Vous êtes sur la page 1sur 57

2ème Année Technologie

TECHNOLOGIE
Cahier pour élèves

NOM : ……………………………………………………………..
PRÉNOM : ……………………………………………………….
CLASSE : ………………………………………………………...

Lycée Bardo II
2015/2016
Cours 2°A Technologie de l’informatique

PROGRAMME
2ÈME ANNEE TECHNOLOGIE
1ére Trimestre
Chapitre 1 : ANALYSE FONCTIONNELLE D'UN SYSTÈME TECHNIQUE
Leçon 1 : L'analyse descendante.

Chapitre 2 : SYSTÈMES DE NUMÉRATION ET CODES


Leçon 2 : Système de numération.
Leçon 3 : Codes numériques et alphanumériques

Chapitre 3 : DÉFINITION GRAPHIQUE D'UN PRODUIT


Leçon 4 : Lecture d’un dessin d'ensemble.
Leçon 5 : Le dessin de définition.
Leçon 6 : La perspective cavalière (3D)

2ème Trimestre
Chapitre 4 : LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES
Leçon 7 : Les fonctions logiques universelles.
Leçon 8 : Simulation des fonctions logiques universelles.

Chapitre 5 : LES SYSTÈMES COMBINATOIRES


Leçon 9 : Les systèmes combinatoires

3ème Trimestre
Chapitre 6 : LES ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT
Leçon 10 : Les Éléments de transmission de mouvement.

Chapitre 7 : FONCTION COMMUTATION PAR TRANSISTOR


Leçon 11 : Le Transistor en commutation
www.SoudaniSami.com
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

Chapitre 01 : Analyse fonctionnelle d’un système technique


Leçon 1 :
L'ANALYSE DESCENDANTE

I – ANALYSE FONCTIONNELLE GLOBALE : (Modélisation) (Voir manuel de cours page 6)


L’analyse d’un système technique permet de dresser l’inventaire de ses relations externes.
Elle est représentée par un diagramme de niveau A-0
DC

W C R E
W : ……………….
C : ……………..….
M.O.E FG M.O.S R : ………………..
Fonction globale
A-0 SS E : …………………

Processeur (système)
Remarque : We : ………..………. Wp : ………………………. Wh : ……………….……….
Exemple : Mini perceuse
Fonction globale FG

Matière d’œuvre entrante MOE percée.

Matière d’œuvre sortante MOS

Sortie secondaire SS

Données de contrôle DC

Processeur

Applications : Compléter les diagrammes de niveau A-0 suivants :

Station de lavage des voitures

………………………
……..

Leçon N° 1 Scanner Page 3


Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

II – ANALYSE FONCTIONNELLE DESCENDANTE : (SADT) (voir manuel de cours page 8)


Système : fer a souder thermostatique.

1 – Modéliser le système:

….. …. …….. ……

………………… …………………………
……………. … ..
………….
Les composants ………….
A-0 ………….

Fer à souder thermostatique


b – Peut-on découvrir l’organisation interne du système à partir de la modélisation ?
Oui Non
c – Peut-on savoir les différentes taches réalisées pour assurer la fonction globale ?
Oui Non
Conclusion :Pour découvrir l’organisation interne d’un système, il est nécessaire de………………. sa fonction
globale en blocs fonctionnels« boites », une telle démarche est appelée : « ………………………………….».
2 – Analyse fonctionnelle descendante (SADT) : (voir manuel de cours page 8)
On définit ainsi successivement :
1 – L’analyse du système globale : A-O
2 – L’analyse de la boite : AO
3 – Les diagrammes enfants de chaque boite du diagramme précédent soit A1, A2 ….

Niveau A-0 Fonction


Globale A-0
FG

A
1 A
3

A
Niveau A0 2
A0
Remarque :
Chaque flèche entrant ou sortant de la boite mère doit se retrouver sur le diagramme enfant.

Leçon N° 1 Page 4
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

III- APPLICATIONS :
Applications 1 :
Système : fer a souder thermostatique

Le système « fer à souder thermostatique » est constitué de trois sous-systèmes :


-………………… : Partie commande : elle reçoit une information sur la température désirée par
l’utilisateur et envoie à la partie opérative des …………… de rétablissement ou de coupure du
courant de chauffage.
- ……………. : l’actionneur fourni l’énergie thermique.
- Panne : l’effecteur : …………………………………………

Compléter le diagramme de niveau AO de point de vue concepteur en utilisant les données suivantes:
W. électrique - W. thermique - Fumée- Compte-rendu - Réglage - Chaleur - Ordre – Souder les composants -
Résistor - Etain – Traiter les informations – Composants soudés - Messages - Composants à souder – Panne
- Mise en marche.

………..

…………….
…………….
………………..
…………….
…………..

……………..
………….
…………………. …………………

…………… ………………..
……………

Leçon N° 1 Page 5
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

Applications 2 : Voir le manuel d’activités pages 12 (Imprimante à aiguilles)

Applications 3 :
Système : Le scooter
1- Compléter le diagramme de niveau A-0 suivant :

Déplacer l'utilisateur
sans effort physique

Scooter + Utilisateur

2- Relier par une flèche chaque sous système par sa fonction globale.

Convertir l’énergie thermique en énergie


Roues mécanique de rotation

Moteur thermique Transmettre le mouvement de rotation à la


roue arrière.
Mécanisme de transmission Transformer la rotation de la roue en
translation (Sur le sol).

3- Déduire le niveau A0 en utilisant les termes suivants,:


Bruit - Utilisateur en position B - pollution - Essence – Ordre –
Utilisateur en position A – Wm: énergie mécanique (de rotation)...

…….. ………

………………….
………………
.
……
………………
Moteur thermique

Mécanisme de transmission

Roues
Leçon N° 1 Page 6
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

Applications 4 :
Baladeur CD : Le baladeur est un lecteur de disque optique permettant de lire spécifiquement les disques
optiques appelés disques compacts (ou CD). Qu'il s'agit de CD audio ou MP3 les disques sont lus par une diode
laser.

Compléter les trois niveaux : A-0, A0 et A1 du baladeur CD

Leçon N° 1 Page 7
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

Applications 5 :
Système : OUVRE PORTAIL

1) Compléter le niveau A-0 du système :


Configuration (programme)

MANŒUVRER
UN
PORTAIL

2) Compléter le niveau A0 en s’aidant des termes suivants :


1- Énergie hydraulique (Wh) 7- Pompe (moteur)
2- Automate programmable 8- Ordre
3- Portail en position finale 9- Vérin
4- Réglage (R) 10- Énergie électrique (We)
5- Programme (configuration) 11- Portail en position initiale
6- Information d’état (message) 12- OF (opérateur)

Leçon N° 1 Page 8
Chapitre 1 L'ANALYSE
DESCENDANTE

Leçon N° 1 Page 9
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Chapitre 01 : Systèmes de Numération et Codes


Leçon 1 :
SYSTÈMES DE NUMÉRATION
I- ACTIVITÉ DE DÉCOUVERTE : (Réaliser l’activité de découverte du manuel d’activité
page 16)
II- SYSTÈME DE NUMÉRATION :
1- Définition :
C’est la façon d’énoncer ou décrire des nombres.
Exp : 0, 1, 2, 3, ….. ,9 I, II, III, IV, V, VI, VII, …… ,X
En technologie numérique plusieurs systèmes de numération sont utilisés,
les plus courants sont les systèmes : Décimal, Binaire, Octal et Hexadécimal

2- Base de système de numération :


C’est le ……………………….. de chiffres différents qu’utilise ce système de numération.

