Vous êtes sur la page 1sur 14

1947: début de la guerre froide

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, des tensions s'expriment


entre les nouveaux Alliés que sont les USA, le Royaume-Uni et l'URSS.
L’URSS a libéré l’Europe de l’Est des Nazis. Après la guerre, elle a laissé
son armée (surnommée l'armée rouge) sur place et a installé des
gouvernements favorables à Moscou. Lorsque ces gouvernements n'étaient pas
assez dociles, l'URSS a pu utiliser la pression militaire, la terreur et la
propagande pour imposer le communisme. La Yougoslavie, qui s'est libérée
elle-même, grâce aux efforts de ses résistants, devient communiste, mais
affirme son indépendance par rapport à Moscou.

Dès 1946, Winston Churchill (Premier ministre britannique), à l'occasion


d'une visite aux USA, utilise l'expression "rideau de fer". C'est une métaphore
(ce n’est pas un vrai rideau) utilisée par pour décrire la division entre l’Europe
communiste et l’Europe libérale. Une phrase de ce discours, "from Stettin in
the Baltic to Trieste in the Adriatic, an iron curtain has descended across the
Continent" est devenue l'une des phrases les plus célèbres de l'histoire.

Mais c'est l'année 1947 qui voit véritablement naître la guerre froide.
En effet, une guerre civile éclate en Grèce entre les communistes et les
royalistes qui viennent de prendre le pouvoir. Regardez sur la carte plus haut
où se trouve la Grèce. Elle est en plein centre de la rive européenne de la
Méditerranée. Elle contrôle l'accès à la Méditerranée. C'est donc un pays
stratégique. Le RU, qui avait commencé à apporter une aide militaire à la
Grèce, pour éviter qu'elle ne devienne communiste, se trouve en grande
difficulté après la guerre et retire son aide. C'est à ce moment que le président
américain Truman, dans un discours resté célèbre, persuade le congrès
américain d'apporter une aide militaire à la Grèce.

C'est le début d'une politique qui prend le nom de doctrine Truman ou


Containment (endiguement): les USA considèrent désormais que c'est leur
mission d'endiguer (arrêter) l'expansion communiste pour protéger la
démocratie et la liberté. A partir de ce moment, les Etats-Unis abandonnent
leur traditionnelle politique d'isolationnisme (=rester chez eux, ne pas se mêler
des affaires des autres continents). Ils jouent désormais un rôle actif sur le
continent européen. Pour voir un extrait du discours de Truman dans les
actualités françaises, cliquez ici (durée: 1 minute 10).
La même année, le troisième secrétaire du PCUS (parti communiste
d'Union soviétique), Jdanov, fait un rapport dans lequel il dénonce les Etats-
Unis et l'Occident comme étant des forces impérialistes, qui cherchent à
dominer le monde, par le mensonge et par la force. On parle de doctrine
Jdanov. L'URSS met en place le Kominform, une organisation qui réunit les
partis communistes d'Europe et qui a pour but d'assurer le contrôle de Moscou
sur leur politique.

Le plan Marshall (1947)

Le plan Marshall fait partie intégrante de la politique d'endiguement


mise en place par Truman. Il s'agit d'une aide économique accordée à l'Europe
par les Etats-Unis, sous forme de dons et de prêts. L'aide totale s'élève à 14
milliards de dollars destinés à permettre aux pays de se reconstruire et de
relancer leur économie.

L'aide américaine est également proposée à l'URSS et aux pays de l'Est,


mais, sous l'ordre de Staline, elle est refusée.

En effet, Staline y voit, à juste titre, une stratégie américaine pour


imposer sa domination économique et pour contrer le communisme.

Le coup de Prague

L'URSS, après la libération de la Tchécoslovaquie, a laissé s'organiser


des élections qui ont donné lieu à un gouvernement d'union nationale
rassemblant des communistes et des non-communistes et à l'élection du
président Benès, non communiste.
Mais, en 1948. Le parti communiste tchèque organise un
rassemblement populaire destiné à faire pression sur les ministres non-
communistes pour qu'ils se retirent. Un nouveau gouvernement, presque
entièrement communiste, est constitué. Le seul ministre non-communiste, Jan
Mazaryk, meurt défenestré (sa mort est présentée comme un suicide). Peu de
temps après, Benès démissionne. La Tchécoslovaquie est désormais une
démocratie populaire.
LE BLOCUS DE BERLIN (1948-1949)

Pourquoi 1945 est-elle l’année Zéro en Allemagne ?


