Vous êtes sur la page 1sur 30

Résumé.

Notre étude – centrée sur l’avant-


garde historique – se propose d’analyser un
phénomène complexe, résultat de la tension PERMÉABILITÉ ET OSMOSE
exercée entre deux termes, supposés être
corrélatifs : la « perméabilité » et « DES AVANT-GARDES.
l’osmose ». Comme en physique, le premier SUR LE MANIFESTE ACTIVISTE
n’est que la condition nécessaire du second. ADRESSÉ À LA JEUNESSE
Nous sommes persuadés que les trois
mouvements de l’avant-garde historique,
porteurs d’une valeur fondatrice –
futurisme, dadaïsme, surréalisme –, loin de
s’être isolés hermétiquement entre les
limites infranchissables de leurs convictions,
ont communiqué d’une manière plus ou
moins discrète, au niveau même de leurs
« actes d’identité », la « perméabilité » et
l’« osmose » étant donc à découvrir à Cristian-Robert Velescu
travers leurs manifestes. Notre analyse porte
surtout sur le Manifeste activiste adressé à la syntagme « avant-garde historique ». Dans
jeunesse, paru en 1924, à Bucarest, dans les cette situation tellement complexe, parler
pages de la revue d’avant-garde de la « perméabilité » ou de l’ « osmose »
Contimporanul. Nous tâchons de démontrer des différentes avant-gardes équivaut, en
que l’origine de ce manifeste doit être fait, à formuler un oxymore, étant donné
cherchée dans les manifestes futuristes, étant l’intolérance et l’intransigeance que ces
le résultat palpable d’un échange direct
avant-gardes ont manifestées les unes vis-à-
d’idées, engendré par le processus
vis des autres. Et cela parce que, dans leur
« osmotique ». Celui-ci peut se manifester
succession, le futurisme, le dadaïsme et le
également à la limite qui sépare l’avant-
surréalisme – pour ne mentionner que les
garde historique de la modernité, comme
avant-gardes à valeur fondatrice, constituant
l’exposition internationale de 1924
« la colonne vertébrale » du phénomène
organisée par la revue bucarestoise
Contimporanul semble le démontrer. avant-gardiste – prétendent se nourrir à la
source génuine de l’originalité
Keywords : modernism, avant-garde, mani- absolue. L’idée d’une originalité absolue –
festo, futurism, dada, Romanian avant-garde. dont ces mouvements prétendent participer
d’une manière exclusive – devient souvent
Dans l’analyse du phénomène connu une véritable obsession et un terrain de
sous le nom d’ « avant-garde historique », dispute1. Voilà pourquoi on pourrait parler
l’historien de l’art se trouve souvent d’un « paradoxe » à la puissance de deux, dès
confronté à des problèmes dont la solution lors que l’on constate que le manifeste même,
s’avère difficile. On se heurte ainsi à la en tant qu’ « acte d’identité » des
quasi-impossibilité de déterminer les mouvements que nous venons de mentionner
limites qui séparent les différents – mais aussi d’autres mouvements, plus ou
mouvements avant-gardistes, ou – selon la moins contestataires, comme le
formule que nous préférons – les constructivisme ou le suprématisme – devient
différentes « avant-gardes ». Considérés le territoire privilégié de la « perméabilité » et
ensemble, ces mouvements composent le de l’ « osmose » des différents mouvements
phénomène génériquement désigné par le avant-gardistes.

REV. ROUM. HIST. ART, Série BEAUX-ARTS, TOME LI, P. 77–106, BUCAREST, 2014 77
Il est généralement admis qu’en tant que des différents mouvements avant-gardistes.
porteurs des poétiques des groupes de Compte tenu du facteur chronologique,
création mentionnés, ce sont précisément « l’osmose » aurait dû se produire à la
les manifestes qui séparent entre eux les limite entre le dadaïsme et le mouvement
différents mouvements, tant au niveau roumain d’avant-garde, supposé être
conceptuel qu’au niveau déclaratif, se éclectique de par sa nature même5. Un tel
constituant en « frontière » ou « borne » et « voisinage » aurait pu paraître tout naturel,
assumant ainsi une mission ségrégative. puisque, grâce à au moins deux de ses
C’est la raison pour laquelle la tâche que représentants de marque, l’avant-garde
nous avons assumée – l’analyse du roumaine est entrée en contact direct avec
manifeste avant-gardiste en tant que le dadaïsme zürichois, « disséminé »
« territoire commun », espace de la ensuite à Berlin, Hanovre, Paris et même à
« perméabilité » et de « l’osmose » des New York6. Selon le témoignage de Hugo
avant-gardes – peut paraître téméraire. Ball, le jour même où s’est déclenché le
Pourtant, une analyse plus attentive des phénomène dadaïste, Tristan Tzara et
différents manifestes nous permettra de Marcel Iancu, en compagnie de Jules, le
constater que, par des permutations frère de ce dernier, franchissaient le seuil
inattendues et surprenantes, les avant- du Cabaret Voltaire, en tant que derniers
gardes ou les différents mouvements « se venus7. Pourtant, malgré le retard signalé
prêtent » réciproquement ou bien ils par Ball, Tzara allait se mettre à la tête du
« mélangent » leurs « actes d’identité », mouvement, dont il allait devenir, par sa
c’est-à-dire les idées inscrites dans leurs propre volonté, de façon énergique,
manifestes2. À condition qu’un manifeste l’idéologue absolu et incontesté. N’avait-il
ne découle pas directement d’un autre, pas affirmé « qu’il voulait surpasser le
selon un effet de multiplication que nous futurisme en retournant contre celui-ci ses
avons qualifié ailleurs de « télescopique »3. propres armes et faire mariner Marinetti
Dans ce qui suit, nous nous proposons dans son propre jus »8 ? Cela, sans doute,
d’examiner dans quelles circonstances et de grâce aux manifestes qu’il allait concevoir
quelle manière le message futuriste en tant et publier, d’abord en Suisse, puis à Paris.
que « matrice » de toute activité avant- Nous nous proposons de démontrer qu’au
gardiste – sa prééminence se situe au- cours de l’activité avant-gardiste roumaine,
dessus de tout débat ou polémique, le le dadaïsme a bien été « court-circuité »,
facteur chronologique en est la preuve puisqu’on ne reconnaît que « de
indiscutable – a « modelé » le profil du faibles traces » de celui-ci dans les lignes
premier texte programmatique paru dans du Manifeste activiste... On peut se
l’espace de l’avant-garde roumaine, et le demander, à juste raison, pourquoi on avait
premier, à notre connaissance, dont le titre voulu éluder le dadaïsme, du moment où
contient le mot « manifeste »4. Il s’agit du Tzara représentait, pour l’avant-garde
Manifeste activiste adressé à la jeunesse, roumaine, une sorte de « génie tutélaire »
paru à Bucarest dans le numéro de mai (Fig. 1). Nous estimons qu’il ne peut pas
1924 de la première revue avant-gardiste encore y avoir de réponse définitive à cette
roumaine, Contimporanul. En plaçant notre question. On peut néanmoins construire des
analyse sous le signe de la « perméabilité » hypothèses autour de ce sujet, et c’est
et de « l’osmose » des avant-gardes, on précisément une de ces hypothèses que
aurait pu s’attendre à ce que le phénomène nous allons présenter au cours des présentes
« osmotique » se soit manifesté « de proche considérations.
78 en proche », suivant la succession naturelle
Fig. 1 – Tristan Tzara (photo d’époque).

Le manifeste activiste... a été publié au nouvel art ? Vos manifestes ont un succès fou
printemps de 1924, dans les pages de la revue surtout celui de l’idiotie pure très compris.
Contimporanul. Pour pouvoir expliquer la C’est la plus amusante manière de gaspiller sa
« concentration » réduite de dadaïsme et le vie, et il n’y a que la timidité qui m’empêche
« haut coefficient » de futurisme que de devenir un dadaïste militant. Je te confierai
comporte le manifeste9, nous allons diriger mon âme déjà dadaïsante »10.
notre attention sur les initiateurs de la revue, Le fragment cité contient – croyons-nous –
Marcel Iancu et Ion Vinea, qui se des informations essentielles sur le
connaissaient déjà depuis longtemps. À leur phénomène de la « perméabilité » et de
tour, ils connaissaient Tzara, qui était leur l’« osmose » des avant-gardes. C’est d’abord
ami. Mais tandis que Marcel Iancu (Fig. 2) a la date de cette correspondance – le 1er août
directement contribué à la construction 1921 – qui nous semble très significative. On
du dadaïsme, Vinea (Fig. 3) n’était lié notera que neuf mois avant la parution du
à ce mouvement que par une premier numéro de la revue Contimporanul11,
« participation indirecte » et plutôt affective, Vinea avait déjà manifesté son intérêt pour
c’est-à-dire par l’intermédiaire de son ami l’activité dadaïste du Cabaret Voltaire
Tzara, qui le représentait parmi les dadaïstes (Fig. 4). Ajoutons encore que dès 1916, dans
« homologués ». On peut citer, dans ce une lettre de quatre pages – signalée par
contexte, une carte postale très significative Henri Béhar – Vinea s’intéressait à « la
que Vinea avait envoyée à Tzara de Bucarest. nouvelle porte du Cabaret Voltaire »,
Encouragé par Francis Picabia, Tzara avait désirant, en même temps, en apprendre
quitté Zürich pour s’installer à Paris : davantage sur l’œuvre poétique d’Emmy
« Cher filleul, puisque tu vas en Hennings12 (Fig. 5). Il faut quand même
Tchécoslovaquie etc. pourquoi ne pousses-tu admettre que pour Vinea, l’intervalle 1916-
pas jusqu’ici faire quelque exhibition du 1921 – lorsque les deux lettres ont été 79
rédigées et expédiées – doit être considéré Marcel Iancu manifestait à cette époque-là
comme une période d’« adaptation » à la à l’égard des dadaïstes et du mouvement
façon avant-gardiste d’être et d’agir, puisque, Dada. Une attitude – il faut le remarquer –
même en août 1921, la timidité l’empêchait radicalement changée à partir de 1919. Lors
toujours de devenir « un dadaïste militant ». de son séjour parisien, les options de
Ces détails illustrent bien l’intérêt que Marcel Iancu subissent un changement
Vinea montrait pour la forme écrite du essentiel, l’ancien militant du Cabaret
manifeste à un moment où l’on peut supposer Voltaire adoptant des convictions plutôt
que la revue Contimporanul se trouvait déjà constructivistes. En nous plaçant dans la
au stade de projet, ne fût-ce qu’un projet perspective que Marcel Iancu avait
purement conceptuel. En lisant la carte délibérément adoptée, la « timidité » de
postale datée du mois d’août 1921, on Vinea aurait pu être une simple façon de
apprend que Vinea connaissait le Manifeste s’excuser, communiquée à son ami Tzara,
sur l’amour faible et l’amour amer, puisque, pour justifier le faible écho que le dadaïsme
en écrivant à Tzara, il fait allusion à un texte allait avoir dans les pages de la revue
consacré à « l’idiotie pure ». Mais les autres Contimporanul et pour lui laisser entendre
manifestes ne lui étaient sûrement pas pourquoi, à Bucarest, soit on allait renoncer
inconnus non plus, car c’est toujours lui qui à publier un manifeste – cette forme
informe son correspondant parisien sur « leur corrosive de littérature programmatique –,
succès fou ». soit on allait en remettre la publication à
Si, pourtant, au moment de sa parution, plus tard. Or, on sait bien que Tzara
la revue Contimporanul n’avait été appréciait tout particulièrement ce type
accompagnée d’aucun manifeste, on ne d’écrit. La lecture des manifestes était une
peut que supposer les raisons de cette constante, un moment obligatoire du
absence. Nous pensons, une fois de plus, à programme des manifestations Dada à
la « timidité » de Vinea, qu’il venait Paris, que l’idéologue du mouvement avait
d’avouer lui-même dans la carte postale imposé à ses confrères français par sa
envoyée à Tzara, ainsi qu’à l’attitude que volonté inébranlable13.

