » sur le
année de réalisation et de publication du sondage.
même thème, qui est indiqué en titre, avant la ques-
tion. Le titre est L’utilisation du corps de la femme Observant les chiffres donnés, le lecteur peut tirer
dans la publicité ; la question est plus explicite : les conclusions suivantes : pour l’item C’est cho-
Trouvez-vous choquant ou pas choquant que des quant, par rapport au point de départ – les chiffres
publicités montrent des femmes très peu vêtues ? de 1983 –, les chiffres de 2005 ne révèlent pas
On étudie chaque élément successivement. de très profond bouleversement – seulement 3 %
en plus alors que la différence des résultats entre
1 Première partie du document 1983 et 2002 marquait une augmentation de 7 %.
Le document donne d’abord un tableau de résultats Entre 2002 et 2005, la différence de 4 % montre
chiffrés correspondant à une question formulée au- une diminution du nombre de personnes choquées.
dessus. Le tableau comporte quatre colonnes. La Pour l’item Ce n’est pas choquant, on note une cer-
première indique les items : C’est choquant, Ce n’est taine stabilité entre 1983 et 2005 (seulement 1 %
113
de différence). De manière générale, en 22 ans, le que ce qui est en gris correspond à l’item C’est
nombre de personnes choquées a plus augmenté choquant, le jaune correspondant aux sans opinion :
– relativement – que le nombre de personnes non on retrouve les 57 %, Ce n’est pas choquant, et les
choquées. 41 %, C’est choquant.
Devant ces fluctuations relativement faibles, il est Les deux diagrammes suivants indiquent comment,
plus intéressant de s’intéresser au pourcentage à l’intérieur de cette proportion, se répartissent les
lui-même qu’aux différences : en 2005, 57 % de avis des hommes et ceux des femmes. Il y a donc
personnes interrogées jugent non choquant de mon- un camembert pour les hommes, qui indique une
trer, dans la publicité, des femmes très peu vêtues, forte proportion d’avis Ce n’est pas choquantt (67 %),
contre 41 % qui sont d’un avis contraire. On peut et un camembert pour les femmes, indiquant un
aussi remarquer que les sans opinion ont diminué de pourcentage supérieur d’avis C’est choquantt (50 %)
deux tiers, et qu’ils sont peu nombreux. par rapport au nombre d’avis Ce n’est pas choquant
Les résultats donnés dans ce tableau pourraient (48 %).
prendre deux autres formes : Il ressort des trois camemberts que dans la propor-
– trois courbes fonctionnant de la manière suivante : tion de personnes non choquées figure un nombre
en abscisse les dates : 1983, 2002, 2005, en ordon- important d’hommes, 67 % des 57 % indiqués dans
née les chiffres : 38, 45, 41 ; 56, 53, 57 ; et 6, 2 et 2. le tableau, et un nombre bien moins important de
Il est probable que, comme pour le document 2 du femmes.
chapitre, ces courbes seraient très parlantes ; Dans un diagramme en camembert, il est impor-
– un diagramme en bâton donnant, pour chaque tant, pour que le lecteur s’y retrouve, qu’il sache
date indiquée sur la ligne horizontale, trois bâtons de exactement à quoi correspondent les couleurs des
couleur différente, une couleur pour chaque item. différentes « parts » et ce que représente la totalité.
Ici en particulier, il faut savoir que l’on se trouve face
2 Les diagrammes en camembert à des pourcentages de pourcentages, ce qui rend la
Les trois diagrammes en camembert apportent des lecture et l’interprétation plus complexes.
précisions relevant d’une classification particulière Le diagramme en camembert pourrait être transformé
– selon le sexe – des réponses aux items. Cette pré- en diagramme en bâtons ou s’intégrer au tableau. Il
cision est indiquée en titre. Le premier camembert serait alors nécessaire d’opérer une division dans
reprend les informations globales données dans chaque item, entre hommes et femmes, pour faire
le tableau pour 2005 : elles sont explicitées par la apparaître les différences de pourcentages. Les
légende qui signale que ce qui est de couleur fuchsia résultats seraient sans doute plus faciles à lire qu’à
correspond à l’item Ce n’est pas choquantt tandis partir des camemberts.

Vers la synthèse ➜ p. 97

Quatre documents : Marivaux, La Colonie (document 1 ➜ p. 139) ; document de référence, chronologie


(document 2 ➜ p. 158) ; dessin de Plantu paru dans Le Monde (document 3 ➜ p. 81) ; tableau de pourcenta-
ges et diagrammes (document 4 ➜ p. 96).

Intérêts du rapprochement
Quatre documents de genres différents contiennent implicitement ou révèlent explicitement des repré-
sentations des femmes et des manières de les traiter ; réaliser un tableau de reformulation des idées
constitue un bon travail d’apprentissage de la synthèse de documents.

DOCUMENTS MANIÈRES DONT LES FEMMES SONT REPRÉSENTÉES ET TRAITÉES


1. Marivaux, La Colonie, 1750, Femmes considérées à travers leurs fonctions traditionnelles : se marier, obéir
extrait théâtral ; débat entre au mari, veiller sur la maison.
des hommes et des femmes Refus des hommes d’accepter les femmes dans des professions de finance, de
sur le rôle des femmes, p. 139 judicature et d’épées parce qu’elles n’y connaissent rien.

114
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
2. Document de référence, Incapacité juridique totale de la femme mariée : sans aucune autonomie, la
1995, chronologie de femme est considérée comme un enfant, mais aussi comme un objet et comme
l’émancipation des femmes, une coupable en cas d’adultère. En 1942, la femme qui avorte peut être
les dates importantes, p. 158 condamnée à mort.
À partir de 1946, égalité de droits entre les femmes et les hommes.
Progressivement, les lois accordent aux femmes une forme d’autonomie dans
certaines décisions, comme l’interruption de grossesse.

3. Dessin de presse de Plantu, Femme lauréate et couverte de diplômes considérée par deux hommes
1988, la réussite des femmes, uniquement en raison de son physique. La remarque : Ouais !… mais elle est
p. 81 pas terrible affirme clairement qu’une femme doit être agréable à regarder
(en plus d’avoir des diplômes) si elle veut être considérée et réussir
professionnellement.

4. Tableau de pourcentages Femme considérée dans la publicité uniquement en fonction de ses qualités
et diagramme sur l’utilisation esthétiques et des connotations sexuelles des images : pourcentage important
du corps des femmes dans la d’hommes considérant qu’il n’est pas choquant d’utiliser le corps de la femme
publicité, 2005, p. 96 dans la publicité ➜ femme considérée comme un vecteur de la publicité qui
utilise son corps comme un argument publicitaire indirect et camouflé.

➤ Le tableau montre diverses représentations et la Les pourcentages concernant la femme et la publi-


manière dont ces représentations ont évolué depuis cité montrent que, pour un certain nombre d’hom-
le XVIIIe siècle. Malgré des progrès en autonomie et mes, la femme est un « objet » valorisant aussi bien
une égalité de droit acquise en 1946, les femmes une voiture qu’un appareil ménager ou un opérateur
sont encore bien souvent victimes de discriminations de téléphone.
sexistes, comme en témoigne le dessin de Plantu.

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 97

1 Sujet ➜ p. 97.
Intérêts du sujet
Le sujet conduit à donner un point de vue personnel ; il pourrait être intéressant de le traiter d’abord sous
forme de débat pour que chacun puisse s’exprimer et choisir, parmi les arguments émis, ceux qui lui
conviennent, pour les reformuler sous une forme organisée.

Nous donnons ici quelques arguments contradic- utiliser le corps des femmes : l’explication vient du
toires. caractère agréable de ce spectacle, qui, visible-
ment, fait vendre aussi bien une voiture qu’un réfri-
I – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE : gérateur ou des vacances au soleil. Cela passe par
ACCORD AVEC CEUX QUI UTILISENT LE CORPS un certain nombre d’associations, d’analogies sur
DES FEMMES DANS LA PUBLICITÉ. lesquelles joue la publicité. Au corps féminin se rat-
● Le corps des femmes est depuis l’Antiquité tache un ensemble de fantasmes que l’on associe à
une source d’inspiration pour les artistes : statues divers produits pour les vendre : voiture / pouvoir /
gréco-latines, représentation de nus en peinture, en puissance / aventure / voyage / femme ; vacances /
photographie : pourquoi ce thème ne serait-il pas exotisme / dépaysement / liberté / sexe /femme… ;
utilisable dans la publicité surtout si on la considère, téléphone portable / élégance / liens amoureux /
en reprenant les propos élogieux de B. Cendrars et rendez-vous / femme ; interrupteurs électriques /
du publicitaire J.-M. Dru, comme un art ? Il n’y a pas lumière / luxe / réveil / lit / femme…
de domaine réservé. ● Indépendamment des relations fantasmatiques
● Un certain nombre de personnes (57 % des entre le produit à vendre et le corps féminin, ce der-
personnes interrogées dans un sondage SOFRES nier est utilisé parfois uniquement pour ses connota-
de 2005) ne sont pas choquées de voir la publicité tions sexuelles : curiosité, mise en jeu de l’imagina-
115
tion, jeu subtil entre ce qui est montré et ce qui est les associations et les émotions mises en jeu. Le
juste suggéré. L’objectif est de créer une association regard porté sur le modèle risque de se détour-
par effet de rupture (caractère suggestif des poses, ner du produit pour conserver seulement l’image
dans les publicités pour des vêtements) ; la publicité agréable. Il est certain que le mot « Alice » évoque
se fait érotique, particulièrement lorsqu’elle concerne un opérateur Internet, mais la jeune personne en
des produits qui touchent les femmes (parfums, pro- robe légère qui apparaît dans les publicités fait-
duits de toilette, lingerie…). elle davantage vendre les abonnements téléphoni-
Esthétique, associations originales, provocation : ques ? La clientèle des Galeries Lafayette est-elle
tels sont trois des moteurs qui justifient l’utilisation attirée par les images acrobatiques et déshabillées
du corps féminin dans la publicité. de Laetitia Casta ? Et achète-t-elle davantage pour
autant ?
II – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE ➤ Au nom de sentiments légitimes animés par le
CRITIQUE DE L’UTILISATION DU CORPS DES féminisme, on peut protester contre cette utilisation
FEMMES DANS LA PUBLICITÉ du corps des femmes dans la publicité. Mais, d’une
● Dans bien des cas, on ne comprend pas les part, on est bien obligé de constater que le mouve-
relations qui peuvent exister entre le produit vanté ment ne se ralentit pas. D’autre part, l’observation
et la présence d’une femme déshabillée. Celle-ci selon laquelle sur l’ensemble de ceux qui pensent
est réduite à l’état d’objet ; elle est utilisée comme que ce n’est pas choquant il y a 48 % de femmes,
argument de vente, ce qui peut laisser penser, par laisse penser que personne ne peut vraiment inverser
répétition d’une telle situation, qu’une femme n’est la tendance. Le combat semble perdu d’avance !
pas bonne à autre chose qu’à utiliser ses charmes
dans la publicité.
2 Sujet ➜ p. 141 (NT).
● Il n’est pas certain que le corps féminin et Sujet ➜ p. 160 : on trouvera des éléments concer-
l’érotisme constituent de bons arguments pour nant ce sujet dans le livre de l’étudiant, chapitre 25,
vendre un appareil ménager ou une voiture, malgré p. 243.

DOCUMENT 6 Extrait d’une enquête réalisée par le CSA à propos ➜ p. 97

de la vidéosurveillance (2007) THÈME : les menaces sur les libertés

Intérêts du document
Un sondage sur la vidéosurveillance qui a l’originalité de croiser les résultats avec les sym-
pathies politiques des personnes interrogées ; les questions posées permettent plusieurs
sortes de réponses, ce qui les relativise mais interpelle sur leur rigueur.

total de Tout à fait favorable et Plutôt favorable d’une


Pour analyser le document part, de Plutôt pas favorable et Pas favorable du tout
d’autre part. Les colonnes de chiffres 2, 3 et 4 pré-
1 La composition du document sentent une précision qui décompose les premiers
Le document proposé est un encadré qui comporte chiffres, ceux de la première colonne (qui regroupe
une question et un ensemble de réponses sous la les réponses globales). Les réponses sont classées
forme de quatre colonnes de chiffres avec leur total. selon les sympathies politiques des personnes qui
La question est longue : elle occupe cinq lignes en ont répondu : sympathisants du Parti socialiste,
haut de l’encadré. Elle demande aux personnes sympathisants du Mouvement démocrate (Modem)
interrogées de réagir à une décision de triplement de et sympathisants de l’UMP.
la vidéosurveillance, décision prise par le ministère
de l’Intérieur, et qui doit se faire par une intercon- 2 Ce qu’apprend le lecteur
nexion des dispositifs de surveillance de la RATP, Le lecteur de l’encadré donnant les résultats du
de la SNCF et des grands magasins. Il y a quatre sondage apprend d’abord quel est l’avis, en pour-
réponses possibles, qui permettent quelques nuan- centage, des personnes interrogées. Il ressort des
ces et qui sont indiquées dans la partie gauche de résultats que 73 % des personnes interrogées sont
l’encadré. Ces réponses sont regroupées sous les favorables au projet de vidéosurveillance et que
deux formules Favorable / Pas favorable qui font le ces personnes se répartissent en 31 % de Tout à
116
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
fait favorables et en 42 % de Plutôt favorables, une puis viennent les sympathisants du Modem (63 %),
seule personne ne se prononçant pas. En ce qui puis ceux de l’UMP (95 %), ce qui constitue un chiffre
concerne les non favorables ou plutôt pas favora- très important. Le détail du groupe Favorable montre
bles, ils constituent un ensemble de 26 % répartis de que dans deux cas (PS et Modem) les partisans du
manière égale en 13 % et 13 %. Plutôt favorable sont plus nombreux que les parti-
On peut faire plusieurs remarques à propos de ces sans du Tout à fait favorable. C’est l’inverse dans le
chiffres : cas de l’UMP.
– les auteurs du sondage ont réuni sous la déno- De ces chiffres, le lecteur peut conclure que le souci
mination favorable des sondés très favorables et des libertés individuelles l’emporte chez les sym-
d’autres, dont l’adhésion est moins nette, et qui sont pathisants socialistes sur l’inquiétude sécuritaire et
plus nombreux. Le lecteur peut s’interroger sur le que c’est l’inverse chez les sympathisants de l’UMP
sens précis de l’adverbe plutôtt dans les formulations tandis que les sympathisants du Modem se situent
Plutôt favorable et Plutôt pas favorable alors qu’il entre les deux.
aurait été possible, dans le premier cas, d’utiliser le Le lecteur des résultats du sondage peut également
terme Favorable. On peut penser qu’un certain man- être conduit à réfléchir sur la manière dont les sym-
que de rigueur est de nature à donner un résultat pathies politiques peuvent influer sur des questions
lui-même approximatif, bien que chiffré. On ne sait sociales, en orientant les choix, les actions, les com-
pas exactement ce que recouvrent réellement les portements.
73 % et les 26 %. On pourrait représenter le résultat de ce sondage sous
– le chiffre de 73 % laisse penser que le pourcentage forme de diagramme en bâtons et sous forme de qua-
de ceux qui veulent accroître la vidéosurveillance est tre camemberts, le premier donnant à l’aide de quatre
vraiment important. couleurs les quatre différents types de réponse, les
Les trois colonnes suivantes donnent, par ordre trois autres donnant les réponses par sympathie politi-
croissant, les partisans de la vidéosurveillance en que. Il n’est pas certain que des camemberts rendant
fonction de leurs sympathies politiques. Les moins compte de pourcentages de pourcentages soient plus
favorables sont les sympathisants socialistes (56 %), faciles à lire que le tableau tel qu’il est donné.

Vers la synthèse ➜ p. 98

1 Deux documents : extrait de presse de N. Guibert et J.-P. Langellier (➜ p. 69) ; tableau de pourcentages
(➜ p. 97).

Intérêts du rapprochement
Les deux documents exactement contemporains – dont l’un chiffré et résultant d’un sondage – traitent
de la manière dont sont perçues les mesures développant la vidéosurveillance ; leur rapprochement
permet un exercice d’apprentissage de la synthèse par la rédaction de trois paragraphes à partir du
rapprochement de deux documents différents.

La consigne de l’exercice demande de rapprocher l’extrait de presse et le tableau de pourcentage pour


étudier ce que le second apporte au premier. Nous donnons ici un tableau (page suivante) faisant apparaître
les éléments communs, à partir desquels on peut rédiger trois paragraphes :
– la question du développement de la vidéosurveillance ;
– les justifications et les réactions positives ;
– les réactions négatives et les inquiétudes.

117
DOCUMENTS DÉVELOPPEMENT DE LA JUSTIFICATIONS ET RÉACTIONS NÉGATIVES
VIDÉOSURVEILLANCE RÉACTIONS POSITIVES ET INQUIÉTUDES

1. Article du Monde, – Évocation de la situation – Objectifs affichés : la – Inquiétude de certaines


juillet 2007 en Angleterre, avec des lutte contre le terrorisme, associations britanniques
chiffres : 4,2 millions assurer la sécurité des qui s’interrogent sur le
de caméras, installées personnes. stockage et sur l’utilisation
partout : train, bus, métro, – Acceptation par les potentielle de très
centres commerciaux ; un Anglais au nom de la nombreuses informations
Londonien filmé 300 fois sécurité (contre les relatives aux citoyens.
par jour. attentats). – Inquiétudes de la CNIL
– Évocation de la – Acceptation justifiée dans son rapport de
situation en France : par la présence affirmée 2006 : elle signale que les
développement, demande de « garde-fous » du côté individus ne sont pas assez
du ministère de l’Intérieur de la police. sensibles à la surveillance
d’une surveillance accrue : En France, présence constante dont ils font
plus de caméras dans les de limites : existence l’objet. Elle prévient des
rues, surveillance du trafic d’un contrôle judiciaire dangers d’une diminution
routier ; accès aux images et règles à respecter : des libertés individuelles en
facilité pour la police et avis d’une commission échange de la sécurité.
la gendarmerie hors du présidée par un
contrôle de l’autorité magistrat.
judiciaire.

2. Tableau de Projet du ministère de Sur l’ensemble des Le tableau de pourcentages


pourcentages, août l’Intérieur indiqué dans personnes interrogées, montre qu’il y a des
2007 la question du sondage : on obtient un personnes plutôt pas ou
Sondage CSA triplement des capacités résultat de 73 % de pas du tout favorables au
de la vidéosurveillance ; personnes favorables développement annoncé
mise en place d’une à l’augmentation de la de la vidéosurveillance,
interconnexion entre la surveillance. Ces 73 % mais ces personnes sont
RATP (métro et bus), la (presque les ¾ des largement dépassées en
SNCF (trains), certaines personnes interrogées) nombre par les adeptes de
collectivités et certains se répartissent en 56 %, la surveillance.
grands magasins. 63 % et 95 % en fonction Le tableau ne donne pas
des sympathies politiques les raisons, mais elles
(PS ; Modem et UMP). sont implicites : pouvoirs
accordés aux services
de police, stockage des
informations, insuffisance
des garanties judiciaires.

➤ Le tableau fait apparaître, de manière précise, 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 98 (NT).


quelles formes prend le développement de la vidéo-
surveillance. Il montre aussi que ce développement
rencontre beaucoup d’avis favorables ; les person- Vers l’écriture personnelle ➜ p. 98
nes interrogées sont plus sensibles à l’aspect sécu-
ritaire de la surveillance qu’au fait que les citoyens 1 Sujets ➜ p. 63 (NT) et p 71 (NT).
sont constamment surveillés et risquent de perdre
ou de voir s’atténuer certaines libertés. 2 Sujet ➜ p. 166 (NT).

118
Analyser un schéma, un document chiffré CHAPITRE
9
P R O L O N G EMENTS ➜ p. 98

■ EXPRESSION ÉCRITE La courbe rouge, qui fait la moyenne des deux


autres, se situe dans une zone médiane : elle fait
EXERCICE 1 apparaître les mêmes mouvements, mais sans pic,
de manière estompée du fait des mouvements
Concernant le chômage des jeunes peu diplô- peu brutaux de la courbe verte. Elle ne dépasse
més trois ans après la fin de leurs études, la jamais les 23 %.
courbe bleue donne les informations suivantes :
partant de 10 % en 1976, la courbe a atteint un
EXERCICE 2
premier sommet de 37 % en 1985, pour redes-
cendre à 28 % en 1991 et repartir à la hausse,
Le document proposé donne deux diagrammes
avec un maximum de 49 % atteint en 1998. En
en ligne. Le premier indique l’âge moyen d’entrée
2001, on se trouvait à 41 % environ. Le schéma
dans la vie active. Il ressort du graphique que de
apprend que les jeunes peu diplômés connais-
1969 à 2005, soit en 36 ans, l’âge moyen d’entrée
sent un taux de chômage important et que ce
dans la vie active est passé de 19,3 ans à 24 ans.
taux est croissant de manière importante depuis
L’augmentation a été régulière à partir de 1977.
1976.
Le second graphique fait apparaître que, dans le
La courbe verte, qui concerne les diplômés du même laps de temps, l’âge moyen de sortie de la
supérieur long, est très différente. Elle montre une vie active est passé de 62,4 ans à 58,8 ans, avec
augmentation du chômage à certaines périodes une décrue régulière. La conclusion que l’on peut
mais dans une amplitude qui ne dépasse pas les tirer de ces chiffres est que la durée de vie active
6 à 7 %. Parti de 4 %, ce chômage n’a jamais, de est passée, en 36 ans, de 43,1 ans en 1969 à 34,8
1976 à 1997, dépassé 11 %. ans en 2005. Elle a diminué de 8,3 ans.

