Vous êtes sur la page 1sur 56

Zineb BOUDIL

Consultante en Environnement
et Développement Durable
INTRODUCTION
INTRODUCTION

Développement Transition
économique MAROC démographique

 Industrialisation  Accroissement démographique


 Grands projets d’infrastructure  Urbanisation de la population
 Projets touristiques  Amélioration du niveau de vie

Dégradation du capital écologique

Altération de la qualité Réduction des


des milieux naturels ressources naturelles

Coût estimé à 13 Mrds DH, soit 3,7 % du PIB


INTRODUCTION

Impératifs du développement durable  Renversement de la tendance à la dégradation


construction progressive d’un système environnementale.
de protection et d’amélioration  Réhabilitation environnemental.
de l’environnement  valorisation du potentiel écologique .

 Cadre juridique : lois, règlements, normes.


 Ressources financières : budget, fiscalité
Renforcement des moyens d’actions environnementale, instruments d’incitation.
envers l’environnement  Expertise et moyens techniques : évaluation,
modélisation, contrôle.
 Mécanismes de coordination interministérielle
et territoriale.

Stratégie de mise à niveau


environnementale
Stratégie du développement
environnemental
DE
STRATÉGIE DE PROXIMITÉ DU DE

Approche globale et intégrée de gestion de l’environnement


de proximité, basée sur les principes de gouvernance locale,
de synergie entre les différents intervenants et de pérennisation
de l’action environnementale.

Planification opérationnelle
Protection des ressources et des
orientée vers l’amélioration
écosystèmes naturels
du cadre environnental des
citoyens
Renforcement du cadre
institutionnel et juridique de Suivi permanent de l’état
gestion de l’environnement de de l’environnement
proximité
au niveau des régions

Mise en place des conditions Mobilisation des acteurs locaux pour


nécessaires à l’instauration du la participation à la réalisation des
développement durable projets environnementaux
STRATÉGIE DE PROXIMITÉ DU DE

Approche de mise en œuvre

Approche Approche Approche


territoriale partenariale programmatique

Renforcement de la décentralisation et accroissement de la


cadence des réalisations en matière de protection et de
valorisations de l’environnement en partenariat avec tous
les intervenants.
APPROCHE TERRITORIALE

•La région, la préfecture, la province et même la commune


au centre des préoccupations environnementale

•Toutes les déclinaisons des composantes environnementales


sont ramenées à une échelle régionale ou locale
APPROCHE TERRITORIALE

 Renforcement de la présence du Département auprès des principaux


acteurs régionaux et locaux
 Amélioration de la connaissance de l’état de l’environnement au niveau
local
 Appui aux collectivités locales pour intégrer la dimension
environnementale dans leurs stratégies et plans d’action

 CRÉATION DES SERVICES EXTÉRIEURS


 MISE EN PLACE DES OBSERVATOIRES RÉGIONAUX
DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT
DURABLE
 MISE EN PLACE DES COMITÉS RÉGIONAUX DES EIE
APPROCHE PARTENARIALE

•Mutualiser les moyens et mobiliser la synergie pour une


mise en œuvre rapide et efficace des projets
environnementaux
APPROCHE PARTENARIALE ASCENDANTE

 Accroitre la cadence des réalisations

 Assurer l’appropriation des projets par les acteurs locaux


 Améliorer le cadre environnemental des citoyens dans
la perspective d’un développement local durable

 Fédérer les synergies,


 Optimiser les ressources,
 Assurer la cohérence des actions engagées.

 Conventions Cadres
Instaurer un cadre avec les Régions
de coopération
et de partenariat basé sur  Conventions
la concertation Spécifiques avec les
et la participation préfectures et
responsable Provinces
de tous les intervenants  Conventions avec
les Opérateurs socio-
économiques
APPROCHE PROGRAMMATIQUE

•Planifier la mise en œuvre à court, moyen et long terme


pour les projets de grands envergure (assainissement liquide,
déchet solide)
APPROCHE PROGRAMMATIQUE

 Programme National de dépollution industrielle


 Programme National d’Assainissement Liquide et
d’Epuration des Eaux Usées (PNA)
 Réaliser des projets intégrés
 Programme National de gestion des Déchets Ménagers et
 Consolider les acquis assimilés (PNDM)

