Vous êtes sur la page 1sur 6

Minéraux de base des sols

univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
 les défauts volumiques sont générés par la présence de corps étrangers
piégés au moment de la cristallisation.

Ces structures minérales peuvent être observées par des analyses de


3
lames minces au microscope optique polarisant. Les lames sont obte-
nues à partir d’échantillons découpés, meulés et polis jusqu’à obtenir
une épaisseur d’environ 20 à 30 micromètres. D’autres techniques plus
sophistiquées peuvent être utilisées comme l’analyse au microscope élec-
tronique à transmission, l’analyse au microscope électronique à balayage
munie d’une sonde EDS et ou d’une sonde EBSD ou encore l’analyse DRX
à l’aide d’un diffractomètre à rayons X.

3.2.2 Faciès
Le faciès décrit la microstructure de l’échantillon à plus faible grandisse-
ment. Il peut par exemple se présenter sous forme de paillettes ou lamelles
(mica, chlorite. . . ), aciculaire ou fines aiguilles, prismatique (sel gemme),
arborescente ou dentritique (cuivre), sans forme définie. . .
Pour exprimer certaines particularités de la structure, on introduit un
vocabulaire spécifique :
 la structure est dite porphyrique lorsqu’elle est composée de cris-
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

taux millimétriques ou centimétriques enrobés dans une matrice plus


fine ;
 elle est orientée lorsqu’elle est anisotrope à cause de l’orientation
préférentielle des cristaux ;
 elle est schisteuse si elle est orientée ;
 elle est litée si elle présente des alternances de couches minérales
différentes ;
 elle est fissurée si un réseau de fissures traverse la roche.
Dans les minéraux, on distingue des cassures soit irrégulières dans les
cristaux de forte résistance (quartz. . . ), soit sous forme de clivage ; le cli-
vage étant un plan de cassure correspondant à un plan de plus faible
résistance du cristal. Le mica présente de superbes plans de clivage.

61
B Caractéristiques des sols et des roches

univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
On observe également dans certaines roches des cassures conchoïdales. Les
cassures sont nettes et brillantes, la surface est onduleuse, les ondulations
s’arrangeant concentriquement à partir du point de choc qui a produit la
fracture dont la forme intérieur rappelle celle d’une coquille. C’est le cas
de l’obsidienne.

3.2.3 Principaux minéraux


L’oxygène (61 % en masse), le silicium (21 %) et l’aluminium (6 %) sont
les trois éléments atomiques les plus répandus dans la croûte terrestre.
C’est une des raisons pour lesquelles les silicates sont les minéraux les
plus abondants dans le sol.

 Minéraux à base de silice


 Silice et silicates sans alumine

Ce sont les minéraux les plus abondants dans les roches de la croûte ter-
restre. Le motif de base est le tétraèdre de silicium (SiO4 )4− avec un atome
de silicium disposé au centre et des atomes d’oxygène disposés aux quatre
coins (Fig. 3.1). Ce tétraèdre possède quatre valences libres.

Si

Figure 3.1 Structure tétraédrique de la silice.

Dans le quartz, chaque atome d’oxygène est associé à deux tétraèdres


(4 SiO2 ). Dans les autres silicates sans alumine, cette disposition n’est
plus respectée. D’une part les tétraèdres sont plus éloignés les uns des

62
Minéraux de base des sols

univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
autres et d’autre part des cations extérieurs divalents viennent saturer une
valence des atomes d’oxygène (par exemple le talc, le pyroxène et le
péridot contiennent des atomes de magnésium).
3
 Alumino-silicates

Dans ces minéraux, les ions Si sont partiellement remplacés par des ions
Al, ce qui confère au tétraèdre une valence libre supplémentaire, donc la
possibilité de fixer un cation supplémentaire.
Les feldspaths calco-sodiques ou plagioclases forment une grande famille
en fonction du nombre d’ions Al remplaçant les ions Si. De plus, les
rayons ioniques des atomes de potassium K et de calcium Ca étant
voisins, ils peuvent facilement permuter dans la structure.
Les roches alcalines ou feldspathoïdes contiennent une grande quantité
d’alcalins (Na, K) et renferment un peu moins de silice.
Les phyllosilicates se caractérisent par le fait que les tétraèdres sont soudés
les uns aux autres par trois côtés de façon à constituer un assemblage
plan à maille hexagonale servant de base à un feuillet (0,7 à 1,4 nm
d’épaisseur). Le plus souvent, les ions Si sont remplaçés par des ions Al.
Exemples
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

 Dans le mica, dans un tétraèdre sur quatre, Si est remplacé par Al


et des cations situés entre les feuillets saturent les valences libérés
et assurent une certaine cohésion vis à vis du glissement inter-
feuillet : clivage en lamelles.
 Dans les argiles, les valences libres sont saturées par des ions
OH− et les feuillets mobiles sont de ce fait plus mobiles.

