Vous êtes sur la page 1sur 34

1

EPIGRAPHE

La grossesse n’est pas une maladie, mais une charge supplémentaire pour organisme de la
mère.

(J. Courte Joie).


2

DEDICACE

Nous serons ingrats si nous n’adressons pas un mot au tout puissant pour le souffle de vie et la
protection gratuit.

Merci à mes parents d’avoir fait de moi un corps parmi les autres papa GUILAIN NUMBI et
maman BIBICHE KASONGO que Dieu vous bénisse à vous mes frères et sœurs : NADEGE,
MERVEILLE, SAMMY, GUILAIN, VALERY.

A toi le future père de mes enfants ; GRACIA NAWEJ a mes amis, à mes belles sœurs et
beau-frère.

 A toi ma belle mère


 A vous mes grands-mères.
3

AVANT-PROPOS

A l’issu de ce trois années d’effort voici le temps attendu par tous.

Le temps de remercier tous ceux qui nous ont assistés pendant ces trois longues années de loin
comme de prés moralement physiquement, spirituellement, financièrement

Nous tenons à cœur à remercier l’autorité académique d’avoir permis l’encadrement spéciale
a nos égard HENRY MUDONGA directeur générale de l’ISTM Kolwezi sans oublier tous
les professeurs , assistant (e) CT qui ont fait de nous les infirmiers d’aujourd’hui grâce à leur
formation et enseignement , en particulière vous mon directeur assistant SAMWINSUK.

A tous les amis et collègues de promotion avec qui nous avons passé un bon moment.
4

PLAN DU TRAVAIL

 Epigraphe
 Dédicace
 Avant-propos
 Abréviation et achronime

INTRODUCTION GENERALE

1. Choix et intérêt du sujet


2. Etat de la question
3. Problématique
4. Hypothèse
5. But et objectifs du travail
6. Méthode et technique
7. Délimitation spatio-temporelle
8. Subdivision du travail

II. Première parties : L’approche théorique

CHAP I. LES GENERALITES

1. 1. Définition des concepts ;


1.1.1. Evaluation
1.1.2. Utilisation
1.1.3. Services
1.1.4. Consultation post-natale (CPON)
1.2. Autres définitions : (CPN), (PM)
1.3. Rappel anatomophysiologique des organes génitaux de la femme
1.4. Quelque notion sur l’accouchement
1.5. Le post partum ou suite de couches
5

CHAP II. CONSULTATION POST-NATALE

2.1. Définition

2.2. Intérêt de la CPON

2.3. Buts et objectifs de la CPON

2.4. Déroulement de la CPON

2.5. Examen général

2.6. Calendrier vaccinal

2.7. Méthode contraceptive.

2.8. Rôle de l’infirmier.

2.9. Prévention

CHAP III. MILIEU ET CADRE DE RECHERCHE

III.1. Historique de l’hôpital

III.2. Situation géographique

III.3. Capacité d’accueil

III.4. Organigramme de l’hôpital

CHAP IV ; METHODOLOGIE DU TRAVAIL

IV.1. Population

IV.2.Type d’étude

IV.3. Echantionnage

IV.4. Technique

IV.5. Variable et principes d’analyse

IV.6. Matériels utilisé

IV.7.Critere d’inclusion

CHAP V : PRESENTATION DES RESULTATS

V.1. Discussion et commentaire

V.2. Difficulté rencontré


6

V.3. Suggestion et recommandation

V.4. Conclusion

V.5.Bibliographie

V.6. sommaire

V.7. Annexe

LISTE DES ABREVIATIONS

- CPON : Consultation post-natal


- CCC : communication du changement de comportement
- CPN : Consultation prénatale
- CPS : Consultation préscolaire
- VP : Visite post natale
- BCG : bacille de coque guelman
- PEV : programme élargie de vaccination
- HPK : Hôpital du personnel de Kolwezi
- OMS : Organisation mondiale de la santé
- ISTM : Institut supérieure des techniques médicales s
- TFC : travail de fin de cycle
- RDC : République démocratique du Congo
- TV : touche vaginal
- TA : tension artériel
- PTME : Protection de transmission mère et enfant
- MAMA : Méthode d’allaitement maternelle d’aménorrhée
7

INTRODUCTION

1.1. LE CHOIX ET INTERET DU SUJET

Le choix de notre sujet n’est pas un fait d’hasard et non seulement parce qu’il cadre avec
notre filière mais parce que nous avons constaté au cours de nos stages qu’il existe de nos
jours les femmes qui ne fréquentent pas le service de consultation post natal ce constat nous a
poussé de mener une étude focalisée sur l’évaluation de l’utilisation de service de CPON par
ailleurs la consultation post natale relevant des rôles propre d’une infirmière vient encore
appuyer ce choix.

 Les résultats de cette étude seront ; indispensables aux :


- Chercheurs qui viendront après nous qui y trouveront les données pouvant les guider
au cours de leurs recherches ;
- Aux femmes en âge de procréer dans le sens que ce travail les sensibilisent à
l’utilisation du service de CPON ;
- Personnels soignants et aux sages-femmes de mettre l’application de pouvoir mettre au
profit les produit de cet ouvrage.
2. ETAT DE LA QUESTION :ce présent travail ne prétend pas traiter ce sujet d’une
manière exhaustive car avant nous plusieurs études ont été déjà entreprises sous d’autre
aspects à titre illustratifs l’étude menée en Avril 2015 par MWAMBA Sandrine sur « Le
déterminant de l’utilisation de service de consultation prénatal » en sigle CPN cas de
centre de santé Kasulu à Kolwezi ou l’auteur est arrivé à une conclusion selon laquelle
616 des femmes de centre de santé Kasulo ne connaissaient pas l’importance de
l’utilisation de service de CPN et quant à nous nous parlerons de l’évaluation de
l’utilisation de service de CPON cas de l’hôpital du personnel de Kolwezi à Kolwezi .
8

3. PROBLEMATIQUE : En Afrique particulièrement dans le pays en développement


environ 99% de décès matériels et plus de 830 femmes meurent chaque jours des causes
évitables liées à la grossesse et à l’accouchement ( OMS 2018 ) la convalescence état la
phase de la maternité la plus négligée de nos jours , la mère étant encore sous effet de la
fatigue de 9 mois de la grossesse et du travail , or il est évident que toutes femmes en âge
de procréer ont besoin du repos .Des repos riches tout en évitant absolument tout souci et
tout traces l’infirmière à partir d’une consultation spéciale qui est la consultation de post
natal , c’est une période de bouleversement physique , psychique et familiale le post-
partum est donc une période a risque de difficultés parfois de complication médicales et
aussi de complication liées au bouleversement de tous les repères , en particulière qu’il
s’agit d’un premier enfant cette période mérite un suivi et une attention particulière (
Keller-2006) ce constat nous conduit à nous demander est-ce que les accouchées de
l’HPK utilisent-elles les services de CPON ?

