Vous êtes sur la page 1sur 6

Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

TP3
modulation AM, démodulation synchrone, démodulation de
fréquence
Objectifs
A l’issue de cette séance, l’étudiant devra être capable de :
• mettre en œuvre une modulation d’amplitude
• relever et comprendre le spectre d’un signal modulé en amplitude
• mettre en œuvre une démodulation d’amplitude synchrone
• relever et comprendre le spectre d’un signal modulé en fréquence
• régler un oscillateur contrôlé en tension (VCO)
• mettre en œuvre une PLL pour faire une démodulation de fréquence

Evaluation
Préparation (contrôle en début de séance)
Compte – rendu
Travail pendant la séance

Modulation d’amplitude
Rappels : modulation d’amplitude
Pour transmettre un signal s( t ) = S cos(2πf1t ) de fréquence f1 faible, on utilise un signal de fréquence élevée
appelé porteuse, p( t ) = P cos( 2πf 0 t ) , où P est l’amplitude de la porteuse, et f0 la fréquence de la porteuse
(fréquence élevée).
L’amplitude P dépend du signal s(t) à transmettre :
s(t)
v( t ) = P(1 + ks( t )) cos(2πf 0 t ) v(t)
p(t) : porteuse Mélangeur ou
s(t) : signal modulant p(t) modulateur AM
v(t) : signal modulé

Préparation
• Proposer un schéma utilisant un multiplieur AD633 pour réaliser une modulation d’amplitude avec
porteuse.
• Proposer un schéma d’une démodulation synchrone.
Manipulations
• Réaliser le montage permettant de réaliser un modulation d’amplitude avec porteuse de f0 = 20 kHz par un
signal sinusoïdal de fréquence f1 = 1 kHz.
• Pour S = 5 V, f1= 1 kHz, P = 5 V et f0 = 20 kHz, visualiser le signal modulant et le signal modulé.
• Justifier le terme de « modulation d’amplitude »
Mesure de l’indice de modulation
Pour un signal s( t ) = S cos(2πf1 t ) , on peut mettre le signal modulé sous la forme :
v( t ) = P(1 + m cos(2πf1 t )) cos(2πf 0 t ) , où m est appelé indice de modulation.
• En appelant L l’amplitude crête – à crête maximale du signal modulé et λ l’amplitude crête – à crête minimal du
L−λ
signal modulé, montrer que m= .
L+λ
• Pour S = 5V, 7 V puis 10 V, mesure l’indice de modulation. Justifier les résultats obtenus.
• Tracer l’allure du signal si l’indice était plus grand que 1 (on parle de « surmodulation »).
Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

Spectre du signal modulé en amplitude


L’oscilloscope permet de calculer la FFT (Fast Fourier Transform) d’un signal (bouton Math Menu de
l’oscilloscope). Le spectre du signal module est affiché entre 0 et fE/2 , où fE est la fréquence d’échantillonnage.
N
Pour régler fréquence d’échantillonnage, on agit sur la base de temps. On a fE = .
NB * (TIME / DIV)
En effet, sur l’écran de l’oscilloscope, constitué en général de NB = 10 divisions (10 carreaux), on voit les N points
(ici N = 2500 points). En fonction de la base de temps utilisée (« TIME/DIV »), on peut en déduire la période
d’échantillonnage.
• Régler la fréquence d’échantillonnage à 100 kHz (= kSample/seconde). Pour f1 = 1 kHz, puis 2 kHz, puis
5 kHz, relever et justifier le spectre obtenu.
• Reprendre les mesures pour un signal triangulaire.
Vérification de Shannon
• Rappeler le théorème de Shannon.
• Pour un signal triangulaire de fréquence f1 = 1 kHz, et toujours avec une période d’échantillonnage
fE = 100 kHz, visualiser et justifier les spectres obtenus pour des fréquences successives de porteuse, f0 = 20 kHz,
f0 = 40 kHz, f0 = 60 kHz et f0 = 70 kHz.
• Laisser le montage en place.

Démodulation synchrone
Cette technique, appelée aussi « Détection synchrone » utilisée dans de nombreuses applications
(conditionnement de capteurs, mesure CND par Courants de Foucault, mesures de paramètres physiques…)
consiste à multiplier le signal modulé v(t) par la porteuse p(t) et à filtrer :

v(t)
u(t) s’(t)
Multiplieur Filtre
p(t) passe - bas

Préparation
• Proposer un schéma d’une démodulation synchrone utilisant un multiplieur AD633, associé à un filtre
passe – bas d’ordre 2 de fréquence de coupure fC = 1 kHz (voir annexe, prendre R = 1 kΩ).
Manipulations
• Réaliser le montage du multiplieur.
• Pour un signal triangulaire de fréquence f1 = 1 kHz, et toujours avec une période d’échantillonnage
fE = 100 kHz, visualiser et justifier les spectres obtenus pour u(t).
• Réaliser le montage du filtre.
• Pour un signal modulant de fréquence f1 = 100 Hz, et différentes formes du signal modulant, visualiser s(t) et
s’(t).
• Reprendre et justifier les résultats obtenus pour f1 = 1 kHz.

