Vous êtes sur la page 1sur 9

1

UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE


HOUARI BOUMEDIENE

FACULTE DE
GENIE
MECANIQUE
&
DE GENIE DES PROCEDES

MODULE : ELECTROCHIMIE (TEC 738)

TP N°1

BINÔME. GTI : ROSSONERO ‘Ndrangheta


ABN Cosanostra

2010/2011

BUT DU TP

a2mezai@yahoo.fr
2

[I] - PARTIE THEORIQUE


INTRODUCTION
DEFINITIONS
[II] - PARTIE EXPEÉ RIMENTALE
A. DOSAGE CONDUMEÉ TRIQUE
1-CALCULE DE Kéé léctrolyté
2-LES REÉ ACTION GLOBALES DE DOSAGE
3-TRACER DE LA COURBE DE Kéé léctrolyté EN FONCTION DU
VOLUME
4-INTERPRETATION DU GRAPHE
5-CALCULE DES CONCENTRATION DES SOLITION
INCONUES
6-CONCLUSION
B. ETUDE DE LA CONDUCTIVITE ELECTRIQUE EQUIVALENTE
DES ELECTROLYTE
1- CALCULE DE Kéé léctrolyté
2- CALCULE DE ΩC
3-TRACER DE ΩC EN FONCTION DE √C
4-TRACER DE ΩC*C EN FONCTION DE 1/ΩC
5-DEDUCTION DE Ω0
6-DEDUCTION DE DEGREÉ DE DISSOCIATION
7-CONCLUSION

DOCUMANTATION : - COURS D’ÉLECTROCHIMIE DE L'ANNÉÉ 2006/2007.


- Microsoft Encarta 2006.

But du TP

La première partie est un dosage Conductimétrique acido-basique ayant pour but la


détermination du volume équivalent
La deuxième partie à pour but la détermination de la conductivité spécifique après
plusieurs dilution

a2mezai@yahoo.fr
3

PARTIE THÉORIQUE

INTRODUCTION:

Une solution électrolytique aqueuse est obtenue en dissolvant et dissociant dans l’eau qui
joue le rôle de solvant, d’acide, de base ou de sel.
Une solution d’électrolyte est en équilibre si dans tout ces zones suffisamment grandes
devant les dimensions des ions tout les facteurs intensifs ont une même valeur, en d’autre
terme la condition de l’équilibre consiste dans l’absence de gradient des facteurs intensifs,
pour remplir cette condition il est nécessaire que:
1- La température de la solution est constante.
2- La pression constante.
3- Il n’y a pas de différence de potentielle entre les différentes zones de la solution.
4- Et enfin le potentielle chimique de la solution soit le même dans la solution.
Si une des conditions énumérer n’est pas remplie, le système deviendra le siège de
phénomène de diffusion thermique, conduction électrique, de migration, diffusion
moléculaire.

DEFINITIONS:

LA CONDUCTIVITÉ ÉLECTRIQUE SPÉCEFIQUE :

Pour mesurer la résistance d’une solution électrolytique on introduit cette dernière dans
une cuve où plonge deux plaques de métal, l’ensemble constitue alors une cellule
électrolytique.
De même que la résistance R d’un file conducteur dépend de la nature du métal, de la section
du file et de sa longueur. La résistance d’une cellule électrolytique dépend de la nature du
solvant et du soluté formant la solution, elle dépend aussi de la surface des plaques et leurs
distances.
On sait que la résistance R d’un conducteur est reliée à la résistivité ρ par la relation

R= ρ*(l/s)

En posons 1/ ρ =K on aura ς= K*(s/l)


K est appelée conductivité de la solution entre les plaques, elle s’exprime en ohm-1*m-1
Si la conductance est exprimée en ohm-1 et S en m 2, l en m, la valeur de K peut facilement
se déduire de la mesure de la conductance ς et du rapport L/S.
Quand au rapport L/S est appelé constant de la cellule, il dépend de la construction de la
cellule, on l’évalue habituellement en mesurant la conductance ς de la même cellule lorsque
cette dernière contient une solution électrolytique de conductivité K connue

