Vous êtes sur la page 1sur 29

Département Génie mécanique

Stage De Perfectionnement

Organisme d’accueil : denso auto control _gafsa

Elaboré par : soudani ghaith


Encadré Par :dhaoui bassem

Case réservée à l’unité

Classe: ………………………………………..…. Validation finale par: …………………………….

Réf: ……………………………………………….. Signature: …………………………………………….


Remerciement

D
ans la réalisation de ce rapport de stage j'adresse mes profonds
remerciements d'abord à l'administration de l'ISET de GABES
qui ma fournis l'occasion de passer ce stage au sein de la société

DENSO AUTO CONTROL. Ainsi je tiens à exprimer mon remerciement à tous les
enseignants de département génie Mécanique.

J'exprime aussi mes sincères gratitudes à tous les personnels de la société


DENSO AUTO CONTROL qui n'ont épargné aucun effort pour me guider et
m'éclaircir les points ambigus.

Je tiens aussi à dire mes vifs remerciements à touts qui m'ont aidé à réaliser ce
stage dans de bonnes conditions ...
Sommaire
1. Introduction générale……………………………………………………………..4
2. Présentation de la société ‘Denso’……………………………………………..4
3. Déroulement du travail dans la société DENSO ……………………………………….6
2.1. Réception
2.2. Diagnostique
2.3. Réparation
2.4. Livraison
4. Tache effectués ………………………………………………………………..……13
Introduction générale

Dans le but d’élargir et de mettre en pratique mes connaissances théorique.


J’ai effectué un stage d’un mois dans une société internationale « DENSO AUTO
CONTROL » tout en me préparant dans les meilleures conditions à la vie professionnelle.
En effet, cette expérience dans ce secteur d’activité m’a permis d’évoluer dans un nouvel
environnement

Présentation de la société

Denso Corporation (Kabushiki-Gaisha Densō) est un fabricant mondial de


composants automobiles dont le siège social est situé à Kariya, dans la préfecture
d'Aichi, au Japon.

Après être devenue indépendante de Toyota Motors, elle a été fondée en 1949 sous
le nom de Nippon Densō Kabushiki-Gaisha (Nippon Denso Co. Ltd.). Environ 4% de
la société est détenue par Toyota Motor [4]. Bien que faisant partie du groupe de
sociétés Toyota, à la fin de mars 2016, les ventes au groupe Toyota représentaient
moins de 50% du chiffre d'affaires total (44% du chiffre d'affaires provenait d'autres
constructeurs automobiles au Japon, en Allemagne, les États-Unis et la Chine). [5]
Actuellement, Denso est le deuxième fournisseur de pièces automobiles au monde. [6]

En 2016, Denso Corporation comptait 189 filiales (63 au Japon, 34 en Amérique, 34


en Europe et 58 en Asie / Océanie) et un effectif total de 151 775 personnes. [7] La
société intensifie encore sa structure de production mondiale en établissant des
complexes de fabrication en Inde, au Mexique et en Indonésie afin de répondre à la
demande mondiale accrue pour leurs produits. [8] En 2013, Denso figurait au n ° 242
de la liste Fortune Global 500 avec un chiffre d'affaires total de 43,1 milliards de dollars
[9].
Présentation de denso auto contrôle gafsa

Les services proposés par le Centre Entretien Auto Denso Gafsa :

 Changement de Batterie
 Climatisation : Recharge et réparation du climatiseur, détection de fuite
 Diagnostic
 Changement du kit de distribution
 Allumage : bougie d’allumage, câble ou fils de bougie
 Injection : changement d’injecteur
 Entretien rapide
 Changement du kit d’embrayage
 Freinage : disque, plaquette et frein arrière
 Refroidissement : Changement du radiateur et du liquide de refroidissement
 Suspension : amortisseurs, ressorts.
 Vidange : vidange moteur, vidange boite à vitesse, vidange pont, changement huile,
changement des filtres
2. Déroulement du travail dans la société DENSO

2.1. Réception

Dès qu’un véhicule arrive, un technicien réceptionniste se charge de noter les pannes
suggérées par le client. Toutes les informations sont ensuite inscrites dans un ordre de
réparation qui sera transmis au technicien en charge de réparation.

Le réceptionniste utilise un logiciel pour saisir le numéro de châssis que l’on trouve sur
la carte grise de la voiture. Le logiciel affiche donc toutes les informations concernant la
voitures (modèle, référence du moteur, liste des opérations de réparation…). Les tâches
nécessaires pour la réparation sont ensuite enregistrées dans un fichier comportant un numéro
d’ordre de réparation. Ensuite, l’ordre de réparation est ensuite traité encore une fois par un
autre logiciel. Si la voiture possède déjà une fiche dans la base de données du logiciel, ce
dernier fournit les données de la voiture. Si la voiture vient pour la première fois à l’atelier,
une fiche contenant les informations concernant le véhicule est créée.