3- Différents types de numération :


a- Système Décimal :
C’est le système que nous utilisons tous les jours. Il comprend 10 chiffres qui sont : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9.
C’est un système à base de ………… , il est imposé tout naturellement à l’homme qui possède 10 doigts.
Exemple 1 :
Soit le nombre N=3257  N= (3257)10  Ce nombre N peut être écrit sous forme du
polynôme :

N= 3.103 + 2.102 + 5.101 + 7.100 (avec 100 =.. )


N= 3.1000 + 2.100 + 5.10 + 7.1 Dans chaque monôme, nous trouvons
N= …….. + 200 + …….. + 7 un chiffre du nombre N multiplié par une
N= 3257 puissance de la base
N= (3257)10
Le chiffre de poids le plus ………….. Le chiffre de poids le plus …………..

b- Système Binaire :
Le système décimal est difficile à adapter aux systèmes numériques. Par contre il est très facile de concevoir des
équipements électroniques qui fonctionnent seulement avec 2 niveaux de tension (au lieu de 10).

C’est pour cela la plupart des systèmes numériques ont recours au système …………… (à base 2) comme système
de numération.
Dans le système binaire, il y a que deux chiffre …………….. appelés : bits.
- Conversion d’un nombre écrit en Décimal en un nombre Binaire
(Voir le manuel des cours page 18)
Exp 1 : Convertir le nombre décimal 13 en binaire :
13
=6 + reste 1
2
Donc : (13)10= ( … … … )2
6
=3 + reste 0 Cette conversion s’appelle le ……………………
2
3
=1 + reste 1
2
1 1101
=0 + reste 1
2
(1 1 0 1) 2
Leçon N° 2 Page 10
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Exp 2 : Convertir le nombre décimal 35 en binaire : Exp 3 : Convertir le nombre décimal 26 en binaire :
35 2 26 2
2
1 17 … …
… …. 2
… ….2
… …. 2
… …. 2
… ….

D’où : (35)10= ( … … … )2
EXERCICE : Convertir les nombres décimaux suivants en binaire :
(12)10= ( … … … )2 (17)10= ( … … … )2 (32)10= ( … … … )2
(41)10= ( … … … )2 (50)10= ( … … … )2 (69)10= ( … … … )2
APPLICATION : Réaliser l’activité N°1 du manuel d’activités (Page 18)

- Conversion d’un nombre écrit en Binaire en un nombre Décimal


Tout nombre binaire peut être transformé en son équivalent décimal simplement en
additionnant les poids des diverses positions ou se trouve la valeur 1.
Exp 1 : Convertir le nombre binaire 11001 en décimal:
(11001)2 = 1.24 + 1.23 + 0.22 + 0.21 + 1.20 Donc : (11001)2 = (25)10
= 16 + 8 + 0 + 0 +1 Cette conversion s’appelle le
= ………. ……………………

EXERCICE : Convertir les nombres binaires suivants en décimal:

(101)2 = .. .22 + .. .21 + .. .20 = ………………….…………………..… = ( …… )10

(1100)2 = .. .23 + .. .22 + .. .21 + .. .20 = ………………….…………………..… = ( …… )10

(1001)2 = ………………….…………………..… ………………….…………………..… = ( …… )10

(10100)2 = ………………….…………………..…………………….…………………..… = ( …… )10

c- Système Hexadécimal : (Voir le manuel des cours page 19)

C’est un système à base de seize (16). Ses symboles sont au nombre de 16 représentés par 10 chiffres
(de 0 à 9) et six lettres (de A à F).

Système
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
décimal
Système 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C D E F

Leçon N° 2 Page 11
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Hexadécimal

-Conversion d’un nombre décimal en hexadécimal-


On utilise la méthode des divisions successives par 16.
Exemple 1 : Soit à coder le nombre (345)10 en hexadécimal.

345 16 D’où : (345)10 = (159)16

9 21 16
Cette conversion s’appelle le codage
5 1 16

1 0

Exemple 2 : Convertir le nombre (524)10 en hexadécimal

524 16

12 32 16

.. 2 16

.. 0
(524)10 = ( … … C )16

-Application- Coder les nombres décimaux suivants en hexadécimal


* (423)10 = (…………………)16 * (214)10 = (…………………)16 * (47)10 = (……………)16
* (621)10 = (…………………)16 * (74)10 = (……………………)16 * (100)10 = (……………)16
-Conversion d’un nombre hexadécimal en décimal –
Soit à décoder le nombre (3CA)16.
(3CA)16 = 3 . 16 2 + 12 . 16 1 + 10 . 16 0 = 3 . 256 + 12. 16 + 10 . 1 =768+192+10
D’où : (3CA)16 = (970)10
-Application- Décoder les nombres hexadécimaux suivants en décimal
* (4B3)16 = …………………………………………………………………………..……………

* (A01)16 = …………………………………………………………………………..……………

* (133)16 = …………………………………………………………………………..……………

* (10F)16 = …………………………………………………………………………..……………

4- Opérations sur les nombres binaires : 0 + 0 = ..


a°- Addition : L’addition binaire est analogue à
l’addition décimal. Il faut commencer par le bit de
0 + 1 = ..
poids le plus faible en utilisant l’algorithme suivant : 1 + 0 = ..
1 + 1 = .. avec un report de 1
Leçon N° 2 Page 12
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Exemple : soit à additionner (25)10 + (11)10 = (……..)2


On a : (25)10 = (11001)2
et (11)10 = (1011)2

D’où : 1 1 0 0 1
(25)10 + (11)10 =(100100)2
+ 0 1 0 1 1
1 0 01 0 0

Vérification : (25)10 + (11)10 = (36)10 = (100100)2

-Application -1-
Additionner les nombres suivants :
* (8)10 + (13)10 = ( …… … … …)2
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

* (17)10 + (12)10 = ( …… … … …)2


……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

-Application -2- Soient les nombres binaires B1 = (1000)2 et B2 =(1001)2


* Calculer le nombre binaire B = B1 + B2
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

* Décoder B (Trouver le nombre décimal correspondant)


……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

*Vérifier le résultat.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Leçon N° 2 Page 13
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

b°- La multiplication : La multiplication de deux nombres binaires se fait en respectant


l’algorithme suivant :
0 x 0 = 0
0 x 1 = 0
1 x 0 = 0
1 x 1 = 1

La multiplication de deux nombres binaires se fait de la manière suivante :


