Vous êtes sur la page 1sur 13

Amitié II Bp 5018 Dakar Fann

Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

Professionnaliser sa prise
de parole en public

Introduction

Dans les organisations, on consacre la majeure partie du temps à communiquer. Et plus on monte dans
la hiérarchie, plus on communique. Au cours des dernières années, les dirigeants d'entreprise ont pris
conscience de cette réalité et recherchent désormais des collaborateurs qui allient la maîtrise de la
communication d'affaires à une solide formation.
L'exposé d'un projet, ou d'une opinion avec ou sans supports visuels, réclame d'abord de l'orateur une
sensibilité au moindre signe venu de son public. De cette sensibilité vient son sens de l'à propos et sa
faculté d'adapter sans difficulté ses textes préparés ou improvisés aux publics rencontrés.

L'orateur doit aussi faire face aux questions impromptues, aux objections et aux critiques. Il doit être
un débatteur souple, présent sans être agressif, à l'écoute sans se laisser dépasser.

Paradoxalement, les moyens modernes de présentation des idées (micros, écrans, conférences
téléphoniques, etc...), loin de remplacer l'énergie humaine, ne font qu'exiger davantage de l'orateur.

Par sa voix, sa stature et son émotion, par sa tactique physique et argumentaire, l'orateur peut faire et
défaire les choix de son public. Un bon orateur est quelqu'un qui donne envie d'agir dans l'axe des
idées qu'il diffuse et agit de façon durable sur la mentalité de ses auditeurs.

Objectifs :

Conquérir ma peur et ma nervosité

Mieux organiser mes idées sous pression.

Apprendre à contrôler mon auditoire.

Parler et penser à l'impromptu.

Devenir plus clair et précis.

Améliorer mes habiletés d'improvisation.

Gagner la coopération de mon auditoire.

Réussir à convaincre mon auditoire lors de mes présentations.

Contrôler mes réunions au travail.

Apprendre à composer un bon discours.

Donner une présentation à l'aide de PowerPoint

Présenter un discours d'affaires raffiné.

 Programme de formation1
1
Methode developpée par
Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE
Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

Premier jour :

Matin Après-Midi
La culture de l'oral. La maîtrise de soi et l'impact sur autrui. La nature du
Le contrat orateur-public. public.
Diagnostics individuels (audition Les appuis et les 3 mouvements (exercices).
vidéo). La technique et le style.
Les 3 clefs de l'art oratoire. L'improvisation (audition vidéo) ou la maîtrise de la
pensée dans et pour l'action.
Deuxième jour :

Matin Après-Midi
La technique appliquée au débat contradictoire :
La respiration. - La préparation tactique.
Le placement de la voix. - Pratique du débat (exercices vidéo) coaching physique
La mémoire du texte. par le formateur.
Mise en scène de la parole. - Analyse chiffrée des résultats.
- La carte des orateurs et la carte des résultats
(recouvrement).
Troisième jour :

Matin Après-Midi
Analyse du film du débat : La technique appliquée aux présentations :
- Les coups classiques (coupure de parole, - Pratique d'exposés préparés (exercice
réception de coupure, ouverture, etc...). vidéo) avec et sans supports visuels.
- Le système d'influence (l'extension au Coaching physique.
global, les bascules mentales, le brouillage - Analyse des impacts (grille).
des pistes, etc...). - Les règles pour préparer et utiliser les
- Les tactiques argumentaires (extension, supports visuels.
annexion, etc...). - Synthèse et conseils personnalisés.

I. La Rhétorique
Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE
Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

Du grec ῥητορικὴ (τέχνη) rhêtorikề (tékhnê), « technique/art oratoire », la rhétorique est au sens
propre « l'art de bien parler » puis, par extension, les techniques à mettre en œuvre pour ce faire.
On s'est aperçu très tôt, en Grèce le plus clairement, que la manière de dire importe souvent autant
sinon plus que ce qui est dit. Néanmoins, un scientifique doit connaître les limites de la persuasion.
Mieux, la manière crée d'elle-même son objet et son objectif.

