Vous êtes sur la page 1sur 32

EMPLOI 

MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 ET HANDICAP


75E ANNÉE– NO 23295
2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE BRISER
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY LES PLAFONDS
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO
DE VERRE
SUPPLÉMENT

Fraude fiscale : la Cour des comptes tance l’Etat
▶ Saisis par l’exécutif à la ▶ Dans le rapport qui doit ▶ La Cour des comptes ▶ Entre 2013 et 2018, les ▶ L’exécutif assure avoir
suite de la crise des « gilets être rendu public lundi déplore notamment que sommes récupérées grâce encore renforcé l’arsenal
jaunes », les magistrats fi­ 2 décembre, ils consi­ le chiffrage de la fraude au contrôle fiscal ont législatif et obtenu de pre­
nanciers ont passé au cri­ dèrent que l’action de la soit défaillant. Cela fait chuté de 22 %, passant de miers résultats en matière
ble les politiques de lutte France en la matière reste du pays « une exception 10 à 7,8 milliards d’euros, de recouvrement
contre la fraude fiscale brouillonne et insuffisante très notable », relève­t­elle souligne la Cour PAGE S 10- 11

GAFA Pesticides
LES GÉANTS  ALLEMAGNE LE SPD  Les fabricants
DU NUMÉRIQUE  de chlorpyrifos
VONT­ILS S’ENTRE­ VIRE À GAUCHE TOUTE contre­attaquent
DÉVORER ? ▶ Les sociaux­démocrates ont élu
à leur tête le binôme Saskia Esken Alors que la Commission
européenne s’apprête
La hache de guerre semble et Norbert Walter­Borjans à demander aux Etats
déterrée entre Google, ▶ La conséquence pourrait être
Amazon, Facebook d’interdire cet insecticide
l’éclatement de la « grande coalition » toxique, un ensemble de
et Apple. Chacun cherche
désormais à prendre pied au pouvoir à Berlin PAGE 4 lobbyistes, mené notam­
sur le territoire du voisin ment par le groupe améri­
cain Corteva, fait pression
PAGES 18-19
pour qu’il reste autorisé
PAGE 15

Ukraine Politique
Zelensky :  Castaner
« Nous voulons  veut combattre 
un véritable l’« islamisme »
cessez­le­feu »
Le ministre de l’intérieur
Le président ukrainien a fixé comme mission
doit rencontrer Vladimir prioritaire aux préfets,
Poutine le 9 décembre, le 28 novembre, de « com­
à Paris, en présence battre l’islamisme et le
d’Emmanuel Macron et communautarisme », en
d’Angela Merkel. Il se dit dépit de l’ambiguïté de ces
opposé à une solution notions. Un geste en direc­
militaire dans le Donbass tion de l’électorat de droite
PAGE 2 Norbert Walter­Borjans et Saskia Esken au siège du SPD, le 30 novembre. AXEL SCHMIDT/AFP PAG E 8

Santé
Inquiétudes
Société
Les services publics
Inondations
Deux morts
Antisémitisme
autour du projet débordés par dans le Var, trois L’Assemblée face 
de collecte des
données médicales
l’afflux de jeunes
mères sans abri
secouristes tués
près de Marseille
à une proposition 
PAGE 16 PAG E 1 2 PAGE 14 de résolution
qui fait débat
LE REGARD DE PLANTU
Présenté au vote par
le député LRM Sylvain
Maillard, le texte, non
contraignant juridique­
ment, qui se propose de
définir l’antisémitisme en
y associant l’antisionisme,
divise la majorité.
Et suscite une vaste
controverse intellectuelle
PAGE 12 ET IDÉES – PAGE 30

ÉDITORIA L
1
RETRAITES : 
LE PRIX 
DE L’AMBIGUÏTÉ
P AG E 31

Algérie 220 DA, Allemagne 3,50 €, Andorre 3,20 €, Autriche 3,50 €, Belgique 3,00 €, Cameroun 2 300 F CFA, Canada 5,50 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 300 F CFA, Danemark 35 KRD, Espagne 3,30 €, Gabon 2 300 F CFA, Grande-Bretagne 2,90 £, Grèce 3,40 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,40 €,
Hongrie 1 190 HUF, Irlande 3,30 €, Italie 3,30 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,00 €, Malte 3,20 €, Maroc 20 DH, Pays-Bas 3,50 €, Portugal cont. 3,30 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 300 F CFA, Suisse 4,20 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 3,80 DT, Afrique CFA autres 2 300 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

« Nous voulons un véritable cessez­le­feu »
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, se dit opposé à une solution militaire dans le Donbass

ENTRETIEN

A
près des années de gel
diplomatique et
l’échec des accords de
Minsk de 2015,
l’Ukraine et la Russie se rencon­
treront lors d’un sommet à Paris
en présence du président français,
Emmanuel Macron, et de la chan­
celière allemande, Angela Merkel,
le 9 décembre. L’enjeu est d’obte­
nir les conditions nécessaires à la
paix dans le conflit qui oppose,
dans le Donbass, dans l’est du
pays, les séparatistes soutenus par
la Russie à l’armée ukrainienne.
Le président ukrainien, Volody­
myr Zelensky, ancien acteur de sé­
rie télévisée satirique sur le
monde politique, a été élu en avril
sur la promesse d’en finir avec
cette guerre qui a fait plus de
13 000 morts depuis 2014, dont
plus de 3 300 civils. A moins de dix
jours de cette rencontre, le chef
d’Etat a reçu à Kiev, dans son palais
présidentiel, Le Monde ainsi que
les journalistes de l’hebdomadaire
américain Time, du magazine alle­
mand Der Spiegel et du quotidien
polonais Gazeta Wyborcza.

Après trois années de gel


diplomatique avec la Russie,
quelles sont vos attentes
pour le sommet qui se tiendra
à Paris le 9 décembre ?
La tenue de cette réunion est
déjà, en soi, une victoire. Mais, le
véritable succès, nous l’obtien­
drons quand la diplomatie pren­
dra le pas sur les armes.
Notre priorité est de sauver des
vies. Nous espérons ainsi pouvoir
aboutir à un nouvel échange de
prisonniers [après celui du 7 sep­
tembre], mais cette fois beaucoup
plus massif avec la Russie. Le ca­
lendrier, les détails, nous pour­
rons en discuter. Mais le but est
d’aboutir à un échange global Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans les bureaux de l’administration présidentielle, à Kiev, le 30 novembre. GUILLAUME HERBAUT POUR « LE MONDE »
pour la libération de tous les pri­
sonniers ukrainiens [considérés
comme des prisonniers politiques]. frontières soit postérieur aux une équation à une ou plusieurs qu’ils nous disent : « Remplissez rai dès les premières trente minu­
La deuxième question, très déli­ élections. Je ne suis pas d’accord inconnues. En politique, il n’y a telle ou telle condition pour re­
« [Avec Donald tes de la rencontre. Si ce n’est pas
cate, est celle d’un cessez­le­feu. avec cette séquence des événe­ que des inconnues. Et chacun dé­ joindre l’Union européenne Trump], nous le cas. Je le dirai tout haut.
Le sujet a été prioritaire dans les ments. C’est la position des Ukrai­ fend ses propres intérêts. [UE]. » L’Ukraine se trouve en Eu­ Nous avons invité les ambassa­
précédents accords de Minsk. Et il niens. Et nous resterons fermes rope et peut faire partie de l’UE.
n’avons pas parlé deurs de la France et de l’Allema­
est vrai que l’intensité des tirs a là­dessus. Il s’agit de notre pays, Quel rôle les Etats­Unis Et nous le voulons. Là je com­ d’un échange gne pour qu’ils observent la situa­
diminué depuis 2015, tout de notre terre, de notre peuple. peuvent­ils avoir dans prendrais qu’il puisse y avoir un tion dans le Donbass. On dit par­
comme le nombre de victimes, les négociations actuelles ? donnant­donnant.
du genre “Je te fois que ceux qui vivent dans les
mais ce n’est pas fini. Nous vou­ Certains, qui ont manifesté Les Etats­Unis ont une relation donne ci et tu me zones tenues par les séparatistes
lons un véritable cessez­le­feu. à Kiev, redoutent que la paix directe avec la Russie. Ils ont une L’image qui est véhiculée sur voudraient appartenir à la Russie.
ne mette en péril la souverai­ influence en Europe. Je pense que l’Ukraine, à la suite de cette
donnes ça” » C’est faux. Chaque personne peut
Il est question d’organiser neté ukrainienne… Donald Trump peut parler à procédure contre M. Trump, choisir d’aller vivre où elle veut
des élections dans les territoi­ Certains veulent la terre, M. Poutine pour que cette tragédie est celle d’un pays corrompu… vivre. Mais un Russe ne peut pas
res occupés par les séparatistes d’autres sont prêts à accepter la finisse. Et je pense qu’il lui parle. Lorsque les Etats­Unis parlent, ils changer. Mais j’ai parlé avec dire sur un territoire ukrainien
de l’est de l’Ukraine. paix à n’importe quel prix, envoient un signal pour le reste du Emmanuel Macron. Il défend la « C’est ma terre », ce n’est pas cor­
A quelles conditions ? d’autres encore ne seraient pas Le représentant spécial pour monde, pour le Fonds monétaire souveraineté de l’Ukraine. rect. Beaucoup de gens dans le
Si nous arrivons à nous mettre opposés au statu quo. Mais tous, l’Ukraine de Donald Trump, international, pour la Banque Sa phrase vise peut­être à affai­ Donbass sont perdus. A nous de
d’accord sur les deux premiers ou en tout cas la plupart, sont Kurt Volker, a dû quitter ses mondiale, pour la BERD [Banque blir la politique de sanctions les reconquérir.
points que j’ai cités, alors on par­ d’accord sur un point : cessez la fonctions après qu’une procé­ européenne de développement]. contre la Russie. Je comprends
lera d’élections. Mais pour cela il guerre et cessez ces morts. dure d’impeachment eut été Alors, quand les Etats­Unis disent que, pour la France comme pour Un autre sujet de tension avec
est nécessaire d’obtenir un désar­ lancée contre le président « l’Ukraine est un pays corrompu », l’Allemagne, les sanctions posent la Russie est lié à la construc­
mement total avec le désengage­ Et si vous n’obtenez rien américain au sujet du coup c’est un signal très mauvais. Tout le des problèmes économiques. tion du gazoduc Nord Stream 2
ment de tous les groupes armés et à Paris ? de téléphone qu’il vous a passé monde, les investisseurs, les ban­ Mais, quand on parle de vies, les qui contournerait l’Ukraine.
la disparition de toutes les armes. On nous a pris une partie de no­ le 25 juillet… ques, les entreprises américaines raisons économiques n’ont pas Pouvez­vous, encore, vous
Plus de 1 million de personnes tre terre. Mais je ne veux pas re­ J’ai vu que M. Volker défendait et européennes entendent : « N’in­ leur place. Et les leaders des pays opposer à ce projet ?
sont parties du Donbass pour fuir prendre le Donbass par les armes. nos positions même si l’essentiel vestissons pas, partons ! » Pour européens m’ont garanti que la Sur cette question je n’ai pas de
les mitraillettes. Eux aussi de­ Certains, en Ukraine, y semblent de son action s’est déroulé quand nous, c’est très compliqué. Oui, il y politique de sanctions ne serait pouvoir sur les leaders euro­
vront pouvoir revenir et voter. prêts, mais à quel prix ? La colère je n’étais pas président. Pour le a de la corruption, mais nous som­ pas modifiée tant que nous péens. Je ne peux compter que sur
Voilà ce que nous, Ukrainiens, des manifestants a été ravivée par reste, je ne veux pas que l’Ukraine mes en train de nous débarrasser n’aurons pas récupéré notre terri­ l’aide des Etats­Unis qui nous sou­
voulons. Si nous arrivons jusqu’à l’ancien pouvoir. Veulent­ils aller soit un terrain de jeu sur lequel les de ce fléau. Lors de mon entrevue toire et la Crimée en fait partie. tiennent. J’ai évoqué le sujet de la
ce point des discussions, nous là­bas avec des fusils ? Je ne suis grands acteurs mondiaux joue­ avec Donald Trump, je l’ai invité à sécurité énergétique en Europe
aurons le sentiment que la Russie, pas pour une solution militaire. Si raient aux échecs. Nous ne devons venir pour voir qui nous sommes A ce sujet, la Crimée, annexée avec M. Poutine, lors d’un des
aussi, veut la paix. ma position déplaît à la société, pas être considérés comme un ob­ véritablement. J’ai le sentiment par la Russie en 2014, semble échanges téléphoniques.
un autre leader prendra ma place. jet mais comme des sujets. Il ne qu’il m’a entendu. oubliée des négociations… Je dois vous avouer que ce n’est
Le contrôle de la frontière Mais pour moi cette option est peut pas y avoir d’accords conclus Je suis inquiet aussi. La Crimée pas seulement l’Europe qui m’in­
avec la Russie est­il hors de question. derrière notre dos. Je veux croire Emmanuel Macron a récem­ n’apparaît nulle part dans les né­ quiète, mais aussi l’Ukraine. Le
un préalable à ces élections ? en cela. Les Etats­Unis ont tou­ ment jugé que l’OTAN est « en gociations. Où et quand va­t­on en transit de gaz nous donne de
C’est la question la plus délicate Quelles sont vos relations jours eu le visage de la démocratie. état de mort cérébrale » et que parler ? Depuis près de six ans ce 2,5 milliards à 3 milliards de dol­
sans doute. Ce qui a été écrit dans avec Vladimir Poutine ? la Russie est un pays qui « fait sujet est occulté. Il n’existe pas. Il lars [jusqu’à 2,7 milliards d’euros]
les accords de Minsk en 2015 Nous avons eu trois conversa­ Lors de cette conversation partie géographiquement de n’est pas exclu qu’on l’évoque lors de revenus par an. C’est un point
suppose que le contrôle des tions téléphoniques. Cela a donné téléphonique, quand avez­vous l’Europe » et ne serait pas une du sommet à Paris. C’est notre ter­ important pour notre économie,
des résultats. Nous avons eu nos senti le lien entre l’aide mili­ menace. Qu’en pensez­vous ? ritoire. Nous allons le récupérer. surtout en temps de guerre. Et,
marins [détenus après un accident taire américaine et la demande La France a une relation Mais peut­être faudra­t­il trouver malgré ce que nos partenaires di­
naval russo­ukrainien en mer d’enquête formulée par singulière avec l’OTAN, qu’elle a un format spécifique pour tenir sent, il ne s’agit pas seulement
« Je ne veux pas d’Azov en novembre 2018] et nos M. Trump sur Hunter Biden, le un temps quittée. Mais, pour ces négociations. Les Etats­Unis d’une question économique mais
prisonniers politiques, lors de fils de son rival démocrate Joe nous, il est difficile de faire des pourraient alors être présents. aussi politique. Nous espérons si­
reprendre l’échange de septembre. Je consi­ Biden pour l’élection de 2020 ? commentaires à ce sujet puisque gner avec la Russie un accord de
le Donbass par les dère cela comme une victoire. Nous n’avons pas parlé d’un nous ne faisons pas partie de Avez­vous des signes de sou­ transit de gaz pour dix ans. Je
échange du genre « Je te donne ci l’organisation même si nous tien de la part de la France veux distinguer ce sujet de celui
armes. Certains, Lui faites­vous confiance ? et tu me donnes ça ». Ce type de tâchons d’atteindre tous les stan­ ou de l’Allemagne ? Redoutez­ du Donbass, mais la question
en Ukraine, Je ne fais confiance à personne. conversation, je l’ai eu avec le pré­ dards pour la rejoindre. vous, à Paris, de vous retrouver pourra aussi être soulevée lors du
La politique n’est pas une science sident russe lorsque nous avons Au sujet de la Russie, il est pro­ seul face à Poutine ? sommet à Paris. 
y semblent prêts, exacte comme les mathémati­ échangé les prisonniers. Et je bable que les relations entre Paris Les partenaires européens sont propos recueillis par
mais à quel prix ? » ques. Il ne s’agit pas de résoudre peux l’avoir avec l’Europe pour et Moscou soient en train de obligés de nous soutenir. Je le ver­ claire gatinois
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 international | 3

Malte : le premier ministre annonce son départ


Joseph Muscat était sous pression en raison de l’enquête sur l’assassinat de Daphne Caruana Galizia en 2017

S
a position était devenue Sur la base de ces accusations, nus pour leurs liens avec la ma­ sinos et des hôtels à Malte, mais l’enquête de police et des écoutes
intenable, alors que l’en­ M. Schembri a été arrêté mardi, fia, l’enquête de police semblait aussi à l’étranger, comme le Hil­
Scandale des et, de là, les faire connaître à
quête sur l’assassinat de avant d’être remis en liberté jeudi piétiner depuis des mois concer­ ton d’Evian­les­Bains, en France. « Panama Papers », M. Fenech.
la journaliste d’investiga­ soir, contre toute attente, la police nant l’identification du ou des Il était en plus à la tête de la coen­ Vendredi, juste avant l’annonce
tion Daphne Caruana Galizia, assurant n’avoir finalement rien commanditaires. treprise qui a remporté le marché
corruption, de sa démission, M. Muscat a af­
tuée en octobre 2017, s’étendait à à retenir contre lui. Dans le même Tout s’est accéléré avec l’arres­ de la construction de la nouvelle blanchiment… firmé, dans une déclaration pu­
certains de ses proches et que l’at­ temps, M. Fenech a déposé un re­ tation, le 14 novembre, d’un centrale. Or, peu avant sa mort, blique, qu’il avait été victime
mosphère sur l’île était devenue cours en urgence, pour faire révo­ homme qui était depuis long­ Daphne Caruana Galizia avait
M. Muscat a d’une tentative de chantage, si­
électrique. Dimanche 1er décem­ quer le policier chargé de l’en­ temps dans le radar des enquê­ commencé à s’intéresser à une délibérément laissé gnalée à la police. Il aurait ainsi
bre, le premier ministre tra­ quête, l’accusant d’être inféodé à teurs. Nommé Melvin Theuma et société­écran destinée à verser reçu un message lui disant que, à
vailliste, Joseph Muscat, a finale­ M. Schembri. Cette libération officiellement chauffeur de taxi, des commissions, en marge de ce
faire ces dérives moins qu’il ne se prononce en fa­
ment annoncé, dans une allocu­ dans une atmosphère de confu­ il serait en réalité usurier et à la marché, à M. Schembri, ainsi qu’à en toute impunité veur d’une grâce présidentielle
tion télévisée, qu’il allait démis­ sion générale n’a fait qu’ajouter à tête d’un réseau de jeux d’argent l’ex­ministre de l’énergie Konrad pour M. Fenech, celui­ci témoi­
sionner, une fois son successeur la tension, dans ce petit Etat illégal. C’est lui qui aurait servi Mizzi, comme avait permis de le gnerait avoir « eu deux échanges
désigné, d’ici au 12 janvier. de 490 000 habitants où tout le d’intermédiaire entre les trois as­ confirmer le « Projet Daphne ». par la presse locale ces derniers téléphoniques avec lui il y a quel­
M. Muscat a affirmé qu’il avait monde se connaît, mais qui reste sassins et Yorgen Fenech, avec Tous ces éléments n’avaient jours. Ainsi, M. Schembri entrete­ ques mois ».
tenu parole, en s’assurant que profondément divisé politique­ qui il était ami. En échange d’une donné lieu à aucune démission ni nait des relations téléphoniques De son côté, à la presse qui l’in­
l’affaire serait résolue sous son ment. L’opposition de droite et la immunité, il a fourni des élé­ mise en accusation, dans une île régulières avec M. Fenech, jus­ terrogeait devant le tribunal de La
contrôle, ajoutant que « personne famille de la journaliste ont im­ ments cruciaux impliquant où règne l’impunité en matière qu’au matin de l’assassinat. Il Valette, vendredi, à la veille de son
n’est au­dessus de la loi ». Un peu médiatement accusé M. Muscat l’homme d’affaires, comme des de corruption. aurait ensuite cherché à lui faire inculpation, Yorgen Fenech a dé­
plus tôt dimanche après­midi, de chercher à protéger son ami. enregistrements sonores. Les passer des messages, par l’entre­ claré, tout en allumant une ciga­
plusieurs milliers de manifes­ Dans une atmosphère surréa­ deux hommes étaient en outre Eléments troublants mise d’un médecin autorisé à le rette face à un rassemblement de
tants avaient envahi les rues de La liste, un conseil des ministres ex­ sur écoute des services secrets, L’éventuelle implication de consulter pendant sa garde à vue. citoyens en colère : « J’ai peur pour
Valette, la capitale maltaise, pour ceptionnel avait été convoqué selon la presse locale. M. Schembri dans l’assassinat Or, de sa position au cœur de ma vie, je suis prêt à aller jusqu’au
demander sa démission immé­ jeudi soir et s’était conclu, à M. Fenech, 38 ans, est un reste encore incertaine. Alors l’Auberge de Castille, le siège du bout pour que la justice l’emporte
diate, à l’appel d’organisations de 3 heures du matin, par une confé­ homme d’affaires bien connu que la police et le gouvernement gouvernement à La Valette, et que la vérité sorte. » 
la société civile, afin que justice rence de presse nocturne. Lors de dans l’île. Son conglomérat fami­ semblent l’écarter, plusieurs élé­ M. Schembri a pu être informé jean­baptiste chastand
soit faite. Menés par la famille de celle­ci, M. Muscat avait de nou­ lial, Tumas Group, détient des ca­ ments troublants ont été révélés en continu de l’avancée de et anne michel
Daphne Caruana Galizia, ils ont veau expliqué son refus de démis­
marché derrière une banderole sionner, malgré des divisions de
de tête portant la mention « Gus­ plus en plus perceptibles au sein
tizzja » (« justice »), aux cris de du Parti travailliste. Dans le
« mafia », « assassini » (« assas­ même temps, les journalistes ont
sins »), « Daphne avait raison », été brièvement retenus dans la
« Daphne survit »… salle par de mystérieux « gros
Premier ministre depuis 2013, bras » refusant de décliner leur
M. Muscat, 45 ans, a été emporté identité et leurs fonctions, ainsi
par la vague d’indignation qui a qu’en attestent les vidéos postées
suivi l’arrestation d’un puissant par les médias.
homme d’affaires, Yorgen Fe­
nech, et surtout de celle de son Homme ambitieux et populaire
chef de cabinet et ami personnel, La démission de Joseph Muscat
Keith Schembri. Arrêté le 20 no­ met un terme à la carrière d’un
vembre alors qu’il tentait de fuir homme ambitieux et fortement
Malte sur son yacht au petit ma­ populaire dans son pays. Incar­
tin, M. Fenech est suspecté par les nant à un moment un espoir
enquêteurs de police d’être le pour la gauche modérée au ni­
commanditaire de l’assassinat de veau européen, il s’était récem­
la blogueuse anticorruption, tuée ment rapproché d’Emmanuel
dans l’explosion de sa voiture Macron à la faveur du dossier mi­
près de son domicile. Un assassi­ gratoire. Malte faisait alors figure
nat qui aurait été commandité de partenaire fiable face à l’Italie
pour 150 000 euros, selon des in­ de Matteo Salvini, qui avait fermé
formations concordantes du Ti­ tous ses ports aux navires de sau­
mes of Malta et de Reuters. M. Fe­ vetage de migrants.
nech a été formellement inculpé Mais si Malte a connu une santé
samedi 30 novembre de « compli­ économique éblouissante sous
cité de meurtre » de Daphne Ca­ les deux mandats du travailliste,
ruana Galizia et placé en déten­ la réputation de cet archipel au
tion provisoire. cœur de la mer Méditerrannée
Il a plaidé non coupable et, en n’a, en parallèle, fait que se
garde à vue, il a impliqué dégrader sur la scène euro­
M. Schembri, en assurant que péenne. Scandale des « Panama
c’était lui le véritable commandi­ Papers », corruption, vente de
taire. Les deux hommes se con­ passeports de complaisance,
naissent bien : M. Fenech avait en blanchiment d’argent… Jo­
effet prévu de verser des pots­de­ seph Muscat a délibérément
vin au collaborateur du premier laissé faire toutes ces dérives en
ministre, en marge de la construc­ toute impunité. Celles­ci étaient
tion de la nouvelle centrale élec­ dénoncées de manière véhé­
trique au gaz du pays, comme mente par Daphne Caruana
l’avait révélé le « Projet Daphne » Galizia sur son blog, jusqu’à
en 2018 – un réseau de journalis­ l’assassinat de cette mère de
tes internationaux, dont fait par­ famille âgée de 53 ans qui a cho­
tie Le Monde, et qui s’est spéciale­ qué toute l’Europe.
ment constitué pour continuer le Malgré l’arrestation rapide des
travail de la journaliste assassinée. trois assassins, des hommes con­

B U R K I N A FA SO L I BY E
L’attaque d’une église La France renonce
protestante fait à livrer des bateaux
quatorze morts aux gardes-côtes
Quatorze fidèles, dont des Paris a renoncé à la livraison
enfants, ont été tués diman­ controversée de six navires à
che 1er décembre en milieu la Libye pour renforcer le con­
de journée lors de l’attaque trôle de ses côtes, en raison de
d’une église protestante pen­ « la situation » dans le pays, a
dant un service religieux à fait savoir, lundi 2 décembre,
Hantoukoura, dans l’est du un collectif de sept ONG qui
Burkina Faso, où les actions avait saisi la justice adminis­
menées par des groupes trative sur le sujet en avril. Le
armés contre les lieux de don de ces six embarcations
culte se multiplient. Depuis rapides, des semi­rigides Sil­
2015, ces attaques attribuées linger de 12 mètres, avait été
à une douzaine de groupes annoncé par la ministre fran­
djihadistes, dont Ansaroul Is­ çaise des armées, Florence
lam, le Groupe pour le sou­ Parly, en février. Plongé dans
tien de l’islam et des musul­ le chaos depuis la chute du ré­
mans (GSIM) et’organisation gime de Mouammar Kadhafi
Etat islamique au grand en 2011, le pays est secoué par
Sahara (EIGS), ont fait près le conflit armé entre les for­
de 700 morts, selon un ces du maréchal Khalifa
comptage de l’Agence Haftar, homme fort de l’Est,
France­Presse, et environ et le gouvernement d’union
500 000 déplacés internes et nationale (GNA) à Tripoli,
réfugiés, selon l’ONU. – (AFP.) reconnu par l’ONU.
0123
4 | international MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Allemagne : le
virage à gauche
du SPD menace
la coalition
Les sociaux­démocrates ont élu
à leur tête un binôme ambigu
sur le maintien au gouvernement

berlin ­ correspondant ancienne élue régionale du Bran­


debourg, Klara Geywitz, les deux

A
ngela Merkel ne pou­ vainqueurs ont déjoué la plupart
vait imaginer pire scé­ des pronostics, au risque d’un
nario. En élisant Saskia grand saut dans l’inconnu, tant
Esken et Norbert Wal­ pour leur parti que pour leur pays.
ter­Borjans à leur tête, samedi Contrairement à leurs adversai­
30 novembre, les quelque res, qui défendaient une ligne très
425 000 adhérents du Parti so­ centriste et plaidaient sans ambi­
cial­démocrate (SPD) ont fait le guïté pour le maintien des so­ Saskia Esken et Norbert Walter­Borjans, vainqueurs de l’élection à la tête du SPD, le 30 novembre, à Berlin. DPA/ABACA
choix d’un clair virage à gauche, ciaux­démocrates au gouver­
dont la conséquence pourrait nement, Mme Esken et M. Walter­
être l’éclatement de la « grande Borjans n’ont en effet jamais été
coalition » au pouvoir à Berlin,
voire le départ précipité de la
chancelière allemande avant la
très clairs quant à leurs intentions
exactes. Pendant la campagne, la
première a plusieurs fois affirmé
Le SPD fait le pari
– un peu à la
le président de la CDU bavaroise,
Markus Söder.
Quoi qu’il en soit, on voit mal
Portée par les succès
fin de son quatrième mandat,
prévu à l’automne 2021.
que « la grande coalition n’a pas
d’avenir ». Le second, en revanche,
manière du Labour aujourd’hui comment la « grande
coalition » de Mme Merkel pour­ électoraux, l’aile radicale
Totalement inconnus du grand s’est toujours montré plus pru­ britannique avec rait se maintenir sans heurts ma­
public il y a trois mois, la députée
du Bade­Wurtemberg et l’ancien
dent. Malgré son surnom de « Ro­
bin des bois des contribuables »,
Jeremy Corbyn – jeurs d’ici à la fin de la législature,
prévue à l’automne 2021. Reste
s’impose au sein de l’AfD
ministre des finances de Rhé­ qu’il s’est fait en luttant contre que c’est par la qu’une sortie anticipée des mi­
nanie­du­Nord­Westphalie, âgés l’évasion fiscale quand il était mi­
gauche qu’il se nistres SPD du gouvernement ne Le parti d’extrême droite veut accéder au
respectivement de 58 et 67 ans,
avaient contre eux la majorité des
nistre des finances de Rhénanie­
du­Nord­Westphalie, le Land le régénérera
conduirait pas automatiquement
au départ de la chancelière. Dans
pouvoir, si besoin en coalition avec la droite
dirigeants du SPD et la quasi­tota­ plus peuplé d’Allemagne, de 2010 une telle hypothèse, rien ne lui in­
lité de son groupe parlementaire. à 2017, M. Walter­Borjans a tou­ terdit en effet de remplacer les
Ces handicaps ne les ont pas jours refusé de répondre par oui lui arrêté par le gouvernement en partants par des ministres issus brunswick (allemagne) ­ collaboré à une publication pro­
desservis. Peut­être même ont­ils ou par non à la question de savoir septembre, notamment en ma­ sa propre famille politique, et envoyé spécial che du parti néonazi NPD.
joué en leur faveur. En l’empor­ s’il souhaitait que son parti reste tière de taxation du carbone ; donc de continuer à piloter le Après les succès de l’AfD aux
tant avec 53,06 % des voix face
à un binôme composé du vice­
chancelier et ministre fédéral
des finances, Olaf Scholz, et d’une
au gouvernement.

Un « plan climat »
Depuis l’annonce de leur victoire,
samedi soir, les futurs présidents
une politique massive d’investis­
sements dans le domaine de
l’éducation et des infrastructures,
évaluée à 500 milliards d’euros
supplémentaires sur dix ans ; et
pays à la tête d’un gouvernement
minoritaire, du moins pendant
quelques mois. A moins qu’elle
ne décide, comme l’avait fait
Gerhard Schröder en 2005, de de­
C’ est devenu une habi­
tude : chaque fois que le
parti d’extrême droite
Alternative pour l’Allemagne (AfD)
se réunit en congrès pour élire une
élections régionales qui ont eu
lieu, ces dernières semaines, en
Saxe (27,5 % des voix), dans le Bran­
debourg (23,5 %) et en Thuringe
(23,4 %), ces nominations étaient
du SPD se sont montrés un peu enfin l’abandon de la « Schwarze mander un « vote de confiance » nouvelle direction, c’est son cou­ attendues. Dans ces trois Länder
plus précis. Lors du congrès du Null » (« zéro noir »), cette poli­ au Bundestag, avec le risque de rant le plus radical qui gagne en de l’ancienne Allemagne de l’Est,
Contrairement à parti, qui aura lieu à Berlin de tique du « zéro déficit » budgé­ perdre et de pousser le président influence. Cela avait été le cas à ce sont en effet des représentants
leurs adversaires, vendredi 6 à dimanche 8 décem­ taire, chère à l’ancien ministre de la République à organiser de Essen, en 2015, puis à Hanovre, de l’aile radicale de la formation
bre et où ils seront officiellement conservateur des finances Wol­ nouvelles élections. en 2017. Le même scénario s’est ré­ d’extrême droite qui sont aux
Mme Esken et investis, ils devraient ainsi plaider fgang Schäuble (CDU), et que son pété, samedi 30 novembre et di­ commandes. Que ce courant soit
M. Walter-Borjans pour une révision du « contrat de successeur, Olaf Scholz, a tou­ Retour dans l’opposition manche 1er décembre, à Brunswick désormais mieux représenté au
coalition » qui a été scellé, en fé­ jours refusé de mettre en cause. Pour le SPD, c’est en tout cas un cy­ (Basse­Saxe), où la formation te­ sein des instances nationales de
n’ont jamais vrier 2018, entre les sociaux­dé­ Exposées par Mme Esken et cle qui s’achève avec l’élection nait son dixième congrès depuis l’AfD n’a donc rien de surprenant.
été très clairs mocrates et les conservateurs M. Walter­Borjans pendant leur de ce binôme inattendu qui, en sa création, en 2013. Alors qu’un important dispositif
(CDU­CSU). Leurs idées sont en campagne, ces idées figureront­ opérant un virage à gauche, aura Agé de 78 ans, Alexander Gau­ policier avait été déployé pour
quant à leurs partie connues : un « plan climat » elles dans la feuille de route que pour première mission de mettre land, l’un des deux coprésidents tenir à distance les centaines de
intentions beaucoup plus ambitieux que ce­ se donnera le SPD lors de son fin à l’hémorragie électorale qui du parti, n’était pas candidat à sa manifestants venus dire « stop à
congrès ? Nul ne le sait. Depuis sa­ frappe le parti depuis des années : succession. Elu président d’hon­ l’AfD » autour de la halle où se te­
medi, la cacophonie est totale au 25,7 % aux élections législatives neur, il a laissé la place à un pein­ nait le congrès, les quelque 600 dé­
sein du parti. Certains dirigeants de 2013, 20,5 % aux législatives tre en bâtiment de 44 ans, Tino légués présents à l’intérieur n’ont
ont mis en garde les deux futurs de 2017, 15,8 % aux européennes Chrupalla, député de Görlitz eu de cesse de présenter leur parti
présidents contre la tentation de de 2019. Un scrutin lors duquel les (Saxe) depuis 2017. Soutenu par comme une organisation conser­
la surenchère. D’autres, membres sociaux­démocrates allemands Björn Höcke, le leader de l’aile ra­ vatrice et respectable, dont l’objec­
de l’aile gauche, les ont au con­ sont, pour la première fois, arri­ dicale de l’AfD, M. Chrupalla n’a ja­ tif est d’exercer le pouvoir.
traire incités à réclamer une in­ vés en troisième position à mais cherché à se faire passer
flexion majeure de la politique du l’échelle nationale, derrière la pour un modéré. Le 8 novembre, Les « modérés » isolés
gouvernement, notamment sur CDU­CSU et les Verts, précipitant à la veille du 30e anniversaire de la C’est ce qu’a rappelé M. Gauland,
le plan social et environnemental. le départ de leur présidente, chute du mur de Berlin, il avait ac­ pour qui l’AfD a vocation à s’allier
Aucun poids lourd, en revanche, Andrea Nahles, un an à peine cusé la chancelière Angela Merkel avec l’Union chrétienne­démo­
n’a demandé la fin immédiate de après sa prise de fonctions. d’appliquer les « stratégies de do­ crate (CDU) après le départ d’An­
la « grande coalition », pas même Aujourd’hui crédité de 14 % à mination et de destruction » de la gela Merkel. « Si les Verts, les rou­
ceux qui en furent les premiers 15 % des voix dans les intentions FDJ, l’organisation des jeunesses ges [les sociaux­démocrates, SPD]
contempteurs. A l’instar de Kevin de vote, soit à peine 1 à 2 points communistes de l’ex­Allemagne et les rouges foncés [le parti de
Kühnert, le président des Jusos de plus que le parti d’extrême de l’Est. En mars 2018, il n’avait gauche Die Linke] convergent, le
(jeunes socialistes), dont le ton, ce droite Alternative pour l’Allema­ pas hésité à parler d’« Umvolk­ jour viendra où la CDU, affaiblie,
week­end, est resté plutôt mo­ gne (AfD), le SPD fait en tout cas le ung » (« remplacement ethni­ n’aura plus qu’une option : nous ! »,
déré. « Se contenter de dire “on pari – un peu à la manière du La­ que »), un terme emprunté au vo­ a­t­il prédit, samedi, à la tribune.
sort, on sort” ne résout aucun bour britannique avec Jeremy Cor­ cabulaire nazi, pour dénoncer Au vu des nouveaux rapports de
problème », a­t­il ainsi déclaré sur byn – que c’est par la gauche qu’il l’immigration musulmane. force à la tête du parti, une alliance
la ZDF, dimanche, prenant soin se régénérera. A terme, on voit Aux côtés de M. Chrupalla, avec la CDU est pourtant difficile à
d’éviter toute injonction commi­ mal comment une telle réorienta­ d’autres figures de l’aile droite imaginer, du moins à court terme.
natoire : « Nous n’exigeons pas de tion idéologique et stratégique de l’AfD ont rejoint l’équipe diri­ Réélu coprésident de l’AfD, le dé­
nos nouveaux dirigeants de quit­ pourrait être compatible avec le geante. A l’instar du député de puté européen Jörg Meuthen pa­
ter la coalition en suivant un plan maintien dans un gouvernement Thuringe Stephan Brandner, ré­ raît bien seul, désormais, en tant
étapes déjà prédéfini. » dirigé par les conservateurs. A cemment destitué de la prési­ que défenseur d’une ligne « con­
Alors que les futurs présidents moins d’une alliance avec les Verts dence de la commission de la servatrice, mais pas réactionnaire »
du SPD doivent se réunir avec les et le parti de gauche Die Linke, qui justice du Bundestag après un et « patriotique, mais pas nationa­
principaux dirigeants du parti, paraît difficilement envisageable Tweet à connotation antisémite. liste », selon ses propres mots. Rare
mardi, pour caler l’ordre du jour à ce stade, l’hypothèse la plus pro­ D’Andreas Kalbitz, patron de la fé­ rescapé de l’AfD des débuts, à l’épo­
du congrès, les conservateurs, bable, pour le SPD, semble plutôt dération du Brandebourg, dont que où le parti avait pour princi­
de leur côté, ont déjà prévenu : être celle d’un retour dans l’oppo­ le Spiegel a révélé la présence à pale revendication le retour au
« Nous nous en tenons au contrat sition. Un scénario auquel M. Wal­ un défilé de néonazis à Athènes, deutschemark, il a réussi à sauver
de coalition qui a été négocié », a ter­Borjans semble lui­même se en 2007. Du député bavarois son poste. Mais le fait que cet ex­
commenté la présidente de la préparer : début novembre, il avait Stephan Protschka, dont on a professeur d’économie ait eu be­
CDU et ministre de la défense, An­ ainsi déclaré que le parti, à ses appris, il y a peu, qu’il avait parti­ soin d’un second tour pour l’em­
Un an après… Retour sur les raisons de la negret Kramp­Karrenbauer, di­ yeux, ne serait sans doute pas en cipé au financement d’une stèle, porter face à une députée de l’aile
colère et l’impact d’un mouvement inédit manche, depuis Split, en Croatie. situation de présenter un candi­ en Pologne, en mémoire de dure ayant comparé Mme Merkel à
« On ne renégocie pas un contrat dat à la chancellerie lors des pro­ soldats du IIIe Reich. Ou encore de Adolf Hitler est bien la preuve que
de coalition parce que de nou­ chaines législatives. Ce qui, depuis Joachim Paul, membre du Par­ les « modérés » n’ont jamais été
CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX - 8,50 € veaux dirigeants sont élus à la 1949, serait une première.  lement régional de Rhénanie­Pa­ aussi isolés au sein de l’AfD. 
tête d’un parti », a quant à lui réagi thomas wieder latinat, mis en cause pour avoir th. w.
au plus près
de son troupeau
chaque jour et...
le plaisir
est là.

Avec les VIANDES DE BŒUF LABEL ROUGE,


vous avez désormais la certitude de choisir
une viande comme vous l’aimez.
Vous savez que vous pouvez compter sur une filière
responsable et durable qui respecte à la fois
les hommes, les animaux et la nature.
Parce que les VIANDES DE BŒUF LABEL ROUGE
suivent des normes de qualité supérieure certifiées et
contrôlées qui engagent toute la filière.

C’EST ÇA LE PLAISIR DE MANGER MIEUX.


