Vous êtes sur la page 1sur 16

Solutionnaire Physique 1, Mécanique, Harris Benson

CHAPITRE 8 LA CONSERVATION DE L ÉNERGIE

8Q1

a) Le principe de conservation de l énergie est universel et s applique également dans le cas d une force non
conservative. S il y a perte d énergie mécanique, il y a nécessairement augmentation d une autre forme d énergie
(thermique, chimique, etc.). Il y a donc rigoureusement conservation de l énergie totale.
b) La vitesse de la balle est constante, mais elle gagne de la hauteur, donc gagne de l énergie potentielle
gravitationnelle. Cette énergie est dépensée par la personne ou la machine qui soulève la balle. Il y a donc
conservation dans l ensemble du système, alors qu un élément perd de l énergie et l autre en gagne.

8Q3

L énergie mécanique totale (E) est à tout instant la somme de l énergie potentielle gravitationnelle (U) et de
l énergie cinétique (K).
En a), l énergie potentielle à mi-hauteur est nécessairement égale à la moitié de l énergie potentielle maximale;
donc l énergie potentielle varie linéairement et décrit une droite sur E(h). L énergie cinétique est donc la droite
inverse.
En b), on peut constater que l énergie potentielle diminue selon le carré du temps de chute :

y y0 v0t 1
2 at 2 h y y0 1
2 at 2 puisque v0 0

Donc l énergie potentielle : U mgh mg 12 at 2 , elle varie selon t².

Si l accélération est négative, alors U est une parabole ouverte vers le bas. L énergie cinétique est donc la
parabole inverse ouverte vers le haut.

8Q6

a) Faux.

Avant la chute : UH mgH , KH 0


H
À h H 4: UH mg KH 1
2 mv H2 4
4 4 4

1 2
Au sol (où la v est maximal) : U0 0, K0 K max 2 mv max
Par conservation de l énergie, K au sol égale U au sommet :
1 2
K max UH 2 mv max mgH
À h H 4 , l énergie cinétique est égale à l énergie totale moins l énergie potentielle :
H 3 3 1 2
KH K max UH mgH mg 4 4 mgH 4 2 mv max
4 4

Donc : KH 1
2
mv H2 4 3
4
1
2
2
mv max
4

2 3 2
Après simplification : vH 4 4 v max

3 v max
Isoler v H : vH 4 v max
4
2 2
b) Faux
3 1 2 3 1
On a déterminé en a) que K H 4 2
mv max 4
K max 2
K max
4

c) Faux. À partir d équivalences déterminées en a) :

KH 3
mgH 3
4 4
1
3
UH 4
mgH 4
4

8Q7

En descendant à vitesse constante, on ne peut pas assumer que l énergie potentielle perdue devient énergie
cinétique. Il y a donc nécessairement un système empêchant l ascenseur d accélérer vers le bas. Plusieurs
systèmes existent. Des contrepoids peuvent être élevés pendant la chute de l ascenseur (gain d énergie
potentielle d une autre masse). Aussi, un système de freinage peut agir (échauffement par frottement de pièces
en contact ou accumulation d énergie électrique après transformation par une dynamo).

8Q8

En principe c est impossible À MOINS que l objet ait de l énergie potentielle emmagasinée (ressort comprimé,
explosif) qui soit libérée lors du contact avec le sol. À ce moment, l énergie libérée s ajouterait à l énergie
cinétique de l objet après sa chute et pourrait le faire remonter plus haut par la suite.

