Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 02 :

2.1 Introduction

Après avoir analysé et délimité le sujet, il faut choisir les meilleures sources d'information pour
effectuer la recherche documentaire. Cette démarche comprend deux dimensions :

1. Le type de documents que l'on recherche : monographies, articles de revues, thèses, etc.
2. Le type de ressources à interroger : catalogues de bibliothèque, bases de données, moteur
de recherche du Web, portails spécialisés, etc.

2.2 Type de documents


Il dépend du niveau et de la nature de l'information recherchée
a) Les dictionnaires et encyclopédies, utiles pour comprendre le sujet et le préciser, surtout
lorsqu'il s'agit de concepts nouveaux.
b) Les livres ou monographies, utiles pour approfondir la recherche. Sont inclus dans cette
catégorie :

- les Manuels, qui font le point sur une question


- les Mementos, qui permettent de se faire une idée rapide sur un sujet
- les précis, qui approfondissent un aspect de la question
- les actes de colloques, qui sont les compte-rendus d'un congrès
- les périodiques généralistes ou spécialisés : ils permettent de se tenir informé des derniers
résultats de la recherche ou de l'actualité d'une question de société
- les Thèses, mémoires, rapports de recherche (la littérature grise) : d'un haut niveau
scientifique, ils sont appropriés pour traiter un sujet pointu
- les Documents spécifiques (cartes, brevets, images, données statistiques, etc.) : leur usage
dépendra du domaine disciplinaire ou de l'approche choisie pour traiter un sujet
- la documentation officielle : c'est l'ensemble des documents officiels édités par l'État (lois,
décrets, règlements, marchés publics, associations, etc.).

2.3 Type de ressources

Il va dépendre de la nature du sujet et du type de document recherché :


a) Les catalogues de bibliothèques : pluridisciplinaires, ils sont incontournables pour trouver de la
documentation papier :
● les catalogues des universités
● le catalogue collectif des universités (SUDOC : http://www.sudoc.abes.fr)
● le catalogue mondial (Worldcat : http://www.worldcat.org/)

b) Les bases de données bibliographiques


Elles sont constituées d'un ensemble structuré de références bibliographiques sur un sujet, un
domaine, un type de document, etc. Elles peuvent contenir une analyse, un résumé et de plus en
plus souvent l’accès au texte intégral du document lui-même.

- Bases pluridisciplinaire
Ex. : Jstor, DOAJ, Web of knowledge
- Bases spécialisées
Ex. : Lexis Nexis, Doctrinal (droit), Econlit, Business Source (économie),
ArXiv.org (mathématiques et physiques)
https://www.jstor.org/

JSTOR est une bibliothèque numérique de plus de 2 000 revues et de plus de 25 000 ouvrages dans
les domaines des sciences humaines, des sciences sociales et des sciences. Sont inclus des revues
savantes, des revues littéraires et des monographies académiques. JSTOR est présent dans plus de
75 disciplines, dont les domaines suivants: arts, commerce et économie, histoire, sciences
humaines, droit, médecine et autres domaines de la santé, sciences et mathématiques, et sciences
sociales.

https://doaj.org/

Le répertoire des journaux en accès libre (DOAJ) est un site Web qui répertorie les journaux en
accès libre. Il est géré par Infrastructure Services for Open Access (IS4OA). Le projet définit les
revues en accès libre comme des revues scientifiques et savantes qui répondent à des normes de
qualité élevées en exerçant un contrôle par les pairs ou un contrôle de la qualité éditoriale et en
"utilisant un modèle de financement qui ne facture pas les lecteurs ou leurs institutions pour
l'accès". La définition de l'accès ouvert donnée par la Budapest Open Access Initiative est utilisée
pour définir les droits requis accordés aux utilisateurs, pour que la revue soit incluse dans le DOAJ,
en tant que droits de lecture, de téléchargement, de copie, de distribution, d'impression, de
recherche ou de lien au site. texte intégral de ces articles ". Le DOAJ a pour objectif "d'accroître la
visibilité et la facilité d'utilisation des revues scientifiques et universitaires à libre accès, afin de
promouvoir ainsi leur utilisation et leur impact accrus.

