Vous êtes sur la page 1sur 23

26/01/2017

Plan du cours Rayonnement thermique

1. Définitions

2. Les lois régissant l’émission du rayonnement thermique

3. Réflexion, absorption et transmission du rayonnement


par un corps

4. Eclairement (irradiance) monochromatique et


éclairement (total)

5.Resistance thermique associée au rayonnement

6. Echanges radiatifs entre deux surfaces noires

7. Echanges radiatifs entre deux surfaces opaques


grises diffusantes
MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Introduction
Le soleil qui se situe à une distance considérable dans le " vide spatial "
nous procure une sensation de chaleur. De même, si nous ouvrons la porte
d'un four en fonctionnement, nous percevons une sensation de chaleur
instantanée que nous ne pouvons attribuer à un transfert convectif du à
l'air entre le four et notre peau. Cet échange de chaleur attribué à
l'émission, par la matière du fait de sa température, d'ondes
électromagnétiques est appelé rayonnement thermique, il ne nécessite pas
la présence d'un milieu intermédiaire matériel.

Le rayonnement thermique est caractérisé par des longueurs d'ondes


comprises entre

il inclut le domaine du visible (ondes lumineuses ou lumière de )


et n'occupe qu'une faible portion du spectre d'ondes électromagnétiques

MASTER Pr. El Alami

1
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Remarque : bien qu'il soit plus avantageux de rapporter les grandeurs


monochromatiques à la fréquence ν qui est indépendante du milieu matériel
transparent où l'onde se propage, l'habitude est de se référer à la longueur
d'onde λ qui dépend de l'indice n du milieu

où λ0 est la longueur d’onde dans le vide; pour l'air

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

1. Définitions

1.1. Luminance monochromatique et luminance totale

sont des surfaces élémentaires respectivement des surfaces S1 et S2


de deux corps radiants. représente la distance entre les deux
surfaces élémentaires
Le flux énergétique monochromatique radiant émis par la surface
dS1 en direction de la surface dS2 (direction n, dans la bande
monochromatique est égale à :

luminance monochromatique de la surface dS1 et

MASTER Pr. El Alami

2
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

On obtient la formule fondamentale dite de Bouguer :

De manière analogue, on définit la luminance monochromatique émise par la


surface dS2 en direction de la surface dS1.

La quantité

est appelée étendue spatiale élémentaire du faisceau en Optique, elle est


conservée à la traversée des instruments optiques.

La luminance (totale), dans la direction n, est définie par:

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Il est commode d’écrire le flux énergétique monochromatique, dans la


direction n sous la forme :

et le flux énergétique (total) sous la forme :

1.2. Intensité monochromatique et intensité totale


1
I
L’intensité monochromatique O ,n ,λ est définie par la relation
1

elle est liée à la luminance monochromatique par la relation

3
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

L’intensité totale est égale à

1.3. Emittance monochromatique et émittance totale


L’émittance monochromatique est définie par

La quantité

représente le flux énergétique monochromatique radiant émis par la surface


dS1 dans toutes les directions c’est à dire dans le demi-espace vu de dS1.

L’émittance totale est égale à:

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

2. Les lois régissant l’émission du rayonnement thermique


2.1. Relation entre luminance et émittance dans le cas d’une émission diffuse
ou isotrope

On dit que l’émission est diffuse (ou isotrope) si la luminance est


indépendante de la direction n.
On dit que la source émettrice obéit à la loi de Lambert.

La démonstration étant identique, émittance totale et luminance


totale vérifie une relation de même forme, soit

MASTER Pr. El Alami

4
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

2.2. Le corps noir

L’émetteur " idéal " qui rayonnerait un maximum d’énergie à chaque


température et pour chaque longueur d’onde est appelé corps noir.

Nous verrons qu’on évalue l’énergie émise par les différents corps par
comparaison à celle qu’émettrait le corps noir dans les mêmes conditions en
introduisant un coefficient appelé émissivité.