Exemple : 1 0 1 0 1
X 1 0 1 1
1 0 1 0 1
1 0 1 0 1
0 0 0 0 0
1 0 1 0 1
= ……………………………………………

Vérification : Écrivons (10101)2 et (1011)2 en base 10 :


* (10101)2 = ………………………………………………………=……………………………
=(………)10
* (1011)2 = ………………………………………………………=……………………………
=(………)10

D’où : (10101)2 x (1011)2 = (…………)10 x (…………)10 = (……………)10

* (11100111)2 =
………………………………………………………………………………………………

=…………………………………………………………………………………………………
= (…………………)10

Leçon N° 2 Page 14
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

- Évaluation -
Exercice n°1 – Compléter le graphe suivant en indiquant les opérations de conversions.
0,1,2,
3,4,5,6,7,8 et 9

0,1,2,3,4,5,6,7,8
0 et 1 ,9,A,B,C,D,E et F

Exercice n°2 – Décoder les nombres suivants :

* A1 = (1101)2 = ……………………………………………………………………………………………

* B1 = (1111)2 = ……………………………………………………………………………………………

* C1 = (0101)2 = ……………………………………………………………………………………………

* D1 = (10001)2 = …………………………………………………………………………………………

Exercice n°3 – Convertir en hexadécimal les nombres suivants :

* A2 = (150)10 = (……………………)16

* B2 = (11101101)2 = ……………………………………………………………………………………

= ………………………………………………………………………………………

= (……………… )10

D’où : B2 = (………………)16

Exercice n°4 – Décoder les nombres suivants :

* A3 = (A64)16 =……………………………………….............=……………………………=(………..)10

* B3 = (2C01B)16 = ……………………………………………………

Leçon N° 2 Page 15
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

=………………………………….……………=(………)10

Exercice n°5 – Coder les nombres décimaux suivant en base 2 puis en base 16

20 – 10 – 8 – 16

…………………………………………………………………….…………………………………………

…………………………………………………………………….…………………………………………

…………………………………………………………………….…………………………………………

…………………………………………………………………….…………………………………………

Exercice n°6 – Decoder les nombres suivants :


* (10110)2 = …………………………………………=……………………………………………….=(…………)……
* (A0)16 =…………………………………………=……………………………………………….=(…………)……
* (301)8 =…………………………………=…………………………………………….=(…………)……

Exercice n°7 – Coder les nombres suivants en héxadécimal


* (134)10 = (…………………..)16
* (1011)2 = (…………………..)16

Leçon N° 2 Page 16
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Leçon N° 2 Page 17
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Chapitre 01 : Systèmes de Numération et Codes


Leçon 2 :

CODES NUMÉRIQUES ET ALPHANUMÉRIQUES

I –DEFINITION : L’action de faire correspondre à des nombres, des lettres ou des mots, un groupe
spécial de symboles s’appelle codage. Ce groupe de symboles s’appelle ………………….

II-Différents types des codes numériques


1°- Code binaire pur : (Voir le manuel des cours page 21)
Quand on fait correspondre à un nombre décimal son équivalent binaire, par divisions successives par
2, on dit qu’on a réalisé un …………………………………………………...
2°- Code Gray ou binaire réfléchi: (Voir le manuel des cours page 21)
Ce codage permet de ne faire changer qu’un seul bit à la fois quand un nombre est augmenté d’une unité.
Pour passer de binaire pur au binaire réfléchi on procède comme suit :
*On choisit un code de départ : zéro est codé 0 et un est codé 1.
*On symétrise ces deux premières lignes (comme une réflexion dans un miroir) et on ajoute 1 au début
des nouveaux nombres et on ajoute 0 au début des anciens.

Miroir ------------
Miroir -------------- Miroir ----------------

Exemple : Complétons le tableau de correspondance décimal - binaire réfléchi suivant :


Nombre
Décimal
Binaire réfléchi (code Gray) a- C
0 …… …… …… …… o
1 …… …… …… …… n
2 …… …… …… …… v
3 …… …… …… ……
e
4 …… …… …… ……
r
5 …… …… …… ……
s
6 …… …… …… ……
7 …… …… …… …… i
8 …… …… …… …… o
9 …… …… …… …… n
10 …… …… …… ……
11 …… …… …… ……
12 …… …… …… ……
13 …… …… …… ……
14 …… …… …… ……
15 …… …… …… ……

du binaire pur en binaire


réfléchi :
Leçon N° 3 Page 18
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

(Voir le manuel des cours page 21)


Exemple : soit à convertir le nombre binaire 101101 en binaire réfléchi.
B5 B4 B3 B2 B1 B0
Nombre binaire pur 1 0 1 1 0 1

≠ ≠ = ≠ ≠
Nombre en binaire réfléchi (code gray) …… …… …… …… …… ……
G5 G4 G3 G2 G1 G0

On obtient alors : (101101)2 = (…………………) réfléchi

Application : convertir en binaire réfléchi les nombres binaires suivants :


* (101)2 = (……………) réfléchi * (1101)2 = (…………………) réfléchi * (111)2 = (…………) réfléchi

………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………..
b- Conversion du binaire réfléchi en binaire pur :
Pour convertir un nombre écrit en binaire réfléchi en binaire pur on procède de la manière
suivante :
* Le premier bit (de poids le plus fort) du nombre écrit en binaire réfléchi est le même que le premier bit
de binaire pur.
* On compare le bit du rang j+1 du binaire pur à celui du rang j du binaire réfléchi en prenant
compte des conditions suivantes :
- Si Bj+1 = Gj alors Bj = 0
- Si Bj+1 ≠ Gj alors Bj = 1
G3 G2 G1 G0
Nombre en code Gray 1 1 0 1

… … … …
Nombre en binaire pur
… … … …
B3 B2 B1 B0
………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………….…………………………………………………
…………………………………………………………….…………………………………………………

Application : réaliser l’activité 2 page 18 (Voir manuel d’activités)


Leçon N° 3 Page 19
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

3°- Code décimal codé binaire : (BCD) (Binary Coded Décimal)


Si on représente chaque chiffre d’un nombre décimal par son équivalent binaire sur 4 bits , on obtient
le code dit décimal codé binaire. Comme le plus élevé des chiffres décimaux est 9, il faut donc 4
bits pour coder chacun des 10 chiffres (le code binaire de 9 est 1001).
Décimal BCD
0 0 0 0 0
Remarque :
1 0 0 0 1 Exemple 1 : Illustrons le code BCD en
Le code BCD est un code redondant (n’est
2 0 0 prenant le nombre décimal 487
pas très efficace), en effet certaines
3 0 0 4 combinaisons
8 7ne sont pas utilisées
(Les groupes non utilisés sont :
4 0 1010,0100
1011, 1100,
1000 1101,
01111110, 1111). Ce
5 0 sont les nombres compris entre (11)10 et (15)10
6 0 Donc (487)10 = (0100 1000 0111) BCD
7 0
Exemple 2 :
8
Convertir en décimal les nombres B C D
9 1 0 0 1 suivants :
* (0101 1001 0011 0100) BCD = (……………………) 10
* (0010 0011 0110) BCD = (………………………)10
Peut-on convertir ce nombre ? * (0111 110 0011) = (…………………)10 …………………………….