■ T R A N S F O R M AT I O N
EXERCICE 3

%
40
35
30
25
20
15
10
5
0
• de vous • de la • d’en faire • d’y prendre • de vivre • d’en profiter • Ne se
y intégrer transformer partie, des respon- en marge prononcent
sans plus sabilités pas

Novembre 2006

1997

1994

119
CHAPITRE
10 Analyser
un extrait de roman
Livre de l’étudiant ➜ p. 99 à 107

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Frédéric Beigbeder, 99 F – 14,99 € (2000) ➜ p. 99

THÈME : la publicité

Intérêts du document
Manière dont un personnage de roman présente, en 2000, l’intégration de la publicité à la
chaîne économ mique, son omniprésence et son efficacité ; l’importance du « créatif » et ses
émotions personnelles ; la nature du registre : cynisme, satire et ironie – le niveau de langue
et ses justifications.

et suggère qu’il s’agit d’inventer quelque chose qui


Pour analyser le document
soit capable de déclencher un achat. L’accent est
mis sur l’idée d’une sorte d’alchimie qui confère à
1 Importance et rôle de la publicité son auteur un pouvoir énorme, exprimé par l’expres-
● Son omniprésence : l’omniprésence de la sion Maître de l’Univers (l. 7, avec des majuscules),
publicité est exprimée dans la première phrase par qui s’oppose de manière intéressante à la notion de
l’énumération des actions dont elle est l’objet : ven- jeune con (l. 5). L’expression relève d’une termino-
dentt (l. 2), parle (l. 3), parodie (l. 3), dissèque (l. 4), le logie philosophico-ésotérique que l’on trouve dans
dernier verbe, font grimperr (l. 4), ayant la publicité l’heroic fantasy et dans les jeux vidéo.
pour sujet : elles (les publicités) font grimper. À tra- ● L’importance des « créatifs » : c’est là une des
vers ces termes, la publicité est présentée comme idées principales du texte parce que celui qui parle est
indispensable. La suite du texte insiste sur ce point. un créatif et qu’il parle de lui-même. L’accent est mis
● Son rôle : il est défini par une autre énumération sur ce personnage à travers les expressions que quel-
d’actions dont la publicité est à chaque fois le sujet, qu’un fabrique (l. 1), il y a un jeune con (l. 5), ce jeune
écraser, gagner, convaincre (l. 12-13), et surtout faire con (l. 6, 12), vaut cherr (l. 6). Le texte fait comprendre
en sorte que la chaîne économique qui regroupe que tout dépend de lui et de sa capacité d’inventer
l’invention, la fabrication et la diffusion ne soit pas ce qui permettra de vendre. Le second paragraphe
réduite à néant. La publicité est la condition même donne une définition plus conventionnelle, concep-
de la réussite d’un enchaînement économique de teur-rédacteurr (l. 23-25), et définit, de manière plus
grande envergure, ce qui est mis en valeur par un technique que le premier paragraphe, la fonction du
ensemble d’hyperboles : pointe extrême (l. 8), toute créatif dans la publicité cinématographique et télévi-
l’industrie (l. 8), la plus âpre (l. 9), des millions (l. 10), suelle (scénarios
( , l. 24, et slogans, l. 25).
magasins innombrables (l. 11). Le lexique belliqueux
– bagarre (l. 9), guerre (l. 14) – assimile la publicité à 2 La position de celui qui parle
une arme dans la compétition commerciale que se Le texte est écrit à la première personne, ce qui
livrent les marques. permet au narrateur / personnage de faire état de ses
● La créativité publicitaire : elle s’exprime par les propres idées, opinions, pensées. L’avantage de ce
mots fabrique (l. 1), imaginées (l. 6), quelque chose choix est que la publicité est vue par un responsable
d’assez mystérieuxx (l. 15), trouvé une idée (l. 16-17) de création publicitaire qui parle donc, si l’on peut
120
CHAPITRE
10
dire, « de l’intérieur », et sait de quoi il parle. C’est propos (la création publicitaire, faite pour persuader
ce qui lui permet d’exposer au lecteur, qui ne connaît d’acheter et ce par tous les moyens, peut paraître
pas nécessairement les mécanismes, l’importance contestable sur le plan moral et humain) et par la
énorme de la publicité dans la chaîne commerciale. vulgarité des termes et des formulations : jeune con
Grâce à sa position de créatif de talent, il peut (l. 5), fourguerr (l. 17), inutile (l. 17), ménagère pauvre
mettre en valeur l’opposition entre jeune con (l. 5) et (l. 17-18), lourderr (l. 22). Ironie et cynisme dominent
Maître de l’Univers (l. 7), ce qui est simultanément dans cette présentation outrée et satirique de la
une dévalorisation et une hypervalorisation de son publicité et dans cet autodénigrement, sans que le
propre rôle. Enfin, il évoque avec émotion (réelle ou lecteur puisse savoir de manière certaine quel est le
feinte ?) la naissance d’une idée efficace : proces- degré de sincérité de celui qui parle.
sus mystérieux de la création, magie, découverte, On notera que le niveau de langue « pose » le per-
moment intense, complicité, larmes… Les termes sonnage : la familiarité argotique volontaire est une
utilisés sont chargés d’émotion, mais l’émotion forme de snobisme professionnel et participe à la
est démentie (ou compensée ?) par le cynisme du stratégie de (fausse) dévalorisation de soi.

Vers la synthèse ➜ p. 100

1 Deux documents : extrait du roman 99 F – 14,99 €, de F. Beigbeder (➜ p. 99) ; extrait de l’entretien


((Le Monde 2) avec J.-M. Dru (➜ p. 74).

Intérêts du rapprochement
Une consigne large conduit à envisager ce qui rapproche et ce qui différencie les deux documents, qui
présentent certains points communs en dépit de la différence de genre, fiction d’un côté et réalité de
l’autre, et de registre ; les deux textes donnent deux approches différentes de la publicité et de tout ce
à quoi elle touche.

L’extrait de roman de F. Beigbeder et l’extrait d’entre- ● La créativité : les deux documents évoquent
tien avec J.-M. Dru (texte de presse) traitent l’un et la nécessité d’être inventif dans le domaine de la
l’autre de la publicité. Le personnage (fictif) de roman publicité. Le héros de 99 F – 14, 99 € évoque avec
est un créatif, J.-M. Dru est le directeur (réel) d’une émotion le caractère créatif de la publicité, parle
importante agence de publicité. Leurs propos se rejoi- de magie, de mystère, de quelque chose qui jaillit
gnent sur certains points et divergent sur d’autres, comme une lumière, d’émotion forte. J.-M. Dru
malgré une très nette différence de registre. associe la publicité à différents arts et souligne la
nécessité de ce qu’il appelle un « saut créatif », rup-
I – LES POINTS DE CONVERGENCE ture qui fait réagir les acheteurs potentiels, provoque
● L’importance économique : elle est présente leurs émotions, introduit une distorsion qui attire leur
dans les deux documents. Le créatif du roman fait attention en les déconcertant.
de la publicité le moteur de tout un enchaînement ➤ Les deux documents ont ainsi plusieurs points
économique qui va de l’invention à la vente en pas- communs. Ils divergent cependant sur les visées
sant par la fabrication et la diffusion. Le publicitaire avouées de la publicité.
J.-M. Dru énumère les actions liées à la publicité :
accompagnement de la révolution industrielle, pro- II – UN POINT DE DIVERGENCE
motion, financement de la presse, renouvellement ● Les objectifs de la publicité : la différence de
de métiers en voie de disparition. Dans les deux registre des deux documents attire l’attention sur
textes, on peut parler de force d’action et de pouvoir deux conceptions différentes de la publicité. Celui
économique important de la publicité. qui parle dans le roman, tout en étant partie pre-
● L’omniprésence : sous des formes différentes, nante, a tendance à dénigrer ce qui est l’objet de son
il est question dans les deux documents de la pré- travail. L’ironie, le cynisme soulignent une distance
sence quasi envahissante de la publicité. Interrogé critique par rapport à une création dont l’objectif
sur sa place sur Internet, J.-M. Dru affirme vouloir est présenté comme réussir à faire acheter quelque
diminuer une présence si importante qu’elle peut en chose à quelqu’un qui n’en a pas besoin (et qui,
avoir des conséquences négatives. Le personnage souvent, n’en a pas les moyens). Une telle attitude
du roman fait état d’une présence dans tous les relève du mépris du consommateur ; J.-M. Dru, au
domaines de l’économie : il y a ceux qui la créent, contraire, présente une publicité séductrice, qui doit
ceux qui la vendent, ceux qui l’utilisent, ceux qui la plaire, charmer, embellir la vie, témoigner de l’état
copient, ceux qui l’analysent. d’esprit d’une époque. À une conception immédia-
121
tement utilitaire et dont le but avoué est de vendre, Trois documents : consigne ➜ p. 88 bas (NT*).
s’oppose une conception optimiste et inventive, dont
les finalités sont certainement les mêmes, mais les Vers l’écriture personnelle ➜ p. 100
moyens sans doute différents. On peut parler là, ce
que montrent aussi le lexique utilisé et le registre, de 1 Sujet ➜ p. 100 : traité partiellement p. 100.
deux approches différentes de la publicité, par deux
« spécialistes », l’une arrogante et cynique, l’autre 2 Sujets ➜ p. 76 (NT), p. 135 (NT), p. 157 (NT).
séduisante et optimiste. 3 Sujet ➜ p. 120. Ce sujet est traité dans ce guide
pédagogique, p. 151, chapitre 12 (Analyser un œuvre
2 Trois documents : consigne ➜ p. 76. Cet
d’art).
exercice est traité p. 81 de ce guide pédagogique,
chapitre 7 (Analyser un extrait de presse). * Non traité.

DOCUMENT 2 François de Fénelon, ➜ p. 100

Les Aventures de Télémaquee (1699) THÈME : le luxe

Intérêts du document
Un extrait de roman se présentant comme un exposé mêlant l’économie et la morale, ce
qui peut se comprendre dans l’éducation d’un jeune prince ; condamnation du luxe comme
élément de « perturbation » et de confusion sociales par destruction d’un ordre social tra-
ditionnel et presque de « droit divin » ; le transfert progressif des jugements de celui qui
parle, de l’économie à la morale et de la morale à la politique ; l’importance des jugements
opposés appartenant à des voix différentes.

chacun veut accéder au rang de celui qui est au-


Pour analyser le document
dessus de lui, et cela des plus pauvres jusqu’au roi :
petits (l. 13), médiocres (l. 12), proches parents du roi
1 Les reproches adressés au luxe par Mentor (l. 11), roii lui-même (l. 10), ce qui modifie les com-
La première phrase de l’extrait, dans lequel Mentor portements, et dans certains cas provoque le vol, les
parle d’un bout à l’autre, donne le ton avec un juge- emprunts, les tromperies, les artifices. On trouve ici
ment négatif sur le luxe présenté comme un mal, un argument social intéressant, dont les connota-
presque incurable (l. 1). tions sont religieuses : il ne convient pas de modifier
On peut regrouper les différents reproches qui sou- un ordre social dont l’origine est considérée comme
tiennent cette thèse ; certains renvoient à la morale, de « droit divin ». Cet argument social a un corollaire
d’autres à l’organisation sociale ; enfin, les référen- moral : les déviations des comportements ;
ces au roi apportent des connotations politiques : – le luxe est un facteur de corruption parce qu’il
devient un objectif en soi, qui justifie l’acquisition
– le luxe est un poison pour la nation parce qu’il
immorale et condamnable de biens pour être riche ;
écarte les pauvres d’un travail productif, celui de la
la richesse et la possession contribuent à ce que la
terre (l. 1 à 5). On trouve là un argument à la fois social
pauvreté soit considérée comme une infamie (l. 20),
(il oppose deux catégories, les riches et les pauvres)
que les biens et vertus traditionnels, générosité,
et moral (il exprime une croyance traditionnelle dans
altruisme, esprit de sacrifice, savoir, soient méprisés
les vertus du travail de la terre) ;
au profit de la gloire vaine, du faste et de l’apparence
– le luxe transforme le superflu en nécessaire (l. 6), (l. 21 à 23). Les termes utilisés soulignent le caractère
faussant ainsi l’échelle des valeurs : c’est là un argu- moral de cet argument ;
ment moral ; – le luxe constitue un excès contraire à l’esprit et à
– le luxe est un vice contagieux parce qu’il modifie la morale : il s’oppose à la modération et à la fruga-
l’organisation sociale traditionnelle, les conditions lité prêchées par les philosophes (argument moral,
(l. 18), qui ne doivent pas être remises en cause : l. 29-30).
122
Analyser un extrait de roman CHAPITRE
10
2 Des points de vue appartenant à l’opinion ● On remarque un autre jugement aux lignes 8-9 :
Ce luxe s’appelle bon goût, perfection des arts et
courante
politesse de la nation, démenti dès la phrase suivante
À propos du luxe, le texte comporte les points de vue par la formulation Ce vice (l. 9), et expliqué par est
de Mentor, qui sont fortement critiques, mais aussi loué comme une vertu (l. 10). Mentor formule ce que
d’autres prises de position, sur l’origine desquelles il pensent certains, mais c’est pour aussitôt détruire
ne faut pas faire d’erreur. ces jugements en insistant sur leurs caractères inac-
● On observe une première idée appartenant à on ceptables. On peut considérer de même que la suc-
aux lignes 2-3 : On dit que le luxe sert à nourrir les cession d’injonctions de la ligne 21 est prononcée
pauvres aux dépens des riches. Aussitôt démentie, avec une certaine dérision, puisque s’y associent le
cette idée n’appartient visiblement pas à Mentor, mépris, l’absence de gloire, de récompense et de
mais à l’opinion courante. reconnaissance.

Vers la synthèse ➜ p. 101

Deux documents : extrait du roman Les Aventures de Télémaque, de F. de Fénelon (➜ p. 100) ; extrait de la
préface de l’essai Le Luxe, de J. Castarède (➜ p. 57).

Intérêts du rapprochement
Recherche de points communs entre deux documents de nature différente (roman / essai) et d’époque
différente ; les visées de chaque texte sont également différentes : le premier relève de l’éducation poli-
tique, sociale et morale d’un jeune prince, le second appartient à la préface d’un essai sociologique.
Certains points, implicites dans l’un, sont explicites dans l’autre. Trois siècles les séparent.

Malgré ce qui les sépare, les deux documents peuvent son champ sémantique, le document de J. Castarède
être rapprochés : en analysant les différents sens du renvoie au texte de Fénelon. On peut faire apparaître
terme « luxe » et en déterminant ainsi, en quelque sorte, les éléments communs sous forme de tableau.

F. DE FÉNELON, LES AVENTURES DE TÉLÉMAQUEE (1699) J. CASTARÈDE, LE LUXEE (1992)


Raffinement de voluptéé (l. 5). Étymologie : luxuria, « excès », « clinquant » (l. 3-4)
Bon goût, perfection des arts, politesse de la nation (l. 9) : Rayonnement, goût, élégance (l. 3) : point de vue de
jugement général n’appartenant pas à Mentor. certains.

Magnificence (l. 12), richesse (l. 15), faste (l. 14). Magnificence (l. 20).

Superflu (l. 6) qui devient nécessaire et dont on ne peut Superflu (l. 8-9), ce qui n’est pas nécessaire.
plus se passer.

Le luxe est présenté comme une tentation condamnable, Le luxe est un investissement patrimoniall (l. 33). Il est
comme une volonté de s’élever socialement (ce qui n’est aussi présenté comme un rêve (l. 50).
pas acceptable pour Mentor).

Du rapprochement des deux documents, on retient est opposé à toute forme de luxe par respect de la
essentiellement un point commun, qui permettrait morale et de l’organisation sociale. Pour lui, le luxe
de caractériser le luxe : il est associé au faste, à est corruption et bouleverse l’ordre social. Jean
la richesse, à la magnificence ; apparaît également Castarède présente différentes perceptions du luxe
l’idée de superflu, qui, selon Mentor, se transforme en insistant sur le caractère subjectif de la définition
en nécessaire. À cela on peut ajouter un point, du mot. Dans les deux documents figure l’idée que
explicite dans le texte de J. Castarède, implicite le luxe, difficilement accessible, relève du rêve et
dans celui de Fénelon : le luxe constitue un signe aide à vivre.
extérieur, un symbole. On pourrait dire que, dans
les deux documents, on trouve des éléments simi- Deux documents : consigne ➜ p. 114. Ce sujet est
laires, mais que la différence fondamentale est le traité p. 140 de ce guide pédagogique, chapitre 11
jugement qui est porté sur ces éléments : Mentor (Analyser un extrait poétique).
123
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 101

1 Sujet ➜ p. 101.

Intérêts du sujet
Utiliser les différents points de vue proposés par les documents pour donner un avis tranché (le luxe
est un bien / le luxe est un mal) ou pour construire une réponse mitigée. Le sujet peut être envisagé
tout d’abord sous forme d’un débat en groupe, à partir des documents, les arguments étant ensuite
repris pour construire différents types de réponse. On trouvera des éléments concernant ce sujet dans
le chapitre 24 du livre de l’étudiant.

I – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE : LE ble ; il représente ce dont on n’a pas expressément


LUXE EST UN MAL besoin, et qui apporte du plaisir, de l’agrément (Vol-
taire ➜ p. 113).
● Le luxe constitue un excès (de raffinement, de
richesse, d’éléments ostentatoires) : il contrevient ● Le luxe embellit l’environnement et apporte
ainsi à la modération, à la modestie, à la simplicité, à lumière, esthétique, élégance, éblouissement en
la frugalité recommandées par la philosophie et par créant un décor agréable à regarder (tableau de
la parole (Mentor dans le texte de Fénelon). Gervex ➜ p. 119, publicité pour Dior ➜ p. 129) : les
illuminations d’une ville, la recherche esthétique de
● Par les envies et les ambitions qu’il provoque,
ses vitrines, ses monuments, leur décoration.
le luxe, associé à la richesse et à la possession de
biens de valeur, est de nature à brouiller les catégories ● La volonté d’accéder au luxe et à tout ce qu’il
sociales et à perturber une organisation de la société connote (beauté, richesse, recherche esthétique)
considérée, traditionnellement, comme impossible à pousse à la réussite personnelle et constitue un
remettre en cause (Mentor dans le texte de Fénelon). moteur d’élévation individuelle et sociale.
● Pour les mêmes raisons (ambitions, désir de ● Le goût du luxe est également perçu comme un
s’élever, d’être plus riche…), le luxe provoque des puissant moteur économique : développement des
comportements répréhensibles ayant pour objectif échanges commerciaux, exploration de nouveaux
de se procurer de l’argent facilement : tromperies, marchés, de nouvelles sources de produits rares
artifices divers, vol, violences diverses (Mentor dans (Voltaire ➜ p. 113).
le texte de Fénelon). ➤ Le luxe fait rêver parce qu’il se présente comme
● L’importance accordée au luxe dévalorise des ce que l’on n’a pas et que l’on aimerait avoir
qualités, des compétences, des efforts, des talents, (J. Castarède ➜ p. 57). Il est important pour cette
des choix altruistes et généreux et entraîne leur mépris raison, il nourrit l’imagination et les aspirations, il
tandis que le faste, la richesse, la facilité, l’apparence, charme et séduit, il offre un horizon d’évasion et
sont valorisés (Mentor dans le texte de Fénelon). compense la médiocrité de la vie. On comprend
que certaines publicités (pour les parfums notam-
II – ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA THÈSE : LE ment) soient construites sur des représentations
LUXE EST UN BIEN du luxe.
● Le luxe rend la vie facile, confortable et agréa- 2 Sujets ➜ p. 59 et p. 129 (NT).

DOCUMENT 3 Boris Vian, L’Écume des jourss (1947) ➜ p. 101

THÈME : le travail

Intérêts du document
Faire émerger des idées opposées sur le travail à partir d’un dialogue de roman entre deux
personnages peu conventionnels ; des réflexions sur les relations entre le travail des hom-
mes et le travail des machines, sur le conditionnement dont sont victimes les hommes dans
le monde du travail.

124
Analyser un extrait de roman CHAPITRE
10
idées qu’il énonce en utilisant – entre autres formu-
Pour analyser le document lations – le pronom indéfini on : on leur a ditt (l. 3, 25),
en général, on trouve. (l. 3), ceux qui leur font croire
1 Les questions sur lesquelles porte le dialogue (l. 30-31). Colin met en relief l’idée courante selon
Il y a essentiellement deux grandes questions sur laquelle, traditionnellement, le travail doit être consi-
lesquelles porte le dialogue. On peut d’ailleurs déré comme une valeur en soi. Les termes valorisants
remarquer que l’échange n’avance pas et que Chloé, de l’énumération : c’est sacré, c’est bien, c’est beau,
qui a lancé le sujet, l’abandonne par lassitude de ne c’est ce qui compte avant toutt (l. 26), et l’idée que
pas arriver à une autre conclusion que celle de la seuls les travailleurs ont droit à tout (l. 26-27) sont l’ex-
supposée bêtise des hommes. Les questions sont pression d’une idéologie à laquelle ne souscrivent ni
les suivantes : l’un ni l’autre des interlocuteurs, et que Colin présente
– est-ce ou n’est-ce pas bien de travailler ? (l. 1- comme le résultat d’un bourrage de crâne.
2, puis 25 à 27). Il s’agit ici de la valeur du travail, ● Le point de vue de Colin : il s’exprime en plu-
avec une allusion implicite aux jugements portés sieurs étapes, toujours en réponse aux propos de
habituellement sur cette activité : le travail est sacré Chloé. Son point de vue est que les hommes sont
(l. 26), formateur, il s’oppose à la paresse, il apprend victimes de ceux qui les exploitent en leur faisant
à l’homme les réalités de la vie… On peut remarquer croire à la valeur absolue et sacrée du travail (l. 25
que n’entre pas en ligne de compte ici le fait qu’il à 27). C’est, selon Colin, cette exploitation qui fait
puisse être nécessaire de travailler pour vivre. qu’ils passent leur temps à travailler, n’ont pas le
– le travail, les hommes, les machines et l’utilisa- temps de construire les machines qui les libéreraient
tion du temps de la vie (l. 5, 10 à 15) : l’utilité des et qu’ils ne peuvent même pas profiter des suppo-
machines pour remplacer les hommes dans les sés avantages de leur condition – valorisée – de
tâches difficiles, mais la nécessité pour les hommes travailleurs. De manière progressive, et sous une
de travailler à construire les machines et l’organisa- forme argumentée, Colin dénonce la manière dont
tion que cela pourrait exiger, puisque les hommes le monde du travail (les dirigeants, représentés de
travaillent d’abord pour vivre et non pour construire manière récurrente par on) transforme les hommes
des machines. en « machines » à produire. L’incapacité de penser
➤ Derrière ces échanges se profile la question de à laquelle ils sont conduits les empêche même de
travailler pour vivre ou vivre pour travailler, dont on trouver le temps d’inventer de quoi se libérer. C’est là
perçoit qu’elle n’intéresse pas vraiment les deux une façon de dire que l’abrutissement humain dû au
interlocuteurs, peut-être par manque d’expérience travail bloque toute possibilité de progrès.
du travail.

2 Les différents points de vue énoncés Vers la synthèse ➜ p. 102


À propos du travail et des orientations envisagées, le
texte donne les points de vue de deux personnages. 1 Deux documents : consigne ➜ p. 102 (NT).
Mais l’un d’entre eux ajoute à ses propres idées Deux documents : consigne ➜ p. 55. Ce sujet est
celles qui viennent de la tradition. Le dialogue donne traité p. 51 de ce guide pédagogique, chapitre 6
ainsi trois opinions. (Analyser un extrait d’essai).
● Le point de vue de Chloé : donné dès la pre- 2 Trois documents : consigne ➜ p. 126. Ce sujet
mière réplique, ce point de vue est plutôt négatif : est traité p. 161 de ce guide pédagogique, chapitre 12
Ce n’est pas tellement bien de travailler (l. 1-2), et, (Analyser une œuvre d’art).
selon ce même personnage, cela ne donne pas le
droit d’être arrogant et méprisant. Le jugement, qui 3 Quatre documents : consignes ➜ p. 85 (NT) et
n’accorde guère de valeur au travail, est complété p. 158 (NT).
par l’idée qu’il vaudrait mieux utiliser des machines
que des hommes (l. 5), et que ceux qui travaillent Vers l’écriture personnelle ➜ p. 102
préféreraient sans doute se distraire au lieu de
travailler (l. 21-22). Ces propos montrent chez celle
Sujet ➜ p. 55. Ce sujet est traité p. 52 de ce guide
qui les prononce une perception compréhensive et
pédagogique, chapitre 6 (Analyser un extrait d’es-
humaine, sans doute partagée par beaucoup, et qui
sai).
fait du travail une corvée dont chacun aimerait être
délivré. Sujets ➜ p. 77 (NT) et p. 85 (NT).
● Le point de vue traditionnel : il est énoncé par Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité p. 197 de ce guide
Colin, qui prend soin de préciser d’où viennent les pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).

