Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Omar Bongo

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines


Département de Géographie
Licence Troisième Année (option physique)

Samedi le 18 Mars 2017

UE : GEOMORPHOLOGIE APPLIQUEE

THEME :
L’ETUDE D’UN TEXTE

Présenté par : Enseignant :

SAKOUSSOU BANDA Parfait Noel Dr. MOUKANA

ANNEE ACADEMIQUE 2016-2017


EXECERCICE 1 : PLAN détaillé de la méthodologie de la recherche fondamentale et de la recherche
appliquée.
Introduction.
I) Justification du sujet.
1.1 Intérêt du sujet.
1.1.1 Connaissance du fonctionnement des milieux harmonisés et évaluation des risques et
impacts encourus.
1.2 Objet et champs de d’étude.
1.2.1 Risques environnementaux au Gabon.
1.3 But et Objectifs.
1.3.1 Evaluation des rapports d’utilisation des risques.
II) Problématique.
2.2 Problématique.
2.3 Hypothèse.
III) Méthodologie.
3.1 Méthode.
3.2 Outils.
3.3 Résultats attendus.
Première partie.
Chapitre 1 : Approche géomorphologique.
1.1 Age des terrains.
1.2 Les faciès de formation.
1.3 Eléments structuraux.
Chapitre 2 : Approche morphopédologiaue.
2.1 Sols peu évolués.
2.2 Sols Hydromorphiques.
2.3 Sols minéraux bruts et peu évolués.
Deuxième partie.
Chapitre 3 : Représentation cartographique des risques environnementaux.
3.1 Objet carte d’environnement.
3.2 Les contenus.
Chapitre 4 : Les éléments de la cartographie morpho-pédologique.
4.1 Types des surfaces de base.
4 .2 Type de placement des matériaux sur les versants.
Conclusion

EXERCICE 2 : fiche de lecture structurée et organisée.


Titre : Eléments pour faire une cartographie de base des risques environnementaux.
Auteur : Marie Thérèse ITONGO Assistant.
Source : Marie Thérèse ITONGO Assistant Université Omar BONGO, Département de Géographie
laboratoire d’analyse spatial et des environnements tropicaux (LANASPET) Libreville Gabon.
Structure du texte : le texte soumis à notre étude a trois parties (introduction, développement et
conclusion)
Introduction : l’introduction est divisée en trois parties à savoir D’abord, la présentation des facteurs
de destruction de l’environnement L1-L25, ensuite, le rappel de la problématique de recherche et de
l’hypothèse L26-L36, et en fin, l’énoncé de la méthodologie de recherche L37-L ;
Développement : est constitué de trois parties
La première : les éléments géomorphologiques de la cartographie de base, la deuxième les éléments
morpho pédologiques de la cartographie de base et la troisième la représentation de la cartographie
de risques environnement ;
Conclusion : fait la synthèse de l’article.
Problème : les risques environnementaux.
Problématique :
Hypothèse : la cartographie du risque environnemental s’impose donc comme outils de prévention.
Ce document exigera l’utilisation parcimonieuse et intégrée du patrimoine national, sa préservation
et la sauvegarde de toutes ses potentialités, pour un aménagement harmonieux.
Méthodologie : la recherche fondamentale.
Méthode : l’identification du cadre général qui servira de fondation à l’établissement d’un document
de base aux cartes des risques environnementaux, l’étude de l’organisation spatial, grâce aux
interrelations entre les différents facteurs physiographiques de l’environnement et les voies
géomorphologiques et morphopédologiques.
Outils : La cartographie.
But : Le but consiste à étudier les rapports entre l’utilisation anthropique du sol et sa dynamique :
nuisance, pollution, servitude, etc…
Objectifs.
Intérêt : l’intérêt est par conséquent de contribuer à une meilleure connaissance de la structure et
du fonctionnement des milieux humanisés, à fin d’en évaluer l’impact et les différents risques
encours.
Variable : les sols, densité de la population, l’hydrologie, l’échelle, la lithologie etc…
Conclusion.
Cet exercice cartographique consiste à reporter et à représenter sur un document les formes
morphopédologique observées dans un environnement, afin de distinguer les différents processus
et formes qui modèlent le paysage. Ces documents de base permettront de dégager des corrélations
entre les phénomènes relatifs à l’occupation du sol et entre ces phénomènes et leur dynamique. A
mon avis, l’auteur a omis d’évaluer le cout de cette étude, mais cet article me paraît utile dans la
mesure où il permettra une bonne gestion de l’environnement, de prévoir les risques
environnementaux et la prise des décisions par les autorités.