Vous êtes sur la page 1sur 60

1

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Fitiavana -Tanindrazana -Fandrosoana

AUTORITE DE REGULATION DES MARCHES PUBLICS


--------------------------
Autorité de Régulation COMMISSION NATIONALE DES MARCHES
des Marchés Publics
-------------------------

STRATEGIE DE CONTROLE DES PASSATIONS DE


MARCHES

mai 2016

1
2

SOMMAIRE

PREFACE ………………………………………………………………………………………………………………………… 3
REMERCIEMENTS……………………………………………………………………………………………………………. 4
LISTE DES PARTENAIRES………………………………………………………………………………………………………. 5
GLOSSAIRE………………………………………………………………………………………………………………………………. 6
A- POLITIQUE DU CONTROLE ……………………………………………………………………………………………… 7
A-1 CONTEXTE…………………………………………………………………………………………………………………………. 7
A-2 RAPPEL DES MISSIONS ET ATTRIBUTIONS DE LA CNM………………………………………………………. 8
A-3 OBJECTIFS …………………………………………………………………………………………………………………………. 9
a) A-3-1 Objectif global ……………………………………………………………………………………….. 9
b) A-3-2 Objectif spécifique …………………………………………………………………………………. 9
A-4 - RESULTATS ATTENDUS ………………………………………………………………………………………………….. 22
B- MISE EN ŒUVRE DU CONTROLE …………………………………………………………………………………… 22
B-1. PLANIFICATION DES ACTIVITES A REALISER……………………………………………………………………… 22
B-2. METHODOLOGIE DE CONTROLE A PRIORI………………………………………………………………………. 22
a) Démarches et limite du contrôle …..…………………………………………………………………. 23
b) Modalité de contrôle……………………………………………………………………………………….. 23
c) Sanction et suite du contrôle …………………………………………………………………………… 23
d) Suivi des recommandations…………………………………………………………………………….. 23
B-3. METHODOLOGIE DE CONTROLE A POSTERIORI………………………………………………………………. 23
a) Démarches et limite du contrôle……………………………………………………………………… 23
b) Modalité de contrôle………………………………………………………………………………………. 23
c) Sanction et suite du contrôle……………………………………………………………………………. 24
B-4. FACTEURS DE SUCCES, RISQUES ET CONTRAINTES………………………………………………………….. 24
B-5. LE RAPPORT DE CONTROLE…………………………………………………………………………………………….. 25
a) Contrôle a priori………………………………………………………………………………………………. 25
b) Contrôle a posteriori………………………………………………………………………………………… 25
B-6. SYSTEME DE SUIVI- EVALUATION DU CONTROLE A POSTERIORI ………………………………….. 26
a) Le but du système de suivi-évaluation…………………………………………………………….. 26
b) Les informations nécessaires pour suivre et évaluer le contrôle a posteriori…… 26
c) Organisation de la collecte des informations nécessaires au suivi-évaluation….. 26
d) Dissémination du résultat d’analyse du suivi- évaluation…………………………………. 27
ANNEXE 1 – Plan de recrutement de la Commission Nationale des Marches 2016-2020…………. 28
ANNEXE 2– Profils et attributions des membres et contrôleurs-vérificateurs de la Commission 29
ANNEXE 3– Budget de la Commission Nationale des Marches 2016-2020……………………………… 32
ANNEXE 4– Plan de mise en œuvre des activités………………………………………………………….………… 33
ANNEXE 5 – Modèle de rapport de contrôle a priori……………………………………………………………….. 36
ANNEXE 6 – Modèle de rapport de contrôle a posteriori et modèles de fiches de contrôle…….. 39

2
3

PREFACE

L’ancien Président des Etats Unis, John Fitzgerald Kennedy disait : « La plupart des
gens regardent les choses comme elles sont et se demandent Pourquoi ? Moi, je regarde les
choses comme elles pourraient être et je demande Pourquoi pas ? ».

La Commission Nationale des marchés n’a pas hésité à discuter des forces, des
faiblesses, des menaces et des opportunités du système actuel du contrôle des marchés
publics et s’est convaincue de la possibilité, oui pourquoi pas, d’élaborer pour la première
fois depuis son existence, une stratégie de contrôle des passations des marchés publics.

Ainsi, dans un premier atelier tenu à Toamasina en février 2016, elle a réuni tous les
organes de contrôle et d’investigation du pays pour réfléchir sur le contenu d’une telle
stratégie. Le résultat de cet atelier a fait l’objet d’un autre atelier en avril 2016 dont le but
était de faire valider la première version de la stratégie par l’Autorité de Régulation des
Marchés Publics. Un troisième atelier réunissant tous les participants aux deux premiers
ateliers ainsi que les représentants des personnes responsables des marchés et les
partenaires techniques et financiers a eu lieu le 24 mai 2016 pour valider la version finale de
la stratégie de contrôle des passations de marché public.

Le présent document traduit l’aboutissement de ces trois ateliers.

3
4

REMERCIEMENTS

L’élaboration de ce document stratégique du contrôle des marchés publics a été


menée par la Commission Nationale des Marchés de l’Autorité de Régulation des Marchés,
dans le cadre de l’évaluation des marchés publics après une mission de contrôle a posteriori.
Cette stratégie n’a pas pu être réalisée sans les apports précieux et la collaboration
fructueuse des divers partenaires de l’ARMP dont la liste est donnée ci-après.

Aussi, toute l’équipe de l’ARMP et de la CNM adresse ses sincères remerciements à


l’endroit de tous ceux qui ont contribué à la concrétisation de ce travail, en particulier à Son
Excellence Monsieur RAKOTOARIMANANA Gervais, Ministre des Finances et du Budget et
ses collaborateurs, pour leur engagement à soutenir les efforts pour l’amélioration du
système des marchés publics à Madagascar.

L’équipe remercie également les partenaires techniques et financiers, notamment la


Banque Africaine pour le Développement (BAD) par le biais de ses représentants à
Madagascar et le Projet d’Appui à la Gouvernance Institutionnelle pour leurs inestimables
apports aussi bien sur le plan technique que sur le plan financier.

4
5

LISTE DES PARTENAIRES

Ministère des Finances et du Budget (MFB)

Représentation de la Banque Africaine pour le Développement à Madagascar (BAD)

Représentation de la Banque Mondiale à Madagascar (BM)

Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration (PREA)

Projet d’Appui à la Gouvernance Institutionnelle (PAGI)

Cour des Comptes de la Cour Suprême

Direction Générale de l’Inspection Générale d’Etat (MFB/DGIGE)

Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO)

Sampandraharaha Malagasy Iadiana Amin’ny Famotsiam-bola (SAMIFIN)

Direction Générale du Contrôle Financier (MFB/DGCF)

Direction Générale de l’Audit Interne (MFB/DGAI)

Direction Général du Budget (MFB/DGB)

5
6

GLOSSAIRE

AGPM : : Avis Général de Passation des Marchés

ARMP : Autorité de Régulation des Marchés Publics

BAD : Banque Africaine pour le Développement

BIANCO : Bureau Indépendant Anti-Corruption

CCM : Commission Centrale des Marchés

CNM : Commission Nationale des Marchés

CRM : Commission Régionale des Marchés

CRR : Comité de Recours et Réglementation

EPA : Etablissement Publics à caractère Administratif

EPIC : Etablissement Publics à caractère Industriel et Commercial

MFB : Ministère des Finances et du Budget

PAGI : Projet d’Appui à la Gouvernance Institutionnelle

PPM : Plan de Passation des Marchés

PREA : Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration

SAMIFIN : Sampandraharaha Malagasy Iadiana amin’ny Famotsiam-Bola

SIGMP : Système Intégré de Gestion des Marchés Publics

6
7

A- POLITIQUE DU CONTROLE

A-1 CONTEXTE

Le Code des Marchés Publics, institué par la Loi N°2004/009 du 26 Juillet 2004, a été adopté
en 2004 et a été effectivement appliqué en 2006 avec la mise en place effective de l’Autorité
de Régulation des Marchés Publics (ARMP), composée entre autres de la Commission
Nationale des Marchés (CNM), un organe de contrôle, et le Comité de Réglementation et des
Recours, un organe de régulation.

Une des nombreuses innovations apportées par ce nouveau Code est l’institutionnalisation
du Contrôle a posteriori des passations de marchés. En effet, son article 54, 2ème point
octroie à la CNM la mission de « procéder à l’examen a priori et a posteriori des
propositions et décisions en attribution des marchés qui sont prises par la Personne
Responsable des Marchés Publics ».