Dès que les informations sont validées, l’ordre de réparation est imprimé. Ensuite, le
réceptionniste cherche les défauts de carrosserie et note les accessoires (roue de secours, cric,
…) et donne au client ses affaires personnelles. Finalement, le véhicule est conduit au service
correspondant.
2.2. Diagnostique

Tout véhicule arrivant à l’atelier doit systématiquement être diagnostiqué. Le


diagnostique se fait moyennant le « Proxia » qui est un PC opérant sous le système
d’exploitation « Windows XP » et contenant plusieurs logiciels dont le « Proxy » dont j’ai
parlé précédemment et le « Proxia » qui sert à diagnostiquer les pannes.

Figure N° 01 : Proxia

L’ouvrier branche tout d’abord le « Proxia » qui est connecté à une prise au dessous du
volant dans les nouveaux modèles et sous le capot dans les anciens. Les informations envoyée
par le calculateur moteur sont collectées par le multiplexer est ensuite envoyées via un câble
au PC qui traite ces information et donne enfin une liste des pannes. Cette opération est très
simple et efficace et j’ai eu l’opportunité de l’effectuer plusieurs fois, mais, certains défauts
ne peuvent pas être détectés, c’est donc à l’ouvrier d’intervenir pour les diagnostiquer.

2.3. Réparation

A partir des informations que contient l’ordre de réparation, l’ouvrier se charge de réparer
les pannes. Certaines intervention nécessitent de la force physique ou nécessitent un travail de
groupe, c’est pourquoi les ouvriers sont généralement répartis en groupe de deux ou de trois.
Chaque ouvrier possède une servante qui contient quelques outils nécessaires au travail mais
parfois la situation exige des outils spéciaux que l’ouvrier emprunte au magasin. Au cas où
l’ouvrier a besoin de pièces de rechange, il les demande également du magasin. Il est possible
que les pièces ne soient pas disponibles, dans ce cas, le véhicule peut attendre plusieurs
semaines jusqu’à ce que les pièces de rechange arrivent (généralement d’Allemagne).

2.4. Livraison

Une fois le véhicule réparé, l’ouvrier informe le réceptionniste qui fait sortir le véhicule
de l’atelier et vérifie son dossier (ordre de réparation, factures …). Le chef d’atelier précise
alors le coût de la main d’œuvre après la consultation du dossier du véhicule. Le dossier est
transmis, ensuite, à la caisse avec les clés du véhicule en attendant son propriétaire. Ce dernier
paye la facture chez le caissier soit en espèce, soit, par chèque, ou parfois par bon de
commande s’il s’agit d’une entreprise, d’une ambassade ou d’un ministère.
Les taches effectuées
1. Vidange
La vidange consiste à :

- nettoyer ou changer les filtres à air, à huile, à pollen et à essence ;

- changer les bougies ;

- ajouter l’eau des essuies glasses et de la batterie ;

- réviser les freins ;

- changer la huile moteur ; l’eau des essuies glasses

a. Filtres

La tâche des filtres est d’éviter la poussière et les impuretés. Leur remplacement à temps
allonge la vie de la voiture, réduit la consommation du carburant et diminue les pannes
inattendues.

- le filtre à air joue le rôle du poumon pour la voiture. Son encrassement limite la
quantité et la qualité d’air nécessaire à la combustion. Cela a pour effet de réduire la
quantité de carburant brûlée dans le moteur. Ainsi, il augmente la consommation au
moteur et à l’échappement.

Figure 3 :

Filtre à air

- Le filtre à air doit être changé tous les 20,000 Km.

- L’opération de changement de filtre et trop simple : il suffit d’ouvrir la cage du filtre,


de nettoyer la cage, de remplacer le filtre usé et refermer la cage.

- le filtre à huile sert à retenir la bavure engendrée par l’usure du moteur. ce filtre doit
être changé tous les 20,000 Km.
- Pour changer le filtre à huile, il suffit de démonter la cage du filtre, de remplacer le
filtre et les joints et de remonter la cage.

- le filtre à pollen est un filtre de confort. Il est monté à l’amont de l’habitacle afin de
filtrer l’air de la climatisation. Vu la pollution atmosphérique dans les grandes villes,
ce filtre s’encrasse rapidement. Alors, il doit être changé au moins tous les 10,000 Km.
Généralement, le filtre à pollen est situé sous le tableau de bord. Cet emplacement,
difficile à atteindre, complique son changement qui consiste à enlever la cage du
filtre, à le remplacer par un nouveau et à remettre la cage.

- Le filtre à essence a pour tâche de filtrer le carburant des impuretés. Son


encrassement affecte la combustion à la canalisation d’alimentation du moteur. Pour
éviter cela, il faut changer ce filtre tous les 60,000 Km. Souvent, ce filtre est placé au
dessous de la voiture. Alors, pour l’enlever on place la voiture sur un fossé, on enlève
le filtre usé et on monte le nouveau tout en respectant le sens de la circulation de
l’essence indiqué sur le filtre par une flèche.

b. Bougies

Pour la combustion, il faut réunir trois facteurs : le carburant, l’air et l’étincelle. Pour émettre
cette dernière, on utilise une bougie dans chaque cylindre. De ce fait, les bougies jouent un
rôle indispensable dans le fonctionnement de la voiture.