80 Fig. 2 – Marcel Iancu (photo d’époque). Fig. 3 – Ion Vinea (photo d’époque).
Fig. 4 – Cabaret Voltaire (toile de Marcel Iancu, disparue).

Fig. 5 – Emmy Hennings (photo d’époque). 81


Dans l’ouvrage qu’il consacre à « l’âge « proscrite ». À la lumière des deux
parisien » du dadaïsme, l’exégète Michel témoignages que nous venons de citer, nous
Sanouillet apporte des informations sommes tenté d’imaginer Marcel Iancu
essentielles sur la position de Marcel Iancu comme une sorte de « pape » de « l’art
par rapport au Dada et aux dadaïstes : nouveau », venu à Bucarest dans le but précis
« Lors de la création du groupe Das de propager cet art à partir de 1922. Même
Neue Leben et de l’Association des artistes après la parution du manifeste proprement dit
radicaux en 1919, Janco avait pris parti – Le manifeste activiste... –, le rôle de ce texte
contre Tzara en faveur d’un dadaïsme programmatique allait bientôt être repris par
„constructif”. Un séjour à Paris en 1921 certaines formes substitutives. De cette
l’avait convaincu que les dadaïstes s’étaient manière, le terme « manifeste » pouvait être
irrémédiablement fourvoyés dans la voie évité, et sa résonnance – considérée, peut-
d’un nihilisme sans issue. Il rejetait la être, trop incendiaire ou dangereuse – mise en
responsabilité de cet état de fait sur les sourdine. Cinq mois après la parution du
littérateurs du groupe qui, n’étant pas tenus Manifeste activiste..., dans les pages du
en bride, comme les plasticiens, notamment numéro unique de la revue 75 HP, le poète
les architectes, par les exigences de la Ilarie Voronca allait publier son Aviogramme
matière, se laissaient aller à formuler des au lieu de manifeste16 (Fig. 6), texte rédigé
théories esthétiques délirantes »14. non pas dans un esprit dadaïste, comme cela
Tout aussi importantes, dans ce sens, aurait semblé normal, vu la participation
sont les observations d’Henri Béhar, qui consistante de Tzara et de Marcel Iancu au
cite Marcel Iancu lui-même : mouvement Dada, mais bien dans une
« Marcel Janco, ses études d’architecture manière futuriste. Nous croyons que la
achevées à Zürich, a séjourné à Paris en 1921, « réticence » de l’avant-garde roumaine par
puis est rentré en Roumanie écrivant : ‘Déjà rapport à l’idée de manifeste doit être
un monde nous séparait des poètes dada qui entièrement mise sur le compte de Marcel
continuaient la mystification et la blague pour Iancu. C’était lui qui avait reproché aux
le seul plaisir du non-sens... après quelques dadaïstes – qu’il confondait, selon le
querelles avec Tzara et des discussions témoignage signalé par Béhar, avec les
inutiles avec les surréalistes en herbe qui surréalistes – l’élaboration des « théories
n’étaient intéressés que dans la mauvaise délirantes », or, il ne faut pas oublier que
plaisanterie et le scandale, j’ai décidé de « l’idiotie pure » – pour revenir à la formule
chercher mon propre chemin et de partir en utilisée dans la correspondance Vinea–Tzara
missionnaire de l’art nouveau dans mon pays – a pu trouver son expression grâce à l’un des
natal’ »15. plus incendiaires manifestes dadaïstes, Le
En corroborant les deux témoignages, on manifeste sur l’amour faible et l’amour amer.
est en mesure d’expliquer pourquoi on n’avait Il ne faut pas oublier qu’à l’exception de
pas publié de manifeste avant-gardiste dès les Tzara, Marcel Iancu était le seul artiste de
premières parutions de Contimporanul, afin Roumanie qui, à Zürich, avait vécu
de marquer – comme les stratégies avant- l’expérience du dadaïsme précoce et, en
gardistes l’exigeaient – le programme même temps, militant. Son refus était donc
idéologique de la revue. Avec deux années de fondé sur une connaissance directe des
retard, le Manifeste activiste... a néanmoins événements de Zürich. Ion Vinea n’était que
vu le jour. Les témoignages que nous venons l’heureux propriétaire d’un « cœur
d’exposer pourraient expliquer non seulement dadaïsant », formule que l’on peut interpréter
le retard de la parution du premier manifeste à comme une promesse faite à Tzara
Bucarest, mais aussi « la rareté » de cette d’embrasser un jour le dadaïsme, mais qu’il
forme de littérature artistique dans l’espace de n’a jamais tenue. Même si, rétrospectivement,
l’avant-garde roumaine. C’est probablement Marcel Iancu se présentait lui-même sous les
Marcel Iancu lui-même qui devait l’avoir traits d’un dadaïste auto-renié, il passait pour
82
l’unique possesseur du « brevet » des actions « Je suis depuis hier soir à Bucarest, je
authentiquement avant-gardistes, comprises pars ce soir à la campagne et je ne désire
dans leur dimension générique. Il le reconnaît que retourner, soit à Paris, soit autre part.
lui-même lorsqu’il affirme qu’il « avait Les Balkans et la mentalité d’ici me
décidé de chercher son propre chemin et de dégoûtent profondément [...]. Je crois que
revenir, en tant que missionnaire du nouvel je ne pourrai rien travailler ici. Il fait trop
art, dans son pays natal ». Dans le langage chaud. Ç’aurait été peut-être mieux de ne
des avant-gardistes roumains, « l’art pas partir du tout. Je m’ennuie ici
nouveau » n’était rien d’autre que « l’art horriblement, et je ne suis que pour vingt-
d’avant-garde ». À Bucarest, la prééminence quatre heures à Bucarest »17.
de Marcel Iancu était assurée par le fait qu’à Une étude plus approfondie consacrée
ce moment-là, Tzara n’était pas présent pour aux revues roumaines d’avant-garde révélera
pouvoir influencer les choses, de quelque l’influence croissante de Tzara, qui semble
manière que ce fût. D’ailleurs, selon une lettre atteindre une sorte d’apogée dans la
qu’il avait expédiée de Roumanie à Francis construction plastique, ainsi que dans la
Picabia, il n’avait aucune envie d’être présent structure conceptuelle de la revue 75 HP,
ou d’agir sur la scène artistique bucarestoise : parue à Bucarest en novembre 1924 (Fig.
7). Dans ses pages, « l’idiotie pure » – pour

