Vous êtes sur la page 1sur 188

Dossier d’Exécution

RÉHAUSSEMENT DU DÉVERSOIR DE COMPS

OCTOBRE 2016
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

SOMMAIRE
1. PREAMBULE / CONTEXTE REGLEMENTAIRE ................................................................................................ 4

1.1. PREAMBULE .............................................................................................................................................. 4


1.2. CADRE REGLEMENTAIRE DU PRESENT DOSSIER .................................................................................................... 5

2. DESIGNATION DU MAITRE D’OUVRAGE DEMANDEUR ................................................................................ 6

3. DESIGNATION DU PETITIONNAIRE ............................................................................................................. 6

4. PERIMETRE ET LOCALISATION DE L’OPERATION ......................................................................................... 6

4.1. NATURE DU PROGRAMME ............................................................................................................................ 6


4.2. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE GLOBALE ENTRE TARASCON ET ARLES ................................................................ 7
4.3. LOCALISATION DES MESURES D’ANNULATION ET DE REDUCTION D’IMPACTS HYDRAULIQUES EN AMONT DE TARASCON......... 8

5. ETAT EXISTANT........................................................................................................................................ 10

5.1. LOCALISATION ......................................................................................................................................... 10


5.2. DESCRIPTION ........................................................................................................................................... 11

6. NATURE DES TRAVAUX A REALISER .......................................................................................................... 11

6.1. NATURE DES TRAVAUX A REALISER ET FAISANT L’OBJET DE LA CONVENTION D’APPLICATION N°6 ................................... 11
6.2. MODE OPERATOIRE DES TRAVAUX ................................................................................................................ 13
6.2.1. PLANNING.........................................................................................................................................................13
6.2.2. PRINCIPE D’ACCROCHE SUR L’EXISTANT ..................................................................................................................13
6.2.3. INSTALLATIONS DE CHANTIER / CIRCULATION DES ENGINS ..........................................................................................13
6.2.4. JUSTIFICATION DE LA STABILITE DE L’OUVRAGE ........................................................................................................13
6.3. MESURES DE SURVEILLANCE, D’ENTRETIEN ET D’INTERVENTION PENDANT LES TRAVAUX ............................................. 14
6.4. MESURES DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PREVUES EN CAS D’ACCIDENT ........................................................ 15
6.4.1. EN CAS DE DEVERSEMENT DE PRODUITS DANGEREUX ................................................................................................15
6.4.2. EN CAS DE CRUE .................................................................................................................................................15
6.5. REMISE EN ETAT DU CHANTIER ..................................................................................................................... 15

7. ETAT INITIAL, IMPACTS ET MESURES ASSOCIEES....................................................................................... 15

7.1. MILIEU PHYSIQUE ..................................................................................................................................... 15


7.1.1. CLIMAT, TOPOGRAPHIE ET GEOLOGIE .....................................................................................................................15
7.1.2. QUANTITE, QUALITES ET USAGES DES EAUX .............................................................................................................16
7.1.3. FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE ET MORPHODYNAMIQUE DE LA ZONE D’ETUDE .........................................................17
7.2. MILIEU NATUREL ...................................................................................................................................... 22

1
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

7.2.1. ETAT INITIAL A L’ECHELLE DU PROJET GLOBAL ..........................................................................................................22


7.2.2. EFFETS TEMPORAIRES ET PERMANENTS ET MESURES ASSOCIEES A L’ECHELLE DU DEVERSOIR DE COMPS .............................22
7.3. MILIEU HUMAIN ....................................................................................................................................... 23
7.3.1. ETAT INITIAL A L’ECHELLE DU PROJET GLOBAL ..........................................................................................................23
7.3.2. EFFETS TEMPORAIRES ET PERMANENTS ET MESURES ASSOCIEES A L’ECHELLE DU DEVERSOIR DE COMPS .............................23
7.4. PATRIMOINE ET PAYSAGES .......................................................................................................................... 24
7.4.1. ETAT INITIAL A L’ECHELLE DU PROJET GLOBAL ..........................................................................................................24
7.4.2. EFFETS TEMPORAIRES ET PERMANENTS ET MESURES ASSOCIEES A L’ECHELLE DU DEVERSOIR DE COMPS .............................24
7.5. RISQUES MAJEURS..................................................................................................................................... 25
7.5.1. ETAT INITIAL A L’ECHELLE DU PROJET GLOBAL ..........................................................................................................25
7.5.2. EFFETS TEMPORAIRES ET PERMANENTS ET MESURES ASSOCIEES A L’ECHELLE DU DEVERSOIR DE COMPS .............................25
7.6. SYNTHESE DES MESURES DE REDUCTION DES NUISANCES SUR L’ENVIRONNEMENT ..................................................... 25
7.7. EFFETS CUMULES ...................................................................................................................................... 26

8. COMPATIBILITE AVEC LES DOCUMENTS D’URBANISME, DE GESTION ET DE PLANIFICATION ...................... 26

8.1. OUTILS DE GESTION ET DE PLANIFICATION DES RESSOURCES EN EAU ....................................................................... 26


8.1.1. DIRECTIVE CADRE EUROPEENNE SUR L’EAU ............................................................................................................26
8.1.2. PLAN RHONE .....................................................................................................................................................27
8.1.3. SCHEMA DIRECTEUR D’AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX RHONE MEDITERRANEE ............................................27
8.2. PLAN DE GESTION DES RISQUES D’INONDATION (PGRI) ..................................................................................... 28
8.3. LES OUTILS DE PLANIFICATION URBAINE .......................................................................................................... 31
8.3.1. PLAN D’OCCUPATION DES SOLS (POS) / PLAN LOCAL D’URBANISME (PLU) ................................................................31
8.3.2. PLAN DE PREVENTION DU RISQUE INONDATION ......................................................................................................31

9. ANNEXES ................................................................................................................................................ 32

9.1. ANNEXE 1 – NOTE DE CALCUL – JUSTIFICATION DU REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS..................................... 32


9.2. ANNEXE 2 – ETUDE DE DANGERS .................................................................................................................. 33
9.3. ANNEXE 3 – ETUDES D’AVANT-PROJET ........................................................................................................... 34

2
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Localisation des aménagements constitutifs du projet de création d’une digue sur le secteur situé entre Tarascon et Arles ........... 7
Figure 2 : Localisation des mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques à l’amont de Beaucaire / Tarascon ......................... 8
Figure 3 : Localisation du domaine concédé et notamment du déversoir de Comps .......................................................................................... 9
Figure 4 : Localisation de l’ouvrage ................................................................................................................................................................... 10
Figure 5 : Description du système d’endiguement de Comps ........................................................................................................................... 11
Figure 6 : Photo du déversoir de Comps ............................................................................................................................................................ 11
Figure 7 : Ferraillage de principe du rehaussement du déversoir de Comps ..................................................................................................... 13

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: Compatibilité avec les grands objectifs du PGRI .............................................................................................................................. 28
Tableau 2: Compatibilité avec les dispositions spécifiques du PGRI concernant le Bassin versant du Delta du Rhône .................................... 30

3
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

1. PREAMBULE / CONTEXTE REGLEMENTAIRE

1.1. PREAMBULE

La crue du Rhône de décembre 2003, après celles de 1993, 1994 et 2002, a entrainé de nombreuses inondations de secteurs habités ainsi
que la création de brèches. En rive gauche du Rhône, le territoire communal de Tarascon et d’Arles a ainsi été inondé dans toute sa partie
sud-est par :
 les eaux du Rhône sorties du lit mineur à partir de l’usine Fibre Excellence occasionnant de nombreux dégâts à cette entreprise ;
 le passage par les 2 trémies du remblai de la voie ferrée Arles/Tarascon. L’eau a pu envahir la plaine à l’est du remblai et
atteindre par gravité une partie de la ville d’Arles (celle situé au nord de la roubine du Roy) ;
 les eaux de ruissellement provenant du secteur de Graveson ;
 les débordements des canaux saturés : Bagnolette, Vigueirat, Canal des Alpines Septentrionales.

Cet épisode de crue a engendré globalement plus de 700 millions d’euros de dommages affectant plus de 12 000 personnes dans le Delta
du Rhône.

Dégâts estimés à 396 M€


Industrie + artisanat + services -> 255 M€
Ensemble Arles + Tarascon
Agriculture -> 36,9 M€
Habitat -> 119,6 M€

Au vu des importants dégâts occasionnés par cette crue de période de retour 100 ans, l’Etat s’est saisi de cette vaste problématique
d’inondation et a confié début 2004 au préfet coordonnateur de bassin la définition d’une stratégie globale de prévention contre les
inondations.

Dans le cadre du Plan Rhône et en lien avec le Schéma de gestion des inondations du Rhône aval, le SYMADREM a élaboré un programme
d’opérations nécessaires à la sécurisation complète des digues fluviales du Grand Delta du Rhône (du barrage de Vallabrègues à la mer
Méditerranée).

Le principal objectif de ce programme de sécurisation est de construire des ouvrages de protection contre les crues du Rhône capables de
résister à la rupture pour une crue exceptionnelle du Rhône, dite « crue de sûreté », dont le débit de pointe est estimé à 14 160 m3/s à la
station de Beaucaire / Tarascon et la période de retour à 1000 ans.

Le programme de sécurisation a fait l’objet d’un découpage en plusieurs opérations, dont l’opération intitulée « création d’une digue à
l’ouest de la voie ferrée Tarascon / Arles », identifiée comme action prioritaire du schéma de gestion des inondations du Rhône aval.

Cette opération consiste en la création d’ouvrages hydrauliques et d’actions associées. Parmi ces actions associées, une mesure s’inscrit
dans le domaine concédé à la CNR : le rehaussement du déversoir de Comps.

Le 1er mars 2010, un accord cadre a été signé entre la CNR et le SYMADREM. Ce dernier tient compte des missions spécifiques au
SYMADREM (protection contre les crues du Rhône) et à la CNR (production d’électricité, navigation, irrigation et autres usages agricoles,
maintien des niveaux d’écoulement). Cet accord cadre prévoit que :
 le SYMADREM assure la maîtrise d’ouvrage des études et travaux de l’ensemble des ouvrages de protection contre les crues du
Rhône en aval de Beaucaire/Tarascon ainsi que la surveillance et l’exploitation des ouvrages créés ou renforcés dans le cadre du
Plan Rhône y compris sur les dépendances immobilières de la concession CNR ;
 la CNR assure l'entretien du lit du Rhône, conformément à ses cahiers des charges de concession, y compris les secteurs qui
auront fait l’objet de la part du SYMADREM de travaux fluviaux d’annulation et réduction d’impact ;
 la CNR participe financièrement à hauteur de 5 millions d’euros HT aux opérations du Plan Rhône prévues sur ou à proximité du
domaine concédé de la CNR.

Considérant les termes de l’accord cadre, signé entre le SYMADREM et la CNR le 1er mars 2010, qui stipule que : « des conventions
d’applications seront établies pour préciser pour chaque site où les missions du SYMADREM et de la CNR se superposent, les conditions de
réalisation des travaux et de gestion ultérieurs des ouvrages de chacune des parties », une convention d’application n°6 a été établie par le
SYMADREM et la CNR.

4
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

La convention d’application n°6 signée le 22 juillet 2016 précise que la SYMADREM assure la maîtrise d’ouvrage des travaux de
rehaussement du déversoir de Comps, ainsi que l’établissement du dossier de modification de la concession de la CNR suivant l’article
R.521-40 du code de l’énergie pour le compte de la CNR.

La CNR accepte, à la demande des services de l’état, en raison de l’impossibilité pour le SYMADREM de créer un système d’endiguement en
dehors de son champ de compétence territoriale, d’être le pétitionnaire de ce dossier et de déposer ce dossier modificatif d’ouvrage
auprès de la DREAL Occitanie (Département Ouvrages Hydrauliques et concession).

Pour effectuer les travaux, la CNR et le SYMADREM concluront une convention par laquelle la CNR permettra au SYMADREM d’intervenir
sur le domaine public concédé, afin de procéder, sous sa maîtrise d’ouvrage, au rehaussement du déversoir. Une convention d’occupation
temporaire pour travaux sera donc établie par la CNR au SYMADREM et précisera notamment que les travaux feront l’objet d’un visa de
concessionnaire délivré par la CNR.

Une fois les travaux achevés et réceptionnés par le SYMADREM, il sera procédé au récolement de l’ouvrage modifié conformément à
l’article R.521-37 du code de l’énergie, en présence des parties et de l’Etat.

Enfin après réception des travaux, et à titre exceptionnel, la CNR accepte de récupérer l’ouvrage modifié par le SYMADREM et d’en assurer
l’entretien et l’exploitation.

1.2. CADRE REGLEMENTAIRE DU PRESENT DOSSIER

Le présent dossier a ainsi pour objet la modification d’un ouvrage concédé, le déversoir de Comps. Il s’agit par conséquent d’un dossier
modificatif du dossier de concession de la CNR suivant l’article R.521-40 du code de l’énergie.

Ce dossier, constitué par le SYMADREM, contient en particulier un document d’incidences « loi sur l’eau », tel que prévu à l’article R.214-6
II 4° du code de l’environnement. Conformément à la convention d’application n°6 de l’accord-cadre signé entre la SYMADREM et la CNR le
1er mars 2010, ce dossier comprend également :
 L’étude de dangers de l’ouvrage rehaussé (cf. Annexe 2),
 Les études d’avant-projet des travaux de rehaussement (cf. Annexe 3).

A noter que pour l’ensemble de l’opération de création d’une digue de 1er rang à l’ouest du remblai ferroviaire, plusieurs procédures
réglementaires sont nécessaires :
 Déclaration d’utilité publique
 Etude d’impact :
 Dossier loi sur l’eau,
 Déclaration de projet,
 Mise en compatibilité,
 Dossier CNPN.

L’opération a fait l’objet d’un arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) le 13 mai 2016 et d’un arrêté portant dérogation à
l’interdiction de destruction, de perturbation ou de déplacement de spécimens d’espèces végétales et animales protégées et de leurs
habitats (CNPN) le 29 février 2016.

Enfin, suite à des échanges avec les services de l’état (DREAL PACA), il a été déterminé que le projet n’était pas soumis à la réalisation d’une
procédure ICPE.

5
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

2. DESIGNATION DU MAITRE D’OUVRAGE DEMANDEUR

Le projet présenté dans ce dossier (études et travaux) est conduit sous la maîtrise d’ouvrage exclusive du SYMADREM. Ce dossier est établi
par le SYMADREM.

SYNDICAT MIXTE INTERREGIONAL D ’AMENAGEMENT DES DIGUES DU DELTA DU RHONE ET DE LA MER

1182 Chemin de Fourchon


VC 33
13200 ARLES
04 90 49 98 07

3. DESIGNATION DU PETITIONNAIRE

Le pétitionnaire dépositaire du présent dossier est la CNR.

COMPAGNIE NATIONALE DU RHONE

Direction Régionale d'Avignon


25 bis chemin des rocailles -BP 194
30401 VILLENEUVE LES AVIGNON
04 90 15 98 00

4. PERIMETRE ET LOCALISATION DE L’OPERATION

4.1. NATURE DU PROGRAMME


Ce projet de protection de la rive gauche nécessite la mise en œuvre de quatre grandes familles de travaux :
 La création d’une digue de 1er rang à l’ouest du remblai ferroviaire ;
 Les travaux de mise en transparence hydraulique et le confortement du remblai ferroviaire ;
 Les mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques liés à la création de la digue de 1 er rang dont le rehaussement
du déversoir de Comps fait partie.
 Les aménagements favorisant le ressuyage ;
 Les aménagements de sécurisation.

6
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

4.2. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE GLOBALE ENTRE TARASCON ET ARLES


Le projet principal, situé en rive gauche du Rhône, s’étend depuis le pont route de Tarascon (RD99), situé au PK Rhône projeté 1 269+600 ou
PK SNCF Réseau2 764+800 jusqu’à la digue dite du « Mas Molin » raccordant le Port d’Arles au remblai ferroviaire Tarascon/Arles, située au
PK Rhône projeté 279+000 ou PK SNCF Réseau 773+600.
 Au nord, l’opération vient se raccorder au droit du PK Rhône 269+600 à l’opération intitulée dans le schéma d’Aménagement du
Barrage de Vallabrègues à la Mer « rehaussement des Sites-Industrialo-Portuaires de Tarascon et Beaucaire ».
 Au sud, l’opération vient se raccorder au droit du PK Rhône 279+000 à l’opération intitulée dans le schéma d’Aménagement du
Barrage de Vallabrègues à la Mer « tranches 5 et 6 des quais d’Arles et continuité de la protection en amont et en aval des quais
d’Arles ».

Figure 1 : Localisation des aménagements constitutifs du projet de création d’une digue sur le secteur situé entre Tarascon et Arles

1
Les PK Rhône sont les points kilométriques sur le Rhône aval. Le PK 0 est situé au confluent du Rhône et de la Saône à Lyon. Les PK Rhône sont projetés au
niveau de la digue.
2
Les PK SNCF Réseau sont les points kilométriques sur la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille. Le PK 0 est situé à Paris Gare de Lyon.

7
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

4.3. LOCALISATION DES MESURES D’ANNULATION ET DE REDUCTION D’IMPACTS


HYDRAULIQUES EN AMONT DE TARASCON
Parmi les mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques liés à la création de la digue de 1 er rang, dont le rehaussement du
déversoir de Comps fait partie, certaines sont situées en amont de Tarascon. Elles sont localisées sur la figure suivante.

Figure 2 : Localisation des mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques à l’amont de Beaucaire / Tarascon

8
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Parmi ces mesures, les travaux situés dans le périmètre de la concession de la CNR ne concernent que le secteur de Comps. Ainsi, seuls ces
travaux, objet du présent dossier, sont présentés dans ce document.

Rehaussement du déversoir
Domaine concédé à la CNR

Figure 3 : Localisation du domaine concédé et notamment du déversoir de Comps

9
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

5. ETAT EXISTANT

5.1. LOCALISATION
Le déversoir de Comps est un ouvrage situé sur le domaine concédé à la CNR en rive droite du Gardon, accolé à la digue de protection
communale de Comps à l’amont, et à l’ouvrage aménagé par la CNR en aval.

Figure 4 : Localisation de l’ouvrage

10
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Figure 5 : Description du système d’endiguement de Comps

5.2. DESCRIPTION
L’ouvrage est un déversoir en enrochements bétonnés, avec coursier et bassin de dissipation. Une poutre en béton armé permet de fixer le
seuil déversant à la côte de 14.10 m NGF et limite les risques d’érosion interne en s’ancrant dans les limons du corps de digue.

Figure 6 : Photo du déversoir de Comps

Le programme de sécurisation prévoit le rehaussement du déversoir de 14.1 m NGF à un niveau de 14.4 m NGF, soit un rehaussement de
30 cm.

6. NATURE DES TRAVAUX A REALISER

6.1. NATURE DES TRAVAUX A REALISER ET FAISANT L’OBJET DE LA CONVENTION


D’APPLICATION N°6
La fiche suivante présente les aménagements prévus sur le déversoir de Comps.
A noter que ces travaux n’engendrent pas d’augmentation de l’emprise des ouvrages sur le domaine concédé de la CNR.

11
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

MESURES D’ANNULATION ET DE REDUCTION D’IMPACT HYDRAULIQUE

REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS


Languedoc-Roussillon – Gard (30) – Comps

LOCALISATION

Le déversoir de Comps est un ouvrage situé sur le domaine concédé à la CNR en rive droite du Gardon, accolé à la digue de protection communale de
Comps à l’amont, et à l’ouvrage aménagé par la CNR en aval.

ENJEU DE L’AMENAGEMENT

Niveau de protection attendu :

Le rehaussement prévu du déversoir est de 0,30 m pour obtenir une cote de 14,4 m NGF. Ce niveau permet d’éviter tout débordement pour
une crue du Rhône équivalente à celle de décembre 2003 sans brèche dans le système.

DESCRIPTION TECHNIQUE

 Etat actuel de l’aménagement


L’ouvrage est un déversoir constitué :
 d’enrochement bétonné avec coursier et bassin de dissipation ;
 d’une poutre en béton armé permettant de fixer le seuil déversant à la cote de 14,10 m NGF qui limite les risques d’érosion
interne en s’ancrant dans les limons du corps de digue.
 Solution retenue
La solution retenue pour le rehaussement du seuil consiste à réaliser une poutre en béton armé sur la poutre existante
avec des ancrages en aciers préalablement scellés dans l’ouvrage existant.

LES CHIFFRES CLEFS


 Longueur de l’ouvrage : 40 m ;
 Intervention sur toute la largeur de l’ouvrage ;

12
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

6.2. MODE OPERATOIRE DES TRAVAUX


6.2.1. Planning

Dans le cadre du programme de sécurisation du SYMADREM, une première priorisation des aménagements a été définie afin de conserver
pendant les états intermédiaires des impacts hydrauliques recevables.

Afin de conserver la cohérence hydraulique du programme, les mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques liées à la
création de la digue de 1er rang, dont le rehaussement du déversoir de Comps fait partie, devront être finalisées avant la fin des travaux de
création de la digue.

Ainsi, les travaux de rehaussement du déversoir de Comps auront lieu en 2018.

La durée prévue pour les travaux est inférieure à 1 mois.

6.2.2. Principe d’accroche sur l’existant

Les travaux consistent à réaliser une poutre en béton armé sur la poutre existante. L’accroche sera réalisée à l’aide d’ancrages en aciers
préalablement scellés dans l’ouvrage existant.
Il n’y aura pas de besoin de nouvelle accroche dans les digues accolées au déversoir.

6.2.3. Installations de chantier / circulation des engins

Du fait de la courte durée et de la faible ampleur des travaux, les installations de chantier se limiteront à une base vie de dimension
réduite. La base vie sera implantée hors zone inondable du Gardon. Sous réserve d’une validation de la faisabilité en phase d’élaboration
des Dossiers de Consultation des Entreprises (DCE) de travaux, il est prévu que la base vie soit implantée entre la rampe et le seuil de la
digue CNR, hors zone de circulation des agents de la CNR.
La convention d’occupation temporaire pour travaux précisera à ce titre les modalités d’interface avec les agents de la CNR pour la
circulation des engins de chantier et la limitation des perturbations.
Pour ce qui concerne l’approvisionnement du chantier, les camions emprunteront les voiries existantes pour accéder au chantier.

6.2.4. Justification de la stabilité de l’ouvrage

Une note de calcul justifiant la stabilité de l’ouvrage après travaux de rehaussement est fournie en Annexe 1. Un résumé synthétique de
cette note est présenté ci-dessous.
Le rehaussement peut être ancré en tête du mur existant par des HA5 scellés sur une longueur de 17 cm. L’espacement entre scellement
sera de 15 cm. Le ferraillage de principe est le suivant :

Figure 7 : Ferraillage de principe du rehaussement du déversoir de Comps

13
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Il s’agit là d’un ferraillage minimal qui permet d’absorber l’accroissement de contraintes induit par l’augmentation de la charge hydraulique
sur le mur.
Les scellements seront de type chimique et forés au perforateur portatif.
Un joint d’étanchéité devra être positionné au raccord horizontal. Compte tenu de la configuration, un joint hydro-gonflant pourra
convenir. Il sera positionné à l’axe médian du mur.
Un béton C25/30 suffira. La plus grande précaution devra être prise pour la cure du béton afin de limiter la fissuration de retrait.

N.B. : La conception initiale du déversoir de Comps intégrait un futur rehaussement de 30 cm, qui demeure donc compatible avec la
géométrie de l'ouvrage.

6.3. MESURES DE SURVEILLANCE, D’ENTRETIEN ET D’INTERVENTION PENDANT LES


TRAVAUX
En l’absence d’enjeux sur la zone d’étude vis-à-vis des usages (absence de prélèvements (eau potable, irrigation) au niveau de la zone de
travaux), de la faune et de la flore (ouvrage en enrochements bétonnés sur une zone anthropisée) et des milieux aquatiques (éloignement
du cours d’eau le plus proche, le Gardon situé à plus de 130 m), et du fait que l’opération soit très ponctuelle, aucune mesure particulière
de surveillance des milieux aquatiques n’est nécessaire.

Les dossiers de consultation des entreprises (DCE) comporteront néanmoins, comme pour tous travaux, des exigences particulières en
matière de protection de l’environnement durant la phase chantier. Cela concernera :

 la mise en place de prescriptions particulières dans les cahiers des charges des entreprises,
 l’établissement par les entreprises adjudicataires des travaux d’un Plan de Protection Environnement (ou d’un Plan de Respect
de l’environnement) dans lequel elles s’engagent sur les moyens à mettre en œuvre,
 le contrôle et le suivi par le Maître d’Ouvrage et/ou son représentant du respect des prescriptions et des moyens prévus au Plan
de Protection Environnement.
Une attention particulière sera portée vis à vis de la cohérence des mesures proposées en phase chantier sur le plan de la préservation des
eaux (superficielles et souterraines).

Le maître d’œuvre et les responsables d’entreprises sensibiliseront le personnel du chantier sur les risques que peuvent occasionner les
travaux (principalement le coulage du béton), en particulier les risques d’accident possibles en matière de pollution des milieux souterrains
(sols, puis par infiltration eaux souterraines, voire eaux superficielles par transfert).

Des dispositions seront prises pour veiller à l’application stricte des obligations, énoncées dans les pièces du marché, relatives à la lutte
contre la pollution.

Lors de la phase de travaux, les visites régulières de chantier permettront de vérifier la bonne application par les entreprises, des mesures
de surveillance et de réduction des nuisances reprises ci-dessous :

 Réduction des nuisances sur l’environnement :


 les aires de chantier seront strictement délimitées,
 le chantier devra respecter la réglementation relative à la gestion des huiles et des lubrifiants selon l’article R.211-60 du code
l’environnement,
 les huiles usées et les liquides hydrauliques seront récupérés et stockés dans des réservoirs étanches et évacués par un
professionnel agréé,
 les engins seront entretenus régulièrement et les opérations de maintenance et de nettoyage seront réalisées
préférentiellement au sein des ateliers. Dans le cas contraire, l’entretien des engins (notamment les opérations de vidange) sera
réalisé à une distance respectable des réseaux d’eaux pluviales, des cours d’eau et des canaux, sur une aire étanche avec un
système de récupération des effluents liquides et résiduels,
 les travaux ne devront pas être réalisés en période de forte pluie,
 les chantiers seront équipés en matériel (ex : matériaux absorbants) permettant de faire face à un accident ou un incident (fuite
d’huile),
 en fin de travaux toutes les installations de chantier, déblais résiduaires, matériels de chantier seront évacués, et le terrain sera
laissé propre.

Un plan d’intervention « accident » en phase de travaux sera rédigé.

Toute personne intervenant sur le site (maître d’ouvrage, maître d'œuvre, coordonnateur de chantier, assistant au maître d’ouvrage) et
constatant une pollution pouvant nuire à la qualité des eaux devra intervenir auprès des responsables pour faire cesser cette situation.

14
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

6.4. MESURES DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PREVUES EN CAS D’ACCIDENT


6.4.1. En cas de déversement de produits dangereux

En cas d’accident engendrant un déversement de produits dangereux pour l’environnement, diverses interventions sont prévues :

 récupération des effluents liquides sur le sol à l’aide de matériaux absorbants (voire extraction des sols souillés) et
acheminement vers un centre de traitement spécifique,
 information des autorités compétentes lors d’accidents importants pouvant avoir un impact non négligeable sur les eaux
(souterraines et superficielles),

 contrôle de la bonne récupération des substances polluantes par le prélèvement et l’analyse physico-chimique des sols, voire
des eaux souterraines en cas d’existence de piézomètres à l’aval de la zone d’accident.

Un document spécifique relatif aux pollutions accidentelles, sera élaboré avec les services départementaux compétents et sera intégré au
P.G.C.S.P.S. (Plan Général de Coordination de Sécurité et de la Protection de la Santé). Il mentionnera la liste des personnes et des
organismes à prévenir avec leurs coordonnées et leurs compétences. Il comportera tous les éléments techniques relatifs au secteur (tracé,
barrages mis en place, etc.), afin d’agir au plus vite pour éviter les déversements dans le milieu naturel.

6.4.2. En cas de crue

Les entreprises en charge des travaux seront tenues de définir, en concertation avec le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre, un seuil
d’alerte du niveau des eaux du Rhône ou du Gardon et de la pluviométrie qui feront l’objet d’un suivi journalier pendant les travaux, ainsi
qu’un plan d’action. Si le niveau d’eau du Rhône ou du Gardon ou la pluviométrie annoncée dépassent ce seuil d’alerte, entraînant un
risque d’emportement des engins et des personnes, les travaux seront arrêtés jusqu’à la décrue au-delà du niveau d’alerte.

Il est prévu que les installations de chantier soient évacuables en cas de crue dans un délai de 2 jours.

6.5. REMISE EN ETAT DU CHANTIER


Le site des travaux ainsi que la base vie et la zone de stockage des matériaux sera rendue dans l’état actuel. Les installations de chantier
seront retirés et les aires de stockages nettoyées.

7. ETAT INITIAL, IMPACTS ET MESURES ASSOCIEES


C E CHAPITRE REPREND L ’ ETAT INITIAL A L ’ECHELLE DU PROJET GLOBAL . L ES IMPACTS ET LES MESURES SONT DETAILLES SPECIFIQUEMENT POUR LE DEVERSOIR DE
C OMPS. TOUTEFOIS, LE DEVERSOIR DE C OMPS N’ A PAS FAIT L ’OBJET D ’ETUDES SPECIFIQUES TANT AU NIVEAU ENVIRONNEMENTAL QUE TECHNIQUE.

7.1. MILIEU PHYSIQUE Légende :


Impact / effet Impact / effet Impact / effet
7.1.1. Climat, topographie et géologie Impact
résiduel résiduel résiduel
nul faible moyen fort
7.1.1.1. Etat initial à l’échelle du projet global

Des températures contrastées et des précipitations irrégulières caractérisent la zone d’étude. La présence régulière d’un vent de secteur
nord-ouest à nord, le Mistral, apporte un temps clair et bien ensoleillé en toutes saisons. Les pluies, parfois brutales sous forme orageuse,
sont fréquentes en automne.

Le projet global s’inscrit dans la plaine alluviale du Rhône entre Tarascon et Arles. La zone est marquée par une topographie très plane.
L’endiguement du Rhône, notamment dans sa partie aval, est à l’origine d’une modification structurelle et fonctionnelle importante. La
plaine en rive gauche présente de nombreux remblais artificiels qui barrent les écoulements en cas de crue et créent des casiers (grands
espaces du lit majeur dans lesquels des débordements peuvent se produire à la faveur de crues).

La zone d’étude globale est constituée d’un horizon de surface constitué d’alluvions fins (sables fins, limons, argiles) surmontant des
alluvions plus grossières. Le substratum imperméable est marno-argileux.

15
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

7.1.1.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir de


Comps

ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE TRAVAUX CT3/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perma MESURE
nent)

Modification du climat à
Climat une échelle globale (gaz - - - - - -
à effet de serre)

Intégré
Modification de la au coût
Négatif / direct / Remise en état des surfaces
Sols qualité mécanique CT Réduction global Non
temporaire après le chantier
(compactage, érosion) des
travaux
Milieu Délimitation des aires de
physique chantier
Entretien des matériels
Disponibilité de matériels de Intégré
lutte contre la pollution au coût
Risque de pollution Négatif / direct /
Sols CT/MT/LT Gestion des produits Réduction global Non
accidentelle temporaire
chimiques et des déchets de des
chantier travaux
En cas d’incident,
information immédiate des
autorités compétentes

Il n’y a pas d’incidences en phase aménagée, et par conséquent aucune mesure prévue.