1.4. HYPOTHESE : en se basant sur la problématique nous osons croire à titre


hypothétique que : la sensibilisation des femmes à l’utilisation de service de CPON serait
une meilleure option à adapter.

5. Objectif du travail

A. Objectif général : un programme d’amélioration permettant d’influer négativement


sur les conséquences d’un phénomène sur la santé génésique ne peut être mené que si les
conditions de survenu sont connues. C’est ainsi qu’il nous est apparu opportun de mettre
en relief l’ampleur d’utilisation des services de CPON au sein des structures sanitaire des
maternités en RDC d’une manière générale et particulièrement à Kolwezi au sein de la
maternité de HPK.

B. Objectif spécifique

- Déterminer la fréquence des accouchées pendant une période d’étude

- Vérifier s’il existe la communication pour le changement de comportement (CCC en


sigle) à la PMI.

- Rappeler aux femmes le rôle de la CPON dans leur vie

- Déterminer le taux d’utilisation des accouchées qui fréquentent les services de CPON
pendant une période d’étude.
9

- Identifier les problèmes présentés par les femmes et leurs enfants.

6. METHODOLOGIE

Nous allons mener une étude prospective à visée descriptive transversale dans ce travail.

7. DELIMITATION DU TRAVAIL

Ce présent travail est limité dans le temps et dans l’espace, sur le plan spécial, cette étude est
menée à Kolwezi à l’hôpital du personnel de Kolwezi et sur le plan temporel celui-ci va du
mois de Janvier 2019 au mois de Juin de la même année, soit 6 mois.

8. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Hormis l’introduction et la conclusion, ce travail comprend deux grandes parties à savoir, la


Ière partie qui est d’ordre théorique comprend deux chapitres dont le 1er chapitre est intitulé
la généralité, suivi du 2eme chapitre qui est la consultation post natale en suite la IIème partie
exposera la situation sur les données recueillir sur terrain enfin les critiques et les suggestions.

CHAP I. LA GENERALITES

1.1. DEFINITION DES CONCEPTS DE BASE


1.1.1. Evaluation : « l’acte par lequel à propos d’un individu, évènement ou d’un objet, on
met un jugement en se référant à un ou plusieurs critères » (banamwana 2002), à
propos de soins infirmier il s’agit d’y mettre un jugement sur la prestation infirmière
en se référant à des critères définis par critère positif.
1.1.2. Utilisation : action, manière d’utiliser (le dictionnaire de l’académie française)
Service : sont les soins et ébergement de court et moyen séjours fournis par les
hôpitaux su secteur publique ou par de secteur privée (ww.insec.fer.15/09/2019)
1.1.3. Consultation post-natal : s’étant de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de
couches (6 à 8 semaines après l’accouchement) L’OMS par de mobilité et mortalité
post natal jusqu’aux 12eme jours après accouchement (who.2011)
10

1.2. AUTRES DEFINITION

1.2.3. CPN : on attend par CPN une consultation prénatale de service dispensé à une femme
pour suivre son état de santé et, celle de son fœtus durant le déroulement de la grossesse. Elles
sont l’occasion d’encourage aux femmes de s’accouchée en présence d’une personne qualifié
et donne sur l’importance de la planification familiale et les options de contraception
disponibles (OMS, 2006)

-. Des informations des conseils sur l’allaitement ou sur les autres méthodes de
contraception peuvent être données pour un couple ou une femme qui ne souhaite pas
l’enfant. Les CPON sont également l’occasion d’offrir de conseil sur les méthodes
permanentes.

1.2.2. PMI : Protection matérielle infantile elle consiste à exercer une compétence en
sanitaire de centralise et fait le lien entre le médicale et le médico-social.

Elle propose une prise en charge pluridisciplinaire de prévention et de suivi sanitaire de la


mère est de l’enfant de moins de 6 ans (moisset 2012).

1.3. RAPPEL ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE


1.3.1. LES ORGANES GENITAUX EXTERNES
a. La vulve : c’est l’ensemble des organes génitaux externes ou visibles de la femme.
Elle comprend le mont de venus (gentil) c’est une proéminence de la peau déterminée
par une accumulation de tissu adipeux stérile de lamettes fibroblastique se trouvant
sous le revêtement cutané, au-dessus du public, sa forme est triangulaire à sommet
inferieur et limite latéralement de poils longs boulés chez l’adolescente et adulte.
b. Les grandes lèvres : ce sont deux grands replis cutanées verticaux poursuivant le mont
de venus jusqu’au périnée central longueur de 70mm et largeur de 25 mm, la face
externe est couverte de poils alors la face interne est glabre le sillions sympho-labial
11

sépare cette face des petites lèvres. Elles sont épaisses et résistantes chez la fillette et
chez la primipare tandis que minces et vidées chez la femme âgée et multipare.
c. Les petites lèvres : sont deux replis cutanés d’apparence muqueuse situées à l’intérieur
de grande lèvres, riches en glandes sébacées et en fil nerveux, ce sont les organes
érectiles qui modifient leur structure pendant le rapport sexuel, elles sont minces et
glabres, allongées verticalement longues de couleur rose. Les faces externes et brune
sur leur face axiale largeur de 1 cm dans leur limite internes ou le sillon nympho-
hyménal recouverte lui-même dans leur partie supérieure, elle est entouré le clitoris en
formant le capuchon clitoridien au-dessus et le frein clitoridien en dessous, vers le
bas, elles se réunissent en formant la fourche vulvaire.
d. Les vestibules : est la dépression limitée, en haut et en avant par le clitoris, en arrière
et en bas par la fourchette vulvaire il forme avec l’orifice urétral : le vestibule du vagin
respectivement en haut et en bas.
e. Les corps érectiles : il comprend – le clitoris : c’est un organe érectile par excellence
qui joue un rôle dans la fonction érotique (appétit sexuel) il est l’équivalent du corps
caverneux chez l’homme.
f. Les glandes vulvaires : on a deux types :
- Les glandes localisées : on voit, le glande de Skene qui sont au nombre de deux
situées de part et d’autres de méat urétral.
- Les glandes de Bartholin : au nombre de deux situées à la jonction vulvo-vaginale
dans la partie postérieure.