Fig. 6 – Aviogramme au lieu de manifeste (page de la revue 75 HP). 83


citer de nouveau Ion Vinea – n’était pas la revue 75HP. Pourtant, la revue unu, sous la
une intruse quelconque, mais, habilement direction de Saşa Pană, fera place de plus en
camouflée sous l’apparence de « l’humour plus à l’esprit surréaliste. On perçoit dans ses
dadaïste », elle s’était installée « comme pages, même en sourdine, la dispute entre
chez soi », dans les pages de ce numéro Tzara et Breton, à la suite du « Congrès de
unique de la revue. Il faut remarquer que la Paris » dont André Breton avait été
« pictopoésie »18 (Fig. 8), inventée grâce l’initiateur21 et qui allait permettre au futur
aux efforts créateurs des deux initiateurs de idéologue du mouvement surréaliste de miner
la revue – le peintre Victor Brauner et le le dadaïsme « de l’intérieur ». Avec
poète Ilarie Voronca –, reproduite dans les l’installation de Tzara à Paris, en janvier
pages de la revue, semble être une œuvre 1920, Dada commençait sa carrière
graphique, un simple collage. Mais parisienne, or Breton comptait parmi les
considérée de plus près, dans l’exposition19 dadaïstes parisiens « de la première heure ».
ouverte en octobre-novembre 1924 à Une photo datant du 27 mars 1920 le
Bucarest, à la Maison d’Art (sic !), elle se représente, à la Maison de l’Œuvre, en
présentait sous la forme d’une peinture de homme-sandwich récitant le Manifeste Dada
chevalet traditionnelle sur toile. Au lieu de de 1918, l’ « Évangile » de tout dadaïste
livrer des images réalistes, imitatives, que (Fig. 10).
tout regardeur attendait, elle était couverte Dans le contexte de l’influence
d’un bric-à-brac de mots, « ramassés » croissante exercée par Tzara au sein de
selon la « règle de création » de nature l’avant-garde roumaine, à partir de 1924, va
aléatoire, statuée par Tristan Tzara dans son se produire la division des avant-gardistes
Manifeste sur l’amour faible et l’amour en plusieurs « camps ». Une lettre de Miliţa
amer. Autrement dit – à la différence de Petraşcu adressée à Constantin Brâncuşi
Contimporanul, où « la censure » de illustre clairement le phénomène de
Marcel Iancu s’exerçait probablement avec ségrégation22, manifesté, il est vrai,
une vigilance accrue, car l’ex-dadaïste avait uniquement en tant que tendance. En
un mot décisif à dire dans la politique réalité, « l’osmose » a agi de manière
éditoriale de la revue –, avec la parution de constante, en guidant l’activité avant-
75HP, l’avant-garde roumaine devient gardiste bucarestoise sur la voie de
perméable par rapport aux facteurs de « l’intégralisme », un mouvement préparé
nature iconoclaste tels que l’irrationnel et dans les « rédactions » des revues
l’absurde, déjà clamés dans le manifeste Contimporanul, 75HP et Integral. Dans la
futuriste de 190920, mais qui n’étaient pas perspective de « l’intégralisme », les revues
en mesure d’influencer de manière décisive mentionnées n’étaient qu’en apparence
la poétique avant-gardiste avant la concurrentes. Le projet allait prendre la
publication, en 1920, du Manifeste sur forme d’une ambitieuse et sans doute
l’amour faible et l’amour amer. Voici que utopique « synthèse des arts », en mesure
« les mauvaises plaisanteries » – pour citer de conférer à l’avant-garde roumaine un
Marcel Iancu – faisaient leur entrée sur la caractère original et à la fois éclectique23.
scène avant-gardiste bucarestoise. Son « éclectisme» supposé est, selon notre
L’influence de Tzara se manifestera aussi opinion, le résultat normal d’un processus
dans l’ambiance de la revue Integral, dialectique, facilité par le phénomène de la
ensuite dans les pages de la revue unu, à perméabilité et de l’osmose. Le titre et le
travers des avant-gardistes comme Victor contenu de la revue 75 HP – publication
Brauner et Ilarie Voronca (Fig. 9). Comme qui marque un tournant dans l’évolution
nous l’avons déjà remarqué, le poète et le des événements avant-gardistes en
peintre avaient affirmé leur dadaïsme d’une Roumanie – mettent en évidence justement
manière convaincante, lors de leur expérience la dialectique évoquée. Si le « horse-
« pictopoétique », déployée dans les pages de power » sur le frontispice de la revue et
84
« l’aviogramme » de ses pages témoignent effectivement, d’une façon réelle et
d’une certaine ascendance futuriste, le parfaitement tangible – se laissent
« décalogue de l’admissibilité à 75 HP » découvrir dès 1909, dans Fondation et
(Fig. 11) – dont nous avons parlé à une Manifeste du futurisme, l’archétype de tout
autre occasion24 – parle le langage manifeste avant-gardiste. Dans ses pages,
inconfondable du dadaïsme enclin vers les avant-gardistes roumains trouvent des
l’absurde, l’irrationnel et l’iconoclaste. « La formules comme : « Sortons de la
perméabilité » et « l’osmose » ont peut-être Sagesse », ou « Donnons-nous à manger à
été favorisées par une excessive mobilité l’Inconnu, non pas par désespoir, mais
des représentants de l’avant-garde simplement pour enrichir les insondables
roumaine, qui passaient facilement d’une réservoirs de l’Absurde ! »28. Nous
rédaction à l’autre, en offrant leurs suggérons que c’est à partir de ce manifeste
« services » à diverses revues25. En fait, les marinettien que de telles formulations
programmes de ces revues n’étaient pas passent dans les manifestes dadaïstes29.
contradictoires, puisque la compétition Autrement dit, pour Tristan Tzara, le
signalée par Miliţa Petraşcu n’était qu’une manifeste de Marinetti était un véritable
agitation à la surface des événements avant- « gisement d’idées », qui n’attendait qu’à
gardistes bucarestois, sans jamais atteindre être exploité. En paraphrasant tout
leurs profondeurs. Grâce au phénomène simplement les mots de Tzara dans le
« osmotique », l’avant-garde roumaine a premier manifeste dadaïste, nous allons
agi comme un tout et, dans l’intervalle affirmer que « sur les territoires du
1924-1925, de proche en proche, en suivant futurisme, eux, les dadaïstes, ont jeté leur
les lignes de force d’une synthèse artistique ancre dans la terre grasse »30.
sui generis, qu’Ilarie Voronca, dans un En 1920 et ensuite en 1921, lorsque
article programmatique à valeur de Marcel Iancu et Tristan Tzara se trouvaient à
manifeste, a nommée « intégralisme »26 Paris – le second dans le but d’offrir au
(Fig. 12). À notre avis, la responsabilité dadaïsme une scène d’une audience plus
pour le projet intégraliste n’appartient pas large et plus illustre –, les faits que nous
seulement à la revue Integral, mais à toutes analysons étaient en pleine évolution, trop
les publications avant-gardistes déjà citées, vivants et trop proches pour que
qui – dans l’intervalle mentionné – ont agi les confrères de Tzara, à Zürich, aient pu les
d’une manière synergique27. évaluer de manière objective. Et nous
En parcourant les deux témoignages – pensons, sans doute, à Marcel Iancu qui, à ce
celui de Michel Sanouillet et celui signalé moment-là, était à la recherche d’un autre
par Henri Béhart – nous avons pu voir type d’avant-gardisme, que nous allons
comment Marcel Iancu se singularise dans qualifier de « constructif » et « bien
le paysage avant-gardiste roumain, car il tempéré ». C’est précisément la forme que
refuse nettement au binôme « irrationnel – Contimporanul va encourager dès le
absurde » la qualité de « moteur » de moment de sa parution, de manière quasi
l’iconoclastie avant-gardiste. Il faut noter insaisissable dans les premiers numéros,
que des syntagmes comme « nihilisme sans ensuite d’une manière plus audacieuse, pour
issue » et « plaisir du non-sens » – porteurs revenir – de temps à autre – à une attitude
en eux-mêmes des germes de l’iconoclastie, timorée, hésitante, étrangère à l’esprit avant-
propre à toute avant-garde – n’étaient pas gardiste. La situation se prolongera jusqu’en
d’origine dadaïste ou surréaliste, comme mai 1924, moment de la parution du
devait l’avoir imaginé Marcel Iancu à partir Manifeste activiste adressé à la jeunesse, le
de 1920. Tout au contraire, « les germes » premier et, peut-être, le seul manifeste
de telles formulations – signalant des avant-gardiste authentique paru dans
attitudes qui ultérieurement allaient quitter l’espace roumain. À une nouvelle lecture du
la sphère de la théorie pure, pour agir témoignage ultérieur de Marcel Iancu – 85
Fig. 7 – Couverture de la revue 75 HP (linogravure par Victor Brauner).

86 Fig. 8 – Manifeste de la Pictopoésie (page de la revue 75 HP).


extrait d’un catalogue édité en 1953, cité qu’un « milieu transformateur » ou un
par Henri Béhar31 –, on peut constater que « filtre » par l’intermédiaire duquel le
les « péchés » que Marcel Iancu met sur le dadaïsme parisien était appelé à alimenter
compte des « surréalistes en herbe » le réservoir d’idées et de personnalités du
portent, en réalité, la « marque » du futur mouvement surréaliste. Cette stratégie
dadaïsme parisien et de Tristan Tzara. En n’est pas passée inaperçue dans les milieux
corroborant le témoignage de Marcel Iancu avant-gardistes bucarestois. Et nous
de 1953 – signalé par Henri Béhar – avec pensons surtout à l’article d’Ilarie Voronca
celui de Michel Sanouillet on pourrait intitulé Surréalisme et intégralisme dans
clarifier ce problème assez épineux32. Dans lequel l’auteur dénonce – ne serait-ce que
le témoignage de Marcel Iancu cité par d’une façon allusive – « les malversations »
Michel Sanouillet on parle d’un « nihilisme de Breton35. Bien que Voronca n’ait pas eu
sans issue », pratiqué par les « lettrés du l’intention de rédiger un manifeste au sens
groupe ». Nous nous rappelons qu’une fois propre du terme, cet article joue – selon
arrivé à Paris, à la gare de Lyon, le nous – le rôle d’un vrai texte
17 janvier 1920, Tristan Tzara trouve un programmatique, apte à engendrer un
abri dans l’appartement de Francis Picabia, nouveau mouvement artistique au cœur
rue Emile Augier, où – le jour même – il est même de l’avant-garde roumaine. Et il
visité par un vrai « comité d’accueil », importe peu que ce mouvement ait été
formé des écrivains groupés autour de la utopique, comme nous essaierons de le
revue Littérature, qui allaient bientôt démontrer au cours des présentes
devenir des militants dadaïstes et les considérations. Voilà tout autant de raisons
protagonistes des premières manifestations pour lesquelles nous plaçons Surréalisme et
Dada à Paris. Parmi les premiers à intégralisme parmi les rares manifestes
l’accueillir et à faire sa connaissance il y produits par les groupes avant-gardistes
avait – à part son hôte, Francis Picabia –, roumains.
André Breton, Paul Éluard, Louis Aragon En revenant à l’attitude de Marcel
et Philippe Soupault, qui l’avaient soutenu Iancu – qui, de retour en Roumanie, pense à
au cours des manifestations Dada de réanimer l’activité artistique –, nous
Paris33. Mais ils allaient bientôt s’éloigner observons que « le nihilisme sans issue »
de « l’esprit Dada », en trahissant leur pratiqué par « les surréalistes en herbe »
mentor – Tristan Tzara – dès que l’occasion n’était que la composante « irrationnelle »
s’en est présentée. André Breton, tout et en même temps « absurde » du dadaïsme
comme Francis Picabia – le même qui, par parisien (Fig. 13). Les « surréalistes » dont
une correspondance intense ayant débuté en parle Marcel Iancu sont les dadaïstes
1918, avait déterminé Tzara à quitter parisiens eux-mêmes – avec Breton comme
Zürich pour Paris – furent les premiers à chef de file –, ceux qui avaient soutenu
manifester une telle tendance centrifuge. Tzara au moment de son début parisien,
« L’occasion » allait être provoquée par mais qui l’avaient quitté peu après.
André Breton lui-même, par l’invention en D’ailleurs, l’année 1921, lorsque Marcel
1922 du « Congrès de Paris ». Cette Iancu se trouvait à Paris, représente le
structure visait à diluer et, par conséquent, à moment d’apogée du dadaïsme parisien.
rendre inefficiente l’action dadaïste par Déjà en janvier 1920, à Paris, au moment
l’inclusion, dans le « congrès », de « toutes où l’on attendait que Tristan Tzara arrive de
les tendances »34. Dans la perspective des Zürich, Marcel Iancu ne fait pas une bonne
présentes considérations – ayant impression dans les milieux avant-gardistes
précisément pour objet le phénomène de la parisiens, représentés, à ce moment-là, par
perméabilité et de l’osmose des avant- André Breton et Francis Picabia. Voici ce
gardes –, « le Congrès de Paris » n’était que Breton écrivait à ce dernier, le 9 janvier 87
1920, quelques jours seulement avant refroidissement des relations entre son
l’arrivée de Tzara à Paris : correspondant et Marcel Iancu37.
« M. Janco ne m’a pas fait une impression Ces circonstances suffisent, à elles
merveilleuse. Il m’a semblé que ce seules, pour expliquer le court-circuitage du
personnage manquait de décision sur dadaïsme par les avant-gardistes
plusieurs points et j’ai souffert du bucarestois, au moment où Contimporanul
malentendu qui m’a paru s’établir plusieurs préparait un changement de stratégie, en
fois au cours de notre conversation. Ses renonçant à son avant-gardisme « bien
idées sur l’architecture m’ont semblé tempéré » – qu’il avait promu dès sa
étranges, non moins qu’à vous »36. parution – en faveur d’une attitude avant-
Voilà donc des raisons suffisantes qui gardiste plus radicale. Nous croyons
auraient pu déterminer Marcel Iancu – pouvoir identifier une telle attitude dans la
directeur de Contimporanul, à côté de Ion décision des responsables de
Vinea – à bloquer, autant que faire se pouvait, Contimporanul de munir le mouvement
« la voie du dadaïsme » dans les pages de la avant-gardiste bucarestois – même
revue. Ion Vinea était apparemment au tardivement – d’un premier texte
courant de tout cela. Dans la lettre qu’il programmatique, dont le titre comportait
envoie à Tzara le 4 juillet 1921 il laisse précisément le mot « manifeste ».
entendre qu’il avait connaissance du

Fig. 9 – Ilarie Voronca et Victor Brauner en 1924. Fig. 10 – André Breton en homme-sandwich,
à la Maison de l’Œuvre, le 27 mars 1920.
88
Fig. 11 – Page de 75 HP, avec un « décalogue » conçu à l’intention des futurs collaborateurs de la revue.