 Assurer le durabilité des  Programme National de protection de la qualité de l’air


réalisations  Programme National de mise à niveau environnementale
 Améliorer le cadre
des écoles rurales
environnemental des citoyens  Programme National de mise à niveau environnementale
des mosquées et écoles coraniques
 Programme d’aménagement des espaces récréatifs
dans les forêts
 Programme National de protection et de valorisation
de la biodiversité
Un engagement irrévocable :
Action environnementale en marche
1 Création du Département de l'Environnement, Agences de bassins,
Renforcement du cadre CNE, ADEREE, CNEI, CREI…
institutionnel
Lois environnementales : Eau 10-95, Environnement Loi 11-03,
2 Etude Impacts 12-03, Pollution atmosphérique 13-03, Déchets loi
Renforcement du cadre 28-00, Aires protégées 22.07, Energies renouvelables 13.09,
juridique Efficacité Energétique 20.07, Charte & Loi Cadre (en cours),
Littoral….
3
Renforcement du suivi
Observatoire National de l’Environnement du Maroc (ONEM),
et évaluation
Observatoires Régionaux de l’Environnement et de
Développement Durable (OREDD), Indicateurs de Développement
4 Durable (IDD).
Mise à niveau
environnementale
Programmes de mise à niveau (PNA, PNDM,..)
5 Renforcement des
instruments économiques et Fonds National de l’Environnement, Fonds de Dépollution
financiers Industrielle (FODEP), Fonds d’Assainissement Liquide et
6 d’Epuration des Eaux Usées, Fonds de Développement
Sensibilisation Energétique,…
et Communication
Appui aux associations, accès à l’information, Etudes d’Impacts et
enquête publique
14
Mise à niveau environnementale

PNA – Programme National d’Assainissement

Objectifs
Atteindre un taux de raccordement global au réseau
d’assainissement en milieu urbain de 75% en 2016, de
80% en 2020 et de 100% en 2030.
Atteindre un taux de traitement de 40% en 2016, de 80%
en 2020 et de 100% en 2030.
Traiter jusqu’au niveau tertiaire les eaux usées et les
réutiliser à 50% en 2020 et 100% en 2030.
STEP de Beni Mellal
Investissement : 50 Mrds de DH

Résultats :
Augmentation du taux de raccordement au réseau
d’assainissement des eaux usées à 72 %.
Augmentation du taux d’épuration des eaux usées à 25 % STEP de Aîn Taoujtate
(contre 8 % en 2005). 15
Mise à niveau environnementale

PNDM – Programme National de Gestion des Déchets


Ménagers

Objectifs

Atteindre un taux de collecte de 85 % en 2016, 90 % en 2020 et 100% en


2030.
Réaliser des décharges contrôlées au profit de tous les centres urbains
(100%) en 2020.
Fermer et réhabiliter toutes les décharges sauvages (100%) en 2020.
Décharge Benslimane réhabilitée
Professionnaliser la gestion de ce secteur.
Développer la filière de « tri-recyclage-valorisation» pour atteindre un Avant
taux de 20 % de recyclage de l’ensemble des déchets produits en
2020.

Investissement : 40 Mrds de DH

Résultats :

Augmentation du taux de collecte pour atteindre 75 % contre 44 % avant


2008.
Augmentation de 21 points du taux de mise en décharges contrôlées Décharge Mohammedia
pour atteindre 31 % contre 10 % avant 2008. réhabilitée
16
DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DE
L’ENVIRONNEMENT

État

Collectivités Stratégie de mise à


Straté Opérateurs
niveau environnementale
Locales économiques

Mise en œuvre des programmes nationaux et territoriaux

Demande augmente

Marché de
l’environnement

OFFRE À
DÉVELOPPER
DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DE
L’ENVIRONNEMENT

Marché de
l’environnement

Développer l’expertise et le savoir- Inciter à la mise en place d’un Contribuer à la formation d’une
faire nationaux en matière réseau d’opérateurs privés main d’œuvre qualifiée en métiers
d’environnement compétents de l’environnement

Encourager la Recherche et le Contribuer à l’émergence d’un Pôle Renforcer la formation professionnelle


