Vous êtes sur la page 1sur 23

CLASSIFICATION DES LUXATIONS TAUMATIQUES DE LA HANCHE

1. Classification de BIGELOW

02 type de luxation, fonction de l’intégrité du ligt ilio- fémoral de Bertin, les luxations
régulières aux luxations irrégulières :
Luxation régulières : caractérisées par l’intégrité du ligt de Bertin, on décrit 02 variétés :
1. LUXATION POSTÉRIURE : 75%
Lux postéro – sup (haute), iliaque 50% )
Lux postéro –inf (basse), ischiatique 25% :
 Ces luxation postérieure sont les plus frqt 75%
2 LUXATION ANTÉRIURE : 25%
LUX Antéro –inf (obturatrice 15%)
Lux Antéro- sup (pubienne 10%
Luxation irrégulières : le ligt de Bertin est rompu, ce qui autorise des déplacements
importants on distingue 02 types
Sus cotyloïdienne :
 Antérieure oblique
 Postérieure haute
 Sus pubienne
Sous cotyloïdienne :
 Périnéale
 Sous ischiatiques

2. Classification de LEVIN
Classe les lésions antérieurs ou post en fonction de la stabilité et du caractère pur ou
associée du la luxation.
Type I : luxation pure sans instabilité, réduction concentrique
Type II : luxation irréductible sans fracture de la tête ou de l’acétabulum
Type III : hanche instable après réduction ou incarcération intra articulaire
Type IV : luxation associée à une fracture de l’àcétabulum
Type V : luxation associée à une fracture de la tête ou du col
FRACTURE DU COL DU FÉMUR

1 Classification de GARDEN

- Basée sur le déplacement des travées de la tête


- Elle a un intérêt pronostic et thérapeutique
- Il existe 04 types à gravité constante
Type I : FR incomplet en COXA VALGA
- Travées céphaliques verticalisées avec un angle >160°
- Elle est engrène pouvant se désengrené
- Bon pronostic, risque de PSD et nécrose de la tête minime
Type II : FR complète sans déplacement
- Travées brisées mais non déplacées
- Bon pronostique
Type III : FR complète en COXA VARA
- Les travées céphalique brisées sont déplacées en COXA VARA (Horizontalisent)
- Le fragment distal et en rotation externe
- Les fragments restent solidaires par une charnière postéro inf qui est la synoviale
- La synoviale déchirée en avant seulement

Type IV : FR complète avec déplacement totale


- Les 02 fragments sont désolidarisés
- Les travées brisées, avec direction presque normale mais les travées céphaliques sont
décalées en dedans par rapport aux travées cervicales
- Synoviale complètement déchirée
- Risque de nécrose de la tête majeur

2 Classification de DELBET
- Basée sur le siége du trait de fracture
a. FR sous capitale : Risque majeur de nécrose de la tête fémorale
b. FR trans cervical : a la partie moyenne du col
c. FR basi cervicale : où cervico- tronchonterienne (risque d’ONTF moins important)

3 Classification de PAUWELS : c’est une classification biomécanique


- Basée sur la direction du trait de fracture et l’ongle qui fait ce trait avec l’horizontal
- L’analyse se fait sur une Rx de FACE après réduction
- l’inverse. 04 types
Type I : Angle >30°
- Trait proche de l’horizontal, force de compression Max (favorable à la consolidation)
Type II : Angle entre 30° et 50°
- Force de compression égale à la force de cisaillement
Type III : Angle >50°
- Force de cisaillement dominante et défavorable à la consolidation risque Max de PSD

4 Classification de LAMARE :
- Intérêt pronostic et thérapeutique pour les types III et IV de GARDEN.
- Elle mesure et quantifie le déplacement en moyen et grand déplacement
- Les positions de l’extrémité corticale interne du fragment inférieure 02 types :
Type I : moyen déplacement, la position de l’extrémité de la corticale interne du fragment
inférieure et au dessous de ce point
Type II : grand déplacement, la position est au dessus de ce point
FRACTURES DU MASSIF TROCHANTERIEN

1. Classification de BAMBARD –RAMADIER ; LAVARDE et DECOULX :


Type I : FR Cervico- trochanterienne 27%
Type II : Pertrochanterienne
a. Simple :
b. Complexe : variété la plus frqte :
Type III : Inter trochanterienne ; Fracture très instable
Type IV : sous trochanterienne ; La fracture la plus exposée a la PSD (région mal
vascularisée)
Type v : Trochantero – diaphysaire ; Trait souvent spiroide ,