Le Contrôle a priori, qui a été l’unique type de contrôle de la Commission Centrale des
Marchés (CCM), l’organe de contrôle prévu par l’ancienne réglementation, continue
toujours à être exercé par la Commission Nationale des Marchés. Néanmoins, le mode de
contrôle subit actuellement de nombreuses mutations, tant sur la forme que sur le fond. En
effet, une meilleure application de l’article 3 du Code des Marchés Publics a eu pour
conséquence une augmentation notable du nombre d’entités soumises au contrôle a priori
ces trois dernières années tandis que l’obligation pour toute entité publique d’élaborer un
Plan de Passation des Marchés (PPM) avant toute passation de marchés a entrainé une
surcharge de travail par rapport à la structure actuelle de la CNM. Cette situation a un
impact négatif sur la qualité et la performance du contrôle a priori, pour ne citer que le
temps relativement long pour l’établissement des procès-verbaux des séances, et à moindre
mesure sur l’exécution des dépenses au niveau des entités contrôlées. Il est important de
noter que le contrôle a priori exercé actuellement par les Commissions des Marchés ne
concerne en moyenne que 25% environ des marchés passés (moyenne obtenue de 2012 à
2015).

Par ailleurs, le contrôle a posteriori, pour diverses raisons, et notamment à cause de la crise
politique, n’a pas encore pu être mené de manière ferme et soutenue. En 2010, une mission
de contrôle a posteriori a été initiée par l’ARMP au niveau des services centraux des
ministères et institutions, et malgré les contraintes, notamment au niveau des ressources
humaines et ressources financières, on a pu obtenir une opinion sur la pratique de la
passation des marchés publics au niveau des différents intervenants et des
recommandations ont été formulées pour l’amélioration de cette pratique. Un rapport a été
publié et remis aux différents responsables et décideurs à l’issue de cette mission.

7
8

Pour l’année 2011, la mission n’a pas pu être reconduite à cause de la persistance de la
situation politique trouble, qui n’a pas permis à l’ARMP de bénéficier des financements
nécessaires. En 2013, l’ARMP a bénéficié de l’apport financier des partenaires pour réaliser
le contrôle a posteriori au niveau national et régional et le rapport y afférant a été vulgarisé
le mois de mars 2014.

Malgré cela, la conséquence en est (i) qu’aucun suivi des recommandations n’a été effectué,
(ii) que de la part des entités contrôlées, un sentiment d’inachevé et de manque de volonté
a été perçu (iii) que face aux actes frauduleux ou irrégularités graves constatées, un
sentiment d’impuissance de la part de l’ARMP.

Aussi, pour faire face à ces enjeux, la CNM doit disposer d’une politique et d’une stratégie de
contrôle cohérente, pérenne et garante de la bonne gouvernance en matière de passation
des marchés.

A-2 RAPPEL DES MISSIONS ET ATTRIBUTIONS DE LA CNM

L’article 31 du décret 2005-315 du 03 mai 2005 portant organisation et fonctionnement de


l’Autorité de Régulation des Marchés Publics précise les missions et attributions de la
Commission Nationale des Marchés, notamment :

 procéder au contrôle et au suivi du calendrier annuel de passation de marchés


élaboré par les Personnes Responsables des Marchés Publics,
 procéder à l’examen a priori et a posteriori, suivant les seuils de contrôle fixés
par voie réglementaire, des propositions et décisions en attribution des
marchés qui sont prises par la Personne Responsable des Marchés Publics.

A cet effet :

 elle émet un avis sur:

- tout dossier de présélection, dossier d’appel d’offres, demande de proposition,


dossier de consultation avant lancement de l’appel à candidature ou de l’appel
d’offres,

- toute demande de procéder à un appel d’offres restreint proposée par la


Personne Responsable des Marchés Publics, les projets de décision d’octroi
d’indemnité, de sursis d’exécution, de remise de pénalité et de résiliation
avant leur signature

- Tout projet de Cahier des Clauses Administratives Générale et tout projet de


textes réglementaires ayant un rapport aux marchés publics.

8
9

 elle prend une décision sur:

- le rapport justificatif établi par la Personne Responsable des Marchés Publics


sur la procédure de passation de marché de gré à gré

- tout projet de marché et tout projet d’avenant préalablement au visa du


Contrôle Financier

- toute exclusion de toute participation aux marchés publics prononcée pour


atteinte à la réglementation des Marchés Publics avant signature de l’acte.

A-3 OBJECTIFS

A-3-1 Objectif global :

Etant donné que les marchés publics font partie intégrante de la chaine des dépenses
publiques, l’objectif global vise à l’amélioration de la bonne gouvernance afin d’assurer
l’efficience de la commande publique et la bonne utilisation des deniers publics. Ceci
implique pour toute Autorité Contractante le respect sans faille des procédures pour toute
commande publique.

A-3-2 Objectif spécifique

A partir de 2020, toutes les entités publiques sont contrôlées régulièrement par la CNM, soit
par le contrôle a priori, soit par le contrôle a posteriori.

Pour atteindre cet objectif, une évaluation du système actuel de contrôle des passations des
marchés a été réalisée par le biais de l’organisation d’un atelier de réflexion avec la
collaboration des autres organes de contrôle des finances publiques (Inspection Générale
d’Etat, Contrôle Financier, Cour des Comptes) et d’investigation (BIANCO et SAMIFIN), lequel
s’est déroulé du 08 au 12 février à Toamasina, et d’une étude comparative du système
national avec les systèmes ayant cours dans quelques pays d’Afrique, d’Europe ou autres
pays complétée par une analyse des différentes études et évaluations déjà effectuées dans
le domaine des marchés publics. A l’issue de cette évaluation, les axes stratégiques suivants
ont été développés :

Axe stratégique I : Renforcer les capacités de la Commission Nationale des


Marchés :

La CNM ne dispose pas actuellement de tous les moyens nécessaires pour mener à bien ses
missions de contrôle. Ainsi, des mesures doivent être entreprises pour accroître sa
performance en matière de contrôle :

9
10

 sur l’organisation et fonctionnement

Pour avoir une meilleure appréciation de la situation actuelle, nous présentons dans le
tableau ci-après le nombre des dossiers examinés à la CNM au cours des quatre dernières
années :

% par
Type de dossiers 2012 2013 2014 2015 Total rapport
au total
Documents de planification (PPM-AGPM) 188 134 169 773 1 264 32,53%
Documents de mise en concurrence 176 142 145 249 712 18,32%
Rapport justificatif (pour les marchés de gré à gré) 70 62 43 66 241 6,20%
Marchés 398 269 327 507 1 501 38,63%
Actes (résiliation, sursis d’exécution,….) 11 3 12 8 34 0,87%
Avenants 35 61 26 11 133 3,42%
Textes sur les marchés publics - - - 1 1 0,03%
Total 878 671 722 1615 3 886 100,00%
Source CNM

En 2015, 1615 dossiers ont été examinés à la CNM ce qui représente approximativement
une augmentation de plus de 100% par rapport aux années précédentes, soit une moyenne
de 11 dossiers par séance.

Parallèlement à l’examen de dossiers, la CNM a réalisé une moyenne de 78 séances de


coaching annuel à l’endroit des organes de commande publique au niveau des Institutions et
Ministères ainsi qu’au niveau des Etablissements Publics Nationaux. Néanmoins, une nette
augmentation a été constaté en 2015 tant au nombre de coachings réalisés qu’en nombre
d’entités concernées.

NOMBRE DE COACHINGS REALISES DEPUIS 2012

Nombre total de Nombre d’entités


Année
coaching réalisés concernés
2012 85 41
2013 74 36
2014 76 37
2015 107 59
Source CNM

Pour les cas des CRM, le tableau ci-après nous donne un aperçu du volume de dossiers
traités au niveau de chaque CRM pour l’année 2015 (suivant rapport d’activité parvenu à la
CNM) :

10
11

Dossiers examinés par les CRM durant l'année 2015

CRM Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Octobre Nov. Déc. Total
Alaotra Mangoro 0 0 0 2 2 0 1 5
Amoron'i Mania 0 0 0 0 0 1 0 1 2
Analamanga 9 15 10 1 6 8 14 63
Analanjirofo
Androy
Anosy
Atsimo Andrefana 7 2 2 14 1 5 31
Atsimo Atsinanana
Atsinanana 3 0 2 2 1 2 10
Betsiboka
Boeny
Bongolava 0 0 0 0 0 0
Diana
Haute Matsiatra
Ihorombe 0 0 0 0
Itasy 0 1 1 0 2
Melaky
Menabe
Sava
Sofia
Vakinankaratra 1 1
Vatovavy Fitovinany
TOTAL 0 0 17 15 0 13 2 5 11 17 12 22 114
Statistique suivant rapports parvenus à la CNM

Au vu de ces résultats, il est indéniable que la structure actuelle de la CNM ne lui permet
plus d’assurer efficacement sa mission de contrôle. Pour le cas spécifique des CRM, leur
personnel actuel est composé de personnel du MFB et de différents ministères, ce qui ne
leur confère pas une pleine indépendance dans la prise de décision.