L'Allemagne est en ruines après la Seconde Guerre mondiale: elle a subi
d'importantes pertes économiques, humaines et territoriales. Son territoire est
divisé en quatre zones d'occupation et Berlin, en plein milieu de la zone
soviétique, est également divisée en quatre zones.
Qui sont les trois grands ? Qui est le 4è pays qui joue un rôle important après
la guerre ?
Les trois grands, c'est-à-dire les pays qui dominent le monde à la sortie
de la guerre, sont les vainqueurs: l'URSS, les USA, Royaume-Uni. La France
occupe également une position importante.
Quelles sont les deux grandes conférences qui décident du sort de
l’Allemagne après la 2nde Guerre mondiale ?
Il s'agit des deux conférences de Yalta et Potsdam, en 1945, pendant
lesquels les 3 Grands ont décidé du sort des pays vaincus et du devenir de
l'Europe après la guerre.
Pourquoi assiste-t-on à une montée de tension entre les alliés ?
Entre 1946 et 1948, Staline a imposé le communisme aux pays d'Europe
de l'Est. Cela explique la montée des tensions entre les l'URSS d'une part et les
USA et le RU d'autre part.
De quand date l’expression rideau de fer ? Qui l’utilise ?
C'est l'ancien premier ministre du RU, Winston Churchill, un véritable
héros de la Seconde Guerre mondiale, qui utilise ce terme pour la première
fois, dans un discours qu'il prononce à Fulton, à l'occasion d'une visite aux
Etats-Unis, devant des étudiants.
Quand a lieu le blocus de Berlin ?
Il commence en juin 1948. Il dure onze mois et se termine en mai 1949.
En quoi consiste-t-il ? Qu’est-ce qui le déclenche ? Combien de temps dure-t-
il?
Staline est furieux car les alliés occidentaux ont fusionné leurs zones
sans le consulter. Il bloque les accès terrestres à Berlin ouest. C'est une
véritable épreuve de force: il s'agit pour chaque camp de prouver qu'il est le
plus fort.
Quelle est la réaction des Occidentaux ?
Les Occidentaux ne peuvent pas laisser passer cette provocation. Les
USA mettent en place un pont aérien pour approvisionner la ville.
Qui sont alors les deux dirigeants des Etats-Unis et de l’URSS ?
Truman dirige alors les USA et Staline l'URSS.
Quels sont les deux Etats allemands qui naissent après la crise ? Quelles en
sont les deux capitales ?
La résolution de la crise donne lieu à la création de deux Etats: la RFA
(république fédérale d'Allemagne), à l'Ouest, avec pour capitale Bonn et la RDA
(république démocratique Allemande) avec pour capitale Berlin.

Ce que vous devez retenir du blocus

 -les dates: mai 1948-mai 1949


 -le déclencheur: la fusion des trois zones française, britannique et
américaine
 -la forme: blocage par les communistes des accès terrestres vers Berlin
 la réaction américaine: le pont aérien
 -le dénouement: la levée du blocus
 -les grands personnages: Staline et Truman
 -c'est la première crise de la guerre froide, un moment d'inquiétude et
une épreuve de force
 -une prouesse et une victoire américaine
 -la naissance de deux nouveaux Etats souverains (=indépendants) à la
place des zones occupées de l'après-guerre. Vous devez savoir les placer
sur une carte.
 -une des conséquences du blocus est la création de l'OTAN (organisation
du traité de l'Atlantique nord) en 1949.L'OTAN permet aux pays
d'Europe, avec l'aide des Etats-Unis, de s'organiser militairement pour
assurer leur défense commune en cas d'attaque (communiste,
évidemment).
 -mais la même année, le camp soviétique se renforce en accueillant un
nouveau membre: la République populaire de Chine, qui vient d'être
créée.
CE QUE VOUS DEVEZ RETENIR DE LA LEÇON
L'alliance entre les démocraties libérales (USA, RU, France) et l'URSS
s'effrite dès la fin de la 2nde GM.
Churchill parle de rideau de fer dès 1946.
Mais 1947 est l'année où la guerre froide devient une évidence, avec les
deux doctrines opposées de Truman et de Jdanov et le plan Marshall, refusé
par le bloc de l'Est.
Le Royaume-Uni et la France, affaiblies par la guerre, ne jouent plus leur
ancien rôle de très grandes puissances.
Le coup de Prague en 1948 rend plus claire aux yeux du monde la
mainmise soviétique sur l'Europe de l'Est.
Le blocus de Berlin, commencé la même année, est la première crise de
la guerre froide.
En 1949, la naissance de la RFA et de la RDA, la création de l'OTAN et les
premiers essais nucléaires officiels de l'URSS illustrent clairement l'existence de
deux camps opposés et superpuissants.
La Chine, devenue communiste en 1949, suit les traces de l'URSS,
venant renforcer le camp soviétique.
Un monde bipolaire s'est mis en place: l'Europe est affaiblie et le monde
appartient désormais à l'URSS et aux USA.