 Silicates d’alumine

Ces silicates ne doivent pas être confondus avec les précédents car l’atome
Al n’est pas substitué à l’atome Si mais est situé à l’extérieur du tétraèdre
et joue le rôle d’un cation. On rencontre ce type de minéraux dans les
roches métamorphiques (andalousite Al2 SiO5 . . . ).

63
B Caractéristiques des sols et des roches

univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
 Minéraux non silicatés

On distingue les éléments natifs, les sulfures, les oxydes (bauxite), les
chlorures (sel gemme NaCl), les sulphates (gypse, anhydre CaSO4 ), les
carbonates (calcite CaCO3 , dolomite (Ca,Mg)(CO3 )), les phosphates.

3.2.4 Identification des minéraux à l’aide


d’observations macroscopiques
L’observation visuelle est un moyen simple, rapide et adaptée pour iden-
tifier sur le terrain le sol ou la roche. Une loupe et des moyens sommaires
permettant de réaliser quelques tests simples mettant en jeu leurs pro-
priétés physico-chimiques sont suffisants dans nombre de cas pour ob-
tenir suffisamment d’information permettant de classer le sol. Quelques
caractéristiques du sol à analyser sont précisées ci-dessous :
 forme : elle n’est caractéristique que si les minéraux sont auto-
morphes ;
 couleur : elle est peu caractéristique car elle est modifiée par la
présence d’impuretés, à moins de réduire le minéral en poudre ;
 éclat : c’est un caractère complexe dû au pouvoir réflecteur du minéral
et de sa microfissuration interne ;
 cassure : elle peut être lisse, inégale, conchoïdale, clivage (mica en
forme de feuillets, calcite présentant trois plans de clivage suivant les
faces du rhomboèdre) ;
 densité : c’est une bonne caractéristique pour identifier le minéral ;
 dureté : celle-ci est établie à partir de dix minéraux de référence et
permet de classer les minéraux (échelle de dureté de Mohs) ;
 action de l’eau : elle permet de déceler les sols qui sont sensibles à
l’eau, comme par exemple les argiles ;
 action de l’acide chlorhydrique : elle se traduit par des réactions chi-
miques entre l’acide et le minéral avec une effervescence plus ou
moins forte selon le type de minéral.

64
univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
4 Les argiles

Les argiles sont des sols particuliers très sensibles à la présence d’eau.
Elles sont à l’origine de nombreux désordres dans les constructions géo-
techniques. Bien comprendre la nature de ce matériau et ses interactions
avec l’eau présente dans le sol est essentiel pour dimensionner les ou-
vrages géotechniques. Ce chapitre fournit quelques informations sur ces
matériaux.

4.1 Structure cristalline des feuillets


Les argiles sont constitués de minuscules particules minérales (d < 2
µm). Elles résultent de la désintégration physique ou mécanique des
roches suivie d’une transformation chimique. Les minéraux argileux
sont des silicates d’aluminium hydratés en feuillets dans lesquels on
distingue deux minéraux de base (Fig. 4.1) :
© Dunod. Toute reproduction non autorisée est un délit.

 la silice tétraédrique (SiO4 )4− ;


 l’hydroxyde d’aluminium octaédrique Al(OH)3 .
Les phyllosilicates possèdent une structure organisée en plans anioniques
successifs (Fig. 4.1). La charpente de la structure cristalline est réalisée à
partir d’anions O2− ou OH− jointifs dans lesquels sont disposés les ca-
tions Ca2+ , K+ , Na+ , Mg2+ , Fe+ , Fe3+ , Al3+ , Si4+ . . . Dans le feuillet
élémentaire octaédrique où l’élément de base est l’hydroxyde d’alumi-
nium, chaque aluminium est entouré de six atomes d’oxygène (soit O,
soit des groupes OH).

65
B Caractéristiques des sols et des roches

univ.scholarvox.com:BNF:954023545:88854079:163.173.128.143:1580473675
oxygène silicium
a) Motif tétraédrique b) Agencement des tétraèdres

hydroxyles aluminium, magnésium etc.

c) Motif octaédrique d) Agencement des octaèdres


Figure 4.1 Motifs de base et feuillets élémentaires des particules d’argile.

Les feuillets de base sont composés d’un feuillet élémentaire octaédrique


et d’un ou deux feuillets élémentaires tétraédrique reliés entre eux par
des liaisons covalentes. Pour des raisons de visualisation, ces feuillets sont
représentés par un rectangle pour le feuillet octaédrique et un trapèze
pour le feuillet tétraédrique (Fig. 4.2).

Al Si

Figure 4.2 Symboles des feuillets octaédrique d’Al et tétraédrique de Si.

Ils forment des ensembles cristallins plans. Le fait que les feuillets ne
sont pas neutres électriquement explique les fortes interactions avec les
solutions salines.

66

Vous aimerez peut-être aussi