SYNTHESE DES IMPACTS : En phase travaux, il y a un risque de pollution accidentelle des sols pour lequel des mesures de précaution et
réduction seront mises en place (cf. § 6.3 et 6.4.1).

7.1.2. Quantité, qualités et usages des eaux

7.1.2.1. Etat initial à l’échelle du projet global

Dans le secteur d’étude global, les alluvions sont le siège d’une nappe captive présente à faible
profondeur, entre 3/6 m NGF (au niveau du remblai ferroviaire) et 2 m NGF en bordure du Rhône.
Les écoulements sont globalement dirigés du nord-est vers le sud-ouest en direction du Rhône.
D’autre part, la vulnérabilité de cet aquifère est limitée par la présence d’une couverture limoneuse
peu perméable.

La plaine de rive gauche du Rhône en aval de Tarascon a un fonctionnement hydraulique


relativement complexe. Cette plaine est traversée par des cours d’eau naturels (Rhône) et par des
drains plus ou moins artificiels (Vigueirat, canal des Alpines, lône du Castellet, canal de la vallée
des Baux…) permettant de drainer ou de délester hydrauliquement des secteurs.

Pour ce qui est de la qualité des eaux, le Rhône est soumis aux pressions liées à la gestion du cours
d’eau, la dégradation morphologique et les rejets industriels et urbains passés et actuels. D’un
point de vue écologique, la qualité de l’eau dans le Rhône au niveau des stations d’Aramon et
d’Arles est bonne avec un taux d’acidification et de polluants spécifiques de l’état écologique
relevant d’une classe bon état à très bon état. D’un point de vue chimique, à l’exception de
quelques années (2011 et 2013), l’état chimique est plutôt mauvais du fait de la présence de
micropolluants tels que des HAP et des composés organostanniques (tributylétain), ainsi que de
métaux (mercure).Concernant la qualité des sédiments de l’aire d’étude immédiate, selon le guide
« Recommandations relatives aux travaux et opérations impliquant des sédiments aquatiques

3 CT = Court Terme / MT = Moyen Terme / LT = Long Terme

16
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

potentiellement contaminés – version 2.0 septembre 2013 », les sédiments de l’atterrissement au droit de l’usine Fibre Excellence ne
peuvent être restitués au Rhône à l’issue des travaux.
Aucun captage d’alimentation en eau potable (AEP) n’est présent dans l’aire d’étude immédiate, ni à l’aval hydraulique des zones de
travaux. De nombreux puits privés sont présents au sein de l’aire d’étude immédiate, utilisés pour l’irrigation mais peut-être
ponctuellement pour un usage privé d’eau potable.

7.1.2.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir de


Comps

ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE TRAVAUX CT/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perma MESURE
nent)

Intégré
Eaux Risque de pollution au coût
Milieu Négatif / direct / Mêmes mesures que pour
souterrai accidentelle par : rejets CT/MT/LT Réduction global Non
physique temporaire les sols
nes de produits polluants des
travaux

Il n’y a pas d’incidences en phase aménagée, et par conséquent aucune mesure prévue.

SYNTHESE DES IMPACTS : Il y a des risques de dégradation de la qualité des eaux souterraines par entraînement de produits polluants
pour lequel des mesures de réduction seront mises en place (cf. § 6.4.2 et 6.5). La zone de travaux est située à une distance
suffisamment grande du cours d’eau le plus proche (le Gardon à plus de 130 m) pour empêcher tout risque de perturbation du milieu
aquatique, hors période de crue. Des mesures spécifiques seront prises en cas de crue (cf. § 6.4.2).

7.1.3. Fonctionnement hydraulique et morphodynamique de la zone d’étude

7.1.3.1. Etat initial à l’échelle du projet global

Le fonctionnement hydraulique global de la zone d’étude est déterminé principalement par le Rhône et la Durance ainsi que par les drains
hydrographiques de rive gauche.

Le système actuel de protection est ancien (plus de 150 ans) et présente un niveau de sûreté relativement hétérogène au niveau du Grand
Delta. Il est considéré le plus souvent comme insuffisant notamment au droit des secteurs urbanisés.

Dans la zone endiguée, l’ouvrage existant que constitue le remblai ferroviaire est considéré de fait comme une digue et sa vulnérabilité
est avérée en particulier vis à vis de l’ouverture de brèches en cas de crue.

Du nombre et de l’importance de ces brèches, dépendent les débits et les volumes déversés dans la plaine protégée. Les écoulements
s’écoulent vers le sud où la topographie est beaucoup plus basse. Le réseau hydrographique secondaire (Vigueirat, canal des Alpines, etc.)
joue le rôle de drains. En état initial, ceux-ci sont toutefois sous dimensionnés pour un drainage et un ressuyage rapide de la zone pour
certains épisodes de crue importants.

Le tronçon du Rhône entre Tarascon et Arles a connu depuis 150 ans une évolution morphologique provoquée par les aménagements
locaux mais également par les aménagements à l’échelle globale du fleuve (réduction du transport solide) : construction de digues
« insubmersibles » entre 1840 et 1870, construction de digues submersibles qui déconnectent les lônes du chenal principal entre 1860 et
1880 ; construction des casiers dits « Girardon » qui linéarisent le chenal et induisent un surcreusement du fond et une sursédimentation
des berges entre 1880 et 1930 ; mise en place des barrages le long du Rhône et sur ses affluents depuis 1930 jusqu’en 1980.

7.1.3.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du projet global

Le projet global n’a pas d’impact sur le fonctionnement hydraulique et morphodynamique de la zone d’étude en phase travaux et en phase
aménagée hors période de crue.

Les opérations de création d’une digue à l’ouest du remblai ferroviaire et des mesures associées, dont fait partie le rehaussement du
déversoir de Comps, rentrent dans le cadre de la rénovation complète du système de protection. Le principal objectif du programme de
sécurisation est de construire des ouvrages de protection contre les crues du Rhône capable de résister à la rupture pour une crue
exceptionnelle du Rhône (débit de référence -> 14 160 m3/s correspondant à une période de retour de 1 000 ans). Les impacts globaux en
état projet lors d’une crue s’observent au niveau du lit endigué et sur le fonctionnement hydraulique de la plaine protégée.

17
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

 Impacts au niveau du lit endigué

Vis-à-vis du risque de brèches, celui-ci devient quasiment nul jusqu’à la crue exceptionnelle, et devient ainsi acceptable. Vis-à-vis de l’aléa
hydraulique, par rapport à l’état initial, le calage retenu entre Tarascon et Arles avant la définition des mesures d’annulation et de
réduction d’impacts présente des incidences négatives en amont de Beaucaire/ Tarascon (plaines de Boulbon et d’Aramon) avec
l’exhaussement de la ligne d’eau. La correction de ces impacts hydrauliques négatifs par des mesures de réduction et d’annulation va
contribuer à une répartition équitable des volumes déversés entre la rive gauche et la rive droite. De plus, globalement le programme de
sécurisation après mise en œuvre des mesures d’annulation et de réduction d’impacts hydrauliques abaisse de façon notable ou à défaut
n’exhausse pas la ligne d’eau en aval du barrage de Vallabrègues pour les crues respectivement cinquantennales, centennales et de
référence, ce qui permet de conclure sur l’impact positif du programme sur les écoulements en aval du barrage de Vallabrègues.

IMPACT HYDRAULIQUE SUR LA LIGNE D’EAU (EN CM) PAR TRONÇON HYDRAULIQUE
SCENARIO DE CRUE
HOMOGENE

Débit de pointe à la Secteur nord Secteur intermédiaire Secteur sud


Période de
station de Tarascon Type de crue Travaux
retour Plaine de Boulbon Beaucaire/Arles
(m3/s) Beaucaire/Tarascon
10500 50 ans Janv. 1994 -21 -3/-4 -1/+1
11500 100 ans Déc. 2003 -5 -6 -1/0
12500 250 ans Mai 1856 -2 -2/-3 -6/-8
14160 1 000 ans Millénale +7 +8/+9 -8/-10

 Impacts sur le fonctionnement hydraulique de la plaine protégée

Le projet global permet une réduction de l’aléa et des dommages de 100% pour la crue type décembre 2003 et de 75% à 95% pour les
crues supérieures. Bien que la sécurisation des ouvrages de protection entre Tarascon et Arles réduit considérablement l’aléa et améliore
sensiblement la situation des habitants de la zone protégée, des aménagements supplémentaires ont été proposés pour améliorer la
gestion et le ressuyage des volumes déversés pour les crues supérieures à une crue de type décembre 2003 sans brèche. La situation type
décembre 2003 ne générera aucun déversement vers la plaine protégée. Pour les crue de type 1856 (Q250) et Q1000, les mesures définies
permettent de réduire globalement les côtes et les durées de submersion.

Etat initial Etat projet


Paramètre de l’aléa
Crue type 2003 Crue type 1856 Q1000 Crue type 2003 Crue type 1856 Q1000
15 à 500 millions 500 millions à 1 Environ 20 millions Environ 95 millions
Volume déversé > 1 milliard de m3 0
de m3 milliard m3 de m3 de m3
Hauteurs d’eau
0,5 à 4 m 2à4m >4m 0 0,5 à 1 ,5 m 0,5 à 3 m
maximales
- Amont du canal des
0,5 à 1,5 m 0,5 à 2 m >4m 0 0,5 à 1 m 0,5 à 1,5 m
Alpines
- Centre la plaine du
1,5 à 4 m Environ 4 m >4m 0 1 à 1,5 m 2à3m
Trébon
- Fourchon 0,5 à 2m Environ 4 m >4m 0 0 0,5 à 1 m
Centres-villes Oui selon les Oui selon les
Oui Non Non Non
inondés scénarios scénarios
Qq heures à 15 2 à 15 jours
Durée de Quelques jours à
> 15 jours > 15 jours 0 jours (réduction de (réduction > 15
submersion 15 jours
3 à 15 jours) jours)
Montant des 37 à 1 164 millions Environ 1,8 Environ 50 millions Environ 210
1 à 1,7 milliards € 0
dommages estimés € milliards € € millions €
950 à 1 1440 Environ 1 450 Environ 17 millions Environ 95 millions
- Habitat 17 à 930 millions € 0
millions € millions € € €
130 à 170 millions Environ 170 Environ 30 millions Environ 85 millions
- Agriculture 15 à 120 millions € 0
€ millions € € €
120 à 140 millions Environ 140 Environ 5 millions Environ 30 millions
- Entreprises 5 à 115 millions € 0
€ millions € € €
Habitations
touchées 300 à 6 500 6 700 à 9 000 Environ 9 000 Environ 300 Environ 1 500
0
(estimation de la (1 200 à 50 000) (jusqu’à 50 000) (jusqu’à 50 000) (environ 1 200) (non estimée)
population)

18
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Simulation d’une crue type décembre 2003 (période de retour = 100 ans)
Situation en état initial (risque de brèche très fort) Situation en état projet (risque de brèche très faible)
Scénario de brèches dans les trémies Scénario de brèches dans le remblai
routières (tel que vécu en décembre 2003)
Carte des hauteurs maximales Carte des hauteurs maximales

19
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Simulation d’une crue type mai 1856 (période de retour = 250 ans)
Situation en état initial (risque de brèche très fort) Situation en état projet (risque de brèche très faible)
Scénario de Scénario
brèches dans le surverse sur la
remblai digue

Carte des Carte des


hauteurs hauteurs
maximales maximales

20
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Simulation d’une crue exceptionnelle (période de retour = 1000 ans)


Situation en état initial (risque de brèche très fort) Situation en état projet (risque de brèche très faible)
Scénario de Scénario
brèches dans le surverse sur la
remblai digue

Carte des Carte des


hauteurs hauteurs
maximales maximales

21
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

SYNTHESE DES IMPACTS : Le projet global n’a pas d’impact hors période de crue sur le fonctionnement hydraulique et morphodynamique
de la zone d’étude. Lors des épisodes de crue, le risque de brèches devient quasiment nul. Les mesures d’annulation et de réduction,
dont le rehaussement du déversoir de Comps fait partie, permettent d’éviter un exhaussement de la ligne d’eau en aval de
Vallabrègues. Les aménagements de ressuyage permettent quant à eux de réduire globalement les côtes d’eau et les durées de
submersion.

7.2. MILIEU NATUREL


7.2.1. Etat initial à l’échelle du projet global

L’aire d’étude immédiate du projet global est concernée directement par 2 périmètres d’inventaire
ZNIEFF (île de Saxy et le Rhône), par le Parc Naturel Régional des Alpilles et le site Natura 2000 du
Rhône aval. De plus, on observe la présence d’une réserve de biosphère. Enfin, le Rhône est
considéré comme une trame bleue primordiale à l’échelle régionale garantissant un axe de
circulation et d’échange incontournable pour les populations résidant dans les départements
connexes.

L’aire d’étude immédiate du projet global est concernée par la présence de sites d’intérêt écologique
au niveau du Rhône et de ses ripisylves, et de manière plus localisée au niveau des canaux, du
remblai ferroviaire et des friches rudérales. Au niveau du peuplement floristique, on notera la
présence des espèces à enjeux suivantes : la nivéole d’été, le nénuphar jaune et l’alpiste mineur. Au
niveau du peuplement faunistique, les principales espèces à enjeux sont les suivantes : Rollier
d’Europe et Bondrée Apivore (oiseaux), Castor d’Europe et Minioptère de Schreiber (mammifères),
Couleuvre de Montpellier, Couleuvre d’Esculape, Lézard ocellé et Cistude d‘Europe (reptiles),
Gomphe à patte jaune (libellule), Diane et Petit Mars (papillons), Decticelle des ruisseaux et
Ephippigère carénée (sauterelles).

La pêche électrique et de sauvetage effectuée respectivement sur la lône du Castelet et le canal des
Alpines ainsi que les observations effectuées sur le canal du VIgueirat, permettent d’avoir une
connaissance satisfaisante de ces milieux. On observe essentiellement la présence d’espèces de
poissons communes. Les pollutions agricoles et industrielles ainsi que les aménagements artificiels
diminuent la qualité des eaux et ainsi le peuplement piscicole.

Au sein de l’aire d’étude immédiate du projet global, le Rhône, les canaux et les boisements, ainsi que le remblai ferroviaire, sont des
corridors de déplacement importants, confirmant le rôle primordial des cours d’eau dans la continuité écologique du secteur mais aussi la
nécessité de prendre en compte et de limiter les aménagements et les artificialisations, sources de rupture de continuité pour les espèces
présentes. D’autre part, la ripisylve en bordure du Rhône joue le rôle d’un axe migratoire privilégié pour les oiseaux et les chiroptères
migrateurs.

Le projet de rehaussement concerne un ouvrage en enrochements bétonnés sur une zone anthropisée. Aucun enjeu lié au milieu naturel
n’est à noter.

7.2.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir


Nivéole d’été de Comps

En phase travaux comme en phase aménagée, aucune incidence n’est à attendre sur le milieu naturel. En effet, les travaux concernent un
ouvrage en enrochements bétonnés sur une zone anthropisée, à une distance suffisamment grande du cours d’eau le plus proche (le
Gardon à plus de 130 m) pour empêcher tout risque de perturbation du milieu aquatique hors crue.

SYNTHESE DES IMPACTS : Aucun impact sur le milieu naturel n’est attendu, sauf en période de crue où un risque de perturbation du
milieu aquatique subsiste. Des mesures spécifiques seront prises en cas de crue (cf. § 6.4.2).

22
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

7.3. MILIEU HUMAIN


7.3.1. Etat initial à l’échelle du projet global

Le territoire global d’étude est composé des communes de Tarascon et d’Arles. Cette dernière est
la commune la plus étendue de France. Cette configuration du territoire fait ressortir une disparité
dans l’organisation spatiale avec près de 75 % de la population vivant sur 10 % du territoire.
L’occupation humaine du territoire est irrégulière avec des densités fortes dans les centres villes et
une désertification de la plaine de Crau et de la Camargue. Le territoire est peu attractif, on
observe un départ des populations jeunes et une migration résidentielle faible engendrant un
vieillissement de la population.

L’aire d’étude rapprochée se compose majoritairement d’espaces agricoles (35,3% et 68,5% du


territoire respectif des communes de Tarascon et d’Arles). Néanmoins, on observe depuis plusieurs
années une artificialisation du territoire au détriment de ces espaces agricoles qui s’explique par
une urbanisation croissante en périphérie des communes d’Arles et Tarascon. L’aire d’étude
immédiate est composée essentiellement de parcelles agricoles à forte valeur agronomique avec
notamment des exploitations viticoles classées AOC.

L’aire d’étude rapprochée est composée de nombreux établissements recevant du public


notamment liés à l’enseignement (49 établissements scolaires), aux administrations (33
établissements) et à la santé (23 établissements). Au sein ou à proximité de la zone d’étude
immédiate, on recensera principalement la Zone Industrielle Nord d’Arles constituant la
plateforme multimodale d’Arles (site industrialo-portuaire) et au sud de Tarascon l’usine de Fibre
Excellence (ex-TEMBEC). De plus, la proximité du Rhône permet le développement de l’activité
touristique liée à l’eau.

Bien que située au carrefour d’axes majeurs autoroutiers, l’aire d’étude rapprochée se compose d’un réseau viaire départemental peu
dense et peu fréquenté. Le principal axe de communication est le remblai ferroviaire accueillant la ligne ferroviaire Paris Lyon Marseille.
Cet ouvrage est par ailleurs actuellement le seul obstacle contre les crues du Rhône.

L’aire d’étude immédiate est principalement concernée par la présence de 2 canalisations de gaz et par l’oléoduc d’hydrocarbure TRAPIL
ainsi que par la ligne électrique de 63 kV le long de la voie ferrée (côté Rhône).

Pour ce qui concerne la qualité de l’air, l’aire d’étude immédiate, bien que située en zone rurale, observe régulièrement des dépassements
de seuils pour l’ozone et les particules en suspension (PM10). L’ambiance sonore est calme dans l’aire d’étude immédiate. L’aire d’étude
est significativement perturbée sur sa marge est par la voie ferrée Paris-Lyon-Marseille (bruit intermittent). On note la présence d’une
ancienne décharge sauvage le long de la voie ferrée située au sud de l’aire d’étude immédiate sur la commune d’Arles, à proximité de la
déchèterie des Ségonnaux ayant accueilli jusqu’en 2007 une décharge exploitée par la commune d’Arles.

7.3.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir


de Comps

ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE TRAVAUX CT/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perma MESURE
nent)

Contexte
Non
socio- Création ou maintien Effet positif, fort, direct et Accompa- Oui
Charte emploi défini à
économi d’emplois temporaire gnement (positif)
ce stade
que
Milieu
humain Perturbation des voiries, Intégré
Infrastru Signalisation des lieux de
ralentissement ou au coût
ctures de Négatif / direct / chantier et des principaux
coupure des axes CT Réduction global Oui
transpor temporaire axes de circulation
routiers empruntés par des
t empruntés par les camions
les camions de chantier travaux

23
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE TRAVAUX CT/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perma MESURE
nent)

Engins conformes à la
réglementation
Intégré
Pas de travaux la nuit, les
au coût
Nuisances sonores et Négatif / direct / dimanches et jours fériés
CT Réduction global Oui
vibrations temporaire Pas de groupe électrogène
des
(raccordement aux réseaux
travaux
électriques en début de
Cadre de chantier)
vie
Arrosage des pistes de
chantier par temps sec Intégré
Perturbation de la
Bâchage des camions au coût
qualité de l’air Négatif / direct /
CT Engins conformes à la Réduction global Non
(poussières, gaz temporaire
réglementation des
d’échappement, odeurs)
Limitation de la vitesse à 30 travaux
km/h dans l’aire de chantier

ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE AMENAGEE CT/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perma MESURE
nent)

Préservation de l’activité
économique du fait de la
Activités
Milieu protection contre Effet positif, fort, direct et
économi - - - -
humain l’inondation des secteurs permanent
ques
d’activités
précédemment menacés

SYNTHESE DES IMPACTS : Les travaux globaux, y compris le rehaussement du déversoir de Comps, seront à l’origine de gênes pour les
riverains (circulation, nuisances sonores, qualité de l’air…) qui nécessiteront diverses mesures, habituelles pour tous travaux
d’aménagement. Le rehaussement du déversoir de Comps fait partie des mesures associées au projet de création de la digue de 1 er rang
à l’ouest du remblai ferroviaire qui aura un effet positif fort à long terme avec la protection contre les inondations d’espaces
précédemment menacés.

7.4. PATRIMOINE ET PAYSAGES


7.4.1. Etat initial à l’échelle du projet global

L’aire d’étude immédiate du projet global ne compte aucun monument historique ni site inscrit ou
classé. Les services de la DRAC ont confirmé par courrier du 21/01/2014 qu’il ne sera pas nécessaire
de réaliser des fouilles archéologiques ou toutes autres opérations au titre de la loi sur l'archéologie
préventive concernant le remblai ferroviaire. La même réponse a été transmise le 01/02/2016 pour
ce qui concerne les travaux de création de la digue de 1 er rang et les mesures associées, dont fait
partie le rehaussement du déversoir de Comps.
La zone d’étude se situe dans la Vallée du Rhône dans un paysage agraire dénué d’éléments de
valeur exceptionnelle.

7.4.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir


de Comps

En phase travaux comme en phase aménagée, aucune incidence n’est à attendre sur le paysage. En effet, les travaux concernent un
rehaussement limité à 30 cm d’un ouvrage en enrochements bétonnés déjà présent dans un secteur anthropisé.

SYNTHESE DES IMPACTS : Aucun impact n’est attendu sur le patrimoine et le paysage.

24
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

7.5. RISQUES MAJEURS

7.5.1. Etat initial à l’échelle du projet global

Trois risques naturels ont été identifiés au sein de l’aire d’étude immédiate du projet global : séisme
(zone de sismicité faible à modérée) ; mouvements de terrain (retrait-gonflement des argiles) et
inondation (zones Rh et R2 des PPRI d’Arles et de Tarascon). Le risque inondation est lié principalement
au fait que l’aire d’étude globale est située dans la plaine alluviale du Rhône et constitue l’enjeu majeur
de ce territoire.
Deux risques technologiques ont été identifiés au sein de l’aire d’étude immédiate du projet global :
industriel et transport de matières dangereuses. L’aire d’étude immédiate du projet global est
concernée par un site industriel de type SEVESO (Fibre Excellence) et par plusieurs axes de transports de
matières dangereuses (voies navigables et ferroviaires, canalisations).

Cependant, aucun de ces risques ne concerne le périmètre des travaux de rehaussement du réservoir de
Comps.

7.5.2. Effets temporaires et permanents et mesures associées à l’échelle du déversoir


de Comps

Aucune incidence n’est attendue en phase travaux.


ETAT
SOUS- (Négatif/positif, NATURE
THEMAT INCIDENCES EN PHASE INTENSITE EFFET
THEMAT direct/indirect/te MESURE ASSOCIEE DE LA COUT
IQUE AMENAGEE CT/MT/LT RESIDUEL
IQUE mporaire/perman MESURE
ent)

Réduction des dommages


Risques Effet positif, fort, indirect et
Risques causés par une submersion - - - -
naturels permanent
liée à une crue du Rhône

SYNTHESE DES IMPACTS : Aucune incidence sur les risques n’est attendue en phase travaux. Le rehaussement du déversoir de Comps fait
partie des mesures associées au projet de création de la digue de 1 er rang à l’ouest du remblai ferroviaire qui aura un effet positif fort à
long terme avec la diminution des risques en phase aménagée via la protection contre les inondations.

7.6. SYNTHESE DES MESURES DE REDUCTION DES NUISANCES SUR L’ENVIRONNEMENT


Les mesures de réduction des nuisances sur l’environnement qui seront mises en œuvre lors des travaux sont synthétisées ci-dessous :
 les lieux de chantier et des principaux axes de circulation empruntés par les camions seront signalés,
 il n’y aura pas de travaux la nuit, les dimanches et jours fériés,
 les pistes de chantier seront arrosées par temps sec pour limiter l’envol de poussières,
 les camions de transport seront bâchés,
 la vitesse sera limitée à 30 km/h dans l’aire de chantier,
 il n’y aura pas de groupe électrogène,
 les aires de chantier seront strictement délimitées,
 le chantier respectera la réglementation relative à la gestion des huiles et des lubrifiants selon l’article R.211-60 du code
l’environnement,
 les huiles usées et les liquides hydrauliques seront récupérés et stockés dans des réservoirs étanches et évacués par un
professionnel agréé,
 les engins seront entretenus régulièrement et les opérations de maintenance et de nettoyage seront réalisées
préférentiellement au sein des ateliers. Dans le cas contraire, l’entretien des engins (notamment les opérations de vidange) sera
réalisé à une distance respectable des réseaux d’eaux pluviales, des cours d’eau et des canaux, sur une aire étanche avec un
système de récupération des effluents liquides et résiduels,
 les travaux ne devront pas être réalisés en période de forte pluie,
 les chantiers seront équipés en matériel (ex : matériaux absorbants) permettant de faire face à un accident ou un incident (fuite
d’huile),

25
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

 en fin de travaux toutes les installations de chantier, déblais résiduaires, matériels de chantier seront évacués, et le terrain sera
laissé propre et les surfaces remises en état,
 en cas d’accident engendrant un déversement de produits dangereux pour l’environnement :
o récupération des effluents liquides sur le sol à l’aide de matériaux absorbants (voire extraction des sols souillés) et
acheminement vers un centre de traitement spécifique,
o information des autorités compétentes lors d’accidents importants pouvant avoir un impact non négligeable sur les
eaux (souterraines et superficielles),

o contrôle de la bonne récupération des substances polluantes par le prélèvement et l’analyse physico-chimique des
sols, voire des eaux souterraines en cas d’existence de piézomètres à l’aval de la zone d’accident.
 en cas de crue :
o les entreprises en charge des travaux seront tenues de définir, en concertation avec le maître d’ouvrage et le maître
d’œuvre, un seuil d’alerte du niveau des eaux du Rhône ou du Gardon et de la pluviométrie qui feront l’objet d’un suivi
journalier pendant les travaux, ainsi qu’un plan d’action. Si le niveau d’eau du Rhône ou du Gardon ou la pluviométrie
annoncée dépassent ce seuil d’alerte, entraînant un risque d’emportement des engins et des personnes, les travaux
seront arrêtés jusqu’à la décrue au-delà du niveau d’alerte.
o Il est prévu que les installations de chantier soient évacuables en cas de crue dans un délai de 2 jours.

7.7. EFFETS CUMULES


Plusieurs projets situés dans l’aire d’étude globale et ayant eu un avis de l’autorité environnementale font l’objet d’une analyse des effets
cumulés.
Les travaux de réparation des quais du Rhône dans la traversée d’Arles et la continuité de la protection en amont et en aval des quais
s’inscrit dans le programme global Plan Rhône au même titre que le projet dont le présent dossier fait l’objet. Ainsi, les incidences de ce
projet sont partie prenantes des incidences du programme global.
La création d’un appontement pour paquebots à passagers sur la commune de Tarascon n'a pas d'effet cumulé vis à vis du projet du
SYMADREM.
Le projet de prolongement du quai nord et extension du bassin du port d’Arles (CNR), de par sa nature, n’aura pas d’incidence sur
l’inondabilité. Par conséquent il n’existe pas d’effet cumulé avec les aménagements envisagés.
Le projet de centre Leclerc conditionne son impact sur la zone inondable sur laquelle il est prévu en fonction de la réalisation ou non de la
digue située au droit du remblai RFF.
Le projet de contournement autoroutier n’a pas d’impact sur la crue 100 ans du Rhône, cette crue étant très faiblement débordante en rive
gauche au droit du projet routier.

SYNTHESE : Le projet de digue entre Arles et Tarascon n’a donc pas d’effets cumulés avec les autres projets de l’aire d’étude. Il en est de
même pour le rehaussement du déversoir de Comps.

8. COMPATIBILITE AVEC LES DOCUMENTS D’URBANISME, DE GESTION ET DE


PLANIFICATION

8.1. OUTILS DE GESTION ET DE PLANIFICATION DES RESSOURCES EN EAU


8.1.1. Directive Cadre Européenne sur l’Eau

Depuis les années 1970, la politique publique de l’eau s’inscrit dans un cadre européen avec une législation portant sur les usages de l’eau
et la réduction des pollutions. La DCE induit aujourd’hui pour l’ensemble de la gestion de l’eau et des activités qui l’impactent la mise en
place de plans d’action, au travers des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), articulés autour de la notion de
bon état des milieux aquatiques.

D’après l’état des lieux de la DCE adopté par le Comité de bassin Rhône Méditerranée le 4 mars 2005, l’aire d’étude est caractérisée par les
informations contenues dans le tableau récapitulatif suivant :

26
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

Territoire SDAGE-DCE N°7 : Vallée du Rhône


Code masse d’eau superficielle R 2009
Nom de la masse d’eau Le Rhône de Beaucaire à la Méditerranée
Risque de non atteinte du bon état Doute
Pré-identification masse d’eau fortement
OUI
modifiée
Code masse d’eau souterraine 6323
Alluvions du Rhône du confluent de la Durance
Nom de la masse d’eau jusqu’à Arles et Beaucaire + alluvions du Bas-
Gardon
Risque de non atteinte du bon état Moyen

8.1.2. Plan Rhône

Le Plan Rhône, est un projet global de développement durable pour le Rhône et sa vallée, qui a été approuvé par le Comité Interministériel
à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires (CIACT) du 6 mars 2006.

L’ambition du Plan Rhône est de coordonner et d’inscrire ces actions dans un projet global de développement durable. Ce Plan affiche 3
ambitions :
 concilier prévention des inondations et pressions du développement en zone inondable,
 respecter et améliorer le cadre de vie des habitants,
 assurer un développement économique de long terme de ce territoire stratégique au plan national, voire européen.

Pour atteindre ces objectifs, le Plan comprend 6 volets dont deux sont lien avec le projet :
 Concilier la prévention des inondations avec les pressions du développement urbain et des activités humaines ;
 Garantir la qualité des eaux et le partage de la ressource, en liaison avec le projet de Directive Cadre Eau et préserver la
biodiversité du fleuve et de ses annexes ;

Le projet de création d’une digue à l’ouest du remblai ferroviaire fait partie des projets développés dans le cadre d’une réflexion globale à
l’échelle du bassin et cohérents avec les objectifs et orientations fixés par le Plan Rhône.

8.1.3. Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Rhône Méditerranée

Le SDAGE est un document de planification décentralisé instauré par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992. Dans la pratique, le SDAGE formule
des préconisations à destination des acteurs locaux du bassin. Il oblige les programmes et les décisions administratives à respecter les
principes de gestion équilibrée, de protection ainsi que les objectifs fixés par la directive cadre sur l’eau de 2000.

Le SDAGE qui concerne le secteur d’étude est celui du grand bassin hydrographique du Rhône, des autres fleuves côtiers méditerranéens et
du littoral méditerranéen.