Classification d’ENDER
- Basée sur le siége de la fracture et le déplacement
- La stabilité est liée à l’intégrité du manchon capsulo –ligamento- musculaire :
Type I : Pertrochanterienne simple
Type II : Pertrochanterienne en rotation externe
Type III : Pertrochanterienne en coxa valga
Type IV : Pertrochanterienne en rotation interne avec pénétration
Type V : Pertrochanterienne en RI avec pénétration (bec distal arrondi)
Type VI : Inter trochanterienne
Type VII : sous trochanterienne
Type VIII : diaphyso - Trochanterienne

2. Classification de l’AO : elle simplifie le problème des fractures Trochanteriennes


A1 simple :
1 Cervico – Trochanterienne
2 per trochanterienne non déplacée
3 Trochantero – diaphysaire
A2 pluri fragmentaire :
1 à 1 fragment intermédiaire (petit trochanter)
2 à 02 fragments intermédiaires ( Grd et petits trochanter )
3 à plus de 02 fragts intermédiaires
A3 inter trochanterienne :
1 A trait oblique simple
2 A trait transversal simple
3 A coin médial

3. Classification d’EVANS –JENSEN : classe les fractures inter trochanterienne selon le


nombre de frgt et la stabilité :
Type I : stable à 02 frgts
Type II : instable à 03 frgts
Type III : très instable à plus de 04 frgt
FRACTURE DE LA DIAPHYSE FÉMORALE DE L’ADULTE

CLASSIFICATION DE AO (Assemblé Orthopédique)


 En fonction du trait de fracture + localisation
 Le chiffre « 3 » affecté au fémur, « 2 » diaphyse
1. Groupe A : Fracture simples :
 A I: fracture simple spiroide
 A II : FR simple oblique >30°
 A III : FR simple transversale <30°

2. Groupe B : Fracture à coin :


 B I : Fracture à coin de torsion intactes
 BII : Fracture à coin de flexion intactes
 BIII : Fracture à coin fragmentaires
3. Groupe C : Fracture complexe
 CI : FR complexe communitive spiroide
 CII : FR complexe bifocale
 CIII : FR complexe communitive non spiroide
FRCTURE DE L’ÉXTRIMITÉ INFÉRIURE DU FÉMUR

On distingue des :
1. Fr supra condylienne et sus inter condyliennes
2. Fr uni condyliennes
3. décollement épiphysaire
A. FR SUPRA CONDYLIENNE ET SUS INTER CONDYLIENNES
1. Siége : le trait du FR permet de différencies
1. FR supra condylienne extra articulaires :
2. FR sus et inters condyliens avec trait de refond articulaire
 Elle sont en V ou Y ou en T
2. Comminution :
1. FR simple dont le nombre de fragments est réduit ; réduction et ostéosynthèse aisée.
2. FR complexes à plusieurs Frgts : pose de différents problème opératoires

SOFCOT 1998 ; 07 TYPES


 Type I : FR supra condyliennes simples
 Type II : FR supra condyliennes comminutives
 Type III : FR supra condyliennes complexes
 Type IV : FR sus et inter condyliennes simples
 Type V : FR sus inter condylienne à comminution métaphysaires
 Type VI : FR sus inter condylienne à comminution métaphyso –epiphysaire
 Type VII : Fracas métaphyso- epiphyso –diaphysaire

NB : les FR type III est l’apanage d’un traumatisme violent à haute énergie

B. FR UNICONDYLIENNES :
 Elles sont moins frqt que les supra et sus inter condylienne 15%
 La FR unicondylienne détache le condyle inter où externe
 Le trait traversé l’échancrure intercondylienne obliquement vers la région supra
condylienne
1. Classifications :
Classification COSACESCO –TRILLAT :
 Type I : FR de HOFFA Post dans un plan frontal
 Type II : FR de TRILLAT Ant dans un plan sagittal
 Type III : FR intermédiaire entre type I et Type II

Classification LETENNEUR : concerne ; la FR de HOFFA dans le plan frontal :


 Type I : FR HOFFA a grand fragment
 Type II : FR HOFFA a fragment moyen
 Type III : FR HOFFA a fragment petit