L’ensemble des bougies doit être changé tous les 60,000 Km. Pour les remplacer, il faut que
le moteur soit à température ambiante. On enlève la cage de la bougie, on dévisse cette
dernière à l’aide d’une clé à bougie. On place la nouvelle bougie et on remet la cage.

c. Révisions des freins

Le frein est un système indispensable pour assurer la sécurité du conducteur. D’où la nécessité
d’une vérification périodique de ce système à savoir l’état des plaquettes et des disques et le
niveau du liquide de freins.
Divers types de systèmes de freinage existent (freins à tambour, freins à disque …). Mais vu
les avantages qu’il présente le système à disque il est le plus utilisé

Ce système comprend un disque de fonte qui tourne avec la roue et deux plaquettes garnies de
matériaux de friction. Au freinage, un système hydraulique déplace les deux plaquettes de
façon qu’elles pincent le disque.

La révision des freins consiste à :

- démonter la roue ;

- changer la plaquette de freins ;

- vérifier l’état du disque. En cas de forte usure, il doit être remplacé ;

- remonter la roue.

Cette opération ce répète avec les quatre roues. Et finalement, on purge le circuit hydraulique.

d. Huile moteur

Changer l’huile de moteur chaque 10,000 Km, et ce travaille ce fait avec une videngierre.
2. Changement de patins

Les patins sont les disques du frein, qui se situent près de la roue. Due aux grandes
forces de frottement auxquelles ils sont exposés, l’usure de ces patins et fréquente.
Pour les changer, j’ai placé la voiture sur le pont élévateur, puis, j’ai démonté les quatre roues.
Ensuite, j’ai débranché les patins usés et les ai remplacés par des nouveaux.

3. Recherche de panne à l’aide de l’appareil de diagnostic

Figure 3 : STATION PROXIA : 4165 -T


L’appareil de diagnostic est un ordinateur particulier. Il contient un logiciel qui permet de
communiquer avec le cerveau de la voiture en utilisant des codes prédéfinis.
Dans les voitures, le cerveau joue un rôle de plus en plus important. Grâce à un réseau de
capteurs, il contrôle le fonctionnement des différents systèmes de la voiture. En plus, il gère
plusieurs tâches indispensables dans la voiture (l’injection du carburant dans le moteur…).

Pour chercher la panne, il suffit de câbler l’appareil de diagnostic avec le bord de connexion
du cerveau, de sélectionner dans le menu de l’appareil l’option « recherche de défauts » et il
visualisera les différentes pannes qu’il a détectées.

4. INSTALLATION D’ UNE POMPE À EAU


ÉTAPE nº 1
La sécurité avant tout
Attendez toujours que le moteur ait refroidi avant d’intervenir sur le circuit de
refroidissement.
ÉTAPE nº 2
Déposez les composants de la transmission par courroie en respectant les procédures
recommandées par le constructeur du véhicule.
ÉTAPE nº 3
Déposez le flexible relié à la pompe à eau.
N’oubliez pas qu’une quantité importante de liquide de refroidissement peut couler du
flexible lorsque vous le retirez.
ÉTAPE nº 4
Desserrez les boulons et déposez l’ancienne pompe à eau.
ÉTAPE nº 5
Déposez l’ancien(ne) joint/bague d’étanchéité et les résidus de l’ancien enduit d’étanchéité,
puis assurez-vous que la surface de montage est propre.
ÉTAPE nº 6
Avant d’installer la nouvelle pompe à eau, inspectez les autres pièces d'usure du système de
refroidissement. : les tuyaux de radiateur, le thermostat et les bouchon(s) d’étanchéité.
ÉTAPE nº 7
Installez la nouvelle pompe à eau. Ne forcez pas sur la pompe en donnant des coups sur
l’arbre de la pompe.
Les vieux joints et bagues d’étanchéité doivent être remplacés par de nouveaux éléments.
Suivez soigneusement les instructions d’installation. N’appliquez un enduit d’étanchéité que
si cela est spécifiquement recommandé par le constructeur du véhicule. Placez une couche
régulière d’enduit d’étanchéité sur le bord de la pièce, mais n’en appliquez pas excessivement.
S’il y a trop d’enduit d’étanchéité sur la pièce, essuyez l’excès avant de monter la nouvelle
pompe à eau. Un excès d’enduit d’étanchéité gêne l’installation et finira par se détacher à
l’intérieur du système de refroidissement, entraînant sa contamination. Les enduits
d’étanchéité se caractérisent par différentes vitesses de séchage selon le fabriquant. Par
conséquent, veuillez respecter les instructions imprimées sur l’emballage.
ÉTAPE nº 8
Resserrez les boulons uniformément en respectant les spécifications de couple du fabricant.
ÉTAPE nº 9
Replacez le flexible.
ÉTAPE nº 10
Remplissez le système de refroidissement avec le liquide de refroidissement recommandé par
le constructeur du véhicule.
ÉTAPE nº 11
Faites tourner manuellement la pompe et assurez-vous qu’elle tourne librement.
ÉTAPE nº 12
Assurez-vous que le système de transmission par courroie qui entraînera la nouvelle pompe à
eau se trouve en parfait état et qu’il est installé conformément aux procédures recommandées
par le constructeur du véhicule.
Le système d'entraînement par courroie fonctionne en harmonie avec la pompe à eau. En
conséquence, nous vous conseillons de remplacer simultanément la pompe à eau, la courroie
et les autres composants de la transmission de façon préventive.
ÉTAPE nº 13
Procédez à une dernière inspection visuelle pour vous assurer de l’absence de fuite après avoir
rempli le système de refroidissement.
Lorsqu’une pompe à eau est neuve, un léger suintement provenant de l’orifice de purge est
normal, car environ dix minutes de service sont nécessaires pour que le joint mécanique
interne de la pompe soit correctement étanche (période de rodage). Un suintement plus
prononcé et des gouttes provenant de l’orifice de purge après cette période de rodage ou une
fuite de la surface de montage indiquent une anomalie et annoncent une rupture de la pièce ou
une mauvaise installation.
N’oubliez pas que certaines fuites sont visibles lorsque le moteur est froid, alors que d’autres
le sont lorsqu’il est chaud.
5. Changement d’une chaine de distribution
Calez votre moteur