Le SDAGE du bassin Rhône Méditerranée 2016-2021 a défini neuf principes comme étant les stratégies d’actions à mettre en place,
déclinés sous la forme d’orientations fondamentales (OF) :
 OF0 : S’adapter aux effets du changement climatique ;
 OF1 : Privilégier la prévention et les interventions à la source pour plus d’efficacité ;
 OF2 : Concrétiser la mise en oeuvre du principe de non-dégradation des milieux aquatiques ;
 OF3 : Prendre en compte les enjeux économiques et sociaux des politiques de l’eau et assurer une gestion durable des services publics
d’eau et d’assainissement ;
 OF4 : Renforcer la gestion de l’eau par bassin versant et assurer la cohérence entre aménagement du territoire et gestion de l’eau ;
 OF5 : Lutter contre les pollutions, en mettant la priorité sur les pollutions par les substances dangereuses et la protection de la santé ;
 OF6 : Préserver et restaurer le fonctionnement naturel des milieux aquatiques et des zones humides ;
 OF7 : Atteindre l’équilibre quantitatif en améliorant le partage de la ressource en eau et en anticipant l’avenir ;
 OF8 : Augmenter la sécurité des populations exposées aux inondations en tenant compte du fonctionnement naturel des milieux
aquatiques.

Sur les 9 grandes orientations fondamentales, définies dans le Schéma Directeur d’Aménagement et Gestion des eaux Bassin Rhône
Méditerranée 2016-2021, le programme de sécurisation permet d’intervenir sur 5 grandes orientations fondamentales (OF 2, 3, 4, 6, 8).

Le programme de sécurisation des ouvrages de protection contre les crues du Rhône, dont fait partie le rehaussement du déversoir de
Comps, est ainsi conforme aux orientations du SDAGE du Bassin Rhône Méditerranée.

27
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

8.2. PLAN DE GESTION DES RISQUES D’INONDATION (PGRI)

Le PGRI du Bassin Rhône Méditerranée a été arrêté par le préfet coordonnateur de bassin le 7 décembre 2015.

Le plan de gestion des risques d’inondation (PGRI) est l'outil de mise en œuvre de la directive inondation. Il vise à encadrer l’utilisation des
outils de la prévention des inondations à l’échelle du bassin Rhône-Méditerranée, et définir des objectifs priorisés pour réduire les
conséquences négatives des inondations des 31 Territoires à Risques Important d’inondation du bassin Rhône-Méditerranée.

Les tableaux suivants présentent les grands objectifs du PGRI et la compatibilité du projet avec ce document ainsi qu’avec les dispositions
spécifiques concernant le Bassin versant du Delta du Rhône

L’étude des dispositions et du parti pris de l’aménagement conclut que le projet global est compatible avec le PGRI.

Tableau 1: Compatibilité avec les grands objectifs du PGRI


Objectif Disposition Compatibilité du projet

Grand Objectif 1 Mieux prendre en compte le risque dans l’aménagement et maitriser le cout des dommages liés à l’inondation
D.1-1 Mieux connaître les enjeux d’un territoire pour pouvoir agir sur Non concerné
Améliorer la
l’ensemble des composantes de la vulnérabilité : population,
connaissance de la
environnement, patrimoine, activités économiques, etc.
vulnérabilité du
D.1-2 Établir un outil pour aider les acteurs locaux à connaître la Non concerné
territoire
vulnérabilité de leur territoire
D.1-3 Maîtriser le coût des dommages aux biens exposés en cas Le programme de sécurisation a
d’inondation en agissant sur leur vulnérabilité intégré une analyse coût-bénéfice
afin de maitrise les dommages en
cas de crue.
Réduire la
 compatible
vulnérabilité des
D.1-4 Disposer d’une stratégie de maîtrise des coûts au travers des Non concerné
territoires
stratégies locales
D.1-5 Caractériser et gérer le risque lié aux installations à risque en zones Le projet prévoit la sécurisation du
inondables l’usine de Fibre Excellence
Compatible
D.1-6 Éviter d’aggraver la vulnérabilité en orientant le développement
Respecter les principes urbain en dehors des zones à risque
d’un aménagement du D.1-7 Renforcer les doctrines locales de prévention
Non concerné
territoire intégrant les D.1-8 Valoriser les zones inondables et les espaces littoraux naturels
risques d’inondations D.1-10 Sensibiliser les opérateurs de l’aménagement du territoire aux
risques d’inondation au travers des stratégies locales
Grand objectif n°2 : Augmenter la sécurité des populations exposées aux inondations en tenant compte du fonctionnement naturel des
milieux aquatiques
D.2-1 Préserver les champs d’expansion des crues Le programme de sécurisation
D.2-2 Rechercher la mobilisation de nouvelles capacités d’expansion des détermine la zone d’expansion des
crues crues sur la plaine du Trébon.
Cette nouvelle zone vaste permet
une optimisation du ressuyage en
cas de crue exceptionnelle.
 Répond aux orientations
de PGRI
D.2-3 Éviter les remblais en zones inondables Le projet est inclus dans le
programme de sécurisation et
Agir sur les capacités permet de protéger les biens et les
d’écoulement personnes.
La digue par nature en zone
inondable participe directement à
ce programme de sécurisation.
 Répond aux orientations
de PGRI
D.2-4 Limiter le ruissellement à la source Non concerné
D.2-5 Favoriser la rétention dynamique des écoulements La digue a pour objectif de retenir
les écoulements en cas de crue
exceptionnelle jusqu’à la crue de
fréquence milléniale déversant le

28
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

cas échéant dans la zone de


ressuyage de la Plaine du Trébon.
 Compatible
D.2-6 Restaurer les fonctionnalités naturelles des milieux qui permettent Les mesures d’annulations telles
de réduire les crues et les submersions marines que la lône permettent entre autre
de restaurer la fonctionnalité
naturelle
 Compatible
D.2-7 Préserver et améliorer la gestion de l’équilibre sédimentaire La digue n’influencepas
défavorablement le transit
sédimentaire dans le lit mineur du
Rhône Les sédiments déposés
dans l’atterrissement de Fibre
Excellence ne participent plus
significativement au transit
sédimentaire dans le Rhône
 Compatible
D.2-8 Gérer la ripisylve en tenant compte des incidences sur l’écoulement La ripisylve sur l’ensemble du
des crues et la qualité des milieux linéaire de la digue est maintenue
 Compatible
Prendre en compte les D.2-9 Développer des stratégies de gestion des débits solides dans les
Non concerné
risques torrentiels zones exposées à des risques torrentiels
Prendre en compte D.2-10 Identifier les territoires présentant un risque important d’érosion Le projet ne se situe pas en
l’érosion côtière du D.2-11 traiter de l’érosion littorale dans les stratégies locales exposées à un bordure de littoral.
littoral risque important d’érosion Non concerné
Assurer la D.2-12 Limiter la création de nouveaux ouvrages de protection aux Le projet est inclus dans le
performance des secteurs à risque fort et présentant des enjeux importants programme de sécurisation et
ouvrages de D.2-13 Limiter l’exposition des enjeux protégés permet de protéger les biens et les
protection D.2-14 Assurer la performance des systèmes de protection personnes.
D.2-15 Garantir la pérennité des systèmes de protection La digue par nature en zone
inondable participe directement à
ce programme de sécurisation.
 Répond aux orientations
de PGRI
Grand objectif 3 Améliorer la résilience des territoires exposés
Agir sur la surveillance D.3-1 Organiser la surveillance, la prévision et la transmission de
et la prévision l’information sur les crues et les submersions marines
D.3-2 Passer de la prévision des crues à la prévision des inondations
D.3-3 Inciter la mise en place d’outils locaux de prévision
Se préparer à la crise D.3-4 Améliorer la gestion de crise
et apprendre à mieux D.3-5 Conforter les Plans Communaux de Sauvegarde (PCS)
vivre avec les D 3-6 Intégrer un volet relatif à la gestion de crises dans les stratégies
inondations locales
D 3- 7 Développer des volets inondation au sein des dispositifs ORSEC
départementaux
D. 3-8 Sensibiliser les gestionnaires de réseaux au niveau du bassin Non concerné
D.3-9 Assurer la continuité des services publics pendant et après la crise
D 3-10 Accompagner les diagnostics et plans de continuité d’activité au
niveau des stratégies locales
D 3-11 Évaluer les enjeux au ressuyage au niveau des stratégies locales
Développer la D.3-12 Respecter les obligations d’information préventive
conscience du risque D.3-13 Développer les opérations d’affichage du danger (repères de crues
des populations par la ou de laisse de mer)
sensibilisation, le D.3-14 Développer la culture du risque
développement de la
mémoire du risque et
la diffusion de
l’information
Grand Objectif n°4 Organiser les acteurs et les compétences
Favoriser la synergie D.4-1 Fédérer les acteurs autour de stratégies locales pour les TRI
entre les différentes D.4-2 Tenir compte des priorités du SDAGE dans les PAPI et SLGRI et
politiques publiques améliorer leur cohérence avec les SAGE et contrats de milieux Non concerné
D.4-3 Assurer la gestion équilibrée des ressources en eau et des
inondations par une maîtrise d’ouvrage structurée à l’échelle des bassins
versants

29
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

D.4-4 Encourager la reconnaissance des syndicats de bassin versant


comme EPAGE ou EPTB
Garantir un cadre de D 4- 5 Considérer les systèmes de protection dans leur ensemble
performance pour la
gestion des ouvrages
de protection
Accompagner la mise D. 4-6 Accompagner l’évolution des structures existantes gestionnaires
en place de la d’ouvrages de protection vers la mise en place de la compétence GEMAPI
compétence « GEMAPI sans perte de compétence et d’efficacité
» D. 4-7 Favoriser la constitution de gestionnaires au territoire d’intervention
adapté
Grand objectif n°5 : Développer la connaissance sur les phénomènes et les risques d’inondation
Développer la D.5-1 Favoriser le développement de la connaissance des aléas
connaissance sur les D. 5-2 Approfondir la connaissance sur la vulnérabilité des réseaux
risques d’inondation D. 5-3 Renforcer la connaissance des aléas littoraux
Non concerné
D. 5-4 Renforcer la connaissance des aléas torrentiels
Améliorer le partage D.5-5 Mettre en place des lieux et des outils pour favoriser le partage de la
de la connaissance connaissance
D.5-6 Inciter le partage des enseignements des catastrophes

Tableau 2: Compatibilité avec les dispositions spécifiques du PGRI concernant le Bassin versant du Delta du Rhône
Grand objectifs Disposition Compatibilité
GO1 : Mieux prendre 1.1. Respecter les principes d’un aménagement du territoire intégrant les
Non concerné
en compte le risque risques d’inondations
dans l’aménagement
et maîtriser le coût
1.2. Connaissance et réduction de la vulnérabilité du territoire Non concerné
des dommages liés à
l’inondation
GO2 : Augmenter la
sécurité des
populations exposées
Le projet rentre est porté par le
aux inondations en
2.1. Assurer la pérennité et améliorer la gestion des ouvrages de protection SYMADREM et répond à cette
tenant compte du
orientation
fonctionnement
naturel des milieux
aquatiques
3.1. Agir sur la surveillance et l’alerte
GO3 : Améliorer la
3.2. Se préparer à la crise et apprendre à mieux vivre avec les inondations
résilience des Non concerné
3.3. Développer la conscience du risque par la sensibilisation, le
territoires exposés
développement de la mémoire et l’information
4.1. Favoriser la constitution d’un système de protection unique pour une
GO4 : Organiser les Le projet correspond à un
même zone protégée / conforter la place des structures de gestion par
acteurs et les système de sécurisation en rive
bassin / accompagner l’évolution des structures existantes gestionnaires
compétences gauche du Rhône
d’ouvrages de protection vers la mise en place de la compétence GEMAPI
Une concertation a été menée
5.1. Poursuite des dispositifs de concertation sur le Rhône, permettant le
en amont du projet et pendant
partage et la vulgarisation de la connaissance qui est déjà bien constituée
GO5 : Développer la toute la durée des études afin
sur ce secteur du fait de la forte dynamique liée au programme de
connaissance sur les d’apporter une connaissance
sécurisation du Symadrem.
phénomènes et les aux riverains.
risques d’inondation 5.2. Amélioration de la connaissance du phénomène de montée des eaux
de la mer et de leurs entrées dans les terres (volet « littoral » de la Non concerné
stratégie)

CE QU’IL FAUT RETENIR

 Le programme de sécurisation des ouvrages de protection contre les crues du Rhône, dont le rehaussement du déversoir de Comps
fait partie, est conforme aux orientations du PGRI du Rhône.

30
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

8.3. LES OUTILS DE PLANIFICATION URBAINE


8.3.1. Plan d’Occupation des Sols (POS) / Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Le Plan d’Occupation des Sols (POS) et le Plan Local d’Urbanisme (PLU) sont des documents d’urbanisme réglementaire, qui déterminent
l’affectation des sols selon les usages, à l’échelle communale ou intercommunale.

Le POS de la commune de Comps a été approuvé le 30 mars 1991. Il est actuellement en cours de révision pour le passage en PLU.

Le futur PLU de Comps sera intéressé par le projet au droit de la zone Nfr, secteur de la zone N (zone à protéger en raison de la qualité des
sites, des milieux et espaces naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique,
soit de lʼexistence dʼune exploitation forestière, soit de leur caractère dʼespaces naturels) soumis à risque d'inondation et correspondant
au domaine public concédé à la CNR. Le règlement de la zone Nfr autorise les travaux de rehaussement du déversoir de Comps.

8.3.2. Plan de Prévention du Risque Inondation

Les articles L.562 -1 à L.562-9 du code de l'environnement fondent le plan de prévention des risques naturels d'inondation (PPRI). Les deux
impératifs de ces PPRi sont la non augmentation des enjeux exposés et la préservation des champs d’expansion des crues par l’interdiction
de créer de nouvelles zones urbanisées en secteur inondable.
Les objectifs majeurs sont :
 la préservation des vies humaines,
 la réduction de la vulnérabilité des biens et le coût des dommages.

Le déversoir de Comps est situé en zone M-NU du PPRi de la Confluence Rhône-Gardon-Briançon : zone non urbanisée inondable par un
aléa modéré. Le règlement de la zone M-NU stipule que :

« Les équipements d'intérêt général sont admis sous réserve d'une étude hydraulique préalable, qui devra en définir les conséquences
amont et aval et déterminer leur impact sur l'écoulement des crues, les mesures compensatoires à adopter visant à annuler leurs effets sur
les crues et les conditions de leur mise en sécurité. Émargent à cette rubrique les travaux ou aménagements sur les ouvrages existants et les
digues intéressant la sécurité publique, y compris la constitution de remblais destinés à une protection rapprochée des lieux densément
urbanisés, démontrée par une étude hydraulique, et après obtention des autorisations réglementaires nécessaires (loi sur l'eau, déclaration
d’utilité publique...). »

Le rehaussement du déversoir de Comps est une opération qui fait partie des mesures d’annulation et de réduction de l’impact
hydraulique du projet de création d’une digue de 1er rang à l’ouest du remblai ferroviaire, entre Tarascon et Arles. Ce projet, qui intègre
donc le rehaussement du déversoir de Comps, fait l’objet d’un dossier d’autorisation au titre de la loi qui est en cours d’instruction par les
services de l’état. On rappelle que le projet global de création de la digue de 1 er rang a déjà obtenu sa Déclaration d’Utilité Publique (arrêté
du 13 mai 2016) et a notamment fait l’objet d’une étude hydraulique.

Le projet de rehaussement du déversoir de Comps est compatible avec le PPRi de la commune de Comps (approuvé par arrêté
préfectoral le 13/07/2012).

31
REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

9. ANNEXES

9.1. ANNEXE 1 – NOTE DE CALCUL – JUSTIFICATION DU REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE


COMPS

32
SYMADREM Rehausse du déversoir CNR de Comps

TABLE DES MATIÈRES

1 Synthèse ....................................................................................................................2

2 Contexte et références .............................................................................................4


2.1 Textes de références ............................................................................................4
2.2 Photos de l’ouvrage en construction ...................................................................4

3 Note d’hypothèses ....................................................................................................6


3.1 Géométrie de l’ouvrage .......................................................................................6
3.2 Effet hydrodynamique sur le déversoir ...............................................................6
3.3 Géotechnique.......................................................................................................7

4 Note de calcul ...........................................................................................................8


4.1 Vérification du ferraillage ...................................................................................8
4.1.1 Hypothèses...............................................................................................8
4.1.2 Ferraillage actuel .....................................................................................8
4.1.3 Ferraillage requis (post-rehausse)............................................................9
4.1.3.1 Sollicitations.................................................................................................. 10
4.1.3.2 Ferraillage minimal (EC2 et BAEL) ............................................................. 10
4.1.3.3 Ferraillage transversal (BAEL) ..................................................................... 10
4.1.3.4 Ferraillage longitudinal (EC2)....................................................................... 11
4.1.3.5 Ferraillage transversal (EC2)......................................................................... 11
4.1.4 Conclusion sur le ferraillage..................................................................12
4.1.5 Ferraillage de scellement (Eurocode 2) .................................................13
4.2 Vérification au glissement.................................................................................14
4.3 Vérification au renversement ............................................................................14
4.4 Vérification de la portance ................................................................................15

Safege SAFEGE Agence de Montpellier


P:\Projets\FR_13\S_SYMADREM\S13MOH002_Tarascon_Arles et mesures associees\_Technique\01A_AVP MOH-MMO
synthèse\1.1_Rapports\01_doc_dwg_xls\Pieces ecrites\Annexes\ANNEXE 7_Note de calcul_justification de la rehausse du déservoir de Comps.doc Tesfaye_Si
SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

Synthèse

Le déversoir de Comps est un ouvrage appartenant à la CNR, accolé à la digue


communale de Comps (30), et aux ouvrages CNR du barrage hydroélectrique de
Vallabrègues.

L’étude de calage CNR prévoit la rehausse du déversoir de 14.1 m NGF (côte


actuelle) à un niveau de 14.4 m NGF, soit une rehausse de 30 cm.

L’ouvrage est un déversoir en enrochements bétonnés, avec coursier et bassin de


dissipation. Une poutre en béton armé permet de fixer le seuil déversant à la côte de
14.10 m NGF et limite les risques d’érosion interne en s’ancrant dans les limons du
corps de digue.

SAFEGE Montpellier 2 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

Coupe du déversoir existant

Plan de ferraillage de la poutre existante

La solution proposée pour la rehausse du seuil consiste à réaliser une poutre en béton
armé sur la poutre existante avec des ancrages en aciers préalablement scellés dans
l’ouvrage existant.

SAFEGE Montpellier 3 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

Contexte et références

2.1 Textes de références


Les principaux documents de référence sont :

- le Fascicule 62 Titre V du CCTG

- l’Eurocode 7

- les plans de récolement, les plans d’exécution, et les notes de calcul de la


CNR pour la réparation de l’ouvrage en 2004.

- l’Eurocode 2

- le BAEL

2.2 Photos de l’ouvrage en construction

SAFEGE Montpellier 4 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

SAFEGE Montpellier 5 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

Note d’hypothèses

3.1 Géométrie de l’ouvrage


Les caractéristiques géométriques de l’ouvrage projeté sont récapitulées dans le
tableau suivant :

Synthèse
ouvrage
rehaussé
Hauteur totale 2.1 m
dont semelle 0.5 m
dont mur 1.6 m
Épaisseur voile 0.5 m
Largeur semelle 0.5 m
Volume total de 1.05 m3/m
béton

La coupe de principe de la rehausse est présentée ci-après :

SAFEGE Montpellier 6 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

3.2 Géotechnique
On utilise pour les différents états limites les méthodes du Fascicule 62 titre V. On
travaille à l’état limite de service.

Pour la poussée et la butée, les caractéristiques des matériaux sont issues des données
géotechniques et des hypothèses prises en compte lors des travaux de construction du
déversoir en 2005.

SAFEGE Montpellier 7 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

Note de calcul

4.1 Vérification du ferraillage

4.1.1 Hypothèses

On suppose que le béton est de classe C35 ( f ck = 35 MPa).

Au sens de l’Eurocode 2, l’ouvrage étudié est un voile armé et non une poutre, ce qui
a des incidences sur le calcul des armatures d’efforts tranchants (voir partie
correspondante).

4.1.2 Ferraillage actuel

- Ouvrage considéré comme une poutre horizontale : Longitudinal : 2 * ST25C


+ 2*6 HA7 = 2 * 2.57 * 1.28 + 2* 6 * 2.695 = 21.31 cm²
Transversal : Grand cadres HA5 espacement 30 cm et petit cadres HA5

SAFEGE Montpellier 8 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

espacement 57 cm + ST25C = 0.196/0.3 + 0.196/0.57 + 2.57* 2 = 6.14 cm² /


m

- Ouvrage considéré comme un voile : Longitudinal : 6.14 cm²

Transversal : 21.31 cm² / 1.8 m

4.1.3 Ferraillage requis (post-rehausse)

Diagramme résultant

2
1.8 10.0; 1.8
1.6
1.4
-60.9; 1.1
1.2
Ecran

-7.8; 1.1
1 Série1
0.8
0.6
0.4
0.2
-35.0; 0
0
-80.0 -60.0 -40.0 -20.0 0.0 20.0
Butée (-kPa) / Poussée (kPa)

On utilise un modèle ROBOT simple, avec une poutre en console.

Les résultats obtenus donnent des efforts particulièrement faibles

SAFEGE Montpellier 9 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

4.1.3.1 Sollicitations

Mmax = 34.09 kN.m/m

Vmax = 42 kNm

Il vient Mu = 0.01047

4.1.3.2 Ferraillage minimal (EC2 et BAEL)


Au BAEL, il vient Asmin = 0.0006Ac = 0.0006 * 0.5 * 1 = 3cm²

0.26. f ctm
A l’Eurocode 2 il vient Asmin = = (0.26 * 3.2 / 500) * (1 * 0.5 ) = 8.3 cm²
f yk bd
(EC2)

4.1.3.3 Ferraillage transversal (BAEL)


At . f
On doit avoir At tel que > 0.4 MPa
b0 st

SAFEGE Montpellier 10 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

0.4.b0 .st
Puis il vient At = avec st = max ( 0.4 ; 0.9 d)
f yd

At = 0.4 * 0.1 *0.4 / 435 = 3.67 cm²/m< Asreel = 11.73 cm²/m

4.1.3.4 Ferraillage longitudinal (EC2)

z.V s
M Ed
As =

D N 1.2(1  1  2P ) = 0.0126

Z = d ( 1 – 0.83*0.5*0.0126) = 0.44 m

d = 0.44 m

As = 42 / (0.44 * 443000) = 2.15 cm²

4.1.3.5 Ferraillage transversal (EC2)

Vmax = 42 kN/m.

V Rdc max((C Rdc .k .(100.U l . f ck ) 0.33  k1 .V cp )bw d ; (Vmin  k1 .V cp )bw d )

Avec VRdc l’effort tranchant résistant du béton seul.

V cp la contrainte de compression due à l’effort normal.

d=0.44 m

bw = 1 m

k = 1
200
= 1.67
d

Ul
Asl
= 0.000614 / (0.44 * 1 ) = 0.0014 (Avec Asl = 6.14 cm² le ferraillage reel
bw d
retenu par la DDAF 30).

Fck = 35 MPa (cf note d’hypothèses)

k1 = 0.15 (cf Annexe nationale)

SAFEGE Montpellier 11 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

CRdc = 0.18 / gamma_C = 0.12

Vmin = (0.35 * (fck)^(0.5) / 1.5)

(Voir EC2 partie 6.2.2)

Finalement VRdc =max( (0.12 * 1.67 * (100 * 0.0014 * 35)^(0.33) + 0)*(0.44) ; (0.35
* (35)^0.5 / 1.5)*(0.44)) = Max ( 0.15 ; 0.61) = 0.61 MN = 610 kN

VRdc >>> VEd = 42 * 1.5 = 63 kN (Hypothèse sécuritaire, on prend la poussée


hydrostatique comme action variable principale).

On n’a donc pas besoin d’armatures transversales en dehors du ferraillage minimal.

On retient As = Asvmin. (voir article 6.2.1.4).

Asvmin = 0 pour des voiles armés (voir article 9.2.2.(5), Annexe nationale associée, et
5.11.2.(2) P). L’EC2 ne demande donc pas d’armatures d’effort tranchant pour notre
voile, étant donné les faibles sollicitations constatées.

4.1.4 Conclusion sur le ferraillage

Bilan
ouvrage
rehaussé
cm² Ferraillage Ferraillage Ferraillage Ferraillage
actuel requis structurel minimal
BAEL requis requis
EC2 EC2
Ferraillage 6.14 3 2.15 8.32
principal
(cm² de
voile)
Ferraillage 11.84 7.707 0 0
d'effort
tranchant
(cm2/m)

SAFEGE Montpellier 12 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

En conclusion, on préconise d’appliquer le ferraillage actuel à la rehausse du voile,


de manière à assurer l’uniformité de la résistance de l’ouvrage en béton armé. On
respecte les exigences du BAEL dans ces conditions.

Sections d’acier
rehausse (30
cm)
Ferraillage 1.02
principal (cm²)
Ferraillage 11.84
secondaire
(cm²/m)

4.1.5 Ferraillage de scellement (Eurocode 2)

On prend l’hypothèse d’un ferraillage identique entre la rehausse et l’ouvrage initial


(voir bilan de cette partie).

Il vient : - Longueur d’ancrage de calcul : Lbd = 0.42 m pour le ST25C

- Lbd = 0.08 m pour le HA5

SAFEGE Montpellier 13 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

D’après les plans d’exécution on a :

L’espacement entre les barres pour le treillis soudé est de 15 cm.

L’espacement entre les grands cadres HA5 est de 30 cm.

L’espacement entre les petits cadres HA5 est de 57 cm.

On retient donc comme ancrages :

Deux ancrages courbes I 25 de longueurs droites 25 + 17 = 42 cm tous les 15 cm.

Deux ancrages droits I 5 de longueur 8 cm tous les 57 cm.

4.2 Vérification au glissement

Glissement
Frottement f 16.25 kN/m
1.2 H - kN/m
67.63
Vérification VRAI

On doit verifier 1.2H <= 0.5 V avec V la composante vertical du torseur en pied de
mur, H la composante horizontale.

L’EL de glissement est vérifié.

4.3 Vérification au renversement

Renversement
Mdst 121.8 kN.m/m

Mst 178.125 kN.m/m


Vérification VRAI

SAFEGE Montpellier 14 Juin 2013


SYMADREM Rehausse du déversoir de Comps

On applique les formules suivantes :

S I
La contrainte horizontale de poussée V hp K a V v  2c tan(  )
4 2

S I
La contrainte horizontale de butée V hb K pV v  2c tan(  )
4 2

Ces formules résultent de la méthode de Coulomb.

4.4 Vérification de la portance


Nous disposons ici des résultats de deux essais au pénétromètre statique, réalisés en
pied de digue.

Nous extrapolons ces résultats, en supposant que la contrainte résistante de pointe


déterminée, est valable dans le matériau constituant le corps de digue (qui est
rigoureusement le même).