De grandes lèvres, leur canal long de s’ouvre au niveau di sillions lympho-hyménal. La


fonction des glandes localisées : permettent d’humidifier la vulve et lubrifier le canal vaginal
pendant le rapport sexuel

- Les glandes généralisées : ils sont au nombre de deux : glandes sudoripares et


sébacées sur les grandes lèvres. glandes sébacées sur les petites lèvres
a. Vascularisation innervation : les artères proviennent de l’artère honteuse externe,
branche de l’artère fémorale, et l’artère honteuse interne branche de
l’hypogastrique et quelques rameaux de l’artère funiculaire pour les grandes lèvres
l’innervation provient de nerfs abdomino-génitaux et du nerf honteux interne (Dr
JONH KATSHUNGA, 2018).

1.3.2. LES ORGANES GENITAUX : INTERNES


12

a. L’hymen : c’est une membrane peu vascularisée présentant un rapport étroit avec la
muqueuse vaginale, alors du premier rapport sexuel réel, l’hymen se déchire
absolument en trainant une douleur avec hémorragie. Il existe des hymens élastique
(hymen tolérant) qui reprend sa forme : initiale après un rapport sexuel, n’entrainant ni
douleur ni hémorragie (problème médicolégale)
b. Le vagin : est un conduit musculo-membraneux qui s’étend de l’utérus à la vulve
dans sa partie externe, il est séparé de la vulve par la membrane humérale chez la fille
vierge il est situé entre le rectum en arrière et la vessie en avant de 4-14 cm de
longueur , forme de deux parois l’une antérieure c’est la plus courte et l’autre
postérieur , c’est la plus longue du point de histologique, il est tapissé par une
muqueuse type pavimenteux .
 Les fonctions du vagin est un organe de copulation, protection contre
l’infection à cause de sa forte acidité PH : 4,5 c’est la voie du passage des
secrétions utérines du fœtus pendant l’accouchement et des annexes fœtaux
après la délivrance, c’est aussi un organe de l’exploration gynécologique par
excellence, le vagin est un récepteur hormonal.

c. Le col utérin : c’est la portion de l’utérus séparée du corps utérin par l’isthme, on lui
décrit deux portions – l’une intra-vaginal ou museau qui est visible lors de l’examen au
speculum et l’orifice externe – l’autre supra-vaginal porte l’orifice interne du col la partie
endocervicale possède une muqueuse spécialisée dans la sécrétion des mucus et de la
glaire cervical permet le transit des spermatozoïdes du vagin vers la cavité utérine.

d. L’utérus c’est un organe creux impaire situé au milieu d’excavation pelvienne entre la
vessie en avant et le rectum en arrière, il est formé de 3 couches ; la couche externe
qui est la séreuse ou périmétrique la couche musculeuse ou myomètre constitue le s
fibres musculaires lisses , la couche interne qui est la muqueuse ou endomètre , la
dimension de l’utérus : son poids varie entre 40 et 70 g sa capacité est entre 3-4 ml (la
primipare est de 4-6 ml, chez la multipare son rôle principale est celui de la couveuse
, de contenir l’œuf fécondé assuré son développement puis son expulsion, à terme son
rôle secondaire est d’assurer la satisfaction.
e. Les trompes : ce sont des conduits musculo-membraneux allant de chaque côté, de
l’utérus à l’ovaire correspondant, et se terminant par un entonnoir bordé des franges.
les trompes de Fallope livrent passage aux spermatozoïdes à l’ovocyte mur et à l’œuf
fécond; il constitue avec les ovaires, les annexes de l’utérus.
13

f. Les ovaires : ces sont de glandes génitales féminins d’aspect blanc encré, de forme
ovoïde (amande verte) située sous les trompes utérines ayant deux fonctions
étroitement liées
- La fonction endocrine : c’est la steroïdagenese) sécrétion des œstrogènes et
progestérones,
- La fonction exocrine : celle de production de l’ovulée (GYNECO Dr. JOHN Prof.
KAKOMA)
1.4. L’ACCOUCHEMENT

a. L’accouchement est l’ensemble de phénomènes mécanique et physiques qui ont


pour conséquence la sortie du fœtus et de ses annexes hors des voies génitales
maternelles, à partir de 24 semaines, révolus, pour qu’il y ait accouchement le
mobile fœtal doit progresser à travers la filière pelvis génitale sous l’influence de
contraction utérine.

Filière pelvis-génital ou l’exsudation pelvienne, deux opérations sont dispensables pour que
l’accouchement se fasse normalement, le fœtus doit quitter l’utérus, ce qu’implique
l’ouverture du col et sa dilatation.il doit progresser à travers la filière pelvienne génitale canal-
osseuse du petit bassin boutonnière musculaire du périnée et orifice vulvaire.

- La filière pelvis génitale est constituée de 2 parties : la ceinture osseuse l’anneau


osseux du bassin est les parties molles (diaphragme musculo aponévrotique.

b. Les différents phases d’accouchement ; l’accouchement normal passe par


plusieurs phases clinique suivante premières signes ; les première symptômes
sont ; la perte des eaux et les bouchons muqueux qui obstruait le col et le
contraction utérine c’est la force motrice qui permet au cours de l’accouchement
la dilatation du col utérine de la progression du mobile fœtal dans la filière pelvis
génital , les caractères de la dilatation utérine au cours du travail sont bien connu,
les contractions involontaires , intermittente, rythmées , totales , douloureuses ,
progressives ,et efficaces.
L’accouchement normal se déroule en 3 phases, la dilatation du col, l’expulsion de
fœtus et la délivrance du placenta (Dr. John 2018)
14

1.3.3.1. LE POST- PARTUM OU SUITES DE COUCHE

La période de suite de couche s’étant environ sur le 6 semaines qui suit l’accouchement elle
se termine par le retour de menstruation de couche sauf dans le cas d’aménorrhée
physiologique de nourrissons, à cette période l’organisme maternel reçoit la modification par
la grossesse et l’accouchement subit les changement concernant l’involution utérine , les
voies génitaux basses , l’écoulement des lochies, la sécrétion lactée et les modifications
générales basses.

a. L’involution utérine et voie génital basse :


- La vulve se reforme 24 heures après l’accouchement ;
- Le vagin reprend sa forme primitive 8 jours après,
- Le col utérin se ferme de l’intérieur vers l’extérieur aux 12 eme jours ;

L’orifice interne n’est plus perméable au doigt et le canal cervical se ferme complètement à la
troisième semaine, mais l’orifice externe n’a plus la forme d’une fossette arrondit, il a la
forme d’une fente transversale avec une lèvre antérieure et postérieure.