Commencez par vous procurer ou fabriquer les piges de calage correspondant à votre voiture.
Elles permettent de bloquer le moteur dans une position spécifique pendant le démontage, afin
que tous les éléments soient à la bonne place après le changement de la courroie de
distribution. Reportez-vous à la revue technique pour connaître leur position. Il peut y en
avoir plusieurs. Il faut parfois enlever un cache pour connaître leur emplacement précis.

Alignez tous les repères sur le vilebrequin, l'arbre à came et la pompe à injection (pour les
véhicules diesel), puis insérez les piges de calage.

Démontez les éléments qui permettent d'accéder à la courroie

 Selon le type de véhicule, vous devrez peut-être enlever la roue du côté de la


distribution et mettre la voiture sur chandelles, pour avoir accès à la courroie de
distribution.
 Déposez également les carters de distribution, ces caches en plastique qui protègent la
courroie des projections de la route.
 Vous devrez souvent enlever aussi la poulie dumper. Vérifiez si elle est voilée. Dans
ce cas, changez-la.

Déposez la courroie et ses accessoires


 Commencez par desserrer le galet tendeur, qui permet de détendre la courroie. Selon le
véhicule, il peut se présenter sous la forme d'un vérin hydraulique, d'un excentrique…
 Enlevez ensuite la courroie de distribution.
 Puis démontez tous les galets enrouleurs et la pompe à eau.

5Mettez la nouvelle courroie en place

 Commencez par monter la nouvelle pompe à eau.


 Puis installez chaque galet à sa place. Ils ont tous des formes différentes pour bien les
repérer.
 Enfin, mettez la nouvelle courroie en place. Les points sur la courroie doivent tomber
en face des repères. Pensez à vérifier s'il y a un sens avant de la poser.

6Tendez la courroie

Quand tous les repères sont bien calés, tendez la courroie entre chaque point. La longueur la
plus lâche doit se situer face au galet tendeur. C'est lui qui vous permettra de finir le serrage.

 Parfois, il y a un repère de serrage sur le galet tendeur.


 Si c'est un poussoir hydraulique, la tension se règle automatiquement.
 Parfois un tensiomètre est nécessaire (un appareil pour mesurer la tension de la
courroie).
 D'autres fois, la revue technique indique comment régler la tension de la courroie
manuellement. Par exemple, quand on la pince, il faut que la courroie puisse faire 1/4
de tour. Pas plus, pas moins.

Note : si la courroie est trop détendue, elle peut se décaler en roulant. Si elle est trop tendue,
elle forcera sur les galets et peut casser.

7Vérifiez que le moteur tourne correctement

 Après avoir enlevé les piges de calage, utilisez une clé dans la vis en bout de
vilebrequin pour faire tourner le moteur manuellement.
 Faites deux tours de moteur minimum, qui correspondent à quatre tours de
vilebrequin. Rien ne doit bloquer la rotation. Sinon, c'est qu'un piston vient cogner
dans une soupape et que la distribution n'est pas calée : il faut revenir en arrière.

Note : selon la voiture, il faut parfois avoir remonté le carter et la poulie dumper pour pouvoir
faire tourner le moteur manuellement.