8E1

Le système étant sans frottement, il y aura conservation de l énergie


mécanique. Partons de l équation générale du traitement de l énergie :

Ef Ei
Puisqu il y a deux masses, il y aura à chaque instant deux termes
d énergie cinétique et deux termes d énergie potentielle
gravitationnelle :

K1 f K2 f U1 f U2 f K1i K 2i U 1i U 2i
Si on choisit comme référence de hauteur pour chaque masse sa hauteur initiale, les deux termes d énergie
potentielle gravitationnelle initiale deviennent nuls. Aussi, comme le système part du repos, les deux termes
d énergie cinétique initiale sont nuls. On a donc :
K1 f K2 f U1 f U2 f 0 0 0 0

On doit ensuite décomposer chaque terme d énergie pour faire apparaître la variable de la vitesse que l on doit
trouver. Aussi, si on assume que le bloc m1 va descendre (étant plus lourd), sa hauteur finale sera négative (-
0,4 m), alors que m2 atteindra une hauteur positive.
1
2
m1v12 1
2
m2 v 22 m1 gy1 f m2 gy 2 f 0

La corde étant de longueur constante, les deux vitesses finales seront identiques. On peut donc écrire :

g m1 y1 f m2 y 2 f
1
2
m1 m2 v 2 m1 gy1 f m2 gy 2 f v 1
2
m1 m2

m
9,8 s2
5 kg 0,4 m 2 kg 0,4 m
m
v 1
1,83 s
2
5 kg 2 kg

8E2

Le système étant sans frottement, il y aura conservation de l énergie mécanique. Partons


de l équation générale du traitement de l énergie :

Ef Ei
Puisqu il y a deux masses, il y aura à chaque instant deux termes d énergie cinétique et
deux termes d énergie potentielle gravitationnelle :

K1 f K2 f U1 f U2 f K1i K 2i U 1i U 2i
Si on choisit comme référence de hauteur pour chaque masse sa hauteur initiale, les deux
termes d énergie potentielle gravitationnelle initiale deviennent nuls. Aussi, comme le
système part du repos, les deux termes d énergie cinétique initiale sont nuls. Finalement, la
masse m2 terminera son déplacement au même niveau, donc son énergie potentielle
gravitationnelle finale sera nulle également. On a donc :
K1 f K2 f U1 f 0 0 0 0 0

On doit ensuite décomposer chaque terme d énergie pour faire apparaître la variable de la vitesse que l on doit
trouver. Aussi, si on assume que le bloc m1 va descendre (étant plus lourd), sa hauteur finale sera négative (-
0,4 m), alors que m2 atteindra une hauteur positive.
1
2
m1v12 1
2
m2 v 22 m1 gy1 f 0

La corde étant de longueur constante, les deux vitesses finales seront identiques. On peut donc écrire :
1
2
m1 m2 v 2 m1 gy1 f
m
2 gm1 y1 f 2 9,8 s2
0,5 kg 0,6 m
v 1,71 ms
m1 m2 0,5 kg 1,5 kg
8E3

En partant du principe de conservation de l énergie, on


observe que le gain en énergie cinétique des masses qui
gagnent de la vitesse est compensé par la variation d énergie
potentielle gravitationnelle des 2 masses. L énergie
mécanique finale est donc égale à l énergie mécanique
initiale : E f Ei . On doit donc calculer la variation de
hauteur de chaque masse durant le déplacement de 40 cm
pour calculer leurs variations d énergie potentielle. La
masse 2 étant plus lourde et étant sur une pente plus forte, il est certain qu elle descendra. Si sa référence de
hauteur est sa hauteur initiale, sa hauteur finale sera donc négative : y 2 f 0,4 m sin 53 0,32 m .

Pour la masse 1, en utilisant aussi sa hauteur initiale comme référence : y1 f 0,4 m sin 37 0,24 m .
On peut maintenant développer l équation de conservation pour isoler v, la vitesse commune aux 2 masses après
le déplacement de 40 cm. Ne pas oublier tous les termes K et U pour les masses 1 et 2 :

Ef Ei

K1 f K2 f U1 f U2 f K1i K 2i U 1i U 2i
Certains termes sont nuls puisque les vitesses initiales sont nulles et que les hauteurs initiales sont les références
de hauteur qu on a choisies :
1
2 m1v 2 1
2 m2 v 2 m1 gy1 f m2 gy 2 f 0 0 0 0
1
2 m1 m2 v 2 m1 gy1 f m2 gy 2 f