III -Les codes alphanumériques


1°- Code ASCII (Américain Standard Code for Information Interchange)
Voir livre de cours pages 25 et 26
Un ordinateur doit être capable de traiter une information non numérique. C’est-à-dire il doit reconnaitre
des codes qui correspondent à des nombres, des lettres, ders signe de ponctuation et des caractères
spéciaux : Les codes de ce genre sont dit …………………………………...
Le code alphanumérique reproduit tous les caractères et les diverses fonctions que l’on trouve sur un
clavier d’ordinateur : c’est un code utilisé pour communiquer entre le clavier d’un ordinateur et l’unité
centrale.
Tableau du code ASCII
Le code ASCII standard est un code à 7 éléments, on peut donc représenter 27= 128 groupe de code.

Leçon N° 3 Page 20
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

2°- Code barres


Voir livre de cours pages 27 et 28

IV- Exercices
(Voir livre de cours pages 30)

Série N°1

Exercice 1 Convertir en binaire naturel les nombres décimaux suivants :


0 ; 13 ; 325 ; 512 ; 364 ; 127

Exercice 2 Convertir en hexadécimal les nombres décimaux suivants :


0 ; 16 ; 179 ; 171 ; 43981

Leçon N° 3 Page 21
Chapitre 2 SYSTÈMES DE NUMÉRATION

Exercice 3 Convertir en décimal les nombres binaires suivants :


1 ; 101011 ; 1000110 ; 111111 ; 11011011 ; 1000001000000001

Exercice 4 Convertir en décimal les nombres hexadécimaux suivants :


63 ; 2FB6 ; 5A2B9C ; ABCDEF

Exercice 5 Convertir en binaire réfléchi les nombres binaires naturels suivants :


1 ; 101101 ; 1001110 ; 111111 ; 11011011 ; 1001001001001

Exercice 6 Convertir en binaire naturel les nombres binaires réfléchis suivants :


1 ; 101101 ; 1001110 ; 111111 ; 11011011 ; 1001001001001

Exercice 7 Convertir en BCD les nombres décimaux suivants :


235 ; 111 ; 6429 ; 5006 ; 99999 ; 102030405

Exercice 8 Convertir en décimal les nombres BCD suivants :


10011011010010110 ; 1011001100000110111 ; 10010101000010000011

Exercice 9 Compléter le tableau on convertissant les nombres suivants :

Leçon N° 3 Page 22
Chapitre 3 Lecture d'un Dessin
d'Ensemble

Chapitre 3 : Définition graphique d'un produit

Leçon 1 :
LECTURE D'UN DESSIN D'ENSEMBLE

Application : LE PERFORATEUR
Description du perforateur :
Un perforateur est un appareil de bureau destiné à …………………… les feuilles de cahier afin de
les insérer dans un classeur à anneaux.

Travail demandé :
1) D’après le schéma ci-dessus, Répondre aux questions suivantes :
a- Comment doit être positionnée la plaquette par rapport au poinçon ? .Quelle condition de
guidage du poinçon doit-on avoir ?
- Il faut que le poinçon soit ...............................à la feuille de papier, et l’axe de ce lui ci doit
être ................................. .avec l’axe de la plaquette.
b- Rôle des buttées : -butée1 : condition permettant
de................................................. .......................................................................................
-butée2 :condition permettant
de................................................ ..............................................................................
c- Rôle du ressort : condition de .............................................................................
d- Pour que le l’effort F soit plus faible possible ou faudra-t-il placer X1 > X2
R? X1=X2
Indiquer par une croix votre réponse : X1<X2
2) D’après le dessin d’ensemble répondre aux questions suivantes :
a- On remarque que le corps (5) est une seule pièce et comporte deux grands chanfreins A et B et
une arrondi C , donner leur fonction :
A : .............................................................................
B : .............................................................................
C : .............................................................................
b- Repérer les pièces du perforateur sur l’éclaté ci-contre.
c- Le ressort de rappel (3) est logé dans un chambrage – Donner sa fonction.
…………………………………………………………………………………..
d- Par quel moyen s’établit la liaison du socle (6) sur le corps (5) ?
…………………………………………………………
 Quelle est la forme de la tête de ces éléments ?
Cylindrique
carré
 Par quel moyen s’effectue le serrage ?
Un tournevis
Une clé plate

Leçon N°4 Page 23


A
Chapitre 3 Lecture d'un Dessin
A-A d'Ensemble

 Justifier votre réponse ?:…………………………………………………..


e- Colorier le corps (5) du perforateur.

DESSIN D’ENSEMBLE
1) Définition :
Un dessin d’ensemble est un dessin dont le rôle est essentiellement de montrer le fonctionnement d’un
mécanisme et la façon dont le concepteur a agencé les pièces constituants.

NOMENCLATURE : La nomenclature est le tableau de la liste détaillée des différents composants qui
constituent un ensemble mécanique. Elle est liée au dessin d’ensemble par des repères.
7 2 Vis C 5 20 A 42
6 1 Socle Tôle d’acier ep 1
5 1 Corps A 56
4 1 Axe Acier étiré  4 Riveté au montage
3 1 ……………….. Corde à piano 1.5 6 spires
2 1 Poinçon XC 65
1 1 Poigné ……………. ép 2mm
Rep Nbre Désignation Matière Observation

Lycée ……………….… Niveau : 2ème Technologie Info

Échelle :
Nom :
1 :2

Leçon N°4 Page 24


Chapitre 3 Lecture d'un Dessin
d'Ensemble

Date :
PERFORATEUR

Chapitre 3 : Définition graphique d'un produit

Leçon 2 :
DESSIN DE DEFINITION
1) Définition :
Le dessin de définition est une représentation graphique relative à une seule pièce du dessin
d’ensemble.

Exemple :

Fig.1 Fig.2
2) Exercice :
La vue de gauche étant complète. On demande de compléter :
- La vue de face en coupe A – A
- La vue de dessus.

Leçon N°4 Page 25


Chapitre 3 Lecture d'un Dessin
d'Ensemble

Leçon N°4 Page 26


Chapitre 3 Dessin de Définition

APPLICATIONS
EXERCICE 01
La vue de dessous étant complète
Compléter :
- La vue de face en coupe A – A
- La vue de gauche.

A A

A- A

Leçon N° 2 Page 27
Chapitre 3 Dessin de Définition

EXERCICE 02
A- A Compléter :
- La vue de face en coupe A – A
- La vue de gauche.
- La vue de dessus.
Indiquer les trois surfaces A, B, et C
sur les vues

Taraudage

Leçon N° 2 Page 28
Chapitre 3 Perspective Cavalière

Chapitre 3 : Définition graphique d'un produit

Leçon 3 :
LA PERSPECTIVE CAVALIÈRE (3D)

1- But de la perspective :

C’est pour faciliter la compréhension des ………………. ou le fonctionnement de l’objet.