Crédit photos : Place cliche, Studio B. 019921.
0123
6 | international MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

La ligne dure de Xi renforce son ennemie à Taïwan


Candidate à sa réélection en janvier 2020, la présidente Tsai Ing­wen est portée par l’intransigeance chinoise

taipei ­ envoyé spécial


« Hongkong a

A
près Hongkong, Taï­ permis de valider
wan ? Si l’on en croit les
sondages, les Taïwa­
le discours
nais, qui s’apprêtent à de Tsai appelant
élire leur président et leurs dépu­
tés samedi 11 janvier 2020, pour­
à se protéger
raient, comme les Hongkongais le face à la Chine »
24 novembre, apporter leurs suf­
FRANK MUYARD
frages aux partisans de la fermeté
maître de conférences
envers la Chine. Un potentiel nou­
à Taïwan
veau revers majeur en perspective La présidente
pour le président Xi Jinping. taïwanaise,
Pourtant, il y a un an, nul n’envi­ Tsai Ing­wen,
sageait un tel scénario. Le 24 no­ et son explique­t­il. S’il estime que « le
vembre 2018, le Parti progres­ colistier, gouvernement chinois doit écou­
siste démocratique (DPP), dont William Lai, ter le peuple de Hongkong », il juge
est membre la présidente de la Ré­ lors du que « le DPP fait peur aux gens en
publique de Chine, Tsai Ing­wen, lancement établissant un parallèle ».
avait perdu les élections munici­ de leur Mais la campagne de Han
pales ainsi qu’une série de réfé­ campagne Kuo­yu patine. Dernière bévue en
rendums sur lesquels les électeurs électorale, le date : la composition de la liste des
étaient appelés à se prononcer. Le 17 novembre, députés du KMT qui seront élus à
sort de la présidente, souvent qua­ à Taipei. la proportionnelle lors des légis­
lifiée de « bête noire de Pékin » en CHIANG YING-YING/AP latives. Parmi les candidats les
raison de la ligne pro­indépen­ mieux placés : Wu Sz­huai, un gé­
dantiste de son parti, semblait néral à la retraite que l’on a vu,
scellé. Le Kouomintang (KMT), fa­ en 2016, participer à Pékin à une
vorable à un rapprochement avec cérémonie présidée par Xi Jinping
la République populaire de Chine, et qui s’est levé pour chanter
pouvait espérer retrouver, en jan­ l’hymne national chinois. Et Chiu
vier 2020, le pouvoir perdu quatre Yi, un politicien qui a proposé à la
ans plus tôt, c’est­à­dire la prési­ Chine d’envahir Taïwan et de pen­
dence et la majorité au Parlement. chement avec Pékin. « En dix d’habitants où se sont repliés les ensemble », a­t­elle déclaré. De­ au printemps, qui a permis de ral­ dre les indépendantistes. Des pri­
Mais, en 2019, en grande partie mois, le rêve de Xi Jinping [d’une nationalistes en 1949 et dont la puis ce discours, sa cote de popu­ lier les jeunes et de montrer notre ses de position qui choquent
en raison de l’attitude agressive victoire du KMT] s’est mué en République populaire de Chine ne larité n’a cessé de remonter. différence avec la Chine, la médio­ même au sein du KMT, qui a tou­
de Pékin et de la situation à Hong­ cauchemar », résume Lai I­chung, reconnaît pas l’indépendance. Les événements de Hongkong crité du candidat du KMT et les jours défendu officiellement la
kong, l’opinion s’est de nouveau président du centre de réflexion « La Chine doit être réunifiée et le ont achevé de convaincre nombre bons résultats économiques. » souveraineté de la République de
retournée. Les derniers sondages Prospect Foundation. sera », a lancé Xi Jinping, avant de de Taïwanais que le principe « un Chine. Devant le tollé général,
créditent Tsai Ing­wen, candidate Et le pire, pour Pékin, est que Xi menacer : « Nous ne promettons pays, deux systèmes » n’offrait « Tsai trop virulente » Chiu Yi a rejoint un autre parti.
à sa réélection, d’au moins 40 % Jinping s’est tiré une balle dans le pas de renoncer au recours à la aucune garantie. « Hongkong a Déjà handicapé par la présence Même Simon Chang, qui serait dé­
des voix, contre moins de 30 %, pied. Le 2 janvier, le secrétaire force. » Pour lui, l’avenir de Taïwan permis de valider le discours de d’un autre candidat également fa­ signé vice­président en cas de vic­
voire parfois moins de 25 % pour général du Parti communiste chi­ passe par l’adoption du principe Tsai appelant à se défendre et à se vorable à un rapprochement avec toire du KMT, a conseillé aux élec­
Han Kuo­yu, le candidat du KMT, nois a en effet tenu un discours « un pays, deux systèmes », qui ré­ protéger face à la Chine. C’était Pékin, le candidat du KMT, Han teurs de voter pour un autre parti.
et 6 % à James Soong, président destiné à ses « compatriotes de git Macao et Hongkong, ces deux inaudible il y a quatre ans, ça ne Kuo­yu, mène une campagne la­ Si la formation de Tsai Ing­wen
du Parti pour le peuple (PFP), Taïwan » extrêmement virulent à régions administratives spéciales l’est plus. Mais Hongkong n’a pas borieuse. Elu, à la surprise géné­ semble, à l’heure actuelle du
également favorable à un rappro­ l’égard de cette île de 23 millions de Chine. La formule fut d’ailleurs changé la donne. C’est sa réponse, rale, maire de Kaohsiung, une moins, bien placée pour rempor­
à l’origine conçue pour Taïwan. jugée remarquable, à Xi Jinping, grande ville du Sud, en novem­ ter la présidentielle, elle est moins
Une perspective inacceptable le 2 janvier, qui l’a fait remon­ bre 2018, après une campagne po­ sûre de conserver la majorité au
Représailles chinoises après l’adoption pour de nombreux Taïwanais et
que la présidente Tsai a immédia­
ter dans les sondages », analyse
Frank Muyard, responsable du
puliste, Han Kuo­yu a choisi deux
thèmes pour 2020 : « La sécurité
Parlement. Une nouvelle forma­
tion centriste, le Parti du peuple
d’une loi sur Hongkong aux Etats-Unis tement rejetée. Si elle ne va pas centre de l’Ecole française d’Ex­ pour les Taïwanais » et « les ci­ taïwanais (TPP), présidé par le
La Chine a annoncé, lundi 2 décembre, la suspension immé- jusqu’à proclamer l’indépen­ trême­Orient à Taipei et maître de toyens ont de l’argent ». « Les gens populaire maire de Taipei, Ko
diate des escales de navires de guerre américains à Hongkong, dance formelle de l’île, contraire­ conférences à l’Université natio­ doivent pouvoir s’enrichir et vivre Wen­je, pourrait, selon les sonda­
et des sanctions contre plusieurs organisations non ment à ce que souhaitent certains nale centrale à Taïwan. dans un environnement sûr », ex­ ges, jouer les trouble­fêtes et for­
gouvernementales américaines, à la suite de l’adoption, aux de ses partisans, elle entend que Au local de campagne aux airs plique Ye Yuan­shi, son porte­pa­ cer le DPP à négocier des compro­
Etats-Unis, d’une loi de soutien aux manifestations prodémo- Pékin respecte la souveraineté de de start­up du DPP, Liao Tai­xiang, role. « Tsai est trop virulente vis­à­ mis sur ses différents projets de
cratie. La porte-parole du ministère chinois des affaires Taïwan. « La Chine doit faire face à le jeune porte­parole de la candi­ vis de la Chine, qui est notre princi­ loi. De nombreux rebondisse­
étrangères, Hua Chunying, a notamment cité le National la réalité de l’existence de la Répu­ date, voit quatre raisons à la re­ pal partenaire. Cela a entravé le ments restent possibles d’ici au
Endowment for Democracy, l’International Republican blique de Chine [Taïwan] et ne pas montée de celle­ci dans les sonda­ développement de Taïwan. Pour 11 janvier, mais le facteur chinois
Institute, Human Rights Watch et Freedom House, sans toute- nier le système démocratique que ges : « L’attitude générale de Pékin, nous, la sécurité passe par de bon­ sera dans toutes les têtes. 
fois préciser en quoi consisteraient ces sanctions. les gens de Taïwan ont construit l’adoption du mariage pour tous nes relations entre les deux rives », frédéric lemaître

En Bolivie, l’ultrareligieux Camacho se présente à la présidentielle


Membre d’organisations d’extrême droite, cet avocat et homme d’affaires originaire de Santa Cruz a contribué à faire tomber Evo Morales

PROFIL et pouvoir, à partir de là, servir


avec toute ma force pour voir ma
diatique, il suscite l’admiration
des uns et le rejet des autres. Sous
Taxé de misogynie par des orga­
nisations féministes, et de racisme
présidente transitoire, c’est encore
lui qui est à ses cotés, sur le balcon
santa cruz de la sierra BRÉSIL
(bolivie) ­ envoyée spéciale patrie prospère, unie et libre », la statue du Christ rédempteur, pour son appartenance à des du palais présidentiel.
écrit Fernando Camacho dans une des places fortes de Santa groupes d’extrême droite, il est PÉROU Au sein du gouvernement, on lui
BOLIVIE

I l avait juré qu’il se tiendrait


en dehors de l’arène politi­
que. Ses adversaires esti­
maient, eux, qu’il était en em­
une lettre qui a été diffusée sur
les réseaux sociaux.
Cet avocat ultrareligieux de
40 ans, issu de l’oligarchie cruzé­
Cruz, il a galvanisé les foules avec
un discours imprégné de religion.
Figure charismatique, ce néo­
pentecôtiste rassemble des cen­
surnommé « Macho Camacho » et
le « Bolsonaro bolivien ». Mais Fer­
nando Camacho est habile et tente
de dépasser les clivages. La Paz
Santa Cruz
octroie une zone d’influence :
deux ministères sont alloués à
deux de ses proches, le ministère
de la présidence – dirigé par Jerjes
buscade ; il a confirmé leurs dou­ nienne blanche et représentant taines de milliers de personnes. Durant les protestations, il Sucre Justiniano, son avocat personnel –
PACIFIQUE
OCÉAN

tes. A peine trois semaines après des élites entrepreneuriales, était Proche de la droite radicale, réac­ noue des alliances avec des diri­ Potosi et le ministère de la défense.
la démission d’Evo Morales en encore inconnu de la majorité des tionnaire et conservatrice, il geants indigènes des hauts pla­ Le 24 novembre, la présidente in­
Bolivie, le 10 novembre, celui qui Boliviens il y a quelques semaines avance sans étiquette partisane teaux de l’ouest bolivien. Il se rap­ PARAGUAY térimaire avait promulgué une loi
a joué un rôle­clé dans les mobili­ et n’aspirait à aucun rôle politi­ ni aucun mandat électif. Il se pré­ proche des Ponchos Rojos, orga­ CHILI ouvrant la voie à la convocation
sations ayant conduit au départ que, jurait­il. Pourtant, il est sente comme simple citoyen dé­ nisation indigène aymara, échan­ ARGENTINE d’élections générales, dans un dé­
de l’ancien président a officialisé l’homme qui avait appelé à la fendant « la démocratie et la li­ geant des accolades avec son lai de 120 jours après la formation
250 km
sa candidature, vendredi 29 no­ « grève civique » illimitée, le soir berté » et devient le visage le plus secrétaire, Nelson Condori. Il s’al­ du nouveau Tribunal suprême
vembre au soir, dans un commu­ du 22 octobre, deux jours après visible de la contestation. lie également à Marco Pumari, électoral. M. Camacho a, depuis,
niqué lancé depuis son fief de un scrutin présidentiel qu’il dé­ leader indigène du comité civi­ quarante­huit heures à Evo Mo­ laissé entendre qu’une candida­
Santa Cruz dans l’est du pays, bas­ nonçait comme frauduleux. Pro­ Alliance avec les indigènes que de Potosi, ville minière de rales : il veut sa démission. ture était envisageable si « le peu­
tion historique de l’opposition à pulsé sur le devant de la scène mé­ « Ses valeurs sont Dieu, la religion, l’Altiplano, avec qui il partage sa Comme investi d’une mission, il ple le demandait ».
Morales. Pour cela, Fernando Ca­ la famille », explique Romulo foi chrétienne et pourrait former se rend à La Paz, capitale adminis­ « C’est une nécessité [qu’il soit
macho a dû d’abord renoncer à la Calvo, un proche de M. Camacho, un binôme présidentiel pour sa trative, dans une habile mise en candidat], assure Romulo Calvo.
présidence du puissant comité ci­ et jusqu’alors vice­président du candidature. scène, portant une lettre de démis­ Les Boliviens le réclament, ils veu­
vique de Santa Cruz, une sorte de
Surnommé comité civique, dont il a pris la tête Durant les semaines de mobili­ sion à signer par M. Morales. Il ap­ lent du sang neuf après qua­
cercle de notables et de citoyens. le « Bolsonaro vendredi soir. « C’est une personne sation, à mesure qu’il sent le rap­ pelle également la police et les for­ torze ans de pouvoir de Morales. »
« Présider cette institution [le co­ qui a des principes éthiques et mo­ port de force évoluer en sa faveur, ces armées à se soulever et à se so­ Une façon de dire que Fernando
mité civique] est le rêve de toute
bolivien », raux, il donne de l’assurance, car il M. Camacho ne cesse de durcir lidariser avec les groupes manifes­ Camacho est bien un candidat
ma vie, ceux qui me connaissent Fernando sait ce qu’il veut, il a eu cette force de ses revendications et gagne en tants. Quelques jours plus tard, aux antipodes de l’ancien prési­
depuis l’enfance savent que j’ai convaincre la population de tenir popularité, ravissant l’initiative c’est avec une Bible dans les mains dent. Celui qui a répété à plusieurs
travaillé pour cela et que j’aspirais
Camacho est vingt et un jours de grève, il a un au candidat centriste arrivé se­ qu’il fait son entrée au palais prési­ reprises que « la Bolivie appartient
à cela. Mais je dois l’abandonner habile et tente grand pouvoir de leadership », cond aux élections, Carlos Mesa. dentiel et s’agenouille, affirmant au Christ » est lancé, et sa foi sem­
pour un autre rêve, une autre aspi­ ajoute ce médecin qui porte, ta­ Après la demande d’un second « ramener Dieu au palais ». Le ble pour l’heure faire office de pro­
ration encore plus forte : être pré­
de dépasser toué sur l’avant­bras droit, un tour, il exige de nouvelles élec­ 12 novembre, lors de l’autoprocla­ gramme politique. 
sident de la République de Bolivie les clivages Christ en blouse de docteur. tions, puis pose un ultimatum de mation de Jeanine Añez comme amanda chaparro
Avoir accès en un clin d’œil
à la meilleure information
nutritionnelle, c’est essentiel.
C’est pour cela qu’aujourd’hui
nous sommes les premiers, sur E.Leclerc Drive, à calculer et afficher le Nutri-Score
sur 100 % des produits alimentaires de nos marques et sur les produits de marques
nationales éligibles... sauf pour celles qui refusent encore de communiquer
les informations nécessaires. Pour aller encore plus loin, à partir de janvier 2020,
nous afficherons progressivement, en plus du Nutri-Score, l’origine des principaux
ingrédients et le lieu de fabrication de tous les produits alimentaires de nos marques,
sur E.Leclerc Drive et directement sur les emballages de nos produits.
Parce qu’informer clairement, c’est défendre une meilleure alimentation pour tous.
GALEC – 26 Quai Marcel Boyer – 94200 Ivry-sur-Seine, 642 007 991 RCS Créteil.

DÉFENDRE TOUT
CE QUI COMPTE POUR VOUS.
FRANCE
0123
8| MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Castaner : « Mon adversaire, c’est l’islamisme »
Une circulaire du 28 novembre demande ouvertement au corps préfectoral de combattre le « communautarisme »

I
slamisme », le mot est sujet à
controverse, il n’en existe
pas de définition sémanti­
que précise, et Christophe
Castaner le sait. Malgré le risque
politique, le ministre de l’inté­
rieur n’est toutefois pas avare de
son temps pour justifier, quel­
ques jours après son annonce,
une circulaire du 28 novembre
envoyée à l’ensemble du corps
préfectoral, dans laquelle il est
ouvertement demandé de faire
du « combat » contre « l’isla­
misme » et le « communauta­
risme » un « nouvel axe » fort de
l’action de l’Etat. « J’assume : mon
adversaire, c’est l’islamisme », in­
siste le ministre de l’intérieur
auprès du Monde, dans le cadre
d’un entretien téléphonique or­
ganisé samedi 30 novembre.
Ces déclarations s’inscrivent
dans la continuité de celles d’Em­
manuel Macron, le 19 novembre,
à l’occasion du Congrès des mai­
res de France. Ce jour­là, le chef de
l’Etat avait déjà annoncé « des
actions nouvelles concrètes » vi­
sant « l’islamisme politique » de
ceux qui ont « un projet de sépa­
ration d’avec la République ». Un
virage aussi esquissé depuis
quelques semaines par le secré­
taire d’Etat Laurent Nunez auprès
du ministre de l’intérieur lors de
ses déclarations publiques, mais
cette fois appuyé par des consi­
gnes directes aux préfets.
Opportunisme politique dans
un contexte de campagne prému­
nicipale ? Besoin de préciser un
propos dont il connaît le poten­ Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, lors du séminaire des préfets consacré à la lutte contre l’islamisme le 28 novembre à Paris. NICOLAS MESSYASZ/SIPA
tiel explosif ? M. Castaner justifie,
lui, ce « changement de para­
digme » par la nécessité de trans­ rieur multiplie les contrôles à « cellules » préfectorales centrali­ sur des solutions « constructives » entre la « lutte contre le terrorisme
parence sur les pratiques de son leur égard en matière d’hygiène, sant, chaque mois, les mesures
« Il y a des concernant le tissu associatif et ce que nous [son ministère] fai­
administration. « Quand je suis de sécurité ou de fraude fiscale. mises en œuvre. Et ce, plus seule­ problèmes « considérablement fragilisé de­ sons là ». Il dément aussi tout ci­
arrivé dans ce ministère, on m’a ex­ Jusqu’en 2018, ces opérations ment dans les QRR, mais sur l’en­ puis le gel des emplois aidés » ou blage particulier des adeptes du
pliqué un peu sous le sceau du se­ étaient aléatoires. Mais en créant semble du territoire.
qu’il faut poser encore l’aide à l’emploi. salafisme ou de l’islam frériste :
cret ce qui était fait depuis plu­ les quartiers de reconquête répu­ L’un des principaux reproches pour et avec « Je n’ai pas à désigner une pensée,
sieurs années. J’aurais pu faire blicaine (QRR), nouveau label in­ adressés par les acteurs du terrain « Pompiers pyromanes » je constate simplement les résul­
comme beaucoup, continuer à ne venté pour renforcer la sécurité au gouvernement est justement
les musulmans. Une colère partagée par Khalid tats de cette pensée. Or dans mes
pas nommer les choses, mais il y a publique dans un certain nombre de faire de la lutte contre « l’isla­ On n’est plus Ida­Ali, président de l’Inter­Ré­ attributions, s’il y a la gestion et la
des problèmes qu’il faut poser de quartiers populaires, des misme et le communautarisme » seaux des professionnels du déve­ protection des cultes, il y a aussi
pour et avec les musulmans. On « plans de lutte contre l’islamisme un enjeu exclusivement sécuri­
dans le temps loppement social urbain, qui ras­ celle de l’unicité de la République. »
n’est plus dans le temps des non­ radical » ont été mis en place en taire, au détriment de « l’essen­ des non-dits » semble quelque 600 acteurs de la « Le ministère de l’intérieur ne
dits », développe le ministre. parallèle. Un pilote de ces disposi­ tiel », à savoir une approche « éco­ politique de la ville. « Si l’objectif du peut mener seul ce combat, et de
CHRISTOPHE CASTANER
Ces pratiques auxquelles fait ré­ tifs a été désigné à Paris : le préfet nomique et sociale ». « A chaque gouvernement est de redonner à fait il ne le mène pas seul », martè­
férence M. Castaner concernent Frédéric Rose, passé notamment fois que quelque chose ne va pas certains le goût de la République, il le­t­il enfin, rappelant la présence,
le ciblage de commerces ou d’as­ par les cités toulousaines. Une ap­ dans le pays, l’exécutif agite la faudrait peut­être commencer par le 28 novembre, place Beauvau,
sociations cultuelles et sportives proche très sécuritaire de la lutte peur de l’islamisme et du commu­ n’existe pas, mais ils se trompent cesser de les stigmatiser en perma­ lors la présentation de la circu­
gérés par des personnalités ap­ contre les dérives de l’islam radi­ nautarisme, fulmine Sylvie Tho­ dans la manière de l’aborder. » nence !, réagit­il. Au lieu de s’atta­ laire, des ministres de la justice,
partenant aux milieux rigoristes cal entérinée par la nomination, massin, maire socialiste de Pour l’élue, en répondant à une quer aux vrais problèmes de fond, de l’éducation nationale, ou en­
musulmans (souvent salafistes). en octobre, de M. Rose à la tête du Bondy (Seine­Saint­Denis), qui « attente larvée de certains ci­ ils jouent les pompiers­pyromanes core du ministre de la ville et du
Ces structures sont générale­ comité interministériel de pré­ dénonce une « posture politi­ toyens », l’exécutif crée « une frac­ et nourrissent ce qu’ils disent vou­ logement. 
ment visées pour leur influence vention de la délinquance et de la cienne». « Ce qui ne veut pas dire, ture de plus dans la société fran­ loir combattre. » M. Castaner ré­ louise couvelaire
et les discours qui peuvent y être radicalisation. précise­t­elle, que le problème çaise » au lieu de se concentrer fute cependant tout amalgame et élise vincent
tenus : souvent pro­charia, anti­
Etat, invitant notamment à privi­ Usage extensif de la loi
légier l’enseignement scolaire à la M. Castaner considère le renfor­
maison. A défaut de levier juridi­
que pour les affaiblir au nom de
cement de cette politique comme
une manière de contrecarrer « la
« Répondre à une inquiétude de l’électorat de droite »
leur obédience religieuse – la li­ théorie de l’impossibilisme juridi­
berté de culte est garantie en que ». En clair, une façon d’avoir le 28 novembre, le ministre de l’intérieur, il reste peu de temps pour afficher des ré­ marche n’en ont pas bénéficié. C’est Ma­
France –, le ministère de l’inté­ prise sur le conservatisme reli­ Christophe Castaner, a fixé comme « mis­ sultats. C’est ce qu’ils veulent faire en an­ rine Le Pen qui grimpe dans les intentions
gieux et ses dérives, malgré les sion prioritaire » aux préfets de « combattre nonçant la fermeture de 129 débits de bois­ de vote, précisément parce qu’elle a aussi
limites de la loi. Depuis fé­ l’islamisme et le communautarisme » par le son tenus par des islamistes. C’est aussi investi le terrain social.
vrier 2018, ses services ont ainsi biais d’une circulaire. Pour Jérôme Sainte­ une façon d’éviter un vote à l’Assemblée
fait un usage extensif de la loi Marie, fondateur de la société d’études et nationale qui mettrait en lumière les divi­ La circulaire pourrait­elle renverser
controversée sur la sécurité inté­ de conseil PollingVox, et auteur de Bloc sions sur le sujet au sein de la majorité. En la vapeur ?
- CESSATIONS DE GARANTIE rieure (SILT) qui permet la ferme­ contre bloc, la dynamique du macronisme réalité, tous les dispositifs de « lutte contre Il s’agit d’abord de répondre à une in­
ture de lieux de culte en s’ap­ (éditions du Cerf, 284 pages, 18 euros), l’islamisme » sont déjà en place, il s’agit quiétude réelle, voire à un véritable dur­
LOI DU 2 JANVIER 1970 - DECRET
D’APPLICATION N° 72-678 DU 20 puyant sur la simple diffusion de parler d’islam, d’islamisme et de commu­ plutôt de rappeler à l’appareil d’Etat l’im­ cissement d’une partie de l’opinion vis­à­
JUILLET 1972 - ARTICLES 44 « propos », « idées » ou « théo­ nautarisme est une façon, pour Emma­ portance de ce « combat ». Et pour Christo­ vis de l’islam. Même si le combat contre
QBE EUROPE SA/NV, sis Cœur Défense
– Tour A – 110 esplanade du Général de ries » « incitant à la violence, à la nuel Macron et son gouvernement, de phe Castaner de reprendre la main après l’islamisme est loin de figurer en tête des
Gaulle – 92931 LA DEFENSE CEDEX haine ou à la discrimination ». consolider l’alliance électorale avec la une séquence sur le sujet qui ne lui a pas préoccupations des Français. Mais, pour
(RCS NANTERRE 842 689 556), suc-
cursale de QBE EUROPE SA/NV, dont le Douze mosquées ont été fermées. droite. Entretien. été favorable. Ni à lui, ni au président, ni à l’électorat de droite, sympathisants du
siège social est à 37, Boulevard du Régent, Dans le même esprit – mais avec La République en marche. parti Les Républicains et anciens électeurs
1000 BRUXELLES - BELGIQUE, fait
savoir que, la garantie financière dont bé- d’autres leviers juridiques –, Quel est, selon vous, l’objectif de François Fillon, ça l’est. Aux élections
néficiait la : 129 débits de boissons ont été fer­ de cette circulaire ? Parlez­vous des débats sur le voile ? européennes, un filloniste sur quatre a
SARL OFFICE GÉNÉRAL
82 Grande Rue més, ainsi que quatre écoles et Cette circulaire adressée aux préfets est la Absolument. Mais pas seulement. Je voté pour la liste LRM conduite par Natha­
02400 CHATEAU THIERRY neuf associations. traduction pratique, et assez discrète, de la pense aussi au débat sur l’immigration que lie Loiseau. Tandis qu’autant d’électeurs de
RCS: 450 627 153
depuis le 01/01/2006 pour ses activités de : Hormis la loi SILT, le ministère « société de vigilance » voulue par Emma­ le président de la République veut installer gauche sont partis. A l’occasion des euro­
TRANSACTIONS SUR IMMEUBLES de l’intérieur n’a toutefois pas nuel Macron et annoncée lors d’un dis­ chaque année à l’Assemblée nationale. Il péennes, les macronistes ont vérifié que
ET FONDS DE COMMERCE depuis le
01/01/2016 pour ses activités de : SYNDIC beaucoup d’outils nouveaux cours prononcé le 8 octobre en hommage est maladroit d’attirer l’attention sur un leur marge de progression est à droite, ou
DE COPROPRIETE cessera de porter pour appuyer son offensive. Dans aux quatre fonctionnaires de police assas­ sujet sur lequel votre propre camp est di­ plus précisément dans un électorat à la
effet trois jours francs après publication
du présent avis. Les créances éventuelles la circulaire adressée aux préfets sinés à la préfecture de police de Paris. visé alors que l’adversaire, lui, est unifié. fois favorable aux réformes libérales mais
se rapportant à ces opérations devront le 28 novembre, M. Castaner rap­ Cette formule, lourde de menaces, pouvait Valoriser les éléments identitaires par rap­ redoutant une société multiculturelle.
être produites dans les trois mois de cette
insertion à l’adresse de l’Établissement pelle d’ailleurs que ce « combat » être annonciatrice de nouveaux dispositifs port aux éléments sociaux est une straté­ Montrer que l’on agit sur le sujet du com­
garant sis Cœur Défense – Tour A – 110 contre « l’islamisme » doit se faire législatifs liberticides. Il n’en est rien. Du gie condamnée à l’échec dans l’état actuel munautarisme et de l’islamisme, même si
esplanade du Général de Gaulle – 92931
LA DEFENSE CEDEX Il est précisé qu’il « dans le cadre des lois prévues par moins pour l’instant. Il ne me semble pas de la société française. Jusqu’à présent, le ces termes sont flous, est une tentative de
s’agit de créances éventuelles et que le pré- la République ». Un cadre con­ que le ministre de l’intérieur relance le dé­ gouvernement s’est montré très brouillon maintenir ces nouveaux soutiens au sein
sent avis ne préjuge en rien du paiement
ou du non-paiement des sommes dues et traint que la Place Beauvau en­ bat, il donne juste une réponse administra­ et très inabouti dans ces débats qui ont lieu d’un projet macroniste global qui, pour­
ne peut en aucune façon mettre en cause tend toutefois optimiser par le vo­ tive, voire technocratique, aux déclara­ dans une grande confusion, un grand dé­ tant, sur les autres sujets de société, ne leur
la solvabilité ou l’honorabilité de la SARL
OFFICE GÉNÉRAL. lontarisme administratif. Concrè­ tions du président. Ils considèrent qu’ils sordre. Les derniers sondages montrent ressemble guère. 
tement, en créant de nouvelles ont un retard de crédibilité sur le sujet, or, qu’Emmanuel Macon et La République en propos recueillis par l. c.e.
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 france | 9

L’exécutif se prépare au « cyclone » du 5 décembre


Le gouvernement craint une convergence des colères lors de la mobilisation contre la réforme des retraites

E
n médecine, on dit que le ture en lui souhaitant de « crever estime un ministre. Quand vous per à la mobilisation. « On voit bien Je ne suis pas sûr, il y a quelque
corps n’oublie rien. En sur la route ». « C’est la seule fois où voyez qu’une manifestation étu­
« Il y a une qu’il y a une volonté de faire conver­ chose de vieux monde dans cette
particulier les traumatis­ il a eu physiquement peur », rap­ diante a forcé la grille du ministère radicalisation ger toutes les colères, d’attiser tout mobilisation », veut se convaincre
mes. En politique, c’est porte un ami. Difficile de refouler de l’enseignement supérieur [le ce qui va mal », a dénoncé sur un haut dirigeant de la majorité.
pareil : les épreuves vous scari­ autant de souvenirs à l’approche 12 novembre], il y a une vraie radi­
de la société France 3, dimanche, Stanislas Gue­
fient. Il y a un an, Emmanuel de la mobilisation contre la ré­ calisation. » française », rini, délégué général de LRM. Ma­ « La réforme se fera »
Macron, ses ministres, ses parle­ forme des retraites. Un dirigeant macroniste, qui nière de prendre l’opinion à partie, Dimanche soir, un séminaire gou­
mentaires, essuyaient la colère des s’est entretenu avec le préfet de po­
souligne-t-on dans une bataille qui se joue aussi vernemental était réuni à Mati­
« gilets jaunes » et sa part de vio­ « Plus imprévisibles et violents » lice de Paris, Didier Lallement, sou­ dans l’entourage dans les sondages. Selon une en­ gnon pour montrer que l’exécutif
lence. Le saccage de grandes villes. Certes, le mouvement qui va débu­ ligne le risque que les syndicats quête de l’IFOP pour Le Journal du croit en cette « grande réforme »,
Les permanences dégradées. Les ter jeudi 5 décembre, « n’est pas de soient bousculés par leur base ou
du premier dimanche (JDD), 46 % des Français selon l’expression d’Edouard Phi­
menaces physiques. type “gilets jaunes” », rappelle un des éléments extérieurs. « Lalle­ ministre soutiennent ou expriment de la lippe. L’occasion de « rappeler les
Certains, comme le sénateur (La député LRM. « On a des interlocu­ ment est inquiet, rapporte cette sympathie envers la mobilisation éléments essentiels » de ce projet et
République en marche, LRM) de teurs et un mot d’ordre », pour­ source. Il dit que si les “gilets jau­ du 5 décembre, quand 33 % s’y dé­ de faire en sorte que les ministres
Côte­d’Or, François Patriat, suit­il. Des syndicats, et une cible nes” viennent dans la manif de la ligne­t­on dans l’entourage du pre­ clarent opposés ou hostiles. Res­ se muent en porte­parole dans les
voyaient leur maison encerclée désignée : la suppression des régi­ CGT, il ne sait pas ce qui se passera. mier ministre, Edouard Philippe, tent 21 % d’« indifférents » à con­ médias dans les jours à venir. Rien
par des manifestants. D’autres, mes spéciaux et la mise en place Le service d’ordre de la CGT n’est où l’on s’interroge sur la capacité vaincre de basculer du bon côté. de neuf sur le fond, mais une
comme l’ancien porte­parole du d’un régime de retraite universel. plus celui de 1995. » des syndicats « à ne pas être infil­ Reste, aussi, à démontrer que le image, celle d’un chef de gouver­
gouvernement, Benjamin Gri­ Mais cela n’empêche pas la crainte « La grande peur, c’est que les syn­ trés par les black blocs ». macronisme ne sera pas vaincu nement souriant, le col de che­
veaux, la porte de leur ministère de débordements. « C’est comme dicats ne soient pas assez forts pour Comme il y a un an, la Macronie par la peur. En menaçant de blo­ mise ouvert. Serein, on vous dit.
enfoncée par un engin de chan­ aux Etats­Unis quand il y a un cy­ tenir le truc », résume un conseiller fait le choix d’incarner le parti de quer les trains, les métros, les avi­ Selon un proche, Emmanuel
tier. Le chef de l’Etat lui­même, clone. L’événement est annoncé dix ministériel. En théorie, les « gilets l’ordre face aux troubles éventuels ons, les raffineries, ou bien de sé­ Macron, lui aussi, n’aurait « pas
souligne une ministre, a éprouvé jours à l’avance et tout le monde se jaunes » doivent attendre samedi et aux blocages. Dans le même cher les salles de classe, les prétoi­ peur de la castagne ». « La réforme
« dans sa chair », au Puy­en­Velay, prépare en mettant des plaques en avant de se mobiliser. Mais ils ne temps, la majorité désigne ses op­ res et les commissariats, les oppo­ se fera », a martelé dans Le JDD du
en Haute­Loire, le 4 décem­ bois sur les portes », souligne un sont pas les seuls à être suivis de posants qui, du Parti socialiste sants à la réforme des retraites 1er décembre le ministre des
bre 2018, l’expérience de la « haine poids lourd de la majorité. « Les près par le pouvoir. « Il y a une radi­ au Rassemblement national, en entendent ébranler la détermina­ comptes publics, Gérald Darma­
personnelle ». Celle de « gilets jau­ mouvements sociaux deviennent calisation de la société française passant par La France insoumise, tion du pouvoir. « Est­ce que la so­ nin. Reste à savoir laquelle. 
nes » qui couraient après sa voi­ plus imprévisibles et plus violents, évidente. Une “jaunisation” », sou­ s’apprêtent à soutenir ou à partici­ ciété est braquée sur le 5 décembre ? olivier faye

SNCF, RATP, écoles, EDF,


avocats… Qui se mobilise ?
Les syndicats, hormis la CFDT, appellent à
une journée de grève interprofessionnelle

S NCF, RATP, EDF, Air France,


contrôleurs aériens, ensei­
gnants, policiers… Les ap­
pels à se mobiliser le 5 décembre
contre la réforme des retraites se
inscrits dans le mouvement. Le
SNUipp­FSU, majoritaire dans le
premier degré, table sur 60 % de
grévistes. Le personnel non ensei­
gnant (cantine…) devrait égale­
sont multipliés alors que la CGT, ment se mobiliser. Des syndicats
FO, Solidaires, la FSU et plusieurs lycéens (FIDL, UNL, MNL) se sont
organisations de jeunesse ont joints à la contestation, ainsi que
également lancé le mot d’ordre des syndicats étudiants comme
d’une « première journée de l’UNEF, dans la foulée des actions
grève interprofessionnelle ». La du 26 novembre pour alerter sur
CFE­CGC, qui les a rejointes, ira la précarité étudiante.
manifester quand la CFTC a laissé Même ambiance dans le secteur
ses syndicats « libres » de leur de la collecte et du traitement des
choix. La CFDT, qui soutient le ordures ménagères, qui devrait
principe d’un système universel, être perturbé, notamment à Mar­
n’a pas souhaité en être – à l’éche­ seille et à Montpellier, selon la
lon confédéral. CGT des services publics.
A la RATP, les trois syndicats re­ A l’hôpital, les positions diver­
présentatifs (UNSA, CGT et CFE­ gent. Le Collectif inter­urgences,
CGC) ont appelé à « une grève illi­ le Collectif inter­blocs, la CFE­
mitée » et promettent une mobili­ CGC, CFTC, CGT et SUD ont appelé
sation « aussi forte » que celle du à manifester jeudi tandis que le
13 septembre, qui avait mis Paris Collectif inter­hôpitaux s’y est re­
quasiment à l’arrêt. Idem à la fusé, considérant que sa raison
SNCF où de nombreux trains de­ d’être était la défense de l’hôpital
vraient rester à quai, à la suite de public et se projetant dans une
l’appel des trois premiers syndi­ nouvelle journée de contestation
cats (CGT­Cheminots, UNSA ferro­ le 17 décembre.
viaire et SUD­Rail). La CFDT­Che­
minots, bien représentée chez les Journée « justice morte »
conducteurs, a également déposé Les avocats seront aussi de la par­
un préavis de grève mais attend tie. Le Conseil national des bar­
des « engagements clairs » de la reaux (CNB) a voté une journée
part de l’exécutif pour le lever. « justice morte ». Si elles n’obtien­
Des difficultés sont à prévoir nent pas satisfaction d’ici là, les
sur la route et dans les airs. La robes noires seront de nouveau
grève illimitée est le mot d’ordre dans la rue le 3 février 2020 avec le
de la CGT, FO et Solidaires dans le collectif le Collectif SOS Retraites
transport urbain et routier de qui rassemble également des pro­
voyageurs, de marchandises et de fessionnels du transport aérien
fonds. Côté aérien, trois syndicats et de la santé. Le CNB a été rejoint
d’Air France, bien implantés par le Syndicat de la magistrature
auprès du personnel au sol, ont et le Syndicat des avocats de
déposé des préavis mais les syn­ France, pour le 5 décembre.
dicats des personnels navigants Quant aux syndicats de poli­
n’ont pas voulu les rejoindre. A la ciers, estimant ne pas avoir été
direction générale de l’aviation entendus après la « marche de la
civile, l’USAC­CGT, deuxième syn­ colère » le 2 octobre, ils envisa­
dicat chez les contrôleurs aériens, gent de participer à leur façon au
demande aux personnels de faire 5 décembre. Majoritaire au mi­
grève jusqu’au 7 décembre, ce qui nistère de l’intérieur, Unité SGP
pourrait engendrer retards et an­ Police­FO évoque des blocages en
nulations de vols. amont, notamment sur les servi­
Chez EDF aussi, la contestation ces de nuit. Alliance Police natio­
devrait être forte tandis que des nale et UNSA Police planifient,
débrayages devraient avoir lieu de leur côté, des actions le 5 dé­
dans des raffineries. Des appels à cembre dans les commissariats
cesser le travail ont également été entre 10 heures et 15 heures, avec
lancés dans des entreprises du des fermetures symboliques. A
privé, notamment dans le sud de l’heure actuelle, ces derniers
la Bourgogne, en Haute­Vienne, n’ont cependant pas l’intention
dans les Pyrénées­Atlantiques, le d’entraver les opérations de
Maine­et­Loire, etc. maintien de l’ordre pour enca­
De nombreuses écoles devraient drer les cortèges. 
rester fermées jeudi, la plupart des service france,
syndicats de professeurs s’étant avec nos correspondants
0123
10 | france MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

L U T T E   C O N T R E   L’ É VA S I O N   F I S C A L E

Baisse des contrôles et des effectifs


fiscaux
Evolution du nombre de contrôles
Examens de la situation fiscale personnelle (particuliers)

Fraude fiscale : la Cour 55 000


Vérifications de comptabilité (professionnels)

52 378

des comptes tance l’Etat 50 000

45 000

40 000
42 134

Dans un rapport publié lundi 2 décembre, l’instance juge 35 000


insuffisante l’action de la France contre les fraudeurs fiscaux 30 000
2013 2014 2015 2016 2017 2018

S
aisie en mai par le comptes est perplexe devant une 19 % de ses effectifs entre 2008 et
gouvernement à la telle affirmation. Entre 2013 et LA JUSTICE N’EST PAS  2018, reconnaît la Cour, mais c’est Evolution des effectifs de contrôle, en nombre d’agents
suite de la crise des 2018, les sommes recouvrées ASSEZ EFFICACE NON  comparable à ce qui s’est fait dans
« gilets jaunes », on at­ grâce au contrôle fiscal ont chuté d’autres pays. Et cela n’implique 10 000
tendait la Cour des de 22 %, passant de 10 à 7,8 mil­ PLUS. LES DÉLAIS SONT  pas en soi « une révision à la baisse 9 239 E t at s - U n i s
comptes sur un chif­ liards d’euros. Or, cela augmente des ambitions en matière de lutte 8 000
frage de la fraude fiscale : impos­ dans d’autres pays, ce qui « place BEAUCOUP TROP LONGS  contre la fraude », notamment du
sible, cependant, de « produire la France dans une situation sin­ fait des gains de productivité que 7 328
une évaluation robuste dans un gulière ». En 2018, ces sommes
ET LE NOMBRE DE  le numérique permet. Il n’en 6 000
délai aussi restreint que celui étaient 2,5 fois moindres qu’en CONDAMNATIONS  reste pas moins que les contrôles
Allemagne France
laissé par la saisine du premier mi­ Allemagne et 2 fois moindres sur place ont diminué en France 4 765
nistre », indique le rapport que qu’au Royaume­uni. Même « effi­ BAISSE DEPUIS DIX ANS (– 20 % pour les professionnels et 4 000 4 260 4 450
son premier président, Didier Mi­ cacité insuffisante » pour la lutte – 25 % pour les particuliers). Et que 3 812
R o ya u m e - U n i
gaud, devait rendre public lundi contre la fraude aux cotisations le meilleur ciblage des contrôles 2 873
2 000 2 588
2 décembre. C’est sur un autre sociales : leur taux de recouvre­ lisation de ces outils supplémentai­ qui aurait dû en résulter n’a pas
Pays-Bas
aspect que l’enquête des magis­ ment est « très faible », indique le res ne s’est pas encore accompa­ produit les effets attendus. 1 280
1 100
trats financiers risque de provo­ rapport, soulignant que « des gnée d’une amélioration des résul­ 0
quer quelques remous : contrai­ pans entiers de cotisations [sont] tats du contrôle ». EXCEPTION « TRÈS NOTABLE »
2013 2014 2015 2016 2017 2018
rement au discours ambiant, peu ou pas contrôlés ». Un « hiatus » que la Cour expli­ La justice n’est pas assez efficace
l’Etat, disent­ils, paraît aussi Pourtant, depuis la crise finan­ que de multiples manières. Mis à non plus. Elle poursuit pourtant
brouillon que négligent dans la cière de 2008, des progrès ont été part dans la lutte contre la fraude davantage que dans n’importe Infographie : Le Monde Source : Cour des comptes
lutte contre la fraude fiscale. accomplis, grâce aux institutions à la TVA, l’impulsion interminis­ quel autre cas d’infraction écono­
Fin octobre, le ministre de l’ac­ internationales. Les Etats ont térielle est « modeste ». Ainsi, le mique et financière, mais les dé­
tion et des comptes publics, Gé­ amélioré leur coopération. En comité national de lutte contre la lais sont beaucoup trop longs et le férentes estimations existantes : rection de Bercy. « L’administra­
rald Darmanin, assurait que la loi France, deux lois (en 2013 et fraude ne se réunit plus et le nombre de condamnations baisse de 150 milliards d’euros (Union tion fiscale ne s’est pas saisie du su­
antifraude votée en 2018 avait en 2018), ont permis de renforcer poste de délégué national à la depuis dix ans. Les sanctions pro­ européenne) à une fourchette de jet », déplore la Cour des comptes,
permis à l’Etat de récupérer l’arsenal répressif. Au point que le lutte contre la fraude est vacant noncées se sont certes durcies, 38 milliards à 52 milliards pour le et cela fait de la France « une excep­
1,6 milliard d’euros de plus que pays dispose maintenant de « l’un depuis le mois de mai. Enfin, dif­ mais pas au point d’atteindre le conseil des prélèvements obliga­ tion très notable ». Plusieurs rai­
l’an passé (sur les neuf premiers des dispositifs juridiques les plus férents ministères chargés de la niveau observé à l’étranger. En toires, car leurs méthodes sont sons l’expliquent, notamment le
mois de l’année). Mais la Cour des complets à cet égard ». Mais « l’uti­ lutte contre la fraude ne coopè­ France, on condamne très peu les « souvent fragiles ». fait qu’impôts, taxes et cotisations
rent pas assez entre eux, « alors fraudeurs fiscaux à des peines de Elle évoque certes une estima­ sont recouvrés par de multiples
même que les nouvelles formes de prison, à l’inverse de ce qu’il se tion pour la fraude à la TVA : elle administrations. Mais les don­
De nouvelles formes d’escroquerie fraude exigent un renforcement
de cette coopération ».
passe aux Etats­Unis.
Bref, la lutte contre la fraude fis­
était en 2012 de 15 milliards sur
une recette nette de 143 milliards,
nées nécessaires sont tout simple­
ment « indisponibles ». Les systè­
Dans son rapport sur la fraude fiscale, la Cour des comptes consa- Les magistrats de la Rue Cambon cale est « une ardente obligation », donc 10,5 %, mais c’est « un ordre mes d’information de Bercy ne
cre quelques pages aux nouvelles formes d’escroquerie. Ainsi de ne se montrent pas tendres avec conclut la juridiction financière en de grandeur qui reste fragile ». sont pas « adaptés ». Bref, « ces
celle qui touche les recettes de TVA dans le cadre du commerce en Bercy. Les administrations char­ utilisant la célèbre formule du gé­ Quant aux cotisations sociales, le carences rendent quasiment im­
ligne, secteur qui pèse 180 milliards d’euros. « Ces nouvelles formes gées du contrôle ont certes fait néral de Gaulle à propos des plans manque à gagner serait de 8,5 mil­ possible un chiffrage rigoureux ».
de fraude sont aujourd’hui un défi », souligne la Cour. Notamment preuve d’une « adaptation réelle, quinquennaux. L’une des premiè­ liards d’euros en 2018, soit au Et pourtant, il faut le faire :
parce que la variabilité des régimes de TVA « démultiplie les points mais encore trop lente ». L’organi­ res choses à faire, conseille la Cour, moins 2 % à 3 % du total. Mais la « Notre pays ne doit pas rester plus
de fuite ». Si les échanges au sein de l’Union européenne sont « peu sation du contrôle fiscal est « ina­ est d’évaluer cette fraude. C’est Cour refuse de reprendre cette es­ longtemps à l’écart d’un mouve­
contrôlés malgré des risques de fraude », celle-ci est « sans doute boutie ». La gestion des ressources précisément ce qu’à l’invitation du timation, « même à titre de “bas de ment d’estimation de la fraude fis­
massive » lorsque les produits proviennent d’ailleurs dans le humaines est « rigide » et l’effort chef de l’Etat, le premier ministre fourchette” », car elle considère la cale qui concerne désormais la
monde. De même, les magistrats notent que le travail détaché de formation « insuffisant ». Les demandait aux magistrats finan­ méthode trop fragile et parcel­ plupart de nos grands partenai­
(qui permet à un employeur de faire travailler un salarié dans un suppressions de postes sont­elles ciers. En cinq mois, c’était mission laire. Seule certitude : c’est plus. res », dit la Cour des comptes. De­
autre Etat de l’UE aux mêmes conditions sociales que le pays en cause ? La direction générale impossible, estiment les auteurs Là encore, les magistrats finan­ puis que les Etats­Unis ont lancé
d’origine) est « propice à la fraude aux cotisations sociales ». des finances publiques a perdu du rapport, tout en rejetant les dif­ ciers décochent une flèche en di­ le mouvement, en 1983, de nom­

Dix ans de progrès dans la lutte mondiale contre l’évasion fiscale


Depuis la crise financière de 2008, les Etats du G20 ont été contraints de mettre en place des mécanismes pour récupérer les fonds détournés