Classification de NORDIN : ++++


 Type I : FR CONDYLIENNE POST
- Assimilable à une FR de HOFFA dont le trait frontal passe en arrière du plan vertical
passant par le tubercule sus condylien.°
 Type II : FR CONDYLIENNE INTERMÉDIAIRE :
 Type III : FR TROCHLÉO - CONDYLIENNE ANT :
- Trait oblique, s’étend de l’échancrure inter condylien à la région sus condyle ext
 Type IV : FR TROCHLÉO - CONDYLIENNE SAGITTALE :
- FR assimilable à la FR de TRELAT
- Le trait post de l’échancrure inter condylienne et d’étend vers la métaphyse et diaphyse
FRACTURES DES PLATEAUX TIBIAUX

Classification De DUPARC ET FICAT :


- FR UNITUBÉROSITAIRES
- FR BI – TUBÉROSITAIRES
- FR SPINO – TUBÉROSITAIRES
- FR POSTÉRIURE
1 FR UNITUBÉROSITAIRES :
1. FR Unitubérositaires Ext : les plus frqt 60%
Type I : FR mixtes séparation tassement , Les plus frqts
Type II : FR séparation : rare
2. FR Unitubérositaires INT : Sont les plus rare ; Souvent FR séparation à trait frontal
ou tassement total avec inclinaison du plateau T.

2. FR BI – TUBÉROSITAIRES : elles associent une FR diaphysaire et une FR épiphysaire


on distingue 03 types :
Type I : FR bitubérosité simple sans enfoncement (tassement) trait sépare les 02
tubérosités d’une de l’autre et de la diaphyse tibiale selon un trait en V, T, ou Y inversé
avec parfois un 3eme frgts constitué par la TTA.
Type II : FR tubérositaires avec enfoncement
- FR tubérositaire complexe : FR mixte de tubérosité Ext , c’est une FR diaphyso-
épiphysaire
- FR mixte ; il existe enfoncement articulaire
Type III FR bitubérositaire complexe :
- réalise un véritable éclat de l’EST
- TRT difficile
3. FR SPINO – TUBÉROSITAIRES : rare 5%
3.1 Spino tubérositaire interne : La plus frqt
 Mécanisme : axial + varus forcé la lésion élémentaire est un FR- séparation devisant
l’épiphyse en deux fragments
 Suivant le déplacement l existe 03 types :
Type I : déplacement nul ou minime
Type II subluxation en haut et en dehors du frgt diaphyso – epiphysaire
Type III : luxation en haut en dehors du FRGT diaphyso –épiphysaire qui rompe le plan
capsulo- ligamentaire.
3.2 .Spino tubérositaire externe : rare ; Mécanisme : axial + valgus forcé
.
4. FR POSTÉRIEURES : rare
 Lésion élémentaire : séparation post et frontal du PT
 03 types :
- Type I : Postéro –frontal
- Type II : Postéro –interne
- Type III : post + FR spino tubérositaire du coté opposé
FR séparation Post :
 Détache la partie post de la tubérosité int
 Le genou se désaxe en varus ou rotation ext vus l’arrachement du LCA qui est associée
souvent
FR séparation + FR spino tubérositaire
FRACTURE DE LA ROTULE

Classification de MOULLAY et RICARD

Type I : Fracture transversale simple : séparant 02 fragment, +/ – égaux, avec déplacement vers le haut
du bout proximal, réduction facile.
Type II : FR complexe : (transversale complexe) avec un gros fragment principal et un petit fragment
sup ou plus souvent inf, refondu ou éclaté ou communitif , QQ fois la complixite est due à un 3eme frgts
entre les 02 principaux
Type III : FR communitive : a trait multiples, la zone communutive peut s’accompagne d’un tassement
Antéro –post de l’os spongieux qui s’in est ignoré aboutit à un défaut de réduction de la surface
articulaire cartilagineuse.
FRACTURE FERMÉE DE LA JMABE CHEZ L’ADULTE