Apres la délivrance, l’utérus se rétracte et se contracte, il devient plus en plus dure, prenant
l’aspect d’un globe de sécurité. Sa contraction donne lieu chez le multipare au tranché utérine
douloureuse pendant les 12 premiers jours , l’utérus reste abdominal , le premier jour son
fond remonte à un travers de doigt au-dessus de l’ombiliqué , le 6 eme jour , il est à mi-
distance entre l’ombiliqué et la symphyse pubienne , après le 12 eme jour , utérus est
redevenu pelvien en 8 jours ,l’utérus perd la moitié de sa masse , il n’a que 450 g à la fin de la
3 eme semaines , le poids tombe à 350 g à la fin de la 6 eme semaine , il regagne son poids
d’avant la grossesse 50 g , le retour de l’utérus à l’état normal s’appelle l’involution utérine ,
l’infection et la rétention placentaire peuvent retarder le retour de l’utérus à l’état normal ,
c’est la sub-involution utérine. La lactation par contre favorise l’involution.

b. Les Lochies : c’est l’écoulement vulvaire de suite de couche, elle se fait de manière
suivante :
- Les 2 -3 premiers jours, les lochies sont sanglante ;
- Jusqu’au 8 eme jour, elles s’éclaircissent et devient sero sanglantes, vers le 15 eme
jour, elles deviennent séreuses au cours de la 3 eme semaine, elles se tarissent parfois
aux environs des 12 eme jours, l’écoulement redevient sanglante, pendant 48 heures.
15

C’est le petit retour de couche en cas de rétention de débris placentaire ou de


rétraction utérine défectueuse. les lochies restent plus longtemps sanglantes et elles
sont purulentes, si il y a infection de l’endomètre ( endométrite ) les lochies n’ont pas
d’odeurs nauséabondes , leur abondance est évaluée à 1400 et 1500 g , elles sont
formés de débris de caduque de caillots de sang venant de la plaie cavitaire de
l’exsudation de plaie cervicale et vaginale qui n’ont pu se produire pendant
l’accouchement et de produit de sécrétion ou desquamation habituel du vagin et du
col, il faut toujours se méfier de l’absence.

De lochies qui traduisent soit une obstruassions du col par une membrane, soit l’oubli
d’une compresse ou d’un tampon intra-vaginal après réparation d’une épisiotomie.

c. Sécrétion lactée lors de dernière semaine de la grossesse, les seins sont les sièges
d’une sécrétion d’un liquide épaisse et jaunâtre appelé colostrum précurseur du lait.
C’est un liquide plus en protéines que le lait proprement-dite pendant les 2 ou 3 jours
de suite de couches. La sécrétion du colostrum augmente, pour faire place vers le 3
eme jour à la monté le laiteuse qui est l’établissement de la turgescente, ferme, parfois
dur et douloureux, la pression du sein fait sourdre quelque goutte d’un liquide blanc :
le lait.

d. La monté laiteuse s’accompagne d’une certaine élévation de la température

(38° et 38,5°) parfois de céphalée, malaise, bouffé de chaleur et accélération d’un


pouls, elle dur 24 à 48 heure, la sécrétion lactée entretenue par la citions de l’enfant, il
suffit en effet, qu’une femme cesse d’allaiter son enfant pour que le sein ne secrète
plus de lait, la sécrétion peut être diminuée par les pertes des liquides si elles sont
importantes.
16

CHAP II. LA CONSULTATION POST-NATAL

2.1. La CPON : C’est un examen d’une femme et son enfant après l’accouchement don la
population cible est constituée de toutes les femmes qui ses sont accouchées et qui sont
encore dans les 24 heures et 6 semaines après, quelques soit l’issu.

2.2. Intérêt de la CPON ; l’examen post natal est réglementé est doit se dérouler dès la
naissance du nouveau-né juste après l’accouchement jusqu’aux 6 semaines qui suit
l’accouchement, cette consultation permet :
a. De déceler les signes évocateurs de la dépression post-natale
b. De faire un bilan de la l’allaitement ;
c. De dévaluer l’existence d’une incontinence urinaire d’effort et anal ;
d. D’évaluer la contraception en cours et avenir ;
e. De faire l’interrogatoire et l’analyse de dossier médical obstétrical ;
f. De rechercher les antécédents :
1. Familiale : cancer de sein, de l’utérus, de l’ovaire ;
2. Gynécologie : cycle régulier, contraception et infection
3. Obstétricaux ; parité, pathologie de gravité, l’accouchement, la naissance
avec extraction instrumental, l’hémorragie de la délivrance, le périnée
cicatriciel, le poids du nouveau-né, le déroulement de suite de couche,
récupérer les bilans biologique, radiologique ou anatomo pathologique.

2.3.BUT ET OBJECTID DE LA CPON

2.3.1. La CPON a comme but : la discussion avec la femme de l’accouchement de


suite découche de l’éventuelle complication en période post natal.
2.3.2. Les objectif de la CPON sont : le retour à l’état de santé physiologique de la
mère sur le plan médicale et psychologique, évaluer brièvement l’état de santé
de l’enfant, dépister et traiter les affections du poste parfum, amener la mère à
fréquenter le CPS, réaliser un bilan gynécologique, à informer les mères sur
les problèmes de naissances désirable. proposer une contraception adaptée aux
besoins de celle-ci, du couple et éduqué la mère.
17

2.4. Déroulement de la CPON


2.4.1. La visite post-natal (VP) : est un tant d’échange primordiale, lors de celle-ci le
praticien effectue un bilan de l’état de santé physique et psychologique de la
mère afin de s’assurer du retour à l’état physiologique, c’est aussi le moment
de réalisé un bilan de l’état de santé de l’enfant de donner des conseils adaptés
sur son rythme de vie.
a. Interrogatoire : les éléments recherchés sont l’appréciation de l’état général de
la mère et de son enfant depuis la sortie de la maternité ;
b. L’évaluation du psychisme : la fatigue est normale mais la tristesse ni le pleur,
présence d’une incontinence anal ou gaz ou au selle de trouble de la
défécation, le dépistage est prévention de trouble périnéaux sphinctériens ;
c. Evaluation de la sexualité est la qualité de vie : trouble sexuel ; impression de
la béance vulvaire, gaz intra-vaginaux, perte de sensibilité vulvo vaginal
dyspareunie d’intromission par obstacle, saignement post-coïtale ;
d. Altération de la qualité de vie : apprécié par des échelles spécifiques qui
comportes les questions sur l’activité physique, sportive, le travail, l’anxiété.
2.4.2. TRAVAIL ET ACCOUCHEMENT 0 A 48 HEURES