Portance CPT103
(pénétromètre
statique)
Contrainte maximale 241.40 kPa
Q admissible 9491.68 kPa
Kc (coefficient de 0.264
portance)
Qce (Résistance de 35.84 Mpa
pte éq)
q'0 (Contrainte initiale) 18.45 kPa

Vérification
portance
VRAI

Qadm= q q0  K c.
q ce
3

SAFEGE Montpellier 15 Juin 2013


REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

9.2. ANNEXE 2 – ETUDE DE DANGERS

33
Fevrier 2016
Ind_C

Étude de dangers
Rehaussement du
déversoir CNR de Comps

SIÈGE SOCIAL
PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT
92022 NANTERRE CEDEX

Agence d’Aix en Provence

SAFEGE,
SAFEGE, CONCEPTEUR CONCEPTEUR
DE SOLUTIONS DE SOLUTIONS D'AMENAGEMENT
D’AMÉNAGEMENT DURABLE DURABLE
Numéro du projet : 14MHY035

Intitulé du projet : EDD Déversoir de Comps

Intitulé du document :

COMMENTAIRES
Version Rédacteur Vérificateur Date d’envoi
Documents de référence / Description des
NOM / Prénom NOM / Prénom JJ/MM/AA
modifications essentielles

M ROPERT
Ind A M.GERY 17/02/2014 Indice A (version initiale)
D CHAUSSEE

Indice B (prise en compte des remarques du fichier


M ROPERT
Ind B M.GERY Aout 2015 Compilation remarques EDD_V4.xlsx) ajout des
D CHAUSSEE
scénarios de défaillance

M ROPERT Novembre Indice C (prise en compte des remarques du


Ind C M.GERY
D CHAUSSEE 2015 COTECH du 3 novembre 2015)
ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Sommaire

Sommaire ...................................................... 3
0 Résumé non technique .............................. 8

0.1 Contexte de l’étude de dangers et endiguement étudié 8

0.2 Présentation du système endigué .............................. 8

0.3 Niveau de protection et enjeux ................................ 10

0.4 Identification et caractérisation des potentiels de danger 11

0.4.1 Scénarios de défaillance et probabilité de défaillance 11


0.4.2 Typographie ........................................................ 11
0.4.3 Criticité ............................................................... 12

0.5 étude de réduction des risques ................................ 12

1 Renseignements administratifs ................. 14

1.1 Objectif .................................................................... 14

1.2 IDENTIFICATION DES INTERVENANTS .................... 14

1.2.1 Porteur de l’étude de dangers ................................ 14


1.2.2 Propriétaire et gestionnaire de l’ouvrage ................. 15
1.2.3 Renseignements relatifs à l’étude : rédacteur de l’étude de dangers 15

2 Objet de l’étude de dangers ..................... 16

2.1 Contexte de l’étude de dangers ............................... 16

2.1.1 Contexte réglementaire ......................................... 18


2.1.2 Decrét n° 2015-526 du 12 MAi 2015 ....................... 19
2.1.3 Contenu de l’étude ............................................... 20

SAFEGE -indC page 3


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
2.1.4 Zone d’étude ....................................................... 21
2.1.5 Définition de la zone protégée ................................ 22
2.1.6 Articulation avec le plan de prévention des risques inondation22
2.1.7 Articulation avec les documents d’urbanisme ........... 24
2.1.8 Documents consultés ............................................ 25

3 Analyse fonctionnelle et de son


environnement ....................................... 26

3.1 Rappels terminologiques ......................................... 26

3.2 Descriptions de L’ouvrage ....................................... 28

3.2.1 Description de l’objectif de protection ..................... 28


3.2.2 Description générale du système d’endiguement de comps (hors
déversoir) ........................................................................ 28
3.2.3 Déversoir CNR : Objet de l’EDD .............................. 32

3.3 Description de l’environnement de l’ouvrage ........... 39

3.3.1 Situation géographique ......................................... 39


3.3.2 Contexte Hydrographie ......................................... 40
3.3.3 Caractérisation de la zone protégée ........................ 41
3.3.4 Géologie .............................................................. 43
3.3.5 Zones d’intérêt écologique ..................................... 44

3.4 Description du fonctionnement hydraulique de l’ouvrage et objectif de


protection ...................................................................... 45

3.4.1 Situation générale ................................................ 45


3.4.2 fonctionnement hydraulique et mode de gestion ....... 46
3.4.3 Évolution morphologique du Gardon ....................... 50
3.4.4 Mode de gestion actuel de la végétation .................. 50
3.4.5 Objectif de protection ........................................... 50

3.5 Analyse fonctionnelle .............................................. 50

3.5.1 Fonction principale du système .............................. 50


3.5.2 décomposition structurelle ..................................... 51

SAFEGE -indC page 4


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
3.5.3 Conclusion de l’analyse fonctionnelle (A4) ............... 53

4 Présentation de la politique de prévention des


accidents majeurs et du système de gestion
de la sécurité (cgs) ................................. 54

4.1 Gestion de crise ....................................................... 54

4.1.1 Plan communal de sauvegarde ............................... 54


4.1.2 Plan de Gestion des Ouvrages en Période de Crues (PGOPC) 57
4.1.3 Gestion courante .................................................. 58
4.1.4 Gestion en période de crise.................................... 58

5 Identification et caractérisation du danger .. 60

5.1 Danger potentiel sur l’ouvrage ................................ 60

5.2 Analyse des Modes de Défaillance et de leurs Effets (AMDE) 60

5.2.1 Principe et démarche générale ............................... 60


5.2.2 Résultats de l’AMDE .............................................. 61
5.2.3 Nature des enjeux inondés en cas de fonctionnement nominal du
deversoir ......................................................................... 62
5.2.4 Conclusions de l’AMDE .......................................... 62

6 Caractérisation des aléas naturels ............. 63

6.1 Le risque inondation ................................................ 63

6.1.1 La crue du Gardon de septembre 2002 .................... 64


6.1.2 La crue du Rhône des 3 et 4 décembre 2003, crue de protection 67
6.1.3 Hydrologie du Rhône - Crues étudiées ..................... 69

6.2 Le risque sismique ................................................... 72

6.2.1 Principe de vérification .......................................... 72


6.2.2 Vérification de la stabilité au séisme ....................... 74
6.2.3 Visites post-séisme ............................................... 75

6.3 Évolution morphologique et érosion de berge .......... 75

SAFEGE -indC page 5


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
6.3.1 Fonctionnement hydromorphologique du Gardon aval 75
6.3.2 Espace de mobilité du Gardon aval (Secteur aval Remoulins – Confluence
avec le Rhône) ................................................................. 76
6.3.3 Évolution du lit aval .............................................. 77

7 Étude accidentologique et retour d’expérience79

7.1 Chronologie des évènements ................................... 79

7.2 Défaillance, accident, incidents ............................... 79

7.3 Retour d’expérience................................................. 79

7.3.1 Expertise CEMAGREF/CETE et état des lieux post crue décembre 2003
79
7.3.2 Travaux d’urgence post crue septembre 2002 et état des lieux post crue
décembre 2003 sur ces travaux .......................................... 80
7.3.3 Compléments post-crue de décembre 2003 ............. 81

7.4 Retour d’expérience sur des systèmes similaires..... 81

7.4.1 Déversoir bassin de Roquemaillère à Nîmes ............. 81


7.4.2 Les Digues ou levées de la loire .............................. 82
7.4.3 Digue du mississipi à la Nouvelle Orléans lors de l’évènement Katrina
82

8 Identification et caractérisation des risques


en termes de probabilité d’occurrence
d’intensité et de cinétique des effets, et de
gravité des conséquences ........................ 85

8.1 Méthode du nœud papillon ...................................... 86

8.1.1 Construction des arbres d’évènements .................... 86

8.2 Détermination des probabilités des scénarios de défaillance 88

8.2.1 Probabilité attribuée aux crues ............................... 88


8.2.2 Probabilité attribuée aux dysfonctionnements (brèches)89
8.2.3 Rappel des choix constructifs ................................. 90

SAFEGE -indC page 6


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
8.2.4 Érosion interne ..................................................... 91
8.2.5 Érosion externe .................................................... 97
8.2.6 Grand glissement ................................................. 98
8.2.7 Récapitulatif des probabilités associées aux dysfonctionnements 101

8.3 Analyse probabiliste des scénarios ........................ 103

8.4 Analyse de la gravité et de la criticité des scénarios de défaillance


104

8.4.1 Intensité et cinétique des scénarios modélisés ....... 104


8.4.2 Évaluation de la gravité des scénarios de défaillance113
8.4.3 Évaluation de la criticité des scénarios de défaillance114

9 Étude de réduction des risques ............... 116

9.1 Amélioration de la sûreté de l’ouvrage .................. 116

9.1.1 mesures de réduction de risques à envisager ......... 116


9.1.2 Registre de l’ouvrage .......................................... 117

9.2 Surveillance de l’ouvrage ....................................... 117

10 Cartographie ........................................ 118

SAFEGE -indC page 7


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

0 RESUME NON TECHNIQUE

Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 Le résumé non technique est présenté sous une
forme didactique et est illustré par des éléments cartographiques, de manière à
favoriser la communication de l’étude à des non-spécialistes et à permettre une
appréciation convenable des enjeux. Le résumé évoque la situation actuelle de
l’ouvrage résultant de l’analyse des risques, illustre, en termes de dommages aux
biens et aux personnes, la gravité des accidents potentiels qui sont étudiés,
fournit une évaluation de la probabilité d’occurrence de ces accidents et présente
les principales mesures qui ont été prises pour réduire les risques ou qui sont
prévus à court ou moyen terme. Dans ce dernier cas, le résumé précise le
calendrier prévu pour la mise en œuvre de ces mesures et indique celles qui sont
prises immédiatement à titre conservatoire.

0.1 CONTEXTE DE L’ETUDE DE DANGERS ET


ENDIGUEMENT ETUDIE
Les aménagements réalisés par le SYMADREM dans le cadre du Plan Rhône et du
programme de sécurisation assureront l’harmonisation des niveaux de protection
des digues résistantes à la surverse de Comps, Aramon, Marguilliers, qui seront, à
l’instar des digues résistantes à la surverse entre Beaucaire et Arles, calées
légèrement au-dessus d’une crue type 2003 sans brèche.

L’objet de la présente étude de dangers est de valider le niveau de protection et le


niveau de sûreté du rehaussement du déversoir CNR de Comps et de faire un état
des lieux de l’ensemble des risques liés à l’ouvrage (insuffisances, ruptures,
défaillances). En cas d’insuffisance, des mesures seront proposées pour remédier
aux problèmes soulevés.

Le déversoir CNR de Comps s’inscrit dans le système d’endiguement global du


village de Comps. Il est composé de digues et d’ouvrages annexes tel que des
clapets et des vannes.

La présente étude de dangers porte uniquement sur le déversoir CNR de Comps,


mais afin de comprendre le fonctionnement global du système, les autres
aménagements sont aussi décrits (digues).

0.2 PRESENTATION DU SYSTEME ENDIGUE


Le village de Comps se trouve à la fois sous l’influence des crues du Gardon et des
inondations par remous du Rhône. Un système d’endiguement de 1450 mètres
protège le village contre les inondations.

Les digues de Comps sont anciennes et ont subi d’importants dégâts lors de la
crue de septembre 2002. Elles ont été reconstruites en 2005.

SAFEGE -indC page 8


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Le système d’endiguement est actuellement composé de :

1. la digue en retour amont située entre le canal de Remoulins-Fourques et le


batardeau du cimetière ;

2. la digue longitudinale du Gardon située entre le batardeau du cimetière et


le seuil en gabions ;

3. le déversoir en gradins de gabions situé le long de la digue en retour aval ;

4. le déversoir CNR et la digue CNR ;

5. la digue en retour aval située entre le déversoir et le canal d’irrigation de


Remoulins-Fourques.

Figure 0-1: description du système d'endiguement de Comps

Suite aux évènements de 2003, de nombreuses dispositions ont été prises


notamment :

- la reconstruction du système d’endiguement de Comps ;

- la construction du déversoir CNR ;

- la réalisation du Plan Communal de Sauvegarde ;

- la réalisation de plaquettes informatives sur les risques en zone


inondable et les mesures associées.

Le déversoir CNR est situé en rive droite du Gardon et dans la continuité aval de
la digue de Comps qui longe le Gardon. Il s’agit d’un déversoir en enrochements
bétonnés. Il est accolé à la digue communale de Comps (30), et aux ouvrages
CNR du barrage hydroélectrique de Vallabrègues. L’ouvrage est un déversoir en
enrochements bétonnés, avec coursier et bassin de dissipation.

SAFEGE -indC page 9


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Actuellement à la cote de 14,10 m NGF, il sera rehaussé à 14,40 m NGF, soit
30 cm. Une poutre en béton armé permettra de fixer le seuil déversant à la cote
de 14,40 m NGF et limitera les risques d’érosion interne en s’ancrant dans les
limons du corps de digue.

Suite aux évènements de 2002 et 2003, la commune a recensé toutes les


habitations et exploitations situées en zone inondable. L’enjeu est quantifié à
environ 534 personnes (résident dans la zone endiguée), et toutes les
infrastructures présentes dans le casier du village (établissements recevant du
public, aménagement urbain, etc.) (Source EDD digues de Comps).

0.3 NIVEAU DE PROTECTION ET ENJEUX


L’ouvrage est plus influencé par le Rhône que le Gardon. Dans le cadre de l’Étude
de Dangers, seules les crues du Rhône seront étudiées.

Les crues de référence seront :

- Crue de protection: crue du Rhône de type 2003 :

 Débit : 11 500 m³/s à Beaucaire ;

 Occurrence : 100 ans ;

 Cote maximale de la crue au droit du déversoir :


14,35 mNGF ;

 Crue non déversante.

- Crue de sûreté : crue d’occurrence 1000 ans :

 Débit : 14 160 m³/s à Beaucaire ;

 Occurrence : 1000 ans ;

 Cote maximale de la crue au droit du déversoir :


15,01 mNGF ;

 Crue déversante.

- Crue très rare: crue supérieure à 10000 ans :

 Débit : 18 000 m³/s à Beaucaire ;

 Occurrence : 10 000 ans.

L’objet de la présente étude de dangers est de déterminer le niveau de protection


et le niveau de sûreté suite au rehaussement du déversoir du CNR.

L’ouvrage CNR déversera dans un casier d’expansion de crue, où il n’y a aucune


zone urbanisée. Les enjeux du système se situeront principalement après le
déversoir des Gabions. La zone à enjeux sera donc située sur le centre-ville de
Comps.

SAFEGE -indC page 10


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Ainsi le déversoir CNR n’aura pas d’impact direct sur la zone urbanisée. La zone
sera protégée contre les inondations en cas d’une crue de l’ordre de 100 ans (crue
de protection).

0.4 IDENTIFICATION ET CARACTERISATION


DES POTENTIELS DE DANGER
0.4.1 SCENARIOS DE DEFAILLANCE ET PROBABILITE
DE DEFAILLANCE
Suite à l’analyse fonctionnelle de l’ouvrage détaillée dans le chapitre 3, la seule
défaillance identifiée est le risque de rupture du déversoir.

Les scénarios suivants sont retenus :

 Scénario 1 : Crue type 2003 (non déversante) avec brèches


du déversoir ;

 Scénario 2 : Crue sûreté type 1000 ans (crue déversante)


avec brèches du déversoir.

À la suite de ces scénarios, des probabilités de défaillance en fonction de


l’occurrence de crue et du mode de défaillance du déversoir ont été définies.

La probabilité qu’une défaillance ait lieu sur le déversoir de Comps serait de


0,20 % (voir chapitre 8).

La probabilité qu’une crue de référence ait lieu serait de :

 0,19% pour la crue de protection ;

 0,09 % pour une crue de sûreté ;

 0,009 % pour une crue très rare.

Le couplage des probabilités d’occurrence de crue et de brèche sur le déversoir


donnent des probabilités de scénarios extrêmement peu probables (P<0,01%).
L’évaluation des défaillances des scénarios 1 et 2 estimera une occurrence de
scénario très importante.

0.4.2 TYPOGRAPHIE
Le Plan Communal de Sauvegarde établi à la suite des évènements de 2003
prévoit l’évacuation de la population suite au premier déversement de l’ouvrage
CNR.

Le scénario 2 présente une rupture du déversoir après les premiers déversements.


En considérant, par sécurité, que lors de la rupture (au voisinage des premiers
débordements) 90% de la population sera évacuée (hypothèse), le nombre de
personnes susceptibles de se trouver dans la zone protégée serait d’environ 50,
soit une classe de gravité ramenée à 2.

SAFEGE -indC page 11


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Cette classe de gravité sera valide si les mesures d’alerte et d’évacuation sont
respectées.

La classe de gravité du scénario 1 sera de 3 puisque la rupture du déversoir


interviendra avant les premiers débordements. Les mesures d’évacuation ne
pourront pas être appliquées. Le nombre de personnes pouvant être exposées
sera de 534 personnes.

0.4.3 CRITICITE
Le croisement entre la probabilité d’occurrence d’un scénario et la gravité de leurs
conséquences permet de constater sa criticité. Une criticité verte signifie que le
déversoir est réputée sûr.

L’évaluation de la criticité des scénarios pouvant conduire à une libération non


maîtrisée d’eau sera verte pour les 2 scénarios car leur probabilité est
extrêmement faible, la criticité est jugée verte, donc sûre.

Le scénario 1 modélise une brèche de 60 m sur le déversoir pour une occurrence


100 ans. Dans ces conditions, la cote maximale obtenue est de 15.00 m NGF soit
la cote en lit mineur. Le débit maximal est de 410 m3/s et le volume total est
d’environ 1.9 million de m3. La surverse du déversoir de gabions se produit
environ 3,5 h après l’apparition de la brèche et le bourg et la plaine sont en
équilibre avec le lit mineur environ 5,5 h après l’apparition de la brèche

Le scénario 2 modélise une brèche de 60 m sur le déversoir pour une occurrence


1000 ans. Dans ces conditions, la cote maximale obtenue est de 14,22 m NGF
dans la plaine et 14,15 m NGF dans le bourg avec un débit maximal de 340 m3/s
et le volume total est d’environ 1.4 million de m3. La surverse du déversoir de
gabions se produit environ 3,1 h après l’apparition de la brèche et le bourg et la
plaine sont en équilibre avec le lit mineur environ 4,7 h après l’apparition de la
brèche.

Dans ces deux scénarios modélisés, les objectifs de protection sont remplis car
tous les scénarios ont une classe de gravité et de criticité importante mais peu
probable.

0.5 ETUDE DE REDUCTION DES RISQUES


L'étude de dangers montre que tous les scénarios susceptibles de conduire au
remplissage du casier interviendront nettement après les premiers débordements.

En outre, l'étude de dangers montre que la probabilité d’un scénario de rupture du


déversoir sera très peu voir extrêmement peu probable. L’ouvrage sera donc
réputé relativement sûr.

L’étude de dangers met en évidence l’importance de surveiller et d’entretenir


régulièrement le déversoir, afin d’éviter l’apparition de renard.

SAFEGE -indC page 12


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Dans le cas de Comps, les mesures à moyen et court terme permettant la
sécurisation de l’ouvrage et de son environnement seront :

 l’application des consignes du Plan Communal de Sauvegarde dans le cas


d’une crue déversante ;

 l’inspection et l’entretien régulier de l’ouvrage.

SAFEGE -indC page 13


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

1 RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008. Cette rubrique contient l’identification du
concessionnaire ou du propriétaire de l’ouvrage et, s’il est différent, de
l’exploitant. L’identification des rédacteurs et des organismes ayant participé à
l’élaboration de l’étude de dangers est également indiquée. Elle mentionne par
ailleurs les références du titre de concession ou d’autorisation dont relève
l’ouvrage, les caractéristiques de ce dernier qui sont visées, selon les cas, à
l’article R. 214-112 ou R. 214-113 du code de l’environnement et, s’il y a lieu, la
référence de la décision de classement prise par le préfet en application de l’article
R. 214-114 de ce même code.

1.1 OBJECTIF
Les objectifs de l’étude de dangers sont définis par l’article R.214-116 du décret
du 11 décembre 2007 :

« L’étude de dangers […] explicite les niveaux des risques pris en compte, détaille les
mesures aptes à les réduire et en précise les niveaux résiduels une fois mises en œuvre les
mesures précitées. Elle prend notamment en considération les risques liés aux crues, aux
séismes, aux glissements de terrain, aux chutes de blocs, aux avalanches, ainsi que les
conséquences d’une rupture des ouvrages. Elle prend également en compte des
évènements de gravité moindre mais de probabilité plus importante tels que les accidents
et incidents liés à l’exploitation courante de l’aménagement. Elle comprend un résumé non
technique présentant la probabilité, la cinétique et les zones d’effets des accidents
potentiels ainsi qu’une cartographie des zones de risques significatifs. »

Selon ce même décret relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques et au comité


technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques et modifiant le
code de l’environnement, et selon l’article R.214-113 du Code de l’Environnement,
le déversoir serait classée C si : Hauteur > 1 m et 10 > Population protégée >
1000.

1.2 IDENTIFICATION DES INTERVENANTS


1.2.1 PORTEUR DE L’ETUDE DE DANGERS

1182 chemin de Fourchon,


VC33 - 13200 ARLES

Tel : 04 90 49 98 07/ Fax : 04 90 49 98 17


Responsable à contacter pour le projet : ………M. Thibaut MALLET

SAFEGE -indC page 14


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Le SYMADREM porte la maîtrise d’ouvrage des travaux de rehaussement du
déversoir de Comps.

1.2.2 PROPRIETAIRE ET GESTIONNAIRE DE


L’OUVRAGE
L’entretien, l’exploitation et le suivi de l’ouvrage seront à la charge du propriétaire
de l’ouvrage, à savoir :

Compagnie Nationale du Rhône

Adresse :

25 Bis chemin des Rocailles


30400 Villeneuve les Avignon

1.2.3 RENSEIGNEMENTS RELATIFS A L’ETUDE :


REDACTEUR DE L’ETUDE DE DANGERS

Agence d’Aix en Provence

Aix Métropole Bâtiment D


30 avenue Malacrida
13100 – Aix en Provence

Rédigé par :

Maxime GÉRY,

Matthieu ROPERT
Denis CHAUSSÉE
Patrick SOULAT

SAFEGE -indC page 15


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

2 OBJET DE L’ETUDE DE DANGERS


Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 définissant le plan de l’étude de dangers des
barrages et des digues et en précisant le contenu « En faisant référence aux
articles R. 214-115 à R. 214-117 du code de l’environnement et au présent arrêté,
cette rubrique précise s’il s’agit d’une étude de dangers d’un ouvrage neuf, de la
première étude de dangers demandée par le préfet pour un ouvrage existant
(préciser l’échéance imposée pour sa restitution), de la mise à jour décennale
d’une étude existante ou d’une étude complémentaire à la demande du préfet.

Par ailleurs, cette rubrique fait apparaître en tant que de besoin l’articulation de
l’étude de dangers avec les autres démarches réglementaires qui concernent
l’ouvrage. (…)

Le périmètre de l’ouvrage, objet de l’étude de dangers, est par ailleurs délimité de


manière explicite, accompagné éventuellement d’une carte. (…) Pour une digue,
ce périmètre inclut a minima la digue, ses déversoirs, les portions du cours d’eau
susceptibles d’avoir un impact sur la digue suite à une évolution morphologique
globale ou une érosion de berges et, s’il y a lieu, les digues transversales
délimitant un casier avec la digue principale. »

2.1 CONTEXTE DE L’ETUDE DE DANGERS

L’étude de dangers du rehaussement du déversoir de Comps s’inscrit dans


l’opération de la digue de Tarascon Arles.

Cette opération comprendra :

 la création d’une digue à l’ouest du remblai ferroviaire et la mise en


transparence du remblai ;

 l’annulation et la réduction d’impacts de cette digue, notamment


l’harmonisation des niveaux de protection des digues résistantes à la
surverse de Comps, Aramon, Marguilliers ;

 les mesures d’accompagnements liées à cette opération.

Cette première étude de dangers sera jointe au dossier d’autorisation


conformément à l’article R.214-6 du code l’environnement.

Cette étude de dangers concernera le déversoir CNR de Comps rehaussé dans le


cadre du programme de sécurisation du SYMADREM. Cette opération sera l’une
des mesures d’annulation et de réduction des impacts de la digue de Tarascon-
Arles.

SAFEGE -indC page 16


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 2-1: Opération du programme d'optimisation des ZEC entre l’amont de


Beaucaire/Tarascon et Arles

SAFEGE -indC page 17


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Déversoir CNR

Figure 2-2: Localisation du déversoir de Comps

2.1.1 CONTEXTE REGLEMENTAIRE


Le présent rapport s’inscrit dans le cadre de la circulaire du 8 juillet 2010 relative
au contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques au titre du décret 2007-1735
du 11 décembre 2007.

SAFEGE -indC page 18


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Tableau 2-1 : Récapitulatif issu de la circulaire du 8 juillet 2008 relative au
contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques au titre du décret 2007-1735 du
11 décembre 2007

La présente étude sera la première étude de dangers de l’ouvrage suite à


son rehaussement « EDD initial ouvrage neuf ». L’étude devra être
actualisée au moins tous les dix ans selon l’article R.214-217 du code de
l’environnement.

2.1.2 DECRET N° 2015-526 DU 12 MAI 2015


Un nouveau décret du 12 mai 2015 réglemente les ouvrages de prévention des
inondations et des submersions pour garantir leur efficacité et leur sûreté. Il
organise le transfert de la compétence Gemapi (gestion des milieux aquatiques et
prévention des inondations) aux communes et intercommunalités.

Ce décret « relatif aux règles applicables aux ouvrages construits ou aménagés en


vue de prévenir les inondations et aux règles de sûreté des ouvrages
hydrauliques » est entré en vigueur le 15 mai.

La version finale a considérablement évolué, pour tenir compte notamment des


nombreuses contributions remises lors de la consultation. Par exemple, les
échéances pour régulariser les ouvrages existants ayant été jugées initialement
trop ambitieuses, leur mise en œuvre a été assouplie.

SAFEGE -indC page 19


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Il remplit deux grands objectifs :

 La mise en place du transfert aux communes et surtout aux


intercommunalités de la compétence Gemapi (gestion des milieux
aquatiques et prévention des inondations).
 L’application du principe d’efficacité des digues (en plus de leur sûreté)
posé par la loi Grenelle 2 (article L. 562-8-1 du Code de l’environnement).

Le délai dont disposent les collectivités territoriales pour les actions de


prévention des inondations en vue de régulariser la situation des ouvrages
existants est fixé :

 au 31 décembre 2019 pour les ouvrages de classe A ou B ;


 au 31 décembre 2021 pour ceux de classe C, précise la notice
descriptive du décret.

Toutefois ces échéances correspondent à la date ultime à laquelle une


demande de régularisation doit être déposée, et non plus, comme initialement
prévu dans le projet de décret, à la date à laquelle les ouvrages doivent être
mis en conformité ou neutralisés.

Si les demandes de régularisation ne sont pas faites à temps, l’ouvrage est


neutralisé une année après l’échéance (soit le 1er janvier 2021 ou le 1er
janvier 2023).

Tableau 2-2 : Définition des classes A, B et C des systèmes d’endiguement.

Selon ce décret, le déversoir CNR de Comps est classé C. Néanmoins


celui-ci n’est pas applicable puisque la compétence GEMAPI n’est pas
encore transférée à la collectivité.

On retiendra que le déversoir de CNR de Comps est de classe C.

2.1.3 CONTENU DE L’ETUDE


L’étude de dangers comportera entre autres :

- l’analyse fonctionnelle des aménagements hydrauliques ;

- l’analyse des modes de défaillance ;

SAFEGE -indC page 20


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
- l’analyse des scénarios de dysfonctionnement, y compris les ruptures ;

- une analyse des enjeux et de la vulnérabilité, y compris les


conséquences pour la sécurité des personnes en cas de rupture ou en
cas de défaillance.

2.1.4 ZONE D’ETUDE

Le village de Comps se trouve à la fois sous l’influence des crues du Gardon et des
inondations par remous du Rhône. Il est protégé par une digue en maçonnerie
d’environ 1 450 mètres qui ceinture le village. Le déversoir et la digue CNR sont
accolés à la digue communale. La carte ci-dessous présente les différents
éléments du système d’endiguement communal et des aménagements connexes.

Berge du Gardon
Digue Gardon
Déversoir
CNR
Gardon

Déversoir en Digue de la CNR


Digue retour gabions
aval

Casier des Baisses


Digue retour
amont

Canaux

Figure 2-3: Système d’endiguement de Comps

La digue CNR prolonge la digue longitudinale du Gardon. En cas de montée des


eaux, le déversoir CNR remplit le casier des Baisses. Il est possible que le casier
des Baisses puisse remplir Comps via le déversoir en gabions. La présente étude
concerne le déversoir CNR et ne comprend pas les digues communales de Comps.

La présente étude de dangers concerne uniquement le déversoir CNR.

SAFEGE -indC page 21


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
2.1.5 DEFINITION DE LA ZONE PROTEGEE
Rappel de l’annexe I de la circulaire du 8 juillet 2010 : « (…) La zone protégée est
la zone soustraite à l’inondation qui serait causée par la crue de protection de
l’ouvrage (…) ». La délimitation de la zone protégée par le système d’endiguement
est représentée sur la figure ci-dessous :

Figure 2-4: Périmètre de la zone protégée

2.1.6 ARTICULATION AVEC LE PLAN DE PREVENTION


DES RISQUES INONDATION
Source : Arrêté n°2012-195-0011.

Le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRi) de la Commune de Comps a


été approuvé par arrêté n°2012-195-0011 du 13 juillet 2012.

Cette approbation emporte une révision partielle du Plan de Prévention des


Risques « Confluence Rhône – Gardon – Briançon » approuvé par arrêté n°2001-
362-9 du 28 décembre 2001 en tant qu’elle l’annule et le remplace sur la
commune de Comps.

Le PPRI réglemente les constructions et impose diverses règles de sécurité dans


les bâtiments de la zone protégée (exemple : balisage des piscines non visible en
cas d’inondation légère).

Le Plan Communal de Sauvegarde a été élaboré suite aux PPRi pour organiser
l’évacuation des populations soumises aux risques les plus forts (tous ceux dans la
zone protégée notamment).

SAFEGE -indC page 22


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Le PPRI prend en compte une bande de sécurité de 100 à 400 m à
l’arrière des digues (zone Fd) pour prendre en compte leur défaillance.

Un extrait de la cartographie du risque inondation figure ci-après :

Figure 2-5: Cartographie du risque inondation sur la commune de Comps


(source : PPRi, 2012)

Légende

SAFEGE -indC page 23


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

2.1.7 ARTICULATION AVEC LES DOCUMENTS


D’URBANISME
La figure suivante présente les différentes zones issues du PLU de Comps sur la
zone d’étude.

Figure 2-6: Occupation du sol sur la commune de Comps et ses alentours

Légende

SAFEGE -indC page 24


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
2.1.8 DOCUMENTS CONSULTES
Les documents permettant de rédiger cette étude de dangers sont :

 Le programme de sécurisation des ouvrages de protection contre les crues


du Rhône du Barrage de Vallabrègues à la mer ;

 Le dossier d’utilité publique ;

 L’AVP du projet ;

 PRO : Rapport de mission 2 ;

 L’étude de dangers des digues de Comps ;

 « Étude de l’espace de mobilité et des seuils des Gardons d’Alès, d’Anduze


et réunis, Étude faune, flore et projet pilote sur le Gardon d’Alès aval » par
GINGER

 Expertise Hydraulique pour la reconstruction de la digue de Comps


(SOGREAH)

SAFEGE -indC page 25


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

3 ANALYSE FONCTIONNELLE ET DE SON


ENVIRONNEMENT
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 définissant le plan de l’étude de dangers des
barrages et des digues et en précisant le contenu« L’ouvrage est décrit sous les
aspects suivants : génie civil, fondation, vantellerie, (…). Le fonctionnement et les
modes d’exploitation sont également présentés.

Le niveau de précision apporté aux descriptions et aux plans et schémas qui les
accompagnent doit permettre d’identifier l’ensemble des composants de l’ouvrage
qui sont pris en compte dans l’analyse des risques et d’en expliciter les fonctions.
Ces composants peuvent intervenir soit comme sources potentielles de
défaillances, soit comme outils de maîtrise des risques. (…)

Le niveau de précision apporté aux descriptions doit permettre de prendre en


considération, dans l’analyse des risques de l’ouvrage, les éléments relatifs à
l’environnement naturel du site, aux habitations, aux activités et aux diverses
infrastructures, que ce soit comme facteur d’agression pour l’ouvrage ou comme
enjeu potentiel. (…) »

3.1 RAPPELS TERMINOLOGIQUES


Il est important, pour la compréhension de l’étude, de clarifier les notions utilisées
par la suite :

- Système : ensemble d’éléments discrets en interaction, organisés


pour accomplir une mission donnée pendant un temps donné dans un
environnement donné. Le système est décomposé en systèmes
élémentaires, eux-mêmes décomposés en sous-systèmes qui sont
décomposés à leur tour en entités.

- Cote de protection : cote du déversoir de sécurité d’une digue ou


cote de la crête de digue aménagée pour résister à la surverse (cote
variable le cas échéant de l’amont vers l’aval).

- Cote de sûreté (Plus Hautes Eaux) ou cote de sécurité : cote de


la retenue (cas des barrages) ou de la rivière (cas des digues) lors des
crues, laissant encore une revanche pour se protéger de l’effet des
vagues. À cette cote, l’ouvrage doit répondre à tous les standards de
sécurité et de fonctionnalité, que ce soit sur le plan structural
(résistance au cisaillement ou au glissement, résistance en fondation,
résistance à l’érosion interne ou externe) ou sur le plan hydraulique
(pas de débordement des coursiers, ouvrages de dissipation
correctement dimensionnés). Cote où l’on dispose encore de marges
de sécurité avant d’atteindre des états-limite de rupture.

- Cote de danger de rupture : cote au-delà de laquelle l’ouvrage


risque de subir des dégâts majeurs pouvant conduire rapidement à la
rupture. L’atteinte de cette cote constitue un état-limite ultime pour
l’ouvrage. Dans le cas du déversoir de Comps, cette cote est difficile à

SAFEGE -indC page 26


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
établir, car lors d’une surverse, un équilibre entre les niveaux amont et
aval se crée rapidement, ce qui réduit le risque de rupture. La notion
de cote de danger n’est donc pas facilement discernable, il convient
plutôt de parler de cote très rare.

- Cote très rare : niveau d’eau supérieur à la cote de la crête de la


digue, sans remettre en cause la stabilité de l’ouvrage.

- Dispositif : un dispositif est un système ou l’un de ses composants.

- Défaillance : la défaillance est l’interruption de l’aptitude d’un


dispositif à accomplir sa mission. Cette défaillance peut être due à celle
d’un simple composant que l’on qualifie alors de névralgique (par
rapport à la défaillance d’un composant sans conséquence sur la
mission du système).

Une défaillance se caractérise par :

- sa cause : explication physique de l’origine de la défaillance ;

- son mode : manifestation de la défaillance ;

- son effet : incidence de la défaillance sur les composants du


système ; il se mesure par un niveau de gravité.

- Incident : évènement ou chaîne d’évènements non intentionnels et


fortuits provoquant l’altération ou la cessation de l’aptitude d’un
système à remplir sa mission. L’incident est la matérialisation du
risque.

- Mode de rupture : mise en œuvre d’un certain nombre de


mécanismes pouvant se succéder ou se produire en parallèle
entraînant une défaillance de l’ouvrage (surverse, érosion interne,
affouillement ou glissement).

- Prévention : action ayant pour objet de réduire la probabilité


d’occurrence d’un danger, c’est à dire réduire le risque.

- Protection : action visant à réduire la gravité d’un danger.