125
A P P L I C ATION
DOCUMENT 4 Victor Hugo, Les Misérables (1862) ➜ p. 103

THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Image et caracté éristiques de l’exclusion au XIXe siècle à travers une scène de fiction montrant
le rejet d’une personne
p par une autre ; la condition des anciens bagnards et la surveillance
policière dont ils sont l’objet ; une scène entièrement construite sur un dialogue de type
théâtral.

nourriture, retenue par les rouliers (l. 26). À chaque


Pour analyser le document demande formulée, l’aubergiste oppose un refus
qu’il présente comme ne venant pas de lui, mais des
1 Le thème du passage autres. Ces différents refus sont autant de prétextes,
L’extrait des Misérables a pour thème l’exclusion. de raisons fallacieuses, dont il ne cherche même pas
Un passage entièrement dialogué confronte l’ex- à cacher le caractère de prétexte mensonger. L’ex-
bagnard Jean Valjean à un aubergiste qui lui refuse plication est donnée à la fin de l’échange, lorsque
le gîte et le couvert, parce qu’il a deviné son statut. À l’aubergiste est à bout d’argument : Vous vous appe-
travers un échange de répliques, l’extrait permet au lez Jean Valjean (l. 39), je me suis douté de quelque
lecteur de comprendre la situation du personnage et chose (l. 40).
l’attitude de l’aubergiste.
● Jean Valjean : installé comme s’il n’y avait aucun 2 Informations historiques et sociales
problème d’accueil, il est demandeur, et plusieurs Publié en 1862, mais faisant référence aux années
répliques précisent qu’il a de l’argent et peut payer : 1830-1840, le roman de V. Hugo traite de faits
J’ai de l’argent, Je paye (l. 4, 7 et 20). Il n’est donc pas sociaux du XIXe siècle. Jean Valjean est une victime
un mendiant, mais un voyageur et un client comme de la justice de l’époque : condamné au bagne
un autre, en théorie. D’autre part, il n’est pas agressif pour avoir volé un pain, il reste, même une fois sa
mais explique sa fatigue et son besoin de manger, peine achevée, un marginal, un exclu. Cette forme
Je veux mangerr (l. 20), et commence par ne pas d’exclusion a pour caractéristiques le fait d’être
prendre très au sérieux le refus. Ce n’est qu’après partout refusé, rejeté, même lorsqu’il s’agit de se
avoir argumenté en réponse aux dénégations de loger comme un voyageur normal et de payer, de
l’aubergiste (l. 16 à 34) et avoir compris ses raisons devoir signaler son passage dans les mairies des
réelles (l. 39 à 41) qu’il accepte de s’en aller. villes ou villages où il séjourne, d’être partout iden-
Il ressort de la fin de la scène que l’aubergiste a tifié et, de ce fait, susceptible d’être chassé. Son
identifié son hôte comme un ancien bagnard (par le statut le condamne donc à l’errance, à la pauvreté,
signalement venu de la mairie) et que c’est la raison à la solitude, à l’inconfort, à la faim et au mépris. Sa
de son refus. L’exclusion prend ici la forme d’une condamnation initiale devrait faire de lui (s’il n’était
opposition à toute tentative de réinsertion sociale : aidé par quelques êtres généreux) un exclu à vie.
le fait qu’un ancien bagnard soit immédiatement ➤ L’extrait fait réfléchir sur la sévérité extrême de
reconnaissable a pour conséquence qu’il se fait la justice, sur les déterminations négatives et très
rejeter partout où il passe. lourdes qui pèsent sur ceux qui sont victimes de
● L’aubergiste : il a, tout au long de la scène, une l’injustice, sur la cruauté des conditions de vie de
attitude de refus réitérés. Les raisons avancées sont ceux que V. Hugo appelle, sans connotation morale,
les suivantes : pas de chambre (l. 9), pas de place mais en insistant sur leur misère matérielle, les
même à l’écurie (l. 13), pas de dîner (l. 16), pas de « misérables ».

126
Analyser un extrait de roman CHAPITRE
10
N.B. Le tableau rempli d’une synthèse relative au
Vers la synthèse ➜ p. 104
thème de l’exclusion figure dans ce guide pédago-
gique, p. 240-241 (chapitre 18).
1 Deux documents : consigne ➜ p. 104, partielle-
ment traité.
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 104
2 Deux documents : consigne ➜ p. 65 (NT).
Trois documents : consigne p. 65. Ce sujet est
➜ Sujet ➜ p. 65 (NT).
traité p. 64 de ce guide pédagogique, chapitre 6 Sujet➜ p. 80. Ce sujet est traité p. 89 de ce guide
(Analyser un extrait d’essai). pédagogique, chapitre 8 (Analyser un dessin de presse).

DOCUMENT 5 Georges Orwell, 19844 (1950) ➜ p. 105

THÈME : les menaces sur les libertés

Intérêts du document
Faire réfléchir sur la nature d’un État dans lequel un pouvoir central exerce une surveillance
de tous les instants sur les individus, les privant ainsi de liberté ; faire s’interroger, à partir de
cette situation, sur l’ampleur actuelle de la vidéosurveillance, dont le roman constitue une
illustration, voire une prémonition inquiétante.

d’emprisonnement. Chaque être est épié, surveillé,


Pour analyser le document sans qu’il puisse savoir à quel moment, ou s’il s’agit
d’une surveillance permanente. Ces caractéristiques
1 Thème de l’extrait et situation du personnage montrent un univers dans lequel les individus n’ont
L’extrait de roman qui est proposé aborde plusieurs plus aucune intimité et dont non seulement la vie
thèmes liés entre eux. Il y a d’abord l’évocation d’un visible, mais les pensées peuvent être connues d’un
contexte peu agréable, peut-être explicable par pouvoir central omniprésent et dont la présence ne
un conflit récent, ce que l’on peut déterminer par se fait jamais oublier.
l’insistance sur la détérioration et sur la destruction, Dans ce contexte, le personnage ressemble à un
paraissait froid
d (l. 1-2), papier déchiré (l. 3), tout sem- prisonnier. Il ne peut rien regarder sans apercevoir
blait décoloré (l. 4). l’image de Big brother, il ne peut rien faire sans être
Vient ensuite une présence inquiétante, celle d’un vu, rien dire sans être entendu, il ne peut réfléchir
personnage, Big Brother, dont les affiches et le regard sans que lui vienne à l’esprit la présence de la Police
sont présentés comme obsédants : affiches collées de la Pensée. Surveillé de l’extérieur et à l’intérieur
partout (l. 4), vous fixait du regardd (l. 5-6). Parmi les de chez lui, il est cerné de toutes parts par une
éléments inquiétants qui évoquent une perpétuelle organisation qui ne lui laisse qu’une liberté tout à fait
surveillance, figure aussi l’hélicoptère, qui connote illusoire.
une présence policière, ce qui est confirmé par les
mots patrouille et mettre le nez aux fenêtres des gens
2 Le régime politique en place
(l. 12). À cela s’ajoutent, dans une progression qui a
quelque chose d’angoissant, l’évocation de la Police La présence d’une surveillance totale et constante
de la Pensée (l. 13-14) et le télécran (l. 15), instru- des individus, l’existence du chef suprême au titre en
ment de surveillance, qui capte (image et son) ce que principe rassurant, la centralisation de son pouvoir, la
dit et ce que fait chaque individu. La présentation manière dont les êtres sont réduits à l’état d’objets,
de l’instrument désigné par le mot télécran insiste sont privés d’une véritable liberté d’action, de parole
sur ses caractéristiques : recevait et transmettait et de pensée, tout dans le texte évoque un régime
(l. 17), captait tous les sons (l. 17), être vu aussi bien totalitaire pour lequel les « citoyens » n’ont aucune
qu’entendu (l. 19-20), elle surveillait tout le monde, individualité, aucune existence qui n’appartienne
constammentt (l. 23-24), tout son émis était entendu pas, ou qui ne soit pas récupérée par le pouvoir.
(l. 26), tout mouvement était perçu (l. 27). On observe L’extrait montre les dangers, les ravages d’un tel
une forte insistance sur l’idée de surveillance et système – authentique sur le plan historique – et la
127
manière dont il broie les êtres au profit du pouvoir dans un contexte démocratique, avec des consé-
d’un seul secondé par une centralisation très précise quences dont il est impératif de se soucier.
et très rigoureuse, dont on a ici un aperçu. Le texte,
qui figure au tout début du roman, en pose le décor
et précise quels sont les instruments qui permettent Vers la synthèse ➜ p. 105
un tel régime, en insistant sur les moyens de la sur-
veillance électronique. 1 Deux documents : consigne ➜ p. 63 (NT).
La lecture de l’extrait et éventuellement d’autres, 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 154. Ce
venus du même roman, est une invitation à réfléchir sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 209
sur l’évolution technique des sociétés actuelles et, chapitre 15 (Analyser une photo).
dans un domaine plus large, sur la manière dont
la mondialisation des communications crée une Quatre documents : consigne ➜ p. 98 (NT).
emprise de plus en plus forte sur la liberté des indivi-
dus. La situation décrite a pour objectif d’avertir les Vers l’écriture personnelle ➜ p. 105
lecteurs sur les dangers d’une surveillance ici liée à
un régime particulier, mais qui pourrait être utilisée Sujets ➜ p. 63 (NT), p. 71 (NT) et p. 166 (NT).

DOCUMENT 6 Émile Zola, Germinall (1885) ➜ p. 106

THÈME : le devenir des sites industriels

Intérêts du document
Importance du témoignage historique et social apporté par un roman ; importance de ce
que représente un site industriel : mémoire de la vie des ouvriers lors de la Révolution indus-
trielle ; compréhension de phénomènes sociaux ; nature particulière des lieux, présentés
de manière à la fois technique et fantastique ; réflexion possible sur la valeur du patrimoine
industriel et sur la nécessité d’en maintenir la mémoire.

rect libre souligne l’hésitation du personnage, son


Pour analyser le document découragement, puis sa persévérance, qui se traduit
par le Bonjourr de la ligne 21.
1 Thème de l’extrait et informations données
● La mine : les lieux sont décrits avec une grande
sur les lieux et sur les gens précision et avec le souci de donner des informa-
Le thème de l’extrait est l’arrivée, de nuit, dans un tions techniques et exactes. On le voit au nombre
lieu industriel, d’un homme, désigné par le mot important de termes spécialisés : charpentes, bois
homme (l. 1, 14) – il n’a donc pas encore d’identité –, noircis (l. 10), tréteauxx (l. 11), terri (l. 16), ouvriers
à la recherche de travail. Le texte donne à voir ce que de la coupe (l. 17), déblais (l. 18), moulineurs (l. 19),
cet homme arrive à distinguer dans la nuit, une mine berlines (l. 20, 25). Celui qui parle a visiblement le
qu’il n’identifie pas immédiatement. Ces lignes, qui souci de donner une description exacte des lieux.
appartiennent au début du roman, se concentrent On sait par les Carnets d’enquête (Présentation
sur trois éléments : l’homme, la mine en fonctionne- d’Henri Mitterand, éd. Plon, 1986) à quel point Zola
ment, ceux qui y travaillent. était soucieux de l’exactitude des lieux, qu’il allait lui-
● L’homme : personnage central, c’est à travers lui même observer, en prenant des notes et en faisant
que les choses sont vues, dans le paysage industriel des croquis.
qu’il traverse de manière presque cinématographi- ● Les gens : la précision de la description concerne
que, ce que montrent les expressions l’homme avait aussi les ouvriers, non de manière individualisée (ils
à sa droite (l. 1), reparurent près de luii (l. 5), venait ne sont pas encore des personnages précis, même
de l’arrêterr (l. 7), l’homme reconnutt (l. 14). Le lecteur le héros), mais sur un plan professionnel. Ils sont
assiste ainsi à l’entrée d’un inconnu dans un monde désignés par les termes exacts de leurs fonctions,
qu’il découvre en même temps que lui et qui est celui ouvriers de la coupe à terre (l. 17), moulineurs (l. 19),
de la mine. L’interrogation résignée à quoi bon ? il et par les actions qu’ils accomplissent : sortait (l. 18),
n’y aurait pas de travaill (l. 14-15) au discours indi- pousserr (l. 19), culbutantt (l. 20), pesait (l. 26).
128
Analyser un extrait de roman CHAPITRE
10
➤ Nettement informatif, l’extrait donne au lecteur (l. 7-8), alignaient vaguement (l. 10), noyée de nuit et
des éléments de connaissance de la mine et de ce de fumée (l. 11-12), qu’on ne voyait pointt (l. 13) ;
qu’on y fait. Le souci de précision n’empêche pas de – la présence d’éléments qui ont quelque chose
présenter les lieux dans un registre particulier. de mystérieux et / ou de monstrueux. Certains
relèvent de la personnification, d’autres sont expri-
2 Une perception et une représentation fan-
més par des comparaisons : les feux reparurent
tastiques des lieux (l. 5), brûlaient si haut dans le ciel mort (l. 6), lunes
La découverte de la mine se fait à travers le regard fumeuses (l. 6), de rares lueurs sortaient (l. 8-9),
du personnage qui, d’abord un peu perdu, finit par tréteaux gigantesques (l. 11), apparition fantastique
reconnaître la fosse d’une mine. Cette perception (l. 11), respiration grosse et longue (l. 12), grandes
des lieux est rendue dans un registre imagé à la haleines régulières, comme des coups de faux
fois métaphorique et hyperbolique : de nuit, la mine (l. 27, 28).
prend une allure fantomatique et monstrueuse. On ➤ La présentation de la mine fait alterner des élé-
peut énumérer ce qui participe au caractère effrayant ments techniques très précis et une représentation
de l’univers découvert : effrayante, qui montre cet univers industriel sous la
– l’idée de confusion et la difficulté d’identifi- forme d’une sorte de monstre dévoreur d’hommes
cation des lieux : pignons confus (l. 3), sans qu’il – la mine s’appelle le Voreux — mais en même temps
comprît davantage (l. 5), tas écrasé de constructions de monde fantasmagorique et fascinant.

Vers la synthèse ➜ p. 106

1 Deux documents : consigne p. ➜ 111. Ce sujet est traité p. 137 de ce guide pédagogique, chapitre 11
(Analyser un texte poétique).
2 Trois documents : extrait du roman d’É. Zola, Germinal (document 1 ➜ p. 106), extrait poétique
d’É. Verhaeren (document 2 ➜ p. 110), extrait d’un essai d’E. de Roux (document 3 ➜ p. 56).

Intérêts du rapprochement
Réflexion, à travers deux textes littéraires qui évoquent le monde industriel et un extrait d’essai, sur
les raisons de ne pas laisser mourir certains sites industriels qui témoignent de la vie ouvrière et de la
manière dont le XIXe siècle positiviste concevait certains lieux de la production industrielle.

La consigne demande de mettre en relief les raisons ments 1 et 2 insistent sur une esthétique industrielle
de la sauvegarde et de la réhabilitation des sites mystérieuse ou fantastique, géométrique et fascinante.
industriels. Les raisons sont formulées par E. de La mine est présentée comme un monde particulier,
Roux et illustrées par les documents littéraires. dont les caractéristiques ont exigé des hommes des
techniques et des savoir-faire qu’il convient d’admi-
LES RAISONS DE SAUVEGARDER / RÉHABILITER rer. Les lieux industriels sont générateurs d’émotion
LE PATRIMOINE INDUSTRIEL (documents 1 et 3) par leurs formes, leurs structures,
● Existence d’une dette du monde actuel à leurs couleurs, leurs lignes. On le remarque dans la
l’égard de l’époque industrielle (document 3) présentation des « Usines » (document 2).
représentée par des lieux : présentation nocturne ● Importance de conserver des témoignages
de la mine (document 1) et évocation des fabriques d’une histoire qui disparaît très vite du fait de l’accé-
et des usines (document 2) ; description d’une zone lération du monde et de la mondialisation (document
industrielle habitée comportant un canal, des usines, 3 pour la formulation de l’idée, documents 1 et 2
des maisons d’habitation, des cafés… (document 2) ; pour l’illustration) : les lieux de l’industrialisation sont
évocation du travail difficile et de la vie misérable des porteurs de toute une histoire : mise en place de l’in-
ouvriers dans les documents 1 et 2. La dette justifie dustrie, dans l’enthousiasme et dans la souffrance
de faire revivre des lieux essentiels de production, de des êtres humains, de générations remplacées par
création et de vie. d’autres, développement puis disparition brutale des
● Caractère particulièrement esthétique et lieux et de l’outil de travail du fait de crises économi-
émouvant de certains sites industriels : réalisations ques, de nouvelles énergies, de nouvelles stratégies
remarquables (document 3) sur le plan du style, de industrielles, de mutations. Il est essentiel d’empê-
l’innovation et de la recherche esthétique ; l’auteur du cher que disparaissent non seulement un savoir-faire
document 3 parle de prouesses techniques. Les docu- mais aussi sa mémoire…
129
➤ La littérature constitue en elle-même un témoi-
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 106
gnage historique de la vie ouvrière et des lieux
industriels : la sauvegarde matérielle de ceux qui
demeurent permet d’associer le souvenir littéraire à
Sujet ➜ p. 57. On trouvera des éléments pour traiter
ce sujet dans le chapitre 24 du manuel de l’étudiant
la réalité des sites.
(p. 229 et suivantes).
3 Quatre documents : consignes ➜ p. 125 (NT) et Sujet ➜ p. 146. Ce sujet est traité p. 192 de ce guide
p. 146 (NT). pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 107

■ LEXIQUE Modération : mesure, adoucissement, diminution.


Notoriété : célébrité, reconnaissance.
EXERCICE 1
Parodier : imiter, contrefaire.
● Un mentor : un précepteur, un guide, un maître, Prévisions : conjectures, prédictions, annonces.
un protecteur.
● Autres termes : un hercule / sous l’égide
de / protéiforme / un adonis / un atlas / sous les ■ EXPRESSION ÉCRITE
auspices de… / être de bon augure / une égé-
rie / une cassandre / un cerbère / une chimère / un EXERCICE 4
dédale / un écho / une harpie / une mégère / un
La pauvreté est une infamie.
laïus / un marathon / un méandre / une naïade / un
nectar / une odyssée / un pactole / des pénates. ● Nombreux sont ceux qui pensent, contrairement
à Mentor, que la pauvreté est une infamie. / La
EXERCICE 2 pauvreté est une infamie, c’est l’avis de tous, sauf
de Mentor.
● Termes familiers ou grossiers dans le texte de
F. Beigbeder : téloche : télévision ; un jeune con : un ● Je ne suis pas du tout de l’avis de ceux qui
jeune type, un jeune créatif ; bagarre : bataille ; four- affirment que la pauvreté est une infamie. / Je ne
guerr : placer, faire accepter, faire acheter ; lourderr : comprends pas du tout comment on peut dire
exclure, licencier, mettre à la porte. que la pauvreté est une infamie. / La pauvreté,
une infamie ! Voilà une idée que je ne partage pas
● Raisons d’un tel choix : utiliser un registre
du tout.
« branché » professionnel (snobisme) ; faire « vrai »
(effet de réel) en montrant comment on parle dans ● La pauvreté est une infamie : c’est ce que tout
le milieu de la publicité ; pour le personnage, se le monde pense. / Il y a un consensus autour de
donner de l’importance et paraître au-dessus du l’idée que la pauvreté est une infamie. / C’est une
« lecteur moyen » à qui il s’adresse ; se présenter idée admise par tous que la pauvreté est une
sous une forme paradoxale, à la fois jeune imbécile, infamie.
qui ne sait pas grand-chose, et créateur génial car ● Certains, que je ne rejoins pas, considèrent
c’est sur son inventivité que repose toute une chaîne la pauvreté comme une infamie. / Il est des gens
économique ; donner un ton provocateur et très pour penser, mais je ne partage pas leur façon de
assuré aux propos tenus. voir, que la pauvreté est une infamie.
EXERCICE 3 ● J’adhère tout à fait à l’idée que la pauvreté
est une infamie. / Je partage tout à fait l’idée
Des termes et des synonymes que… / À coup sûr, la pauvreté est une infamie ;
Artifice : ruse, subterfuge, fraude, déguisement. en tout cas, c’est mon avis.
Corrompre : altérer, dépraver, gâter pervertir. ● La pauvreté, une infamie ? J’avoue avoir du
mal à formuler un point de vue. / Il me paraît diffi-
Incurable : inguérissable, irrémédiable.
cile d’affirmer que la pauvreté est une infamie.
Légende : fable, histoire, explication (accompagnant
● Je ne sais pas trop si la pauvreté est vraiment
un dessin, une carte).
une infamie : de quelle pauvreté s’agit-il ? Le mot
Magnificence : somptuosité, richesse, luxe, faste, a plusieurs sens.
générosité.
130
Analyser un extrait de roman CHAPITRE
10
EXERCICE 5

Présentations rédigées
● Texte de G. Orwell : l’extrait du roman de ● Texte d’É. Zola : dans un extrait du roman
G. Orwell, 1984, publié en 1950, évoque un Germinal, daté de 1885, d’É. Zola, le narrateur
monde totalitaire dans lequel chaque individu est rapporte avec des précisions techniques le monde
constamment surveillé par un pouvoir central, de la mine, découvert, de nuit, par le héros, ouvrier
désigné par « Big brother ». à la recherche d’un travail.

131
CHAPITRE
11 Analyser
un extrait poétique
Livre de l’étudiant ➜ p. 108 à 116

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 José Maria de Heredia, « Les conquérants », ➜ p. 108

sonnet extrait des Trophées (1893) THÈME : le voyage

Intérêts du document
bre, écrit au XIXe siècle et célébrant les grands voyageurs de la Renaissance :
Un sonnet célèb
une double ima
age de rapacité et de rêves d’exotisme et de découverte ; une certaine image
des voyages / expéditions ; un texte historique.

terrifiant (la mer, les tempêtes, l’accueil des popu-


Pour analyser le document lations locales, les mutineries)… La comparaison
avec les oiseaux de proie laisse penser que certains
1 Motivations des voyageurs / Caractéristi- sont violents et peu regardants sur les moyens de la
ques des voyages et des conquérants conquête, et qu’ils cherchent une compensation à
La lecture du sonnet fait apparaître les raisons de diverses frustrations sociales.
partir suivantes :
2 Le registre utilisé
– la lassitude d’une vie médiocre, voire misérable et
Les conquérants et leurs voyages sont évoqués par
difficile à supporter pour des hommes avides d’aven-
Heredia sur un mode élogieux. Un certain nombre de
tures, de voyages et d’actions d’éclat irréalisables
termes ont des connotations positives et chargées
dans les limites de leurs pays (premier quatrain) ;
d’admiration comme les expressions ivres d’un rêve
– le désir des richesses supposées des contrées héroïque (v. 4), les adjectifs fabuleux (v. 5), mystérieux
lointaines comme le Japon (v. 5 et 6) ; (v. 8), épiques (v. 9), enchantaitt (v. 11), mirage (v. 11).
– la curiosité des contrées nouvelles, encore char- Les aventuriers, leurs objectifs et la nature de leurs
gées de mystère (tercets). voyages semblent inspirer au poète une véritable
Ces motivations combinent ce qui est violent, par fascination.
la comparaison avec les oiseaux de proie, ce qui
est mystérieux et poétique, et ce qui relève de la
connaissance, l’appel de l’inconnu. On retrouve là Vers la synthèse ➜ p. 108
trois grandes caractéristiques des expéditions de la
fin du XVe siècle et du XVIe. 1 Deux documents : consigne ➜ p. 62 (NT*).
Les voyages et les conquérants sont définis à tra- 2 Trois documents : consigne ➜ p. 68. Ce sujet
vers les motivations. Il s’agit de grandes expéditions est traité p. 68 de ce guide pédagogique, chapitre 7
maritimes par des voies inexplorées, pour trouver (Analyser un extrait de presse).
non seulement des pays mais des passages incon-
nus. Ce sont des voyages dangereux, entrepris par 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 132. Ce
des aventuriers dont certains sont sans foi ni loi. Les sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 172,
conquérants sont des hommes ambitieux, courageux chapitre 13 (Analyser une publicité).
et téméraires, capables d’aller jusqu’aux limites de
leurs forces, de partir vers un inconnu qui peut être * Non traité.
132
CHAPITRE
11
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 108

1 Sujet ➜ p. 108.

Intérêts du sujet
Réflexion sur l’expérience personnelle du voyage par rapport à la découverte par personne interposée
(le voyage à la télévision) : ce qu’elle apporte et ses limites.