A u siège de l’Organisation de coo­


pération et de développement
économiques (OCDE), le 26 no­
vembre à Paris, tout ce que la planète
d’administration fiscales de l’OCDE, qui,
saisissant l’enjeu, le leur fournissent : un
nouveau forum fiscal mondial. Pas une
institution à la façon des Nations unies,
de cent pays. La capacité des Etats à tracer
l’argent s’en trouve renforcée.
Avec un budget annuel de 5 millions
d’euros, le forum fiscal a rapporté en dix
AVEC UN BUDGET ANNUEL 
DE 5 MILLIONS D’EUROS, 
transformer en lois les standards de
l’OCDE. Des listes noires de paradis fis­
caux sont rétablies. De leur côté, les en­
quêtes des journalistes rapportent aussi
compte de paradis fiscaux, de l’Europe mais un groupe de travail mobile et prag­ ans plus de 100 milliards d’euros d’impôts, LE FORUM FISCAL  beaucoup d’argent aux finances publi­
aux Caraïbes en passant par l’Asie et le Pa­ matique, où grands et petits seront sur un d’intérêts et de pénalités dans les caisses ques. La France a par exemple récupéré
cifique, s’est réuni, aux côtés des grandes pied d’égalité ; un groupe capable de tra­ des Etats. Les dépôts bancaires offshore A RAPPORTÉ AUX ÉTATS PLUS  372 millions d’euros d’impôts et de pénali­
puissances économiques et des pays en vailler et de manœuvrer vite, autour d’un ont fondu de 34 % sur cette période grâce à tés en six ans, grâce à la partie française
développement, pour dresser le bilan des objectif commun : venir à bout du secret l’échange de renseignements, ce qui repré­
DE 100 MILLIARDS D’EUROS  des enquêtes de l’ICIJ. Et le compteur
dix ans de travail du Forum mondial sur la bancaire, qui a encouragé la fraude fiscale sente 489 milliards d’euros, l’équivalent D’IMPÔTS, D’INTÉRÊTS ET tourne encore.
transparence et l’échange de renseigne­ et le blanchiment d’activités criminelles du produit intérieur brut (PIB) de la Belgi­ Mais les progrès accomplis ne sont
ments à des fins fiscales. Une décennie (trafics de drogue, d’armes, corruption…). que. Des débuts plutôt satisfaisants. DE PÉNALITÉS EN DIX ANS qu’un début. Si le multilatéralisme a fonc­
pendant laquelle, sur fond de scandales à C’est le moment. Tout le monde y a inté­ tionné, les Etats­Unis ont fait de la résis­
répétition, la lutte contre la fraude et l’éva­ rêt, des chefs d’Etat, pressés de rétablir la Le multilatéralisme a fonctionné tance, en refusant de faire de l’échange
sion fiscales a plus progressé qu’au cours justice fiscale, aux paradis fiscaux, sou­ De plus, quand monte la critique sur le tes par des lanceurs d’alerte. Des « Off­ automatique de données avec les autres
des cinquante dernières années. mis à la pression politique d’un G20 qui poids relatif des pays en développement shore Leaks » en 2013 aux « Paradise Pa­ Etats. Certains pays, comme Dubaï, res­
C’est la crise financière de 2008 qui a représente 80 % de l’économie mondiale. en son sein, le forum s’adapte. Il crée des pers » en 2017, en passant par les « Panama tent considérés comme des plaques tour­
tout déclenché. Les Etats du G20 (les vingt La crise a fait des paradis un enfer, le lieu « inspecteurs des impôts sans frontières », Papers » en 2016, ces investigations au nantes du blanchiment. Des failles et des
pays les plus riches de la planète plus et le symbole de tous les dérèglements : sorte de « médecins sans frontières » de la long cours, inédites par leur ampleur, me­ lacunes perdurent dans les lois. L’OCDE
l’Union européenne), impécunieux, n’ont l’opacité, découlant du secret ; les inégali­ fiscalité, un réseau immédiatement opé­ nées en commun par des dizaines de mé­ sait qu’elle devra maintenir la pression
d’autre choix que de récupérer les impôts tés, en l’occurrence celle devant l’impôt ; rationnel d’inspecteurs volants prêtés par dias sur la planète, dont Le Monde en sur les Etats.
manquant à leurs budgets. Après des dé­ et l’incroyable concentration de richesses les pays riches aux pays moins dotés. Il France, sont pilotées par le consortium Les pays qui ont accepté de lever le secret
cennies de complaisance, ils décident ou, en négatif, l’évaporation de recettes s’agit de les aider à appliquer les normes d’investigation américain ICIJ. Elles créent bancaire et pris l’engagement public de
d’aller chercher l’argent volé des nations fiscales pour le reste du monde. et à récupérer l’impôt soustrait. une onde de choc, en révélant l’existence coopérer devront le prouver dans leurs ac­
là où il se trouve : dissimulé dans le secret Grâce à de nouvelles normes de trans­ Mais si la crise financière a servi de dé­ d’une véritable industrie de la dissimula­ tes. Et enrôler les intermédiaires finan­
des paradis fiscaux et réglementaires, à parence et d’échange d’informations fi­ clencheur, le rôle de la presse dans la lutte tion d’argent et d’avoirs offshore. ciers (banques, fiscalistes…) dans leur plan
l’abri derrière le paravent de sociétés­ nancières entre pays, le forum fiscal par­ contre la fraude et l’évasion fiscales a été, Les opinions publiques sont révulsées : d’action vers plus de transparence, un défi
écrans et de comptes bancaires ouverts vient à faire tomber le secret bancaire lui aussi, capital. Car, au début des années ceux qui ont échappé à l’impôt ont majeur. Une étape sera déterminante : la
par des hommes de paille. Mais il leur (comptes bancaires) et le secret fiduciaire 2010, l’opinion publique n’a qu’une alourdi la facture fiscale de ceux qui ont prochaine mise en place de registres pu­
manque encore l’outil pour le faire. (transfert temporaire de propriété à tra­ connaissance « impressionniste » du phé­ joué le jeu. Il s’agit d’une atteinte à l’égalité blics fiables de bénéficiaires de sociétés
C’est Angel Gurria et Pascal Saint­ vers des trusts). Il réussit même à impo­ nomène. Alors arrivent les premiers devant l’impôt, donc au pacte démocrati­ offshore et de trusts. Un outil de plus pour
Amans, respectivement secrétaire géné­ ser l’échange automatique d’informa­ « Leaks » financiers – ces fuites de don­ que. Placés au pied du mur, les Etats se re­ débusquer fraudeurs et criminels. 
ral et directeur du centre de politique et tions, la meilleure arme antifraude, à plus nées massives transmises aux journalis­ trouvent forcés d’accélérer la marche et de anne michel
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 france | 11

Bercy se dit « sur une bonne pente »


L’exécutif affirme que la lutte contre la fraude fiscale est devenue l’une de ses priorités

C e n’est que l’un des 80 arti­


cles du projet de budget
2020, mais c’est l’un de
ceux qui ont déclenché les plus
confirmé le 7 novembre, dans un
rapport, un montant « aux alen­
tours de 80 milliards d’euros » par
an. Il correspond au « manque à
« Jusqu’à maintenant, l’injonc­
tion politique était de maximiser
les montants notifiés. Nous avons
fait le choix de nous concentrer sur
LA LOI CONTRE
LA FRAUDE DE 2018
ces 2020 a précisé le recours aux
« aviseurs fiscaux », les « indics »
du fisc, et étendu le dispositif à la
fraude à la TVA. Sur Internet, les
vives polémiques. Mi­novembre, gagner (…) du fait du non­respect les sommes effectivement recou­ A INSTAURÉ LE  plates­formes de commerce en
breux Etats s’y sont mis, en effet. les députés ont voté la possibilité du droit », c’est­à­dire qu’il re­ vrées », explique­t­on à Bercy. La ligne seront désormais redeva­
C’est le cas de seize pays de pour les agents du fisc d’« aspi­ cense tous les comportements différence provient notamment « PLAIDER COUPABLE »,  bles de la TVA souvent « omise »
l’Union européenne sur vingt­ rer », à l’aide d’un algorithme, les frauduleux, intentionnels ou des contentieux perdus par l’Etat, par les vendeurs (notamment
huit, par exemple. Aux Etats­Unis, données que les internautes non, en laissant de côté l’optimi­ ou de sommes décalées dans le
QUI PERMET À étrangers). Enfin, les dirigeants de
l’écart entre ce qui devrait être publient sur Facebook, Twitter, sation fiscale. Il est le fruit « d’une temps en raison de recours UNE ENTREPRISE DE  grandes entreprises françaises
payé et ce qui l’est vraiment est de Instagram ou Leboncoin, à des part d’une extrapolation des résul­ suspensifs. devront être fiscalement domici­
16,6 %. Il est de 15 % en Italie, de fins de contrôle fiscal. Il s’agit tats du contrôle fiscal, et de l’autre NÉGOCIER UNE AMENDE  liés en France.
5,6 % au Royaume­Uni et de 4,5 % d’empêcher que « la voiture du d’une vision macroéconomique, Nouveaux outils Pour quels résultats ? « Chaque
en Estonie. voleur [aille] plus vite que la voi­ en analysant les écarts entre recet­ Ces deux indicateurs ont toute­ POUR ÉVITER UN PROCÈS ministre du budget veut sa loi
Etablir une méthode fiable leur a ture du gendarme » fiscal, en « uti­ tes perçues et recettes dues (TVA, fois évolué parallèlement, à la contre la fraude, et l’administra­
demandé du temps : deux à qua­ lis[ant] les nouvelles technolo­ patrimoine…) », explique Vincent baisse, ces dernières années. Le tion aura toujours de l’imagina­
tre ans. Mais cela est utile. Car, rap­ gies », a justifié le ministre de Drezet, membre du bureau natio­ contrôle fiscal a rapporté 9,4 mil­ A Bercy, on préfère vanter des tion pour trouver de nouvelles me­
pellent les magistrats financiers, l’action et des comptes publics, nal de Solidaires­Finances publi­ liards d’euros en 2017, pour contrôles aujourd’hui plus effica­ sures. Mais les plus efficaces sont
la fraude a « des conséquences poli­ Gérald Darmanin. Cette expéri­ ques. Ce chiffre, à peu près équiva­ 17,9 milliards de redressements, et ces et de gros dossiers désormais connues : c’est par exemple le prélè­
tiques fortes en alimentant un sen­ mentation, prévue pour trois ans, lent aux 76 milliards d’euros de 8,7 milliards en 2018 (pour soldés : « On cherche à inverser la vement à la source, qui élimine
timent persistant d’injustice : avait été contestée par la Commis­ déficit budgétaire de l’Etat 16,1 milliards de redressement), tendance. On est sur une bonne d’autant les potentialités de fraude.
contribuant à renforcer les inégali­ sion nationale de l’informatique (en 2018, hors Sécurité sociale et selon la DGFiP. Solidaires explique pente. » Pour cela, les nouveaux Sur la fraude à la TVA, qui est un
tés devant les prélèvements, elle et des libertés, par les oppositions collectivités), nourrit les critiques cette érosion par la fin du STDR, outils ne manquent pas : la loi énorme sujet [les recettes de cet
mine la légitimité de ces derniers et et par des députés MoDem au des oppositions et des ONG à l’en­ en 2017, mais aussi par les sup­ contre la fraude a mis en place impôt, plus de 190 milliards
affaiblit le pacte républicain ». nom du respect de la vie privée. contre du gouvernement, accusé pressions d’emplois régulières. La une police fiscale aux pouvoirs d’euros, sont trois fois plus élevées
Le 23 octobre, le même Gérald de laxisme. « On avance ce chiffre DGFiP (100 000 agents) a perdu étendus, et a consacré l’ouverture que celles de l’impôt sur les socié­
CONTRÔLES ALÉATOIRES Darmanin annonçait pour la prudemment, ça reste un ordre de 2 000 emplois en 2018 et 1 600 du « verrou de Bercy », ce mono­ tés], cela pourrait être envisagé »,
Depuis la crise de 2008, la ques­ première fois, en personne, les grandeur », nuance M. Drezet. en 2019, et les effectifs dévolus au pole qu’exerçait le fisc sur les conclut Gaëlle Menu­Lejeune,
tion a pris une gravité nouvelle. résultats chiffrés du contrôle fis­ Pour Jean­Pierre Lieb, chez EY, contrôle fiscal (environ 10 % du poursuites en matière de fraude. avocate associée chez Fidal et an­
Avec leur nom de série améri­ cal. Sur les neuf premiers mois de « en matière de lutte contre la total) ont baissé de plus de 1 700 Outre la surveillance des réseaux cienne du ministère du budget. 
caine, les exotiques « Panama 2019, l’Etat a recouvré 5,6 mil­ fraude, le culte du chiffre est rare­ personnes entre 2012 et 2016. sociaux, le projet de loi de finan­ audrey tonnelier
Papers », « Bahamas Leaks » ou liards d’euros, soit une hausse de ment pertinent. Il agrège des cho­
« Malta Files » ont jeté une lumière 40 % par rapport à la même pé­ ses différentes : un manque à ga­
crue sur l’évasion fiscale. Le grand riode de l’année précédente, s’est gner, des décalages dans le temps,
débat national, lancé en France au félicité l’ex­Les Républicains. par exemple une erreur sur l’amor­
début de l’année 2019, a révélé tissement d’une machine qui sera
« une profonde et légitime aspira­ « Demande d’équité » finalement rectifiée et donnera lieu L E S F I L M S D E L ’ A P R È S - M I D I E T K H O N A T A L K I E S P R É S E N T E N T

tion à la justice fiscale », précise La tendance n’est, certes, pas nou­ à paiement, ou des redressements
Edouard Philippe dans sa lettre de velle. « Depuis 2007 et la crise qui ne tiennent pas la route. De
mission. Or, la fraude accroît les financière, les Etats, confrontés à plus, la mesure de l’efficacité du
inégalités et fausse la concurrence la chute de leurs recettes fiscales, système peut prendre d’autres for­
en matière économique. ont fait de la lutte contre les para­ mes : les partenariats fiscaux,
Le chiffrage doit donc permettre dis fiscaux et le secret bancaire une l’amélioration du taux effectif
de mieux guider l’action de l’ad­ de leurs priorités. A partir du début d’imposition des grands groupes
ministration fiscale. « Mieux des années 2010, sous l’impulsion ou la régularisation de situations ».
connaître les irrégularités permet
de mieux les combattre », dit la
de l’Organisation de coopération
et de développement économi­
Au sein des cabinets ministé­
riels de Bercy, on estime « biai­ « Le portrait d’une magnifique entêtée »
Cour, mais cela facilite également ques, on est passé de la traque des sée » l’évaluation de Solidaires. En
« la transparence du débat » sur la individus [Service de traitement s’appuyant sur les contrôles fis­
Télérama
fiscalité et le consentement à l’im­ des déclarations rectificatives caux, qui sont de plus en plus ci­
pôt. En tout cas, précise­t­elle, la (STDR), la cellule de « dégrise­ blés, on arrive à une surreprésen­
fraude n’est pas « une “cagnotte” ment fiscal », de 2013 à 2017] à tation des cas de fraude, argue­
que les pouvoirs publics pourraient celle des sociétés [règles anti­abus t­on. Bercy admet toutefois que la
intégralement mobiliser en ac­ BEPS] puis aux mesures pour favo­ méthode consistant à comparer
croissant l’effort de lutte ». Car une riser la transparence [échange les sommes qui devraient être ré­
fois les sommes fraudées quanti­ automatique d’informations coltées à celles qui le sont effecti­
fiées, encore faut­il les récupérer. entre Etats]. Cela a conduit les vement, utilisée dans d’autres
Et il y a loin de la coupe aux lèvres. gouvernements à en faire un objet pays comme le Royaume­Uni,
En substance, il existe deux mé­ de communication politique », ex­ « reste l’indicateur le plus complet
thodes de calcul. La première est plique Jean­Pierre Lieb, avocat as­ à ce jour, même s’il mélange les
« descendante » (on part de ce que socié chez EY et ancien numéro oublis et la “vraie” fraude ».
l’Etat devrait théoriquement per­ deux du fisc à Bercy.
cevoir et on constate ce qui est En France, enfin, le mouvement Approche pragmatique U N F I L M D E R U B A I YAT H O S S A I N
perçu). Mais la Cour opte pour des « gilets jaunes » est venu, de­ Face à ce paradoxe, Gérald Dar­

LE 4 DÉCEMBRE
l’« ascendante » : on part de la puis l’hiver 2018, raviver le débat. manin avait annoncé la mise en
base, donc des contrôles fiscaux, « Il y a une demande d’équité et de place d’un observatoire de la
et on extrapole. Problème : pour justice fiscale chez les gens, qui se fraude, en septembre 2018. Le
ce faire, l’échantillon doit être re­ disent : il y a de la fraude à tous les projet n’a jamais vu le jour. « L’ad­
présentatif. Or, il ne l’est pas car le étages chez ceux qui ont recours à ministration fiscale avait peur que
fisc se concentre sur les contri­ des cabinets d’avocats fiscalistes, le fait de produire un chiffre foca­
buables à risques. Il faut donc « re­ et moi je continue à payer l’impôt lise l’attention sur les recettes
dresser » les résultats en réalisant sur le revenu », résume la députée manquantes. De plus, nous
des contrôles aléatoires, ce qui socialiste Christine Pirès­Beaune. n’avons pas trouvé quelqu’un qui
n’est pas dans la culture de Bercy. Evaluer la fraude fiscale consti­ accepte de le présider, en assu­
Cela ne suffira pas. La Cour des tue pourtant un exercice délicat, mant une rigueur scientifique et
comptes propose d’autres pistes, voire impossible à ce stade selon en portant un message politique »,
comme remédier à la complexité la Cour des comptes. En France, le explique­t­on à Bercy.
du droit. « Plus simple et plus intel­ syndicat Solidaires­Finances pu­ Dès lors, c’est une approche
ligible, écrit­elle, la loi fiscale et so­ bliques produit le chiffrage global pragmatique qui est revendiquée.
ciale serait moins susceptible à la le plus médiatisé. Ce dernier a La loi contre la fraude de 2018 a
fois de provoquer des erreurs d’in­ notamment instauré la « conven­
terprétation et d’offrir des ambi­ tion judiciaire d’intérêt public »,
guïtés d’interprétation propres à ou « plaider coupable », qui per­
favoriser la fraude. » En 2005, le SUR LES NEUF PREMIERS  met à une entreprise de négocier
Conseil constitutionnel avait une amende pour éviter un
d’ailleurs rappelé que cette com­ MOIS DE L’ANNÉE,  procès. Dans ce cadre, Google a
plexité pouvait remettre en cause accepté, mi­septembre, de verser
l’égalité devant l’impôt, pourtant
L’ÉTAT A RECOUVRÉ  près de 1 milliard d’euros pour
inscrite dans la Déclaration des 5,6 MILLIARDS D’EUROS,  solder l’ensemble de ses conten­
droits de l’homme de 1789. La tieux avec le fisc français. Une
balle est maintenant dans le SOIT UNE HAUSSE somme conséquente, mais qui ne
camp du gouvernement. Car rien comprend en fait que 465 mil­
ne sera possible sans « une vo­ DE 40 % PAR RAPPORT lions d’euros de rattrapage fiscal
lonté politique claire », conclut la À LA MÊME PÉRIODE (le reste constituant une amende)
M a d e i n B a n gl a d e s h . l e f i l m
Cour des comptes.  et vaut pour plus de dix années
benoît floc'h DE 2018 visées par la procédure.
0123
12 | france MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Antisémitisme et antisionisme : Les services publics


débordés par le nombre
l’Assemblée face à la controverse de jeunes mères sans abri
Présentée au vote mardi par un député LRM, une proposition Les associations de lutte contre la précarité
s’alarment d’une crise sans précédent
de résolution qui tend à définir l’antisémitisme divise la majorité

L
e 16 février, en marge
d’une manifestation des
« gilets jaunes », le philo­
sophe Alain Finkielkraut
retrait de l’ordre du jour de l’As­
semblée nationale. Dans une tri­
bune au Monde, 127 universitai­
res juifs du monde entier appel­
Sylvain Maillard
souhaite que
Cette logique a été également
mise en œuvre depuis 2017 pour
interdire l’accès au pays à des mi­
litants considérés comme sympa­
U ne dizaine de jeunes mè­
res sans abri et leurs en­
fants refoulés d’un hôpi­
tal parisien où ils étaient venus
chercher refuge… La scène, qui
« Il y aurait
aujourd’hui,
en Ile-de-France,
est interpellé dans la rue. « Sale lent aussi à ne pas la soutenir.
l’adoption de thisants de la cause palesti­ s’est déroulée mercredi 27 no­ 700 enfants
sioniste de merde », lui lance un La définition de l’IRHA tient en cette résolution nienne, puis pour justifier l’ex­ vembre, à l’hôpital Trousseau,
à la rue »
homme. Cette scène, filmée sur quelques mots, dont le terme pulsion d’Israël, fin novembre, du dans le 12e arrondissement, est ré­
le vif, le député La République en « antisionisme » est absent :
serve à former directeur local de l’organisation vélatrice d’une crise d’une am­ BRUNO MOREL
marche (LRM) Sylvain Maillard « L’antisémitisme est une certaine à la détection Human Rights Watch. pleur inédite. Un nombre crois­ directeur d’Emmaüs
ne cesse de la citer en exemple perception des juifs, qui peut se sant de jeunes femmes venues de Solidarité
ces derniers jours. Il veut con­ manifester par une haine à leur
des signes « Aucun danger » pays en guerre et d’Afrique subsa­
vaincre ses collègues parlemen­ égard. Les manifestations rhétori­ d’antisémitisme « La définition, redisons­le avec harienne, très souvent enceintes
taires de voter, mardi 3 décem­ ques et physiques de l’antisémi­ force, n’interdit pas la critique de la ou mères de jeunes enfants, se re­ d’hospitalisation, comme à Ro­
bre, sa proposition de résolution tisme visent des individus juifs ou politique de l’Etat d’Israël », as­ trouvent à la rue en Ile­de­France bert­Debré (Paris 19e), où elles oc­
sur l’antisémitisme. Ce texte, non et/ou leurs biens, des institu­ pouvoir en Israël. Son ministère sure, dans une tribune au Monde, et dans quelques grandes métro­ cupent un quart des lits de la ma­
non contraignant juridique­ tions communautaires et des lieux des affaires stratégiques a ainsi l’un de ses promoteurs, Frédéric poles, en raison de la totale satu­ ternité, tandis que d’autres se re­
ment, a pour vocation d’affirmer de culte. » La controverse vient pour mission de lutter contre ce Potier, délégué interministériel à ration des dispositifs d’héberge­ trouvent tolérées dans un bout de
que « les actes antisionistes peu­ des onze exemples qui précisent qu’il qualifie de campagne inter­ la lutte contre le racisme, l’antisé­ ment d’urgence. couloir, généralement à même le
vent parfois occulter des réalités cette définition relativement va­ nationale visant à « délégitimer » mitisme et la haine anti­LGBT. « Il Mercredi soir, à Trousseau, l’an­ sol. Ces femmes restent en
antisémites », précise son exposé gue, dont l’un considère comme l’Etat hébreu. Une volonté parta­ n’y a aucun danger que le nonce de l’ouverture de soixante moyenne trente et un jours dans
des motifs. antisémite le « traitement inégali­ gée par les promoteurs de la réso­ gouvernement israélien ne se pré­ places gérées par le 115 a ainsi pro­ les locaux de l’AP­HP, mais certai­
Pour ce faire, le député de Paris taire de l’Etat d’Israël à qui l’on de­ lution en France. « La seule chose à vale de ces résolutions pour venir voqué un « appel d’air », suscitant nes d’entre elles sont là depuis
propose à ses collègues d’adop­ mande d’adopter des comporte­ laquelle tout un chacun devrait influencer dans quoi que ce soit », l’arrivée de nombreuses familles. plus de soixante­dix ou quatre­
ter la définition de l’antisémi­ ments qui ne sont ni attendus ni être sensible c’est la délégitimation jure Arié Bensemhoun. « Dire “il « Une fois la capacité maximale du vingts jours. Tous les séjours à la
tisme de l’Alliance internationale exigés de tout autre Etat démocra­ de l’Etat d’Israël », explique ainsi faut boycotter les produits israé­ centre d’accueil atteinte, l’hôpital a rue s’accompagnent de tragédies :
pour la mémoire de l’Holocauste tique ». « On reprend la définition Arié Bensemhoun, directeur exé­ liens”, ce n’est pas antisémite, c’est été contraint de placer des vigiles la sous­nutrition des enfants, les
(IHRA). Quelques jours après sans ses exemples », assure Syl­ cutif d’Elnet, organisation qui de la politique », ajoute Sylvain devant le hall de l’hôpital en inter­ maladies, les viols de femmes,
l’agression de M. Finkielkraut, vain Maillard. Mais pour d’autres, promeut les échanges entre ce Maillard. « On peut critiquer la disant ainsi l’accès en raison des ris­ même enceintes et parfois en
Emmanuel Macron s’y était dit le flou suffit à entretenir le doute. pays et la France. frontière, la colonisation, mais on ques posés pour les patients hospi­ présence de leurs enfants. « Cha­
favorable, lors du dîner du Con­ En Israël, le ministère des affai­ ne peut pas remettre en cause talisés », explique­t­on à l’Assis­ que jour, je m’attends à un nou­
seil représentatif des institu­ « Délégitimer » l’Etat hébreu res stratégiques combat en pre­ l’Etat d’Israël. Pour nous, c’est ça tance publique­Hôpitaux de Paris veau drame, confie M. Petit­Gats,
tions juives de France (CRIF), esti­ Les opposants à cette définition mier lieu le mouvement BDS. Ce qui est antisémite », poursuit le (AP­HP), dans la mesure où le hall comme cette femme qui, après six
mant alors que l’antisionisme re­ craignent qu’elle ne soit instru­ dernier milite en faveur d’un boy­ député parisien. d’un hôpital n’a « pas les condi­ semaines de rue, a accouché de ju­
présente « une des formes moder­ mentalisée pour délégitimer la cottage des produits israéliens, de « Cette résolution va compliquer tions requises pour être un lieu meaux dont l’un n’a pas survécu,
nes de l’antisémitisme ». critique du gouvernement israé­ sanctions politiques et du retrait la vie de certaines organisations d’hébergement ». faute de lui trouver un toit. »
Malgré le soutien du président lien et de l’occupation en Cisjor­ d’investissements étrangers, afin qui ne pourront plus parler de Les associations de lutte contre la
de la République, l’initiative est danie. Parmi les fervents promo­ de faire payer à l’Etat la poursuite l’Etat d’Israël comme d’un Etat pes­ précarité alertent sur l’importance Réunion de crise
controversée et divise la majorité teurs de la définition de l’IRHA en de l’occupation en Cisjordanie. tiféré », espère Arié Bensemhoun. du phénomène cet hiver. « Nous Les pouvoirs publics semblent
à l’Assemblée. La proposition de Europe figure en effet Benyamin Les autorités israéliennes, elles, Sylvain Maillard souhaite, lui, que estimons à 146 le nombre de bébés avoir pris la mesure de l’urgence :
résolution n’a été signée que par Nétanyahou. Le premier ministre considèrent que le BDS est un l’adoption de cette résolution nés dans la rue cette année, alors le ministre du logement, Julien
un tiers du groupe LRM, ce qui israélien martèle que l’antisio­ faux nez pour des groupes hosti­ serve à former enseignants, poli­ qu’ils n’étaient que 100 en 2018 et 49 Denormandie, a, jeudi 28 novem­
est rarissime alors que le prési­ nisme est « le nouvel antisémi­ les à l’existence même d’Israël, ciers et magistrats à la détection en 2017. La progression est fulgu­ bre, convoqué une réunion de
dent du groupe, Gilles Le Gendre, tisme ». Lors d’un voyage parle­ voire antisémites. des signes d’antisémitisme. « La rante », témoigne Gilles Petit­Gats, crise avec les associations et le
et le patron de leur parti, Stanis­ mentaire organisé en Israël cet Le gouvernement israélien et question est de savoir comment on directeur de la coordination de préfet de région Michel Cadot.
las Guerini, en sont signataires. été, une députée LRM a senti que ses soutiens ne cessent d’y asso­ reconnaît un signe d’antisémi­ l’accueil des familles demandeu­ Les crédits des nuits hôtelières
Quatre parlementaires MoDem l’adoption de cette définition cier des ONG qui dénoncent la co­ tisme pour avoir les armes pour y ses d’asile, gérée par le Centre d’ac­ pour 2019, déjà consommés fin
et LRM, et deux communistes, était « très attendue », relate­t­elle. lonisation, et des entreprises répondre », défend le député.  tion sociale protestant. « Depuis octobre, vont bénéficier d’une
demandent même, dans une tri­ La question est au cœur de la po­ étrangères tentées de retirer leurs manon rescan quelques semaines, on a de plus en rallonge : « Mais le problème n’est
bune publiée sur Lemonde.fr, son litique de la coalition de droite au investissements des colonies. et louis imbert (à jérusalem) plus de mamans qui dorment de­ pas financier, il est de trouver des
hors avec leurs bébés, des assistan­ locaux, rappelle M. Petit­Gats. Le
tes sociales nous demandent des gouvernement va lancer un appel
nacelles pour que les bébés puissent aux grandes entreprises, aux ad­
dormir dans la rue », raconte Samra ministrations, aux institutions

A l’université de Grenoble, les demandeurs d’asile Seddik, la présidente d’Un petit ba­
gage d’amour, une association
d’aide aux femmes enceintes dans
comme les hôpitaux, pour trouver
des lieux temporaires. »
Toutes les institutions conju­

du « Patio » dans l’impasse la grande précarité.


Pour Bruno Morel, directeur
d’Emmaüs Solidarité, « il y aurait
guent leurs efforts face à la crise.
Dominique Versini, adjointe à la
maire de Paris, chargée de la lutte
Deux ans après leur arrivée dans le local désaffecté du campus, quatre­vingts migrants aujourd’hui, en Ile­de­France, contre l’exclusion, confirme : « La
700 enfants à la rue. Ils y reste­ Ville a proposé à l’Etat plus de
y dorment toujours, dans l’attente d’une solution des pouvoirs publics raient entre deux et cinq mois, par­ 1 000 places, dans les bâtiments
fois plus ». Lui aussi a constaté le municipaux, pour les familles avec
triplement des flux d’arrivées à enfants. Elles ouvriront au fur et à
grenoble – correspondance Deux ans après son ouverture, d’étudiants en droit et lancé un son accueil de jour destiné aux fa­ mesure de leur aménagement. L’un
La plupart une poignée d’étudiants, d’ensei­ suivi juridique personnalisé qui milles et aux enfants, dans le de ces lieux, dans le 3e arrondisse­

Q uatre­vingts deman­
deurs d’asile vivent
toujours au Patio soli­
daire, un local désaf­
fecté de l’université Grenoble­Al­
sont des jeunes
hommes seuls
ou des mineurs
gnants et d’associations accom­
pagnent toujours les deman­
deurs d’asile qui dorment chaque
nuit au Patio en dépit de son insa­
lubrité. Il est aujourd’hui géré de
n’a jamais abouti « par manque
de coordination ». Enfin, un accès
facilité à différents cursus a été
créé pour permettre aux rési­
dents du local de renouer avec
15e arrondissement de Paris :
« 75 % des 2 000 personnes que
nous accueillons chaque mois pas­
sent la nuit dehors, dans les gares,
les halls, sous tente, dans le métro,
ment, sera particulièrement consa­
cré aux femmes sortant de mater­
nité », précise­t­elle. De son côté,
l’AP­HP a, le 1er juillet, mis à dispo­
sition 174 places pour les femmes
pes ouvert en urgence pour les
isolés du sud façon collégiale par ses habitants, leur scolarité. « Cette tolérance est dans les hôpitaux. 15 % ont un toit qui viennent d’accoucher, dans
abriter au début de l’hiver 2017. de l’Afrique dont le nombre varie régulière­ au crédit d’une politique d’incurie pour une ou quelques nuits et seuls l’ancien hôpital La Rochefoucauld
Deux ans après, cette solution ment. « C’est toujours mieux que des pouvoirs publics. Et l’univer­ 10 % un hébergement pérenne. » (14e arrondissement). Lui aussi,
provisoire s’est pérennisée face
subsaharienne la rue. Ils se sentent en sécurité sité pourrait nettement pousser sa Chaque nuit, près d’une centaine depuis le 20 août, affiche complet.
au silence des pouvoirs publics, dans ce lieu protégé de la police », démarche contre la préfecture », de femmes ayant accouché trou­ Et fin mars, il est prévu qu’il ferme
qui « se défaussent de leurs obli­ concède un militant associatif. déplore Sarah Mekdjian, une en­ vent ainsi refuge dans les treize ses portes. 
gations », estiment les militants s’installent dans un amphithéâ­ seignante qui a cosigné avec huit maternités de l’AP­HP. Certaines françois béguin
associatifs. tre de la faculté de droit. Récupération politique de ces demandeurs d’asile un re­ sont « mises à l’abri » dans des lits et isabelle rey­lefebvre
Ils décrivent une situation para­ Un compromis est rapidement La plupart sont des jeunes hom­ cueil de lettres sur les politiques
lysée par le bras de fer latent se trouvé avec la direction de l’uni­ mes seuls ou des mineurs isolés migratoires.
jouant entre les institutions et versité, qui propose d’abriter du sud de l’Afrique subsaha­ En coulisses, certains militants
l’Etat, accusé de reporter sur l’uni­ temporairement une soixantaine rienne. Parmi eux, une majorité dénoncent une forme de récupé­ F INANCE ME NT LIBYE N M. Takieddine » et qu’il ne
versité sa responsabilité d’héber­ d’entre eux dans un local inutilisé sont des « dublinés » : ils ont été ration politique de la part de la Un proche de Sarkozy s’agit « pas d’argent libyen ».
gement en droit d’asile. « Ces exi­ de 180 mètres carrés. Bien qu’en enregistrés dans un autre pays présidence de l’université, esti­ aurait perçu Après six ans de travail des ju­
lés sont pris au piège d’une épreuve passe d’être démolie, cette succes­ que la France lors de leur arrivée mant qu’elle ne peut aujourd’hui 440 000 euros en 2006 ges d’instruction, une somme
de force qui ne les concerne pas », sion de bureaux vétustes a l’avan­ en Europe et sont sous le coup plus se permettre d’expulser les Thierry Gaubert, ancien colla­ d’indices a donné corps à la
analyse Raphaël Beth, un militant tage de pouvoir encore être éclai­ d’une procédure « Dublin » de re­ résidents « Patio », à moins borateur de Nicolas Sarkozy, thèse d’un financement de la
du collectif Droit au logement 38. rée et chauffée. Les lieux sont vi­ conduite vers cette première d’écorner son image. aurait touché en 2006 un campagne présidentielle de
« La situation est très compli­ dés et aménagés en dortoirs. Cha­ terre d’accueil. Aucun d’entre eux Réfutant un quelconque « usage virement de 440 000 euros M. Sarkozy en 2007 par le
quée », reconnaît Patrick Lévy, le que jour, des dons de vêtements n’a souhaité se confier au Monde. politique » de la situation, Patrick provenant du régime libyen régime de Khadafi. Si aucune
président de l’université, pour qui et de vivres affluent au Patio, où Pour améliorer leur quotidien, Lévy assure que le conseil d’admi­ de Khadafi, a affirmé Media­ preuve matérielle n’a été re­
l’expulsion n’a « jamais été une d’autres migrants viennent trou­ l’université – qui rencontre une nistration de l’université « ne se part, dimanche 1er décembre. trouvée, des mouvements de
option ». « Il n’y a pas de solution. ver refuge. délégation du local chaque tri­ déjugera pas de la solidarité mise M. Gaubert aurait reçu cette fonds suspects ont conduit à
On vient de perdre deux ans d’inté­ Craignant d’être fichés, les occu­ mestre – a investi « plusieurs mil­ en place » après les élections pro­ somme via un virement de la huit mises en examen. L’an­
gration », regrette­t­il. pants refusent d’être hébergés liers » des 11 000 euros de l’aide grammées le 10 décembre. Quant société Rossfield, qui serait la cien chef de l’Etat, mis en exa­
L’histoire du « Patio » débute en dans les gymnases de l’aggloméra­ matérielle votée par son conseil à la préfecture de l’Isère, elle a rap­ propriété de l’intermédiaire men depuis mars 2018 pour
décembre 2017. Guidés par un col­ tion ouverts dans le cadre du plan d’administration et mobilise ré­ pelé que le Patio se situait sur le Ziad Takieddine. Or, Rossfield « corruption passive, finance­
lectif de militants d’extrême gau­ hivernal de la préfecture. Ils ob­ gulièrement ses services techni­ domaine universitaire et qu’elle n’aurait été « alimentée que ment illégal de campagne
che et d’étudiants, plusieurs di­ tiennent finalement de pouvoir ques pour des travaux de répara­ n’avait à ce jour « jamais été sai­ par de l’argent du régime de électorale et recel de détour­
zaines de demandeurs d’asile demeurer jusqu’au printemps tion. Elle a également opéré il y a sie » par sa direction pour mobili­ Khadafi ». Cité par Mediapart, nement de fonds publics li­
prennent la direction du campus, dans le local qui s’est, depuis, taci­ plusieurs mois un recensement ser la force publique.  M. Gaubert a affirmé que byens », conteste la validité
dans la banlieue grenobloise, et tement « institutionnalisé ». des occupants avec le concours benoît pavan « Rossfield n’est pas du tout de cette enquête. – (AFP.)
PUBLICITÉ

La Fédération de la Plasturgie
et des Composites s’engage
Nous, membres de la Fédération de la Plasturgie et des Composites, rassemblons les industries
qui transforment les matières plastiques. Nous avons parfaitement conscience des enjeux
environnementaux du temps présent et, avant d’être des industriels, nous sommes surtout
des citoyens responsables.

O
r, dans le contexte actuel, nous – oui, les plastiques utilisés en agricultu- Telle est la conséquence directe de la na- de convaincre les pays émergents – ceux
savons bien que le débat est re (paillages, filets de protection, gaines ture même du plastique : durable et léger, d’Asie, notamment – de mettre en œuvre
particulièrement difficile : tout d’irrigation,…) réduisent sensiblement la il est l’un des matériaux les mieux adaptés une gestion efficace et crédible de leurs
argument de fond donnant le consommation d’eau ou de produits phy- au réemploi. Mais durable et léger, il de- déchets.
sentiment qu’il « sert la cause » du plas- tosanitaires, et renforcent ainsi la protec- vient aussi la source d’une pollution per-
tique suscite, bien souvent, des réactions tion des nappes phréatiques. sistante et mobile lorsqu’il se retrouve dis- Pour notre part, nous assumons
hostiles, voire irrationnelles. séminé dans la nature. nos responsabilités.
Ce sont là des faits que nul ne peut contes- À chacun, par conséquent, de prendre sa À l’heure où le Gouvernement porte un
Pour autant, nous osons affirmer que: ter et qui, malheureusement, sont large- part et d’en mesurer les enjeux. projet de loi contre le gaspillage et pour
– oui, les plastiques peuvent contribuer à ment inaudibles dans le contexte actuel. l’économie circulaire, nous souhaitons
l’émergence d’un monde sobre, économe Aux donneurs d’ordre, fabricants et nous inscrire résolument dans le débat qui
en ressources et en carbone puisque, concepteurs des objets que nous réalisons, engage notre avenir collectif.
sur un cycle de vie complet, ils émettent de faire véritablement de l’éco-conception
jusqu’à trois fois moins de gaz à effet de
Car, nous le savons une règle d’or incontournable, en inté-
Aujourd’hui, à travers
serre que leurs alternatives; bien, le plastique grant les critères environnementaux dès la
phase d’élaboration des produits. ce Manifeste, nous nous
– oui, les plastiques fournissent des embal-
est devenu le symbole Aux utilisateurs – consommateurs et engageons.
lages sûrs, légers et protecteurs. Étanches
entreprises – d’adopter et de mettre en
à l’oxygène et aux UV, ils protègent nos ali- honni du « tout jetable », pratique les vertus indispensables d’un
ments, en allongent la durée de conserva-
tion et limitent le gaspillage alimentaire;
signature d’une société écosystème intégrant durablement le re-
cyclage.
– oui, les plastiques sont au cœur de la de consommation Aux pouvoirs publics – nationaux et inter-
transition énergétique, des champs de
fondée sur l’usage nationaux – d’organiser une collecte effi-
panneaux photovoltaïques et d’éoliennes cace des déchets et d’intégrer dans leurs
qu’ils équipent à nos logements qu’ils unique. décisions politiques l’enjeu majeur qu’est
isolent et protègent ; la pollution océanique. À eux, également,

Nos 5 engagements Lutter


efficacement
contre les rejets
de microplas-
Promouvoir Contribuer à Soutenir une tiques dans les
une consigne l’objectif de 100 % dynamique de milieux marins
acceptée partout de plastique l’innovation Les acteurs mondiaux de l’industrie du

et par tous recyclé en 2025 et de la plastique ont lancé l’opération Clean


Sweep afin d’assurer la maîtrise des pro-
Au nom du défi environnemental qui
nous concerne tous pour une écono-
Nous nous engageons dans une tra-
jectoire exemplaire avec une première
transformation duits lors des processus de production,
de transport ou de transformation, et
mie décarbonée, nous soutenons, sans
équivoque, toute initiative apte à valori-
étape qui, dès 2025, aboutira à l’incor-
poration d’un million de tonnes de ma-
industrielle notamment des « granulés plastiques »
caractérisés par leur petite dimension.
ser le geste de tri. C’est pourquoi nous tières plastiques recyclées (MPR) dans IPC (Innovation Plasturgie Composites) Aussi, et à notre échelle, nous prenons
sommes favorables au principe de la nos produits. Dans un souci de totale est notre Centre technique dédié à la l’engagement de généraliser les bonnes
consigne : celle-ci donne une valeur au transparence, le suivi de cet engage- R&D et à l’innovation. Afin d’accélérer pratiques de Clean Sweep à l’ensemble
produit et nous encourage à devenir ment sera soumis au contrôle d’un ou- le processus – déjà initié – de transfor- de nos différentes usines, avec pour
responsables collectivement. til de mesure validé par la Commission mation industrielle de nos entreprises, ambition de convertir à ce programme
Cependant, la réussite de ce dispositif de européenne (MORE) dont les résultats nous nous engageons : la totalité d’entre elles d’ici 2025.
consigne implique de ne pas enrayer la seront rendus publics. - à consacrer 50 % de son budget glo-
dynamique d’investissement portée par
les acteurs du recyclage.
bal au développement de l’économie
circulaire et au déploiement d’outils
Inscrire l’économie
Il revient donc aux pouvoirs publics de
veiller à ce que, d’ici 2022, l’ensemble des
d’éco-conception accessibles pour toutes
les entreprises ;
circulaire au cœur
emballages plastiques soient collectés
dans les bacs jaunes pour être recyclés.
- à créer, dès 2020, un incubateur di- de chaque
rectement rattaché à ce Centre afin d’y
héberger les startups les plus inno- formation
vantes, notamment dans les champs du Afin d’impliquer nos entreprises sur
recyclage et de l’éco-conception. tout le territoire et de capter les jeunes
talents attirés par ce défi, nous nous en-
gageons à faire de l’économie circulaire
un axe structurant de chaque forma-
tion de plasturgie et de tous les outils
numériques dédiés (SPOC, MOOC…).
0123
14 | france MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Lourd bilan lié


aux intempéries
dans le Sud­Est
Cinq personnes sont mortes, dimanche,
portant à onze les décès causés,
en dix jours, par des pluies diluviennes

L
e nouvel épisode médi­ son encore inconnue, l’appareil,
terranéen qui a touché dont le nom de code était « Dra­
l’est du Var et l’ouest des gon 30 », s’est écrasé en heurtant Des résidents
Alpes­Maritimes a provo­ probablement le relief accidenté inspectent
qué la mort de cinq personnes, di­ du Rove, à l’ouest de Marseille, les dommages
manche 1er décembre. Un éleveur quelques minutes après avoir dé­ causés par
de chevaux qui voulait mettre en collé de la base de Marignane les inondations,
sécurité ses animaux a été em­ (Bouches­du­Rhône) alors qu’il vo­ à Fréjus (Var),
porté par les eaux sur la com­ lait en direction du Luc, dans le Var, le 2 décembre.
mune de Fréjus (Var) dans la soirée pour des opérations de secours. DANIEL COLE/AP
et le corps sans vie d’un berger a La météo difficile, avec des rafa­
été retrouvé à l’intérieur de son vé­ les de vent, de fortes pluies et, sur­
hicule, dans la commune de Saint­ tout, un plafond nuageux très bas, dimanche entre Toulon et Nice, prendre leur véhicule, deux per­ ges violents. « Il existe ce que nous
Paul­en­Forêt (Var), emporté alors pourrait expliquer cet accident. devait être rétablie. Les six cen­ sonnes sont mortes dans le dépar­
Cent quarante- appelons des convergences avec
qu’il essayait de franchir un gué Le ministre de l’intérieur, Christo­ tres d’hébergement, répartis sur tement. « Mon seul message était : neuf interventions des reliefs montagneux, comme le
sur le petit cours d’eau de L’Endre. phe Castaner, a rendu hommage quatre communes varoises, ont ne prenez pas la voiture, ne fran­ massif des Maures, qui bloquent
Trois membres de la sécurité ci­ aux trois hommes, Jean Garat, Mi­ accueilli 117 personnes mais chissez pas une flaque d’eau dont
ont été réalisées les écoulements des masses d’air, et
vile et du service départemental chel Escalin et Norbert Savornin, d’autres, selon la préfecture du on ne connaît pas la profondeur, par les sapeurs- leur confrontation avec des entrées
d’incendie et de secours (SDIS) ont dans un communiqué de presse : département, ont trouvé refuge et les réflexes commencent à être de vents venus du nord­ouest,
également péri dans la nuit de di­ « Alors que la France s’apprête chez des proches. Cent quarante­ pris. Heureusement que l’on était
pompiers du Var, comme le Mistral, qui bloquent le
manche à lundi, dans l’accident de aujourd’hui [lundi 2 décembre, neuf interventions ont été réali­ un dimanche, sans école ouverte et dont trente-deux phénomène et le rendent station­
leur hélicoptère Eurocopter EC145 jour de l’hommage national aux sées par les sapeurs­pompiers du activités professionnelles », a es­ naire pendant plusieurs heures »,
de la sécurité civile. Pour une rai­ soldats qui ont péri dans un acci­ Var, dont 32 sauvetages – dix héli­ timé M. Videlaine.
sauvetages poursuit Emmanuel Demaël. Par
dent d’hélicoptères au Mali le treuillages ayant été nécessaires La zone la plus touchée, diman­ ailleurs, la répétition de ces fortes
25 novembre] à rendre hommage parmi eux a précisé la préfecture che, se situait aux confins ouest pluies aggrave le phénomène,
à treize de ses soldats, morts pour du Var. Une cinquantaine d’éta­ des Alpes­Maritimes et est du Var. conséquences moins dramati­ avec des terres saturées d’eau qui
la servir, notre pays perd trois héros blissements scolaires étaient fer­ « C’est une zone géographique re­ ques : vingt personnes avaient ne peuvent plus absorber la sortie
du quotidien qui ont donné leur vie més lundi dans les Alpes­Mariti­ lativement restreinte, à l’ouest de alors trouvé la mort dans le dé­ des cours d’eau de leurs lits.
ALPES- pour protéger les Français. » Le bi­ mes, et 28 écoles dans le Var. Cannes, sur laquelle les pluies les partement des Alpes­Maritimes. Les pluies et les orages, plus
DE-HAUTE- lan des intempéries de dimanche plus violentes ont été enregistrées, « L’épisode a été bien anticipé et localisés, ont quasiment quitté le
VAUCLUSE PROVENCE ALPES- s’ajoute aux six morts du week­ Communication intensive plus de deux mois de précipitations mieux balisé qu’il y a quatre ans », littoral, indique encore Météo
BOUCHES- MARITIMES end précédent, dans le Var, déjà La décrue des petits cours d’eau du en l’espace de douze heures. On a estime le prévisionniste. France, et les jours prochains de­
DU-RHÔNE VAR frappé par un épisode méditerra­ littoral, qui ont vu leurs niveaux atteint les 50 centimètres par Le phénomène des épisodes vraient permettre une améliora­
Marseille néen particulièrement violent. monter soudainement diman­ heure et un total de 201 mm sur méditerranéens, fréquents en tion de la situation. Lundi matin,
Fréjus Lundi en début de matinée, les che, était entamée lundi matin, l’ensemble de l’épisode enregistrés automne au moment où la mer les Alpes­Maritimes étaient re­
Les Pennes- Saint-Paul- autoroutes de la région, interdites a indiqué au Monde le préfet du par notre station de Cannes », pré­ est la plus chaude, favorisant une passées en vigilance jaune et le
Mirabeau en-Forêt à la circulation dimanche pour les Var, Jean­Luc Videlaine. Malgré la cise Emmanuel Demaël, prévi­ forte évaporation, sont dus à des Var en orange pour le risque de
poids lourds ont été rouvertes communication intensive de la sionniste à Météo France. L’inten­ remontées d’air chaud, humide et crues et en jaune pour celui des
Mer Méditerranée 25 km
pour tous les véhicules, et la circu­ préfecture dimanche, demandant sité de cet épisode, comparable à instable en provenance de la Mé­ pluies et inondations. 
lation des trains, interrompue aux habitants de ne pas sortir et celui du 3 octobre 2015, a eu des diterranée, qui génèrent des ora­ rémi barroux