Questions sur la guerre froide et leurs réponses

Quelle est la date de la mort de Staline ?


Staline meurt en mars 1953.

Quel événement important marque l’année de la mort de Staline en RDA ?


Des dizaines de milliers de manifestants protestent contre leurs conditions de
travail et de vie.
Ils espèrent que la mort de Staline va changer les choses.
Mais le dirigeant de l'Allemagne de l'Est (Walter Ulbricht), répondant à des
consignes soviétiques, réprime ces manifestations.

Qui dirige l'URSS après Staline?


Le dirigeant de l'URSS après Staline est Khrouchtchev (prononcer krutchef).
Pourquoi les Allemands de l’Est quittent-ils massivement la RDA pour la RFA ?
Ils sont attirés par le niveau de vie plus élevé et les plus grandes libertés à
l'Ouest.

Combien d’Allemands de l’Est sont concernés entre 1949 et 1961 ?


Entre la création de la RDA (1949) et la construction du Mur (1961), 3 millions
de personnes quittent la RDA, en passant par Berlin Est.

Pourquoi est-ce un problème pour la RDA ?


C'est une véritable "hémorragie" économique pour le pays: ces départs privent
le pays d'une main d'œuvre qualifiée nécessaire à son économie.

Quelle réponse la RDA, aidée par l’URSS, donne-t-elle au problème ? A quelle


date ?
En 1961, Walter Ulbricht (le dirigeant de la RDA), suivant des consignes
soviétiques, décide la construction d'un mur de 46 km entre Berlin Est et Berlin
Ouest.
Le Mur est sous surveillance militaire et ceux qui tentent de passer
clandestinement sont abattus.

Quelle est la réaction des Occidentaux ?


Les Occidentaux, craignant une crise de grande ampleur, n'empêchent pas la
construction du Mur.

En quelle année le président américain prononce-t-il un célèbre discours de


solidarité avec les Allemands de l’Est ?
1963. Il prononce la phrase "ich bin ein Berliner": je suis un Berlinois". C'est une
façon de dire aux habitants de Berlin qu'il est solidaire de tous les Allemands
qui se trouvent séparés par le Mur et qu'avec lui, c'est l'Amérique et tous ses
alliés qui leur expriment leur solidarité.

Qui est ce président ?


Le président des Etats-Unis à cette époque est Kennedy.
Il était déjà au pouvoir au moment de la construction du Mur.
En 1963, il est en position de force, car, lors de la crise des fusées de Cuba
l'année précédente, il a remporté une victoire : Khrouchtchev, le leader de
l'URSS, avait fait installer des fusées nucléaires à Cuba, tout près des Etats-Unis,
pour les menacer. Kennedy l'avait obligé à les retirer.
Quand Willy Brandt devient-il chancelier de la RFA ?
Willy Brandt devient chancelier de la RFA en 1969.

Quelle politique met-il en place ? En quoi consiste-t-elle ? Donnez un


exemple.
La politique de Willy Brandt est appelée Ostpolitik (politique envers l'Est). Elle
consiste en un rapprochement entre les deux Allemagne. Un exemple de cette
politique est la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse, c'est à dire la
reconnaissance des pertes territoriales de l'Allemagne après la Seconde Guerre
mondiale et des nouvelles frontières de la Pologne. Un autre exemple en est le
traité fondamental de 1972, qui reconnaît l'existence de la RDA.

Cette politique suffit-elle à réduire la coupure entre l'Allemagne de l'Est et


l'Allemagne de l'Ouest?
La politique de Willy Brandt ne concerne que deux pays et n'empêche pas la
guerre froide. Les relations entre les deux camps se durcissent à partir du
milieu des années 1970. Cela renforce la division entre les deux Allemagne.

Fin du communisme soviétique en Europe :

1/ Qui est le dirigeant de l’URSS à partir de 1985 ?


Le dirigeant de l'URSS à partir de 1985 est Mikhaïl Gorbatchev.

2/ Quelle politique met-il en place ? En quoi consiste-t-elle ?

