Vous êtes sur la page 1sur 4

Correction : Le discours direct et indirect dans « la boîte à merveilles »

Le verbe introducteur est au passé.

1) Ma mère me dit : - « Je t'emmène prendre un bain, je te promets une


orange et un œuf dur. »

 Ma mère me dit qu'elle m'emmenait prendre un bain et qu'elle me


promettait une orange et un œuf dur.

2) Toujours hoquetant, je répondis : - « Je ne veux pas aller en Enfer. »

 Toujours hoquetant, je répondis que je ne voulais pas aller en Enfer.

3) La mère dit à la caissière : - « Je te laisse mon fils, je n'ai pas eu


encore une goutte d'eau pour me laver. »

 La mère dit à la caissière qu'elle lui laissait son fils et qu'elle n'avait
pas eu encore une goutte d'eau pour se laver.

4) Ma mère m’ordonna : - « Habille-toi! »

Ø Ma mère m'ordonna de m'habiller.

5) Mon père interrogea ma mère : - « Avec qui t’es-tu encore disputée ?


»

 Mon père interrogea ma mère pour savoir avec qui elle s'était
encore disputée.

6) – « Qu'a-t-il ton fils ? » demanda la visiteuse qui remarqua la pâleur


de son visage.

 La visiteuse qui remarqua la pâleur de son visage demanda ce


qu'avait son fils.

7) Lalla Aïcha proposa à ma mère : - « montons tous les trois cet après-
midi à Sidi Ali Boughaleb. »

 Lalla Aïcha proposa à ma mère de monter tous les trois l'après-midi


même à Sidi Ali Boughaleb.

www.ph-chimie.blogspot.com ou www.izi-bac.cm
8) – « Donne-moi la main », m’ordonna ma mère.

 Ma mère m'ordonna de lui donner la main.

9) – « Va devant, tu as la main toute moite », me recommanda ma


mère.

 Ma mère me recommanda d'aller devant et elle ajouta que j'avais la


main toute moite.

10) – « Vos vœux seront exaucés et vos désirs comblés, Dieu est
généreux, il soulage les souffrances et panse toutes les blessures »,
affirma la gardienne du mausolée.

 La gardienne du mausolée affirma que nos vœux seraient exaucés et


nos désirs comblés, que Dieu était généreux et qu'il soulageait les
souffrances et pansait toutes les blessures.

11) Mon père conseilla à ma mère : - « Ne l'envoie pas au Msid, il


semble bien fatigué. »

 Mon père conseilla à ma mère de ne pas m'envoyer au Msid et il


ajouta que je semblais bien fatigué.

12) La Chouafa demanda à ma mère : - « Comment te sens-tu ce


matin ? »

 La Chouafa demanda à ma mère comment elle se sentait ce matin-


là.

13) Ma mère me demandait : - « Ta tête ne te fait-elle pas trop


souffrir ? Ton sommeil a-t-il été paisible ? »

 Ma mère me demandait si ma tête ne me faisait pas trop souffrir et


si mon sommeil avait été paisible.

14) La Chouafa concluait : - « La santé est chose capitale ! Rien ne


peut la remplacer. »

 La Chouafa concluait que la santé était chose capitale et que rien ne


pouvait la remplacer.

www.ph-chimie.blogspot.com ou www.izi-bac.cm
15) La Chouafa lui recommanda : - « Ne t'inquiète pas pour ton fils,
les amis de Dieu veillent sur sa santé. Il a des protecteurs dans le monde
visible et dans le monde invisible. »

 La Chouafa lui recommanda de ne pas s'inquiéter pour son fils, elle


ajouta que les amis de Dieu veillaient sur sa santé et qu'il avait des
protecteurs dans le monde visible et dans le monde invisible.

16) Ma mère demanda à notre voisine : - « Tu célèbres un mariage


? Pourquoi fais-tu brûler plusieurs bougies ? »

 Ma mère demanda à notre voisine si elle célébrait un mariage et


pourquoi elle faisait brûler plusieurs bougies.

17) Ma mère dit : - « Ta lampe éclaire bien. Mais n'y a-t-il pas de
danger d'explosion ? Des risques d'incendie ? »

 Ma mère dit que sa lampe éclairait bien. Mais elle demanda s'il n'y
avait pas de danger d'explosion et des risques d'incendie.

18) Bziouya répondit timidement : - « Je ne crois pas qu'il y ait de


danger. Plusieurs personnes du quartier se servent maintenant de ces
lampes. Elles en paraissent très satisfaites. »

 Bziouya répondit timidement qu'elle ne croyait pas qu'il y avait de


danger, que plusieurs personnes du quartier se servaient de ces
lampes et qu'elles en paraissaient très satisfaites.

19) Ma mère dit à Rahma : - « Nous pouvons peut-être te venir-en


aide. Cesse de pleurer. »

 Ma mère dit à Rahma qu'elles pouvaient peut-être lui venir en aide


et elle lui conseilla de cesser de pleurer.

20) Hoquetant, je lui répondis : - « Cela m'est égal qu'on ne


retrouve pas Zineb, je pleure parce que j'ai faim! »

 Hoquetant, je lui répondis que cela m'était égal qu'on ne retrouvait


pas Zineb et que je pleurais parce que j'avais faim.

21) Ma mère répondit : - « Cette pauvre Rahma a passé une


journée dans les affres de l'angoisse. Nous avons toutes été bouleversées.
»

www.ph-chimie.blogspot.com ou www.izi-bac.cm
 Ma mère répondit que cette pauvre Rahma avait passé une journée
dans les affres de l'angoisse et qu'elles avaient toutes été
bouleversées.

22) – « Que s'est-il passé? demanda mon père. »

 Mon père questionna pour savoir ce que s'était passé.

23) Rahma gratifia Zineb d'une gifle sonore et lui demanda : - «


N'as-tu pas honte de mouiller ton lit presque chaque nuit ? Je devrais te
lâcher dans une étable, au lieu de te préparer chaque soir, ton matelas. »

 Rahma gratifia Zineb d'une gifle sonore et lui demanda si elle


n'avait pas honte de mouiller son lit presque chaque nuit et elle
ajouta qu'elle devrait la lâcher dans une étable, au lieu de lui
préparer chaque soir, son matelas.

www.ph-chimie.blogspot.com ou www.izi-bac.cm

Vous aimerez peut-être aussi