La lutte contre les féminicides bouleverse les pratiques de la justice


Des ateliers de formation voient le jour pour faire travailler ensemble des professionnels confrontés aux violences conjugales

marseille ­ correspondant gendarmeries. Trois jours après la tion ou avocats, pour le premier busquant les carences, analysant se communique des éléments ». des situations de femmes victimes
fin du Grenelle contre les violen­ usage du kit de formation inter­ ce qui a été bien fait, mal fait. Mé­ Pour ces enquêtes­exercices refai­ de violences au sein du couple. » Pe­

C’ est fou comme les cho­


ses ont bougé en quel­
ques mois. » Pour cette
magistrate, la mobilisation contre
les féminicides a bouleversé,
ces conjugales, la cour d’appel
d’Aix­en­Provence réunissait, le
28 novembre, une petite centaine
de magistrats, enquêteurs, éduca­
teurs de la protection judiciaire de
disciplinaire à la lutte contre les
violences au sein du couple, éla­
boré par l’Ecole nationale de la
magistrature (ENM).
Dans la salle de réunion, serrés
lange des métiers et des fonc­
tions : là, un général de gendarme­
rie, un procureur de la République
réfléchissent avec une éducatrice,
un policier sur une enquête type.
tes ainsi autour d’une table, les
professionnels n’oublient rien : la
saisine du juge des enfants par le
tribunal correctionnel lorsque des
suspicions de violences apparais­
tite révolution aussi, les magis­
trats osent se frotter à l’échange
avec des victimes, à l’image du tri­
bunal de Draguignan (Var) qui a
récemment invité des femmes
comme rarement, les pratiques la jeunesse, membres d’associa­ autour de grandes tables, les pro­ La parole se libère entre ces sent, l’octroi d’un « téléphone ayant subi des violences. « Dans
professionnelles dans les palais de tions d’aide aux victimes, con­ fessionnels étudient des cas prati­ maillons de la chaîne judiciaire grave danger », la vérification, à ces ateliers, la victime ne blâme
justice, les commissariats et les seillers d’insertion et de proba­ ques, disséquant des enquêtes, dé­ que les femmes victimes côtoient domicile, du respect du contrôle personne, explique Patrice Cam­
à un moment. « Des planètes qui judiciaire par le service d’insertion bérou, procureur de la Républi­
habituellement ne communiquent et de probation. « Pour avoir que. Mais elle a bien identifié aussi
pas », relève un participant. 20 sur 20 dans ces affaires­là, com­ notre manque de coordination. »
Confronté à l’analyse d’une en­ mente un procureur, il faut que Les magistrats apparaissent en
quête décrivant une intervention tous les services soient à fond », quête de meilleures pratiques :
au cours de laquelle l’épouse vic­ alors même que le cas examiné « Comment on institutionnalise la
time assure qu’elle a chuté, qu’il ne montre que la victime est restée communication au sein des
s’est rien passé et va jusqu’à se je­ seule dans un milieu hostile. juridictions ? », demande l’une. Et,
ter sur les policiers pour les chas­ dans ce grand chamboulement
ser de la maison, un magistrat « Changer de braquet » des mentalités et des pratiques
doute : « Ça, ça n’arrive jamais ! » Preuve que les mentalités seraient professionnelles, la peur d’en faire
Un gendarme le reprend : « Si, on en train de changer, un magistrat trop pointe déjà. « Agir vite et fort,
est parfois pris à partie par des vic­ évoque le mail d’une collègue ré­ ce n’est pas toujours la demande de
times mais on ne le met jamais en digeant, il y a deux ans à peine, un la victime », avance un magistrat
procès­verbal, par peur de les des­ rapport à la chancellerie sur un auquel des femmes auraient con­
servir. » Flottement, incompré­ homicide conjugal. Elle concluait fié que la comparution immé­
hension : « Oui, mais pour nous, par : « crime passionnel ». Inimagi­ diate de leur conjoint avec un
c’est un élément qui démontre l’em­ nable désormais, convient l’en­ mandat de dépôt à la clé est per­
prise », finit par lâcher le magistrat. semble des participants. « Depuis çue comme une réponse trop vio­
A une table voisine, la discussion plusieurs mois, le contexte nous lente. « Attention que nos institu­
s’échauffe. « Mais comment vou­ appelle à changer de braquet, à tions ne leur imposent pas d’autres
lez­vous que le JAF [juge aux affai­ évoluer dans notre vision de ce violences en voulant traiter les vio­
res familiales] prenne une ordon­ type de violences. Et on évolue tous lences dont elles sont victimes »,
nance de protection s’il ne sait pas assez vite », résume Michel Sastre, prévient une participante.
qu’il y a eu une tentative d’étrangle­ conseiller à la cour d’appel. Présente à l’issue de cette jour­
ment de l’épouse et que le petit a eu Au cours de cette formation, les née, la garde des sceaux, Nicole
des dents cassées ? Il n’a pas de psychologues invitent à bousculer Belloubet, a souhaité que ce kit de
boule de cristal. » Ce « cas pratique » les grilles d’appréciation. « Il y a formation interdisciplinaire fasse
illustre, selon Nathalie Kielwasser, une infraction mais il y a souvent que « les énergies aujourd’hui jux­
vice­procureure à Colmar et rédac­ peu d’informations autour, estime taposées puissent former un en­
trice de fiches­réflexes à destina­ Linda Tromeleue, psychologue cli­ semble ». Désormais, tout magis­
tion des professionnels judiciai­ nicienne. Et, si on ne cherche pas, trat qui passera par l’ENM pour un
res, qu’« un nombre incalculable de on ne trouve pas. Ce qui peut no­ stage de formation, bénéficiera de
professionnels travaillent autour tamment échapper, c’est l’emprise, ce module violences conjugales. 
d’une situation et que personne ne alors qu’elle existe dans trois quarts luc leroux
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 planète | 15

Chlorpyrifos : les fabricants contre­attaquent


Devant l’imminence de l’interdiction du pesticide en Europe, la Commission fait l’objet de pressions

ENQUÊTE Les scientifiques l’animal ou l’humain ». Et même,


insiste­t­elle, « les nombreuses

L’
arrêt de mort d’un pes­ s’inquiètent preuves scientifiques rapportées
ticide prend rarement dans la littérature démontrent
la forme d’une régle­
depuis plus de l’absence » de ces effets.
mentation européenne. quinze ans des « Nous sommes en profond
C’est ainsi, pourtant, que le chlor­ désaccord avec les conclusions de
pyrifos devrait bientôt disparaître.
effets délétères l’EFSA et les propositions de non­
La Commission européenne s’ap­ du chlorpyrifos renouvellement de la part de la
prête à demander aux Etats mem­ Commission européenne. Aucune
bres de voter l’interdiction de cet
sur le cerveau en substance active n’a fait l’objet
insecticide au dossier scientifique développement de recherches plus approfondies
fort chargé. Mais, alors que les que le chlorpyrifos », a écrit Cor­
données démontrant son ex­ teva au Monde dans un e­mail,
trême toxicité pour le cerveau du Mis sur le marché en 1965, l’in­ sans vouloir préciser si elle envi­
fœtus et du jeune enfant s’accu­ secticide est commercialisé dans sageait des poursuites contre la
mulent, les fabricants font pres­ près de 80 pays dans le monde, et Commission.
sion sur les autorités pour prolon­ employé sur plus d’une centaine Dernier acteur de cette opéra­
ger son existence légale, comme le de cultures, selon Corteva. En Eu­ tion de lobbying, enfin : COPA­
montrent des documents que rope, neuf pays ont suspendu son Cogeca, l’organisation qui défend
Le Monde s’est procurés. L’au­ usage, dont la France qui ne le to­ les intérêts des gros acteurs du
torisation du chlorpyrifos dans lère plus que pour les semences secteur agricole à Bruxelles. Le
l’Union européenne (UE) arrive en d’épinards depuis 2016. Il était 17 octobre, elle réclame un « délai
effet à échéance le 31 janvier 2020. autorisé pour venir à bout des ca­ de grâce » supérieur aux trois
A la tête de cette opération de fards, fourmis et autres termites mois proposés par la Commis­
lobbying, le groupe américain dans les maisons jusqu’en 2007. sion afin que les producteurs
Corteva, entité née de la fusion de Alors que leur autorisation dans puissent effectuer une transition.
Dow, inventeur du produit, et de l’UE arrivait à échéance en 2016, Faute « d’alternatives aussi effica­
DuPont. « La réglementation ne le chlorpyrifos et son parent ces » pour lutter notamment
doit pas se fonder sur une pression proche, le chlorpyrifos­méthyl, contre la punaise diabolique (Ha­
publique provoquée par des mili­ ont bénéficié de plusieurs sursis. lyomorpha halys), écrit son secré­
tants qui n’ont pas confiance dans Mais, à l’automne 2017, une taire général, le retrait des deux
le système réglementaire légal, équipe de scientifiques scandina­ insecticides « pourrait compro­
mais sur des preuves solides », ont ves précipite le destin européen mettre de manière significative la
argué les représentants de la des deux pesticides. Quelques se­ production européenne de fruits
firme auprès des responsables du maines auparavant, ils sont par­ et légumes ». Membre de COPA­
dossier à la Commission qu’ils venus à récupérer les données Cogeca, la FNSEA n’a pas répondu
ont rencontrés en janvier, indi­ brutes de la seule étude fournie aux sollicitations du Monde.
que un compte­rendu interne de par Dow aux autorités concer­
la direction générale de la santé. nant la toxicité neurodévelo­ Agrumes fortement contaminés
Si les « militants » des ONG sont pementale. Une étude soumise Alors qu’approche la date du vote
en effet très actifs, ils ne repré­ dans le dossier de demande lors de la réunion du Comité per­
sentent pas des voix isolées. La d’autorisation originel… en 1998. manent des végétaux, des ani­
communauté scientifique, elle Axel Mie, Christina Rudén et Phi­ maux, des denrées alimentaires
aussi, s’inquiète depuis plus de lippe Grandjean constatent alors et de l’alimentation animale (Sco­
quinze ans des effets délétères du qu’elle est émaillée d’anomalies paff) les 5 et 6 décembre, ce lob­
chlorpyrifos sur le cerveau en majeures et qu’elle montre sans bying semble faire mouche
développement (ou toxicité neu­ ambiguïté que le chlorpyrifos auprès des Etats membres.
rodéveloppementale). endommage le cerveau des rats Si l’interdiction du chlorpyri­
En 2006, au moment même où de laboratoire, contrairement à ce fos semble acquise, le chlorpyri­
l’UE donnait son feu vert à l’in­ que sa conclusion affirme. fos­méthyl n’est pas encore con­
secticide pour dix ans, une étude Or, l’Etat membre dit « rappor­ damné. D’après nos informa­
conduite par l’Université de teur », l’Espagne, chargé de passer tions, l’Allemagne, le Danemark,
Columbia (Etats­Unis) montrait au crible le dossier des fabricants, la Finlande, la Slovénie, la Suède
qu’une exposition prénatale au n’a pas analysé cette étude. Ni et la France, représentée par le mi­
chlorpyrifos entraînait d’impor­ lors de la première demande de nistère de l’agriculture, ont an­
tants retards de développement. Dow au début des années 2000, noncé qu’ils voteraient pour le
Troubles du spectre autistique, dé­ ni à l’occasion de l’évaluation en non­renouvellement du chlorpy­
ficits de quotient intellectuel (QI) cours. Autrement dit, l’examen rifos­méthyl. Mais l’Espagne, la
allant jusqu’à 7 points, troubles de des données sur la toxicité du Grèce, l’Italie et le Portugal, ainsi
déficit de l’attention avec ou sans chlorpyrifos sur son aspect le plus génotoxiques peuvent être à l’ori­ la défection de l’israélien Adama que la Pologne, seraient contre :
hyperactivité : désormais, tout un préoccupant n’avait jamais été gine de cancers. Ensuite, prenant en juin 2018, et la firme portu­
En Europe, c’est­à­dire les Etats producteurs
corpus d’études décrit la vaste réalisé. Il faut attendre 2018 et les largement en compte les observa­ gaise Ascenza (anciennement Sa­ neuf pays ont d’agrumes dont la culture recourt
gamme d’affections touchant les discussions d’experts pilotées par tions des chercheurs scandina­ pec), qui ne commercialise qu’un à ces insecticides. D’ailleurs, pam­
enfants exposés au chlorpyrifos l’Autorité européenne de sécurité ves, publiées entre­temps dans insecticide à base de chlorpyrifos­
suspendu son plemousses, citrons, oranges et
ou à ses cousins de la famille des des aliments (EFSA) pour que la la revue Environmental Health, méthyl en Europe, le Sundek. usage, dont mandarines étaient les fruits les
organophosphorés pendant leur toxicité du chlorpyrifos sur le il met en avant sa toxicité neuro­ plus contaminés par des résidus
vie fœtale ou juste après la nais­ cerveau en développement soit développementale, ce qui lui Réaction jugée « excessive »
la France, qui ne de chlorpyrifos en 2016, selon les
sance. Une équipe internationale prise en compte. C’est ce qu’une promet un avenir de substance Une lettre recommandée de neuf le tolère plus que données officielles de l’UE analy­
de chercheurs a estimé que, cha­ enquête transfrontalière sur le classée « présumée toxique pour la pages inaugure le ballet de protes­ sées par l’ONG PAN Europe. Pro­
que année, l’exposition aux pes­ chlorpyrifos, dont Le Monde fait reproduction (catégorie 1B) ». « Les tations et de pressions. Arrivée à
pour les semences ducteur de plus de la moitié des
ticides organophosphorés cause partie, révèle en juin 2019. critères d’approbation relatifs à la la Commission le 26 août, elle pro­ d’épinards oranges en Europe, l’Espagne
59 300 cas de déficience intellec­ Sous les feux des projecteurs, la santé humaine, conclut l’EFSA, ne vient du cabinet d’affaires Field­ était aussi ce pays « rapporteur »
tuelle et oblitère 13 millions de Commission décide de lancer une sont pas remplis. » Même conclu­ fisher, mandaté par Ascenza. Ses chargé de son évaluation… Solli­
points de QI en Europe. procédure jamais employée jus­ sion pour le chlorpyrifos­méthyl, arguments, qui ont le parfum atteinte aux intérêts commerciaux cité par notre partenaire El Confi­
qu’ici. Alors que l’EFSA n’a pas introduit plus tardivement sur le d’une menace de procès, se du demandeur », écrit Fieldfisher, dencial, le ministère espagnol
Anomalies majeures achevé son cycle de réunions, la marché et donc moins étudié, concentrent sur les aspects lé­ qui en demande le retrait « immé­ de l’agriculture n’a pas souhaité
L’ONG Pesticide Action Network Commission lui demande de son profil toxicologique étant es­ gaux. En particulier sur cette pro­ diat » du site Internet de l’agence. apporter de commentaire.
(PAN) Europe juge « préoccupant produire dans l’urgence un avis timé similaire. Dans l’UE, les pes­ cédure exceptionnelle, dont l’em­ Début octobre, par l’intermé­ La Commission semble déter­
qu’il ait fallu attendre d’avoir une intermédiaire sur les effets des ticides jugés cancérigènes et toxi­ ploi les a « légitimement et vérita­ diaire de son cabinet de lobbying minée à interdire les deux insecti­
quantité écrasante de preuves deux insecticides sur la santé hu­ ques pour la reproduction doi­ blement surpris ». « Cette façon de EPPA, Ascenza écrit à nouveau à cides. Début octobre, elle a notifié
démontrant la toxicité des insec­ maine. Mis en ligne au cœur de vent être retirés du marché. procéder est très inhabituelle, pour la Commission. « Comme dans le à l’Organisation mondiale du
ticides à base de chlorpyrifos pour l’été, l’avis sur le chlorpyrifos Ce verdict, bien qu’intermé­ ne pas dire irrégulière », avancent cas du glyphosate », se plaint commerce (OMC) la décision im­
le cerveau des enfants avant que souligne d’abord de « potentiels » diaire, suscite l’ire des fabricants : les avocats. L’avis de l’EFSA « af­ EPPA, l’EFSA a été poussée à « réa­ minente, et fixé les limites maxi­
la Commission européenne ne effets nocifs du chlorpyrifos sur Corteva, seul membre de la fecte irrémédiablement la réputa­ gir de manière excessive », « proba­ males de résidus sur les produits
propose une interdiction ». l’ADN des cellules. Ces effets dits « Chlorpyrifos Task Force » après tion de la substance, portant ainsi blement guidée par une forte pres­ d’importation au plus bas possi­
sion des ONG et des médias ». Il ble (0,01 mg/kg). En cas d’absence
met en cause l’approche de « lec­ de majorité au Scopaff, a­t­elle as­
Un avis scientifique sur un fongicide censuré par son producteur ture croisée » adoptée par l’agence
qui condamne le chlorpyrifos­
suré au Monde, elle « examinera la
possibilité de convoquer le comité
méthyl à partir d’une évaluation d’appel » pour passer outre. 
c’est un curieux avis scientifique que zèbe a été classifié « présumé toxique pour noircir le document et le rendre public dans des données du chlorpyrifos.
l’Autorité européenne de sécurité des ali­ la reproduction (catégorie 1B) et que les critè­ son intégralité. » Cet incident n’aura pas Il existe une « confusion » entre Cette deuxième phase
ments (EFSA) a mis en ligne. Le 20 novem­ res sont remplis pour l’identifier comme per­ impact sur le processus de demande de re­ les deux, selon un cadre d’As­ de l’enquête transfrontalière sur
bre, l’agence chargée de l’évaluation des turbateur endocrinien pour les humains ». nouvellement en cours, précise­t­il, une cenza joint par Le Monde. « La le chlorpyrifos est coordonnée
pesticides pour l’Union européenne (UE) Plus bas sont enfouis sous un surlignage version complète ayant été transmise aux pression politique et médiatique par Investigative Reporting
publiait ses conclusions sur le mancozèbe, noir le « risque élevé pour les oiseaux, les Etats membres de l’UE et à la Commission. autour du chlorpyrifos a eu un Denmark, en collaboration avec
un fongicide utilisé sur le blé, la vigne, les mammifères, les arthropodes [insectes] non Avant publication de ses opinions, l’EFSA impact négatif sur l’autre formu­ des journalistes de « Bayerischer
pommes de terre et les tomates. « Des su­ cibles et les macro­organismes du sol », et le les soumet aux industriels afin qu’ils signa­ lation, sans justification scientifi­ Rundfunk » et « Süddeutsche
jets de préoccupation sont identifiés », « risque élevé pour les organismes aquati­ lent d’éventuelles erreurs factuelles ou des que sérieuse. Le débat est devenu Zeitung » (Allemagne), « Knack »
énonce le résumé, on ne peut plus clair. ques ». Son avenir sur le marché européen informations sensibles restées apparentes, irrationnel et émotionnel. » (Belgique), « El Confidencial »
Impossible, pourtant, de savoir quels semble donc compromis. comme par exemple des données per­ Corteva n’est pas en reste. Dans (Espagne), « VG » (Norvège),
« domaines critiques » préoccupent tant sonnelles ou les noms d’auteurs d’études deux lettres datées des 6 sep­ « Newsweek » (Pologne),
l’agence : les mots qui l’explicitent ont été Pas d’impact sur la procédure confidentielles. Mais l’entreprise UPL Eu­ tembre et 11 octobre, la firme as­ « Ostro » (Slovénie), et le
soigneusement caviardés. Comme par L’EFSA ne cache pas son embarras. « Nous rope, dont l’interprétation extrême de cette sure qu’aucun des deux insec­ Midwest Center for Investigative
exemple : « La classification du mancozèbe regrettons d’avoir dû publier une version disposition légale a entraîné la censure ticides n’est génotoxique. Quant Reporting (Etats­Unis). L’enquête
en tant que [caviardé] et [caviardé]. » caviardée, a expliqué un porte­parole de des principales informations scientifiques, à leur neurotoxicité neurodéve­ bénéficie du soutien de
Une version non censurée, que Le Monde l’agence par courriel. Cela arrive très rare­ avait fait caviarder jusqu’à son nom…  loppementale, « il n’en existe pas Journalismfund.eu et de n­ost.
a pu consulter, permet de lire que le manco­ ment. Nous espérons bientôt pouvoir dé­ s. ho. de preuves », que ce soit « chez stéphane horel
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
16 | MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Données de santé : la plate­forme de la discorde
L’hébergement par Microsoft des informations collectées pour le Health Data Hub fait polémique

L
ancé officiellement di­
manche 1er décembre,
Pour ses
le Health Data Hub préfi­ détracteurs,
gure « la médecine de de­
main », selon le président Emma­
le projet suscite
nuel Macron, qui a annoncé, en des inquiétudes
mars 2018, la création de cette pla­
te­forme de recherche sur les don­
en matière de
nées de santé. Mais les modalités protection des
du projet suscitent des inquiétu­
des sur la protection de ces infor­
données et de
mations sensibles et posent des souveraineté
questions de souveraineté, au
moment où les géants américains
du numérique s’intéressent au qui permet au citoyen de deman­
secteur de la santé. der le retrait de ses données d’une
« L’ambition, c’est de mettre rapi­ base, explique Mme Combes. Mais
dement au service du plus grand la « pédagogie » reste à faire.
nombre notre patrimoine de don­ Le gouvernement assure que
nées de santé sous une forme ano­ l’hébergement est « réversible »,
nymisée, dans le respect de l’éthi­ c’est­à­dire transférable à un autre
que et des droits fondamentaux », acteur du cloud. L’offre d’OVH, qui
estime la ministre de la santé, a obtenu les certifications néces­
Agnès Buzyn. La plate­forme ser­ saires, est vue avec bienveillance.
vira de porte d’accès centralisée L’entreprise affirme « être en dis­
vers les bases de données de l’As­ cussion pour participer à la phase 2
surance­maladie, mais aussi des du projet ». Mais cette dernière dé­
hôpitaux, de la médecine de ville, pendra d’un appel d’offres pour le
etc. Et le Hub autorisera les re­ cloud souverain et ne sera pas lan­
cherches d’entités publiques et cée avant au moins un an. Pour­
d’entreprises privées. Dix­neuf quoi ne pas avoir pris le temps de
projets ont déjà été sélectionnés, régler toutes les questions ? « At­
par exemple sur « les parcours de tendre, c’est une perte de chance
soin après un infarctus » ou « la pour les patients, assume Stépha­
proportion de patients touchés nie Combes. Le fait que nos en­
par un effet indésirable ». treprises françaises puissent déve­
Mais plusieurs cadres d’hôpi­ lopper les applications de demain,
taux émettent des mises en garde. c’est aussi de la souveraineté. »
« Le stockage de ces données per­ Une allusion aux ambitions
sonnelles dans des clouds détenus dans la santé des américains
par des sociétés extra­européennes Google, Amazon, Apple, voire Fa­
serait un risque de nature à com­ cebook mais aussi des Chinois. En
promettre la confiance des pa­ Chine, Tencent met en relation les
tients », et le Hub pourrait fragili­ patients et les médecins mais offre
ser « l’expertise des centres hospi­ çais comme OVH. Mais ce choix a données partout dans le monde Microsoft, ajoute­t­elle. Les oppo­ gée d’un audit. Selon Mme Combes, aussi des services. Aux Etats­Unis,
taliers sur leurs données », s’in­ fait grincer des dents. lorsqu’elles sont hébergées par sants rétorquent, eux, que le « il n’a pas révélé de failles majeu­ la révélation d’un accord entre
quiète ainsi Martin Hirsch, le « Le concept du Health Data Hub une entreprise américaine. Cloud Act est opaque, que l’ano­ res » mais a débouché sur des Google et 150 hôpitaux créent la
directeur de l’AP­HP, dans une est bon (…). Mais tant qu’on n’a pas nymisation totale n’existe pas, et « conseils d’amélioration ». La CNIL, polémique. En France, ces déve­
note adressée au ministère de la de réponse sur le Cloud Act, je Chiffrement qu’un chiffrement peut être cassé. l’autorité de protection de la vie loppements servent d’arguments
santé et citée par Mediapart. conseille de confier le stockage de Pour Stéphanie Combes, la direc­ Microsoft dénonce les « fantas­ privée, doit aussi rendre un avis. à ceux qui prônent d’avancer vite
En effet, la première phase du ces données à des entreprises fran­ trice du Hub, les demandes du mes » sur le Cloud Act. « La certi­ « L’idée de centralisation et de mais nourrissent aussi les inquié­
projet repose sur le service d’hé­ çaises ou européennes », explique Cloud Act ne pourraient pas s’ap­ fication hébergeur de données de facilitation d’accès de l’ensemble tudes. Microsoft en fait un argu­
bergement de données, le cloud, le député LRM Pierre­Alain Ra­ pliquer car les données de la plate­ santé – qui impose notamment des données de santé à des acteurs ment : « Contrairement à d’autres
de Microsoft. Une décision justi­ phan. Comme M. Hirsch, l’élu es­ forme sont « pseudonymisées », des serveurs en France – répond à privés, réalisée sur l’autel de l’intel­ entreprises du cloud, nous ne déve­
fiée par la facilité juridique et la time qu’il y a un conflit juridique c’est­à­dire qu’elles contiennent la problématique de souverai­ ligence artificielle, ne peut qu’aler­ loppons pas en parallèle des servi­
volonté de rapidité : fin 2018, entre le règlement européen des des informations médicales per­ neté », estime l’entreprise. ter », estime La Quadrature du ces à partir de données de santé. »
l’entreprise américaine disposait données personnelles (RGPD) et sonnelles, mais pas le nom des pa­ La centralisation et la taille du Net, association de défense des li­ Une référence à peine voilée à
de la certification « hébergeur de le Cloud Act, une loi américaine tients. « De plus, les données se­ projet soulèvent des inquiétudes. bertés numériques. Quid du con­ Google et Amazon. 
données de santé », ce qui n’était qui permet à la justice des Etats­ ront chiffrées » et la clé de déchif­ L’Agence nationale de sécurité des sentement des patients ? Le RGPD alexandre piquard et
pas le cas des concurrents fran­ Unis de perquisitionner des frement n’est pas détenue par systèmes d’information a été char­ prévoit un « droit d’opposition » martin untersinger

La création d’un conseil de déontologie


des médias divise la profession
Voulue par le gouvernement, cette instance émettra des avis sur les pratiques journalistiques
© William Beaucardet

L’ accouchement se fait sur


fond de divergences pro­
fondes. Lundi 2 décem­
bre, le nouveau conseil de déon­
tologie journalistique et de mé­
nalistes, et plusieurs collectifs de
journalistes comme Informer
n’est pas un délit ou Profession pi­
giste, provoque une levée de bou­
cliers au sein des rédactions.
d’instance crée à l’extérieur de la
loi un code d’appréciation mo­
rale », estime Marc Feuillée, direc­
teur général du Figaro. « Le
Monde dispose déjà d’un comité
prône la création d’un « conseil de
l’ordre » de la presse. La profession
y voit l’ultime preuve de la vo­
lonté du pouvoir de la mettre au
pas. Pour calmer le jeu, le premier
diation devait tenir sa première d’éthique qui fonctionne, qui est ministre, Edouard Philippe, invite
assemblée générale. Cet organe se « Une fausse bonne idée » actif et qui traite de nos pro­ la profession à une grande réu­
présente comme une instance « Nous ne sommes pas contre un blèmes », ajoute Jérôme Fenoglio, nion en juillet, assurant que rien
« d’autorégulation, indépendante conseil de la presse, mais les condi­ le directeur du Monde. ne se fera par la contrainte.
de l’Etat ». « C’est un instrument de tions ne sont pas remplies. Rendre C’est le contexte dans lequel Depuis, le silence radio pré­
dialogue et de confiance du public des comptes à nos lecteurs, nous s’inscrit la création du conseil valait. Jusqu’à ce que l’ODI relance
dans les médias », indique son ins­ le faisons déjà quotidiennement », qui suscite le plus de réticence. les hostilités. Rappelant que la
tigateur Patrick Eveno, président explique Ellen Salvi, membre de « L’idée a été relancée avec grand sphère politique n’aura pas voix
de l’Observatoire de la déontolo­ la Société des journalistes (SDJ) intérêt par le gouvernement, qui a au chapitre dans ce conseil, Infor­
gie de l’information (ODI), une as­ de Mediapart. Dix­neuf SDJ de fait passer deux textes, entachant mer n’est pas un délit s’est désolé,
1 JOURNÉE, 4 CONCERTS, 8 ARTISTES sociation de veille du respect de la grands médias, parmi lesquels la liberté de la presse, la loi sur les dimanche 1er décembre, de la dé­
déontologie dans les médias. Le Figaro, l’AFP, L’Obs, Le Point, LCI fausses nouvelles et celle concer­ sertion des grandes sociétés de
PARIS, SALLE GAVEAU Ce conseil n’exercera aucune
sanction, mais émettra des avis
ou France Inter, ont signé la lettre
ouverte du site d’investigation :
nant le secret des affaires », note
Ellen Salvi. Alors que s’exacerbent
journalistes, à l’heure où seu­
lement « 24 % des Français [accor­
SAMEDI 7 DÉCEMBRE 2019, 14H sur les pratiques journalistiques. « Ce sont les lecteurs qui jugent les tensions entre Emmanuel Ma­ dent] encore leur confiance » aux
Les médias ont­ils bien fait leur les journalistes, pas les journalis­ cron et la presse, c’est l’ancienne médias. « Nous, professionnels de
WILHEM LATCHOUMIA travail lors de l’arrestation d’un
faux Xavier Dupont de Ligonnès,
tes qui se jugent entre eux », dé­
taille la missive. Pour le moment,
ministre de la culture, Françoise
Nyssen, qui, à l’automne 2018,
l’information, devons montrer au
public qu’il existe bien des normes
COWELL, FALLA, PROKOFIEV en octobre ? Ce genre de question la Société des rédacteurs du charge l’ex­patron de l’AFP Emma­ déontologiques dans l’exercice
sera soumise à la sagacité d’un Monde n’a pas pris position. nuel Hoog d’une mission sur le du journalisme », a plaidé Jean­
collège, réparti à parts égales De nombreux patrons de sujet. La ministre est aussitôt ap­ Christophe Boulanger, le fonda­
entre journalistes, éditeurs et presse, comme ceux du Figaro, du plaudie par Jean­Luc Mélenchon, teur de Contexte, un site d’infor­
INFOS & RÉSERVATIONS : grand public. S’il existe « dix­huit
conseils dans l’Union europé­
Parisien, des Echos ou du Monde,
sont également hostiles à ce
grand critique des médias, et qui a
tenté d’instaurer un tel organe
mation politique. « C’est une opé­
ration qui ne va pas se faire d’un
www.sallegaveau.com enne », en France, cette initiative, conseil, dont il faudra, en outre, fi­ par la voie législative. coup de baguette magique », phi­
soutenue par la CFDT­Journalis­ nancer le fonctionnement. « C’est En juin 2019, Cédric O, le secré­ losophe Patrick Eveno. 
tes, le Syndicat national des jour­ une fausse bonne idée. Ce type taire d’Etat chargé du numérique, sandrine cassini
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 économie & entreprise | 17

Bercy vole au secours Ferrari, piscines… General Motors


d’une filière automobile
en grande difficulté accuse Fiat Chrysler de corruption
Le ministère de l’économie lance deux fonds Des dirigeants du syndicat United Auto Workers et des cadres
de soutien et nomme un « M. Relocalisation »
du groupe italo­américain corrompus ont été condamnés à de la prison

J eudi 28 novembre, la filière


automobile réclamait un
plan d’urgence pour faire face
aux difficultés des indus­
par km payaient tous 12 500 euros
de malus. A partir de 2020, il n’y
aura plus de limite, et plus la voi­
ture achetée sera gourmande,
RÉCIT
new york ­ correspondant
classe, des dizaines de milliers de
dollars à des associations caritati­
ves dont les fonds étaient détour­
GM vise Sergio
Marchionne,
dicat a obtenu des actions Chrys­
ler après sa faillite).
Les versements débutent après

L
triels. Quatre jours plus tard, voici plus le consommateur paiera. orsque General Motors nés, et une piscine. la prise de contrôle par Fiat.
la réponse de Bercy : une série de A moins brève échéance, un (GM) a attaqué en justice M. Iacobelli ne s’était pas oublié,
patron de FCA M. Marchionne soigne M. Holie­
mesures à plus ou moins long « M. Relocalisation automobile » Fiat Chrysler Automobi­ s’offrant une Ferrari 458 Spider à de 2004 à sa field, lui offrant, en 2010, une
terme pour aider constructeurs, sera nommé, afin d’évaluer ce les (FCA), mercredi 20 no­ 350 000 dollars, deux stylos montre Terra Cielo, d’une valeur
équipementiers et sous­traitants qu’impliquerait un retour en vembre, l’accusant d’avoir cor­ Mont­Blanc d’une valeur chacun
mort, en 2018, de plusieurs milliers de dollars,
à affronter la mutation, sans pré­ France (en particulier, en termes rompu les syndicalistes de l’Uni­ de 35 700 dollars, une piscine et et artisan accompagnée d’un mot : « Cher
cédent, de l’industrie de la voi­ de baisse des charges) d’une ted Auto Workers (UAW) à ses dé­ une nouvelle cuisine dans sa mai­ General, j’ai déclaré le cadeau à
ture, une « dédiésélisation » bru­ partie de la production qui a pens, le groupe italo­américain a son du Michigan.
de la reprise moins de 50 dollars. Cela devrait
tale ces deux dernières années quitté l’Hexagone ces dix derniè­ répondu par un communiqué of­ Le but était d’avoir des inter­ de Chrysler supprimer les conflits d’intérêts. »
et une électrification à marche res années. Il s’intéressera en par­ fusqué. « Nous sommes stupéfaits locuteurs syndicaux « gras, idiots GM assure que son rival a ob­
forcée pour raisons environne­ ticulier à la fabrication de cita­ par cette plainte et son calendrier. et heureux », confia au FBI Jerome tenu, en échange, des concessions
mentales dans un contexte de dines (Renault Clio, Peugeot 208), Nous ne pouvons que supposer Durden, le comptable de la firme ment les cartes de crédit à son que lui n’a jamais obtenues : le
baisse mondiale des ventes auto­ qui constituent le cœur des que celle­ci est destinée à perturber italo­américaine qui effectuait les nom pour passer des séjours droit d’embaucher sans limite des
mobiles. Plus de 15 000 emplois achats automobiles des Français. notre projet de fusion avec [l’entre­ versements – il a été condamné à mirobolants à Palm Springs, oa­ syndiqués à des salaires infé­
seraient menacés en France par C’est Hervé Guyot, un vétéran prise française] PSA et nos négo­ quinze mois de prison en 2018, sis chic dans le désert cali­ rieurs aux ouvriers recrutés avant
la seule baisse des ventes de véhi­ du secteur, précédemment direc­ ciations en cours avec l’UAW », a ri­ tandis qu’un négociateur de Fiat, fornien, s’acheter du matériel de 2007, le recours plus facile aux
cules diesel. teur de la stratégie de l’équipe­ posté Fiat, qui a d’ailleurs signé, Michael Brown, a reçu une peine golf et des produits de luxe – intérimaires, une stratégie pour
Lundi 2 décembre, le ministre mentier Faurecia, qui est chargé samedi 30 novembre, un accord d’un an. M. Williams est dans le collima­ réduire les dépenses de médica­
de l’économie, Bruno Le Maire, a de cette mission. de principe portant sur une nou­ teur, mais n’a pas été inculpé. La ments. « Les négociateurs de GM
dévoilé dans Le Parisien trois me­ Le solde commercial de l’auto­ velle convention collective de Raids du FBI manœuvre palliait aussi les diffi­ ont demandé d’appliquer cette
sures qui devaient être détaillées mobile a atteint, en 2018, un défi­ quatre ans avec UAW. Le groupe Lorsque l’affaire a éclaté, en 2017, cultés financières du syndicat, qui méthode plus économique, mais
dans la journée. D’abord, pour cit record : – 12,4 milliards d’euros, italo­américain estime surtout chacun a fait mine de s’offusquer, avait été obligé de piocher dans sa l’UAW a refusé », stipule la plainte.
faire face aux difficultés immé­ le double de 2015. Au milieu que « la plainte de GM n’est rien faisant porter la responsabilité à réserve de grève. Résultat, en 2015, FCA parvient à
diates de plusieurs dizaines d’en­ des années 2000, l’automobile d’autre qu’une tentative sans va­ quelques brebis galeuses. General On imaginait que ces dépenses réduire ses coûts horaires à 47 dol­
treprises identifiées par les servi­ française générait un excédent leur de détourner l’attention de ses Holifield étant décédé deux ans étaient faites pour acheter la paix lars, lorsque ceux de son concur­
ces de l’Etat et la Plateforme auto­ de plus de 10 milliards d’euros et propres difficultés ». plus tôt, le président de l’époque sociale et faciliter la conclusion rent restent à 55 dollars. Second
mobile, qui représente 4 000 en­ constituait le premier contri­ Tout n’est pas faux dans cette de l’UAW, Dennis Williams (2014 à d’accords favorables pour l’entre­ grief, en 2014, lorsque l’italo­amé­
treprises et 400 000 salariés en buteur positif au commerce exté­ réaction : le constructeur de De­ juin 2018), a pu prétendre sans prise. Dans sa plainte, déposée ricain tente de prendre le contrôle
France, deux fonds sont créés. rieur de la France. troit (Michigan) sort d’une grève crainte que ces allégations « dés­ plus de deux ans après les premiè­ de GM, ce dernier accuse les lea­
L’un est destiné à accompagner Enfin, M. Le Maire devrait an­ de quarante jours, souffre d’un honoraient le syndicat et les va­ res mises en accusation du mi­ ders de l’UAW d’avoir poussé en fa­
de façon fine les sociétés à se di­ noncer une avancée sur le front écart de productivité avec ses leurs que nous avons défendues nistère de la justice, GM apporte veur du rachat. Surtout, à la sur­
versifier dans des marchés plus de l’industrie de la batterie, com­ concurrents et n’est pas mécon­ depuis plus de quatre­vingts ans » une nouvelle lecture de l’affaire. prise générale, le syndicat com­
porteurs que leur cœur tradition­ posant essentiel des voitures élec­ tent d’embarrasser FCA en ce mo­ et que « l’UAW n’avait aucune con­ Cette corruption visait à aider Fiat mence la négociation quadri an­
nel de métier. Le second est un triques (elle représente entre 30 % ment délicat. naissance de ces activités fraudu­ Chrysler à se redresser, mais aussi nuelle de 2015 non pas avec GM,
fonds mis en place par Bpifrance et 40 % de la valeur du véhicule). Mais il est surtout vrai que des leuses ». Même discours chez l’en­ à pénaliser son concurrent GM. mais Fiat Chrysler. Or l’accord con­
pour garantir des prêts ou accor­ Le ministre inaugurera, en jan­ dirigeants de ce dernier ont cor­ treprise, qui expliquait avoir été Dans sa plainte de 95 pages, ce clu avec une des trois entreprises
der des facilités de trésorerie. vier 2020, une usine pilote sur rompu, depuis des années, les « victime de malfaisance », dont dernier vise Sergio Marchionne, de Detroit (Ford, GM et FCA) s’ap­
un site de Saft (filiale de Total), si­ responsables syndicaux de l’UAW, elle n’avait pas connaissance. patron de Fiat de 2004 à sa mort plique ensuite aux deux autres.
Un déficit record tué à Nersac (Charente). Deux comme l’a révélé, dès 2017, une Sauf que l’affaire ne s’est pas ar­ en 2018, et artisan de la reprise de In fine, accuse l’américain, « Mar­
Cette première salve de mesures, cents emplois pourraient y être enquête de la police fédérale (FBI) rêtée là. Le FBI a poursuivi ses Chrysler en 2009 pendant la terri­ chionne a structuré l’accord de telle
d’un montant total de 50 millions créés. Ce site constitue la pre­ qui n’en finit pas de mettre au enquêtes, faisant condamner ble crise financière. sorte qu’il induise des coûts supplé­
d’euros, sera financée par le ma­ mière brique de cet « Airbus des jour les pratiques illicites du syn­ sept dirigeants syndicaux (jus­ A l’époque, Detroit est en faillite, mentaires non prévus pour GM ».
lus automobile payé à l’achat sur batteries » que le gouvernement dicat. Ce qui a conduit à la démis­ qu’à un an de prison) et multi­ plombée par la crise et ses coûts. La manœuvre aurait fait passer
les véhicules les plus émetteurs tente de mettre en place à l’échelle sion de son président, Gary Jones pliant, aujourd’hui encore, les Marchionne achète Chrysler et l’augmentation de facture sala­
de CO2. Ce malus sera, conformé­ européenne. Une deuxième (en fonction de juin 2018 à no­ raids et les actions judiciaires. cherche à tisser des liens privilé­ riale de 1 milliard à 1,9 milliard de
ment aux annonces de M. Le usine, cette fois de dimension vembre 2019), dont le domicile a Tout un système a été dévoilé. Le giés avec l’UAW et son négocia­ dollars sur quatre ans et affaiblis­
Maire, fin novembre, déplafonné. plus importante, devrait voir le été perquisitionné en août. compte en banque du centre de teur en chef, General Holiefield. sait GM durant la tentative de ra­
Jusqu’ici, les véhicules émet­ jour, en France, en 2022.  Le cas le plus édifiant est celui formation était alimenté par le Il doit lui faire accepter une ré­ chat, finalement avortée.
tant plus de 173 grammes de CO2 éric béziat d’Alphons Iacobelli, ancien vice­ groupe automobile tandis que les duction des coûts et a besoin de GM demande des indemnités et
président responsable des res­ syndicalistes utilisaient allègre­ lui en tant qu’actionnaire (le syn­ des dommages punitifs qui triple­
sources humaines de Fiat Chrys­ raient la peine, pour un montant
ler, condamné à cinq ans et demi que JP Morgan a estimé entre 6 et

CON CU R R E N CE cité en ligne, aux services de


de prison en 2018 après avoir
plaidé coupable. Il avait siphonné
PSA-FCA : un accord de fusion signé 15 milliards de dollars. Mais il doit
prouver que son préjudice est di­
Bruxelles enquête publicité ciblée, aux services les fonds d’un centre de forma­ au tournant de 2019-2020 rect. La démonstration n’est pas fa­
sur Google d’authentification et aux na­ tion commun avec le syndicat, le Le protocole d’accord détaillant les conditions de la fusion entre cile : les victimes directes sont plu­
Les autorités européennes de vigateurs Internet. National Training Center, pour le français PSA et l’italo-américain Fiat-Chrysler (FCA) devrait être tôt les salariés de Fiat, affligés d’ac­
la concurrence enquêtent arroser le négociateur syndical en signé « dans quelques semaines, soit avant Noël, soit immédiate- cords moins favorables en raison
sur les pratiques de Google VIGNOBLE chef, General Holiefield et sa ment après la fin de 2019 », a indiqué au Monde, dimanche 1er dé- de la corruption de leurs représen­
en matière de collecte et LVMH acquiert femme Monica Morgan : 1,2 mil­ cembre, une source proche du dossier. Le projet avance à un tants. L’attaque judiciaire est sans
d’utilisation de données, a ré­ le Château d’Esclans lion de dollars (environ 1,09 mil­ rythme soutenu : sur le plan social, les comités de groupe Monde, précédent dans les mémoires. Elle
vélé l’agence Reuters, samedi LVMH a annoncé, vendredi lion d’euros au taux de conver­ Europe et France ont donné leur accord au projet, et neuf groupes révèle la nervosité de GM, dans un
30 novembre. Le régulateur 29 novembre, prendre le sion actuel) entre 2009 et 2013, de travail conjoints sur les grands chapitres de la fusion (juridi- contexte économique sans doute
s’intéresse notamment aux contrôle de Château d’Es­ dont 262 000 dollars pour rem­ que, finances, technologie, industrie, gouvernance…) travaillent moins florissant qu’espéré chez les
données liées aux services lo­ clans, un producteur de vin bourser un emprunt immobilier, d’arrache-pied. « Le conflit entre General Motors et FCA ne gêne en constructeurs de Detroit. 
caux de recherche, à la publi­ rosé haut de gamme. des billets d’avion en première rien le rythme des discussions », précise cette même source. arnaud leparmentier

L’offre d’emploi du jour

Dessinateur / Saint-Valery-
PASQUIER projeteur (H/F) en-Caux (76)

www.lemonde.fr/emploi avec

Les offres d’emploi


Toute l’actualité liée à l’emploi se trouve
sur le site du Monde.
www.lemonde.fr/emploi
0123
18 | économie & entreprise MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

La drôle de guerre des GAFA


marché du service aux entreprises, une lutte
sourde a lieu sur le très lucratif domaine de
l’hébergement en ligne cloud : le leader,
Amazon, est mis au défi par Microsoft, et
Google continue d’investir, là encore, des
milliards de dollars dans de gigantesques
centres de données.
Parmi les terrains d’affrontement pointent
aussi en bonne place les appareils domesti­
ques, dont les enceintes connectées, que
chaque GAFA équipe de son assistant per­
sonnel à commande vocale. Sans oublier le
secteur de la santé, qui les intéresse tous les
quatre. Google vient d’ailleurs de racheter le
fabricant de bracelets connectés Fitbit… que
Facebook convoitait aussi.
Pourquoi les GAFA n’hésitent­ils plus à ve­
nir « au contact », comme on dit dans la
boxe ? C’est parce que, après avoir explosé,
la croissance de leurs marchés ralentit sé­
rieusement, explique Benoit Flamant, qui
parle de « courbe en S ». Investisseur de lon­
gue date dans le numérique et aujourd’hui
responsable « gestion actions » à la société
suisse Corraterie Gestion, il estime que le
marché du smartphone est saturé depuis
2016. C’est pour cela qu’Apple, trop dépen­
dant de l’iPhone, se lance massivement
dans les services. Même constat, selon lui,
pour le marché de la publicité de Google et
Facebook, lui aussi « très avancé ». Celui
d’Amazon est en revanche moins mature,
l’e­commerce pesant environ 15 % du com­
merce de détail.

