Vous êtes sur la page 1sur 16

AYYADI Noureddine

ayyadi.n@hotmail.fr
Rabat.

Cours de Mathématiques.
Tronc commun scientifique B I.
Conforme au programme marocain.

Chapitre:4

Calcul vectoriel dans le plan.

Contenus du programme Les capacités attendues Recommandations


pédagogiques
∗ Égalité de deux vecteurs ; somme de ∗ Construire un vecteur de la forme ∗ On rappellera les définitions de la
deux vecteurs ; relation de Chasles ; a−→
u + b−→v. somme de deux vecteurs et de la mul-
∗ Multiplication d’un vecteur par un nom- ∗ Exprimer les notions et les propriétés tiplication d’un vecteur par un nombre
bre réel ; de la géométrie affine en utilisant l’outil réel, on introduira ensuite, à travers des
∗ Colinéarité de deux vecteurs, aligne- vectoriel et réciproquement ; activités simples, les propriétés :
ment de trois points ; ∗ Résoudre des problèmes (a + b)− →
u = a− →
u + b−→u et a(− →u +
∗ Définition vectorielle du milieu d’un géométriques en utilisant l’outil −
→v ) = a− →
u +a−→v et a·(b· −

u ) = ab· −

u.
segment. vectoriel. ∗ La multiplication d’un vecteur par
un nombre réel doit être liée d’une
part, au point M de la droite (AB)
qui a pour abscisse x dans le repere
−−→ −→
(A, B) c’est-a-dire AM = xAB, et
d’autre part à l’interprétation vectorielle
de l’alignement de trois points.
2

Calcul vectoriel dans le plan.


4 Nouredddine AYYADI , November 30, 2015

Activités

1 Soient A, B, C, D et E cinq points quelconques du plan.


Simplier au maximum les expressions suivantes (sans faire de dessin), en utilisant
les relations de Chasles :

− −−→ −−→ −−→ −−→ −−→ → − −−→ −−→ −−→ −−→
U = BC + DE + CD + AD + EB; V = EC − ED + CB − DB;

→ −→ −−→ −−→ →
− −→ −−→ −−→
W = 3AB + 2BC − DB; X = 87AC + 82CD + 3AD.
−−→ −→
2 ABC un triangle. Dans chaque cas ci-dessous, exprimer AM en fonction de AB et
−→
AC, puis construire M.

−−→ −→ −−→ −−→ −→ −−→ −−→ −−→ −→ →



a) BM + CA = BC b) 2M B + BA = BC c) M B + M C + AB = 0
−−→ −−→ −→ −−→ −−→ −→ −−→ −−→ −→
d) 2M A + 3M B = 5AC e)M B − 2M C = CA f) 3M A + 2M B = 3AB
3 On considère la gure ci-dessous ( ABCD est un parallélogramme de centre O).
−−→
¶ Déterminer tous les vecteurs égaux à BE.
−→
· Déterminer tous les vecteurs égaux à F E.
¸ Compléter les égalités suivantes.
−→ −→ −→ −−→ −→ −→ −→
AG = E · = · O ; BC + BA = · · ; AC = 2A ·
−→ −−→ −→ −→ −→ −−→ −−→
EF + EH = 2E · ; AC = −2· G ; F B + GD = · ·
−→ −−→ −→ −−→ −−→ −→
OA + OB + OC + OD = ·· ; DG + AB = ··

B E C

= =
F O H

= =

A D
G

4 Soient A et B deux points distincts et I le milieu du segment [AB].



→ −→ → − −→ −

¶ Montrer que: IA + IB = 0 et que AB = 2AI.
−−→ −−→ −−→
· Montrer que M A + M B = 2M I pour tout point M du plan.
0.1. VECTEURS DU PLAN(RAPPELS). 3

0.1 Vecteurs du plan(Rappels).

0.1.1 Vocabulaires et dénitions.


Définition 1
−→
Le vecteur →

u = AB est caractérisé par:

• sa direction: celle de la droite (AB); −→


B
AB
• son sens: de A vers B; A
−u

• sa norme: la distance entre A et B , on la note par k→

u k = AB.