- Risque : tendance d’un système ou de son environnement à


engendrer un ou plusieurs incidents. Les caractéristiques principales
généralement retenues pour cette grandeur sont : la probabilité
d’occurrence et la gravité (relative au montant de la perte générée).

- Sûreté de fonctionnement : aptitude d’une entité à satisfaire une


mission donnée dans des conditions données pendant une durée
donnée. Cette notion est caractérisée par deux concepts principaux :

 la fiabilité : probabilité qu’un dispositif accomplisse


une fonction requise, dans des conditions d’utilisation
données et pour une période de temps déterminée,

SAFEGE -indC page 27


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
 la sécurité : absence de circonstances susceptibles
d’occasionner soit accident ou mort de personnel, soit
dégradation ou perte d’équipements ou de biens.

L’ensemble des actions de prévention et de protection constitue le domaine de


sécurité d’un système.

3.2 DESCRIPTIONS DE L’OUVRAGE


3.2.1 DESCRIPTION DE L’OBJECTIF DE PROTECTION
Le rehaussement du déversoir CNR de Comps permettra d’atteindre un objectif de
protection légèrement supérieur à 100 ans, soit une crue calée sur la crue
historique du Rhône de 2003. Pour la crue de protection, le niveau du Rhône sera
de 14,35 m NGF, soit 5 cm en dessous de la cote maximale du déversoir.

3.2.2 DESCRIPTION GENERALE DU SYSTEME


D’ENDIGUEMENT DE COMPS (HORS DEVERSOIR)
La vue figure suivante présente l’implantation des ouvrages :

Berge du Gardon
Digue Gardon
Déversoir CNR
Objet de l’EDD
Gardon

Déversoir en Digue de la CNR


Digue retour gabions
aval

Casier des Baisses


Digue retour
amont

Canaux

Figure 3-1: Système d'endiguement de Comps

SAFEGE -indC page 28


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
La digue de Comps est composée de 4 tronçons :

- la digue « retour amont » située entre le canal de Remoulins-Fourques


et le batardeau du cimetière ;

Figure 3-2: Digue " retour amont"

- la digue longitudinale du Gardon située entre le batardeau du cimetière


et le seuil en gabions

Figure 3-3 : Digue le long du Gardon

- le déversoir en gradin de gabions situé sur le tronçon en retour aval ;

Figure 3-4 – Déversoir

- la digue retour aval située entre le déversoir en gradins et le canal


d’irrigation de Remoulins-Fourques.

SAFEGE -indC page 29


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 3-5 – Digue retour aval

Les principales caractéristiques des différents tronçons sont précisées dans le


tableau suivant :

Tableau 3-1 : Caractéristiques des digues de Comps

Tronçon Longueur Cote de crête Hauteur

Retour amont 280 m 15,5 à 15,2 NGF 2,5 m

Digue du Gardon 800 m 15,2 à 14,8 NGF 4,0 m

Déversoir en gradins 40 m 12,7 NGF 2,7 m

Retour aval 680 m 14,8 à 14,1 NGF 4,2 m

On note que la digue du Gardon est prolongée le long du Rhône par une digue
CNR calée à 16 m NGF comprenant le déversoir CNR calé à 14,4 m NGF.

La digue retour aval sépare le village d’un casier d’inondation (appelé «les
Baisses») qui peut être inondé par le Rhône et le Gardon via le déversoir CNR.

Par ailleurs, le système comprend :

- 2 batardeaux amovibles (l’un est situé sur la route de Beaucaire


(RD 986 l) au droit de l’intersection de la digue « Retour amont » et de
la digue « Gardon » et l’autre est situé à proximité des arènes) ;

SAFEGE -indC page 30


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Figure 3-6 – Les 2 batardeaux (les arènes et RD986)

- huit vannes, situées dans la partie amont de la digue du Gardon,


permettant la vidange du village vers les Gardons à la décrue en cas
de submersion ;

Figure 3-7 – vannes de ressuyage

- une station de pompage, située dans la partie aval de la digue du


Gardon, permettant de relever les eaux pluviales vers les Gardons en
période de crue ;

- deux vannes pluviales sur le réseau d’eau pluviale ;

Figure 3-8 – vannes pluviales

- un clapet anti retour sur le réseau d’eau pluviale ;

Figure 3-9 – clapet anti-retour

- la berge du Gardon supportant la digue qui longe le Gardon ;

SAFEGE -indC page 31


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 3-10 – Berge du Gardon

3.2.3 DEVERSOIR CNR : OBJET DE L’EDD

3.2.3.1 Présentation
Le déversoir de sécurité CNR est situé en rive droite du Gardon et dans la
continuité aval de la digue de Comps qui longe le Gardon. Il s’agit d’un déversoir
en enrochements bétonnés dont le rehaussement est calé à la cote de
14,40 m NGF. Il permet un déversement du Gardon dans le casier des baisses.

Figure 3-11: Déversoir CNR

Le déversoir de Comps est un ouvrage appartenant à la CNR, accolé à la digue


communale de Comps (30), et aux ouvrages CNR du barrage hydroélectrique de
Vallabrègues.

L’ouvrage sera rehaussé de 30 cm portant la cote de crête de la poutre à


14.4 m NGF.

L’ouvrage est un déversoir en enrochements bétonnés, avec coursier et bassin de


dissipation. Une poutre en béton armé permettra de fixer le seuil déversant à la
cote de 14,40 m NGF et limitera les risques d’érosion à l’interface carapace / corps
de digue en s’ancrant dans les limons du corps de digue.

SAFEGE -indC page 32


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 3-12: Déversoir CNR

SAFEGE -indC page 33


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
3.2.3.2 Dimensionnement de l’ouvrage
Les principaux choix constructifs sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 3-2: Choix constructifs du déversoir de Comps par rapport aux différentes
sollicitations de l'ouvrage

Sollicitations Choix constructifs


Erosion externe et Coursier aval et création d’un bassin de
affouillements en pied aval dissipation aval en enrochements liés au
liés au déversement béton

Drain annelé raccordé à des tubes éjecteurs


Sous pressions sous le
Poutre en béton
coursier « étanche »
Etanchéité du corps de digue

Pente des talus à 1/3

Etanchéité du corps de digue en amont et


recharge drainante (grave propre) sur talus
Stabilité mécanique aval (stabilité talus aval en crue)

Massif graviers et enrochements libres sur la


talus amont (stabilité talus amont en décrue)

Filtre drainant dans dans le corps de digue

Géotextile filtrant sur talus aval

Massif graviers + enrochements libres sur


talus amont (contre les fouisseurs)
Erosion interne
Allongement des lignes de courant (largeur
de crête+ pente talus) à l’interface fondation-
remblai
Ancrage poutre béton au contact béton-
remblai

Batillage Enrochements libres sur talus amont

3.2.3.2.1 Géométrie de l’ouvrage rehaussé


La forme actuelle du déversoir est issue des travaux de 2003. Les travaux de la
poutre de crête seront réalisés sur la structure de l’ouvrage.

Les caractéristiques géométriques de la poutre de crête sont récapitulées dans le


tableau suivant :

Tableau 3-3: Géométrie sur projeté de l’ouvrage

SAFEGE -indC page 34


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Synthèse ouvrage rehaussé


Hauteur totale 2.1 m
dont semelle 0.5 m
dont mur 1.6 m
Épaisseur voile 0.5 m
Hauteur libre de mur (au-dessus 0.5 m
de la carapace en enrochements)
Largeur semelle 0.5 m
Volume total de béton 1.05 m3/m
La coupe de principe de la rehausse est présentée ci-après :

SAFEGE -indC page 35


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 3-13: Coupe du déversoir du CNR

SAFEGE -indC page 36


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

3.2.3.2.2 Génie civil de l’ouvrage


La solution retenue pour la rehausse du seuil consistera à réaliser une poutre en
béton armé sur la poutre existante avec des ancrages en aciers préalablement
scellés dans l’ouvrage existant.

Les extraits des coupes de principe de la rehausse sont présentés ci-après :

Figure 3-14 : Coupe du déversoir futur de Comps

La rehausse pourra être ancrée en tête du mur existant par des HA5 scellés sur
une longueur de 17 cm. L’espacement entre scellement sera de 15 cm.

SAFEGE -indC page 37


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Le ferraillage de principe est le suivant :

Figure 3-15:Ferraillage de principe du rehaussement du déversoir de Comps

Il s’agit là d’un ferraillage minimal qui permettra d’absorber l’accroissement de


contraintes induit par l’augmentation de la charge hydraulique sur le mur.

Les scellements seront de type chimique et forés au perforateur portatif.

Un joint d’étanchéité devra être positionné au raccord horizontal. Compte tenu de


la configuration, un joint hydro-gonflant pourra convenir. Il sera positionné à l’axe
médian du mur.

Un béton C25/30 suffira. La plus grande précaution devra être prise pour la cure
du béton afin de limiter la fissuration de retrait.

SAFEGE -indC page 38


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

3.3 DESCRIPTION DE L’ENVIRONNEMENT


DE L’OUVRAGE
3.3.1 SITUATION GEOGRAPHIQUE

Figure 3-16: Extrait de carte IGN de Comps et ses environs


(source : GEOPORTAIL, 2013)

SAFEGE -indC page 39


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

DIGUE CNR
Zone protégée

Casier des
Baisses

CANAL

Figure 3-17 – Environnement de l’ouvrage (source : IGN)

Il est à noter la présence :

- des digues communales de protection du village de Comps ;

- de la digue résistante à la surface de la CNR ;

- du canal de Remoulins à Fourques ;

- du casier des Baisses qui recueille l’impluvium du bassin versant. Les


eaux sont évacuées soit gravitairement, soit par pompage selon le
niveau du Gardon.

3.3.2 CONTEXTE HYDROGRAPHIE


Les cartes suivantes présentent le réseau hydrographique de Comps et ses
environs.

SAFEGE -indC page 40


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Briançon

Gardon

Canal d’irrigation Rhône


de Remoulins à
Fourques

Figure 3-18 : Réseaux hydrographiques environnants


(source : GEOPORTAIL, 2013)

Le village de Comps se situe sur les berges du Gardon, à 1,5 km de la confluence


avec le Rhône. Le niveau d’eau à la confluence Gardon-Rhône est conditionné par
le barrage de Vallabrègues. Comps est aussi traversé par le canal d’irrigation de
Remoulins à Fourques.

3.3.3 CARACTERISATION DE LA ZONE PROTEGEE


La zone protégée se situe dans un tissu d’urbanisation diffus.

SAFEGE -indC page 41


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Figure 3-19: Occupation du sol sur la commune de Comps et ses alentours
(source : CORINE LAND COVER, 2006)

La zone protégée compte des établissements recevant du public :

- la mairie ;

- l’église ;

- une salle pour les associations (3e âge, APE, autres) ;

- une bibliothèque ;

- une salle polyvalente ;

- un local pétanque ;

- des commerces (boulangerie, épicerie, tabac, coiffeur, café).

SAFEGE -indC page 42


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
3.3.4 GEOLOGIE
Comps est situé sur une zone de colluvions comme le montre la carte géologique
suivante :

Figure 3-20 : Extrait de carte géologique BRGM de Comps et ses environs


(source : GEOPORTAIL, 2013)
Légende

SAFEGE -indC page 43


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
3.3.5 ZONES D’INTERET ECOLOGIQUE
D’après le site GEOPORTAIL, le périmètre d’étude (en rouge) est situé en dehors
des zones NATURA 2000 (orange non présent sur la figure ci-dessous) et ZNIEFF
(vert sur la figure ci-dessus) environnantes :

Figure 3-21 : Zones NATURA 2000 et ZNIEFF environnant Comps


(source : GEOPORTAIL, 2013)

La figure ci-dessous caractérise le périmètre de la zone Natura 2000 à proximité


de Comps.

SAFEGE -indC page 44


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Figure 3-22 : Zone Natura 2000 à proximité de Comps

3.4 DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT


HYDRAULIQUE DE L’OUVRAGE ET
OBJECTIF DE PROTECTION
3.4.1 SITUATION GENERALE
Comps est située à la confluence du Gardon et du vieux Rhône. Au niveau du
barrage de Vallabrègues, une partie du débit est dérivé dans le bief usinier vers
l’usine de Beaucaire. Les vannes du barrage de Vallabrègues assurent le transit du
débit non dérivé vers le Vieux Rhône.

SAFEGE -indC page 45


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Gardon

Dérivation du Rhône vers


Seuil de l’usine de Beaucaire
Comps

Barrage de
Vallabrègues

Vieux Rhône

Figure 3-23 : Situation hydrographique à Comps

Les inondations à Comps sont donc régies par 3 facteurs :

- le débit dans le Gardon ;

- le débit du Rhône en amont de la dérivation ;

- le débit dérivé du Rhône vers l’usine de Beaucaire (de 0 à 2 000 m3/s).

Le niveau d’eau à l’aval de Comps dépend du débit total à la confluence, soit le


débit du Gardon plus le débit du Rhône avant dérivation, moins le débit dérivé du
Rhône. La répartition des débits à la confluence du Rhône et du Gardon
impose le niveau d’eau en aval de Comps.

De ce fait, plusieurs dynamiques de crues peuvent survenir, ayant pour chacune


des inondations un fonctionnement différent.

3.4.2 FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE ET MODE DE


GESTION
Les niveaux présentés dans ce paragraphe sont relatifs aux échelles suivantes :

- échelle « amont » à la vierge de Comps ;

- échelle « aval » aux arènes ;

- échelle au droit du seuil.

SAFEGE -indC page 46


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
Lors d’une montée des eaux :

Si le niveau atteint 11,50 m NGF au droit du déversoir :

- les huit vannes de ressuyage sont maintenues fermées afin d’éviter


le passage de l’eau du Gardon vers le casier village ;

- la vanne pluviale des arènes doit être fermée ;

- en cas de ruissellement pluvial à l’intérieur du système endigué, les


pompes de la station de pompage des arènes se mettent en route
automatiquement pour évacuer les eaux pluviales vers le Gardon ;

- selon l’hydrologie (tendance à la hausse), l’installation des


2 batardeaux doit être mise en œuvre par les personnes de la
cellule « Action » du P.C.S.

Une fois ces actions effectuées, le système endigué est opérationnel.

Si le niveau atteint 13.40 m NGF au droit du déversoir : cote d’alarme

L’évacuation de la zone protégée a lieu lorsque la cote du Gardon atteint les cotes
13,4 (Rhône + Gardon) ou 13.80 m NGF (Gardon seul ou Rhône seul), soit 60 cm
avant le débordement par le déversoir CNR (voir §4.1.1PCS)

Cas n°1 : Crue du Gardon

Les débordements se produisent (lorsque la crue est suffisamment forte pour qu’il
y ait débordement) dans l’ordre suivant :

1. Déversement sur le déversoir CNR dans le casier des Baisses (cote


14.40 m NGF) ; ce phénomène dépend essentiellement des gradients de
débits et des durées de crue, il peut donc survenir pour une large gamme
de situations). Pour la plus forte crue du Gardon étudiée, le déversement
depuis le casier des Baisses vers le village commence environ 4 h après les
premiers déversements sur le déversoir CNR (lorsque le niveau d’eau dans
le casier des Baisses atteint la cote du déversoir en gabions, soit
12.70 m NGF).

2. Si la montée de la crue est rapide (par rapport à ce qui a été déjà


observé), le déversoir CNR ne remplit pas assez vite les casiers des
Baisses. Cela engendre une augmentation de la ligne d’eau en amont
provoquant des déversements par-dessus la digue en retour amont et la
digue des Gardons (occurrence de crue > 1 000 ans). Ces débordements
se produisent en premier sur la digue en retour amont, dont le point le plus
bas est au niveau 15.25 m NGF (à l’angle avec la digue des Gardons).

L’évacuation de la zone protégée a lieu lorsque la cote du Gardon atteint les cotes
13,4 (Rhône + Gardon) ou 13.80 m NGF (Gardon seul ou Rhône seul), soit 60 cm
avant le débordement par le déversoir CNR (voir §4.1.1PCS).

SAFEGE -indC page 47


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
La durée d’évacuation est de 3 h et la montée des eaux de 1 m en 3 heures
maximum (2003). Ainsi le village est évacué avant que l’eau n’atteigne l’arase
supérieure de la digue longitudinale ou retour amont.

Amont

Digue Gardon

Digue retour Casier des Baisses


amont

Digue retour
aval

Figure 3-24: Localisation des débordements pour une crue du Gardon

Cas 2 : Crue du Rhône :

Pour les crues d’occurrence supérieure à 100 ans du Rhône seul, les
débordements se produisent en deux temps :

- Déversement par le déversoir CNR dans le casier des Baisses (cote


14.40 m NGF) pour occurrence de crue supérieure à 100 ans. Le
casier se remplira en 7h pour l’occurrence 1000 ans ;

- Déversement par le déversoir des Gabions dans le casier du village


CNR (cote 12,70 m NGF) pour occurrence de crue supérieure à
250 ans. Le casier se remplit en 7h pour l’occurrence 1000 ans ;

- Les niveaux dans le Gardon peuvent submerger la crête de la digue en


retour aval (niveau constant de 14.08 m NGF) et la digue des Gardons,
dont le point bas est à la cote 15.00 m NGF.

SAFEGE -indC page 48


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Aval

Déversoir CNR
Déversoir en gabions

Digue retour aval

Digue de la CNR

Casier des Baisses

Figure 3-25 : Localisation des débordements pour une crue du Rhône

Évacuation de la zone protégée :

L’évacuation de la zone protégée a lieu lorsque la cote du Gardon atteint les cotes
13,4 (Rhône + Gardon) ou 13.80 m NGF (Gardon seul ou Rhône seul), soit 60 cm
avant le débordement par le déversoir CNR (voir §4.1.1PCS).

La durée d’évacuation du village de Comps est de 3 h, alors que le remplissage du


casier des Baisses se fait en 7 heures minimum pour une crue Rhône T1000. Par
conséquent l’évacuation du village est réalisée avant le début du déversement
éventuel sur le déversoir en gabions.

Lors de la décrue :

A. Cas d’une crue sans déversement sur le déversoir de la CNR

Il faut attendre la décrue sans modifier l’état des organes mobiles. Une fois que
l’eau est retournée sous le niveau de la berge du Gardon (cote 11 m NGF), la
commune procède à l’enlèvement des deux jeux de batardeaux.

Les vannes pluviales peuvent être mises en position ouverte pour retrouver leur
position normale (écoulement gravitaire) et limiter le fonctionnement des pompes
en cas de ruissellement pluvial sur la commune (casier village).

SAFEGE -indC page 49


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
B. Cas d’une crue déversant sur le déversoir CNR

Le casier village et celui des Baisses sont inondés. A la décrue, lorsque le niveau
d’eau dans le Gardon est suffisamment bas (cote à l’échelle de la mairie est de
11 m NGF), les agents communaux ouvrent les huit vannes de ressuyage ainsi
que la vanne pluviale des arènes, à l’aide d’un bateau. Cette manipulation permet
de vidanger l’eau stockée au sein des casiers « village » et « des Baisses ». Le
reste du volume d’eau dans le casier « des Baisses » s’évacue par l’exutoire
(station d’exhaure) de ce secteur (par pompage ou par gravité selon le niveau
d’eau à la confluence).

La crue considérée est une crue du Rhône.

3.4.3 ÉVOLUTION MORPHOLOGIQUE DU GARDON


Les études menées par GINGER pour le compte du SMAGE des Gardons mettent
en évidence une très faible évolution morphodynamique du Gardon au droit du
secteur d’étude.

3.4.4 MODE DE GESTION ACTUEL DE LA VEGETATION


Aucune végétation n’est située sur le déversoir, les arbres situés autour sont
entretenus une fois par an.

3.4.5 OBJECTIF DE PROTECTION


L’objectif de protection du déversoir est de préserver la zone protégée pour les
crues type 2003 (T= 100ans), soit :

- un débit estimé de 1 300 m3/s dans le Gardon en amont de Comps et


de 11 500 m3/s dans le Rhône à Beaucaire (niveau max au niveau du
réservoir de Comps de 14.35 m NGF ; il n’y a pas de remplissage du
casier des Baisses.

3.5 ANALYSE FONCTIONNELLE


L’objectif de l’analyse fonctionnelle est de comprendre la fonction de l’ouvrage en
décomposant les ouvrages en sous-système dont les fonctions de chaque
composant sont identifiées.

3.5.1 FONCTION PRINCIPALE DU SYSTEME


La fonction principale du système est de :

- protéger les secteurs des Baisses et le village de Comps jusqu’à un


Zeau de 14,4 m NGF dans le Gardon ;

- assurer le déversement dans le casier des Baisses en cas de crue de


sûreté (cote d’eau > 14,4 m NGF).

SAFEGE -indC page 50


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016
3.5.2 DECOMPOSITION STRUCTURELLE
L’analyse structurelle permet de lister tous les composants constitutifs du
système, de repérer leur position physique au sein de l’ouvrage et de déterminer
les interactions avec les autres composants.

La décomposition est réalisée selon les trois degrés de détail définis ci-après :

- rang 0 : comportant 1 système identifié : le déversoir CNR ;

- rang 1 : qui distingue la partie amont et aval de l’ouvrage ;

- rang 2 : qui distingue les différents éléments structurels de chaque


partie ;

- rang 3 qui distingue les sous-éléments : géotextile, drains, tubes


éjecteurs.

L’ensemble des systèmes, sous-systèmes et composants est présenté page


suivante.

SAFEGE -indC page 51


ÉTUDE DE DANGERS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Fevrier 2016

Analyse fonctionnelle de rang 0 Analyse fonctionnelle de rang 1 Analyse fonctionnelle de rang 2 Analyse fonctionnelle de rang 3
Système Fonction Système Fonction Eléments structurels Fonction sous éléments Fonction
Déverser la crue vers le casier
Arrêter la côte de Poutre béton armé
Poutre de couronnement des baisses quand la ligne
déversemement pleine fouille
d'eau atteint 14,4m NGF
Enrochement
Consolider l'ouvrage afin de
libre sur le talus amont Assurer la protection contre
Carapace de protection résister aux forces
l'érosion externe coté fleuve
hydromécaniques d'une crue
Enrochement bétonnés

Corps de digue Etanchéité

Drainage en cas de
Partie amont: Retenir l'eau jusqu'à une cote Massif en gravier dysfonctionnement de
deversoir de 14,4 mNGF l'étanchéité
Filtration pour prévenir le
Assurer un déversement Assurer l'étanchéité risque d'érosion externe
contrôlé en cas de cure Corps du deversoir Assurer la filtration et le
Déversoir du CNR Géotextile Séparer les couches de
dépassant la côte de 14,4 drainage
mNGF graviers et de limons tout en
permettant la libre circulation
de l'eau
éjecter l'eau contenu dans le
Tubes éjécteurs
sol à travers les tubes PVC
Collecter l'eau et les
Tube PVC Ø annelé + coude acheminer vers les tubes
éjécteurs

cuvette Confiner le Ressault


Dissiper l'énergie de crue, afin
Partie aval Recevoir les eaux déversées
Fosse de protéger l'environnement à
Fosse de dissipation Dissiper l'energie
l'aval
Evacuer l'eau de la fosse à la
Drain Ø 400
décrue

Figure 3-26: Analyse fonctionnelle

SAFEGE -indC page 52


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

3.5.3 CONCLUSION DE L’ANALYSE FONCTIONNELLE


(A4)
L’analyse fonctionnelle permet de définir les fonctions des différents composants.
On note que ces composants ont essentiellement des fonctions permettant de :

- lutter contre l’érosion externe ;

- lutter contre l’érosion interne ;

- de maîtriser les débordements.

SAFEGE -indC page 53


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

4 PRESENTATION DE LA POLITIQUE DE
PREVENTION DES ACCIDENTS MAJEURS
ET DU SYSTEME DE GESTION DE LA
SECURITE (CGS)
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008. En s’appuyant sur la description réglementaire de
l’organisation mise en place pour assurer l’exploitation et la surveillance de
l’ouvrage, cette rubrique présente la politique de prévention des accidents majeurs
mise en place par le responsable de l’ouvrage mentionné au I de l’article R. 214-
115 du code de l’environnement ainsi que le système de gestion de la sécurité qui
en découle, au moment de l’établissement de l’étude de dangers :

– l’organisation de ce responsable et des éventuelles autres entités impliquées pour


ce qui concerne les aspects liés à la sécurité (y compris les relations contractuelles
pouvant lier le propriétaire et l’exploitant en termes de gestion de la sécurité...), en
décrivant les fonctions des personnels aux différents niveaux hiérarchiques ;

– la définition des principales procédures qui encadrent l’identification et


l’évaluation des risques d’accidents majeurs, la surveillance de l’ouvrage en toutes
circonstances, la gestion des situations d’urgence et la gestion du retour
d’expérience ;

– les dispositions prises par le responsable pour s’assurer en permanence du


respect des procédures, auditer et réviser son système de gestion de la sécurité
dans le cadre de son amélioration continue.

Conformément à l’article R.214-122 la commune de Comps a mis au point


un document présentant les consignes de suivi, de surveillance et
d’entretien en toutes circonstances. Ce document est annexé au dossier
ouvrage

4.1 GESTION DE CRISE


4.1.1 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE
Suite aux évènements de 2002 et 2003, de nombreuses dispositions ont été prises
par la commune de Comps :

- Réalisation du Plan Communal de Sauvegarde ;

- Réalisation d’une plaquette d’information ;

- Mise en place d’une liste des habitants résidant en zone inondable avec
leur coordonnées afin de pouvoir les prévenir en cas d’évacuation et de
pouvoir s’assurer d'avoir évacué tous les habitants présents lors de
l’évènement. Les coordonnées sont mises à jour tous les deux mois, la
liste dans son ensemble est revue annuellement ;

- Création d’une fiche d’évacuation ;

SAFEGE -indC page 54


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

- En état de pré alerte, les agents communaux passent informer les


habitants d'une probable évacuation et leur remettent une fiche où
figurent les recommandations de préparation à l'évacuation. Une partie
de la fiche est conservée par les services communaux ; elle indique le
nom de la famille prévenue, les coordonnées, le lieu d’accueil potentiel,
le nombre de personnes à évacuer. Cette fiche permet d'assurer un suivi
des personnes évacuées. Lors d’une évacuation, les habitants portent la
fiche remplie au nouveau poste de commandement ;

- Création d’une plaquette d’information sur le risque inondation auquel


est soumis la commune ; elle est remise à chaque habitant et à tout
nouvel arrivant.

4.1.1.1 Observations de terrain

Sur la commune, le maire dispose de trois échelles limnométriques le long de la


digue, calées en m NGF :

- une échelle « amont » à la vierge de Comps ;

- une échelle « aval » aux arènes ;

- une échelle au droit du seuil.

4.1.1.2 Définition des paramètres d’anticipation

Les stades de vigilance sont déclenchés en fonction en fonction des niveaux pluies-
inondations diffusés par Météo-France et SCHAPI.

Ruissellement

La phase de vigilance consiste à observer l’évolution de la pluviométrie


(pluviomètre) :

- à Comps ;

- à Nîmes, via la station pluviométrique de Nîmes-Courbessac.

Les seuils d’alerte correspondent à un cumul pluviométrique supérieur ou égal à


100 mm/1H (d’après retour d’expérience équipe municipale).

Scénario Gardon
Vigilance JAUNE

- Pré-alerte du secteur non endigué : Cote à Comps de 11.5 m NGF ;

- Alerte du secteur non-endigué: Cote à Comps de 12 m NGF ;

SAFEGE -indC page 55


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

- Lors de la survenue d’un tel évènement, la plaine de Comps se remplit


progressivement, la digue de Comps jouant son rôle, seul le quartier
Saint-Etienne est touché.

=> ÉVACUATION du QUARTIER SAINT-ETIENNE

Vigilance ORANGE

- Pré-alerte du bas du village : Cote à Comps de 12 m NGF ;

- Alerte du bas du village : Cote à Comps de 13.8 m NGF.

La survenue d’un tel évènement conduit au remplissage de la plaine d’Aramon selon


un plan horizontal, en cas de surverse ou rupture de la digue du Gardon le bas du
village se retrouve inondé sous des hauteurs d’eau très importantes.

=> ÉVACUATION du BAS DU VILLAGE

Scénario RHÔNE
Les niveaux d’alerte ont donc été établis à partir des cotes à la confluence en
fonction des données historiques sur les crues passées.

Vigilance JAUNE

- Pré-alerte du secteur non endigué : Cote à Comps de 12 m NGF ;

- Alerte du secteur non-endigué: Cote à Comps de 12.5 m NGF.

Lors de la survenue d’un tel évènement, le Rhône inonde la plaine d’Aramon par
remous, le quartier Saint-Etienne se retrouvant inondé.

Vigilance ORANGE

- Pré-alerte du bas du village : Cote à Comps de 13.5 m NGF ;

- Alerte du bas du village : Cote de à Comps 13.8 m NGF.

Lors de la survenue d’un tel évènement, le casier des Baisses (250 000 m3 à une
cote moyenne de 10.6 m NGF) se remplit progressivement, le bas du village est
susceptible d’être inondé par surverse de la digue de retour aval.

=> ÉVACUATION du BAS DU VILLAGE

Vigilance ALÉAS CUMULÉS (ROUGE)

Le suivi des données hydrologiques en temps réel aux stations de mesures sur le
Gardon (Alès, Anduze, Ners, Russan et Remoulins) et sur le Rhône (Viviers et
Beaucaire), permet d’anticiper un évènement exceptionnel.

SAFEGE -indC page 56


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Pré-alerte du bas du village

- Débit à Remoulins à 2500 m3/s avec tendance à la hausse ;

- et Débit à Beaucaire-Tarascon à 8000 m3/s avec tendance à la hausse ;

- ou Cote à une des échelles de 13 m NGF.

Alerte du bas du village

- Débit à Remoulins 3000 m3/s avec tendance à la hausse ;

- et Débit à Beaucaire-Tarascon 10000 m3/s avec tendance à la hausse ;

- ou Cote à une des échelles de 13.4 m NGF.

=> ÉVACUATION du BAS VILLAGE

Vigilance rouge (Rhône + Gardon)

Lors d’un tel évènement, la plaine d’Aramon se remplit complètement selon un plan
horizontal, ce qui conduit suivant le niveau, d’une part au remplissage du casier des
Baisses par le déversoir CNR, d’autre part à un risque important de surverse, voire
de rupture de la digue côté Gardon.

Vigilance rouge (Rhône + Gardon + ruissellement)

Lors d’un tel évènement, la plaine d’Aramon se remplit complètement selon un plan
horizontal, ce qui conduit suivant le niveau d’eau atteint à la confluence, d’une part
au remplissage du casier des Baisses par le déversoir CNR, d’autre part à un risque
important de surverse voire de rupture de la digue côté Gardon. Le haut du village
est touché par le ruissellement, ce qui rend l’évacuation difficile.

4.1.1.3 Conclusions
L’évacuation a lieu lorsque la cote du Gardon atteint les cotes 13,4 (Rhône +
Gardon) ou 13.80 m NGF (Gardon seul ou Rhône seul), soit entre 100 et 60 cm
avant le débordement par le déversoir CNR.

La durée d’évacuation est de 3 h. Ainsi le village est évacué avant que l’eau
n’atteigne l’arase supérieure de la digue longitudinale ou retour amont.