8Remontez le reste

Enfin, remontez tous les éléments déposés, dans l'ordre inverse du démontage. Toutes les vis
doivent être serrées au couple donné par le constructeur sur la revue technique automobile, à
l'aide d'une clé dynamométrique.
6. Changement des amortisseurs des roues avant :
Pour remplacer un amortisseur situé sur l’avant du véhicule, il faut d’abord enlever
l’amortisseur défectueux :
– Surélever le véhicule sur chandelle
– Enlever les roues
– Retirer le kit de freinage
– Désapparier la biellette sur la barre de stabilisation
– Séparer l’amortisseur du bras de suspension ou de la fusée
– Retirer tous les flexibles et câbles qui sont fixés sur la jambe de suspension
– Enlever la butée sur le dôme d’amortisseur
– Retirer la jambe de suspension
– Utiliser un compresseur pour comprimer le ressort et sortir ainsi la butée
– Enlever le cache-poussière
Une fois cette première phase du changement d’amortisseur réalisée, il est nécessaire de
remonter toutes les parties désassemblées tout en utilisant le nouvel amortisseur.
Premièrement, ce dernier est à insérer à l’intérieur de la jambe de suspension. Après remise en
place du soufflet, il faut reposer l’ancien ressort (si celui-ci est encore en bon état) ou un
ressort neuf. Deuxièmement, on remonte la butée. Il est nécessaire de décompresser le ressort
tout en s’assurant qu’il puisse être réinséré correctement dans les guides. Troisièmement, on
doit replacer la jambe de suspension sur le dôme. S’il s’agit d’un amortisseur classique, il
suffit de positionner la jambe de suspension et de maintenir la butée sur le dôme et sur la
fusée. Si c’est un amortisseur à cartouche, alors la butée doit être installée sur le dôme
d’amortisseur ainsi que les rotules de direction et de suspension. Puis, il faut remettre l’étrier
de frein et appareiller l’amortisseur et la biellette de barre de stabilisation.
Etude de cas

1. le rôle d’un kit d’embrayage


L’embrayage est une pièce mécanique propre aux véhicules équipés d’une boîte de vitesse
manuelle.
L’embrayage est l’élément qui transmet la puissance du moteur vers la boîte de vitesse ou
désaccouple l’ensemble pour permettre le changement de rapport.
Son rôle est de permettre le passage d’un rapport à un autre en absorbant les à-coups de la
transmission.
Il se compose d’un mécanisme sur ressort qui met en contrainte le disque sur le volant moteur.
Le disque entraîne l’arbre primaire de la boîte de vitesse et la butée commandée par la pédale
d’embrayage, agit sur les ressorts du mécanisme (ou diaphragme et plateau), qui libèrent le
disque du volant moteur afin d’arrêter l’entraînement de la boîte.
2. Types et composants de l’embrayage

Le disque d’embrayage

II comporte un moyeu à cannelures coulissant sur l’arbre de la boîte de vitesses. Ce moyeu


porte un plateau pouvant pivoter sur lui-même, le pivotement entre moyeu et plateau étant
limité par des ressorts intégrés qui servent d’amortisseur de transmission. Sur les deux faces
de la périphérie du plateau, un matériau de friction presque toujours à base d’amiante, est
collé ou riveté. Ce matériau travaille à sec et constitue l’élément de friction et donc d’usure.

Organisation de l’embrayage
3. Le mécanisme d’embrayage
Il est constitué par un boîtier métallique circulaire qui renferme soit des ressorts hélicoïdaux,
soit un gros ressort à diaphragme, de forme conique au repos. Lorsqu’il y a des ressorts
hélicoïdaux, des doigts et des leviers viennent appuyer sur le plateau circulaire rectifié sur sa
face travaillante.

L’autre extrémité des leviers reçoit la glace de butée qui est fixée directement au centre du
ressort dans le cas d’un ressort à diaphragme. Lorsque l’on appuie sur la glace, les leviers ou
le diaphragme basculent et le plateau vient légèrement en retrait à l’intérieur du mécanisme.
L’ensemble est boulonné sur le volant et renferme le disque.

Il existe deux types de butées d’embrayage : à billes ou graphitée.

 l’embrayage à billes est constitué d’une sorte de roulement à billes qui appuie sur la
glace ;
 l’embrayage graphité est formé d’un anneau graphité « lèche » puis appuie sur celle-ci
au débrayage.

Le plateau du mécanisme peut donc se déplacer longitudinalement, d’avant en arrière, de


même que le disque sur ses cannelures, lorsque l’on repousse la glace de butée. Ainsi, le
disque, tournant avec l’arbre de boîte de vitesses, est pris entre le volant moteur et le
mécanisme qui tournent avec le vilebrequin du moteur. Lorsque la pédale d’embrayage est
relâchée, le disque est fortement « pincé » entre mécanisme et volant sous l’effet des ressorts.
L’ensemble est donc solidarisé et tous les éléments tournent en même temps : le moteur
entraîne la boîte de vitesses.

La butée d’embrayage
Lorsqu’on appuie sur la pédale d’embrayage, un mécanisme à tringlerie actionne le levier
(c’est la fourchette) portant une butée qui appuie sur la glace du mécanisme : le ressort à
diaphragme est comprimé et le plateau de mécanisme recule. Le disque n’est plus “pincé” et
peut tourner librement à l’intérieur de l’ensemble volant/mécanisme : le moteur n’entraîne
plus la boîte de vitesses.

