Vous êtes sur la page 1sur 12

CARTOGRAPHIE 2019

DES FINTECH FRANCAISES


BASE DECEMBRE 2018

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


La société de gestion NewAlpha Asset Management et le cabinet de conseil
Exton Consulting ont associé leurs expertises et leurs complémentarités afin
de proposer une actualisation à fin décembre 2018 de la cartographie des
FinTech entrepreneuriales françaises qu’ils avaient réalisée l’an passé sur la
situation à fin décembre 2017.

Structurellement positionnés sur le secteur FinTech, en relation directe avec


les entrepreneurs et les acteurs institutionnels de l’industrie financière,
NewAlpha et Exton Consulting ont agrégé le résultat de leur travail
d’identification, de classification et d’analyse. Avec près de 500 entreprises
analysées, cette cartographie donne une image représentative du secteur
FinTech français fin 2018.

Les 320 sociétés qui figurent dans cette cartographie sont des FinTech
françaises1, entrepreneuriales2, établies et substantiellement actives3 à fin
2018. Ces FinTech transforment les métiers de la Banque, de l’Assurance et
de l’Asset Management en proposant de nouveaux produits financiers ou des
services transverses qui permettent à l’industrie financière d’optimiser ses
processus opérationnels et améliorer ses offres de produits et services. Les
équipes de NewAlpha et d’Exton Consulting ont rencontré la plupart de ces
startups.

La cartographie proposée positionne ces FinTech françaises par secteur


d’activité et par ancienneté. Cette visualisation croisée permet ainsi
d’analyser la dynamique de création des startups FinTech en France et
d’anticiper les évolutions de l’industrie.

Ce document ainsi que son analyse sont téléchargeables sur


mappingfintech.com

1
Société constituée en France ou dont les principaux actifs (employés, clients…) sont basés en France
2
Les sociétés émanant d’acteurs établis des services financiers ne figurent pas dans ce mapping. A contrario, les Fintechs ayant été rachetées par
un groupe bancaire ou assurantiel mais dont les activités perdurent indépendamment de leur acquéreur restent positionnées dans cette
cartographie
3
Appréciation de NewAlpha et d’Exton Consulting sur la base d’informations publiques

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


2
CE QU’IL FAUT RETENIR1 : Ce qu’il faut retenir

▪ 320 FinTech françaises, entrepreneuriales, établies et substantiellement


actives à fin 2018 sont recensées dans cette cartographie actualisée du
marché français.
- 84 nouvelles FinTech apparaissent dans cette nouvelle édition. Il s’agit :
o de sociétés constituées en 2016 ou 2017 et qui ont démarré
activement leurs opérations en 2018 (50%).
o de sociétés constituées en 2018 et qui ont été identifiées par
NewAlpha ou Exton Consulting (24%). A l’instar de ce que nous
avons pu observer lors de la précédente édition, le nombre de
sociétés constituées en 2018 peut être non exhaustif à fin
décembre 2018.
o de sociétés plus anciennes qui se sont avérées actives
commercialement en 2018 auprès des acteurs de l’industrie
financière, soit après une phase de R&D, soit après un pivot
stratégique (26%).
- 49 sociétés qui étaient présentes dans l’édition précédente ne figurent
plus dans cette édition essentiellement pour cause d’activité faible2 ou
de liquidation en 20183.
▪ Le secteur FinTech français se consolide en 2018 4:
- 76% des sociétés identifiées ont plus de 3 ans d’ancienneté fin 2018 (vs
70% à fin 2017).
- La dynamique entrepreneuriale reste soutenue et importante avec une
cinquantaine de FinTech qui se sont créées ou qui ont activé leurs
opérations sur le marché français entre 2017 et 2018.
- Plus de 60 levées de fonds ont été réalisées en 2018 par les FinTech5
identifiées pour un montant supérieur à 325 m€ (à comparer à 52
opérations en 2017 portant sur un montant cumulé d’environ 280 m€).
- 10 levées de fonds sont supérieures à 10 m€ en 2018 pour un montant
total de 203 m€, dont 2 levées supérieures à 30 m€ (6 levées de fonds
étaient supérieures à 10 m€ en 2017 pour un montant total de 155 m€,
Source : NewAlpha AM et Exton Consulting
dont 2 levées supérieures à 30 m€).
- Hors levées de fonds supérieures à 10 m€, le niveau moyen levé par les
FinTech en 2018 est relativement stable par comparaison avec 2017
autour de 2,5 m€.
- Plusieurs opérations de rapprochement et de partenariats entre
FinTech ont eu lieu en 2018 afin de créer des synergies commerciales
et offrir un hub de services en architecture ouverte. ../..