Ce poids de contact fait intervenir différent phase de séjour dans l’établissement,


notamment le début du travail d’accouchement, le séjour à la maternité ; le post partum
immédiat et la période préalable à la sortie de l’établissement. Il est recommandé de
donner les conseils sur l’importance de la planification familiale et la méthode
contraceptive (OMS 2006) l’accouchement dans un établissement est une occasion
exceptionnelle de discuté avec la femme sur leur perceptive en matière de leurs
procréation et leurs besoin en matière de contraception. Plusieurs méthodes peuvent être
18

proposées sur le service, sachant que les soins et conseil en post-partum est d’assurer leur
bonne santé pour la mère et le nouveau-né, des actions des conseils sont fournis aux
femmes juste après l’accouchement et par essentiellement sur la pratique de l’allaitement
maternel, la vaccination et la planification familiale de plus dans le 24 heures qui suit
l’accouchement les parturientes sont encouragées à utiliser la MAMA ;

Le renforcement de capacité de personnel dans ce domaine est en majeure partie assuré


entraver les différents intervention de partenaire ; OMS recommande que les femmes qui
ont accouchés dans l’établissement de santé , bénéficient le soins prénataux dans le 24
heures qui suivent l’accouchement ( OMS 2010-2013 ) si elles ont accouché à domicile ,
le premier contact post natal devra se faire le plus tôt possible dans le 24 heures qui
suivent l’accouchement .

2.4.3. CPON ( 48 heures à 6 semaines ) : les consultations post- natales constituent


également une occasion de conseiller les femmes en matière d’espacement de
naissance et de planification familiale , il faut aborder les options disponibles
en matière de contraception ,le contact, post natale supplémentaire est
recommandé au 3eme jours , entre le 7 eme jours et le 14 eme jours après
accouchement et, 6 semaines après accouchement ( OMS 2013 ) il est d’autre
part recommandé , par l’occasion de ce contact les différent options en matière
de contraception et fournir les moyens aux femmes qui en font la demande , il
faudrait leur donner les conseils sur la pratique sexuelle a moindre risque
notamment l’utilisation de préservatif , pour les femmes vivants avec VIH, le
service de CPON va leurs intégrer dans le programme de prévention de la
transmission mère enfant (PTME)

2.5 EXAMEN GENERAL

L’Etat général de la patiente doit être rapidement apprécié, notamment sa formologie (poids
et tailles) la mesure de la TA, l’éventuel anémie.

2.5.1 EXAMEN SENYOLOGIQUE


19

En absence d’allaitement en cours, on doit trouver à l’examen de sein souple sans


perception de nodule ou de signe évocatoire de cancer, la palpation doit être accompagné
de celle, des aires ganglionnaires, axillaire et sous claviculaire en cas d’allaitement en
cours, l’examen des seins recherchera l’absence de complication mammaires liées à celle-
ci.

2.5.2 EXAMEN GYNECOLOGIQUE

1. Périnée : l’inspection permet de mettre en évidence une éventuelle béance vulvaire


une mauvaise cicatrisation de la suture de l’épisiotomie ou d’une déchirure périnéale
lors du TV, la qualité des muscles releveurs de l’anus est appréciée par le testing de
releveurs.

2. Examen au speculum et réalisation du frottis cervicaux vaginal L’examen du col au


speculum permet de vérifier son aspect sain ou non, l’existence ou non de
leucorrhées pathologiques, un frottis cervico vaginal sera effectué s’il date plus de 3
ans.

3. Le vagin est examiné en retirant le speculum à la recherche de leucorrhée, de lésion,


on note sa topicités et la bonne cicatrisation d’éventuelle cicatrice obstétricale, l’étude
du vagin est également capitale dans la classification de prolapsus.
a. Les touchées vaginales ( TV ) il est combiné au palpé abdominal, la main
abdominal « remmène » vers le doigts , vaginaux l’utérus et les annexes , le
touché vaginal permet d’apprécier les éléments suivants .
-. La phase postsérielle de la vessie est l’urètre terminal, le col utérin sa
consistance, son volume, sa forme, sa mobilité et sensibilité, les annexes
notamment les ovaires sont palpés à travers le cul de sac vaginal latéral.

b. Le palpé abdominal : permet d’apprécier l’involution utérine et la recherche de la


douleur dans la fosse Iliaque et l’hypogastre.

c. La prescription : la visite post-natale constitue un moment privilège pour la


prévention de la santé de mère et enfant et pour la grossesse ultérieur, La
20

prescription de la contraception constitue avec celle de la réduction périnéale un


temps fort de visite post natal.

2.5 CALENDRIER VACCINAL

Il est obligatoirement recommander que tous les enfant reçoivent les vaccins à la naissance,
cela se classifie de manière suivante : BCG et VPOB0 à la naissance , VPO1 , DTC, Hépatite
B , HIB 1, pneumo1, rota1 à 6 semaines , VPOB2 , DTC hépatite B , HIB2, pneumo2 , rota2
à dix semaines , VPOB3 ,VPI , DTC , hépatite B , HIB3 , pneumo3 à 14 semaines , VAR ,
VAA à 9 mois.(PV 2018)

2 .7. METHODE CONTRACEPTIVE

La contraceptive est l’ensemble des techniques médicales ou non qui permet de prévenir une
grossesse il faut clairement expliquer à la femme concernant les différentes méthodes
suivantes :

a. Méthode additionnelle : abstinence périodique et séparation du corps ;


b. Méthode moderne, méthode naturelle
c. Méthode artificielle : méthode hormonal et non-hormonal ;
- la contraception d’urgence, pilule de lendemain (as NKONGAL 2018)

2.8. ROLE DE L’INFIRMIERE DANS LA SURVEILLANCE POST-PARTUM

La surveillance comporte la prise quotidienne du poids, de la tension artérielle, de la


température et la pulsation, l’examen des membres intérieur.

a. les soins locaux à administrer à l’accouchée, consiste à un nettoyage périnéal deux fois
par jours à l’aide d’une solution antiseptique tel que permanganate de potassium que
l’on arrose à l’aide d’un irrigateur, il faut isoler l’accouché des personnes atteintes des
maladies infectieuses , il faut également veiller à l’évacuation régulière de la vessie du
rectum car une vessie trop pleine pousse le corps utérin vers l’arrière et favorise d’une
rétroversion utérine de même un rectum trop pleine peu aussi favoriser la rétroversion
en poussant le col en avant ce qui fait basculer le corps en avant , pour prévenir la
21

rétroversion utérine , l’accouchée doit se coucher à plat sur le ventre durant deux à 3
heures par jours ,de cette façon, l’utérus encore lourds retombe sous l’effet de la
pesanteur sur la paroi abdominale au lieu de tomber dans le douglas quand la femme
est couchée sur le dos .