2- Perspective cavalière :
La perspective cavalière est une projection ………………. de l’objet sur un plan parallèle au plan
de projection (face principale), elle permet de comprendre rapidement les formes de la pièce.
3- Caractéristiques :
Les faces parallèles au plan de projection se projettent en ……………….…………. les autres
sont ……………….

*- Angles d’inclinaison α à 4 sens :

 

 

*- Rapport de réduction K

Dimension réduite = Dimension réelle × K

*- En générale
On prend K = 0,5 et α = 45°

Leçon N° 2 Page 29
Chapitre 3 Perspective Cavalière

4- Applications :

Exercice 01
On donne trois vues et la perspective cavalière inachevée ( à l’échelle 1 ) d’une butée.

12 12

12
12

24

Travail demandé
On demande de compléter la perspective par les éléments qui sont représentée sur les trois vues.
On prend K = 0,5 et α = 45° dans le deux sens

Leçon N° 2 Page 30
Chapitre 3 Perspective Cavalière

Exercice 02
On donne trois vues et la perspective cavalière inachevée ( à l’échelle 1 ) d’une butée.
30

20

20
35

Travail demandé
On demande de compléter la perspective par les éléments qui sont représentée sur les trois vues.
On prend K = 0,5 et α = 45° dans le deux sens

Leçon N° 2 Page 31
Chapitre 3 Perspective Cavalière

Exercice 03
Tracer au brouillon, à main levée une perspective de la pièce ci-dessous
puis sa perspective cavalière dans la grille

Brouillon ici

Leçon N° 2 Page 32
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

Chapitre 04 : les fonctions logiques universelles


Leçon 1 :
LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES
I- MISE EN SITUATION
(Voir manuel d'activité page 99)
II- RAPPEL : LES FONCTIONS LOGIQUES DE BASE :

&

>1

Logigramme :.
Exemple : Tracer le Logigramme et le schéma à contact de: b+c
S= a�
a b c
a a b
a 1
b a.b
& c
+
_
S + S
c >1
le logigramme le schéma à contact

Leçon N° 1 Page 33
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

APPLICATIONS
Exercice N°1 :
Soit le logigramme suivant :

a H1
1
H3
>1 S
H2 &
b &

Chercher l’équation simplifiée de S


S = ………………………….
…………………………….
……………………….
Exercice N°2 :
Soit F = (a . b)+c
1°)- Compléter la table de vérité : 2°)- Tracer le Schéma à contact de la sortie F:
c b a c a.b F =(a . b)+c
0 0 0
0 0 1 +
+
--
0 1
0 3°) - Établir le logigramme de F :
1
a
t
b
a b c

c
4°) Tracer le chronogramme de la fonction F
F
Exercice N°3 :
Déterminer l'équation logique du schéma à contact suivant :

S = ……….………….

Le schéma à contact
Exercice N°4 :
(Voir livre de TP pages : 101-102-104)

III- THÉORÈME DE DEMORGAN:


 Activité 1 : Remplir la table de vérité suivante :

a b a.b a.b a+b a+b a b a .b a +b


0 0

Leçon N° 1 Page 34
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

0 1
1 0
1 1
1) Comparer a + b et a �b : …………………………………………………………..
2) Comparer a �b et a + b : …………………………………………………………..
Théorèmes de DEMORGAN :
.
Théorème
. 1 : Le complément d’une somme logique
est égal au …………….…………..……….. Chaque terme de la somme. a + b =

Théorème 2 : Le complément d’un produit logique


est égal à la ………………..…………….…... chaque terme du produit. b=
a�

IV-LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES :


1) FONCTION NOR

Équation
Fonction Schéma à contact Table de vérité logique Chronogramme Symbole

NI S1
ou
L = S1+S2
NON S2 S2 S1 L L=S1+S2
s1 s2 _
S. européen
+ OU L
_
0 0
ou L = S1+S2
L 0 1
S. américain
1 0 L=S1 S2
NOR 1 1

Application I:
1) Tracer le logigramme de X = (a �b) �c a b c

2) Écrire l’équation de Y en NOR 1


Y= a.(b+c)
1
= a.(b+c) = ……………………
= ………………………

Propriétés de l’opérateur NOR ( )


S0 = …… S1 = …....=…….
S1 S2 = S2 S1
SS = …… SS = ……= ……
(S1 S≠2) S3 ≠ S1 (S2 S3 ) S1 S2 S3

2- Universalité des fonctions NOR

Fonction NON à partir de la fonction NOR :


S S =……………………………… S S
………...
1 ……… 1
...
Leçon N° 1 Page 35
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

S 0 =………………………………

Fonction OU à partir de la fonction NOR :


S1
S1+S2 =……………………………… ……….
1 ……….
=……………………………… S2 .. 1
..
=………………………………
Fonction ET à partir de la fonction NOR : S1
……….
S1.S2 =……………………………… 1
=……………………………… .. ……….
1
=……………………………… S2 ………... ..
1

Système : Coupe pain

APPLICATION :
Ce système permet de trancher 130 à 150 tranches de pain / minute Il est utilisé
dans les unités de restauration à forte capacité.
Travail demandé
1°) Le coupe pain ( R ) fonctionne selon le logigramme suivant

a …… …… ……
….. ….. …..
b …
……

c …..

a°) Écrire l'expression en NOR de la sortie R :


R = …………….……………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
b°) Déduire l'expression simplifiée de la sortie R en utilisant uniquement les opérateurs de base .
R = ……………………………………………………………………………………………….………
……………………………………………………………………………………………..
c°) Déterminer graphiquement l’équation simplifiée de R
R = …………………………………………………………………
a …… …… …… Théorèmes de DEMORGAN :
….. ….. …..
b …

c …
..
2) FONCTION NAND

Leçon N° 1 Page 36
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

Équation
Fonction Schéma à contact Table de vérité logique Chronogramme Symbole

ON S1
ou
s1 L=S1 .S2
NON S2L S2 S1 L
ET
s2 0 0
ou L = S1.S_2
+ 0 1 L=S1 S2
L _
NAN S. européen 1 0
D 1 1
L = S1.S2
Application I :
S. américain

1) Tracer le logigramme de X=a (b c)

2) Écrire l’équation de Y en NAND


Y= a +(b.c)
=………………………………………………………………………………………………

Propriétés de l’opérateur NAND ( )


S1 S2 = S2 S1 SI0 = …… SI1 = …....=…….
a b c
(S1≠IS2) I S≠3 S1I (S2 I S3 ) S1IS2IS3 SIS = …… SIS = …....=…….
&

2- Universalité des fonctions NAND


&
Fonction NON à partir de la fonction NAND :
S S =……………………………… S S
S 1 =……………………………… ……… & ………...
&
...