1 Données et analyses constituées par NewAlpha AM et Exton Consulting


2 Appréciation NewAlpha et Exton Consulting sur la base d’informations publiques
3 Registre du commerce et des sociétés
4
Données NewAlpha et Exton Consulting sur la base d’informations publiques
5 Suivant la définition des Fintech retenue par NewAlpha et Exton Consulting dans le cadre de cette étude

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


3
▪ Le segment « Paiement » devient le premier segment des FinTech françaises :

- Avec près d’un quart des nouvelles FinTech recensées, le secteur des
Paiements est désormais celui qui comporte le plus grand nombre de
sociétés actives en France, devançant le secteur historique de
l’Alternative Funding qui est pour sa part en perte de vitesse.
- En dépit de l’entrée en vigueur de la DSP2 début janvier 2018, le
nombre de solutions de gestion et d’agrégation des flux financiers est
resté stable en 2018. Ces acteurs représentent environ 10% des Fintech
en France.
- Le secteur des Insurtech confirme son dynamisme et pèse désormais
pour près de 20% des FinTech en France, soit autant que l’Alternative
Funding.
- Avec plus de 15% des nouvelles FinTech, la Regtech a également le vent
en poupe, portée par les évolutions et contraintes réglementaires sur
le secteur.
- 14 néo-banques émanant d’initiatives entrepreneuriales ont été
recensées avec une augmentation notable d’offres aux professionnels
et très petites entreprises : 60% des créations des néo-banques ces
deux dernières années s’adressent à ce segment de clientèle.
- 50% des startups de la blockchain ont été créées ces deux dernières
années. Cette technologie continue d’attirer les entrepreneurs, même
si les expérimentations en cours avec les acteurs bancaires et
assurantiels peinent encore à s’industrialiser.

▪ En 2018, l’attention des acteurs établis de l’industrie et des FinTech s’est


particulièrement portée sur :

- la digitalisation des parcours d’assurance et l’optimisation des


processus opérationnels (augmentation des performances du conseiller
grâce à l’IA, simplification de la souscription de contrats et de la gestion
des sinistres, etc.) ;
- l’emploi de Regtech pour faire face aux évolutions réglementaires
croissantes ;
- la couverture plus adaptée des TPE/PME et des entrepreneurs de
l’économie collaborative : tous segments confondus, 20% des sociétés
présentes dans cette cartographie focalisent leurs offres sur ces cibles.
Une tendance forte puisque 40% d’entre elles ont été lancées ces 3
dernières années ;
- la recherche d’applications opérationnelles de la blockchain,
principalement au travers de consortium d’acteurs établis ;
- la valorisation des données transactionnelles et l’accélération du
cashless, au travers de solutions visant à rendre invisible l’acte de
paiement lors de l’acte d’achat.

◊◊◊

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


4
LES TENDANCES PAR SECTEUR
La présente section analyse les tendances observées en 2018 sur les métiers de la banque, de l’assurance et
de la gestion d’actifs, ainsi que l’évolution des autres services et technologies transverses qui permettent à
l’industrie financière d’optimiser ses processus opérationnels ainsi que son offre de produits et services.