Définition 2
−−→ →

Pour tout point


M du plan, on a M M = 0 .
Le vecteur 0 est appelé le vecteur nul. Il n'a ni direction, ni sens et sa norme est égale à 0.

Remarque

A et M deux points du plan.


−−→ →−
AM = 0 si, et seulement si A = M

0.1.2 Égalité de deux vecteurs.


Définition 3

Deux vecteurs sont égaux s'ils ont même direction, même sens et même norme.

Propriétés 1

1 A, B, C et D quatre points du plan.


−→ −−→
AB = DC si, et seulement si les deux segments [AC] et [BD] ont le même milieu.

2 Si les points A, B, C et D sont non alignés. Alors:


−→ −−→
AB = DC si, et seulement si le quadrilatère ABCD est un parallélogramme.

B
−→
AB
A B O D C
A
C
−−→
DC
D
4

Exemple 1

ABCD et DCF E sont deux parallélogrammes.


Montrer que ABF E est un parallélogramme.
−→ −−→
On a ABCD un parallélogramme donc AB = DC , de plus DCF E est un parallélogramme donc
−−→ −→ −→ −→
DC = EF d'où AB = EF et par suite ABF E est un parallélogramme.
B C

A F
D

Propriété 2
−→
Pour tout vecteur →

u et tout point A du plan, il existe un unique point B tel que →

u = AB.

Définition 4
Deux vecteurs opposés
Deux vecteurs sont opposés s'ils ont même direction, même norme, mais leur sens est opposé.
Le vecteur opposé à →

u est −→−
u.


u B
−→A
B
A −→ −→
−→

u AB = −BA
B
−→
AB
A

0.1.3 Somme vectorielle.


Définition 5
(relation de Chasles).
A, B et C étant trois points quelconques.
−→ −−→ −→
AB + BC = AC.
B

−→
BC
−→ C
AB
−→ −→ − −→
AC = AB + BC
A
−→ −
−→
Les deux vecteurs AB et BC ont mis bout à bout.
0.1. VECTEURS DU PLAN(RAPPELS). 5

Construction du vecteur somme



−u +→ −
v à partir de la relation de Chasles.
−→ → −−→ −
On choisit un point A, on construit AB = u , puis BC = →
− v ; alors

− →
− −→ −→
u + v = AC (AC est un représentant de u + →

− −v)



u


v



u +−

v
A C

Remarque
Diérence de deux vecteurs
Construire →

u −→

v revient à construire →

u + (−→

v ) car →

u −→

v =→

u + (−→

v ).

−−

v


u −−

v −

v



u

Propriété 3
(règle du parallélogramme).
A, B, C et D étant quatre points quelconques non alignés, on a:
−→ −−→ −→
AB + AD = AC si, et seulement si ABCD est un parallélogramme.

B C

−→ − −→
AB + AD

A
D

Construction du vecteur somme




u +→−
v à partir de la règle du parallélogramme.
−→ − −−→
On choisit un point A, on construit u = AB et →

− v = AD.
−→
Les deux vecteurs →

u et →
−v ont même origine A donc le vecteur →

u +→−
v est égale à AC , où C est le
point tel que ABCD est un parallélogramme.
6



u C −

v

D B

0.2 Multiplication d'un vecteur par un réel.

Définition 6

Soit →

u un vecteur diérent du vecteur nul, et k un nombre réel non nul.
Le produit de →u par k est le vecteur k →
− −
u caractérisé par:

1 Si k > 0 alors
p k→
−u a même direction que →

u.

− →

q k u a le même sens que u .
r kk →

u k = k × k→

u k.

2 Si k<0 alors
p k→
−u a même direction que →−u.
q k u est de sens opposé au sens de →

− −
u.
r kk →

u k = −k × k→−u k.