Fonction OU à partir de la fonction NAND : S1


& ……….
S1+S2 =……………………………… .. ……….
=……………………………… &
S2 ………... ..
=……………………………… &

Fonction ET à partir de la fonction NAND :


S1.S2 =………………………………
=……………………………… S1
& ……….
=……………………………… S2 .. & ……….
Mise en situation : ..
En raisons de sécurité on veut réaliser une théière électronique,
EXERCICE N°1 suivants :
Ayant les éléments
R V
- S1 : bouton (marche/arrêt)
Système : Théière électronique
- S2 : capteur de présence d'eau.
- S3 : capteur de fermeture. S2
- RN°: 1lampe rouge.
Leçon Page 37
- V : lampe verte. S1
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

La lampe R s'allume pour les deux cas suivants :


 Théière en marche ET pas d'eau.
OU
 Théière en marche ET elle n'est pas bien fermée S1 S2 S3 R

0 0 0
1°) -a- Remplir la table de vérité correspondante à la sortie R.
b- Déduire l'équation de R. 0 0 1
R = …………………………………………….
0 1 0
c- Sachant que : a + a.b = a + b (a et b deux variables binaires)
Simplifier l'équation de R. 0 1 1
R = ………………………………………………………………………
1 0 0
………………………………………………………………………
1 0 1
………………………………………………………………………
d- Écrire l'expression on NAND de la sortie R trouvée. 1 1 0
R = ………………………………………………………………………
1 1 1
e- Compléter alors le logigramme de R en utilisant uniquement des NAND

S1 S2 S3

& &
&
2°) a- Montrer que l'équation de la lampe V = S1 + S2.S3
………………………………………………………………………
………………………………………………………………………
b- Tracer le schéma à contact de V.

_
+ V
le schéma à contact
EXERCICE N°2
Système : Passage à niveau
Mise en situation :
Un passage à niveau est situé à 100 m d’une gare et peut être commandé
Leçon N° 1
automatiquement ou manuellement (en cas de manœuvre des trains). Page 38
Chapitre 4 LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

La commande du moteur de la barrière à la descente


est donnée par l’équation suivante :
E = (S1 �
S2 ) + S 3
Avec :
S1: capteur de passage du train.
S2: capteur de position bas de la barrière.
S3: bouton de commande manuelle.
Représenter le logigramme de E en utilisant :
1- Des ports logiques de base.
S1 S2 S3

2- Uniquement des ports NAND à 2 entrées.

E = (S1 . S2) +S3 S1 S2 S3


= ……………..
= ……………..
= ……………..
= ……………..

3- Uniquement des ports NOR à 2 entrées.


S1 S2 S3
E = (S1 . S2) +S3
= ……………..
= ……………..
= ……………..
= ……………..
= ……………..

EXERCICE N°3:
Représenter le logigramme de F = S1 . (S2 + S3) en utilisant :
1- Des ports logiques de base.
2- Uniquement des ports NAND.
3- Uniquement des ports NOR.

Leçon N° 1 Page 39
Chapitre 4 SIMULATION LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

Chapitre 04 : les fonctions logiques universelles


Leçon 2 :
SIMULATION DES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

Leçon N° 2 Page 40
Chapitre 4 SIMULATION LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

Leçon N° 2 Page 41
Chapitre 4 SIMULATION LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

IV- APPLICATION

On considère un circuit logique d’équation H=a . b + c


A- 1)- Tracer le logigramme de H avec des fonctions logiques de base.

2) - Combien de circuits intégrés utilise-t-on? Donner leurs références en TTL


……………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

3) - Tracer le schéma de câblage à base de circuits intégrés TTL.

5V

B- 1)- Transformer l’équation de H avec des opérateurs NOR puis tracer le logigramme correspondant.

…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………

2)- Combien de circuits intégrés utilise-t-on? Donner la référence en TTL


……………………………………………………………………………………………………………

Leçon N° 2 Page 42
Chapitre 4 SIMULATION LES FONCTIONS LOGIQUES UNIVERSELLES

3)- Tracer le schéma de câblage à base de circuits intégrés TTL. 5V

C- 1)- Transformer l’équation de H avec des opérateurs NAND puis tracer le logigramme correspondant.

…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………
…………………………………

2)- Combien de circuits intégrés utilise-t-on ? Donner la référence en TTL


……………………………………………………………………………………………………………
3)- Tracer le schéma de câblage à base de circuits intégrés TTL. 5V

D- Quelle est la solution la plus économique (à prix égaux des circuits intégrés logiques de base ou universelles) ?
……………………………………………………………………………………………………………

Leçon N° 2 Page 43
Chapitre 5 SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

Chapitre 05 : Les systèmes combinatoires


Leçon 1 :
SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

Soit à déterminer une équation simplifiée de la sortie S dont la table de vérité et la suivante :

a b c S On obtient ainsi l’équation : S = a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c


(À compléter)
0 0 0 1
0 0 1 1 Problème : On doit simplifier cette équation .
0 1 0 1 Pour simplifier une équation logique on utilise deux méthodes :
0 1 1 1 1) Une méthode algébrique
1 0 0 0 2) Une méthode graphique dite par tableau de Karnaugh
1 0 1 0
1 1 0 1
1 1 1 1

1ère Méthode : (Algébrique)

Propriétés de la fonction ET
a.0=0 0 : élément neutre
a.1=a 1 : élément neutre
a.a=a Idempotence
a.a=0 Complémentation
a.b=b.a Commutativité
a.b.c=a.(b.c)=(a.b).c Associativité

Applications :
Relations fondamentales
Simplifier les équations logiques suivantes
a + a . b = ………………
1°- H1 = a + a . b = …………………………………………………………… a + a . b = …………………
2°- H2 = a + a . b = …………………………………………………………… (a + b).(a + c) =…………………
(a + b).(a + c).(a + d)…= …….…
3°- H3 = (a + b).(a + c) = ……………………………………………………

1°- Simplification par la méthode algébrique :


S = a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c
S= …………………………………………………………………………..……………………………….
……………………………………………...………………………………………………………………….
…………………………………………………....…………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….

Conclusion : La méthode de simplification algébrique peut nous conduire à des calculs relativement longs.
Pour éviter ces calculs, on emploie une deuxième méthode qui utilise le tableau de Karnaugh

Leçon N° 2 Page 44
Chapitre 5 SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

2ème Méthode : (Tableau de Karnaugn)


S = a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c
* Affecter d’indice « 1 » les cases correspondantes aux termes de
a b c S
l’équation à simplifier et l’indice « 0» aux autres.
0 0 0 1
0 0 1 1
0 1 0 1
b.c
a b.c b.c b.c b.c
0 1 1 1
1 0 0 0 a
1 0 1 0
* a
1 1 0 1
1 1 1 1

Les cases 1, 2,7 et 8 forment la surface S1

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

* Les cases 2, 3,6 et 7 forment la surface S2

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

S = S1 + S2 d’où S =………………………………

Exemple 1 : Déterminer graphiquement, l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh


a b c S
0 0 0 0
0 0 1 1 b.c
0 1 0 0 a b.c b.c b.c b.c
0 1 1 1 a
1 0 0 0 a
1 0 1 0
1 1 0 0
1 1 1 0
D’où S = …………………………..