1. Type de fracture : simple (à 02 frgts), complexes (à plusieurs frgts) .


a. FR simple :
 le trait transversal ou oblique court, suite à un traumatise direct rarement indirect, le siége est souvent
médio diaphysaires avec un trait péronier au même niveau.
 Les FR spiroides ou obliques , Tjrs secondaire a un traumatisme indirecte ( souvent torsion externe ) , le
trait est de siége variable , le trait péronier en continuité avec la spire
 La pointe du frgts Sup est souvent antérieure et interne, menaçant ainsi la peau, ces FR sont instables
b. Fractures complexes : ce sont des FR instables moins Frqt on distingue par ordre de gravité
croissante :
 Les FR avec 3eme frgts en aile de papillon par « torsion » ou le traumatisme est plus important que dans
la FR spiroides simples, le déplacement est minime
 FR avec 3eme frgts en aile de papillon par « flexion », frqte la FR se produisant sur la corticale opposée au
traumatisme par un phénomène d’étirement, le déplacement est important
 ce
 sont des FR instable (ouverture cutanée souvent associée)
 Les FR bifocales ; rare elles isolent un frgt tibial séparé du reste du tibia par 02 trais de FR, l’un Sup et
l’autre inf , ces traits sont transversaux , ou oblique courte avec QQ fois des traits de refond isolant un
4eme frgts :
- Le déplacement est souvent important ; + + instabilité
- La vascularisation du frgt intermédiaires est précaire
 Les FR communitives : destruction d’une portion importante du cylindre diaphysaire interdisant toute
réduction anatomique, l’instabilité est totale
02 types :
- FR communitive par torsion : suite a un trauma indirect : réalisant un double ou triple spire : PTC bon.
- FR communitive par flexion : suite a un trauma, direct et violent, réalisant une communition importante
et des lésions des partie molle très graves, PTC grave .
FRCTURE OUVERTE DE JAMBE

1. lésions cutanées
1. Classification de CAUCHOIX ET DUPARC
Type I : bénigne
- Plaie ponctiforme ou linaire franche
- Sans décollement ni contusion
- Saigne bien parés excision économique
- Suturable sans tension
- Pronostic comparable a celui d’un FR fermée.
Type II :
- Plaie large a bord contus
- graisseux sous cutané dévitalisé.
- Suturable sous tension
- Exposant au risque de nécroses secondaire (picot)
 II a : plaie délimitant des lombeaux de vitalité douteuse
 II b : Plaie avec décollement sous aponévrotique pré tibial, avec zone de peau contuse et
nécrotique.

Type III :
- Perte de substance cutané pré tibial en regarde ou à proximité du foyer du FR
- Le sont d’emblée ou après excision chirurgical
 III a : perte de substance limitée pouvant espérer un réparation dirigé.
 III b : perte de substance étendue sans espoir de cicatrisation dirigé risque infectieux augmenté
Cette classification ne tient pas au contraire les lésions osseuses et les lésions vasculaires
2. Classification de MÉCHELANY

02 types liées à des plaies par projectiles de guerre


Type IV : destruction cutanée ne dépassant pas au niveau du foyer la ½ de la circonférence du
membre.
Type V : destruction cutanée excédant la ½ de la circonférence du membre.

3. Classification GUSTILLO et ANDERSON (USA 1984)

Type I : plaie quasi punctiforme de – de 1 cm


Type II : plaie > 1 cm sans lésions étendue des partie moles sans lombo sans luios
Type III : lésions grave non fermable
 III a : couverture du foyer de FR est possible ; traumatise à haute énergie (fracs à
communition étendue)
 III b : large perte de substance cutané + avarsion periosté exposant foyer a la
contamination qu’est massive)
 III c : lésions vasculaire

2. lésions osseuses :
Classification de DUPARC
Type I :
 le potentiel de guérison et identique a celui a celui des FR fermées
 pas de dévitalisation, ni perte de substance osseuses
 c’est le cas :
- FR spiroide à ouverture punctiforme
- FR transversale a ouverture linaire type I
Type II :
 Risque important de retarde de la consolidation
 Les fragments sont largement déperiostés ou , il existe une perte de substance minime
secondaire à la communition des extrémités osseuses
Type III :
 Perte de substance osseuse importante
 Apporte osseux secondaire indispensable
FRACTURES BIMALLÉOLAIRES

Classifications de DUPARC –ALNOT

Type I : FR sous tuberculaire par Adduction 5%


 ME : trait sous tuberculaire transversal (au dessous des lgts TPI) ou rupture du LLE si la
malléole résiste.
 MI : trait basimalléolaire vertical ou oblique, parfois tassement de la partie interne du pilon
tibial
 Syndesmose : intacte pas de diastasis
Type II : FR sus tuberculaire par Abduction 15%