De même le remplissage du casier des Baisses se fait en 7 heures minimum, par


conséquent l’évacuation du village est réalisée avant le début du déversement
éventuel sur le déversoir en gabions

4.1.2 PLAN DE GESTION DES OUVRAGES EN PERIODE


DE CRUES (PGOPC)
Le déversoir CNR de Comps n’est pas concerné par le présent PGOPC du
SYMADREM.

SAFEGE -indC page 57


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

4.1.3 GESTION COURANTE

4.1.3.1 Registre de l’ouvrage


Art. R. 214-122. - I. ― Le propriétaire ou l'exploitant de tout barrage ou
digue tient à jour un dossier qui contient :

― une description de l'organisation mise en place pour assurer


l'exploitation et la surveillance de l'ouvrage en toutes circonstances ;
― des consignes écrites dans lesquelles sont fixées les instructions de
surveillance de l'ouvrage en toutes circonstances ainsi que celles
concernant son exploitation en période de crue
― tous les documents relatifs à l'ouvrage, permettant d'avoir une
connaissance la plus complète possible de sa configuration exacte, de sa
fondation, de ses ouvrages annexes, de son environnement hydrologique,
géomorphologique et géologique ainsi que de son exploitation depuis sa mise en
service ; […]

II. ― Le propriétaire ou l'exploitant de tout barrage tient en outre à jour un


registre sur lequel sont inscrits les principaux renseignements relatifs aux
travaux, à l'exploitation, à la surveillance, à l'entretien de l'ouvrage et de
son dispositif d'auscultation, aux conditions météorologiques et hydrologiques
et à l'environnement de l'ouvrage.

Il n’existe pas de registre d’ouvrage ni de consignes écrites car ni la digue, ni le


déversoir CNR ne sont classés. En effet les zones directement à l’aval de ces
ouvrages ne représentent pas d’enjeux directs.

4.1.3.2 Entretien et surveillance

Il n’existe pas de registre d’ouvrage ni de consignes écrites car ni la digue, ni le


déversoir CNR ne sont classés. En effet les zones directement à l’aval de ces
ouvrages ne représentent pas d’enjeux directs.

L’entretien et la surveillance des ouvrages CNR à Comps existe mais n’est pas
formalisé.

4.1.4 GESTION EN PERIODE DE CRISE

SAFEGE -indC page 58


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

4.1.4.1 Registre d’ouvrage

Art. R. 214-122. - I. ― Le propriétaire ou l'exploitant de tout barrage ou


digue tient à jour un dossier qui contient :
― […] ;
― Une description de l'organisation mise en place pour assurer
l'exploitation et la surveillance de l'ouvrage en toutes circonstances ;
― des consignes écrites dans lesquelles sont fixées les instructions de
surveillance de l'ouvrage en toutes circonstances ainsi que celles
concernant son exploitation en période de crue.

Il n’existe pas de registre d’ouvrage car ni la digue, ni le déversoir CNR ne sont


classés. En effet les zones directement à l’aval de ces ouvrages ne représentent pas
d’enjeux directs.

4.1.4.2 Entretien et surveillance - Visites post crue

Il n’existe pas de consignes écrites car ni la digue, ni le déversoir CNR ne sont


classés. En effet les zones directement à l’aval de ces ouvrages ne représentent pas
d’enjeux directs.

SAFEGE -indC page 59


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

5 IDENTIFICATION ET CARACTERISATION
DU DANGER
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008. L’étude de dangers prend en compte l’ensemble des
potentiels de dangers des différents composants de l’ouvrage, du fait de leur
présence ou de leur fonctionnement.

Au-delà de l’énergie correspondant à la libération de l’eau stockée et/ou de corps


flottant par l’ouvrage étudié, les éventuels autres potentiels de dangers sont
identifiés et caractérisés.

5.1 DANGER POTENTIEL SUR L’OUVRAGE


Dans le cas de digues, les potentiels de dangers à considérer résultent de la
libération accidentelle d’eau dans le lit majeur, suite :

- à un déversement sur la digue, sans qu’elle ne rompe ;

- à une rupture d’une partie de la digue.

Les différents modes de défaillance d’une digue en terre soumise à une crue sont
les suivants :

- Érosion externe ;

- Érosion interne ;

- Instabilité du talus amont ou aval.

Autres potentiels de danger :

- Séisme ;

- Évolution morphologique et Érosion de berge.

5.2 ANALYSE DES MODES DE


DEFAILLANCE ET DE LEURS EFFETS (AMDE)
L’analyse des incidents majeurs survenus sur l’ouvrage (cf. chapitre 7 de l’EDD),
puis un inventaire des dangers inhérents aux systèmes, permettent de retenir les
principales causes de défaillance suivantes, compte-tenu de la conception selon les
règles de l’art :

- Rupture du déversoir.

5.2.1 PRINCIPE ET DEMARCHE GENERALE


L’AMDE est une méthode inductive d’analyse des défaillances potentielles d’un
système. Cette méthode considère chaque composant du système, analyse ses
modes de défaillance possibles et précise leurs effets sur le système global.

SAFEGE -indC page 60


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Les étapes suivies pour cette AMDE sont les suivantes :

- une Analyse Fonctionnelle du système (chapitre 3) ;

- la recherche systématique des modes de défaillance et de leurs causes ;

- la recherche des effets des modes de défaillance.

Dans l’Analyse Fonctionnelle, le système de protection du déversoir CNR a été


décomposé en composants et sous-composants en trois niveaux (rang 1,2 et 3) du
plus général au plus détaillé.

L’AMDE a été appliquée aux niveaux les plus détaillés (rang 3), ce qui permet de
remonter aux niveaux les plus généraux pour la recherche de ses défaillances, ses
causes et ses effets sur la sécurité du système global.

5.2.2 RESULTATS DE L’AMDE


Les résultats de l’étude d’AMDE réalisée pour les systèmes de protection de Comps
sont présentés sous la forme de tableaux.

Tableau 5-1: Défaillance possible de l'ouvrage

Analyse fonctionnelle de rang 3 Analyse du mode

sous éléments Défaillance Cause Effet sur l'ouvrage


Contrainte
Poutre béton déversement non
rupture hydromécanique
pleine fouille contrôlé
Viellissement,
Mouvement de
Enrochemebt libre sur le talus terrain
amont arrachement Force
Enrochement bétonné hydromécanique
de la crue
Erosion
Veilleissement
Corps de digue Rupture du raccordement
Contrainte
climatique
viellissement,
Massif drainant en gravier Colmatage érosion interne du
corps de digue
Brèches
Erosion
Géotextile Déchirure Mouvement de
terrain
Viellissement,
Obstruction ou blocage total
Tubes éjécteurs Mauvais entretien
du tubes
Viellissement,
Obstruction ou blocage total
Tube PVC Ø annelé + coude Mauvais entretien
du tubes
Mauvais entretien
cuvette Fragilisation, détérioraiton Erosion
Veilleissement
Mauvais entretien Renard
Colmatage obstruction à
Drain Ø 400 Veillessement Brèches de la
l'écoulement
Dysfonctionnement cuvette

SAFEGE -indC page 61


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

5.2.3 NATURE DES ENJEUX INONDES EN CAS DE


FONCTIONNEMENT NOMINAL DU DEVERSOIR
Les établissements recevant du public dans la zone sont :

- la mairie ;

- l’église ;

- une salle pour les associations (3e âge, APE, autres) ;

- une Bibliothèque ;

- une salle polyvalente ;

- un local pétanque ;

- des commerces (boulangerie, épicerie, tabac, coiffeur, café).

La zone protégée concerne 534 personnes d’après le Carroyage INSEE.

5.2.4 CONCLUSIONS DE L’AMDE


L’analyse des incidents majeurs survenus sur ces ouvrages, puis un inventaire des
dangers inhérents aux systèmes, permettent de retenir les principales causes de
défaillance suivantes, compte-tenu de la conception selon les règles de l’art :

- Érosion externe ;

- Érosion interne ;

- Instabilité du talus amont ou aval.

Ces 3 modes de défaillance peuvent conduire à la rupture du déversoir

SAFEGE -indC page 62


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6 CARACTERISATION DES ALEAS


NATURELS
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 définissant le plan de l’étude de dangers des
barrages et des digues et en précisant le contenu
« Cette rubrique traite des aléas naturels, notamment les crues, les séismes, (…),
ainsi que, pour ce qui concerne les digues, les érosions de berges et les évolutions
morphologiques du lit. Les méthodes utilisées pour caractériser ces aléas sont
conformes aux règles de l’art et s’appuient sur des données récentes. La
présentation de ces aléas comprend une caractérisation de l’ampleur des
phénomènes et de leur incidence potentielle sur l’ouvrage. Sont présentés les
résultats d’une étude hydrologique et, si nécessaire, des autres risques ayant une
influence hydraulique (…). Il s’agit soit d’une étude nouvelle, soit d’une étude
existante dont le rédacteur de l’étude de dangers justifie la validité.
Celle-ci est complétée par l’estimation de la probabilité d’occurrence de la crue ou
des autres phénomènes naturels susceptibles de mettre l’ouvrage en danger. (…) ».

La commune de Comps est concernée par deux risques majeurs naturels ayant des
conséquences sur l’hydraulique :

- Le risque inondation (crue du Rhône ou du Gardon) ;

- Le risque sismique : zone de risque modéré (3).

Autres risques :

- Évolution morphologique et Érosion de berge.

6.1 LE RISQUE INONDATION


Le village de Comps est à la fois sous l’influence des crues du Gardon et des
inondations par remous du Rhône.

Les derniers évènements marquants sont la crue du Gardon en septembre 2002 et


la crue du Rhône en décembre 2003.

Les deux chapitres suivants décrivent en détail le retour d’expérience sur les deux
crues historiques d’après l’analyse détaillée réalisée par la DDAF.

Les travaux réalisés après les crues de 2002 et 2003 ont permis une sécurisation
des ouvrages de protection de la commune de Comps. Par ailleurs, les
aménagements du programme de sécurisation entre Beaucaire et Arles et ses
mesures associées (dont la rehausse du déversoir de Comps), engendrent un
abaissement des niveaux d’eau pour les crues historiques du Rhône (de l’ordre de 3
à 6 cm).

Ainsi la dynamique des phénomènes décrits ci-dessous ne serait plus observée pour
les crues du même type mais pour des évènements plus rares.

SAFEGE -indC page 63


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Tableau 6-1: Impact hydraulique des aménagements entre Beaucaire et Arles

Les informations hydrologiques mettent en évidence la complexité du site et les


difficultés induites pour donner une occurrence à ces crues.

6.1.1 LA CRUE DU GARDON DE SEPTEMBRE 2002


6.1.1.1 Chronologie des évènements
Sur la base des observations et témoignages recueillis dans les rapports respectifs
du CEMAGREF/CETE et de la SOGREAH, confirmés par les limnigrammes de la CNR
enregistrés aux stations de Remoulins et de Beaucaire, la chronologie des
évènements peut se résumer ainsi :

- Montée de la crue tout au long de la journée du lundi 9 septembre


2002 ;

- Maximum de la crue à Remoulins vers 18 h ;

- Surverse sur la digue de retour amont (lame d’eau de 20 à 30 cm) et


rupture du batardeau sur le RD986 vers 22 heures (cote de 14,6 à
14,7 m NGF à la Vierge de Comps) ;

- Remplissage rapide du village, alors que le casier d’inondation des


Baisses ne se remplit que très peu, voire pas du tout ;

- Rupture de la digue en retour aval en deux points due à la poussée des


eaux depuis le village vers le casier des Baisses (l’ouvrage était conçu
pour résister à une poussée de l’eau venant de l’aval) ;

- Baisse rapide de quelques décimètres du niveau des eaux dans le


village ;

- Remontée des eaux dans le village pour se stabiliser à la cote de


13,9 m NGF ;

- À la décrue du Gardon, le niveau baissant plus vite dans le cours d’eau


que dans le village, la digue Gardon cède vers le Gardon sur plus de
40 m, sous l’effet d’une poussée pour laquelle elle n’était pas
dimensionnée.

SAFEGE -indC page 64


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Figure 6-1 : Sens des inondations lors de la crue de septembre 2002

6.1.1.2 Niveaux atteints


Les principaux niveaux atteints par la crue sont les suivants :

- Vierge de Comps : 14,6 – 14,7 m NGF ;

- Submersion de la digue Gardon jusqu’au droit du boulodrome (soit une


cote voisine de 14,1 m NGF) ;

- Secteur endigué du village : 13,9 m NGF ;

- Le « fusible » CNR n’a pas fonctionné, le Gardon n’a donc guère dépassé
à cet endroit la cote de 13,8 – 14,0 m NGF.

6.1.1.3 Analyse de la crue du 9 septembre 2002


Des différentes études hydrauliques menées à la fois en amont du Gardon et à la
confluence Gardon - Rhône, SOGREAH estime que le débit de pointe du Gardon a
atteint 6 800 m³/s à REMOULINS vers 18 heures, ce qui est sans précédent depuis
160 ans. La crue de référence du Gardon était jusqu’alors celle de 1958, estimée à
4 900 m³/s (sans doute moins d’après les études récentes).

Le niveau en aval du barrage de Vallabrègues, qui conditionne, avec le débit sur le


Gardon, le niveau dans la plaine d’Aramon, a atteint lors de la pointe de crue du
Rhône (le 9 septembre 2002 entre minuit et 3 heures du matin) la cote de
12,9 m NGF, ce qui correspond à un débit à Beaucaire de 10 500 m³/s. Le débit
dérivé au barrage de Vallabrègues avoisinait les 1 500 m3/s, ce qui donne un débit
de 9 000 m3/s à l’aval immédiat de la confluence, dans le vieux Rhône.

À l’amont de la confluence avec le Gardon, le débit total du Rhône a atteint l’ordre


de 5 500 m³/s, dont 4 000 m³/s transitant dans le vieux Rhône. Cette crue du

SAFEGE -indC page 65


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Rhône a été principalement formée par la crue de la Cèze et d’autres petits bassins
du secteur d’Orange : le Rhône en amont d’Orange n’était pas en crue.

Ainsi, les débits maximums du Rhône de 5 500 m³/s à l’amont du confluent et de


10 500 m³/s à l’aval supposent un débit de pointe minimum de 5 000 m³/s dans le
Gardon à son débouché dans le Rhône, et sans doute plutôt de l’ordre de
5 500 m³/s, les ondes de crue du Gardon et du Rhône n’étant sans doute pas
parfaitement concomitantes à la confluence.

On notera que le décalage entre les pointes de crue à Remoulins et en aval de la


confluence est d’environ 7 heures, ce qui donne un temps de propagation assez
long pour une distance de 17 km. De son côté, la différence entre le débit de pointe
du Gardon estimé à 6 800 m³/s à Remoulins et 5 200 m³/s à son débouché dans le
Rhône est estimée à 1 600 m³/s.

Ces différences importantes s’expliquent par l’écrêtement de la crue d’une part


dans la plaine d’Aramon (volume écrêté estimé à 27 Mm³ pour un volume de
stockage dans la plaine estimé à 50 Mm³) et d’autre part entre Remoulins et Comps
(volume potentiel de stockage de la plaine estimé également à 50 Mm³).

Le graphique figurant ci-dessous, extrait de la modélisation hydraulique réalisée par


SOGREAH, montre l’effet d’écrêtement de la crue du Gardon, lors de son passage
dans la plaine.

Figure 6-2 : Écrêtements des débits du Gardon lors de la crue du 9 septembre 2002

SAFEGE -indC page 66


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.1.1.4 Modélisation
Un modèle unidimensionnel maillé de la plaine d’Aramon a été élaboré par Sogreah
dans le cadre des études de la LGV Méditerranée (1994). Lors de la crue de 2002,
Ce modèle a été réutilisé et affiné.

Le secteur endigué de Comps a été représenté dans le détail pour les besoins de la
présente étude.

La crue de septembre 2002 a été modélisée à partir des éléments hydrologiques


présentés plus haut (débit de pointe à Remoulins de 6800 m³/s, limnigramme
enregistré par la CNR au confluent du Rhône).

La figure suivante présente les limnigrammes de Comps suite au calage du modèle.

Figure 6-3: Limnigramme de la crue de 2002 sur différents points de Comps

6.1.2 LA CRUE DU RHONE DES 3 ET 4 DECEMBRE 2003,


CRUE DE PROTECTION
6.1.2.1 Chronologie des évènements
La montée des eaux au droit du village est consécutive aux remous du Rhône. La
chronologie des évènements peut se résumer ainsi :

- Dès le mardi 2 décembre 2003, la cote de 12,5 m NGF (vers 19 heures)


est atteinte. Le village est évacué ;

SAFEGE -indC page 67


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

- Le mercredi 3 décembre 2003 vers 5 h, la cote de 13,5 est atteinte,


évacuation des pompiers et des élus de la commune restés dans le
secteur endigué ;

- Vers 10h30, la cote de 13,9 m NGF est atteinte, quelques filets d’eau
commencent à couler sur le fusible et à éroder le cordon graveleux ;

- Vers 12h, le niveau a atteint 14,05 m NGF ; début de l’érosion des


merlons fusibles ;

- Vers 15-16 h, la cote de 14,1 m NGF est atteinte, les débordements sur
la digue du Gardon commencent à inonder le village ;

- Vers 22h30, la cote de 14,40 m NGF est atteinte (les débordements


commencent sur la digue de Comps) ;

- La pointe de crue est sans doute atteinte aux environs de minuit, la cote
maximum atteinte dans le village est estimée à 14,55 m NGF ;

- Vers 2-3 h du matin, amorcement de la décrue (descente en dessous de


la cote de 14,40 m NGF) ;

- Le jeudi 4 décembre 2003 vers 16 h, le niveau de l’eau dans la plaine


est redescendu à la cote 13 m NGF.

6.1.2.2 Niveaux atteints


Les laisses de crue, relevées par le cabinet du géomètre expert J.Y. REY,
permettent d’estimer le niveau maximum atteint dans le village à 14,55 m NGF. Ce
niveau est conforme aux observations faites sur Aramon au droit de la digue de
protection.

Les levées de laisses de crue effectuées par la CNR, donnent à 200 m en aval du
barrage de Vallabrègues une cote de 14,34 m NGF et au droit du seuil CNR, une
cote de 14,42 m NGF.

Ces données, fournies sous réserves de validation par la CNR, semblent conformes
aux observations faites dans la plaine.

6.1.2.3 Analyse de la crue


Le débit du Rhône a atteint 11 500 m3/s en pointe à Beaucaire, Tarascon (d’après
la conférence de consensus) l’apport du Gardon a été estimé, de son côté à
1 300 m3/s à Remoulins.

Ces données permettent de qualifier la crue du Rhône des 3 et 4 décembre 2003


d’évènement rare, dont la période de retour est supérieure à 100 ans. Les débits
annoncés sont sans précédent depuis 1856.

SAFEGE -indC page 68


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.1.3 HYDROLOGIE DU RHONE - CRUES ETUDIEES


Dans le secteur d’étude, l’hydrologie du Rhône est définie par rapport aux débits
mesurés à la station hydrométrique de Beaucaire. Cette station située à l’aval du
déversoir agglomère les débits du Gardon, du Rhône non canalisé, et du canal de
fuite de l’usine de Beaucaire.

SAFEGE -indC page 69


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Gardon
Déversoir CNR de Comps

Rhône

Canal usinier

Vieux Rhône
(ou Rhône court-circuité)

Station hydrométrique de
Beaucaire Tarascon

Figure 6-4 : Contexte hydrographique

SAFEGE -indC page 70


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Les données hydrologiques du Rhône sont issues :

 du volet hydrologique de l’ « Étude Globale du Rhône » (EGR), produit par


SAFEGE en 2001, pour le compte de Territoires Rhône, et remis à jour par
SAFEGE en 2014 pour le compte de la DREAL ;

 de «l’étude de calage précis entre Beaucaire et Arles», produite par CNR en


2011, et définissant à partir de l’hydrologie de l’EGR les hydrogrammes de
référence des crues du Rhône utilisés pour la modélisation et l’optimisation
des ouvrages.

Les crues de référence sont listées et caractérisées dans le tableau ci-dessous :

Figure 6-5 : Hydrologie de référence du Rhône (crues) au droit de Tarascon-


Beaucaire

Cote max NGF du


Débit de pointe à Intervalle de
Type de crue Période de retour Rhône au droit du
Beaucaire confiance à 80%
déversoir

Crue décennale 10 ans 8 400m³/s Q10 entre 8 100 et 8 800

Crue vicennale 20 ans 9 000m³/s Q20 entre 8 900 et 9 800

Q30 entre 9 300 et 12.98


Crue type 2002 30 ans 9 500m³/s
10 300

Q50 entre 9 900 et 13.45


Crue type 1994 50 ans 10 500m³/s
11 000

Q100 entre 10 700 et 14,35


Crue type 2003 100 ans 11 500m³/s
12 000

Q250 entre 11 800 et 14.51


Crue type 1856 250 ans 12 500m³/s
13 300

Q1000 entre 13 300 et 15.01


Crue millénale 1000 ans 14 160m³/s
15 200

Q10 000 entre 15 900 et


Crue 10 000ans 10 000 ans 17 500 m³/s
18 400

Le débit de la crue décamillénale a été calculé par extrapolation de la loi de Gumbel


de la crue 1000 ans. Ces calculs sont consultables dans ’ « Étude Globale du
Rhône » (EGR), produit par SAFEGE en 2001, pour le compte de Territoires Rhône,
et remis à jour par SAFEGE en 2014 pour le compte de la DREAL.

SAFEGE -indC page 71


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.2 LE RISQUE SISMIQUE

6.2.1 PRINCIPE DE VERIFICATION


Les vérifications de stabilité au séisme sont réalisées selon les recommandations du
rapport du Groupe de travail « RISQUES SISMIQUES ET SÉCURITÉ DES
OUVRAGES HYDRAULIQUES ».

6.2.1.1 Vérification du risque potentiel de liquéfaction


Les exigences de vérification vis-à-vis du risque potentiel de liquéfaction sont
présentées dans le tableau ci-dessous, extrait du rapport « RISQUES SISMIQUES
ET SÉCURITÉ DES OUVRAGES HYDRAULIQUES ».

Tableau 6-2 : Extrait du rapport «Risques sismiques et sécurité des ouvrages


hydrauliques"

Selon le nouveau décret du 24 octobre 2010 :

La commune de Comps est située en zone sismique 3 « modérée ».

Rappel du classement des digues concernées : classe C.

Par conséquent :

- Pour les digues de la commune de Comps (zone 3, classe C), la


vérification de l’absence de risque potentiel de liquéfaction n’est pas
exigée.

SAFEGE -indC page 72


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.2.1.2 Vérification de la stabilité – niveau d’étude


Le tableau ci-dessous est extrait du rapport « RISQUES SISMIQUES ET
SÉCURITÉ DES OUVRAGES HYDRAULIQUES » :

Figure 6-6 : Niveau d’études recommandé (RISQUES SISMIQUES ET SÉCURITÉ DES


OUVRAGES HYDRAULIQUES)

D’après les recommandations du GT rappelées ci-dessus, les vérifications sont à


mener dans une première phase vis-à-vis de la conformité aux règles du génie
civil.

La vérification de la conception parasismique est décrite dans les paragraphes


suivants du rapport du GT (cas d’un barrage) :

SAFEGE -indC page 73


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.2.2 VERIFICATION DE LA STABILITE AU SEISME

6.2.2.1 Conformité aux règles de l’art


D’après les recommandations du GIGB, la vérification au séisme du déversoir CNR
de Comps (classe C, zone sismique modérée) peut être réalisée en démontrant que
le déversoir a été construit selon les règles du génie civil.

Le dossier de récolement de l’ouvrage permet de constater que les travaux ont été
réalisés selon les règles de l’art :

Conception générale

L’ouvrage est constitué d’un corps en limons compactés assurant la fonction


étanchéité.

Un géotextile de filtration sur le parement aval assure la fonction filtration et


prévient ainsi toute initiation d’érosion interne en cas de dysfonctionnement du
remblai étanche.

Un drain minéral constitué de graviers propres assure la fonction drainage et


permet ainsi la collecte d’éventuels écoulements en cas de dysfonctionnement du
remblai étanche.

Une carapace en enrochements libres sur le parement amont et en enrochements


bétonnés en crête, sur le parement aval et dans la fosse de dissipation en pied aval
assure la protection de l’ouvrage en cas de crue surversante.

6.2.2.1.1 Essais et contrôles lors de la réalisation :


o Des essais de convenance sur les matériaux d’apport ont été
effectués par la société Fugro.

o Compactage : le contrôle de compactage du corps de digue en limons


A1 a été effectué par Fugro au moyen de 20 pénétrodensitographes
sur la hauteur du remblai (soit 2.5 m). Des essais au
gammadensimètre ont aussi été effectués. Ils figurent dans le dossier
de récolement.

o Des essais externes ont été effectués sur les enrochements par la
CNR.

o Des essais de convenance du béton ont été effectués pour le


bétonnage des enrochements.

o Des essais (courbes granulométriques) ont été réalisés sur les


matériaux pour le drain.

SAFEGE -indC page 74


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

6.2.2.1.2 Réalisation de la jonction déversoir/digues Comps

Figure 6-7 : Réalisation de la jonction déversoir digues de Comps

La jonction avec la digue de Comps en béton a été réalisée selon les règles de l’art
(recommandations de l’ILH) par piquetage du mur existant et compactage
minutieux (pieds de mouton).

6.2.2.1.3 Conclusion :
L’ouvrage a été conçu et réalisé conformément aux règles de l’art.

6.2.3 VISITES POST-SEISME


Demande en cours auprès de la CNR des consignes écrites associées

6.3 ÉVOLUTION MORPHOLOGIQUE ET


EROSION DE BERGE
Source : « Étude de l’espace de mobilité et des seuils des Gardons d’Alès, d’Anduze
et réunis, Étude faune, flore et projet pilote sur le Gardon d’Alès aval » par GINGER
en 2012 pour le compte du SMAGE des Gardons.

6.3.1 FONCTIONNEMENT HYDROMORPHOLOGIQUE DU


GARDON AVAL
En aval de Montfrin, des fosses correspondant à d'anciennes extractions piègent les
matériaux. Leur comblement et la restitution d'un lit alluvial ne peuvent être
atteints qu’à très long terme.

Ainsi, il apparaît que les extractions et le recalibrage du lit qui y a été associé sont
des paramètres majeurs de l'évolution morphologique lors des dernières décennies.
Deux évolutions prépondérantes doivent être signalées :

- La disparition des graviers et l'apparition du substratum qui traduisent


un enfoncement important du lit ;

SAFEGE -indC page 75


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

- La création de profondes fosses dans le lit majeur mais surtout dans le


lit mineur du Gardon aval. Le lit n'est alors plus qu'une succession de
lacs séparés par des seuils, fort éloigné de la morphologie naturelle.

- Transit piégé par les anciennes


fosses d’extractions

- Tendance au comblement des


souilles
Comps
- Évolution à long terme

Figure 6-8 : Caractérisation hydromorphologique

6.3.2 ESPACE DE MOBILITE DU GARDON AVAL


(SECTEUR AVAL REMOULINS – CONFLUENCE AVEC LE
RHONE)
Source : Ginger

Sur la partie aval du Gardon, le champ d’expansion du fleuve devient à nouveau


imposant, mais la configuration urbanisée des rives est peu propice à
l’établissement d’un espace de mobilité à hauteur du potentiel a priori
envisageable. Ainsi, les traversées urbaines de Remoulins et de Montfrin réduisent
l’espace de mobilité. Pour les secteurs a priori moins sensibles, la présence de
gravières de taille importante proches du lit, donc susceptibles d’être capturées
(lieu-dit Pradas, Limas et Tord), et celle de seuils à préserver (au nombre de 6), ne
permettent pas d’assurer une zone de divagation à l’échelle du lit majeur. À
l’exception du cours aval, au droit de Comps, l’espace de mobilité minimal du Bas
Gardon est donc relativement minime comparé au potentiel de la plaine alluviale.

Comme pour le Gardon d’Anduze et la Gardonnenque, le tracé du lit de 1944


présente une sinuosité importante. Cependant, conséquemment à l’anthropisation
du cours d’eau (gravières et seuils notamment), qui diminue la capacité de

SAFEGE -indC page 76


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

transport, l’évolution en plan du lit est à présent très limitée sur la zone depuis les
années 70.

Figure 6-9 : Espace de mobilité du Gardon aval

6.3.3 ÉVOLUTION DU LIT AVAL


La carte suivante est issue du rapport « Étude de l’espace de mobilité et des seuils
des Gardons d’Alès, d’Anduze et réunis, Étude faune, flore et projet pilote sur le
Gardon d’Alès aval » par GINGER en 2012 pour le compte du SMAGE des Gardons.

Elle présente l’évolution du lit mineur entre 1944 et 2003.

SAFEGE -indC page 77


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Figure 6-10 : Évolution du tracé en plan du lit mineur entre 1944 et 2003

L’évolution du lit est très limitée et se fait sur du très long terme. Le risque
morphodynamique est donc très faible.

SAFEGE -indC page 78


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

7 ÉTUDE ACCIDENTOLOGIQUE ET RETOUR


D’EXPERIENCE
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 définissant le plan de l’étude de dangers des
barrages et des digues et en précisant le contenu
« Cette rubrique décrit les défaillances, accidents, incidents et évolutions lentes
survenus sur l’ouvrage. Elle décrit également les scénarios d’évènements de même
nature ayant concerné d’autres ouvrages que celui objet de l’étude de dangers dès
lors que le responsable mentionné au I de l’article R. 214-115 du code de
l’environnement en a eu connaissance. (…)
Pour les digues, les évènements décrits sont notamment ceux mettant en cause les
problèmes d’érosion de la digue par le cours d’eau ou d’évolution morphologique du
cours d’eau.
Cette rubrique mentionne également les évènements particuliers survenus sur le
site tels que les crues d’importance significative et les séismes, y compris lorsqu’ils
n’ont pas entraîné d’incident notable. Pour tous ces évènements, l’étude précise les
mesures d’améliorations que leur analyse a conduit à mettre en œuvre. »

7.1 CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS


La chronologie des évènements est consultable au chapitre 6.1.

7.2 DEFAILLANCE, ACCIDENT, INCIDENTS


En 2003, avant reconstruction du déversoir, le Fusible CNR n’a pas cédé, ce qui
correspond à un dysfonctionnement. Concernant le déversoir CNR actuel, aucun
déversement n’a été recensé à ce jour.

7.3 RETOUR D’EXPERIENCE


On rappelle, qu’à ce jour, aucun évènement marquant n’a touché le déversoir
« re »construit ; il n’y a donc aucun retour d’expérience permettant d’identifier les
secteurs à risque et les pistes d’amélioration à envisager.
Néanmoins, sa construction en 2006 s’est basée notamment sur les retours
d’expériences des deux évènements majeurs qui l’ont touché lors de la crue du
Gardon de 2002 et la crue du Rhône de 2003.
L’analyse hydraulique de ces deux évènements est faite en partie 6 du présent
rapport.

7.3.1 EXPERTISE CEMAGREF/CETE ET ETAT DES LIEUX


POST CRUE DECEMBRE 2003
Dès l’annonce de la crue du Rhône, le CEMAGREF est intervenu à la demande de la
DDAF du Gard. Deux visites ont eu lieu les 3 et 9 décembre 2003. Elles ont fait
l’objet d’un rapport rédigé en collaboration avec la DDAF et transmis à la commune.