En mars 2015, la base de données contenait des enregistrements pour 10 000 revues. En moyenne,
quatre revues ont été ajoutées chaque jour en 2012. En mai 2016, le DOAJ a annoncé la suppression
d'environ 3 300 journaux de sa base de données afin d'améliorer la fiabilité du contenu qui y est
répertorié. Les journaux supprimés peuvent faire une nouvelle demande dans le cadre d'une
procédure en cours. [8] Au 25 février 2018, la base de données contenait maintenant 11 210 revues.

c) Les bases de données factuelles

Rassemblent des informations exprimées dans un langage symbolique ou numérique par opposition
aux bases de données bibliographiques qui rassemblent des informations exprimées en langage
naturel.

On distingue deux types de bases de données factuelles : les encyclopédies électroniques et les
bases de données de résultats d’expériences. Les encyclopédies électroniques font la synthèse du
savoir sur un domaine particulier.

Les bases de données de résultats d’expérience rassemblent des informations, généralement de


nature numérique, sur des expériences. L’information contenue dans ces bases est généralement
moins structurée que dans les encyclopédies électroniques.

d) Les ressources du Web


Elles sont innombrables mais leur qualité est extrêmement variable et l'information y est volatile.
Voici quelques sites recommandés pour la recherche scientifiques et académiques:
Des moteurs de recherche spécialisés
- Google Scholar (http://scholar.google.fr/)
- Google Books (http://books.google.fr/)
- Theses.fr (http://www.theses.fr/),
Des portails scientifiques
- WorldWideScience (http://worldwidescience.org)
- Université en ligne (http://uel.unisciel.fr)
- Sciences.gouv.fr (http://www.science.gouv.fr/)
- Centre international de recherche scientifique (http://www.cirs.fr)

2.4 Evaluer la qualité et la pertinence des sources


Un travail de recherche doit s’appuyer sur des informations fiables. Cela est particulièrement vrai
lorsque les recherches portent sur des sites web. Toute information dont on ignore la provenance
devrait a priori être écartée

Principaux critères de fiabilité des sources


1. Identification
-Identification de l’organisation, du site producteur, du site hébergeur pour un site internet (analyse
de l’URL)
Exemple : Toutes ces URL sont formées sur le même modèle:
protocole://serveur/répertoire/document.extension
Exemple 1
Le fichier que pointe l’URL suivante est situé :
http://www.pk12-8.fr/adminpk/formation.html
sur un serveur Web (www.) identifié sous le nom pk12-8 situé en France (fr)
dans le dossier adminpk et s’appelle formation.html.

Principales extensions (appelées aussi suffixes)


.gouv et .gov gouvernemental
u-, univ- : universitaire.
edu : universités et éducation (US),
gov : organismes gouvernementaux,
int : organisations internationales,
mil : militaires (US),
net : réseaux,
org : ONG.
Un pays est déterminé par son code ISO (dz-Algérie, fr-France, uk - Grande-Bretagne, es -
Espagne...)

-Identification de l’auteur (personne physique ou morale)


-Identification de la nature du document et de l’information.

2. La notoriété de l’auteur :
1. L’auteur est spécialiste du sujet, conseiller par votre enseignent. Actuellement ils existent des
indicateurs d’impact des publications des chercheurs.

Le h-index (ou facteur h), créé par le physicien Jorge Hirsch en 2005, est un indicateur d’impact des
publications d’un chercheur. Il prend en compte le nombre de publications d’un chercheur et le
nombre de leurs citations. Le h-index d’un auteur est égal au nombre h le plus élevé de ses
publications qui ont reçu au moins h citations chacune.

Exemple : un h-index de 6 signifie que 6 publications de l’auteur ont chacune été citées au moins 6
fois.
Le h-index peut aussi être calculé pour une entité de recherche (institution, laboratoire…), ou pour
une revue. L’auteur considéré est le nom de l’entité (laboratoire, institution…) ou le titre de la revue

3. La date de publication du document

La date de publication est récente, c’est important pour certaines disciplines.

4. L'objectif du site
-Adéquation du site avec les objectifs visé.

Chapitre 03 : Localiser les documents

3.1 Définition : Qu'est-ce-que la recherche documentaire ?

C'est une démarche méthodologique qui permet d'identifier, récupérer et traiter des informations sur
un sujet donné.