Larry Page, cofondateur de Google. Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook. Tim Cook, PDG d’Apple. BATAILLE D’IMAGE
BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES CLODAGH KILCOYNE/REUTERS STEPHEN LAM/REUTERS STEPHEN LAM/REUTERS « Ces entreprises sont fondées sur l’aspiration
à la croissance, ajoute un ancien salarié
d’une d’entre elles. Elles doivent maintenir la
forte hausse de leur cours de Bourse. En plus,
leurs dirigeants ont une peur aiguë que leur
La hache de guerre semble déterrée entre Google, Amazon, société ne soit plus là dans vingt ans. D’où la
recherche intense de relais de croissance… »
DOSSIER Facebook et Apple. Chacun de ces géants du numérique L’expansion internationale apparaît alors
comme une solution logique. Mais, au cours
empiète sur le terrain de son voisin. Amazon fait une des cinq dernières années, « on a compris

L
e tacle était subtil, mais il n’a que l’économie numérique n’était pas si
échappé à aucun initié : en jan­ entrée fracassante sur le marché de la publicité, chasse globale que cela », souligne Nicolas Colin.
vier, à Las Vegas, lors du fameux Comme Uber, Google, Facebook et Amazon
Salon de l’électronique, Apple a gardée de Google et de Facebook, qui tentent, eux, ont dû abandonner leurs rêves de s’installer
placardé une affiche géante sur en Chine. Et leurs positions en Asie du Sud­
un immeuble, avec le slogan : de se faire une place dans l’e­commerce. Autres secteurs Est ou en Afrique sont fragiles. « Leur marché
« Ce qui se passe sur votre iPhone reste sur vo­ potentiel s’est rétréci. Donc, elles se sentent à
tre iPhone ». Tous ont vu dans ce message convoités, les appareils domestiques et la santé l’étroit et se bousculent », décrit l’essayiste.
une provocation non dissimulée envers les D’où la tendance à vouloir se concentrer
géants de la donnée publicitaire Google et sur leurs utilisateurs actuels en leur propo­
Facebook… d’autant plus que la publicité sant de nouveaux types de services et de
surplombait le métro aérien de la ville, dont produits. « L’idée est d’apporter davantage de
les rames étaient pour l’occasion repeintes valeur aux consommateurs », explique
de l’apostrophe « Hey Google ! » merce. Depuis septembre, « Acheter sur Goo­ « On assiste à une course aux armements Mme Milanesi. Les GAFA suivent ici un mo­
Car désormais, la guerre est déclarée entre gle » propose des produits de Carrefour, Fnac­ pour accéder aux consommateurs et aux en­ LES  dèle chinois : WeChat, une application qui
Google, Amazon, Facebook et Apple, ces Darty ou Kickers. Facebook tente, lui, treprises clientes de la prochaine décennie », « PORTE­AVIONS »  mêle réseau social, messagerie, plate­forme
GAFA qui font peur à la terre entière et dont d’imposer son projet de monnaie numéri­ estime Daniel Ives, analyste pour la société de vidéo, système de paiement en ligne…
on imagine parfois qu’ils se partagent le que, la libra, et de rapprocher ses messageries d’investissement Wedbush Securities. Sur le DU WEB FONT  C’est la logique de club ou de « jardin fermé »
monde du numérique en bonne intelligence. WhatsApp, Messenger et Instagram. L’objec­ versant grand public, c’est la bataille des qu’avait tenté d’imposer le fournisseur d’ac­
Pour Cyril Vart, le vice­président de Faberno­ tif affiché : faire décoller les ventes sur ses ré­ « contenus ». Apple lance, à coups de mil­ AUJOURD’HUI  cès AOL au début des années 2000, note
vel, une agence de conseil en numérique, ce seaux sociaux, afin que les marques y inves­ liards de dollars, des services de séries et de M. Vart. Après une « phase de spécialisa­
n’est plus vrai, alors que, « jusqu’à récem­ tissent davantage. films, ainsi que de musique, qui concurren­
CE QU’ON APPELLE  tion », ce serait le retour des « agrégateurs ».
ment, dit­il, ils n’avaient pas intérêt à entrer en « Ces quatre acteurs investissent aussi de ceront ceux d’Amazon, mais aussi du leader EN MARINE  Paradoxalement, au moment où leurs
conflit entre eux, car il y avait assez de valeur à nouveaux marchés, comme les services de la vidéo par abonnement Netflix, ainsi stratégies se rapprochent, Google, Amazon,
gagner sur leurs marchés d’origine ». bancaires », relève Nicolas Colin, essayiste que les plates­formes de vidéo gratuites de « ROUTE  Apple et Facebook se livrent une bataille
Même Carolina Milanesi, l’analyste star de et cofondateur de The Family, un « accom­ Google et Facebook. d’image pour se différencier les uns des
la Silicon Valley, aujourd’hui au cabinet de pagnateur de start­up ». Face à la libra, Goo­ Cette ruée vers le streaming se prolonge DE COLLISION » autres. Car leur réputation s’est ternie de­
prospective Creative Strategies, reconnaît gle s’est associé à la mi­novembre avec la dans le jeu vidéo : Amazon a racheté la plate­ puis l’élection du président Donald Trump
que les temps ont changé : « Il y a plus de ten­ banque Citigroup, alors que sont déjà lan­ forme Twitch, alors que Google et Apple et le scandale Cambridge Analytica, ce pres­
sion entre eux qu’avant. Aujourd’hui, leurs cés les services Apple Pay, Apple Card, Ama­ viennent de lancer les services Stadia et tataire qui a récupéré indûment des mil­
domaines d’action se recoupent davantage. » zon Pay ou Amazon Cash. Arcade, sans que Facebook ait abdiqué. Sur le lions de profils d’utilisateurs de Facebook.
Leurs terrains étaient, en effet, autrefois
bien séparés : à Google la publicité sur la re­
cherche, à Facebook celle sur les réseaux so­
ciaux, à Amazon l’e­commerce et à Apple les
« Les vieilles habitudes n’ont pas disparu »
téléphones, tablettes et ordinateurs. Mais les
« porte­avions » du Web font aujourd’hui ce margaret o’mara est l’auteure de Puis, à l’ère de l’ordinateur personnel économiques différents : la publicité Mais paradoxalement, ils conti­
qu’on appelle en marine « route de colli­ The Code : Silicon Valley and the et de l’Internet, dans les années 1980 pour Google et Facebook, la vente nuent d’aller vers de nouveaux mar­
sion ». Leurs itinéraires peuvent les mener à Remaking of America (Penguin, non et 1990, la grande bataille s’est cristal­ d’appareils pour Apple, le commerce chés et de racheter des entreprises,
se percuter. traduit, 512 pages), un livre sur l’his­ lisée autour d’Apple et Microsoft. Elle pour Amazon… comme Google avec le fabricant de
toire du fief californien de l’industrie a même opposé la Silicon Valley et Mais c’est étourdissant de voir com­ bracelets connectés Fitbit.
RUÉE VERS LE STREAMING technologique américaine. Profes­ Microsoft, installé à Seattle, plus au bien d’activités ces groupes mènent
Certains, comme des rivières, sortent de leur seure d’histoire à l’université de nord. Le procès antitrust de Micro­ aujourd’hui. Auparavant, Intel faisait Cela implique une sorte
lit. Ainsi, Amazon a fait une entrée fracas­ Washington, elle rappelle que les soft a ainsi été lancé à la suite des des microprocesseurs, Apple des or­ de dualité…
sante sur le marché de la publicité, chasse gar­ tensions entre géants du numérique plaintes d’une entreprise de la Silicon dinateurs… Aujourd’hui, la bataille Oui. Ces groupes ont en ce moment
dée du duopole Google­Facebook. Quasi ont parfois été plus vives dans le Valley, Netscape. est multifronts. une identité double : ils reconnais­
inexistants il y a trois ans, ses revenus vont passé. Mais elle souligne, dans un en­ Paradoxalement, Microsoft était à sent devoir changer leurs pratiques,
atteindre 14 milliards de dollars (12,7 milliards tretien, la puissance et la diversifica­ ses débuts un partenaire de la Silicon Les GAFA ne mènent­ils pas afin de repousser le front politique bi­
d’euros) en 2019, selon l’institut eMarketer. tion inédites de Google, Amazon, Fa­ Valley et d’Apple. Mais quand la aussi une bataille d’image ? partisan qui s’oppose à eux et, simul­
Amazon ne s’est arrogé « que » 4,2 % du mar­ cebook et Microsoft. guerre entre Apple et l’industrie du Si, bien sûr. L’ambiance politique tanément, ils cherchent toujours à
ché mondial de la publicité en ligne – contre PC a gagné en intensité, la relation est autour du secteur « tech », qui était croître au maximum…
31 % pour Google et 20 % pour Facebook –, Les tensions actuelles entre les devenue moins amicale entre Bill Ga­ l’enfant chéri des Etats­Unis, a radi­ Leurs vieilles habitudes n’ont pas
mais sa part devrait atteindre 10 % en 2021 géants du numérique sont­elles tes et Steve Jobs. La rivalité actuelle calement changé depuis l’élection disparu, malgré le climat politique
aux Etats­Unis. Le groupe de Jeff Bezos a éga­ plus fortes que par le passé ? entre les dirigeants de la « big tech » du président Donald Trump en no­ hostile. Cela vient peut­être de l’atti­
lement lancé son propre outil de mesure de La Silicon Valley a toujours été un n’est pas aussi âpre que l’opposition vembre 2016. Des entreprises tude des dirigeants du secteur, qui se
l’efficacité des campagnes publicitaires, qui endroit très concurrentiel. Dans cette entre le fondateur de Microsoft et comme Apple et Microsoft répètent disent : « Ce mauvais moment va pas­
vient concurrencer ceux de Google et de Fa­ région longtemps isolée, où les diri­ celui d’Apple. qu’elles souhaitent des lois pour ser. Il suffit de faire le dos rond en con­
cebook, « qui sont déjà en guerre l’un contre geants se connaissaient souvent, mieux protéger la vie privée. Elles tinuant à développer notre business,
l’autre », note Emmanuel Brunet, le PDG c’était une compétition amicale mais En quoi la rivalité actuelle entre tentent de se poser en bon citoyen. parce qu’à la fin, c’est nous qui aurons
d’Eulerian, acteur indépendant de ce do­ intense. C’était le cas, dans les années Google, Amazon, Facebook Les leaders du numérique s’em­ raison. » 
maine. Effet miroir, Google et Facebook ten­ 1960 et 1970, dans l’industrie des mi­ et Apple est­elle singulière ? ploient à protéger leurs activités des propos recueillis par
tent, eux, de se faire une place… dans l’e­com­ croprocesseurs, entre Intel, AMD… On oublie parfois leurs modèles réglementations à venir. al. p.
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 économie & entreprise | 19

De multiples terrains d’affrontement potentiels


Les secteurs d’activité dans lesquels les GAFA se concurrencent

80 € Système d’exploitation
90 €
L’environnement mobile d’Apple, iOS,
20 € équipe les produits maison Iphone, iPad, etc.
Pub Les téléphones et tablettes concurrents
Commerce embarquent Android (Google). La bataille
se prolonge entre les magasins d’applications
Amazon a pris pied sur le marché Apple Store et Google Play
publicitaire, dominé par Google
et Facebook. Dans l’e-commerce, terrain
de prédilection d’Amazon, Google lance
Vidéos et musiques Enceintes
une plate-forme et Facebook développe
en streaming connectées
cette activité sur ses réseaux,
dont WhatsApp et Instagram Apple TV+ et Amazon
Prime Video concur-
rencent Netflix, Apple
Music et Amazon Music
Spotify, alors que Google
et Facebook sont présents
Google dans la vidéo et la musique
gratuites. Amazon (Echo),
Google (Home) et Apple
Apple (HomePod) s’affrontent
Facebook dans les enceintes
connectées
Amazon
Infrastructures cloud Santé
Dans les services d’hébergement Google nourrit de grandes ambitions,
de données dans le cloud pour à travers son service d’hébergement
les entreprises, Amazon est leader, de données. Il a racheté les bracelets
devant Microsoft, mais Google connectés Fitbit, alors qu’Apple compte
continue d’investir lourdement sur sa montre Watch pour pénétrer
le marché. Amazon est aussi présent

Evolution du chiffre d’affaires des GAFA,


en milliards de dollars
300
Evolution des bénéfices, en milliards de dollars
250 265,6
60
232,8 59,5
200 50
e
Appl 40
150

ple
n 136,8 Paiement 30
100 azo gle 30,7

Ap
Am Goo Facebook a créé la polémique avec
65,2 son projet de monnaie numérique
20 22,1
50
34,2 55,8 14 Google
la libra. Mais, en parallèle, il a déjà lancé 10
29,3 Facebook 8,5 o n 10
0
1,9
un service de paiement, tout comme
0 1,1 Facebook Am a z
Amazon. Apple et Google développent 0,6
2010 2012 2014 2016 2018 des services en partenariat avec -10
des banques
Source : Sociétés Infographie : Audrey Lagadec, Maxime Mainguet, Alexandre Piquard 2010 2012 2014 2016 2018

Face à l’adversité, les GAFA sont tentés par à leur cœur d’activité, analyse M. Flamant. Où cette nouvelle rivalité entre les GAFA L’un de ces quatre mousquetaires pour­
le chacun­pour­soi. Apple a ainsi profité des Et entre ces géants de la tech, « il y a eu dans AMAZON,  va­t­elle mener ? Ils pourraient être poussés rait­il devenir le maillon faible, voire mou­
déboires de Facebook pour se poser en le passé des épisodes plus tendus », rappelle AVEC SON RÉSEAU  à se convertir à d’autres modèles économi­ rir ? « Une des pistes de réflexion est l’analyse
champion de la vie privée, en bloquant cer­ M. Colin : quand, en 2009, Google a racheté ques, comme le payant pour Google dans la de la solidité du cœur de métier de chacun :
tains outils de traçage des internautes ou le système d’exploitation mobile Android, D’ENTREPÔTS,  santé, pense Mme Milanesi, pour qui le plus l’activité serait tangible, plus elle serait
en réclamant une loi pour réguler « le com­ son dirigeant, Eric Schmidt, a ainsi dû dé­ consommateur pourrait bénéficier de la pérenne », répond M. Colin. A ce jeu­là,
plexe industriel des données ». « Le respect de missionner du conseil d’administration SERAIT LE PLUS  bataille en cours. Amazon, avec son réseau d’entrepôts, serait
la vie privée ne peut pas être un produit de d’Apple, devenu un concurrent. Mais, à force de vouloir enfermer le client le plus « solide » et Facebook le plus « fra­
luxe », a riposté le PDG de Google, Sundar Ces entreprises se décrivent de longue date
« SOLIDE » ET  dans une toile de services en tous genres, gile ». L’entreprise de Jeff Bezos pourrait­
Pichai, en référence aux prix élevés d’Apple. comme des « frenemies » – à la fois ennemis FACEBOOK LE PLUS  ils prennent un risque. « Tout centraliser, ça elle être le grand gagnant ? Pourquoi pas.
« C’est nouveau que ces dirigeants se criti­ et amis. Google verse, par exemple, des mil­ ne marche pas », estime Nicolas Colin, qui D’autant qu’elle échappe aux tensions com­
quent en public. Apple a rompu une règle ta­ liards à Apple pour être le moteur de recher­ « FRAGILE » rappelle qu’Apple n’a pas réussi à imposer merciales entre les Etats­Unis et la Chine,
cite : on ne tire pas publiquement sur le voi­ che par défaut sur les iPhone. Et ces entrepri­ son service de cartographie sur ses iPhone, qui menacent les usines et les ventes d’Ap­
sin », dit dans un sourire un connaisseur du ses font parfois cause commune au sein car celui de Google est jugé meilleur par les ple, note M. Colin.
secteur. d’associations professionnelles comme le utilisateurs. « On observe la bataille entre les géants oc­
« Les groupes cherchent à détourner l’atten­ CCIA, aux Etats­Unis, ou l’ASIC, en France. cidentaux, mais il faut se rappeler que les Chi­
tion vers les autres pour se protéger des me­ Même si, dans ce dernier syndicat, des « cris­ « SE RAPPELER QUE LES CHINOIS SONT LÀ » nois sont là », prévient Carolina Milanesi.
naces politiques », commente M. Flamant. pations » sont aussi apparues, raconte un Du coup, « il est possible que le cœur de busi­ Jusqu’ici, Tencent, la maison mère de We­
Les autorités de la concurrence laissent en membre : « Chacun joue un peu sa carte per­ ness de ces géants recule avant qu’ils n’aient Chat, ou son compatriote Alibaba se sont
effet planer la menace d’un démantèlement sonnelle. Avant, on jouait plus la carte de l’in­ eu le temps de faire monter leurs nouvelles concentrés sur leur marché intérieur. Mais
de certains actifs : les réseaux WhatsApp et dustrie. » Certains auraient été agacés que activités », souligne Benoit Flamant. Dans ils débordent en Asie et en Afrique. Et s’inté­
Instagram pour Facebook, le moteur de re­ Facebook lance en solo un projet de « Cour ce cas, ils verraient les investisseurs bour­ ressent à l’Europe, selon Cyril Vart : « Leur
cherche pour Google, le magasin d’applica­ suprême » de modération des contenus ou siers exiger d’eux le versement de dividen­ expansion peut créer une surconcurrence. Si
tions App Store d’Apple, la place de marché qu’Amazon annonce de son côté qu’il allait des ou des rachats d’actions pour mainte­ ça se trouve, tout cela se finira par un duel
pour Amazon… répercuter la « taxe GAFA » française sur les nir un cours de Bourse jusque­là dopé par Google­Tencent », déclare­t­il en souriant. 
prix de ses commissions. la croissance. alexandre piquard
À LA FOIS ENNEMIS ET AMIS
Chacun s’efforce donc de montrer qu’il n’est
pas un GAFA menaçant, mais un gentil : Fa­
cebook assure rester dans son cœur de mé­
En Chine, le duel Alibaba-Tencent écrase l’Internet
tier – « connecter les gens entre eux » – et ne
se plier qu’aux évolutions des besoins des au fil des ans, l’affrontement entre géants. Il suffit de regarder la carte res avec chauffeur avec Didi, l’une des Actuellement, Meituan vaut
utilisateurs, friands de messageries privées. les géants de l’Internet chinois a pris des acteurs de l’Internet chinois pour rares start­up à compter les deux ri­ 67,5 milliards d’euros, contre 37 mil­
Amazon se décrit en groupe qui exerce dans un air de duel : Alibaba, fondé par s’en convaincre : derrière Alibaba, les vaux parmi ses investisseurs. liards pour Baidu. Mais Meituan est
le monde physique et emploie 650 000 per­ l’exubérant Jack Ma, domine le com­ numéros deux et trois du commerce Quant à Baidu, le moteur de recher­ étroitement lié à Tencent.
sonnes. Google se pose en défenseur du merce en ligne et, de plus en plus, le en ligne, JD. com et Pinduoduo, sont che qui fit un temps jeu égal avec les Le seul indépendant qui sorte vrai­
« Web ouvert » face aux réseaux sociaux et commerce physique. Tencent, bébé détenus respectivement à 18 % et deux géants pour former le trio ment du lot est ByteDance. La
aux applications, plus « fermés ». Apple bran­ du discret Pony Ma, est le champion 16,9 % par Tencent. Le champion des « BAT », il a été distancé depuis long­ start­up la plus chère du monde (esti­
dit la vie privée et la sécurité… des réseaux sociaux avec l’omnipré­ réseaux sociaux est également pré­ temps, faute d’avoir su négocier le mée à 70 milliards d’euros) est le
Pour M. Colin, une « perturbation » supplé­ sent Wechat, mais aussi du divertis­ sent dans la musique avec QQmusic, passage au smartphone. Aujourd’hui, champion du divertissement ciblé,
mentaire s’ajoute à la bataille d’image en sement : médias, films, jeux vidéo. dans la vidéo avec Tencent Video, Baidu a la même valeur qu’en 2010, grâce à de puissants algorithmes ca­
cours entre les GAFA : l’élection de Donald Tous deux détiennent les porte­ dans l’édition en ligne avec Tencent alors que celle de Tencent a été multi­ pable d’apprendre rapidement les
Trump, qui « les oblige à se positionner ». feuilles électroniques utilisés massi­ Literature, et domine le marché mon­ pliée par dix depuis lors, tandis que préférences des utilisateurs. C’est le
Choyés sous Barack Obama, ils sont dé­ vement par les Chinois, Wechat Pay dial des jeux vidéo, contrôlant les celle d’Alibaba a doublé depuis son créateur de Jinri Toutiao, un agréga­
peints en adversaires de l’actuel président et Alipay. Aujourd’hui, Alibaba est principaux studios mondiaux dont introduction en Bourse en 2014. teur d’information, et de Douyin et
des Etats­Unis. Doivent­ils faire le dos rond valorisé 487 milliards de dollars Riot Games, Ubisoft et Supercell. Pour trouver la concurrence, il faut TikTok, applications de vidéos cour­
ou se distinguer comme ennemi ou comme (442 milliards d’euros) et Tencent plutôt regarder du côté des nou­ tes. L’entreprise est récemment pas­
allié de Donald Trump ? Des rapproche­ 404 milliards, pas si loin de Facebook Baidu distancé par les deux géants veaux venus : Meituan, entré en sée devant Baidu et Tencent en ma­
ments avec les républicains ont été opérés, et ses 570 milliards de dollars. Une De son côté, Alibaba est présent dans Bourse en 2018 à Hongkong, est une tière de revenus publicitaires. Mais le
mais ils ont suscité des critiques internes avance écrasante alors qu’aucune les livraisons avec Ele.me, numéro application à tout faire, un peu numéro un reste Alibaba, qui, avec sa
d’employés. Ces tâtonnements éthiques et autre entreprise du Web n’atteint les deux du secteur ; dans la vidéo avec comme Alipay et WeChat : spécialisé seconde introduction en Bourse à
politiques jouent un rôle dans une autre 100 milliards de dollars. Youku ; dans les médias avec le quoti­ dans la livraison de repas, Meituan Hongkong le 26 octobre, pourrait
lutte cruciale pour ces groupes : celle pour D’autant qu’il est aujourd’hui diffi­ dien hongkongais South China Mor­ offre aussi des services d’achat de tic­ bien dominer un peu plus l’Internet
attirer les « talents », très sourcilleux sur les cile de réussir sans le soutien – et ning Post ; dans la distribution avec kets de cinéma ou d’agence de voya­ chinois. 
valeurs de leur entreprise. Bien sûr, toutes les millions de yuans d’investisse­ des participations chez Suning, Sun ges, où il a pris, cette année, la place simon leplâtre
ces diversifications pèsent peu par rapport ments – de l’un ou de l’autre des deux Art, Carrefour. Et enfin dans les voitu­ de numéro un du secteur en Chine. (shanghaï, correspondance)
0123
20 | économie & entreprise MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

PERTES & PROFITS | TCI
Banques : la réforme du MES par phili ppe esc ande

met le feu aux poudres en Italie Activiste financier


L’Eurogroupe du 4 décembre devrait valider une révision du Mécanisme
et justicier climatique
européen de stabilité, mais la fronde à Rome pourrait retarder le processus Deuxième opérateur du câble
aux Etats­Unis avec près de
réputé pour ses assauts sur les
entreprises dont il conteste la
45 milliards de dollars (40,8 mil­ stratégie, comme le français Sa­
liards d’euros) de chiffre d’affai­ fran, en 2017.
rome et bruxelles ­ configuration surréaliste : « Dans Au nord de l’Europe, Berlin, res, le groupe Charter Communi­
correspondants
Tout est parti les premières heures de la matinée, La Haye, Helsinki ou Vienne cations n’est pas facilement im­ Appuyer sur les faiblesses
de la Ligue de j’ai reçu un appel de Giuseppe n’étaient pas enthousiastes : l’ac­ pressionnable. Mais ce week­end, C’est le métier de ces activistes

T
rois heures de sommet Conte pour me féliciter du résultat cord revient à mutualiser un peu l’attaque l’a pris par surprise d’appuyer sur les faiblesses d’une
de crise entre les diffé­
Matteo Salvini, obtenu. J’imagine que les deux vi­ plus le risque financier entre les sous la forme d’une lettre de l’un société, souvent pour demander
rentes composantes de qui est entrée ce­premiers ministres étaient in­ pays de la zone euro. Ils ont donc, de ses plus remuants actionnai­ des cessions ou pour contester
la majorité, dimanche formés. […] Il s’agit d’un bon accord en contrepartie, obtenu de leurs res, le fonds d’investissement une acquisition. C’est pour cela
1er décembre au soir à Rome, un
en guerre contre qui ne nous fait aucun mal. » partenaires plus au sud que la britannique TCI. Christopher que les patrons ne les aiment
débat survolté attendu au Sénat cette réforme En juin, les dix­neuf se sont en­ procédure qui permet une res­ Hohn, un excentrique de la fi­ pas. Cette fois, il entend jouer les
dans l’après­midi de lundi, des ac­ tendus pour réformer le MES. Avec tructuration de la dette d’un Etat nance comme savent en fournir justiciers climatiques. Avec un
cusations de forfaiture et des me­ un premier objectif : que ce fonds soit simplifiée d’ici à 2022. les Britanniques, a enjoint au argument imparable : « Investir
naces d’élections anticipées… la dernier a fait part de son intention d’aide aux Etats, qui avait été mis En clair, si un pays, comme la groupe de faire d’urgence des dans une entreprise qui ne publie
très complexe réforme du Méca­ de rediscuter certaines disposi­ en place en 2012 durant la crise des Grèce en 2012, se trouvait incapa­ progrès en matière climatique. pas son niveau de pollution, c’est
nisme européen de stabilité tions du texte, dont la ratification dettes souveraines, puisse venir ble de rembourser sa dette et Dans une lettre rendue publi­ comme investir dans une société
(MES), négociée fin 2018 et qui de­ au Parlement italien paraît, de en renfort en cas de grave crise donc était au bord de la faillite, que dimanche 1er décembre par qui ne dévoilerait pas ses comp­
vait être finalisée le 4 décembre toute façon, très incertaine. Pour bancaire. Car, on l’a vu en 2008, mettant ainsi en péril la zone le Financial Times, il explique tes. » Il entend « punir » les admi­
par les ministres de l’économie et l’heure, le plus urgent pour Rome dans cette situation, les Etats peu­ euro, les investisseurs privés, qui que Charter, dont il détient 4,2 % nistrateurs qui n’œuvrent pas
des finances de la zone euro, pro­ semble bel et bien de gagner du vent être fragilisés et menacés. ont souscrit des obligations, se­ du capital, est, dans ce domaine, dans ce sens. Comme BlackRock,
voque, en Italie, un psychodrame temps. A n’importe quel prix. raient plus facilement mis à con­ la pire entreprise de l’ensemble le premier gestionnaire d’actifs
inattendu. Le débat a pris une Tout est parti de la Ligue (ex­ Une somme insuffisante tribution dans la résolution de la de son portefeuille de 28 mil­ au monde, qu’il accuse de beau­
telle violence dans et hors de la trême droite, eurosceptique), qui Un mécanisme existe au niveau crise. Une manière de limiter les liards de dollars d’actifs. L’ab­ coup parler d’environnement
majorité que la ratification du est entrée en guerre, mi­novem­ européen, qui doit permettre, en frais pour les contribuables euro­ sence de toute donnée concer­ sans résultat concret.
texte ne semble plus assurée. bre, contre cette réforme, allant cas de défaut de l’une des 119 ban­ péens et de mettre plus à contri­ nant les émissions de gaz à effet Peu à peu, les financiers tradi­
Certains espèrent encore que jusqu’à accuser M. Conte, de ques dites « systémiques » – c’est­ bution les investisseurs privés. de serre lui paraît inacceptable. Il tionnels s’emparent du sujet cli­
l’Eurogroupe validera l’accord « haute trahison », selon les mots à­dire dont la faillite mettrait en Pour M. Salvini, cette clause ris­ demande instamment à la so­ mat, pour des raisons de pur ris­
comme prévu, mais imaginent de Matteo Salvini. Au départ, la péril l’ensemble du monde finan­ que de détourner les investisseurs ciété de publier l’état de ses émis­ que financier. La Banque de
que, pour ne pas mettre le chef du présidence du Conseil ne s’in­ cier –, de la renflouer. Un fonds des obligations italiennes, et donc sions, de fixer des objectifs de ré­ France a annoncé, le 29 novem­
gouvernement italien, Giuseppe quiète pas trop : le texte n’a­t­il abondé par les banques (le fonds d’augmenter de nouveau les taux duction et de présenter un plan bre, qu’elle soumettrait, dès
Conte, dans l’embarras, les minis­ pas été adopté en juin, alors que la de résolution unique) a, en effet, d’intérêt. Faux, rétorque un pro­ de transition vers le bas carbone. 2020, les banques qu’elle super­
tres des finances de la zone euro Ligue était aux affaires ? Mais été mis en place, et devrait, à l’ho­ che des négociations : « M. Salvini Ce n’est pas la seule entreprise vise à des « stress tests climati­
prendront du temps avant de si­ voilà, le Mouvement 5 étoiles rizon 2024, être doté d’une fait de la politique, rien d’autre. Car dans le collimateur de Sir Chris ques ». L’actif trop carboné com­
gner le texte et d’engager son pro­ (M5S) de Luigi Di Maio, l’ancien al­ soixantaine de milliards d’euros. ces mesures visent, en réalité, à évi­ Hohn, dont le fonds est surtout mence à sentir le soufre. 
cessus de ratification. Ils pour­ lié de la Ligue, qui n’en finit pas de Mais, compte tenu des enjeux et ter que des fonds vautours puis­
raient invoquer le prétexte des s’enfoncer dans les sondages et de la taille de certains des établis­ sent bloquer la restructuration,
traductions et vérifications juri­ craint plus que tout le moindre sements de crédit concernés, on comme ils ont pu le faire sur la
diques qui nécessitent un temps procès en trahison des intérêts sait d’ores et déjà que cette dette argentine. » Ou que « des
plus important que prévu… « Que
ça se passe en décembre ou en fé­
nationaux, prend lui aussi ses dis­
tances avec le document. Bientôt,
somme pourrait ne pas suffire.
C’est donc là qu’intervient le MES,
hedge funds rachètent de la dette
au plus bas, une fois que la crise est CORRESPONDANCE
vrier, ça ne changera pas grand­ le seul parti de gouvernement à qui, une fois réformé, pourrait là, et se la fassent ensuite rembour­
chose », commente une source défendre encore l’accord est le prêter à ce fonds jusqu’à 60 mil­ ser au prix facial, comme cela est Une lettre de Daniel Castvaj
proche des négociations. Parti démocrate, qui n’était pas liards d’euros, ce qui lui permet­ arrivé pour la Grèce », poursuit­il. A la suite de l’article « Le virage conservateur des médias tchèques de
Voilà pour le scénario optimiste. aux affaires lors de la discussion… trait de voir sa force d’interven­ Mais, sur le terrain politique ita­ Daniel Kretinsky » (Le Monde du 16 novembre), nous avons reçu le cour­
Mais à Bruxelles, désormais, on Interrogé par La Repubblica, tion doubler. Une évolution à la­ lien, la position politique du chef rier suivant de Daniel Castvaj, administrateur de Czech Media Invest, le
n’exclut pas que Roberto Gual­ l’ancien ministre des finances, quelle Rome était très favorable de la Ligue est si forte, et le M5S si groupe de Daniel Kretinsky, actionnaire indirect du Monde :
tieri, le ministre des finances ita­ Giuseppe Tria, qui dirigeait les dis­ puisque, parmi les 119 banques fragilisé, que ces analyses ration­
lien (Parti démocrate, centre gau­ cussions côté italien lors du som­ systémiques européennes, plu­ nelles ont bien peu de poids.  « Votre article explique, en subs­ évoquez une subtile autocensure
che), ne soit pas en mesure de vali­ met de la zone euro de juin, ne ca­ sieurs appartiennent à la troi­ jérôme gautheret tance, que, contrairement à ses des journalistes que vous
der le texte. Ces derniers jours, ce che pas sa perplexité devant cette sième économie continentale. et virginie malingre déclarations en faveur d’un libé­ ne démontrez en rien.
ralisme pro­européen et du res­ Le mobile supposé est d’ailleurs
pect de l’indépendance des ré­ lui­même absurde. Daniel Kre­
dactions, Daniel Kretinsky tinsky interviendrait pour défen­
donne à ses médias un tour réac­ dre le charbon ? Mais les actifs de

Dix ans après sa création, le fonds tionnaire et intervient sur leur


contenu éditorial.
C’est la seconde fois, en peu de
charbon représentent environ
7 % du résultat brut d’exploita­
tion du groupe EPH, et cette part
temps, que Le Monde publie sur continue de diminuer. En

de dotation du Louvre joue les mécènes Kretinsky des allégations discu­


tables et peu flatteuses.
Info.cz, qui est à vos yeux un té­
revanche, ces dernières années,
le groupe a investi de manière
spectaculaire dans les sources
moignage flagrant du soi­disant d’énergie renouvelables (prin­
Le véhicule d’investissement apporte chaque année jusqu’à 8 millions d’euros au musée tournant réactionnaire, a bien cipalement dans la biomasse)
été fondé en tant que site d’infor­ et dans les centrales électriques
mation pro­européen et libéral. Il à faibles émissions (notamment,

P our les musées, les fonds


de dotation – ces outils de
financement au service de
la philanthropie et du mécénat –
permettent d’assurer de façon
Emirats arabes unis, lors de la
création du Louvre Abu Dhabi,
inauguré en 2017. « Sur les
400 millions d’euros de droits de li­
cence liés à l’utilisation du nom
Le fonds, le plus
important, en
Europe, dans le
Il soutient aussi deux bourses
de recherche en histoire de l’art,
consacre 100 000 euros à la res­
tauration d’œuvres d’art, subven­
tionne des traductions de catalo­
n’a pas rencontré une audience
suffisante, a engendré des pertes
importantes et a été finalement
fusionné avec un autre site
(Zdroj.cz), qui n’appartenait pas à
les centrales à cycle combiné
modernes).
L’attaque supposée contre Greta
Thunberg par le journal Reflex,
propriété de Daniel Kretinsky,
pérenne un partie de leur fonc­ Louvre, nous avons reçu 170 mil­ domaine culturel, gues et des actions d’éducation Daniel Kretinsky. Celui­ci a donc n’a, de même, pas de fondement.
tionnement. Un capital, enrichi lions », explique Philippe Gabo­ artistique dans les prisons… perdu le contrôle de l’actionna­ L’auteur tire sa certitude d’une
au fil du temps par des biens ap­ riau, directeur général de ce fonds
gère déjà Après une aide substantielle ap­ riat du nouvel ensemble. Ce site caricature contre la jeune mili­
portés par des mécènes, est placé depuis 2014. Dans trois ans, cette 250 millions portée, en 2018, à une exposition est un forum de débats qui pu­ tante écologiste. Mais c’est le
en Bourse, et seuls les intérêts structure doit de nouveau rece­ consacrée à l’art qadjar à Louvre­ blie des articles, des tribunes, des principe même du magazine de
sont redistribués aux institutions voir 50 millions d’euros.
d’euros Lens, la priorité sera donnée, critiques de livre rédigés par des publier une caricature de ce type
culturelles. Ce système, très ancré en 2020, à la rénovation des salles auteurs d’opinions très différen­ à chacun de ses numéros. L’arti­
aux Etats­Unis depuis des dizai­ Actions d’intérêt général d’art étrusque du Louvre. M. Ga­ tes. Il est donc tout à fait plura­ cle, lui, était positif pour elle et le
nes d’années, est utilisé par les Les placements financiers ont dé­ elle, apporté 4 millions d’euros boriau envisage aussi d’investir liste, contrairement à ce que combat qu’elle mène.
plus grands : The Getty, à Los An­ gagé un rendement moyen de 5 % pour la restauration d’œuvres. dans des PME liées au tourisme vous indiquez. Mais, quoi qu’il De même, la preuve de l’aligne­
geles, The Frick Collection, The entre 2011 et 2018, en ligne avec « Cette année, nous avons reçu culturel et de soutenir des tra­ en soit, reprocher à Daniel Kre­ ment des journaux de Daniel
Museum of Modern Art, The Mor­ les objectifs fixés, malgré deux une petite maison à Saint­Cloud vaux de restauration du patri­ tinsky la ligne d’un média qu’il Kretinsky sur ses intérêts per­
gan Library and Museum ou années négatives en 2011 [Hauts­de­Seine], dont la vente moine classé, en zone rurale. contrôle est déjà étrange lors­ sonnels, prétendument donnée
The Metropolitan Museum of (–0,80 %) et en 2018 (–4,57 %, en permettra de soutenir les départe­ Comme la basilique gothique de qu’on plaide pour l’indépen­ par des articles en faveur de la
Art (Met), à New York. Grâce à raison d’un fort retournement du ments des peintures et sculptures. Sainte­Marie­Madeleine de Saint­ dance des rédactions ; a fortiori directive sur les droits voisins,
780 fonds de dotation agrégés, le marché). « J’ai l’éternité devant D’autres mécènes apportent sim­ Maximin­la­Sainte­Baume (Var). d’un média qu’il ne contrôle pas. étonne. Surtout venant du
trésor du Met culminait, fin juin, moi, je serais en mesure de prendre plement 1 000 euros », dit M. Ga­ Pour le Louvre, ce fonds est Ce n’est pas sa conception des Monde, qui a, par exemple, pu­
à 3,2 milliards de dollars (2,91 mil­ plus de risques comme les musées boriau, ingénieur agronome de d’autant plus décisif que l’apport choses. Il investit dans la presse blié simultanément avec d’autres
liards d’euros). Le fruit des place­ américains, mais la tutelle ne me formation et ancien responsable de l’Etat dans son budget total comme industriel, parce qu’il médias français et européens la
ments financiers apporte, depuis suivrait pas », confie M. Gaboriau. de la gamme française de fonds (100 millions sur 247 millions croit à son avenir, à l’heure du pétition signée par des centaines
deux ans, près de 150 millions de Pourtant, le fonds est aujourd’hui chez Barclays. De plus, les campa­ d’euros en 2018) baissera de numérique. Et comme citoyen, de journalistes : “Accorder à la
dollars par an au musée. placé à 44 % en actions et mise sur gnes en faveur des legs ont porté 11 millions en 2020. Les recettes parce qu’elle contribue à l’infor­ presse des droits voisins en ligne :
En France, le recours à ce moyen un rendement de 12,2 % en 2019. leurs fruits : 180 testateurs ont propres proviennent très majori­ mation de qualité et au plura­ une question de vie ou de mort.”
de financement est plus récent. Destiné à financer des actions couché le Louvre sur leur testa­ tairement de la billetterie (87 mil­ lisme. Il respecte les différents Liberté en deçà du Danube,
Lundi 2 décembre, le Fonds de d’intérêt général du Louvre, ce ment. Chez ces amateurs d’art, lions) et sont complétées par la esprits et lignes éditoriales des interventionnisme au­delà ?
dotation du Louvre – qui fête ses véhicule d’investissement est la doyenne est âgée de 95 ans, valorisation du domaine (tourna­ médias dont il est propriétaire, Enfin, vous portez au débit de
10 ans –, le plus important, en Eu­ ouvert aux mécènes français et quand le benjamin a 50 ans. ges, concessions de restaurants), s’assurant seulement qu’ils ne Daniel Kretinsky le fait que la
rope, dans le domaine culturel, étrangers. Les plus importants Le fonds financera la totalité des le mécénat et le parrainage (hors sont pas contraires à la démocra­ presse tchèque, dont il est l’ac­
gère déjà 250 millions d’euros. peuvent flécher l’utilisation de coûts de fonctionnement an­ fonds de dotation). S’y ajoutent, tie et aux droits humains. Donc, tionnaire, se soit bien gardée de
Sans jamais toucher à ce capital, il leurs dons. Le principal bienfai­ nuels du nouveau centre de réser­ dans une moindre mesure, les re­ non, Daniel Kretinsky n’inter­ traiter les conflits d’actionnariat
verse, chaque année, entre 6 mil­ teur, Nippon Television Holdings, ves du Louvre (1,5 million), tout cettes liées aux collections, les vient pas sur le contenu rédac­ du Monde auxquels il est mêlé.
lions et 8 millions au musée. a déjà versé 11 millions d’euros sur juste inauguré à Liévin (Pas­de­ versements en direct de la licence tionnel. Les allégations de l’arti­ On ne peut pas dire la même
Ce fonds vient des sables. Sa les 20 millions qu’il a promis. Calais). « Cela ne coûtera pas le du Louvre Abu Dhabi et les sub­ cle sur son interventionnisme chose du Monde, qui est mani­
création découle de l’accord in­ L’agente des stars hollywoodien­ moindre centime au contribua­ ventions régionales.  supposé relèvent d’une logique festement très “engagé” dans la
tergouvernemental signé avec les nes Sue Mengers (1932­2011) avait, ble », se félicite M. Gaboriau. nicole vulser improuvable du soupçon. Vous couverture de cette querelle ! »
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 horizons | 21