4. Les embrayages spéciaux


 L’embrayage mufti-disques fonctionne exactement selon le même principe, mais il
comporte plusieurs disques à moyeu cannelé. Ces disques sont solidaires de l’arbre de
boîte de vitesses et une plaque est intercalée entre chaque disque. Ainsi, la surface de
friction est beaucoup plus importante l’usure est moindre et le couple transmis plus
élevé. Ce type d’embrayage est utilisé sur les voitures de course et sur les camions.

 L’embrayage à cônes autrefois largement adopté et maintenant abandonné,


fonctionnait sur le même principe, mais les surfaces de frottement étaient de forme
conique au lieu d’être planes. Un cône femelle usiné dans le volant, reçoit un cône
mâle garni de cuir et poussé par des ressorts.

 L’embrayage centrifuge comporte un mécanisme très semblable à celui de


l’embrayage monodisque classique, mais la pression est obtenue par des masselottes
fixées aux leviers et qui sont écartées par la force centrifuge. Lorsque le régime du
moteur augmente, les leviers basculent et appuient sur le plateau qui presse lui-même
le disque.

 Sur les 2CV Citroën, l’embrayage centrifuge est de conception légèrement


différente. Le volant moteur reçoit un embrayage du type classique à la périphérie
duquel sont placées des lamelles de ressorts recouvertes de garnitures de friction. À
l’extrémité de l’arbre de boîte, est boulonné un tambour de grand diamètre, dont la
piste vient se placer vis-à-vis des lamelles recouvertes de garnitures. Sous l’action de
la force centrifuge, les lamelles viennent appliquer sur le tambour, et le vilebrequin
entraîne la boîte de vitesses en fonction du régime du moteur.

 L’embrayage électromagnétique est constitué d’un tambour renfermant un disque


spécial et de la limaille de fer. Des électro-aimants placés à l’extérieur immobilisent la
limaille de fer lorsqu’ils sont sous tension, ce qui a pour effet de bloquer le disque qui
est alors solidaire du tambour fixé sur le vilebrequin.

5. La commande d’embrayage d’une voiture


Le type de la commande d’embrayage varie en fonction du type de l’embrayage lui-même.
Sur les embrayages classiques (à disques) qui équipent la majeure partie des véhicules actuels
(du moins en France), lorsque le moteur ne tourne pas, celui-ci est relié en permanence à la
boîte de vitesses. La commande a pour rôle de désolidariser moteur et boîte dans la phase dite
de débrayage. Elle est actionnée par le conducteur, ou automatiquement.

Avec les embrayages centrifuges (à leviers et masselottes), les coupleurs électromagnétiques


et les coupleurs hydrauliques, le principe est exactement inverse : lorsque le moteur ne tourne
pas, la boîte de vitesses et le moteur ne sont pas en relation. La commande d’embrayage a
pour fonction d’établir cette relation ; elle se fait automatiquement à partir d’un certain
régime.

 La commande classique
Elle est actionnée par le conducteur, et peut être mécanique ou semi-automatique. La commande
mécanique est du type à tringlerie, à câble ou hydraulique, par une pédale située au plancher.
Cette pédale commande le mouvement d’un levier qui tire sur un ensemble de tringleries et
d’articulations, elles-mêmes reliées au levier, appelé fourchette d’embrayage, qui traverse la
cloche d’embrayage et porte la butée à son extrémité. Ce système aujourd’hui abandonné est
remplacé par la commande du type à câble et gaine.

La gaine est fixée à ses extrémités au pédalier et à la cloche d’embrayage. Le câble relie la pédale
à la fourchette. Dans les deux types, un ressort assure le rappel du mécanisme. La commande
hydraulique est similaire à la commande par câble, mais elle travaille en pression et non pas en
traction. Un maître-cylindre (pompe) comporte un réservoir et un piston actionné par la pédale.
Des tuyauteries contiennent le liquide hydraulique et relient le maître-cylindre au cylindre
récepteur, boulonné sur la cloche, qui renferme un piston repoussant la fourchette grâce à une tige.
Lorsque l’on appuie sur la pédale, le piston du maître-cylindre repousse le liquide dans le circuit,
le liquide repoussant lui-même le piston récepteur et donc, la fourchette.

 Les mécanismes à commande par câble et hydraulique sont compatibles avec les
mouvements et les vibrations du moteur par rapport à la carrosserie lorsqu’il est monté sur
des supports en caoutchouc. Ainsi ces mouvements ne sont pas ressentis dans la pédale,
alors que c’est le cas avec les commandes par tringlerie. La commande hydraulique est
plus souple, plus agréable, et moins sensible à la corrosion. Elle peut être assistée. Chez
Citroën, par exemple, l’utilisation de la pression hydraulique fournie par la pompe
alimentant le dispositif de suspension permet ici d’agir sur la commande hydraulique de
l’embrayage. Avec la DS, la marque avait développé un système permettant de supprimer
la pédale d’embrayage : un contacteur, situé dans le mécanisme de sélection des vitesses,
déterminait cette commande. À chaque changement de vitesse, la commande agissait donc
automatiquement sur l’embrayage (asservissement).