Nous donnons ici un ensemble d’arguments qui peu- Mais il s’agit toujours là de « voyage par procura-
vent servir de base à un devoir personnel. tion ». Pour répondre à la question posée par le
sujet, il faut aussi se demander ce que la télévision
I – CE QU’APPORTE ET CE QUE PERMET LA TÉLÉ- ne remplace pas.
VISION
● voyager en images (+ mouvement + son) dans II – LES SPÉCIFICITÉS DES VRAIS VOYAGES : CE
des régions où l’on n’irait pas tout seul ni même QUI LES CARACTÉRISE ET FAIT LEUR INTÉRÊT,
en groupe pour différentes raisons et les voir comme LEUR RICHESSE
si on les avait filmées soi-même. Les raisons qui ● la préparation : choix du pays, choix des iti-
peuvent être avancées sont les suivantes : néraires, recherches, lectures, informations, visite
– c’est trop loin et trop cher ; d’agences de voyages, consultation de catalogues…
la préparation du voyage est une démarche person-
– ce sont des régions extrêmes dans lesquelles on
nelle, qui est un avant-goût du voyage.
ne peut guère faire de tourisme : régions très froides
(régions polaires), régions très chaudes (déserts), ● le voyage, même si la destination n’est pas tout à
régions d’une altitude très élevée (Everest) exigeant fait aussi lointaine et exotique qu’à la télévision, est
des capacités sportives très développées ; réellement vécu ; le voyageur est sur le terrain : c’est
lui qui marche sur le sol du pays visité, qui découvre
– ce sont des régions difficiles d’accès du fait de la
le climat, qui entend les bruits, voit et photographie
végétation (forêt amazonienne, jungle de Birmanie)
les paysages, sent le vent, respire les odeurs… Ce
et des animaux sauvages dangereux, difficiles aussi
qu’il « emmagasine » lui est totalement personnel et
pour les Occidentaux du fait du climat (humidité,
relève de son choix.
insectes, maladies) ;
● le voyage, c’est aussi la rencontre avec les
– ce sont des régions dangereuses parce qu’elles
gens, leurs manières de vivre, de se vêtir, leur lan-
sont le théâtre de conflits humains ou parce qu’elles
gue que l’on écoute parfois sans rien y comprendre,
sont instables (politiquement, géologiquement) ;
leur accueil, éléments qui déterminent ce que l’on
● bénéficier, en matière d’image et de prise de ressent et la façon dont on se comporte. Ce type
vues, du travail de spécialistes qui n’hésitent pas de voyage permet au voyageur d’exercer sa liberté
à utiliser divers moyens de déplacement pour mieux de choix, comme Montaigne le rapporte dans les
filmer (aile volante, dirigeable) des régions vues ainsi Essais, disant que s’il ne peut aller à droite, il va à
du ciel (ex. N. Hulot, Y. Arthus-Bertrand) ; gauche, avec un constant esprit de découverte, une
● bénéficier de commentaires intéressants venus curiosité toujours en éveil et une disponibilité totale.
de spécialistes ; enrichir ses connaissances par des Toutes ces composantes du voyage, auxquelles il
savoirs relatifs aux différentes régions, aux popula- faut ajouter les incidents et mésaventures diverses,
tions rencontrées, aux coutumes, aux modes de vie, constituent une expérience irremplaçable dont le
à tout ce qui caractérise les gens, la faune, la flore, voyageur tire toutes sortes d’enseignements. Cer-
l’habitat, les arts… tes, il va moins loin, mais son voyage est, pour lui,
Les techniques cinématographiques permettent la plus personnel que celui dont il voit les images à la
réalisation d’émissions documentaires de grande télévision, et qui n’est pas pour autant à rejeter.
qualité consacrées aux voyages, Thalassa, Ushuaia, ➤ Le voyage vu à la télévision et le voyage réellement
émissions du National Geographic. Elles font rêver, effectué ne sont pas deux modes de voyages qui
apportent la vue de paysages splendides, laissant s’opposent. Le premier offre des possibilités immen-
penser au spectateur qu’il est le seul à les voir (et ses, le second est personnel, vivant et authentique.
qu’il ne fait pas partie d’un groupe dans lequel De cette manière, ils se complètent.
chacun doit regarder le même paysage au même
2 Sujet ➜ p. 62 (NT).
moment). Elles racontent les périples d’aventuriers
auxquels les téléspectateurs peuvent s’identifier. On Sujet ➜ p. 132. Ce sujet est traité dans ce guide
peut alors considérer que la télévision peut rempla- pédagogique, p. 173, chapitre 13 (Analyser une
cer les voyages, et qu’elle fait même mieux. publicité).
133
DOCUMENT 2 Victor Hugo, « Melancholia », poème extrait des ➜ p. 109

Contemplationss (1856) THÈME : l’exploitation des enfants

Intérêts du document
Extrait poétique célèbre évoquant, de manière très critique et pathétique, le sort des enfants
au travail au XIXe siècle ; exemple de poésie engagée exprimant des idées, mais utilisant les
procédés poétiques pour rendre la dénonciation plus efficace.

matise les effets d’un travail non seulement épuisant


Pour analyser le document et auquel on ne devrait jamais soumettre les enfants,
mais qui les exploite, les use et les abrutit alors qu’ils
1 Le contenu du texte devraient être à l’école, les rendant encore plus
Le texte poétique évoque à la fois les conditions de misérables pour produire de la richesse (v. 24). Il est
vie des enfants, les effets négatifs du travail, qui se comparé au vice et rejeté avec violence.
trouve dévalorisé, et la notion de progrès.
● La notion de progrès : le travail des enfants étant
● Les conditions de vie des enfants : avant même indissociable du progrès industriel, c’est aussi à cette
de mettre en relief les conditions désastreuses dans notion que s’en prend V. Hugo. La machine devient
lesquelles les enfants sont exploités, on peut repérer un véritable monstre dévoreur, être mythologique tapi
tout ce qui insiste sur leur statut d’enfant. Le poète dans l’ombre et menaçant, capable d’engloutir les
donne leur âge, huit ans (v. 3), filles et garçons, enfants pour se nourrir. Ces images hyperboliques
signale leur innocence (v. 9), parle d’âge tendre parcourent le texte. Le progrès lui-même devient
(v. 23) et rappelle qu’ils sont à l’âge où l’on joue et où objet d’interrogations angoissées (v. 26), qui posent
l’on rit, mais où on ne travaille pas dans les mines ou la question d’un avenir qu’on ne sait comment se
sur des machines. représenter. L’ensemble du texte exprime l’idée que
Les conditions de travail regroupent un certain nom- le modernisme (les machines et la révolution indus-
bre de dénonciations : la durée, quinze heures (v. 4), trielle) et le progrès ne peuvent être acceptés s’ils
le caractère répétitif et l’inconfort, de l’aube au soir, sont à l’origine d’une déshumanisation des êtres et du
éternellement, même mouvement, accroupis (v. 5-7), gâchis des enfants dont la vie, l’enfance, la santé, la
le monde industriel fait de machines monstrueuses transformation en adulte sont compromises par l’obli-
(v. 10) dont les enfants semblent les victimes, la gation de travailler dans des conditions inhumaines.
présence constante de la fatigue et de la maladie
(v. 12, 18). L’endroit où ils travaillent est associé 2 La position de celui qui parle par rapport au
à un bagne et à l’enfer (v. 9), ce qui fait d’eux des thème évoqué
prisonniers, des condamnés et des coupables. Les Les termes utilisés, les connotations, les images
conditions dans lesquelles ils vivent – misère, malnu- traduisent chez celui qui parle une véritable indigna-
trition, exploitation, travail incessant – les assimilent tion. On peut identifier cette colère dénonciatrice à
à des animaux : V. Hugo dénonce, en disant qu’elle diverses manières d’écrire :
ne devrait pas être permise par Dieu, le caractère
– la question initiale, Où vont tous ces enfants… (v. 1),
inhumain de cette exploitation d’êtres faibles et
qui donne à voir des enfants dans une situation pitoya-
désarmés, qui fait honte à leurs exploiteurs et qui
ble, et l’explication de cet état à travers la réponse qui
dévalorise aussi la notion de travail.
présente le travail des enfants et les enfants ;
● Les effets négatifs du travail : V. Hugo oppose, – l’insistance sur les conditions inhumaines : durée du
dans le texte, le travail de caractère sacré, qui, travail – quinze heures, de l’aube au soir, éternelle-
selon lui, a une valeur en soi et grandit l’homme, mentt (v. 4-5) –, position – accroupis (v. 7) –, absence
vrai travail, sain, fécond, généreux (v. 33), instrument de pause ;
de liberté et de bonheur (v. 34), au travail d’esclave
– caractère monstrueux de la machine dévoreuse
qui est celui que l’on impose aux enfants. Il met en
d’enfants, machine sombre, monstre hideuxx (v. 7-8) ;
lumière des effets destructeurs : à travers tout un
caractère inhumain de l’environnement industriel ;
ensemble de termes péjoratifs : maigrit (v. 2), pâleur
(v. 12), cendre (v. 12), las (v. 13), servitude (v. 17), – exclamations (v. 17, 18, 22, 32-34) dénonçant la
rachitisme (v. 18), il s’en prend violemment au travail, servitude, le travail générateur de misère, d’abrutis-
à son aspect épuisant et déshumanisant, avec des sement des enfants ;
effets aussi négatifs que de transformer Apollon et – malédiction adressée au travail et au progrès accu-
Voltaire. En des termes très critiques, V. Hugo stig- sés de rendre les hommes et les enfants esclaves.
134
Analyser un extrait poétique CHAPITRE
11
La position est très critique et le ton est polémique ➤ Un texte qui s’inscrit dans les différents engage-
et dénonciateur : le travail des enfants dans de telles ments de V. Hugo en faveur des déshérités et des
conditions est présenté comme ce que personne ne malheureux.
devrait accepter.

Vers la synthèse ➜ p. 109

1 Deux documents : article de Courrier Internationall (➜ p. 68) et poème de V. Hugo (➜ p. 109).

Intérêts du rapprochement
Malgré de grandes différences (époque, pays, nature de l’exploitation, genre des documents), il est inté-
ressant de rapprocher deux documents qui montrent deux modes d’exploitation des enfants.

La consigne demande de mettre en relief deux formes d’exploitation différentes des enfants. Les deux docu-
ments abordent aussi les raisons de l’exploitation. On peut répondre sous forme de tableau.

DOCUMENTS FORME D’EXPLOITATION RAISONS DE L’EXPLOITATION


1. Poème de V. Hugo extrait des Enfants envoyés travailler à Petits, les enfants sont « utilisés »
Contemplations (1856) l’usine dès huit ans dans des pour travailler là où les adultes
Thème : l’exploitation des enfants conditions inhumaines : journées ne peuvent pas aller (dans les
dans les usines au XIXe siècle de 15 heures, travail répétitif, mines) ; ils sont payés moins cher
abrutissant, affaiblissant ; enfants que les adultes ; ils sont faibles,
fatigués et rachitiques, exploités souvent misérables, rapportent un
comme dans un bagne. peu d’argent à leurs familles, et ne
peuvent se révolter contre ce qu’on
leur impose.

2. Article de presse, Courrier Enrôlement de force d’enfants Les enfants soldats sont destinés
internationall (2007) de que l’on oblige à devenir soldats, à pallier les manques d’effectifs
S.-F. N’Piénikoua à se battre, à tuer, à massacrer. dans certains mouvements armés ;
Thème : les enfants soldats en Ils sont endoctrinés, drogués et il est relativement facile de les
Afrique conditionnés à faire ce qu’on leur enrôler en les droguant, et en les
ordonne, et finissent par agir endoctrinant parce qu’ils sont
comme des automates, incapables jeunes, fragiles, influençables
de se rendre compte qu’ils sont et qu’on leur fait croire à leur
devenus des tueurs. puissance à partir du moment où
Les enfants sont mis en première ils sont armés. Leur enrôlement
ligne, et sacrifiés. Ils ne bénéficient permet d’avoir des combattants
pas toujours de leur part de butin. dociles à mettre en première ligne,
sans avoir à les récompenser par
leur part de butin, ce qui fait plus
pour les autres.
Les enfants soldats sont traités
comme des objets, des instruments.

➤ Dans ces deux cas, très différents, on remarque très jeunes, soit parce qu’ils ont été conditionnés.
que les enfants sont exploités par des adultes qui Le phénomène des enfants soldats est tout à fait
profitent de leur faiblesse, des conditions matériel- contemporain. Ce que dénonçait V. Hugo en 1856
les extrêmes (misère, appartenance à des familles existe toujours, comme le montre l’image des enfants
pauvres, enfants abandonnés, orphelins…) dans les- travaillant dans une briqueterie en Colombie (p. 152),
quelles ils se trouvent, pour se procurer de la main- et le texte pourrait s’appliquer à bien des situations
d’œuvre peu chère et soumise, soit parce qu’ils sont de travail des enfants dans le monde.
135
Deux documents : consigne ➜ p. 124 (NT) et p. 152
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 109
(NT).

2 Quatre documents : consigne ➜ p. 128. Ce 1 Sujet ➜ p. 69. Ce sujet est traité p. 71 de ce


sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 165, guide pédagogique, chapitre 7 (Analyser un extrait
chapitre 13 (Analyser une publicité). de presse).
Quatre documents : consigne ➜ p. 124 (NT). Sujet ➜ p. 164 (NT).
2 Sujet ➜ p. 95 (deux sujets). Le sujet 1 est traité
p. 112 de ce guide pédagogique, chapitre 9 (Analy-
ser un schéma, un document chiffré) ; sujet 2 (NT).

DOCUMENT 3 Émile Verhaeren, « Les usines », extrait des ➜ p. 110

Villes tentaculairess (1895) THÈME : le devenir des sites industriels

Intérêts du document
Un texte poétique évoquant avec un mélange de réalisme et de registre épique le monde
industriel ; expression d’une sorte de fascination pour un univers géométrique et effrayant
pour ceux qui y travaillent et pour ceux qui y vivent.

tomatique, animé d’une vie propre et quelque peu


Pour analyser le document monstrueuse, qui fait passer au second plan la vie
de ceux qui travaillent et survivent dans le bruit, la
1 Caractéristiques du monde industriel à tra- rouille, le salpêtre, l’humidité, et qui constituent tout
vers le poème un ensemble humain abordé dans la seconde partie
Le titre du poème est « Les usines » et ce qu’il évo- du poème.
que est un univers industriel fait de banlieues et de
faubourgs dont on peut répertorier les spécificités. 2 Les relations entre les lieux et les gens
– Un ensemble caractérisé par ses lignes, formes Ceux qui vivent dans l’univers industriel évoqué
et volumes géométriques : lignes horizontales d’un n’apparaissent pas tout de suite dans le texte, mais
canal, de quais et de murs, rectangles (v. 8), lignes les relations qu’ils entretiennent réciproquement
verticales des cheminées et des paratonnerres, mas- sont suggérées par divers mots. Le mot usines
ses d’autres constructions. connote la présence d’une population ouvrière,
prolétarienne, caractérisée par l’expression misère
– Un mélange des éléments : eau (v. 2), granit (v. 8),
en pleurs (v. 6), ce qui est accentué par l’évocation
briques (v. 8), plâtras (v. 21).
de familles dans la misère : misère vestimentaire,
– Une succession de constructions diverses mais exprimée par le mot guenilles (v. 19), misère et
liées à la fabrication : fabriques, usines (v. 7), de monu- détérioration de la végétation – flore pâle et pourrie
ments divers (v. 7, 8, 17), et aussi de bars (v. 23). (v. 22) – dans le seul lieu où elle pourrait apparaître,
– Des habitations marquées par la misère : quartiers les squares (v. 20). Cette misère ouvrière (salaires
rouillés (v. 18). bas, peu d’argent, enfants nombreux, conditions de
– La présence constante du bruit des machines : travail inhumaines, éléments connotés par le milieu
ronflent terriblementt (v. 7), ronflent (v. 16), grondent évoqué) est celle qui conduit aux scènes évoquées
(v. 39), haletants battements sourds (v. 40). dans les deux dernières strophes : alcoolisme,
violence (on pense à l’Assommoirr et au contexte
– La présence de la misère, perceptible partout. de certains romans de Zola, même si le monde
➤ Nature des constructions, obscurité, bruit constant, décrit par Zola est celui du Second Empire), haines,
misère et querelles : le poète recrée un univers qui a vols, comportements dictés par la promiscuité, les
quelque chose d’effrayant et de fantastique et vivant jalousies, les mauvaises conditions de travail et de
puisqu’il est personnifié par le choix d’un lexique vie. À une présentation de lieux inhumains, sales,
relatif aux humains : se regardant, yeuxx (v. 1 et reprise détériorés, effrayants, sans lumière, ni confort, ni
anaphorique au vers 14), répétition du verbe ronfler. espoir, correspond l’évocation d’une population
Se trouve ainsi recomposé et montré un monde fan- dont les comportements et les réactions sont mar-
136
Analyser un extrait poétique CHAPITRE
11
qués par cette atmosphère. À un univers industriel sont indispensables à la production, d’une part, à
laid et monstrueux correspondent la misère et la l’avancée du progrès, de l’autre. Il y a réciprocité
déchéance d’habitants dont l’existence et le travail entre les lieux et les gens.

Vers la synthèse ➜ p. 111

1 Deux documents : extrait du roman de Zola, Germinall (➜ p. 106) ; poème « Les usines », d’É. Verhaeren
(➜ p. 110).

Intérêts du rapprochement
Le rapprochement de deux documents littéraires, un extrait de roman et un extrait poétique, fait surgir
des similitudes dans l’évocation monstrueuse, quasiment mythologique, des machines et d’un lieu in-
dustriel : zone de fabriques d’un côté, installation minière en pleine campagne de l’autre. Dans les deux
cas, rapprochement possible entre les lieux et les gens.

I – Le premier paragraphe est donné à titre d’exem- présenté comme efflanqué et encore endormi, signe
ple rédigé dans le livre de l’étudiant. Nous propo- d’une mauvaise alimentation et d’un travail matinal.
sons ici le second paragraphe. ➤ L’ensemble des deux documents insiste sur la
dureté des conditions de travail et de vie des ouvriers
II – CONDITIONS DE VIE DU PROLÉTARIAT – dureté du travail, horaires, environnement malsain
Dans les deux documents, il est question de ceux qui et dangereux. Le second insiste aussi sur la vie des
vivent et qui travaillent dans le monde industriel. Les familles : misère, maladie, difficultés de s’entendre
travailleurs sont évoqués dans des situations diffé- avec les voisins, haines, promiscuité, manque d’ar-
rentes, mais qui sont liées dans un enchaînement de gent, alcoolisme. Les deux documents témoignent,
cause à effet. Ainsi dans le poème d’É. Verhaeren, les sous une forme à la fois réaliste et poétique, d’une
ouvriers ne sont pas montrés au travail mais dans des certaine fascination des auteurs pour le monde
lieux qui les accueillent, les bars : ce sont des gens industriel, et d’une volonté de dire à quel point la vie
soûls oubliant leur misère et les difficiles conditions des ouvriers était toujours dure, parfois inhumaine.
de travail suggérées par l’environnement malsain, C’est là une manière de rappeler le prix humain payé
l’eau, l’obscurité, le bruit, les dangers divers. On au progrès et au confort.
comprend que l’univers des bars, tel qu’il est montré, 2 Trois documents : consigne ➜ p. 106. Ce sujet
avec ses lumières (étains,
( cuivres, miroirs, luit, rayon- est traité p. 129 de ce guide pédagogique, chapitre
nentt v. 24-28), ses reflets, la couleur lumineuse de la 10 (Analyser un extrait de roman).
bière, attire les travailleurs qui viennent y oublier leur
misère. En revanche, dans le texte de Zola, dans un 3 Quatre documents : consigne ➜ p. 146 (NT).
univers équivalent, les ouvriers sont présents, avec
des caractéristiques diverses. Il y a d’abord celui Vers l’écriture personnelle ➜ p. 111
qui est au chômage et qui désespère de trouver du
travail, très tôt le matin, alors qu’il fait encore nuit. Les
Sujet ➜ p. 57. On trouvera également des éléments
autres sont déjà au travail, et comparés à des ombres
dans le livre de l’étudiant (chapitre 24, Trouver des
vivantes, ce qui les place dans un univers présenté
idées, pages 231-232).
comme fantomatique. On observe que l’un est un
vieillard, signe qu’il faut travailler longtemps à une Sujet ➜ p. 146. Ce sujet est traité p. 192 de ce guide
époque où les retraites n’existent pas ; un autre est pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).

137
A P P L I C ATION
DOCUMENT 4 Jacques Prévert, « La grasse matinée », ➜ p. 112

extrait de Paroles (1946) THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Un texte poétiq que très critique qui met en scène un exclu face à la société de consomma-
tion ; un registre
registr satirique qui utilise la dérision et l’ironie pour faire apparaître des effets de
disproportion.

texte met en relief les disproportions entre ceux qui


Pour analyser le document n’ont rien et la société environnante, qui regorge de
biens de consommation, mais les fait protéger par
1 Le thème abordé et ses différents aspects la police. Dans le texte, J. Prévert exprime avec une
Contrairement à ce que laisserait supposer son ironie efficace tout ce qu’il refuse : les inégalités,
titre, le poème de Prévert n’évoque ni la paresse l’exclusion, la faim, la misère, l’État policier, et sou-
ni le confort, mais la solitude et la souffrance d’un ligne les relations de cause à effet entre l’exclusion
homme qui a faim. Entre deux groupes de quatre et la violence.
vers similaires donnés en introduction et en conclu-
2 Le registre
sion, se développe une scène dont les étapes s’en-
chaînent, avec une alternance de récit au présent et On peut identifier le registre du texte comme un
de remarques faites par celui qui parle. Le thème est registre polémique et satirique, utilisant essentielle-
celui de la faim, évoquée à travers un homme qui ment la violence des mots, celle des images, ainsi
n’a pas mangé depuis trois jours et qui, à la limite que l’ironie.
extrême de ses forces, regarde avec envie l’intérieur L’ironie et la dérision sont identifiables dès le titre, qui
d’une vitrine, puis le comptoir d’un café. Le poème constitue une antiphrase par rapport au contenu du
invite ainsi à réfléchir sur la coexistence de la faim poème. La grasse matinée est une expression toute
(exclusion, solitude, misère) et des signes visibles de faite dont chacun sait qu’elle connote le confort,
la société de consommation. Le texte comporte les l’agrément de rester au lit au lieu de se lever tôt, et
éléments suivants : de paresser au lieu d’aller travailler. Or l’homme évo-
– le constat fait par celui qui parle : le bruit de l’œuf qué se trouve hors d’une telle situation. Sa condition
dur, familier à ceux qui fréquentent les cafés, mais est exprimée en une succession de vers courts et
ici perçu par un homme affamé et pour qui ce bruit rythmés par des reprises sonores, comme faim, faim,
n’est qu’un souvenir ; magasin, matin, Potin, ou par la reprise d’un même
mot dans des contextes différents, par exemple le
– la tête de l’homme affamé (le lien se fait par le mot
mot tête : sa tête, sa tête, une autre tête, une tête de
tête) / l’aspect de cette tête, la tête dans la vitrine,
veau, une tête de n’importe quoi, se paye sa tête…
une autre tête qui pourrait se manger ;
Les répétitions de mots martèlent le propos et sou-
– le temps passé sans manger, qui semble impos- lignent la situation inacceptable et inhumaine dans
sible dans une société d’abondance ; explication laquelle se trouve l’homme évoqué. La satire touche
de cette durée : la police surveille tout / évocation aussi l’organisation policière, rappelée par les vers
pleine de dérision et d’ironie des sardines protégées 34-39 soulignant, dans un processus de gradation,
dans leur boîte ; les différentes protections qui figurent – de manière
– l’étape suivante est la tentation du bistrot et de ce ridicule en étant présentées ainsi avec la répétition
que l’on y trouve ; début d’un brouillage des notions de protégées – autour d’une boîte de sardines. La
(vertige dû à la faim) et d’une confusion des mots violence polémique du ton augmente à la fin du
café-crème ➜ café-crime et évocation d’un crime texte, qui aborde la question de la violence et d’un
commis pour le prix d’un café, par désespoir et assassinat pour le prix d’un petit déjeuner.
misère. ➤ Texte violemment critique qui dénonce les inégali-
➤ Sur le thème de la faim et de la misère, le poème tés sociales et la nature d’une société qui refuse à un
rapporte les étapes de l’errance désespérée d’un homme l’aumône d’un petit déjeuner composé d’un
homme qui voit autour de lui ce dont il est privé. Le œuf dur et d’un café.
138
Analyser un extrait poétique CHAPITRE
11
chapitre 12 (Analyser une œuvre d’art).
Vers la synthèse ➜ p. 113
N.B. Un tableau de synthèse rempli relatif à un cor-
1 Deux documents : consigne ➜ p. 104 (NT). pus sur le thème de l’exclusion se trouve p. 240-241
de ce guide pédagogique (chapitre 18).
2 Trois documents : consigne ➜ p. 65. Ce sujet
est traité p. 64 de ce guide pédagogique, chapitre 6 Vers l’écriture personnelle ➜ p. 113
(Analyser un extrait d’essai).
Sujet ➜ p. 65 (NT).
3 Quatre documents : consigne ➜ p. 80 (NT).
Sujet ➜ p. 80. Ce sujet est traité dans ce guide
Quatre documents : consigne p. 118 haut. Ce
➜ pédagogique, p. 89, chapitre 8 (Analyser un dessin
sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 146, de presse).