2 g m1 y1 f m2 y 2 f 2 9,8 sm2 4 kg 0,24 m 5 kg 0,32 m


v 1,18 ms
m1 m2 4 kg 5 kg

8E6

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw


8E9

Le principal piège dans ce problème vient du fait que quand la masse


touche le ressort et continue de descendre en le comprimant, il ne faut pas
oublier qu elle continue de perdre de l énergie potentielle. En d autres
mots, sa perte de hauteur n est pas que de 60 cm, mais bien de 60 cm plus
la distance de compression du ressort.
L équation de conservation de l énergie mécanique devra par ailleurs
comporter de l énergie potentielle gravitationnelle ET de l énergie
potentielle élastique :

Ef Ei

Kf U gf U éf K i U gi U éi
1
2 mv 2f mgy f 1
2 kx 2f 1
2 mvi2 mgyi 1
2 kxi2
Plusieurs termes sont nuls et peuvent disparaître. La masse est lâchée du repos, et s immobilisera à nouveau à
l instant où la compression est maximale. On n aura donc plus de terme d énergie cinétique. Aussi, au début, le
ressort n est pas encore compressé, Uéi = 0. Les hauteurs initiales et finales, cependant dépendent de la référence
de hauteur choisie. En plaçant la référence au niveau de la plaque portée par le ressort, on n annule aucun terme,
mais les hauteur initiale et finale sont faciles à exprimer, soit 60 cm et x (la distance de compression du ressort).

0 mgy f 1
2 kx 2f 0 mgyi 0
En exprimant la hauteur finale en fonction de la compression du ressort (qui est de x), on a une équation du
second degré :
2
mg x 1
2 k x mgyi 1
2 kx 2 mgx mgyi 0
x 0,266 m
Les deux solutions de cette équation sont :
x 0,184 m
Puisqu on a exprimé x comme une distance et non une position (sous la hauteur de référence ou comme
compression du ressort), on cherche nécessairement une valeur positive. Donc x = 26,6 cm.

8E10

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw

8E11

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw

8E14

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw


8E15

a) Le chariot atteindra le ressort à condition d avoir assez d énergie pour atteindre le sommet de l élévation. Par
conservation de l énergie, on peut vérifier cette possibilité en vérifiant si le chariot a encore une vitesse positive
en arrivant au sommet :
Ef Ei

U gf Kf U gi Ki

mgh f 1
2
mv 2f mghi 1
2
mvi2

m 2
vf 2 ghi vi2 2 gh f 2 9,8 m
s2
4m 5 s
2 9,8 m
s2
5m 2,32 m
s

La réponse étant positive, il réussira à atteindre le sommet et traverser l autre côté (une vitesse négative aurait
signifié un scénario impossible, c est-à-dire une énergie insuffisante pour s élever jusqu au sommet pour pouvoir
traverser et atteindre le ressort.
b) Si toute l énergie cinétique et l énergie potentielle gravitationnelle (de 2 mètres en moins) se transforme en
énergie potentielle élastique, quelle sera la compression du ressort de 120 N/m? Pour cette partie, on pourrait
considérer que la référence de hauteur serait le niveau du ressort. Ainsi, à la fin du mouvement, il n y aura que
de l énergie potentielle élastique (plus de vitesse ni de hauteur) :
Ef Ei

U éf U gf Kf U éi U gi Ki
0 0 0

1
2
kx 2 mghi 1
2
mvi2

m 2
2 ghi vi2 m 2 9,8 sm2 2 m 5 s
3,2 kg
x N
1,31 m
k 120 m

Remarque : La référence de hauteur demeure un choix pour celui qui résout le problème, et le fait d utiliser à
nouveau comme référence le point le plus bas est tout à fait correct. Après simplification, l équation à calculer
sera très semblable et donnera exactement le même résultat.