b. Hygiène de sein : il est indispensable pour éviter le ramollissement et des crevasses de


mamelons, il faut donc successivement à chaque tété laver les mamelons à l’eau stérile
puis sécher est y passer un mélange appart égal glycérine et l’alcool destiné à prévenir
le crevasse, puis le couvrir d’une compresse stérile dans un bon soutien-gorge, le lever
doit être précoce entre la 12 eme heure, les mouvement au lit sont recommandes ( Dr.
John 2018. )

2.9. LA PREVENTION

La consultation post-natale constitue un moment privilégié pour la prévention de la santé de la


mère et de l’enfant et pour la grossesse ultérieure, dépistage des conséquences de la
pathologie gravidique, évaluation du risque de récidive lors de la grossesse ultérieure, des
pathologies vasculaires, pré-éclampsie, hypertension artérielle gravidique, accouchement
prématuré.

D’informer sur les mesures préventives (consultation preconceptionnelle et conseil


génétique).
22

CHAP IV : METHODOLOGIE DU TRAVAIL

4.1. Population d’étude

Notre population d’étude est représentée par toutes les femmes accouchées dans la
maternité de l’HPK. Durant notre période de recherche soit de Janvier 2019 au mois de Juin
2019 ayant visité le service de CPON.

4.2. Types d’étude

Dans la présente étude, nous nous assignons de mener une étude descriptive
transversale avec récolte rétrospective, cette dernière nous aidera à décrire le problème de
santé lié au visite du service post-natale.

4.3. Echantillonnage

Nous avons procédé à un échantillonnage exhaustif de sorte que chaque retenu ait la
probabilité de nous donner une idée de la situation dans son ensemble ce dernier se justifie par
le fait que nous avons sélectionné l’ensemble des cas des CPON enregistrés au sein de
l’institution durant la période de notre enquête.

4.4 Technique

La méthode est une voie à suivre, les techniques sont de moyen au service de la
méthode, en ce qui nous concerne dans c’est travail, nous avons fait recours aux
technique suivant :
- L’analyse documentaire : Elle se justifie dans la mesure où nous avons consulté
plusieurs ouvrages, fiche de CPON, registre.
- La statistique : elle nous a permis d’évaluer les résultats de notre enquête en termes de
pourcentage.
- Interview par questionnaire : cette technique nous a permis de récolter les
informations dont nous avions besoins
23

4.5 Critère d’inclusion

 Critère d’acceptabilité
Pour témoigner d’une utilisation correcte, les variables à l’étude doivent faire montrer
de supérieur à 70% l’analyse.

 Critère de sélection
Dans le cadre de notre étude, la sélection est telle que toutes les femmes qui se sont
accouchés et ayant consultées le service de CPON à l’ HPK font partie de notre
échantillon, pendant notre période d’étude.

4.6. Variation et principes d’analyses

Pour atteindre nos objectifs, nous avons analysé les variables ci-après :

- Dénombrer toutes les femmes ayant consultées le service de CPON


- Le temps au quelle elles se sont présentées à la CPON
- Les problèmes
- L’âge
- La parité
- Le niveau d’instruction
- Si elle allaite leur enfant au sein
- Période au temps d’allaitement.

4.7. Matériels utilisées

- Une table d’examen


- Les fiches post-natales
- Un tensiomètre
- Stéthoscope
- Thermomètre
- Balance pèse personne (adulte et enfant)
- Gants stériles
- Désinfectant
- Spéculum
- Spatules pour prélèvement
- Compresse stérile et Sparadrap.
24

CHAP. V : PRESENTATION DES RESULTATS

Tableau N° 1 : Répartition des femmes selon le cas de la CPON

Années Mois Effectif %


2019 Janvier 29 15,6
2019 Février 40 21,6
2019 Mars 25 13,5
2019 Avril 31 16,7
2019 Mai 35 18,9
2019 Juin 25 13,5
TOTAL 6 185 100

Au vu de c’est tableau, nous remarquons 29 femmes de nouveau cas soit 15,6% au mois de
janvier ; 40 nous cas de femmes soit 21,6% au mois de février ; 25 femmes de nouveau cas
soit 13,5% au mois de Mars ; 31 femmes de nouveau cas soit 16,7% au mois d’avril ; 35
femmes de nouveau cas soit 18,9 au mois de mai ; 25 femmes de nouveau cas soit 13,5% au
mois de juin.

Tableau N° 2 : Répartition selon la provenance des femmes

Provenance Effectif %
Aire de santé 150 81,1
Hors aire santé 35 18,9
Total 185 100
25

Constat, il se dégage dans ce tableau 150 femmes qui proviennent de l’aire de santé et 35
femmes qui proviennent de hors aire de santé.

Tableau 3 : Répartition des femmes qui se sont accouchées et ayant suivi la CPON après
l’accouchement et celle n’ayant pas suivi la CPON

CPON Effectif %
Ayant suivi la CPON après 48 heures 185 41,1
N’ayant pas suivi la CPON après 48 heures 265 58,8
TOTAL 450 100

A la lumière de ce tableau, nous constations 185 femmes qui ont utilisent la CPON après
4heures soit 41,1%, 265 femmes n’ayant pas utilisées la CPON après 48heures soit 58,8.

Tableau N° 4 : Répartition des femmes venu à la CPON selon leurs tranches d’âges

Age Effectif %
15 – 18 ans 30 16,2
20 – 24 ans 36 19,4
25 – 29 ans 25 13,5
30 – 34 ans 46 24,8
35 – 39 ans 15 8,1
40 – 44 ans 20 10,8
45 et plus 13 7
Total 185 100

Au regard de ce tableau, nous avons constatés 13 femmes dont l’âge varie entre 45 et plus,
soit 7%, 15 femmes dont l’âge varie entre 35 – 39 ans soit 8,1%, 20 femmes dont l’âge varie
entre 40 – 44 ans soit 10,8%, 25 femmes dont l’âge varie entre 25 – 29 ans soit 13,5%, 30
femmes dont l’âge varie entre 15 – 19 ans soit 16,2%, 36 femmes dont l’âge varie entre 20 –
24 ans soit 19,4%, 46 femmes dont l’âge varie entre 30 – 34 ans.