Développement en partenariat avec de Compétence National en dans les métiers de l’environnement en
les universités, les instituts de Environnement (CID) qui permettra partenariat avec les opérateurs publics
recherches et les écoles d’ingénieurs de structurer et de renforcer le marché et privés
de l’environnement
RÉGLEMENTATION
NATIONALE
La loi 11
11--03 : Protection et Mise en valeur de
l’Environnement

La loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de


l’environnement, promulguée par dahir n° 1-03-59 du 10 Rabii I 1424
(12 Mai 2003), définit les principes et les orientations d’une stratégie
juridique environnementale pour le Maroc.
Cette loi de portée générale répond aux besoins d’adopter une
démarche globale et intégrée assurant le meilleur équilibre possible
entre la nécessité de préservation de l’environnement et les besoins
de développement économique et social du pays.
Cette loi traite les points suivants :
La loi 11
11--03 : Protection et Mise en valeur de
l’Environnement
•Les établissements humains (articles 4, 5, 6 et 7 de la section première du
chapitre II) ;
Le patrimoine historique et culturel (articles 8 de la section II du chapitre II) ;
•Le
•Les installations classées (articles 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 16 de la section III
du chapitre II) ;
•Les sols et les sous sols (articles 17, 18et 19 de la section première du
chapitre III) ;
•La faune, la flore et la biodiversité (articles 20, 21, 22, 23, 24 ,25 et 26 de la
section II du chapitre III) ;
•Les eaux continentales (articles 27 28 et 29 de la section du chapitre III) ;
•L’air (articles 30,31 et 32de la section IV du chapitre III) ;
•Les compagnes et les zones montagneuses (articles 37 de la section VI du
chapitre III)
•Les déchets (articles 41 et 42 de la section première du chapitre IV) ;
•Les rejets liquides et gazeux (articles 43 et 44 de la section II du chapitre IV) ;
•Les substances nocives et dangereuses (articles 47 et 48 de la section IV de
chapitre IV).
La loi 12
12--03 : Etude d’impact sur
l’environnement
La loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement,
promulguée par le Dahir n° 1-03-60 du 10 rabii I 1424 (12 mai 2003) a
pour objet de :
•Evaluer de manière méthodique et préalable, les répercussions
éventuelles, les effets directs et indirects, temporaires et permanents du
projet sur l'environnement et en particulier sur l'homme, la faune, la
flore, le sol, l'eau, l'air, le climat, les milieux naturels et les équilibres
biologiques, sur la protection des biens et des monuments historiques, le
cas échéant sur la commodité du voisinage, l'hygiène, la salubrité publique
et la sécurité tout en prenant en considération les interactions entre ces
facteurs;
•Supprimer, atténuer et compenser les répercussions négatives du
projet ;
•Mettre en valeur et améliorer les impacts positifs du projet sur
l'environnement ;
•Informer la population concernée sur les impacts négatifs du projet sur
l'environnement.
La loi 12
12--03 : Etude d’impact sur
l’environnement

Les projets soumis à l’étude d’impact sur l’environnement


sont :
•Les établissements insalubres, incommodes ou
dangereux classés en première catégorie ;
•Les projets d’infrastructures, dont les projets
touristiques ;
•Les projets industriels ;
•Les projets d’agriculture, d’aquaculture et de
pisciculture.

Cette loi précise également, la procédure de réalisation


et la consistance des études d’impact.
Décret n°2-04-563
 Comité national d'études d'impact sur l'environnement:
1-composition

◦ Le Comité comprend en qualité de membres permanents


les représentants des administrations publiques qui sont
particulièrement concernées par la problématique de la
protection de l’environnement,

◦ La présidence et le secrétariat du Comité sont assurés


par l’autorité gouvernementale chargée de
l’environnement.
La loi cadre 99
99--12
12Charte
Charte de l’Environnement
et de Développement Durable
Principes du Développement Durable

• La vision long terme


• La solidarité
• Le principe de responsabilité, de prévention
• Le principe de précaution
• Le principe de participation
• La préservation des ressources naturelles

Objectifs de la Charte
• Une prise de conscience écologique collective et un changement inévitable des
comportements ;
• Un fort engagement des différents acteurs et opérateurs socioéconomiques ;
• La sauvegarde de la qualité et des différentes composantes du patrimoine naturel et
culturel national ;
• Un développement social, économique et culturel à même d´améliorer
substantiellement la qualité de vie et les conditions sanitaires du Citoyen