1. Définition
La rhétorique est à la fois la science (au sens d'étude structurée) et l'art (au sens de pratique reposant
sur un savoir éprouvé) qui se rapporte à l'action du discours sur les esprits. Par principe, la rhétorique
s'occupe de l'oral, mais il est évident qu'elle s'est très tôt intéressée aussi au discours écrit, dans la
mesure où celui-ci est, de manière plus ou moins étroite, une transcription ou une mimésis de l'oral.

2. Histoire de la rhétorique
Naissance de la rhétorique

La rhétorique en tant que science naquit vers 485 avant J.-C en Grèce antique lorsque deux tyrans
siciliens, Gelon et Hiéron, exproprièrent et déportèrent les populations de l'île de Syracuse pour le
peuple de mercenaires à leur solde. Les natifs de Syracuse se soulevèrent démocratiquement et
voulurent revenir à l'état antérieur des choses, ce qui aboutit à d'innombrables procès de propriété. Ces
procès mobilisèrent de grands jurys devant lesquels il fallait être éloquent. Cette éloquence devînt
rapidement l'objet d'un enseignement dispensés par Empédocle d'Agrigente, Corax et Tisias (à qui est
attribué le premier manuel), enseignement qui se transmit en Attique par les commerçants qui
plaidaient conjointement à Syracuse et à Athènes.

La rhétorique fut ensuite rendue populaire au cinquième siècle avant Jésus-Christ par des professeurs
itinérants connus sous le nom de sophistes, dont les plus connus se nomment Protagoras, Gorgias et
Isocrate, et auxquels s'opposait farouchement Platon en distinguant deux types de rhétoriques :
Rhétorique sophistique et rhétorique platonicienne

a. La rhétorique ancienne
Au cours de l'Antiquité, les théoriciens de la rhétorique (Anaximène, Aristote, Démétrios, Cicéron,
Quintilien, Hermagoras, Hermogène, d'autres encore) ont opéré peu à peu à des distinctions entre
différentes sections, jusqu'à parvenir au schéma suivant :

 Invention : tout ce qui concerne la recherche des idées et leur développement en fonction du
sujet à traiter et des destinataires à toucher.
 Disposition : tout ce qui concerne la construction du discours, ses différentes parties, ses
transitions, etc.
 Élocution : tout ce qui concerne les procédés touchant au style, aux sons, aux rythmes, etc.
 Mémoire : les moyens de retenir un texte préalablement composé, ou d'improviser à partir
d'un « stock » de formes pré-définies.
 Action : les moyens à mettre en œuvre pour dire et jouer le texte qu'on prononce, comme le
ferait un acteur.

b. La rhétorique contemporaine

Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE


Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

 La mémoire et l'action étaient spécifiques du discours oral. On considère actuellement


qu'elles relèvent de l'art des acteurs, des « trucs » d'avocats, ou de certaines branches de la
psychologie, mais non de la rhétorique.
 L'invention, seule ou réunie à la disposition, est souvent appelée argumentation.
 L'élocution se subdivise, comme chez les théoriciens de l'Antiquité, en un grand nombre de
points de vue portés sur le discours à faire (rhétorique-art) ou déjà fait (rhétorique-science) :
o sur le vocabulaire (registres de langue),
o sur les rythmes et les sonorités,
o sur la forme et la structure des phrases (syntaxe/parataxe, type de progression,
période/style comatique, etc.),
o sur les procédés de micro-composition,
o sur les figures dites « de rhétorique » ou « de style » (voir ci-dessous).