DOCUMENT 5 Voltaire, extrait du poème Le Mondainn (1736) ➜ p. 113

THÈME : le luxe

Intérêts du document
Poème célèbre dans lequel Voltaire brocarde avec humour le mythe de l’âge d’or en procla-
mant son goût personnel et le goût des Lumières pour le luxe, les arts, le raffinement, l’exo-
tisme… et pour la fausse austérité des lointains aïeux, qui n’avaient pas la moindre notion
du confort et de ses plaisirs, et qui étaient vertueux par nécessité.

charmes du luxe à son époque et développe une


Pour analyser le document argumentation pour les défendre :
– aimer le luxe, avoir le goût des belles choses, du
1 Le thème du document et ses différents
raffinement, des arts, des ornements est la caracté-
aspects ristique de l’honnête homme. On ne demande pas
Au vers 9, celui qui parle, Voltaire, affirme aimer le à l’homme qui pense et qui réfléchit de le faire dans
luxe et situe ce choix de manière historique. Partant l’austérité.
de l’évocation de l’âge d’or, supposé être le temps – le luxe, l’abondance, la richesse confèrent à la
par excellence du bonheur, il défend son époque et vie sa douceur, son agrément, et sont à l’origine de
les différentes caractéristiques qui pourraient la faire l’inspiration artistique, des créations esthétiques : le
ressembler à des temps heureux. Le texte comporte luxe est générateur d’art. Il est créatif.
des allusions à différentes sortes de plaisirs traduits
– le luxe est un moteur du commerce et des échan-
par les termes luxe, mollesse (v. 9), arts (v. 10), goût,
ges économiques : il a réuni les deux hémisphères et
ornements (v. 11), abondance (v. 14), plaisirs nou-
développe un commerce mondial, faisant connaître
veauxx (v. 17), or, trésors (v. 18), superflu (v. 22), nou-
d’un côté des produits exotiques et de l’autre des
veaux biens (v. 27). On remarque par là que le luxe se
vins.
trouve associé à diverses orientations : le goût de la
vie confortable dans un environnement esthétique, – le dernier argument est un peu différent : il consiste
la présence de belles choses à regarder, de mets à réfuter l’avis de ceux qui continuent à admirer la
agréables à manger, de vins et de biens divers asso- sobriété des aïeux et l’absence chez eux du luxe. La
ciés à l’or et aux trésors. Voltaire fait ici l’apologie du réponse est simple pour Voltaire : ils ne pouvaient
luxe en le présentant comme un superflu nécessaire, vivre dans le luxe puisqu’ils ne le connaissaient pas
ce qui n’est pas indispensable à la vie mais qui lui et ne possédaient rien : leur vertu ne résultait pas
confère d’indéniables charmes. Ce qu’il prône est d’un choix mais d’une réalité historique ! Les temps
le contraire de l’austérité : abondance, diversité, ont changé et dès lors que le luxe est présent, autant
originalité des produits, l’ensemble contribuant aux profiter des agréments qu’il procure.
plaisirs de la vie. On peut observer deux registres dans le texte : l’un
est l’éloge. Voltaire fait l’apologie du luxe en énumé-
rant tous les agréments et les plaisirs qu’il procure.
2 Arguments et registre Tout ce qui touche au luxe est connoté positivement.
Se démarquant d’une admiration inconditionnelle L’autre est l’ironie à l’égard de l’âge d’or et des ancê-
et traditionnelle pour l’âge d’or, Voltaire vante les tres vertueux par obligation et non par choix.
139
Vers la synthèse ➜ p. 114

1 Deux documents : extrait des Aventures de Télémaque, de F. de Fénelon (➜ p. 100), texte de Voltaire,
Le Mondain (➜ p. 113).

Intérêts du rapprochement
Le rapprochement est une confrontation qui montre que les deux documents sont vraiment en opposi-
tion sur deux plans, celui de l’économie et celui de la morale ; il est intéressant de signaler la différence
d’époque (XVIIe et XVIIIe siècles) et l’apparition, avec Voltaire, de l’idée sous-jacente d’une recherche de
bonheur individuel associé au plaisir, qui ne se manifeste pas au XVIIe siècle.

Le premier paragraphe est donné à titre d’exemple ornements (v. 11), abondance (v. 14), travaux (v. 15),
dans le livre de l’étudiant (p. 114). Nous développons besoins nouveaux (v. 17).
le second paragraphe. Il y a une antinomie profonde entre les deux points
Outre l’économie, les deux points de vue présentés de vue, dont l’un se réfère à un ordre social immua-
s’opposent sur le plan de la morale. Dans le texte ble et à une vertu austère tandis que l’autre est une
de Fénelon, Mentor parle d’un mal presque incurable apologie du progrès qui fait bouger les structures et
(v. 1) et utilise le mot vice (v.
( 9) là où Voltaire parle du plaisir qui rend la vie agréable.
d’honnête homme (v. 12). Dans le premier texte,
il est question de corruption des âmes par le luxe 2 Deux documents : consigne ➜ p. 59 (NT).
(v. 19), qui l’emporte sur toutes les vertus prônées 3 Trois documents : consigne ➜ p. 129. Ce sujet
par l’enseignement religieux. Pour Mentor, tout ce est traité dans ce guide pédagogique p. 167, chapi-
qui fait la valeur d’un être, science, habileté, vertu, tre 13 (Analyser une publicité).
réalisations, sacrifices, se trouve détruit par le luxe,
devenu le seul critère de la valeur. Et ce luxe finit par 4 Quatre documents : consigne ➜ p. 118 bas.
provoquer des comportements immoraux : trom- Ce sujet est traité dans ce guide pédagogique
perie, mensonge, subterfuges divers pour parvenir, p. 148 dans le chapitre 12 (Analyser une œuvre
s’élever socialement, paraître. Il est intéressant d’ob- d’art).
server que ce que rejette violemment Mentor, l’asso-
ciation du luxe au bon goût, à la perfection des arts
et à la politesse de la nation (v. 9), est exactement Vers l’écriture personnelle ➜ p. 114

ce que prône et défend Voltaire lorsqu’il fait l’éloge


Sujets ➜ p. 59 (NT) et p. 129 (NT).
du luxe et qu’il ironise sur l’austérité forcée de nos
lointains ancêtres. Voltaire utilise presque les mêmes Sujet ➜ p. 101. Ce sujet est traité dans ce guide
termes que Mentor, mais dans des connotations pédagogique, p. 124, chapitre 10 (Analyser un extrait
positives et élogieuses : plaisirs, arts (v. 10), goûts, de roman).

DOCUMENT 6 Jules Supervielle, « Arbres dans la nuit et le jour » ➜ p. 115

(1946), extrait de 1939-1945 dans Œuvres poétiques


complètes THÈME : la sauvegarde des forêts

Intérêts du document
Un texte poétique qui met en évidence de nombreuses analogies entre les arbres et
les hommes, les uns et les autres constituant une sorte de famille au même langage, aux
mêmes racines et au même destin. J. Supervielle développe là une forme d’animisme.

140
Analyser un extrait poétique CHAPITRE
11
les humains servent de référence conduit à analyser
Pour analyser le document les arbres et à les étudier selon des critères humains.
On le perçoit dans le texte, qui permet de mettre en
1 Thème et idée essentielle lumière leur vie, leur sang, leur durée, de leur prêter
Le thème global du poème est constitué par les des sentiments, de faire d’eux les membres d’une
arbres, qui figurent dans le titre et qui sont désignés grande famille solidaire : ils deviennent plus proches,
dans les trois strophes par tout un lexique de la plus compréhensibles, plus respectables. Le mystère
végétation : arbres (v. 4), ramilles (v. 7), sève (v. 9), de la vie semble être le même que pour les êtres.
racines (v. 17), tronc (v.( 19), bois (v. 19), bûcheron – Les humains comparés aux arbres : la com-
(v. 22). Le titre suggère qu’ils possèdent la conscience paraison inverse place des arbres en situation de
du temps, comme les êtres humains. L’idée domi- référent et leur analyse, leur connaissance, leur vie
nante du poème est que les arbres et les hommes devraient permettre une meilleure connaissance des
ont de nombreuses similitudes, des analogies, et deux règnes, le règne humain et le règne végétal.
qu’ils constituent une sorte de grande famille, avec L’inversion relativise, simplifie la connaissance et fait
les mêmes caractéristiques. Ils sont rapprochés par des arbres une sorte de miroir tendu aux hommes.
leurs origines et par leur destin, qui est la mort. La mise en place des analogies facilite la compré-
Les trois strophes font en effet apparaître : hension mutuelle, mais, selon la lecture qu’on fait du
– une similitude fondamentale qui suppose que les texte, complexifie ou au contraire décomplexifie la
arbres comprennent le langage humain puisque le nature et la vie des uns et des autres.
poète s’adresse directement à eux ; ➤ On trouve dans le texte une constante de l’inspi-
– des similitudes de formes et une étrangeté commu- ration de J. Supervielle, les analogies entre l’homme
ne qui rapproche la vie des arbres et celle des hom- et la nature aussi bien sur le plan biologique que sur
mes du même caractère mystérieux (strophe 1) ; le plan métaphysique.
– des similitudes d’élément vital, sang et sève, de
fonctionnement, de manière de vivre (strophe 2) ;
Vers la synthèse ➜ p. 115
– des similitudes d’origine et de destin, de relations
avec le ciel et la terre, de vie et de mort, et de senti- 1 Deux documents : consigne ➜ p. 74. Ce sujet
ments comme l’angoisse (strophe 3). est traité p. 79 de ce guide pédagogique, chapitre 7
➤ Par l’utilisation d’un lexique humain appliqué (Analyser un extrait de presse).
aux arbres, le poète met en évidence le fait que les
arbres et les hommes non seulement sont animés 2 Quatre documents : consigne ➜ p. 150. Ce
d’une même vie mais sont proches par leur manière sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 200,
de vivre. Par le jeu des personnifications se trouvent chapitre 15 (Analyser une photo).
mises en lumière des analogies qui fondent une Quatre documents : consigne ➜ p. 133 (NT).
forme d’animisme à la fois inquiétant et rassurant.

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 115


2 Les rôles attribués aux arbres
Dans une mise en parallèle avec les humains, les Sujet 1 ➜ p. 137 (NT).
arbres peuvent jouer, alternativement, le rôle de Sujet 2 ➜ p. 137. Ce sujet est traité p. 181 de ce
comparé ou d’élément de référence. guide pédagogique, chapitre 14 (Analyser un extrait
– Les arbres comparés aux humains : le fait que théâtral).

141
P R O L O N G EMENTS ➜ p. 116

■ LEXIQUE
EXERCICE 1

Pour traiter cet exercice, qui relève à la fois du lexique et de l’analyse des documents, on peut partir des mots
ou des textes. Nous avons choisi de partir des textes et de faire suivre certains mots de synonymes.

TEXTES MOTS PROPOSÉS SYNONYMES


1. J. M. de Heredia, « Les Éloge, exotisme, utopie Apologie, célébration, dithyrambe,
conquérants » glorification, panégyrique

2. V. Hugo, « Melancholia » Exploitation, prolétariat, Utilisation / ouvriers,


pathétique, révolution industrielle travailleurs / bouleversant, touchant,
émouvant, poignant

3. É. Verhaeren, « Les Prolétariat, révolution industrielle Développement, bouleversement de


usines » l’industrie

4. J. Prévert, « La grasse Ironie, satire, rituel Raillerie, dérision, sarcasme / plaisanterie,


matinée » critique, dérision, moquerie

5. Voltaire, Le Mondain Exotisme, ironie, paradis, mythe, Jardin d’Éden / légende, fable, allégorie,
nostalgie, rituel utopie / regret, tristesse, vague à
l’âme / traditionnel, conventionnel,
ordinaire, usuel, coutumier

6. J. Supervielle, « Arbres Analogies, mémoire, rituel, Ressemblances, souvenir, souvenance


dans la nuit et le jour » similitudes

■ EXPRESSION ÉCRITE EXERCICE 3

EXERCICE 2 ● Pour (selon, d’après, si l’on en croit, d’après ce


que dit…) La Fontaine, le travail est un trésor.
La fable de La Fontaine intitulée « Le laboureur et ● Pour La Fontaine, comme pour beaucoup,
ses enfants » aborde le thème du travail sous une le travail est un trésor. / La Fontaine, comme
forme imagée qui caractérise les apologues. Le beaucoup de personnes, pense que le tra-
fabuliste y explique la valeur du labeur à travers une vail est un trésor. / La Fontaine n’est pas (est
petite histoire dans laquelle un père mourant signale loin d’être) le seul à penser que le travail est
à ses enfants la présence d’un trésor dans son un trésor. / La Fontaine partage avec beau-
champ, en jouant sur le mot « trésor ». Prenant ses coup de gens l’idée que le travail est un trésor.
paroles à la lettre, les enfants retournent le champ ● Avec La Fontaine, je pense que le travail est
pour y trouver le trésor, qui se révèle être une valeur un trésor. / Je partage avec La Fontaine l’idée
plus grande de la terre, travaillée et labourée. Il ne que le travail est un trésor. / Je pense comme La
leur reste plus qu’à comprendre l’association tra- Fontaine que le travail est un trésor. / Mon avis est
vail / trésor et la leçon : c’est en travaillant que l’on que le travail est un trésor, comme le pense La
fait fructifier ce que l’on possède. Fontaine.

142
Analyser un extrait poétique CHAPITRE
11
● Je ne partage pas tout à fait l’idée que le travail exploite en les faisant travailler. Il évoque les
est un trésor. / Le travail, un trésor ? Ce n’est pas conditions inhumaines auxquelles sont soumis
tout à fait mon avis. des enfants qui devraient aller à l’école, jouer et
● Je ne suis pas du tout d’accord avec l’idée que rire au lieu de dépérir dans des usines assimilées
le travail est un trésor. / Pour moi, le travail n’est à des bagnes.
pas (pas du tout, absolument pas) un trésor. / Je
Texte de J. Prévert
ne partage absolument pas l’idée que le travail est
un trésor. / Je récuse l’idée qu’on puisse assimiler Intitulé par antiphrase et dérision « La grasse mati-
le travail à un trésor. née », le poème de J. Prévert, extrait du recueil
● Pour beaucoup de gens, le travail n’est pas un Paroles (1946), évoque la situation pitoyable d’un
trésor. / Ils sont nombreux à penser que le travail homme affamé devant la vitrine d’un magasin
n’est pas un trésor. / Beaucoup de gens ne croient et les idées qui lui traversent l’esprit tandis qu’il
pas que le travail puisse être un trésor. / Beaucoup se remémore le bruit d’un œuf dur cassé sur un
de gens refusent de croire que le travail puisse comptoir. Le texte met en parallèle la condition
être un trésor. d’un SDF et les signes extérieurs de la société de
consommation.

EXERCICE 4

Texte de V. Hugo ■ ACTIVITÉS ORALES


Extrait du recueil des Contemplations publié en EXERCICE 5
1856, « Melancholia » est un poème dans lequel
Un dossier sur le mythe de l’âge d’or figure sur le
V. Hugo présente, de manière pathétique et
site Musagora (Educnet) : http://www.musagora.
dénonciatrice, la condition des enfants que l’on
education.fr

143
CHAPITRE
12 Analyser
une œuvre d’art
Livre de l’étudiant ➜ p. 117 à 127

A P P R O C HES
DOCUMENT 1 Ernest Pignon-Ernest, Expulsionss (1977) ➜ p. 117

THÈME : l’exclusion

Intérêts du document
Originalité de la
a technique utilisée, qui consiste à prendre pour support les murs d’immeu-
bles et à y insé
sérer des scènes illustratives de la vie sociale ; la représentation figurée de
l’expulsion, qui aboutit souvent à l’exclusion ; les jeux de disproportion dans l’image.

motifs géométriques ou floraux, encore visibles, des


Pour analyser le document surfaces blanches détériorées, les conduits de che-
minée, toute une zone noire terminée, au niveau du
1 Ce que représente l’image et l’idée de l’artiste sol, par une surface blanche. Tous ces éléments sont
La photo montre le travail de l’artiste, qui consiste à très contrastés et attirent l’attention du spectateur,
intégrer une sérigraphie – on la voit dans le rectangle qui ne voit pas immédiatement les deux personna-
central en bas de l’image – à un élément existant du ges qui sont en bas.
paysage urbain. Cette intégration prend en compte Sur un fond gris lui-même sur un fond blanc appa-
la totalité du support, comme le montre la photo- raissent deux personnages qui semblent dispro-
graphie, extraite d’un ouvrage qui donne d’autres portionnés ; il s’agit d’un homme et d’une femme
exemples de cette manière de procéder. L’œuvre est chargés de bagages. L’homme tient une valise de la
constituée par l’ensemble dans lequel les personna- main droite et un matelas roulé de la main gauche.
ges sont indissociables de l’immeuble photographié La femme est également chargée de bagages, quel-
qui sert, en quelque sorte, de décor. La démarche que chose de roulé du côté droit (matelas ou cou-
créative consiste à composer une scène dans un vertures), sacs du côté gauche. Debout, ils semblent
contexte choisi et déjà existant en y insérant des surpris par la photo au moment où ils s’apprêtent à
personnages. L’artiste avait de cette façon placé sur partir, ou au moment où ils sont déjà en mouvement.
différents supports de la capitale des représentations Ils sont l’image de l’expulsion ; ils représentent tous
de Rimbaud sous la forme d’un voyageur. ceux qui sont mis à la porte de chez eux, jetés à
L’image montre un haut mur d’immeuble (trois éta- la rue par des destructions d’immeubles et par des
ges sous le toit) qui devait être mitoyen avec un opérations immobilières.
autre immeuble qui a été démoli et dont il reste l’in-
2 Ce qui donne sa force à la représentation /
dication des étages et des traces de peinture et de
papier peint sur le mur restant. On a donc ce que Un art engagé
l’on pourrait appeler la coupe d’un immeuble lais- Le titre Expulsions connote la souffrance, le chagrin,
sant deviner des vestiges de l’immeuble que l’on a la douleur, et évoque une situation d’abandon, de
démoli et de l’utilisation de certaines pièces. Ces solitude et de malheur. Ces connotations sont ren-
éléments restants sont plus représentatifs de l’im- dues d’abord par le caractère sombre, dégradé et
meuble démoli que de celui qui reste. Cette coupe détruit de ce qui est représenté : un immeuble démoli
trace une sorte de géométrie de l’habitat : on dis- (le spectateur l’imagine, il fait partie de l’implicite), les
tingue des surfaces abîmées de papier peint (sans traces de vie qui demeurent sur le mur et qui témoi-
couleur, tout étant photographié en noir et blanc) aux gnent de tout ce qui a précédé : des appartements,
144
CHAPITRE
12
une vie familiale, des temps peut-être heureux, sans nages prisonniers d’un univers détruit, dont les repè-
menace. La vision offerte au spectateur est celle de res ont été effacés, tout ce qui compose et caracté-
la désolation et de la destruction, avec des restes qui rise l’image représentée en fait ressortir le caractère
ont quelque chose de pathétique. tragique : oppression sociale, injustice, poids d’un
Un autre effet vient de la présence des deux per- destin d’exclu, errance, difficultés d’intégration,
sonnages et de leur disproportion par rapport à immigration… Les thèmes sociaux du XXe siècle sont
l’immeuble. Ils semblent écrasés par la présence de réunis dans cette œuvre, avec une grande force.
ce mur, réduits à l’état de petites images, à la fois ➤ C’est dans cette orientation que l’on peut parler
prisonniers de cette géométrie oppressante qui les d’art engagé : E. Pignon-Ernest oblige le spectateur
écrase et dans une situation d’appartenance à deux (le passant, puisque ses personnages sont dans la
univers. Ils sont en effet à la fois dehors et dedans, à rue) à voir la situation de ceux que la reconstruc-
l’image de tous les exclus et des expulsés, qui sont tion, les opérations et les spéculations immobilières
à la fois dans et hors la société. Il faut enfin signaler mettent à la rue. Il fait ainsi prendre conscience de
la présence de ce qu’ils transportent avec eux, des certains aspects inhumains de la vie sociale. Cette
bagages réduits, mais qui représentent leur vie pas- insertion durable dans le paysage urbain de ceux qui
sée et leur statut actuel. en sont exclus est une manière de prendre position
Noir et blanc, caractère écrasant et disproportionné et de dénoncer. C’est aussi une manière de sensi-
du mur représenté, faiblesse et petitesse des person- biliser.

Vers la synthèse ➜ p. 118

1 Deux documents : Expulsions, d’E. Pignon-Ernest (1977) (➜ p. 117) ; photo d’O. Coulange, sans abri
(1992) (➜ p. 145).

Intérêts du rapprochement
Deux représentations de l’exclusion, de la solitude et du malheur ; l’utilisation du noir et blanc ; rappro-
chement intéressant pour un entraînement à l’analyse de l’image et à l’écriture de la synthèse (rédaction
d’un ou deux paragraphes après la détermination des idées essentielles issues des questions de « Pour
analyser le document »).