LES METIERS DE LA BANQUE


Comme en 2018, environ 50% des startups FinTech identifiées sont liées aux métiers
163
Fintech impactent
cœurs de la banque avec les « néo-banques » nativement mobiles, les nouvelles
solutions de financement, les solutions de gestion des finances personnelles, ou
les métiers cœurs encore les solutions de paiement innovantes et alternatives.
de la banque,
soit 50% des sociétés
identifiées
▪ ALTERNATIVE FUNDING

49 sociétés proposent de nouvelles solutions de financement d’entreprises ou de


Près de
particuliers, avec essentiellement des plateformes de crowdlending, crowdequity et
collectes de dons. Plus de 80% d’entre elles ont été créées avant 2015. Le
15%
des startups
mouvement de concentration de ces plateformes se confirme autour de plusieurs
acteurs leaders. Ce secteur est en recul tant en termes de créations (10% des
offrent des nouvelles sociétés FinTech recensées) que de stock existant (3 faillites enregistrées
solutions de parmi ces acteurs, ainsi que plusieurs dizaines de plateformes peu ou plus actives,
financement
qui ne figurent pas dans ce mapping).
alternatif.
Au-delà des plateformes de crowdfunding, pionnières de la FinTech, on note l’essor
de startups s’appuyant sur l’intelligence artificielle pour faciliter le scoring et l’octroi
de crédit, dont une part grandissante cible le marché des TPE et PME.
1/4
des créations 2018 ▪ PAYMENT, LOYALTY, TRANSFER, FOREX
concernent le
secteur des
paiements
On recense aujourd’hui en France 67 sociétés proposant des services de paiement
alternatif contre 50 en 2017. La « Paytech » devient ainsi le premier segment des
FinTech en France.
Plus de
Ce secteur des paiements est de moins en moins l’apanage des banques. Grâce aux
20%
des Fintech en
nouvelles perspectives ouvertes par la directive DSP2, il ne cesse d’attirer les
entrepreneurs : un quart des nouvelles créations identifiées dans ce mapping
France sont dans concerne le secteur des paiements.
le paiement. Les premières générations de Paytech ont porté sur la fluidification de l’expérience
Segment Fintech
d’achat en ligne et en magasin avec les nouvelles formes de paiement en mobilité
n°1 liées notamment au déploiement du paiement sans contact. Les générations plus
en France récentes s’appuient sur la monétisation de données transactionnelles ou profitent
de l’essor de l’économie de partage pour proposer des services de paiement adaptés
Plus de
(transfert d’argent P2P, cagnotte ou système de partage).

20%
des Fintech en
France sont dans
le paiement.
Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved
Segment Fintech
5

n°1
L’implémentation prochaine du paiement instantané, qui doit permettre de réaliser
un virement d'un compte à un autre en temps réel, pourrait rebattre les cartes.
A noter :
- Les plateformes de crypto-monnaies ont été classées dans la catégorie Blockchain ;
- Les sociétés permettant de détecter la fraude transactionnelle ont été positionnées dans la catégorie
Regtech.

▪ PERSONNAL & BUSINESS CASH MANAGEMENT

Le nombre de solutions de gestion et d’agrégation des flux financiers est stable en


30
solutions de
2018 : environ 10% des FinTech en France.
Les offres disponibles sur le marché sont réparties de façon homogène entre les
gestion des flux
financiers ont été services à destination des particuliers (applications de gestion des finances
recensées avant personnelles, d’épargne, d’obtention de prêt immobilier, etc.) et des entreprises
l’entrée en
vigueur de la
(solutions de gestion des frais professionnels, de financement des factures en attente
directive DSP2 d’encaissement, etc.).
début 2018.
L’entrée en vigueur de DSP2 n’a pas encore donné lieu à une création massive de
sociétés positionnées sur l’information sur compte (statu d’AISP), ce qui s’explique
peut-être par le délai d’adaptation technique réglementaire fixé à septembre 2019
et la réticence de certaines banques.
Les sociétés historiquement positionnées sur la gestion des finances personnelles ont
obtenu leur nouvel agrément dans le cadre de la DSP2. Faute d’avoir trouvé leur
marché sur le B2C, elles se tournent de plus en plus vers des modèles B2B et
multiplient notamment les contrats commerciaux avec d’autres FinTech afin de
fournir leur technologie d’agrégation de comptes.