Tableau N° 5 : Répartition des accouchées selon leur niveau d’étude

Effectif %
Sans niveau 32 17,2
Niveau primaire 40 21,6
Niveau secondaire 68 36,7
Niveau supérieur 45 24,3
Total 185 100
26

Ce tableau relève 32 femmes sans niveau soit 17,2%, 40 femmes avec niveau primaire soit
21,6%, 45 femmes avec niveau supérieur soit 24,3%, 68 femmes avec niveau secondaire soit
36,7%.

Tableau N° 6 : Répartition des femmes venu à la CPON selon leur profession

Of profession Effectif %
Femmes d’affaire et commerçante 58 31,3
Enseignante 27 14,5
Infirmière et Docteur 20 10,8
Secrétaire 17 9,1
Autres 63 34
Total 185 100

Au regard de ce tableau, nous avons constatés 17 femmes avec comme profession secrétaire
soit 9,1%, 20 femmes avec profession infirmière et docteur soit 10,8%, 27 femmes avec
profession enseignante soit 14,5%, 58 femmes avec profession commerçante ou femmes
d’affaires soit 31,3%, 63 femmes qui ont différents profession et sans profession soit 34%.

Tableau N° 7 : Répartition selon le cas de statut marital

Statut Effectif %
Célibataire 57 30,8
Marié 128 69,1
Total 185 100

Constat : à nous référant à ce tableau, nous remarquons que le cas dont le statut matrimonial
célibataire représente 57 cas soit 30,8%, 128 femmes mariées soit 69,1%.

Tableau N° 8 : Répartition selon le cas de statut marital

Mode d’accouchement Effectif %


Accouchement par voie base 147 79,4
Accouchement par voie haute 38 20,5
Total 185 100

Constat : 38 femmes dont l’accouchement été par voie haute soit 20,5% et 147 femmes dont
l’accouchement été par voie base.

Tableau N° 9 : Répartition des femmes ayant allaitées et celle n’ayant pas allaiter au sein
leurs enfants.
27

Effectif %
Non 20 10,8
Oui 165 89,1
Total 185 100

Il se dégage dans ce tableau 20 femmes qui n’ont pas nourrit leurs enfants au sein soit 10,8%,
165 femmes qui ont nourrit leurs enfants au sein soit 89,1%.

Tableau N° 10 : Répartition des femmes ayant suivi la CPN et celles n’ayant suivi la CPN

Effectif %
Oui 135 72,9
Non 50 27,1
Total 185 100

Ce tableau nous montre que 50 femmes n’ont pas suivi la CPN soit 27,1%, 135 femmes ayant
suivi la CPN soit 72,9%.

Tableau N° 11 : Répartition de cas selon les signes et symptômes

Effectif %
Engorgement mammaire et crevasse du mamelon 71 38,3
Saignement 29 15,6
Lactation pauvre 42 22,7
Infection de la mère 38 20,5
Pleure intense se l’enfant 5 2,7
Total 185 100

Il se dégage sans ce tableau 5 femmes avec comme plainte pleure intense soit 2,7%, 29
femmes avec saignement soit 15%, 38 femmes avec infection soit 20,5%, 42 femmes avec
lactation pauvre soit 22,7%, 71 femmes avec crevasse du mamelon soit 38,3%.

Tableau N 13 Interprétation du tableau n 12


28

Tableau N° 13: Répartition de cas selon la parité des femmes

Effectif %
0–2 67 36,2
3–5 70 37,8
6 et plus 48 25,9
Total 185 100

Ce tableau nous montre que 48 femmes dont la parité varie entre 6 et plus soit 25,9%, 67
femmes dont leur parité varie entre 0 à 2 soit 36,2%, 70 femmes dont la parité varie entre 3 à
5 soit 37,8%.

Tableau N° 14 : Répartition des femmes selon le temps au quelle elles se sont présentées à
la CPON

Temps Effectif %
0 à 48h 265 58,8
1 à 2 semaines 57 11,1
3 à 4 semaines 47 10,4
5 à 6 semaines 88 19,5
Total 450 100

Constat : 47 femmes ont visitées la CPON entre 1 à 4 semaines soit 10,4%, 50 femmes ont
visitées la CPON entre 1 à 2 semaines soit 11,1%, 88 femmes entre 5 à 6 semaines, soit
19,5%, 265 femmes varie entre 0 à 48heures.
29

DISCUTIONS ET COMMENTAIRES

Le sujet de notre étude est intitulé « l’évaluation de l’utilisation de service


CPON » de janvier à juin 2018 au cours de cette étude plusieurs constats ont été fait et sont
expliqués dans cette partie du travail.

L’analyse des résultats en rapport avec le taux d’utilisation obtenue par rapport
aux taux attendu des accouchées, il y a lieu de conclure délibérément que le service de CPON
à l’hôpital du personnel de Kolwezi n’est pas utilisé soit tableau (1) car sur 100 % des
accouchées 41,1% seulement ont suivis la CPON.

Or la visite post natale est un temps d’échange primordial ou le personnel de santé


effectue un bilan de l’état de santé physique et psychologique de la même afin de s’assurer du
retour à l’état physiologique, c’est aussi un moment ou la femme doit être en courage à parler
de la qualité des relations avec l’enfant et de toutes les questions qui la préoccupent
(alimentation, pleurs de l’enfant, les naissances désirables…) la plus grande question qu’on se
pose est de savoir ou son passé le 58,8% d’accouchées ?

Cette façon de voir, nous montre que les femmes se rendent au service de CPON
avec divers problèmes dont l’engorgement mammaire et crevasse du mamelon été élève à
38,3% suivi de lactation pauvre 22,7%, infection de la mère 20,5% et autre 18,3% tableau N°
11, la question que nous nous demandons est de savoir quel sera le sort des autres accouchées
qui ne se rendent pas à la CPON ? Comment est –ce qu’elles arrivent à résoudre leurs
problèmes ?

Le tableau N° 13 nous montre que 19,5% des accouchées se sont présente entre 5
à 6 semaines ça s’explique que plusieurs accouchées reviennent au rendez-vous pour faire
30

vacciner leurs enfants et à 6 mois. 11,1% des femmes qui se sont présentent entre 1 à 2
semaines ceux qui explique la même raison, 58,8% des accouchées été de 0 à 48heures.