 ME : trait sus tuberculaire transversal ou communitif


 MI : trait transversal, ou rupture du LLI si MI résiste parfois s tassement du pilier Ext du pilon
tibial
 Syndesmose : rupture des ligaments TPI avec rupture basse de la MIO (Diastasis)
Type III : FR par rotation Ext sus – tuberculaire 20%
 ME : le trait est sus tuberculaire spiroide ou oblique
 MI : le trait transversal ou rupture du LLI si MI résiste
 Syndesmose :
- Le LTP Ant est tjrs rompu
- Le LTP post peut être rompu ou non
- La MOI est intact
Type IV : FR par rotation externe inter tuberculaire 60%
 ME : trait inter tuberculaire oblique ou spiroide passe entre les ligts TPI
 MI : trait transversal ou rupture du LLI si MI résiste
 Syndesmose :
- Le LPT post est rompu, ou arraché son insertion osseuse (FR tri malléolaire)
- Le LPT Ant est rompu ou non
En résumé :
 Type I et III : sont faciles a analyser leurs lésions sont stéréotypées
 Type II et IV : représentent 75%, peuvent avoir des lésions de syndesmoses ±grave.
Fracture de l’extrémité inférieure du Radius

Classification :
La classification de CASTAING est la plus utilisée :

Elle devise les fractures de L’EIR en 02 granges variété


- Fr par compression – extension : 85 -90% des F r de l’EIR
- Fr par compression flexion : 10 -15% des Fr de L’EIR.
1. les fractures par compression –extension : de loin les plus fréquentes 85%-90% ce sont touts les fractures
à déplacement post (bascule en arrière de l’épiphyse radiale par rapport au fragment proximal)
a. fractures sus articulaires : c’est la classique Fr Pouteau –colles, elle se caractérise par :
- son trait ; situé à 15- 25 mm au dessus de l’interligne radio carpienne, oblique en haut et en arrière
- Ses déplacements : 03 composantes s’associent de façon variable
 Bascule post du fragment epiphysaire : elle orient la glène radiale en bas et en arrière.
 Ascension ou engrènement : par impaction de l’épiphyse dans le fragment proximal,
 Translation externe (en dehors) : moins constatant, il est responsable de la déformation
en baïonnette du poignet.
NB : ces déplacement peuvent manquer complètement dans les fractures sans déplacement ou au contraire se
manifester à leurs maximum dans la fracture de GERARD – MARCHANT ( en plus Fr de la styloïde
cubitale).
b. fractures articulaires : elles associent au trait métaphysaire ( Pouteau colles ) un ou plusieurs
refonds articulaires.
 Fracture à 3eme fragment postéro interne ; ou fracture potentielle de CASTAING :
- Elle associe au trait de fracture de Pouteau colles un 3eme fragment articulaire postéro-
interne.
- appelée par castaing fracture potentielle , car c’est à partir d’elle que vont se produire
par augmentation de la force traumatique , toutes les autres fractures articulaires , qui
comportent tous ce 3eme fragments interne.
 Fracture en T sagittale :
- Réalisée par l’extension d’avant en arrière du trait sagittal,
- le refond est visible sur un cliché de face,
- Il s’agit d’un 4eme fragment détachant la moitie Ant de la cavité glénoïde ( frgt ant
–int )
 fracture en T frontal :
- c’est la fissure frontale de la fracture potentielle qui va s’étendre.
- le refond est alors visible sur le cliche de profile
- elle détache alors 02 fragments post.
- Fracture en croix : ou fracture en T dans les 02 plans
 fracture en croix : ou fracture en T dans les 02 plans , il se produit une extension des fissures
de la fracture potentielle dans les 02 plans frontal et sagittal , réalisant une forme
particulièrement instable.
 Fracture éclatement : défiant toute analyse, elle est rare.

2. les fractures par compression – flexion : elle sont beaucoup plus rares (6,5 -10%) et font suite à une
traumatisme en flexion, entraînant un déplacement antérieure du fragment distale.
 FR sus articulaire ou FR de GOYRAND –SMITH : avec un déplacement ant , réalisant une
déformation en ventre de fourchette on retrouve également
- Une ascension de la styloïde radiale
- Une translation externe épiphysaire
- Pose un problème de réduction.
 FR articulaire ou FR Marginales antérieures : elle peuvent être simple ou complexe :
- FR simple ; type I de Cauchoix et Duparc, détachement du rebord ant du radius et une
partie de la corticale ant radiale
- FR complexe : type II de cauchoix et Duparc a la fracture marginale ant , s’associe une
séparation metaphyso- épiphysaire , elle s’accompagnent d’un luxation ant du massif
carpien , le quel reste solidaire du fragment inférieure et se réduit spontanément , lors de
la réduction de la fracture tjrs TRT chirurgical
NB : toutes les FR à déplacement ant sont instables et le TRT donc tjrs chirurgical
3. fractures communitives inclassables : elles sont née avec la traumatologie routière et présentent une
comminution + ou – propagée à l’épiphyse.
FRACTURE DE LA PALETTE HUMÉRALE

classe en FR articulaire ou extra articulaire SOFCOT 1979 .