Fig. 12 – « Surréalisme et intégralisme »,


article d’Ilarie Voronca paru dans le premier numéro de la revue Integral, 1er Mars 1925. 89
Fig. 13 – Les dadaïstes parisiens, collaborateurs de la revue 391 – au premier rang,
Tristan Tzara, Céline Arnauld, Francis Picabia et André Breton (photo d’époque, années ’20).

En approfondissant davantage notre l’avant-garde bucarestoise. Mais celle-ci est


analyse, nous arrivons à la conclusion porteuse – selon Iancu – de sa propre
qu’au moment de sa radicalisation, l’avant- spécificité. Voilà pourquoi l’auteur insère
garde roumaine était – pour la première fois dans le titre même de son article le
peut-être – à la recherche d’un modèle bien syntagme « notre futurisme ». Il semble que
distinct, qu’elle était disposée à assumer. l’auteur soit prêt à accepter l’idée d’un
Selon notre conviction, c’est précisément futurisme « naturalisé ». Vu l’importance
vers le mouvement futuriste qu’elle se de l’article, nous allons le reproduire
dirigeait, cédant instinctivement aux intégralement :
impulsions d’un « tropisme » qui nous « Selon Ruskin, si Marinetti n’avait pas
semble justifié et tout naturel. tué la tristesse, l’évanouissement de l’art se
Arrivé en Roumanie en 1930, Filippo serait propagé dans le monde entier.
Tommaso Marinetti est célébré avec faste Aux regrets, aux lamentations, à la
(Fig. 14). À cette occasion, la revue Facla mélancolie et au désespoir il opposait
consacre un espace généreux à sa présence l’optimisme et le présent de la vie, en
à Bucarest et au futurisme en général. créant, à l’aide d’éléments vivants, l’art
Marcel Iancu signe un bref mais consistant futuriste. La phalange révolutionnaire a
article, suggestivement intitulé Notre entamé alors un combat noble et généreux
futurisme. Même à l’époque – c’est-à-dire qui a libéré la sensibilité et le verbe de
sans bénéficier du « recul » historique –, le l’homme moderne :
lecteur de l’article devait éprouver un Le futurisme a donné une place
certain sentiment de surprise, en apprenant d’honneur au courage et au droit
que l’avant-garde bucarestoise se inaliénable de la jeunesse.
confondait, tout simplement, avec une Le futurisme a libéré l’art enfermé dans
forme de futurisme. En écrivant son article, les bibliothèques et les musées.
Marcel Iancu se place dans une perspective Le futurisme a transformé l’art en
rétrospective, découvrant dans le action, lui a donné une nouvelle force, ainsi
mouvement futuriste la vraie source de il est devenu un stimulant de la vie.
90
Fig. 14 – Philippo Tommaso Marinetti, fêté par les avant-gardistes roumains en 1930.

Le futurisme met en valeur la création, Notre fronde n’a jamais dépassé l’ironie
l’inédit, la sensation et la nouvelle et la subversion.
expression dans l’art. Nous nous sommes permis le luxe de
Le futurisme proclame dorénavant l’art l’exubérance, des tempéraments libres et de
comme guide de la vie, l’artiste se chargeant la sincérité pour ne pas perdre notre tenue.
de la responsabilité du bonheur humain. Nous n’avons pas donné libre cours à
notre révolte parce que nous avons été
*** éduqués à l’école du scepticisme.
Notre futurisme a ses propres Nous n’avons pas professé ouvertement
particularités : Nous n’avons pas publié de l’amour du verbe, l’amour de la forme
manifestes parce que personne ne les lit. parce qu’il est ‘honteux’ d’avouer ses
Nous n’avons pas mené de combat de sentiments.
rue, parce que tout le monde est moderniste. Nous n’avons pas connu la joie de la
Nous n’avons pas amené la poésie dans victoire parce que nous sommes
la rue, parce que nous vivons selon un perpétuellement entourés de la même
rythme retardé. admiration ‘muette’. 91
Nous n’adorons pas nos idoles parce considérée comme une valeur autonome,
que nous sommes ‘adorés’ par tous nos qui devait être appréhendée « en soi ».
détracteurs. L’idée était déjà présente dans le manifeste
Nous ne faisons aucune profession de de Marinetti : « Les plus âgés d’entre nous
foi, parce que nous fuyons ‘le ridicule’. ont trente ans, et pourtant nous avons déjà
Chez nous, il est ‘honteux’ de croire à gaspillé des trésors de force, d’amour, de
quelque chose : c’est une attitude courage et d’âpre volonté, à la hâte, en
intellectuelle. Pourtant, c’est le futurisme délire, sans compter, à tour de bras, à
qui a été notre école. C’est lui qui nous a perdre haleine »41. Compte tenu de ce
animés avec la force du symbole, comme parallélisme, qui semble évident à une
toutes les avant-gardes. C’est à la source de simple lecture des deux textes, nous
ses idées que nous avons grandi, que nous croyons qu’il n’est pas hasardeux
avons renforcé notre élan. d’affirmer que Iancu avait écrit son article
Le futurisme créateur, optimiste, en pleine connaissance de cause, ayant le
iconoclaste est bien notre futurisme »38. manifeste futuriste sous les yeux et – pour
ainsi dire – à portée de sa main.
Une lecture même superficielle nous Le deuxième « volet » de l’article est
permet de constater que l’article comporte consacré à la variante roumaine du
deux « volets ». Dans le premier, Marcel futurisme, à « notre futurisme » – pour
Iancu fait l’éloge du mouvement futuriste reprendre la formule figurant dans le titre
en connaissance de cause, en tant que choisi par Iancu –, c’est-à-dire à l’avant-
lecteur attentif du manifeste de Marinetti. garde roumaine proprement dite, à la
Sont évoquées les séquences iconoclastes construction de laquelle Iancu avait
du texte Fondation et manifeste du contribué de son plein gré et de toutes ses
futurisme, car l’auteur de l’article affirme forces42, tout en s’engageant parfois dans
que « Le futurisme avait libéré l’art de la des disputes, comme, par exemple, celle
gangue des bibliothèques et des musées ». dirigée contre Tzara – dont nous venons de
Il n’est pas difficile d’y découvrir une parler – ou bien celle visant Max Herman
allusion directe à l’invitation de Marinetti à Maxy, évoquée dans la lettre que Miliţa
incendier les bibliothèques et à inonder les Petraşcu avait adressée à Brâncuşi.
musées : « Boutez donc le feu aux rayons Selon Iancu et ses adeptes de Bucarest,
des bibliothèques! Détournez le cours des l’art d’avant-garde est la même chose que
canaux pour inonder les caveaux des « l’art nouveau ». « Notre futurisme » est
musées!... Oh ! Qu’elles nagent à la dérive donc une forme tardive porteuse du même
les toiles glorieuses ! »39. Il est sans doute contenu, signifiant « art roumain d’avant-
intéressant d’observer que, dans son garde » et en même temps « art nouveau ».
analyse, Iancu joint la séquence à Le syntagme « notre futurisme » peut être
signification iconoclaste concernant les interprété comme un hommage tardif à
musées et les bibliothèques à celle qui Marinetti, à l’occasion de sa visite à Bucarest,
exalte la valeur de l’action au cours de en 1930, mais, en même temps, elle peut être
l’acte créateur, en renvoyant – directement, une reconnaissance ouverte des origines
paraît-il – à un certain fragment du futuristes de l’avant-garde roumaine et, peut-
manifeste futuriste : « Admirer un vieux être, de toutes les avant-gardes, y compris
tableau c’est verser notre sensibilité dans celle occidentale. Selon Iancu, les deux avant-
une urne funéraire, au lieu de la lancer en gardes – roumaine et occidentale – tenaient
avant par jets violents de création et du futurisme, mouvement qui avait offert son
d’action »40. Enfin, il faut remarquer que, modèle à tous les mouvements iconoclastes,
dans cet éloge du futurisme, Iancu n’oublie contestataires, qui allaient engendrer le
pas de rappeler que, dans la perspective de phénomène connu sous la dénomination
« l’axiologie » futuriste, la jeunesse était d’« avant-garde historique ». Marcel Iancu
92
s’était peut-être rappelé un certain épisode de a bien longtemps qu’aucune exposition d’art
Zürich, dont le souvenir nous est parvenu n’a attiré un public aussi nombreux que celle
grâce à Raoul Hausmann – épisode déjà organisée par Contimporanul. Et l’intérêt
évoqué au cours des présentes considérations objectif, l’analyse attentive, la curiosité de ce
– qui affirmait que Tzara « voulait surpasser public sont symptomatiques pour une
le futurisme en retournant contre celui-ci ses évolution du goût qui se fait lentement, mais
propres armes et faire mariner Marinetti dans d’une manière de plus en plus perceptible.
son propre jus »43. En tant que dadaïste actif à C’est, peut-être, plutôt l’expression du dégoût
Zürich, Marcel Iancu était au courant, paraît- pour le pompiérisme sans fin des expositions
il, des intentions et des stratégies de Tzara. ordinaires, que la totale compréhension de
Une interprétation plus nuancée de ces l’art révolutionnaire »47. C’est peut-être à
stratégies datant du « dadaïsme de la première cette attitude prudente – qu’il perçoit, sans
heure » permettra de dévoiler les origines l’affirmer ouvertement, comme réfractaire ou
futuristes du dadaïsme zürichois. opaque – que fait allusion Marcel Iancu
En examinant le deuxième « volet » de lorsqu’il affirme que : « Nous n’avons pas
l’article de Marcel Iancu, on notera que publié de manifestes parce que personne ne
l’auteur analyse les difficultés auxquelles tout les lit », ou « Nous n’avons pas donné libre
initiateur du phénomène avant-gardiste devait cours à notre révolte parce que nous avons été
se confronter dans un milieu provincial, éduqués à l’école du scepticisme ».
marqué par une culture et des habitudes Finalement, nous constatons que Marcel
traditionalistes. Il devient clair, à une lecture Iancu reconnaît dans le futurisme non
attentive de ce deuxième fragment du texte de seulement les origines de l’avant-garde
Iancu, que l’ambiance culturelle bucarestoise roumaine, mais aussi celles de toute avant-
de l’époque était opaque ou réfractaire mais garde : « [il] (le futurisme, n.n., C.-R.V.) nous
non pas hostile aux manifestations avant- a animés avec la force du symbole, comme
gardistes. Pour un connaisseur des stratégies toutes les avant-gardes ».
avant-gardistes, fondées presqu’exclusivement Si l’on considère les activités avant-
sur l’opposition du public et – par extension – gardistes dans cette perspective, la décision
de la société, une telle situation était tout ce prise par les organisateurs de l’exposition de
qu’il pouvait y avoir de pire, le « moteur » Contimporanul d’ « éviter » ou de « court-
même de toute action et de tout message circuiter » le dadaïsme ne nous semble pas
avant-gardiste étant ainsi grippé. Les totalement injustifiée ou insensée, étant donné
informations sur le vernissage de l’exposition que l’action dadaïste ne fait que pousser le
internationale organisée par Contimporanul futurisme vers ses conséquences ultimes,
en 1924 recréent l’atmosphère « dadaïste » de culminant avec le retournement antithétique
cet événement, mais sans aucune allusion à la contre soi-même48.
réaction du public – enthousiasme ou Ce que les initiateurs de Contimporanul
opposition. À en juger d’après le tapage de ont évité, c’est peut-être une simple
nature dadaïste, propre au vernissage44, il « hypertrophie » du futurisme. Pourtant,
semble que les organisateurs avaient misé, pour être parfaitement objectifs, nous
justement, sur la réaction d’opposition des devons admettre que, par rapport au
visiteurs. Pourtant, selon le publiciste, dadaïsme, le futurisme ne manifestait, lui
écrivain, puis diplomate Eugen Filotti45, qui a non plus, aucune « vocation constructive »,
prononcé le discours d’ouverture lors du comme Marcel Iancu l’aurait imaginé, ou
vernissage, au lieu de manifester sa du moins souhaité, dans ses convictions à la
désapprobation d’une manière violente, en fois sereines et génuines, que nous pouvons
donnant, spontanément, libre cours à la colère seulement supposer comme étant de nature
– comme c’était le cas des manifestations classique. À en juger d’après un fragment
dadaïstes à Paris46 –, le public bucarestois a du manifeste de Marinetti de 1909, on
manifesté plutôt une curiosité prudente : « Il y pourrait affirmer exactement le contraire, 93
du moment que l’idéologue du futurisme cimaises. La composition éclectique de
suggère, par ses exhortations, une attitude l’ensemble de l’exposition est confirmée par
nettement tournée vers la déconstruction : les organisateurs eux-mêmes. Ainsi,
« À vous les pioches et les marteaux! Sapez s’adressant à Constantin Brâncuşi pour
les fondements des villes vénérables! »49. l’inviter à s’associer à eux, Marcel Iancu et
Notons encore que Jules Romains, dans Ion Vinea écrivaient : « Nous vous prions au
une lettre adressée à Marinetti, reconnaissait nom de tout le mouvement moderne qui
dans le tremblement de terre de 1908 – qui mène un combat difficile au pays de nous
avait affecté les deux bords du détroit de accorder votre aide et votre précieux
Messine – une véritable « recrue » futuriste, concours. 1) Nous vous prions de nous
que les adeptes du mouvement auraient dû envoyer en temps utile une photographie
revendiquer dès le début50. Par conséquent, gravure critique, enfin, tout ce qui vous plaira
« le constructivisme » encouragé par Marcel afin que nous puissions tirer orgueil de votre
Iancu aurait dû – au moins théoriquement et collaboration. 2) Notre groupe organise la
pour des raisons de conséquence – éviter non première exposition moderne et nous vous
seulement le dadaïsme, mais aussi le prions de nous envoyer pour le mois de
futurisme, en reprenant ainsi les Décembre quelques pièces, dessins ou
caractéristiques d’un modernisme plus photographies, n’importe quoi, au sujet
tempéré, orientation qui est d’ailleurs desquels nous assumons notre entière
facilement reconnaissable dans les édifices responsabilité. On ne peut pas concevoir une
bâtis par Iancu à Bucarest (Fig. 15). Si « le exposition des cubistes, suprématistes et
modèle futuriste » a néanmoins été accepté, constructivistes sans vous. Dans l’attente de
comme l’article de Iancu le laisse entendre, votre réponse, nous vous adressons nos vifs
cela est dû, peut-être, à une sorte de nostalgie, remerciements. Marcel Iancu et Ion Vinea,
subitement ressentie par les avant-gardistes 29 rue de la Trinité, Bucarest »51.
bucarestois, désireux d’avoir, eux aussi, un On comprend de cette lettre que
manifeste auquel se rapporter. Vu que l’exposition allait s’installer, du point de
quelques mois seulement séparaient la vue stylistique, au point de jonction – selon
parution du Manifeste activiste... de nous, imaginaire – du cubisme, du
l’exposition internationale du Contimporanul suprématisme et du constructivisme. Il n’y
(Fig. 16) – programmée pour le mois de a, dans cette correspondance, aucune
décembre –, il n’est pas du tout exclu qu’en allusion au futurisme ou au dadaïsme.
publiant leur manifeste, les avant-gardistes Rapportée à l’attitude sélective des avant-
bucarestois se préparaient en vue de cet gardistes roumains et de Marcel Iancu en
événement, ayant opté finalement pour une particulier, l’omission nous semble
plus ferme affirmation de leur identité. Une significative en soi. Il est possible que cette
identité qu’on avait négligée jusqu’au énumération de mouvements artistiques eût
moment de la parution du Manifeste un simple but incantatoire, pour déterminer
activiste... Mais une fois découverte et le sculpteur à se joindre à l’effort des
affirmée, elle allait les distinguer nettement organisateurs, n’étant donc pas un miroir
de leurs invités à l’exposition internationale. fidèle des futures intersections stylistiques
Cette « quête de l’identité » nous semble fort sur les cimaises52. De toute façon,
probable, puisque l’exposition avait été l’exposition se voulait d’avant-garde, ce qui
conçue par les organisateurs Ion Vinea, est évident également dans les témoignages
Marcel Iancu et Max Herman Maxy – le dont on dispose sur le vernissage53. En
dernier figurant dans le catalogue en qualité même temps, il ne faut pas oublier que
de « commissaire de l’exposition » – comme 1924 est l’année où les avant-gardistes
un amalgame d’orientations. L’avant-garde et roumains, sans aucun rapport avec les
le modernisme – difficiles à dissocier à cette revues autour desquelles ils gravitaient,
époque-là – coexistaient pêle-mêle sur les s’étaient engagés dans un projet ambitieux
94
Fig. 15 – Marcel Iancu, Maison Wexler, Bucarest (photo d’époque).