SAFEGE -indC page 79


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Les principales conclusions sont résumées ci-dessous :

Sur le fonctionnement hydraulique lors de la crue

- Les observations faites sur le remblai de comblement sur le retour aval


(griffes d’érosion sur le talus côté Baisses) tendent à montrer que
l’inondation du village s’est faite uniquement par surverse sur la digue
du Gardon ;

- Ces observations sont cohérentes avec l’estimation que l’on peut faire
des débits respectifs de surverse lors de la pointe de la crue (200 m 3/s
sur la digue du Gardon et 50 m3/s sur le fusible CNR).

Le volume du casier des Baisses étant environ le double de celui du village et la


surverse fusible CNR n’ayant commencé que peu de temps avant la surverse sur la
digue du Gardon, il est clair que le village a été rempli largement avant le casier, ce
qui montre que les digues et le casier ne fonctionnent pas en cohérence. La digue
fusible n’a pas joué son rôle, ce qui correspond à un dysfonctionnement de
l’ouvrage.

Sur la digue en maçonnerie : Les travaux d’injections en fondation de la digue,


réalisés durant l’été 2003, ont eu un apport positif mais l’étanchéité de la fondation
n’est pas totale ;

Le CEMAGREF recommande donc la réalisation d’une tranchée drainante en pied


aval de la digue pour annuler les sous-pressions sous la chaussée.

Sur le fusible CNR : Lors de la crue de 2003, le déversoir fusible n’a pas
joué son rôle, ce qui correspond à un dysfonctionnement de l’ouvrage. Les
débits dérivés vers le casier des Baisses n’ont jamais atteint, et de loin, les
valeurs du projet. A la suite de cet incident, le fusible CNR a été remplacé
par un déversoir.

7.3.2 TRAVAUX D’URGENCE POST CRUE SEPTEMBRE


2002 ET ETAT DES LIEUX POST CRUE DECEMBRE 2003
SUR CES TRAVAUX
Suite à l’expertise de septembre, des travaux de première urgence ont été
effectués par la subdivision de l’équipement de Beaucaire pour combler
provisoirement la brèche côté Gardon. Un clapet a été posé en remplacement de la
vanne murale située à l’emplacement de la brèche côté digue Gardon.

Le colmatage provisoire et partiel des deux brèches sur le retour aval a été réalisé à
la fin de l’hiver. Par ailleurs, il est à noter que, compte tenu que le comblement
provisoire de la brèche côté Gardon privait les Compsois d’un axe routier, des
gabions ont été posés sur deux rangés en lieu et place des GBA pour laisser un
passage de 3 mètres.

Les observations faites à la suite de la crue sont mentionnées dans le rapport du


CEMAGREF. Les conclusions peuvent être résumées ainsi :

SAFEGE -indC page 80


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

- La brèche comblée côté Gardon s’est bien comportée. Aucun incident


majeur n’a été observé ;

- Les brèches comblées sur le retour aval se sont également bien


comportées. La brèche au droit du boulodrome a été ouverte le
5 décembre 2003 pour accélérer la vidange du village vers le casier, et
colmatée à nouveau début janvier 2004.

7.3.3 COMPLEMENTS POST-CRUE DE DECEMBRE 2003


Stabilité mécanique de l’ouvrage

Si la digue a une nouvelle fois tenue au déversement, les conclusions quant à la


stabilité des trois tronçons restent inchangées.

Risque d’érosion interne en fondation

Les risques de formation de renards hydrauliques en fondation d’ouvrage ont été


écartés suite aux travaux d’injections réalisés durant l’été 2002.

Fonctionnement hydraulique du secteur endigué et du casier des Baisses

La crue du Rhône a permis de confirmer :

1. les doutes sur le fonctionnement de merlons fusibles sur les


déversoirs ;

2. l’efficacité très relative du fusible (le village a été empli largement


avant le casier des Baisses et uniquement par surverse sur la digue
du Gardon).

7.4 RETOUR D’EXPERIENCE SUR DES


SYSTEMES SIMILAIRES
7.4.1 DEVERSOIR BASSIN DE ROQUEMAILLERE A
NIMES
Le déversoir du bassin de Roquemaillère à Nîmes (cadereau d’Alès), du même type
que celui de Comps, est constitué d’un coursier et d’une fosse de dissipation en
enrochements bétonnés. Le déversoir a fonctionné lors des crues de 2002 et 2005
sans désordre notable.

SAFEGE -indC page 81


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

Figure 7-1 : Déversoir pendant et après débordement

7.4.2 LES DIGUES OU LEVEES DE LA LOIRE


L’objectif alloué initialement aux levées était de contenir les flots pour éviter une
inondation des vals, d’où une surélévation incessante de ces ouvrages. Mais les
dégâts consécutifs aux plus grandes crues ont en fait été dus à des ruptures de
levées : 103 brèches en 1846, 149 en 1856, 85 en 1866. Hormis la plus grande
brèche qui s’est produite en 1846 en aval de Gien et dont la longueur faisait
1,7 km, la longueur moyenne d’une brèche est de 190 m (Source : Michel Lino,
Patrice Mériaux, Paul Royet, 1999, » Méthodologie de diagnostic des digues
appliquée aux levées de la Loire moyenne », p. 51).

Les causes de ces brèches lors de ces trois crues exceptionnelles sont les
suivantes :

 surverse du fleuve vers le val : 48 % ;

 surverse ou rupture du val inondé vers le fleuve : 18 % ;

 rupture de la banquette : 15 % ;

 renard dans le corps de la levée : 5 % ;

 érosions de talus et affouillements : 5 % ;

 autres causes : 10 %.

7.4.3 DIGUE DU MISSISSIPI A LA NOUVELLE


ORLEANS LORS DE L’EVENEMENT KATRINA

7.4.3.1 Description des digues


La ville de la Nouvelle Orléans possédait au sud, depuis 1950 une digue en béton
de 5 mètres de hauteur pour protéger des crues du Mississipi et au nord, une digue
en terre de 563 km de long pour protéger des débordements du lac Pontchartrain.
La ville est bâtie dans une cuvette inférieure de 2 m au niveau de la mer.

SAFEGE -indC page 82


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

De nombreuses stations de pompage sont présentes pour permettre le ressuyage


des casiers d’inondation.

7.4.3.2 Description de l’évènement


Lors de l’Ouragan Katrina (29 Aout 2005), l’inondation de la ville a été provoquée
suite à la rupture des digues de protection. En effet, une digue en terre de
360 mètres céda la première. Peu de temps après, la digue en béton céda (sur le
canal industriel) et noya la ville jusqu’au Mississipi.

Figure 7-2:localisation des ruptures de digue suite à l’ouragan Katrina

7.4.3.3 Description des désordres observés


Près de 110 000 habitations et 50% des foyers de la ville ont été noyés sous 1 à
3 mètres d’eau. Certains quartiers étaient sous plus de 6 mètres d’eau.
500 000 personnes ont été déplacées.

En superficie, l’inondation a recouvert entre 7 et 8 fois l’île de Manhattan. Il faudra


2 mois pour assécher les zones inondées.

La ville ne disposait pas de réels plans d’évacuation, plans de secours ou plans


d’aide, ce qui a engendré des pertes humaines importantes.

Il était prévu que les premiers moyens d’évacuation soient les véhicules des
particuliers, puis les transports scolaires et les transports municipaux pour les
personnes qui ne le disposeraient pas de véhicules. Cependant, beaucoup
d’habitants n’ont pas pu quitter la ville à temps car plusieurs centaines de bus de la
ville, qui auraient dû servir à l’évacuation, avaient été entreposés dans les
premières zones inondées par la catastrophe.

Enfin, les secours arrivèrent 4 jours après le début des inondations.

SAFEGE -indC page 83


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

 Retour d’expérience

Le retour d’expérience de l’évènement Katrina a dénombré 28 défaillances (origine


inconnue) pendant l’évènement puis plus d’une cinquantaine les jours suivants.
L’analyse des différentes brèches montre qu’à l’exception de 4 cas de mauvaise
conception de fondation, la majorité des brèches ont été causées par déversement
puis érosion externe.

La majorité des stations de pompage n’a pas fonctionné.

Localisation des principales brèches (flèches bleues) et photo de la brèche du 17th


St. Canal.

SAFEGE -indC page 84


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

8 IDENTIFICATION ET CARACTERISATION
DES RISQUES EN TERMES DE
PROBABILITE D’OCCURRENCE
D’INTENSITE ET DE CINETIQUE DES
EFFETS, ET DE GRAVITE DES
CONSEQUENCES
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 « L’étude de dangers s’appuie sur une analyse des
risques permettant d’identifier les causes, les combinaisons d’évènements et les
scénarios susceptibles d’être, directement ou par effet domino, à l’origine d’un
accident important. Ceux intrinsèques à l’ouvrage sont évalués en tenant compte
de sa conception, de son dimensionnement, de son état et de son comportement,
notamment sous l’effet des aléas recensés.

La méthode d’identification et d’analyse des risques, notamment les expertises


mobilisées, les modes de représentation, les paramètres, les critères et les grilles
de cotations utilisés pour évaluer les différents scénarios d’accident, fait l’objet
d’une description détaillée.
Cette méthode est appliquée à chacun des scénarios envisagés.
Chaque accident potentiel est caractérisé par sa probabilité d’occurrence, l’intensité
et la cinétique de ses effets et la gravité des conséquences pour la zone touchée.
Une étude de propagation de l’onde sera fournie pour l’accident correspondant à la
rupture de l’ouvrage et, si nécessaire, pour d’autres accidents présentant un niveau
de risque comparable.
En synthèse, les différents scénarios d’accident sont positionnés les uns par rapport
aux autres en fonction de leur probabilité d’occurrence et de la gravité des
conséquences, évaluée en termes de victimes humaines potentielles et de dégâts
aux biens, en mettant en évidence les scénarios les plus critiques. »

SAFEGE -indC page 85


EDD DÉVERSOIR CNR
Rapport de présentation

8.1 METHODE DU NŒUD PAPILLON


8.1.1 Construction des arbres d’évènements
Cette analyse est basée sur l’analyse fonctionnelle de l’AMDE.

L’évaluation des scénarios de défaillance par la méthode du nœud papillon


permettra de définir l’ensemble des causes et l’ensemble des conséquences lié à
l’évènement redouté (libération d’eau dans la zone protégée par la digue).

L’enchaînement des éléments initiateurs de l’évènement redouté sera défini par un


arbre d’évènements (en amont de l’évènement redouté) dont les éléments
correspondent aux défaillances des éléments composant le déversoir.

Cette analyse permettra d’identifier les barrières de sécurité.

SAFEGE -indC page 86


EDD REHAUSSEMENT DU
DEVERSOIR DE COMPS
Rapport de présentation

Déchirure du géotextile

Instabilité des
enrochements

Rupture du raccordement PPRi, mesure de réduction


déversoir corps de digue Entretien de la vulnérabilité du bâti
Brèche par : Auscultation Entretien
Colmatage du massif en Auscultation Dégats Matériels
graviers érosion interne c

érosion extrène Inondation de


Grand glissement la zone Evacuation du village
Fragilisation de la cuvette
Dégats humains
de la fosse de dissipation
Coupure des Programme de gestion du risque PCS
Le déservoir des Gabions voies de Difficulté d'organisation des
Colmatage du drain Ø400 surverse circulations secours

Fragilisation de la carapace Libération de l'eau Coupure Difficulté de retour


de protection c dans le casier des d'éléctricités à la normale
Baisses
Perméabilité du corps de
digue

obstruction des drains Le déservoir des Gabions ne


graviers, tubes éjécteurs et surverse pas Aucun d'impact sur
PVC le village

Crue du
Rhône ou du
Gardon

Figure 8-1 : Évaluation des scénarios de défaillance par la méthode du nœud papillon

14MHY035-v1 page 87
EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

8.2 DETERMINATION DES PROBABILITES


DES SCENARIOS DE DEFAILLANCE
L’étude de dangers devra prendre en compte l’ensemble des potentiels de danger
des différents composants de l’ouvrage, du fait de leur présence ou de leur
dysfonctionnement. Les potentiels de danger résultant de la rupture du déversoir
de Comps seront l’accroissement de la cinétique de remplissage du casier des
Baisses entraînant le remplissage de la zone protégée via le déversoir des Gabions.

8.2.1 PROBABILITE ATTRIBUEE AUX CRUES


Concernant la probabilité associée aux crues, la méthodologie sera appliquée.

La valeur du débit (ou son occurrence) étant une valeur continue, il ne sera pas
possible d’y affecter une probabilité. 4 plages de débits seront définies :

Tableau 8-1 : Évènements associés aux crues de référence

Évènement Intervalle de Crue associée


crue

Inférieure à 5 ans
Pas de mise en Crue dont la ligne
charge du remblai d’eau est inférieure
à 10,5 m NGF

Mise en charge du
remblai sans De 5 à 100 ans Crue de protection
déversement

Déversement
De 100 à 1 000 ans Crue de sûreté
maîtrisé

Déversement non Supérieure à


Crue très rare
maîtrisé 1 000 ans

Le débit de la crue décamillénale a été calculé par extrapolation de la loi de Gumbel


de la crue 1000 ans. Ces calculs sont consultables dans ’ « Étude Globale du
Rhône » (EGR), produit par SAFEGE en 2001, pour le compte de Territoires Rhône,
et remis à jour par SAFEGE en 2014 pour le compte de la DREAL.

SAFEGE -indC page 88


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Les probabilités de chaque plage seront ainsi définies :

Crue Qprotection Qsureté Qtrès rare

Période de retour T (échelle de Gumbel) 5 100 1000 10000

Mise en charge du remblai sans déversement


Déversement contrôlé
Déversement non maitrisé

Probabilité de non dépassement 0.8 0,99 0,999 0,9999

Probabilité attribuéé 0,8 0.19 0.009 0.0009

Figure 8-2 : Définition de la probabilité d’un ensemble de crue

Les probabilités associées à chaque évènement de crue considéré seront présentées


dans le tableau suivant.

Par exemple, la crue de protection (T100) représentera toutes les crues associées à
des périodes de retour comprises entre 10 et 100 ans. La probabilité d’occurrence
de cette crue de projet sera alors évaluée en 0,99.

8.2.2 Probabilité attribuée aux dysfonctionnements


(brèches)
L’analyse fonctionnelle de l’ouvrage a permis de mettre en évidence que le seul
mode de défaillance est la rupture du déversoir.

Dans cette partie, une évaluation quantitative des probabilités associées à cette
défaillance envisagée sera réalisée.

Ces probabilités de défaillance seront généralement associées à l’évènement


hydrologique analysé. L’analyse portera donc sur les probabilités en fonction de la
période de retour de l’évènement hydrologique.

Les probabilités d’occurrence des défaillances dans chacun des évènements


hydrologiques seront évaluées par expertise.

SAFEGE -indC page 89


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Tableau 8-2 : Approche probabiliste des dires d'expert

Appréciation experte de la Traitement quantitatif


probabilité d’occurrence des dires d’experts

« très probable » 0.6

« probable » 0.4

« moyennement probable » 0.2

« peu probable » 0.1

« très peu probable » 0.01

« extremement peu probable » 0.0001

La probabilité restera constante en fonction de l’occurrence de la crue car le


remplissage rapide de la zone protégée diminuera les contraintes hydrauliques sur
la digue.

8.2.3 RAPPEL DES CHOIX CONSTRUCTIFS


Les principaux choix constructifs sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 8-3 : Rappel des choix constructifs du déversoir de Comps en fonction des
contraintes sur l’ouvrage

Sollicitations Choix constructifs


Érosion externe et affouillements Coursier aval et création d’un bassin de dissipation
en pied aval liés au déversement aval en enrochements liés au béton
Drain annelé et tubes éjecteurs
Sous-pressions
Poutre en béton
sous le coursier « étanche »
Étanchéité du corps de digue
Pente des talus à 1/3
Étanchéité du corps de digue en amont et recharge
drainante (grave propre) sur talus aval (stabilité
Stabilité mécanique
talus aval en crue)
Massif graviers et enrochements libres sur le talus
amont (stabilité talus amont en vidange rapide)
Géotextile filtrant sur talus aval
Érosion interne Massif graviers + enrochements libres sur talus
amont (contre les fouisseurs)

SAFEGE -indC page 90


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Allongement des lignes de courant (largeur de


crête+pente talus) à l’interface fondation-remblai
Batillage Enrochements libres sur talus amont

8.2.4 Érosion interne


L’analyse du scénario de rupture par érosion interne peut se dissocier en plusieurs
sous-analyses distinctes selon le type d’érosion interne :

 Érosion de contact ;

 Érosion de conduit ;

 Érosion régressive, claquage hydraulique ;

 Érosion par suffusion.

Dans le cas du déversoir CNR de Comps, il est proposé de considérer l’érosion


interne d’une manière générale, sans distinction des différents types d’érosion.

8.2.4.1 Description du scénario


Le processus peut être décrit en 4 étapes :

 Initiation : le mécanisme substantiel s’installe ;

 Progression : le processus se poursuit sans stabilisation ;

 Filtration : les particules trouvent un exutoire non filtré ;

 Rupture : la brèche s’ouvre.

Progression

Dans tout ouvrage hydraulique, des circulations d’eau peuvent s’établir ; l’ampleur
est fonction de la nature des matériaux utilisés, de leur perméabilité et de leur
durée d’exposition aux sollicitations hydrauliques. Tant que le phénomène reste
mesuré, ces circulations d’eau ne posent pas de problème particulier. Si elles sont
trop fortes, en revanche, elles peuvent aboutir à la création d’un renard hydraulique
et à la rupture de l’ouvrage. L’inspection visuelle des talus constitue ainsi un
indicateur plus ou moins réaliste et performant des fuites au travers de l’ouvrage.
Les inspections de l’exploitant interviennent en tant que barrière de sécurité
importante qui devrait permettre d’engager des mesures de conservation et de
remise à niveau des composants. Si le système d’inspection visuelle ne remplit pas
son rôle de surveillance (ou si l’exploitant ne prend pas les mesures nécessaires),
l’érosion interne du massif de fondation peut conduire à la déstabilisation de la
digue.

Filtration

Pour éviter la mise en mouvement des particules situées à la surface du sol ou à


l’interface avec un autre milieu, la fonction du système de filtration est de :

SAFEGE -indC page 91


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

 maintenir les particules pour qu’elles ne soient pas mises en mouvement par

l’écoulement venant de l’intérieur du massif ;

 laisser la libre circulation de l’eau sur le long terme.

Rupture

La rupture constitue le mode de défaillance ultime de l’ouvrage et correspond à un


effondrement ou un mouvement du remblai, tel que l’ouvrage ne puisse plus
remplir sa fonction de protection.

8.2.4.2 Modélisation du scénario


Le scénario d’érosion interne comporte deux modes de défaillances successifs et
deux barrières de sécurité susceptibles également de connaître des défaillances.
L’évènement initiateur est la sollicitation hydraulique en crues. Les modes de
défaillance succédant à l’évènement initiateur sont les suivants :

Évènement initiateur Évènement A : Barrière de sécurité: Évènement B: Probabilité de rupture par


Initiation du Surveillance de la Non-filtration des érosion interne
phénomène digue particules érodées
d'érosion interne

Oui
Prupture
P4
Oui
P3
Pas de rupture
P2
Crue
Pas de rupture
P1
Pas de rupture

Figure 8-3 : Arbre d’évènements des scénarios

8.2.4.3 Initiation/progression

8.2.4.3.1 Rappel de la conception


Le déversoir a été entièrement reconstruit suite à la crue de 2003.

Le déversoir est constitué d’une poutre seuil en béton armé de largeur 0,40 m et de
profondeur 1.80 m. Cette poutre permet d’éviter les circulations d’eau à l’interface
limons-géotextile-enrochements lors du déversement. Le béton a été coulé pleine
fouille dans le remblai. La rehausse du déversoir consistera à réaliser une poutre en
béton armé de 30 cm de hauteur ancrée sur la poutre actuelle avec des aciers de
scellement.

SAFEGE -indC page 92


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

En amont de la poutre seuil, la protection de la crête est constituée de :

 Une couche de 0,60 m d’épaisseur d’enrochements libres de granulométrie


100/400 mm ;

 Un géotextile filtrant destiné à empêcher la migration des fines au travers


des enrochements.

La crête en aval de la poutre seuil et le coursier du déversoir sont constitués de :

 Une couche de 0,80 m d’épaisseur d’enrochements de granulométrie


400/800 mm, liés au béton avec absence de joints ;

 Une couche drainante de 0,30 m d’épaisseur constituée de graviers


(uniquement sous le coursier) ;

 Un géotextile tissé empêchant la migration des fines du corps de digue et


prévenant des phénomènes d’érosion interne.

8.2.4.3.2 Érosion interne dans le corps du déversoir ou à


l’interface remblai-fondation
Le corps de digue existant a été conservé. Aucun signe de fuite n’avait été observé
sur la digue avant reconstruction. Cependant, la formation d’un conduit dans
l’ancien remblai ou dans la fondation ne peut pas être exclue.

8.2.4.3.3 Contact digue en béton – déversoir


Pour ce qui concerne les risques d’érosion interne au contact digue en béton-
déversoir,

L’adhérence remblai structure au raccordement avec la digue en béton est assuré


par :

 Repiquage du béton de la digue au moment des travaux de confortement de


façon à accroître l’adhérence béton-limon (Cf. photo ci-dessous) ;
 La mise en œuvre d’un remblai en limon A1 (65% de passant à 80 microns),
compacté à 97% minimum de l’OPN, d’après les essais de contrôle réalisés lors
des travaux ;
 Elargissement du profil en remblai au droit du raccordement pour augmenter la
longueur du cheminement hydraulique à l’interface remblai structure.

Les photos prises lors des travaux de construction du déversoir au droit du


raccordement avec la digue en béton sont présentées ci-dessous :

SAFEGE -indC page 93


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-4: Construction du déversoir de Comps

8.2.4.3.4 Érosion interne au contact poutre en béton-corps de


déversoir
La poutre béton permet de prévenir des circulations d’eau au contact enrochements
liés/géotextile/limons.

La condition de non formation de renards à l’interface poutre en béton – remblai


limons peut-être évaluée par la règle de Lane.

Les données sont les suivantes :

 Cote de la poutre en béton : 14,40 m NGF

 Cote corps de digue en amont de la poutre : 13,30 m NGF

 Cote corps de digue en aval de la poutre : 13,10 m NGF

 Cote d’ancrage de la poutre dans le béton : 12.30 m NGF

SAFEGE -indC page 94


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-5 : Coupe type du déversoir

La charge H à prendre en compte est estimée à 14,40 – 13,10 = 1.3 m (au-delà le


déversement débute et la charge sur le déversoir tend à diminuer.

Le remblai de la digue en limon compacté est assimilable à une argile dure pour
laquelle le coefficient C est égal à 1,8.

Lv = 1.80 m

Lh = 0,40 m (épaisseur de la poutre)

Pour que la règle de Lane soit satisfaite, il faut que :

Lv + 1/3 Lh > cH

1.93 > 1.8 x 1.3 = 2.34

Le critère n’est pas tout à fait respecté, cependant, le béton de fondation de la


poutre a été coulé pleine fouille pour accroître l’adhérence entre le béton et le
remblai.

8.2.4.3.5 Conclusion sur le risque d’initiation ou de progression


Par conséquent, le risque d’initiation (érosion de conduit) ou de progression
(érosion régressive, suffusion) d’un phénomène d’érosion interne est jugé peu
probable (P=0.1) dans la digue et sa fondation, en cas de crue.

8.2.4.4 Filtration
Il est rappelé que la crête en aval de la poutre seuil et le coursier du déversoir sont
constitués de :

 une couche de 0,80 m d’épaisseur d’enrochements de granulométrie


400/800 mm, liés au béton avec absence de joints ;

 une couche drainante de 0,30 m d’épaisseur constituée de graviers


(uniquement sous le coursier).

SAFEGE -indC page 95


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

En cours de travaux l’Entreprise a proposé d’utiliser un matériau unique, en


l’occurrence les graviers recyclés, pour la réalisation du massif drainant en grave
propre et du drain sous les enrochements et de conserver comme plan de pose du
géotextile, celui des pièces du marché et des pièces d’exécution, soit un géotextile
entre le limon et les matériaux drainants.

Limons A1 Profil massif drainant adopté

Figure 8-6 : Composition des matériaux de filtration du déversoir

L’épaisseur de la couche drainante est supérieure à 0,50 m sous le coursier.

Les règles de filtre entre les limons du corps de digue et le gravier drainant n’étant
pas respectées, un géotextile filtrant a été disposé à l’interface des 2 matériaux.

Dans ces conditions, le risque de défaillance du système de filtration est jugé


extrêmement peu probable (P = 0.001).

8.2.4.5 Barrière de sécurité : surveillance du déversoir -


digue
La vigilance mise en place par la CNR et la Commune de Comps permet d’identifier
les éventuelles zones sensibles (venues d’eau en pied de digue, transport de
matériaux…) et d’intervenir. En revanche ces visites ne sont pas formalisées.

Du fait de la non formalisation des visites, le risque de défaillance de la barrière de


sécurité liée à la surveillance de l’ouvrage est jugé très probable (P = 1).

8.2.4.6 Conclusion sur le risque de rupture par érosion


interne
Le risque d’initiation et de progression d’un phénomène d’érosion interne dans la
digue ou sa fondation ne peut pas être exclu.

La conception de la digue avec complexe drainant rend le risque de non filtration


d’un écoulement interne extrêmement peu probable.

La surveillance mise en place par la CNR et la Commune de Comps permet de


limiter le risque de défaillance.

Par conséquent, le risque de rupture par érosion interne est jugé


extrêmement peu probable quelle que soit la crue : P = 0.1 x 0.001 x 1 =
1.10-4

SAFEGE -indC page 96


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

8.2.5 Érosion externe

8.2.5.1 Dimensionnement des enrochements


(D’après note de calcul DDAF)

Pour le dimensionnement des enrochements liés au béton, aucune méthode de


dimensionnement n’existe, nous retiendrons néanmoins la méthode d’IZBACH, qui
définit le diamètre moyen des enrochements libres en fonction des vitesses.

La formule d’IZBACH est la suivante :

w V2
D50  0,7. .
 s  s 2.g. cos( )

Où :

 V est la vitesse

 w la masse volumique de l’eau

 s la masse volumique des enrochements

 l’angle des talus

8.2.5.1.1 Dimensionnement des enrochements en amont du


déversoir
(D’après note de calcul DDAF)

La vitesse d’approche sur le déversoir est estimée à 2 m/s pour une lame d’eau de
70 cm.

L’amont du déversoir est également soumis au phénomène de batillage, ce qui a


conduit à une gamme d’enrochements 100-400 mm.

L’épaisseur de la couche en crête est de 0,60 m, soit 1,5 fois le diamètre maximum
des enrochements libres.

8.2.5.1.2 Dimensionnement des enrochements sur le coursier


et dans le bassin
(D’après note de calcul DDAF)

La vitesse retenue en pied de déversoir est estimée à 5,0 m/s (pour un déversoir à
14.10 m NGF).

Le D50 est estimé pour une vitesse de 5,0 m/s à 0,60 m.

La gamme des enrochements retenue est 400-800 mm.

SAFEGE -indC page 97


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

L’épaisseur des enrochements retenue sur le coursier est égale au Dmax, soit
0,80 m. En fond de bassin, les turbulences étant fortes, une profondeur égale à
1,5 X Dmax, soit 1,20 m a été retenue.

Le dimensionnement est réalisé pour des enrochements libres. Les enrochements


étant bétonnés, la rehausse du déversoir ne remet pas en cause la stabilité du
coursier.

8.2.5.1.3 Dimensionnements des protections en aval du bassin


(D’après note de calcul DDAF)

Le bassin ne permet la dissipation que d’environ 75 % de l’énergie de l’eau. Il est


donc en théorie nécessaire de protéger l’aval du bassin avec des enrochements.

En sortie de bassin, la vitesse V 2 a été estimée à 1 m/s environ (avant rehausse),


ce qui est faible et ne nécessite pas de protection particulière, d’autant que le sol a
eu le temps de se végétaliser.

8.2.5.2 Conclusions sur la protection en enrochements


Le risque de rupture par défaillance de la protection en enrochements du déversoir
est jugé extrêmement peu probable (P=0.001).

8.2.5.3 Conclusion sur le risque d’érosion externe


De par la conception de l’ouvrage, le risque de rupture par érosion externe est jugé
extrêmement peu probable (P=0.001 x 0.1 = 1.10-4).

8.2.6 Grand glissement


Lors de la reconstruction du déversoir, FUGRO Géotechnique a effectué un calcul de
stabilité au grand glissement. Ce dernier a confirmé la stabilité à la fois en crue et
en décrue.

Les hypothèses prises en compte ont été les suivantes :

En crue - Étude du talus aval :

 nappe à 14.1 m NGF côté amont (cote maxi de la poutre seuil) ;

 nappe à 10.5 m NGF côté aval (cote maxi du casier des Baisses).

L’étude de stabilité en crue a donc été effectuée en considérant l’intégralité de


l’ouvrage saturé.

En décrue - Étude du talus amont :

 nappe au niveau du TN côté amont (≈ 10.5 m NGF) ;

 nappe à 10.5 m NGF côté aval (cote maxi du casier des Baisses).

SAFEGE -indC page 98


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Tableau 8-4: Caractéristiques des matériaux retenues :

Notons que l’étude de stabilité en décrue a été effectuée en considérant la quasi-


totalité de l’ouvrage saturé. Seule une bande de 5 m de large côté aval n’a pas été
considérée comme saturée du fait de la perméabilité importante des graves propres
et drains graviers.

Une diminution linéaire progressive du niveau de la nappe jusqu’au pied de digue


aval a été considéré, ce qui demeure sans doute très sécuritaire.

Une surcharge de 10 kPa (1 T/m²) a été prise en compte sur toute la largeur de la
crête de digue.

Les calculs de stabilité ont uniquement été effectués en crue et en décrue rapide
avec les caractéristiques de cisaillement à long terme dans les diverses couches de
sol.

Les résultats obtenus sont les suivants :

 Profil aval (fichier comps1.tal) : F = 1.69

 Profil amont (fichier comps1.tal) : F = 1.8

Il est à noter que les vérifications concernent le déversoir avant rehausse. Étant
donné que les coefficients de sécurité sont très supérieurs aux coefficients requis, la
stabilité est considérée acquise avec une rehausse du déversoir de 40 cm.

SAFEGE -indC page 99


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-7 : Stabilité en crue

Figure 8-8 – Stabilité à la décrue

SAFEGE -indC page 100


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

8.2.6.1 Conclusion sur le risque de glissement de talus


Le risque de rupture par glissement de talus est jugé extrêmement peu probable
(P=0.001) de par les coefficients de sécurité obtenus, quelle que soit la crue
considérée.

8.2.7 RECAPITULATIF DES PROBABILITES ASSOCIEES


AUX DYSFONCTIONNEMENTS
Le tableau récapitulatif des probabilités de rupture pour le déversoir de Comps :

Figure 8-9 : Probabilités d’occurrence des ruptures selon le type de processus et


l’occurrence de la crue

Probabilité associé à la
Défaillance Crue
défaillance

100 ans 0.0001

Erosion externe 1 000 ans 0.0001

10 000 ans 0.0001

100 ans 0.001

Glissement de talus 1 000 ans 0.001

10 000 ans 0.001

100 ans 0.0001

Erosion interne 1 000 ans 0.0001

10 000 ans 0.0001

De par le fonctionnement hydraulique de la zone protégée, la probabilité


de défaillance diminue en fonction de l’augmentation de la crue du fait
d’un équilibre plus rapide des niveaux entre le Rhône et le casier des
Baisses. La probabilité de défaillance est donc considérée comme
constante.