Exemple

Soit →

u un vecteur du plan. On va construire →

v = 3→

u et →

w = −1, 5→

u



v = 3−

u



w = −1, 5−

u



u
0.3. VECTEURS COLINÉAIRES. 7

Propriétés
Règles de calcul.
Pour tous les vecteurs →

u et →

v et tous les réels k et k 0 , ona:

1 k(→

u +→

v ) = k→

u + k→

v

2 (k + k 0 )→

u = k→

u + k0→

u

3 k(k 0 →

u ) = (k × k 0 )→

u

− →

4 k→

u = 0 si, et seulement si k = 0 ou →

u = 0

Exemple

Soient →

u et →

v deux vecteurs du plan. Simplions les deux expressions suivantes:

− −
→ 1 − 1− 1−
X = u + 2( u − →

− →
− −
v ) − 3(→

u +→ −
v ) et W = (4→ u + 5→−
v ) − 3( →u + → v)
2 3 2
On a :

− →

X = u + 2(→−u −→−
v ) − 3(→

u +→−v)
= →
− →
− →

u +2u −2v −3u −3v →
− →

= →

u
+
 2→−
−
u 3→

 − 2→
u −v − 3→

v
= →

−5 v .


→ 1 → 1− 1−
W = (4−
u + 5→−v ) − 3( →u + →v)
2 3 2
5− → 3−
= 2→
−u + → v −− u − → v
2 2
5− 3−
= 2→
−u −→−u + → v − → v
2 2
= →

u +→ −v.

0.3 Vecteurs colinéaires.

Définition 7

Deux vecteurs non nuls, →


− v sont colinéaires lorsqu'ils ont la même direction.
u et →

Théorème 1

Deux vecteurs non nuls, →−


u et →− v sont colinéaires si, et seulement si, il existe un nombre

− →

réel k non nul tel que v = k u .
( k s'appelle le coecient de colinéarité).


u



v = 2−

u

Exemple

− →

i et j étant deux vecteurs donnés.
2→− 1→− 3→− 5→− 1→
− 2→

On considère les vecteurs →

u = i + j et → −v = i − j et → −
w =− i + j
5 3 5− → 3 2 − 3
Calculer le vecteur →

u +→−v + 2→

w ; puis déduire que →u +−
v est colinéaire à →
w.
On a

− 2→− 1→− 3→− 5→− 1→− 2→−
u +→

v + 2→

w = i + j + i − j + 2(− i + j )
5 3 5 3 2 3
2 3 →
− 1 5 4 →

= ( + − 1) i + ( − + ) j
5 5 3 3 3

− →
− →

= 0 i +0j = 0.

Donc →

u +→

v = −2→

w et par suite →

u +→

v et →

w sont colinéaires.

Remarque


Le vecteur nul 0 est colinéaire à tous les vecteurs.

0.3.1 Parallélisme et alignement.


Deux vecteurs sont colinéaires peut nous aider à montrer que deux droites sont parallèles ou que
trois points sont alignés.

Résultat:1

Soient A, B, C et D quatre points du plan.


−→
Les deux droites (AB) et (CD) sont parallèles si et seulement si les vecteurs AB
−−→
et CD sont colinéaires.

Exemple

Soit ABC un triangle.


−−→ 1 −→ −−→ 4 −−→ 1 −→
Soient M et N les points tels que AM = BA et AN = BC − AC.
2 3 2
Montrer que les deux droites (M N ) et (BC) sont parallèles.
M

N
A

Pour montrer que les droites (M N ) et (BC) sont parallèles, il sut de prouver que les deux vecteurs
−−→ −−→ −−→ −−→
M N et BC sont colinéaires c.à.d qu'il existe un réel k tel que M N = k BC.
On a:
−−→ −−→ −−→
M N = M A + AN
−−→ −−→
= −AM + AN
1 −→ 4 −−→ 1 −→
= − BA + BC − AC
2 3 2
1 −→ −→ 4 −−→
= − (BA + AC) + BC
2 3
1 −−→ 4 −−→
= − BC + BC
2 3
 1 4 −−→
= − + BC
2 3
5 −−→
= BC.
6
−−→ −−→
Donc les deux vecteurs M N et BC sont colinéaires et par suite les deux droites (M N ) et (BC) sont
parallèles.

Résultat:2

−→ −→
Trois points A,B et C sont alignés si et seulement si les vecteurs AB et AC sont
colinéaires.

Démonstration
−→ −→
Les deux vecteurs AB et AC sont colinéaires si, et seulement si les droites (AB) et (AC)
sont parallèles.
Or, les droites (AB) et (AC) ont le point A en commun, elles sont donc confondues et par
suite les points A, B et C appartiennent à une même droite: ils sont alignés. 