Nous donnons ici une présentation des deux docu- sur lequel court un jogger en tenue de sport. On
ments et trois paragraphes d’analyse comparée. se trouve dans un contexte de loisir, peut-être un
dimanche matin. L’absence de feuillage sur les
PRÉSENTATION arbres et les feuilles tombées sur le sol suggèrent
Une photo et une œuvre d’art sont illustratives d’un le moment de l’année, automne ou hiver, ce que
problème social que l’on aurait pu croire disparu à confirme le bonnet et le manteau du SDF que l’on
l’époque de la société de consommation. La photo, voit au premier plan. Le contexte a quelque chose
document datant de 1992, a pour titre « sans abri ». de contradictoire : d’un côté, il suggère le loisir,
On la doit au photographe O. Coulange. Elle a été la vie, la nature, de l’autre il suggère la solitude et
prise à l’extérieur, dans un bois, certainement en l’abandon. Il y a là une opposition que l’on retrouve
automne ou en hiver. L’œuvre d’art est un ensemble dans les personnes présentes. Dans l’œuvre d’E.
réalisé par E. Pignon-Ernest : il a choisi un support Pignon-Ernest, le contexte est celui d’un immeuble
urbain, un mur d’immeuble détruit, pour y insérer des démoli dont il reste des traces qui évoquent la vie
personnages en situation d’expulsion, ce qui est le d’avant la démolition. On note un contraste entre le
titre global d’une série d’œuvres de la même inspira- noir et le blanc, d’anciens papiers peints : l’ensem-
tion réalisées en 1977. Le rapprochement des deux ble semble gigantesque, écrasant. La destruction
images peut faire surgir un ensemble de remarques est présente partout et crée un effet de tristesse et
sur le contexte, les personnages et sur la force de la d’abandon. Dans les deux « décors », c’est la gri-
représentation. saille et la tristesse qui dominent.

I – L’IMPORTANCE ET LA SIGNIFICATION DU II – LES PERSONNAGES


CONTEXTE Dans les deux documents, ils jouent un rôle fon-
On peut observer que dans les deux documents le damental. La photo d’O. Coulange montre, au pre-
contexte est important. Dans la photo d’O. Cou- mier plan, avec une double mise en relief venue
lange, il s’agit d’un bois traversé par un chemin des contrastes et des positions, un homme assis
145
sur une souche d’arbre et penché en avant, dans la III – LE SENS DES DEUX IMAGES
plus totale solitude. Il forme une masse sombre. À Les deux images montrent, concernant l’exclusion,
proximité, un chariot de supermarché rempli, mais des aspects différents mais proches. Dans les deux
on ne peut savoir de quoi, représente sans doute cas, les personnages représentés donnent l’impres-
tout ce que l’homme possède. Le chariot, incongru sion d’une grande solitude : indifférence du jogger
sur le chemin, le jogger et l’homme assis consti- d’un côté, absence de toute présence humaine de
tuent par leur position les trois sommets d’un trian- l’autre. D’autre part, ils sont montrés dans un état de
gle au centre de l’image : l’un, léger, est en train privation et de dénuement pitoyable : pas de domi-
de courir, l’autre, massif et immobile, regarde le sol, cile pour le SDF, plus de lieu d’habitation pour le cou-
le chariot connote ici à la fois la mobilité et l’im- ple. Rien n’est dit de leur souffrance, de leur douleur,
mobilité. Dans l’œuvre d’E. Pignon-Ernest, les deux du saccage d’une vie avec la nécessité de quitter
personnages sont aussi pitoyables que le SDF de des lieux, avec le désespoir de ne savoir où aller. Les
la photo : les uns et l’autre sont accablés par un deux images, toutes deux désespérantes, suggèrent
sort qui fait d’eux des exclus. Le couple de la séri- le poids d’une vie subie et non choisie et le spec-
graphie est en train de partir, chargé de ses biens tateur peut penser qu’il y a entre les deux une rela-
(comme le SDF avec son chariot). Eux ont des vali- tion cohérente : de l’expulsion (présentée ici comme
ses et un matelas, ils ne sont pas encore réduits au le résultat d’une démolition, mais à cela peuvent
même degré d’exclusion : ils sont expulsés. Dans s’ajouter divers problèmes, notamment d’argent) à
les deux représentations, l’idée d’accablement est l’exclusion, il y a une sorte de logique tragique.
rendue de manière différente : attitude du person-
nage assis d’un côté, disproportion entre le couple Trois documents : consigne ➜ p. 145. Ce sujet est
et l’immeuble de l’autre. traité dans ce guide pédagogique, p. 189, chapitre
15 (Analyser une photo).

3 Quatre documents : « La grasse matinée » de J. Prévert (document 1 ➜ p. 112) ; Expulsions, d’E.


Pignon-Ernest (document 2 ➜ p. 117) ; photographie d’O. Coulange (document 3 ➜ p. 145) ; « Vivre dans
la rue », conférence de J. Hassin (document 4 ➜ p. 63).

Intérêts du rapprochement
Corpus de quatre documents ayant la particularité de comporter deux documents iconographiques (rap-
prochés ci-dessus) et qui offrent au lecteur la possibilité d’avoir des perceptions différentes du problème
envisagé, sous deux formes écrites d’un côté et sous deux formes visuelles de l’autre, avec deux docu-
ments qui relèvent du réel et deux autres qui font intervenir la créativité de l’auteur.

Nous donnons ici les grandes lignes de deux gran- cette situation. Dans le texte de Prévert (document
des orientations : les caractéristiques de l’exclusion 1), l’homme qui a faim se trouve toujours à l’exté-
et certaines de ses origines. rieur, par rapport au grand magasin, par rapport
au café dont il a gardé le souvenir, par rapport aux
I – LES CARACTÉRISTIQUES DE L’EXCLUSION À vitres qui protègent les biens de consommation. Le
TRAVERS LES QUATRE DOCUMENTS SDF de la photo vit dehors et garde avec lui, dans
– La question du logement : l’absence de lieu fixe le froid de l’hiver, les quelques biens qu’il possède :
dans le document 4 rappelle la recherche journalière il n’a visiblement aucun abri (comme le souligne le
d’un lieu où dormir, ce qui apparaît sur le document 3 : titre). Dans l’œuvre qui constitue le document 2, les
le SDF se trouve dans une forêt, hors de la ville, avec deux personnes sont dehors, par rapport au mur qui
le chariot qui contient tout ce qu’il possède. Dans reste et à l’immeuble qui existait et qui a disparu. Eux
le document 2, les expulsés portent avec eux leur aussi ont avec eux tout ce qu’ils possèdent.
matelas. Ils n’ont plus d’habitat. À cette question – L’isolement, la solitude : les quatre documents
du logement, il faut ajouter celle de l’alimentation font état d’une vie sans aide, sans secours, dans le
évoquée dans le document 4 et thème essentiel du dénuement et la solitude. Sur la photo, l’homme qui fait
document 1 : l’homme affamé (trois jours sans man- du jogging n’a sans doute même pas vu le SDF assis
ger) ferait n’importe quoi pour un café-crème. sur la souche de l’arbre. Le personnage de Prévert n’a
– Le fait d’être en dehors : les SDF, les expulsés visiblement personne pour lui venir en aide, même pas
sont des gens qui se sont mis ou qui ont été mis ceux qui le voient certainement de l’intérieur du café, et
hors de la société. Ils se trouvent de ce fait toujours le couple de la sérigraphie (document 2) n’est accom-
« à l’extérieur » au sens propre du terme. J. Hassin pagné de personne, avec personne aux alentours :
(document 4) parle de gens qui sont dans la rue et aucune aide, aucun secours, ces personnes sont
qui ont à affronter les intempéries et les dangers de devenues, comme le dit J. Hassin, des êtres invisibles.
146
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
– D’autres caractéristiques : le document 4 fait état, et immobilières, peut être la première étape de la
de manière explicite, d’autres caractéristiques, que chute ; dans le cas du personnage de Prévert (docu-
l’on peut considérer comme présentes implicitement ment 1), on peut imaginer que la faim s’explique par
dans les autres documents : la perte de notion du le manque d’argent, qui lui-même s’explique par
temps – comment avoir le sens de l’avenir lorsqu’on le manque de travail. J. Hassin, qui a rencontré de
vit dehors et que l’on transporte avec soi tous ses nombreux SDF, fait remonter à plus loin les causes
biens comme dans les documents 2 et 3 ? –, l’en- profondes de la marginalité : violences familiales,
durcissement à la douleur physique, la peur du retour abandon, inceste… Il semble que pèse sur certai-
vers une normalité semée de problèmes de tous nes vies un déterminisme social tragique dont il est
genres. On remarque à ce sujet que les documents difficile de sortir, même avec l’aide des travailleurs
textuels présentent de manière explicite ce qui reste sociaux et de tous ceux qui analysent l’exclusion et
implicite dans les documents iconographiques. cherchent à lui trouver des solutions.
N.B. Un corpus sur le thème de l’exclusion figure dans
II – CERTAINES CAUSES DE L’EXCLUSION le chapitre 18 du livre de l’étudiant et se trouve traité
Les raisons de l’exclusion ne constituent pas l’élé- dans le chapitre 18 de ce guide pédagogique, p. 240.
ment essentiel des documents. Elles y apparaissent
cependant. C’est le document 4 qui donne des Vers l’écriture personnelle ➜ p. 118
explications venues des SDF eux-mêmes. Il appa-
raît que le changement de statut et le glissement, 1 Sujet ➜ p. 118 haut (NT*).
souvent rapide, vers la déchéance viennent d’un
grand malheur soudain, d’un changement brutal : Sujet ➜ p. 80. Ce sujet est traité dans ce guide
perte de l’emploi, suivie de la perte du logement, pédagogique, p. 89, chapitre 8 (Analyser un dessin
de l’éclatement familial. Tout se termine dans la rue. de presse).
Le document d’E. Pignon-Ernest va dans le même 2 Sujet ➜ p. 65 (NT).
sens en montrant une de ces causes : l’expulsion, la
perte du logement, résultats de politiques urbaines * Non traité.

DOCUMENT 2 Henri Alexandre Gervex, ➜ p. 118

Une soirée au Pré Catelann (1909) THÈME : le luxe

Intérêts du document
Un tableau représentant un lieu mondain et luxueux et ceux qui le fréquentent, aristocratie,
haute bourgeoisie, milieux d’affaires et d’industrie, personnages à la mode ; insistance sur
le luxe, la décoration, le modernisme, les costumes, une manière de vivre dominée par les
notions d’argent et de notoriété.

La partie droite de ce qui est représenté montre


Pour analyser le document
une construction blanche dont l’étage est décoré
de balcons ornés de végétation et de petites sta-
1 Ce que représente le tableau et la notion de tues diverses. Le rez-de-chaussée et l’étage sont
luxe séparés par une corniche ouvragée, en surplomb.
L’image représentée n’est qu’une partie du tableau Le rez-de-chaussée, au plafond élevé, possède de
d’H. A. Gervex ; elle se divise, d’une manière presque grandes baies vitrées rectangulaires ou en arrondi,
égale, en deux parties dont l’une montre les murs du ouvertes sur les bordures de fleurs du jardin. Toute
restaurant du Pré Catelan avec un peu de l’intérieur, la construction est blanche et lumineuse, d’un blanc
et l’autre l’extérieur avec l’entrée et à l’arrière-plan un peu rosé. Tout est illuminé et il semble faire grand
des frondaisons et des lumières comparables à jour à l’intérieur tant il y a de lumière. Du côté gauche,
celles d’une guirlande lumineuse. D’un côté tout est tout semble obscur ; le jeune chasseur est habillé de
clair et de l’autre tout est sombre ; à l’obscurité de la manière sombre, comme les hommes que l’on distin-
nuit s’oppose l’éclatante lumière de l’électricité. On gue à l’entrée du restaurant. La voiture est également
aperçoit d’ailleurs, par les baies ouvertes, plusieurs noire, comme les grands arbres de l’arrière-plan. Ce
lustres. contraste fait ressortir la somptuosité lumineuse de
147
l’intérieur du restaurant. Au-dessus des arbres, on de contraste : la lumière et l’obscurité jouent l’une
aperçoit un morceau de ciel avec quelques traînées sur l’autre de manière réciproque ; chacune valo-
de nuages et un croissant de lune ; l’ensemble crée risant l’autre et la faisant ressortir. La partie droite,
une atmosphère de conte merveilleux. construction et salle de restaurant, semble émerger
Il faut enfin signaler la présence de personnages : de l’obscurité de manière merveilleuse, comme un
au premier plan, un groupe de deux femmes et d’un palais de conte, ce que met en relief à la fois l’ar-
homme en tenues raffinées, robes élégantes pour chitecture, la décoration et les personnages, qui
les femmes, habit et haut de forme pour l’homme, semblent sortis eux aussi d’un conte ou d’un rêve.
grands chapeaux. Le tombé des tissus laisse penser L’ouverture sur un ciel bleu-mauve accentue le côté
qu’il s’agit d’étoffes raffinées, soie, satin, brocart « décor de théâtre », illusion et magie. Il ressort du
velours. À l’arrière-plan, dans le groupe qui se tient tableau, du fait des lignes (sans rupture), des cou-
à l’entrée, une femme porte une robe à traîne et un leurs relativement douces (celles des vêtements des
grand chapeau clair à grandes plumes. femmes), une impression générale d’harmonie. Il
La notion de luxe apparaît dans la plupart des élé- s’agit là d’un monde à part, dans lequel les soucis
ments du tableau : dans les lieux d’abord, dont on n’apparaissent pas. Seul compte le plaisir d’une
sait que, de grande renommée, ils étaient fréquentés compagnie choisie, caractérisée par le raffinement,
par une clientèle riche et célèbre. L’architecture les plaisirs, l’élégance et le savoir-vivre. Le peintre a
raffinée et la décoration recherchée montrent le joué sur l’angle de vue qui montre deux groupes de
caractère luxueux du restaurant, avec une débauche personnes et une partie de l’intérieur du restaurant,
de lumière électrique et un grand nombre de lustres vu de l’extérieur, de manière un peu indiscrète. Celui
somptueux. qui regarde peut avoir l’impression d’avoir été convié
➤ Lumières, richesse, somptuosité, raffinement : le à admirer, de l’extérieur, un monde dans lequel il
luxe semble présent partout dans les lieux représen- n’entre pas. Se dégage ainsi l’idée que cet univers de
tés. luxe, de beauté et d’harmonie est ouvert à certains
et fermé aux autres : on le voit sans y être, et tout se
2 La mise en valeur du luxe passe – car les personnages ne sont pas tous vus
Les composantes luxueuses du décor représenté de face – comme si le spectateur était invité à entrer
sont essentiellement mises en relief par des effets comme par effraction dans un domaine réservé.

Vers la synthèse ➜ p. 118

1 Deux documents : consigne ➜ p. 118 bas. Ce sujet est partiellement traité dans le manuel de l’étudiant
à cette même page.
2 Deux documents : consigne ➜ p. 118 (NT).

3 Quatre documents : extrait du Mondain de Voltaire (document 1 ➜ p. 113) ; tableau d’H. A. Gervex,
Une soirée au Pré Catelan (document 2 ➜ p. 119) ; extrait de l’essai Le Luxe, de J. Castarède (document 3
➜ p. 57) ; affiche publicitaire Dior (document 4 ➜ p. 129).

Intérêts du rapprochement
Un corpus comprenant deux documents textuels d’époque et de genre différents et deux documents
iconographiques, tous liés par la notion de luxe ; le travail consiste à dégager les différentes caracté-
ristiques du luxe en partant de l’un ou l’autre des documents textuels, peut-être de préférence le texte
de J. Castarède, qui s’interroge sur la définition du mot. On a là un exercice efficace d’entraînement
à la synthèse.

148
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
Nous donnons ici un tableau récapitulatif à partir duquel il est possible de mettre en place différents exercices
de rédaction.

1. Voltaire, Le Mondain, 2. H. A. Gervex, Une 3. J. Castarède, Le 4. Publicité pour l’eau


1736, extrait poétique / soirée au Pré Catelan, Luxe, extrait d’essai, de toilette Miss Dior
éloge personnel du luxe 1909, tableau 1992, définition du mot Chérie, 2007
et champ sémantique

Illumination du Sens du mot associé Élégance de


restaurant, lumière des aux notions de lumière, l’architecture classique
murs blancs, lumière élégance, goût, de la maison ; élégance
passant de la salle au rayonnement. de la jeune femme en
jardin ; mise en valeur robe et chaussures Dior.
de la lumière par rapport
à la moitié sombre du
tableau.
Évocation des arts, du La somptuosité des lieux Association luxe / Nombreux signes
goût, des ornements, de implique la richesse des argent / investissement / extérieurs de richesse :
tout ce qui demande de gens qui le fréquentent : richesse. la demeure classique, la
l’argent. ce sont des représentants voiture de luxe, le parc,
de la haute bourgeoisie, la vie mondaine suggérée
de l’aristocratie, du par la tenue de soirée de
monde de la finance ; la jeune femme.
la richesse se voit aux
vêtements de soirée des
personnages (hommes en
habits et hauts de forme).

Idée de l’abondance, des Le restaurant est le cadre Association de la Fête présente à travers
plaisirs et des arts divers ; somptueux de rencontres magnificence et de la fête. l’idée de sortie et de
allusions aux produits mondaines. mondanité.
rares apportés par le
commerce exotique.

➤ Le tableau, qui regroupe des éléments communs


Vers l’écriture personnelle ➜ p. 118
aux quatre documents, met en relief ce qui cor-
respond au sens le plus courant attribué au luxe : Sujet ➜ p. 59 (NT) et p. 129 (NT).
abondance superflue, somptuosité, magnificence,
raffinement, élégance, bon goût (ou au contraire Sujet ➜ p. 101. Ce sujet est traité dans ce guide
goût tapageur et entièrement tourné vers le paraître) pédagogique, p. 124, chapitre 10 (Analyser un extrait
et argent. De manière générale, le luxe est ce qui de roman).
rend la vie plus agréable ; c’est pourquoi les images
qui y sont associées sont aussi porteuses de rêve.

DOCUMENT 3 Affiche de Raymond Savignac, ➜ p. 120

Non à la voie expresss (1972) THÈME : la publicité

Intérêts du document
Une affiche publicitaire devenue œuvre d’art ; une fonction particulière de la publicité mise
au service d’une cause sociale et collective ; la force persuasive et l’originalité de l’image,
qui n’a pas besoin d’argumentaire.

149
rents éléments a inspiré à R. Savignac la métaphore
Pour analyser le document
de la noyade et l’image du déséquilibre, qui sont la
conséquence de l’invasion du flot, de la marée des
1 L’expression d’une invasion / le risque qui voitures et / ou de l’arrivée massive d’un groupe
menace la cathédrale compact d’insectes menaçants ou de machines
Deux éléments imbriqués dominent l’image : d’une illustrant le progrès.
part un flot de voitures faisant une masse compacte
se dirigeant de droite à gauche, d’autre part les deux 2 Les liens entre le slogan et l’image
tours de Notre-Dame de Paris, penchées comme la Les seuls mots de l’affiche sont Non à la voie
tour de Pise et surmontées par des mains qui, visi- express, qui constituent un véritable slogan et
blement, appellent au secours. c’est ce que traduit le dessin. Contrairement à la
Les voitures sont représentées de manière stylisée, plupart des publicités dont la fonction est de van-
pour le peu que l’on distingue de chacune : elles se ter un produit et de persuader les consommateurs
ressemblent toutes et l’on n’en voit guère que les de l’acheter, cette affiche a pour fonction de faire
vitres latérales, les roues et les conducteurs, tant connaître les raisons d’une opposition. Commandée
elles constituent un ensemble dense. Noires, elles à R. Savignac par le Comité de défense des berges
ressemblent à des insectes dont le groupe compact de la Seine, elle exprime par les mots le slogan qui
évoque une véritable invasion. Rien ne semble pou- réunit tous les participants au comité et par le dessin
voir les arrêter : leur foule avance avec détermination, les arguments qui soutiennent ce refus. Ce qui est
droit devant elles. représenté, la masse des voitures et le déséquilibre
Au centre de l’image, émergeant du flot ininterrompu de la cathédrale personnifiée appelant à l’aide, signi-
des voitures, surgit la façade de la cathédrale de fie exactement : nous ne voulons pas d’une masse
Paris, reconnaissable à ses deux tours sans clo- de voitures polluantes le long de la Seine, et surtout
chers. Elle paraît déséquilibrée par la poussée des nous ne voulons pas que la cathédrale Notre-Dame,
voitures. Cette position déséquilibrée et difficile est lieu sacré particulièrement célèbre, ait à souffrir de la
accentuée par les deux mains qui sortent des tours présence d’un trafic soutenu et bruyant de voitures
et qui représentent celles d’une personne en train de envahissant son site.
se noyer et appelant au secours. L’œuvre d’art se met ici, avec une originalité et une
L’ensemble de l’image et sa signification reposent efficacité persuasives, avec, également, un minimum
sur un ensemble de métaphores elles-mêmes nées d’effets, au service d’une cause collective. On remar-
d’analogies. Les éléments qui entrent dans la com- que en effet la simplicité presque naïve du dessin. La
position de l’image sont : la voie express qui connote force vient du pouvoir de suggestion de l’ensemble :
la présence importante de voitures, d’un « flot » de on reconnaît immédiatement la cathédrale maltraitée,
voitures, le mot « flot », qui vient à l’esprit, renvoyant et l’analogie avec la noyade se met facilement en
au fait que la voie express se trouve directement place. La force vient aussi des contrastes de couleurs,
au bord de la Seine. Il y a aussi la cathédrale et la noir et orange, qui contribuent, surtout le noir, à une
menace que l’invasion des voitures peut faire peser dramatisation de ce qui est représenté. Le lien entre
sur le site : nombre, bruit, pollution par les gaz le slogan et le dessin est si explicite qu’il n’est pas
d’échappement, disparition du calme nécessaire à nécessaire de développer un argumentaire donnant
un lieu religieux. La mise en commun de ces diffé- des explications.

Vers la synthèse ➜ p. 120

1 Deux documents : consigne ➜ p. 134. Ce sujet est traité dans le manuel de l’étudiant p. 134.
2 Trois documents ➜ p. 120 : affiche de R. Savignac (document 1 ➜ p. 120) ; publicité pour Perrier (docu-
ment 2 ➜ p. 134) ; extrait de presse (document 3 ➜ p. 74).

Intérêts du rapprochement
Deux documents iconographiques présentent certaines caractéristiques évoquées par le publicitaire
J.-M. Dru lorsqu’il parle de la créativité de la publicité ; rapprochement de deux documents iconographi-
ques dont la vocation est différente, entraînant une réflexion sur les fonctions de la publicité.