▪ NEOBANK & BANK AS A SERVICE

Les néo-banques confirment depuis plus de deux ans la valeur ajoutée qu’elles
apportent aux services bancaires : des parcours de souscription totalement digitaux,
14
néo-banques
une expérience client adaptée au smartphone et temps réel, des modèles de
tarification innovants ou gratuits.
identifiées Si ces dernières sont les figures de proue des FinTech, en raison de leur potentiel
en France. disruptif pour les acteurs bancaires traditionnels, elles représentent une part
minoritaire des sociétés FinTech en France (moins de 5%), en croissance relativement
modeste par rapport aux autres segments FinTech. Cela s’explique par les barrières
à l’entrée élevées, notamment les coûts d’acquisition importants et les contraintes
5%
des Fintech sont
réglementaires. En revanche, les néo-banques établies continuent d’élargir leurs
offres et de renforcer leur position.
des « néo-
banques » Après une première vague de néo-banques orientées B2C, une deuxième vague
d’offres destinées aux professionnels et aux TPE/PME est apparue et concentre les
créations récentes.
Le développement des néo-banques est favorisé par d’autres sociétés positionnées
dans cette catégorie offrant des prestations de “Bank as a service”. Ces dernières

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


6
mettent à disposition leur licence d’établissement de paiement ou d’émetteur de
monnaie électronique, couplée à des API de commercialisation de produits et
services financiers ou encore à des services d’émission de carte de paiement. Elles
permettent ainsi aux néo-banques d’accélérer leur lancement sur le marché.

A noter :
- Les prestataires de services d'informations sur les comptes sont classés dans la catégorie Personal &
Business Cash Management ;
- Les offres de Néo-banques émanant de grands groupes ne sont pas comptabilisées dans cette
cartographie.

LES METIERS DE L’ASSURANCE

Le segment des Insurtech confirme son dynamisme : avec une dizaine de nouvelles

18%
des sociétés
créations d’entreprises en 2018, il représente 18% des FinTech, soit autant que la
catégorie historique de l’Alternative Funding.
identifiées sont La première vague d’Insurtech est principalement constituée de néo-courtiers IARD,
des AssurTech qui ambitionnent de capter la relation client en digitalisant les parcours utilisateurs
et en proposant des modèles disruptifs du type Usage-Based Insurance (UBI), Peer 2
Peer communautaire, ou encore achats groupés.
La vague des Insurtech qui émerge actuellement privilégie les modèles B2B. Faute de
trouver des axes de disruptions majeurs sur le B2C, les Insurtech proposent de plus
en plus des services destinés aux assureurs, au lieu de les concurrencer frontalement.
Leurs solutions permettent d’optimiser un pan de la chaine de valeur assurantielle
(avec par exemple des solutions de lutte contre la fraude, d’optimisation de la gestion
des sinistres, de smart assistant pour les conseillers clientèle, etc.). Près de la moitié
des Insurtech de ce mapping opèrent ainsi avec un modèle B2B, dont un nombre non
négligeable sur des services connexes auxquels s’intéressent de près les acteurs de
l’assurance tels que l’automobile ou la santé connectée.
Au-delà de la dynamique réelle observée dans ce segment, les entrepreneurs
d’Insurtech se heurtent rapidement aux exigences réglementaires et à l’intensité
capitalistique nécessaire pour percer dans ce secteur. Ainsi, à ce jour, un seule
Insurtech en France possède le statut d’assureur, les autres privilégiant le modèle de
courtage ou de service aux assureurs.

A noter :
- Les comparateurs d’assurance de première génération ne font pas partie du présent panorama ;
- Les Robo-advisors qui touchent aussi le métier de l’assurance vie sont catégorisés dans les métiers
de l’Asset Management.