2.2.1. Loi de Planck

La loi de Planck donne la luminance monochromatique du corps noir :

où constante de Planck

vitesse de la lumière

constante de Boltzmann

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

La luminance monochromatique du corps noir obéit à la loi de Lambert

m2

Remarque :
• dans le cadre de ce cours, il ne saurait être question de justifier la loi de
Planck qui fait appel à des notions de quantification et de Thermodynamique
statistique.
• La figure ci-après donne une représentation de la loi de Planck
A chaque température correspond une courbe ayant un maximum situé à
une valeur λm de la longueur d’onde variable avec T. La courbe relative à une
température T1 est toujours située au-dessus de celle correspondant à une
température T2 inférieure à T1.

La croissance avec la longueur d’onde est beaucoup plus rapide que la


décroissance

MASTER Pr. El Alami

5
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Chapitre IV Rayonnement thermique


Remarques

• Le déplacement de λm vers les courtes longueurs d’onde, lorsque T croît,


explique le fait que, pendant son échauffement, un corps n’émet d’abord que
dans l’infra-rouge (radiations non-visibles), puis commence à rougir avant de
blanchir (" chauffé au rouge " ou " chauffé à blanc ")

• Il n’y a pratiquement pas de recouvrement entre la partie utile du spectre du


rayonnement solaire (T≈ ≈ 5780K ) et celui d’un corps de température peu
supérieure à l’ambiante ; cette propriété est exploitée dans des applications de
type serres, vérandas, capteurs solaires, …

2.2.3. Loi de Stefan-Boltzmann


La luminance totale est obtenue par intégration à toutes les longueurs
d’onde de la luminance monochromatique, soit :

MASTER Pr. El Alami

6
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

l’émittance totale étant égale à:

est la constante de Stefan-Boltzmann

La loi de Stefan-Boltzmann peut être trouvée par des considérations de


Thermodynamique classique. L’accord entre résultats théorique et
expérimental est excellent puisqu’expérimentalement on s’accorde sur

Fraction d’émittance totale dans un intervalle monochromatique donné


On a souvent besoin d’évaluer, à une température donnée, la quantité :

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique


A

Nous donnons dans le tableau ci-après quelques valeurs caractéristiques de


F0-λT
1449 2898 4108 6149 23220

1% 25% 50% 75% 99%

2.3. Emission des corps réels

L’évaluation des propriétés émissives des substances réelles se fait à partir


de celles du corps noir placé dans les mêmes conditions de température et
de longueur d’onde à l’aide de coefficients appelés émissivités,
monochromatiques ou totales, directionnelles ou hémisphériques.

MASTER Pr. El Alami

7
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

On définit : émissivité monochromatique directionnelle

émissivité monochromatique hémisphérique

émissivité totale directionnelle

émissivité totale hémisphérique

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Remarques
L’émissivité des substances dépend de leur nature physico-
chimique, de leur état de surface ; elle varie avec la longueur
d’onde, la direction d’émission et la température de surface.

Pour les conducteurs d’électricité (métaux), l’émissivité est


faible sauf dans les directions rasantes à la surface où elle est
plus importante. L’émissivité monochromatique décroît lorsque
λ augmente et croît lentement avec la température.

Pour les isolants (diélectriques), l’émissivité est forte. Elle


augmente avec λ, sauf pour les directions rasantes à la surface où
elle diminue notablement.

MASTER Pr. El Alami

8
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Définitions :
corps gris : l’émissivité est indépendante de la longueur d’onde

corps à émission diffuse (ou isotrope) : l’émissivité est indépendante de la


direction

•corps gris et diffusant : l’émissivité est indépendante de la longueur


d’onde et de la direction  paramètre unique ε

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

3. Réflexion, absorption et transmission du rayonnement par un corps


3.1. Réalisation d’un corps noir

On considère une enceinte creuse opaque à


température TE = T. Tout élément intérieur de
cette enceinte émet des rayonnements qu’elle
" finit " par absorber puisqu ‘elle est opaque 
α (et αn,λλ) . Pour respecter l’équilibre thermique
de cette enceinte, il convient qu’elle émette
autant qu’elle absorbe  α = ε = 1.
Une enceinte creuse opaque est un corps noir.
Dans la pratique, on perce un petit orifice dans l’enceinte et on analyse le
rayonnement sortant..

MASTER Pr. El Alami

9
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

3.2. Relation entre absorption et émission : loi de Kirchhoff

On place à l’intérieur d’une enceinte fermée (corps noir) un corps à


température Tc = TE = T c’est à dire en équilibre thermique avec l’enceinte à
température TE.

