Vous êtes sur la page 1sur 5

CORRIGE tion imposée (précontrainte ajoutée lors de la construction de chaque vous-

1. Calcul pour les câbles d’extrémité du fléau des pertes par frottement soir)
Pertes de 100
Précontrainte 5. Calcul de la perte de précontrainte pour ces différents effets.
et armatures
a) Perte de précontrainte due au retrait
Exercice 4
α
Hypothèses :

2.84
t = 3 mois εcs,1 = 0.4 mm/m
t0 = 14 jours g(t) = 0.20
Consistance du béton : plastique ⇒ g(t0) = 0.08
2 ⋅ f 2 ⋅ 2.84 Humidité relative : 60 % ⇒ ε cs = 0.4 ⋅ (0.2 − 0.08) = 0.048 mm / m
tan(α 1 ) = = = 0.0568 ⇒ α 1 = 3.25°
l 100 Epaisseur de l’élément tef =750 mm

Coefficient de frottement : µ = 0.18 ⇒ µα = 0.0225 cf. doc. ∆σ ps = ε cs ⋅ E s = 0.048 ⋅10 −3 ⋅195 ⋅10 3 = 9.5 N / mm 2
Coefficient d’irrégularité : ϕ = 0.0011 ⇒ ϕx = 0.11 Freyssinet
b) Perte de précontrainte due au fluage
σ x = σ 0 ⋅ e − ( µα +ϕx ) = σ 0 ⋅ 0.875 ⇒ perte de 12.5% par frottement
(si la tension est appliquée aux deux extrémités du fléau, cette perte est divi- Hypothèses :
t = 3 mois ϕ1 = 2.4
sée par 2)
t0 = 14 jours ψto = 1.2
Consistance du béton : plastique ⇒ f(t-t0) = f(76 jours) = 0.3
2. Quelle est la différence pour les câbles du milieu du fléau ?
Humidité relative : 60 % ⇒ ϕ (t , t0 ) = 2.4 ⋅ 1.2 ⋅ 0.3 = 0.864
Les câbles du milieu du fléau (1ère étape) ne présentent quasiment aucune Epaisseur de l’élément tef =750 mm
perte par frottement du fait de leur faible longueur (l = 10 m)
σc
ε cc = ϕ ⋅ ε c.el = ϕ
3. Quels sont les effets différés à prendre en compte ? Ec

Trois effets différés entraînent des pertes de précontrainte il s’agit : Hypothèses :


- Du fluage du béton
- Du retrait du béton
Ec = 37 kN/mm2 (
Ec ≅ 10'5003 f cm) 5.25
- De la relaxation des aciers de précontrainte 1 1 ⇒ ε cc = 0.864 ⋅ = 1.22 ⋅ 10 − 4
σ c = ⋅ σ c 0, final = − ⋅ 10.5 = 5.25 N / mm 2 37 ⋅ 10 3
2 2
4. Quelle est l’influence de la méthode de construction pour le calcul des
effets différés ? ∆σ pc = ε cc ⋅ E s = 1.22 ⋅10 −4 ⋅195 ⋅10 3 = 24 N / mm 2

Le premier voussoir aura avant clavage un âge de 6 mois, alors que le dernier
voussoir mis en place aura un âge d’environ 14 jours (mise en précontrainte et
clavage). Il faudra donc tenir compte d’un âge moyen du béton pour le calcul
des effets différés. De plus les premiers voussoirs sont soumis à une déforma-

Ponts en =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ Département de génie civil Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Année académique 2000 - 2001 1
Béton armé >ÇZÇhWb[ Z[ DWkiWdd[ IBAP – béton armé et précontraint Dr. O. Burdet 8ème semestre
Assistants : P. Schertenleib
c) Perte de précontrainte due à la relaxation 4πγ RV d
− 4b ± 16b 2 +
Hypothèses : 1.8τ c
∆σ p∞ σ p 0 = 6%
⇒ dm = avec τc = 1.2 N/mm2 ⇒ dm = 62.5 mm
Classe de relaxation 2
⇒ 2π
Contrainte initiale σ0 = 0.7ftk = 1240 N/mm2 voir ( fig .2.18 TGC 7)
Condition : u ≤ 16dm (SIA 162, art.3.25.405)
∆σ tp , rel
= 0.65 pour t = 70 jours , cf . SIA162 art. 5.41
∆σ ∞p , rel u = 4 ⋅ b + π ⋅ d m = 4 ⋅ 400 + π ⋅ 62.5 ≅ 1800 mm ≥ 16d m ( KO! )

∆σ pr = 0.65 ⋅ 0.06 ⋅1240 = 48.5 N / mm 2 γ RVd 1.2 ⋅ 202.5 ⋅ 10 3


⇒ u = 16dm d’où : d m ≥ = ≅ 85 mm
1.8 ⋅ 16τ c 1.8 ⋅ 16 ⋅ 1.2
Les pertes différées cumulées s'élèvent à :
Verification : u ≤ 16dm =1360 mm ⇒ dm calculé OK!
∆σ = 9.5 + 24 + 48.5 = 82 N / mm 2 soit environ 6.6 %. u = 4 ⋅ 400 + π ⋅ 85 ≅ 1870 mm