« Savoir se documenter, c'est savoir où et comment trouver l'information, savoir poser les bonnes
questions, savoir de quelle information on a besoin, savoir la lire, la comprendre, la critiquer,
évaluer si elle répond à ses besoins et savoir la gérer ». Bernard Pochet ;

3.2 Types de documents:

3.2.1 Document primaire


Document présentant une information à caractère original, c’est-à-dire dans l’état où l’auteur l’a
écrite ou conçue. C'est le document en lui-même.
Exemple: logique floue, (Zadeh).
3.2.2 Document secondaire
Document comportant des informations de nature signalétique ou analytique sur des documents
primaires.
Ex : bibliographie, catalogue, index…
3.3 Notions de bruit et de silence
En recherche documentaire, deux notions importantes sont à retenir. Elles traduisent l'échec d'une
requête qu'il convient alors de reformuler ou d'affiner.
3.3.1 Bruit:
C'est l'ensemble de documents non pertinents trouvés en réponse à une question, lors d’une
recherche d’information. L'information pertinente est noyée dans la masse.
3.3.2 Silence:
C’est l’ensemble des documents pertinents non affichés lors d’une recherche documentaire.
L'information pertinente n'est pas trouvée et celui qui cherche peut penser qu'il n'y en a pas.

3.4 Les techniques et opérateurs de recherche


Les opérateurs booléens : ET, OU, SAUF
Ils permettent, en établissant une connexion logique entre des termes de recherche ou mots-clés, de
trouver une information ou un document.
Exemple: automatique, machine électrique.
L’opérateur ET/AND = opérateur d’intersection : recherche précise :
Exp: seulement sur la commande associée aux machines

Commande Machines

OU (OR) : pour élargir la recherche. Le système va chercher les documents qui contiennent au
moins un des termes. Commande OU machines électriques (Réunion des deux termes)

Commande Machines

SAUF/NOT: = opérateur d’exclusion : recherche orientée : tout sur la commande sauf ce qui touche
aux machines électriques.
Sur les moteurs de recherche internet il faut mettre le signe – (moins)

Machines
Commande

Les guillemets permettent de rechercher l’ensemble d’une expression. (mêmes mots dans le même
ordre) Ex : « Machines électriques» éliminera d’éventuelles recherches avec le mot « Machines »
ou le mot« électriques». La recherche par expression est particulièrement utile lorsqu’une recherche
entraîne un trop nombre de résultats ou pour rechercher précisément une expression.

* : l’astérisque est souvent utilisé pour connaître l’intégralité d’une phrase ou d’une expression. Qui
vole * vole * permet de retrouver l’expression qui vole un œuf vole un bœuf.

Rechercher un type de fichier spécifique

Il peut être utile de limiter les résultats à un seul type de fichier. Il suffit d’ajouter filetype: suivi de
l’extension choisie pour délimiter la recherche. Exemple : filetype:PDF pour rechercher des
documents, ou filetype:PNG pour rechercher les images correspondantes sur Google Images.

Rechercher sur un seul site

L’opérateur site: permet de délimiter la recherche au site Internet de votre choix. Exemple : outils
site:blogdumoderateur.com permet de découvrir les outils présentés sur votre blog préféré. Il suffit
de ne pas indiquer de mot-clef dans la requête pour visualiser l’ensemble des pages indexées.

Il est également possible d’affiner sa recherche en utilisant la recherche avancée du moteur de


recherche.
Chapitre 04 : Présentation de la bibliographie

4.1 Introduction :

Il existe deux styles de représentation de la bibliographie couramment utilisés dans les rapports
scientifiques: le style de référence de Vancouver et le style de référence de Harvard. Les deux
styles diffèrent principalement par la manière dont les références sont présentées dans le texte en
cours: dans le style de Vancouver, les références sont identifiées par des chiffres arabes; Dans le
système de Harvard, les références sont identifiées par le nom du ou des auteurs et l’année de
publication.