8E19

De A à B, la voiture a perdu de l énergie potentielle gravitationnelle sur 18 mètres de hauteur. Elle a donc gagné
l équivalent en énergie cinétique, puisqu il y a eu conservation de l énergie cinétique (aucune perte). Ensuite,
même en remontant au point C, l énergie est conservée. Elle est en fait égale partout. On peut donc écrire :
EA EB EC
U gA KA U gB KB U gC KC

mghA 1
2
mv A2 mghB 1
2
mv B2 mghC 1
2
mvC2
a) Si on solutionne pour la vitesse en B à partir des données en A, et si on utilise les hauteurs données par
rapport au sol, on aura :

m 2
vB 2 gh A v A2 2 ghB 2 9,8 m
s2
30 m 12 s
2 9,8 m
s2
12 m 22,3 m
s

b) Le même raisonnement, mais de A à C, donnera la vitesse en C :


m 2
vC 2 gh A v A2 2 ghC 2 9,8 m
s2
30 m 12 s
2 9,8 m
s2
25 m 15,6 m
s
8E21

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw

8E23

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw


a) Si on tient compte de la masse qui tombe de la hauteur donnée chaque seconde, on peut considérer que
l énergie potentielle gravitationnelle que cette masse a perdu durant sa chute (de 50 m) est précisément la
quantité d énergie disponible pour transformer dans une autre forme d énergie. Ainsi, la variation d énergie
potentielle gravitationnelle de cette masse est la quantité recherchée :

Ug mg y

Ug 5 10 6 kg 9,8 sm2 50m 2,45 10 9 J


9
b) 95 % de cette énergie peut être utilisée : 0,95 2,45 10 J 2,3275 10 9 J

Énergie fournie chaque seconde 2,3275 10 9 W

2,3275 10 9 W
Nombre d ampoules
W
2,3275 10 7 Ampoules
100 Ampoule

8E31

Puisque du frottement cinétique se produit sous l objet qui glisse, il y aura perte d énergie mécanique. On doit
donc utiliser comme départ :

Wnc E
W fc Ef Ei

Si le bloc s immobilise, et si on assume que sa hauteur initiale est la référence de hauteur (y = 0), on aura :

f c d cos180 U gf Kf U gi Ki U gf Ki
0 0

c Nd mgy f 1
2
mvi2

La force de frottement cinétique étant liée à la force normale, on devrait déterminer la


valeur de la normale dans chaque cas. Cependant, on trouvera qu elle égale mg cos
dans tous les cas (y compris à l horizontale, où 0 . L équation devient :

c mg cos d mgy f 1
2
mvi2 c g cos d 1
2
vi2 gy f

a) Lorsque le déplacement se fait à l horizontale ( 0 ), la hauteur finale de l objet,


après le déplacement, est la même que la hauteur initiale, fixée à 0 m. L équation de conservation de l énergie se
simplifie donc et on peut trouver la distance d :
m 2
vi2 4
c g cos d 1
2
vi2 g 0 d s
1,36 m
2 c g cos 2 0,6 9,8 sm2 cos 0
b) Le déplacement se fait en montant un plan incliné de 30°. La hauteur finale de
l objet, après le déplacement, est donc positive et liée à la distance recherchée et à
l inclinaison. L objet gagnera une hauteur donnée par y f d sin . On a donc :

c g cos d 1
2
vi2 gy f 1
2
vi2 gd sin

m 2
vi2 4 s
d où : d m
0,801 m
2 g sin c cos 2 9,8 s2
sin 30 0,6 cos 30

c) En descendant un plan incliné de 30°, la hauteur devient négative et est liée à nouveau à la
distance recherchée et à l inclinaison. Cette hauteur sera : y f d sin . On a donc :

c g cos d 1
2
vi2 gy f 1
2
vi2 g d sin 1
2
vi2 gd sin

m 2
vi2 4 s
d où : d m
41,6 m
2g c cos sin 2 9,8 s2
0,6 cos 30 sin 30

8E32

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw


8E34

Dans ce problème, on peut traiter d un seul coup le mouvement entier


depuis le point de départ du bloc jusqu à son arrêt contre le ressort. Il ne
faut pas oublier cependant que la distance totale parcourue par le bloc n est
pas 4 m, mais plutôt (4 m = x). La perte de hauteur, quant à elle, est une
fraction de cette distance, étant donné le plan incliné. Aussi, on doit ajouter
la contribution du frottement (une force non conservative). Il y aura donc
perte d énergie mécanique. L équation de l énergie sera donc :