Aussi, est- il important de revoir la structure actuelle ainsi que l’organisation des
Commissions des Marchés en tenant compte de l’importance de la mission qui leur sont
confiées.

Nous proposons à cet effet d’organiser la CNM en deux ou plusieurs Commissions centrales
au niveau central et en une Commission Régionale au niveau de chacune des régions. Les
commissions centrales pourront être constituées, soit pour des types de marché, soit pour
un groupe d’Autorités Contractantes.

11
12

Chacune des commissions, centrale et régionale, est composée de :


- un Chef de commission et de quatre membres,
- de contrôleurs-vérificateurs,

Par ailleurs, une structure administrative et technique sera créée au niveau de la


Commission Nationale des Marchés pour assurer son bon fonctionnement.

Ci-après une description sommaire de l’organisation et fonctionnement de la CNM :

Pour la structure de contrôle:

- le Président de la Commission Nationale des Marchés est le supérieur hiérarchique


direct des Chefs de Commission, tant au niveau central que régional. Il assure la
coordination générale des activités de la CNM. Il peut prendre part aux travaux des
commissions.
- le Chef de Commission conduit et organise les activités de contrôle de la Commission
dont il a la responsabilité.
- les Membres des Commissions sont chargés des activités de contrôle.
- l’unité « appui aux contrôles - Guichet unique » est composée de contrôleurs –
vérificateurs qui sont chargés principalement des tâches de vérification et d’appui
lors des activités de contrôle. Cette unité assure la réception des dossiers à contrôler
et vérifie, d’une part qu’ils comprennent toutes les pièces requises conformément au
manuel de procédure des Commissions des Marchés, et d’autre part, que les
dossiers ont été préalablement saisis dans le SIGMP. Elle programme les séances en
fonction d’arrivée des dossiers et s’assure également du secrétariat de séance ainsi
que de la rédaction des procès verbaux y afférant.

Pour la structure administrative et technique :

- le Coordonnateur Général des activités est directement soumis à l’autorité


hiérarchique du Président de la Commission Nationale des Marchés, il dirige les
différentes unités administratives et techniques au sein de la Commission Nationale
des Marchés et est responsable du bon fonctionnement de la CNM.
- L’Unité « Système d’information » est chargée de l’actualisation, de l’exploitation et
de la gestion de la base de données de la CNM. A cet effet, elle produit dans les
délais requis, les statistiques et toutes informations utiles sur les marchés publics.
Elle est responsable de la conception des logiciels, de la maintenance du système
informatique en général, ainsi que de l’archivage numérique des dossiers corrigés.
- L’Unité « Suivi – Evaluation » est chargée du Suivi-évaluation des activités de la
CNM. Dans son activité de coordination elle effectue un suivi des CRM via leur
rapport d’activités mensuel, se charge de la communication et des relations entre
Commissions Centrales et Commissions régionales. Elle est également chargée du

12
13

suivi et de l’évaluation de la performance des autorités contractantes (Délais de


traitement des dossiers depuis les documents de planifications jusqu’ à l’accord par
les Commissions des Marchés sur les projets de marchés présentés, nombre de
renvoi,…).
- L’Unité « Affaires générales » est chargée de la gestion financière, de la gestion des
ressources humaines et de la logistique de la CNM.

Pour les CRM, leur personnel actuel doit être remplacé progressivement pour avoir au bout
de cinq (05) ans six (06) CRM entièrement fonctionnelles avec leur propre personnel.
Néanmoins, cette perspective dépend du volume de dossiers traités au niveau régional qui
lui dépend aussi de l’effectivité de la décentralisation budgétaire.

Cette nouvelle structure est matérialisée par l’organigramme suivant :

13
14

ORGANIGRAMME DE LA CNM

STRUCTURE CENTRALE ET STRUCTURE REGIONALE

Président de la Commission
Nationale des Marchés
Secrétariat

Coordonnateur Chef de Commission Chef de Commission Chef de Commission


Général des Activités centrale 1 centrale 2 Régionale

04 Membres 04 Membres 04 Membres

lien fonctionnel lien fonctionnel lien fonctionnel

Unité Affaires Unité Suivi – Unité Unité Appui au Unité Appui au


générales Evaluation Système Contrôle Contrôle
d’information (Contrôleurs – (Contrôleurs –
lien lien fonctionnel
Vérificateurs) Vérificateurs)
« Guichet unique »

lien fonctionnel 14
15

Un plan de recrutement pour les 05 années à venir est présenté en annexe 1.

 sur le statut du personnel de la Commission

Le Président de la Commission Nationale des Marchés est nommé par décret en Conseil des
Ministres, sur sélection de dossier en raison de son intégrité morale, ainsi que des ses
connaissances et expériences dans les domaines des marchés publics et familiarisé aux
directives et aux procédures des bailleurs de fonds extérieurs, pour un mandat de trois ans,
renouvelable une (01) fois.

Les Chefs de commission et les membres des commissions sont recrutés à la suite d’un appel
à candidatures et nommés par arrêté du Ministre des Finances et du Budget.

Les contrôleurs-vérificateurs sont également recrutés à la suite d’un appel à candidatures et


nommés par une décision du Président de la Commission Nationale des Marchés.

La fonction des membres de la Commission Nationale des Marchés est incompatible avec
tout mandat public électif et avec toute autre activité professionnelle privée ou publique
rémunérée, à l’exception des activités d’enseignement.

Le Président, les membres et tout personnel de la Commission Nationale des Marchés


s’abstiennent de toute participation dans les organes de recours, administratifs ou
juridictionnels, en matière de marchés publics.

Les profils et attributions des membres et contrôleurs-vérificateurs de la CNM sont


présentés en annexe 2.

 sur l’indépendance structurelle et la dotation d’une ligne de crédit

Le rattachement de la CNM à l’ARMP a maintes fois soulevé des contraintes pour la


réalisation de ses missions de contrôle. En effet, les Commissions des Marchés ne disposent
pas actuellement de crédit spécifique pour leurs activités de contrôle et de ce fait, elles ne
peuvent pas planifier de manière cohérente et efficace les missions de contrôle notamment
a posteriori car celles –ci nécessitent la mobilisation d’importants moyens humains,
matériels et financiers

Par ailleurs, différentes revues du système national des marchés publics ont déjà mis en
évidence la situation de conflit d’intérêts résultant du rattachement de la CNM (un organe
de contrôle) à l’ARMP (un organe de régulation) et ayant également dans ses attributions le
traitement des recours et la conduite des audits du système national des marchés publics.

Pour remédier à ces dysfonctionnements, nous préconisons de rattacher directement la


CNM au Ministre des Finances et du Budget, au même titre que les Directions Générales,

15
16

tout en gardant sa structure spécifique en tant qu’organe de contrôle et dotée d’une ligne
de crédit propre à elle. Cela nécessitera évidemment une refonte du Code des Marchés
Publics qui ne peut pas être réalisée dans l’immédiat. Aussi, proposons-nous à court terme
d’affecter à la CNM un crédit destiné aux activités de contrôle.

En effet, à coté des ressources humaines, la mobilisation de moyens financiers adéquats


constitue un facteur important de la réussite des activités de contrôle a posteriori.

Outre la mission de contrôle, le budget devra également inclure le coût de la formation des
du personnel, le coût du suivi des recommandations, ainsi que les dépenses liées au
fonctionnement.

Un aperçu du budget pour les 05 années à venir est présenté en annexe 3.

 sur le traitement des dossiers soumis à son contrôle a priori

Il a été constaté que le délai entre la date de séance et la remise des PV est relativement
long, par contre le délai maximum de 48h pour l’examen des dossiers déposés à la CNM est
strictement respecté. Les principales causes identifiées sont les suivantes :

- les PV sont rédigés par l’équipe de l’UGPM auprès de la PRMP puis vérifiés par la
CNM avant sa signature, nécessitant souvent des allers-retours suivant la capacité et
la célérité du Service
- les observations portées en annexe du PV sont parfois très nombreuses, tant sur la
forme que sur le fond : les documents présentés par les Services comportent dans
certains cas beaucoup d’incohérences, même après renvoi.

Il est donc prévu de mettre en place au niveau de la CNM un système informatisé de suivi et
de gestion des dossiers pour permettre une exploitation à temps réel des données ainsi que
la rédaction en séance tenante des PV. Ce système sera mis en réseau au niveau de chacune
des CRM.