La perte totale moyenne (frottement moyen + effets différés) s’élève à Epaisseur minimale :
∆σ = 6.3 + 12.5 2 ≅ 12.5 %
tmin = dm + enrobage + φbarre = 85 + 40 + 20 = 145 mm
6. Calculer l’épaisseur minimale requise de la dalle de roulement pour
l’introduction de charges ponctuelles (roue de camion). 7. Quelle est l’influence de cette sollicitation sur l’armature
transversale ?
Il s’agit de dimensionner l’épaisseur de la dalle de roulement pour éviter tout
risque de poinçonnement localisé sous l’effet d’une roue de camion. Néceesite que la résistance à la flexion à proximité de l’application de la
charge soit suffisante (SIA 162 art. 3.25.408)
Qd = γ q ⋅ Φ 1 ⋅ Q = 1.5 ⋅ 1.8 ⋅ 75 = 202.5 kN
Q '
m xRm = m 'yRm = 0.125 ⋅ γ R ⋅ Vd = 0.125 ⋅1.2 ⋅ 202.5 = 30.4 kNm / m'

La résistance ultime au poinçonnement '


m xRm 30.4 ⋅ 10 6
est donnée par (SIA 162, art.3.25.4) a s ,min = = = 865 mm 2 / m '
0.9 ⋅ f y ⋅ d 0.9 ⋅ 460 ⋅ 85
40
40

VR = 1.8 ⋅ τ c , red ⋅ u ⋅ d m
Cette armature est à ajouter en nappe nappe inférieure de la dalle de
b roulement.
Hypothèse : d ≤ d 0 ⇒ τ c , red = τ c
Pour des raisons d’impératifs constructifs (mise en oeuvre du béton) et de
u = 4 ⋅ b + π ⋅ dm dm/2 résistance flexionnelle, les dalles de roulement ont très rarement une épaisseur
inférieure à 25 cm, le critère de poinçonnement est donc rarement
déterminant, sauf au niveau des appuis selon le type de tablier.

Ponts en =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ Département de génie civil Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Année académique 2000 - 2001 2
Béton armé >ÇZÇhWb[ Z[ DWkiWdd[ IBAP – béton armé et précontraint Dr. O. Burdet 8ème semestre
Assistants : P. Schertenleib
Répartition des armatures transversales dans la dalle de roulement

Système statique

Système statique C=0, répartition Qmod1

Diagrammes des moments Qmod1

∞, répartition Qmod1
Système statique C=∞

Diagrammes des moments Qmod1

Armature de flexion Répartition des armatures


Armature pour poinçonnement

Armature de flexion à vérifier

Ponts en =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ Département de génie civil Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Année académique 2000 - 2001 3
Béton armé >ÇZÇhWb[ Z[ DWkiWdd[ IBAP – béton armé et précontraint Dr. O. Burdet 8ème semestre
Assistants : P. Schertenleib
8. Dessiner sur une coupe transversale au 1:50 le principe d’armature.

Ponts en =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ Département de génie civil Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Année académique 2000 - 2001 4
Béton armé >ÇZÇhWb[ Z[ DWkiWdd[ IBAP – béton armé et précontraint Dr. O. Burdet 8ème semestre
Assistants : P. Schertenleib
9. Comment coffrez-vous cette section et quelles étapes de bétonnage envisagez

Dans le cas d’une construction par encorbellement, la


section est généralement bétonnée en une seule étape.
Les porte à faux sont parfois bétonnés ultérieurement
pour diminuer le poids devant être supporté par
l’équipage mobile. L’inconvénient principal est un
joint de bétonnage vertical et traversant qui constitue
une zone de pénétration idéale pour les sels de
déverglaçage en cas défaut de l’étanchéité. Par
ailleurs le joint se situe au droit du moment maximal
transversal.

Si l’ouvrage est exécuté sur cintres fixes, plusieures


possibilités sont envisagables. Il est par exemple
possible de bétonner la dalle inférieure, puis de
bétonner les âmes et la dalle de roulement en une
seule fois. Le principal avantage est qu’il est possible
d’appuyer le coffrage de la dalle de roulement sur la
dalle inférieure déjà durcie. Le principal
inconvénient est la mise en oeuvre du béton sous les
câbles de précontrainte au droit de l’arrêt de
bétonnage.

Il est également possible de bétonner les ailes avec la


dalle inférieure. De ce fait on conserve les avantages
énumérés précedemment avec toutefois le même
problème de mise en oeuvre du béton au droit de
l’arrêt de bétonnage que dans le cas précédent. Un
avantage supplémentaire est un meilleur équilibre des
volumes de béton à mettre en place pour chaque
étape de bétonnage. Par contre, le coffrage de
l’intrado de la dalle inférieure doit être fermé et
résister à la pression lors du bétonnage.

Ponts en =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ Département de génie civil Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Année académique 2000 - 2001 5
Béton armé >ÇZÇhWb[ Z[ DWkiWdd[ IBAP – béton armé et précontraint Dr. O. Burdet 8ème semestre
Assistants : P. Schertenleib

Vous aimerez peut-être aussi