A . FRACTURE EXTRA –ARTICULAIRE :on distingue 02 types ;
 supra condylienne
 parcellaire
1. FRACTURE SUPRA CONDYLIENNE 30-50 %
a. Siége et direction du trait :
 le trait siége en +++ zone métaphysaire au dessus de l’épi trochlée et de l’épicondyle,
 le plus souvent horizontal
b. déplacement : 04 types
 translation : interne ou externe
 bascule : Ant ou post
 angulation ; varus ou valgus
 décalage ; symétrique ou asymétrique.
2. FRACTURE PARCÉLLAIRES : 02 types
 FR épicondyle
 FR épi trochlée
a. FR EPICONDYLE :
 Trait ; vertical séparant l’épicondyle de la métaphyse
 Déplacement : nul ou en dehors et en bas attiré par les muscles condylienne
b. FR ÉPITROCHLÉE :
 TRAIT : oblique en bas et en dehors séparent l’épitrochlée de la métaphyse.
 Déplacement : classification de MARION- FAYESSE
- Type I : sans déplacement
- Type II : déplacement vers le bas
- Type III : incarcération intra- articulaire ( des fragments)
- Type IV : fracture de l’épitrochlée + luxation postéro- ext du coude.
NB : la paralysie du nerf CUBITAL doit être tjrs recherché dans les FR épitrochlée

B . FRACTURES ARTICULAIRES : on distingue 04 types :


1. FR sus et inter condylien
2. FR du condyle EXT
3. FR du condyle INT
4. FR purement articulaire

1. FRACTURE SUS ET INTRA –CONDYLIENNE : les plus FRQ 25-55%


 Trait : associe 02 traits élémentaires
- Trait sus condylien : horizontal ou oblique
- Trait inter condylien : aboutissant à la partie moyenne de la joue externe de la
trochlée
- Ce sont les fracture en V, T , Y
 Déplacement :
- Translation
- Séparation des condyles
- Bascules post
Quatre types selon RISEBOURGH –RADIN
- Type I : FR sans déplacement
- Type II : fracture séparation sans décalage
- Type III : fracture séparation + rotation du fragment dans le plan frontale
- Type IV : comminution sévère

2. FRACTURE DU CONDYLE EXTERNE : 3 -10%

 Trait :
- FR articulaire simple
- Oblique en bas et en dehors (gorge trochléenne )
- Le frgt du condyle ext de la métaphyse englobe : condyle , épicondyle , joue externe épi
trochlée.
- Chez l’enfant : décollement épiphysaire type 03 Association frqt avec FR tête radiale, FR
olécranienne 03 types selon MARION – LAGRANGE
- Type I : déplacement minime ou nul
- Type II : déplacement en arriérer, translation ext légère bascule
- Type III : déplacement plus important, bascule peut attendre 90° -180°
3. FRACTURES DU CONDYLE INTERNE 1-5% : FRACTURE ARTICULAIRE SIMPLE : appelé
aussi ;
- FR trochléenne oblique interne de DENIECE
- Fr trochléo- épitrochleenne LUGIAT

 Trait ; au dessus de l’epitrochlée , puis en bas et en dedans pour attendre la joue


de la trochlée et détachant l’épitrochlée , joue int trochlée et zone métaphysaire
sus jacent
4. FRACTURE PURMENT ARTICULAIRE
a. fracture diacondylienne de KOCHER : rare, +++ sujet âgé de sexe féminine
 trait :
- oblique en bas et en arrière sur le profile
 Déplacement : inconstant, plus souvent en avant et en haut, aspect caractéristique en double
ou triple contours.
b. FRACTURE de HAHN STEINTHAL : rare, le fragt est plus petit que celui de KOCHER
 Trait : oblique en bas et en arrière détachant le condyle avec le versant externe de la
trochlée.
 Déplacement : en haut et en avant
c. FRACTURE DU CAPITELLUM : condyle externe , petit FR purement articulaire
 Mécanisme : chute sur le coude ½ fléchi, c’est la tête radiale qui butte contre le condyle
 Trait : frontal détachant le condyle huméral
 Déplacement : se fait en arriéré.
FRACTURE DE L’EXTRIMITÉ SUPERIEURE DE L’HUMÉRUS