Exemple 2 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh

Leçon N° 2 Page 45
Chapitre 5 SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

a b cS
a.b
a.b
0 0 c 0 1 a.b a.b a.b
0 0 1
c 1
0 1 0 1
0 1 c
1 0
1 0 0 0
1 0 1 D’où0 S = …………………………..
1 1 0 1
1 1 1 0
Exemple 3 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b
ca.b S
0 0 c 0 1 a.b a.b a.b a.b
0 0 c1 0
0 1 0 0
c
0 1 1 0
1 0 0 1
1 0 1 D’où0 S = …………………………..
1 1 0 0
1 1 1 0
Exemple 4 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b Sc
a.b
0 0c 0 1a.b a.b a.b a.b
0 0
c
1 1
0 1 0 0
0 1 c 1 0
1 0 0 1
1 0 1 0
1 1 D’où
0 0 S = …………………………..
1 1 1 0
Exemple 5 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b c S
0 0 a.b
0 1a.b
c a.b a.b a.b
0 0 1 0
0 1 c 0 0
0 1 c 1 0
1 0 0 1
1 0 1 0
1 1 0D’où 1 S = …………………………..
1 1 1 1
a b c S
0 0 0 1
0 0 1 1 Exemple 6 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de
Karnaugh
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 0
1 0 1 0
Leçon
1 N° 21 0 0 Page 46
1 1 1 1
Chapitre 5 SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

D’où S = …………………………..

Exemple 7 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh


a b S
c
0 0 0 1
0 0 1 0
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 0
1 0 1 0
1 1 0 D’où1 S = …………………………..
1 1 1 1
Exemple 8 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b S
c
b.c
0 0
a 0 1
0 0 1 1
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 0
D’où 1 S = …………………………..
1 0 1
1 1 0 0
1 1 1 1
Exemple 9 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b c S
0 0 0 1
b.c1
0 0 0
a
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 1
1 0 1 1
1 1 0 1
1 1 1
D’où 1S = …………………………..

a b c S Exemple 10 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de


0 0 0 1 Karnaugh
0 0 1b.c 0 b.c
0 1 a 0 0 b.c b.c b.c
0 1 a1 0
1 0 0 1
a
1 0 1 0
Leçon
1 N° 21 0 0 Page 47
1 1 1 0
Chapitre 5 SIMPLIFICATION D’UNE ÉQUATION LOGIQUE COMBINATOIRE

D’où S = …………………………..

Exemple 11 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh


a cb S
0 0 0b.c 1 b.c
0 0 a 1 1 b.c b.c b.c
0 1 a0 0
0 1 a1 1
1 0 0 1
1 0 1 0
1 1 0 D’où0 S = …………………………..
1 1 1 0
Exemple 12 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a cb S
0 0b.c 1 b.c
0
0 0a 1 0 b.c b.c b.c
0 1 a0 1
0 1 a1 0
1 0 0 1
1 0 1 0
D’où S = …………………………..
1 1 0 1
1 1 1 0
Exemple 13 : Déterminer l’équation de la sortie S par tableau de Karnaugh
a b c S
0 0 0b.c 1
0 0a 1 0
0 1 0 1
0 1 1 1
1 0 0 0
1 0 1 0
1 1 0 D’où0 S = …………………………..
1 1 1 1

Leçon N° 2 Page 48
Chapitre 6 ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT

Chapitre 6 : Éléments de Transmission de Mouvement


Leçon 1 :
ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT

I- MISE EN SITUATION
Système technique : Lecteur CD-ROM
* Description et schéma de principe : (Voir livre de cours page 88 et 89)
* Principe de fonctionnement :
- Le CD-ROM doit être posé sur le tiroir porte disque. L’ouverture et la fermeture de ce tiroir
sont assurées par :………………………………………… ……………………………………………
- Le CD-ROM est entraîné en rotation par …….…………..……
- Le balayage des pistes de CD-ROM est assuré par une tête de lecture, celle-ci est entraînée
par le dispositif………………………………

Le changement de piste se fait par : ………………………

CD-ROM
Tiroir porte CD-ROM

L’ouverture et la fermeture du tiroir se fait par :


La rotation de CD-ROM se fait
……………………………………………………………………….. par : ………………………

Remarque : Sur certains lecteurs CD-ROM l’ouverture et la fermeture du tiroir se fait par :
Système poulies courroie.
II- TRANSMISSION DE MOUVEMENT
A- Transmission de mouvement par poulies courroie

1)- Constituants de la chaîne de transmission : La chaîne de transmission est constituée par :


…………………………………… + ………………………………………… et ……………………………

Leçon N° 1 Page 49
Chapitre 6 ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT

2)-Principe de fonctionnement : La transmission de mouvement de rotation de la poulie motrice vers la


poulie réceptrice est assurée par une courroie.
……………………………
Poulie motrice Poulie réceptrice
(Adhérence)

3)-Caractéristiques et rapport de transmission :


- N 1 : Vitesse de rotation de l’arbre moteur (en tours par minute)
- N 2 : Vitesse de rotation de l’arbre récepteur (en tours par minute)
- d 1 : Diamètre de la poulie motrice (en mm)
- d 2 : Diamètre de la poulie réceptrice (en mm) N2 d...
r= =
On définit le rapport de transmission « r » par : N1 d...
4)- Différents formes des courroies et poulies : (Voir livre de cours page : 91)
5)- Application :
* Calculer le rapport de transmission « r »
r = …………………………………………

………………………………………………

* Calculer la vitesse N2 de la poulie


réceptrice Poulie réceptrice : Poulie motrice :
d2 = 750 d1 = 300
N2 =……………………………………
N2 = …………….. N1 = 500 tr/mn
N1 = 500 tr/mn
B- Transmission de mouvement par engrenage
Pignon 1
Roue dentée 2

1)- Constituants de la chaîne de transmission


La chaîne de transmission est constituée par : ………………………… et ……………………………
2)-Principe de fonctionnement : La transmission de mouvement entre deux arbres se fait par
l’engrènement de deux roues dentées. Cette transmission est assurée par obstacle.

Pignon 1 Engrènement Roue dentée 2


par obstacle

Leçon N° 1 Page 50
Chapitre 6 ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT

3)-Caractéristiques et rapport de transmission :


Une roue dentée est caractérisée par : p
* Diamètre primitif : d
* Le pas : p
m
*Le module : m avec p = m. p
*Nombre des dents : Z
C L’engrènement entre deux
roues dentées n’est possible que si
elles ont le même pas ou le même d
module.
C * Soit Ne le nombre des tours par
minute du pignon moteur, et Ze son
nombre des dents
* Soit Ns le nombre des tours par
minute de la roue réceptrice, et Zs son
nombre des dents

Ns Z...
On définit alors le rapport de transmission r par : r= =
Ne Z...
C- Transformation de mouvement par pignon – crémaillère

1)- Constituants de la chaîne de transmission : la chaîne de transmission ci-dessus est


constituée par : ………………………………………… et ………………………………………………………

2)-Principe de fonctionnement : La transformation se fait par engrènement entre un pignon et une


crémaillère. La rotation du pignon provoque la translation de la crémaillère et vice versa.