Des hommes de la caserne


des sapeurs­pompiers
du Blosne, dans le sud
de Rennes, regardent
le plan de la ville avant
une intervention,
le 14 novembre.
KAMIL ZIHNIOGLU POUR « LE MONDE »

en périphérie de Rennes. En moins de dix mi­


nutes, ils sont sur place. Et découvrent vite la
cause de l’inquiétude des habitants : un tor­
chon laissé dans un micro­ondes en marche
diffuse une odeur de brûlé sur plusieurs éta­
ges. « C’est ma vingt­cinquième année en tant
que pompier, et je n’avais jamais vu un tel ni­
veau d’inutilité », souffle un sous­officier en
redescendant l’escalier.
Au fil des interventions et des récits de ca­
serne, tous se font l’écho d’une vision trans­
formée des services publics. D’après eux, le
fait d’appeler les pompiers serait devenu ba­
nal, loin de la démarche exceptionnelle envi­
sagée en dernier recours. Les plus anciens
évoquent volontiers un temps où les gens
cherchaient d’abord à se débrouiller seuls. Ils
se souviennent d’agriculteurs tentant d’étein­
dre un feu de champ avant de solliciter de
l’aide, de couples partis seuls à l’hôpital mal­
gré un accouchement inattendu, de parents
inquiets sollicitant leur médecin – et non les
pompiers – pour des points de suture… « Les
gens nous disent “je veux, j’exige”, comme ja­
mais on ne l’aurait entendu auparavant », sou­

Les pompiers,
rennes ­ envoyé spécial tient Jérôme, officier responsable de la plate­
forme du 18. Un constat renforcé par la mé­
connaissance du rôle des différents services

U
ne odeur âcre, une odeur de de secours. En quelques minutes, Sacha, l’opé­
mort, se dégage de l’apparte­ rateur, décroche deux fois son téléphone. Une
ment. Trois pompiers s’y en­ dame âgée demande leur venue pour ouvrir
gouffrent, inspectent la cui­ la porte bloquée de son voisin de 84 ans. Un

urgentistes
sine, puis le salon. Parvenus habitant de Rennes signale une fuite d’eau
dans la chambre, ils tom­ dans son vide sanitaire. Après avoir conseillé
bent sur un corps étendu en travers du lit : un à la première d’appeler un serrurier, au se­
homme d’une cinquantaine d’années, le re­ cond un plombier, Sacha décide de ne pas
gard figé, tourné vers le plafond. La cause du donner suite.
décès est inconnue mais l’hypothèse d’un

du social
crime semble pouvoir être écartée : le cadavre « SPÉCIALISTES DU GÉNÉRAL »
est intact, le logement fermé de l’intérieur de­ « Nous avons absorbé l’augmentation des inter­
puis au moins deux jours. ventions de secours à la personne pendant des
C’est son infirmière, inquiète de ne pas avoir années, mais on atteint une forme de satura­
de réponse à ses nombreux appels, qui a pré­ tion », analyse le colonel Louis­Marie Daoudal,
venu les secours. La voici, dans la cage d’esca­ directeur adjoint du service départemental
lier, décrivant aux pompiers un homme seul, d’incendie et de secours (SDIS) d’Ille­et­Vilaine.
dont les contacts avec l’extérieur se limitaient Lui­même sait de quoi il parle : son propre père
à ses visites. Alertés par le ballet bleu des gyro­ était médecin de campagne, toujours en dé­
phares, des voisins affluent vers le palier. Le placement, chargé des accouchements
sergent­chef Sylvain préfère refermer la porte, à 19 % de leur salaire de base (de 1 500 euros comme des entorses, des infections comme de
plongeant soudain l’appartement dans le si­ Les pompiers professionnels, brut pour un sapeur, jusqu’à 2 600 euros la première constatation d’un décès. Les muta­
lence. « A tous les coups, personne ne lui adres­ pour un lieutenant), c’est la seule prime prise tions successives du système de soins ont bou­
sait la parole. Mais maintenant qu’on est là, comme ceux que « Le Monde » en compte dans le calcul des pensions. Les leversé le métier de pompiers devenus, d’après
tout le monde débarque… » avantages de grade et de spécialités techni­ le sociologue et pompier volontaire Romain
Affiliés à la caserne du Blosne, dans le sud de a pu suivre en intervention ques, centraux dans l’avancement de leur Pudal, des « spécialistes du général » de servi­
Rennes, Mathieu, Dimitri et Sylvain [la plupart carrière, n’y figurent pas. Entre le dernier ces de secours proches de la saturation.
des pompiers que nous avons interrogés ont à Rennes, sont confrontés mois passé en caserne et la première retraite, La perte de repères entre victimes et pom­
préféré de pas donner leur nom de famille] font leurs revenus chutent souvent de plusieurs piers se mesure aussi au nombre d’agressions
partie des 248 000 sapeurs­pompiers fran­ à l’évolution de leur métier centaines d’euros. déclarées, en hausse de 213 % entre 2008 et
çais. Des hommes et des femmes dont le quo­ Depuis la rentrée, les appels à la grève tracés 2017 à l’échelle nationale. Sur les huit premiers
tidien, à l’échelle nationale, se raconte aussi en au blanc de craie ont été remplacés par un mois de l’année, 1 274 agressions physiques ou
chiffres : en 2017, ils ont effectué 4 651 500 in­ flocage neuf, approuvé par la direction. Un verbales ont été recensées en France. En Ille­et­
terventions, soit près de 700 000 de plus meuble résidentiel dans le sud de Rennes. As­ appel à la reconnaissance adressé au public Villaine, une dizaine de contentieux sont
qu’en 2007. Cette hausse ne doit rien aux in­ sis sur son canapé, la tête entre les mains, un autant qu’à l’Etat, que de nombreux pom­ ouverts contre les pompiers, pour des délais
cendies – sur la même période, leur nombre homme d’une quarantaine d’années peine à piers souhaitent partager avec les urgentistes d’intervention jugés trop longs et des reprises
n’a pas augmenté –, mais bien davantage aux surmonter la souffrance d’une rupture amou­ et les policiers, deux autres corporations d’un incendie après une première prise en
« secours à la personne » : découvrir des morts reuse. Face à lui, sur la table basse du salon, un dont les services sont sursollicités. charge. Face à l’ampleur du phénomène, l’ins­
et des malades ignorés de leurs voisins, aider long couteau de cuisine. Frédéric, Sylvain et Installée dans la caserne de Beauregard, titution s’adapte parfois plus vite que les hom­
les personnes âgées isolées à se relever après Medhi ont été appelés chez lui pour une « sus­ dans le nord de Rennes, la plate­forme des mes et femmes « de terrain ».
une chute, accompagner des sans­abri inad­ picion de TS [tentative de suicide] ». Le couteau appels d’urgence des pompiers d’Ille­et­Vi­ A Rennes, une agression a marqué les esprits
missibles dans d’autres services médicaux… éloigné, le quadragénaire se précipite sur un « NOUS AVONS  laine a des airs de salle de crise. Deux rangées au mois de juillet : lors d’une intervention en
Les interventions de ce type, au cœur du tiroir de la cuisine pour tenter d’en saisir un ABSORBÉ  de trois ordinateurs sont dominées par une pleine nuit pour un accident de la route, une
« social », représentent désormais les trois autre. Les pompiers parviennent à le maîtriser estrade présentant, sur une carte du départe­ fusée de détresse est tirée sur le pare­brise
quarts de l’activité en caserne. « Nous voyons à temps. « Je n’ai plus personne, moi, je suis tout L’AUGMENTATION  ment, les quatre­vingt­sept centres d’incen­ d’un camion de pompiers du Blosne. La vitre
tant les choses se casser la gueule que nous seul », lâche­t­il. Comme il menace de se faire die et de secours. Le « 18 », sollicité plusieurs manque de céder face au conducteur, mais
sommes devenus les médecins des pauvres, le du mal dès leur départ, l’homme est conduit DES INTERVENTIONS  centaines de fois par jour, couvre un terri­ l’incident ne fait pas de blessés. L’adjudante­
rempart du SAMU social », constate Jacques aux urgences, sans grand espoir d’y trouver toire de plus d’un million d’habitants. chef Chrystèle, présente dans le véhicule, ne
Bosse, 54 ans, lieutenant à Rennes. un accompagnement adapté. Sur le trajet du
DE SECOURS  Entre deux graves accidents de la route, Sa­ porte pas plainte. Avant d’être rattrapée, dès le
Entre deux interventions, il s’attable dans le retour, les trois pompiers déplorent ces « mis­ À LA PERSONNE  cha (dont le prénom a été modifié à sa de­ lendemain, par sa hiérarchie, comme le ra­
« foyer de vie » du Blosne, une caserne où qua­ sions taxi » où leur présence, au fond, ne sert mande), l’un des six opérateurs, vient d’ap­ conte le colonel Daoudal : « Je vois dans la
tre­vingts hommes et six femmes travaillent qu’à pallier l’absence des services sociaux. PENDANT DES  prendre la mort d’un nourrisson de 8 mois. presse “Agression de sapeurs­pompiers”, et je
en « bordées », trois équipes alternant une Quelques instants plus tard, c’est une femme me demande : “Comment est­ce que je peux ne
garde de vingt­quatre heures avec quarante­ « PRIME DE FEU » ANNÉES, MAIS ON  qui appelle pour signaler le malaise d’un col­ pas être au courant ?” Le ressenti du terrain a été
huit heures de repos. Lui­même est pompier En arrivant dans la cour de la caserne, l’un ATTEINT UNE FORME  lègue sur leur lieu de travail, près de Saint­ différent de celui de l’encadrement. »
depuis vingt ans, dont dix dans la caserne d’eux désigne les inscriptions « en grève » affi­ Malo. « C’est déjà arrivé au monsieur ? », inter­ De récentes consignes internes imposent un
Saint­Georges, en plein centre­ville de Rennes. chées depuis plusieurs mois sur les véhicules DE SATURATION » roge le sapeur­pompier. « Oui, un accident dépôt de plainte systématique par le service et
Du jeudi soir au dimanche matin, ses gardes d’intervention. Ici comme ailleurs en France, vasculaire en 2014 », indique la voix inquiète. encouragent les agents à engager des procédu­
COLONEL LOUIS-MARIE
étaient rythmées par les comas éthyliques et un mouvement national traverse la profes­ Des secours sont dépêchés sur place. La dis­ res individuelles, avec la garantie d’un soutien
DAOUDAL
l’état d’ivresse de fêtards abandonnés par sion depuis le 26 juin, mobilisant parmi les sa­ cussion est transmise à un médecin du SAMU financier et d’un accompagnement aux
directeur adjoint
leurs amis. Il se souvient du jour où un élu peurs­pompiers volontaires (195 000 en pour poser, en questionnant la collègue té­ audiences. Autre initiative : les pompiers d’Ille­
du service départemental
municipal chargé de la sécurité, venu passer France), les pompiers militaires (12 500, à Pa­ moin, un premier diagnostic médical. et­Vilaine peuvent désormais déployer, en
d’incendie et de secours
une nuit avec les pompiers pour être au plus ris et à Marseille) et les 40 500 pompiers pro­ En Ille­et­Vilaine, une convention signée même temps que les fourgons et les échelles,
d’Ille-et-Vilaine
près des réalités, en était reparti désemparé fessionnels, comme ceux du Blosne. avec les services ambulanciers a permis, de­ une cellule psychologique sur les interven­
par l’enchaînement des interventions. « Les Plusieurs syndicats les ont appelés à parti­ puis deux ans, une baisse du nombre d’inter­ tions les plus importantes. D’abord mise en
politiques sont désarmés, mais le fondement de ciper, jeudi 5 décembre, à la grève contre la ventions quasi unique en France. Mais le de­ place pour les proches des victimes et les té­
notre métier reste inchangé, considère le chef réforme des retraites. Les pompiers profes­ gré d’urgence reste souvent difficile à estimer. moins, elle prend aujourd’hui en charge les
de garde. Il ne faut pas philosopher pendant sionnels, au statut de fonctionnaires territo­ Ainsi, durant cette même semaine de novem­ traumatismes vécus par les sapeurs­pompiers
des heures : nous, on est là pour aider les gens. » riaux, demandent en outre une augmenta­ bre, quinze pompiers du Blosne sont mobili­ eux­mêmes. 
L’alerte suivante nous conduit vers un im­ tion de la « prime de feu ». Aujourd’hui égale sés pour un possible incendie d’appartement simon auffret
CULTURE
0123
22 | MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

R É N O VAT I O N   U R B A I N E

Avant et après la transformation d’un des bâtiments du quartier du Grand Parc, à Bordeaux. PHILIPPE RUAULT

Anne Lacaton :  Cette approche du logement infuse­t­elle


le reste de votre production ?
Oui. Faire l’Ecole d’architecture de Nantes
(2009), pour nous, c’était faire dix fois une
maison Latapie. A tout espace programmé

« Tout espace 
doit s’ajouter un espace libre, de surface pra­
tiquement équivalente. C’est devenu une
sorte de règle pour nous. Il n’y a qu’ainsi que
l’on peut faire naître cette liberté de fonc­
tionnement.

d’habitation, 
Transformer le bâti plutôt que démolir
A la démolition, et reconstruire, c’est votre autre grand
cheval de bataille…
l’architecte et son On a commencé à discuter du sujet avec Fré­
déric Druot quand l’Etat a lancé, au début des
complice Jean­Philippe années 2000, un ballon d’essai sur la ques­

pour nous, 
tion de la rénovation urbaine, dont Jean­
Vassal préfèrent Louis Borloo s’est saisi lorsqu’il a créé l’ANRU
(Agence nationale pour la rénovation ur­
la réhabilitation baine) en 2004. Ce plan de rénovation ur­
baine se fondait, pour la partie habitat, sur la
et l’agrandissement démolition et la reconstruction d’à peu près

est une maison »
200 000 logements. Comment en arrive­t­on
des logements à démolir des bâtiments qui ont à peine
50 ans ? Comment ne se pose­t­on pas la ques­
par de larges débords tion du patrimoine, même s’il n’est pas en
bonne condition ? Il faut bien sûr en faire la
critique, mais on ne peut pas éradiquer ainsi
l’époque moderne. On ne détruit pas des im­
meubles qui ne sont pas en fin de vie, dans
ENTRETIEN 530 logements sociaux du quartier du Grand
Parc, à Bordeaux, dont ils ont assuré la réha­
Oui. Au Grand Parc, les gens voient leur jar­
din d’hiver comme un véritable jardin,
lesquels beaucoup de gens habitent. Ces ques­
tions nous travaillaient et le ministre de la
bilitation avec Frédéric Druot et Christophe ouvert sur toutes les pièces. Et les apparte­ culture, Jean­Jacques Aillagon, nous a donné

A
vec Jean­Philippe Vassal, Hutin, est venue couronner leur démarche. « ON AVAIT CETTE  ments, du coup, comme des maisons. Tout un petit financement pour faire une étude
Anne Lacaton a fondé RAGE DE FAIRE  espace d’habitation, pour nous, est une mai­ qu’on a appelée PLUS ­ Les grands ensembles
l’agence Lacaton et Vassal Comment avez­vous conçu la transfor­ son. Qu’il soit posé au sol ou superposé à de logement ­ Territoires d’exception.
en 1987. Depuis, ces Bordelais mation des trois barres de logement AUTREMENT. d’autres, en hauteur, il doit offrir cette possi­
d’origine développent une du Grand Parc ? bilité de vivre autrement, de multiplier les Vous y démontriez l’aberration
architecture à la fois frugale Il y avait d’une part l’idée de transformer ET, DÉJÀ, LA QUESTION  parcours en son sein. que représente la démolition, tant
et généreuse, en prise avec les défis de l’épo­ l’existant plutôt que de démolir et recons­ sur un plan économique qu’écologique…
que. Ils ont acquis une renommée internatio­ truire. D’autre part, nous souhaitions dilater
DE LA RELATION Cette idée vous guidait­elle déjà dans Et sur un plan humain ! Au milieu des an­
nale pour des projets comme le Palais de l’aire d’habitation en créant un espace AU CLIMAT NOUS  votre premier projet, la maison Latapie, nées 2000, les démolitions étaient souvent
Tokyo (2012), ou le Frac Nord­Pas­de­Calais, à supplémentaire, non programmé, libre. à Bordeaux (1993) ? mises en scène à la télévision de manière
Dunkerque (2015), mais aussi pour leur con­ INTÉRESSAIT  A l’époque où on a créé notre agence, le lo­ spectaculaire. Les gens, sur place, étaient sidé­
ception du logement qu’ils mettent en œuvre La dilatation de l’espace passe par ces gement se dégradait beaucoup sur le plan rés. Nous avons montré qu’en faisant atten­
depuis le début des années 2000 avec l’archi­ jardins d’hiver, modules préfabriqués BEAUCOUP » des conditions d’habitation, du plaisir qu’il tion, on pouvait à la fois améliorer la qualité
tecte Frédéric Druot. En avril, l’attribution du greffés sur les appartements qui trans­ procure à ceux qui y vivent. Cette tendance de vie des habitants et être gagnants écono­
prix Mies van der Rohe au complexe de forment la façade de l’immeuble… au resserrement de l’espace, à des pièces tou­ miquement. Là où l’Etat prévoyait de dépen­
jours plus petites, n’était pas acceptable pour ser entre 150 000 et 180 000 euros par loge­
nous. On avait cette rage de faire autrement. ment détruit et reconstruit, nous avons es­
Et déjà, la question de la relation au climat timé le coût de la transformation entre
nous intéressait beaucoup. 50 000 et 60 000 euros. Mais le PLUS n’a pas

« NOUS NE SOMMES
eu beaucoup d’écho. Jean­Jacques Aillagon est
Ce n’était pas la mode à l’époque… parti, et l’administration l’a mis dans un coin.
Ces préoccupations n’étaient pas aussi for­
tes qu’elles le sont aujourd’hui. C’est quelque Vous avez mis ces idées en application

«
chose qu’on a un peu perdu au cours des der­ pour la première fois à Paris, en transfor­
PAS DES BÊTES ! nières décennies – et la manière très norma­
tive dont cela revient actuellement n’est pas
mant les logements de la tour Bois­le­
Prêtre (2011)…
POURTANT, DU POINT DE VUE vraiment intéressant. Mais c’est la base de La question pour nous n’était pas de savoir
l’architecture que de travailler avec son envi­ si l’immeuble était beau ou pas beau, mais
DE L’HISTOIRE NATURELLE, NOUS EN SOMMES. ronnement. Pour la maison Latapie, nous de prendre les choses par le dedans, en orga­
avions imaginé un principe de double enve­ nisant le chantier sur site occupé, et en
loppe que nous allions beaucoup développer impliquant les habitants dans le processus.
par la suite, et notamment au Grand Parc :
une serre, non contrôlée thermiquement Au Grand Parc, votre travail a porté sur
mais chauffée par le soleil, enveloppant un trois immeubles. Ces barres étaient­elles
espace intérieur qui est, lui, contrôlé. celles qui se trouvaient dans le plus mau­
Le Muséum national vais état ?
d’Histoire naturelle D’où cette idée vous est­elle venue ? Elles n’avaient jamais été rénovées. Ce sont
Pendant nos études nous étions passion­ celles où logent les ménages aux revenus les
investit le débat public nés par les serres. On allait dans les salons plus bas. Aquitanis, le bailleur, s’est engagé à
avec la sortie d’un agricoles. Tout ce matériel nous paraissait ne pas augmenter les loyers.
très simple comparé à la technologie de bâti­
troisième manifeste ment qu’on a toujours trouvée trop sophisti­ Vous défendez l’idée d’indexer les loyers
engagé consacré quée, trop compliquée. Les paysans nous ex­ sur le prix de la construction plutôt que
pliquaient que, quand ils fermaient les vo­ sur le prix du marché du mètre carré…
aux humains lets de leurs serres, le rayonnement solaire Oui. Si on double la surface d’un logement
et animaux. produisait beaucoup de chaleur. On pouvait pour le prix qu’aurait coûté sa réfection à
en faire l’expérience physiquement. Le sys­ l’identique, cela paraît malhonnête de le
tème est efficace, peu coûteux. Nous nous louer plus cher… Mais on ne fait que militer.
sommes dit : pourquoi ne pas l’employer On n’a pas les solutions juridiques. A Mul­
dans le bâtiment ? house, sur une opération de logements
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 culture | 23

UNIVERSEL
20 MINUTES
GÉNIAL
LIBÉRATION

DE LA PURE
POÉSIE LE MONDE

UN CONTE BURLESQUE
IRRÉSISTIBLE
TÉLÉRAMA

UNE RÉUSSITE PREMIÈRE

DRÔLE ET
ABSURDE LE FIGARO

Avant et après : intérieur de l’un des logements du quartier du Grand Parc, à Bordeaux. PHILIPPE RUAULT ENCHANTEUR HILARANT
LE JDD TÉLÉRAMA

« CONSTRUIRE DU NEUF, 
C’EST PAYANT
Des jardins d’hiver au DÉLICIEUX BANDE À PART

EN TERMES D’IMAGE,
CE QUI EST ABSURDE : 
quartier du Grand Parc SALUTAIRE POÉTIQUE
POSITIF PARIS MATCH

TRANSFORMER A Bordeaux, la transformation de logements de cette


UN IMMEUBLE, cité a permis de doubler leur espace d’habitation NOTRE PALME D’OR
LCI
C’EST TOUT
AUSSI CRÉATIF »
ARCHITECTURE « ON PROLONGE 
RÉJOUISSANT FRANCE INFO
bordeaux ­ envoyée spéciale
CE QUE LES GENS ONT FAIT 
neufs, on est arrivé à embarquer les maîtres
d’ouvrage dans la réflexion.

Vos recherches sur l’architecture


E n 2016, la vie d’Aurélia a changé.
Cette octogénaire pleine de peps
qui vivait depuis plus de quinze
ans dans un sombre petit T2, au 15e étage
AVEC LEURS APPARTEMENTS, 
QUI SONT SOUVENT 
s’accompagnent d’une réflexion du bâtiment G dans le quartier du DE PETITS BIJOUX »
sur la densité urbaine… Grand Parc à Bordeaux, a vu son espace
Les questions sont liées. En 2006, Frédéric habitable doubler. Ce miracle, elle le doit CHRISTOPHE HUTIN
Druot a mené une étude sur Paris et montré à la fois aux architectes des agences architecte
qu’il existe là un grand potentiel de cons­ Lacaton & Vassal, Frédéric Druot et
truction de logements. En analysant la situa­ Christophe Hutin, qui ont imaginé de
tion minutieusement, terrain après terrain, greffer à son appartement, comme aux Lacaton et Jean­Philippe Vassal sont les mention spéciale du jury
il a isolé les endroits où il y avait la place pour 530 que rassemblent les barres G, H et I seuls qui m’écoutent. »
deux logements, parfois dix, parfois rien… de ce vaste complexe de logements so­ La Cité lumineuse a été démolie, mais
Cette démarche du cas par cas, qui nous ciaux, datant des années 1960, un grand la collaboration entre les trois architec­

It Must
guide aussi dans les opérations de transfor­ jardin d’hiver. Et au bailleur social Aqui­ tes a produit, en 2004, le rapport PLUS,
mation architecturale, est pour nous une tanis qui a fait le choix de réhabiliter les qui démontre les avantages de la trans­
stratégie d’urbanisme. C’est le contraire du immeubles plutôt que de les démolir formation de l’habitat sur la destruction
masterplan (l’outil de base des opérations pour en reconstruire d’autres, et ce sans et la reconstruction. Ainsi que trois opé­

Be Heaven
d’urbanisme), où les situations sont abor­ toucher aux loyers. rations de transformation de loge­
dées de manière globale. Large de 3 mètres, le jardin d’hiver ments : ceux de la tour Bois­le­Prêtre, à
d’Aurélia ouvre d’un côté sur les pièces Paris (2011), ceux de La Chesnaie, à
Cette réflexion ne rencontre­t­elle pas de son appartement – salon, chambre, Saint­Nazaire (2016), et ceux du Grand
d’écho non plus ? cuisine, salle de bains. De l’autre, il offre Parc, à Bordeaux, qui ont reçu, en avril, le
Non. une belle vue sur le nord de Bordeaux. prestigieux prix Mies van der Rohe.
UN FILM DE ELIA SULEIMAN
De grandes baies vitrées coulissantes Chaque cas appelle des réponses spé­
Une conscience s’est aiguisée, ont désormais remplacé les petites fe­ cifiques, mais la philosophie est tou­
pourtant, sur les problèmes posés par nêtres. Pour moduler la lumière qui jours la même. « Quand on décide de dé­
la bétonisation, l’étalement urbain… s’engouffre partout, et réguler la tempé­ molir de tels bâtiments, on voit des bar­
C’est vrai. Mais entre la conscience et l’in­ rature, on a installé des rideaux isolants res », soutient Christophe Hutin, archi­
tervention, il manque la coordination. Et en laine de mouton, recouverts d’une tecte installé à Bordeaux, qui a rejoint
puis l’architecture, c’est un outil de commu­ couche d’aluminium qui réfléchit les l’aventure pour ce dernier projet. « C’est
nication. Construire du neuf, c’est payant en rayons du soleil. une vision extérieure. Nous, nous par­
termes d’image, ce qui est absurde : transfor­ Aurélia a aménagé cet espace à son tons de l’intérieur, de l’habité. On inverse
mer un immeuble, c’est tout aussi créatif. goût : meubles mauves, tapis en peau de le point de vue. On prolonge ce que les
zèbre pour réchauffer la dalle de béton, gens ont fait avec leurs appartements,
L’attribution du prix Mies van der Rohe et une formidable collection de plantes qui sont souvent de petits bijoux. »
aux logements du Grand Parc n’est­elle vertes. « Maintenant, ma vie, c’est le bal­ Le chantier se déroule entièrement sur
pas toutefois le signe que les choses con ! », se réjouit la vieille dame. site occupé, ce qui permet aux habitants
changent ? Suivant le même principe, les T3 sont de ne pas quitter leur appartement. « On
Bien sûr. Ce prix n’avait jamais été donné passés de 56 à 110 mètres carrés. Sur le travaille avec des matériaux légers et per­
ni à du logement ni à une opération de trans­ toit des barres I et H l’opération a en formants. Tout est préfabriqué, cela faci­
formation. C’est un signe fort. Mais combien outre permis de construire huit petites lite le travail sur le site. Les dalles arrivent
de temps faudra­t­il pour que cela se pro­ maisons sous serre de 110 mètres carrés par grue, avec les garde­corps déjà instal­
page ? On a surtout été très heureux pour les (pour un loyer mensuel de 330 euros). lés. L’économie des moyens est au service
habitants. Ces immeubles qui étaient stig­ Les circulations communes ont été élar­ de l’usage. » Pendant les deux ans et
matisés sont devenus une source de fierté. gies, et de nouvelles entrées ont été demi qu’a duré le chantier, Christophe
ouvertes pour offrir un accès plus direct Hutin avait installé ses bureaux sur
Quelle place le logement occupe­t­il au tramway. place. C’est la meilleure manière, selon
aujourd’hui dans votre pratique ? lui, pour impliquer la communauté
Au moins 50 % de notre travail. C’est fonda­ « On inverse le point de vue » dans le processus de construction. « Les
mental pour nous. Mais c’est dur de voir le Ce projet a des racines profondes, gens sont plus intéressants que les procé­
logement de plus en plus laissé au marché, comme l’explique Frédéric Druot : dures. Le projet du Grand Parc part, de
les bailleurs sociaux de moins en moins im­ « L’histoire a commencé en 1994­1995, fait, de leur expertise quotidienne. »
pliqués dans la construction. Quand on nous quand fut annoncée la démolition de la Le 23 octobre, il s’est vu confier le pa­
dit que le citadin n’a pas besoin d’un grand Cité lumineuse, à Bordeaux. Je me dis villon français de la prochaine Biennale
logement parce qu’à côté, il a les lieux de alors : “C’est débile !” Trois cent soixante de Venise. Son thème, défini par le com­
coworking, le café, le cinéma, on ne peut pas logements, une situation formidable, missaire, le Libanais Hashim Sarkis :
être d’accord. Bon nombre de familles n’ont des vues exceptionnelles sur la Ga­ « Comment vivrons­nous ensemble ? »
pas les moyens de vivre comme ça. Et puis, ronne… C’est le quartier qu’on attaquait Inspiré d’expériences qu’il a menées
on peut aussi avoir envie d’avoir un espace à beaucoup plus que le bâtiment. Je fais un dans des townships en Afrique du Sud, à
soi, dans lequel on soit libre. Nous sommes
très attachés à cela. Mais ce n’est clairement
projet pour démontrer le potentiel in­
croyable de transformation de cet im­
Detroit, aux Etats­Unis, au Vietnam,
mais aussi de celle du Grand Parc et du AU CINÉMA LE 4 DÉCEMBRE
pas la tendance aujourd’hui. Le plus dérou­ meuble. Je contacte des organisations chantier de réhabilitation d’un camp de
tant, c’est qu’on ne rencontre pas d’envie, pas sociales du quartier, les 360 familles, j’in­ transit pour harkis et travailleurs mi­
de motivation, pas de générosité. Et ça, c’est terroge des élus, je vais voir des architec­ grants, à Mérignac, qu’il dirige actuelle­
terrible pour l’architecture.  tes, les gens du centre d’architecture Arc­ ment, son projet s’intitule « Les commu­
propos recueillis par en­rêve… Tout le monde trouve ça formi­ nautés à l’œuvre ». 
isabelle regnier dable… et tout le monde s’en fout ! Anne i. r
0123
24 | culture MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Tant d’images pas ordinaires à Lille DIS PARITION


Décès du chef
d’orchestre letton
Mariss Jansons
Célébré comme l’un des chefs
Le nouvel Institut pour la photographie organise, jusqu’au 15 décembre, sept expositions d’orchestre les plus talen­
tueux au monde, le Letton
Mariss Jansons est mort, sa­
medi 30 novembre à l’âge de
PHOTOGRAPHIE du festival des Rencontres d’Arles,
Sam Stourdzé, a été créé à l’initia­
Un cocktail de à photographier des passants
sous des angles inattendus, à la
cher, période de coupes budgétai­
res dans les logements sociaux,
76 ans, après une carrière qui
l’a amené à diriger les forma­

O
rdinaires, les portraits tive de celui­ci et du président de photographes plage ou dans la rue, faisant de qui a vu à la fois une multiplica­ tions les plus prestigieuses.
de famille de Thomas la région Hauts­de­France, Xavier leur corps des sculptures quasi tion des SDF et des squats en L’Orchestre symphonique de
Struth ? L’artiste alle­ Bertrand. Le lieu, financé par la ré­
historiques, abstraites. même temps qu’une ébullition la Radio bavaroise, dont il
mand, star de la photo gion qui investit 12 millions d’artistes connus, artistique sans précédent. était le chef attitré depuis
contemporaine, semble avoir co­ d’euros pour les travaux, ac­ Des milliers de petites figures Parmi les découvertes lilloises, 2003, a salué « un grand
pié Monsieur et Madame Tout­le­ cueillera des expositions, sou­
de photos On retrouve à Lille des exposi­ il faut citer l’œuvre d’Emma­ artiste et une personnalité ex­
Monde. Mais il a collaboré avec le tiendra la création et accueillera anonymes tions présentées à Arles, et parfois nuelle Fructus, qu’on avait déjà ceptionnelle » par sa « préci­
psychanalyste Hugo Hartmann, des fonds de photographes en dé­ coproduites avec le festival. Ainsi aperçue à Paris Photo, et qui fait sion au pupitre et son appro­
qui incorporait des portraits de pôt, pour un budget de fonction­
et d’auteurs les images lumineuses de Laura surgir du passé d’étranges petits che humaine des musiciens ».
famille à ses thérapies. Et de fait, nement entre 3 et 5 millions émergents Henno prises à Slab City, un bout personnages. Cette ancienne ico­ Mariss Jansons était un fami­
en laissant chacun libre de sa pose d’euros annuels. de désert californien où viennent nographe et documentaliste, lier des orchestres de Vienne.
et de sa position dans la scène, s’échouer les paumés de l’Améri­ obsessionnelle du classement, Il faisait partie du club fermé
l’artiste laisse discrètement af­ Une œuvre, un héritage d’auteurs émergents y est convo­ que. Ou bien « Home Sweet collectionne des photos anony­ des chefs ayant dirigé l’Or­
fleurer secrets et non­dits : les Une ambition et des moyens qui qué sur le thème du quotidien. Home », la très riche exposition mes sans qualité. Elle découpe à chestre philharmonique pour
bras s’enlacent ou s’évitent, les re­ ont d’abord fait grincer les dents Le lieu, qui a été laissé brut et sur les intérieurs britanniques la main des milliers de petites le concert du Nouvel An.
gards caressent ou fuient. des institutions territoriales im­ juste doté de cimaises aux cou­ concoctée par Isabelle Bonnet, figures qu’elle range patiem­ Nous reviendrons sur son
Avec ses très grands formats ex­ plantées de longue date (Centre leurs pastel, a un certain charme lauréate d’une bourse curatoriale ment, du plus foncé au plus clair, parcours dans une prochaine
posés dans les petites pièces du régional de la photographie de avec sa petite cour et sa belle attribuée par le festival. dans des tableaux étourdissants. édition. – (AFP.)
tout nouvel Institut de la photo­ Douchy­les­Mines, Diaphane en bibliothèque de bois ouvragé. La commissaire a réuni sur Ces foules alignées méthodi­
graphie de Lille, le photographe Picardie, etc.). Si le climat semble L’exposition historique, centrée place et dans un livre (éditions quement et arbitrairement, qui HISTO IRE
organise des face­à­face fruc­ apaisé, l’une d’elles mène une autour de Lisette Model (1901­ Textuel) une trentaine de séries semblent s’effacer progressive­ Cambriolage au Musée
tueux avec le spectateur, qui guerre ouverte contre l’Institut : 1983), grande photographe améri­ tantôt trash, tantôt ironiques, ment du tableau, ont quelque de la Stasi, à Berlin
porte un regard neuf sur cette la Maison de la photographie caine d’origine autrichienne au qui permettent de découvrir la ri­ chose de glaçant. Elles évoquent Le Musée de la Stasi, à Berlin,
pratique banale, révélatrice de de Lille, dirigée par Olivier regard sans concession, donne à che tradition documentaire bri­ immanquablement – l’intention qui raconte l’histoire de la po­
drames intimes. Spillebout, qui dénonce la chute voir non seulement une œuvre tannique – « Il n’y a pas que est assumée – une période som­ lice politique de l’ex­RDA, a été
Officiellement, la nouvelle insti­ constante de ses subventions, mais un héritage. Car elle a ensei­ Martin Parr ! », souligne l’intéres­ bre de l’histoire où les humains cambriolé, et des bijoux et des
tution lilloise dédiée à la photo­ et dont la compagne, Violette gné pendant près de trente ans et sée. Mais aussi de lire les codes furent réduits à des listes et des décorations en or volés, ont
graphie n’ouvrira qu’en 2021, Spillebout, ancienne directrice laissé sa marque sur ses élèves culturels et les mutations d’une numéros.  annoncé, dimanche 1er décem­
après de gros travaux de réhabili­ de cabinet de Martine Aubry, dont certains furent célèbres : société. Parmi les séries moins claire guillot bre, les autorités. Ce vol inter­
tation qui la doteront d’un espace pourrait bien affronter la maire Diane Arbus, Rosalind Solomon, connues, le travail sur les foyers vient quelques jours après
de 4 000 m2, dont 1 500 m2 d’expo­ socialiste sortante sous les cou­ Leon Levinstein… des immigrés caribéens, dans les Extra ordinaire, regards le cambriolage d’un musée à
sition. Mais déjà, dans ses locaux leurs de La République en marche Née à Vienne, Lisette Model années 1970, montre des intéri­ photographiques sur le Dresde où ont été dérobés des
– une ancienne école de filles dé­ aux élections municipales de pouvait être brutale quand elle eurs à la décoration soignée : les quotidien, sept expositions à joyaux du XVIIIe siècle. Parmi
sormais propriété de la région mars 2020. photographiait des privilégiés, habitants ont fait de leur salon le l’Institut pour la photographie les biens volés à Berlin se
dans le quartier du Vieux­Lille –, En attendant l’ouverture offi­ comme ces vieux riches dessé­ symbole de leur réussite, dont ils de Lille, 11, rue de Thionville, Lille. trouvent une médaille en or
elle donne à voir gratuitement, cielle, la directrice de l’Institut, chés prenant le soleil sur la pro­ envoient les images à leurs pro­ Du mardi au dimanche de de l’ordre du Mérite patrioti­
jusqu’au 15 décembre, ce dont elle Anne Lacoste, a réussi sa pre­ menade des Anglais (1934). Ses ches. Une vision idéalisée qui ca­ 10 heures à 18 heures, nocturne que, une de l’ordre de Lénine
est capable : pas moins de sept ex­ mière salve d’expositions – une élèves, s’ils ont trouvé une voix che en réalité le racisme subi le jeudi. Jusqu’au 15 décembre. et une de l’ordre de Karl­Marx.
positions, un salon du livre, des deuxième est prévue en 2020. Un propre, ont souvent hérité d’elle quotidiennement en Grande­ Gratuit. Des bagues et une montre ont
ateliers, des lectures de portfolio… cocktail intelligent de photogra­ un goût pour les images crues et Bretagne. Home Sweet Home, livre aussi été volées. Elles avaient
Le projet, qualifié avec humour phes historiques, d’artistes con­ pour l’expressivité des corps. Tel L’exposition livre aussi une vi­ d’Isabelle Bonnet, éd. Textuel, été confisquées à des citoyens
d’« axe Nord­Sud » par le directeur nus, de photos anonymes et Leon Levinstein, qui passa sa vie sion contrastée des années That­ 192 pages, 49 euros. par la police politique. – (AFP.)

James Gray amuse et émeut


avec « Les Noces de Figaro »
Au Théâtre des Champs­Elysées, la nouvelle production de l’œuvre
de Mozart vaut surtout pour la mise en scène du cinéaste américain

OPÉRA ou émeuvent dans l’instant tandis


que leurs déplacements sur le pla­
prestations de trapézistes sans fi­
let. Moins exposés, les person­

A u vu de la nouvelle pro­
duction des Noces de
Figaro, à l’affiche du Thé­
âtre des Champs­Elysées, à Paris,
jusqu’au 8 décembre, on pourrait
teau relèvent d’une stratégie de
long terme dans laquelle les ac­
cessoires occupent une place de
choix : le miroir de poche au pre­
mier acte, qui passe des mains de
nages secondaires parviennent à
tirer leur épingle du jeu. Florie
Valiquette, avec mérite, dans la
troublante cavatine de Barberine,
Jennifer Larmore à chaque appari­
croire que monter un opéra de Suzanne à celles de Marceline tion de la pétulante Marceline et
Mozart relève de l’enfance de l’art. dans un souci de symétrie dans la Mathias Vidal (Basilio), inoublia­
Qu’il suffit de suivre fidèlement le rivalité entre les deux, ou la gui­ ble oiseau de mauvais augure.
mode d’emploi (didascalies, orien­ tare, au second acte, qui attend sur Très lisse, peut­être pour coller
tations expressives) pour que ce le lit de la Comtesse que sa camé­ au caractère superficiel du page
jouet lyrique hérité du XVIIIe siècle riste l’utilise pour accompagner la aux allures de passe­partout
séduise l’usager d’aujourd’hui sérénade du page Chérubin. que figure Chérubin, Eléonore
épris de comédie. Pancrazi manque un peu de sa­
C’est ainsi qu’a procédé le Tantôt joujou tantôt bijou veur. C’est aussi le cas de la Com­
cinéaste James Gray à l’occasion de Tantôt joujou (du genre qui brûle tesse, campée par Vannina San­
sa première mise en scène d’opéra les planches), tantôt bijou (taillé toni, lors de son premier air. Au fil
et le résultat fonctionne à mer­ dans les hautes sphères de l’es­ des scènes, elle paraît charger sa
veille. L’action se situe à Séville ? prit), l’opéra modelé sur le plateau voix d’un vécu bénéfique à ses ul­
Les décors confiés au scénographe (avec quelques incursions dans la times élans, d’amour et de di­
Santo Loquasto évoquent, princi­ salle) par James Gray est au diapa­ gnité. Plus femme du peuple que
palement au premier acte, l’archi­ son de celui conçu par Mozart. On camériste distinguée, la Suzanne
tecture du Sud, et les costumes du n’en dira pas autant de son assise d’Anna Aglatova s’impose comme
couturier Christian Lacroix em­ musicale, déséquilibrée dans la une future matrone, ferme et to­
brassent, de la tête aux pieds, la ré­ fosse par la direction de Jérémie nique, alors que, pour l’heure,
férence espagnole. Le livret de Da Rhorer, qui s’appuie de loin en c’est plutôt le Figaro de Robert
Ponte n’épouse pas les intentions loin sur de vigoureux accents, Gleadow qui donne l’impression
révolutionnaires de la pièce de alors que son propos semble re­ de porter la culotte. Illustration
Beaumarchais dont il s’est ins­ chercher l’immatériel. suprême du soin porté par James
piré ? La rébellion de Figaro contre Soumis, dès l’ouverture, à des Gray à tous les détails de l’expres­
le comte Almaviva s’apparente tempi très élevés, le Cercle de sion corporelle, le baryton cana­
moins à la lutte idéologique d’un l’Harmonie est souvent à la peine dien décline la malice sur tous
valet contre son maître qu’à la (en particulier, les vents). Pour un les tons, avec un supplément de
bataille pragmatique conduite par morceau d’une exquise légèreté charme quand il doit plonger
un homme amoureux contre le (la marche prénuptiale), combien dans les graves. Bien que le comte
cavaleur qui a des visées sur sa de numéros inaboutis et perdus Almaviva soit, dans les faits, l’uni­
future épouse. entre cadre nerveux et contenu que perdant de l’étourdissante
On pourrait développer à loisir la nébuleux ? La contribution, au partie de colin­maillard que cons­
confrontation entre les enjeux de pianoforte, de Paolo Zanzu est tituent Les Noces de Figaro, c’est
l’œuvre et leur mise en scène, au heureusement plus homogène et lui qui rafle la mise de cette nou­
sens littéral – visuel, spatial, in­ elle inscrit les récitatifs dans une velle production sous les traits
carné – du terme par James Gray fantaisie et un naturel qui corres­ d’un Stéphane Degout à la qua­
pour en arriver au même constat : pondent idéalement aux qualités rantaine rugissante et luisante. 
c’était écrit. Si le travail du cinéaste de la mise en scène. pierre gervasoni
respecte avec humilité le « script » Excellents sur le plan théâtral,
fourni par le duo Da Ponte­Mozart, les chanteurs ne sont pas à la noce Les Noces de Figaro, de Mozart.
il n’en est pas pour autant ano­ avec l’accompagnement de Jéré­ Théâtre des Champs­Elysées,
nyme. La direction d’acteurs re­ mie Rhorer qui, effaçant souvent 15, avenue Montaigne, Paris 8e.
gorge de trouvailles qui amusent la pulsation, les contraint à des Jusqu’au 8 décembre.
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 télévision | 25
Soixante ans de diplomatie cubaine décryptés VOTRE
SOIRÉE
TÉLÉ
Mike Gold et Delphine Jaudeau expliquent pourquoi la politique extérieure castriste n’a cessé de déconcerter

ARTE fallu attendre longtemps avant


MARDI 3 - 20 H 50 que le dirigeant cubain laisse tom­ MARDI  3 DÉCEMBRE
DOCUMENTAIRE ber sa doctrine de guerre révolu­
tionnaire et admette que la révolte TF1

L
a diplomatie est un do­ armée ne permet plus de changer 21.05 Los Angeles. Bad Girls
maine complexe mais qui le monde. Au milieu des années Série. Avec Jessica Alba, Gabrielle
peut se révéler passion­ 1960, alors que l’ennemi impéria­ Union, Duane Martin (EU, 2019).
nant, même à la télévi­ liste américain s’embourbe dans 22.50 Los Angeles. Bad Girls
sion. Et lorsqu’il s’agit de la politi­ un conflit à l’autre bout du Série. Avec Jessica Alba, Gabrielle
que extérieure menée depuis monde, il clame : « Nous devons Union, Duane Martin (EU, 2019).
soixante ans par un pays aussi créer plusieurs Vietnam ! »
atypique que Cuba, cet angle d’at­ Près de trente ans plus tard, alors France 2
taque peut déboucher sur un pro­ que l’URSS s’est désintégrée, Cas­ 21.10 Rendez-vous
gramme télévisé haletant. C’est le tro tente d’autres méthodes pour en terre inconnue
cas de cette coproduction franco­ déstabiliser l’adversaire de tou­ Estelle Lefébure chez les Samburu
britannique (Arte, BBC) qui, en jours : « En laissant soudain des Magazine présenté par
près de deux heures, explique milliers de Cubains tenter de trou­ Raphaël de Casabianca.
comment la politique extérieure ver refuge en Floride, il essayait de 23.10 Retour en terre inconnue
de Fidel Castro n’a cessé de sur­ Fidel Castro, se débarrasser de ses propres pro­ Magazine présenté par
prendre alliés comme adversai­ en avril 1989, blèmes tout en gênant les Etats­ Raphaël de Casabianca.
res. Que la période soit crispée, ou, à Cuba. Unis », résume Bill Clinton. Agents
au contraire, propice à la détente. DIRCK HALSTEAD/ du FBI en action, espions cubains France 3
Ce programme ambitieux, fruit THE LIFE IMAGE en Floride, exilés anti­castristes 21.05 D’un monde à l’autre
de longs mois de travail, permet prêts à des opérations suicides, Téléfilm de Didier Bivel.
de découvrir de nombreuses ar­ échanges de médecins cubains Avec Pascal Demolon, Anne Marivin,
chives filmées inédites concer­ contre du pétrole avec le Ve­ Jules Houplain (Fr., 2019, 90 min).
nant notamment des opérations passant par des diplomates qui, à pas une parole libre sur un certain castriste hors­norme. Ne pouvant nezuela de Chavez, intervention 22.35 Le Viol
militaires extérieures auxquelles l’époque, menaient des négocia­ nombre de sujets », souligne Del­ s’imposer sur la scène internatio­ étonnante du Vatican dans une Téléfilm d’Alain Tasma. Avec
ont participé des soldats cubains tions secrètes, tous dépeignent phine Jaudeau, réalisatrice de la nale par la force, le régime a dû user phase de négociations, tous les Clotilde Courau, Hippolyte Girardot,
(à la frontière algéro­marocaine, des situations parfois tragico­ deuxième partie du documen­ d’autres moyens… » ingrédients d’un thriller géopoli­ Bérangère McNeese (Fr., 2017, 87 min).
au Congo, en Angola, en Améri­ miques, et souvent inattendues, taire, qui ajoute : « Nous voulions Ce sont donc ces autres moyens tique sont réunis pour passer une
que centrale…). On réécoute avec dans un contexte plus ou moins échapper au questionnement habi­ qui sont analysés. Et qui, par rico­ bonne soirée. Un cuba libre en Canal+
attention un Fidel Castro plutôt apaisé selon les périodes. tuel : “Fidel Castro, dictateur ou ré­ chet, racontent l’histoire d’une ré­ main, ou pas.  21.05 Footbal
détendu face à deux journalistes volutionnaire admirable ?” Il volution qui a dépassé ses propres alain constant Lyon-Lille
américains. Et l’on apprend beau­ Thriller géopolitique s’agissait d’abord de comprendre frontières. Les relations souvent En direct. Ligue 1, 16e journée.
coup des témoins interrogés. De « Notre approche consiste à faire comment cette révolution a sur­ étranges entre Fidel Castro et les Cuba, la révolution et le monde, 23.05 Late Football Club
l’ancien président américain Bill raconter l’histoire par ceux qui vécu si longtemps, avec des enne­ responsables soviétiques et amé­ documentaire en deux parties de Magazine présenté par Eric Besnard.
Clinton à d’ex­membres des servi­ l’ont vécue et influencée, et nous sa­ mis partout, et c’est notam­ ricains sont décortiquées avec mi­ Mike Gold et Delphine Jaudeau
ces de renseignements cubains en vions que les Cubains n’auraient ment grâce à la politique étrangère nutie. On rappelle aussi qu’il a (RU­Fr., 2019, 57 min et 59 min). France 5
20.50 Enquête de santé
Magazine présenté par
Marina Carrère d’Encausse
et Philippe Charlier.