Axe stratégique II : Rendre effectif le champ d’application du Code :

Les statistiques et estimations montrent qu’environ 30% (moyenne obtenue en terme de


montant entre 2012 et 2015) des marchés publics seulement sont soumis au contrôle de la
CNM, dont autour de 25% pour le contrôle a priori. De plus, certains EPN et Société à
participation majoritaire de l’Etat sont encore hors de tout contrôle et continuent de passer
des marchés en dehors de tout cadre légal. Notre objectif est que :

- le contrôle a priori reste prédominant pour les 5ans à venir par rapport au contrôle a
posteriori : ainsi, la part des marchés objet du contrôle a priori devra situer au-delà
de 30% (en terme de montants),

16
17

- et toutes les entités publiques seront régulièrement soumises au contrôle a


posteriori à partir de la 5ème année.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, les points suivants doivent être pris en compte :

- maintenir à son niveau actuel les seuils de contrôle a priori des Commissions des
Marchés,
- maîtriser les fractionnements des marchés par un contrôle rigoureux des PPM/AGPM
- renforcer la capacité de la CNM, notamment en ressources humaines,
- et orienter principalement le contrôle a posteriori vers les marchés considérés « à
haut risque » (contrôle basé sur les risques).

Axe stratégique III : Revoir les modalités de l’assistance technique aux autorités
contractantes :

Cette assistance technique se manifeste actuellement par la mise en place d’un système de
coaching pour permettre aux autorités contractantes de bénéficier de l’expertise et de
l’appui de la CNM sur les procédures de passations des marchés. Ce système de coaching se
fait en toute transparence et toutes les questions évoquées sont enregistrées dans des
fiches de présence signées par toutes les parties prenantes. Toutefois, ce système soulève
souvent des questions d’éthique par rapport à un risque élevé de conflit d’intérêt entre la
fonction de contrôle et celle d’assistance technique.

Malgré cela, nous constatons encore des difficultés pour les autorités contractantes de
conduire de façon optimale les procédures de passations des marchés, notamment celles
soumises au contrôle a priori. Ainsi, nous envisageons les activités suivantes :

- pour la CNM et à court terme, élaborer des documents de référence prêts à remplir
pour chaque type de marché, avec allotissement ou non, à commandes ou à
quantités fixes, à prix unitaires ou à prix global et forfaitaire…..et les mettre à
disposition des PRMP. Ces documents seront accompagnés d’un guide d’utilisation
pour faciliter leur exploitation et utilisation. Cette activité ne nécessite pas
d’importante mobilisation de moyens.
- pour l’ARMP et à moyen terme,
 concevoir une application pour aider les services à élaborer les dossiers de
mise en concurrence, les documents d’évaluation et les projets de marché, et
ce, pour réduire au minimum les incohérences notamment sur la forme. Ainsi,
l’examen de la CNM portera pour l’essentiel sur les questions de fonds. Cette
activité plus spécifique requiert l’assistance d’un consultant spécialisé en la
matière.

17
18

 mettre en place « une clinique des marchés publics » pour appuyer


efficacement les autorités contractantes sur toutes questions relatives aux
procédures de passations des marchés.

Axe stratégique IV : Assurer le suivi de l’application des recommandations :

Pour le contrôle a priori, une attention particulière doit être portée sur l’effectivité de
l’application des recommandations formulées lors de l’examen des dossiers de mise en
concurrence (dossier d’appel d’offres, dossier de consultation,…) par la CNM, et ce,
conformément au procès-verbal établi à cet effet. Cette mesure doit être réalisée en
permanence par l’unité chargée de l’appui au contrôle a priori, sous la coordination des
Chefs de commission.

Pour le contrôle a posteriori, le suivi systématique de l’application des recommandations


renforce davantage la prise de responsabilité de toutes les parties prenantes dans la
passation des marchés et permet aux contrôleurs de vérifier l’application des
recommandations émises lors de la mission de contrôle a posteriori.

Axe stratégique V : Dénoncer les irrégularités :

Les sanctions sont énoncées par le Code d’éthique pour les cas d’irrégularités constatées lors
des missions de contrôle mais leur nature ainsi que leur application rencontre beaucoup
d’obstacle principalement d’ordre juridique et organisationnel. Ainsi, il est primordial de
bien définir et éclaircir les points suivants :

- quels sont les types d’irrégularités en matière de passation des marchés ?


- quelles sont les différentes sanctions applicables ? et quelles entités les appliquent ?

A cet effet, nous proposons la mise en place d’une Commission d’éthique au niveau de
l’ARMP, qui sera chargée de :

- définir les sanctions à appliquer à tout intervenant dans la passation de marchés


ayant commis des infractions aux dispositions du Code d’éthique,
- et de saisir les organes de juridiction ou d’investigation compétents pour les autres
types d’infractions.

Cette commission sera composée, outre le représentant de l’ARMP, des représentants des
divers secteurs œuvrant dans le domaine des marchés publics (société civile, secteur
privé….).

Par ailleurs, une meilleure collaboration de tous les organes de contrôle et d’investigation,
ainsi qu’une forte implication des juridictions judiciaires s’avèrent indispensable pour la
détermination d’une procédure d’application de sanctions dans le domaine des marchés

18
19

publics. Cette collaboration peut se traduire par la conclusion de conventions dans lesquelles
seront précisés, entre autres, la forme de la collaboration, les types d’actions à
entreprendre, les responsabilités de chaque partie ainsi que les types d’informations à
partager.

A-4 - RESULTATS ATTENDUS

Disposer d’un système de contrôle efficace et pérenne permettant aux Commissions des
Marchés d’assurer pleinement leur rôle.

B- MISE EN ŒUVRE DU CONTROLE

B-1. PLANIFICATION DES ACTIVITES A REALISER

Les activités à réaliser par axe stratégique et par année sont résumées dans le tableau
présenté ci-après. Notons qu’il est prévu à la 3ème année de recruter du personnel pour 01
CRM et à la 5ème année de recruter du personnel pour 05 CRM.

Toutefois, il faut remarquer que la réalisation effective des activités liées à chacune des axes
stratégiques développés dépend principalement de la disponibilité des moyens budgétaires
ainsi que de l’implication de tous les acteurs concernés, tant au niveau de l’Autorité de
Régulation des Marchés Publics qu’au niveau du Ministère des Finances et du Budget. Ainsi,
nous proposons à l’annexe 3 un plan de mise en œuvre de ces activités prévues pour une
durée de cinq (05) ans.

19
20

AXES
ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3 ANNEE 4 ANNEE 5
STRATEGIQUES
ACT-I-1 .Mettre à jour les textes, ACT-I-5 .Réviser le Code des ACT-I-12 .Réviser les seuils
notamment pour réorganiser la Marchés Publics pour pour une prédominance
CNM (décret) renforcer l’indépendance de la progressive du contrôle a
CNM posteriori

ACT-I-2 .Développer une ACT-I-6 .Concevoir et mettre


méthodologie de contrôle en place un système intégré de
pérenne (procédure, calendrier, gestion de dossiers à la CNM
moyens,..)
ACT-I-3 .Etoffer le personnel de ACT-I-7 .Etoffer le personnel ACT-I-10. Etoffer le personnel ACT-I-13. Etoffer le personnel
la CNM : recruter 05 membres - de la CNM : recruter 02 de la CNM : Recruter 03 de la CNM : Recruter 02
01 chef d’unité Système membres - 02 contrôleurs chauffeurs niveau central contrôleurs vérificateurs au
I-Renforcer les
d’information -01 agent vérificateurs – 01 chef d’unité Recruter du personnel pour 01 niveau central
capacités de la
administratif - 03 chauffeurs Affaires Générales – 01 chef CRM : 01 Chef de commission Recruter du personnel pour 05
CNM
d’unité Coordination des CRM – 04 membres – 01 personnel CRM : 01 Chef de commission
et Suivi Evaluation -03 cadre -01 agent administratif – – 04 membres– 01 personnel
personnels cadres - 02 agents 01 chauffeur – 02 personnels cadre -01 agent administratif –
administratifs- 04 personnels techniques 01 chauffeur – 02 personnels
techniques techniques par CRM
ACT-I-8 .Former le personnel ACT-I-8 .Former le personnel ACT-I-8 .Former le personnel ACT-I-8 .Former le personnel
de la CNM de la CNM de la CNM de la CNM

ACT-I-4 .Doter des moyens ACT-I-9 .Doter des moyens ACT-I-11 .Doter des moyens ACT-I-14 .Doter des moyens
matériels CNM centrale matériels CNM centrale matériels 01 CRM (matériels matériels 05 CRM (matériels
(matériels roulants –matériels (matériels informatiques – roulants –matériels roulants –matériels
informatiques –MMB) MMB) informatiques –MMB) informatiques –MMB)