K=1/R*L/S Avec γ=l/s ↔ K= γ/R


LA CONDUCTIVITÉ ÉLECTRIQUE EQUIVALENT :

Afin d’établir une même base de comparaison pour les différent électrolyte KOHLROUSH
définit une nouvelle grandeur, c’est la conductivité équivalent Ω.
Considérant une solution aqueuse d’un électrolyte donné placé dans une cuve où plonge
deux plaques métalliques qui distante d'un mètre.

a2mezai@yahoo.fr
4

Si la concentration de la solution et la surface des plaque sont telle qu’il y à entre les plaque
qu’un équivalent gramme d’électrolyte la conductance de la cellule est ainsi construite et par
définition égale à la conductivité équivalent de l’électrolyte.

Ω = 1000* K s / Ce

K s: conductivité spécifique de la solution


Ce : concentration en équivalent gramme par litre.

MÉTHODES DE MESURE ÉLECTROCHIMIQUES

Elles mettent en jeu des réactions électrochimiques, telles que l'électrolyse. Des électrodes
sont placées dans une solution contenant des ions. Une différence de potentiel est appliquée
entre les électrodes, il en résulte le passage d'un courant électrique : les cations (ions chargés
positivement) se déplacent vers l'électrode négative (cathode) et les anions (ions de charge
négative) sont attirés vers l'électrode positive (anode). L'intensité du courant, la différence de
potentiel appliqué aux électrodes, la concentration du corps électrolysé et le temps de la
réaction sont reliés par une expression mathématique simple, qui permet de déterminer la
concentration des ions dans la solution de départ. Les deux méthodes de mesure principales
sont : la potentiométrie, mesure du potentiel des électrodes à courant constant, et
l'ampérométrie, mesure de l'intensité du courant à potentiels constants. La conductimétrie
consiste à mesurer la conductance (inverse de la résistance) d'une solution. C'est plutôt une
méthode électrique et elle permet de déterminer la concentration d'ions dans une solution.
Microsoft ® Encarta ® 2006. © 1993-2005 Microsoft Corporation

II -PARTIE EXPÉRIMENTALE

A-DOSAGE CONDUCTIMÉTRIQUE :

a2mezai@yahoo.fr
5

Le dosage Conductimétrique est basé sur la variation de la conductivité électrique K d’une


solution électrolytique lorsqu’on lui ajoute un réactif susceptible qui réagi sur cette solution,
dans notre TP on étudie le cas d’un dosage acido-basique (HCL, NaOH).

MODE OPÉRATOIRE :
On prépare dans une cellule Conductimétrique une solution de HCL de concentration
inconnue et de volume 50 ml, diluée dans du H2O de volume 150 ml, le tout titrée par une
solution de NaOH de molarité 0.04M.
La cellule conductimétrique est reliée à un conductimètre qui affiche les valeurs de
conductivité électrique relative au volume ajouté, et pour cela on utilise le courant
alternative (discontinue), puisque avec le courant continue les ions vont se déplacer d’où
on aura l'effet de polarisation au niveau d'électrode, alors que ce n'est pas notre but.
Les valeurs de K obtenue en fonction du volume sont représentées dans les tableaux ci-après :

V (ml) 0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5


K (ms.cm-1) 1.13 1.058 0.978 0.898 0.819 0.719 0.632 0.552 0.470 0.385

5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5 10 10.5


0.334 0.358 0.404 0.461 0.527 0.580 0.641 0.709 0.771 0.833 0.946 0.977
μs cm-1 =10-6 ohm-1 cm-1
ms.cm-1 =10-3 ohm-1 cm-1

1-CALCULE DE K électrolyte :
K solution = K électrolyte + K eau ↔ K électrolyte = K solution – K eau
KEAU =8.14 μs cm-1 =8.14 10-6 ohm-1cm-1
V (ml) 0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5
K(OHM1CM-1.) 1.12186 1.04986 0.969 86 0.889 86 0.810 86 0.710 86 0.623 86 0.543 86 0.46186 0.37686
10-3

5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5 10 10.5


0.325 86 0.349 86 0.395 86 0.452 86 0.518 86 0.57186 0.632 86 0.700 86 0.762 86 0.824 86 0.937 86 0.968 86