3. Effets de style - Rhétorique


Dictionnaire de l'art du langage efficace, du raccourci, des bons mots, de la
concision, de la rhétorique, de la dialectique

Accroche Apostrophe Evidence Morale Proverbe


Accroche Assonance Exergue Morceau Raccourci
Accumulation Astéisme Expression Mot Recommandation
Accumulation Asyndète Extrait Niaiserie Règle
Acmé Attelage Formule Objection Remarque
Acmé Auxèse Gnomique Observation Répétition
Acrostiche Boutade Gradation Oxymore Réversion
Acrostiche Brève Graffiti Palindrome Saillie
Adage Bribe Homéotéleute Parabole Sentence
Adage Brocard Homélie Paradoxe Slogan
Adynaton Calembour Hypallage Parallélisme Sophisme
Adynaton Catachrèse Hyperbate Parataxe Spéculation
Alinéa Chiasme Hyperbole Parole Stéréotype
Alinéa Citation Hypothèse Paronomase Syllepse grammaticale
Allégorie Cliché Hypotypose Passage Syllepse de sens
Allitération Comparaison Idiotisme Pensée Syllogisme
Allusion Conseil Image Périphrase Symploque
Amphibologie Consonance Injonction Pétition de principe Synecdoque
Amphigouri Constat Instruction Phrase Synopsis
Anacoluthe Contrepèterie Isolexisme Phrases Synthèse
Anacyclique Devise Jeu de mots Pique Tapinose
Anadiplose Diallèle Jocrissade Pléonasme Tautologie
Anadiplose Dicton Jugement Pointe Théorie
Anagramme Dilemme Kakemphaton Poncif Thèse
Analepse Distinguo Langue de bois Postulat Tournure
Anaphore Dogme Lapalissade Précepte Trait
Anastrophe Ellipse Leçon Préciosité Trope
Antilogie Emphase Lieu commun Prémisse Truisme
Antinomie Epanadiplose Litote Prescription Vérité
Antiphrase Epanalepse Locution Prétérition Zeugme ou zeugma
Antistrophe Epanorthose Madrigal Principe
Antithèse Epigramme Maxime Prosopopée
Antonomase Epigraphe Métaphore Protase
Aphorisme Epilogue Métonymie
Apocryphe Epiphore
Apodose Epitaphe
Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE
Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

Apologue Equivoque
Apophtegme Euphémisme

Quelques Exemples

Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE


Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

Accroche : Phrase ou formule


forte d'un message publicitaire, Ex : "Un bien mal acquis ne Ex : "Pour qui sont ces serpents
destinée à attirer l'attention en profite jamais." qui sifflent sur nos têtes?"
premier lieu. Dans une annonce (Jean Racine / 1639-1699 /
de presse, l'accroche est souvent Ex : "L'homme est un loup pour Andromaque)
le titre. l'homme."
(Plaute / 254-184 av. J.-C) Ex : "Il est des parfums frais
Ex : "Dieu, la valeur qui monte" comme des chairs d'enfants."
(titre de "Enjeux les Echos" n°193 Ex : "Ce qui est affirmé sans (Charles Baudelaire / 1821-
Juillet, août 2003) preuve, peut être nié sans 1867 / Correspondances)
preuve."
Ex : "Dieu, le chant du cygne" (Euclide / environ 325-265 avant Ex : "Non, il n'est rien que
(titre imaginaire qui aurait pu JC) Nanine n'honore"
remplacer le précédent) (François-Marie Arouet, dit
Voltaire / 1694-1778)
Alinéa : Ligne d'un texte en
Acmé : Point culminant, apogée retrait par rapport aux autres Ex : "La terre est le probable
de l'intonation d'une phrase. Il est lignes pour indiquer le paradis perdu."
situé entre la protase et l'apodose. commencement d'un (Federico Garcia Lorca / 1898 -
paragraphe; par extension, le 1936 / Mar, Versos finales)
Ex : Au champ d'honneur paragraphe lui-même situé
(protase), il est tombé (acmé). entre deux retraits. Ex : Dieu dîna, dit-on, d'un dodu
Qu'il repose en paix ! (apodose). démon.