Fig. 16 – Couverture de la revue Contimporanul, annonçant l’exposition internationale de décembre 1924. 95


qui allait conduire – ne fût-ce que d’une ... La lune, une fenêtre de bordel où
manière utopique – à une synthèse de tous frappent les entretenus du banal et s’arrêtent
les arts. L’idée est déjà présente dans les les chétifs des fourgons de l’art.
pages du Manifeste activiste... (Fig. 17) : NOUS VOULONS
« [...] nous voulons supprimer le miracle du mot nouveau et plein en soi ;
l’individualisme comme but, pour aspirer à l’expression plastique, exacte et rapide des
l’art intégral ». Pour la première fois, non appareils Morse.
seulement dans l’avant-garde roumaine, DONC
mais aussi – à notre connaissance – dans mort au roman-épopée et au roman
l’avant-garde européenne, des psychologique ;
« paramètres » que nous considérons que l’anecdote et la nouvelle sentimentale,
comme spécifiquement avant-gardistes, tels le réalisme, l’exotisme, le romanesque restent
« le collectivisme créateur » et « l’œuvre l’objet des reporters habiles.
collective », étaient transformés en (Un bon reportage quotidien remplace
desiderata dignes d’être suivis et mis en aujourd’hui n’importe quel long roman
œuvre, et cela au niveau programmatique, d’aventures ou d’analyse)
en les stipulant dans le texte d’un manifeste. Nous voulons le théâtre de pure émotion,
Ajoutons qu’un tel programme a été suivi le théâtre en tant qu’existence nouvelle,
de manière conséquente par les avant- libérée des clichés fades de la vie bourgeoise,
gardistes roumains dans l’intervalle mai de l’obsession des significations et des
1924 – mars 1925, quels que fussent les orientations.
groupes dont ils faisaient partie et les Nous voulons les arts plastiques, libres du
revues au service desquelles ils se sentimentalisme, de la littérature et de
trouvaient54. l’anecdote, expression des formes et des
Afin de déchiffrer plus facilement les couleurs pures rapportées à elles-mêmes.
empreintes laissées par le futurisme dans le (Un appareil photographique perfectionné
premier manifeste avant-gardiste publié remplace la peinture de jusqu’à présent et la
dans une revue bucarestoise, nous en sensibilité des artistes naturalistes)
reproduisons le texte intégralement : Nous voulons l’éradication de
l’individualisme en tant que but, pour aspirer
« MANIFESTE ACTIVISTE à l’art intégral, cachet des grandes époques
ADRESSÉ À LA JEUNESSE (hellénisme, romanisme [l’art romain, n.n.,
C.R.-V.], gothisme, byzantinisme, etc.) – ainsi
À bas l’Art que la simplification des procédés jusqu’à
Car il s’est prostitué ! l’économie des formes primitives (tous les
La poésie n’est qu’un pressoir pour la arts populaires, la poterie et les tissus
glande lacrymale des filles de tout âge ; roumains, etc.).
Le théâtre, une recette pour la mélancolie La Roumanie se construit aujourd’hui.
des marchands de conserves ; En dépit de tous nos partis abrutis, nous
La littérature, un irrigateur éventé; pénétrons dans la grande phase activiste
La dramaturgie, un pot aux fœtus fardés ; industrielle.
La peinture, un lange de la nature, étalé Nos villes, les routes, les ponts, les
dans les salons de placement ; usines que l’on va construire, l’esprit, le
La musique, un moyen de locomotion rythme et le style qui en découleront ne
dans le ciel ; peuvent pas être falsifiés par le
La sculpture, la science des touchers byzantinisme et le ludovicisme, accablés
dorsaux ; par les anachronismes.
L’architecture, une entreprise de Supprimons, par la force du dégoût
mausolées chamarrés ; propagé, les fantômes qui tremblent dans la
La politique, le métier des croque-morts et lumière.
des courtiers ; Tuons nos morts ! »55.
96
Fig. 17 – Page de la revue Contimporanul, avec le Manifeste activiste adressé à la jeunesse. 97
Dans ce qui suit, nous nous proposons journal parisien Le Figaro. La structure
de reconstituer – ne serait-ce que de même de ce « manifeste matrice »,
manière hypothétique – la genèse du comprenant des passages importants
Manifeste activiste... En l’absence de polémiques-injurieux, suivis d’une
témoignages directs, nous nous servirons de expression apodictique, par laquelle la
la simple analyse de texte, corroborée avec volonté de l’auteur est communiquée au
des témoignages indirects, dont certains ont lecteur en plusieurs points, peut être
déjà été évoqués au cours des présentes retrouvée tant dans le premier manifeste
considérations. On sait ainsi que Vinea des peintres futuristes – en février 1910 –
connaissait les manifestes dadaïstes dès que dans le Manifeste activiste...
1921. Pourtant, la formule concise, Nous considérons que certains détails de
sentencieuse pour laquelle il avait opté56 en l’écriture trahissent le modèle auquel s’est
rédigeant le Manifeste activiste... guide rapporté Ion Vinea, même si le but des
notre réceptivité vers la manière futuriste deux manifestes – celui des peintres
d’écriture, opposée à une certaine prolixité, futuristes et celui des avant-gardistes de
présente dans le Manifeste Dada de 1918. Contimporanul – ne coïncide pas
Des fragments d’un manifeste de Marinetti, totalement. Tandis que l’anti-
publiés dans Contimporanul, au cours de traditionalisme, envisagé comme but, est
l’année 192357, aussi bien que la présent dès les premiers paragraphes du
correspondance Vinea-Marinetti – dont manifeste des peintres futuristes, dans le
nous connaissons l’existence58 – peuvent cas du Manifeste activiste..., c’est la
renforcer l’hypothèse du « modèle synthèse artistique qui semble être le but
futuriste » auquel Vinea s’était rapporté en final des avant-gardistes roumains. Mais il
tant qu’auteur du Manifeste activiste... y a de nombreux points de coïncidence qui
Dans une lettre adressée au Belge Henry nous permettent de postuler que le premier
Maassen, Marinetti écrit à son manifeste de l’avant-garde roumaine se plie
correspondant, en lui expliquant comment sur « le moule » offert par le premier
on rédige un manifeste (Fig. 18) : « Ce qui manifeste des peintres futuristes (Fig. 19).
est essentiel dans un manifeste c’est Il faut d’abord observer que « les
l’accusation précise, l’insulte bien définie. destinataires » des deux textes
[...] Il faut donc de la violence et de la programmatiques appartiennent à la même
précision »59. Étant donné que la première génération. Le manifeste paru le 11 février
moitié du manifeste de Vinea n’est qu’une 1910 à Milan s’adresse « aux jeunes artistes
succession de définitions injurieuses des d’Italie », tandis que le Manifeste activiste...
différents arts, afin de démontrer comment s’adresse « à la jeunesse ». Le lexique
l’art – envisagé dans sa totalité – « s’est propre au manifeste de Vinea ne transmet
prostitué », on ne peut que constater que pas seulement la violence du verbe des
« l’enseignement » de Marinetti a été peintres futuristes ou le rythme saccadé
fidèlement suivi, non seulement par le d’une mitraillette, caractéristique pour leur
belge Maassen, mais par Ion Vinea en texte, mais semble avoir été extrait d’un
personne. Nous sommes persuadé que même « trésor lexical », que nous allons
l’exemple que Vinea prend comme appeler « vocabulaire futuriste ». On trouve
modèle60 doit être cherché dans la au cœur même du manifeste futuriste de
littérature futuriste de la première heure. 1910 des formulations comme: « [...] À bas
Nous pensons au premier manifeste des les affections archéologiques de chronique
peintres futuristes, qui – sous la forme nécrophile ! À bas les critiques médisants et
d’une affiche – marque l’adhésion des cinq bienveillants! À bas les académies malades
signataires61 au mouvement futuriste –, de goutte, avec leurs professeurs ivrognes
aussi bien qu’au manifeste que Marinetti a et ignorants! À bas! »62.
publié le 20 février 1909, dans les pages du
98
Fig. 18 – Philippo Tommaso Marinetti (photo d’époque).