−→ −−→ −→ −−→
On peut aussi montrer que les vecteurs AB et BC sont colinéaires ou que les vecteurs AC et BC
sont colinéaires.

Exemple
−−→ −→ −→ →

Soient A, B, C et D quatre points tels que 3AD − AB − 2AC = 0
Montrer que les points B, C et D sont alignés.
2

−−→ −→ −→ →

On sait que 3AD − AB − 2AC = 0
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ →

donc 3AD − (AD + DB) − 2(AD + DC) = 0
−−→ −−→ −−→ −−→ −−→ →

donc 3AD − AD − DB − 2AD − 2DC = 0
−−→ −−→
 − −→ −−→ →

c.à.d

3AD
  −
3AD
 − DB − 2DC = 0
−−→ −−→
nalement DB = −2DC.
−−→ −−→
On en déduit que les vecteurs DB et DC sont colinéaires, d'où les points B, C et D sont alignés.

0.4 Milieu d'un segment et les vecteurs.

Théorème 2

Soient A, B et I trois points du plan.


Le point I est le milieu du segment [AB] si, et seulement si, l'une des conditions suivantes
est réalisée:

→ −→
1 AI = IB
I
A B

→ −→ → −
2 AI + BI = 0
−→ −
→ −→
3 AB = 2AI = 2IB

Exemple

Soit ABC un triangle.


1 Construire les points D et E tels que −
−→ −→ −−→ −−→
EB = BA et ED = 2BC

2 Démontrer que le point C est le milieu du segment [AD].

On a
−−→ −→ −−→ −−→
AD = AB + BE + ED
−−→ −→ −→ −−→ A
AD = AB + AB + 2BC
−−→ −→ −−→
AD = 2(AB + BC)
−−→ −→ B C
AD = 2AC

nalement, le point C est le milieu de [AD]. D


E

Exemple

Soient ABC un triangle et les points I et J sont respectivement les milieux des segments
[AB] et [AC].
−−→ −

Montrer que BC = 2IJ.
0.5. REPÉRAGE D'UN POINT OU D'UN VECTEUR DANS LE PLAN. 3

A −→ −

Comme I est le milieu de [AB] alors BA = 2IA (1)
−→ −→
de plus J est le milieu de [AC] donc AC = 2AJ (2).
D'où, d'après (1), (2) et la relation de Chasles on a :
I J

−−→ −→ −→
B C
BC = BA + AC
−−→ −→ −→
BC = 2IA + 2AJ
−−→ −
→ −→
BC = 2(IA + AJ)
−−→ −

BC = 2IJ.
Ce qui fournit le résultat.
Propriétés 4
Propriété Caractéristique du milieu d'un segment.

Soient A, B et C trois points non alignés du plan.


Le point I est le milieu du segment [AB] si, et seulement si,
−−→ −−→ −−→
M A + M B = 2M I pour tout point M du plan.

Démonstration

1 Soit [AB] un segment et I son mileu. Soit M un point du plan, On a:

−−→ −−→ −−→ − → −−→ −→


M A + M B = (M I + IA) + (M I + IB)
−−→ − → −→
= 2M I + IA + IB
−−→ → − −
→ −→ → −
= 2M I + 0 ( on a IA + IB = 0 car I est le milieu de [AB])
−−→
= 2M I.

2 Si on a −−→ −−→ −−→


M A + M B = 2M I pour tout point M du plan, alors si on remplace M par I

→ −→ −
→ →

on obtient IA + IB = 2II = 0 , d'où I est le milieu du segment [AB].


0.5 Repérage d'un point ou d'un vecteur dans le plan.

Définition 8

Trois points A, B et C non alignés du plan dénissent un repère (A, −→ −→


AB, AC).
−→ −→
p Le couple (AB, AC) est appelé base du plan;
q A est l' origine du repère ;

r (AB) = axe des abscisses avec unité AB;

p (AC) = axe des ordonnées avec unité AC.


4

Axe des ordonnées

yM M

−−→ −→ −→
AM = xM AB + yM AC
C

A B xM
Axe des abscisses

Théorème 3

Soient A, B et C trois points non alignés du plan.