Pignon Engrènement par obstacle Crémaillère


(Mouvement de rotation) (Mouvement de translation)

Leçon N° 1 Page 51
Chapitre 6 ÉLÉMENTS DE TRANSMISSION DE MOUVEMENT

3)-Caractéristiques et relation rotation - translation :


*Le pignon comporte Z dents
*La crémaillère comporte une denture linéaire
*L’engrènement n’est possible que si le pignon et la crémaillère ont le même pas p
C Une rotation du pignon entraîne une translation
de la crémaillère d’une distance C appelée course C = pas . Z
D- Transformation de mouvement par vis– écrou

Moteur
Vis

Écrou

1)- Constituants de la chaîne de transmission : la chaîne de transmission ci-dessus est constituée


par : ……………………… et ……………………………
(La liaison entre ces deux éléments est une liaison hélicoïdale (1 rotation et 1 translation conjuguée))

2)-Principe de fonctionnement : La transformation du mouvement se fait à l’aide de la liaison


Hélicoïdale entre la vis et l’écrou.
Mouvement Vis Écrou
à l’entrée Rotation Translation Rotation Translation
1 1 … …
Rotation de la vis
1 0 … …
… … 1 1
Rotation de l’écrou
… … 1 0
3)-Caractéristiques et relation rotation - translation :
Pour ce dispositif de transmission la vis et l’écrou ont le même diamètre nominal ( D = d ) et le même pas p

Un tour de la vis (ou l’écrou) entraîne une translation de l’écrou (ou de la vis) de la valeur de pas p. Pour n
tours on obtient une translation de valeur C (course) tel que : Course C = n . p

Leçon N° 1 Page 52
Chapitre7 LE TRANSISTOR EN COMMUTATION

Chapitre 7 : Fonction Commutation par Transistor


Leçon 1 :
LE TRANSISTOR EN COMMUTATION

I- LE TRANSISTOR :
Le transistor est un composant électrique possédant trois électrodes,
ces trois points de connections correspondent à trois couches
associées d’un matériau semi-conducteur et désignées par :
……………………. - ………………………. - …………………

Il existe deux types de transistor NPN et PNP


Type : ……. Type : ……
…………… Collecteur

Base Base

Émetteur …………….
.
.
II- LA FONCTION COMMUTATION
La fonction commutation c’est d’établir ou interrompre le passage du courant électrique dans le circuit
d’alimentation.
Transistor bloqué (non passant) Transistor saturé (passant)
C = …… C = …..

B B

IB =…. IB = …..
Interrupteur Interrupteur
E = ….. ouvert
E = ….
NPN NPN fermé
Soit le courant de base est nul et le transistor est Soit le courant de base est non nul et le transistor
bloqué. Il est équivalent à un interrupteur est saturé. Il est équivalent à un interrupteur fermé.
ouvert.

I =….
C
I =….
C C C
IB=0 B IB≠0 B
V =…… V =...
CE CE
E E

Remarque : - Dans un circuit ouvert on a : la tension du générateur et pas de courant.


- Dans un court-circuit on a : un courant très important et une tension nulle.
i=0 i≠ 0

U=12V U=0

Circuit ouvert Court-circuit

Leçon N° 1 Page 53
Chapitre7 LE TRANSISTOR EN COMMUTATION

III- APPLICATIONS DE LA FONCTION COMMUTATION


L
EXERCICE 01 : 1

On donne le schéma du montage suivant :

L
2

Travail demandé :
1) - Indiquer sur V
a- le nom de chaque électrode (C, B et E). Montage (1)
b- son type (NPN ou PNP).
2) - Quel est le rôle de la résistance R1 ? :
……………………………………………………………………………………………………………………………..
3) - Pour K fermé, Indiquer sur le montage(1) ci-dessus les sens des différents courants.
- Remplir le tableau suivant : (En utilisant les termes suivants : bloqué / saturé / 0 / 1 / ≠0)

K ib ic État de V Vce État de L1 État de L2

- Déterminer l'équation logique de L2 en fonction de K puis déduire son nom.


L2 = …………………. Nom de la fonction L2 : ………….………….

RÉALISATION DES FONCTIONS LOGIQUES À BASE DE TRANSISTORS


Compléter le tableau suivant :

S
aa Schéma de S
montage
b
b

S
a
a b S a b S
Table de vérité a S 0 0 0 0
0 0 1 0 1
1 1 0 1 0
1 1 1 1

Équation logique S= ………………………….. S= ……………………… S= ………………………


Nom de la fonction …………………………. …………………………. ………………………….

Leçon N° 1 Page 54
Chapitre 7 LE TRANSISTOR EN COMMUTATION

EXERCICE 02 :
Système : Essuie glaces automatique

Mise en situation :
C'est un circuit qui commande le fonctionnement automatique
des essuie-glaces d'une voiture en cas de pluie.

R x y

c
Rb Essuie glaces
b
T
e

Capteur

On donne : Dans le circuit ci-dessus en désigne par :


 Rb : résistance
 RL : relais (électromagnétique).
 M : moteur d'essuie-glaces.
 R : résistance variable.(pour le réglage de la sensibilisée du capteur).
 Capteur : capteur d'humidité.

Travail demandé :
1) – Expliquer brièvement le fonctionnement du montage :
…………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………….……………………………………………………………………………………………………...
2) – Identifier le type du transistor T ? : …………………………………………………
3) – Que signifient les indications suivantes : b c e

4) – Quel est le rôle de la résistance Rb ? :


…………………………………….……………………………………
5) – Analyse du schéma :
a- Remplir le tableau suivant : (En utilisant les termes suivants : bloqué - saturé - 0- 1- ≠0)

État État du capteur État de T ib ic Vce État de RL État de M


Pas de pluie
Il pleut

b- Indiquer sur le montage ci-dessus, les sens des différents courants.

Leçon N° 1 Page 55
Chapitre 7 LE TRANSISTOR EN COMMUTATION

EXERCICE 03 :
Système : Carte électronique
Mise en situation :
La carte électronique dont le schéma structurel représenté ci-dessous, remplie la partie commande d'un
système technique. Elle permet de gérer une sortie S suivant une relation à déterminer.

F1 F2 F3

a Rc S Rc Rc
1 1 2 S 3
2
Rb S
4
Rb
1
T T
b 1 Rb
3
4
T3 G
Rb
2
T
2
c Rb
5

Travail demandé :
1) – Quelle est la fonction logique réaliser par chaque étage :
F1 F2 F3

a b c S1 S2 S
2) – Déduire la relation logique de :
0 0 0
- S1=f(a,b) S1 = ……………….………………….
0 0 1
- S2=f(a,b) S2 = …………………………………..
0 1 0
- S=f(a,b) S = …………………………………..
0 1 1

3) – Remplir la table de vérité ci-contre : 1 0 0


4) – Compléter le montage de la sortie S en utilisant 1 0 1
un seul transistor et des résistances :
1 1 0

1 1 1

Leçon N° 1 Page 56

Vous aimerez peut-être aussi