2-LES RÉACTION GLOBALES DE DOSAGE :


HCl + H2O H3O+ + Cl–
HCl + NaOH H2O + NaCl

a2mezai@yahoo.fr
6

3-LA COURBE DE KÉLECTROLYTE EN FONCTION DU VOLUME DE LA


SOLUTION TITRANTE:
GRAPHE 1 : K=F (V)

D'après les valeurs du tableau on déduit que la valeur du volume équivalent = 4.9ml

4-INTERPRETATION DU GRAPHE :
La représentation K = f (V) c'est la réunion de deux droite, l'une descendant représente la
diminution des ions H+ doser par le NaOH, et la droite ascendant représente l’apparition des
ions Na+ et Cl- libre (formation de NaCl et H2O ) et apparition des ions OH-
le point d’intersection représente le volume équivalent nécessaire à la neutralisation du HCl
par le NaOH.
- Avant le point équivalent :
Ksolution = KNaCl formé + KHCl restant
- Après le point équivalent :
Ksolution = KNaCl + KNaOH restant

5-DEDUCTION DES CONCENTRATIONS DES SOLUTIONS


INCONUES:
C NaOH .Veq
N1 V1 = N2 V2 ↔ CHCl*VHCl = CNaOH.*VNaOH ↔ C HCl 
VHCl
On à Veq=4.9ml ↔CHCl=0.1*4.9/10 → CHCl=0.049N est la normalité initiale du HCl

Avant le point équivalent :

Le volume ajouté avant le point équivalent est V=4.5↔Vt=10+4.5→ Vt=14.5ml


[NaOH]réagit=[NaCl]formé= 0.1*4.5/15=3* E-2N
[HCl]restant = [HCl]initial – [NaOH]réagit ↔[HCl]restant=0.049-3* E-2=1.9* E-2N
Au point équivalent :
Veq=4.9ml↔ VT=4.9+10=14.9ml
[NaOH]réagit=[NaCl]formé=0.1*4.9/14.9=3.28859* E-2 N
[HCl]restant = 0 N et [NaOH]restant = 0 N
Après le point équivalent :

a2mezai@yahoo.fr
7

Le volume ajouté après le point équivalent est V=5ml ↔ Vt=5+10=15ml


[NaCl]formé= [HCl]réagit = 0.049*10/15=3.266* E-2N
[HCl]réagit= [NaOH]réagit
[NaCl]restant = [NaOH]initial – [NaOH]réagit=5*0.1/15 – 3.266* E-2=0.666*E-3N

6- CONCLUSION :

Le dosage conductimétrique permet de suivre l’évolution de la conductivité électrique


spécifique suivant les volumes ajoutés (soit d’un acide ou bien une base),en plus il permet
grâce a la connaissance du point équivalent (volume équivalent)de déterminé les différentes
concentrations des solutés qui forment la solution étudiée.

B-ETUDE DE LA CONDUCTIVITE ELECTRIQUE EQUIVALENTE


DES ELECTROLYTES :

Arrenhus considère que la concentration influence le dégrée de dissociation de l’électrolyte


en admettant cet théorie nous devons conclure que la concentration de l’électrolyte influence
le nombre d’ions contenue dans une cellule Conductimétrique.
La conductivité équivalent de deux électrolyte différent est plus facile à comparé que leur
conductivité électrique spécifique, en effet la conductivité équivalent est indépendant de la
formule chimique de l’électrolyte considérée, alors la différence de force entre deux
électrolyte est attribuée à leur différence de concentration, leur dégrée de dissociation ou la
différence de mobilité des ions provenant des électrolyte
KOHLRAUSCH à effectuée une série de mesure de la conductivité équivalent à différente
concentration et à différent température, et en traçant des courbe Ω =√C il déduite que les
électrolyte fore donne une droite, par contre les électrolyte faible donne une courbe.

LE PRINCIPE :
On étudie la variation de la conductivité électrique équivalente d’un électrolyte en fonction
de sa concentration.