Fig. 19 – Philippo Tommaso Marinetti, entouré par quatre des signataires du Manifeste des peintres futuristes :
Luigi Russolo, Carlo Carrà, Umberto Boccioni et Gino Severini (photo prise à l’occasion du vernissage de l’exposition
« Les Peintres futuristes italiens », ouverte du 5 au 24 février 1912 à Paris, Galerie Bernheim-Jeune & Cie). 99
L’exhortation finale « à bas » peut être peut être découverte dans quelques
interprétée comme un résumé des allusions aux styles du passé, présentés
propositions précédentes, iconoclastes et d’une manière caricaturée, comme par
démolisseuses, énumérées « en cascade ». exemple le « byzantinisme » et le «
Autrement dit, « à bas », en tant que ludovicisme », aussi bien que dans la
formule quasi-magique, incantatoire, est critique faite à l’art de construire :
une contraction de toutes les formes de « L’architecture, une entreprise de
manifestation du traditionalisme, identifiées mausolées chamarrés ». Marcel Iancu lui-
dans le seul but de les « détrôner ». C’est de même avait pu contribuer à cette définition
la même manière que procède Vinea. En « en négatif » de l’architecture, après avoir
reprenant – comme nous le pensons – assumé les idées qu’Adolf Loos avait
l’expression « à bas » au « noyau » même exprimées dans son texte Ornement et
du manifeste futuriste, il la place en tête de crime64 (Fig. 20). Il est utile de rappeler que
son propre manifeste. Dans le texte de c’était Loos qui avait construit la maison de
Vinea, c’est toute la série des arts, accusés Tristan Tzara à Paris65 (Fig. 21), peut-être
de « s’être prostitués », qui prend la place sur la recommandation de Marcel Iancu,
des « maux incurables » de la tradition – qui partageait avec l’architecte autrichien
signalés dans le manifeste des peintres les mêmes conceptions puristes. Le noyau
futuristes. Il n’est pas difficile d’imaginer du Manifeste activiste... est constitué d’une
que cette idée du « péché de la kyrielle de définitions injurieuses des
prostitution » a été inspirée par le même différents arts. Il est possible que le modèle
texte des peintres futuristes qui, en 1910, dadaïste du manifeste-définition, ainsi que
clamaient : « Les expositions, les concours, celui du manifeste-liste se soient également
la critique – superficielle et jamais insinués ici, vu que Vinea connaissait les
désintéressée – ont condamné l’art italien à manifestes Dada et qu’il appréciait surtout
la bassesse d’une véritable prostitution ! »63. le Manifeste sur l’amour faible et l’amour
Donc, en Italie, tout comme en amer. Dans la partie finale du Manifeste
Roumanie, c’est l’art – envisagé dans sa Dada de 1918, Tzara offre une longue liste
dimension générique – qui « s’est de définitions du phénomène Dada, liste qui
prostitué ». Dans le texte de Vinea, la semble se prolonger à l’infini, suggérant le
conclusion des peintres futuristes caractère inépuisable du mouvement. En
concernant la prostitution – concise et échange, Ion Vinea nous offre la liste des
péremptoire à la fois – est déployée d’une arts qui se sont prostitués.
manière analytique, visant, tour à tour, les Parmi les « valeurs » que le futurisme
différents arts. À la différence des futuristes, exalte il y a aussi la violence, par exemple,
Vinea semble avoir découvert les raisons de « la gifle et le poing »66, pour nous en tenir
la « prostitution des arts » et ses ressorts dans les limites du « vocabulaire futuriste ».
intimes non pas dans la tradition considérée La violence avait, sans doute, la qualité de
nocive, mais plutôt dans le rapport entre renforcer l’injure futuriste recommandée
l’œuvre et le public. Il est vrai que ce par Marinetti. Une attitude violente,
rapport aurait pu être vicié durant le long « colorée » par la signification de l’anti-
exercice de la réception artistique qui, peu à traditionalisme, est à retrouver – et ce n’est
peu, s’est vidé de son contenu, pareil à une pas par hasard – à la fin du Manifeste
monnaie, « amincie » par suite d’un usage activiste..., là où, en guise de conclusion,
prolongé. En accord avec cette Vinea proclame : « Tuons non morts! ».
interprétation, c’est toujours la tradition qui Nous considérons que la source de cette
est rendue responsable du mal produit, macabre exhortation se trouve, elle aussi,
même si c’est d’une manière indirecte. Le dans le premier manifeste des peintres
Manifeste activiste adressé á la jeunesse futuristes : « Que les morts soient enterrés
devient donc porteur d’un certain anti- dans les entrailles les plus profondes de la
traditionalisme, ne fût-ce que d’une terre! Que le seuil de l’avenir soit délivré
manière camouflée. En revanche, une des momies. Place aux jeunes, aux violents,
100 attitude ouvertement anti-traditionaliste aux téméraires! »67.
Fig. 20 – Affiche annonçant la conférence d’Adolf Loos Ornement et Crime,
donnée à Vienne, le 21 février 1913, à L’Union académique des architectes.

Fig. 21 – Adolf Loos, Maison Tristan Tzara à Paris (photo d’époque). 101
Fig. 22 – Marcel Slodki, Gravure-affiche annonçant l’inauguration du Cabaret Voltaire.

Vinea s’inspire là des peintres futuristes, oriente la réceptivité du lecteur vers ce


dont il reprend l’idée, qu’il enrichit de passage des Évangiles où Jésus Christ
nuances macabres, pour la placer dans son conseille à ses adeptes « de laisser les morts
propre manifeste à l’endroit précis où il enterrer leurs morts ». En paraphrasant le
l’avait trouvée dans le manifeste futuriste, message biblique et en soulignant sa
c’est-à-dire à la fin68. Ajoutons encore signification, Vinea ne fait qu’exalter la vie
qu’en surenchérissant dans un esprit avant- et sa force créatrice. En parcourant le
gardiste, il dénature en quelque sorte le passage final du Manifeste Dada de 1918,
sens de l’exhortation, en le colorant dans nous constatons que Tzara nous transmet
les nuances ambigües d’un « dégradé » où un message similaire sur lequel Vinea a
la foi et le blasphème s’interpénètrent. En sûrement dû méditer : « DADA DADA
connaissant l’attitude plutôt athée69 DADA, hurlement des douleurs crispées,
(Fig. 22) des représentants de l’avant-garde entrelacement des contraires et de toutes les
historique de Roumanie et d’ailleurs, la contradictions, des grotesques, des
70
phrase apparemment tautologique qui clôt inconséquences : LA VIE » .
le Manifeste activiste… – « Tuons nos Admettons que « tuer les morts » pourrait
morts! » – ne peut plus nous étonner. Nous être un simple « cas particulier », extrait des
102 croyons que la formule employée par Vinea nombreux contraires, contradictions, gro-
tesques et inconséquences « totalisés » et futuristes. C’est un argument supplémentaire,
« comprimés » par Tzara d’une manière qui renforce notre conviction que le manifeste
baroque, dans le passage final de son avant-gardiste – compris dans sa dimension
manifeste. générique – s’avère être une véritable
En tenant compte des « coïncidences » « interface » ou « membrane », à travers
signalées et en partant de l’hypothèse que des laquelle l’information nouvelle passait
discours équivalents exigent une similitude de aisément d’un mouvement avant-gardiste à
vocabulaire, nous considérons que la l’autre et d’un groupe de création à l’autre,
« matrice » du Manifeste activiste adressé à facilitant ainsi le phénomène que nous avons
la jeunesse se laisse facilement reconnaître désigné par la formule « perméabilité et
dans le premier Manifeste des peintres osmose des avant-gardes ».