Wnc E
m 2 kg
Wnc Ef Ei N
k 60 m

37
f c d cos180 U gf U éf Kf U gi U éi Ki 0,5
c
0 0 0 0

Si on choisit de fixer la référence de hauteur au niveau de la position initiale, Ugi sera nulle. Puisque le bloc part
du repos et va s immobiliser contre le ressort (lorsque la compression est maximale), Ki et Kf sont nulles toutes
les deux. Finalement, le ressort étant au repos au début du mouvement, Uéi est nulle. L équation se résume donc
à:

fcd U gf U éf avec : d 4m x

c Nd mgy f 1
2 kx 2f

Un diagramme de forces permettrait de trouver que N mg cos . Aussi, la hauteur finale, négative, est liée à
l angle et à la distance d par y f d sin . Donc :

c mg cos d mg d sin 1
2 kx 2f

c mg cos 4 m x f mg 4 m x f sin 1
2 kx 2f
Réarrangé sous forme ax² + bx + c = 0, on aura :
1
2 kx 2f mg c cos sin xf mg c cos sin 4m 0
Les deux solutions admises par l équation quadratique sont 0,797 m et -0,664 m. Étant donné que nous avons
construit nos équations pour que x soit une grandeur positive (ajoutée à 4 m), alors on conserve comme réponse
0,797 m pour la compression maximale du ressort.

8E59

Solution disponible sur www.erpi.com/benson.cw


8E65

En présence de frottement sur la pente (sur une distance d), il y


aura perte d énergie mécanique. Donc :

Wnc E
Wnc Ef Ei
Si la référence de hauteur est au bas de la pente et la vitesse nulle
avant et après le mouvement, on aura :
m 0,2 kg
N
f c d cos180 U gf U éf Kf U gi U éi Ki k 54 m

0 0 0 0 20
L équation se résume à : c 0,12
fcd mgy f 1
kx 2
i où f c c N xi 0,16 m
2

La hauteur finale du bloc étant liée à la distance d et à l inclinaison, on aura : yf d sin

c Nd mgd sin 1
2 kxi2
Un diagramme du forces du bloc sur le plan incliné permettrait de trouver que N mg cos , donc :

c mg cos d mgd sin 1


2 kxi2
On peut isoler d pour solutionner :
2
kxi2 54 mN 0,16 m
d 0,775 m
2mg c cos sin 2 0,2 kg 9,8 sm2 0,12 cos 20 sin 20
8P6

a) Durant le mouvement du pendule, il y a conservation de l énergie.


Si on lâche le pendule à partir de l horizontale (position A), il n y a
initialement que de l énergie potentielle gravitationnelle. Le clou
rencontré par la corde empêchera la masse de remonter à la même
hauteur de l autre côté. À son nouveau point le plus haut après le clou
(position B), si elle ne peut regagner autant d énergie potentielle, il lui
restera donc de l énergie cinétique (gagnée durant la chute). Cette
énergie cinétique correspondra à une vitesse tangentielle autour du
clou, laquelle impliquera une accélération centripète. Cette accélération
centripète est le résultat de la force centripète produite par la tension
dans la corde ET par la force gravitationnelle qui agit également vers le
centre à cette position. On doit donc trouver une expression de la
vitesse à ce point le plus haut pour ensuite trouver une expression de
l accélération centripète et ensuite la tension.
Pour trouver la vitesse, on peut écrire :