20
21

AXES ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3 ANNEE 4 ANNEE 5


STRATEGIQUES
ACT-II-1 .Etendre le pourcentage ACT-II-1 .Etendre le ACT-II-1 .Etendre le ACT-II-1 .Etendre le ACT-II-1 .100% des organismes
II-Rendre effectif d’entités dont les dossiers pourcentage d’entités dont les pourcentage d’entités dont les pourcentage d’entités dont étatiques contrôlés
seront contrôlés a posteriori dossiers seront contrôlés a dossiers seront contrôlés a les dossiers seront contrôlés
le champ
(Min Centraux, Institutions +06 posteriori (Min Centraux et posteriori (Min Centraux et a posteriori (Min Centraux et
d'application du Régions + 25%EPN) Institutions+22 Institutions+22 Institutions+22
contrôle Régions+25%EPN+ Régions+50%EPN+ Régions+75%EPN+
25%SPME) 50%SPME) 75%SPME)
III- Revoir les ACT-III-1 .Elaborer des ACT-III-2 .Concevoir et mettre ACT-III-4 .Mettre à jour le ACT-III-4 .Mettre à jour le ACT-III-4 .Mettre à jour le
modalités de documents de référence en en place un système intégré de système intégré de gestion des système intégré de gestion système intégré de gestion des
passation de marchés et les gestion des dossiers pour les dossiers pour les PRMP (si des dossiers pour les PRMP dossiers pour les PRMP (si
l’assistance
vulgariser auprès des PRMP PRMP nécessaire) (si nécessaire) nécessaire)
technique aux ACT-III-3 .Mettre en place une
autorités clinique des marchés publics
contractantes
IV-Assurer le suivi ACT-IV-1 .Elaborer un système ACT-IV-2 .Procéder au suivi des ACT-IV-2 .Procéder au suivi des ACT-IV-2 .Procéder au suivi ACT-IV-2 .Procéder au suivi des
de l’application de suivi des recommandations (a recommandations de l’année recommandations de l’année des recommandations de recommandations de l’année
priori et a posteriori) précédente (contrôle a précédente (contrôle a l’année précédente (contrôle précédente (contrôle a
des
posteriori) posteriori) a posteriori) posteriori)
recommandations
ACT-V-1 .Initier la collaboration ACT-V-2 .Elaborer un manuel ACT-V-4.Mettre à jour le ACT-V-4.Mettre à jour le ACT-V-4.Mettre à jour le
avec les autres organes de de procédure relatif à manuel (si nécessaire) manuel (si nécessaire) manuel (si nécessaire)
contrôle et d’investigation l’application des sanctions
V-Dénoncer les (BIANCO, IGE, CF, COUR DES
irrégularités COMPTES, SAMIFIN) ACT-V-3. Créer une
Commission d’éthique au
niveau de l’ARMP

21
22

B-2 . METHODOLOGIE DE CONTROLE A PRIORI

a) Démarches et limite du contrôle


Le type de contrôle effectué est de type interne et il est axé exclusivement sur la régularité et la
conformité des dossiers examinés. Ce contrôle concerne tout marché ou contrat conclu par :

 l’Etat,
 les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD)
 les Etablissements Publics Nationaux (EPN) et Locaux (EPL),
 toute entité publique ou privée bénéficiant ou gérant un budget de l’Etat ou d’une
collectivité publique ou tout autre financement public,
 toute société à participation majoritaire de l’Etat.

et financé sur Ressources Propres Internes (RPI) ou Budget de l’Etat ou sur accord de Prêts et
Dons émanant des Bailleurs de Fonds (toutes sources confondues).

b) Modalité de contrôle
Le contrôle a priori est réalisé dans les locaux des Commissions des marchés, sur présentation des
documents par les représentants de l’Autorité contractante. Il consiste entre autres à :
 vérifier la cohérence et la pertinence de la planification de la passation des marchés
(PPM/AGPM)
 vérifier la régularité et la conformité des documents présentés par rapport au Code des
Marchés Publics et ses textes subséquents

c) Sanction et suite du contrôle


A l’issue des séances d’examen des dossiers, la CNM formule son avis ou sa décision sous
forme de conclusion:
Sanctions positives :
 Avis favorables pour les projets de PPM, d’AGPM, les projets de dossiers de mise en
concurrence (DAO, DC,…) les choix de mode dérogatoires et les projets d’actes
réglementaires,
 Accord pour les projets de marchés, d’avenants et de Rapport Justificatif
Sanctions négatives :
 Renvoi pour examen ultérieur, en cas de constatation d’importantes incohérences
dans le dossier,
 Non accord pour les projets de marchés, d’avenants et de Rapport Justificatif pour des
cas de non-conformité avérée

d) Suivi des recommandations


La démarche consiste à vérifier l’application des recommandations émises lors du contrôle a priori,
lesquelles sont matérialisées par un procès-verbal établi à cet effet. Ce système de suivi est déjà
22
23

systématique pour tous dossiers de planification (AGPM et PPM) mais il est évident qu’il ne peut
pas être appliqué à tous les dossiers soumis au contrôle a priori de la CNM. Ainsi, le suivi
s’appliquera principalement aux dossiers d’appel d’offres dont les montants estimatifs sont
relativement importants ou pour des prestations assez complexes.

Pour cela, la CNM vérifiera la prise en compte exhaustive des recommandations dans le DAO/DC
avant le lancement de la mise en concurrence et exigera des autorités contractantes la remise en
forme de ces documents le cas échéant.

B-3 . METHODOLOGIE DE CONTROLE A POSTERIORI

a) Démarches et limite du contrôle

Pour le cas du contrôle a posteriori, la démarche consiste à établir en premier lieu la liste des
contrats faisant l’objet du contrôle. L’établissement de cette liste prendra en compte la totalité
des marchés passés par mode dérogatoires (appel d’offres restreint et marché de gré à gré) et les
marchés jugés à risques. Ensuite, les équipes de contrôleurs effectueront une vérification
exhaustive des pièces constituant les dossiers de passation de marché pour déterminer la
conformité ou non de la procédure par rapport à la réglementation en vigueur.

Comme le contrôle a priori, le contrôle a posteriori se limite uniquement sur la conduite des
procédures de passations de marchés au niveau des entités contrôlées. Néanmoins, en tant que
de besoin et suivant les circonstances, les équipes de contrôleurs peuvent effectuer des
vérifications par inspections physiques d’un échantillon de contrats pour apprécier si les travaux,
fournitures ou services ont été exécutés en accord avec les termes contractuels et que les
documents attestant de la conformité des livraisons (bons de livraison) ou travaux (certificats de
réception provisoire) sont correctement établis.

b) Modalité de contrôle

La Commission Nationale des Marchés établit au plus tard à la fin du 1er trimestre de l’année en
cours le programme de contrôle a posteriori, dans lequel sont précisés les noms des entités et la
liste des contrats à contrôler, la période envisagée pour la réalisation du contrôle et les équipes de
contrôleurs affectées à cette mission. Chaque mission de contrôle est réalisée sur ordre de
mission signé par le Président de la Commission Nationale.

Une équipe de contrôleurs doit comporter au moins deux (02) contrôleurs dont l’un (01) au moins
est Membre de la Commission.

Le contrôle a posteriori est réalisé dans les locaux des entités concernées ; à cet égard, l’équipe de
contrôleurs peut décider de consulter toute personne susceptible d’apporter les éclaircissements
nécessaires à ses travaux et doit avoir un accès facile à toutes les archives relatives à la passation
des marchés.

23
24

Le résultat du contrôle a posteriori est matérialisé par un rapport de contrôle établi par PRMP,
signé par le Président de la Commission et les contrôleurs affectés à la mission.

c) Sanction et suite du contrôle

Une synthèse du rapport de contrôle, incluant les différentes statistiques, est présentée en public
tandis que la version intégrale incluant éventuellement les propositions de sanction sera transmise
aux autorités supérieures et aux autres organes de contrôle et d’investigation. En cas de
constatation d’infractions graves dans la conduite des procédures de passation des marchés, des
propositions de sanction pourront être formulées à l’encontre des personnes identifiées comme
les responsables desdites infractions. Un manuel de procédure appropriée sera élaboré à cet effet.

B-4. FACTEURS DE SUCCES, RISQUES ET CONTRAINTES

Pour garantir l’atteinte des objectifs, il est nécessaire d’analyser les divers facteurs qui peuvent
favoriser la réalisation des résultats, c'est-à-dire les facteurs de succès, ou par contre, les
éléments qui pourront entraver le bon déroulement du processus de contrôle, à savoir les risques
et les contraintes. Nous verrons donc dans le tableau ci-après ces divers facteurs :

Facteurs de succès Risques Contraintes

Prise de conscience des Outil politique s’il n’y a pas Données limitées par rapport à ce
décideurs quant à l’importance de balises qui est dans le SIGMP (certaines
du contrôle de passation de entités disposant d’autonomie
marchés (a priori et a posteriori) Frein à l’exécution des financière telles que les EPIC
dépenses publiques (le n’utilisent pas le SIGMP)
IEC plus persuasif décideur gère le risque au
lieu de se conformer aux Non exhaustivité des listes de
Mobilisation optimale des règles de l’exécution des tous les contrats passés de toutes
moyens (ressources humaines, dépenses) les entités
financières et matérielles)
Empiètement de compétences
entre les divers organes de
contrôle (BIANCO, IGE, CF…..)