A la rencontre des enquêteurs­citoyens de Bellingcat 22.35 C dans l’air


Talk-show présenté par
Caroline Roux.
Ce film passionnant s’intéresse aux « geeks » spécialistes de la recherche d’informations sensibles en ligne Arte
20.50 Cuba, la révolution
et le monde
PLANETE+ tion Bellingcat, une investigation dans toute l’Europe, s’emploie à ciels, images et banques de don­ vail permet, au­delà de l’informa­ Documentaire de Mick Gold et
MARDI 3 - 20 H 55 basée sur des données publiques authentifier des vidéos postées nées en libre accès – Google Earth tion du public, de réunir des preu­ Delphine Jaudeau en deux parties
DOCUMENTAIRE et qui a abouti grâce à une poi­ sur les réseaux sociaux, à géoloca­ et YouTube, notamment – et, sur­ ves pour des poursuites pénales. (Fr.-RU, 2019, 57 et 59 min).
gnée de salariés et des dizaines de liser des photographies, traquer tout, sur le travail minutieux des Richement nourri, parfois 22.50 Cuba, un aller et un retour

D e quoi l’acronyme OSINT,


encore mal connu du
grand public, est­il le
nom ? L’« open source intelli­
gence » et son dérivé, l’« open
contributeurs indépendants et
bénévoles. A la clé, l’identification
des empoisonneurs de l’ancien
agent double russe Sergueï Skri­
pal et de sa fille Ioulia.
des mouvements suspects… pour,
in fine, déjouer la propagande et
la désinformation. Leur tableau
de chasse est impressionnant :
c’est à eux, entre autres, que l’on
contributeurs, qui consacrent
aux recherches un nombre d’heu­
res que peu de newsrooms sont
capables de fournir.
C’est pour transmettre ce savoir­
émouvant, le film n’élude pas les
questions délicates, comme celle
de la légitimité de ces « geeks » ri­
vés à leurs écrans nuit et jour, et
nous donne à voir ce que le journa­
Documentaire de Frédéric Compain
(France, 2018, 53 min).

M6
21.05 La France
source investigation », sont à Menée par Eliot Higgins, un doit les indices permettant d’at­ faire qu’Eliot Higgins a créé Bel­ lisme d’investigation propose de a un incroyable talent
l’origine de scoops retentissants trentenaire anglais au profil aty­ tribuer l’attentat contre le vol lingcat, explique­t­il dans ce pas­ plus excitant à l’heure actuelle.  Divertissement présenté par
et d’enquêtes majeures publiées pique, renvoyé de son dernier MH17 à des miliciens pro­russes sionnant documentaire, réalisé audrey fournier David Ginola.
ces dernières années. En mai der­ poste d’administratif et traqueur combattant en Ukraine. Leurs par le Néerlandais Hans Pool, qui 23.15 La France a un incroyable
nier, l’European Press Prize a ré­ compulsif et obsessionnel d’in­ méthodes, à la portée de tout le montre le quotidien peu sexy de Bellingcat, les combattants talent, ça continue
compensé le travail d’enquê­ formations sur Internet, cette monde à condition de savoir les ces journalistes citoyens, pour la de la liberté, de Hans Pool Divertissement présenté par
teurs appartenant à l’organisa­ équipe, qui compte des membres utiliser, s’appuient sur des logi­ plupart autodidactes, dont le tra­ (PB, 2018, 90 min). David Ginola.

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Issue de secours pour essayer de SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.


Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 19 - 281
PAR PHILIPPE DUPUIS
s’en sortir. II. Absence pas toujours
volontaire. Fait l’innocent.
N°19­281 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
III. Blanche, elle emprisonne la rosée. 75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
7 5 4 9 1 2 3 8 6

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Plus souvent sur les têtes. IV. Colère 6 1 2 3 5 8 9 7 4 Abonnements par téléphone : de France 3289
8 3 9 7 6 4 1 2 5 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
d’une autre époque. Son chemin le
I 2 3 2 1 4 9 5 8 6 7 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
mène par Rome. Encadrent tous. 5 7 8 2 3 6 4 1 9 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II V. Lâchas ton coup. Moquerie collec- 3 9 9 4 6 1 8 7 2 5 3

tive. VI. Certains y jouent au billard, 2 8 3 6 7 9 5 4 1 Courrier des lecteurs


1 6 5 8 4 3 7 9 2 Par courrier électronique :
III d’autres y portent le bicorne. Struc- 4 5 4 9 7 5 2 1 6 3 8 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
ture d’entreprise. VII. Fait tache sur la Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV cornée. Accord au Sud. Sur la rive.
3 6 1 7 Très facile
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
VIII. Doublé romain. Sans déborde- 7 1 Complétez toute la
6 8 Emploi : www.talents.fr/
V grille avec des chiffres
ment. Se dispensa. IX. Moelleuses et Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9.
VI douces au toucher. X. Dans une 4 7 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
grande indigence. être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII 2 6 8 3 9 seule fois par ligne,
VERTICALEMENT La reproduction de tout article est interdite
par colonne et par sans l’accord de l’administration. Commission
VIII 1. Réflexion qui risque de prendre 1 5 9 3 4 carré de neuf cases. paritaire des publications et agences de presse
beaucoup de temps. 2. La belle à long- Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX temps roulé des mécaniques. 3. Ré-
duirai sous les coups. Bouts de
X
caoutchouc. 4. Baie nippone. Suiveur avec plus de

L’EMPIRE
70 CARTES
fidèle. 5. Tueuse africaine. Piégés. H O R S -S É R I E
ORIGINALES

Présidente :
6. Dans la fouille. Manifestations du- Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 19 - 280 bitatives. 7. Travailleur infatigable de

HORIZONTALEMENT I. Brouillamini. II. Leurrée. Anon. III. Apt. Ouvertes.


la terre. L’affreux Arturo. 8. Faite par
les hommes, pas par les équidés.
AMÉRICAIN 80, bd Auguste-Blanqui,
75707 PARIS CEDEX 13
Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Néron. Urée. V. Crinière. Ras. VI. STO. SNE. Sert. VII. Bonnet. Vitra. Point du matin. 9. Complètement dé- L’EMPIRE
VIII. Erse. Rail. On. IX. Ci. Néant. Ost. X. Sérénissimes. faite. 10. Déesse marine, nourrice de AMÉRICAIN Naissance. Domination. Déclin ?
Un hors-série L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
93290 Tremblay-en-France
Dionysos. Après l’avoir vu, avec de. 156 pages - 12 € Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Blancs-becs. 2. Répertorié. 3. Outrions. 4. Ur. On.
Chez votre marchand de journaux
11. Passées à l’huile. 12. Ses eaux Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Néné. 5. Ironise. En. 6. Leu. Entrai. 7. Levure. Ans. 8. Ere. Vits. 9. Mare. et sur Lemonde.fr/boutique Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
gardent leur secret. Descend durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
Sil. 10. Intérêt. Om. 11. Noé. Arrose. 12. Insistants.
rapidement. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
26 | styles 0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

la mode se prend au jeu… vidéo


Des « skins » « League of Legends » habillés en Louis Vuitton, des jeux
et des applications qui se multiplient : le monde virtuel et celui de la mode
se rapprochent. Le but ? Séduire les générations Y et Z, l’avenir du marché

Sur
MODE l’application
Drest.

Q
iyana en Louis Vuit­ DREST
ton. Non pas Ri­
hanna, Qiyana. En re­
cevant ce communi­
qué, beaucoup se
sont demandé qui était cette
(nouvelle ?) star. Qiyana, aussi
connue comme l’impératrice des
éléments, est une des héroïnes du Qiyana, une
jeu vidéo le plus populaire du mo­ des héroïnes
ment : League of Legends. La voilà de « League
donc relookée par Nicolas Ghes­ of Legends »,
quière ; même sa grande hache en Louis Vuitton.
circulaire s’habille du mono­ LOUIS VUITTON MALLETIER
gramme Louis Vuitton. Dans
l’univers parallèle des jeux vidéo,
ce type de tenue s’appelle un Dans le microcosme mode de ensemble, car la particularité du
« skin » (une tenue virtuelle et sta­ Drest, on fait comme dans l’in­ jeu vidéo, c’est son côté très com­
tutaire) et gloire à ceux qui l’ob­ dustrie, on monte les échelons en munautaire. » Et on ne parle pas
tiendront dans une partie. relevant des défis. Pour cela, on de microgroupes : plus de
Louis Vuitton a également des­ achète des vêtements qui sont les 100 millions de joueurs se retrou­
siné la boîte du trophée du Cham­ versions virtuelles de modèles de vent autour de League of Legends.
pionnat du monde de League of grandes marques et de créateurs Et puis, cette « internationale des
Legends qui a eu lieu dimanche (de Gucci à Christopher Kane) joueurs » est particulièrement
10 novembre à Bercy devant une pour un mannequin virtuel à cus­ bien implantée en Asie, marché
salle comble (15 000 places pour tomiser. On gagne son argent en chéri de la mode.
600 000 demandes). A cette occa­ « travaillant » (en organisant des « Là­bas, les jeunes ne savent
sion, a été annoncée l’arrivée séances photos par exemple), ou même pas ce qu’est la télévision,
pour le début de l’année 2020 en achetant des « packages (à par­ poursuit Xavier Rezgui, ils ne li­
d’un autre « skin » destiné cette tir de 3,49 euros pour 5 000 dol­ sent pas de magazines mais vivent
fois à Senna, autre star du jeu. En­ lars Drest). Un lien emmène en­ scotchés à leurs smartphones. Et
fin, en janvier, la marque fran­ suite le joueur vers de véritables ils sont nombreux à jouer. En Indo­
çaise lancera une collection cap­ achats sur le site d’e­commerce nésie, par exemple, un pays très
sule de « vrais » vêtements inspi­ Farfetch. Disponible en version jeune dont la moyenne d’âge est en
rés de ces personnages. test pour l’instant, Drest sera utili­ dessous de 30 ans, 50 millions de
Si ce partenariat a tout d’une of­ Burberry pour pouvoir dévelop­ une clientèle jeune qui repré­ sable en version complète au dé­ personnes jouent tous les jours et
fensive de masse, ce n’est qu’une per ce type de projets : la jeune gé­ sente l’avenir du marché. but de l’année 2020. les “hard gamers” jouent de cinq à
des manifestations de ce nouvel nération de designers qui a « Nous avions déjà fait plusieurs six heures quotidiennement. »
engouement de la mode pour le grandi avec les consoles de jeux à expériences de jeu en Chine, mais Caisse de résonance Et ils n’hésitent pas à dépenser
monde des jeux vidéo. Dans son portée de main s’en donne à cœur B Bounce, qui est destiné à notre Son concurrent, Ada, est le du « vrai » argent. On attend un
flirt avec le high­tech, la mode joie. Arnaud Vaillant et Sébastien jeune clientèle, est notre premier « bébé » d’un Coréen venu du chiffre d’affaires de 70 milliards
s’en était jusque­là tenue aux es­ Meyer, les fondateurs de la mar­ projet ludique de la sorte. Nous sa­ monde du jeu vidéo, Andy Ku, et de dollars (63,5 milliards d’euros)
sayages virtuels de vêtements, à que Coperni, respectivement 29 vons que cette clientèle baigne de deux figures de la mode, Eliza­ en 2019 pour les jeux sur smart­
quelques promenades de réalité et 30 ans, passionnés de high­ dans le jeu, et nous sommes ravis SUR DREST, ON GAGNE  beth von Guttman et Alexia Nied­ phone. « Certains gamers débour­
augmentée dans les coulisses. Sur tech, en sont déjà à leur deuxième qu’elle puisse maintenant rejoin­ SON ARGENT  zielski (responsables notamment sent facilement 3 000 euros pour
Instagram, des marques ont tenté jeu créé sur Instagram. dre notre communauté et décou­ du magazine System). Dans le un objet virtuel, assure Xavier
récemment l’aventure du filtre et vrir par le jeu vidéo notre nouvelle EN « TRAVAILLANT »,  monde en 3D d’Ada, un « vrai » Rezgui ; dans notre jargon, on ap­
du sticker griffé. Mais l’industrie Des poupées virtuelles collection de doudounes », s’en­ dollar équivaut à 1 000 dollars vir­ pelle cela des “whales”, des balei­
du vêtement s’offre là un tout « On fait tout nous­mêmes, avec thousiasme Mark Morris, Senior EN ORGANISANT  tuels, de quoi faire des orgies de nes. Quand les gens ont un atta­
autre terrain de jeu, qui séduit nos moyens. Pour le nouveau jeu, Vice President du commerce digi­ mode avant de passer éventuelle­ chement émotionnel à leur per­
plus d’une marque. Coperni Arcade, on a tout filmé tal chez Burberry.
DES SÉANCES PHOTO,  ment au shopping réel sur un site sonnage, ils n’hésitent pas à sortir
Depuis le 21 octobre, sur le site dans nos locaux, sur fond vert. Il y Certains jeux « mode » ou appli­ PAR EXEMPLE. UN LIEN  de vente relié au jeu. La Chine a eu la carte bleue. En revanche, pour ce
de Burberry, on peut jouer au a 52 épisodes, un par semaine, à re­ cations misent plutôt sur « l’ha­ la primeur du jeu le 18 octobre. Ici, qui est de passer à l’achat de vrais
B Bounce. Le principe : on choisit trouver dans les stories de notre billage » haut de gamme de pou­ EMMÈNE ENSUITE  il faudra attendre début 2020. vêtements sur une plate­forme de
une doudoune à logo pour un mi­ compte. Notre but était d’utiliser à pées virtuelles. L’idée est de me­ Petit à petit, la mode réalise vente, je suis sceptique. Ce ne sont
gnon petit cerf que l’on fait sauter notre manière le côté ludique ner le joueur vers un site d’e­com­ LE JOUEUR VERS  donc la caisse de résonance pas les mêmes ressorts du plaisir ;
de plate­forme en plate­forme d’Instagram pour avoir un autre merce bien réel, lui. Drest est ainsi DE VÉRITABLES ACHATS  inouïe que peut être l’univers du ce n’est pas parce que vous jouez à
pour qu’il parcoure la plus grande type de contact avec nos clients et l’idée de Lucy Yeomans, ancienne jeu vidéo. « Ce monde­là a une un jeu de voyage que vous achetez
distance possible. En chemin, on nos followers. » rédactrice en chef de magazines SUR LE SITE FARFETCH audience gigantesque, confirme des voyages. »
obtient des gifs (ces petites ani­ Car il s’agit bien, à travers ces de mode anglais, et succède au Xavier Rezgui, directeur général Un modèle qui reste à explorer.
mations qui font concurrence nouveaux supports, de séduire la pionnier à succès Kim Kar­ de Pocket Whale, une agence de 2020 dira si tous ces nouveaux
aux émojis) de son personnage génération Y (née entre 1980 et dashian : Hollywood, lancé création et de marketing spéciali­ jeux de mode ont pu trouver leur
bondissant et on peut même ga­ 2000, la première « digital na­ en 2014 (un jeu vidéo dans lequel sée dans le jeu vidéo. Je ne connais place dans un marché où des di­
gner… une vraie doudoune. tive ») et la génération Z (née on pouvait créer son apprentie pas d’autre domaine où les gens zaines de jeux vidéo sont lancés
Nul besoin d’avoir les moyens après 2000, celle qui glisse ins­ célébrité pour suivre Kim Kar­ font exactement la même chose chaque jour. 
colossaux de Louis Vuitton ou tinctivement le doigt sur l’écran), dashian sous les projecteurs). partout dans le monde et le font carine bizet

L’uniforme sous toutes ses formes


L’exposition « Les Canons de l’élégance » présente, au Musée de l’armée, à Paris, 230 pièces de parures militaires

A quoi s’attendre lors d’une


exposition sur les « ca­
nons de l’élégance », au­
delà des bons jeux de mots ? « On
montre ce qu’on n’a pas l’habitude
qu’ils ont été chefs de guerre et
aujourd’hui, le président de la Ré­
publique est encore le chef des ar­
mées. » Et l’accession au pouvoir
impose un devoir de distinction,
soit dans leur extraordinaire re­
cherche esthétique, soit dans
l’histoire qu’elles racontent, et
parfois dans les deux.
s’habituer à tant de faste et de
beauté surgit un sacré triptyque.
D’abord une épée en cristal
lourde et fragile (en un mot : par­
faite) offerte au maréchal Pétain
pas du très bel ouvrage », admet
Dominique Prévôt.
Après cette entrée en matière
réussie, la succession de salles dé­
cline les raisons du faste militaire.
ser à une perruque esquintée
d’Andy Warhol.
Une des pièces les plus impres­
sionnantes est sans doute ce har­
nachement de cheval apparte­
de montrer », affirme Dominique notamment par le prestige de son Une perruque à la Andy Warhol en 1942 par un journal français On constate d’abord qu’il sert à si­ nant à un mamelouk, cette milice
Prévôt, un des trois commissaires accoutrement. La première salle s’intéresse aux collaborationniste. On se re­ gnifier la grandeur du pouvoir, formée d’esclaves affranchis au
de l’exposition consacrée à l’ap­ En guise d’introduction, plu­ usages et cadeaux dont la dimen­ tourne et paf ! Nous voilà face à « en temps de guerre, les hommes service de différents souverains
parat dans la parure militaire pré­ sieurs objets montrent la dimen­ sion superflue contraste avec un fusil d’assaut HK G3 pas joli, à qui le roi a donné le droit d’exer­ musulmans qui dominait l’Egypte
sentée au Musée de l’armée, à Pa­ sion militaire de la plus haute l’épreuve du combat. Elle com­ joli avec ses pièces en plastique cer la force en son nom doivent af­ à la fin du XVIIIe siècle : le drap des­
ris. 80 % des 230 pièces d’uni­ fonction de l’Etat. Parmi elles, mence sagement avec une belle imbriquées, donné en cadeau à ficher aux yeux de tous la dignité et tiné à couvrir le dos de la bête est
forme, d’armement ou d’équipe­ l’épée de diamants de Louis XVI, armure du Dauphin (futur Charles Hernu, le ministre de la la confiance qui leur est accordée, brodé d’un réseau de lapis­lazuli,
ment du XVIe siècle à nos jours un projet si pharaonique que pas Henri II), exceptionnelle par la défense de François Mitterrand, explique Dominique Prévôt. Les corail, grenat et laiton doré. Un
montrées font partie des collec­ de chance, elle ne sera prête qualité de son décor damasquiné par le royaume d’Arabie saoudite. troupes qui protègent le souverain maillage aussi complexe et dense
tions des Invalides. qu’en… 1789. Le roi n’aura l’occa­ d’argent, enchaîne sur le bel habit Le clou du spectacle, c’est quand doivent aussi manifester la gran­ que l’interconnexion Châtelet­les­
Il est vrai que le lien entre le dé­ sion de la porter qu’une fois, lors bleu céleste d’Alexandre II en sa même ce poignard d’aspect plu­ deur du régime qu’ils servent ». On Halles. 
chaînement destructeur de la de l’ouverture des Etats généraux. qualité de tireur du 3e bataillon tôt minable, flanqué d’un étui en se rend compte à cette occasion elvire von bardeleben
guerre et le goût de l’apparat ne va Volée en 1792, elle a été ensuite re­ finnois. En met plein les yeux peau de chèvre beigeasse légère­ que la définition du chic a bien
pas de soi. « On est parti du constat trouvée, mais délestée de ses avec un canon miniature doré of­ ment déchiré, cousu à la va­vite, évolué : à l’époque de l’impéra­ Les Canons de l’élégance,
que le pouvoir politique et le pou­ cailloux, évidemment. Le plaisir fert par le parlement de Franche­ avec des fils de fer qui dépassent. trice de Russie Elisabeth Ire, sa jusqu’au 26 janvier 2020
voir militaire sont intimement liés, que procure cette exposition se Comté à Louis XIV au moment de Un présent du colonel Mouam­ garde rapprochée arborait un cas­ au Musée de l’armée.
explique Dominique Prévôt. Les nourrit de la diversité des pièces son rattachement à la France. Et mar Kadhafi à Nicolas Sarkozy que surmonté d’un crin blafard Hôtel national des Invalides
rois de France ont été rois parce exposées, dont l’intérêt réside puis, alors qu’on commence à lors de sa visite en 2007. « Ce n’est qui, aujourd’hui, fait surtout pen­ 129, rue de Grenelle Paris 7e.
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 carnet | 27
Juliette Hamon,

Yasuhiro Le Carnet
Vous pouvez nous envoyer
son épouse,
Julie et Pauline,
ses filles,
Houcheng, Kioumarz et Lucien,
ses petits-fils,
Anniversaire malheureux

Paul GRINBERG,
né le 3 décembre 1928,

Nakasone vos annonces par mail :


carnet@mpublicite.fr
en précisant vos coordonnées
(nom, adresse, téléphone et votre éventuel
Kamiar,
son gendre,
Sa famille,
Ses amis,
Ses voisins,
aurait quatre-vingt-onze
aujourd’hui.

J’aimerais tant lui souhaiter « Un


ans

Les AAA-APHP
vous proposent un dîner-débat

Ancien premier
numéro d’abonné ou membre de la SDL)
Ses connaissances, bon anniversaire » mais il est décédé le 11 décembre 2019, à 19 h 30,
Réception de vos annonces : le 17 novembre 2009.
du lundi au vendredi ont la très grande tristesse de faire Les Urgences à l’Hôpital
jusqu’à 16 heures part de la disparition, survenue à Jean-Paul, Difficultés rencontrées

ministre du Japon le samedi et les jours fériés


jusqu’à 12 h 30
Pour toute information
l’âge de soixante-dix-sept ans, de

Georges HAMON
son fils.

Hommage
et solutions proposées
avec les professeurs
Ricardo Carbajal,
Jean-Christophe Mercier
complémentaire Carnet : kinésithérapeute (er). et Dominique Pateron,
Le Cedetim président de la Collégiale
01 57 28 28 28 (Centre d’études et d’initiatives de des Urgences de l’AP-HP.
La vapeur d’eau de son dernier solidarité internationale), Ce dîner-débat sera présidé
par M. François Crémieux,
souffle va rejoindre les nuages et son directeur général adjoint
AU CARNET DU «MONDE» corps le centre de dons de corps de la rend hommage à notre ami et
camarade, de l’Assistance Publique-
Faculté de médecine de Poitiers Hôpitaux de Paris.
avant de se dissoudre dans la terre.
Décès Alain DESJARDIN,
Participation aux frais : 43 euros.
28, rue Bel Ebat, Réservation et informations :
Le docteur Charles-Harry Antelin qui vient de nous quitter le samedi
17580 Le Bois-Plage en Ré. annie.escot-ext@aphp.fr
et Annie, 9 novembre 2019.
geohamon@wanadoo.fr et aaa.aphp.sap@aphp.fr
son fils et sa belle-fille, Toute sa vie, de Roubaix au Larzac,
Karen et Charles Vernimmen Toulouse. d’ouvrier, d’employé, de paysan, de Restaurant « Chez Jenny »,
et leurs enfants, militant politique, syndicaliste, 39, boulevard du Temple, Paris 3e.
Julien et Kristyn Antelin M. et Mme Jacques Igalens, associatif, écologiste, altermondialiste, Métro : République ou Temple.
et leurs enfants, son fils, il a lutté pour la paix, la justice, la
Sarah et Sylvain Coriat Laurent, solidarité. Une vie pour… ici et là-bas,
et leurs enfants, Jean-Christophe solidaire, comme le titre de ses
ses petits-enfants et son épouse, Clélia, mémoires publiées en 2008.
et arrière-petits-enfants, ses petits-enfants,
Paul et Ysé,
ont la tristesse de faire part du décès ses arrière-petits-enfants, Communications diverses
de
ont la tristesse de faire part du décès
Maxime ANTELIN, de
Mondes en marge :
145808, Les communautés autochtones
officier de la Légion d’honneur,
Mme Aliette IGALENS,
née CONDOM, au 21e siècle
chevalier Fondation Louis Vuitton Regards croisés sur la Sibérie,
de l’ordre national du Mérite, survenu le 28 novembre 2019, Taïwan, la Chine,
En 1987. à l’âge de quatre-vingt-dix ans. la Nouvelle-Calédonie et l’Australie.
TORU YAMANAKA/AFP survenu à Paris, le 28 novembre 2019, Dans le cadre de l’exposition Projections de films documentaires
dans sa quatre-vingt-quinzième « Le monde nouveau et débats avec des spécialistes.
Dignité funéraire Toulouse, de Charlotte Perriand »
année. Mardi 3 décembre 2019
PF Garonnaises, (jusqu’au 24 février 2020), Auditorium de l’Inalco,
Etablissements Mamy, la Fondation Louis Vuitton propose 10 h 30 - 20 heures.
Les obsèques auront lieu le Tél. : 05 61 48 97 05. un colloque consacré à la créatrice, 65, rue des Grands Moulins, Paris 13e.
mercredi 4 décembre, à 16 heures, mercredi 4 décembre, Entrée libre

E
n dépit de son éviction 27 MAI 1918 Naissance au crématorium du cimetière du Françoise Larger, de 10 heures à 17 h 30, www.inalco.fr
de la politique active ja­ à Takasaki (Japon) Père-Lachaise, 71, rue des Rondeaux, son épouse, dans l’Auditorium.
ponaise, en novem­ 1967 Ministre des transports Paris 20e. Vanessa Larger,
Aurélien Larger, Introduites par Pernette Perriand-
bre 2003, lorsque le Parti 1972 Ministre du commerce ses enfants, Barsac et Jean-Paul Claverie,
libéral­démocrate (PLD) refusa international et de l’industrie Mulhouse (Haut-Rhin). conseiller de Bernard Arnault
Pau (Pyrénées-Atlantiques). ont la douleur de faire part du décès et en présence de Suzanne Pagé,
d’endosser sa candidature en rai­ 1974 Secrétaire général du
de directrice artistique de la Fondation
son de son âge (85 ans à l’époque), Parti libéral-démocrate (PLD) Denise Bockel, Louis Vuitton, quatre tables rondes,
Yasuhiro Nakasone n’en continua 1982-1987 Premier ministre en union avec Francis Bockel (†), François LARGER, animées par Laure Adler,
pas moins à prendre part jusqu’à 29 NOVEMBRE 2019 Mort Francis et Christiane Mayer, X 57, Jean-Louis Cohen et Katia Baudin,
ses grands-parents, chevalier se succèderont autour de spécialistes
la fin de sa vie aux grands débats à Tokyo de la Légion d’honneur, SOS AMITIE
Marie-Odile et Jean-Marie Bockel, et universitaires internationaux.
nationaux. De la révision de la Envie d’être utile ? Rejoignez-nous !
ses parents, Sébastien Cherruet,
Constitution, qu’il prônait afin de Camille Lahillonne, survenu le 22 novembre 2019, à Paris, organisateur du colloque,
à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Les bénévoles de SOS Amitié
stimuler l’« amour de la patrie » et Ayant obtenu à 41 ans son pre­ sa fiançée, en collaboration avec Martine
écoutent
Sarah et Yoann Danjou, Dancer, en assure la coordination
de permettre au Japon de partici­ mier portefeuille (directeur de La cérémonie religieuse sera par téléphone et par internet
et conclura la journée.
per à un système de défense, à l’Agence de science et de techno­ François et Laurence Bockel, célébrée le mercredi 4 décembre, ceux qui souffrent de solitude,
Pauline Bockel et Stéphane Chanut, à 10 heures, en l’église Saint-Sulpice, mal-être et pensées suicidaires.
l’éventualité d’un armement nu­ logie) dans le cabinet Kishi, Naka­ Les thèmes évoqués seront
Marie Bockel et David Rahmane, place Saint-Sulpice, Paris 6e. l’occasion de revenir sur la vie et la
cléaire du pays, l’ancien premier sone fut plusieurs fois ministre et ses frère et sœurs et leurs conjoints, Nous ne répondons
carrière de Charlotte Perriand
ministre, mort le 29 novembre à directeur d’agences gouverne­ Evan, Lison, Léopold, Abel, Elias, L’inhumation aura lieu le même qu’à 1 appel sur 3
à travers son engagement artistique
Elise et Axel, jour, à 12 heures, au cimetière du Père- et recherchons des écoutants
101 ans à Tokyo, se situait à la mentales entre 1967 et 1974. mais aussi social et politique ;
Lachaise, boulevard de Ménilmontant, bénévoles.
droite du camp conservateur. Il Chef du gouvernement en 1982, ses neveux et nièces, la réflexion qu’elle a développée sur
Paris 20e. L’écoute peut sauver des vies
la place de l’individu dans la nature,
avait soutenu les cabinets Abe et il chercha à se démarquer de ses et enrichir la vôtre.
ont la profonde douleur de faire part sur la place de la femme dans
Cet avis tient lieu de faire-part. Horaires flexibles, formation
approuvé les visites de ce dernier prédécesseurs en faisant de la po­ du décès de la société, sur une nouvelle forme
assurée.
au sanctuaire Yasukuni, où, parmi litique à l’américaine, dont un d’habitation ou encore sur le rapport
23, rue Vaneau, des différentes formes de créations
les âmes des morts pour la patrie exemple fut son apparition à la té­ Pierre-Emmanuel BOCKEL, 75007 Paris. En IdF RDV sur
artistiques entre elles
qui y sont honorées, figurent cel­ lévision, en 1985, pour encoura­ lieutenant au 5e régiment www.sosamitieidf.asso.fr
et le concept de synthèse des arts.
d’hélicoptères de combat, En région RDV sur
les de criminels de guerre. ger les Japonais à acheter des pro­ Natacha Levy,
Au cours de ses cinq années de duits étrangers afin de réduire sa mère, Accès gratuit sur réservation : www.sos-amitie.com
mort pour la France, le 25 novembre Delphine Levy, www.fondationlouisvuitton.fr
pouvoir (1982­1987), Nakasone l’excédent commercial. Initiative 2019 au Mali, à l’âge de vingt-huit ans. son épouse,
s’attaqua aux problèmes aux­ inefficace. En dépit de ses liens Morgan, Roman et Margaux Levy,

ANNONCEZ
quels le riche Japon de la fin du étroits avec Ronald Reagan, il ne L’inhumation aura lieu au ses enfants,
cimetière de Pau, le mercredi Sa famille,
XXe siècle était confronté : ouvrir put éviter de fortes frictions com­ Ses ami(e)s,
4 décembre, dans l’intimité familiale.
son marché, stimuler la demande
interne et assumer des responsa­
merciales avec les Etats­Unis.
En matière internationale, Ya­ ont l’immense douleur de faire part
VOS ÉVÉNEMENTS LE CARNET

ENTREPRISE
Une cérémonie d’A Dieu aura lieu
bilités accrues sur la scène inter­ suhiro Nakasone dégagea le Japon le vendredi 6 décembre, à 14 h 30, du décès de
nationale. L’ère Nakasone fut celle de l’hypothèque que faisait peser en l’église Sainte-Marie de Mulhouse. Nicolas LEVY, Nominations, colloques, forums,
de l’internationalisation du Japon. sur sa politique de défense la limi­ conventions, séminaires...
« L’audace de servir. » survenu le 28 novembre 2019.
tation à 1 % du produit national Devise de sa promotion
Proximité avec Ronald Reagan brut du montant des dépenses d’élèves-officiers. La crémation aura lieu au
Parlant anglais, entretenant une militaires. Par sa visite en 1985 au crématorium du cimetière du Père-
relation personnelle avec Ronald sanctuaire de Yasukuni, il chercha Lachaise, Paris 20e, en la salle de la
Mme Dominique Guéry-Sekula, Coupole, le mardi 3 décembre,
Reagan, il apparut comme un à dégager le pays du poids de la son épouse, à 13 h 30.
grand homme politique du Japon culpabilité. Mais il dut faire mar­ Maxence et Shina Guéry,
d’après­guerre. Né le 27 mai 1918 che arrière devant le tollé que sou­ Clémence, Victor, Tous nos remerciements aux
Ariane et François Abou Chakra, équipes des professeurs Stanislas
dans une famille de négociants leva cette initiative chez ses voi­ Antoine, Alexandre, Alban, Pol et Pierre-Philippe Massault et
en bois de Takasaki, dans le dépar­ sins, notamment en Chine. Sur le ses enfants et petits-enfants, à l’hôpital Cochin.
tement de Gunma (nord­est de plan intérieur, il lança le proces­
Tokyo), diplômé en droit de la sus de dérégulation de l’écono­ ont la tristesse de faire part du décès Paul-Alain Stieglitz,
prestigieuse université de Tokyo, mie, sans toutefois s’attaquer au de Hélène Skolka,
Nadia Stieglitz-Courtney,
fonctionnaire au ministère de puissant lobby agricole. M. Jean-Claude GUÉRY, ses enfants,
l’intérieur et officier de marine Dans sa carrière, Nakasone eut chevalier Marine, Thomas, Hugo, Manon,
pendant la guerre, il se présenta aussi son lot de « casseroles » : son de la Légion d’honneur, Lauren, Iliade, Romane, Mila,
aux premières élections législati­ implication dans le scandale poli­ chevalier ses petits-enfants,
de l’ordre national du Mérite, Ivan et Mackie,
ves d’avril 1947. Sillonnant sa pro­ tico­boursier Recruit le contrai­ ses gendres, Pour toute information :
ancien membre
vince natale sur une bicyclette gnit à quitter le PLD en mai 1989. du conseil d’administration
blanche et portant une cravate Son nom fut surtout souvent as­ ont la tristesse de faire part du décès 01 57 28 28 28
de l’AGIRC,
noire (en signe du deuil national socié à celui de Yoshio Kodama, ancien directeur
de carnet@mpublicite.fr
de la défaite), il était soutenu par ruffian qui dirigeait des réseaux des affaires sociales Mme Claire STIEGLITZ,
des groupes de jeunes formant la d’espionnage nippons en Chine et de l’association française née PASTEUR,
des banques, Société éditrice du « Monde » SA
Société des nuages bleus. éminence grise de l’extrême
survenu à Grenoble, le 13 novembre Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
Celui qui passait pour un jeune­ droite liée à la pègre. survenu à Lille, le mercredi 2019, à l’âge de quatre-vingt-un ans. Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
turc du camp conservateur ne se Après avoir joué un rôle d’inter­ 27 novembre 2019, à l’âge de Directeur de la rédaction Luc Bronner
départit jamais d’un nationa­ médiaire controversé, en novem­ soixante-douze ans. Les obsèques ont eu lieu le samedi Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
23 novembre, à Grenoble, dans Direction adjointe de la rédaction Philippe Broussard, Alexis Delcambre, Benoît Hopquin, Franck Johannes,
lisme affirmé – non sans oppor­ bre 1990, dans la libération d’ota­ Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur
Ses funérailles seront célébrées l’intimité familiale. Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
tunisme parfois, ce qui lui valut le ges japonais retenus par Saddam Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian, Emmanuelle Chevallereau
le mercredi 4 décembre 2019, Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws
surnom de « Girouette ». Il cher­ Hussein, Nakasone avait réintégré à 14 heures, en l’église Notre-Dame Paul-Alain, Hélène et Nadia
étaient entourés de leur famille Directeur délégué au développement du groupe Gilles van Kote
cha à concrétiser ses idées dans ce les rangs du PLD en avril 1991. « Un de Pellevoisin, à Lille, suivies de Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
aimante pour célébrer la vie et la
qu’il nomma le « bilan de l’après­ vieux soldat ne meurt jamais : il s’ef­ l’inhumation au cimetière de l’Est, Rédacteur en chef chargé des diversifications éditoriales Emmanuel Davidenkoff
mémoire de cette personnalité gaie, Chef d’édition Sabine Ledoux
guerre », ambitieuse tentative de face lentement », avait­il écrit en à Lille. curieuse et pleine de vie. Directrice du design Mélina Zerbib
reconquête de l’identité culturelle quittant son poste de premier mi­ Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
Assemblée à l’église, à 13 h 45. « Je suis le maître de mon destin : Photographie Nicolas Jimenez
nippone affaiblie par cette « fleur nistre, en 1987. Il resta effective­ Infographie Delphine Papin
je suis le capitaine de mon âme. » Médiateur Franck Nouchi
artificielle » qu’aurait été la démo­ ment l’un des caciques du camp Dans l’attente de ses obsèques, William Ernest Henley. Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
cratisation imposée en 1945 par conservateur jusqu’à sa mort.  Jean-Claude repose à la chambre Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
l’occupant américain. philippe pons funéraire, 136, rue de Douai, à Lille. nadiastie@gmail.com Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
IDÉES
0123
28 | MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Le plan d’urgence
pour l’hôpital
n’éteindra pas l’incendie
En réaction au plan d’urgence pour l’hôpital
présenté par le gouvernement le 20 novembre,
plus de 150 chefs de pôle et directeurs médicaux,
venus des 30 centres hospitaliers universitaires
de France, expriment leur inquiétude. Pour eux,
les mesures annoncées sont insuffisantes