150
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
Les propos de J.-M. Dru servent de point d’ancrage la disruption – dont la visée est de faire réagir, de
à l’étude, dont nous donnons les grandes lignes. surprendre, d’étonner, voire de faire peur. Il s’agit
L’entretien avec J.-M. Dru met en relief certaines toujours de provoquer un choc sensoriel. Les deux
caractéristiques de la publicité, dont on retrouve des affiches en sont des exemples : dans le cas de celle
éléments dans les deux affiches. On peut s’attacher de Savignac, l’idée étonnante est la personnification
à la notion de « média art » d’une part, et aborder la de la cathédrale et son appel au secours sous la
question des visées de la publicité d’autre part. double menace de la « montée » des eaux et du flot
des voitures. Les deux tours penchées expriment tout
I – LA PUBLICITÉ, UN « MÉDIA ART » ce que peut inspirer une atteinte à un lieu symbolique
Le publicitaire J.-M. Dru adopte, pour parler de et sacré. Il y a derrière l’image tout un cheminement
la publicité, le terme média art, qui met en relief à la fois sensible et raisonné que les mots du slogan
une notion esthétique et qui fait valoir toutes les n’expriment pas, sous leur forme catégorique, mais
composantes d’une réalisation publicitaire, arts qui se met en place presque inconsciemment. L’ar-
appliqués, médias et différents moyens pour dire tiste joue ainsi sur des références qui appartiennent
quelque chose d’important en quelques images et à tous, qui font partie du patrimoine culturel, et son
quelques mots. Si l’on observe les deux affiches message pose implicitement la question : que serait
qui font partie du corpus, on peut penser qu’elles Paris sans Notre-Dame ? Dans l’affiche pour Perrier,
illustrent ces propos. Elles relèvent l’une et l’autre c’est un habile montage d’images qui, en l’absence
des arts appliqués, dessin pour Savignac, photo de tête pour le personnage dont on voit les mains, met
pour Perrier. Elles constituent l’une et l’autre un en valeur la tête d’Einstein dessinée sur le T-shirt. Le
support médiatique assurant une double commu- décalage fait que l’on a l’impression que c’est Einstein
nication publique par les mots et par l’image, entre qui se sert un verre d’eau Perrier et l’accent est mis
un concepteur et un destinataire. Dans l’affiche – par la mimique du personnage – sur le caractère
de Savignac, le lecteur, même s’il ne connaît pas désaltérant du produit. Pas de mots pour un slogan,
exactement le contexte, comprend très bien la qui se crée tout seul, sous différentes formes, à partir
force du refus et ce sur quoi elle repose, la menace du montage et du nom du produit. Dans les deux cas,
d’une invasion de voitures assimilées à des insec- on peut parler d’humour : l’image de Notre-Dame
tes effrayants ; dans l’affiche pour Perrier, qui ne personnifiée et appelant au secours est inattendue
comporte aucun slogan, la compréhension du mes- et fait sourire, autant pour la signification que pour la
sage passe par une association dont le sens est trouvaille du dessinateur. L’association Einstein / intel-
immédiatement perceptible : Perrier est la boisson ligence / Perrier et le choix du portrait font également
favorite d’Einstein, référence qui incite tout individu sourire, chacun sachant que l’idée de devenir aussi
à boire cette eau. L’association Perrier / Einstein intelligent qu’Einstein en buvant de l’eau Perrier est
« dit » qu’on peut ainsi devenir aussi intelligent que une plaisanterie. La publicité joue ici sur deux signifi-
le savant. On ne parlera pas ici de mots talentueux, cations : faire croire quelque chose dont chacun sait
mais d’originalité et de trouvaille dans les associa- que c’est impossible. C’est encore une trouvaille.
tions et dans le montage photographique. ➤ Recherche, originalité, humour, mais également
sens de la dramatisation (chez Savignac), on peut
II – L’HUMOUR, L’ESPRIT D’UNE ÉPOQUE ET LA constater de nombreux points communs entre les
« DISRUPTION » deux images et les propos du publicitaire. Selon les
Une autre caractéristique de la publicité, selon J.- objectifs visés, mise en valeur et commercialisation
M. Dru, est sa capacité de jouer sur l’humour, de d’un produit (Perrier) ou expression d’une prise de
rendre notre vie plus gaie et de se construire sur position collective (Savignac), la publicité sensibilise
des effets de rupture – ce que le publicitaire appelle dans un sens (acheter) ou dans l’autre (refuser).

Vers l’écriture personnelle ➜ p. 120

1 Sujet ➜ p. 120.

Intérêts du sujet
Le sujet offre la possibilité de construire une réflexion en un seul ou en deux temps : recherche de ce qui
peut apparenter une publicité à une œuvre d’art ; objections soulignant ce qui les différencie, notamment
le caractère utilitaire, persuasif et commercial de la publicité.

151
Nous donnons ici quelques pistes de réflexion, en – Importance accordée à ce qui, dans l’image, relève
suggérant de prendre pour supports et exemples le du symbole, de l’implicite, renvoie à des référents
tableau d’H. A. Gervex, Une soirée au Pré Catelan culturels.
(p. 119), et la publicité pour l’eau de toilette Miss ➤ C’est la combinaison de ces différents éléments,
Dior Chérie (p. 129). La mise en parallèle des deux avec, en premier, les qualités esthétiques, qui font
représentations pourrait conduire aux questions sui- de certaines publicités des œuvres d’art. On peut
vantes : peut-on dire que la publicité Dior constitue cependant signaler que la vocation des créations
une œuvre d’art ? En quoi le tableau d’H. A Gervex artistiques et des créations publicitaires n’est pas la
pourrait-il être considéré comme une publicité pour même, ce qui peut gêner le rapprochement.
le restaurant du Pré Catelan ?
Un autre point de départ peut être la recherche d’af- II – CE QUI SÉPARE UNE PUBLICITÉ D’UNE ŒUVRE
fiches publicitaires faites par des artistes : Toulouse- D’ART
Lautrec, Bonnard, Vuillard, Mucha, Vasarely (affiche – La présence de texte écrit apportant des informa-
Air France, p. 132), les créations du pop art (boîtes tions ; toute la partie rédactionnelle.
de Coca Cola et de soupe Campbell). On pourra
– L’aspect présent, temporel, d’actualité de ce qui
trouver des éléments et toute une série d’affiches
est représenté : la publicité n’a pas de vocation à la
sur le site http://pagesperso-orange.fr/art-deco.
pérennité : elle s’inscrit dans le temps de l’actualité
france/publicite.htm
commerciale.
I – CE QUI APPARENTE UNE PUBLICITÉ À UNE – Le caractère utilitaire et fonctionnel de la publicité
ŒUVRE D’ART qui est là pour faire acheter, pour persuader le public
de la valeur d’un produit, quel qu’il soit. On peut pen-
– Ce qui relève d’une recherche esthétique et la
ser que cette orientation utilitaire ne correspond pas
privilégie : lignes, formes, couleurs, association et
à la vocation de l’art, sauf lorsque ce dernier se fait
harmonie des composantes ; grande importance
apologétique, ou art de commande, mais c’est alors
accordée à l’image par rapport à la place accordée
pour célébrer une notion, une idée, non pour vanter
au rédactionnel, qui peut être réduit à presque rien,
un produit. Dans la publicité, la visée argumentative
ex. : l’affiche pour Air France (p. 132) dessinée par
l’emporte sur la visée esthétique. La seconde se met
Vasarely.
au service de la première.
– Ce qui marque la présence d’une manière per-
➤ L’idée couramment répandue est que l’art perd
sonnelle de percevoir et de représenter les choses
son « âme » en se mettant au service de la publicité ;
à travers des procédés divers : dessin, peinture,
sans doute faudrait-il différencier la nature des cau-
collages, photographie, témoignant d’une sensibilité
ses que celle-ci défend ou dénonce.
et d’une créativité personnelles. C’est ce que l’on
trouve chez Savignac. 2 Sujets ➜ p. 76 (NT), p. 133 (NT), p. 100 (NT) et
p. 157 (NT).

DOCUMENT 4 Jean-Marie Massaud, Missed Tree I et III (2007) ➜ p. 121

THÈME : la sauvegarde des forêts

Intérêts du document
Une œuvre d’art originale inspirée à la fois par les vases et par les arbres, qui permet de
mettre chez soi un arbre comme le dit le créateur lui-même ; un élément décoratif qui invite
à réfléchir sur l’importance des arbres et sur leurs relations avec les hommes dans la civili-
sation urbaine.

cations. Le tronc est surmonté de feuillages tout à fait


Pour analyser le document
semblables à ceux d’arbres véritables. Dans la mesure
où il s’agit de vases, les feuillages peuvent être modi-
1 Description des vases / sculptures fiés et remplacés par d’autres, qui donneraient un
La photo montre trois créations de taille importante : autre aspect et une autre forme à chaque arbre : c’est
1,59 et 2 mètres, c’est-à-dire une taille humaine. une des originalités de ces œuvres, qui sont d’abord
Chacune de ces créations est composée d’un tronc des vases. Les troncs sont sans aucune aspérité : on
gris blanc, très lisse, unique ou divisé en deux ramifi- aperçoit seulement une ligne sombre et un creux, per-
152
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
ceptible à des ombres. Ces trois compositions sont présence des arbres à ses côtés. C’est sans doute
perçues à la fois comme des sculptures (leur appa- la raison d’une création aussi importante en taille :
rence, leur couleur, le toucher que l’on peut imaginer) le choix d’une taille humaine fait que l’arbre devient
et comme des arbres authentiques. L’hésitation entre une sorte de compagnon dans la vie d’un être, ce
réel et art fait le charme et la beauté de ces objets qui souligne les analogies entre l’arbre et l’homme :
dont l’intérêt est de faire entrer la nature dans une taille, station debout (analogie tronc / corps). Il y a
maison ou un appartement sous la double forme d’un quelque chose de rassurant dans la présence d’un
élément de la nature et d’une création esthétique ; le arbre, élément protecteur, inspirateur, familier ; il pro-
mélange arbre et sculpture combine deux éléments voque l’imagination et le rêve, il crée un sentiment de
fondamentaux de la vie : la nature et l’art. ressemblance ; il suggère d’être touché, admiré ; il
devient presque un interlocuteur. La référence à une
2 Sens du titre et fonction de ces créations forêt fantôme insiste sur le caractère à la fois présent
Le titre, qui peut être traduit par l’arbre qui nous man- (il occupe de l’espace) et onirique de l’arbre, qui est
que, l’arbre dont on a la nostalgie, attire l’attention là pour symboliser à lui seul la présence familière et
sur l’idée que l’homme a constamment besoin de la dominée de la nature.

Vers la synthèse ➜ p. 121

1 Deux documents : Missed Tree I et II, œuvre de J.-M. Massaud (➜ p. 121) et schéma concernant les
pluies acides (➜ p. 93).

Intérêts du rapprochement
Sur le même thème de la sauvegarde des forêts, deux documents de genre et de fonction très différents
mais dont le statut rend le rapprochement révélateur de certaines relations entre l’homme et les arbres ;
rapprochement efficace pour l’apprentissage de la synthèse.

La consigne demande de trouver les éléments de II – LES RELATIONS ENTRE LES HOMMES ET LES
rapprochement. On peut construire la réponse en ARBRES
deux paragraphes : d’une part il s’agit d’arbres, Les deux représentations attirent l’attention du lec-
d’autre part il est question des relations entre teur / spectateur sur ce qui peut justifier le schéma
l’homme et les arbres. d’une part, les créations artistiques de l’autre, et
mettent en évidence des relations entre les arbres
I – UN THÈME COMMUN et les hommes. Dans le premier document, ces rela-
Le schéma concernant les pluies acides et l’œuvre tions touchent à la responsabilité humaine dans la
de J.-M. Massaud ont en commun de représenter détérioration de la forêt : les pluies acides viennent
des arbres. Sur le premier document, on recon- de la présence dans l’atmosphère de sous-produits
naît un conifère représenté de haut en bas, faîte industriels nocifs, qui agissent sur les branches des
de l’arbre, tronc avec des branches, racines arbres, tandis que les précipitations acides attaquent
souterraines. L’arbre est immédiatement recon- les racines. Il y a donc une forte mise en cause des
naissable ; il est placé dans un environnement qui actions humaines et de la responsabilité de ceux
représente le ciel et la terre. Le second document qui exploitent la nature. En même temps, la mise en
donne à voir trois sculptures représentant chacune évidence du processus de détérioration des arbres
un arbre, mais d’apparence tout à fait différente est là pour rappeler implicitement l’importance de la
de celle du dessin. Il s’agit d’une photo montrant forêt et son rôle dans la biodiversité. Dans le second
des sculptures de grande taille (1,59 et 2 m) com- document, le créateur des vases / sculptures exprime,
posées d’un tronc blanc et lisse et de feuillage par le titre choisi et par l’expression de la nostalgie,
difficilement identifiable, dont on se demande s’il l’importance des arbres dans la vie des hommes :
appartient ou non à l’arbre. Les deux représenta- familiarité, analogies, rêve, imagination, protection.
tions montrent une stylisation de l’arbre, mais pas Les sculptures de taille humaine, stylisées et esthé-
de la même manière ni pour les mêmes raisons. tiques, avec leur contraste feuillages / couleur et
Dans le premier cas, il s’agit de faire comprendre nature du tronc, sont là pour rappeler que l’homme
un processus qui touche les conifères (peut-être peut difficilement se passer des arbres et qu’il peut
prioritairement, ou les pluies acides se produi- trouver, dans ces œuvres, une manière d’en avoir
sent dans des régions où poussent de nombreux auprès de lui. Si l’utilité physiologique des arbres est
conifères) ; dans le second, il s’agit d’une création présente à travers le schéma concernant les pluies
artistique qui recrée des arbres artificiels d’une acides, leur importance affective et imaginative se
grande simplicité esthétique. révèle dans l’œuvre de J.-M. Massaud.
153
2 Trois documents : consigne ➜ p. 121 (NT). Vers l’écriture personnelle ➜ p. 121
3 Quatre documents : consigne p. 150. Ce

sujet est traité dans ce guide pédagogique, p. 200, Sujet 1 ➜ p. 137 (NT).
chapitre 15 (Analyser une photo). Sujet 2 ➜ p. 137. Ce sujet est traité dans ce guide
pédagogique, p. 181, chapitre 14 (Analyser un extrait
théâtral).

A P P L I C ATION
DOCUMENT 5 Illustration pour le catalogue Manufrancee (1925) ➜ p. 123

THÈME : la condition des femmes

Intérêts du document
La représentatioon populaire (étant donné le support) et imagée d’un bureau dans lequel les
trois secrétaires sont des femmes et le « patron » un homme : mise en relief d’une hiérarchie
qui favorise la position des hommes et dévalorise celle des femmes, même si l’on doit rap-
peler qu’en 1925 les femmes sont plus nombreuses que les hommes, un nombre important
de ces derniers ayant disparu lors de la guerre de 1914-1918.

der. À sa droite (à gauche sur l’image), on remarque


Pour analyser le document un radiateur. Une troisième secrétaire est visible sur
la droite de l’image : elle cherche des documents
1 Ce que représente l’image dans le second cartonnier. Chaque personnage est
La légende du dessin signale qu’il s’agit d’un bureau occupé à son travail, sans parler. Les trois femmes
avec un patron et des secrétaires sténodactylo en ont les cheveux courts (mode des années 1920-
train de taper à la machine. On retrouve ces différents 1930). Elles portent des tenues de ville, robes ou
éléments humains sur une image qui peut évoquer jupes leur arrivant à la cheville. La fenêtre du bureau
certains graphismes de bande dessinée. est garnie de rideaux croisés et de doubles rideaux
On distingue en effet : un grand bureau derrière de couleur jaune-orange.
lequel est installé un homme qui téléphone avec un ➤ On se trouve dans un bureau : le patron, un
document à la main. C’est visiblement le patron si homme, est aidé par trois secrétaires qui sont toutes
l’on en juge à la taille de son bureau. Il est habillé en des femmes. C’est lui qui donne les consignes et
costume de ville, chemise blanche et veste noire. Sur distribue le travail. Elles sont sous ses ordres.
sa gauche se trouve un cartonnier destiné au range-
ment de dossiers. Assise à une petite table située 2 Les informations données sur la situation
à la droite du patron, est installée une secrétaire Il ressort du document qu’il existe, dans le bureau
qui tape à la machine. On remarque que sa table, représenté, un schéma traditionnel de distribution
plus petite, n’est pas à la même hauteur que celle du travail et des responsabilités. Celui qui a la
du patron. Sans tiroirs, la table, semblable à celle position dominante est le personnage masculin :
de l’autre secrétaire, se limite à un plateau et quatre installé à son bureau (meuble différent des tables
pieds. Sur le mur au-dessus de la porte, une image des secrétaires), il est le seul à disposer du télé-
montre ce qui est sans doute la Manufacture d’armes phone. Il incarne l’autorité dans ce contexte réduit
et cycles de Saint-Étienne. Au-dessus du patron se à une seule pièce. La secrétaire dont la table se
trouve, accrochée au mur, une pendule bien visible. trouve à côté doit être immédiatement sous ses
Le cartonnier – dont une réplique se trouve de l’autre ordres, la plus proche, peut-être la plus élevée dans
côté de la fenêtre – supporte un globe terrestre. la hiérarchie des secrétaires. Chacun est à son
Au premier plan on aperçoit une autre secrétaire. travail et l’image retrace une réalité professionnelle
Elle tape à la machine un document dont l’original se qui fait des hommes les patrons et des femmes les
trouve sur un présentoir qu’elle est en train de regar- employées.
154
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
Vers la synthèse ➜ p. 123

1 Deux documents : consigne ➜ p. 123 (NT).


2 Trois documents : extrait de La Colonie, de Marivaux (document 1 ➜ p. 139) ; dessin extrait du catalogue
Manufrance (document 2 ➜ p. 123) ; extrait d’un essai intitulé La Famille, de N. Jonas (document 3 ➜ p. 60).

Intérêts du rapprochement
Des images convergentes de la condition des femmes du XVIIIe siècle au XXIe siècle ; la persistance des
préjugés et des schémas traditionnels ; les raisons de cette persistance.

La consigne demande de faire apparaître dans figurent. Ce guidage permet de construire un tableau
les documents les manifestations de l’inégalité à partir duquel on pourra travailler l’écriture de la
hommes / femmes ainsi que les explications qui y synthèse.

1. MARIVAUX, LA COLONIE, 2. IMAGE DU CATALOGUE 3. N. JONAS, LA FAMILLE,


1750, THÉÂTRE MANUFRANCE, 1925 2007, ESSAI
Les manifestations La première réaction des Homme en situation Constat du caractère non
de l’inégalité hommes est de rejeter de patron entouré de égalitaire des études :
hommes / femmes toute participation des femmes en situation les garçons sont dans les
femmes à l’élaboration subalterne d’employées : filières valorisées / les
d’une constitution qui les les secrétaires. filles s’orientent vers les
concerne tous : pour eux, lettres, les services, vers
le rôle des femmes est de des emplois précaires et
se marier et de s’occuper dévalorisés.
de leur famille.
Les professions de
finance, de justice et de
guerre leur sont interdites.

Les explications Le refus vient des L’image ne donne pas Croyance traditionnelle
données par les hommes parce que d’explications, mais dans l’existence de
documents les revendications des on peut appliquer à compétences sexuées :
femmes sont nouvelles cette illustration les les filles sont présentées
(d’où l’étonnement explications de N. Jonas. comme choisissant leur
sarcastique des hommes) En 1925, les femmes voie en relation avec leur
et risquent de faire perdre qui choisissaient de sensibilité, qui diffère de
à ces derniers quelques travailler dans le tertiaire celle des garçons.
prérogatives. devenaient secrétaires. Existence, encore en 2007,
Une autre explication, de stéréotypes qui trouvent
donnée par les femmes, des échos à l’intérieur et
est qu’elles n’ont pas été à l’extérieur de la famille,
éduquées pour remplir dans la société, dans les
certaines fonctions (mais médias.
avec un apprentissage, Les choix des filles en
elles y arriveraient). matière professionnelle sont
guidés par leur éducation.

➤ En un peu plus de deux siècles, le statut des mentés par les médias, la société, la famille, font que
femmes a beaucoup évolué ; il n’en reste pas moins la parité homme / femme dans les études n’est pas
que certains arguments traditionnels n’ont pas tout une réalité, et cela parfois du fait même de celles qui
à fait disparu en 2007 : de nombreux préjugés, ali- sont concernées.

155
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 123

1 Sujet ➜ p. 141 (NT). 2 Sujet ➜ p. 97. Ce sujet est traité dans ce


guide pédagogique, p. 115, chapitre 9 (Analyser un
Sujet ➜ p. 160 : on trouvera des éléments concernant
schéma, un document chiffré).
ce sujet p. 243 du livre de l’étudiant, chapitre 25.

DOCUMENT 6 Gravure sur bois représentant des enfants ➜ p. 124

descendant dans un puits de mine (1844)


THÈME : l’exploitation des enfants

Intérêts du document
Une gravure d’époque montrant la manière de faire descendre des enfants dans un puits de
mine ; un document ayant une valeur de témoignage sur l’exploitation des enfants et sur le
travail qui leur était réservé du fait de leur petite taille.

et qu’il l’ait fait sans tenir compte de la réalité de la


Pour analyser le document
perception visuelle.

1 Ce que représente l’image 2 L’utilité d’une telle représentation et le registre


La gravure présentée se compose de deux élé- La gravure, réaliste et naïve, témoigne d’une réalité
ments essentiels, dont l’un est horizontal et l’autre montrant le sort peu enviable des enfants ouvriers :
vertical. L’élément horizontal représente un treuil on les utilise parce qu’ils sont petits et peuvent se
activé par une femme qui semble presque en glisser dans les galeries de mines. Mais on remar-
haillons. Debout sur une terre herbeuse, elle tient que qu’ils n’ont aucune protection : pas de casque,
à deux mains une manivelle qui fait se dérouler et même pas de vêtements pour se protéger le
(ou s’enrouler) une corde. Du côté opposé à la dos, la poitrine et les bras. L’image fait état d’une
manivelle se trouve une roue avec des rayons qui véritable misère tant du côté des enfants que du
peut jouer le même rôle que la manivelle pour agir côté de l’adulte qui est là. On peut imaginer – avec
sur la corde. Verticalement, on observe un cylindre, compassion et pitié en même temps que révolte –
une descente de puits, dans lequel on voit deux la condition des enfants : froid, faim, blessures,
enfants à demi nus, assis sur une barre transver- maladies, obligation de descendre par tous les
sale à laquelle sont accrochées deux chaînes. temps, et les conséquences, handicaps divers
On peut observer le caractère assez rudimentaire dus aux accidents, anémie, rachitisme, absence
et naïf de la représentation : dessin sans finesse, d’éducation, illettrisme… L’auteur de l’image, par
visages peu représentatifs et peu expressifs, gros- le réalisme de la représentation, utilise le registre
sièrement dessinés. On se demande où se trouve pathétique à des fins dénonciatrices et critiques.
ce puits qui n’est pas environné de terre, la gravure Tout de qu’évoque V. Hugo dans « Melancholia »
ne comportant rien tout autour. On remarque aussi correspond à une réalité du monde ouvrier du
que les enfants sont censés être à l’intérieur du XIXe siècle. Les témoignages que l’on possède
puits, donc invisibles, comme la corde qui les fait sur l’exploitation actuelle des enfants sont plus
descendre. Avec le cercle qui signale la circonfé- probants parce que ce sont des photos. Il est utile
rence du puits, on croit avoir une image montrant d’avoir, pour le XIXe siècle, des images réalistes pour
l’extérieur du puits, mais on a en réalité l’intérieur, comprendre la réalité de l’époque. Les choses ne
ce qui contribue à l’idée de naïveté. Il semble que sont pas vraiment différentes dans certains pays à
l’auteur de la gravure ait voulu montrer le système notre époque.

156
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
Vers la synthèse ➜ p. 124

Deux documents : gravure représentant des enfants que l’on descend dans un puits de mine (➜ p. 124 ) ;
photo représentant des enfants dans une briqueterie en Colombie (➜ p. 152).

Intérêts du rapprochement
Nombreuses similitudes entre les deux images malgré la différence d’époque : mêmes motivations,
même exploitation, mêmes conséquences pour les enfants exploités.

