Vous êtes sur la page 1sur 7

Les résultats ET discussion:

Pour analyser cette étude on va se baser sur deux groupes d’indicateurs

Le premier groupe contient des indicateurs destinés à évaluer la politique

D’investissement de l’échantillon étudié tels que l’actif économique(AE),

Total d’actif(TA) et le 2éme groupe se constitue des indicateurs liés à la

Gestion opérationnelle à savoir le chiffre d’affaire et le bfr

Afin de valider ou réfuter les hypothèses on va s’appuyer sur les tests

Paramétriques fondés sur la loi normale de paramètre moyenne écart-type

Et aussi pour renforcer l’analyse on va utiliser test non paramétrique.


D’après les deux tableaux 4 et 5 on constate que la moyenne AE de
l’échantillon A connu une diminution remarquable d’un point entre T-1 et T+1
et de 4 points Entre T+1 et T+2 après l’opération de LBO et la même chose pour
le T A que ce Soit pour les firmes indépendantes ou les filiales de groupes, mais
le cas Contraire pour la moyenne les immobilisations financières, cette
dernière a Connu un accroissement important après l’opération de LBO cela
s’applique Aussi sur les sous échantillons mais avec des rythmes différents
alors la Moyenne des IF pour les filiales de groupe accroissent plus que celles
des firmes Indépendantes.

On ne peut pas porter un jugement parce que les tests statistiques ne sont Pas
significatifs et cela expliqué par absence de différence entre les moyennes
Pour renforcer l’étude il convient d’ajouter d’autres variables explicatives telle
que l’amortissement ou Augmenter l’étendu statistique.
Pour conclure les H1 et H2 ne sont pas valides c'est-à-dire une réduction
anormales de l’activité expliqué par l’accroissement des investissements Afin
d’avoir une grande précision on doit faire d’autres tests tels que le test de
student ou KMO.
Selon les deux tableaux 6 et 7 on remarque que la moyenne de CA a augmenté
de 19 % en T+1 par rapport en T-1 mais pour la période effective de LBO
La moyenne de CA a connu une diminution de 0.07 unité pour l’échantillon
total cette baisse expliquée par hausse de la moyenne de BFR et cela due
principalement à la diminution de délai de crédit fournisseur. En ce qui
concerne la moyenne des salaires on constate que les ont diminué entre T+1 et
T+2 mais la richesse créée à savoir La moyenne de la valeur ajoutée cette
dernière a connu une chute libre cela veut dire que l’augmentation de la
moyenne des salaires n’impacte positivement la productivité.
Synthèse :

Certes l’opération de LBO impacte positivement La moyenne de CA et cela pour


les firmes indépendantes et les filiales des groupes mais elle participe à
l’augmentation de la moyenne des salaires au détriment de la valeur ajoutée
donc le LBO a un effet négatif sur la productivité des salaires cela nous pousse
à valider l’hypothèse 3,6 et 8.mais LBO permet de réduire le BFR mais à court
terme donc le LBO n’est pas tellement efficace en matière de BFR c’est
pourquoi l’hypothèse 5 n’est pas valide.

Conclusion générale :

Pour conclure on remarque l’augmentation de l’actif dans le cadre de LBO


n’impacte pas la rentabilité économique mais cette dernière est impacté par
l’augmentation des charges salariales alors le LBO est constitue un avantage
pour les salariés mais cette étude n’est satisfaisante pour trancher dans notre
sujet et cela à cause du manque des tests statistiques qui permet de mesurer
l’homogénéité des variables explicatives ainsi les variables sont analysées au
cours d’une période courte c’est pourquoi on ne peut pas porter un jugement
favorable ou défavorable sur notre sujet donc il convient d’ajouter des
variables explicatives et aussi la même chose pour les individus (les années ) et
utiliser des méthodes statistiques telles que l’ACP et l’AFC .