25
Charte Nationale de l’Environnement et son processus
d’opérationnalisation:
Point d’ancrage du développement durable
La stratégie d’opérationnalisation
technique de la Charte passe par 3 grandes
DROITS DEVOIRS étapes qui constituent le Système de
VALEURS PRINCIPES Protection de l’Environnement (SPDE)

ENGAGEMENTS

Opérationnalisation
réglementaire / juridique 3
Stratégie Nationale de
Développement Durable
Loi Cadre
Est un cadre de référence pour
unifier l’action de l’Etat en
2
matière d’Environnement et DD. Stratégie Nationale de
l’Environnement
Oriente les politiques publiques
et les règlements de droit à
venir. 1
Contribue à l’intégration des
Mise à niveau environnementale
préoccupations
environnementales dans toutes
les politiques publiques.

26
Projet de loi 17-49 relatif à l’évaluation
environnementale

 La mise en œuvre de la loi-cadre No


12/99 portant Charte nationale de l’environnement et
du développement durable.
 Dépasser certaines lacunes de la loi n°12-03 sur les études
d’impact environnemental, notamment la non-
soumission de certains projets polluants aux études d’impact
et l’incohérence du système de suivi avec le développement
institutionnel de la police environnementale.
 Mise également à mettre en place un mécanisme juridique
pour l’évaluation de l’impact environnemental des
politiques publiques, des stratégies, des programmes et des
plans de développement,
Projet de loi 17-49 relatif à l’évaluation
environnementale

Avantages

•Permet de servir les objectifs de DD dans la création ou la révision


des projets
•Transforme progressivement les méthodes de prise de décision
conventionnelles des gouvernements en processus intégrant le
concept du DD;
•Facilite la transparence des décisions et la consultation du public.
•Améliore la responsabilisation des décideurs en facilitant l’examen
externe des décisions, en plus d’éduquer la population sur les
questions environnementales
Projet de loi 17-49 relatif à l’évaluation
environnementale
 L’Évaluation Environnementale
Stratégique n’est pas une solution simple et
facilement réalisable et il existe des défis à la bonne
mise en œuvre de la procédure de L’Évaluation
Environnementale Stratégique dans un état.
L’instauration d’une méthodologie propre à chaque
état, l’arrimage de l’ÉES et l’Étude d’Impact sur
l’Environnement, l’identification des frontières
d’évaluation pour chaque étude et le manque
d’information des conditions socio-économiques et
écologiques présentes et futures sont quelques-unes
des raisons qui rendent sa mise en œuvre complexe.
Ces difficultés font en sorte que certaines autorités
sont réticentes à son intégration comme procédure
formelle dans leur législation.
Cadre juridique et réglementaire

Renforcement du cadre juridique et


réglementaire:
 la Loi 36-15 sur l’eau ;
 la Loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution
de l’air;
 la Loi n° 28-00 relative à la gestion des déchets et
à leur élimination améliorée par la loi 23-12;
 La Loi 12-81 relative au littoral ;
 Décret n° 2-14-85 sur la gestion des déchets
dangereux
 Décret n° 2-14- 782 relatif à l’organisation et le
fonctionnement de la police de l’Environnement
Cadre juridique et réglementaire

Renforcement du cadre juridique et


réglementaire:
 l’adoption des arrêtés relatifs aux valeurs
limites spécifiques de Rejet à respecter par
les Déversements liquides (VLR) et les
valeurs Limites Générales de Rejet applicable
dont l’entrée en vigueur est fixé au 1er
Janvier 2018.
 L’adoption des valeurs limites Générales de
Rejet gazeux
Cadre institutionnel