Il y a lieu de constater qu’au cours de notre étude 89,1% allaiter au sein leurs
enfants et 10,8% n’allaiter pas au sein leurs enfants (T° N° 9) or le lait maternelle renforce la
relation mère enfant et elle a trop d’importance pour l’enfant, la question qu’on se demande
est de savoir quelles sont les raisons qui les pousses a n’est pas allaiter au sein leurs enfants ?

Les résultats du tableau N° 5 nous pousse à conclure que plus la femme à un


niveau d’étude élève, elles sont compressive et elle utilisé le service de CPON 36,7% malgré
que ce pourcentage est inferieur par rapport à notre critère d’acceptabilité.

Les analyses du tableau N° 4 nous montre des cas d’accouchées qui ont utilise la
CPON par tranche d’âge il a été observe que la fréquence par tranche d’âge de 30-34 ans a
,été élève a 24,8% suivi de 20-24ans dont le pourcentage est de 19,4, de 15-19ans 16,2% en
suite 25-29ans 13,5%, de 40-44ans 10,8% et enfin 35-39,8%, de 46 et plus 7% ceci
s’explique par le simple faite qua l’âge de 46 ans les femmes ses disent d’avoir d’expérience
d’accouchement et ne voyelle plus l’importance de la CPON et elles ont honte d’y-aller à
cette âge.
31

CONCLUSION

Nous voici au terme de notre étude intitulée « évaluation de l’utilisation des


services de CPON a hôpital du personnel de Kolwezi, au cours de cette étude nous nous
sommes fixé comme les objectifs spécifiques suivante :

 Ressortir la prévalence des accouchées


 Identifier les accouchées qui ont utilisées le CPON
 Identifier leurs problèmes
 Découvrir le temps pendant le quel les accouchées se sont présente à la CPON
 Identifier le niveau d’étude des accouchées
 Identifier l’état civil, niveau d’étude, leur profession
 Découvrir le temps d’allaitement
 Identifier leur mode d’accouchement

En élaborant ce travail, nous avons mené une étude descriptive à visée prospective
transversale par les techniques ci-après

 L’analyse documentaire
 L’interview
 La statistique.

Après investigation sur terrain, nous sommes arrivés aux résultats suivants :

 Sur 100% seulement 41,1% on utilisé les services de CPON


 38,3% on présente les problèmes d’engorgement mammaire et crevasse du
mamelon, 20,5% d’infection.
 19,5% des accouchées se sont présente entre 5 à 6 semaines après
accouchement 10,4% 3 à 4 semaines après 11,1 1à2 semaines après, 58,8% se
sont présente entre 0 à 48h après
 72,9% ont suivi la CPN. 27,1% n’ont pas suivi la CPN
 89,1% allaite les enfants aux sein et 10,8% n’allaité pas au sein leurs enfants.
 81% provienne de l’aire de santé et 19% de hors ainé de santé
 69,1% sont marié et 30,8% sont célibataire
 36,2% des utilisatrices ont une partie située entre 0 à 2, 37,8% 3à 5, 25,9% 6 et
plus
32

 79,4% des utilisatrices ont eu un accouchement par voie basse, 20,5% on eu un


accouchement par voie haute.
 36,7% ont un niveau secondaire, 24 niveau supérieur, 21,6% niveau primaire et
17,2 sans niveau d’étude.
 19,4% ont l’âge entre 20-24ans, 24,8% 30-34ans, 16,2% 15-19ans, 13,5% 25-
29ans, 10,8%, 40-44ans, 8,1% ? 35-39 ans.
Nous sommes conscients de ne pas tout épuisé, les autres aspects que nous
n’avons pas approfondis peuvent être abordés par ceux qui viendrons mener des recherches
sur ce sujet.
33

SUGGESTION ET RECOMMANDATION

Au vu de ces résultats, nous recommandons et suggérons :


 A l’Etat congolais : de réviser la politique de la santé enfin de favoriser
l’accessibilité des femmes enceintes de faible revenu au niveau des soins de
santé le plus haut que possible ministère de la santé publique de s’instaurer un
système de moindre coût aux examens et soins gynécologiques et obstétricale à
ces femmes
 Au parquet de grande instance de bien appliquer la loi portant sur les violences
sexuelle faite aux adolescentes
 Aux responsables de la zone de santé de sensibiliser les femmes enceintes par
les medias sur les lieux publics, sur les marchés : sur l’utilisation de la CPON.
 Aux femmes en âge de procrée : de visite les services de CPN de la
conception, de fréquenter la CPON après l’accouchement afin d’évaluer leur
état et celle du bébé, d’éviter l’automédication.
34

BIBLIOGRAPHIE

I. OUVRAGES

1.1OMS (2016) « Recommandation de l’OMS concernant les soins prénatale pour la grossesse soit
une expérience positive

1.2 OMS (2010-2013) « Recommandation de l’OMS concernant le femmes qui ont accouchées dans
l’établissement de sante bénéficier le soins prénataux dans la 24h qui suivent l’accouchement »

1.3 OMS(2013) « Recommandation concernant le conseil et espacement de naissance et


planification prénatale »

1.4 OMS (16/02/2018) « les pistes potentiel pour contribuer à la réduction de mortalité »

1.5 Dr Pierrick lourdes 2013 « sante médecine

1.6 PEV (2018) Recommandation concernant la vaccination

1.7 Pierre MOISSET 2012 « La PMI a l’épreuve de différence sociale » FIESSIR, Pierre (Dir ) Quelle est
la PMI demain ?dans le nouveau paysage de la santé et des collectivités locales, paviseres édition
2012 »

1.5 Keller, Marie Josée (2006) « La consultation poste natale de 17em session européenne.

II. COURS

2.1 Dr John KARSHUNGA (2018) ; Gynécologie ISTM G2

2.2 Pof KAKOMA, Dr John KARSHUNGA (2018) ; Obstétrique G2 ISTM KOLWEZI

2.3 TONY NKONGAL (2019), Planning familial G3 ISTM KOLWEZI

2.4 BANAMWANA Robert (2003) « Initiation à la recherche département de science infirmières KNI »

III. TFC

3.1 MWAMBA Sandrine (2015) « Les Déterminant de l’utilisation de service prénatal cas de
centre de sante KALULOA a KOLWEZI »
3.2 MONGA KABAMBA Arlette (2013), « Evaluation de l’utilisation du service de CPS cas de
centre de sante de référence a KOLWEZI ISTM KOLWEZI

IV SITES WB

4.1https // www.insec.fr 15/09/2019

4.2 Http //www.who.int documents 01/03/2011

4.3 Http // conrt /.Fr le dictionnaire de l’académie française

Vous aimerez peut-être aussi