4.2 Le système de Vancouver

Le système de Vancouver est numérique; chaque référence citée dans le texte est identifiée par un
numéro arabe unique. Les numéros sont attribués dans l'ordre de citation. Si une référence est citée
plus d'une fois, le même numéro de citation doit être utilisé. Ce numéro est généralement placé
entre crochets [1], en exposant1 ou en combinant crochets et exposant [1]. Le nom de l'auteur peut
être présent ou absent

Exemple:
Smith [3] présente des preuves convaincantes que le réchauffement climatique est une menace
beaucoup plus grande que ne le supposaient les recherches précédentes [1,4-7,9].
Lorsque vous citez un ensemble de plusieurs références, utilisez une virgule pour séparer une série
de nombres non inclusifs [1, 6, 11] et un trait d'union pour indiquer une série de nombres inclusifs
[4-7].
4.3 Le système de Harvard

Classement alphabétique à la section « Références ». Les références citées dans les textes en cours
sont identifiées par le nom du ou des auteurs et l'année de publication. Pour les citations dans le
texte qui font partie de la phrase, utilisez des parenthèses pour ne mettre que l'année de publication
comme celle-ci: Smith (2009). Si vous mettez l'intégralité de la citation dans le texte entre crochets,
vous n'aurez pas besoin d'une deuxième paire de crochets pour l'année, comme ceci: (Johnson
2005).

Exemple:
Smith (2009) présente des preuves convaincantes que le réchauffement planétaire est une menace
beaucoup plus grande que ne le supposaient les recherches précédentes (Johnson 2005; Abugabar et
Jelan 2006; Sesalem et al. 2012; Leery 2010a, b).

Pour les œuvres de plus de trois auteurs, utilisez et al. après le nom du premier auteur, comme ceci:
Sesalem et al. (2012).

Les auteurs prolifiques peuvent avoir publié de nombreux articles au cours de la même année. Si
vous citez plus d'articles du même auteur parus la même année, vous les différenciez en utilisant de
petites lettres latines: a, b, c, etc., comme ceci: Leery (2012a, b).

Vous pouvez inclure le numéro de page lorsque vous citez des idées spécifiques ou que vous avez
des citations directes.

Exemple:
Johnson et al. (2010, p. 34) soutiennent cependant que «notre planète ne s'est réchauffée que de 0,5
degré Celsius depuis le début du XXe siècle».

Contrairement au système de Vancouver, les citations dans le texte auteur-date font partie du texte
et sont donc placées avant les virgules et les points.

Notez que de nombreuses revues ont leurs propres styles de citations et de références. Certaines
revues exigent, par exemple, qu'il y ait une virgule entre le nom de l'auteur et l'année de publication.
Consultez toujours le style du journal avant de soumettre un article: cela donne une bonne
impression et améliore les chances que votre article soit accepté.
4.4 Présentation des références

Quelque soit le système de référence adopté, une liste de références doit être fournie à la fin du
texte. Cette liste doit inclure les informations complètes pour toutes les références citées dans le
texte. La rédaction des références diffère selon le type de document cité.

Une référence bibliographique

-varie selon le type (ouvrage, articles, congrès…) et le support (papier, en ligne, cédérom…) du
document

- est constituée d’éléments (auteur, titre, édition…) indispensables au bon signalement.

Lors d’élaboration de la liste des références, celle-ci doit :

- être homogène suivant le style choisi


- respecter les règles du traitement de texte : pas d’espace avant le point et la virgule,
mais un espace après la virgule, un espace avant et après le point-virgule et le deux-
points, pas de majuscule ou d’abréviation non justifiées

Il existe des normes pour noter les références d'un document, quelque soit le support , une référence
doit comporter:

 Auteur , Titre du document ,Titre du l'emplacement où on a trouvé le document ,


Éditeur , Date

Articles de périodiques (Journal)

NOM Prénom. Titre de l’article. Titre du périodique, année de publication, numéro du volume,
pagination.

2-Ouvrages

NOM, Prénom. Titre de l'ouvrage : sous-titre. Auteur secondaire facultatif. Lieu d'édition : Éditeur,
année de publication, x p. Collection facultatif ; numérotation dans la collection facultatif. ISBN n°
d'ISBN

4-Thèses et mémoires
NOM Prénom. Titre de la thèse ou mémoire. Discipline. Lieu de soutenance : Université de
soutenance, année de soutenance, nombre de pages

5. Cédérom

AUTEUR. Titre [CD-ROM] Lieu d’édition : Editeur, année de publication.

6-Ressources électroniques : sites internet

NOM, Prénom ou ORGANISME. Titre de la page d'accueil [en ligne]. Lieu d'édition : Éditeur,
année de publication. [consulté le date de consultation]. URL : <http://adresse>.

7- Brevets (Norme Z 44 005 §7.12)

AUTEUR (Inventeur). Titre du brevet. Numéro du brevet. Date du brevet.