Alors, pour tout point M du plan, il existe un couple unique de nombres réels (xM , yM ) tels
que:
−−→ −→ −→
AM = xM AB + yM AC
−−→
p Le couple (xM , yM ) est appelé le couple des coordonnées du vecteur AM dans la base
−→ −→
(AB, AC).
−→ −→
p Le point M a pour cordonnée (xM , yM ) dans la base (AB, AC).
−−→ −→ −→
p Le réel xM est appelé abscisse du vecteur AM dans la base (AB, AC).
−−→ −→ −→
p Le réel yM est appelé ordonnée du vecteur AM dans la base (AB, AC).

Exemple

A, B et C trois points non alignés.


P est le milieu de [AC], R le symétrique de B par rapport à C .
−→ 1 −→ −→ 1 −→ 1 −→
Les points Q et L sont dénis par: AQ = AB et BL = AB − AC.
−→ −→ 3 2 3
Dans le repère (A, AB, AC), déterminer les coordonnées des points A, B, C, P, Q, R et L

A P C

N Comme A est l'origine du repère alors le couple des cordonnées de A est (0, 0).
−→ −→ −→
N Le vecteur AB peut s'ecrire dans la base (AB, AC) sous la forme: AB = 1 × AB + 0 × AC
donc B(1, 0).
−→ −→ −→
De même AC = 0 × AB + 1 × AC donc C(0, 1)
0.5. REPÉRAGE D'UN POINT OU D'UN VECTEUR DANS LE PLAN. 5

−→ 1 −→ −→
N On a P est le milieu de [AC] alors AP = AC donc AP s'ecrit dans la base (AB, AC) sous la
−→ −→ 1 −→ 2 1 
forme: AP = 0 × AB + × AC, d'où P 0,
2 2
N On sait que R est le symétrique de B par rapport à C donc C est le milieu de [RB],
−→ −−→
d'où BR = 2BC. (?)
−→ −→ −→
Maintenent, on va exprimer AR en fonction de AB et AC
−→ −→ −→
AR = AB + BR
−→ −−→
= AB + 2BC d'après (?)
−→ −→ −→
= AB + 2(BA + AC)
−→ −→ −→
= AB + 2BA + 2AC
−→ −→ −→
= AB − 2AB + 2AC
−→ −→
= −AB + 2AC

et nalement R(−1, 2).


−→ 1 −→ 1 −→ −→ 1 
N On a AQ = AB = AB + 0 × AC donc Q , 0
3 3 3
N
−→ −→ −→
AL = AB + BL
−→ 1 −→ 1 −→
= AB + AB − AC
2 3
3 −→ 1 −→
= AB − AC.
2 3
3 1
donc L , − .
2 3
0.6 Exercices résolus.

Exercice:1

−→ 4 −→ −→ 3 −→
Soient ABC un triangle et E et F les points définis par AF = AC et AE = AB.
3 4
¶ Faire une figure.
−−→ −−→ −→ −→
· Ecrire EC et BF en fonction de AB et AC; et en déduire que (BF ) et (EC)
sont parallèles.

Correction:

¶ et
A
−−→ −→ −→
BF = BA + AF
−→ 4 −→
= −AB + AC.
E 3
C
B Or
F 3 −−→ 3 −→ 4 −→
BF = (−AB + AC)
4 4 3
3 −→ −→
· On a = − AB + AC
4
−−→
= EC.
−−→ −→ −→
EC = EA + AC −−→ −−→
−→ −→
= −AE + AC donc EC et BF sont colinéaires et par suite
3 −→ −→ les deux droites (EC) et (BF ) sont paral-
= − AB + AC.
4 lèles.

Exercice:2

ABC un triangle, I le milieu de [AB] et J et K deux points tels que:


−→ 1 −→ −−→ 1 −−→
CJ = AC et CK = CB.
4 6
¶ Construire J et K.
−→ 1 −−→ 1 −→ −
→ 1 −−→ 3 −→
· Montrer que KJ = BC + AC et IJ = BC + AC.
6 4 2 4
¸ Conclure que les points I, J, et K sont alignés.