Il met en place la Glasnost, mais aussi la Perestroïka.

Glasnost signifie transparence. C'est une politique qui consiste à encourager la


liberté d'expression et l'accès à l'information.

Perestroïka signifie restructuration. Ce mot renvoie à la libéralisation de


l'économie soviétique: l'Etat diminue son contrôle sur l'économie, autorise les
individus à créer des entreprises et restitue la terre aux paysans.

3/Quelle est la conséquence de cette politique sur les pays d’Europe de l’Est ?

Dans les pays de l'Est, les partis communistes locaux sont débordés: la liberté
d'expression accordée aux citoyens permet la critique du pouvoir en place.
Des élections libres sont organisées et amènent au pouvoir les anciens partis
d'opposition au communisme.

En Pologne par exemple, c'est Solidarnosc, un parti jusque là clandestin, qui


prend le pouvoir. Son fondateur, Lech Walesa, après avoir été emprisonné et
placé sous surveillance pendant les années 1980, est élu président en 1990.

La Hongrie ouvre sa frontière vers l'Autriche. Cela permet aux habitants des
pays de l'Est de passer de l'autre côté du rideau de fer.

4/ Comment la RDA est-elle touchée ?

De nombreux habitants de la RDA passent à l'Ouest, profitant de l'ouverture du


rideau de fer hongrois.

5/ Quand les habitants de la RDA commencent-ils à réclamer leur sortie du


communisme ?

En octobre 1989, Gorbatchev se rend en Allemagne de l'Est. Sa visite provoque


des manifestations: les Allemands de RDA demandent des réformes politiques
(liberté d'expression) et économiques. Cela provoque la démission du dirigeant
de la RDA (Erich Honecker).

6/ Quelle en sont les deux conséquences majeures, à Berlin et pour l’ensemble


de l’Allemagne ? A quelles dates ?

Le mur de Berlin tombe le 9 novembre 1989.

En 1990, le traité 4+2 est signé. C'est un traité entre l'URSS, la France, le RU et
les USA d'un côté et les deux Allemagnes de l'autre. L'Allemagne est réunifiée,
la capitale redevient Berlin. Le pays entre dans la CEE (Communauté
économique européenne, ancien nom de l'Union européenne).

7/ Pourquoi peut-on considérer l’Allemagne et Berlin comme un symbole de la


guerre froide ?

L'Allemagne et Berlin divisées étaient le symbole de la bipolarisation du monde.

Gorbatchev, nouvelle étoile politique?

Mikhaïl Gorbatchev devient premier secrétaire du PCUS en 1985.


Il met en place la Glasnost et la Perestroïka.
Glasnost signifie transparence. C'est une politique qui consiste à encourager la
liberté d'expression et l'accès à l'information.
Perestroïka signifie restructuration. Ce mot renvoie à la libéralisation de
l'économie soviétique: l'Etat diminue son contrôle sur l'économie, autorise les
individus à créer des entreprises et restitue la terre aux paysans.
Du point de vue des relations internationales, Gorbatchev entame une
politique de rapprochement avec l'Ouest.
Cette politique aboutit concrètement à la fin de la guerre froide.
L'Armée rouge n'intervient plus en Europe de l'Est et laisse s'effondrer le rideau
de fer en 1989.
La course aux armements est terminée.
En 1989, l'URSS se retire d'Afghanistan, où elle avait des troupes depuis 1979.

Comment Gorbatchev procède-t-il pour transformer l'URSS?

Il renouvelle le personnel politique, éliminant ceux qui ne suivent pas ses


orientations.
Il visite le territoire soviétique, va à la rencontre de la population et des
travailleurs.
Il inspecte les industries.
Il mêle le modernisme et l'autoritarisme.
Pourquoi est-il perçu, en Occident, comme l'homme du changement?
En Occident, Gorbatchev est perçu comme l'homme du changement
parce qu'il est plus jeune et plus dynamique que ses prédécesseurs.
Mais son image est ambiguë: le journaliste souligne son autoritarisme (il
est donc comme tous les 1ers secrétaires du PCUS qui l'ont précédé). Il souligne
que la politique étrangère de l'URSS n'a pas changé (invasion de l'Afghanistan).
Il rappelle aussi le sort des dissidents (opposants au régime communiste):
enfermés ou exilés.
Le journaliste fait référence à Andrei Sakharov, un physicien russe (le
père de la bombe H), exilé depuis 1980 en raison de ses critiques contre le
pouvoir en place. Après avoir entamé une grève de la fin, il est soumis de force
à un traitement psychiatrique destiné à le briser (c'est pourquoi le journaliste
parle d'hommes en blouse blanche qui ressemblent davantage à des policiers).
En 1986 (donc peu de temps après cette vidéo), Gorbatchev le fait
libérer.
Le journaliste fait référence à l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS en
1979. En effet, ce pays est traditionnellement allié à l'URSS. Mais l'Afghanistan
connaît, comme l'Iran voisin, une progression de l'islamisme. L'URSS intervient
militairement pour vaincre les islamistes et installer un régime favorable au
communisme. Gorbatchev retirera l'Armée rouge de l'Afghanistan en 1989.