La consigne demande de faire des remarques sur peut penser aussi que ce salaire n’est pas élevé par
le rapprochement de deux documents iconographi- rapport à leurs efforts et au temps passé.
ques. Nous donnons ici quelques grandes lignes :
les enfants, la nature de l’exploitation, les consé- III – LES CONSÉQUENCES POSSIBLES
quences possibles. Sur les deux images, les enfants sont dans la même
Le rapprochement des deux images, celle des situation : occupés à plein temps, ils n’ont pas le
enfants dans les mines en Angleterre au XIXe siècle et temps d’aller à l’école : ils risquent donc de rester
celle des enfants dans une briqueterie en Colombie dans un état d’analphabétisme empêchant tout
en 1993, fait apparaître des éléments communs. progrès et toute véritable intégration sociale. À
cette probable conséquence s’ajoutent toutes les
I – DES ENFANTS conséquences physiologiques : santé détruite par la
Il y en a deux sur une image, trois sur l’autre, approxi- respiration des poussières, handicaps liés à des
mativement du même âge, et on les utilise pour faire accidents, maladies du dos et de la colonne verté-
un travail qui n’est pas de leur âge et qui les empê- brale du fait d’une position imposée par le charge-
che de recevoir une instruction et une éducation : ils ment de briques, risques de lésions irréversibles,
ne vont pas à l’école. rachitisme. Il n’est pas possible que des enfants qui
commencent leur croissance ne soient pas « démo-
II – LA NATURE DE L’EXPLOITATION lis » par les travaux d’adultes qu’on leur impose.
Il apparaît que l’on fait travailler ces enfants unique- ➤ Le travail imposé aux enfants est illégal, car
ment parce qu’ils sont des enfants. Sur la gravure, contraire à la Convention internationale des droits
on comprend qu’ils sont utilisés parce qu’ils sont de l’enfant. Il maintient les enfants dans une forme
petits et peuvent ainsi descendre et aller ramasser d’esclavage explicable par la misère des exploités
le charbon dans les galeries de mines. La présence et la rapacité des exploitants : ce qui était fréquent
de l’adulte – la femme qui actionne le treuil – peut dans les pays industriels au XIXe siècle est aujourd’hui
suggérer qu’ils n’ont pas le choix et qu’ils sont fréquent dans de nombreux pays émergents.
surveillés. Ils sont présentés dans un contexte de
misère. Les enfants colombiens sont représentés en 2 Deux documents : consigne ➜ p. 124 (NT).
plein travail. On les voit en effet penchés en avant 3 Trois documents : consigne ➜ p. 128 (NT).
avec une charge de briques sur le dos, l’un en porte
4, l’autre au moins 5. Ces briques pleines sont cer- 4 Quatre documents : consigne ➜ p. 124 (NT).
tainement très lourdes. L’enfant qui est vu de face
porte sur la tête une sorte de lanière qui doit l’aider
à porter les briques autrement, peut-être à en por- Vers l’écriture personnelle ➜ p. 124
ter plus. On remarque l’environnement qui évoque
un chantier caillouteux et poussiéreux. Ces enfants 1 Sujet ➜ p. 69. Ce sujet est traité p. 71 de ce
respirent de la poussière toute la journée et s’épui- guide pédagogique, chapitre 7 (Analyser un extrait
sent à transporter des briques qui leur écrasent le de presse).
dos, sur un chemin très irrégulier. Dans les deux cas,
Sujet ➜ p. 164 (NT).
les enfants sont exploités : ils ne peuvent protester
ou se révolter, ils n’ont aucune protection d’aucune 2 Sujet ➜ p. 95 (sujet 1). Ce sujet est traité p. 112
sorte et l’argent qu’ils gagnent est souvent destiné de ce guide pédagogique, chapitre 9 (Analyser un
à aider la famille à ne pas être dans la misère. On schéma, un document chiffré).

157
DOCUMENT 7 Nicolaï Alexeievitch Kassatkine, Nouvelle industrie ➜ p. 125

textile à Orechovo-Zoejevoo (1904) THÈME : le devenir des sites industriels

Intérêts du document
Un tableau représentant une usine textile en Russie avant la révolution d’octobre 1917 ; le
contexte industriel pris comme objet d’inspiration et traité comme un motif esthétique ; une
composition intéressante ouvrant sur les fonctions d’une telle représentation.

composent et qui créent un enchevêtrement de


Pour analyser le document lignes, ce qui attire surtout l’attention du spectateur,
par contraste, est la présence des trois ouvrières. Le
1 Thème, représentation et composition groupe n’a rien de figé : les deux femmes que l’on
Intitulé Nouvelle industrie textile à Orechovo-Zoe- voit de manière légèrement oblique semblent se
jevo, le tableau de N. A. Kassatkine représente pencher en arrière tandis que celle que l’on voit de
l’intérieur d’une usine de textile avec, au premier dos se penche aussi vers la gauche. L’harmonie du
plan, et sur le même plan qu’une grosse machine, groupe vient de la position de celle qui est juste au
trois femmes dont deux sont vues presque de face centre. À elles trois, elles créent un groupe à la fois
et une autre, vêtue de blanc, vue de dos. Il y a donc lumineux et gracieux, telles les Trois Grâces ou les
deux éléments fondamentaux dans la représenta- trois déesses attendant le jugement de Pâris, ce qui
tion, d’une part un ensemble de machines comple- est un motif fréquent en peinture. Leurs vêtements,
xes, qui occupe tout l’arrière-plan, d’autre part les de couleurs plus vives que le reste du tableau,
trois femmes, qui forment un groupe harmonieux et constituent des taches lumineuses (orange vif et
gracieux, contrastant avec des machines. blanc). Elles portent toutes les trois un foulard noué
On est tenté de regarder le tableau en partant du sur la tête. Celle qui est à gauche tient dans sa main
bas, parce que le regard est attiré par les trois fem- droite quelque chose qu’on ne peut guère identifier,
mes qui constituent un élément humain, suggèrent mais qui ressemble à ce que l’autre, à droite, porte à
la vie par leur attitude et par les couleurs de leurs sa bouche. Celle qui est vue de dos semble chercher
vêtements. Dans le coin gauche en bas, on distingue quelque chose dans le tablier de celle de gauche.
le sol de l’usine, de couleur grise, et un alignement À défaut d’information, on peut imaginer qu’elles se
de machines selon une ligne oblique qui commence sont arrêtées de travailler toutes les trois et regrou-
dans le coin droit et remonte vers le premier tiers du pées pour manger.
tableau à gauche. Cette ligne passe devant toute
une série de machines dont on ne voit qu’une par- 2 Le registre du tableau et son interprétation
tie. L’une d’entre elles cependant est montrée plus Le titre Nouvelle industrie textile à Orechovo-Zoejevo
en détail : on remarque une haute infrastructure où oriente vers l’idée que ce qui est représenté ne fait
s’alignent des moteurs, des câbles, des rouleaux, pas l’objet d’une critique mais d’un éloge. Ce qui
des fils. Au-delà d’une machine caractérisée par est mis en valeur, dans des tons gris et ocre, est
des cônes de fils ocre et des éléments métalliques l’activité industrielle à travers son intensité, sa com-
gris et noirs (nombreux rouages posés sur le sol), on plexité mais aussi et surtout sa nouveauté. On peut
aperçoit tout un ensemble de lignes obliques grises, mieux comprendre l’impression de célébration qui se
allant du sol jusqu’à des tubes gris qui suivent le dégage du tableau si l’on sait qu’Orechovo-Zoejevo
plafond, horizontalement et en hauteur : l’ensemble a toujours été un centre très actif d’industries tex-
fait penser à un enchevêtrement de lignes obliques. tiles : au XVIIIe siècle, on y tissait la soie et le coton.
On peut imaginer que chaque machine vue à côté Au XIXe siècle, cette ville était un des plus importants
et derrière les trois femmes est l’extrémité d’une centres industriels de la région de Moscou, et un des
ligne de plusieurs machines placées côte à côte, principaux foyers des mouvements de grève de la fin
dont chacune est en train de fabriquer un rouleau du XIXe et du début du XXe siècle. Une très importante
de tissu que l’on voit sur la ligne oblique du premier grève survenue en 1885 est à l’origine de la mise en
plan. Le fil qui descend des superstructures et les place des premières mesures de législation du travail.
pièces d’étoffe qui s’enroulent suggèrent une très On peut donc imaginer, au vu d’une représentation à
intense activité : il reste au spectateur à imaginer la fois très précise et très esthétique, que le peintre
le bruit. a souhaité faire ressortir la qualité et l’efficacité des
Si les machines sont impressionnantes par leur réalisations humaines, les machines qui ont fait,
nombre, par la complexité des éléments qui les d’un centre textile traditionnel, un centre nouveau
158
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
plus actif sur le plan de la production. C’est dans esthétique d’un site industriel se révèle comme
cette perspective que l’on peut percevoir les trois la volonté de montrer un lieu de travail important,
femmes comme trois ouvrières momentanément productif et nouveau, témoignant de l’inventivité
désœuvrées, parce que ce sont les machines qui humaine et susceptible de rappeler ce qui, tôt ou
font le travail. tard, sera remplacé par encore plus moderne, plus
➤ La représentation à la fois précise, technique et performant et sans doute plus automatique.

Vers la synthèse ➜ p. 125

1 Deux documents : ancienne centrale Montemartini transformée en musée (➜ p. 146) ; Nouvelle industrie
textile à Orechovo-Zoejevo, de N. A. Kassatkine (➜ p. 125).

Intérêts du rapprochement
Concernant la sauvegarde du patrimoine industriel, on peut rapprocher un tableau qui représente une
usine du début du XXe siècle et une machine mise dans un musée et voisinant avec une statue antique : la
question qui se pose est celle de la mise en parallèle des œuvres d’art et des lieux industriels.

La consigne demande d’exprimer des remarques sur sites industriels, de manière réelle dans le cas de
la juxtaposition de l’œuvre de N. A. Kassatkine et de l’Italie, à travers un tableau élogieux dans le cas de
l’exposition d’une machine à proximité d’une statue la Russie.
antique dans un musée italien. Nous donnons ici
quelques remarques sur les convergences puis sur II – DIVERGENCES
les différences. On peut remarquer cependant certaines différences
entre les deux documents. L’image de la centrale
I – CONVERGENCES ENTRE LES DEUX IMAGES est une photo : la réminiscence se fait à travers une
Un regard jeté sur les deux illustrations révèle machine exposée, qui a visiblement été nettoyée et
immédiatement certaines convergences, malgré un repeinte. Dans le musée où elle se trouve, elle est
siècle de différence. Le tableau de N. A. Kassatkine tout à fait réelle. Son voisinage avec la statue anti-
représente un univers de machines, au début du que, elle aussi très réelle, permet un rapprochement
XXe siècle. Ces machines, qui remplissent un vaste entre deux créations d’époques et de civilisations
hangar dans lequel domine le gris, témoignent d’une différentes, mais dont le rapprochement est instruc-
activité industrielle : la fabrication des tissus. On y tif. Le tableau est une œuvre d’art qui représente une
voit des rouages compliqués. Au premier plan, trois usine et met en scène trois ouvrières. Le site est lui
figures féminines créent un pôle de vie et de rela- aussi sauvegardé, mais à travers une perception qui
tive fantaisie par leur attitude et par leurs couleurs. est celle de l’artiste. Il y a donc un intermédiaire en
Il s’agit d’un tableau peint en 1904, qui permet de plus. La machine de la centrale Montemartini est
conserver l’image d’une usine importante dans une authentique, l’image des usines et des machines
région dominée par l’industrie textile. dans le tableau de Kassatkine garde leur souvenir
L’autre document est une photo qui montre, dans mais d’une manière dont personne ne connaît
une disposition qui n’est pas très différente, une l’authenticité. C’est essentiellement ce qui fait la dif-
machine qui semble toute neuve, dans une ancienne férence entre les deux documents : dans un cas on a
centrale électrique italienne devenue musée, à une restauration, dans l’autre une représentation.
proximité d’une statue antique considérée comme ➤ On trouve là le type de différence qui existe entre
une œuvre d’art. On peut ainsi rapprocher le tableau les terrils de mine décrits par Zola dans Germinall et
et la photo ; ils montrent en effet chacun la juxta- leur transformation en site touristique.
position inattendue de deux éléments importants : la
2 Quatre documents : consigne ➜ p. 125 (NT).
mécanique et la vie dans le tableau, le modernisme
et l’antique sur la photo. Ces rapprochements voulus
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 125
conduisent le spectateur à s’interroger sur le sens
des deux juxtapositions. Dans l’usine Montemar-
Sujet ➜ p. 57. Des éléments de ce sujet sont traités
tini, on remarque une revalorisation de la création
dans le chapitre 24 du livre de l’étudiant (p. 229 et
industrielle, sous la forme de la machine nettoyée,
suivantes).
repeinte et exposée comme une œuvre d’art. Dans le
tableau, l’univers industriel est devenu motif pictural. Sujet ➜ p. 146. Ce sujet est traité p. 192 de ce guide
Dans les deux cas, on s’efforce de sauvegarder des pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).
159
DOCUMENT 8 Fernand Léger, Les Constructeurss (1950) ➜ p. 126

THÈME : le travail

Intérêts du document
Une image optimiste et joyeuse, très colorée, du monde du travail : un chantier où se trouve
illustrée la solidarité d’un travail collectif effectué avec énergie et dynamisme.

contrastes. L’espace du ciel est rempli de lignes qui


Pour analyser le document représentent la construction, les lignes sont toutes
des droites et des obliques ; il y a peu de courbes.
1 Le thème du tableau / relations avec le titre L’idée qui ressort de la représentation est celle
Le tableau proposé (dont on peut noter les grandes d’un ordre (les lignes de l’immeuble moderne) qui
dimensions, cinq mètres sur deux) a pour titre Les émerge, à mesure de la construction, du désordre
Constructeurs, ce qui connote le travail des bâtis- des lignes et des niveaux. L’impression d’ensemble
seurs, un chantier de construction, des réalisations est celle d’une grande activité.
urbaines. Ce que l’on voit sur l’image est un ensem-
ble de poutrelles métalliques qui composent des 2 Les différents « messages »
lignes géométriques. Celles-ci quadrillent le ciel de Le tableau date de 1950, c’est-à-dire cinq ans après
manière dense et constituent visiblement l’armature la fin de la Seconde Guerre mondiale, au moment où
d’un immeuble élevé. Le cadrage montre qu’il ne se met en place la reconstruction. On peut retrou-
s’agit là que d’une petite partie (un ou deux étages) ver dans le tableau une vision optimiste du travail
d’un ensemble sans doute beaucoup plus important. du bâtiment et des travaux publics. Elle vient de
Les quatre ouvriers du premier plan se trouvent sur plusieurs éléments trouvés dans l’analyse. On peut
un plancher dont le spectateur ne sait pas, du fait citer tout d’abord l’impression de foisonnement née
du cadrage, à quel niveau il se trouve par rapport de la multiplicité des éléments visibles qui sont les
au sol. L’accumulation des poutrelles métalliques diverses composantes du chantier et qui sont repré-
crée une impression contradictoire d’ordre et de sentées par les lignes. Celles-ci, nombreuses, se
désordre, et d’activité intense dans le ciel, parmi les démultiplient du fait des couleurs, jaune, noir, blanc,
nuages : on peut en déduire qu’il s’agit d’un mode rouge, ce qui accentue le foisonnement, créant une
de construction moderne, dans des étages élevés, forte impression d’activité. Ce point est dominant :
et mettant en jeu une manière de travailler nouvelle. les ouvriers représentés ne semblent pas figés. Ils
L’image montre aussi les ouvriers du bâtiment à sont en plein effort, semblent en mouvement. L’im-
l’œuvre : l’un travaille à cheval sur une poutre, un pression de mouvement vient de leurs attitudes, mais
autre semble en équilibre à côté d’une échelle : on aussi des seules courbes de l’image : les nuages qui
remarque que seule la casquette évoque son métier paraissent se déplacer et les cordes que l’on voit à
car il est habillé comme s’il se trouvait en ville. droite de l’image et à gauche juste au-dessus des
Peut-être est-il le contremaître. Les quatre ouvriers ouvriers. Énergie, dynamisme, l’image donnée ici
que l’on voit au premier plan portent une poutre. du chantier est empreinte d’optimisme, d’une sorte
L’image montre un travail collectif qui associe ces de joie de travailler, de participer à une réalisation
quatre hommes dans un effort commun, symbole collective. Il y a une forme d’enthousiasme dans
d’une sorte de solidarité. Il faut enfin remarquer les cette représentation, qui vient aussi du caractère
couleurs : un ciel bleu dans lequel flottent de petits naïf de la représentation : tout semble simple, facile,
nuages blancs et gris, des poutres de couleurs euphorique, et le message est accessible à tous :
gaies et lumineuses, rouge, jaune contrastant avec c’est la sortie d’une période sombre et l’émergence
du noir. La représentation repose sur de nombreux de l’espoir de « lendemains qui chantent »…

Vers la synthèse ➜ p. 126

1 Deux documents : Les Constructeurs, de F. Léger (➜ p. 126) et l’image du film Les Temps modernes,
de C. Chaplin (➜ p. 148).
Intérêts du rapprochement
Deux images construites sur le même procédé de la répétition et du foisonnement ; deux images évoquant
le monde ouvrier et celui des machines ; deux registres différents et deux significations différentes.

160
Analyser une œuvre d’art CHAPITRE
12
Nous donnons ici les grandes lignes d’une réponse teurs, actifs, dynamiques, et solidaires. En ce sens,
en deux paragraphes rédigés. la place de l’homme dans l’univers industriel est
La mise en parallèle de l’image du film Les Temps tout à fait différente dans les deux représentations,
modernes (1936) et de l’imposant tableau de F. Léger, comme l’image du travail : homme esclave et victime
Les Constructeurs (1950) fait apparaître deux repré- d’un côté, homme dynamique et actif de l’autre ; tra-
sentations différentes du travail. Celles-ci sont mises vail destructeur et déshumanisant d’un côté, travail
en relief par des procédés proches. valorisant de l’autre, et sentiment de participer à une
œuvre humaine stimulante et significative.
I – DEUX REPRÉSENTATIONS DIFFÉRENTES
L’image du film montre un univers de roues et de II – DES PROCÉDÉS SIMILAIRES
rouages sombres au milieu duquel on peut distinguer On peut signaler que des sens aussi différents sont
une tête, comme si le personnage était prisonnier produits par des images différentes, mais qui reposent
d’une machine broyeuse d’où Charlot chercherait sur des procédés proches, que l’on peut signaler ici :
à le faire sortir. L’image a quelque chose de mons- – une même technique de cadrage qui laisse une
trueux et d’effrayant, par le nombre de roues den- place importante au hors-champ que le spectateur
telées et la complexité de la machine, dont on ne peut imaginer sous la forme d’une machine encore
voit qu’une partie. On peut donc imaginer qu’elle est plus grosse ou d’un chantier plus important : les
encore beaucoup plus grande et monstrueuse. Il en limites du tableau ou de la photo ne constituent pas
ressort l’idée que cet univers industriel est capable les limites de ce qui est représenté ;
d’engloutir, d’avaler les êtres humains : l’image sug-
– l’accumulation ou la reprise d’un même motif : les
gère une opposition forte entre ce qui est mécanique
rouages d’un côté, les poutres de l’autre, l’ensemble
et sans âme d’un côté, la vie humaine de l’autre,
créant dans les deux représentations une impression
incarnée par les deux personnages. Le tableau de
dominante de nombre, de multiplicité, de foisonne-
Fernand Léger montre au contraire un univers dans
ment ;
lequel l’homme peut agir en toute liberté : c’est lui
qui domine le chantier, qui le réalise, par un travail – l’intégration d’éléments humains qui donnent une
collectif, et qui peut voir le résultat de son travail tan- échelle à la représentation : les hommes ne sont pas
dis que, dans le film, il en est la victime dominée par démesurément petits par rapport à l’univers repré-
la machine qui l’écrase. Le fond bleu, les couleurs, senté. Mais l’impression finale n’est pas la même.
les petits nuages qui semblent en mouvement sug- ➤ Avec des procédés similaires, les deux images ne
gèrent la vie, l’activité, l’énergie, l’enthousiasme de produisent pas les mêmes effets et ne conduisent
la réalisation. À une image plutôt tragique (même si pas à une interprétation semblable. D’un côté, on est
elle est destinée à faire rire) de la condition ouvrière dans le registre de la satire et, de l’autre, dans celui
s’oppose l’optimisme lumineux et actif des Construc- de la célébration.

2 Trois documents : article du Monde Initiatives de M.-C. Betbeder (document 2 ➜ p. 76), extrait du
roman L’Écume des jours, de B. Vian (document 1 ➜ p. 101) et tableau de F. Léger, Les Constructeurs (docu-
ment 3 ➜ p. 126).
Intérêts du rapprochement
Rapprochement de trois documents qui traitent du travail de manière opposée, d’un côté une vision
idéale, de l’autre une image très critique ; présence, dans l’un des documents, des deux représentations
antithétiques ; exploitation d’une image.

Trois documents différents abordent le thème du par les demandeurs d’emploi étudiés par R. Saïdi
travail : un extrait de roman, une œuvre d’art et (document 2) comme un accomplissement de soi, le
un article de presse. À travers ces documents résultat de l’acquisition d’un savoir, un engagement
apparaissent deux représentations antithétiques du conduisant à une réalisation en relation avec d’autres,
travail, l’une souhaitée et idéalisée, l’autre réelle et engagement qui contribue à faire progresser et dont
décourageante. on attend qu’il soit reconnu. Le travail est vu comme
un élément non seulement formateur, mais comme
I – UNE IMAGE OPTIMISTE ET DYNAMIQUE DU un outil participant à l’épanouissement de la person-
TRAVAIL nalité. On trouve des éléments aussi optimistes et
On la trouve essentiellement dans l’extrait de presse chargés d’espoir dans le tableau de F. Léger, qui met
(document 2) et dans l’œuvre d’art (document 3), qui, en valeur, dans Les Constructeurs (document 3), la
par des moyens différents, insistent sur les caracté- solidarité, le partage, le travail en commun pour des
ristiques positives du travail. Ainsi, le travail est perçu réalisations lumineuses et valorisantes. Le tableau
161
montre en effet des ouvriers au travail, de manière en soi, est sacré, et constitue ce qu’il y a de mieux.
solidaire et dynamique. Les gestes insistent sur Le travail qu’il critique est celui qui met l’homme
l’activité tandis que les couleurs, vives et fraîches, dans la situation d’occuper tout son temps, sans
suggèrent un monde un peu naïf et enfantin où tout lui en laisser pour lui-même, sans apporter de pers-
se passe bien et où la lumière est celle de l’espoir et pective de progrès, sans lui donner l’occasion de se
de la joie de vivre. Dans les deux documents, la vie, consacrer à ce qui le rendrait moins dépendant, à ce
la réalisation, le groupe, la participation à une œuvre qui le rendrait libre.
commune sont particulièrement mis en relief. ➤ À l’image stimulante que des jeunes demandeurs
d’emploi se font du travail répond une réalité que
II – UNE REPRÉSENTATION NÉGATIVE ET DÉPRI- ceux qui en sont les victimes sont conditionnés à
MANTE DU TRAVAIL accepter.
Cette image opposée du travail figure dans l’extrait
de roman (document 1) et, de manière indirecte,
3 Quatre documents : consigne ➜ p. 148 (NT).
dans l’article de presse (document 2). L’article met en
effet en évidence ce que rejettent les jeunes deman-
Vers l’écriture personnelle ➜ p. 126
deurs d’emploi interrogés : des tâches routinières
et dépourvues de sens, effectuées sans relations
avec un environnement humain, qui ne donnent pas 1 Sujet ➜ p. 55. Ce sujet est traité dans ce guide
l’occasion ni la possibilité de prendre des initiatives, pédagogique, p. 52, chapitre 6 (Analyser un extrait
sans perspective de progrès ni d’améliorations d’essai).
d’aucune sorte. Ce sont là exactement les carac- Sujet ➜ p. 77 (NT).
téristiques dénoncées par Colin dans le roman de
2 Sujet ➜ p. 85 (NT).
B. Vian (document 1) : le travail qu’il rejette est celui
qui exploite l’homme, tout en le persuadant que ce Sujet ➜ p. 148. Ce sujet est traité p. 197 de ce guide
qu’il accomplit, et qui lui prend sa vie, a une valeur pédagogique, chapitre 15 (Analyser une photo).

P R O L O N G EMENTS ➜ p. 127