Ex : "Et le Christ ? (protase) C'est Allégorie : Expression d'une


un anarchiste qui a réussi.(acmé) idée sous forme symbolique, Amphigouri : Texte ou discours
C'est le seul. (apodose)" par une image, une scène, un confus, embrouillé, pompeux et
(André Malraux/ 1901-1976) être vivant. incompréhensible. Adjectif :
amphigourique.
Ex : Un renard (pour un homme
Acrostiche : Ensemble de vers rusé). Ex : "[quand la science sera
tels qu'en lisant dans le sens infinie], Dieu alors sera complet,
vertical la première lettre de Ex : "Le Temps mange la vie." si l'on fait du mot Dieu le
chacun d'eux, on découvre un mot (Charles Baudelaire / 1821- synonyme de la totale
(sujet de la pièce, nom de l'auteur, 1867 / Les fleurs du mal, existence. En ce sens, Dieu
dédicataire...). L'ennemi) sera plutôt qu'il n'est: il est in
fieri, il est en voie de se faire.
Ex : "Les parfums ne font pas Ex : "La religion n'est autre Mais s'arrêter là serait une
frissonner sa narine; chose que l'ombre portée de théologie fort incomplète. Dieu
Il dort dans le soleil, la main l'univers sur l'intelligence est plus que la totale existence,
sur sa poitrine, humaine." il est en même temps l'absolu. Il
Tranquille. Il a deux trous (Victor Hugo / 1802-1885 / est de l'ordre où les
rouges au côté droit." Philosophie, Commencement mathématiques, la
(Arthur Rimbaud / 1854- d'un livre) métaphysique, la logique sont
1891 / Le dormeur du val) vraies, il est le lieu de l'idéal, le
Ex : "Dieu, ce dépotoir de nos principe vivant du bien, du beau
rêves!" et du vrai. Envisagé de la sorte,
(Jean Rostand / 1894-1977 / Dieu est pleinement et sans
Carnet d'un biologiste) réserve; il est éternel et
Ex:Détestable immuable, sans progrès ni
Irascible devenir."
Exécrable Allitération : Répétition (Ernest Renan / 1823-1892 /
Usé intentionnelle d'un même son Dialogue et fragments
consonantique (consonne) dans philosophiques)
un ensemble de mots
Adage : Formule facile à retenir, rapprochés. L'allitération doit Ex : "[...] les évangélistes,
indiquant une règle de conduite être distinguée de l'assonance auteurs des livres prétendus
issue du droit coutumier ou écrit. qui est la répétition d'une même sacrés, ont visé à l'effet à
voyelle ou son vocalique. produire sur les esprits
Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE
Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

simplistes, par l'obscurité, la Spectacle) pensée, réellement libre, doit,


bizarrerie, l'amphigouri, qui donne en vertu de sa propre loi,
à chaque phrase, à chaque mot Ex : "Nous ne désirons pas les conduire au sein de l'Église, n'a
une allure mystérieuse." choses parce qu’elles sont pas d'avenir dans la culture
(Charles Vaudet / Le Procès du bonnes, mais nous les moderne."
Christianisme / 1933) déclarons bonnes parce que (George Bernard Shaw / 1856-
nous les désirons." 1950 / Sainte Jeanne)
Chiasme (se prononce kiasm) : (Baruch Spinoza / 1632-1677 /
Procédé de rhétorique consistant Ethique)
en deux propositions symétriques Epanorthose : Figure de style
dont les termes sont intervertis. où l'on semble revenir ce que
l'on vient de dire pour le
Ex : Il chante aujourd'hui, demain corriger, mais en réalité pour
il pleurera. exprimer quelque chose de plus
précis ou de plus fort.
Ex : "D'un côté des enfants qui
jouent aux soldats et de l'autre Ex : "Il a crié des imprécations,
des soldats qui jouent comme des que dis-je, des blasphèmes."
enfants."
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Ex : "Et une Église, qui n'a pas
Jeux interdits) de place pour les libres
penseurs, que dis-je ? qui
Ex : "Quand la vérité n'est pas n'inculque pas et n'encourage
libre, la liberté n'est pas vraie." pas la Libre Pensée, en croyant
(Jacques Prévert / 1900-1977 / d'une façon absolue que la

II. Les techniques de l’art oratoire


A. LE VERBAL
1. Le langage efficace
 Un langage simple : avec des phrases courtes ; un sujet, un verbe et un complement.

Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE


Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
Amitié II Bp 5018 Dakar Fann
Tel: 221 570 03 79 / 651 21 01

 Un langage juste: nous avons trop tendance à utiliser des formules qui nous suggèrent a
nous-mêmes l’échec ou nous rabaisse. En modifiant notre langage et en utilisant des
formules « plus efficace », nous renforçons notre impact.