Comment Gorbatchev procède-t-il pour améliorer les relations avec


l'Occident?

Gorbatchev effectue des visites diplomatiques (en France, aux Etats-


Unis).
Il promet une réduction de l'arsenal militaire (=l'ensemble des armes)
de l'URSS.
Il essaye de convaincre le président américain Ronald Reagan de
renoncer à son projet de Guerre des étoiles. Il s'agit d'un projet (resté
inachevé) de bouclier satellite pour protéger les Etats-Unis.
Gorbatchev fait tout pour paraître cordial et sympathique. Il pratique,
et son épouse Raïssa également, la gentillesse et l'humour et sait flatter ses
interlocuteurs.
Avec la Glasnost, pour la première fois en URSS, on parle ouvertement
du Goulag.

Les habitants de l'Union soviétique découvrent avec horreur ce système


concentrationnaire par qui sont passées 10 à 18 millions de personnes.

C'est Staline qui met en place le Goulag, mais il reste en place après sa
mort. C'est Gorbatchev qui y met fin. 10 millions de personnes seraient mortes
au Goulag sur toute la durée du régime soviétique. C'est l'équivalent de 5% de
la population soviétique.

Qui étaient les prisonniers du Goulag? Y avait-il un profil particulier?

Les prisonniers du goulag étaient normalement des individus, hommes


ou femmes, qui s'étaient rendus coupables d'un crime envers le peuple
soviétique. Le goulag a accueilli des ouvriers qui ne travaillaient pas assez bien,
des paysans opposés à la collectivisation des terres (leur appropriation par
l'Etat), des minorités ethniques, des personnalités politiques tombées en
déchéance. La plupart des victimes du goulag étaient des citoyens ordinaires.

Quelles étaient leurs conditions de détention?

Les camps étaient dans le Nord de l'URSS, dans des zones climatiquement
éprouvantes.

Les prisonniers étaient condamnés aux travaux forcés et recevaient peu de soin
et de nourriture.

Ils pouvaient être exécutés sommairement (=sans procès).

Alexandre SOLJENITSYNE est en Occident le symbole du Goulag.


C'est un dissident soviétique (=un opposant au régime).
Il a connu l'univers du Goulag sous Staline. En effet, ayant critiqué le premier
secrétaire du PCUS, il passe 8 ans en camp de travail. Il n'en sort qu'en 1953 (à
la mort de Staline).
Il écrit des romans sur le Goulag qui le rendent célèbre en URSS et en Occident.
En 1974, il publie clandestinement à Paris son roman le plus célèbre, L'archipel
du Goulag. Il y décrit à la fois le fonctionnement du Goulag et le totalitarisme
soviétique.
Il est arrêté et expulsé d'Union soviétique en 1974.
En 1989, Gorbatchev lui restitue sa citoyenneté russe et autorise la publication
en Russie de son roman.

Le putsch d'août 1991

En août 1991, Gorbatchev doit affronter une tentative de putsch (coup


d'Etat militaire) organisée par des membres du parti communistes qui refusent
ses réformes.

D'importantes manifestations ont lieu en Russie.

Boris Eltsine (prononcer Yeltsine), président de la Russie (la plus


importante des républiques de l'URSS) joue un rôle important dans la
résistance contre le putsch.
Le président des Etats-Unis (Georges Bush père) fait une déclaration
dans laquelle il condamne le putsch et déclare son soutien à Gorbatchev. Le
putsch échoue au bout de 3 jours. Gorbatchev revient au pouvoir.

La naissance de la CEI et la fin de l'URSS

De nombreuses républiques soviétiques se sont détachées de l'URSS. En


effet, les réformes de Gorbatchev, en libérant la parole des
citoyens, ont déclenché un mouvement vers l'indépendance.
Ces Etats, désormais libres, se réunissent pour fonder la CEI
(Communauté des Etats indépendants), dominée par la Russie.
A la fin de l'année 1991, Gorbatchev démissionne et dissout l'URSS.
Boris Eltsine, président de la Russie, est devenu l'acteur principal de l'ex-URSS.
La CEI devient officielle en 1992.