Renforcement de l’observation
environnementale
 l’élaboration des Rapports Intégrés de
l’Etat de l’Environnement aux niveau de
toutes les régions et du Rapport sur l’Etat
de l’Environnement;
 L’élaboration du 4ème Rapport sur les
Indicateur du Développement Durable;
 L’élaboration de 11 Systèmes
d’Information Régionaux.
Notions de base
Terminologie
◦ Environnement : ensemble des éléments naturels et des
établissements humains
◦ Etude d'impact sur l'environnement : étude préalable
permettant d'évaluer les effets directs ou indirects
pouvant atteindre l'environnement à court, moyen et long
terme.
◦ Pétitionnaire : personne physique ou morale, auteur
d'une demande d'autorisation ou d'approbation
concernant un projet soumis à l'étude d'impact sur
l'environnement.
◦ Acceptabilité environnementale : décision prononcée
par l'autorité gouvernementale attestant de la faisabilité
du point de vue environnemental d'un projet
 Directives : documents de référence définissant les
principaux éléments qui doivent être intégrés.
 Termes de références : document de référence
définissant les aspects et les exigences
environnementaux
 Zones sensibles : zones humides, zones protégées et
zones d'utilité biologique et écologique ainsi que celles
situées sur les nappes phréatiques et sur les sites de
drainage des eaux.
Études d’impact sur l’environnement :

Techniquement :

Une procédure qui permet d’examiner les


conséquences, tant bénéfiques que néfastes, qu’un
projet ou programme de développement envisagé
aura sur l’environnement et de s’assurer que ces
conséquences sont dûment prises en compte dans la
conception, la réalisation et l’exploitation du projet
ou programme;
Légalement :
l’étude d’impact sur l’environnement est un
document exigé en vue de l’obtention de
l’autorisation administrative pour la réalisation
d’un projet assujetti.
Quand ?
Suffisamment en amont pour l’optimisation du
projet et l’internalisation des coûts
environnementaux dès les premiers stades de
planification du projet.
Pourquoi ?
 Intégrer la dimension environnementale dès la conception du
projet ;

Éviter les graves conséquences de dégâts irréversibles, constituant


une perte définitive,

 Éclairer les différents intervenants concernés par le projet.

 Économiser le coût exorbitant de réparation des dommages causés


à l’environnement ou au tiers,

 Préserver le cadre de vie et l’état de santé de la population.


Objectifs :

S’assurer que les problèmes environnementaux et sociaux sont


intégrés dans la prise de décision.

Réduire et gérer les différents impacts liés au projet.

Fournir un mécanisme de consultation et de diffusion de


l’information et Faciliter la participation des bénéficières dans le
processus décisionnel.
Comité d’examen des EIE :
Comité National Comités Régionaux
Attribution
D’examiner les études d’impact D’examiner les études d’impact
sur l’environnement et d’instruire sur l’environnement et d’instruire
les dossiers y relatifs concernant les les dossiers y relatifs concernant
projets qui lui sont confiés; les projets qui lui sont confiés;

De donner son avis sur


De donner son avis sur
l’acceptabilité environnementale
l’acceptabilité environnementale
des projets;
des projets
De participer à l’élaboration des
directives préparées par l’autorité
gouvernementale chargée de
l’environnement afférentes aux
EIE;

De soutenir et de conseiller les


comités régionaux des études
d’impact sur l’environnement dans
l’exercice de leurs attributions.
Comité d’examen des EIE :
Comité National Comités Régionaux
Des projets dont le seuil Des projets dont le seuil
Compétence :
d’investissement est supérieur d’investissement est inférieur ou
l’examen à 200 millions de dirhams ; égal à 200 millions de dirhams ;

Des projets d’infrastructure


qui franchissent les limites de
deux régions au moins,
quelque soit le seuil de leur
investissement ;

Des projets transfrontaliers,


quel que soit le montant de
l’investissement.
Composition des comités d’examen des EIE :
Comité National Comités Régionaux
 Présidence Présidence
l’autorité gouvernementale chargée de le wali de la région devant abriter le projet ou son
l’environnement ou son représentant; représentant
Membres : les représentants des autorités Membres : les représentants régional de chacune
gouvernementales chargées de: des autorités gouvernementales chargées de:
l’intérieur ; l’aménagement du territoire ; l’aménagement du territoire ; l’agriculture ; la pêche
l’agriculture ; la pêche maritime ; l’équipement ; maritime ; l’équipement ; tourisme ; la santé ;
tourisme ; la santé ; l’énergie et des mines ; l’énergie et des mines ; l’industrie ; l’urbanisme ;
l’industrie ; l’urbanisme ; l’eau ; eaux et forêts, l’eau ; l’environnement; eaux et forêts,
le (les) représentant(s) du (des) autorité (s)
gouvernementale(s) concernée(s) par la gestion Et l'autorité préfectorale ou provinciale, commune
du milieu récepteur du projet dont l’étude ou des communes concernée(s) par le projet.
d’impact sur l’environnement est soumise à
l’examen du comité ;