Partie 02 : Conception de mémoire


Chapitre II-1 : Plan et étapes du mémoire.

Structure du mémoire :
Le mémoire doit compter les éléments suivants :
1- La page de garde : Souvent, chaque établissement dispose d’un modèle à suivre.
La page de garde de votre mémoire contient des informations déterminantes :
Le titre de votre mémoire ;
Votre nom ;
Les noms de vos tuteurs/directeurs de mémoire ;
Les noms des membres du jury ;
L’année universitaire ;
La date de présentation du mémoire (soutenance) ;
Le diplôme préparé par l’étudiant ;
Le logo votre université (facultatifs).
Le département
2- Remerciements :
Remercier les personnes qui ont participé à votre succès académique et à la rédaction de votre
mémoire.
Les remerciements d’un mémoire se placent après la page de garde
Dans les remerciements d’un mémoire, on citera et dans cet ordre hiérarchique, les personnes
suivantes :
 le directeur de mémoire (promoteur) ;
 les membres du jury ;
 les enseignants ou intervenants et ;
 les proches (famille, amis, collègues, conjoint,…).
Exemples de remerciements d’un mémoire par catégorie de personnes
1. Directeur de mémoire
Votre directeur de mémoire est la personne la plus importante à citer dans les remerciements de
votre mémoire. Il doit donc être remercié en premier dans l’ordre hiérarchique de la page des
remerciements d’un mémoire.
C’est en général la personne qui a le plus contribué à votre mémoire en termes d’aide, de conseil et
de direction. Il est présent dès le début de votre travail et le voit évoluer. C’est également la
personne qui vous donne des pistes de recherche, des sources et vous aide lorsque vous êtes bloqué.
Il est donc naturel de le remercier.
Pour quelles raisons remercier votre directeur de mémoire :
 pour son aide ;
 pour le temps qu’il vous a consacré ;
 pour ses conseils avisés ;
 pour sa supervision éclairée tout au long de la rédaction du mémoire ;
 pour ses conseils précieux.
Exemples : remerciements pour le directeur de mémoire
“En premier lieu, je remercie M. Paul RAULT, professeur à l’Université de Toulouse. En tant que
directeur de mémoire, il m’a guidé dans mon travail et m’a aidé à trouver des solutions pour
avancer.”
“Je tiens à remercier le M. Paul RAULT, professeur de marketing à l’Université Paris VI et
directeur de ce mémoire, pour l’aide qu’il a fournie et les connaissances qu’il a su me transmettre.
Je le remercie également pour sa disponibilité et la qualité de ses conseils.”
“Je voudrais tout d’abord adresser toute ma gratitude au directeur de ce mémoire, M. Paul
RAULT, pour sa patience, sa disponibilité et surtout ses judicieux conseils, qui ont contribué à
alimenter ma réflexion. ”
2. L’équipe pédagogique de l’établissement
Vous avez passé pas mal de temps dans les couloirs de votre université, et votre mémoire est la
finalité de toutes ces années de dur labeur.
En remerciant l’équipe pédagogique de votre établissement dans les remerciements de votre
mémoire, vous montrer votre gratitude à toutes les personnes qui font fonctionner l’établissement
(administration, secrétariat, différents départements…).
Pour quelles raisons remercier l’équipe pédagogique :
 pour leur collaboration et leur aide ;
 pour leur aide dans les démarches administratives et épreuves rencontrées lors des
 recherches liées à ce mémoire ;
 pour leur contribution en termes de transmission d’informations ;
 pour la qualité des enseignements fournis tout au long de ma scolarité.
Exemples : remerciements pour l’équipe pédagogique
“Nous tenons à saisir cette occasion et adresser nos profonds remerciements et nos profondes
reconnaissances aux responsables et au personnel de l‘Université Paris VII.”
“Nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères au corps professoral et
administratif de l‘Université Paris VII, pour la richesse et la qualité de leur enseignement et qui
déploient de grands efforts pour assurer à leurs étudiants une formation actualisée.”
“J’aimerais aussi gratifier les efforts de M. DUPRE, assistant de M.JUSER, qui a eu l’amabilité de
répondre à mes questions et de fournir les explications nécessaires. ”
3. Les enseignants, intervenants et autres collaborateurs
Dans ce périple qu’est la rédaction d’un mémoire, certaines personnes issues du corps professoral
ou des professionnels interviennent.
Il peut s’agir d’un professeur spécialisé dans un domaine abordé dans votre mémoire ou un expert
qui a répondu à vos questions lors d’entretiens.
Pour quelles raisons remercier vos professeurs et intervenants :
 pour avoir répondu à mes questions ;
 pour avoir participé à un entretien ;
 pour m’avoir apporté des précisions dans son domaine d’expertise ;
 pour s’être investi sur différentes parties du mémoire.
Exemples : remerciements pour les enseignants et intervenants
“Je désire aussi remercier les professeurs de l‘Université Paris VII, qui m’ont fourni les outils
nécessaires à la réussite de mes études universitaires. Je tiens à remercier spécialement Pierre
DUPONT, qui fut le premier à me faire découvrir l’histoire de la presse au XXe siècle. ”
“Je remercie également Mme CHURLA, directrice de l’entreprise Swift, pour sa précieuse
collaboration en me fournissant des données précises sur le marché de l’audiovisuel.”
4. Les proches et la famille
Remercier sa famille, ou plus généralement ses proches (amis, collègues, conjoint…), est aussi une
partie incontournable des remerciements d’un mémoire.
Ils ont joué un rôle fondamental dans votre éducation et vous ont soutenu lors de vos études, que ce
soit moralement ou économiquement.
Pour quelles raisons remercier votre famille et vos proches :
 pour leur avis critique ;
 pour leur soutien émotionnel ;
 Pour avoir relu mon mémoire et corrigé certaines imperfections.
Exemples : remerciements pour les proches et la famille
“Un grand merci à ma mère et mon père, pour leur amour, leurs conseils ainsi que leur soutien
inconditionnel, à la fois moral et économique, qui m’a permis de réaliser les études que je voulais
et par conséquent ce mémoire.”
“Je voudrais exprimer ma reconnaissance envers les amis et collègues qui m’ont apporté leur
soutien moral et intellectuel tout au long de ma démarche. Un grand merci à Jean RICHARD pour
ses conseils concernant le style de mon mémoire.”
“Enfin, je tiens à témoigner toute ma gratitude à Jacques, Maria et Sylvie LAUREZ pour leur
confiance et leur soutien inestimable.”
“Je souhaite particulièrement remercier ma collègue Mme Lucie FRUET pour sa précieuse aide à
la relecture et à la correction de mon mémoire. ”