EB EA
U gB KB U gA KA
0

mgy B 1
2
mv B2 mgy A
Sachant que la hauteur initiale de la masse, par rapport à son point le plus bas, est égale à la longueur L de la
corde, et que la valeur de la masse se retrouve dans tous les termes, on peut écrire :

gy B 1
2
v B2 gL
3
Le clou étant à une distance d 4 L à partir du haut, il est donc à une hauteur 14 L par rapport au point le plus
bas. Si la masse en fait le tour, elle se retrouvera au double de cette hauteur au point le plus haut de sa remontée,
donc y B 12 L . L équation de l énergie deviendra donc :

1
2
gL 1
2
v B2 gL

L expression de la vitesse sera alors : vB gL


Détermination de la force de tension :
Au sommet précisément de la trajectoire réduite, la somme des forces agissant sur la masse est (verticalement) :

F ma T mg

v2
L accélération étant celle d une trajectoire circulaire, il s agit d une accélération centripète égale à a r ,
r
2
1
mv B2 m gL mgL
avec r 4 L . Donc : T mg 1
mg 1
mg 4mg mg 3mg
r 4 L 4 L
b) Si on veut que la tension dans la corde soit nulle lorsque la masse
arrive en haut, la force gravitationnelle sera la seule force agissant
sur la masse, donc la seule force centripète. La somme des forces sur
le pendule nous permettra de réaliser que l accélération centripète
sera égale à g :

Fr ma r mg ar g

v2
Puisqu il s agit d un mouvement circulaire, on a : a r avec
r
1
r 4
L

v2 4v 2 gL
Donc : g 1
, ce qui entraine : v2
4
L L 4
Cette vitesse peut maintenant être utilisée dans les équations de conservation de l énergie pour trouver l angle de
départ correspondant :
ED EC
U gD KD U gC KC
0

mgy D 1
2
mv D2 mgyC

On peut démontrer par géométrie que la hauteur au point C est y C L 1 cos . En effectuant ce
remplacement et en simplifiant par m, on trouve :

gy D 1
2
v D2 g L 1 cos
Comme en a), si la masse remonte à son point le plus haut après la rencontre du clou, elle se trouve à une hauteur
y D 12 L . L équation deviendra donc :
1
2
gL 1
2
v D2 gL 1 cos
On peut maintenant ramener l équation de v² trouvée précédemment pour isoler et calculer sa valeur :

1 1 gL
2
gL 2
gL 1 cos
4
Après simplification par gL :

1 1 1 5 3
2 2 4
1 cos 1 cos cos CQFD
8 8
8P8

On veut que le bloc passe au sommet de la butte de rayon r en rasant la surface, donc sans s y appuyer. La force
normale y sera donc nulle selon cette condition. La vitesse du bloc, à cet endroit, est liée au mouvement
circulaire décrit, le poids étant la seule force radiale :

v2
Fr ma r mg g ar v gr
r
Cette vitesse est également liée à l énergie cinétique
possédée par le bloc, à cette hauteur (position B), après
avoir glissé (sans frottement donc sans pertes), depuis la
hauteur H (position A). Il y a donc conservation de l énergie
durant tout le mouvement, et on peut écrire :

EB EA
U gB KB U gA KA
0

Puisque le bloc glisse à partir du repos (on dit à partir de la hauteur H), alors l énergie cinétique initiale est nulle.
On peut décomposer les termes restant pour avoir :

mgy B 1
2
mv B2 mgy A (on peut simplifier chaque terme par m)

La hauteur initiale yA étant H et la hauteur finale le rayon de la section circulaire (r), on aura :

gr 1
2
v B2 gH

La vitesse en B est la vitesse déterminée au début, égale à gr . On peut donc établir la relation finale d où on
peut isoler H, qui sera fonction de r :