A. Classification : plusieurs classifications


1. Classification de NEER : selon le Nbre de fragments
a. FR à 02 fragments :
- FR du col anatomique
- FR du col chirurgical
- FR du trochiter
- FR du trochin
b. FR à 03 fragments.
- FR du col anatomique + FR des 02 tubérosités
- FR du col chirurgical + FR d’un des deux tubérosités
c. FR à 04 fragments.
- FR du col de l’humérus (chirurgical ou anatomique) + FR des 02 tubérosités
Toutes ces FR peuvent être associées à une luxation.

2. Classification de DUPARC ET OLIVIER :


a. FR parcellaires isolées des tubérosités :
FR du trochiter : frqt
 Souvent associée a une luxation d’épaule
 Survient par mécanisme d’arrachement : muscle de la coiffes des rotateur (sus et sous épineux)
 03 types selon la localisation et l’importance du fragment
Type I : FR intéressant l’insertion du sus épineux, déplacement en haut et en dedans (FR
operculaire)
Type II : FR intéressant l’insertion du sus et sous épineux déplacement en haut et en arrière (FR
partielle)
Ces 02 FR donnent un épaule pseudo paralytique par équivalent d’une rupture de la coiffe
Type III : FR totale du trochiter non déplacée.
FR du trochin : rare
 Emporte l’insertion du sous scapulaire
 Déplacement du fragment en dedans
b. fractures extra- articulaires : sous tubérositaire
 plus frqt
 souvent IIaire à un mécanisme indirecte ; chute sur le coude ou la main
 trait : passe par le col chirurgical séparant la diaphyse de l’ESH , le plus souvent tansversal ou
oblique court , rarement spiroide ou oblique long
FR engrainées : les plus frqt 70%
Engrènement :
 En dehors : FR en abduction
 En dedans : FR en adduction
 En arrière (post) : renduite par manœuvre de flexion de l’épaule
Cet engrainement peut s’associe a une translation interne de la diaphyse sous l’effet du grand pectoral
FR non engrainées :
 Il n’y à aucun contact entre l’ ESH et la diaphyse
 La FR est très déplacée
 FR instable, la diaphyse peut embrocher les parties molles et menace les éléments vasculo- nerveux
 Souvent associées à des fractures parcellaires
 Elle est en générale de TRT chirurgical
c. FR articulaires : cephalo- tubérositaires :
 Elles sont plus rares
 Grave : dons des forme déplacées avec séquelle importante
 FR du col anatomique ou souvent des traits céphalique ou tubérositaires ( FR tuberositaire).
 La tête humérale peut être engrainée ou pas, au maximum elle est lésée en position aberrante
(énucléation)
Mécanisme : choc indirect, bras pouvant être en abduction, adduction ou retropulsion
Déplacement :
- tête le plus souvent en dedans et en avant,
- trochin en dedans
- Trochiter selon le frgt
 Ces sont des fractures à 3 ou 4 frgts de NEER
 Fractures de mauvais pronostic car risque de nécrose de la tête humérale
 TRT difficile
d. FR – luxation de l’épaule :
 Toutes les fractures sus cités peuvent s’associer a une luxation de l’épaule
 Le plus svt Ant rarement post
 ElLe aggrave le pronostic fonctionnel car risque de nécrose et complication du TRT (complique le
trt )
NB :
 la tête humérale s’échoppe par une broche capsulaire inf
 luxation antéro - int : FR du trochiter, FR du col anatomique + trochiter
 luxation post : toutes les FR précédentes peuvent s’ay associées.
FRACTURE DE L’ÉXTRIMITÉ SUPERIURE DU RADIUS

1. classification du DUPARC : cinq (05) types de gravité croissante basée sur le mécanisme de la fracture :
Type I : FR non déplacé
Type II : FR séparation déplacée
- II a : à deux fragments
- II b : à plusieurs fragments
Type III : FR tassement sous capitale déplacée
- III a : engrainée
- III b : non engrainée avec énucléation
Type IV : FR séparation – tassement déplacée à 03 ou plusieurs fragments
- IV a : engrainée
- IV b : non engrainée
Type v : éclatement de la tête radiale ( FR communitive ).