Modulation de fréquence
On propose de générer un signal modulé en fréquence à l’aide du GBF.
• Régler un signal sinusoïdal de fréquence f0 = 100 kHz et d’amplitude P = 5 V.
• A l’aide du menu « Modulate » paramétrer la modulation de fréquence : type FM, Source Interne, Fréquence
de déviation 20 kHz, Shape (forme) sinusoïdale, FM Fréq (fréquence du signal modulant 4 kHz).
• Visualiser le signal modulé en fréquence. Relever et justifier son spectre.
Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

Démodulation de fréquence
Principe d’une Boucle a Verrouillage de Phase
Une boucle à verrouillage de phase est un système bouclé dans lequel la phase ϕS(t) du signal de retour vR(t) est
asservie à la phase ϕE(t) du signal d’entrée vE(t), c’est à dire qu’après un régime transitoire, et sous certaines
conditions de fonctionnement, on peut obtenir ϕR(t) = ϕE(t).
ε(t) u(t) vS(t)=VScos(ϕ S(t))
vE(t)= VEcos(ϕE(t))
Comparateur Filtre de boucle
VCO
de phase et Correcteur

Une PLL est constituée:


− d’un comparateur de phase, qui délivre une tension image de l’écart de phase ϕS(t) - ϕE(t),
− d’un correcteur (ou filtre), qui permet de régler les performances du système bouclé,
− d’un VCO (Voltage Controlled Oscillator ou oscillateur contrôlé en tension), qui fournit un signal de
sortie dont la fréquence f S = f 0 + K 0 .u .

Autour d’un point de fonctionnement (ici Φ E (p) ε(p) U(p) FS(p)


la fréquence f0), la boucle à verrouillage FE (p) + C(p) K0
A(p)
de phase peut être décrite par le -
schéma-bloc suivant, dans lequel ΦE(p),
ΦS(p), FE(p), FS(p) et U(p) représentent Φ S(p)
B(p)
les transformées de Laplace des
signaux ϕE(t), ϕS(t), fE(t) ; fS(t) et u(t) :

fE et fS sont les fréquences des signaux vE et vS.

L’étude théorique de la PLL est faite en TD.


La PLL 4046
Le circuit intégré HEF4046B, dont la Datasheet est fournie en annexe, est une boucle à verrouillage de phase, très
utilisée et de faible coût (environ 1 €), qui délivre des signaux carrés (il existe des PLL qui fournissent des signaux
sinusoïdaux).
La figure 1, de la documentation constructeur, est un bloc fonctionnel de cette PLL :
− Le signal vE(t), dans lequel on veut détecter la fréquence fE, doit être branché sur SIGNIN (broche
14).
− Il y a 2 comparateurs de phase “ PHASE COMPARATOR 1 et 2 ”. Une des sorties de ces
comparateurs PC1OUT (broche 2) ou PC2OUT (broche 13), est branchée sur un filtre extérieur,
constitué de R3 et C2.
− La sortie du filtre, U(t), doit être branchée sur l’entrée de l’oscillateur commandé en tension : VCOIN
(broche 9).
− La sortie de l’oscillateur VCOOUT (broche 4), qui correspond à vS(t), doit être branchée à l’entrée du
comparateur : COMPIN (broche 3).
− L’entrée INH (broche 5) est à la masse sur la maquette.
Le fonctionnement d’un tel système n’est pas immédiat : l’asservissement ne sera effectif qu’a certaines conditions.
On définit les notions de capture et verrouillage :
− Le signal est “ capturé ” lorsque fS devient égale à fE ; le domaine de fréquence, [fCMIN, fCMAX], dans
lequel ceci se réalise est appelé plage de capture.
− Le signal reste “ verrouillé ” tant que fS est égale à fE ; le domaine de fréquence, [fLMIN, fLMAX], dans
lequel ceci se réalise est appelé plage de verrouillage.
Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