3- Table des matières

Dans la table de matière d’un mémoire, on liste tous les chapitres et parties, leur nom, ainsi que le
numéro de la page qui leur correspond. Le sommaire d’un mémoire permet au lecteur d’avoir une
vue d’ensemble de votre mémoire et lui permet facilement de trouver le début de chaque partie.
4-Liste des figures
5-Liste des tableaux
La liste des figures et tableaux dans votre mémoire comme son nom l’indique une liste exhaustive
de tous les tableaux et schémas que vous avez utilisés, accompagnés du numéro de la page
correspondante.
Cette liste permet aux lecteurs d’avoir une vue d’ensemble de l’utilisation que vous avez eu de ces
différents outils. La liste aide ainsi le lecteur à mieux comprendre votre document.
Bien que cette liste ne soit pas obligatoire, elle est recommandée si vous utilisez beaucoup de
tableaux et de schémas dans votre thèse.

6-Listes des abréviations

7- Introduction Générales ( 1 à 2 pages)


Une introduction ne dépasse pas deux pages. Elle est souvent composée des parties suivantes :
1. L’accroche
2. La présentation du sujet
3. La problématique du mémoire
4. La présentation de votre démarche ou méthodologie de recherche
5. L’objectif principal du mémoire
6. L’annonce du plan
8- Les chapitres
Trois à quatre chapitres
Le chapitre 1 et le chapitre 2 : théorie : Exemple un chapitre sur la logique floue- Un chapitre la
machine asynchrone.
Chapitres 03 et 04 : Simulation, résultats. Implémentation pratique.

9- Conclusion générale et perspectives


Votre mémoire doit se terminer par une conclusion percutante, car certains examinateurs ne lisent
que la conclusion et l’introduction des mémoires.