24
25

B-5 LE RAPPORT DE CONTROLE

 contrôle a priori

La Commission des marchés établit pour chaque trimestre un rapport incluant toutes les
statistiques et observations relatives à ses activités de contrôle a priori, notamment en ce qui
concerne la part des marchés passés par les modes dérogatoires. Ces rapports sont envoyés à
l’ARMP pour compte-rendu et au Ministère des Finances pour le besoin de la revue des exécutions
budgétaires à laquelle participe pleinement la CNM.

A la fin de l’exercice budgétaire, la CNM établira un rapport de contrôle annuel résumant toutes
les activités de contrôle, les diverses statistiques sur les dossiers examinés ainsi que les principaux
problèmes et contraintes rencontrés. Ce rapport sera diffusé au public et aux autorités
supérieures (un modèle de ce rapport est présenté en annexe 4).

 contrôle a posteriori

A l’issue du contrôle a posteriori, la CNM établira par PRMP un rapport qui comporte trois (03)
parties distinctes :

- 1ère partie : Une note de synthèse faisant apparaître les données générales de la
mission, notamment les principales informations sur l’autorité contractante et les
organes de la commande publique, la conclusion sur la conformité ou non des
procédures de passation contrôlées ainsi que les infractions constatées.

- 2ème partie : le corps du rapport relatant en détail le déroulement de la mission, les


bonnes et mauvaises constatations enregistrées pendant les descentes sur terrain et
les recommandations pour améliorer la gestion de la passation des marchés

- 3ème partie : les annexes comme les fiches de revue détaillée accompagnées des
pièces justificatives

Seront destinataires de ces rapports :

- l’ARMP,

- Les chefs hiérarchiques de tous les responsables identifiés comme auteurs


d’infractions

- les organes de contrôle et d’investigation tels que l’IGE, le CF, le BIANCO, la Cour des
Comptes……

25
26

A l’instar du contrôle a priori, un deuxième rapport sera établi à la fin de l’exercice budgétaire
résumant les bonnes et mauvaises pratiques constatées ainsi que les diverses statistiques sur les
entités et dossiers contrôlés. Ce rapport sera diffusé au public et aux autorités supérieures.

Le sommaire général de ces rapports de contrôle a posteriori est présenté en annexe 5, ainsi que
les différents modèles de fiche de contrôle.

B-6 SYSTEME DE SUIVI- EVALUATION DU CONTROLE A POSTERIORI

a) Le but du système de suivi-évaluation

Le suivi – évaluation du contrôle a posteriori ne sera pas un simple outil statistique mais un
véritable outil d’amélioration de la gestion des marchés. Il enseignera aussi bien aux responsables
des marchés qu’aux contrôleurs l’impact des actions menées lors du contrôle a posteriori.

Il s’agira ici de comparer les effets du contrôle a posteriori avec ce qui a été recommandé et de
comprendre ainsi les écarts qui pourraient être constatés entre les textes en vigueur et les réalités
sur terrain. Ce qui permettra à nos décideurs de prendre les mesures nécessaires à l’amélioration
de la gestion des marchés publics.

b) Les informations nécessaires pour suivre et évaluer le contrôle a posteriori

Pour mieux suivre les résultats et notamment les recommandations données à l’issue du contrôle
a posteriori, il est indispensable de recueillir toutes les informations possibles sur la manière selon
laquelle le service a pu rétablir les imperfections constatées, en particulier sur les points suivants :

- la planification

- la conformité des procédures d’attribution

- la gestion contractuelle

c) Organisation de la collecte des informations nécessaires au suivi-évaluation

Il conviendra ici d’associer les personnes concernées pour créer un environnement favorable aux
réflexions critiques. Pour cela, il n’y aura plus de contrôlé et de contrôleur en face à face. Le suivi
évaluation n’aura donc pas la même apparence que le contrôle a posteriori en lui-même.

La méthode de collecte des informations consistera à établir avec les responsables de marchés un
bilan faisant état de l’avancement des recommandations données lors du contrôle a posteriori
dans un délai bien déterminé.

Le résultat d’analyse sera discuté lors d’une revue annuelle entre les responsables de marchés et
les responsables de l’ARMP et autres organes de contrôle. Cette revue annuelle, qui pourra

26
27

coïncider avec le club de gestion des marchés publics, permettra de sortir les éventuelles
décisions sur les problèmes spécifiques imprévus qui pourraient survenir dans le domaine de
marchés publics, d’apporter les propositions adéquates pour un changement de stratégie dans les
futures contrôles et de médiatiser les mauvaises pratiques dans ce domaine.

d) Dissémination du résultat d’analyse du suivi- évaluation

Outre l’utilisation de ce résultat comme base de réflexions lors de la revue annuelle, ce résultat
d’analyse sera adressé :

- l’ARMP ;

- aux chefs hiérarchiques de tous les responsables afin qu’ils puissent prendre les
mesures nécessaires à leur niveau

- A tous les organes de contrôle des dépenses publiques

27
28

ANNEXE 1 – PLAN DE RECRUTEMENT DE LA COMMISSION NATIONALE DES


MARCHES 2016-2020

Ce plan de recrutement tient compte de deux facteurs ci-après :


1. la mise en place effective des deux commissions centrales dès la première année,
2. et le recrutement du personnel propre d’une (01) CRM la 3ème année et de cinq (05) CRM la
5ème année

Année1 Année2 Année3 Année4 Année5


Structure de contrôle au niveau Central
Membres 05 02
Contrôleurs -
02 02
vérificateurs
Structure administrative et technique au niveau Central
Chefs d’unités (1) 01 02
(2)
Cadres 03
(3)
Agents administratifs 01 02
Chauffeurs 03 03
(4)
Personnel technique 04 02
Commission Régionale
Membres (5) 05 25
Contrôleurs
vérificateurs
Cadres 01 05
Agents administratifs 01 05
Chauffeurs 01 05
Personnel technique 02 10

(1) : Le Chef d’unité Système d’information est recruté la 1ère année, suivi des Chefs d’unités
Affaires Générales et Coordination des CRM- Suivi évaluation la 2ème année
(2) : Un cadre pour chacune des unités
(3) : Un agent administratif pour chacune des unités
(4) : Le personnel technique comprend des agents de sécurité et des techniciens de surface
(5) : Les Membres comprennent « Un président et les quatre membres de la Commission »

28
29

ANNEXE 2 – PROFILS ET ATTRIBUTIONS DES MEMBRES ET CONTROLEURS –


VERIFICATEURS DE LA COMMISSION

Intitulé du poste : Chef de Commission


Qualifications requises :
 titulaire d’un diplôme universitaire minimum Bacc+5 ou équivalent, dans le domaine du
Génie civil ou Génie rural, de l’Informatique, de l’administration, des Sciences Juridiques,
Economiques ou Sociales, délivré par un établissement reconnu par la Fonction Publique
 expérience probante de 5 ans minimum en contrôle des marchés publics
 solide connaissance des procédures de passations nationales et celles des principaux
bailleurs de fond (BAD, Banque Mondiale….)
 solide connaissance des finances publiques
Attributions principales :
 Préside les séances d’une commission centrale ou régionale
 Conduit les activités de contrôle des passations des marchés, a priori et a posteriori.
 Assiste les autorités contractantes sur les procédures de passation dans la limite de ses
compétences fixées par la Loi et les textes réglementaires
Tâches permanentes:
1. Contrôle a priori :
 Conduit les travaux de Commission : examen des dossiers de mise en concurrence,
des projets de marchés…
2. Contrôle a posteriori
 conduit l’équipe des contrôleurs lors des missions de contrôle a posteriori
 participe à toutes missions de suivi organisées par la CNM
3. Assistance aux organes de la commande publique
 conduit les missions d’assistance effectuées par la CNM dans la limite de ses
compétences fixées par la Loi et les textes réglementaires
4. Autres
 participe, en l’absence du PCNM ou sur son instruction à toutes les réunions
auxquelles la CNM est conviées
 participe à des travaux de conception et d’études des textes relatifs aux marchés
publics ou domaines connexes
 participe à la rédaction des rapports de contrôle et d’activités de la CNM
Autres qualifications :
1. maîtrise du français (écrit et parlé), l’anglais serait un atout
2. maîtrise des outils informatiques
3. apte à travailler en équipe et sous pression
4. ayant le sens de la responsabilité, dynamique et intègre

29
30

Intitulé du poste : Membre de la CNM


Qualifications requises :
 titulaire d’un diplôme universitaire minimum Bacc+4 ou équivalent, dans le domaine du
Génie civil ou Génie rural, de l’Informatique, de l’administration, des Sciences
Economiques ou Sociales, délivré par un établissement reconnu par la Fonction Publique
 expérience probante de 5 ans minimum en marchés publics : passations, exécution, gestion
des marchés publics
 solide connaissance des procédures de passations nationales et celles des principaux
bailleurs de fond (BAD, Banque Mondiale….)
 solide connaissance des finances publiques
Attributions principales :
 Effectue toutes activités de contrôle des passations des marchés, a priori et a posteriori.
 Assiste les autorités contractantes sur les procédures de passation dans la limite de ses
compétences fixées par la Loi et les textes réglementaires

