Vous êtes sur la page 1sur 11

Architecture bioclimatique.

Maison unifamiliale
Le logement est l'une des principales fonctions de l'espace urbain, étant
responsable d'environ un tiers de la consommation mondiale de ressources et,
implicitement, l'un des principaux facteurs de pollution. Le projet présenté est un exemple
positif d'une approche responsable de la conception architecturale, en ce qui concerne
l'environnement et le confort des utilisateurs..
Emplacement

Le bâtiment est situé à Pergine Valsugana, appartenant à la province autonome


de Trente, la localité étant située dans le nord de l'Italie. Les coordonnées géographiques
sont 46 ° 4 '0' 'de latitude nord et 11 ° 14' 0 '' de latitude est, la ville étant à 490 m d'altitude.

La zone est fortement marquée par la présence de plusieurs sommets


montagneux atteignant un maximum de 2 383 m d'altitude (mont Gronlait). Le relief
montagneux reflète certaines caractéristiques de la région, tant du point de vue de
l'environnement naturel que de la spécificité architecturale et culturelle.

Conditions climatiques du lieu

La région est caractérisée par un climat particulier, de transition, entre sub-


continental et alpin, avec des étés courts et des hivers froids, le taux d'humidité étant
élevé tout au long de l'année. Pendant les 12 mois, les températures moyennes varient
de 2 ° C en janvier à 22 ° C en juillet et août. Les précipitations annuelles sont de 983
mm, celles-ci étant plus importantes en été et en automne.

Configuration spatio-volumétrique et disposition de construction

Le sujet avancé par les bénéficiaires était la réalisation d'une construction


économe en énergie, avec la possibilité d'être construite en bois.

Dans ce contexte et compte tenu de la situation constatée sur place, les lignes
générales de l'intervention ont suivi la résolution structurelle, les économies d'énergie et
la continuité spatiale entre l'intérieur et l'extérieur, rendant ainsi la relation avec le
paysage féconde..
Le bâtiment fait l'objet d'une intervention pour agrandir une habitation existante,
construite dans les années 1960. En raison d'un dimensionnement insuffisant pour
supporter un éventuel recouvrement, la solution d'une structure métallique a été choisie,
totalement indépendante de l'existant. Il est constitué de colonnes et de poutres
périmétriques de type Vierendeel, adoptant ainsi la variante d'un plan libre, de dimensions
16 x 4,4 mètres, sans éléments de support intermédiaires.

Le corps de l'édifice est simple, délimité par un prisme droit, orienté avec le côté
long vers le S-SE et bénéficiant ainsi d'un bon ensoleillement tout au long de la journée,
mais avec un risque de surchauffe en raison des accumulations thermiques excessives
durant l'été. Les deux premiers niveaux, déjà existants, sont construits en brique, tandis
que pour les nouvelles interventions volumétriques, la solution pour les fermetures
extérieures et les compartiments montés mécaniquement a été choisie, en utilisant des
méthodes de serrage "à sec". Le but de ces choix constructifs était d'alléger le poids des
étages supérieurs, le temps d'exécution et, implicitement, l'augmentation du niveau de
performance énergétique. Les façades ont été traitées différemment, selon l'orientation:
du côté sud ont été appliqués un certain nombre de vides supplémentaires, tandis que
les autres côtés ont été maintenus plus compacts, pour des raisons de contribution
solaire, respectivement d'isolation thermique. Le dernier niveau est fortement mis en
évidence par l'existence de la toiture, configurée comme un signal qui souligne la
présence d'une terrasse sur toute la longueur du périmètre du sol, ayant à la fois le rôle
de protection solaire des espaces intérieurs et de défense contre les précipitations.
Principes et stratégies bioclimatiques utilisés

Dans la continuité des aspects initialement exposés, nous tenterons dans la suite
de mettre l'accent sur les principes qui donnent le caractère domestique de l'édifice
écologique. Le confort de vie est, comme l'indiquent également les auteurs du projet, le
premier objectif de toute architecture de qualité. Outre l'attention portée à la température,
à l'humidité, à la qualité de l'air et au confort acoustique, l'apport de lumière naturelle est
une préoccupation active des architectes.

Le chauffage passif du bâtiment se fait par apport solaire direct. A cet effet, les
loggias et parasols ont été configurés de manière à permettre un accès direct aux
rayonnements pendant la période froide, mais aussi pour éviter une surchauffe en été.