Mode opératoire :
On prépare une solution de CH3COOH avec de l’eau, on met 50ml de CH3COOH de
molarité C=0.04M avec 150ml de H2O et puis on mesure K.
A chaque fois on élève 50ml de la solution précédente et on la remplace par 50ml d'eau
successivement jusqu'a avoir K qui se rapproche de K de l’eau.

S0=100ml de CH3COOH+50mlde H2O ↔ K0=553 μs cm-1


S1=50ml de S0+50mlde H2O↔ K1=467 μs cm-1
S2=50mldeS1+50mlde H2O↔ K2=383 μs cm-1
S3=50mldeS2+50mlde H2O↔ K3=315 μs cm-1
S4=50mldeS3+50mlde H2O↔ K4=260 μs cm-1
S5=50mldeS4+50mlde H2O↔ K5=213 μs cm-1

1- CALCULE DE Kélectrolyte :

a2mezai@yahoo.fr
8

Kélectrolyte = Ksolution – Keau avec: Keau=8.14 10-6 OHM-1CM-1

D'où:
KÉLECTROLYTE . 0 =553*10-6 -8.14*10-6=544,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K0=544,86*10-6 ohm-1 cm-1
KÉLECTROLYTE . 1=467*10-6 -8.14*10-6=458,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K1=458,86*10-6 ohm-1 cm-1
KÉLECTROLYTE . 2=383*10-6 -8.14*10-6=374,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K2=374,86*10-6 ohm-1 cm-1
KÉLECTROLYTE . 3=315*10-6 -8.14*10-6=306,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K3=306,86*10-6 ohm-1 cm-1
KÉLECTROLYTE . 4=260*10-6 -8.14*10-6=251,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K4=251,86*10-6 ohm-1 cm-1
KÉLECTROLYTE . 5=213*10-6 -8.14*10-6=204,86*10-6 ohm-1 cm-1 ↔ K5=204,86*10-6 ohm-1 cm-1

2- CALCULE DE ΩC :

S0 C0=0.2N
S1 C0*V0=C1*V1↔C1=0.2*100/150=133.33*10-3 N
S2 C1*V1=C2*V2↔C2=133.33*10-3 *100/150=88.88*10-3 N
S3 C3=88.88*10-3 *100/150=59.26*10-3 N
S4 C4=29.62*10-3*100/150=39.50*10-3 N
S5 C5=19.75*10-3 *100/150=26.33*10-3 N

Calcul de  c :
10 3 K
c 
C

K*E-6
ohm-1 cm-1 544.86 458.86 374.86 306.86 251.86 204.86
C
cm2ohm-1eqg-1 2.7244 3.44153 4.2172 5.1781 6.3762 7.78048
C*E-3
(eq g) 200 133.33 88.88 59.26 39.50 26.33
√C
0.447 0.3651 0.2981 0.2434 0.19874 0.16226

3-TRACER DE  C EN FONCTION DE √C :
Graphe 2 : C =F (√C)

"Le tracer c'est une courbe alors preuve que l'électrolyte est faible alors d'après
KOHLRAUCH l'ionisation est partielle"

a2mezai@yahoo.fr
9

4-TRACER DE ΩC*C EN FONCTION DE 1/ΩC :

ΩC*C 0.56488 0.4588 0.3748 0.3068 0.25186 0.20486

1/ΩC*10-2 0.367 0.29056 0.2371 0.193121 0.15683 0.12852

Graphe 3 : C*C =F (1/ΩC)

5-DEDUCTION DE Ω0 :
L'intersection de la droite et l'axe des Y représente: k*Ω0 = 0.047
Sa pente c'est k*Ω0 2=1.31387 ↔ Ω0 =27.954 cm2ohm-1eqg-1

6-DEDUCTION DE DEGRÉ DE DISSOCIATION :

c
 
0
on calcule α pour chaque électrolyte on aura le tableau suivant :

α 0.09745 0.12311 0.15085 0.18523 0.22809 0.27832

7- CONCLUSION :

On conclue que si l’électrolyte étudié est faible, on aura une très faible variation de
conductivité équivalente à la concentration élever, mais sa conductivité équivalente augmente
très rapidement au faible concentration, et ce si rend l’extrapolation difficile.

a2mezai@yahoo.fr

Vous aimerez peut-être aussi