Tâches permanentes:
1. Contrôle a priori :
 participe aux travaux de la Commission : examen des dossiers de mise en
concurrence, des projets de marchés…
2. Contrôle a posteriori
 conduit l’équipe des contrôleurs lors des missions de contrôle a posteriori
 participe à toutes missions de suivi organisées par la CNM
3. Assistance aux organes de la commande publique
 conduit les missions d’assistance effectuées par la CNM dans la limite de ses
compétences fixées par la Loi et les textes réglementaires
4. Autres
 participe, en l’absence du PCNM ou sur son instruction à toutes les réunions
auxquelles la CNM est conviées
 participe à des travaux de conception et d’études des textes relatifs aux marchés
publics ou domaines connexes
 participe à la rédaction des rapports de contrôle et d’activités de la CNM
Autres qualifications :
1. maîtrise du français (écrit et parlé), l’anglais serait un atout
2. maîtrise des outils informatiques
3. apte à travailler en équipe et sous pression
4. ayant le sens de la responsabilité, dynamique et intègre

30
31

Intitulé du poste : Contrôleur-Vérificateur de la CNM


Qualifications requises :
 titulaire d’un diplôme universitaire minimum Bacc+4 ou équivalent, dans le domaine du
Génie civil ou Génie rural, de l’Informatique, de l’administration, des Sciences
Economiques ou Sociales, délivré par un établissement reconnu par la Fonction Publique
 expérience dans les marchés publics souhaitée : passations, exécution, gestion des
marchés publics
 connaissance des procédures de passations nationales et celles des principaux bailleurs de
fond (BAD, Banque Mondiale….)
 connaissance des finances publiques
Attributions principales :
 Assiste la Commission dans les activités de contrôle des passations des marchés, a priori et
a posteriori.
Tâches permanentes:
1. Contrôle a priori :
 Assure la réception et la vérification des dossiers à soumettre à l’examen de la
Commission : dossiers de planification, de mise en concurrence, des projets de
marchés…
 Assure le secrétariat des séances de la Commission
 Assure l’établissement des Procès-verbaux de la Commission
 Assure le suivi des recommandations de la Commission sur les dossiers examinés
2. Contrôle a posteriori
 Participe aux missions de contrôle a posteriori
 participe à toutes missions de suivi organisées par la CNM
3. Assistance aux organes de la commande publique
 Assiste les membres de la Commission aux missions d’assistance effectuées par la
CNM dans la limite de ses compétences fixées par la Loi et les textes réglementaires
4. Autres
 Assiste les membres de la Commission dans les travaux de conception et d’études
des textes relatifs aux marchés publics ou domaines connexes
 Assiste les membres de la Commission à la rédaction des rapports de contrôle et
d’activités de la CNM
Autres qualifications :
1. maîtrise du français (écrit et parlé), l’anglais serait un atout
2. maîtrise des outils informatiques
3. apte à travailler en équipe et sous pression
4. ayant le sens de la responsabilité, dynamique et intègre

31
32

ANNEXE 3 – LIGNE BUGDETAIRE DE LA COMMISSION NATIONALE DES


MARCHES 2016-2020

L’élaboration de cette ligne de crédit tient compte de trois facteurs ci-après :


1. la mise en place effective des deux commissions centrales dès la première année,
2. le détachement de la CNM de l’ARMP vers la 2ème année
3. la mise en place (avec leur propre personnel) d’une CRM la 3ème année et de cinq (05) CRM
la 5ème année

RUBRIQUE ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3 ANNEE 4 ANNEE 5 TOTAL


DEPENSES DE
657 600 000 1 776 000 000 1 992 000 000 2 016 000 000 2 964 000 000 9 405 600 000
SOLDES
MATERIELS
827 500 000 120 000 000 120 000 000 1 067 500 000
ROULANTS - -
MATERIELS
INFORMATIQUES 85 700 000 6 600 000 6 600 000 98 900 000
- -
ET TECHNIQUES
MOBILIERS DE
17 500 000 17 500 000 31 500 000 14 000 000 80 500 000
BUREAU -
INVESTISSEMENTS
13 150 000 13 150 000
INCORPORELS - - - -

FONCTIONNEMENT 496 291 800 545 920 980 600 513 078 660 564 386 726 620 824 3 029 911 068

TOTAL 2 097 741 800 2 339 420 980 2 750 613 078 2 676 564 386 3 831 220 824 13 695 561 068

32
33

ANNEXE 4 – PLAN DE MISE EN ŒUVRE

INDICATEURS DE PERIODE PERIODE


REFERENCE ACTIVITES RESPONSABLE
RESULTATS DEBUT FIN
Axe stratégique I-Renforcer les capacités de la CNM
Décret de réorganisation de la
Mettre à jour les textes, notamment pour réorganiser la
ACT-I-1 CNM adopté en conseil de 01/06/2016 31/06/2016 CRR (ARMP)
CNM (décret)
Gouvernement
Développer une méthodologie de contrôle pérenne Méthodologie de contrôle
ACT-I-2 01/04/2016 31/05/2016 CNM
(procédure, calendrier, moyens,..) élaboré
Etoffer le personnel de la CNM : recruter 05 membres -01
Personnel recruté au niveau de
ACT-I-3 responsable informatique -01 agent administratif - 03 31/05/2016 31/08/2016 DAAF (ARMP)
la CNM
chauffeurs
Doter des moyens matériels CNM centrale (matériels Moyens matériels disponibles à
ACT-I-4 31/05/2016 30/08/2016 DAAF (ARMP)
roulants –matériels informatiques –MMB) la CNM
Réviser le Code des Marchés Publics pour renforcer Code des Marchés Publics
ACT-I-5 01/01/2017 30/06/2017 CRR (ARMP)
l’indépendance de la CNM révisé
Concevoir et mettre en place un système intégré de gestion Système intégré de gestion de
ACT-I-6 01/01/2017 30/06/2017 CNM
de dossiers à la CNM dossiers opérationnel à la CNM
Etoffer le personnel de la CNM : recruter 02 membres - 02
contrôleurs vérificateurs – 01 responsable Affaires Personnel recruté au niveau de
ACT-I-7 01/01/2017 31/03/2017 CNM
Générales – 01 responsable Suivi Evaluation -03 personnels la CNM
cadres - 02 agents administratifs- 04 personnels techniques
ACT-I-8 Former le personnel de la CNM Personnel formé régulièrement 01/07/2016 31/12/2020 CNM
Doter des moyens matériels CNM centrale (matériels Moyens matériels disponibles à
ACT-I-9 01/01/2017 31/03/2017 CNM
informatiques –MMB) la CNM

33
34

Etoffer le personnel de la CNM : Recruter 03 chauffeurs


niveau central. Recruter du personnel pour 01 CRM : 01
Personnel recruté au niveau de
ACT-I-10 Chef de commission – 04 membres – 01 personnel cadre -01 01/01/2018 31/03/2018 CNM
la CRM 1
agent administratif – 01 chauffeur – 02 personnels
techniques
Doter des moyens matériels 01 CRM (matériels roulants – Moyens matériels disponibles à
ACT-I-11 01/01/2018 31/03/2018 CNM
matériels informatiques –MMB) la CRM 1
Réviser les seuils pour une prédominance progressive du Arrêté sur les seuils signé par le
ACT-I-12 01/01/2020 31/03/2020 CRR (ARMP)
contrôle a posteriori MFB
Etoffer le personnel de la CNM : Recruter 02 contrôleurs
vérificateurs au niveau central. Recruter du personnel pour
Personnel recruté au niveau de
ACT-I-13 05 CRM : 01 Chef de commission – 04 membres– 01 01/01/2020 31/03/2020 CNM
05 CRM
personnel cadre -01 agent administratif – 01 chauffeur – 02
personnels techniques par CRM
Doter des moyens matériels 05 CRM (matériels roulants – Moyens matériels disponibles
ACT-I-14 01/01/2020 31/03/2020 CNM
matériels informatiques –MMB) pour 05 CRM
Axe stratégique II-Rendre effectif le champ d'application du contrôle
Pourcentage d'entités
Etendre le pourcentage d’entités dont les dossiers seront
ACT-II-1 contrôlées augmenté 01/07/2016 31/12/2020 CNM
contrôlés a posteriori
progressivement
Axe stratégique III- Revoir les modalités de l’assistance technique aux autorités contractantes
Elaborer des documents de référence en passation de Documents de référence
ACT-III-1 01/06/2016 30/06/2016 CNM
marchés et les vulgariser auprès des PRMP disponibles à toutes PRMP
Système intégré de gestion des
Concevoir et mettre en place un système intégré de gestion
ACT-III-2 dossiers opérationnel au 01/01/2017 31/05/2017 DSI (ARMP)
des dossiers pour les PRMP
niveau de toutes les PRMP
Clinique des marchés publics
ACT-III-3 Mettre en place une clinique des marchés publics 01/01/2017 31/03/2017 ARMP
opérationnelle