Ainsi, grâce à la configuration planimétrique et à la section, il a été possible


d'obtenir un jeu volumétrique, destiné à combiner à la fois les aspects énergétiques,
esthétiques ou de confort de l'habitation, ainsi que le cadrage contextuel dans le paysage
de la zone. L'isolation thermique du pneu a été très importante pour réduire les pertes
thermiques

.
Les installations jouent un rôle important dans le fonctionnement du bâtiment. Pour
chauffer les locaux, une chaudière à condensation au gaz a été utilisée. Le système de
circulation de l'agent thermique a été distribué séparément: sur les nouveaux sols, à
travers le sol et les murs, ils deviennent des sources de chaleur; aux deux niveaux
existants, par des radiateurs en acier. L'ensemble du système de chauffage est contrôlé
au moyen de thermostats, en fonction des températures internes et externes. Du point
de vue de la consommation d'énergie hivernale, les nouveaux planchers insérés peuvent
être classés dans la classe énergétique "A", après la classification CasaClima,
consommant moins de 30 kwh / m² * an. Globalement, la consommation réelle est de
48,24 kWh / m² * an, obtenant ainsi un bâtiment de classe "B" (classification CasaClima).

La ventilation du bâtiment est à haut rendement, qui tient compte des dispersions
de chaleur annuelles. Le système est équipé d'un échangeur de chaleur positionné dans
le jardin, bénéficiant ainsi de l'inertie thermique du terrain. Habituellement, ce type de
configuration est rarement utilisé dans le domaine résidentiel, à quelques exceptions près
dans diverses maisons passives.

L'eau chaude est fournie par des panneaux solaires. Quant aux installations
électriques, les principes de la domotique ont été utilisés, en utilisant des systèmes de
bus.

Les matériaux utilisés répondent à différents concepts de durabilité et aux aspects


culturels du lieu. Du point de vue du contexte, l'architecture du quartier se caractérise par
la typologie des maisons en bois, avec une solide fondation en pierre, amplifiée au niveau
du premier étage. Par conséquent, l'image de l'édifice est une référence évidente à
l'architecture locale traditionnelle. Le bois utilisé est le mélèze, un conifère présent dans
le paysage montagneux de la province de Trente.

Outre le bois et le métal, les autres matériaux utilisés pour les fermetures
extérieures sont à haute performance énergétique. Ainsi, les panneaux de bois ont été
choisis pour le revêtement de façade et la fibre de bois comme matériau d'isolation,
atteignant une valeur de transmission thermique de 0,21 W / mpK pour les murs et de
0,20 W / mpK pour le toit.
Les matériaux utilisés à l'intérieur répondent aux exigences de protection de
l'environnement et de santé des habitants. Le verre est un matériau recyclable, facile à
entretenir. Le bois de mélèze a également été utilisé dans l'espace intérieur pour les sols,
les revêtements muraux et les meubles. Les finitions intérieures des salles de bains ont
été réalisées avec du calcaire naturel et toutes les peintures ont été soigneusement
sélectionnées pour être biocompatibles..

Les trois architectes qui ont contribué à la construction du bâtiment sont des
experts reconnus par CasaClima (KlimaHaus). Il s'agit d'un système de certification de la
durabilité des constructions, en relation étroite avec l'efficacité économique des
interventions, officiellement lancé en 2002 et développé dans la province autonome de
Bolzano. Il représente l'une des principales institutions de promotion et de classification
éco-compatible des bâtiments, en concurrence avec des systèmes de certification
similaires tels que BREEAM, LEED ou Passivhaus.
Bases d'une maison bioclimatique
Ces questions portent directement sur l'architecture et l'orientation de la maison
bioclimatique à bâtir, elles établissent les bases conceptuelles d'une maison solaire
passive.
1. La maison est-elle orientée pour bénéficier des apports solaires en hiver ?
1.
Qui.
2. Le rapport entre la surface extérieure et le volume de la maison a-t-il été étudié
pour favoriser l'impact des apports solaires et le transfert de chaleur ?
Qui.

3. Les différents espaces à l'intérieur de la maison sont-ils conçus pour bénéficier


des apports solaires quand ils en ont besoin ?
Qui.