Principe du comparateur 2
Le comparateur 2 a une structure complexe, dont le fonctionnement peut être VDD
résumé à travers le schéma de principe ci-contre : 2 interrupteurs K1 et K2 sont
commandés comme suit :
− si vE(t) est en avance sur vS(t), K1 est fermé, lors des fronts vE(t) K1
montants de vE(t) et ouvert lors des fronts montants de vS(t).
− si vS(t) est en avance sur vE(t), K2 est fermé, lors des fronts
montants de vS(t) et ouvert lors des fronts montants de vE(t) (voir PC2OUT
courbes figure 5 de la documentation constructeur). vS(t) K2

Pour des raisons de stabilité du système, le filtre R3 , C2 est complété par une résistance R4 ,
placée en série entre C2 et la masse afin d’obtenir une correction par avance de phase. R3
VDD 1 + R 4C2p 1 + R 4C2p C2
On montre que C 2 ( p) ≈ . = KD (voir démonstration
4π (R 3 + R 4 ).C 2 P (R 3 + R 4 ).C 2 P R4
en annexe)
Dans ce TP, on utilisera le comparateur 2.
Manipulation
On souhaite “ verrouiller ” un signal dont la fréquence est comprise entre fLMIN = 100 kHz et fLMAX = 200 kHz .
Réglage du VCO
• Soit R2 = 10 kΩ. A l’aide de l’abaque figure 8 , déterminer C1. A l’aide de l’abaque figure 9 , déterminer R1.
• Brancher l’entrée INH à la masse.
• A l’aide du générateur (menu « Waveform » page 2) , générer un signal continu « DC » à entre sur VCO-IN.
Relever la fréquence pour 0 V et 12 V. Ajuster les composants pour obtenir le cahier des charges souhaité.
• Relever rapidement la caractéristique du VCO : fS = f(VCO-IN). Au besoin, ajuster la valeur de R1.
PLL
Le filtre R3, C2 , C4 est déterminé à l’aide d’une étude de stabilité, et permet de régler le pas de capture : on choisit
R3 = 12 kΩ et C2 = 10 nF et R4 = 1 kΩ.
• Placer les composants. Régler puis brancher un signal vE(t) carré, variant de 0 à 10 V (« OFFSET 5 V »).
• Mesurer les plages de capture [fCMIN, fCMAX] et de verrouillage [fLMIN, fLMAX].
Utilisation de la PLL en démodulation de fréquence
Présentation d’un signal modulé en fréquence
s (t ) p(t) : porteuse
Mélangeur ou
v(t ) = Pcos(2π.f (t ).t) s(t) : signal modulant
p (t ) = P cos( 2πf 0 t ) modulateur FM v(t) : signal modulé

avec f ( t ) = f 0 + ks( t )

Le but d’un démodulateur est de retrouver un signal s’t) image de s(t) à partir du signal modulé v(t).
Manipulation
Dans le cas d’une transmission d’information numérique, s(t) est carré ; v(t) variera entre deux fréquences f1 et f2.
Ceci est une modulation FSK (Frequency Shift Keying).
• Programmer un signal FSK avec les caractéristiques suivantes :
Menu « Waveform » : signal carré 0 – 10 de fréquence f1 = 120 kHz,
Menu « Modulate » : modulation FSK, « Hop Frequency » f2 = 170 kHz, FSK Rate = fréquence du signal modulant
s(t) : f = 100 Hz.
• Retrouver par l’intermédiaire du montage précédent le signal numérique modulant. Évaluer le temps de
réponse du système bouclé.
Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

Annexe 1 : filtres de Sallen Key


Les filtres d’ordre 1 et 2 sont en général insuffisants : exemple, pour un passe – bas d’ordre 1 , un signal de
fréquence égale à 10 fois la fréquence de coupure et d’amplitude 1 V, est atténué de 20 dB, soit d’un rapport 10
(on retrouve une amplitude de 0.1 V en sortie).
Il existe donc des fonctions de transfert d’ordre plus élevé (exemple : ordre 4 = pente de –80 dB/décade, dans
l’exemple ci – dessus, le signal est atténué 10000 fois !), et des montages qui réalisent ces fonctions de transfert.

Structure de Sallen - Key


Cellule d’ordre 2 Cellule d’ordre 3
C1 C1

R R R R R

VE VS VE VS
C2 C2 C3

Ω0 est la pulsation de coupure ( à -3 dB ) . On choisit une résistance R (entre 1 kΩ et 100 kΩ).