1
Voir Ilarie Voronca, Surréalisme et intégralisme , choses de l’art, actifs à Paris et à Rome, incarnaient à Notes
dans la revue Integral, Bucarest, 1er mars 1924. ses yeux le dernier cri, qu’il s’efforçait d’imiter, ce
2
Un exemple « périphérique » et « tardif », mais qui, un jour, aurait pu lui valoir une célébrité aussi
tout aussi significatif, est le manifeste collage- grande que celle d’Apollinaire ou de Marinetti. À
synthèse signé par Saşa Pană dans le premier numéro cause de cette attitude, Dada ne signifia pour lui rien
de la revue unu, paru en avril 1928. de plus qu’un habile montage de futurisme et de
3
Voir Cristian-Robert Velescu, « Collectivisme cubisme ». Voir Richard Huelsenbeck, Dada siegt !
créateur » et « œuvre collective » dans l’avant-garde Eine Bilanz der Dadaismus, Malik, Berlin, 1920,
roumaine et européenne , in Ligeia (Paris), XV, réédité par Nautilus, Hambourg, 1985, p. 35. Sur la
nos 117-118-119-120, p. 32. base de ce témoignage, on peut être d’accord que non
4
Le collage réalisé par Saşa Pană est, selon nous, seulement l’avant-garde roumaine, mais le dadaïsme
le deuxième texte, dans l’espace de l’avant-garde lui-même participait au phénomène de l’éclectisme.
roumaine, dont le titre contient le mot « manifeste ». Une pareille constatation ne pourrait que renforcer
Voir la note no 2. notre hypothèse concernant la perméabilité et
5
Sur l’éclectisme de l’avant-garde roumaine, voir l’osmose des avant-gardes. Sur « l’éclectisme » de
Ioana Vlasiu, La fortune des idées constructivistes l’avant-garde roumaine, voir la note no 5.
9
dans l’art roumain des années ’20 : l’intégralisme, in Ion Pop croit avoir découvert les origines du
Bucureşti anii 1920-1940, între avangardă şi Manifeste activiste... dans les idées constructivistes.
modernism (Bucarest, les années 1920-1940, entre Pourtant, il considère que « [...] le goût futuriste pour
l’avant-garde et le modernisme), Simetria, Bucarest, la vitesse et son exaltation devant le spectacle
1994, p. 38. dynamique de la ville moderne » sont à retrouver
6 dans le texte du manifeste de Vinea. Voir Ion Pop,
Le phénomène de la dissémination a été
Surréalisme roumain, surréalisme européen, in
soigneusement analysé dans le catalogue de la
Caietele Tristan Tzara – Les cahiers Tristan Tzara,
dernière exposition que le Centre Pompidou a
nos 2-4, Editura Vinea, Bucarest, 2000, p. 93-94. Il est
consacrée au dadaïsme. Voir Dada (catalogue publié
à observer qu’en explorant les sources du Manifeste
sous la direction de Laurent Le Bon, lors de
activiste... l’exégète mise sur le constructivisme et
l’exposition Dada ouverte au Centre Georges marginalise le futurisme.
Pompidou du 5 octobre 2005 au 9 janvier 2006), 10
Carte postale du 1er août 1921 expédiée par
Éditions du Centre Georges Pompidou, Paris, 2005. Ion Vinea à Tzara. In Alexandru Oprea (Henri Béhar,
7
En remémorant la première soirée publique au Gheorghe Doca, Fănuş Băileşteanu), Scriitori români
Cabaret Voltaire, le 5 février 1916, Hugo Ball note : în arhive străine, Ion Vinea – Tristan Tzara,
« Vers les 6 heures du soir, alors que l’on travaillait corespondenţa din Paris trimisă de Henri Béhar
avec acharnement à installer à coups de marteaux des (Écrivains roumains dans des archives étrangères,
manifestes futuristes, apparut une délégation [...] ils se Ion Vinea – Tristan Tzara, correspondance de Paris
présentèrent : M. Janco, T. Tzara, J. (Jules, n.n., R.C. - envoyée par Henri Béhar), in Manuscriptum,
V.) Janco ». Apud Giovanni Lista, Marinetti et Tzara, Bucarest, XII, 2 [43], 1981, p. 164.
in Les Lettres nouvelles, no 3, mai-juin 1972, p. 86. 11
Le 3 juin 1922.
8
Tapuscrit de Johannes Baader, Dada ist zehn Jahre 12
Alexandru Oprea, art. cit., p. 160-161.
alt, daté du 18 février 1926, in Eva Zürcher, éditeur, 13
Voir la présentation détaillée des manifestations
Scharfrichter der bürgerlichen Seele : Raoul Dada dans Michel Sanouillet, Dada à Paris, CNRS
Hausmann in Berlin 1900-1933, Hatje, Ostfildern, Éditions, Paris, 2005, p. 130-148, ainsi que les notes
1998, p. 234. Un autre témoignage, datant de rédigées par Xavier Rey dans Dada (Catalogue
l’époque avant-gardiste, nous semble tout aussi publié sous la direction de Laurent le Bon...),
significatif dans ce sens. Parlant de Tzara, Richard Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2005,
Huelsenbeck raconte que : « Ses héros dans les p. 768-779. 103
14
Michel Sanouillet, op. cit., p.35. résulté du mélange des tendances, de la confusion des
15
Alexandru Oprea, art. cit., p. 162-163. genres et de la substitution des groupes aux
16
75 HP (numéro unique), Bucarest, 1924, p. 3. individualités, est plus dangereux que la réaction.
17
Lettre de Tristan Tzara expédiée à Francis Vous savez bien comment j’en ai souffert moi-même.
Picabia le 28 juillet 1920. Voir Michel Sanouillet, Je préfère donc me tenir tranquille plutôt que
op.cit., p. 484. d’encourager une action que je considère comme
18
Dans un manifeste placard, illustré par une nuisible à cette recherche du nouveau, que j’aime
« pictopoésie » ironiquement numérotée à partir de trop, même si elle prend les formes de l’indifférence.
5721 – par ce détail, on voulait attirer l’attention sur Ne cherchez pas d’autres interprétations et croyez à
la « prolificité » de cette nouvelle forme de création toute mon affection. Tristan Tzara ». Voir Emil
collective, de nature simili-dadaïste –, les deux Manu, André Breton – Tristan Tzara, în culisele
auteurs présents sur la toile « pictopoétique » par congresului avangardei de la Paris (André Breton –
leur initiales, « V. B & I.VO. » (Victor Brauner et Tristan Tzara, dans les coulisses du congrès de
Ilarie Voronca), formulaient une sorte de définition l’avant-garde de Paris), in Manuscriptum (Bucarest),
tautologique de la « pictopoésie » : « La Pictopoésie année IX, no 1, 1978, p. 138.
22
n’est pas de la peinture / La Pictopoésie n’est pas de « Maxy et Marcel Iancu se disputent la
la poésie / La Pictopoésie est pictopoésie ». Il est à renommée de chef du modernisme ici n’ont pas pu se
remarquer qu’en rédigeant ce simili-manifeste, le souffrir ensemble. Maxy a sorti du groupe en formant
peintre et le poète avaient obéi aux habitudes établies un journal Integral ou quelques jeunes gens se
par Tristan Tzara, du moment que de larges hurlent comme des prophets d’Izrael. Maxy a voulu
fragments de ses manifestes prennent la forme bien m’attirer dans son grouppe, mais j’ai preferé
apparemment « sèche » de la définition. Voir 75 HP rester avec Vinea, un talent d’ecrivain admirable et
(Bucarest), no 1, novembre, 1924. avec Marcel Iancu que j’admire aussi ». La lettre est
19
On découvre dans la revue 75 HP une réclame rédigée en français, avec une orthographe très
concernant cette exposition. Rédigée à la manière approximative, propre à l’auteur. Voir Doina Lemny
Dada, cette réclame polyglotte – l’air du temps et Cristian-Robert Velescu (éditeurs), Brâncuşi inedit.
oblige – faisait savoir que : « Tout le monde Artistes Însemnări şi corespondenţă românească, Humanitas,
athlètes bambini barbiers bébés bolnavii de ficat Bucarest, 2004, p. 295.
23
charcuthiers lettrés gazomètres mozzonari avoués Pour la cohérence du projet, que les rédactions
schurken malades imaginaires ou réels fous médecins avant-gardistes se transmettaient de l’une à l’autre
entants vieux hebammen étudiants moines femmes comme un bâton de relais, voir Cristian-Robert
acrobats éppileptiques academiciens pompiers génies Velescu, « Collectivisme créateur » et «œuvre
dirnen fonctionaires professeurs gauner banquiers collective »..., p. 26-57.
24
Tout le monde Tout le monde Doit aller voir Idem, Victor Brauner d’après Duchamp sau
l’exposition du peintre Victor Brauner à la Maison drumul pictorului către un suprarealism « bine
d’Art rue Corabiei 6 ouverte du 26 octobre au temperat » (Victor Brauner d’après Duchamp ou la
15 novembre ». voie du peintre vers un surréalisme « bien tempéré »),
20
« Sortons de la Sagesse comme d’une gangue Institut Culturel Roumain, Bucarest, 2007, p. 72-74
hideuse et entrons, comme des fruits pimentés et 79.
25
d’orgueil, dans la bouche immense et torse du Après avoir initié la revue 75 HP – dont le titre
vent !... Donnons-nous à manger à l’Inconnu, non par suggère le machinisme futuriste – Victor Brauner et
désespoir, mais simplement pour enrichir les Ilarie Voronca rejoignent ensemble la rédaction de la
insondables réservoirs de l’Absurde ! » Filippo revue Integral, pour passer ensuite à la revue Punct. Une
Tommaso Marinetti, Fondation et manifeste du année après sa parution, Punct sera « avalée » par
futurisme, in Giovanni Lista, Futurisme, manifestes, Contimporanul. La vocation de la revue Punct de
documents, proclamations, L’Âge d’Homme, graviter sur l’orbite de Contimporanul trouve ses
Lausanne, 1973, p. 86. origines dans l’orientation constructiviste de la revue.
21
Dans une lettre adressée à Breton, Tristan C’est, peut-être, la raison pour laquelle Miliţa Petraşcu –
Tzara exprime ses réserves concernant le artiste fidèle aux conceptions de Marcel Iancu et à
« Congrès » : « Cher Ami, j’ai pensé à la proposition l’orientation idéologique de Contimporanul, qui
que vous m’avez faite d’entrer dans le comité du penchait vers un avant-gardisme « modéré » – ainsi que
Congrès de Paris. J’ai le grand regret de vous dire Marcel Iancu lui-même se retrouveront parmi les
que les réserves que j’avais faites sur l’idée même du collaborateurs de Punct. Une « équipe avant-gardiste
Congrès ne changent pas du fait j’y participe, et qu’il élargie » – composée des collaborateurs des revues déjà
m’est assez désagréable de devoir refuser l’offre que mentionnées – sera active dans la rédaction de la revue
vous m’avez faite. Croyez, cher ami, qu’il ne s’agit unu, dirigée par le poète et médecin militaire Alexandru
pas d’un acte d’ordre personnel ni contre vous ni Binder, alias Saşa Pană. Nous avons présenté ce « va-et-
contre les autres membres du comité, et que j’ai su vient » particulièrement agité des différents