4. Les surfaces captant le rayonnement solaire sont-elles dégagées des obstacles


qui risquent de masquer le soleil en hiver ?
Qui.

5. Les surfaces vitrées sont-elles équipées d'une protection afin d'éviter les effets
négatifs du rayonnement solaire ?
Partiel

Eclairage naturel
L'éclairage naturel est une source d'énergie solaire gratuite. A part la réduction des
besoins en électricité, il offre une source d'éclairage de qualité qui couvre la totalité du
spectre visible.
6. L'éclairage naturel a-t-il été amélioré à cause des choix dans la conception des
espaces ?
Qui.

7. La maison est-elle conçue en vue d'améliorer la pénétration de l'éclairage naturel


au fond des pièces où il est le plus utile ?
No.
Systèmes mécaniques ou hybrides
C'est difficile, voire impossible, de couvrir les besoins énergétiques d'une maison avec
l'énergie solaire passive. Il y a toujours besoin d'une source de chauffage, d'éclairage et
éventuellement de climatisation auxiliaire. L'objectif du concepteur est de réduire la
consommation globale d'énergie. Ainsi, un système actif efficace peut faire partie
intégrante d'une solution globale.
8. Le système de chauffage, d'éclairage ou de climatisation d'appoint utilise-t-il une
source d'énergie renouvelable (éolienne, solaire photovoltaïque, solaire
thermique actif, géothermie, etc.)?
Qui.

9. S'il y a un système de ventilation mécanique, est-ce qu'il y a un récupérateur de


chaleur incorporé ?
No.

10. Il va de soi qu'un système de régulation est utilisé pour gérer le système de
chauffage d'appoint; mais, est-ce que cette régulation tient compte de la
conception architecturale afin de bénéficier au maximum des apports solaires ?
Qui.
Matériaux à énergie passive
Ces questions montrent l'importance du choix des matériaux en tenant compte de la
totalité de leur cycle de vie: de leur fabrication, transport, mise en œuvre, jusqu'à leur
destruction finale.
11. Des matériaux locaux ou régionaux ont-ils été spécifiés de préférence aux
matériaux importés ?
Qui.

12. Les matériaux employés sont-ils issus des ressources durables ou


renouvelables, et les procédés de fabrication ou de transformation sont-ils
propres et économes en énergie ?
Qui.

13. Les matériaux employés sont-ils recyclés ou recyclables ?


No.

14. Y a-t-il une prévision pour une maintenance efficace et sans danger pour
l'environnement ?
No.
Contrôle de qualité
Il va de soi que l'architecture d'une maison à énergie passive respecte les
réglementations techniques et thermiques en vigueur. Cependant, la qualité des
composants et leur mise en œuvre sont des facteurs importants dans la consommation
énergétique globale d'une maison. Ainsi, la qualité de ces composants et leur mise en
œuvre doit être contrôlée.
15. Un Architecte ou un Maître d'œuvre a-t-il contrôlé l'enveloppe de la maison afin
de vérifier son étanchéité à l'air ?
Qui.

16. Un Architecte ou Maître d'œuvre a-t-il contrôlé l'enveloppe de la maison afin de


vérifier l'absence de ponts thermiques?
Qui.

17. Les équipements et systèmes mécaniques ont-ils été testés et réceptionnés en


conformité avec l'avis technique ?
Qui.

18. Le propriétaire/occupant a-t-il reçu des instructions complètes sur le


fonctionnement et la maintenance des systèmes actifs et passifs ?
Qui.

Impact environnemental
Il peut y avoir un impact environnemental négatif à cause de l'implantation ou des
interventions inappropriés sur le site. Les avantages énergétiques ne doivent pas nuire à
l'environnement local.
19. Le site de la maison bénéficie-t-il de services existants, tel que le transport public
et des équipements sociaux ?
No.

20. Le potentiel du site est-il mis en valeur : microclimat, pente, orientation, protection
des vents, qualité du sol, végétation, ressources en eau, énergies renouvelables
?
Qui.

21. Y a-t-il un moyen de récupérer l'eau de pluie pour une utilisation dans la maison
ou le jardin ?
No.

22. Les équipements sanitaires sont-ils conçus pour économiser l'eau ?


Qui.

23. Le stockage des matériaux recyclables est-il prévu ?


No.

24. Le compostage des déchets organiques est-il prévu ?


Qui.