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


7
LES METIERS DE LA GESTION D’ACTIFS

20% des FinTech de cette cartographie impactent les métiers de la gestion d’actifs.
62
Fintech ont un
Après une impulsion en avance de phase (2011) par rapport aux autres métiers, le
rythme de renouvellement a repris depuis 2017, avec en particulier de nouvelles
impact direct sur initiatives dites Regtech.
les métiers de la
gestion d’actifs,
soit 20% du total.
▪ WEALTH MANAGEMENT & INVESTMENT TOOLS

En 2018, 35 sociétés se sont positionnées sur la gestion d’actifs financiers. Près de


45% d’entre elles ont développé un robo-advisor en marque-propre, commercialisé

25% directement auprès des investisseurs particuliers, ou en marque blanche auprès de


sociétés de gestion, de banques ou d’assureurs. A cause de la difficulté pour les robo-
des solutions dans advisors à collecter de l’épargne des particuliers, certains ont pivoté vers des
la gestion d’actifs
ont été créés entre
modèles B2B2C.
2016 et 2018. Les nouvelles initiatives dans ce segment incluent notamment des éditeurs de
logiciels en ligne permettant d’optimiser la distribution ou la gestion des portefeuilles
clients et des solutions basées sur des technologies d’intelligence artificielle
permettant l’optimisation des stratégies d’investissement pour les professionnels
(Capital Markets).

▪ REGTECH & RISK MANAGEMENT


On dénombre
En 2018, on dénombre 27 sociétés (8% des FinTech) qui répondent aux nouveaux
27
Regtech en France,
besoins réglementaires propres aux métiers de la banque, de l’assurance et de la
gestion d’actifs, dont près de 40% ont été créées entre 2016 et 2018. Le segment
soit près de 8% des Regtech a été l’un des plus dynamiques avec la mise sur le marché de nouvelles offres
Fintech.
permettant notamment la réalisation de KYC ou le contrôle des risques chez les
acteurs institutionnels.

LES AUTRES SERVICES ET TECHNOLOGIES TRANSVERSES

12% des FinTech de cette cartographie proposent aux acteurs de l’industrie


37
Sociétés
financière des services ou des technologies à même d’optimiser des processus métier
ou gagner des parts de marché.
identifiées proposent
des services ou
technologies
▪ SERVICE TO FINANCE
dédiés à l’industrie
financière
Ces sociétés proposent soit des services transverses aux métiers bancaires et
assurantiels, soit des services technologiques (également appelées « Tech for Fin »).
Leurs offres sont particulièrement adaptées pour répondre aux besoins spécifiques
des institutionnels bancaires et assurantiels.

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


8
Ces sociétés Tech for Fin s’appuient pour la plupart sur des technologies de big data,
d’intelligence artificielle ou encore traitement automatique du langage naturel (NLP)
et permettent de couvrir des domaines tels que la traduction instantanée, la
détection de fraudes et d’erreurs, la prédiction des comportements de clients, etc.
Bien que ces solutions puissent également être utilisées par des entreprises
appartenant à d’autres secteurs, les grands comptes bancaires et assurantiels ont été
les premiers à les adopter.

▪ BLOCKCHAIN, DISTRIBUTED LEDGER TECHNOLOGY

21
Sociétés identifiées
Les 21 sociétés identifiées dans cette catégorie développent ou s’appuient sur les
technologies de registres distribués. Plus de la moitié d’entre elles sont actives dans
proposent des le trading, la distribution, le stockage et la gestion de crypto-monnaies.
applications
blockchain à Les autres sociétés recensées éditent directement des technologies ou des
l’industrie protocoles de registres distribués adaptés aux environnements bancaires et
financière
assurantiels. Elles permettant par exemple d’éditer des smart contracts, tenir des
registres transactionnels ou d’authentifier des données.
50% des startups de la blockchain ont été créés ces deux dernières années. Cinq
50%
des acteurs identifiés de
sociétés ont notamment été créées en 2018, ce qui est loin d’être négligeable mais
reste peut-être en-deçà des attentes suscitées. Les projets innovants dans la
la blockchain en France
ont été créés au blockchain, hors du trading de crypto-monnaies, sont encore à leurs prémices et les
cours des 2 réalisations opérationnelles conjointes entre startups et grands groupes restent
dernières années.
encore peu nombreuses.