34
35

Système intégré de gestion des


Mettre à jour le système intégré de gestion des dossiers
ACT-III-4 dossiers mis à jour 01/01/2018 31/12/2020 DSI (ARMP)
pour les PRMP (si nécessaire)
régulièrement
Axe stratégique IV-Assurer le suivi de l’application des recommandations
Elaborer un système de suivi des recommandations (a priori Système de suivi des
ACT-IV-1 01/06/2016 31/08/2016 CNM
et a posteriori) recommandations validé
Rapport de suivi des
Procéder au suivi des recommandations de l’année
ACT-IV-2 recommandations disponible 01/07/2017 31/12/2020 CNM
précédente (contrôle a posteriori)
régulièrement
Axe stratégique V-Dénoncer les irrégularités
Initier la collaboration avec les autres organes de contrôle
Convention de collaboration
ACT-V-1 et d’investigation (BIANCO, IGE, CF, COUR DES COMPTES, 01/06/2016 31/08/2016 ARMP - CNM
signée
SAMIFIN)
Manuel de procédure
Elaborer un manuel de procédure relatif à l’application des
ACT-V-2 d'application des sanctions 01/01/2017 31/03/2017 ARMP
sanctions
validé
Commission d'éthique
ACT-V-3 Créer une Commission d’éthique au niveau de l’ARMP 01/06/2017 31/12/2017 ARMP
opérationnelle
Manuel de procédure
ACT-V-4 Mettre à jour le manuel (si nécessaire) d'application des sanctions mis 01/01/2018 31/12/2020 ARMP
à jour régulièrement

35
36

ANNEXE 5 – MODELE DE RAPPORT DE CONTROLE A PRIORI

1. SITUATION GENERALE

Durant l’année 2013, le flux alloué aux «marchés publics » en général s’élève à 195 255 466 810
MGA. (cf Annexe)

Le montant alloué aux marchés de fournitures domine la proportion à 63,59 %, suivi par celui des
marchés de travaux avec 27,14 % et des marchés de prestations de services avec 6,91 %, et enfin
les marchés de prestations intellectuelles avec 2,35%. (cf Annexe)

Sur le total des marchés passés, le taux que représentent les marchés dont les montants
atteignent les seuils de passation de marchés est de 43,69%. En effet, 39,03 % des marchés sont
passés par Bon de commande et 17,28% par Convention.
Pour ces marchés dont les montants ont atteint les seuils de passation de marchés, 14,62 % sont
passés par Appel d’Offres Ouvert, 22,88 % par Appel d’Offres Restreint et 6,19 % sont des marchés
de gré à gré. (cf.Annexe)

a) Dossiers examinés par la CNM

En 2013, la CNM a examiné 671 dossiers tous types confondus, y compris les renvois. Les projets
de marchés représentent environ 40% des dossiers, suivis des documents de planification et de
mise en concurrence représentant chacun 20% des dossiers examinés.

Type de dossiers 2013


Documents de planification (PPM-AGPM) 134
Documents de mise en concurrence 142
Rapport justificatif (pour les marchés de gré à gré) 62
Marchés 269
Actes (résiliation, sursis d’exécution,….) 3
Avenants 61
Textes sur les marchés publics -
Total 671

b) Marchés accordés par la CNM

En termes de montant des marchés ayant passé le contrôle a priori de la CNM, le taux que
représentent les marchés sur Appel d’Offres Ouvert est de 73,59%, celui des marchés sur Appel
d’Offres Restreint est de 13,63%, et celui des marchés de gré à gré est de 12,79%.(cf.Annexe)

36
37

c) Assistance technique

Pour l’assistance technique, 74 séances de coaching ont été réalisées en 2013 à l’endroit de 36
entités portant sur les thèmes ci-après :

- élaboration des PPM/AGPM : explication des seuils et des modes de passation


- conduite des procédures : élaboration des DAO/DC, marchés à commandes….
- gestion contractuelle : passation d’avenant, résiliation

2. PERFORMANCE DES ORGANES DE LA COMMANDE PUBLIQUE

La CNM a procédé à une analyse de la performance des organes de la commande publique relative
au contrôle a priori, sur la base des informations contenues dans sa base de données. Cette
analyse porte sur les 02 principales étapes de la passation des marchés :

- la planification
- la conduite des procédures (mise en concurrence et attribution des marchés).

Le tableau ci-après présente les critères d’analyse ainsi que leur poids respectif :

NOTE
CRITERES INDICATEURS
MAXIMALE

PLANIFICATION
Nombre de mise à jour annuelle Nombre de mise à jour effectuée 10
AGPM /PPM durant l’année

Taux de dossiers rejetés Nombre de dossiers rejetés 10


(renvoi) ou retirés sur nombre
total de dossiers présentés

CONDUITE DES PROCEDURES


ère
Ecart de délai entre 1 présentation du Moyenne des écarts de délai par 20
DAO/DC et dernière présentation du rapport au délai moyen
projet de marché y afférent admissible

Taux de dossiers rejetés Nombre de dossiers rejetés sur 20


nombre total de dossiers
présentés

Fréquence du recours aux modes Nombres de marchés passés par 20


dérogatoires – en nombre modes dérogatoires sur le
nombre total de marchés
présentés

37
38

Fréquence du recours aux modes Montant total des marchés 20


dérogatoires – en montant passés par modes dérogatoires
sur le montant total de marchés
présentés

TOTAL 100

Le classement par PRMP est donné ci-après :

DESIGNATION DES AUTORITES CONTRACTANTES NOTES OBTENUES

3. PRINCIPALES IRREGULARITES CONSTATEES

Ci-après les principales irrégularités constatées au cours de cet exercice budgétaire 2013 :

IRREGULARITES
TYPES DE DOSSIERS ENTITES CONCERNEES
CONSTATEES

Documents de planification
(PPM-AGPM)
Documents de mise en
concurrence
Rapport justificatif (pour les
marchés de gré à gré)

Marchés
Actes (résiliation, sursis
d’exécution,….)

Avenants

Textes sur les marchés publics

ANNEXES

38
39

ANNEXE 6 – MODELE (SOMMAIRE GENERAL) DU RAPPORT DE CONTROLE A


POSTERIORI ET MODELES DE FICHES DE CONTROLE

SOMMAIRE GENERAL DU RAPPORT PAR PRMP

GLOSSAIRE

PARTIE 1- NOTE DE SYNTHESE


I- IDENTIFICATION DE L’AUTORITE CONTRACTANTE ET DES ORGANES DE LA
COMMANDE PUBLIQUE
II- DONNEES GENERALES DE LA MISSION
1. Liste des contrôleurs affectés à la mission
2. Liste des contrats contrôlés
3. Conformité des procédures
III- INFRACTIONS CONSTATEES

PARTIE 2 – PRINCIPALES CONSTATATIONS ET RECOMMANDATIONS

I- PRINCIPALES CONSTATATIONS
1. Sur l’organisation et le fonctionnement des organes de la commande publique
2. Sur la conduite des procédures
II- PRINCIPALES RECOMMANDATIONS
1. Sur l’organisation et le fonctionnement des organes de la commande publique
2. Sur la conduite des procédures

PARTIE 3 - ANNEXES ET PIECES JUSTIFICATIVES

39
40

SOMMAIRE GENERAL DU RAPPORT ANNUEL

GLOSSAIRE

PARTIE 1- DONNEES GENERALES DE LA MISSION


I- OBJECTIF ET DEROULEMENT DE LA MISSION
1. Contexte et Objectif
2. Méthodologie adoptée et déroulement de la mission
II- RESULTATS ET STATISITIQUES
1. Liste des contrats contrôlés
2. Conformité des procédures
III- INFRACTIONS CONSTATEES

PARTIE 2 – PRINCIPALES CONSTATATIONS ET RECOMMANDATIONS


I- PRINCIPALES CONSTATATIONS
1. Sur l’organisation et le fonctionnement des organes de la commande publique
2. Sur la conduite des procédures
II- PRINCIPALES RECOMMANDATIONS
1. Sur l’organisation et le fonctionnement des organes de la commande publique
2. Sur la conduite des procédures

PARTIE 3 - ANNEXES

40
41

MODELES DE FICHE DE REVUE DETAILLEE

41
42

42
43

43
44

44
45

45
46

46
47

47
48

48
49

49
50

50
51

51
52

52
53

53
54

54
55

55
56

56
57

57
58

58
59

59
60

60