Le même système, assisté mais non asservi, a été monté sur certaines Maserati à l’époque où la
marque italienne était étroitement liée à Citroën. La commande par pédale classique demande ici
un effort moins important et peut être associée à un embrayage surdimensionné, pour absorber la
puissance très importante du moteur.

 Les commandes asservies ou automatiques


Elles équipent les embrayages débrayés au repos. Sur les embrayages électromagnétiques, il suffit
de couper ou de faire varier l’intensité du courant pour obtenir soit l’enclenchement ou le
désenclenchement de la transmission, soit l’embrayage progressif. L’interruption du courant se
fait grâce à un petit bouton placé sur le levier de vitesses que l’on actionne lors du changement de
vitesse. Il n’y a donc pas de pédale. L’enclenchement progressif de la transmission se fait grâce à
une résistance variable commandée par un bouton au tableau de bord.
 Sur les embrayages centrifuges, il n’y a pas de commande du tout et il suffit d’accélérer
pour que la force centrifuge provoque l’opération d’embrayage. Sur les 2CV équipées de
la sorte, la pédale ne servait que pour le passage des vitesses au-delà de la première.

6. quand changer un embrayage


Outre un examen précis réalisé sur l'embrayage, quelques signes peuvent apporter des indications
sur l'état d'usure de l'embrayage et sur le fait qu'il est peut-être temps de le changer :
 la pédale de l'embrayage devient anormalement dure.
 la pédale de l'embrayage est grinçante.
 l'embrayage patine.
 le passage des vitesses est réalisé avec davantage de difficultés qu'auparavant.
 le passage des vitesses, à froid, s'accompagne d'un craquement.
De manière générale, un embrayage possède une durée de vie d'environ 100 00 kilomètres sur un
véhicule essence, et de 50 000 kilomètres supplémentaires sur un véhicule diesel. Cette durée de vie
peut être allongée lorsque l'embrayage est ménagé lors de la conduite, ou réduite lorsque le
conducteur adopte quotidiennement une conduite sportive, conserve son pied sur la pédale
d'embrayage sans raison apparente, etc

7. les symptômes, les pannes d’un embrayage


 Tenter de démarrer en 4ème ou 5ème (le moteur doit être chaud) avec le frein à main serré : si la
voiture ne cale pas, c'est qu'il faut changer l'embrayage.
 Rouler à vitesse réduite puis accélérer subitement : si la voiture ne prend pas de vitesse alors que
le compte-tours s'élève, c'est qu'il est nécessaire de changer l'embrayage (on dit que l'embrayage
patine).
 Si les vitesses passent difficilement ou s'il faut appuyer en permanence légèrement sur
l'embrayage, il est nécessaire de le changer...