apprécier votre désir de donner satisfaction à toutes collaborateurs des revues avant-gardistes roumaines –
les tendances, ainsi que l’attention que vous m’avez prêts chacun à quitter à tout moment une rédaction en
témoignée. Mais je considère que le marasme actuel, faveur d’une autre –, afin de mettre en évidence
104
les prémisses qui ont rendu possible le phénomène de la certain qu’il ne s’agissait pas seulement d’un effet de
« perméabilité » et de l’ « osmose » des avant-gardes. mise en scène, mais d’un véritable rituel moderniste,
26
Ilarie Voronca, Suprarealism şi integralism depuis qu’il y avait tous ces mouvements dadaïstes. »
(Surréalisme et intégralisme), in Integral (Bucarest), Lucian Blaga, Abstracţie şi construcţie (Abstraction
no 1, 1er mars 1924, p. 4-5. et construction), in Cuvântul (Bucarest), II, no 55,
27
Voir la note no 23. 14 janvier 1925, p.1-2.
28
Voir la note no 20. 45
Eugen Filotti avait travaillé comme publiciste
29
Se trouvant à Berlin, Raoul Hausmann décrit au journal Adevărul. Entre 1924 et 1926, en sa
Tzara comme un véritable agent futuriste, « qui qualité de directeur, il avait initié la seconde série de
voulait dépasser le futurisme en employant les armes la revue Cuvântul liber, ouverte à l’esprit européen
mêmes de celui-ci et mariner Marinetti dans sa ainsi qu’aux différentes manifestations avant-
propre jus ». Voir Eva Zürcher, éditeur, Scharfrichter gardistes. C’est sans doute en cette qualité que les
der bürgerlichen Seele…, p. 234. initiateurs de l’exposition de 1924 organisée par la
30
« Ici nous jetons l’ancre dans la terre grasse. » revue Contimporanul – Ion Vinea, Marcel Iancu et
Tristan Tzara, Manifeste Dada 1918, in Tristan Tzara, Max Hermann Maxy – l’avaient invité à prendre la
Œuvres complètes, vol. I (éd. Henri Béhar), Paris, parole, lors du vernissage.
46
Flammarion, 1975, p. 361. Voir la note no 13.
31 47
Marcel Janco, Galerie Denise-René, octobre E. F. (Eugen Filotti), Expoziţia Contimporanul
1953. Pour les références de cette source voir la note (L’Exposition Contimporanul), in Cuvântul liber
no 15. (Bucarest), série II, année I, no 47, 13 décembre 1924,
32
Michel Sanouillet, Dada à Paris..., p. 35. p. 20.
33 48
Ibidem, p. 119-120. « [...] On peut ainsi déceler la profonde
34
Voir Congrès de Paris, in Dada (catalogue connexion dialectique qui lie le futurisme à Dada. Le
publié sous la direction de Laurent Le Bon…), p. 278. dadaïsme n’est que le futurisme mené à ses ultimes
35
Ilarie Voronca, Suprarealism şi integralism conséquences, se retournant contre lui-même et
(Surréalisme et intégralisme) in Integral (Bucarest), engendrant sa propre antithèse », in Giovanni Lista,
1er mars 1925, p. 4-5. Prampolini, Tzara, Marinetti : inédits sur le
36
Il résulte du texte de la lettre que la personne futurisme, Les Lettres Nouvelles, no 3, septembre-
de Marcel Iancu avait été attentivement « pesée » par octobre 1973, p.122.
49
les futurs collaborateurs dadaïstes de Tzara, ceux qui Filippo Tommaso Marinetti, Fondation..., in
vont illustrer l’étape parisienne du mouvement. Voir Giovanni Lista, Futurisme – manifestes..., p.86.
50
Michel Sanouillet, op.cit., p. 490. Giovanni Lista, Les futuristes, Henri Veyrier,
37
« [...] je regrette de te savoir toujours séparé de Paris, 1988, p. 151.
51
Marcel, qui ne m’a plus rien envoyé ». Voir Lettre datée et localisée : Bucarest, le 17 juillet
Alexandru Oprea, art. cit., p. 162-163. 1924. Voir Brâncusi inedit..., p. 218.
38 52
Marcel Iancu, Futurismul nostru (Notre Pour connaître le but réel qui avait déterminé
futurisme), in Facla (Bucarest), IX, no 358, 19 mai les avant-gardistes roumains à s’adresser à Brâncuşi,
1930, p. 4. en sollicitant sa participation à l’exposition organisée
39
Filippo Tommaso Marinetti, Fondation…, in par Contimporanul, voir nos considérations dans
Giovanni Lista, Futurisme – manifestes..., p. 88. Corespondenţa Brâncuşi – document personal ori
40
Ibidem. sursă pentru istoriografia de artă? (La
41
Ibidem. correspondance Brâncuşi – document personnel ou
42
Pour la contribution de Marcel Iancu à la source pour l’historiographie de l’art ?), in Brâncuşi
construction de l’avant-garde roumaine, voir le texte inedit..., p. 116-127.
correspondant à la note no 15. 53
Voir la note no 44.
43
Voir note no 8. 54
Voir notre article « Collectivisme créateur... »
44 55
« L’obscurité de la salle où s’agitait une foule très Voir Contimporanul, III, no 46, 16 mai 1924,
nombreuse d’invités et où l’allocution introductive de p. 10.
56
M. Eugen Filotti se perdait un peu, fut soudain Dans les pages de la revue, le manifeste est
déchirée par les crépitements d’un tambour. Les signé tout simplement « Contimporanul », mais – en
lumières s’allumèrent soudain, laissant voir sur accord avec la tradition orale – on sait que le vrai
l’estrade, derrière le conférencier, un orchestre de auteur en est Ion Vinea. Cette manière discrète de se
jazz, d’où le musicien noir n’était pas absent. À cause manifester le recommande comme un adepte ferme
des sonorités intenses des cordes, du saxophone et du collectivisme créateur, qualité caractéristique de
des tambours, la foule des invités parvenait à peine à l’avant-garde historique et, tout particulièrement, de
s’orienter. Les organisateurs de l’exposition avaient l’avant-garde roumaine. Optant pour la discrétion et
sans aucun doute prémédité cette première l’anonymat, Vinea semble nous communiquer que les
impression générale, ce mélange ahurissant de idées qu’il avait introduites dans le manifeste ne lui
sonorités, pareil à une immense collection de appartenaient pas, étant – en fait – le résultat de la
papillons colorés, du moment que – au moins, en ce collaboration des écrivains et des artistes groupés
qui concerne l’intervention du jazz-band – il est autour de la revue Contimporanul. Perçu dans cette
105
62
perspective généreuse, Le manifeste activiste… Voir Manifestul pictorilor futurişti (Manifeste
apparaît comme « le fruit tardif » d’un ample effort des peintres futuristes), in Mario De Micheli,
collectif, s’identifiant, lui-même, à une « œuvre Avangarda artistică a secolului XX (L’Avant-garde
collective » sui generis. artistique du XXe siècle), Meridiane, Bucarest, 1968,
57
Voir Filippo Tommaso Marinetti, Sensibilitatea p. 334.
63
futuristă – Distrugerea sintaxei. Imaginaţia fără şir. Ibidem.
64
Cuvinte în libertate (La sensibilité futuriste – Ornament und Verbrechen (Ornement et
Destruction de la syntaxe. Imagination sans fils. crime), texte de l’architecte Adolf Loos, conçu en
Mots en liberté), in Contimporanul, II, no 44, 7 juillet 1908, présenté sous la forme d’une conférence à
1923, p. 3. Vienne, le 21 février 1913, à L’Union académique
58
Voir Geo Vasile, Estetica paradisului des architectes, publié plus tard, en 1962, aux
destrămat (L’Esthétique du paradis dechiré), in Ion Editions Herold, à Vienne.
Vinea, Whisky-Palace şi alte elegii (Whisky-Palace 65
Construite entre 1925 et 1926.
et autres élégies), Timişoara, Editura Bastion, 2008, 66
Voir le troisième « commandement » formulé
p. 150. dans Fondation…, in Giovanni Lista, Futurisme –
59
Giovanni Lista, Futurisme – manifestes…, manifestes..., p. 87.
p. 18-19. 67
Voir Manifestul pictorilor futurişti, in Mario
60
Emilia Drogoreanu découvre dans les De Micheli, Avangarda artistică…, p. 335.
premières lignes du Manifeste activiste... « l’esprit 68
En visant la séquence finale du Manifeste
contestataire futuriste », mais sans approfondir le activiste..., Ioana Vlasiu croit pouvoir identifier la
problème de ses origines futuristes. Voir Emilia même source futuriste. Voir Ioana Vlasiu, La fortune
Drogoreanu, Influenţe ale futurismului italian asupra des idées constructivistes…, p. 38.
avangardei româneşti. Sincronie si specificitate 69
L’attitude athée, supposée par principe comme
(Influences du futurisme italien sur l’avant-garde étant caractéristique de toute conduite avant-gardiste,
roumaine. Synchronie et spécificité), Paralela 45, n’est qu’une composante, une pièce dans le plus
Piteşti-Bucureşti, 2004, p.70.
61 vaste rouage de l’anti-traditionalisme. Pourtant, une
Marinetti allait imprimer ce manifeste peu
gravure-affiche attire notre attention par son message
après la retraite de Romolo Romani du groupe
traditionaliste potentiel. Conçue par Marcel Slodki,
futuriste et avant l’adhésion de Giacomo Balla, en
l’un des collaborateurs de la première heure du
avril 1910. On suppose qu’avant de l’imprimer, il
dadaïsme zürichois, l’image est accompagnée d’un
était intervenu dans le texte, puisque les conseils
prodigués à Maassen concernant la rédaction d’un texte qui annonce la prochaine inauguration du
manifeste s’y laissent facilement reconnaître. Le Cabaret Voltaire. Le regardeur-lecteur était informé
texte original – celui du 11 février 1910 – n’avait que que l’ouverture allait se faire le samedi 5 février
les signatures d’Umberto Boccioni, Aroldo Bonzagni, 1916. Musique, conférences et récitations étaient
Carlo Carra, Luigi Russolo et Gino Severini. C’est programmées chaque soir, à l’exception des
Boccioni qui a lu ce manifeste, le 20 avril 1910, au vendredis. Nous supposons que l’interruption du flux
théâtre Mercadante de Naples. Effrayé par la violence performatif pouvait avoir une signification religieuse,
de l’action futuriste, ainsi que par la réaction du permettant aux dadaïstes juifs de se consacrer – s’ils
public au Mercadante, ce fut au tour de Bonzagni de le voulaient – à l’accomplissement des rituels
se retirer (voir Nicole Ouvrard, Chronologie, in Le mosaïques. Voici un détail très discret, dissimulé
Futurisme à Paris, une avant-garde explosive, dans les lignes de cette affiche, mais capable d’inciter
catalogue, Éditions du Centre Pompidou, Paris, en tout chercheur à repenser « l’attitude athée » des
collaboration avec les Éditions 5 Continents, Milan, avant-gardistes.
70
2008, p. 315). Tristan Tzara, Œuvres complètes, vol. I, p. 367.

Traduit du roumain par


Daniela Arţăreanu et Maria Ţenchea

106