Pour une bonne conclusion de mémoire, attention à …


Avez-vous utilisé une hypothèse à la place d’une question de recherche ? Si c’est le cas, indiquez si
l’hypothèse s’est avérée vraie ou non.
Évitez que la conclusion de mémoire ne donne une impression d’inachevé.
N’apportez aucune nouvelle information dans la conclusion. Toute information nouvelle doit
avoir été indiquée précédemment dans le développement (sauf pour l’ouverture).
Ne donnez pas d’exemples dans votre conclusion. Une conclusion de mémoire est déduite du
développement.

Vérification de votre conclusion


 Vous avez répondu à votre question de recherche.
 Vous avez répondu à la question ou au problème principal.
 Les hypothèses ont été confirmées ou réfutées.
 Les verbes sont conjugués au bon temps.
 Aucun problème n’est interprété.
 Aucune nouvelle information n’a été fournie.
 Aucun exemple n’est utilisé.
 Aucune information superflue n’a été ajoutée.
 Aucune section des résultats n’est issue d’un copier-coller.
 La première personne n’a pas été utilisée.

10- Annexes
Mettez ça en annexe » une phrase souvent prononcée par les superviseurs quand
votre thèseou mémoire est trop long.
C’est en général plus facile à dire qu’à faire, car les étudiants trouvent qu’il est difficile de
déterminer quelles parties vont dans les annexes et quelles parties vont au cœur du mémoire.

11- Référence bibliographiques

Le trois fonctions du résumé de mémoire


1. Expliquer le titre de votre mémoire
Le résumé sert d’abord à expliquer le titre de votre rapport de stage, mémoire ou thèse. Cela permet
à votre lecteur de décider si votre mémoire ou votre thèse a un sujet assez intéressant pour qu’il
continue sa lecture. Un résumé bien rédigé peut convaincre le lecteur de poursuivre et ainsi vous
permettre d’obtenir plus de lecteurs.
2. Une courte version de votre mémoire
Par ailleurs, le résumé offre aux lecteurs qui n’ont pas le temps de lire l’intégralité de votre
mémoire une version courte de celui-ci. Les managers et les scientifiques se contentent parfois de
lire le résumé.
3. Un aperçu de votre mémoire
Enfin, le résumé donne aux lecteurs un aperçu de leur lecture. Cela facilite la compréhension et
apporte un contexte à votre mémoire. Un résumé bien rédigé permettra aux éléments plus ardus
d’être compris plus facilement.
Longueur, emplacement et temps d’un résumé de mémoire
La règle générale est que le résumé ne doit pas faire plus de 5% du mémoire intégral et ne doit pas
excéder une page. En effet, il doit normalement pouvoir être parcouru rapidement.
Que doit contenir le résumé de mémoire ?
Vous devez rédiger un paragraphe pour chacune des questions suivantes :
 Quelle est la problématique ? Indiquer l’objectif, l’énoncé du problème et les questions de
recherche de votre rapport de stage, mémoire ou thèse.
 Qu’est-ce qui a déjà été fait sur le sujet ? Expliquez brièvement la méthode et l’approche de
votre recherche.
 Quelles découvertes ont été faites ? Donnez une synthèse des résultats les plus importants et
votre conclusion.
 Que signifient ces découvertes ? Résumez les points clés de la discussion et présentez vos
recommandations.
Utilisation d’acronymes dans le résumé de mémoire
Etant donné que votre lecteur doit pouvoir comprendre votre résumé sans lire le reste de votre
mémoire, vous devez expliquer les acronymes quand vous en utilisez.

Vérification de votre résumé de mémoire


 Votre résumé de mémoire fait moins d’une page A4.
 Votre résumé de mémoire est écrit au présent simple.
 Votre objectif est expliqué dans votre résumé de mémoire.
 L’énoncé de votre problème est donné dans le résumé de mémoire.
 Les questions ou hypothèses de recherche sont exposées dans le résumé de mémoire.
 La méthodologie et l’approche de votre recherche sont brièvement expliquées dans le résumé de
mémoire.
 Une synthèse des plus importants résultats est donnée.
 La conclusion est également donnée (la réponse à votre question de recherche).
 Les résultats ont été discutés et expliqués (discussion).
 Vous présentez des suggestions de recherches supplémentaires.
 Toutes les recommandations sont discutées succinctement.
 Le résumé explique clairement quel est le sujet de votre mémoire ou votre thèse (même pour ceux
qui ignorent tout du sujet).