Le flux radiatif absorbé par


l’élément du corps en
provenance de l’enceinte est
égal à :

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Le flux radiatif émis par l’élément dSc du corps en direction de l’enceinte est
égal à :

Φα = dΦ
Le corps est en équilibre thermique  dΦ Φε et par suite

puisque

Par intégration, cette relation est vraie pour les coefficients d’absorption et
les émissivités hémisphériques monochromatiques ou totaux, soient :

et

MASTER Pr. El Alami

10
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

3.3. Coefficients de transmission


Désignons par Φ0,λ le flux monochromatique
traversant la face d’entrée d’un corps absorbant.
Après un parcours sur une distance x, ce flux a
pour valeur Φλ , et après un parcours sur une
distance x+ dx, ce flux a pour valeur Φλ+dΦλ. Le flux
absorbé -dΦλ est supposé proportionnel à Φλ et à
dx, le coefficient de proportionnalité kλ dépend e la
longueur d’onde

Le coefficient de transmission, pour une lame d’épaisseur l est donc égal à :

et le coefficient d’absorption si les réflexions sont négligeables sur les


faces d’entrée et de sortie de la lame à :

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique


Remarque
Dans la littérature, on ne trouve généralement pas les valeurs de kλ mais
celles de τλ ou de αλ en fonction de l pour une épaisseur donnée l de la
substance.

Le cas de l'air (O2, N2, O3 , CO2 , H2O :

O2 et N2 transparentes pour toute longueur d'onde, les autres sont


absorbantes pour:

• O3 pour (ultraviolet)
• CO2 pour

• H2O pour

11
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Le coefficient d'absorption pour chacun de ces gaz augmente avec le produit


Pp.L où Pp est la pression partielle du gaz et L la longueur traversée.

Remarque :
Ces propriétés des corps semi-transparents expliquent le fonctionnement
thermique des serres, des vérandas.
Elles expliquent aussi la pollution thermique atmosphérique
(l'augmentation, dans l'atmosphère, de molécules de CO2 voire de CH4
d'origine industrielle et anthropique provoque une absorption de plus en
plus importante du rayonnement thermique de la Terre dont la conséquente
est l'augmentation de sa température).

4. Eclairement (irradiance) monochromatique et éclairement total

L’éclairement monochromatique appelé aussi irradiance est défini par la


relation :

où flux énergétique
l'éclairement monochromatique
(spectral) de l'élément de surface dS.
MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Ainsi l’éclairement monochromatique d'un récepteur situé en O2 par un


émetteur situé en O1 en supposant que le milieu intermédiaire est
parfaitement transparent est égal à :

puisque

La courbe ci-dessous donne l'allure de l'éclairement de la terre par le Soleil


en tenant compte de l'absorption par l'air atmosphérique.

MASTER Pr. El Alami

12
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Chapitre IV Rayonnement thermique

5. Résistance thermique associée au rayonnement


• Un corps à la température T dans une enceinte à Ta .
• Le transfert de chaleur total par rayonnement est donné par :

P = Pémis - Pabsorbé = Sεσ (T4 - Ta4)


lorsque (T - Ta) << T on peut développer P en fonction de (T - Ta) pour obtenir :

P = S ε.σ.T3 ( T - Ta )

on peut alors, comme pour les deux autres processus de transfert de chaleur,
associer au rayonnement à travers un système (S ; ε ; T), une résistance
thermique de valeur égale à :

Rrt = ∆T/P = 1/4Sεσ


εσT
εσ 3

MASTER Pr. El Alami

13
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

6. Échanges radiatifs entre deux surfaces noires


L’air exempt de vapeur d’eau, de dioxyde de carbone et de monoxyde de
carbone peut être considéré comme un milieu transparent.
Compte tenu de ce que nous savons sur l’émissivité, sur les coefficients
d’absorption de réflexion et de transmission, le calcul des échanges
radiatifs entre surfaces devient vite complexe.
Aussi, nous limitons nos propos aux surfaces grises et diffusantes (aussi
bien en émission qu’en réflexion) qui obéissent donc à la loi de Lambert et
dont le comportement radiatif est identique quelque soit la longueur d’onde.