◊◊◊

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


9
PERSPECTIVES

« Les FinTech françaises ont poursuivi leur développement en 2018 avec une dynamique forte pour
les Paytech, les Assurtech et les Regtech. Pour la deuxième année consécutive, une soixantaine de
FinTech françaises a levé près de 300 m€ et on note une progression du nombre d’opérations de
financement supérieures à 10 m€. Les entrepreneurs et les investisseurs accompagnent bel et bien
la transformation en cours de l’industrie financière. »
Lior Derhy – Managing Partner, NewAlpha

« Plus de 50% des FinTechs opèrent désormais en B2B/2C au service de banquiers, assureurs ou d’autres
start-up. Une tendance qui s’est confirmée en 2018 avec une multiplication notable des partenariats entre
jeunes pousses de la finance et acteurs établis. Ces derniers ont désormais compris que ces FinTechs, grâce
à leur capacité à rapidement délivrer des solutions innovantes et facilement intégrables au travers d’APIs,
étaient des partenaires crédibles et nécessaires à la modernisation de leur filière. »
Sophie Zellmeyer – Directrice FinTech & Innovation, Exton Consulting.

Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved


10
Updated January 2019 © Copyright – All rights reserved
À PROPOS DE NEWALPHA ASSET MANAGEMENT
NewAlpha Asset Management offre aux investisseurs professionnels des opportunités d’investissement
différenciées dans des sociétés entrepreneuriales innovantes et dynamiques grâce à une gamme de
produits et services classés en deux lignes-métiers: ‘Emerging Managers’ et ‘Emerging Corporates’.
Numéro deux mondial de l'incubation d’Emerging Managers et référence internationale dans son
métier, NewAlpha a conclu 87 partenariats stratégiques et investi près de 2 milliards d’euros dans des
fonds français et internationaux. Dans cette activité, NewAlpha sélectionne, finance et accompagne
pour le compte de ses clients des projets entrepreneuriaux innovants dans la gestion de fonds
d’investissement. Selon HFMWeek, NewAlpha se place entre Blackstone et Goldman Sachs AM et dans
le Top 5 mondial sans discontinuité depuis 20121.
Fort de son expérience dans la détection de projets entrepreneuriaux à fort potentiel, NewAlpha
développe depuis 2015 une activité d'investissement Private Equity sur des secteurs à forte composante
technologique. NewAlpha a ainsi été en 2016 l’investisseur en Venture Capital FinTech le plus actif en
France2. En 2017, NewAlpha a élargi son expertise en recrutant une équipe spécialisée en Growth Equity.
NewAlpha gère et conseille 1,2 milliard d’euros au 31 décembre 2018.
Filiale de La Française, NewAlpha Asset Management est soumise à la réglementation de l'Autorité des
Marchés Financiers (AMF). La Française est contrôlée par la Caisse Fédérale du CMNE et constitue pour
le groupe CMNE l’un de ses trois métiers, l’Asset Management, aux côtés de la Banque et de l’Assurance.
Pour plus d’informations : www.newalpha.com

À PROPOS D’EXTON CONSULTING


Cabinet de conseil en stratégie et management fondé en 2006, Exton Consulting est spécialisé dans les
services financiers : assurance, banque de détail, cartes et paiements, CIB & Asset Management. Acteur
de référence dans ce domaine, Exton Consulting accompagne les Directions Générales des acteurs du
secteur sur leurs enjeux de croissance, de transformation et d’innovation. Le cabinet est présent en
France, en Italie, en Allemagne et au Maroc et dispose, sur ces pays, de 150 consultants bénéficiant d’un
haut niveau d’expertise et de compétence. Fort de plus de 10 années d’expérience, Exton Consulting est
devenu un partenaire privilégié pour adresser les enjeux et opportunités du digital dans les services
financiers.
En prise directe avec l’écosystème FinTech et entrepreneurial pour mieux accompagner ses clients dans
leurs projets d’innovation, Exton Consulting est membre fondateur du Swave, la première plateforme
française d’accélération de FinTechs, et partenaire de Finance Innovation, membre actif de son comité
de labellisation des projets FinTechs banque et assurance.
Pour plus d’informations : www.extonconsulting.com

1
Source HFMWeek ‘Top 5 Seeding’, December 2017
2 Source Techfoliance by Invyo, January 2017

Updated Q1 2018 © Copyright – All rights reserved

Vous aimerez peut-être aussi