La probabilité d’une défaillance est donc la combinaison des probabilités


d’apparition d’une brèche par l’un des trois processus, considérés comme
indépendants entre eux (érosion externe, érosion interne, glissement de talus),
soit :

Pdéfaillance = 1 – (1-Pérosion externe). (1-P glissement de talus). (1-P érosion interne)

= 1 – (1-0,0001). (1-0,001). (1-0,0001)

SAFEGE -indC page 101


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Pdéfaillance =0,0019

SAFEGE -indC page 102


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-10 : Probabilités d’occurrence d’une défaillance selon le type l’occurrence


de la crue

Probabilité associé à
Défaillance Crue
l’évènement

10 ans 0.0019
Brèche par érosion externe,
glissement de talus ou 1 000 ans 0.0019
érosion interne
10 000 ans 0.0019

8.3 ANALYSE PROBABILISTE DES


SCENARIOS
L’étude de dangers doit prendre en compte l’ensemble des potentiels de dangers
des différents composants de l’ouvrage, Le potentiel de dangers résultant des
défaillances est la libération brutale d’eau dans la zone protégée.

La combinaison des crues et des dysfonctionnements font apparaître 2 scénarios.


Une probabilité d’occurrence pour chaque scénario est estimée.

Il convient de sélectionner les scénarios les plus pertinents en vue de les modéliser
hydrauliquement.

Tableau 8-5: Détermination de la probabilité des scénarios de défaillance

Crues Défaillance scénarios définis

scénariis Occurrence Probabilité Brèches prob Probabilité du scénario

1 100 ans 0.19% oui 0.20% 0.0380%

2 1 000 ans 0.09% oui 0.20% 0.0180%

Remarque : on pourrait considérer que la probabilité de survenue d’une brèche


n’est pas indépendante de l’occurrence de la crue considérée. En effet, pour les
crues les plus fortes, on s’approche de l’équilibre des niveaux de part et d’autre du
déversoir, ce qui, théoriquement, réduit le risque de brèche. La probabilité de
rupture doit donc d’abord augmenter jusqu’à la crue de protection, pour laquelle la
différence de charge entre l’amont et l’aval est la plus forte (période de retour
100 ans), puis ensuite diminuer pour les crues plus rares.

Nous avons choisi de garder une hypothèse de probabilité constante de survenue


d’une brèche dans le déversoir (0.2%), indépendamment de l’occurrence de la crue
considérée). Cette probabilité de 0.2% de survenue d’une brèche représente la

SAFEGE -indC page 103


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

valeur maximale pour l’ouvrage considéré (déversoir), ce qui correspond à une


approche sécuritaire de l’étude de dangers.

8.4 ANALYSE DE LA GRAVITE ET DE LA


CRITICITE DES SCENARIOS DE DEFAILLANCE
8.4.1 INTENSITE ET CINETIQUE DES SCENARIOS
MODELISES
Pour chaque scénario de défaillance, les niveaux seront comparés par rapport à
l’état sans défaillance.

8.4.1.1 Scénarios sans brèches

8.4.1.1.1 Q100ans : Crue type 2003


La crue du Rhône associée à la cote de protection est la crue historique de
2003. Sur cette crue, nous disposons des données suivantes, issues de «l’étude de
calage précis entre Beaucaire et Arles», produite par CNR en 2011. L’étude de
calage précis a permis la modélisation des crues historiques du Rhône et de la crue
millénale après réalisation des aménagements du programme de sécurisation :

- niveau d’eau maximal contre le déversoir du CNR : 14.35 m NGF ;

- débit estimé du Rhône : 11 500 m3/s à Beaucaire ;

- occurrence estimée de la crue du Rhône à Beaucaire : 100 ans.

Lors d’une crue d’occurrence 100 ans sans brèches, la cinétique des eaux atteindra
0,23m/h. Le niveau d’eau maximal atteindra 14,35 m NGF en 22h après les
premières montées.

SAFEGE -indC page 104


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Montée du niveau du Rhône pour une crue d'occurrence 100ans

16

14

12

10
niveau (mNGF)

0
0 10 20 30 40 50 60 70
Temps (heure)

Figure 8-11: Montée des eaux pour une occurrence de crue 100 ans

Déversoir CNR

Casier du
village Casier des
Baisses

Figure 8-12 : Emprise de la zone inondable pour une crue d’occurrence 100 ans

SAFEGE -indC page 105


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

La zone protégée ne sera pas inondée. Le déversoir est sollicité durant environ 30h
(cote en pied de digue à 10,5 m NGF).

8.4.1.1.1 Q1000ans
La crue de sûreté du déversoir CNR est associée à une crue du Rhône déversante
dans le casier des Baisses.

Cette crue de sûreté du Rhône est ainsi associée à la crue de période de retour
du Rhône 1000 ans (débordement sur le déversoir, mais pas sur les digues CNR).
Ses caractéristiques sont issues des modélisations de l’Étude de calage précis entre
Beaucaire et Arles (réf. CNR I.00202.001) :

- niveau d’eau maximal en amont du déversoir: 15,01 m NGF ;

- débit max du Rhône : 14 160 m3/s à Beaucaire ;

- occurrence estimée de la crue du Rhône : 1 000 ans.

Figure 8-13 : Hydrogramme de la crue millénale du Rhône à Beaucaire

La cinétique de montée des eaux pour la crue de type 1000 ans sans brèche sera
de 0,05m/h. Elle sera bien plus lente qu’en 2003. Le niveau d’eau maximal
atteindra 15,01 m NGF 91h après les premières montées. Le déversoir commencera
à déverser à 14,4 m NGF pendant 18h jusqu’à ce que les niveaux en amont et aval
du déversoir soit égaux. L’ouvrage restera transparent durant 20h jusqu’à ce que le
niveau du Rhône soit descendu à 14,57 m NGF pendant sa décrue.

SAFEGE -indC page 106


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Les déversements se produisent d’abord par le déversoir CNR puis à la cote de


12,7 m NGF, il y a déversement vers le casier du village. Le casier des Baisses se
remplit en environ 7 heures.

Remplissage
Remplissage des casiers
des casiers pourune
pour la crue de sureté
crue du Rhône
de danger du Rhone

15

14
Niveaux en m NGF

13
Début d’inondation du
village
12

11
Village
Casier des Baisses
10
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45
Temps en heures

Figure 8-14 : Remplissage des casiers pour une crue de sûreté du Rhône

Le déversoir est sollicité durant un temps supérieur à 60h (cote en pied de digue à
10,5 m NGF).

SAFEGE -indC page 107


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Remplissage du casier du village

Déversoir
CNR

Casier du
village
Casier des
Baisses

Figure 8-15 : Montée des eaux pour une crue d'occurrence Q1000ans

SAFEGE -indC page 108


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

8.4.1.1.1 Q10 000ans


Pour une crue supérieure à 1000 ans, le remplissage du casier des Baisses est plus
rapide et les niveaux amont et aval s’équilibrent donc en moins de 20h. Le plan
d’eau du casier suit ensuite le niveau du Rhône. La sollicitation hydraulique sur le
déversoir n’augmente pas avec la période de retour de la crue. Dans ces conditions,
il est difficile de définir une occurrence au-delà de laquelle la stabilité de l’ouvrage
n’est pas assurée. Le risque de rupture de déversoir n’augmente pas avec
l’occurrence de crue.

Ce cas s’applique au déversoir CNR de Comps. C’est pour ces raisons qu’aucune
crue de danger n’est définie pour le déversoir de Comps.

La cinétique de montée des eaux à l’aval du déversoir (Casiers des Baisses=


0,30 m/h) est 6 fois supérieure à celle de l’amont (0,05 m/h) pour une crue
1000 ans.

Dans ces conditions, le terme « crue de danger » n’est donc pas approprié. Il serait
plus juste de parler de crue très rare.

On retient une crue très rare d’occurrence T=10 000 ans. Le débit de cette
crue est estimé à 18 000 m³/s.

Ce scénario n’est pas modélisé car il est semblable à 1000 ans. Les cotes en amont
et en aval du déversoir sont similaires, ce qui ne n’entraine pas de contraintes
supplémentaires par rapport à 1000. Les effets d’une crue 10000 ans sont très
similaires à celle d’une crue 1000 ans.

8.4.1.2 Défaillance avec brèches


Un modèle simplifié a été exploité pour ces scénarios, ne représentant que la plaine
et le bourg de Comps, les déversoirs CNR et gabions et la digue de la CNR. La
condition limite amont correspond à un limnigramme en lit mineur, issu du modèle
global CNR.

8.4.1.2.1 Crue type 2003


Les caractéristiques de la brèche sont les suivantes :

 Localisation : sur l’ensemble du déversoir (poutre béton et carapace) ;

 Largeur : 60 m ;

 Type de rupture : par érosion interne en 4,2 h (10% d’ouverture après 3,6 h
puis 100% après 4,2 h). La cinétique d’ouverture a été déterminée à partir
des résultats de l’étude hydraulique d’EGIS d’avril 2014, relative à
l’endiguement en rive gauche entre Tarascon et Arles ;

 Apparition : maximum de la crue sans défaillance.

La cote maximale obtenue est de 14,22 m NGF dans le casier des Baisses
(hauteur d’eau maximale de 6,20 m) et 14,15 m NGF dans le casier du village

SAFEGE -indC page 109


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

(hauteur d’eau maximale de 3,70 m), soit entre 10 et 20 cm sous le maximum en


lit mineur. L’ensemble du lit majeur est inondé, à l’exception du lieu-dit le Village le
long de la RD986l et du remblai au sud est entre la RD986l et la digue.

Figure 8-16 : Emprise de la zone inondable dans le scénario 1

Le débit maximal à travers la brèche est de 340 m3/s et le volume total est
d’environ 1.4 million de m3.

La surverse du déversoir de gabions se produit environ 3,5 h après l’apparition de


la brèche et le bourg et la plaine sont en équilibre avec le lit mineur environ 5,5 h
après l’apparition de la brèche (en début de décrue). La décrue en plaine dure une
vingtaine d’heures.

La vitesse d’écoulement maximale est de 0,6 m/s dans la plaine, 1 m/s dans le
bourg et 3 m/s au droit de la brèche.

SAFEGE -indC page 110


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-17: Hydrogramme de brèche sur le déversoir de Comps lors d'une crue du
Rhône type 2003

8.4.1.2.2 Crue type 1000ans


Les caractéristiques de la brèche sont les suivantes :

 Localisation : sur l’ensemble du déversoir (poutre béton et carapace) ;

 Largeur : 60 m ;

 Type de rupture : par érosion interne en 4,2 h (10% d’ouverture après 3,6 h
puis 100% après 4,2 h). La cinétique d’ouverture a été déterminée à partir
des résultats de l’étude hydraulique d’EGIS d’avril 2014, relative à
l’endiguement en rive gauche entre Tarascon et Arles.

 Apparition : lame d’eau de 1 cm sur le déversoir.

La cote maximale obtenue dans la plaine est de 15.00 m NGF, soit la cote en lit
mineur.

SAFEGE -indC page 111


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Remplissage du casier du village

Déversoir
CNR

Casier du
village
Casier des
Baisses

Figure 8-18/ Emprise de la zone inondable dans le scénario 2

Le débit maximal à travers la brèche est de 410 m3/s et le volume total est
d’environ 1.9 million de m3.

La surverse du déversoir de gabions se produit environ 3,1 h après l’apparition de


la brèche et le bourg et la plaine sont en équilibre avec le lit mineur environ 4,7 h
après l’apparition de la brèche.

SAFEGE -indC page 112


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 8-19: Hydrogramme de brèche sur le déversoir de Comps lors d'une crue du
Rhône Q1000

Par rapport à l’état sans défaillance :

 Les niveaux maxima en plaine et dans le bourg sont inchangés ;

 L’eau atteint le bourg 4,3 h plus tôt ;

 Les vitesses maximales sont similaires dans la plaine (différence moyenne


inférieure à 0,2 m/s dans la plaine), dans le bourg (< 0,5 m/s), sauf au droit
de la brèche (où la vitesse atteint 3,5 m/s contre 1,8 m/s).

8.4.2 ÉVALUATION DE LA GRAVITE DES SCENARIOS


DE DEFAILLANCE
L’évaluation de la gravité de chaque scénario d’accident s’appuiera sur la
méthodologie évoquée dans le guide de lecture des études de dangers des digues
de protection contre les inondations fluviales (janvier 2010).

Dans tous les cas, l’étude présentera les principaux enjeux présents dans la zone
inondée, et en premier lieu :

- l’ordre de grandeur du nombre de personnes exposées ;

SAFEGE -indC page 113


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

- la nature des biens exposés (notamment les infrastructures et les


établissements sensibles, cf. 3.2.3.1) que l’on évalue uniquement de
manière qualitative, les personnes que ces biens peuvent englober étant
prises en compte par ailleurs.

Les évaluations de gravité pourront être ramenées, accident par accident, à des
classes de gravité. La grille ci-dessous sera donnée à titre indicatif. La distinction
« par l'amont » / « par l'aval » sera donnée à titre indicatif comme facteur pouvant
moduler les conséquences d'un scénario de rupture (une inondation arrivant à
l'amont à la zone protégée présentant généralement une cinétique et des vitesses
d'écoulement plus rapides qu’une inondation provoquée par remous aval).

Tableau 8-6: Définition des classes de gravité (sources : Guide de lecture des
études de dangers des digues de protection contre les inondations fluviales, janvier
2010).

Concernant la zone protégée de Comps, la population exposée est de l’ordre de


534 habitants. L’inondation est causé par le remous du Rhône, la cinétique est
considérée comme lente (Classe de gravité 3).

Le tableau page suivante indique l’estimation du nombre de personnes exposées


aux inondations par scénario et propose des classes de criticité et gravité.

La classe de gravité des scénarios étudiés est 3 (534 habitants).

8.4.3 ÉVALUATION DE LA CRITICITE DES SCENARIOS


DE DEFAILLANCE
La grille de criticité ci-dessous prendra en compte la survenance de la rupture et la
gravité des conséquences potentielles des scénarios d’accidents caractérisés. Elle
permettra de positionner les accidents les uns par rapport aux autres.

* La distinction « avant, au voisinage, après » s’appréhendera en termes de niveau


de crue et non en termes chronologiques. Ainsi une rupture de digue sans déversoir
intervenant au niveau de la crête de l’ouvrage, après un certain délai de surverse
sur l’ouvrage, sera classée dans la colonne centrale de la matrice de criticité.

** les premiers débordements s’entendent comme au paragraphe 8.3.1, c'est-à-


dire par surverse sur la crête dans le cas des digues non équipées de déversoirs ou
bien par fonctionnement des déversoirs dans le cas contraire.

SAFEGE -indC page 114


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Tableau 8-7: Définition des classes de criticité (sources : Guide de lecture des
études de dangers des digues de protection contre les inondations fluviales, janvier
2010).

Lorsque la rupture interviendra après les premiers débordements, cela signifiera


que l’objectif de protection de la digue sera atteint et/ou que les capacités
techniques de résistance de l’ouvrage seront dépassées. La criticité sera donc au
niveau le plus bas, cela ne signifiera pas que le risque est nul.

Ainsi pour classer les scénarios de défaillance, nous comparerons les probabilités de
défaillance par rapport à l’occurrence du 1er débordement. De cette manière, nous
vérifierons que les scénarios de défaillance (brèche) de rehausse du déversoir CNR
seront moins fréquents que l’objectif de protection défini par la cote de
déversement (T100).

Tableau 8-8 : Criticité et gravité des scénarios

Occurrence de
Nb personnes
Probabilit la défaillance
Occurrenc suceptible Classe gravité
Scénario Crue Type é du Cinétique par rapport à
e de crue d'etre mis en et de criticité
scénario celle des 1er
danger
débordements

Sc1 100 ans Brèche Protection 0.038% Rapide 534 Au voisinage 3

Entre 100
Sc2 et 1000 Brèche Sureté 0.018% Rapide 534 Après 3
ans

La probabilité de défaillance est considérée comme très faible. Elle est donc
négligée dans la classe de gravité et de criticité

Les objectifs de protection sont remplis car tous les scénarios ont une classe de
gravité et de criticité importante mais peu probable.

L’ensemble des scénarios de défaillance envisagés ont une occurrence supérieure à


la période de retour pour laquelle l’ouvrage de protection a été dimensionné. Les
scénarios présentent donc une classe de criticité verte.

SAFEGE -indC page 115


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

9 ÉTUDE DE REDUCTION DES RISQUES


Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008 définissant le plan de l’étude de dangers des
barrages et des digues et en précisant le contenu « À partir des scénarios identifiés
comme critiques et en prenant en compte les dispositions déjà mises en œuvre
pour maîtriser les risques ainsi que les éléments de l’étude accidentologique, cette
rubrique présente la démarche de réduction des risques que le responsable de
l’ouvrage se propose de conduire, dans une logique d’amélioration continue. Cette
démarche identifie et justifie, parmi les différentes mesures envisageables, les
mesures retenues par le responsable de l’ouvrage pour réduire les risques, en
portant une appréciation sur leur efficacité espérée. Dans le cas des ouvrages
existants, le responsable de l’ouvrage précise le délai de mise en œuvre des
mesures envisagées ainsi que les mesures qui sont prises à titre provisoire. Cette
rubrique présente également les études complémentaires dont l’étude de dangers a
montré la nécessité et qui font l’objet de délais sur lesquels s’engage le responsable
de l’ouvrage. ».

L’étude de dangers est un bilan périodique de l’ouvrage, du risque qu’il présente,


des mesures de réduction des risques existantes et des mesures complémentaires à
mener nécessaires à une meilleure connaissance de l’ouvrage ou à une meilleure
sûreté.

L’objectif de cette partie sera de faire le point sur la connaissance de l’ouvrage et


les mesures de réduction de risque existantes et à venir.

9.1 AMELIORATION DE LA SURETE DE


L’OUVRAGE

9.1.1 MESURES DE REDUCTION DE RISQUES A


ENVISAGER

9.1.1.1 Érosion interne


Le risque le plus fort au droit du déversoir sera l’érosion d’interne dans le corps
étanche (à l’interface remblai / fondation et dans la fondation).Ce risque restera
toutefois très faible et la criticité est acceptable.

L’ouvrage devra faire l’objet d’un suivi strict en toutes circonstances.

9.1.1.2 Rupture du déversoir


Bien que le niveau de sûreté soit acceptable et le niveau de risque faible, la
surveillance de l’état du déversoir sera primordiale, car l’érosion pourrait se traduire
par une ruine de l’ouvrage.

La surveillance devra comprendre :

SAFEGE -indC page 116


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

- un entretien courant et régulier de la végétation pour détecter les désordres


éventuels au plus tôt ;

- une attention particulière lors des visites en cours de crue, post-crue et


post-séisme de l’état afin de détecter les amorces de désordres et les traiter
à court terme.

Les modalités de gestion actuelles seront compatibles avec le niveau de sûreté


requis.

Ce mode de surveillance sera à poursuivre à la suite du rehaussement du


déversoir CNR de Comps.

Le délégataire du déversoir devra établir des consignes de surveillance et


de gestion en crue. Elles seront en cohérence avec celles de la commune
de Comps. L’ouvrage ne dispose pas actuellement de consignes écrites.

9.1.2 REGISTRE DE L’OUVRAGE


Il n’existe actuellement pas de registre de l’ouvrage. Celui-ci doit être réalisé par la
CNR lorsque l’ouvrage sera classé.

9.2 SURVEILLANCE DE L’OUVRAGE


Des investigations particulières seront effectuées à la suite de chaque crue. Ces
visites feront ensuite l’objet d’un rapport d’investigation détaillée

9.2.1 SURVEILLANCE DE L’OUVRAGE EN CRUE

L’ouvrage est actuellement géré par la CNR. Lors d’une montée des eaux, si le
niveau atteint le seuil de 12 mNGF, un garde est mobilisé pour observer la crue au
droit du déversoir. Il s’agit de la vigilance jaune du Plan Communal de Sauvegarde
de Comps. Lorsque le niveau atteint 13,8 mNGF, le PCS passe en vigilance orange.
De ce fait, le village de Comps est évacué. La surveillance de l’ouvrage est donc
abandonnée. Au-delà de ce seuil, l’ouvrage reste sans surveillance.

SAFEGE -indC page 117


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

10 CARTOGRAPHIE
Extrait de l’arrêté du 12 juin 2008. Tous les éléments cartographiques utiles sont intégrés à l’étude pour
présenter, aux échelles appropriées, l’ouvrage et son environnement, la caractérisation des aléas
naturels, l’intensité des phénomènes dangereux et la gravité des conséquences.

Les cartographies utiles à la compréhension de l’étude sont jointes dans le corps du


document.

SAFEGE -indC page 118


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 0-1: description du système d'endiguement de Comps .......................................................... 9


Figure 2-1: Opération du programme d'optimisation des ZEC entre l’amont de Beaucaire/Tarascon et
Arles ................................................................................................................................ 17
Figure 2-2: Localisation du déversoir de Comps ............................................................................ 18
Figure 2-3: Système d’endiguement de Comps ............................................................................. 21
Figure 2-4: Périmètre de la zone protégée ................................................................................... 22
Figure 2-5: Cartographie du risque inondation sur la commune de Comps (source : PPRi, 2012) ....... 23
Figure 2-6: Occupation du sol sur la commune de Comps et ses alentours ....................................... 24
Figure 3-1: Système d'endiguement de Comps ............................................................................. 28
Figure 3-2: Digue " retour amont" .............................................................................................. 29
Figure 3-3 : Digue le long du Gardon .......................................................................................... 29
Figure 3-4 – Déversoir .............................................................................................................. 29
Figure 3-5 – Digue retour aval ................................................................................................... 30
Figure 3-6 – Les 2 batardeaux (les arènes et RD986) .................................................................... 31
Figure 3-7 – vannes de ressuyage .............................................................................................. 31
Figure 3-8 – vannes pluviales ..................................................................................................... 31
Figure 3-9 – clapet anti-retour ................................................................................................... 31
Figure 3-10 – Berge du Gardon .................................................................................................. 32
Figure 3-11: Déversoir CNR ....................................................................................................... 32
Figure 3-12: Déversoir CNR ....................................................................................................... 33
Figure 3-13: Coupe du déversoir du CNR ..................................................................................... 36
Figure 3-14 : Coupe du déversoir futur de Comps ......................................................................... 37
Figure 3-15:Ferraillage de principe du rehaussement du déversoir de Comps ................................... 38
Figure 3-16: Extrait de carte IGN de Comps et ses environs (source : GEOPORTAIL, 2013) .............. 39
Figure 3-17 – Environnement de l’ouvrage (source : IGN) ............................................................. 40
Figure 3-18 : Réseaux hydrographiques environnants (source : GEOPORTAIL, 2013) ....................... 41
Figure 3-19: Occupation du sol sur la commune de Comps et ses alentours (source : CORINE LAND
COVER, 2006) ................................................................................................................... 42
Figure 3-20 : Extrait de carte géologique BRGM de Comps et ses environs (source : GEOPORTAIL, 2013)
....................................................................................................................................... 43
Figure 3-21 : Zones NATURA 2000 et ZNIEFF environnant Comps (source : GEOPORTAIL, 2013) ....... 44
Figure 3-22 : Zone Natura 2000 à proximité de Comps ................................................................. 45
Figure 3-23 : Situation hydrographique à Comps .......................................................................... 46
Figure 3-24: Localisation des débordements pour une crue du Gardon ............................................ 48
Figure 3-25 : Localisation des débordements pour une crue du Rhône ............................................. 49
Figure 3-26: Analyse fonctionnelle .............................................................................................. 52
Figure 6-1 : Sens des inondations lors de la crue de septembre 2002.............................................. 65
Figure 6-2 : Écrêtements des débits du Gardon lors de la crue du 9 septembre 2002 ........................ 66
Figure 6-3: Limnigramme de la crue de 2002 sur différents points de Comps ................................... 67
Figure 6-4 : Contexte hydrographique ......................................................................................... 70
Figure 6-5 : Hydrologie de référence du Rhône (crues) au droit de Tarascon-Beaucaire ..................... 71

SAFEGE -indC page 119


EDD DEVERSOIR DE COMPS
Rehaussement du déversoir CNR – Indice C –
Novembre 2015

Figure 6-6 : Niveau d’études recommandé (RISQUES SISMIQUES ET SÉCURITÉ DES OUVRAGES
HYDRAULIQUES) ............................................................................................................... 73
Figure 6-7 : Réalisation de la jonction déversoir digues de Comps .................................................. 75
Figure 6-8 : Caractérisation hydromorphologique ......................................................................... 76
Figure 6-9 : Espace de mobilité du Gardon aval ............................................................................ 77
Figure 6-10 : Évolution du tracé en plan du lit mineur entre 1944 et 2003 ....................................... 78
Figure 7-1 : Déversoir pendant et après débordement ................................................................... 82
Figure 7-2:localisation des ruptures de digue suite à l’ouragan Katrina ............................................ 83
Figure 8-1 : Évaluation des scénarios de défaillance par la méthode du nœud papillon ...................... 87
Figure 8-2 : Définition de la probabilité d’un ensemble de crue ....................................................... 89
Figure 8-3 : Arbre d’évènements des scénarios ............................................................................ 92
Figure 8-4: Construction du déversoir de Comps .......................................................................... 94
Figure 8-5 : Coupe type du déversoir .......................................................................................... 95
Figure 8-6 : Composition des matériaux de filtration du déversoir ................................................... 96
Figure 8-7 : Stabilité en crue .................................................................................................... 100
Figure 8-8 – Stabilité à la décrue ............................................................................................... 100
Figure 8-9 : Probabilités d’occurrence des ruptures selon le type de processus et l’occurrence de la crue
...................................................................................................................................... 101
Figure 8-10 : Probabilités d’occurrence d’une défaillance selon le type l’occurrence de la crue ........... 103
Figure 8-11: Montée des eaux pour une occurrence de crue 100 ans .............................................. 105
Figure 8-12 : Emprise de la zone inondable pour une crue d’occurrence 100 ans ............................. 105
Figure 8-13 : Hydrogramme de la crue millénale du Rhône à Beaucaire .......................................... 106
Figure 8-14 : Remplissage des casiers pour une crue de sûreté du Rhône ....................................... 107
Figure 8-15 : Montée des eaux pour une crue d'occurrence Q1000ans............................................ 108
Figure 8-16 : Emprise de la zone inondable dans le scénario 1 ...................................................... 110
Figure 8-17: Hydrogramme de brèche sur le déversoir de Comps lors d'une crue du Rhône type 2003111
Figure 8-18/ Emprise de la zone inondable dans le scénario 2 ....................................................... 112
Figure 8-19: Hydrogramme de brèche sur le déversoir de Comps lors d'une crue du Rhône Q1000 .... 113

SAFEGE -indC page 120


REHAUSSEMENT DU DEVERSOIR DE COMPS DOSSIER D’EXECUTION

9.3. ANNEXE 3 – ETUDES D’AVANT-PROJET

34
Rapport de phase AVP
Digue Tarascon / Arles et mesures associées

11
Conception et pré-dimensionnement de la
rehausse du déversoir de Comps

Les plans relatifs à la rehausse du déversoir de Comps sont présentés dans les
planches cartographiques suivantes :

- AVP COM 1 : plan de situation

- AVP COM 2 : vue en plan de principe de la rehausse

- AVP COM 3 : coupes types de la rehausse

-AVP COM 4 : Profil en long

Une note de calcul complète justifiant la rehausse du déversoir et son scellement est
 nnexe 1 du dossier d'exécution.
présentée en A

11.1 Présentation de l’ouvrage existant


Le déversoir de Comps est un ouvrage appartenant à la CNR, accolé à la digue
communale de Comps (30) en rive droite, et à la digue CNR en rive gauche.

Figure 71 : Photo du déversoir de Comps

SAFEGE 174
Version 4A
Rapport de phase AVP
Digue Tarascon / Arles et mesures associées

L’ouvrage est un déversoir en enrochements bétonnés, avec coursier et bassin de


dissipation. Une poutre en béton armé permet de fixer le seuil déversant à la côte de
14.10 m NGF et limite les risques d’érosion interne en s’ancrant dans les limons du
corps de digue.

Le programme de sécurisation prévoit la rehausse du déversoir de 14.1 m NGF à un


niveau de 14.4 m NGF, soit une rehausse de 30 cm.

11.2 Solution proposée


La solution proposée pour la rehausse du seuil consiste à réaliser une poutre en béton
armé sur la poutre existante avec des ancrages en aciers préalablement scellés dans
l’ouvrage existant.

Les extraits des coupes de principe de la rehausse sont présentés ci-après :

Figure 72 : Coupe du déversoir existant

SAFEGE 175
Version 4A
Rapport de phase AVP
Digue Tarascon / Arles et mesures associées

17.2 Estimation des travaux des mesures associées.

17.2.1 Rehausse de la digue d’Aramon


Secteur : Aramon
Tronçon :
Solution : 1 Rechargement GNT 0/31,5
Longueur : 870 Ratio au ml 18 € HT/ml

Désignation Unité Quantité Prix unitaire Montant


Installation Ft 1 2 500 2 500
Fourniture et mise en œuvre GNT0/31,5 m3 261 30 7 830
Préparation support m² 2 610 2 5 220
15 550

17.2.2 Rehausse du déversoir de Comps


Secteur : Comps
Tronçon :
Solution : 1
Longueur : 40 Ratio au ml 430 € HT/ml

Désignation Unité Quantité Prix unitaire Montant


Installation Ft 1 2 500 2 500
Poutre en béton armé m3 8 1 000 8 000
Scellement U 134 50 6 700
17 200

SAFEGE 254
Version 4A
GARDON CASIER DES BAISSES

5.00

enrochements libres 200-400 mm (largeur variable)

Rehausse de la poutre 3
(15.80 NGF) 1
3
1 Poutre seuil en B.A (ep=0,50 m) 2/1
(14.10 NGF) (14.00 NGF)
(14.00 NGF)
3
1
60

Enrochements existants (100/400 mm) Enrochements libres


(ep=0.50m) + coude 200-400 mm
(12.0 NGF)

80
(10.50 NGF) Massif en graviers existant

1.00
50
(10.50NGF) (10.50 NGF) TN
1/1
1
1
Grave propre (9.0 NGF)
1

80
2

50

120
6.00 1.50 2.00 2.00
Drain graviers

50
CREATION D'UNE DIGUE A L'OUEST DU REMBLAI FERROVIAIRE TARASCON/ARLES ET MESURES ASSOCIEES
SAFEGE
Aix Metropole

30 Avenue Malacrida
Coup type de la rehausse 13100 AIX EN PROVENCE

Fax : 04.42.93.65.15

Phase Site Emetteur Indice


1A 16/09/13 IM DC
A V P C O M 0 0 3 S A F E G E 1 A
CREATION D'UNE DIGUE A L'OUEST DU REMBLAI FERROVIAIRE TARASCON/ARLES ET MESURES ASSOCIEES
SAFEGE
Aix Metropole

30 Avenue Malacrida
Profil en long de la rehausse 13100 AIX EN PROVENCE

Fax : 04.42.93.65.15

Phase Site Emetteur Indice


1A 16/09/13 IM DC
A V P C O M 0 0 3 S A F E G E 1 A