Pour ce type de surfaces

Le flux radiatif émis par la surface S1 en direction de la surface S2 est


égale à :

où si T1 est la température de la surface S1

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Et

 2, représente la fraction de flux émis par S1


appelé facteur de forme de 1
qui atteint S2.

De même

La relation de réciprocité est générale,

si bien que dans le cas d’échanges entre plusieurs surfaces on écrit

MASTER Pr. El Alami

14
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Le flux net échangé par la surface 1 est égal à :

et la densité de flux échangé est égal à :

1.1. Calcul des facteurs de forme

• Relation d’addition
Soit une surface décomposable en deux surfaces ( ), l’opérateur
intégrale étant un opérateur linéaire, on obtient la relation

• Cas d’une enceinte (surface fermée)

Soit une surface fermée constituée de surfaces noires individuellement


isothermes, au nombre de n.

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Pour la ième surface, on peut définir n facteurs de


forme

est le facteur de forme de la surface Si avec elle-


même qui n’existe que si la surface est concave.

Soit le flux émis par la surface Si

• Facteurs de forme pour deux surfaces en " influence totale "

15
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

les résultats ci-dessus au cas de deux sphères, de deux cylindres très longs,
de deux plans infinis parallèles, d’une demi-sphère….
On donne, en annexe, à la fin du chapitre des expressions analytiques des
facteurs de forme pour des géométries simples et des abaques pour
l’évaluation des facteurs de forme.

1.2. Représentation des échanges radiatifs entre surfaces noires par


analogie électrique

La relation exprimant le flux net échangé entre deux surfaces noires


à savoir

Relation analogue à celle

donnant le courant électrique qui s’établit entre deux nœuds de


potentiels V1 et V2 reliés par la résistance R12.

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

MASTER Pr. El Alami

16
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Le calcul du potentiel " flottant


" se fait simplement en écrivant
que le flux radiatif échangé par la
surface adiabatique est nul.

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

2. Échanges radiatifs entre deux surfaces opaques grises diffusantes

Ce type de surface, outre le flux radiatif émis, réfléchit une partie du flux
radiatif incident (qu’elle reçoit).

On introduit une nouvelle grandeur , J appelée radiosité, constituée du


flux émis et du flux réfléchi c’est à dire du flux qui " quitte la surface ".

J = ε .M 0 + ρ .E
où est l’éclairement

L’émissivité ε est relative au rayonnement émis alors que le coefficient de


réflexion ρ dépend du rayonnement incident.

L’introduction de la grandeur radiosité prend tout son intérêt pour des


surfaces grises où ses coefficients ont des valeurs " indépendantes " de la
nature des rayonnements émis et incident.

MASTER Pr. El Alami

17
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Ainsi, on peut écrire

pour des surfaces opaques, soit

Le flux radiatif échangé par une surface est égal à différence entre celui
émis et celui absorbé.

Cas d’une enceinte (surface fermée)

La surface fermée est constituée de n surfaces Si.

La radiosité Ji de la surface Si est égale à l’émittance propre de cette


surface augmentée de la partie réfléchie, par unité de surface, du flux en
provenance de toutes les surfaces (y compris Si si cette surface est
concave).

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

L’ émittance propre de Si est égale à

Le flux incident sur Si est égale à

soit par unité de surface

On obtient l’équation

MASTER Pr. El Alami

18
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Si, pour la surface considérée, la donnée est la densité de flux échangé


(exemple : surface adiabatique ϕi = O ), alors

On obtient ainsi un système de n équations linéaires qui permettent de


calculer les n radiosités et , en conséquence, les températures ou les flux
échangés à partir de la relation:

Représentation des échanges radiatifs par analogie électrique

ε .S
Φ=
1−ε
(M0 − J)

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

Le flux total quittant la surface Si est égale à Si.Ji ,


celui atteignant Sj est égale à De même,
celui quittant Sj et atteignant est égale
à . Le flux échangé est donc :

MASTER Pr. El Alami

19
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Facteurs de forme

Expressions analytiques pour des géométries simples

MASTER Pr. El Alami

Chapitre IV Rayonnement thermique

20
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Configurations évidentes

Chapitre IV Rayonnement thermique

3.

4.

21
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

5.

Chapitre IV Rayonnement thermique

Abaques

22
26/01/2017

Chapitre IV Rayonnement thermique

Abaques

23

Vous aimerez peut-être aussi