LE RÉVEIL DES NATIONALITÉS DANS L'EUROPE POST-


COMMUNISTE
La fin de la guerre froide s'accompagne en Europe de l'Est d'une
éclosion des nationalismes. Le nationalisme renvoie à l'attachement des
individus à leur pays, considérés comme différent des autres pays et
appartenant à eux seuls. Le nationalisme peut s'accompagner d'une hostilité,
voire d'une agressivité, à l'égard des étrangers.
De nombreux pays communistes d'Europe de l'Est déclarent leur
indépendance à la fin de la guerre froide.
Nous avons vu l'éclatement de l'URSS et la naissance d'Etats
indépendants à l'Ouest de la Russie.
Dans l'ex-Tchécoslovaquie, la Tchéquie et la Slovaquie se séparent en
1992.
La Yougoslavie connaît une série de guerres civiles pendant les années
1990. En effet, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie et le Kossovo déclarent leur
indépendance en 1991-1992. Mais la Serbie refuse cette indépendance. Une
guerre civile s'engage dans ces quatre pays et s'accompagne d'opérations de
nettoyage ethnique.
Le nettoyage ethnique, c'est le fait de vouloir vider une région de
certains de ses habitants, soit en les déplaçant de force, soit en les assassinant.
La Slovénie et la Croatie obtiennent rapidement leur indépendance,
mais en Bosnie, la guerre dure jusqu'en 1995.
Le Monténégro s'est séparé pacifiquement de la Serbie en 2002.
Le Kossovo ne devient indépendant qu'en 2008.

Ce que vous devez retenir de cette partie


Cette partie du cours est très compliquée du point de vue
événementiel.

Contentez-vous de retenir que:

-La Tchécoslovaquie est coupée en deux en 1992.

-La Yougoslavie connaît une série de guerres civiles, entre les Serbes et les
autres composantes de la population, tout au long des années 1990.

-Qu'aujourd'hui, la Yougoslavie n'existe plus et a été remplacée par 6 Etats, nés


entre 1992 et 2008.

-Que l'ex-URSS aussi a connu un réveil des nationalités.

-Que la carte de l'Europe sort profondément transformée de la fin de la guerre


froide.

PROBLÉMATIQUE
Après la guerre froide, les Etats-Unis, débarrassés de leur adversaire
soviétique, dominent le monde, économiquement, diplomatiquement et
militairement.
Leur puissance est relayée par les deux puissances traditionnelles que
sont la France et le Royaume-Uni, ainsi que par l'OTAN.
Mais aujourd'hui, cette puissance occidentale et américaine est
confrontée à la concurrence des puissances émergentes, notamment la Chine.
Par ailleurs, la puissance militaire de l'Occident est aujourd'hui mise au défi par
le développement du terrorisme islamiste dans le monde, avec une
implantation territoriale de plus en plus forte au Moyen-Orient et une
expansion en Afrique.
Qui domine aujourd'hui notre monde multipolaire?
LES NOTIONS
Multipolaire : Ce mot signifie l’existence de multiples pôles ou espaces de
puissance. Nous avons vu, dans les deux leçons précédentes, la mise en place
d’un monde bipolaire entre 1947 et 1949 et son écroulement entre 1989 et
1991. Un monde multipolaire le remplace avec la fin de la guerre froide.
Désormais, le monde n’est plus dirigé par deux puissances, mais par plusieurs.
Les Etats-Unis et la Chine s’imposent aujourd’hui comme les deux grandes
puissances mondiales. Mais l’Union européenne apparaît comme une troisième
grande puissance. La Russie est par ailleurs restée un des acteurs politiques
majeurs à l’échelle mondiale. On voit en plus émerger des puissances
régionales, parmi lesquelles les plus importantes sont le Brésil et l’Inde. Enfin,
le pouvoir de la grande puissance américaine et les règles du jeu international
sont défiées par des Etats qualifiés de « voyous » par la diplomatie américaine.
C’est principalement le cas de l’Iran, de la Corée du Nord et de la Syrie de
Bachar el-Assad. En dehors de cette multiplication des centres de puissance, on
assiste en plus à l’émergence de mouvements sans lieu ni frontière. Le principal
est le terrorisme islamiste.