Vous êtes sur la page 1sur 2

Cour Européenne des droits de l’Homme

Conseil de l’Europe
67075 STRASBOURG - CEDEX

ARTICLE 39 - URGENT

Personne de contact :
Maître Marie-Alix CANU-BERNARD : 01.40.67.18.80

REQUETE ET DEMANDE D’APPLICATION DE


L’ARTICLE 39 :
MESURES PROVISOIRES

A LA REQUETE DE : Monsieur Abdelhamid HAKKAR,


né le 20 juillet 1955 à Khenchela (Algérie),
de nationalité française
détenu au Centre de Détention de ENSISHEIM sise 59,
Rue de la 1e armée - 68 190 ENSISTEIM
FRANCE

REPRESENTE PAR: Maître Marie-Alix CANU-BERNARD


Avocat au barreau de Paris,
26, avenue Kléber – 75116 PARIS
FRANCE
Tel 01.40.67.18.80 – Fax : 01.45.00.08.48

Elisant domicile en son cabinet


III- CONCLUSIONS

→ Article 39 du règlement :
Le requérant demande à la Cour, en raison de l’urgence liée à l’état de santé
de M HAKKAR qui a entamé une grève de la faim depuis le 5 novembre 2010
de faire application de l’article 39 de son règlement, qui prévoit que « la
chambre ou, le cas échéant, son président peuvent, soit à la demande d’une
partie ou de tout autre personne intéressée, soit d’office, indiquer aux parties
toute mesure provisoire qu’ils estiment devoir être adoptée dans l’intérêt des
parties ou du bon déroulement de la procédure », en l’espèce :

- d’ordonner au gouvernement français de constater que M


HAKKAR est de nationalité française et de lui ordonner de réparer
sans délai l’erreur matérielle commise, sachant que toute nouvelle
procédure est inimaginable au regard du délai et surtout du fait
que Monsieur HAKKAR devrait à la lecture de la motivation de
l’arrêt être désormais libre si cette erreur matérielle grossière
n’avait pas été commise.

- d’informer sans délai le Comité des ministres du Conseil de


l’Europe de ce nouveau dysfonctionnement de l’Etat Français
concernant Monsieur Abdelhamid HAKKAR.

→ Articles 3, 5-1, 5-4, 6-1 et 13 de la Convention :


Le requérant demande à la Cour de juger que la France a violé les articles 3,
5-1, 5-4, 6-1 et 13 de la Convention

→ Article 41 de la convention :
le requérant demande à la Cour d’user à son égard de l’article 41 de la
convention et d’accorder à ce titre à Monsieur HAKKAR, la « satisfaction
équitable » de 50 000 euros en réparation du préjudice moral qui résulte
pour lui des violations de la Convention subies, sachant que chaque jour qui
s’écoule met en péril le projet de sortie initié par lui et dont il n’est pas sur
de pouvoir encore bénéficier si la sortie n’est pas immédiate et la
« satisfaction équitable » de 5 000 euros pour frais et dépens.

Fait à Paris, le 25 novembre 2010

Maître Marie-Alix CANU-BERNARD