 Un langage affirmatif et positif : voir quelques exemples

Aboudou Keita consultant-formateur Cabinet TCE


Developpement personnel – Accompagnement professionnel – Coaching
Professionnaliser sa prise de parole en public - L’art oratoire — la présentation orale
 Supprimer « on » pronom personnel non engageant
 S’engager /être dans l’action remplacer « je pense que peux le faire » par
« Nous allons le faire »
 Parler de façon positive et éviter la double négation « je ne peux ne pas le
faire » mais plutôt « je vais le faire »
 Faire attention au conditionnel : « tu vas y arriver »plutôt que « tu devrais y
arriver »
 Remplacer les mots (problème, soucis,risque) par ces mots (challenges, défis)
« Voila un vrai challenge » plutôt que « ça va être un problème »
 Investir du temps plutôt que perdre du temps
2. La voix
Elle se caractérise par
 Le timbre: qui comme les empreintes digitales, est propre à chacun et ne varie pas
 L’intensité : qui est le niveau sonore de la voix, il faut adapter ce niveau a la taille de l’espace, a la
disposition du public et au nombre des personnes présentes
 L’intonation : c’est le mouvement mélodique de la voix, caractérisé par des variations de hauteur. Il est
important de varier ses intonations afin de capter l’attention de l’auditoire.
 Le débit : c’est le nombre de mots a la minute. La plupart des orateurs parlent trop vite. Il faut
s’entraîner à étirer le temps de votre intervention et a gagner en impact, il faut respirer entre les phrases
et faire des pauses pour reprendre votre souffle laissant ainsi le public respirer.
3. La phrase
Elle se caracterise par
 la diction: c’est la prononciation correcte des consonnes, des syllabes et des diphtongues. Chaque
phrase doit exister du début à la fin ; de son attaque à sa finale en passant par toutes les syllabes
intermédiaires. L’entraînement régulier avec des phrases adéquates permet de muscler la langue et les
lèvres.
 Le rythme : le changement de rythme donne à la prise de parole sa musicalité et évitent la monotonie.
Il faut varier les rythmes pour donner de la vie a sa prestation. Plusieurs leviers existent pour influer sur
le rythme
La ponctuation permet de renforcer l’écoute et de donner du poids a certains mots ou à
certaines idées. Prendre du temps avant un mot, après un mot , permet de lui donner plus de
force.
La modulation permet dans l’intonation de prendre appui sur certaines syllabes et donc de varie
le ton. On peut aussi renforcer un mot ou une idée par la scansion.
Le silence " Parler est le plus moche moyen de communication. L'homme ne s'exprime
pleinement que par ses silences. "San Antonio “La parole est d’argent et le silence est d’Or"
Il permet à l’orateur et au public de respirer. il permet a l’orateur de regarder l’auditoire et de
s’appuyer sur lui, ce qui a pour effet de renforcer encore votre impact

B.LE
B. NON VERBAL

Notre allure, notre style, notre façon de marcher, de nous tenir délivre un message. Cette image parle de
nous sans que nous ayons dit un mot. la communication non-verbale se fait inconsciemment. Mais il est
possible de la mener de façon consciente et l'utiliser de façon stratégique. Le non verbal détermine la
première impression qui du reste est très importante.
55% du message est corporel
38% du message est dans la voix
7%du message dans les mots
1. les postures
II y a quatre postures physiques qui génèrent des attitudes différentes et qui peuvent marquer
l'auditoire

Par rapport à la verticale


 L'extension : attitude de domination, allure, assurance
Menton et tête hauts, épaule ouverte, thorax développé, bras otiverts,
jambes écarts.... .. • .. , .,- '.
 La contraction : attitude de soumission, subordination, docilité, obéissance...
Tête rentrée ou inclinée, épaule basse, buste courbé, pieds rentrés...
L'idéal est d'être dans sa verticalité, ni en extension, ni contracté, tiré vers le haut, le buste en
ouverture.