8. Comment changer l'embrayage


Tandis que certains équipements d'un véhicule peuvent être remplacés assez facilement par des
particuliers possédant quelques compétences en mécanique automobile, le changement de
l'embrayage nécessite pour sa part une intervention importante et longue sur le véhicule. Il est en
effet bien souvent nécessaire de déposer la boîte de vitesse, voire de démonter le moteur, pour
pouvoir effectuer le changement d'embrayage. Il est donc vivement recommandé de confier cette
tâche à des professionnels de l'automobile (réparateurs, garages, etc.). Il est également préconisé de
profiter du changement d'embrayage pour remplacer le disque, le mécanisme et la butée
simultanément.
 Dépose de l'embrayage
 Montez votre voiture sur chandelle
 Démontez les roues de l'essieu impliqué
 Débranchez la borne négative de la batterie
 Démontez la commande de boite de vitesse, commande qui peut se présenter sous
forme de câble, barre ou biellette.
 Démontez la commande d'embrayage, commande qui peut se présenter sous forme
hydraulique ou de câble. Dans le premier cas, vous ne devez déposer que le récepteur
tandis que dans le second, vous devez tout déposer. Pensez aussi à désaccoupler le
récepteur et à ouvrir le circuit hydraulique dans certains cas.
 Démontez le démarreur.
 Démontez les transmissions. Démonter les cardans. Démonter l'arbre de transmission et
le palier de transmission pour les véhicules à propulsion.
 Débranchez les capteurs. Débranchez les câbles suivants : le contacteur de marche
arrière, le capteur de vitesse ou câble Tachi-métrique, le capteur PMH (Point Mort
Haut) ou le palpeur régime ou le générateur d'impulsion vilebrequin. Tous ces câbles ne
sont pas forcément présents sur votre véhicule.
 Démontez les supports de boite. Maintenez le moteur à l'aide de la chèvre hydraulique,
du palan ou du cric avant de procéder au désaccouplement de la boite de vitesse. Les
supports de boite peuvent être fixés sur le berceau ou sur le châssis. Dans le premier
cas, il faut peut être le démonter pour accéder à la boite de vitesse. Enlevez toutes les
vis qui maintiennent la boite de vitesse au moteur, vous pourrez la déposer ensuite.
Dans certains cas, la boite de vitesse ne peut pas se démonter complètement, il faut la
décaler pour avoir un accès à l'embrayage. Il faut enlever les vis qui maintiennent le
mécanisme au moteur. Bloquez le volant moteur avec une clé à tube munie d'une
rallonge sur la vis de poulie damper pour immobiliser le vilebrequin.
 Vous pouvez maintenant retirer le mécanisme et le disque ainsi que la butée de la boite.
 Pose de l'embrayage
 Vérifiez le jeu du volant moteur. Seulement si c'est une bi-masse.
 Remplacez le joint du volant moteur ainsi que le joint de l'arbre de boite s'ils sont
enduits de graisse.
 Si le guide de butée a besoin d'être changé, remplacez-le.
 Effectuez le changement des joints de cardan sur la boite si nécessaire.
 A l'aide du nettoyant frein, nettoyez le guide de butée, la cloche de boite et l'arbre
primaire.
 Graissez de manière légère le guide de butée et les stries de l'arbre primaire.
 A l'aide de papier abrasif, grattez la surface du volant moteur et du mécanisme neuf.
Mettez aussi du nettoyant frein dessus.
 Vous pouvez maintenant remonter le disque en y plaçant le centreur d'embrayage.
 Placez le mécanisme en approchant toutes les vis avant de les immobiliser.
 Enlevez le centreur d'embrayage.
 Posez la butée neuve.
 Pour aider l'emboitement de l'arbre primaire dans le disque d'embrayage, enclenchez un
rapport.
 Placez et maintenez la boite de vitesse face au volant moteur et activez-la.
 Remontez les supports boite de vitesse. Rebranchez les différents capteurs de boite de
vitesse. Remontez les transmissions, le démarreur, la commande d'embrayage et de
boite de vitesse (remontez les dans l'ordre inverse de leur démontage).
 Vérifiez le niveau d'huile de boite. Rajoutez-en ou enlevez-en si nécessaire.
 Vous pouvez démarrer le moteur.

9. Comment ménager un embrayage


Il existe quelques astuces et bonnes pratiques pour ne pas user prématurément son embrayage :
 Ne pas conduire en laissant son pied gauche sur la pédale d'embrayage mais le positionner sur le
repose-pied prévu à cet effet. En effet, une pression, même minime, du pied sur l'embrayage peut
faire patiner le disque et user le système.
 Ne pas rester en première en enfonçant la pédale d'embrayage à un feu rouge et préférer se mettre
au point mort. En effet, cela évite de fatiguer inutilement l'ensemble du système.
 Ne pas faire d'à-coups avec l'embrayage et adopter une conduite calme et non pas sportive.

Les outils pour le changement d'embrayage

Le changement d’embrayage demande d’être bien outillé ! Pensez à vous munir d’un bac de
récupération d’huile usagée, d’un jeu de clefs plates, d’un gros tournevis plat (bien
costaud), d’une clef dynamométrique, d’une brosse métallique, d’un maillet, d’une pompe à
huile, d’un Dremel ou d’une scie à métaux, de nettoyant frein, de dégrippant, de chiffons
propres, de papier de verre fin, et d’un coffret de douilles 1/2, des rallonges et des
articulations, notamment pour accéder aux vis qui se trouvent au sommet de la cloche de
boîte. La boîte de vitesses est lourde. Pour faciliter son extraction et éviter de vous blesser,
pensez à vous munir d’un vérin support de boîte de vitesses (si pont élévateur) ou d’un cric
sur roulettes (si voiture sur chandelles). Dans tous les cas, soyez bien sûr d’avoir avec vous un
mécanicien qualifié pour ce genre d’opération !
Conclusion

E n termes de conclusion, ce stage d’un mois au sein de société denso auto contol

m’a donné l’occasion d’explorer le service maintenance de cet établissement et de découvrir


ses objectifs et ses différentes missions…

En outre, une telle expérience m’a permis, d’une part, d’enrichir mes connaissances
dans le domaine technique, d’autre part, d’appliquer les acquis que j’ai obtenus durant mes
études.

Par ailleurs, durant cette période de perfectionnement, j’ai eu l’occasion de vivre des
scènes de la vie professionnelle et tous ses engagements. C’était pour moi une belle aventure
pour me préparer à un avenir professionnel dont rêve tout citoyen.

Enfin bien que la période de stage que j’ai effectué soit assez courte, elle était à mon
avis profitable, fructueuse et très enrichissante.

Sans oublier d’exprimer mon plaisir et ma satisfaction d’avoir travaillé dans une
société qui jouit d’une équipe collaboratrice et bien accueillante.