Vous êtes sur la page 1sur 2

I- Energies non renouvelable et renouvelable

Les énergies fossiles regroupent les énergies produites à partir du pétrole, du gaz
naturel ou du charbon, carbonates fossiles accumulés par la captation par le vivant du
carbone qui s’est ensuite fossilisé en partie sous la forme d’hydrocarbures. La formation
des stocks ou réservoirs d’hydrocarbures prend quelques dizaines de million d’années,
d’où le classement des combustibles fossiles dans la catégorie des ressources naturelles
non renouvelables. Il en est de même pour l’énergie nucléaire actuelle, issue de la fission
des atomes d’uranium, puisque la réserve d’uranium disponible sur terre est limitée. Seul
le réacteur à fusions (utilisant des isotopes de l’hydrogène présents dans l’eau des océans
de façon quasi illimitée à l’échelle humaine), en cours d’expérimentation, serait un moyen
de production d’énergies utilisant une énergie renouvelable.

Ainsi, une énergie renouvelable est une source d’énergie se renouvelant assez
rapidement pour être considérée comme potentiellement inépuisable à l’échelle de temps
humaine. Le caractère renouvelable d’une énergie dépend donc non seulement de la
vitesse à laquelle elle est consommée. Par exemple, le bois est une énergie renouvelable
tant qu’on abat moins d’arbres qu’il n’en pousse. Le comportement des consommateurs
d’énergie, d’où la notion de développement durable, est donc un facteur à prendre en
compte dans le concept d’énergie renouvelable.

Les énergies renouvelables sont issues de phénomènes naturels réguliers ou constants


provoqués pas les astres, principalement le soliel, mais aussi la lune et la terre. Les
énergies solaires, éolienne, hydraulique, marémotrice, géothermique et de biomasse en
sont les formes les plus courantes. Hormis l’énergie marémotrice provenant des forces
d’attractions combinées du soleil et de la lune, toutes les énergies renouvlables ont donc
pour origine l’énergie nucléaire naturelle, provenant soit du soleil, due à la fusion
nucléaire de l’hydrogéne, soit de la terre, due à la désintégration naturelle des roches de la
croute terrestre.

Trois facteurs militent en faveur des énergies renouvelable : la sauvegarde de


l’environnement, l’épuisement inévitable des ressources limitées de la planète et les
considérations économiques (NewEnergy, 1997). Les énergies renouvelables ne peuvent
pas remplacer dés aujourd’hui toutes les énergies conventionnelles, mais elles peuvent
suppléer l’énergie produite par les services publics et enrichir la gamme des énergies
exploitées à l’heure actuelle. De plus, pour les pays en voie de dévloppement, il est d’une
importance capitale de diversifier leurs sources d’énergie car leur rapide croissance
industrielle exerce de fortes pressions sur des ressources déjà limitées et accélére la
dégradation des écosystémes de la planéte(NewEnergy, 1997).
Etant donné tous les avantages que l’utilisation de ces technologies suppose, de
nombreux décideurs dans le monde tentent de favoriser leur développement.

Dans le cadre de ce développement durable de l’énergie, les conférences de Rio (en 1992
sur le développement durable) puis de Kyoto(en 1997 sur les changements climatiques)
ont attribué un rôle important aux énergies renouvelables.

Cependant, au contraire des énergies fossiles, qui sont des énergies de stock, les
énergies renouvelables se présentent comme des flux d’énergies peu concentrés. Elles
sont parfois soumises aux aléas climatiques et ne sont guère transportables sous leur forme
brute. De plus, il ne faut pas assimiler le terme d’énergie renouvlable à celui d’énergie
propre. Au sens strict, la définition est différente : une énergie propre ne produit pas de
polluant, ou bien elle produit des polluants qui disparaissent rapidement. Par conséquent,
une énergie renouvelable n’est pas nécessairement propre, et inversement.

Par contre, la répartition régionale des sources d’énergies renouvelables est beaucoup
moins inégalitaire que celle des énergies fossiles. Pratiquement, chacune des régions du
monde dispose, au niveau local, sous une forme ou une autre (soleil, biomasse, vent,
hydraulique, etc.). de ressources renouvlables importantes dont l’exploitation potentielle
pourrait jouer un role majeur dans le bilan énergétique du pays. Par ailleurs, le potentiel de
chacune des sources d’énergies renouvelables dépend de l’évolution des besoins en
énergie finale de la région considérée, donc de la démographie et de l’état de
dévloppement de la région.

Vous aimerez peut-être aussi