Par rapport au mouvement


 Vers l'avant : attitude de partage et d'ouverture aux autres.
Tête avancée, coude allongé, buste et pieds penchés en avant, cette posture est
typique de l'intérêt que vous portez aux autres.
 Vers l'arrière : attitude de fuite, de méfiance, de crainte, de recul
Tête en recul ou détourné par rapport au buste, bras barrières, bustes de
profil, appui en arrière _.....„..........

2. Les gestes
« là où le discours en reste au mots, la parole engage le corps » jacques lecoq

Notre gestuelle est très révélatrice. Les gestes inutiles ; qui n'ont rien à voir avec le contenu du message,
sont souvent le signe d'une émotivité ou d'un manque d'engagement. « joindre le geste à la parole c’est
renforcer l’impact de sa communication » Mettre le corps en mouvement, c’est dèjà etre dans l’action.
« je bouge donc je suis !»

Les gestes «fermés», dirigés vers soi ou en « auto-contact ». ne peuvent convaincre et servent uniquement
à se rassurer.

Les gestes «ouverts» ; ils accompagnent le message et soulignent certains points. Ce sont des gestes de
partage et d'engagement, tournés vers les autres

Le geste peut être


Rond : signe de prise en charge et de souplesse.
Sec ou saccadé : signe d'assurance, de fermeté, d'exigence voir d'agressivité.

Le geste doit être haut, c'est-à-dire au-dessus du coude,En-dessous du coude, il révèle un manque
d' assu ran ce. Les gestes ne doivent pas être retenus ; ils traduisent votre assurance et votre désir de
communiquer.

3. Le visage
« Mimez l'assurance plutôt que la timidité, mimez la force plutôt que la faiblesse, mimez la bonne santé plutôt que la
maladie, et l'imagination dévastatrice aura du mal à s'installer."

Le visage est mobile et doit le rester, il traduit nos émotions.


Le Sourire est un signe d'ouverture et de disponibilité envers votre assistance. Il est un bon moyen de
gagner la bienveillance du public.
"Une parole venue du coeur tient chaud pendant trois hivers"
proverbe chinois
" Il faut faire marrer les gens, que ce soit pour les mettre à l’aise ou au contraire les déconcerter "
Antoine Riboud ancien patron de Danone
Le Regard : Le regard est essentiel. Il permet de maintenir l'attention de l'auditoire et de vous
appuyer sur lui. Il vous permet de percevoir les réactions du public et de les
utiliser.
4. Le vestimentaire ou l’habillement

La façon de s'habiller dépend de plusieurs facteurs.


Nous habillons selon La culture, Les circonstances, Les milieux, Les saisons...,
Quelque soit le facteur, il est important de s'habiller de sorte à se sentir à son aise.

Le style *
Nous allons distinguer 4 styles correspondant à des types différents
Style romantique
Tissus moelleux, couleurs Claires, pas de tons agressifs ni dans la cravate, ni dans le foulard. Parfums
sensuels, odeurs fruitier, tissus à petites fleurs...
Expression de douceur, sensibilité, ouverture aux autres. Personne gentille, chaleureuse, compréhensive.
Cette image colle bien aux professions médicales, aux métiers ou l'on est à l'écoute des autres, des métiers
qui demandent du dévouement aux autres.
Mais dans les milieux des finances ou l'on se veut rassurant ou les milieux formels, vous serez perçu comme
un agneau parmi les loups.

Style naturel
Basket, jean's cheveux en coupe ou naturel pour la femme. Maquillage léger quasi invisible. Ce
type donne une apparence de jeunesse, de vitalité.
Il sera volontiers coach sportif, animateur, enseignant, bref tous les métiers ou l'uniforme n'est pas de
mise.
Mais est-ce bien accepté dans les établissements financiers, les entreprises commerciales et les milieux
d'affaires? Nous répondons : presque non.