Et l'autorité préfectorale ou provinciale, Le président du comité régional peut, si nécessaire,


commune ou des communes concernée(s) par le inviter toute personne y compris, le pétitionnaire ou
projet. son représentant ou toute entité publique ou privée
compétente en matière d’environnement, à participer, à
Le président du comité national peut, si nécessaire, titre consultatif, aux travaux du comité régional.
inviter toute personne y compris, le pétitionnaire
ou son représentant ou toute entité publique ou
privée compétente en matière d’environnement, à
participer, à titre consultatif, aux travaux du comité
national.
Secretariat permanent du CNEI / CREI.

Le Comité National/Régional est doté d’un secrétariat


permanent assuré par : le Ministère chargé de l’environnement
au niveau central / le représentant régional de l’autorité
gouvernementale chargée de l'environnement à l’échelle
régionale.
Rôle du secrétariat
Le secrétariat du CNEI/CREI procède à l’enregistrement
des études d’impact soumises audit comités, assure la
préparation de ses travaux, établit les procès-verbaux des
réunions et fait procéder à leur signature par les membres
présents.
Les études d’impact sur l’environnement devant être
examinées par le CNEI/CREI sont déposées auprès de ce
secrétariat.
L’examen d’un rapport EIE :
Cet examen porte essentiellement sur :
la conformité de l'étude aux termes de référence;
la fiabilité des données de base;
la validité des méthodes scientifiques utilisées;
les impacts du projet sur l'environnement;
les mesures d'atténuation ;
le programme de surveillance et de suivi;
les conclusions de l’enquête publique.
Le comité CNEI/CREI peut inviter le pétitionnaire à compléter les
informations nécessaires à l'examen de l’EIE.

Un rapport d’examen de l’EIE (procès-verbaux) est réalisé par le


secrétariat du comité à la fin de chaque réunion.
Décisions :

Projet acceptable : sa réalisation est autorisée après Validation du


cahier des charges environnementales par le CNEI/CREI.

Projet non acceptable : sa réalisation est non autorisée.

La décision d’acceptabilité environnementale constitue l'un des


documents du dossier d’obtention de l'autorisation de réalisation du
projet.
Rôle des principaux Acteurs Impliqués dans La
Procédure des EIE
Le Ministère de tutelle du projet :
Élabore les T.R de l’EIE en collaboration avec le promoteur ;
Participe à l’examen de l’EIE au sein du CNEI ou CREI des
Études d’Impact ;
Participe à la surveillance et au suivi du projet.
L’autorité gouvernementale chargée de l’environnement
Élabore les directives sectorielles;
Examine la recevabilité des EIE;
Prépare l’examen des projets, définit les enjeux
environnementaux des projets, identifie les partenaires qui
devront être consultés et évalue l’expertise nécessaire à l’examen
des EIE;
Coordonne l’examen des EIE dans le cadre du CNEI/CREI;
Encadre les BET dans la réalisation des cahiers des charges
environnementales;
Élabore les rapport d’examen (procès-verbaux);
Prononce la décision d’acceptabilité environnementale;
Participe au contrôle environnemental des projets acceptés.
Le promoteur du projet assujetti à la procédure
de l’EIE
Participe à l’élaboration des ToR de l’EIE ;
Réalise l’EIE conformément aux T.R;
Prend à sa charge le financement de l’EIE et celui
de l’enquête publique,

La population :
sollicitée lors de l’enquête publique pour prendre
conscience des impacts potentiels du projet (positifs et
négatifs) et exprimer son avis sur la réalisation du projet.
Assurer
Par que le
le Ministère projet ensera
du tutelle se
conforme
basant auxdirectives
sur les lois en vigueur
élaboréeet
Demande d’autorisation ou d’approbation
pour la réalisation d’un projet auxl'autorité
par normes pour la protection
gouvernementale
de l’environnement.
chargée de l’environnement et
Par l'autorité approuvée par le CNEI.
gouvernementale
chargée de Projet assujetti à l’EIE Aucune évaluation requise
NON
l’environnement qui
examine sa
recevabilité à la OUI
Mise en œuvre du projet
lumière des termes
liste d’assujettissement
de références Préparation des termes
Annexéepar
délivrés à la loile de références
Ministère12-03
du tutelle.
Réalisation de l’EIE