1
2
1 3r
gr 2
gr gH gr 2
gr gH H
2
8P10

a) Si on cherche la valeur minimale de hauteur, cela implique qu en passant au sommet de la boucle, le bloc
sera tout juste en contact avec la piste, sans s appuyer dessus. Le bloc sera donc sur une trajectoire telle que la
seule force gravitationnelle, au sommet, suffira à lui procurer l accélération centripète qui le fera passer au
sommet sans décrocher et sans s appuyer (la force normale est donc nulle au sommet). L équation des forces
radiales, au sommet, sera donc :

Fr ma r mg

On doit donc avoir une accélération égale à g, ce qui nous permet de déterminer la vitesse que le bloc doit avoir :

v2
ar g v gR
R
Maintenant, quelle est la hauteur de départ du bloc qui lui donnera précisément cette vitesse en passant au
sommet de la boucle? Par conservation de l énergie, et en plaçant la référence de hauteur au point le plus bas du
parcours (au plus haut de la boucle la hauteur sera 2R), on a :
Ef Ei

U gf Kf U gi Ki
0

mg 2 R 1
2
mv 2 mgH

On peut diviser tous les termes par m pour simplifier, on peut remplacer v² par gR tel que déterminé plus tôt,
2
1
et isoler H : 2 gR 2
gR gH

gR 5
H 2R 2
R
2g
5
b) Si en réalité H est le double de 2
R , on a H 5R . Par conservation de l énergie, trouvons la vitesse au
sommet de la boucle, et ensuite la force normale requise pour garder la trajectoire circulaire.
U gf Kf U gi Ki
0

mg 2 R 1
2
mv 2 mg 5R

v 6 gR
L équation des forces au sommet de la boucle implique la normale ET la force gravitationnelle, chacune agissant
vers le bas, donc vers le centre (donc positive) :

v2
Fr ma r mg N avec ar
R

v2
N mar mg m g où v 6 gR
R
2
6 gR
N m g 5mg
R
8P11

a)En glissant sur l igloo, l enfant suivra une trajectoire circulaire. Le fait
de suivre une trajectoire précisément circulaire nécessite que la somme
des forces produise exactement la bonne accélération centripète qui
équivaudra à v²/R. La vitesse est liée à l énergie cinétique gagnée (pour
l énergie potentielle gravitationnelle perdue). En tout temps, la somme
des forces se limite à la somme de la normale et de la force
gravitationnelle (il n y a pas de frottement). Aussi, la composante radiale
d accélération est la somme de la pleine normale et de la composante
radiale du poids (qui varie avec l angle de la position), donnée par mg cos .

v2
Donc l équation des forces radiales est Fr ma r mg cos N m
R
La normale est négative dans l équation car elle va à l encontre du centre de la trajectoire. Tant que l enfant
touchera à la surface, la force normale sera non nulle. Donc l angle auquel l enfant quittera contact avec la
surface correspond à l endroit où la normale deviendra nulle. L équation des forces deviendra donc la suivante :

v2
mg cos m transformée : gR cos v2
R
Cette équation fait un lien entre l angle et la vitesse. Cette vitesse est encore inconnue, mais on peut la
déterminer par la conservation de l énergie, pour la position par rapport à la verticale :
Ef Ei

Ug K U gi Ki à la position , la hauteur par rapport au sol est R cos


0

mg R cos 1
2
mv 2 mgR Au sommet, la hauteur par rapport au sol est le rayon R

2 gR cos v2 2 gR

v2 2 gR 2 gR cos
On peut maintenant mettre ensemble les 2 résultats pour isoler :

gR cos v2 2 gR 2 gR cos
cos 2 2 cos
1 2
cos 3
48,2
b) Si le frottement n était pas nul, cela le ralentirait sur toute la surface où il glisse. Il atteindrait donc plus
lentement la position trouvée en a) et y passerait moins vite. Ainsi, la force centripète requise serait moins
grande et la normale n attendrait pas zéro en ce point, mais en un point plus bas sur la surface. L enfant quitterait
donc la surface en un point plus bas.