Style Citadin-sophisqué : son objectif capter l'attention. Deux tendances


Le type sophistiqué extravagant : vêtements moulants, mini jupe sous un décolleté profond,
large ceinture à la taille, talon aiguille de 7cm : Maquillage bijou qui font ressembler à un arbre de Noël... bref
style sexy comme on le dit. Eh bien ce stvle en entreprises ce n'est rien d'autre que du harcèlement.

Le type sophistiqué ultramoderne


II s'impose partout. Il a apparence sévère. Pas de détail superflu ou, plein feux sur un accessoire (cravate
attractive, bretelle, sac à main du dernier créateur, bijoux luxueux..).tissus aux couleurs vives et/ou contrastantes
Image forte, puissante et influente, mais dont l'abus donne une-; personne hautaine,
distante. C'est un style de meneur mais attention...

Le style raffiné
Elégance naturelle, garde robe intemporelle, simplicité, sobriété. Grande attention pour la qualité des tissus,
couleurs basiques qui se marie avec tout. Apparence impeccable, pas négligée. Pas de cheveux désordonnés,
ongles bien manucures, maquillage discret mais étudié, cravate classe, boutons de manchette.

C’est le Charme, l’élégance, le raffinement. Image d'une personne cultivée, sure d'elle, discrète ordonnée, un
peu trop sérieux parfois. Attention cependant cette image peut intimider.
Resume

S’adapter à son auditoire


C ommuniquer avec un auditoire met enjeu de multiples ressorts dont la dimension relationnelle est un élément
clé. Aucune commune mesure, évidemment, entre une présentation en tête à tête et un exposé devant 400
personnes ! La proximité de vos interlocuteurs ou, au contraire, leur éloignement ont une importance déterminante sur
votre propre comportement. En effet, un individu perçoit son environnement en établissant autour de lui-même cinq
cercles imaginaires (voir graphique ci-dessous).
Le premier, baptisé périmètre intime, est celui des enfants, de la famille, du conjoint, des amis. Dans notre culture
Dans le deuxième cercle (de 40 centimètres à 1 mètre), vous avez avec votre interlocuteur des relations personnelles
mais non intimes.
Les choses sérieuses commencent avec le cercle social (de 1 à 3 mètres) et le cercle public (plus
L’ENTRÉE
Vous entrez en communication avec le public à partir du moment où vous entrez dans la salle.
Votre discours commence au moment où le public se concentre sur vous en tant que prochain
orateur. Vous pouvez lui communiquer votre hésitation et votre faiblesse bien avant de
commencer à parler. Si vous avez l’intention d’être plein d’assurance en présentant votre
sujet, il faut que vous commenciez à avoir l’air assuré avant votre discours. Ne commencez
pas tant que vous, ou le public, n’êtes pas prêt. N’hésitez pas à attendre en silence que le
public se montre réceptif à votre message.

LA PRÉSENTATION
Ne craignez pas de faire des gestes pendant que vous parlez : ils rendent la présentation plus
intéressante à regarder et expriment votre enthousiasme. Faire des gestes contrôlés et planifiés
permet de canaliser une partie de l’énergie nerveuse ressentie lorsque vous parlez en public.
Évitez d’avoir entre vos mains des objets, à l’exception, par exemple, d’un stylo pour pointer
ou d’un accessoire à présenter. Le public aura tendance à suivre les déplacements des objets
plutôt que votre discours. Évitez les tics nerveux, comme manipuler des objets, retoucher vos
cheveux et vos vêtements ou tenter de régler l’équipement destiné aux présentations.

LA SORTIE
Votre sortie est aussi importante que votre entrée. Beaucoup d’orateurs inexpérimentés
déguerpissent immédiatement après avoir dit leur dernière phrase. Cela change l’impression
donnée par une présentation qui, jusqu’à la dernière minute, avait semblé pleine d’assurance.
Éloignez-vous de la tribune lentement et d’un pas assuré.
Il est important de toujours regarder le public pendant les trois étapes précédentes. Certains
orateurs ont tendance à toujours regarder la même partie de la salle. Durant votre discours,
assurez-vous de balayer toute la salle du regard et à de nombreuses reprises.
○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○○

Vous aimerez peut-être aussi