1
On pose C 0 = . Pour obtenir un filtre d’ordre n, on connecte en série plusieurs cellules d’ordre 2 et 3.
RΩ 0
Les condensateurs sont obtenus à l’aide du tableau suivant :
C1 = K 1 ⋅ C 0 ; C 2 = K 2 ⋅ C 0 ; C 3 = K 3 ⋅ C 0

Filtres de Butterworth Filtres de Tchébycheff


ème ème ème ème
Ordre Étage du 2 Étage du 3 ordre Étage du 2 Étage du 3 ordre
du filtre ordre ordre
K1 K2 K1 K2 K3 K1 K2 K1 K2 K3
2 1,414 0,7071 3,103 0,456
3 3,546 1,392 0,202 43,42 3.629 0.025
4 1,082 0,9238 4,863 1,049
2,613 0,3825 11,74 0,094
5 1,753 1,354 0,421 15,79 5,917 0,160
3,863 0,309 18,22 0,058
6 1,035 0,966 7,012 1,607
1,414 0,707 9,575 0,200
3,863 0,259 26,15 0,040
7 1,531 1,336 0,488 17,93 8,236 0,262
1,604 0,623 12,67 0,126
4,493 0,222 35,53 0,029
8 9,22 2,15
10,87 0,286
16,27 0,087
46,34 0,022
ère
NB : il faut respecter l’ordre des cellules ci – dessus : par exemple, pour le filtre d’ordre 5, la 1 cellule doit être un
nde
ordre 3 et la 2 un ordre 2 (problèmes de dynamique).

Remarques :
• Butterworth et Tchébycheff sont des types de fonctions de transfert : Butterworth est une fonction de transfert
qui n’a pas d’ondulation dans la bande – passante, Tchébycheff est une fonction de transfert qui a une ondulation
dans la bande – passante, mais une coupure plus franche.
Pour obtenir des passe – haut, on remplace les résistances par des condensateurs, les condensateurs par des
résistances (R par C, C1 par R1, C2 par R2 (C3 par R3)), et on utilise les mêmes coefficients K1, K2 et K3 On pose
R 0 = 1 , R1 = R 0 , R 2 = R 0 …
ω0C K1 K2
Université du Maine - Faculté des Sciences  Retour L3 : TP d’électronique

ANNEXE 2 : comparateur 2 PLL 4046

Exemple de calcul de la fonction de transfert du comparateur 2 :


Le comparateur 2 fonctionne de la façon suivante : VDD
− si vE(t) est en avance sur vS(t), K1 est fermé, lors des PLL4046
fronts montants de vE(t) et ouvert lors des fronts montants K1
de vS(t). vE (t) R3
− si vS(t) est en avance sur vE(t), K2 est fermé, lors des i (t) VCOIN
fronts montants de vS(t) et ouvert lors des fronts montants
de vE(t) (voir courbes figure 5 de la documentation K2
C2 uC (t)
constructeur). vS (t)
vd (t)
Soit vE(t) en avance sur vS(t). On obtient les signaux ci - dessous.
u (t)
R4
∆t
ϕ E − ϕS = ∆ϕ = 2π = ω∆t
T
du C ( t )
Pendant le temps ∆t, u ( t ) = R 4 C 2 + u C ( t ) . Le reste du temps : u ( t ) = u C ( t ) .
dt
vE(t) V − u C ( t ) dq VDD
Durant ∆t, i( t ) = DD = ≈ , en effet
VDD R3 + R4 dt 2(R 3 + R 4 )
VDD
uC(t) varie autour de .
2
T dq VDD
vS(t) On peut en déduire : du C ( t ) = = dt .
C 2 2(R 3 + R 4 )C 2
uC(t) varie donc pour une période T de
∆t ∆t

∫du (t)= 2(R V+R )C ∫dt , ce qui revient au même que


0
C
3
DD
4 2
0
ud (t)
d'écrire :
T T
VDD ∆t VDD
∆U C =
2( R 3 + R 4 ) C 2 ∫ T
dt =
2.2π(R 3 + R 4 )C 2 ∫
∆ϕdt .
0 0
∆t Au bout de n périodes, on obtiendra
u (t) t
u C(t)= VDD ∆ϕdt .
4π(R 3 +R 4)C2 ∫0
du C(t)
Comme u(t)=R 4C2 +u C(t) , on a:
dt
R4 R4 V
u (t ) = K D
R3 + R4
(ϕ E ( t ) − ϕS ( t )) + K D ∫
( R 3 + R 4 )C 2
(ϕ E ( t ) − ϕS ( t ))dt , avec K D = DD .

En prenant la transformée de Laplace de cette relation, on en déduit :
R4 R4
U ( p) = K D (Φ E (p) − Φ S (p)) + K D (Φ E (p) − Φ S (p)) ,
R3 + R4 (R 3 + R 4 )C 2 p
U (p) 1 + R 4C2p
soit C 2 (p) = = KD .
ε( p) (R 3 + R 4 ).C 2 P

Vous aimerez peut-être aussi