Correction:


A

C
B
K J

· On a 1 −→ 1 −−→ −−→ 1 −→
= AC + CB + BC + AC
2 2 4
−→ −−→ −→ 1 −−→ −−→ 1 1 −→
KJ = KC + CJ = − BC + BC + ( + )AC
−−→ −→ 2 2 4
= −CK + CJ
1 −−→ 1 −→ 1 −−→ 3 −→
= − CB + AC = BC + AC.
6 4 2 4
1 −−→ 1 −→
= BC + AC
6 4 ¸ On a
et −→ 1 −−→ 1 −→
3KJ = 3( BC + AC)

→ −→ −−→ −→ 6 4
IJ = IB + BC + CJ 1 −−→ 3 −→
1 −→ −−→ 1 −→ = BC + AC
= AB + BC + AC 2 4
2 4 −

−→ 1 −→ = IJ.
(IB = AB car I est le milieu de [AB])
2 −→ −

1 −→ −−→ −−→ 1 −→ Donc les vecteurs KJ et IJ sont colinéaires,
=
2
(AC + CB) + BC + AC
4
et par suite les points I, J, et K sont alignés.
Exercice:3

A, B et C trois points non alignés.


On considère les deux vecteurs suivants:

− −→ −−→ −→ −→ 1 −−→ 7 −→
u = 2AB + BC − 3AC et → −v = −AB + CB + AC
4 4
−→ −→
¶ Exprimer →

u et →

v en fonction des vecteurs AB et AC seulement.

· Les vecteurs →

u et →

v sont-ils colinéaires?

Correction:
¶ On a −→ 1 −→ 1 −→ 7 −→
= −AB + AB − AC + AC
−→ −−→ −→ 4 4 4


u = 2AB + BC − 3AC 3 −→ 3 −→
−→ −→ −→ −→ = − AB + AC.
= 2AB + BA + AC − 3AC 4 2
−→ −→ −→
= 2AB − AB − 2AC · On constate que
−→ −→
= AB − 2AC. 3− 3 −→ −→
− → u = − (AB − 2AC)
4 4
et 3 −→ 6 −→
−→ 1 −−→ 7 −→ = − AB + AC


v = −AB + CB + AC 4 4
4 4 = →−v.
1 −→ −→ 7 −→
= −AB + (CA + AB) + AC
4 4
donc →

u et →
−v sont colinéaires.
Exercice:4

−−→ −−→ −−→ → −


Soient ABC un triangle et M un point tel que: M A + M B + 2M C = 0 .
−−→ −→ −→
¶ Exprimer AM en fonction de AB et AC.

· Soit I le milieu de [AB]. Montrer que M est le milieu de [IC].

B C

−−→ −−→ −−→ → − −→ −→ 1 −→


¶ On a M A + M B + 2M C = 0 CI = CA + AB
−−→ −−→ −→ −−→ −→ →

donc M A + M A + AB + 2(M A + AC) = 0 2
−−→ −−→ −→ −−→ −→ → − −→ −→ 1 −→
donc M−− A + M A + AB + 2M A + 2AC = 0
→ −→ −→ →
CI = −AC + AB.
− 2
c.à.d 4M−A−→
+ AB + 2AC = 0
−→ −→
alors −4M A = −AB − 2AC On a aussi:
−−→ 1 −→ 1 −→
d'où AM = AB + AC. −−→ −−→ − →
4 2 M I = M A + AI
= −AM + AI
· On considère le segment [AB] et son milieu 1 −→ 1 −→ 1 −→
= −( AB + AC) + AB
I et on applique la propriété caractéristique 4 2 2
du milieu d'un segment, on aura donc 1 −→ 1 −→ 1 −→
= − AB + AB − AC
4 2 2
−→ −→ −−→ 1 −→ 1 −→
2CI = CA + CB = AB − AC.
4 2
−→ 1 −→ 1 −−→
CI = CA + CB −−→ −→ 1 −→ −→ −−→
2 2 donc 2M I = −AC + AB c.à.d CI = 2M I.
−→ 1 −→ 1 −→ 1 −→ 2
CI =
2
CA + CA + AB
2 2
Ce qui montre que M est le milieu de [IC].

Bon courage.

Vous aimerez peut-être aussi