Complément d’étude
NON
Étude de recevabilité

OUI Activité par Pétitionnaire


Activité par l’Administration
Auprès de l’autorité
chargée de
l’environnement OUI Projets qui font l'objet d'une enquête
publique prévue par d'autres textes
législatifs et réglementaires
Dépôt de l’EIE Enquête Public
Projets qui ne font pas l'objet d'une
enquête publique prévue par d'autres
textes législatifs et réglementaires

Examen de l’EIE
Complément NON
d’étude Registre
Décision du CNEI/CREI

Rapport de la commission
Non Décision de l’autorité
Acceptable chargée de l’environnement

Acceptable
Activité par Pétitionnaire
Activité par l’Administration

Mise en œuvre du projet Surveillance et


Suivi
Projets soumis à l‘EIE(1
l‘EIE(1)

1 - Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux classés en première catégorie.


2 - Projets d'infrastructures :
- Construction de routes (routes nationales et autoroutes);
- Voies ferrées;
- Aéroports;
- Aménagement de zones urbaines;
- Aménagement de zones industrielles;
- Ports de commerce et ports de plaisance;
- Barrages ou toutes autres installations destinées à retenir et à stocker les eaux d'une manière
permanente;
- Complexes touristiques, notamment ceux situés au littoral, à la montagne et en milieu rural;
- Installations de stockage ou d'élimination de déchets quel que soit leur nature et la méthode de leur
élimination;
- Stations d'épuration des eaux usées et ouvrages annexes;
- Emissaires d'évacuation marin;
- Transport de matières dangereuses ou toxiques.
Projets soumis à l‘EIE(2
l‘EIE(2)
3 - Projets industriels
Industrie extractive :
- Mines;
- Carrières de sable et gravier;
- Cimenteries;
- Industrie de plâtre;
- Transformation du liège.
Industrie de l'énergie :
- Installations destinées au stockage du gaz et tous produits inflammables;
- Raffineries de pétrole;
- Grands travaux de transfert d'énergie;
- Centrales thermiques et autres installations à combustion puissance calorifique moins 300MW;
- Centrales nucléaires;
- Centrales hydroélectriques.
Industrie chimique :
- Installations de fabrication de produits chimiques, de pesticides, de produits pharmaceutiques, de peintures
de vernis, d'élastomères et peroxydes;
- Lancement de nouveaux produits chimiques sur le marché;
- Extraction, traitement et transformation d'amiante.
Traitement des métaux :
- Usines sidérurgiques;
- Traitement de surface et revêtement des métaux;
- Chaudronnerie et appareils métalliques.
Projets soumis à
Industrie des produits alimentaires :
- Conserverie de produits animal et végétal;
- Fabrication de produits laitiers;
l‘EIE(33)
l‘EIE(
- Brasserie;
- Fabrication de confiseries et de boissons;
- Usines de farine de poisson et d'huile de poisson;
- Féculerie industrielle;
- Sucreries et transformation de mélasses;
- Minoteries et semouleries;
- Huileries.
Industrie textile, du cuir, du bois, du papier, de carton et de poterie:
- Fabrication de pâte à papier, de papier et de carton;
- Tanneries et mégisserie;
- Production et traitement de cellulose;
- Teinturerie de fibres;
- Fabrication de panneaux de fibres, de particules et de contre-plaqués;
- Industrie de textile et teintureries;
- Poterie.
Industrie de caoutchouc :
- Fabrication et traitement de produits à base d'élastomères.
Projets soumis à l‘EIE(4
l‘EIE(4)
4 –Agriculture

- Projets de remembrement rural;


- Projets de reboisement d'une superficie supérieur à 100 hectares;
- Projets d'affectation de terre inculte ou d'étendue semi-naturelle à l'exploitation agricole intensive.

5 - Projets d'aquaculture et de pisciculture