M
médecins assumant les plus enfants sont régulièrement transférés soumises aux lourdeurs administratives
hautes responsabilités dans dans des hôpitaux situés à plus de et dont la pérennité n’est pas certaine.
les hôpitaux universitaires, 200 kilomètres de leur domicile. Seule une revalorisation immédiate des
notre mobilisation a une va­ – Des patients venant de faire un acci­ salaires les plus bas, par les grilles indi­
leur symbolique d’autant dent vasculaire cérébral sont parfois pris ciaires, permettra la réouverture des lits L’ACCÈS AUX SOINS
plus forte que notre parole est en charge avec retard, diminuant ainsi et des salles d’opération fermés. Cette
rare. Nous parlons ici en dehors de tout leurs chances de récupération optimale. mesure est urgente.
EST EN SITUATION
parti pris syndical, parce que nous avons En réanimation, des transferts de pa­ Pour sortir du cercle vicieux dans lequel CRITIQUE À L’HÔPITAL
ont la passion du service public de santé. tients instables sont nécessaires pour ac­ est enfermé l’hôpital public (manque de
Mercredi 20 novembre notre attente cueillir les nouveaux arrivants. moyens, épuisement du personnel, dé­ PUBLIC ET POSE
Le contexte était forte, à la mesure de la colère qui – Faute d’anesthésistes et d’infirmières, faut d’attractivité, fermeture de lits) il
Le gouvernement a présenté, le gronde. Le plan d’urgence pour l’hôpital l’accès aux blocs opératoires est restreint faut lever temporairement l’étau finan­ AUX SOIGNANTS
20 novembre, son plan d’urgence, public annoncé par le gouvernement et fait reporter des interventions cier imposé par l’Etat depuis plus de DES PROBLÈMES
n’est pas quantité négligeable : une réduc­ nécessaires. dix ans. Chaque année, des économies
qui doit venir aider l’hôpital public, tion d’un tiers de la dette des hôpitaux – En psychiatrie, des patients à risque évaluées à 1 milliard d’euros sont faites ÉTHIQUES
à bout de souffle après plusieurs publics sur trois ans, une augmentation suicidaire élevé ou avec de graves par les hôpitaux. Cela n’est pas tenable en
années de restrictions budgétaires. de l’Objectif national des dépenses d’As­ troubles du comportement attendent période de crise.
surance­maladie (Ondam) de 0,35 % et la un lit parfois plusieurs jours aux Si une réorganisation des soins est
Matignon prévoit notamment d’ac- stabilisation du tarif des séjours hospita­ urgences, dans des conditions indignes envisagée dans le plan « Ma santé 2022 »,
corder 1,5 milliard d’euros supplé- liers. Toutefois, cette tribune exprime n­ et non sécurisées. cela ne peut se faire qu’avec un moratoire
mentaires sur les trois prochaines otre sentiment que ces mesures ne nor­ – En radiologie, la crise touche de façon des mesures d’économie. Or le gouverne­
maliseront pas la prise en charge des pa­ inquiétante les manipulateurs et les ment prévoit de nouveau pour 2020, 2021 Liste des chefs de pôle et direc-
années à l’hôpital, ainsi que de re-
tients et n’éteindront pas l’incendie qui médecins imageurs. Dans de nombreux et 2022 les mêmes mesures d’économie teurs médicaux de départements
prendre un tiers de la dette con- ravage l’hôpital public. hôpitaux, les fermetures d’équipements chiffrées à environ 1 milliard d’euros par médico-universitaires (DMU)
tractée par ces établissements de L’accès aux soins est en situation criti­ (imagerie par résonance magnétique, an, selon l’Avis du Comité d’alerte signataires de la tribune :
santé. Différentes primes destinées que à l’hôpital public et pose aux soi­ scanner, tomographie par émission de no 2019­3 sur le respect de l’Ondam. David Adams, neurologue, DMU
gnants des problèmes éthiques. L’hôpital positons…) allongent les délais de Neurosciences et DMU Psychiatrie,
au personnel sont également pré- public a des missions multiples et parfois rendez­vous. Réviser les grilles indiciaires nutrition, addictologie CHU Bicê-
vues, 100 euros net par mois se- méconnues. Assurant la gestion des deux – Les laboratoires et les pharmacies hos­ En regard, les mesures financières an­ tre, AP-HP. Université Paris-Saclay ;
ront versés dès l’année prochaine tiers des lits d’hospitalisation de France, il pitalières nécessaires aux diagnostics, à noncées correspondent au coût d’une Frédéric Adnet, médecine d’ur-
a d’abord pour vocation d’offrir à tous, la préparation et à la dispensation des journée de fonctionnement de l’hôpital gence, DMU Urgences et métabo-
aux aides-soignants qui travaillent enfants et adultes, sans distinction d’ori­ traitements sont également touchés par public (ce qui tombe à point pour une an­ lisme, GH Paris Seine-Saint-Denis,
auprès des personnes âgées et qui gine, de fortune ou de maladie, l’empa­ une limitation des moyens. née bissextile comme 2020). Elles cou­ AP-HP Nord-université de Paris,
disposent de compétences spécifi- thie et les soins nécessaires dans des mo­ Pour pallier le manque de soignants, vrent au mieux les dépenses nouvelles université Paris-XIII ; Yannick
ments difficiles de la vie. Il accueille l’im­ nous observons une multiplication in­ proposées. Même les associations et syn­ Allanore, médecine d’urgence,
ques en gériatrie. A Paris et à l’inté-
mense majorité des urgences vasculaires soutenable des heures supplémentaires, dicats de directeurs d’hôpitaux, habituel­ DMU Urgences et métabolisme, GH
rieur de la petite couronne, les in- cérébrales et cardiovasculaires, psychia­ le recours habituel à du personnel intéri­ lement réservés, ont exprimé leur scepti­ Paris Seine-Saint-Denis, AP-HP
firmiers et les aides-soignants dont triques, pédiatriques et obstétricales, maire coûteux et souvent moins expéri­ cisme quant à l’impact de ces mesures. Nord-université de Paris, université
le salaire est inférieur à 1 900 euros qu’elles soient médicales ou chirurgica­ menté. Mais cela n’empêche plus la fer­ Les doyens des facultés de médecine et Paris-XIII ; Jean-Christophe An-
les. Il est en première ligne pour les meture de lits. Cette situation dégradée l’Institut national de la recherche médi­ toine, médecine d’urgence, DMU
mensuels toucheront une prime grandes détresses vitales avec les SAMU entraîne des conflits éthiques chez les cale (Inserm), eux aussi, s’inquiètent des Urgences et métabolisme, GH Pa-
annuelle de 800 euros. Soixante- et les réanimations. soignants qui sont amenés par la force retombées du manque de moyens sur ris Seine-Saint-Denis, AP-HP. Nord-
dix directeurs médicaux des dépar- des choses à privilégier la prise en charge l’enseignement et la recherche et ils l’ont université de Paris, université Pa-
Graves conséquences de tel ou tel type de patient faute de pou­ fait savoir en publiant une tribune, le ris-XIII ; Thomas Aparicio,
tements médico-universitaires de Il traite aussi les patients atteints de mala­ voir répondre de façon optimale à tous. Si 12 novembre, sur le site L’actu des CHU. hépato-gastroentérologie, DMU In-
Paris publiaient dans Le Monde, le dies chroniques, dont la totalité des trans­ la qualité des soins semble encore très L’hôpital public est notre bien com­ flammation, cancer, réparation,
14 novembre, une tribune pour plantations d’organes et des maladies ra­ bonne pour la plupart des usagers de mun. Nous sommes ou nous serons tous CHU Saint-Louis, AP-HP, Nord-uni-
res (7 millions de personnes en France). Il l’hôpital public, c’est le plus souvent grâce malades un jour. Pour garder ce « trésor versité de Paris ; Christophe
alerter sur la dégradation de l’hô-
est tourné vers l’innovation, avec plus de au sacrifice quotidien des personnels res­ national », comme le dit la ministre de la Aube, radiologie, pôle Signaux,
pital public. Un collectif plus large, 10 000 essais cliniques par an qui définis­ tants qui s’épuisent. santé, Agnès Buzyn, des mesures d’ur­ imagerie, stérilisation (SIS), CHU
allant au-delà de Paris, réagit sent les outils diagnostiques et les traite­ Cette désespérance a conduit aux col­ gence fortes, lisibles et courageuses d’Angers ; Gérard Audibert,
maintenant aux mesures annon- ments de demain. Ses médecins et ses soi­ lectifs nationaux Inter­Urgences (CIU) et doivent être prises. anesthésie-réanimation, pôle
gnants assument finalement la forma­ plus récemment Inter­Hôpitaux (CIH) – Pour répondre à l’urgence et amélio­ Anesthésie-réanimation, CHU de
cées par le gouvernement. tion des futurs acteurs de santé. qui portent des revendications depuis rer l’attractivité de nos hôpitaux, il faut Nancy ; Antoine Avignon, endo-
La situation actuelle ne permet plus huit mois. réviser les grilles indiciaires des person­ crinologie, diabétologie, nutrition,
une prise en charge optimale de nom­ La perte d’attractivité de l’hôpital public nels soignants. En premier lieu celles des pôle EMMBRUN, CHU de Montpel-
breuses catégories de patients en raison est en lien avec des salaires trop modes­ infirmiers et aides­soignants puis des lier ; Sylvie Bastuji Garin, santé
d’un nombre considérable de postes tes au regard du travail fourni, de la lon­ autres personnels depuis trop longtemps publique, DMU Santé publique, re-
vacants de soignants, comme nous gueur des études et du poids des respon­ négligés. La qualité de vie au travail doit cherche, vigilances, pharmacie,
l’avons dénoncé dans une précédente tri­ sabilités. Les salaires des infirmières et aussi reprendre ses droits face à la pro­ CHU Henri-Mondor, AP-HP. Hôpi-
bune. Parmi les plus graves conséquen­ aides­soignantes sont parmi les plus bas ductivité. taux universitaires Henri-Mondor ;
ces que nous observons : d’Europe et nous avons plaidé pour leur Pour réformer l’hôpital public, un mo­ Jacques-Olivier Bay, oncologie,
– Des nourrissons en détresse vitale augmentation. Le choix du gouverne­ ratoire des économies est temporaire­ pôle SMC, CHU de Clermont-
sont quotidiennement refusés en sec­ ment s’est porté sur l’attribution de pri­ ment nécessaire. Il faut donner à l’hôpital Ferrand.
teurs de soins intensifs, faute de lits mes généralement faibles, variables d’un de quoi couvrir les dépenses de santé de La liste complète des signataires
ouverts en réanimation pédiatrique. Ces métier à l’autre ou d’une région à l’autre, la population.  est consultable sur Lemonde.fr
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 idées | 29

Bruno Tertrais Nous n’avons pas


intérêt à la casse brutale de l’OTAN
L
orsqu’un journal américain annonça
Un trop grand étalage des désaccords entre alliés ment jouer – revient à oublier que l’Améri­
en 1897 la mort de Mark Twain, l’écri­ lors du sommet de Londres, les 3 et 4 décembre, que est en Europe parce que c’est dans son
vain réagit en déclarant que cette pourrait marquer le début de la dislocation intérêt.
nouvelle était « très exagérée ». On La forme est plus discutable. Les excès de
peut en dire autant du diagnostic de « mort de l’organisation internationale, estime le politiste langage peuvent être contre­productifs.
cérébrale » de l’OTAN fait par Emmanuel Lorsque le cerveau va mal, le traitement
Macron à la mi­novembre. par électrochocs peut être dangereux. Et
L’organisation a survécu à plusieurs cri­ un diagnostic fatal peut susciter le déni. Le
ses existentielles depuis 1949 et les pro­ des exercices de grande ampleur – le pro­ gan : derrière le problème syrien, la ten­ sevrage des addicts à la protection améri­
blèmes auxquels elle fait face aujourd’hui chain, « Defender 2020 », devant voir le sion causée par l’achat de systèmes de dé­ caine doit être soigneusement préparé et
sont les manifestations de trois facteurs plus grand redéploiement de soldats amé­ fense russe S400 et l’expulsion d’Ankara prudemment accompagné. Ne mettons
de tensions récurrentes : des doutes euro­ ricains depuis la fin de la guerre froide. du programme F35 est corrosive pour pas en doute, comme M. Macron a semblé
péens sur la solidité du parapluie améri­ Rassurer les pays inquiets, dissuader la l’OTAN. Partageons­nous des valeurs et des le faire, notre propre engagement à défen­
cain, notamment du fait de l’engagement Russie de s’en prendre aux Etats voisins, intérêts communs avec cette Turquie­là ? Il dre nos alliés en toutes circonstances. C’est
des Etats­Unis en Asie, déjà forts à l’épo­ être capable de réagir en cas de crise : cette est légitime de poser la question. à la fois dangereux ad extra – avec la Russie
que de la guerre du Vietnam ; des exigen­ triple mission est aujourd’hui remplie de de M. Poutine – et ad intra – avec l’Améri­
ces turques quant à la prise en compte des manière satisfaisante. L’exemple de la symmachie de Délos que de M. Trump.
préoccupations de sécurité sur son flanc Mais le fonctionnement de l’organisa­ Gardons­nous des conclusions hâtives sur Or nous n’avons pas intérêt à la casse
sud, aiguës depuis la fin des années 1980 ; tion peut­il être protégé des crises politi­ le caractère définitif du désintérêt améri­ brutale de l’OTAN. La nature stratégique a
la tentation américaine d’une vision tran­ ques qui agitent l’alliance ? Piscis primum a cain pour l’Europe : cette tentation très horreur du vide, et les Européens ne sont
sactionnelle de son engagement, elle capite foetet (« le poisson pourrit par la française a plus d’une fois été démentie pas prêts aujourd’hui à faire face à ce scé­
aussi récurrente. Donald Trump n’a in­ tête »), disaient les anciens. L’Amérique par l’histoire. Sous Trump, l’investisse­ nario. S’agissant de la Turquie, on appli­
venté ni la nécessité d’un meilleur « par­ pose aujourd’hui un triple problème à l’Eu­ ment militaire des Etats­Unis sur le conti­ quera la formule du président américain
tage du fardeau », ni la crainte d’une fer­ rope. Elle s’intéresse moins à elle et davan­ nent n’a pas été réduit. L’OTAN n’est mise Lyndon Johnson (1963 à 1969) à propos de
meture de l’Europe à l’industrie de dé­ tage à l’Asie. Elle fait preuve d’inconstance en cause ni au Congrès ni dans l’opinion. ses opposants politiques : mieux vaut gar­
fense des Etats­Unis, ni le chantage à la en Syrie (M. Obama en 2013, M. Trump Les liens commerciaux et financiers tran­ der le trublion sous notre tente, d’autant
protection américaine. en 2019) et dans le Golfe (non­réaction aux satlantiques restent plus forts que leurs plus que la Grèce est terrorisée par la pers­
attaques en Arabie saoudite). Et elle condi­ équivalents transpacifiques. Pour autant, il pective d’une sortie d’Ankara de l’Alliance.
L’Amérique pose un triple problème tionne brutalement son engagement à des serait déraisonnable de ne pas réfléchir au Les alliances ont toujours autant à
Il y a une crise politique de l’Alliance, mais objectifs financiers inaccessibles. Or scénario de la fin de l’OTAN du fait d’un craindre de l’intérieur que de l’extérieur.
cette dernière n’a jamais incarné une con­ l’OTAN ne peut fonctionner sans investis­ geste brusque de M. Trump ou de mille On ne peut souhaiter à l’OTAN le destin de
vergence des visions du monde. En dehors sement américain. S’y ajoute le défi posé coupures qui finiraient par vider l’organi­ la symmachie [alliance militaire] de Délos,
de la zone du traité de l’Atlantique nord, la par l’orientation stratégique de M. Erdo­ sation de sa force vitale. qui souffrit de la mainmise croissante
solidarité entre membres n’a jamais été Sur le fond, la voie choisie par la France d’Athènes et des divisions en son sein pour
évidente. Le Proche­Orient, en particulier, est la bonne. Le développement des capa­ finalement s’effondrer face à Sparte. Il est
a toujours été un foyer de tensions majeu­ cités européennes est une stratégie ga­ tout à fait possible qu’elle célèbre son
res : crise de Suez (1956), guerre du Kippour gnant­gagnant de nature à renforcer l’Al­ centenaire en 2049. Mais si le sommet de
(1973), raid contre la Libye (1986), guerre en liance et à nous donner une assurance Londres est l’occasion d’un étalage sans
Irak (2003)… La question syrienne s’inscrit complémentaire en cas de rupture. Nous précédent de désaccords entre alliés, il
ainsi dans une longue tradition de désac­ GARDONS-NOUS avons toutes les raisons de tenir tête à pourrait alors faire date dans l’histoire
cords stratégiques. l’industrie de défense américaine, ou à comme ayant marqué le début de la fin
L’organisation militaire, elle, créée à la
DES CONCLUSIONS ceux qui souhaitent que l’OTAN s’inté­ de l’OTAN. 
suite de l’invasion nord­coréenne de 1950, HÂTIVES SUR LE resse de trop près à la Chine.
se porte bien. Elle a renoué avec son cœur Une alliance est fondée sur des intérêts
de métier, la défense collective, en dé­ CARACTÈRE DÉFINITIF partagés : prendre des décisions commer­
ployant une présence avancée à l’Est tout ciales ou politiques pour faire plaisir aux
en respectant l’engagement pris envers la DU DÉSINTÉRÊT Américains relève d’un infantilisme straté­
Russie en 1997 (pas de « forces de combat AMÉRICAIN gique encore trop courant. Le faire par Bruno Tertrais, politiste,
substantielles »), en affûtant ses outils de crainte du désengagement des Etats­Unis – est directeur adjoint de la Fondation
réaction rapide et en organisant à nouveau POUR L’EUROPE un réflexe dont Washington sait parfaite­ pour la recherche stratégique

Daniela Schwarzer la nécessité pour les Européens de


déployer plus d’efforts pour construire
leur propre défense, et sur le rôle crucial
pour objectif l’autonomie stratégique
européenne. Ce concept, intégré à la
« Stratégie globale de l’Union euro­
d’ailleurs appuyée par l’opinion publi­
que allemande : dans un sondage de la
fondation Koerber, sur la question de

Paris, Berlin et l’avenir


que les deux capitales ont à jouer, péenne 2016 », est interprété de façon savoir qui est le plus important parte­
notamment en ces temps de Brexit. différente par Berlin et Paris au regard naire de l’Allemagne en matière de poli­
Néanmoins, les remarques du prési­ du rôle qu’il peut jouer pour s’adapter tique étrangère, les Etats­Unis ne vien­
dent Macron dans The Economist ont au changement de rôle des Etats­Unis. nent qu’en deuxième position (42 %),

contrarié de l’Alliance
été mal comprises. Lorsqu’il dit que Dans ce contexte, la priorité accordée loin derrière la France (60 %).
l’Alliance est en situation de « mort par la France à l’amélioration de la capa­ S’il existe un aspect positif dans la
cérébrale », il semble qu’il voulait insis­ cité de gestion de crise est difficile à situation actuelle, c’est le fait que les
ter sur la notion de « cérébral », alors concevoir aux yeux des Allemands. La questions concernant l’avenir de
que les responsables politiques alle­ France n’aborde la question ni au travers l’OTAN, la nécessité de travailler sur la
Si la France et l’Allemagne ont conscience mands ont entendu surtout le terme de l’OTAN ni au travers de l’Union euro­ relation avec la Russie, mais aussi sur la
« mort ». La crainte que cette critique péenne, ce que l’Allemagne préférerait. Chine, ont été mises sur la table. Berlin
que l’OTAN est menacée de l’intérieur, de l’OTAN, taxée par quelques­uns de et Paris peuvent désormais faire pro­
elles s’opposent sur la manière de répondre trumpisme intellectuel, ne provoque Main tendue gresser les choses – à court terme en
des réactions négatives, a sans doute Ces divergences de priorités entre Paris coordonnant leurs positions de
à ce défi, estime la politiste allemande été l’une des principales raisons pour et Berlin s’augmentent de surcroît de manière à ce que les inquiétudes de
lesquelles la chancelière allemande différences d’approche. Le gouverne­ l’opinion quant à l’existence d’un
ainsi que plusieurs ministres et parle­ ment allemand souhaiterait avancer de profond désaccord et aux options
mentaires ont pris aussitôt la défense façon progressive et se concentrer sur ouvertes à certains acteurs extérieurs

L
de l’OTAN. Convaincus que ni l’Allema­ des mesures réalisables plutôt que sur intéressés par l’affaiblissement de
e récent débat franco­allemand gne ni l’Europe ne sont capables d’as­ des projets visionnaires, même si cer­ l’Alliance soient apaisées.
sur l’OTAN révèle plusieurs diffé­ surer leur défense sans le bouclier tains parlementaires ont récemment Cela implique de garder la main ten­
rences notables entre Berlin et nucléaire et les troupes américaines, reproché au gouvernement de traîner due aux Etats d’Europe centrale et
Paris. Si les deux capitales parta­ ils redoutent que les Etats­Unis ne des pieds. Macron, en revanche, semble orientale ainsi qu’aux pays baltes, mais
gent pour l’essentiel l’analyse d’un chan­ soient poussés à saper un peu plus la croire que brusquer les choses par une aussi, bien entendu, aux Etats­Unis.
gement d’environnement sécuritaire, crédibilité de l’Alliance, au moment rupture calculée est la seule façon de Par­delà le sommet de l’OTAN à Lon­
elles divergent sur la meilleure façon de même où l’intervention de la Turquie faire avancer le dossier. dres, la France et l’Allemagne doivent
répondre à l’évolution de la situation en Syrie doit être gérée avec prudence. La querelle autour de l’OTAN n’est que investir un capital politique consé­
stratégique, ainsi que sur la manière de Paris et Berlin divergent sur leur ap­ le dernier épisode d’une relation bilaté­ quent pour renforcer la capacité de l’UE
procéder le plus efficacement possible à préciation de la garantie transatlanti­ rale récemment perçue comme tendue. à agir sur la scène internationale, aux
ce changement au sein d’une Alliance que, y compris sur sa signification pour Toutefois, Berlin et Paris sont d’accord côtés de la nouvelle Commission euro­
soumise à de fortes pressions. l’Europe centrale et orientale. Berlin a sur l’essentiel, à savoir qu’une Europe péenne qui a pris ses fonctions le
Berlin et Paris sont tous deux cons­ très vite rappelé l’importance de ne pas forte et souveraine doit être au cœur de 1er décembre. 
LES REMARQUES cients que l’alliance de sécurité transat­ se diviser au sujet de la sécurité euro­ tous les efforts visant à améliorer la
DU PRÉSIDENT lantique est menacée de l’intérieur en péenne, tenant compte du fait que sécurité sur notre continent dans un
raison des doutes suscités par Donald notamment la Pologne et les pays bal­ monde qui change vite. Comme
MACRON DANS Trump sur les garanties de sécurité de tes sont concernés par la récente initia­ souvent dans la relation franco­alle­
l’Alliance. Allemands et Français recon­ tive de M. Macron de renouer le dialo­ mande, il s’agit maintenant de trouver
« THE ECONOMIST » naissent que l’Europe subit les pres­ gue avec la Russie. un terrain d’entente à partir de posi­ Daniela Schwarzer, spécialiste des
ONT ÉTÉ MAL sions de la Chine et de la Russie en ter­ Alors que l’Alliance reste une priorité tions au départ divergentes. relations entre l’Europe et les Etats-
mes sécuritaires, géopolitiques et éco­ pour l’Allemagne, la vision française Une coopération franco­allemande Unis, dirige l’Institut allemand
COMPRISES nomiques. Ils semblent s’accorder sur semble se porter au­delà de l’OTAN, avec en matière de politique étrangère est de politique étrangère (DGAP)
0123
30 | idées MARDI 3 DÉCEMBRE 2019

Un appel d‘universitaires juifs aux députés français


Un collectif de 127 intellectuels juifs du monde
gue tradition, y compris en Israël. Cer­ comme différente de ce qui se fait pour l’antisémitisme a été instrumentalisée
entier appelle les députés français à ne pas tains juifs s’opposent au sionisme pour d’autres pays pour être considéré pour protéger le gouvernement israélien.
des raisons religieuses, d’autres pour des comme antisémite. Il suffit d’être en C’est avec inquiétude que nous consta­
apporter leur soutien à une proposition de raisons politiques ou culturelles. De faveur d’une solution binationale ou tons que ces efforts du gouvernement
nombreuses victimes de l’Holocauste démocratique au conflit israélo­palesti­ israélien trouvent un soutien politique,
résolution sur la lutte contre l’antisémitisme, étaient antisionistes. Le projet de résolu­ nien pour être considéré comme antisé­ jusqu’en France. Nous invitons ainsi
qui doit être débattue et votée les 3 et tion les déshonore et offense leur mé­
moire, en les considérant rétroactive­
mite. Il en va de même quand on blâme
Israël pour son racisme institutionna­
l’Assemblée nationale à lutter contre
l’antisémitisme et contre toutes les for­
4 décembre, à l’Assemblée nationale. Ce texte, ment comme antisémites.
Pour les Palestiniens, le sionisme re­
lisé. On peut certainement ne pas être
d’accord avec ces énoncés. Mais ces opi­
mes de racisme, mais sans aider le gou­
vernement israélien dans son pro­
qui associe antisémitisme et antisionisme est, présente la dépossession, le déplace­
ment, l’occupation et les inégalités
nions sont considérées comme légiti­
mes et protégées par la liberté d’expres­
gramme d’occupation et d’annexion.

selon eux, « hautement problématique » structurelles. Il est cynique de les stig­ sion dans tout autre contexte politique. Instrumentalisation
matiser comme antisémites parce qu’ils Ainsi, la résolution crée un double stan­ Cette proposition de résolution n’est pas
s’opposent au sionisme. Ils s’opposent dard injustifiable en faveur d’Israël et un moyen crédible et efficace d’y parve­
au sionisme non par haine des juifs, contre les Palestiniens. nir. L’antisémitisme doit être combattu
mais parce qu’ils vivent le sionisme La définition de l’IHRA est déjà utilisée sur des bases universelles, au même titre
comme un mouvement politique op­ pour stigmatiser et réduire au silence les que d’autres formes de racisme et de xé­
Les députés doivent se prononcer, Premièrement, l’exposé des motifs de pressif. Agir ainsi témoigne d’une critiques de l’Etat d’Israël, notamment nophobie, pour lutter contre la haine.
mardi 3 décembre, sur une proposition la proposition de résolution associe l’an­ grande insensibilité et d’une politique les organisations de défense des droits L’abandon de cette approche universa­
de résolution visant à lutter contre l’an­ tisionisme à l’antisémitisme. Il assimile de deux poids, deux mesures, sachant humains et des experts respectés. Cette liste conduira à une polarisation accrue
tisémitisme, déposée par le député La même l’antisionisme à l’antisémitisme qu’Israël nie le droit de la Palestine à situation a été condamnée par d’émi­ en France, ce qui nuirait également à la
République en marche (LRM) Sylvain en précisant que « critiquer l’existence exister et mine son existence même. nents spécialistes de l’antisémitisme. lutte contre l’antisémitisme.
Maillard. Controversé, ce texte propose même d’Israël en ce qu’elle constitue une Il n’y a aucun doute qu’il existe des an­ L’avocat américain Kenneth Stern, l’un Dans ce contexte, nous notons que la
que la France adopte, à la suite du Parle­ collectivité composée de citoyens juifs re­ tisémites parmi les gens qui s’opposent des rédacteurs originaux de la définition proposition de résolution est également
ment européen, la définition de l’anti­ vient à exprimer une haine à l’égard de la au sionisme. Mais il y a également beau­ de l’IHRA, a également mis en garde con­ en contradiction avec la position de la
sémitisme établie par l’Alliance inter­ communauté juive dans son ensemble ». coup d’antisémites qui soutiennent le tre l’utilisation de cette définition pour Commission nationale consultative des
nationale pour la mémoire de l’Holo­ Avant de poursuivre notre argumenta­ sionisme. Il est donc inapproprié et tota­ saper la liberté d’expression. droits de l’homme (CNCDH). Dans son
causte (IHRA), en 2016. Celle­ci inclut tion, nous déplorons que l’exposé des lement inexact d’identifier de manière La question­clé est la suivante : pour­ rapport de 2018 sur la lutte contre le ra­
« les manifestations de haine à l’égard de motifs désigne Israël comme « une col­ générale antisémitisme et antisionisme. quoi tout cela se produit­il ? Nous ne cisme, la CNCDH a averti que la défini­
l’Etat d’Israël justifiées par la seule per­ lectivité composée de citoyens juifs ». En­ En confondant ces deux phénomènes, pouvons pas considérer cela comme in­ tion de l’IHRA risque d’affaiblir l’appro­
ception de ce dernier comme collectivité viron 20 % de la population d’Israël sont l’Assemblée nationale compromettrait dépendant de l’agenda politique princi­ che universelle française de la lutte con­
juive », rappelle le texte de M. Maillard. des citoyens palestiniens, dont la plu­ les efforts vitaux de lutte contre le véri­ pal du gouvernement israélien visant à tre le racisme et a insisté sur « la vigilance
Lors du dîner du Conseil représentatif part sont musulmans ou chrétiens. La table antisémitisme, qui est multidi­ enraciner son occupation et son an­ pour ne pas confondre racisme et critique
des institutions juives de France (CRIF), désignation choisie occulte et nie leur mensionnel et provient de différents nexion de la Palestine et à faire taire légitime d’un Etat et de sa politique ».
le 21 février, Emmanuel Macron s’était existence. Nous considérons cette ap­ secteurs de la société française. toute critique à l’égard de cet agenda. Nous prions l’Assemblée nationale de
dit favorable à l’adoption de cette défi­ proche comme très problématique, Depuis des années, le gouvernement is­ ne pas soutenir une résolution qui assi­
nition non contraignante, jugeant que compte tenu également de l’engage­ Approche problématique raélien du premier ministre Benjamin Né­ mile à tort l’antisionisme à l’antisémi­
l’antisionisme constitue « une des for­ ment de votre pays en faveur d’une défi­ Notre seconde objection est que la réso­ tanyahou dénonce comme antisémite tisme. Ne soutenez pas une résolution

L
mes modernes de l’antisémitisme ». nition de la citoyenneté française qui lution approuve la définition de l’antisé­ toute opposition à sa politique. Nétanya­ qui approuve la définition politisée de
n’est pas basée sur l’ethnicité. mitisme de l’Alliance internationale pour hou lui­même a défendu avec force l’assi­ l’antisémitisme par l’IHRA, d’autant plus
e 3 décembre, l’Assemblée natio­ Nos opinions sur le sionisme peuvent la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Cette milation de l’antisionisme à l’antisémi­ si elle le fait sans se distancier des exem­
nale va débattre et voter une être diverses, mais nous pensons tous, définition est hautement problémati­ tisme, ainsi que la définition de l’IHRA. ples problématiques de la définition qui
proposition de résolution sur la y compris ceux qui se considèrent que. La résolution prétend que la défini­ Cela illustre la manière dont la lutte contre concernent Israël. 
lutte contre l’antisémitisme. comme sionistes, que cet amalgame tion « permet de désigner le plus précisé­
Cette résolution est hautement est fondamentalement faux. Pour les ment possible ce qu’est l’antisémitisme
problématique. nombreux juifs se considérant antisio­ contemporain ». En réalité, cependant, la
Nous, universitaires et intellectuels nistes, cet amalgame est profondé­ définition est peu claire et imprécise, et
juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup ment injurieux. par conséquent n’est pas un instrument
de spécialistes de l’antisémitisme et de L’antisionisme est un point de vue légi­ efficace de lutte contre l’antisémitisme.
l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, time dans l’histoire juive, et il a une lon­ D’autre part, une législation visant à lut­ Premiers signataires :
élevons notre voix contre cette proposi­ ter efficacement contre l’antisémitisme Jean-Christophe Attias, professeur et titulaire de la chaire de pensée juive médié-
tion de résolution. et à le poursuivre existe déjà en France. vale, Ecole pratique des hautes études, université Paris-Sciences & Lettres ; Jane Ca-
La montée de l’antisémitisme dans le L’exposé des motifs de la proposition plan, professeure émérite d’histoire européenne moderne, université d’Oxford ; Alon
monde, y compris en France, nous de résolution indique que la définition Confino, professeur, directeur de l’Institut d’études de l’Holocauste, du génocide et de
préoccupe profondément. Nous considé­ de l’IHRA « ne reconnaît pas comme anti­ la mémoire, université du Massachusetts ; Tamar Garb, professeur d’histoire de l’art ;
rons l’antisémitisme et toutes les autres sémite la critique des politiques de l’Etat Durning Lawrence, directrice de l’Institute of Advanced Studies in Humanities and So-
formes de racisme et de xénophobie POUR LES NOMBREUX d’Israël ». En réalité, cependant, plusieurs cial Sciences, University College, Londres ; Sonia Dayan-Herzbrun, professeure émé-
comme une menace réelle contre la­ « exemples contemporains d’antisémi­ rite, faculté de sciences sociales, université Paris-Diderot ; Amos Goldberg, professeur,
quelle il convient de lutter avec la plus
JUIFS SE tisme » ont été joints à la définition, qui département d’histoire du judaïsme et du judaïsme contemporain, Université hébraïque
grande fermeté, et exhortons le gouver­ CONSIDÉRANT associe intentionnellement la critique et de Jérusalem ; David Harel, professeur, département de sciences informatiques et ma-
nement et le Parlement français à le faire. l’opposition aux politiques de l’Etat d’Is­ thématiques appliquées, Institut Weizmann des sciences à Paris ; Amnon Raz-Karkotz-
Tout en soulignant fermement notre ANTISIONISTES, raël à l’antisémitisme. Ces exemples sont kin, professeur d’histoire juive ; Alice Shalvi, professeure émérite, département d’an-
préoccupation, nous nous opposons à la présentés et considérés comme partie glais, Université hébraïque de Jérusalem et Université Ben-Gourion du Néguev ; Joan
proposition de résolution sur l’antisémi­ CET AMALGAME EST intégrante de la définition. Wallach Scott, professeure émérite, Institute for Advanced Study, Princeton ; David
tisme pour deux raisons principales, et PROFONDÉMENT D’après les exemples et la manière Shulman, professeur, département d’études asiatiques, Université hébraïque de Jéru-
appelons les députés de l’Assemblée na­ dont ils sont appliqués, il suffit de criti­ salem ; Zeev Sternhell, professeur émérite titulaire de la chaire Léon-Blum, Université
tionale à ne pas y apporter leur soutien. INJURIEUX quer Israël d’une manière perçue hébraïque de Jérusalem La liste complète est consultable sur Lemonde.fr.

Frédéric Potier Ce texte parlementaire est un instrument supplémentaire


pour mieux décrypter la haine contre les juifs
La proposition de résolution n’interdit pas la critique de l’Etat d’Israël, juge le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme

L’
Assemblée nationale exa­ La France a voté en faveur de sur la liberté de la presse. En re­ lorsque celle­ci se déguise sous gurent dans ce texte à titre et les plus insidieuses de l’antisé­
mine, ce mardi 3 décem­ cette définition lors de sa discus­ vanche, l’adoption par l’Assem­ les oripeaux de l’« antisio­ d’exemple – sont bien antisémi­ mitisme. « Mal nommer un objet,
bre, une proposition de sion à l’IHRA en 2016. En février, blée nationale de cette résolution nisme ». Un terme polysémique tes ? Qui ne voit ce que le terme c’est ajouter au malheur du
résolution approuvant la le président Emmanuel Macron revêtirait une valeur éminem­ qui ne figure pas d’ailleurs (pas de « sioniste » veut dire dans la monde », écrivait Albert Camus.
définition dite opérationnelle de indiquait dans un discours public ment symbolique, celle de rappe­ davantage que celui de « sio­ bouche des pourvoyeurs de Mal appréhender l’antisémi­
l’antisémitisme. Cette définition, que la République française ler la détermination de la repré­ niste ») dans la définition de haine, dans la rue, sur les ré­ tisme, c’est à coup sûr manquer
élaborée par l’Alliance internatio­ endossait officiellement cette dé­ sentation nationale à lutter l’IHRA, contrairement à ce qu’on seaux sociaux ou encore sur les sa cible. Définir correctement
nale pour la mémoire de l’Holo­ finition. Depuis, elle est notam­ contre l’antisémitisme sous tou­ lit trop souvent. En effet, la défi­ murs des lieux publics ? Chacun l’antisémitisme ne le fera pas dis­
causte (IHRA, en anglais) définit ment utilisée à l’occasion des for­ tes ses formes. nition, redisons­le avec force, en conviendra, lorsque Alain paraître comme par magie, nul
l’antisémitisme comme « une cer­ mations à destination des poli­ n’interdit pas la critique de la po­ Finkielkraut – qu’on a tout ne l’imagine. Mais mieux le cer­
taine perception des Juifs qui peut ciers, des gendarmes et des Définition utilisée par 20 pays litique de l’Etat d’Israël (ce dont autant le droit de critiquer pour ner, c’est mieux le combattre. 
se manifester par une haine à leur magistrats par la Dilcrah (déléga­ Tel était le sens de la résolution ni les Israéliens ni bien des juifs ses paroles et ses écrits – se voit
égard. Les manifestations rhétori­ tion interministérielle à la lutte du Parlement européen adoptée en France et dans le monde ne se traiter de « sioniste de m… » et
ques et physiques de l’antisémi­ contre le racisme, l’antisémi­ à une très large majorité le privent). sommer de « rentrer chez lui à
tisme visent des individus juifs ou tisme et la haine anti­LGBT) et le 1er juin 2017. A ce jour, cette défi­ Qui peut en revanche nier que Tel­Aviv », ce ne sont pas ses posi­
non et/ou leurs biens, des institu­ ministère de l’intérieur. nition est utilisée par 20 pays, « l’idée selon laquelle les Juifs se­ tions politiques qui sont visées
tions communautaires et des lieux Cette définition n’est pas juridi­ dont 16 membres de l’Union raient collectivement responsa­ mais ce qu’il est – juif. Frédéric Potier est
de culte ». Cette définition, assor­ quement contraignante et elle européenne. Il s’agit d’un instru­ bles des actions de l’Etat d’Israël » La définition de l’IHRA a donc délégué interministériel
tie d’exemples, se veut un guide n’a pas vocation à l’être. Il ne ment supplémentaire permet­ ou que « le reproche fait (…) à cette vertu : elle permet de pren­ à la lutte contre le racisme,
destiné à mieux identifier les vio­ s’agit en aucune façon de modi­ tant de mieux décrypter la haine l’Etat d’Israël d’avoir inventé ou dre pleinement conscience des l’antisémitisme et la haine
lences antisémites. fier le code pénal ou la loi de 1881 à l’encontre des juifs, y compris d’exagérer l’Holocauste » – qui fi­ formes les plus contemporaines anti-LGBT (Dilcrah)
0123
MARDI 3 DÉCEMBRE 2019 0123 | 31

ÉCONOMIE | CHRONIQUE RETRAITES : 


par st éphane l au e r
LE PRIX DE 
testation. C’était particulièrement vrai actuel de retraite jouait en ce sens : 90 % des
L’AMBIGUÏTÉ
Black Thursday en 1995 lorsque Alain Juppé, alors premier
ministre, a tenté, en vain, de réformer les ré­
gimes spéciaux, et en 2003 lorsque François
Français le jugent fragile, 85 % inégalitaire,
73 % coûteux pour les actifs, selon un son­
dage IFOP paru en octobre 2018. Or, toute
Fillon a décidé d’aligner la durée de cotisa­ cette dimension sociétale a disparu. Des
tion des fonctionnaires sur celle des salariés mots techniques comme « systémique », ou

N
oir c’est noir », chantait BEAUCOUP SE  du secteur privé. Mais ce constat n’excuse « paramétrique » l’ont supplantée. Le projet
Johnny Hallyday. Le en rien les maladresses de l’exécutif depuis est devenu opaque et sujet à suspicion.
Black Friday s’achève à DEMANDENT AVEC  que le président de la République a décidé de Le travail préparatoire, mené pendant
peine qu’il va falloir mettre en œuvre sa promesse de candidat : deux ans, semblait pourtant prometteur. A
enchaîner sur un « Black Thurs­ ANXIÉTÉ À QUELLE  remplacer les 42 régimes existants par un son terme, Jean­Paul Delevoye, le haut­com­
day ». Tandis que certains au gou­ système universel par points, où chaque missaire à la réforme des retraites, pouvait
vernement fustigent le premier
SAUCE LES FUTURS  euro cotisé ouvrirait les mêmes droits. se targuer d’avoir conservé tous les parte­
en lui reprochant son impact envi­ RETRAITÉS VONT  Lorsqu’il était en campagne, Emmanuel naires sociaux à la table de la concertation.
ronnemental, d’autres n’ont pas Macron avait présenté sa réforme comme Les choses se sont envenimées lorsque le dé­
fait grand­chose, consciemment ÊTRE ACCOMMODÉS un projet de société : l’objectif était de péren­ bat est devenu public. Rien n’a été vraiment
ou inconsciemment, pour éviter
le second. Faute de se plier à un
minimum de pédagogie sur la ré­
forme des retraites, les rues de nos
villes devraient donc être noires
gaziers ou aux agents de la RATP.
C’est parce qu’il fallait le faire ! »,
plastronnait­il, quelques mois
L a mobilisation, jeudi 5 décembre, con­
tre la réforme des retraites s’annonce
massive. Au blocage annoncé des
transports s’ajouteront des manifestations
qui promettent d’être importantes car les
niser le système par répartition, dans lequel
les actifs paient pour les retraités, en sécuri­
sant les premiers, qui connaissent des par­
cours professionnels de moins en moins li­
néaires. Dans son versant optimiste, la ré­
mis à plat : ni les inégalités existantes, ni les
bouleversements que la réforme allait en­
gendrer. La proclamation qu’elle serait
« équitable » a fait croire qu’il n’y aurait que
des gagnants, ce qui était évidemment faux.
de monde, jeudi 5 décembre. A après un jeu de rôle bien huilé principaux syndicats, à l’exception de la forme devenait une ode au libre choix : Plus grave, Emmanuel Macron s’est re­
force d’entretenir le flou par straté­ avec la CGT. CFDT, appellent les salariés du public chaque heure de travail ayant la même va­ trouvé ballotté entre l’aile gauche de la ma­
gie, la communication est deve­ Mais faire quoi, au fait ? Lisons la comme du privé à se mobiliser. Le dépôt de leur dans le public et dans le privé, chacun jorité, qui défend l’esprit de la campagne de
nue inaudible, au point que plus réponse de la Cour des comptes, préavis de grève « illimitée » à la RATP, « re­ pouvait construire sa carrière comme il l’en­ 2017, et les ministres de droite, qui veulent
personne n’y comprend rien et dans un rapport de juin 2019 : « Ces conductible » à la SNCF, laisse penser que le tendait, voire s’arrêter à l’âge de son choix. d’abord équilibrer, par une mesure d’âge, le
beaucoup se demandent avec an­ réformes ont été mises en œuvre mouvement pourrait durer. C’était sans doute utopique, mais il y avait système actuel, alors que le Conseil d’orien­
xiété à quelle sauce les futurs re­ avec un accompagnement géné­ Un an après le début de la crise des « gilets là matière à un débat de société mêlant tation des retraites prévoit de 8 milliards à
traités vont être accommodés. reux pour garantir leur acceptabi­ jaunes », Emmanuel Macron a pris le risque deux dimensions : la solidarité entre les gé­ 17 milliards d’euros de déficit à l’horizon
Il y a quelques jours, le premier lité sociale. Celui­ci a pris des for­ d’une nouvelle crispation sociale dont il ne nérations et le rapport au travail, alors que 2025. Au lieu de trancher vite la querelle, le
ministre a tenté de redonner un mes diverses, allant de mesures maîtrise pas l’issue. Le gouvernement se dé­ l’espérance de vie a progressé en moyenne président a laissé prospérer l’ambiguïté. Il
sens à la promesse de campagne touchant à la grille salariale à des douane en arguant que chaque réforme des de quatorze ans au cours des soixante der­ en paie aujourd’hui le prix : son projet est
d’Emmanuel Macron pour un primes de fin de carrière. Le coût de retraites a engendré un mouvement de con­ nières années. L’impopularité du système devenu illisible. 
système de retraite plus équi­ ces dispositifs pour les entreprises
table. Edouard Philippe a tout est, selon les évaluations réalisées à
d’abord essayé de rassurer ceux ce jour, plus élevé que les gains at­
qui accusent le gouvernement de tendus des réformes pour les régi­
vouloir aller trop loin en se disant mes au moins jusqu’en 2020. »
prêt à discuter des droits fami­ Bref, un bel accord « gagnant­ga­
liaux, du travail des seniors, de gnant » pour les protagonistes,
la question de la pénibilité ou mais pour la collectivité natio­
encore des spécificités du régime nale, c’est autre chose. Le prési­
des enseignants et des profes­ dent de la République de l’époque
sions libérales. a obtenu à bon compte un tro­
Il s’est aussi adressé à ceux qui phée à accrocher à son bilan, tan­
lui reprochent, au contraire, son dis que les dégâts sont restés limi­
manque d’ambition. Ainsi, le gou­ tés pour les bénéficiaires des régi­
vernement se dit prêt à « trouver le
bon curseur » pour déterminer
mes spéciaux. A tel point qu’Em­
manuel Macron doit de nouveau
MIEUX
quelle sera la première génération
concernée. Après la « clause du
s’atteler à la tâche. Aura­t­il la
même tentation que son pré­
SE CONNAÎTRE
grand­père » qui repoussait l’en­
trée en vigueur de la réforme aux
décesseur ? C’est­à­dire faire pas­
ser coûte que coûte une réforme
POUR TROUVER
calendes grecques, pourrait se
profiler celle, plus téméraire, du
qui n’aura d’universel que le nom,
dans la mesure où la liste des
SA VOIE
père, qui viserait à faire entrer aménagements, catégorie par ca­
dans le nouveau système les per­ tégorie, risque d’être aussi volu­
sonnes qui peuvent prétendre à la mineuse que le code du travail.
retraite dans une quinzaine d’an­ En attendant, les réformes de
nées, c’est­à­dire demain. 2010 et 2014 avec le relèvement de
deux ans des âges légaux de dé­
« Grève par procuration » part et l’allongement des durées
Le premier ministre martèle qu’il de cotisation avaient été des
veut refonder le système vers plus grands pas pour l’équilibre du ré­
de « justice sociale », un « système gime général, mais, pour les régi­
commun à tous les Français avec mes spéciaux, les dispositions ne
les mêmes règles pour tous », an­ s’appliqueront pas avant 2024.
nonçant « la fin des régimes spé­ Et la Cour des comptes de poin­
ciaux, mais sans les stigmatiser ». ter le coût de ce « décalage signifi­
C’est là que cela se complique. catif par rapport aux autres régi­
Sans remonter aux grèves de mes », qui « pèse à la fois sur la
l’été 1953, lorsque les décrets­lois rentabilité des entités publiques
du gouvernement de Joseph concernées, sur l’Etat et surtout sur
Laniel avaient tenté, en vain, de les régimes spéciaux ».
s’attaquer au sujet, on se souvient De fait, de renoncements en
de l’envolée lyrique d’Alain Juppé atermoiements, de reports intem­
le 15 novembre 1995 devant l’As­ pestifs en aménagements ingé­
semblée nationale, lors de la pré­ nieux pour préserver la paix
sentation de la réforme des régi­ sociale, la facture ne cesse d’aug­
mes spéciaux : « J’en appelle à tous menter pour la collectivité. En rai­
les Français. L’addition des cor­ son d’un déséquilibre démogra­
poratismes et des égoïsmes qui phique chronique (on compte en
existent et qui se manifesteront, je moyenne un cotisant pour deux
le sais, ne saurait arrêter notre retraités des régimes spéciaux),
élan. » On sait ce qu’il advint. c’est à l’Etat de boucher les trous.
L’élan dura trois semaines avant En 2017, les financements publics
de se fracasser sur le fameux représentaient 62 % du total des
concept de « grève par procura­
tion », aboutissant à remiser dans
ressources du régime de la SNCF,
59 % de celui de la RATP et 28 %
DÉBATS
les cartons ladite réforme.
Treize ans plus tard, fier comme
dans le cas des industries électri­
ques et gazières. Cela se traduit par
RENCONTRES
Artaban, Nicolas Sarkozy se van­
tait d’avoir enfin terrassé l’hydre
une « subvention d’équilibre » de
près de 4 milliards d’euros pour la
ATELIERS
corporatiste grâce à sa réforme de SNCF et la RATP et par une taxe
2008. « Vous savez, si j’ai conduit la facturée aux consommateurs fi­
réforme des régimes spéciaux, ce naux de gaz et d’électricité de
n’était pas pour faire mal aux 1,5 milliard, soit 50 euros par an et
cheminots, aux électriciens, aux par abonné.
Finalement, ce qui pourrait faire
basculer l’opinion dans le camp du

17 DÉCEMBRE 2019 O21 NANTES


mécontentement n’est pas tant la
L’EXÉCUTIF  solidarité avec des régimes spé­
ciaux, dont les Français voient de
POURRAIT ÊTRE  moins en moins la justification, CITÉ DES CONGRÈS
TENTÉ DE FAIRE  que la crainte de faire partie des
perdants d’un nouveau système,
PASSER UNE  prétendument universel. Si c’est Entrée gratuite - inscription sur o21.lemonde.fr
le cas, il faut que le gouvernement
RÉFORME QUI  le dise clairement, avant que nous
N’AURA D’UNIVERSEL  reprenions éventuellement tous
en chœur avec Johnny : « Il n’y a
QUE LE NOM plus d’espoir. »  SOUS LE HAUT
PATRONAGE DU

Tirage du Monde daté dimanche 1er­lundi 2 décembre : 198 750 exemplaires


B O U T I Q U E E N LI G N E D I O R .C O M

LE NOUVEAU PARFUM