2. classification de MASSON :
Type I : FR non déplacée de la cupule
- I a : fragment FR < 1/3 , Ib : frgt fracture > 1/3
Type II : FR déplacée, détachant un fragment articulaire antérieure ou externe il peut être
incarcère dans l’articulation. 02 sous types :
- II a > 1/3 trait vertical peut passée inaperçue.
Type III : fracture communitive, éclatement de la tête radial
Type IV : association de l’une de ces fractures I, II, III avec une lésion du coude ou fracture du
col radial (enfant) ++ .
1- FRACTURE DU L’OLÉCRANE

A. Classification de MERLE D'AUBIGNÉ :


On distingue 04 types selon le siége du trait de fracture
Type I : fracture du sommet ou Bec olécranien, rare
- Elle sont extra articulaires
- Elles réalisent un arrachement de l’insertion du triceps
- Le trait est oblique en bas et en arrière
- Le déplacement peut être absent ou très important avec ascension du bec olécranien.
Type II : fracture de la partie moyenne de l’olécrane
- Les plus frqts ( 54%) , ce sont des FR articulaires
- Elles laissent un crochet coracoïdien suffisant pour la stabilité du coude ( >1/3 de la
surface)
- Le trait est oblique d’avant en arrière, parfois horizontal avec une communition
postérieure
- Le déplacement est fonction de l’état anatomique des ailerons olécraniens
- S’ils sont respectés le déplacement est minime voire modeste
- S’ils sont rompus le déplacement est important.
Type III : fracture de la base de l’olécrane
- ce sont des fractures epiphyso- métaphysaire
- Le trait début au 1/3 distal de la grande cavité sigmoïde descend obliquement en bas et
en arrière et se termine sur la crête cubitale, détachant un long fragment de la diaphyse
- Elles compromettent la stabilité du coude
- Le déplacement est souvent modéré, car les ailerons olécraniens sont intacts.
Type IV : fracture à plusieurs fragment et communitives de l’olécrane
- Elles sont souvent IIaire à un traumatisme direct
- L’ouverture cutanée aggrave le pronostic
- Posent des problèmes de contention thérapeutique
 IV a : les fractures à double traits superposés
 IV b : les fractures communitives
 IVc : les fractures olécrano – coracoïdienne
FRACTURE DE L’APOPHYSE CORONOÏDE

A. Lésions osseuses : 02 types de lésions


1. Bec de l’apophyse : + fréquente
 Souvent associée à une luxation post du coude
 Peut être isolée
 Déplacée peut s’incarcéré dans l’articulation
2. Base de l’apophyse :
 Détermine une instabilité du coude
 Détachant une partie ou la totalité de l’apophyse
 Trait : oblique en bas et en avant, part de la partie moyenne de l’apophyse coronoïde pour se
termine au dessous de l’insertion du muscle brachial ant qui entraîne un déplacement vers le haut
quand le déplacement est important cette FR se complique souvent de luxation postérieure du
coude incoercible du fait de la perte de la console coracoïdienne
FRACTURE DE MONTEGGIA

B. CLASSIFICATION : 02 classification
1. classification de BADO : basée surtout sur le siége de la luxation de la tête radiale :
Type I : luxation antérieure
Type II : luxation postérieure ou postéro latérale
Type III : luxation latérale ou antéro – latérale
Type IV type I + FR de la diaphyse radiale

2. classification de TRILLAT : la plus utilisée, basée sur le siége de la fracture cubitale


a. chez l’adulte
groupe I :
 FR du cubitus à trait diaphysaire QQ soit le type
 Luxation de la tête radiale Ant , post ou externe
 Ici les lésions siégent au nv de l’AB
groupe II :
 FR du cubitus à trait métaphyso –épiphysaire QQ soit le type
 Luxation de la tête radiale ant , post ou externe
 Ici les lésions siégent au nv du coude
groupe III : FR du cubitus type I ou II
 luxation de la tête radiale Ant , post ou externe
 associée ; FR humérus, diaphyse radiale ou poignet
b. chez l’enfant :
type I :
 FR diaphysaire du cubitus
 Luxation Ant de la tête radiale, réalisant la FR de MONTEGGIA typique
type II :
 FR métaphysaire haute le plus souvent en bois vert
 Luxation externe de la tête radiale