Vous êtes sur la page 1sur 2

Le droit pénal spécial peut être défini comme étant l'étude systématique complète de

toutes les infractions prévues par le législateur pénal que se soit les infractions insérées
dans le code pénal que se soit les infractions prévues par les textes spéciaux en dehors du
code pénal , on se trouve face à une multitude texte régissant la matière, il est vrai que le
code pénal unifié reste le texte de base et qui remonte à 1962.

droit pénal spécial, lui, envisage les infractions séparément. Pour chacune, il énumère et
précise ses éléments constitutifs, c’est-à-dire les pièces dont l’agencement, plus ou moins
complexe, traduit le comportement délictueux ; il indique les pénalités applicables aux
auteurs de chacune de ces infractions et mentionne, s’il y a lieu, les particularités
procédurales qu’elle comporte. D’une façon plus brève, on dira que le droit pénal spécial
consiste en l’étude analytique des diverses infractions, envisagées une à une dans leurs
éléments particuliers et dans les modalités de leur répression

Historiquement le droit pénal spécial a précédé le droit pénal général. les autorités
établissent la liste des comportements interdits et leurs sanctions.

Ce n’est qu’en 18ème siècle qu’une étanche de synthèse a vu le jour Concernant l’évolution
du (DPS), on distingue quatre(4) phases :

La période anti-islamique, La période islamique, Le protectorat, Depuis l’Independence.

Avant l’Islam : les coutumes et les usages étaient appliquées. Seuls les éthologues ont étudié
cette civilisation.

Après l’introduction de l’Islam : le droit pénal musulman a été adopté. Désormais,


l’infraction ou l’omission est une atteinte à l’ordre public musulman, il puise ses sources du
Coran, la Sunna, la traduction du Prophète, la doctrine, la jurisprudence et les valeurs
fondamentales de la société sont protégés (La vie, les biens, la religion…), toute atteinte à
ces valeurs était sanctionné. Il existait trois(3) catégories de sanction : Alhodoud ; Attaâzir ;
Alkiasse.

Alhodoud : Fixés par le Coran et la traduction.Par ex : L’adultaire, lapidation. (‫)الرجم‬


Attaâziz : D’origine humaine. Il est adopté selon la situation concrète (Droit positif).

Alkiasse : Appliqué à une situation nouvelle, la solution d’une situation préexisté parce
qu’elle présente des similitudes.

Pendant le protectorat : le Maroc était divisé entre trois(3) régions, Française, Espagnole et
Internationale. Chacune obéissait au droit du pays protecteur.

Depuis l’indépendance : le droit pénal marocain d’inspiration française était toujours en


vigueur, il a été révisé en 2004.

Les disciplines du droit pénal et de la criminologie entretiennent des rapports de rivalité.


Même si elles partagent le même objet, elles n’ont pas les mêmes approches.

Pour les criminologues, l’Homme passe avant l’acte, et même si le cheminement et les
méthodes sont différents du droit pénal qui cherche à déterminer quelles sont les infractions
punissables et comment les sanctionner, l’objectif au final reste le même : protéger et
défendre l’ordre social contre la délinquance.

Pour le pénaliste, en revanche, l’acte passe avant l’Homme. Mais il tiendra compte de la
science criminologique spécialement au stade de la répression, qu’il s’agisse de la
détermination de la culpabilité, de la sanction appropriée, ou de son exécution.

Après une enquête de personnalité sur le délinquant, ainsi qu’une enquête de la situation
matérielle, familiale ou sociale, le juge va tenter d’adapter la sanction (= il va utiliser la
panoplie des moyens qui lui sont offerts : prononcé d’une peine ou d’une mesure de sûreté
pour protéger l’intéressé contre lui-même ; individualisation de la peine par exemple, avec la
dispense ou l’aménagement de celle-ci).